Partagez | .
Piste Sanglante
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Piste Sanglante   Mar 21 Fév - 10:42


PISTE SANGLANTE

feat.Jason & Zoro (+ quelques Guest Star possibles selon l’orientation du RP)



Précision Correcteur:
 

Shiryoku. Capitale économique et politique des Territoires neutres et pôle attractif particulièrement prospère pour tout bon marchand qui se respecte. Une fois encore, Rock avait été attiré dans cette grande ville par un contrat. Cette fois, ce n’était pas une annonce clouée à un panneau d’affichage, mais bien directement un homme nommé Yù Mitsushima qui était venu s’adresser à lui dans la taverne d’Hotaku, à Kansei. Il disait que son maître avait besoin urgent des services d’un pourfendeur. Si le nippon ne fut pas immédiatement intéressé par le contrat proposé, le fait que ce soit un haut fonctionnaire de Shiryoku qui avait besoin de ses services attira en revanche son attention. Ce haut magistrat nommé Lijong souhaitait le voir en personne, et d’après son serviteur, il paierait très bien.

Il n’en avait pas fallu davantage pour que l’épéiste réponde à cet appel, et c’est ainsi qu’une poignée de jours plus tard, il entra dans Shiryoku, content de retrouver la ville qu’il connaissait. Il prévoyait déjà de rendre une visite surprise à son amie Lilith au passage. Le soleil disparaissait déjà largement à l’horizon ce soir-là lorsqu’un garde accompagna Rock à l’étage où devait l’attendre son futur client. En grimpant l’escalier, il sentit soudain une fine piqure dans sa nuque, et s’effondra brutalement dans les escaliers…

Il entendit alors plusieurs éclats de voix lui parvenir de manière très faible. L’une de ces voix était celle de l’homme qui l’avait abordé pour lui parler de ce fameux contrat.
- Ils ont terminé, à l’étage.
- Excellent ! Faites comme prévu, et prévenez l’armée. Il ne doit pas s’en sortir, quoi qu’il arrive…
Drogué, le brun n’entendit pas davantage avant de sombrer totalement.

Lorsqu’il s’éveilla, la nuit était désormais complètement tombée. La première chose qu’il constata fut qu’il baignait dans une mare de sang. Désormais complètement éveillé, il se redressa et chercha une blessure sur son propre corps, mais lorsque son regard balaya rapidement le bureau dans lequel il se trouvait, il y vit trois corps particulièrement amochés et ensanglantés. Et il comprit : ce sang n’était pas le sien !
Aussitôt, il s’approcha du cadavre d’un homme vêtu comme un magistrat et tâta son pouls. Rien, évidemment. Il était mort. Rock redressa le corps de l’homme qui était assis dans son fauteuil mais écroulé sur son bureau, et commença à  fouiller les papiers présents sur le bureau. Très vite, il constata que le sang qui recouvrait son armure de cuir était celui du dénommé Lijong. Le type avec qui il avait rendez-vous !

Fébrile, le pourfendeur fouilla la paperasse du bureau à la recherche de quelque chose d’utile, mais ne trouva rien d’intéressant. Un accord de remise de peine pour un détenu, une loi à signer pour renforcer la lutte contre le grand banditisme dans les territoires neutres, et une mise à mort pour un autre prisonnier.

Désorienté, et un peu perdu, Jason entendit brusquement des éclats de voix venant de la rue. Il jeta un œil discret par la vitre, et aperçut tout un groupe de soldats armés en bas, dans la rue.
- Déployez-vous, et retrouvez moi ce pourfendeur ! Il ne doit pas s’échapper après ce qu’il a fait ! Hurla celui qui était visiblement le capitaine de ce groupe.
Les battements de cœur de l’assassin s’emballèrent : non seulement le type très haut placé avec qui il était supposé avoir rendez-vous était mort et il était couvert de son sang, mais en plus, l’armée des territoires neutres le recherchait déjà pour ce meurtre qu’il n’avait pas commis ?!!

Il entendit les soldats enfoncer la porte au rez de chaussée et chercha aussitôt une échappatoire. Il leva les yeux et vit une fenêtre en hauteur. Sans hésiter, il grimpa et franchit la fenêtre une poignée de secondes avant que l’armée n’enfonce la porte du bureau. Sans perdre une seconde, Rock se déplaça sur le toit de chaume et s’immobilisa juste à temps pour esquiver une flèche qui le frôla de très près. Un archer guettait sur les toits d’en face.
- Sur le toit !!! Vite ! Hurla la sentinelle pour rameuter ses hommes.

En un clin d’œil, Jason sut qu’il était inutile de tenter de s’expliquer : couvert de sang, pris en flagrant délit de fuite d’un lieu de crime, il était fait comme un rat. Il choisit donc la seule option qui lui sembla viable : fuir ! Courant tout en sautant de toit en toit, le bretteur se retrouva près du canal traversant la cité. Il pivota sur lui-même et constata que plusieurs dizaines de soldats le traquaient en sautant de toit en toit. Malgré l’heure tardive, ils étaient nombreux et ne le laisseraient pas fuir facilement. Rien d'étonnant’ ce Lijong était quelqu’un d’important ! Dès l’aube, il serait probablement l’un des hommes les plus recherchés des Territoires neutres !

Plusieurs flèches sifflèrent non loin de ses oreilles et il accéléra l’allure, prenant davantage de risques à chaque nouveau saut pour passer de toit en toit et ainsi tenter de semer l’ennemi. C’est alors que brusquement, il vit en face de lui et à plusieurs toits de distance des soldats se diriger vers lui. Il était piégé cette fois : sa retraite était coupée et il ne pouvait pas avancer. Il fixa alors les eaux du canal, hésita un instant et tenta le tout pour le tout malgré la hauteur : il sauta dans l’eau et disparut, happé par les profondeurs de la nuit. Les différents archers présents sur les toits criblèrent les eaux de la rivière de flèches, mais il était trop tard. Lorsque l’armée boucla totalement les lieux et fouilla les canaux, le pourfendeur était déjà loin. Il s’en était tiré, du moins, pour cette fois…



Dernière édition par Jason Rokuro le Ven 14 Avr - 18:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mar 21 Fév - 10:42


PISTE SANGLANTE

feat.Jason & Zoro (+ quelques Guest Star possibles selon l’orientation du RP)



Ville de Tagawa, Frontière entre Minshu et les Territoires Neutres. Trois jours plus tard.


A l’écart de la cité, dans les hauteurs, se situait une propriété imposante. Et pour cause : elle était l’une des propriétés contrôlées par les Fils de l’Ombre, une société secrète responsable d’une grande partie du grand banditisme de Kosaten. Cette organisation gagnait de l’argent par de nombreux trafics et autres affaires louches, et son commandant dirigeait tout cela d’une main de maître depuis les ombres. Très peu, même au sein de l’organisation, connaissaient le vrai visage de celui qu’on nommait Janus. Mais tout le monde s’accordait pour dire qu’il était très dangereux. Comme souvent, alors que la nuit tombait, les quelques serviteurs qui travaillaient aux champs appartenant à la propriété et lui servant de couverture regagnaient le manoir afin de dormir dans le quartier des serviteurs.

Officiellement, il s’agissait de travailleurs rémunérés et bien traités. Officieusement, et comme tout ce qui concernait les Fils de l’Ombre, la vérité était très différente de ce qu’elle semblait être : chantages, menaces… les moyens pour forcer la main d’œuvre à travailler pour l’organisation ne manquaient pas, et personne ne cherchait à fouiller la réalité pour savoir si tout cela était en règle ou non. Les quelques personnes s’étant un peu trop intéressées à tout ça avaient souvent eu un accident, ou bien avaient disparu mystérieusement.

Comme toujours, les quelques sentinelles armées protégeant la propriété se rassemblèrent pour manger un morceau alors que la nuit tombait. Tous les six rassemblés autour du feu, les mercenaires discutaient joyeusement en faisant griller leur viande au-dessus d’un feu dégageant une odeur plutôt appétissante. Soudain, l’un d’eux cessa de manger et leva des yeux visiblement terrifiés par-dessus l’épaule de ses camarades. Et pour cause, cet homme n’était autre que Mitsushima, l’homme qui avait été chargé de piéger le jeune Rokuro à l’auberge d’Hotaku. Et il venait de voir Rock s’avancer lentement vers le feu.
- Qu’est ce qui se passe, Yù ?! On dirait que t’as vu un fantôme ! Lança l’un des mercenaires avant de faire éclater de rire le reste de la bande.

Pourtant, lorsque l’expression blême de leur ami demeura, le reste du groupe se tourna et découvrit à son tour le pourfendeur surgir des ombres avec une démarche particulièrement décontractée. Et pourtant… Sa simple apparition suffit à plonger le groupe dans un silence de mort. Sans même avoir dégainé, le nippon s’avança jusqu’au feu de camp et poussa même le vice jusqu’à s’accroupir entre deux d’entre eux pour réchauffer ses mains près du feu. Tout le monde le fixa en hésitant visiblement sur la démarche à adopter : il était là, à portée de lame. Il semblait si facile de le tuer ! Et ce petit sourire amusé sur son visage… Ils lui auraient volontiers arraché ! Mais ils savaient qui il était : ils savaient que c’était un élu capable de les mettre en pièces s’il le voulait. Ils connaissaient sa réputation…
- Bonsoir, messieurs… Ça tombe bien que tu sois là, Mitsushima. Il faut qu’on cause, toi et moi. Mais j’imagine que tu t’en doutais, à voir ta tête…

Le ton de sa voix vibra très légèrement. Comme si une infime menace était perceptible à travers ses mots. Ce fut cependant suffisant pour que deux mercenaires perdent leur sang-froid et tentent leur chance et dégainent leurs épées. En un éclair, l’assassin dégaina sa lame en argent et trancha le bras du premier et la tête du second dans un seul geste, vif et terriblement précis. Puis, avant même qu’il ne se mette à hurler parce qu’il venait de perdre son bras, Rock acheva le tour complet qu’il venait d’exécuter sur lui-même et trancha sa tête avant que son corps ne s’effondre lourdement dans le feu de camp, sous une gerbe de sang. Pétrifié d’horreur, le reste du groupe n’osa pas bouger une oreille. Il était rapide. Trop rapide pour eux, c’était une certitude. Et cette lueur mortelle dans son regard. Il les terrifiait par sa simple présence, car ils savaient de quoi il était capable.

Calmement, l’épéiste se tourna vers Yù, et ajouta d’une voix toujours aussi étrange :
- Comme je le disais, il faut qu’on parle, toi et moi…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mar 21 Fév - 10:43


PISTE SANGLANTE

feat.Jason & Zoro (+ quelques Guest Star possibles selon l’orientation du RP)


Tagawa, Manoir des Fils de l’Ombre. Cinq heures plus tard.

En une poignée de minutes, l’armée boucla la propriété tandis que le commandant Ono s’avançait près du feu de camp. C’était un vrai massacre : six hommes, tous morts, du sang partout. Certains avaient visiblement tenté de dégainer, apparemment sans résultat. L’officier mit genou à terre et fouilla les corps à la recherche d’une piste quelconque, mais il ne trouva rien. Il n’avait pas grand espoir. Pourtant, son instinct lui murmurait que ce n’était pas un hasard si le second carnage effectué par ce pourfendeur avait eu lieu ici. Il leva les yeux vers le manoir : celui-ci était encore en train de se consumer. Il avait tout brûlé avant de partir. D’après les premiers témoignages, il avait simplement forcé les serviteurs à quitter les lieux en les menaçant de les tuer, et il avait mis le feu à l’endroit après l’avoir fouillé.

Ce manoir, Hiroaki Ono  en avait déjà entendu parler par le passé. En fait, on lui avait même confié une enquête tournant autour d’une propriété appartenant à la même compagnie que celle qui possédait ce manoir, et de nombreux autres à travers Kosaten. A chaque fois, cette compagnie d’import/export de nombreux produits de nourriture et d’artisanat s’en tirait indemne. Pourtant, elle cumulait un peu trop d’incidents, d’accidents, et de mystères pour que ce soient de simples coïncidences. Tout le monde le savait, mais personne ne pouvait le prouver. La compagnie cachait quelque chose, mais elle le cachait trop bien pour que ce soit dévoilé au grand jour. Pourtant, ce soir, ça n’avait pas été suffisant pour éviter le courroux et la lame du dénommé Rokuro. Il était passé et les avait tous tués, comme s’il s’agissait d’une véritable cabale.

Perdu dans ses pensées alors que ses hommes encerclaient et fouillaient méthodiquement les lieux, Hiroaki s’approcha du manoir et y découvrit plusieurs autres corps. Rien qu’à leurs tenues, il sut qu’il s’agissait d’autres mercenaires travaillant pour la compagnie. Il soupira longuement tout en observant le feu dévorer la bâtisse, jusqu’à ce qu’un murmure un peu plus loin dans l’herbe le tire de ses rêveries. Il aperçut soudain un bras levé vers le ciel et courut vers lui avant de découvrir un nouveau corps.
- Oh, mon dieu ! Un médecin ! Il me faut un médecin, ici ! VITE ! Hurla-t-il en s’agenouillant et en saisissant la paume du mourant entre ses mains.  Restez avec moi ! Il faut que vous restiez avec moi ! J’ai besoin de savoir ce qui s’est passé, ici !

Rapidement, un médecin s’approcha en courant, accompagné de deux soldats, et s’accroupit à son tour avant de commencer ses soins. L’homme était mourant, il ne tiendrait pas longtemps. Rien qu’à la tête qu’il fit, Ono le comprit. Il se tourna alors vers un de ses hommes :
- Allez me chercher le mercenaire aux cheveux verts ! C’est le pourfendeur qui a fait ça, c’est sûr ! Si jamais le témoin a quelque chose à nous apprendre, je préfère qu’il soit là pour avoir son avis. Allez ! Pressa-t-il subitement avant que le soldat ne salue de la tête et reparte à la recherche de l’élu de Fuyu.
Ono fixa alors leur seul témoin  avec une lueur d’espoir dans les yeux : il était leur seule chance de comprendre pourquoi un pourfendeur avait déraillé et commencé à tuer. Mais ses chances étaient minces : il avait une large entaille à la poitrine et il avait perdu beaucoup de sang. C’était en fait un véritable miracle qu’il soit encore en vie. L’homme vomit un peu de sang tandis que le médecin tentait de lui sauver la vie.
- Qui a fait ça ?! Demanda Ono en fixant la victime les yeux dans les yeux.

L’homme le fixa avec un regard terrifié et hébété durant quelques secondes, et il murmura un seul et unique mot avant de rendre l’âme :
- Rock…



Dernière édition par Jason Rokuro le Mar 14 Mar - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mar 14 Mar - 17:31





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Ellen & Rinkyu






Chaud
feat.Heiwa & Zoro





Le hasard de son orientation le menait sur la voie de Shiryoku. Un village marchand, marquant pour le bretteur.  Paumé, comme à l’accoutume, il ne repéra pas de suite où il se localisait mais une certitude persistait : il connaissait cet endroit. S’efforçant d’associer cette impression familière aux souvenirs du passé, la réponse se fracassa nette devant sa gueule à l’instant même où une taverne cramée interrompit son chemin.
Cette taverne carbonisée, tombant en lambeaux, n’avait pas été encore rénovée.

Quelques temps plus tôt, Zoro s’y était rendu, et avait semé la zizanie sur son passage. Il était en quelque sorte responsable de cette incendie, bien qu’il n’en était pas directement l’auteur. Une femme du nom de Lilith y bossait. Entre les deux élus, c’était le feu, un concours de provocation. Bashô était là aussi, ce bon vieux Bashô, toujours là pour jouer l’arbitre. Ils passaient une bonne soirée l’air de rien mais.. C’était sans compter sur l’apparition surprise et inattendue de notre trouble-fête national : Nous nommons ZAYRO JINN !
En fait, ce couillon avait transformé l’ambiance d’un repère festif blindé de joie en un funeste massacre ensanglanté. Et ce, par le biais de Zoro. Officiellement, c’était par la main fougueuse du bretteur qu’une dizaine de vies innocentes  furent arrachées ce soir là, mais officieusement, la face de cactus ne possédait pas tous ses esprits. Lilith et Bashô le comprirent, et reconnurent les actes immondes de Zayro, car seul lui était capable d’une telle barbarie, à défaut que ce soit le pauvre corps de l’épéiste qui effectua cette lourde tâche. Désormais, il la portait sur la conscience également.

Zayro, ce chien qui avait osé utiliser les précieux katanas du marimo pour assouvir ses pulsions criminelles. Lamentable.. En conséquence de quoi, la tête du pirate s’abaissa légèrement, honteux d’avoir fait office de marionnette principale au sein de ce lugubre spectacle, tandis que ses dents se crispèrent sous la frustration. Ne désirant pas demeurer endeuillé plus longtemps, le garçon tourna les talons, en direction d’un chemin aléatoire. Le vent se dirigeait par là aujoud’hui, suivons-le.
Aucun de ses amis ne lui en voulaient, mais ils l’évitaient, par crainte de se faire bolosser par un Zayro sauvage. Si on en était arrivé là, c’était pour la simple et bonne raison que Zoro se trouvait incapable de protéger correctement ses proches. Il n’était pas encore assez fort, puisqu’il ne résistait pas à la possession de Zayro, et ce jugement le tuait.
Entre ces derniers incidents qui le rendaient repoussant à souhait et Rinkyu, fraîchement envolé pour le royaume des cieux, il se sentait plus seul que jamais. La solitude ne lui posait pas de problème en soi, et il tenait à s’isoler lui-même tant que Zayro continuerait de jouer avec lui, mais à la longue, ça pesait…

En pénétrant le village un peu plus en profondeur, plongé au cœur de sa torpeur, Zoro était passé à côté d’un phénomène étrange. Ce fut en recherchant une taverne que le garçon se rendit compte du silence traînant sur la zone. Une taverne fermée, une seconde, puis une troisième. Ces faits lui mirent la puce à l’oreille et l’obligèrent à dégager de ses obscures remises en question pour s’intéresser à son environnement. Recouvrant sa mine circonspecte fidèle, il éveilla de nouveau ses sens, et tenta de capter une personne. Le vide régnait dans les rues, peu commun pour une ville marchande. Quelques rares stands trainaient néanmoins par ci, par là.
Interloqué, Zoro s’avança vers l’un d’entre eux à la recherche d’informations, savoir quel élément avait bien pu niquer l’atmosphère ainsi. Une ville si vivante…

L’homme lui répondit que le lieu était angoissé à la suite d'un terrible drame, mais surtout en dueil aujourd’hui. Récémment, un magistrat important eut été victime d’un vilain meurtre, et que le criminel s’était comme volatilisé dans les airs. Il prévint l’élu de faire gaffe à ses arrières, bien que dans le lot, il n’était pas la proie la plus idéale. Puis, tuer un magistrat… Un homme aussi essentiel, un projet certainement voulu ; on s’en prenait à cette personne en particulier, il ne s’agissait pas d’un fou psychopathe massacrant tout ce qui lui tombait sous la main. Enfin, pas de conclusions hâtives pour le moment, mais ce fut la première hypothèse qui lui vint à l’esprit.
De toute façon, il imaginait que les forces de l’ordre s’activaient déjà sur l’affaire à l’heure actuelle. Bref, ce mystère à élucider ne l’intéressait pas, ce n’était pas de sa tranche, et puis il pensait à regagner Fuyu avant tout.








† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mer 15 Mar - 0:53

Zoro Roronoa a écrit:




Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : Cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Ellen & Rinkyu






Chaud
feat.JAY-Z  & Zoro





Suivant tout bêtement la direction du vent, le garçon pensa quitter la ville. Mais ce fut sans compter sur une orientation tellement merdique qu’il parvint à dévier de sa trajectoire. Trois fois de suite, il se tirait, et trois fois de suite, il revenait sur ses pas, au point de départ : ce foutu village  ! A croire qu’un esprit maléfique ancré dans ce village le hantait, et faisait en sorte qu’il se ramène toujours ici. Ou peut-être était-ce le village qui le poursuivait ? Un village mobile sur pilotis. Le village maudit impossible à abandonner. Y’avait de quoi rédiger un bon bouquin avec de tels titres.

Bah mine de rien, ces allers-retours lui firent perdre une journée entière, mais par un miracle apporté par le Saint Esprit –AMEN !-, il se débarrassa de cette zone incroyablement chiante, et se dirigeait vers le sud, plutôt que de rejoindre le Nord et Fuyu. Il n'était pas prêt d’arriver à destination le bougre.
Sur le chemin, il s’autorisait des pauses bouffe, dodo, caca.. Bref, l’assouvissement de besoins élémentaires, mais ne perdait pas plus de temps. Deux heures de sommeil seulement toutes les dix heures, ça paraissait raisonnable, le train-train habituel quoi.

Toutefois, au bout du second jour, les stocks étaient à sec, notamment en boisson. L’estomac vide, il guettait le moindre mouvement afin de repérer un gibier ou autre. Mais en s’écartant des sentiers battus, il grimpa jusqu’à une colline pour recevoir une vue d’ensemble sur la contrée. En hauteur, il put alors déterminer une sorte de feu de camp. Cet élément dans le décor lui apparaissait comme une aubaine ! Ces voyageurs détenaient certainement des vivres.
Sans plus attendre, il s’y précipita, et traça jusqu’au lieu de rendez-vous improvisé. Un rendez-vous à l’improviste ? Paradoxal ? On s’en fout.
Bref, se faisant discret comme un rat, il s’improvisa buisson pour se fondre dans le décor. Pas besoin d’artifices, ces couleurs vestimentaires et capillaires faisait le boulot naturellement.  

Après observation, ça avait tout l’air d’une escouade de soldats en mission, les armes et uniformes en témoignaient. Pas la meilleure cible possible, mais pas le choix. Tandis que le bretteur tentait de choper de l’alcool dans un sac- car oui, l’alcool est prioritaire sur la nourriture, bien connu-, le ventre du marimo se mit à gargouiller comme un gros sac. Et si l'on se fiait à ce son infernal, on pourrait croire que tout un marécage de grenouilles grouillait là-dedans. Immobilisé par ce bruit, il attira les regards, et il se trouva bien con d’être là, inerte, une bouteille en main, pris en flagrant délit….

Nous vous passons les détails du sermon, mais au final, ça s’est plutôt bien fini pour le bretteur puisqu’il se retrouve à traquer la bête meurtrière avec les soldats. Un Zoro allié aux soldats ? Même un dindon apte à réciter l’alphabet à l’envers en rotant était plus probable que ça..
En résumé, le capitaine Ono, dans son immense clémence, et surtout dans sa grandiose flemme à se traîner un autre cas dans les pattes, déclara au  cheveux vert qu’il fermerait les yeux pour cette fois-ci, et l’invita même à participer au repas. A condition, car rien n’étaitgratuit dans ce bon vieux monde, d’aider les soldats dans leur tâche. Une tâche consistant à condamner un pourfendeur fou furieux. Oui, car futé, le sceau visible de l’élu ne tomba pas dans l’œil d’un aveugle. Il se saurait certainement montré moins sympathique envers un simple voleur.

Suite aux infos récoltées qu’on vint à lui fournir, Zoro ne mit guère de temps à établir le lien entre ce type, sujet de leur déplacement, et le meurtre du magistrat. Lui qui ne comptait pas s’y mêler, le voilà encore impliqué dans une affaire à son insu. Toutefois, si ça lui permettait de boire et bouffer à sa guise pendant un temps, avec une potentielle prime à la clé, bah ça ne le gênait pas d’effectuer un petit détour dans son programme. Fuyu saurait attendre..  
On lui détailla la dégaine du mec, mais l’épéiste ne percuta pas. Il ne pouvait pas se baser sur une description aussi pauvre pour porter un jugement efficace ou même capter qu’il connaissait ce malfrat. Il en existait une ribambelle des mercenaires à la longue chevelure sombre, maniant la lame habilement, surtout dans ce milieu nippon médiéval.

Soudoyé, le garçon fut accompagné jusqu’à à un manoir où le sauvage avait encore cassé des bouches. Des têtes se baladaient un peu partout, mais le pirate demeura dans son coin, à la fois interloqué par cette barbarie mystérieuse, et à la fois passif. Ce n’était pas à lui d’enquêter, il préférait attendre sagement le moment de la baston.
Toutefois, les soldats en décidèrent autrement, et le forcèrent à  mettre la main à la pâte, puisqu’on lui ordonna de s’amener près d’un blessé.

Cet homme portait une sale plaie au torse, Zoro ne lui estimait pas une longue espérance de vie encore. Les bras croisés de manière désinvolte contre sa taille, le pirate donnait vraiment l’impression de s’en tartiner la nouille avec de la sauce algérienne. Mais il écouta les derniers mots de la future dépouille, l’expression désintéressée, quand soudainement… Rock !

La prunelle du pirate se dilata instantanément. Le bretteur avait paramétré une espèce de sonnerie instinctive sur ce blaze, afin de le faire tiquer dés qu’il l’entendrait… D’où sa réaction immédiate, tel un chien en alerte quand il reconnaissait le bruit des croquettes.
Pourquoi un intérêt soudain pour l’élu du serpent ? Parce qu’il avait tué son ami, tout simplement. Il le pensait neutre, et n’éprouvait aucune animosité à son égard, jusqu’à l’instant où ce grand malade mit fin aux jours de Rinkyu.
Ce nom prononcé faiblement eut le don de nourrir la rancune du samouraï vert, de quoi lui en faire décroiser les bras dis donc ! A la place, ses poings se refermèrent fortement le long de sa taille, et au vu de la réaction non anodine de Zoro, Ono jugea légitime de poser la question :

- Vous le connaissez ?! Ce nom semble vous stimuler particulièrement..

Tête froide, le pirate se détendit aussitôt à l’interrogation du capitaine, et démonta progressivement sa rage pour recouvrer un état serein, bien qu’à partir de maintenant, il serait difficile de garder son calme. Ce mercenaire, ce chien, il s’était promis de recroiser sa route. Apparemment, le destin semblait en être d’accord et lui offrait un voyage gratos jusqu’à lui. Il voulait avoir une p’tite discussion entre hommes…

- C’est un élu de Minshu… Un homme sympathique en apparence… mais qui a complètement pété les plombs ces derniers temps… et je compte bien découvrir pourquoi….

A se fier aux derniers événements, il était en effet envisageable que Jason ait totalement perdu la raison. Les incidents le concernant se cumulaient, alors qu’il s’était tenu tranquille pendant tout ce temps autrefois.. Que signifiait ce soudain déchaînement. D’abord Rinkyu –Zoro n’était pas au courant de leur aversion l’un pour l’autre-, maintenant cette série de meurtres… Un Zayro bis ?! Il fallait à tout prix l’arrêter.












† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Lun 20 Mar - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 17 Mar - 4:08


PISTE SANGLANTE

feat.Jason & Zoro (+ quelques Guest Star possibles selon l’orientation du RP)



Devant les précieuses nouvelles données fournies par le pirate, le capitaine Ono fit quelques pas en réfléchissant profondément. Ses hommes lui posèrent plusieurs questions auxquelles il ne répondit pas. Il tourna son regard vers le manoir qui finissait de se consumer, puis sur les corps éparpillés devant la demeure. La violence de l’affrontement faisait penser à une sorte de cabale. Cet élu, quel qu’il soit, avait une sérieuse dent contre quelqu’un. Mais pourquoi passer d’une cible telle qu’un magistrat à un groupe d’hommes appartenant à un empire marchand très connu ?! Tout ça n’avait aucun sens. Que cherchait Rokuro ?!

Ono était un officier expérimenté. Il occupait ce poste depuis plus d’une décennie, et il se douta immédiatement qu’il y avait anguille sous roche. Il avait personnellement enquêté sur ce manoir suite à un meurtre suspect. Pourtant, il n’avait rien découvert. Et soudain, ses supérieurs avaient brusquement jugé qu’il n’y avait rien à découvrir et avaient classé l’affaire sans suite. C’était un incident de plus qui était arrivé sur les terres de l’empire économique Akira, et qui avait été classé sans suite. Hiroaki doutait fortement que la venue du nippon ici et son travail macabre soient le fruit du hasard. Les soupçons pesant sur la compagnie avaient ils quelque chose à voir dans toute cette histoire ? Difficile à dire, et impossible de savoir si l’assassin frapperait encore prochainement ou s’il disparaîtrait dans la nature.

Soupirant, l’officier se remit à marcher machinalement sans destination particulière et il tomba sur un corps proche de la bâtisse. Personne ne l’avait encore fouillé car il était trop près du manoir, et qu’ils avaient maintenu une distance de sécurité le temps que les flammes diminuent. Ono remarqua alors qu’un parchemin était comme placardé sur le torse de ce mercenaire mort.
- Roronoa ! Approche ! Lança-t-il à l’attention de l’élu.
Il s’accroupit et arracha le parchemin sur lequel était écrit un seul nom dans une encre rouge dégoulinante : Furikawa. Après un rapide examen, il s’avérait que le mot avait été écrit avec du sang, tout simplement…

L’officier leva les yeux vers le pirate et lui tendit le parchemin. Il ne comprenait pas. Une part de lui pensait que Jason leur avait laissé cet indice pour qu’ils puissent le suivre à la trace, mais une autre part pensait que c’était absurde pour quelqu’un qui était recherché de laisser une trace de son passage et d’en fournir la prochaine destination. C’était suicidaire, ou incroyablement arrogant. Alors pourquoi ?! Que voulait l’élu en fin de compte ?!
- Pourquoi Rock nous donnerait il sa prochaine destination ? C’est absurde ! Qu’est-ce que c’est que ce jeu de pistes ?! Lança Ono à l’intention de Zoro qu’il espérait capable de lui fournir des réponses.

Il se tourna ensuite vers son second et s’adressa à lui d’une voix autoritaire :
- Rassemble les hommes ! On se remet bientôt en route !
- A  vos ordres ! Répondit celui-ci en s’éloignant.
- Furikawa… On en a pour plus d’une journée de voyage, alors tâchons de nous dépêcher… Je ne sais pas ce qui se passe, mais j’ai peur de savoir ce qu’on découvrira en arrivant là-bas… Acheva-t-il d’un air sombre en grimpant sur sa monture.
Les questions se multipliaient au fur et à mesure que le temps défilait, alors que les réponses, elles, manquaient cruellement. Et pendant ce temps, le jeu de pistes macabre se poursuivait…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Lun 27 Mar - 16:17





血まみれのトレイル

feat. Jason & Zoro



Jason avait toujours été un homme calme, et réfléchi, ne révélant jamais au grand jour ses réelles intentions. En principe, il semblait apprécier la propreté, la subtilité,  alors quelles raisons le poussaient à commettre massacre sur massacre ? Ca ne ressemblait pas au travail dont il avait accoutumé le bretteur jusqu’ici. Enfin, le pirate ne prétendait pas non plus connaître le pourfendeur sur le bout des doigts, mais leur collaboration lui avait renvoyé une image assez construite, et positive de Jason, en dépit de leurs nombreux désaccords ..enfin… il le pensait. Peut-être que son masque tombait aujourd’hui ? Peut-être n’était-il rien d’autre qu’un barbare sanguinaire frappé par la folie ? Ou l’était-il devenu ?!

Le temps aux profondes réflexions d’un côté –l’officier-, comme de l’autre –Zoro- fut révolu à l’instant même où Ono se remit en marche à travers des décombres inexplorées. Sur son chemin, un cadavre, pourvu au torse d’un parchemin sali par la poussière alentour, mais assez récent pour être clairement lisible.
Face à cette trouvaille, on appela une nouvelle fois le pirate sur les lieux. Ce dernier se déplaça d’une démarche flegmatique jusqu’à la dépouille suscitant l’intérêt. Accroupi auprès de ce corps inerte, l’officier tenait entre ses doigts un parchemin qu’il tendit désespérément à l’escrimeur.

D’un bref mouvement, il échangea un regard perplexe avec le chef, et abattit son œil sur l’écriture sanglante. Du sang ?! L’hypothèse la plus évidente, à moins que Jason se baladait dans la nature avec un feutre rouge sur lui. Le garçon en écarquilla sa prunelle tant cette connerie l’accablait. C’était… crade. Un acte digne d’un meurtrier, prenant plaisir à jouer au chat et à la souris avec les autorités qui le poursuivaient. Se croyait-il assez malin pour les narguer avec autant d’arrogance ? Ainsi, il les mènerait là où il le voulait, et le groupe de soldats était bien contraint de s’y plier puisqu’il n’existait aucune autre indication : « J’espère que tu t’amuses bien mercenaire… ! »


- Apparemment, il cherche à nous emmener là-bas… Va savoir pourquoi… Je ne pense pas que c’est un leurre pour nous détourner de sa trace. Il veut certainement nous montrer quelque chose…


A supposer que Jason soit devenu complètement taré, Zoro ne pensait pas qu’il en ait néanmoins perdu ses facultés intellectuelles. A tous les coups, ils découvriraient d’autres indices à Furikawa, voire le criminel en personne, même si ça paraissait un peu trop beau. Jason n’agissait pas au hasard, tous ses actes étaient calculés, l’escrimeur l’avait compris à force d’expériences, alors Furikawa en valait certainement le détour, selon le bretteur.
Suite à ses mots, Ono fut convaincu et laissa son second rassembler la troupe.

Une bonne journée s’écoula, et sur la route, rien à signaler. Parfois, l’escrimeur dérivait un peu trop à droite, ou un peu trop à gauche, mais on le remettait rapidement sur le droit chemin.


Alors que la destination était Furikawa, les sens aguerris du bretteur déterminèrent une odeur étrange de cochon grillé. Un feu de camp ? Curieux, la face de cactus agita son visage tout autour de lui avant de détecter enfin une vilaine fumée noire se découpant difficilement sur le ciel déjà nuageux, et donc sombre.

Quelque chose crame là-bas !


Désigna-t-il de son index, tandis que des arbres bloquaient la vue. Les hommes comprenaient désormais cette subite odeur épouvantable, néanmoins masquée par la pluie. Un arôme similaire au manoir précédent.
Intrigué et appréhendant le pire, Ono ordonna sur le champ de se diriger au lieu dit et…

Spectacle macabre, scène 3, Acte I. Encore un manoir, avec la même insigne, et encore une dizaine de cadavres jonchant le sol, tandis que les flammes dévoraient une partie des lieux. Quelques villageois de Furikawa étaient déjà sur les lieux, après avoir repéré l’odeur et la fumée, pour tenter d’éteindre l’incendie, mais leur présence ne posaient vraisemblablement aucune entrave à l’enquête. Avec la flotte, le feu s’amoindrissait mais la barbarie du tableau persistait. Jason avait une dent contre les manoirs de la région, peut-être ne convenaient-ils pas aux goûts de Monsieur ?!
Vrai que franchement, ces briques sombres n’étaient pas ultra chouettes. Enfin peu importait, il s’agissait encore d’une multitude d’assassinats gratos.

Pas de doutes, les attaques infligées aux corps étaient les mêmes. Jason tricotait des roues de camion, autrement dit, il avait perdu les pédales. Essayait-il de communiquer un message ? Il existait des méthodes moins draconiennes pour ce faire. Et au fur et à mesure que les cadavres s’accumulaient, la rage du garçon ne faisait que fleurir.
«  Uchiha Rinkyu est mort.. » tué par cet homme infâme. Même s’il possédait de très bonnes raisons à enchaîner les hécatombes aux manoirs, rien n’excusait la mort de son ami. Avait-il étouffé toute once d’humanité ? En avait-il déjà eu au moins ?!

Où comptes-tu t'arrêter enfoiré ?!


Des terres désolées à perte de vue, une atmosphère provoquée par la main criminelle du pourfendeur. Quant à Ono, ses pensées se portaient sur des éléments plus professionnelles que le bretteur. Normal, Jason n’était qu’un inconnu pour lui. L’officier s’attardait davantage sur les similitudes des carnages. Il comprenait que ces cadavres ensanglantées appartenaient à la même organisation : les fils de l’Ombre. Ce détail ne manqua pas de lui sauter à la gueule, et pas besoin d’être Einstein pour capter que Jason cherchait à se venger de cette « secte » aussi énigmatique que leur bourreau à la sombre chevelure. Le mercenaire effectuait littéralement un génocide sur ce sinistre groupe…
Avec toutes leurs bizarreries au compteur, ils ne pouvaient pas espérer une fin moins dramatique que celle-ci, ça devait arriver un jour ou l'autre, on récoltait ce que l’on semait. Cela dit, même si Ono était lucide sur la situation et s’imaginait pouvoir comprendre les motivations du pourfendeur, il ne pourrait guère justifier ses actes auprès de la justice puisqu’il n’existait aucune preuve à l’encontre des actions néfastes de ces hommes. Tout avait été minutieusement étouffé.
En tout cas, après l’examen d’un corps, le visage confus de l’officier céda sa place à un visage confiant, et décidé. Il se doutait des prochaines destinations à emprunter, si Jason comptait poursuivre cette lancée sanglante. En dépit de ses raisons, Ono ne pouvait pas laisser le pourfendeur se faire justice soi-même et décimer des manoirs entiers comme bon lui semblait. Même avec un esprit aussi compréhensif que le sien, son devoir était de l’arrêter, et il s’y tiendrait.

Ono rappela l’escrimeur à ses côtés, tandis que les hommes se réunissaient à nouveau pour entreprendre une nouvelle route. Avant, l’officier échangea ses suppositions au bretteur, et ce dernier arqua un sourcil suite à toutes ses révélations. Alors comme ça, Jason ne s’en prenait qu’à cette organisation secrète dont on ne connaissait pas masse de choses…
Et pour le magistrat ? Il n'avait rien à voir avec cette organisation... Puis Rinkyu ?! Qu’est-ce qui expliquait son comportement ? A preuve du contraire, le défunt borgne ne faisait partie d'aucune troupe de l'Ombre... Certes le ninja était belliqueux, mais delà à le tuer froidement…
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Mer 29 Mar - 4:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Lun 27 Mar - 17:36


PISTE SANGLANTE

feat.Jason & Zoro (+ quelques Guest Star possibles selon l’orientation du RP)



A environ 30 km de Furikawa, le soir même.

La pluie martelait toujours obstinément le sol cette nuit-là. Au loin, on entendait le tonnerre gronder et une tempête hurler alors que le ciel assombri était parfois zébré par un éclair, illuminant les ténèbres durant quelques instants, avant de disparaître. Enfoncé et avachi dans un fauteuil, un verre d’alcool à la main, le nippon fixait la pluie au dehors sans vraiment la regarder. Tout à ses pensées, dans la pénombre de sa chambre aux lumières éteintes, il ruminait les évènements des derniers jours, une lueur inquiète dansant au fond de ses yeux améthystes. La tête posée sur sa main, les sourcils froncés, le visage fermé, il réfléchissait calmement à sa situation plus que précaire.

Il était désormais recherché pour le meurtre d’un magistrat et plusieurs massacres d’employés de la compagnie commerciale Akira. Les fils de l’ombre auxquels il venait de s’attaquer dans leur repère près de Furikawa ne lui avaient fourni qu’une maigre piste. Ils n’avaient pas été surpris par son attaque. Depuis qu’il avait détruit le manoir près de Tagawa, le mot s’était répandu comme une traînée de poudre au sein de la société secrète : le pourfendeur devait être trouvé, et éliminé au plus vite ! Il n’était plus nécessaire qu’il soit pris vivant par les autorités. Les carnages qu’il laissait derrière lui depuis plusieurs jours suffiraient à le discréditer aux yeux de la loi. Les fils de l’ombre tenaient leur coupable. Maintenant, il fallait faire en sorte de neutraliser la menace imprévue qu’il représentait !

De son côté, Jason continuait à remonter la piste, en frappant de plus en plus haut dans l’organisation. Il voulait trouver qui avait commandité tout ça et choisi l’élu comme bouc émissaire. Et surtout, dans quel but ? Pourquoi avoir tué ce magistrat ? Sa prochaine destination se situait au sud ouest de Shiryoku. Un petit village nommé Kougyou. Il avait fait halte dans une auberge perdue au milieu de nulle part sur le trajet lorsque la nuit était tombée. Le temps avait empiré, et la pluie l’avait forcé à faire halte. De toute façon, il était épuisé. Heureusement, la taverne était dans un endroit assez reculé, et ses propriétaires n’étaient pas au courant des dernières nouvelles du monde. Cela fournissait à Rock l’assurance qu’il ne serait pas démasqué et vendu aux autorités pendant son sommeil.

Les heures défilèrent, et peu à peu, assommé par l’épuisement et l’alcool absorbé, Jason sentit ses paupières de plus en plus lourdes. Fixant toujours le dehors, il allait s’assoupir, quand soudain, un éclair illumina la nuit, dévoilant un groupe de cavaliers en armure faisant halte à l’auberge. Aussitôt, une lueur vive de prédateur naquit dans ses yeux et il se redressa tout en s’approchant de la fenêtre discrètement. Caché sur le côté, il observa le groupe, et constata malheureusement qu’il s’agissait certainement d’une des troupes armées envoyées à ses trousses. Des soldats des territoires neutres. Heureusement, ils ne semblaient pas savoir qu’il était là. Discutant paisiblement et rigolant ensemble tout en menant leurs montures à l’abri dans l’écurie, les hommes semblaient surtout ravis d’avoir trouvé un toit pour la nuit afin de s’abriter de la tempête qui faisait rage.

Immédiatement, l’assassin remit son armure et attrapa ses lames qu’il attacha dans son dos. Précautionneusement, il entrebâilla la porte dans le but de jeter un coup d’œil dans le couloir. Il n’y avait toujours personne. Le nippon avait demandé une chambre à l’étage, ce qui lui assurait quelques minutes de plus pour décider quoi faire avant que les soldats ne grimpent dans leurs chambres, et encore… si jamais il leur était fourni des chambres à l’étage !
Rock se déplaça furtivement dans le couloir comme il savait si bien le faire, et se dirigea vers le bout du couloir afin de pouvoir vérifier que personne ne montait déjà l’escalier. Il n’eut malheureusement pas le temps car trois soldats en train de discuter paisiblement surgirent de l’angle, et se retrouvèrent nez à nez avec l’assassin. Ce dernier se maudit silencieusement d’avoir autant bu, car ses sens s’en trouvaient émoussés !

Heureusement, les soldats restèrent sans voix devant l’apparition de l’homme qu’ils traquaient. Ils ne s’attendaient vraiment pas à le croiser là, maintenant ! Il n’en fallut pas davantage pour que le Minshujin prenne l’initiative : il décrocha une torche du mur et frappa aussitôt l’ennemi le plus proche au visage. Ce dernier s’effondra au sol avant d’avoir pu réagir. A ses côtés, l’un de ses coéquipiers tenta de dégainer précipitamment son épée, mais Jason fut plus rapide et l’envoya se cogner violemment contre le mur après l’avoir atteint en pleine tête avec son arme improvisée. Il poursuivit son geste et visa le troisième homme avec un geste ample en visant sa tempe, dans le but de le neutraliser aussi avant qu’il n’ait donné l’alerte. Demeurer discret était le plus important, ici.

Cependant, l’alcool et la fatigue trahirent à nouveau l’épéiste, et son adversaire parvint à esquiver le coup trop ample et pas assez rapide en baissant la tête, et lorsqu’il se redressa, il abattit son poing en pleine joue droite du jeune Rokuro qui chuta sur le plancher en lâchant la torche.
- Alerte ! Rock est ici ! Hurla le soldat dès qu’il le put.
Le brun se ressaisit alors et fit un croc en jambe à l’homme d’armes qui se cogna au mur, et perdit connaissance. Mais il était trop tard. L’alerte était donnée ! L’élu se releva d’un bond et fit volte face : devant lui, le couloir s’étendait jusqu’à une fenêtre donnant sur le dehors au bout de celui-ci. Il n’avait plus d’autre choix !

Il se mit à courir pour traverser le couloir à toute vitesser et plongea à travers la vitre avant de se réceptionner de justesse au sol, dans la boue. Déjà, dans l’auberge, un brouhaha manifeste prouvait que tous les hommes présents étaient alertés. Rock se dirigea vers l’écurie et fit sortir toutes les montures en les effrayant pour les disperser. Le temps qu’ils mettraient à retrouver leurs montures serait toujours ça de gagné pour les distancer. Il entendit alors plusieurs voix se manifester non loin de lui :
- Il est là ! Vite !
- Ne le laissez pas s’échapper !

Rock grimpa sur le seul cheval encore présent d’un bond, alors qu’un soldat s’approchait en courant. Il s’apprêtait à désarçonner le nippon à l’aide de sa lance, mais ce dernier fut plus rapide : il saisit une poudre aveuglante dans l’une de ses poches, et la souffla au visage du garde qui se mit à hurler de douleur en lâchant son arme. L’un des hommes à une vingtaine de mètres, armé d’un arc, visa l’assassin malgré la pluie et la pénombre et tenta de l’atteindre, mais sa flèche fut déviée. Au même instant, deux nouveaux ennemis armés de katanas coururent à perdre haleine vers le fugitif.
- Allez ! Attrapez-le !

Mais il était déjà trop tard : le Minshujin démarra au galop sans demander son reste, et distança aussitôt les soldats qui étaient à pied et dont les montures s’étaient dispersées tout autour de l’auberge. Quant au pourfendeur, il disparut en une poignée de secondes, happé par les ténèbres de la nuit et la tempête qui faisait rage...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Jeu 30 Mar - 17:52





血まみれのトレイル

feat. Jason & Zoro



La troupe réunie, il fut temps d'abandonner les lieux pour se diriger vers la prochaine destination. Par logique, Ono dirigerait ses soldats vers le lieu le plus susceptible d'être attaqué par le mercenaire, bien qu'il existait plusieurs zones à danger. Rien n'affirmait que Jason prenait la route qu'Ono supposait mais quand on manquait cruellement d'indices tandis que le temps commençait à leur marcher dessus, il fallait miser sur les hypothèses les plus probables et faire avec. Ca passait ou ça cassait.

De nouveau sur le chemin, le ciel s'assombrissait, la pluie devenait violente, quitte à fouetter le visage des soldats lorsqu'elle atteignait son point culminant. Et parfois même, des éclairs spectaculaires déchiraient ce ciel ombrageux. La bouillasse s'accumulait sous les bottes, ce qui compliquait la marche, et les hommes fatiguaient. Ils se motivaient comme ils le pouvaient, mais même les chevaux s'y mettaient. Excités par les éclairs, ils s'agitaient dans tous les sens, l'avancée s'annonçait impossible pour le moment, et Ono ne tenait pas à ce que ces hommes se choppent une saloperie en insistant orgueilleusement de la sorte. Quant à Zoro, il en avait vu d'autres dans son monde pendant qu'il naviguait sur les flots sauvages, cette tempête ne l'impressionnait guère, ça ne valait pas plus que de la pisse d'oisillon pour lui.
Sage, Ono promit de se poser à la première auberge ou au premier abris qui se présenterait à eux.

Quelques minutes plus tard, une baraque éclairée attira leur attention... Une auberge... ! Les soldats se soulagèrent à cette vue comme si on leur exposait un cadeau divin. Ils vinrent conduire leurs montures jusqu'à une écurie. Cette auberge les égayaient, et les rires et dialogues reprirent de plus bel maintenant qu'ils se savaient sortis d'affaire. Les visages s'illuminèrent à l'idée de pouvoir confortablement se reposer. Mais cette auberge... n'était pas n'importe quelle auberge...

Bénédiction du destin ou joli coup du hasard ?

A l'écart du groupe, comme à son habitude, Zoro sentit son haki de l'observation l'appeler. Une sensation d'être plus ou moins épié vint le saisir. Automatiquement, son expression éteinte gagna en vivacité, pendant que son regard balayait la façade de l'auberge. Des fenêtres donnant à des chambres allumées, rien à signaler, excepté une... Plongée dans l'obscurité. Probablement était-elle inoccupée... Ou pas ?! Mais avec toute cette pluie qui lui cognait la gueule, et lui floutait sa vue irrémédiablement, il ne perçut rien à ce carreau. Suspicieux, il demeura tout de même fixé à elle dans l'espoir de capter un mouvement, jusqu'à l'instant où Ono leur ordonna de rentrer. Mais Zoro resta seul, dehors, accroché à cette foutue chambre :

Roronoa.. ? Vous venez ?


Une fois qu'Ono rappela Zoro à l'ordre, ce dernier  ne lâcha pas ces carreaux mystérieux pour autant, mais au moins il entama la marche vers la porte, déjà ça. Certainement que si quelqu'un les observait comme il le sentait, il s'était déjà barré de la fenêtre depuis belles lurettes. Quand il fut obligé de s'en séparer, il pénétra dans la chaleureuse pièce calmement, muré dans son silence imperturbable alors qu'Ono refermait la porte derrière lui. Il observa la perplexité du bretteur longtemps, devinant que ce dernier était dans un état réflexif intense. Il rejoignit alors ses hommes, laissant l'épéiste à ses interrogations.

Trois d'entre eux furent consignés dans une chambre et ne tardèrent pas à la rejoindre, pendant que les autres attendaient leur tour. Mais une fois que les soldats disparurent de l'escalier pour gagner l'étage, un bordel monstre résonna à travers l'auberge. Comme si des poids chutaient au sol, aisément associables à l'orage qui grondait dehors. Que se passait-il là-haut ?! Une baston ?! Mais pourquoi ? Avec qui ? Ca paraissait particulièrement violent. Le couloir s'était apparemment transformé en ring de boxe...
Les conversations de comptoir coupées, tous levèrent le museau vers le haut, figés et inquisiteurs, y compris le bretteur. Quand soudainement... Un cri d'alerte...

"

Rock est ici ! "


Le sang du bretteur ne fit qu'un tour, pendant que certains hommes se ruèrent dans les escaliers. Ono ordonna aux autres de le suivre dehors afin d'encercler activement toute l'auberge au cas où Roc tenterait de s'échapper. Une lueur prédatrice s'enflamma dans la prunelle du samouraï en vert, le regard encore braqué vers les marches. Le choix de monter en haut pour le bloquer comme un rat, ou d'accourir dehors pour le réceptionner à sa chute titilla le cheveux vert mais un fracas de verre ressemblant à une fenêtre brisée décida pour lui. A coup sûr, Jason avait sauté, il n'était plus à l'étage.

Zoro se précipita alors instantanément dehors, essayant de discerner sa forme dans cette nuit trouble. Mais tout ce qu'il vit fut une vague de chevaux complètement déchaînés qui se dispersaient dans tous les sens. Quelques soldats se désignèrent pour tenter de dompter quelques montures, pendant que d'autres étaient déterminés à chopper le pourfendeur.
Le pirate accourut au moment même où certains d'entre eux repérèrent la proie et en effet... Il se trouvait là, entrain de monter son cheval. Un intrépide se dévoua pour l'attraper, mais il tomba vite à terre, aveuglé par une espèce de poudre de perlimpinpin ou allez savoir... Un archer essaya lui aussi de décocher une flèche mais en vain, et un dernier assaut d'hommes accoururent à lui mais le mercenaire fuyait déjà à travers la pénombre.

Quant à Zoro, il s'était placé sur la trajectoire du brun fougueux, les mains autour du manche de ses katanas. Entrant dans une concentration imperturbable, son oeil affûté le suivait s'effacer dans les bois, quand soudainement l'homme sous la pluie dégaina deux katanas pour élancer une violente lame d'air vers le cavalier. Un coup bref, mais puissant. Un bon calibre 72 des familles..
Il ne promettait rien, il était possible que Jason l'esquive à cette distance, bien que cette ligne tranchante était assez longue pour que ça l'atteigne. D'ailleurs, tous les arbres sur la trajectoire de la lame se virent tranchés, ou en partie. Mais quand bien même le mercenaire se faisait toucher, il ne serait pas blessé mortellement puisque la puissance de cette technique s'atténuait selon la distance. Plus on s'éloignait, moins on risquait. Maintenant, il ne le voyait plus... Toutefois, il espérait avoir pu l'affaiblir ne serait-ce qu'un peu :

C'est ça... Fuis tant que tu le peux... Je finirai par t'attraper mercenaire...  


Quant à Ono, il était parvenu à chevaucher un cheval, déterminé à le poursuivre mais si les chances de garder sa trace étaient minces sous ce temps pourri. Décidément, l'atmosphère n'était pas en leur faveur. Zoro lui, était toujours immobilisé, rangeant ses katanas tranquillement, l'air serein, bien que sa frustration d'être passé à deux doigts de l'attraper l'emmerdait... Si près du but... Il se retourna alors vers Ono.
Enfin... Etait-ce nécessaire de galoper après son cul maintenant, sous toute cette flotte aveuglante ? Eh bien, l'on attendait la décision du chef, sachant que quelques soldats avaient réussi également à dompter des montures.

Une semaine plus tard, les voilà à Shiryoku. Ono avait joué la carte de la raison, s'étant abstenu de poursuivre Jason, et avait dispersé ses troupes dans les zones susceptibles de voir apparaître l'assassin. Quant à lui et à Zoro, ils voulaient revenir dans le noeud central des villes et villages marchands...
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Dim 2 Avr - 3:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 31 Mar - 23:07





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



Passant dans différentes rues de la Capitale de Kansei, je me dirigeai vers l’auberge d’Hotaku après un boulot des plus banals, une petite escorte. Chaque recoin de la ville était à présent ancré dans ma tête, plus rien à voir avec les premiers jours où j’étais bel et bien perdue au milieu de tous ces gens. Sur le chemin je croisai un marchand de yakitori, et croyez-le ou non, ça sentait trop bon pour résister. Je passai commande rapidement, puis reprenait la route tout en mangeant. Il ne me fallut que quelques minutes supplémentaires pour parvenir aux portes de la fameuse auberge où je créchais depuis facilement un an maintenant.

« Ben Dahlia ! T’aimes pas mes yakitoris à moi ? Tu vas voir ailleurs ?! » S’exclama Hotaku en me voyant entrer.

« Baisses le prix, on verra ensuite... Mais, honnêtement, ils sont infects... » Répliquai-je sur un ton narquois alors que je m’asseyais à son bar.  

« Nan mais entendez-là critiquer ma cuisine ! Ajouta-t-il d’un air faussement outré. – Mais plus sérieusement, tu tombes bien, il y a une rumeur étrange qui circule... » Reprit l’aubergiste d’un ton redevenu sérieux.

Lorsque le barman m’annonça cela, mon expression moqueuse disparut pour laisser place à mes sourcils froncés, invitant Hotaku à en dire plus.

« Tu sais que Jason est partit pour un boulot aux Territoires Neutres ? »

Je hochai la tête pour lui répondre. Cela faisait maintenant environ cinq jours qu’il était parti parce qu’un haut placé voulait de ses services, je n’en savais pas plus et ne m’en formalisai pas.

« Il est recherché pour le meurtre de ce haut magistrat qu’il était censé aider, Lijong... Et pour d’autres aussi... »

J’eus du mal à avaler l’information et je clignai plusieurs fois des yeux avant de répondre au propriétaire.

« J’en crois pas un mot... »

« Oh moi aussi j’ai du mal à le croire... »

Deux choses faisaient que je ne croyais pas du tout à cette histoire de tueur en série : la première était que si Jason avait voulu assassiné quelqu’un, personne ne serait au courant ; la seconde, simplement que ça ne lui ressemblait pas du tout de tuer des gens à la chaîne de cette manière. Je m’appliquai à ne pas mettre les pieds trop longtemps aux Territoires Neutres parce qu’il s’y passait toujours quelque chose de louche, eh bien je ne me trompai pas ! À l’heure qu’il est, le brun devait être en cavale, plusieurs mercenaires devaient être à la recherche de sa tête pour se faire de l’argent, sans parler de la garde elle-même. Il fallait que j’aille sur place pour comprendre tout ça, et essayer de l’aider à se sortir de cette merde.

Ainsi, je m’étais mis à récolter quelques informations un peu partout dans la ville pendant quelques jours, avant de préparer mes affaires et ma monture pour partir. Pas loin de trois journées me furent nécessaires pour arriver à Shyrioku, là où l’affaire semblait avoir commencé. Le meilleur moyen qui s’offrait à moi pour avoir des informations, était de me faire passer pour une mercenaire voulant participer à la traque. C’était donc sans aucune hésitation que je me rendais au pas vers leur caserne, n’ayant pas oublié les lieux. Sur les murs de certaines auberges, plusieurs affiches faisant mention du pourfendeur étaient placardées. Comment il s’était retrouvé dans une situation pareille ? Plongée dans mes pensées tout en continuant mon avancée, mon cheval, finit par heurter quelqu’un surgissant subitement. Je tirai brusquement sur les rennes pour que le palefroi s’arrête et conserve son calme.

La personne que j’avais bousculé se trouvait être un homme aux cheveux verts, étrange couleur sur une tête. Il portait des katanas et semblait pressé, comment n’avait-il pas pu voir ma monture sur sa route ? Enfin, peu importait.

« Ça va ? » Demandai-je en descendant du cheval pour l’aider à se relever.

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Dim 2 Avr - 21:53





血まみれのトレイル

feat. Jason & Dahlia





Posés à Shiryoku dans l’attente d’une quelconque nouvelle, voire apparition de la part du criminel recherché, les soldats campaient à différentes entrées de la ville pour intercepter chaque voyageur ou marchand qui entrait ou sortait. Ils résidaient dans diverses auberges. Quant à Zoro, il se trouvait avec Ono, dans la caserne centrale, mais avait demandé à s’absenter quelques instants pour refaire le plein d’énergie. Des yens en poche, il se tirait pour un après-midi shoping. Evidemment, ses intérêts se portaient sur les stands d’alcool, ou sur des forgerons qui exerçaient leurs pratiques à la vue de tous.

Une fois les emplettes effectuées, il ne restait plus qu’à regagner sa position. En tout cas, une nette amélioration de l’ambiance était à relever. Il avait laissé ce village inanimé et terrorisé, mais lentement, la vie reprenait son cours, et ça faisait plaisir.
En marche vers la caserne.. Non, en réalité, il ne se dirigeait pas du tout dans la bonne direction, mais il en avait l’illusion, c’était déjà ça. Bref, pensant être en route vers son escouade, il traversa une grande avenue blindée où les transports allaient et venaient sans arrêt. Aussi dangereux pour un piéton que de traverser une autoroute…

Quand la voie sembla se libérer un tant soit peu, Zoro se mit à surgir de derrière une charrette marchande, mais… PIRE IDEE de l’année ! En effet, une furie cavalait à toute allure dans cette même rue, se croyant très certainement dans un western, et fonça droit sur le bretteur. Ne percevant que trop tard le futur accident, le garçon eut néanmoins le réflexe de bondir en arrière, bien qu’il eut le temps de se prendre un coup de sabot au bras lorsque le maître força brutalement sa monture à freiner. Brusque pour tout le monde. En réalité, la cavalière était au pas, mais l'état d'urgence suscité chez l'homme lui accélérait sa perception, quitte à la déformer.
Les fesses contre le sol, son kimono prenait la poussière, et pris au dépourvu, il lui fallut un certain temps d’adaptation cérébrale pour capter le dernier événement :

OI DUCON, TU PEUX PAS REGARDER OU TU VAS ?!  


Une fois les esprits plus ou moins restitués, une femme mystérieuse descendit de la bête. Ducon devenait Duconne alors. Il allait enfin connaître l’identité de cette folle conductrice. Une silhouette aguicheuse se présenta à lui, et se soucia de l’état du malheureux. Sincérité ou simple courtoisie ?
Elle s’avançait dans le but de le relever, sauf que le fier épéiste énervé ne le voyait pas de cet œil. Il tendit son bras vers la demoiselle pour la maintenir à l’écart. Il était tout à fait à même de se redresser comme un grand ! Il n’était pas un débutant pardi ! Pauvre dindasse !

.. Reste où tu es !  


Sur cet ordre, il se releva calmement, avant de se dépoussiérer son habit, légèrement désappointé. Son expression plus froissée qu’à l’accoutume n’augurait rien d’agréable pour son interlocutrice :


Ca ira quand certaines  arrêteront de se croire seules au monde en galopant à toute volée… Quel est ton objectif ?! Tuer quelqu'un ?  


Jetant un coup d’œil au crépuscule qui pointait le bout de son nez, il offrit un dernier regard sinistre à la jeune femme :


- Arg.. J’ai pas le temps pour ces conneries, j’dois rentrer à la caserne !

 


.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Jeu 6 Avr - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mar 4 Avr - 0:27





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



Hum tout compte fait, j’aurai peut-être dû laisser ma monture lui marcher dessus, il aurait eu une bonne raison de gueuler comme un dératé celui-là... Le gazon ambulant avait surgi de nulle part, et même si je n’étais certes pas très concentrée sur ma route, ce n’était tout de même pas compliqué d’entendre un cheval s’approcher. Puisqu’il s’obstinait à vouloir se lever seul, grand bien lui faisait, il pouvait même rester allongé par terre si ça lui faisait plaisir. Pour ma part, je commençai déjà à remonter sur mon palefroi, tandis que le vert répondait à ma question. Ok donc la mauvaise foi incarnée, c’était pour ma pomme, quoi...

« Ouais, ça galope pas très vite là-haut, toi... »

Mon index alla tapoter ma tempe à deux reprises alors que j’affichai toujours une expression blasée et passablement ennuyée. Pourquoi fallait-il toujours que je fasse une rencontre à la con en territoire neutre depuis que j’en étais partit ? Avant de reprendre mon avancée, je jetai un regard à la pseudo-victime que j’avais, parait-il tenté d’assassiner d’un coup de sabot. Son allure ne ressemblait pas vraiment aux natifs de Kosaten, sans parler de ces cheveux d’une couleur anormale. Je me demandai si j’avais affaire à un élu, puis sa dernière phrase me fit tiquer. Cet homme allait également à la caserne, ce n’était surement qu’une coïncidence, mais cela voulait dire que j’allais possiblement me le coltiner là-bas aussi, génial...

Cependant contre toute attente, l’homme au katana se dirigea dans une direction complètement opposée à celle menant à la fameuse caserne. Soit il ne connaissait pas la route, soit son orientation laissait à désirer, ou alors il était ivre, ça restait possible puisqu’il n’avait pas été fichu d’esquiver un cheval au pas. De mes talons j’intimai à ma monture d’avancer, alors que j’observai le gueulard complètement à l’ouest, un sourire amusé commençait à naître sur mes lèvres.

« Eh ducon, tu te trompes de route là... On a abusé des pintes... »

Sur ces mots, mon objectif revint ma priorité et je laissai le bretteur à ses occupations, qu’il se perde était le cadet de mes soucis. Quelques minutes me suffirent à enfin arriver sur place. J’attachai le cheval à un abreuvoir et m’apprêtai à rentrer dans la caserne, non sans croiser les gardes auxquels j’expliquai être tout simplement là pour la traque de Rock. Il suffisait d’affirmer cela pour avoir le droit d’entrer, le minshujin étant devenu l’ennemi à abattre du jour au lendemain. D’un soupir, j’allai demander à voir le responsable de cette chasse à l’homme. Le dénommé Ono était cependant assez occupé et j’allai devoir attendre, comme si j’en avais le temps... J’allais donc m’appuyer contre un des murs, le miraculé ne devrait pas tarder à arriver aussi, je l’avais évidemment dépassé.

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Jeu 6 Avr - 19:40





血まみれのトレイル

feat. Jason & Dahlia





En plus d'être totalement en tort, cette femme joua la carte de la provocation. Au lieu de présenter ses excuses noblement comme toute bonne nana civilisée, elle osa le défier à travers une réflexion bien cinglante. Il se contenta de l'accabler  d'un regard digne de Jack l'Eventreur : "garde tes conneries pour toi pauvre folle à lier ! ". Folle mais belle, il fallait bien le reconnaître, même si le pirate n'y prêtait aucune attention.

Il s'élança alors dans une direction au pif pour regagner la caserne, bien décidé à ne pas relever cette rencontre aussi chiante qu'inutile. Ce cheval et sa cavalière maudits ne le troubleraient en rien dans sa tâche.
Mais alors qu'il pensait faire de cette chieuse un nouveau souvenir à zapper au plus vite, assuré d'en avoir fini, cette dernière l'interpella mystérieusement pour lui indiquer la véritable voie à suivre.

Notons premièrement le "ducon" qu'elle retourna à l'envoyeur de manière insolente, accompagnée d'une sale petite déduction sortie de nulle part. Elle osait sous-entendre que l'alcool altérait son sens de l'orientation. Elle ne savait pas de quoi elle parlait cette foutue nigaude avec ses conclusions minables.
Cependant, plus ou moins conscient de ses capacités à retrouver son chemin, il freina brutalement comme une Mercedes à 240 km/h sur l'autoroute. Un mur de poussières se dressa suite à ce violent arrêt, tandis qu'une grimace agacée tordit à nouveau son visage.
Il se tourna dés lors vers la femme, et l'accusa de son oeil émeraude

Tss... ! C'toi qui m'déconcentre... !  


Encore une fois, il reportait la faute de ses propres défauts sur autrui. Cette femelle se permettait beaucoup de choses alors qu'elle ne le connaissait pas. Elle n'avait pas froid aux yeux apparemment. Etait-elle assez débile pour ne pas comprendre qu'il valait mieux éviter de se friter avec un type se baladant avec trois sabres ?! Bien qu'au fond, il ne l'attaquerait pas sauf en cas d'extrême nécessité. Mais qu'elle fasse davantage gaffe à son cul à l'avenir !

Plus rapide que lui, puisque à cheval, la demoiselle arriva à bon port avec une petite avance. Cela dit, le garçon usait de son haki de l'observation pour la suivre à la trace, et capter sa présence. Comme il le supposait, elle se dirigeait également vers la caserne puisqu'elle lui avait indiqué la route, et ne ressemblait aucunement à une citoyenne de Shiryoku. En fait, elle ressemblait davantage à une mercenaire, venue chercher on ne savait quelle mission, ce qui expliquerait sa témérité, et sa confiance devant plus badass qu'elle !
Au bout d'un moment, il reconnut la caserne, ainsi que le dada accroché devant. S'il était un gamin, il le détacherait, mais non rancunier pour des piques aussi futiles, il se contenta d'entrer d'un pas lourd au sein de la caserne.

Certains camarades s'éclairèrent à son retour, l'ayant supposé perdu à jamais. Des paris humiliants s'étaient même lancés sur son compte : d'un côté, ceux qui croyaient en son retour avant la fin du jour, et de l'autre, ceux qui pensaient que quelqu'un devrait se dévouer pour aller le chercher. Oui, son  mauvais sens de l'orientation n'était pas passé inaperçu aux yeux de l'escouade ... à force de se le coltiner depuis plus d'une semaine... , et était sujet à pas mal de sarcasmes.
Un noeud de colère se noua sur le coin de sa tempe, mais le garçon prit sur lui pour ignorer, et ne pas péter une durite au milieu de la pièce. Heureusement, les rires ne durent qu'un court instant, et étaient plus taquins que fondamentalement moqueurs. L'épéiste remarqua par ailleurs la femme, à l'écart, isolée dans son coin. Il s'en approcha, et se posa à ses côtés dans l'attente des prochains ordres, les bras sévèrement croisés contre son torse, fermé à toute discussion. Que foutait-elle ici ?!.. Si jamais elle décidait de traquer le pourfendeur à leurs côtés, il était pas dans la mierdasse.

.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Zoro Roronoa le Sam 8 Avr - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 7 Avr - 0:59





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



Un vrai comique cet homme aux cheveux couleur gazon. En partant j’avais pu l’entendre encore me jeter la pierre ; je le déconcentrais ? Parce que monsieur avait le regard baladeur peut-être ? Je ne pensais tout de même pas faire tellement d’effet à en perdre l’orientation. Enfin bref, au bout d’un court instant, je m’étais retrouvée à poireauter dans la caserne, appuyée contre un mur. J’avais pendant ce temps discuté un peu avec les gardes présents à l’intérieur, qui m’expliquèrent un peu la situation au sein des territoires neutres depuis la mise à prix de la tête de Jason. Les gens étaient tendus, inquiets et pour le moment, leur enquête n’avançait pas du tout.

Entre-temps, le bretteur aux katanas fit enfin son apparition. Et quelle entrée, tous les gardes se mirent à parler en même temps, à le regarder d’un air taquin sur le visage, tout en se donnant des pièces de yens. Avant qu’il n’arrive, on m’avait expliqué qu’un des mercenaires sur l’affaire avait un magnifique sens de l’orientation. Tiens, tiens, ça me rappellerait quelqu’un ça. Les officiers voulant passer le temps et se détendre un peu, avaient fini par parier sur la manière dont il rentrerait à la caserne. De lui-même avant la fin de la journée ou grâce à l’aide de gardes devant aller le chercher pour qu’il arrive à bon port.

J’avais un sourire narquois sur mes lèvres alors qu’il se rapprochait de moi pour se poser sur le mur, les bras croisés et la mine renfrognée. Je tendis ensuite ma main vers un des gardes non loin pour qu’il me donne mes dix yens. Quoi ? Ils m’avaient poussé à parier et ayant croisé le vert tantôt, je savais qu’il avait dû me suivre pour arriver jusqu’ici. Ça me faisait toujours un petit casse-croûte de gagner ces yens. Je n’adressai aucun mot à l’homme qui s’était heurté à ma monture, j’attendais juste patiemment que le commandant Ono arrive, et cela finit par arriver.

Au moment où l’homme avait mis le pied dans le hall, les officiers s’étaient directement redressés, abandonnant leur posture avachie. Ce n’était cependant pas une réaction que l’on pourrait qualifier de pur automatisme, ces hommes semblaient avoir une réelle admiration pour leur supérieur. Ce dernier était un brun avec de la bouteille, la quarantaine pleinement entamée, le visage sérieux, voire sévère. Ono dégageait un certain charisme il fallait l’avouer, et il ne volait certainement pas sa place. D’ailleurs, l’officier en chef ne tarda pas à remarquer ma présence.

« Vous voulez participer à l’affaire Rock, j’imagine ? Vous êtes ? »
Me demanda-t-il d’un ton ferme.

« C’est ça. Dahlia Gardilho. » Répondis-je d’une voix neutre.

« Bien, dans ce cas suivez-nous. »

Tous les hommes se mirent en marche et empruntèrent un couloir menant à une autre pièce, où une grande carte des territoires neutres était étalée. Plusieurs points dessus étaient entourés en rouge. Le commandant commença par me faire un résumé de la situation, il me parla du premier meurtre, celui du magistrat. Ono enchaîna ensuite avec le massacra du manoir non loin de Tagawa, puis sur la piste qui les avait menés à Furikawa lors d’un autre massacre. Encore un point qui ne ressemblait pas à Jason, poser des indices pour indiquer sa position, ce n’était pas son genre. L’homme m’apprit également qu’ils avaient failli coincer le pourfendeur dans une auberge et que celui-ci était parvenu à blesser trois de ses officiers. Un vrai meurtrier en cavale aurait plutôt tué ses opposants plutôt que simplement les blesser, mais tout dépendait de la situation... Le brun ajouta enfin avoir réparti ses hommes entre plusieurs zones des territoires neutres, où Jason pourrait selon lui, réapparaitre.

« Malheureusement, à l’heure actuelle nous n’avons plus aucune piste, j’avoue ne plus savoir quoi faire... Cela fait une semaine que rien ne s’est produit. » Finit Ono.

« Dans tout ce que vous m’avez dit, il y a effectivement plusieurs choses qui clochent... »


Pour le moment je ne pouvais pas m’avancer sur quoi que ce soit, je venais d’arriver et faire comprendre que mes doutes étaient nombreux directement, ne ferait que me rendre suspecte à leurs yeux. Une femme qui apparait comme ça et qui affirmerait que tout ça ne collait pas du tout, non, valait mieux attendre d’avoir d’autres éléments.

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 7 Avr - 15:17


PISTE SANGLANTE

feat.Jason, Zoro & Dahlia



Quelques heures après l’évasion de Jason, lieu inconnu.

Le visage renfrogné marqué par la douleur, le nippon recousait sa blessure à la cuisse. Les mains couvertes de sang, il utilisait du fil et une aiguille pour refermer la plaie provoquée par le Roronoa. Il était habitué. Il avait déjà accompli ces gestes des dizaines de fois par le passé. Et heureusement pour lui, il cicatrisait vite. Plus vite qu’un humain classique.
Avoir croisé Zoro avec les hommes qui le traquaient n’était pas prévu au programme, et constituerait une nouvelle information dans l’équation qu’il ne devait pas sous-estimer. Cela n’arrangeait pas ses affaires. Mais ce n’était pas illogique. Tout comme lui, le pirate était un mercenaire, et à l’heure qu’il était, une prime juteuse était offerte pour sa capture. Il ne serait probablement pas le seul à se lancer sur ses traces. Il faudrait faire avec, jusqu’à ce qu’il ait atteint ses objectifs, et lavé son nom des accusations qui pesaient dessus.

Satisfait, il coupa le fil à l’aide d’une de ses dagues, et lava le sang qui recouvrait ses mains et sa cuisse dans une bassine posée non loin. Il se redressa lentement et s’approcha de la fenêtre de sa petite chambre, louée dans une taverne miteuse. La tempête faisait toujours rage dehors, mais c’était mieux comme ça. Il était sûr au moins que Zoro aurait perdu sa trace. Il avait eu chaud ce soir. Et avant de passer à nouveau à l’action, il allait devoir faire quelques recherches tout en se faisant oublier un minimum…

Faubourgs de la ville d’Akonit, loin au sud de Shiryoku, huit jours plus tard.

La nuit était tombée sur les falaises près de la ville marchande. Et avec elle, les ténèbres avaient recouvert les lieux. Dominant les faubours depuis l’une des falaises, un splendide domaine appartenant aux fils des ombres connaissait une agitation particulière depuis plusieurs jours. En effet, c’était l’un des lieux qu’Ono avait pressentis comme étant des cibles potentielles de Rock. Et il ne s’était pas trompé : dissimulé dans les arbres tout près de la propriété, l’assassin se déplaçait en restant dans les arbres grâce à son pas de l’Ombre.
Plus d’une dizaine de soldats des territoires neutres surveillaient les alentours du domaine. Rien qui poserait problème à l’assassin. Seulement voilà : il n’avait pas l’intention de tuer ces hommes. Ses cibles étaient les hommes qui l’avaient piégé, pas eux. S’il commençait à tuer des membres de l’armée des territoires neutres, on enverrait à ses trousses une toute autre force de frappe. Il ne pouvait pas se le permettre.

Il ne put donc pas agir comme il l’avait fait les deux fois précédentes, et attaquer de manière frontale en éliminant tout le monde. Il mit donc en place une diversion, et démarra un incendie à plusieurs centaines de mètres de distance avant de se diriger vers le domaine. Son plan éloigna la plupart des soldats ainsi qu’une partie des mercenaires travaillant pour la compagnie, ouvrant une brèche pour pénétrer dans le manoir.
Prudemment, il élimina plusieurs sentinelles demeurées postées dans le jardin, après quoi il se téléporta sur une terrasse et entra en silence par une porte fenêtre donnant sur un bureau. Il croisa un garde seul à l’étage qu’il élimina sans faire de bruit en lui tranchant la gorge à l’aide d’une de ses dagues. Après quoi, il fouilla méthodiquement l’étage, en commençant par le bureau. Il n’y trouva rien d’intéressant, mais il s’en doutait. Il se contenta donc de chercher le membre des fils de l’ombre siégeant au conseil des ombres qu’il était venu interroger.

A cette heure, il devait dormir. Et il ne tarda pas à trouver l’homme assoupi au fond d’un lit à baldaquin, dans une chambre richement parée. Il se pencha au-dessus de lui et posa sa main sur le visage de l’homme pour l’empêcher de respirer. Immédiatement, l’homme se réveilla en sursaut, et lorsqu’il vit le pourfendeur penché au-dessus de lui, ce dernier sut qu’il l’avait reconnu à la lueur de peur qui avait flotté dans ses yeux.
- Il faut qu’on parle, toi et moi… Murmura l’assassin d’une voix à faire froid dans le dos.

Quelques minutes plus tard…

Un nouveau cri étouffé émergea de la chambre du vieil homme. Sa main droite empalée dans le mur juste au-dessus du lit par une lame du nippon saignait abondamment.
- Je vais reposer ma question… QUI a organisé tout ça, et pourquoi m’avoir choisi comme cible ?
- Je… je ne sais pas… je ne suis pas dans les confidences… Je ne sais rien, j’vous dis !
- Et moi, j’te dis Bullshit ! S’écria Rock dans un réflexe venant de son ancienne vie londonienne. Je sais de source sûre que tu fais partie du conseil des ombres, alors tu sais forcément quelque chose !

Soudain, les sens aiguisés de Jason entendirent un pas furtif avancer dans le couloir : sans doute un autre garde toujours en vie. Il assomma sa victime d’un coup de poing, puis dégaina sa deuxième lame, et patienta. Un homme armé d’un katana entra soudain dans la chambre, mais il s’effondra rapidement au sol, atteint par la dague que le serpent lui avait lancé en pleine gorge.
Mais alors qu’il pensait la menace maîtrisée, la fenêtre de la chambre fut brisée par un lourd projectile. Un instant plus tard, une flèche siffla dans la chambre, ratant heureusement le pourfendeur. Très vite, Rock se dirigea vers le garde abattu et récupéra son poignard sur le corps, avant de se tourner vers le lit. C’est alors qu’il constata malheureusement que celui-ci avait atteint sa cible en pleinte tête : la flèche avait transpercé le crâne de l’homme, mettant fin à la seule piste dont disposait l’élu. Le tueur le regarda avec un sourire provocateur, et lui fit un signe de la main avant de sauter de son perchoir.
- Merde… Murmura-t-il avant de courir vers la fenêtre.

Il repéra l’archer qui était déjà descendu de l’arbre et courait dans l’herbe pour tenter de lui échapper. Mais il n’irait pas loin. Il n’était pas assez rapide, loin de là… l’épéiste se téléporta juste devant le meurtrier et lui décocha un violent coup en plein visage qui le stoppa net en pleine course et l’envoya rouler au sol. Sans perdre de temps, il retourna l’homme sur le ventre en lui passant le bras dans le dos. Il posa ensuite son genou sur le bras pour bloquer complètement son adversaire.
- On va jouer au jeu des vingt questions, mon grand… Pourquoi avoir éliminé Takagi ?
- Vas te faire fou…

Immédiatement, l’assassin planta son arme derrière la cuisse de l’homme, et tourna la lame dans les chairs pour accentuer la douleur. Le résultat ne se fit pas attendre, et le type poussa une plainte puissante.
- Je n’ai pas de temps à perdre, alors parles ! Ou je te garantis que tout ça ne sera qu’un prélude comparé à ce que je te réserve !
- D’accord, d’accord ! Il fallait que je m’assure qu’il ne te dirait rien !
- Me dire quoi ?! Enchaîna Jason, de plus en plus impatient.
- J’en sais rien, moi ! T’as été un assassin, toi aussi ! Tu sais comment ca fonctionne ! On ne nous dit que ce qu’on a besoin de savoir !
- Comment savez-vous autant de choses sur moi ? Lança alors le nippon, surpris qu’ils connaissent son passé d’assassin.
- Le conseil a fait beaucoup de recherches sur toi…
- Dans quel but ?
- Je n’en sais rien !
- Tu mens ! Parles, ou je…

Le nippon se tut subitement en entendant des éclats de voix affolées non loin : les hommes attirés par la diversion étaient de retour et avaient trouvé les premiers cadavres dans le jardin.
- Tu es foutu, Rock… Ricana l’archer avec un sourire provocateur. Tu ne t’en sortiras pas, cette fois !
- Tu crois… ? répondit ce dernier avant de trancher la gorge de l’homme d’un geste vif et précis.
Il se redressa rapidement, et disparut dans la nuit tandis que les gardes et mercenaires encerclaient et fouillaient méthodiquement le manoir. Pourtant, ils ne trouveraient rien d’autre que des cadavres. Il était déjà trop tard : le pourfendeur avait disparu…



Dernière édition par Jason Rokuro le Ven 7 Avr - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 7 Avr - 15:48


PISTE SANGLANTE

feat.Jason, Zoro & Dahlia



Hauteurs d’Akonit, domaine des Fils de l’Ombre, fin d’après-midi, le lendemain.

Enfin, la troupe dirigée par Ono arriva sur les lieux déjà bouclés par la dizaine d’hommes qu’il avait postés ici, et qui étaient chargés d’éviter un nouveau massacre. Visiblement, ils n’avaient pas réussi. Agacé d’avoir été à nouveau coiffé au poteau, et en même temps excité que sa proie ait enfin ressurgi des ombres pour agir et peut être lui offrir une nouvelle piste, le commandant descendit de cheval et alla à la rencontre du lieutenant qu’il avait chargé de sécuriser les lieux. Celui-ci avait le côté droit du visage enflé par un méchant bleu, récolté à cause du nippon qui lui était tombé dessus sans crier gare durant son infiltration. Il rapporta rapidement à son supérieur le peu d’informations qu’ils avaient pu découvrir en enquêtant, c’est-à-dire pas grand-chose.

Deux d’entre eux avaient été neutralisés de manière non létale. Mais tous les mercenaires de la compagnie marchande Akira qui avaient croisé le chemin du Minshujin, en revanche, n’avaient pas eu cette chance. Ils étaient tous morts. Seuls ceux qui avaient mordu à l’appât de la diversion étaient encore en vie. Cela conforta l’officier dans l’idée qu’il se faisait du pourfendeur. Mais cela ne changeait pas grand-chose : il fallait arrêter cette cabale insensée !
Il se tourna vers Zoro et Dahlia, et leur ordonna d’une voix autoritaire :
- Dahlia, Zoro ! Fouillez l’intérieur du domaine ! Il a peut être laissé des traces sur son passage… Et inspectez la chambre de Takagi ! Apparemment, il l’aurait torturé. Je veux savoir pourquoi, si possible…

Ceci fait, le commandant se mit à marcher avec son lieutenant qui lui rapporta le décompte des victimes : onze morts et deux blessés. Les deux seuls survivants étaient ses propres soldats. Et une nouvelle fois, Rokuro avait pris d’assaut un domaine de la compagnie Akira. Ce n’était pas une coïncidence. Ono était désormais certain qu’il en avait directement après cette compagnie. Mais surtout, après ce que cette compagnie dissimulait : les Fils de l’Ombre !
Il n’avait jamais pu prouver l’existence de cette organisation lui-même, mais il avait déjà enquêté dessus près de dix ans en arrière. Il avait fait le lien entre cette organisation et la compagnie Akira, avant que son affaire ne soit subitement rangée aux oubliettes et qu’il lui soit clairement dit qu’il ne devait plus enquêter là-dessus.

Il remercia son lieutenant pour ce rapport détaillé, et s’approcha d’une demi-douzaine de ses hommes qui attendaient des instructions près des chevaux. Ils étaient tous épuisés. Tirés du lit en pleine nuit par un messager envoyé d’urgence à Shiryoku pour les prévenir, la compagnie avait voyagé toute la nuit et la matinée pour arriver ici aussi vite que possible. Ils n’iraient pas plus loin pour le moment, et Ono le comprit d’un simple coup d’œil. Ils étaient trop nombreux pour dormir dans une auberge d’Akonit. Restait donc une seule option :
- Montez le campement ! On va rester ici pour cette nuit.
- A vos ordres ! Répondirent les hommes avant de commencer à décharger les bêtes.

L’officier quadragénaire, quant à lui, se dirigea vers le manoir et monta les escaliers de marbre menant à l’entrée principale. Sur les marches reposaient deux gardes n’ayant pas eu le temps de dégainer leurs katanas, et baignant dans leur sang, ainsi qu’un de ses hommes blessés la nuit dernière, un bandage autour de la tête. Il salua d’ailleurs son officier d’un signe de tête, sans toutefois se lever. Il était épuisé lui aussi, cela se voyait. La nuit avait été rude pour tout le monde. Après avoir pénétré dans la bâtisse, il parcourut les couloirs et monta à l’étage, croisant un nouveau corps sur le chemin, dont la gorge était tranchée.

Se repérant au bruit, il rejoignit la chambre du conseiller où le spectacle était assez moche. Deux corps, dont celui de ce dernier transpercé d’une flèche. En voyant le projectile et la fenêtre brisée, Ono fronça les sourcils : c’était étrange. L’homme avait de nombreuses marques de torture sur le corps, le visage et les mains. Et pourtant, la flèche l’avait tué instantanément. Aucun doute là-dessus ! C’était donc une nouvelle incohérence à ajouter à la liste. De plus, le manoir n’était pas brûlé, cette fois. Mais à en croire son lieutenant, le nippon n’avait peut-être pas eu le temps. Il avait sans doute quitté les lieux précipitamment…
- Alors ? Vous avez trouvé quelque chose d'intéressant ? Demanda t'il aux deux élus en entrant dans la pièce.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Sam 8 Avr - 16:54





血まみれのトレイル

feat. Jason & Dahlia





Faisant mine de snober cette odieuse femme, il ne put cependant guère s’empêcher de réagir lorsqu’il vit 10 yens glisser d'une main à l'autre, discrétos. A peine arrivée, Madame aussi s’amusait à miser sur la tête du bretteur ! On pouvait dire qu’elle avait l’intégration facile cette saloperie !
En guise de réaction, il crispa sa mâchoire, tandis que des poings se formaient. Il aimerait juste en prendre un pour taper sur l’autre, mais sa raison dominante parvint à canaliser ses pulsions bestiales.

Enfin, Ono, l’homme tant sollicité aux nombreuses prétendantes dont Dahlia, apparut aux yeux de tous. Tous fermèrent leur clapet nocif, et se redressèrent à son entrée dans le game, excepté Zoro qui demeurait affalé contre son mur comme un jeune camé attendant calmement son dealer au coin d’une sombre ruelle. Les yeux fermés, il se contenta d’écouter l’échange tenu entre la mercenaire et le chef.
Comme il le craignait, elle désirait participer à la traque Rock… Avait-on besoin de s’embarrasser d’une femelle ?! C’était un véritable parcours du combattant, et non une sympathique promenade de printemps pour fillettes ! Qu’est-ce qu’elle s’imaginait diantre ?!
Il la sous-estimait parce qu’elle lui tapait sur le système, et surtout parce qu’il ne plaçait aucune confiance en elle. Bah ouais, les femmes avaient des réputations de manipulatrice, et le pirate sentait comme une vilaine odeur de fourberie planer dans la pièce depuis qu’elle traînait là. Elle empestait le coup foireux. Quel intérêt recherchait-elle dans cette affaire ?!

Ono l’emmena dans une salle pour lui expliquer la situation. Comment pouvait-il lui accorder autant de confiance aussi rapidement ?! Quel couillon celui-là aussi.
Pour la peine, il ne les suivit pas et se la joua rebelle. De toute façon, il connaissait toute l’histoire après l’avoir vécu….


Bref, la nuit s’avança clairement, ou plutôt sombrement pour le coup, et le dodo se prononçait. En espérant que demain serait une journée plus intéressante…

Ce fut alors qu’au beau milieu de la nuit, un messager essoufflé se pointa dans la caserne, prévenant le chef Ono des nouveaux massacres à un manoir voisin. Sans perdre de temps, l’homme réveilla ses troupes, les extirpant de leur bon sommeil. Quelques gémissements se firent entendre mais rapidement, les gars furent parés. Ils étaient entraînés pour ça après tout…
L’équipe entama le trajet sous la bienveillance des étoiles…

Tout fraîchement débarqués après une bonne route, le manoir scellé par les soldats se composait à nouveau d’une multitude de cadavres. Rock avait encore foutu la pagaille, bien que pour une fois, il s’était passé de sa tendance pyromane. Le manoir n’avait pas été ravagé par les flammes. En revanche, un incendie déclenché mystérieusement avait distrait la plupart des soldats. Une diversion de Jason à tous les coups, et les gardes en avaient abandonné leurs postes. On remarquait que l’intégralité de l’escouade chargé de la surveillance du lieu avait été épargné. Les victimes relevées au compteur ne correspondaient qu’aux mercenaires de l’organisation. Preuve une fois de plus que Rock n’avait pas la main assassine complètement folle, ses meurtres étaient visés et calculés.

Quand Ono reçut le topo de la situation, il ordonna immédiatement à son meilleur atout, soit Zoro, et au boulet qui l’accompagnait, de fouiller l’intérieur du domaine à la recherche d’indices croustillants. C’était parti pour un nouvel épisode de Scooby-doo !
N’en ayant que faire de Dahlia, il entama son chemin vers le manoir sans vérifier si elle le suivait ou non. Grimpant les escaliers de l’entrée principale, il pénétra dans le hall. S’il s’aventurait dans cette grande bâtisse, il risquait de s’y perdre durant une semaine comme chez Ellen….

Il se résigna alors à attendre Dahlia, et monta les escaliers. En principe, une chambre se trouvait à l’étage ! Alors une fois le niveau atteint, il ouvrit chacune des portes jusqu’à la fameuse chambre. En chemin, il découvrit un cadavre baignant dans son sang, la gorge ouverte, charmant. Le pirate l’enjamba passivement, reconnaissant l’œuvre du pourfendeur.
La seule chambre ouverte était celle du meurtre. Après un petit temps, le garçon la pénétra pour y découvrir une scène macabre. Deux corps reposaient ici : un type au cou troué, et l’autre avec une flèche en travers de la gueule. De plus, ce dernier portait différentes marques étranges sur son corps,
L’homme semblait avoir été torturé, mais sa mort si subite contrastait avec le principe de la torture justement. Quel était l’intérêt de provoquer une lente souffrance à un mec si c’était pour le tuer aussi brièvement ?!

Le pirate dans le flou s’avançait vers la fenêtre éclatée. A en croire les restes encore accrochés au bord de la fenêtre, et les miettes de vitre éparpillées par terre, la fenêtre semblait avoir été brisée par une extraordinaire puissance, et non seulement par le biais d’un vif coup de poing que Jason aurait lancé pour s’évader, sinon il resterait davantage de morceaux de vitre, et non pas que des miettes.
Ce fut à ce moment là que le capitaine entra dans la chambre du crime à son tour, demandant aux deux élus si leurs investigations portaient leurs fruits.

A ce même instant, le pirate afficha un air renfrogné, avant de se tourner vers la dépouille transpercée par la flèche. Snobant la question du capitaine, car en pleine séance de concentration intensive, il s’avança devant le lit pour se mettre au niveau de la victime. Elle se trouvait pile sur la trajectoire de la fenêtre qui donnait sur un grand arbre d’ailleurs. Se pourrait-il que... ?
Il ne savait pas trop quoi tirer de cette observation, mais un truc le turlupinait. Certes, il savait que le pourfendeur possédait des capacités d'archer mais... :


Pourquoi s'est-il amusé à gaspiller une flèche
pour un type dans la même pièce que lui alors qu'il aurait pu tranquillement l'égorger comme tous les autres ?!   



.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Lun 10 Avr - 1:09





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



Une certaine personne n’avait pas eu l’air d’apprécier que je mise sur sa tête, à en juger par les grincements de dents que j’avais entendu. N’en accordant pas plus d’importance, je m’étais présentée au commandant Ono, qui m’avait ensuite fait un résumé sur toute la situation depuis le début. L’homme m’avait fait part de tout ce qu’ils savaient à ce jour, et autant dire que ce n’était pas très fructueux. La nuit arriva ensuite bien assez vite, et on m’assigna une chambre dans la caserne afin de pouvoir agir plus rapidement. La nuit fut cependant de courte durée, car un garde complètement affolé avait prévenu Ono de nouveaux massacres dans un manoir des territoires neutres. Le réveil ne fut pas facile et le trajet encore moins, mais il nous fallait arriver sur les lieux le plus vite possible, et ce, en pleine nuit.

Qu’est-ce que j’allais bien trouver en arrivant là-bas... ? Ce serait réellement en voyant l’ampleur des dégâts que je pourrais savoir s’il s’agissait bien de lui ou pas, même si j’étais certaine que non pour l’instant. Après une très longue et épuisante route, nous finissions enfin par arriver sur le domaine. Plusieurs gardes avaient sécurisé la zone et n’attendaient que nous. Le manoir visé n’avait pas été dévoré par les flammes, mais une zone à quelques centaines de mètres avait été incendiée. Une diversion dont été bien capable Jason. En entrant dans le jardin, nous découvrîmes une multitude de cadavres jonchant le sol, tous membres de l’organisation. Savoir que seuls les gardes sous les ordres de Ono n’avaient pas été tués, confirma que le pourfendeur était bien l’auteur de ces crimes. Honnêtement je ne savais plus quoi penser, et ne comprenait pas pourquoi il faisait tout ça. J’étais en proie aux doutes mais, il ne tuait pas sans réfléchir comme s’il avait perdu la tête, il fallait que je trouve ce qui clochait.

La voix puissante du commandant me sortit de mes pensées. Le brun voulait que nous inspections l’intérieur et particulièrement la chambre de Takagi, un membre important dans cette organisation. Sans me jeter un regard, le dénommé Zoro partit en direction du manoir, qu’il se perde m’aurait bien arrangé, je ne l’aurais pas eu sur le dos pendant mon enquête. Je le suivais jusqu’au hall puis il se ravisa et entendit que je passe devant, sans blague. Un homme à la gorge tranchée gisait dans le couloir à l’étage, je pouvais bien reconnaître les gestes du minshujin. Nous finîmes par trouver la chambre de la victime torturée, un autre homme baignait dans son sang devant la porte ouverte, la gorge trouée, certainement par un poignard lancé.

Contrairement à Zoro qui se dirigea rapidement vers la fenêtre éclatée, la première chose qui me sauta aux yeux, fut la lame servant à empaler la main droite de Takagi. Je m’en approchai d’un pas calme, et profitai du fait que le vert soit de dos pour m’en emparer discrètement. J’essuyai le bout de la lame sur le matelas, avant de la ranger à ma ceinture comme si de rien n’était. Jason tenait à toutes les armes qu’il avait, s’il l’avait laissé là, c’était parce qu’il n’avait pas eu le temps de la prendre.

Mes yeux balayèrent la chambre des yeux, j’essayai de visualiser la scène qui s’était produite. Le brun avait torturé l’homme certainement pour avoir des réponses, il devait ensuite, avoir entendu des pas et sortit un poignard pour tuer le garde devant l’entrée. Et la flèche... C’était évident. À cet instant, Ono entra dans la pièce pour avoir notre compte rendu. Le vert, pas futé pour un sou, n’apporta absolument rien à l’affaire.

« Parce que ce n’est pas lui qui l’a tiré. Il n’y a qu’à voir l’angle de la flèche pour s’en rendre compte. Quelqu’un s’est positionné sur l’arbre que l’on aperçoit à l’extérieur, et a tiré sur Takagi. »


« Nous avons retrouvé le corps d’un mercenaire non loin de cet arbre, il portait un arc en bandoulière, ça correspond, mais ça veut dire que... »

« La dernière fois ce qui clochait était la piste laissée, ici c’est cet archer pile au bon endroit au bon moment... J’ai l’impression qu’il est suivi... »

Si c’était vraiment le cas, la situation allait devenir encore plus complexe. Mais cette torture, Jason cherchait à savoir qui l’avait piégé, j’en étais sûre mais ne pouvait pas le dire. Comment j’arriverai à l’aider en étant de l’autre côté, et sans passer pour celle venant pour tenter de le disculper. Rien n’était jamais simple dans cette vie...

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Mar 11 Avr - 15:11





血まみれのトレイル

feat. Jason & Dahlia





La main du vieux empalée contre le mur ne percuta pas le bretteur. Il la repérait, mais c’était une dague comme une autre quoi, rien de particulier. En revanche, quelqu’un dans cette pièce semblait bien tiquer devant l’arme. Certes, il était évident qu’elle appartenait à Jason puisqu’on connaissait l’identité du fauteur de troubles, mais on s’en foutait pas mal non ? Quel besoin de la décrocher ?! Elle ne semblait pas si spéciale, une lame parmi tant d’autres.

Le mystère que soulevait Zoro fut vite résolu par la femme confiante. Si ça paraissait évident pour certains, ça ne l’était guère pour d’autres. L’angle de la flèche était en faveur de cette hypothèse mais les certitudes agaçaient l’épéiste. A croire que cette abrutie était sur les lieux, puisqu’elle affirmait sans broncher.
Toutefois, Ono certifia la théorie puisqu’il mit un corps d’archer retrouvé, gisant au sol au dehors, en concordance avec cette proposition :


Et l’archer a tiré sur Takagi parce qu’il est naze et s’est loupé ? Ou c’était son but depuis le début ?
  


Mais… Si Jason s’amusait à décimer toute l’organisation, pourquoi ne pas tirer directement sur lui plutôt que sur le vieux ?S’il n’avait pas été capable de sauver le mort, rien ne disait qu’il aurait réussi à se sauver lui de cette attaque surprise. Certes, tuer Takagi permettait de le faire taire, mais mieux, il suffisait d’essayer d’assassiner Jason en le prenant au dépourvu comme cette nuit-là ! Car déjà que leur nombre diminuait au fur et à mesure que le mercenaire répandait feu et sang sur leurs terres, s’ils commençaient à se massacrer entre eux au lieu de s’allier, ils n’étaient pas sortis d’affaire.
Oui, le pourfendeur  était un adversaire redoutable, remarquablement puissant et inspirait la terreur. Mais c’était toujours plus intéressant de s’unir pour se battre plutôt que de ne rien foutre et se laisser descendre un par un jusqu’au dernier. Dans les deux cas, la mort les attendait, mais au moins, dans la première option, ils auraient essayé de vivre. Peut-être que cette façon de procéder se voyait logique pour certains, mais le pirate ne saisissait pas cette mentalité.

La brunette exposa une nouvelle de ses pensées, plus ou moins identifiables pour l’épéiste. Cette interrogation remettait en question toute sa réflexion précédente. Si l’archer tirait sur Takagi plutôt que Jason alors qu’il était à sa merci, peut-être parce que ces types ne cherchaient pas à l’abattre. Peut-être voulaient-ils le laisser en vie pour un but précis ?! Il s’était déjà confronté à ce type de cas lors de ses expériences antérieures. Pourquoi prendre de tels risques ? c’était carrément suicidaire pour l’organisation, et les génocides semés par le  pourfendeur  confirmait :

Il est possible qu’il soit manipulé, j’ai déjà vu un truc comme ça… Quelqu’un veut l’amener à faire quelque chose ou a peut-être besoin de lui en vie… Va savoir…   


Jason en tant que dindon de la farce ?! La théorie se tenait. Mais dans ce cas, il passait de criminel à victime ?! … Difficile à imaginer. Le cerveau du cactus fumait, il se perdait dans sa propre tête, il y existait trop de directions possibles pour expliquer la situation.. Le mieux serait d’avoir le suspect en face de lui pour l’interroger directement. En attendant, tout n’était que spéculations douteuses et confuses.

Le capitaine écoutait les hypothèses de chacun, sans grand engagement, les yeux rivés sur le cadavre et cherchait à ordonner sa propre réflexion. Il semblait légèrement parti dans le cosmos lui aussi.
Un nouveau détail turlupina alors le pirate. Très observateur, il remarqua que la lame plantée dans la main de la dépouille était portée disparue. Plissant l’œil pour se rappeler, il se souvint bien que la main était accrochée au mur en arrivant, et la tâche de sang en témoignait. Son iris dans le doute se balança sur la personne à proximité du crime : Dahlia. La prunelle vacillante, il dévisagea la femelle sombrement, mais ne désirant guère l’accuser gratuitement devant tout le monde, il préférait la choper en privé.

D’une voix alors solennelle, Ono demanda aux deux élus de le laisser seul ici quelques minutes, et leur ordonna de rejoindre le campement.
Sans sourciller, le balafré abandonna cette suspecte du regard, et s’exécuta sur le champ, attendant la présence de l’autre élue pour deux raisons :
1) Trouver son chemin
2) L’interroger sur la disparition de la dague.

Une fois dans le couloir,à l'abri des oreilles mal intentionnées,  il s’approcha près d'elle pour lui murmurer non loin de l’oreille :

Je sais que t'as volé la lame.. Qu'est-ce que t'es au juste ?! Une collectionneuse ?


"Collectionneuse" était ironique, bien entendu. Il la soupçonnait d'être une sale petite voleuse qui s'amusait à dérober de précieux objets de crime sans scrupule pour pouvoir les revendre. La lame s'avérait belle après tout, de quoi en tirer un bon prix.

.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Jeu 13 Avr - 18:19





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



Toute cette affaire était comme tenter de reconstituer un puzzle géant. Sauf que nous étions en train de chercher les pièces perdues avant de pouvoir chercher à les assembler. Des réponses apportaient d’autres interrogations et ainsi de suite, sans jamais parvenir à quelque chose de concret. Je fis claquer ma langue sur mon palais à cette pensée, j’avais horreur de ne pas comprendre les choses. Le bretteur vert émit l’hypothèse que l’archer ait manqué son coup et raté Jason. C’était une possibilité en soit, mais dans ce cas, pourquoi n’avait-il pas retenté sa chance ? Il en aurait eu le temps, même si toutes fois, peu de chance de faire mouche, connaissant bien les aptitudes du pourfendeur.

« Dans le premier cas, il aurait pu réessayer j’imagine... Mais c’est vrai, on ne peut pas être sûrs de sa cible. »

Qui était le détenteur de l’arc ? Un mercenaire ayant été payé par un tiers indépendant n’aurait pas attendu qu’il se trouve à l’intérieur pour tirer. Surtout qu’il aurait fallu que lui aussi parvienne à entrer dans le domaine pour suivre sa cible jusqu’ici. Rien ne lui aurait empêché de s’en prendre à Jason alors qu’il se mouvait dans le jardin. Une seule flèche a été tiré donc il était déjà la... Tuer pour faire taire, c’était extrême mais aussi possible... Raah c’était à donner la migraine !

Ce furent les hypothèses de Zoro qui me sortirent de mes réflexions. Cette fois il disait quelque chose d’assez intéressant, et tout aussi inquiétant. S’il était manipulé et qu’on faisait en sorte de l’amener à un point précis, cela voulait dire que le brun était en train de faire exactement ce qu’ils espéraient. Ça induisait également le fait que le minshujin ait été observé pendant un certain temps, afin de savoir comment il réagirait. C’était un peu tiré par les cheveux, mais pour coincer l’assassin je me disais qu’il fallait effectivement au moins ça.

« Si c’est ce qu’il se passe, il est en train de tomber dans leur piège... »

Et sans connaître leur objectif final, difficile d’allonger la théorie. Malheureusement, on ne pourrait pas en apprendre plus cette nuit, on était arrivé trop tard et Jason était surement déjà bien loin maintenant. Le commandant Ono semblait perplexe sur tout ça, lui-même ne semblait pas savoir quoi en penser malgré son expérience. Je remarquai ensuite le regard sombre du bretteur aux katanas sur moi, qu’est-ce qu’il avait encore ? Ne changeant aucunement mon expression, mon visage demeura neutre et se reporta sur le capitaine lorsqu’il délia enfin ses lèvres.

L’homme nous ordonna de rejoindre le campement et sans dire un mot je quittai la chambre. Marchant calmement dans le couloir, et retenant un bâillement, la tête de gazon vint me murmurer à l’oreille. J’avouai être étonnée qu’un mec aussi perdu que lui ait remarqué la disparition de la lame, mais je ne montrai aucun signe de surprise dans ma posture globale. D’un air blasé et d’un ton neutre, je lui répondais.  

« Tu as raison à peu de choses près. Y’en a qui ont besoin d’argent, ce n’est qu’une belle lame qui ne servira plus. Et j’ai l’impression que t’as toujours la rancœur d’hier, passe à autre chose c’est fini maintenant... »

D’un haussement d’épaules, je reprenais mon chemin vers les escaliers, avant de rejoindre enfin le campement déjà monté. Les heures passèrent durant lesquelles je ne fis que ressasser toutes les informations d’aujourd’hui, mais rien ne me sauta plus aux yeux qu’avant. De plus, la fatigue se faisait sentir, ma nuit n’avait pas été complète... Les gardes finirent par aller se coucher, tout aussi épuisés voire plus pour certains. Une tente avait été montée pour moi et je ne me fis pas prier pour m’y engouffrer. Pas très confortable mais bon le repos faisait du bien, même si je n’étais pas certaine de parvenir à m’endormir.

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1188
Yens : 225
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 19
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 134
Nombre de topic terminé: 56
Exp:
9/12  (9/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 14 Avr - 20:05





血まみれのトレイル

feat. Jason & Dahlia





Aucunement déstabilisée par les propos du bretteur, gérant son stress comme une professionnelle malfamée, la suspecte se contenta d'avouer les faits. Grosso modo, on comprenait qu'elle s'emparait de l'arme pour se faire du fric. Un lien avec Jason ? Ca ne lui passa même pas par l'esprit. Il était peu probable qu'elle le connaisse... Toutefois, même si dérober une arme de crime ne faisait de mal à personne si ce n'était retirer des traces, il ne la quitterait pas de l'oeil. Elle était beaucoup trop chelou pour la laisser galoper à l'air libre pendant l'enquête. Si ça se trouve, elle était de mèche avec ces criminels et s'amusait à effacer des preuves.


Hier... ?! Mais j'en ai rien à foutre... J'm'attache pas à des conneries comme toi stupide femme !
  


Rétorqua-t-il d'un ton dédaigneux, comme s'il ne comprenait pas de quoi elle parlait. Il n'était pas du genre à tenir rigueur d'un truc aussi con. L'incident du cheval l'énerva sur le coup mais il passait rapidement à autre chose, d'ailleurs c'était déjà quasi oublié jusqu'à ce qu'elle lui rappela. Ah oui, il se souvint, elle s'avérait profondément dangereuse sur la route en plus d'être louche.
Il la laissa prendre de l'avance sur lui, lassé de sa présence casse-pieds, bien qu'il ne la quittait pas du regard. Si jamais elle s'éloignait du campement ne serait-ce que 10 secondes ou pour aller déposer le bilan derrière un buisson, il n'en louperait pas une miette. Il ne la sentait pas ! A tous les coups, elle collaborait dans l'ombre avec on ne savait qui, cette espionne à deux francs cinquante !

Pendant la nuit, chacun regagna sa tente. Zoro se posa tranquillement, et se renversa dans le sommeil dans un record de 3 secondes. Mais, pendant la nuit, une envie pressante le réveilla. Il se dirigea vers un arbre,la tête littéralement dans le cul, et se vidangea comme il se devait contre un tronc grignoté par la maladie. Il fit attention de ne pas approcher trop près son zboub de l'écorce afin d'éviter d'être contaminé par la lèpre évidence de cet arbre.
Une fois l'attirail rangé, il comptait rejoindre sa tente, mais... se perdit. A la place de rentrer dans la sienne, il pénétra dans une autre, déjà occupée. Devinez à qui appartenait la tente ?! A la seule femelle de l'équipe, Dahlia. Les toiles étant plutôt étroites, il se cala dans un côté, et s'endormit en deux deux, sans se soucier de la présence à ses côtés.. Il était tellement dans le pâté à cette heure. Progressivement, il se réquisitionna de plus en plus de place, quitte à s'affaler sur tout objet environnant, ronflant comme un moteur Diesel gavé de graisse.
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 14 Avr - 20:14


PISTE SANGLANTE

feat.Jason, Zoro & Dahlia



Salle du Conseil des Ombres, lieu inconnu, le soir même.

Assis autour d’une table ronde, les membres du Conseil des Ombres faisaient le point sur la situation sensible dans laquelle ils se trouvaient. Installés dans une pièce immense au plafond particulièrement haut, ils échangeaient sur les derniers évènements récents, et le pourfendeur était au centre de la conversation. Dans la pièce mal éclairée (le conseil portait bien son nom, de toute évidence), à moitié dissimulés par les ténèbres, les divers participants faisaient part à leur leader, Janus, de leurs craintes vis-à-vis de cette cabale menée par l’homme au glaive d’argent.
- Il faut que ça cesse ! Takagi n’était pas supposé mourir non plus ! C’est le troisième domaine que Rokuro dévaste ! Les retombées financières deviennent dangereuses ! S’indignait l’un des membres du conseil.
- Sans compter l’attention que cela attire sur nous. Le fait que le commandant Ono soit celui à qui l’affaire à été confiée est un problème, et un imprévu de taille. Il a bien failli découvrir notre existence la dernière fois qu’il a fouillé de trop près.

Le visage caché dans les ombres, le chef du conseil, enfoncé dans son immense et luxueux fauteuil, s’employa à calmer les ardeurs de ses hommes.  Sa main droite caressait machinalement le petit Nekomata noir qui dormait au creux de ses bras, et il répondit d’un ton parfaitement calme et posé :
- Ono n’est pas un problème. Nous avons déjà un homme qui surveille ses agissements. S’il devient trop dangereux, il sera neutralisé.
- Et comment justifier l’élimination d’un officier ? Cela ne fera que nous exposer davantage et rendre toute cette affaire plus suspicieuse encore qu’elle ne l’est actuellement !
- Ne vous en faites pas pour ça… J’ai déjà tout prévu…

C’est alors que l’immense porte à double battants menant à la salle du conseil s’entrouvrit, dévoilant une femme en tenue de ninja, katana dans le dos, qui s’approcha de la table du conseil.
- Ah, vous voilà Yoshino, lança Janus. Je vous en prie, faites votre rapport. Que s’est-il passé, exactement ? Pourquoi le Minshujin est il toujours en vie ?
- Janus, messieurs les membres du conseil… salua respectueusement l’assassin en s’inclinant, avant de se redresser pour faire son rapport. Rokuro était arrivé sur place avant nous, et nous avons dû prendre position rapidement pour tenter de l’éliminer.
- Et quelle réussite ! Coupa l’un des conseillers, visiblement agacé.

La tueuse tourna son regard vers celui qui l’avait coupée, mais n’osa pas faire quoi que ce soit. Au lieu de ça, elle se tourna une nouvelle fois vers le chef de l’organisation, et poursuivit :
- Il était déjà en train de torturer Takagi. Nous avons donc préféré parer au plus pressé, et veiller à ce qu’il ne puisse rien lui révéler. Tanaka n’avait qu’une chance avec son arc, et la vitre rendait la situation particulièrement délicate. S’il ratait le pourfendeur, il aurait pu tout apprendre, car il n’aurait pas eu de seconde chance pour le viser.
- Bien, bon travail, répondit Janus.
- Vous trouvez ? Pas moi. Vous auriez dû l’éliminer, lui. Reprocha une femme du conseil d’un ton froid.
- C’est moi qui leur avais donné ces instructions, dans ce cas de figure précis. Privilégier l’assurance que Rock n’en apprendra pas plus sur nous. Takagi était la seule menace directe, et elle est neutralisée… conclut simplement Janus d’un ton toujours aussi calme.
- Et pour Ono ?
- Tant qu’il s’emploiera à traquer le jeune Rokuro en le prenant pour un assassin, nous n’aurons pas de problèmes. La situation finira par virer à l’affrontement direct, et l’un des deux tuera l’autre.

La situation était tendue au sein du conseil. La ninja le remarqua très vite. Il était rare que les conseillers interviennent autant. L’élu du serpent avait réussi à contrarier les plans établis pour le piéger et à déstabiliser les Fils de l’Ombre.
- Où est Tanaka ?
- Il a été repéré et éliminé par l’élu. Je n’ai rien pu faire pour…
- Il ne vous a pas vue, au moins ?! Demanda subitement un autre conseiller.
- Non, il n’a même pas soupçonné ma présence.
- C’est heureux !
- Utiliser cet élu pour justifier l’assassinat de Lijong était une erreur ! Vous aviez garanti pouvoir le contrôler, et il est bien évident que ce n’est pas le cas !
- Je veux bien admettre qu’il m’a surpris, et qu’utiliser quelqu’un d’autre aurait été plus prudent. Mais cessez de vous inquiéter, je ne commettrai pas d’autre erreur. La phase suivante a déjà été lancée. Rock sera bientôt tellement recherché qu’il aura d’autres soucis en tête. Faites-moi confiance : toute cette histoire sera bientôt réglée… coupa  Janus d’une voix capable de donner des sueurs froides à toutes les personnes présentes dans la pièce.



Dernière édition par Jason Rokuro le Ven 14 Avr - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Ven 14 Avr - 20:14


PISTE SANGLANTE

feat.Jason, Zoro & Dahlia



Hauteurs d'Akonit, quelques minutes avant l'arrivée de Zoro...

Le nippon avait patienté toute la journée pour avoir une telle occasion. Demeuré dans la zone dans un but précis, il avait surveillé les agissements d’Ono et de ses hommes. Mais un imprévu particulièrement improbable s’était ajouté à la liste de problèmes qu’il avait déjà : Zoro n’était plus le seul élu sur le coup. Dahlia l’avait rejoint !
Il se doutait bien qu’elle était là pour chercher à comprendre ce qui se passait, mais compte tenu de la dangerosité de l’affaire, sa présence l’avait méchamment contrarié. Elle pourrait se faire tuer si elle se retrouvait prise entre deux feux, et cela ne le rassurait vraiment pas.

Ainsi, il avait tourné toute la journée autour de la propriété en se déplaçant d’arbre en arbre. La présence militaire était importante, il avait une cinquantaine de soldats le suivant à la trace, menés par Ono qui semblait loin d’être un débutant, et épaulés par Zoro qui était parvenu à le blesser huit jours plus tôt. Il n’avait que peu de temps devant lui pour remonter la piste des Fils de l’Ombre…
Patiemment, il attendit la nuit, et quand le camp se fit plus silencieux, éclairé simplement par quelques feux de camp maintenus allumés par les sentinelles, seules personnes encore éveillées, il s’infiltra jusqu’à la tente de son amie qui était heureusement à une extrémité du camp près des bois, et entra sans se faire repérer dans sa « chambre ».

Il s’avança d’un pas furtif jusqu’à elle et posa sa main sur sa bouche pour l’empêcher de crier ou faire du bruit, ce qui la réveilla en sursaut. Penché au-dessus d’elle, l'index gauche posé sur ses propres lèvres, il attendit qu’elle l’ait reconnu pour retirer sa main de sa bouche lentement. Il faisait peur à voir, il avait des cernes énormes sous les yeux, et il était épuisé, cela se voyait. Ses traits étaient tirés, et il était à l’affût comme un gibier tentant d’échapper à ses prédateurs. Ces dernières semaines n’avaient pas été faciles pour lui, c’était une certitude.
- Qu’est-ce que tu fous ici, Dahlia ? Murmura-t-il d’une voix qui lui reprochait clairement sa présence.
Il attendit sa réponse mais ne la laissa pas développer bien longtemps, la coupant rapidement :
- Bon, peu importe ! Ecoutes moi très attentivement : Je n’ai pas beaucoup de temps devant moi ! Je veux que tu restes en dehors de tout ça ! C’est beaucoup trop dangereux. Je ne plaisante pas, cette fois ! Ajouta-t-il d’un air insistant. Cette affaire ne te concerne pas !

Il était très sérieux, et elle pouvait voir très clairement une lueur dans ses yeux qu’elle n’avait vu que très rarement depuis qu’ils se connaissaient : il était inquiet. Inquiet pour elle, et inquiet pour la suite des évènements. Il ne voulait pas qu’elle reste ici…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Sam 15 Avr - 0:56





   
feat. Jason & Zoro
Piste sanglante



S’il y avait une personne stupide ici, c’était bien Zoro. Ce mec avait une attitude des plus primitives, à croire qu’il ne savait pas s’exprimer autrement qu’en criant. Un besoin primaire de se sentir supérieur aux autres en élevant la voix ? C’était raté, ça ne le rendait que plus ridicule. Je n’avais pas de temps à perdre avec un énergumène pareil. Si le vert en avait réellement terminé avec cette histoire, il ne serait pas en train de s’égosiller comme un malade tout droit sorti d’asile. Haussant un sourcil, je coupais littéralement court à la discussion, d’une voix complètement désintéressée, ne relevant même pas ses paroles.

« Si tu l’dis. »

Je repris ensuite ma route et ne tarda pas à rejoindre ma tente. Là, je décrochai mon arme dans mon dos, et la posait à mes côtés. Le fin matelas sur lequel je m’allongeai ne servait finalement pas à grand-chose, je pouvais sentir la dureté du sol à travers. Néanmoins, ma fatigue était telle que je n’en tins pas compte davantage. Mes pensées allèrent plutôt sur les derniers évènements, les choses s’enchaînaient tellement vite. Pour le coup, cela m’inquiétait réellement, quel était le but final de toute cette mise en scène ? Qui était derrière à tirer les ficelles ? Je tentai d’y réfléchir, mais mes yeux se faisaient lourds, et le sommeil commençait à prendre le dessus sur moi. Lentement, je me tournai sur mon flanc droit, et m’endormi. Quelques instants passèrent durant lesquelles je fis des rêves sans queues ni têtes, un classique. Mais tout pris fin lorsque je senti une main se plaquer sur ma bouche.

Dans un sursaut, je me relevai brusquement, agrippant la main qui m’empêchai de dire quoi que ce soit. Mon autre main s’en allait déjà vers mon arme, quand je reconnu la personne qui s’était infiltré dans ma tente. Qu’est-ce qu’il foutait là ?! La lueur des feux de camps me permettait de voir son visage tiré par la fatigue, ses cernes creusées et son regard à l’affût comme s’il craignait qu’on lui saute dessus. Ma première pensée traversa la sienne et ce fut sur un ton de reproche qu’il me demanda pourquoi j’étais ici.

« Tu poses vraiment la question... » Répliquai-je en murmurant et en plissant des yeux.

Le pourfendeur ne me laissa pas le temps d’en dire plus, et reprit de plus belle. Ce que Jason me dit m’agaça et mes poings se serrèrent sur la fine couverture que j’avais sur les jambes et ma mâchoire en fit autant. S’il y avait une chose que je ne supportai pas chez lui, c’était cette manie qu’il avait à toujours vouloir tout gérer seul. Seulement voyant dans ses yeux que le brun était plus inquiet qu’autre chose, je poussai un soupir, fermant les yeux, avant de les replanter dans les siens. D’une voix calme j’allais lui faire comprendre que je ne comptai pas faire ce qu’il me demandait.

« Toi et moi, on fait partie du même monde, je sais que c’est dangereux, pourquoi tu crois que je suis là ? Détrompe-toi, ça me concerne, aussi longtemps que tu seras un de mes amis, alors n’espère pas que je t’écoute. Tu imaginais vraiment que j’allais rester sagement à Kansei alors qu’on te traque comme une bête sauvage ? » Murmurai-je sèchement.

Un nouveau soupir traversa mes lèvres, il était temps que Jason comprenne que sa carrière solo était révolue maintenant. Est-ce que j’aurai vraiment été une amie en me contentant d’attendre sans me bouger ? Et puis ses mots sonnaient comme s’il me sous-estimait, de quoi me faire tirer une moue boudeuse. J’étais contrariée, et ça se voyait mais je ne détournai pas les yeux pour autant. J’étais certaine qu’au fond le brun savait très bien que je lui tiendrai tête.

« Regarde-toi, encore un peu et tu t’effondres, alors cesse de vouloir tout faire seul... C’est agaçant... » Ajoutai-je d’une voix plus amicale.

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Yens : 848
Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 27

Progression
Niveau: 144
Nombre de topic terminé: 59
Exp:
6/12  (6/12)
avatar
Jason Rokuro ☠ Tueur de monstres ☠

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   Dim 16 Avr - 17:55


PISTE SANGLANTE

feat. Jason, Zoro & Dahlia



Comme prévu, la brune ne se laissa pas faire et répliqua sans attendre. Elle ne le laisserait pas tomber peu importe la situation dans laquelle il se trouvait. Seulement voilà, cette fois, Rock estimait que la situation était trop dangereuse pour la laisser s’en mêler.
- Dahlia, je n’ai pas le temps de débattre de tout ça avec toi maintenant !
Mais elle n’avait pas fini de parler. Et il comprit très vite qu’il aurait du mal à la convaincre de repartir. Elle ne tarda pas à lui faire remarquer qu’il avait une tête à faire peur, mais ça, il le savait déjà.
- Ecoute… Je sais que tu veux bien faire, mais…

Il se tut subitement alors que son médaillon se mettait à vibrer, faiblement d’abord, puis de plus en plus fort. Il plaqua à nouveau sa main sur la bouche de son amie et posa un index sur ses lèvres comme il l’avait déjà fait. La vibration s’accentua à un point où le doute n’était plus permis : une seule personne pouvait être doté d’une telle puissance dans le coin. Et cette personne, c’était Zoro. Pour protéger la brune et s’assurer qu’on ne la soupçonnerait de rien, et également pour être sûr qu’elle obéirait au fait de ne pas intervenir, et ce, qu’elle le veuille ou non, Jason prit une décision en la fixant les yeux dans les yeux.
- Je suis désolé, Dahlia. C’est pour ton bien…

Il la tira subitement jusqu’à lui et la força à se retourner pour lui présenter son dos. Il passa alors ses bras autour de son cou avec une expertise palpable et lui fit une prise cervicale. Lentement, il resserra son étreinte alors que la vibration du médaillon s’intensifiait dangereusement. Il lui murmura alors d’une voix douce :
- Laisse toi faire. Ne lutte pas. Tu vas simplement t’endormir…
Quelques secondes plus tard, la jeune femme s’endormit dans ses bras et il la posa sur son lit pour que personne ne soupçonne rien. On ne saurait jamais qu’il était venu la voir. Là-dessus, il quitta rapidement la tente à pas de loup. Juste à temps. Une poignée de secondes plus tard, le pirate aux cheveux verts, encore paumé, pénétra dans la tente de Dahlia.

Soulagé, Rock soupira longuement avant de s’éloigner en direction de la tente d’Ono. C’était lui son véritable objectif. Silencieusement, il se déplaça dans le camp entre les tentes, en prenant soin d’éviter les quelques sentinelles présentes autour d’un feu de camp. Il fallut un petit moment au pourfendeur pour trouver la tente, mais il y pénétra sans que personne ne l’aie repéré. Le commandant dormait paisiblement. Mais cela ne dura pas. Dégainant une de ses dagues, l’assassin le réveilla de la même façon que Dahlia, à ceci près qu’il posa sa lame sur le cou de l’officier.
- Bonsoir, Ono. Il va falloir qu’on parle, toi et moi.
Dès qu’il reconnut le fugitif, l’officier émergea totalement, et une lueur hostile envahit ses yeux.
- Qu’est-ce que tu veux, Rock ?

Jason se redressa et s’éloigna pour éviter d’avoir l’air trop menaçant.
- Parles moi des Fils de l’Ombre.
- Alors, c’est bien après eux que tu en as ? Pourquoi ?
- Aucune importance, pour le moment. Tu n’as pas besoin de le savoir. En tout cas, pas tant que je n’aurai pas trouvé de quoi me disculper.
- Te Disculper ? Répéta Ono, visiblement surpris.
Il se leva, hésita, puis :
- Je ne vais sûrement pas pouvoir t’en dire beaucoup plus que ce que tu sembles déjà savoir. Etroitement liés à la compagnie Akira, personne n’a jamais pu prouver leur existence. A commencer par moi.

Effectivement, Rock savait déjà tout ça. Les informateurs qu’il avait consultés à Shiryoku lui avaient déjà données ces informations.
- Si tu devais chercher leur QG, où chercherais-tu ?
Ono hésita tout en observant l’assassin en silence.
- Rends toi, Rock ! Cette tuerie doit cesser ! Tu es déjà recherché pour plusieurs massacres, et tu ne feras qu’aggraver ton cas si jamais tu…
- Réponds simplement à la question ! Trancha soudain le nippon d’une voix glaciale.
- Pourquoi t’aiderais-je ? Tu n’es qu’un meurtrier ! Répliqua alors le commandant d’une voix redevenue hostile.
- Parce que sinon, je te tue ici et maintenant ! Si tu ne m’es pas utile vivant, je n’ai aucune raison de te garder en vie ! Bluffa Jason sans la moindre once d’hésitation dans la voix.

Durant un instant, Ono sembla jauger le pourfendeur. Mais ne détectant aucune hésitation, il préféra ne pas jouer avec le feu.
- Kyomu. C’est sûrement l’un de leurs QG. Mais tu dois être conscient que si c’est ta prochaine destination, ce sera aussi la mienne !
- Je te le déconseille , rétorqua le nippon en le fixant les yeux dans les yeux sans ciller. Reste à l’écart ! C’est moi qui finirai par te contacter !
C’est alors qu’une série de cris s’élevant depuis le dehors alerta les deux hommes.
- Alerte ! Il y a un intrus dans le camp ! Koyuki et Mashiba sont morts !

Il fallut une poignée de secondes à Jason pour assimiler les différentes informations : il était au cœur d’un campement de soldats, il était aussi le fugitif qu’ils recherchaient tous pour homicides multiples, et plusieurs d’entre eux venaient d’être éliminés alors qu’il était infiltré dans le camp et face à leur commandant. Pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’un nouveau piège venait de se refermer sur lui.

L’épéiste se tourna alors vers Ono dans le but d’affirmer que ce n’était pas de son fait, mais il était déjà trop tard :
- Espèce de salopard ! Dire que j’ai failli te croire ! Tu es venu jusqu’ici en tuant mes hommes et tu crois que… ! Hurla-t-il en attirant ainsi l’attention des gardes proches.
- Désolé, Ono. Tu ne me laisses pas le choix…
Ce dernier posa les mains sur le fourreau de son katana situé non loin, mais il ne fut pas assez rapide : l’assassin le saisit par le col et le frappa violemment au visage avec le pommeau de sa dague pour l’assommer.

Après quoi, il lâcha le corps aussitôt alors que des exclamations s’élevaient de plus en plus dans le camp. Sans hésiter, le brun se tailla une sortie dans la toile de tente de l’autre côté de l’entrée, afin d’éviter de tomber sur un groupe d’ennemis. Il bondit hors de la tente et tomba sur un garde qu’il assomma de la même façon qu’Ono avant de se téléporter à plusieurs reprises du camp tout en évitant quelques projectiles qui lui étaient destinés.
- Le voilà ! Hurla l’un des gardes. Attrapez-le, vite ! Ne le laissez pas s’échapper, cette fois !
Bon nombre de soldats, et peut être Zoro, étaient à nouveau à sa poursuite, et il devait absolument trouver un moyen de les semer…

Capacité Contextuelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Piste Sanglante   

Revenir en haut Aller en bas
Piste Sanglante
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Piste Sanglante
» Patte Sanglante, Nuage Sanglant ?
» [bug] Piste cyclable et éclosion
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Piste de danse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Les villes et villages marchands :: Shiryoku-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.