Partagez | .
Zayro entre dans la capitale [Libre]
Messages : 5462
Yens : 916
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 225
Nombre de topic terminé: 118
Exp:
10/24  (10/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Sam 29 Nov - 18:33



« Minshu et sa capitale »
Le calme de Minshu

* Cette rencontre se passe dans le rythme de la chronologie *

Après s'être reposé, lavé et ayant naturellement mangé un morceau dans l'auberge sur la route, Zayro avait reprit sa route, sur un nouveau cheval, décidément ! Il l'avait volé, à un vagabond de passage, qui avait fuit en le voyant. Le chemin était de plus en plus dégagé, car de plus en plus pratiqué, couramment, d'ailleurs il y'avait du monde maintenant, et Zayro ne passait pas vraiment aperçus, sa tenue attirait les regard, que ce soit des gens à pied, sur les cotés de la route, ou ceux qu'il croisait à cheval, et se retournait pratiquement à chaque reprises. C'était un fait, s'il continuait ainsi, il se ferait griller avant même d'y poser les pieds. Il arrêta son cheval sur le bord et chercha un vendeur, qu'il ne trouva pas. Une vieille femme s'approcha, comme si elle savait quoi faire. Zayro se tourna vers elle, que voulait t'elle ?

Que voulez vous, femme ?

Hi hi, je suis Ger, la voyante du coin, mais les gens ne m'aiment pas, ils disent que je suis une sorcière. Je sais ce que vous voulez, je savais que vous viendriez, je l'ai vu. Tenez, c'est un habit pour dissimuler votre tenue, il est fait dans un tissu pauvre de la région.

Comment.... Non, je ne veux rien savoir, donnez moi ça. Que nos chemins ne se recroisent plus.

Zayro n'avait pu contenir sa surprise, la magicienne, ou la voyante au choix, l'avait attendu depuis hier, avec une tenue pour dissimuler son armure. Il l'enfila pour être plus discret, elle était propre, c'était au moins ça, mais fait dans un tissu volontairement pauvre et passe partout. Bien que le sous chef n'aime pas vraiment ce genre de chose, il avait l'impression de n'avoir pas d'autres choix. Il ne pouvait pas tuer la vieille devant tout le monde, il remonta donc sur son cheval, espérant ne pas le recroiser. En effet, Jinn n'aimait pas que le destin soit tout tracé, dicté par une force supérieure. Voila donc pourquoi il ne la retint pas plus longtemps, pour tout savoir d'un avenir qu'il ne croirait surement pas... Remontant à cheval, il se précipita au galop jusqu'à la capitale de Minshu, il était temps quand même !

Cette fois, les regards ne se tournaient plus trop vers lui, ça marchait bien. Il la garderait un temps, mais lorsqu'il sortirait d'ici, il n'en aurait plus l'utilité... Pas jusqu'à la capitale de Seika, et encore, le sud et sa chaleur n'arrangerait peut être pas cette affaire. Quoiqu'il en soit, il apercevait déja au loin, les murs d'enceinte de la grande ville, la population chaleureuse, les voyageurs et prospecteurs prospérant et faisant des aller - retours sans cesser !


"Alors, voici Kansei ?" Pensait t'il, en regardant de bas en haut la citée

Il ne tarda pas vraiment à entrer, déjà une toute autre ambiance régnait dans les lieux, c'était assez impressionnant de dénoter le changement entre Fuyu et son froid glacial, et ici, ou déjà, le climat semblait plus doux et laissait les habitants dans une joie quasi constante. Si c'était encore ça, en pire à Seika, Zayro aurait du mal à le digérer. Comme quoi, au fond, il était content d'être tombé dans le royaume de Sul Hei, c'est effectivement ce qui le correspondait. Peut être recroiserait t'il Asuka ici ? Depuis le temps, la belle neko avait du en faire des voyages, et vu son caractère, si chaque élus étaient attribués à un royaume, en fonction de ses spécificités, d’après ce qu'il avait pu voir pour le moment, elle se rapprocherait des zones du sud, Minshu ou Seika.

" Bon, je vais commencer par me renseigner sur l'état de la ville"

Zayro ne voulait pas prendre le risque de louper trop de choses, il se décida donc plutôt, à se la jouer discrétion, il mit son cheval à l'écurie située à l'entrée du village, et puis continua sa marche dans les faubourgs, les ruelles, les grandes places, demandant aux villageois, pas tous, mais certains, comme se présentait le village, les ressentis sur les élus, une possible guerre, sur le leader de leurs royaume, etc... Une enquête minutieuse, dont il n'obtint pas vraiment de réelles réponses, pas assez satisfaisantes à son gout. Étonnement, il ne croisa aucun élu pour le moment.

Il se posa, fixe et droit, en restant debout, à simplement observer, essayant de sentir d'éventuelles puissantes. Certaines semblaient là ou résiduelles, difficile à déterminer, même maintenant... Il préféra continuer à chercher, mais s'il ne trouvait rien ici, il ne s'attarderait pas vraiment.


_____________






Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 


Dernière édition par Zayro Jinn le Mar 2 Déc - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Mar 2 Déc - 12:53

* Ce RP se déroule une fois que Serizawa sortit de la prison accompagnée de Mizoku sur le chemin de la guerre (a moins que les events soit hors temporel)*

La course continuait dans la ville pour le Lycan et le vieil homme. Le garde qui les avaient repérés les avait poursuivit avant de se faire assommer au détour d'un couloir. L'alerte fut donnée et plusieurs soldats se mit a la recherche du civil en cavale. D'un commun accord, et par toute logique, Mizoku et Serizawa s'était séparé à la sortie de la prison, se donnant rendez vous à l'entrée de la ville pour faire voyage commun. Jusqu'à lors, il suffisait au Lycan de ne pas attirer l'attention, chose qui semblait des plus difficiles avec sa tenue démodée et son statut d'élu.
Sautant d'un toit pour atterrir dans une ruelle avec agilité, sa nature bestiale arrangeant bien les choses, le Lycan se faufilait jusqu'à un axe principal en prenant soin de rester dans l'ombre. Là, il utilisa ses sens développés pour scanner littéralement la voie. Pas de cendre, de sang, pas de cliquetis singuliers des pièces d'armures se frottant pendant la course. Il n'y avait là que le brouhaha de la foule, modeste, qui vaquait à ses occupations.
Le Lyca décida de sortir dans la rue.

Il y faisait bon aujourd'hui, peu cela lui importait au final mais la lumière du soleil lui fit le plus grand bien. Il s'étira, loup parmi les brebis et fit craquer sa nuque. Il tomba sur un marchand proposant de l'encens et autres fumeries. Il s'arrêta, sentit frénétiquement quelques secondes et désigna du doigt une plante séchée qu'il identifia comme substance narcotique avant de l'acheter. D'une main agile, tout en marchant dans la rue, il roula une cigarette avec une feuille fine que le vendeur identifia comme étant du papier de riz très fin à usage méconnu du jeune homme. D'un coup de briquet, à l'abri des regards indiscrets, il alluma sa création avec un sourire de satisfaction.


" Enfin... Peut être pourrais-je réfléchir calmement à présent... "

Serizawa n'était pas ce qu'on peut appeler un individu de nature stressé, mais le changement de plan et la faiblesse de ses pouvoirs le rendait plus vulnérable que jamais, aussi ses sens étaient aux aguets tandis qu'il descendait la rue principale en direction des portes de la capitale. Ci et là, passaient des groupes de gardes qu'il esquiva sans peine, se noyant dans une masse qu'ils ne pouvaient contrôler. Une dernière fois, un groupe plus discret que les autres passa prêt de lui, il se déplaça de leur axe pour s'assoir sur un banc vacant sur le côté de la voie. Il resta là un moment, la tête baissée, écoutant la progression des soldats avec attention.
Quand ils furent assez loin, Serizawa redressa la tête et se laissa aller sur le dossier du banc, tirant une bouffée de tabac. Soudain, ses sens s'éveillèrent et il prit conscience de l'homme situé a sa gauche.




Il se crispa un instant puis se détendit, décidant de jouer autrement ce coup-ci.
Il dégaina une cigarette qu'il avait roulé en un éclair et la tendit au dessus de lui en direction de l'homme habillé en vagabond mais bon la propreté et la qualité de ses chausses indiquaient comme un usurpateur.


- Tu en veux une ? Elu ?

Maintenant qu'il y faisait attention, la puissance de cet homme n'était pas difficile a cerner, surtout pour un loup avec ses capacités. Pourquoi était-il là ? Que faisait-il ici ? Travaillait-il pour le gouvernement en place ? Tout ce que le Lycan espérait, c'était ne pas avoir a combattre en plein milieu de la capitale, pas avec un rendez-vous sur les bras.

///

Je n'allais pas manquer une occaz pareil :p
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5462
Yens : 916
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 225
Nombre de topic terminé: 118
Exp:
10/24  (10/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Mar 2 Déc - 17:22



« Minshu et sa capitale »
Le calme de Minshu

* Cette rencontre se passe dans le rythme de la chronologie *

Cette ville était d'un d'ennuie... Il n'y avait rien ici, à part des gens heureux d'êtres heureux. Ils marchaient, ils parlaient, ils vendaient, un presque métro, boulot, dodo. S'il en avait eu les moyens, il aurait bien brûlé entièrement la capitale nommée Kansei. Mais elle était grande, son leader n'avait pas encore été vu et de toute façon, ce dernier semblait occupé, son planning officiel était prit, Zayro l'avait su, en tentant de demander un entretien, qui lui fut donc refusé, dans un bureau de garde, dans un angle de la rue. Que devait t'il faire ? Il n'avait pas croisé d'élus pour le moment, et son impatience commençait à se faire ressentir. C'était décidé, il partait, de toute manière, Zayro aurait l'occasion d'y repasser lors de son voyage retour, peut-être pourrait-il, alors à ce moment là, rencontrer celui qui dirigeait cette ville et Minshu en entier...

Mais, comme Kosaten était un endroit surprenant, jouant des coudes avec le destin, c'est lorsqu'il s'approcha de la sortie de Kansei, qu'il commença à ressentir des puissances, et le comble, c'est que l'une d'entre elle, la plus éloignée sans doute, lui était familiere... Même s'il ne pouvait pas mettre le doigt dessus pour le moment. Un jeune homme était apparut à sa droite, fumant une cigarette et lui en proposant une, d'ailleurs, ce dernier avait grillé la couverture de Jinn, bien ce derniere ne soit que pour les gardes et autres péons de Minshu. Ici, il s'agissait donc d'un élu, l'une des forces qu'il avait senti. Ce n'était pas trop tôt.


Non. Vous êtes également un élu, ce n'est pas difficile à deviner. Mais êtes vous un élu de Minshu ?

Zayro ne s'attardait pas à poser des questions, du genre ; "comment vous appelez vous" ou " avez vous des réponses sur ci, sur ça"... Pour la bonne raison, que lorsqu'il sentait une puissance plus faible que la sienne, il pensait et sans doute à juste titre, que ce dernier n'avait pas plus de réponse que lui, à son niveau. Certes, il pouvait y avoir de la surprise et des étonnements, selon la situation encore une fois. Mais ici, Jinn sentait bien, qu'il avait à faire au genre de type comme Tian Wang, qui s'écartait de la masse des élus car il en était désintéressé ou s'en foutait royalement. Il analysait aussi bien les mouvements de Serisawa, que Seri les siens.

Le fixant du haut de ses un mètre quatre-vingt-douze, Zayro le toisait comme si il était un être supérieur (c'était le cas) mais il n'avait pas forcément d'hostilité, à l'égard du lycan. Il lui fallait quand même aborder différente stratégie. La vraie question qu'il se posait, était de savoir, si le loup, connaissait ou était en relation, avec l'autre énergie qu'il avait senti précédemment, et qui lui était familière.


Je ne pense pas me tromper, en disant qu'un autre élu vous accompagne, mais il est plus loin, de qui s'agit t'il ?

Concernant, le pourquoi du comment Jinn avait senti ou tout simplement, arrivait à sentir les energies, ce n'était pas vraiment ça en fait. Il s'agissait bien plus des atomes qui composaient les corps. Mais tout était relatif, et Zayro avait une degrés de sens plus ou moins élevé à une certaine distance, même un pouvoir aussi incroyable, ne pouvait pas offrir une infinité de moyen à un corps, somme toute proche de l'Homme normal. Lorsqu'ils étaient à la prison, Jinn n'avait donc pas senti leurs présences communes, mélangés aux autres. Et puis, les élus émettaient aussi une sorte d'aura, bien différente de gens lambda.

... Et votre ami se rapproche semblerait t'il. Peut-être, vais-être fixé.

Ce serait une sacrée surprise, de revoir Mizoku, le vieux qu'il avait combattu un jour plus tôt, dans la montagne ! Cependant, en un jour seulement, l'écart de puissance s'était nettement creusé entre Zayro et lui, mais cette fois, ils seraient deux, et peut être un espoir de revanche ? Ou bien, simplement une énième discussion. Si Mizoku venait à rejoindre Seri, dans une certaine mesure, le lycan intéresserait sans doute d'avantage Zayro, mais il était impossible de dire, comme la situation tournerait.





Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Mer 3 Déc - 7:40

- Un élu ?

Serizawa afficha un petit sourire. Un élu était quelqu'un pour lui qui était attendu, glorifié, apprécié. Il n'avait passé qu'une ou deux journées ici et déjà il s'était fait battre puis enfermer. Non le terme d'élu ne se prêtait pas à son cas.
Il alluma la cigarette qu'il proposait et la fuma lui même.


- Non je n'en suis pas un. Je ne suis qu'un pion de plus dans un jeu dont je ne comprend pas les règles, un échiquier géant sans roi apparent. Sinon je saurais où il faudrait frapper * sourire cynique *

L'individu était stoïque, sobre, droit et froid, un genre de maître jedi avec un balais dans le cul qui aurait sa propre version de la force. Le Lycan sourit, il n'était pas certain qu'une autre personne ici pouvait comprendre cette référence cinématographique. Son monde n'était plus le même. L'homme était grand, mais l'homme voulait jouer au con. Il toisa le loup du regard de toute sa hauteur et continua son réquisitoire:

- Je ne pense pas me tromper, en disant qu'un autre élu vous accompagne, mais il est plus loin, de qui s'agit t'il ?

Le Lycan marqua une pause, regardant Zayro un sourcil remonté, comme s'il venait d'entendre une question absurde. Il souffla sa cigarette, la jeta sur le sol et fit craquer sa nuque avant de se lever. Il y avait bien quelques centimètres entre les deux hommes, une dizaine tout au plus, et le loup ne ressentait aucune sensation d'infériorité. Il regardait le schtroumph dans les yeux, sans sourciller.

- Effectivement tu ne te trompes pas. Un second élu m'a filé un coup de main, mais c'est a moi de le tuer. J'ai un combat a finir avec cette homme, la milice est intervenu la dernière fois et je n'ai pas pu finir mon office. Et je ne suis pas un homme, qui laisse les choses non finies * sourire carnassier *

Message subliminal ou pas, Zayro comprendrait ce qu'il voulait. Il s'enquit de la présence de cette autre personne dans les alentours mais avec un vague mouvement de main, Serizawa lui fit comprendre que ça ne l'intéressait pas.

- Je ne sais pas ce que tu veux faire ici, mais si ton intention c'est de tuer quelqu'un, je passe mon chemin. Tu ne m'intéresses pas et je n'ai aucun intérêt a t'affronter aujourd'hui. J'ai un travail a effectué avant ceci, et les gardes comme tu as pu le voir, sont trop insistants pour être tranquille. Par contre le palais semble tout désigner pour toi si tu veux faire un carnage. A te voir bandé tes muscles depuis le début, comme un bodybuilder sur scène, je pense que ce tour de force te scierait à ravir.

Serizawa tenta de chercher Mizoku avec ses sens, sans y parvenir. Si vraiment il arrivait ca lui poserait un problème. Le vieux n'avait pas la même nonchalance que lui, et il chercherait a stoppé un tueur en devenir.

- Tu comprends beaucoup plus de ce monde que moi, a dire vrai je ne connais même pas le nom de cette ville, juste que c'est la capitale. Mes geôles ne m'apportaient comme luxe que la discussion de gardes puérils, toutefois je peux te révéler l'adresse d'une de leur fille de joie si tu es intéressé * sourire cynique * Lorsque je comprendrais ce monde, et les possibilités qu'il offre nous nous retrouverons, et nous nous affronterons. Car dans la conquête de ce monde, tôt ou tard, tu te dresseras contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5462
Yens : 916
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 225
Nombre de topic terminé: 118
Exp:
10/24  (10/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Mer 3 Déc - 15:58



« Minshu et sa capitale »
Le calme de Minshu

* Cette rencontre se passe dans le rythme de la chronologie *

Zayro, était bien loin du grand maître jedi, il aurait péféré être associé aux grands maîtres Sith plutôt, ce qui lui convenait. Quand à l'attitude, Jinn n'était pas forcément coincé, mais il avait la caractéristique du tueur, froid et sur de lui. Il croisa les bras, sans vraiment attendre de réponses de la part du lycan, mais le jeune brun, semblait avoir un trait de caractère bien trempé, ses réponses étaient franches et directes, bien qu'elles ne soient pas du même ton, que celle de Zayro par exemple. Bref, Serisawa se demandait ce qu'était qu'être un élu, à voir sa tête, il avait l'air sincère. Ça pouvait vouloir dire plusieurs choses... Peut être, que Seri n'était pas de Minshu et avait atterri dans la mauvaise ville, auquel cas, les soldats auraient tentés de se l'approprier de force. Déjà, lors de son arrivée, les soldats de Fuyu, n'avaient pas étés très aimables avec Jinn, alors il imaginait ça. Mais en écoutant les autres propos, il était clair que Seri, ne se considérait pas comme tel, sans doute, faisait t'il l'autruche dans cette situation.

Elu n'est qu'un nom, que donne les gens d'ici, aux arrivants des autres mondes. Trois royaumes se disputent les élus, à des fins personnelles, ce qui entraînera un jour, une guerre.

Pouvait-t'il la sentir ? Lui qui avait l'odorat si fin, le gout prononcé des sensations, pouvait-t'il sentir la guerre, ce parfum froid cosmique dans l'air, qui disait qu'elle n'était pas très loin. Voyait-t'il seulement, l'avenir, comme le voyait Zayro ? Le sous chef du nest, doutait sur ce point. Quoiqu'il en soit, lorsqu'il demanda si un autre élu était là, et de qui il s'agissait, tout en appuyant le fait qu'il s'approchait, Serisawa se comporta autrement, il se leva, haussant même le sourcil, sans doute d'étonnement, et puis fit presque face au géant, le jeune homme était téméraire, mais pour le moment, il n'y avait rien qui faisait, qu'un combat pouvait se déclencher entre eux.

Zayro ne prit même plus la peine de le fixer, il se concentrait un peu trop sur l’énergie émanant de Mizoku, qui n'était vraiment pas loin. Il avait fini par reconnaître cette énergie, ce vieux lui avait tout de même laissé une petite cicatrice et son premier duel dans ce monde. Seri, semblait vouloir en faire son affaire, décidément, ce vieux combattait tout le monde ou quoi ? Mais quelle ironie du destin, de se recroiser... Cependant, si Serisawa était aussi son ennemi, il laisserait les deux faire leurs affaires, Zayro ne voulait pas recroiser Mizoku tout de suite, pour la revanche, il savait que le shinobi n'était pas encore prêt pour ça.


Donc c'est lui.

Serisawa continuait de parler, décidément, il ne pouvait pas la fermer deux minutes celui là. Zayro avait une envie de le frapper sur le coup, entre l'odeur de clope et son esprit rebelle de jeune pré-pubère, c'était presque trop. Il se retourna vers lui, d'un regard froid inexpressif. Apparemment, Serisawa conseillait même au musclor, d'aller du coté du palais, mais ça avait déjà été son objectif de base, seulement, le roi ou l'empereur ou le dirigeant ou quoique ce soit ici, était prit.

Il ne me semble pas avoir sollicité votre avis. Fermez-là.

Voila, Zayro recadra un peu l'individu, fallait pas déconner non plus. Mais la suite, fût tout aussi marrante à vrai dire, puisque Serisawa avouait avoir fait un tour en prison, cela devait sans doute s'expliquer par son caractère à vrai dire... Mais il proposa même l'adresse d'une prostituée, et par la suite, un futur duel entre eux deux. Le garçon n'était donc pas téméraire, mais suicidaire, ou alors d'une ambition sans pareille. Hors Zayro, il restait tout de même quelques leaders comme Sul Hei, d'une force incommensurable et inimaginable à l'heure actuelle. Toisant toujours le jeune homme, Zayro ajouta ;

Quel intérêt d'accepter un combat, gagné d'avance ? Mais soit, si vous tenez si peu à la vie, j'exaucerais votre souhait... Quel est votre nom ?



Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Mer 3 Déc - 18:00



Tout le monde se méprenait sur le comportement du vieillard. On le pensait prêt à combattre n’importe qui et n’importe quand et tout ça pour empêcher des meurtres. C’était un peu vrai pour défendre la population, mais cela était faux concernant l’idée de combattre tout le monde. On l’avait plutôt contraint à devoir combattre, mais jamais il n’aurait déclaré un combat pour le simple plaisir de vaincre son adversaire. Il avait passé cette partie de sa vie et maintenant il désirait surtout défendre les plus faibles et régler les problèmes par la parole que par les poings, chose que Zayro et Serizawa, les deux hommes que s’apprêtaient à rejoindre le vieillard, ne suivaient pas comme chemin.

Mizoku s’était laissé distancer par Serizawa. Il boitait à cause de sa jambe encore endolorie par son dernier combat face à Zayro. D’ailleurs, il ne s’attendait pas à recroisé le colosse aussi rapidement. Alors qu’il se rapprochait de l’entrée, il pouvait ressentir l’énergie de Serizawa se mélanger avec celle d’une autre personne qu’il reconnu aussitôt. Il s’arrêta quelques secondes pour s’assurer que s’était bel et bien l’homme qu’il avait combattu dans les montagnes qui se trouvait à Kansei.


« Hm. C’est deux là ensemble risque de ne pas faire bon ménage. »

Il accéléra le pas malgré la douleur toujours grandissant qui remontait jusque dans sa cuisse. Il déposa sa main droite sur le haut de sa cuisse justement pour tenter de diminuer la douleur en vain. Il entendit les dernières phrases de Serizawa et de Zayro. Décidément, soit on voulait sa mort sans savoir pourquoi et en plus Zayro menaçait Serizawa dans un combat. Cela risquerait de tourner en bain de sang si Mizoku n’intervenait pas rapidement. Il s’arrêta à quelques mètres de Zayro et Serizawa.

- Si vous voulez combattre, je vous prierais gentiment de faire cela à l’extérieur de la cité. Il serait dommage que des citoyens ou des gardes ne soient blessés dans cet affrontement simplement parce que vous êtes deux hommes en manque d’adrénaline et de puissances. Dit-il calmement.

Il ne souriait pas et ne montrait aucune émotion. Son visage était serein, sans aucune ride forcée entre les yeux. Ses yeux étaient légèrement plissés et une lueur de paix brillait dans ses iris gris. Il se massa le poignet gauche et remonta à son bras endolori. Il fit un pas vers l’avant sur sa jambe encore affaibli, boitant par la même occasion pour tenter de diminuer la douleur.


- Je suis surpris de vous revoir … notre dernier combat m’a laissé plusieurs courbatures. J’espère au moins que j’ai réussi à vous satisfaire et à diminuer votre rage du combat. Dit-il sereinement.

La façon dont il parlait, il semblait se considéré comme un sac de combat sur qui n’importe qui pouvait se défouler pour enlever leur rage et ainsi éviter des massacres. S’était peut-être ridicule de sa part, mais Mizoku préférait cela qu’un enfant ou des femmes ne soient tuer par des hommes assoiffés de puissances. Sans doute gardait-il des tendances masochistes de son passé qui continuait à le suivre malgré la cinquantaine entamée.


- Je suis curieux de savoir pour quelle raison votre voyage vous a mené à Kansei, la cité mère de Minshu. Dit-il, un léger sourire au lèvre.

Il tourna ensuite les yeux vers Serizawa. Quelques choses l’intriguaient chez ce jeune homme. Pourquoi désirait-il tant le tuer? Pourquoi désirait-il tant le combattre? Il répondit presque immédiatement à ses propres questions. Se rappelant son désir de vouloir combattre Serizawa et de le vaincre, voir le tuer. Son sourire ne s’effaçait pas sur son visage serein. Il se reteint pour ne pas tapoter la tête de Serizawa, il lui devait quand même un minimum de respects et ce geste serait irrespectueux. Il lui dit tout simplement d’une voix calme
:

- Tu pourras me tuer … un jour … Je ne doute pas de ta puissance. Tu porte le même nom qu’une légende de mon pays … tu accompliras sans doute de plus grande chose que lui et tu auras la chance de pouvoir me vaincre comme lui l’a réussi à de nombreuses reprises, mais l’heure n’est pas encore venu.

Il croisa les bras et reprit un air sérieux en regardant à tour de rôle Zayro et Serizawa, ne sachant jamais à quoi s’attendre avec ses deux hommes imprévisibles.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Jeu 4 Déc - 23:04




Arrogant, prétentieux, vaniteux et sans doute un peu lent d'esprit, les qualificatifs pour caractériser Zayro ne semblait pas avoir de limite tant l'effronterie du personnage n'avait d'égale que la gonflette qu'il avait du faire pour développer son corps musculeux en quoi il avait tant confiance. Mais les muscles de cires ne peuvent tenir éternellement et Jinn apprendrait tôt ou tard que même les géants périssent, emportant avec eux espoirs et illusions.
Serizawa avait un ace dans la manche, un atout qu'il cultiverait le plus longtemps possible. Tant qu'on pensait qu'il n'était qu'un fou courant après les combats, il avait un avantage sur son adversaire.
Toutefois, et même s'il s'enivrait d'un combat, le Lycan n'était ni fou, ni suicidaire, et surtout pas assez stupide pour répondre aux provocations d'un combattant puéril qui n'attendait qu'un faux mouvement pour enclencher un combat en pleine ville.
Le Lycan pouffa et haussa les épaules.


- Oye Oye, tu te méprends Oji-san, je ne suis pas de ceux qui massacrent sans raison, et même si je suis prêt à sacrifier des innocents pour la survie du plus grand nombre, je ne prend aucun plaisir dans les carnages, à moins que ces derniers soient fait dans les rangs de mes ennemis. Et encore une fois, vous tuez ne m'apporterait rien de bon, le combat en lui même est assez grisant pour se laisser s'y prendre sans pour autant souhaiter la mort de son adversaire. Ne connaissiez vous donc pas de combat honorable dans votre monde ? N'y avait-il que des tueurs couards qui se cachaient dans l'ombre pour abattre leur sabre comme le prétendent les contes et les légendes ?

Le Lycan ignorait totalement Zayro. Il lui avait bien fait comprendre que son avis ne l'intéressait guère et qu'il ne trouvait rien chez le jeune homme qui ne soit digne d'intérêt. Aussi le loup trancha la conversation dans le vif et continua :

- Il me semble que nous ayons un rendez-vous Oji-san, puis à l'adresse de Zayro, je n'ai nul besoin de me dresser comme un paysan pour me mêler à la foule. Je ne dédaigne ni qui je suis, ni ce que je fais, et si la fuite est parfois une option, comme ici pour éviter les gardes, il ne s'agit qu'une preuve de bon sens pour éviter un bain de sang. Aussi, Elu, je vais me présenter. Je suis Serizawa Suzuran et nous aurons notre combat dans un futur proche. Et même si je pense que ta logique est quelque peu restreinte, tu sembles homme à apprécier les combats à leur juste valeur aussi je ne te ferais pas l'affront de te combattre dans l'état où je suis.

Le Lycan afficha un grand sourire, franc et quelques peu prétentieux également et tendit sa main au guerrier de Fuyu pour un salut digne de ce nom.


Comment allait réagir Zayro ? Est-ce qu'une once de fierté et de noblesse habite cette homme froid et distant d'aucun jugerait de bestial ? Allait-il accepter cette poignée de main dans l'espoir du combat le plus épique de sa vie dans un futur à venir ou succomberait-il à la tentation de relâcher le monstre en lui pour un combat pauvre et sans intérêt ?
L'atmosphère pouvait sembler tendu entre Katô, euh Zayro et Serizawa, tandis que Mizoku, sur le côté, assistait à la scène sans doute en priant ciel et terre pour que tout ceci s'aboutisse en une fin pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5462
Yens : 916
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 225
Nombre de topic terminé: 118
Exp:
10/24  (10/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Ven 5 Déc - 1:03



« Minshu et sa capitale »
Le calme de Minshu

* Cette rencontre se passe dans le rythme de la chronologie *

C'était ainsi, de surprises en surprises. Zayro, toujours aussi stoïque, aux cotés du jeune Serisawa, attendait la venu du vieil homme. Il avait eu raison, c'était bien lui, les atomes ne trompaient pas ! Ce dernier ne semblait pas encore totalement remit du combat, à voir sa posture et son air fatigué. Pourtant, il avait réussi à redescendre la montagne et venir jusqu'ici, plus rapidement que Zayro apparemment. Le vieux n'aurait pas prit de pause entre temps, il ne se ménageait vraiment pas, c'était dommage pour lui. Mais quoiqu'il en soit, Jinn ne comptait pas remettre ça, ici et maintenant, c'était trop tôt, et il n'y tirerait aucun intérêt, d'autant plus que le vieux et Seri, semblaient aussi avoir un contentieux sérieux. Il était également dommage, que Mizoku pense que Zayro, n'était qu'un être assoiffé de combat, tel un saiyajin, car ce n'était pas le cas. C'était un tueur et bien entendu, lorsqu'il le pouvait et qu'il le fallait, il combattait et tuait. Mais cette mesure était parfois contre productive, comme ici. L'idée de se griller pour une prochaine entrée dans la ville, ne plaisait pas vraiment à Jinn, déjà, car se déguiser pour lui éviter tous les ennuis avec le leader et les gardes, l'énervait un peu.

Je n'ai pas le loisir de m'adonner aux combats, à chaque instants...

Mizoku avait une mine sérieuse et l'air mauvais, encore avec des courbatures et des douleurs, il toisait Zayro et n'hésita pas à lui demander, si ce dernier était satisfait d'avoir fait couler son pauvre sang de vieillard. Apparemment, Mizoku n'avait pas comprit le sens d'un tel duel, au sommet d'une montagne, c'était assez dommage, il commençait à croire, qu'il aurait mieux fait de le tuer, car l'avenir n'apporterait rien entre eux, que ce soit dans un prochain combat ou de prochaines conversations.

Vous vous méprenez, ce duel était plus un test, qu'une réelle soif de combat, je ne vous aurais pas choisi dans un tel cas, si vous en aviez pas valut un peu la peine... Mais peut être aurais - je du vous tuer la haut.

Zayro regarda ses mains, et sourit intérieurement, sur son visage, l'expression demeurait inchangé. Le potentiel qu'il avait déverrouillé dés à présent, était plus que satisfaisant, mais le vieux n'avait pas progressé, ou avait t'il atteint sa limite avec l'âge ? Tant pis pour lui... La montée de pouvoir pour Zayro, ne faisait que commencer. Mais Serisawa, s'avérait aussi très ambitieux dans l'avenir, il donna son identité et sur de lui, proposa sa main en signe de bonne parole et pour sceller une sorte de pacte de retrouvaille, qui sonnerait le glas d'un combat épique. C'était une belle proposition, et un challenge à l'avenir. Tournant le regard vers le lycan, Jinn regarda la main de ce dernier, et après une certaine hésitation, la lui saisit fermement et fortement, écrasant les phalanges du jeune homme. Oh, ce n'était rien, de plus, il ne l'avait pas fait volontairement. Sa nouvelle force revenait dans son corps et il devait s'y ré-habituer, se la restitué. C'était un ré-apprentissage de ses capacités, mais il sentait qu'elles en ressortiraient bien plus augmentées avec le temps..

Nous verrons ça, Serisawa Suzuran.

Fixant le vieux pour la dernière fois, puisque ce dernier demanda la raison de la venue, Zayro ajouta ;

Je n'ai aucun compte à vous rendre, mais vous le devinerez bien assez tôt. Nous nous reverrons également. Si vous avez un peu appris de notre combat, peut -être survivrez vous de nouveau, que ce soit à ce jeune homme, ou moi.

Après quoi, Zayro décida de partir d'ici, quittant ainsi Minshu, pour aller en direction de Seika et ses environs. C'était sa prochaine destination, il reviendrait à Kansei bien entendu, pour y rencontrer d'autres élus ou le leader du pays, mais ce n'était pas encore l'heure. Il les laissa ici, mais de toute façon, la discussion semblait terminée.



Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Ven 5 Déc - 2:18



Mizoku restait silencieux, il écoutait seulement les paroles de Serizawa, puis de Zayro sans émettre un seul commentaire. Seulement quelques sourires s’affichaient sur son visage quand l’un d’eux mentionnait des phrases qui intéressaient ou qui faisait réagir un peu Mizoku, comme s’il y avait des combats honorables dans son monde ou qu’il ne connaissait pas les vrais raisons de son combat contre Zayro au départ, alors que le vieux avait très bien compris ces raisons, mais l’homme de Fuyu n’avait pas compris le double sens de sa phrase. Il regarda la poigne de main scellant le destin de Serizawa et Zayro qui s’affronteront dans un avenir lointain ou non et qui détermineront sans doute le destin en même temps de Kosaten. Mizoku avait l’impression qu’en ce moment même, le destin de Kosaten allait être bouleversé par ces deux hommes à la recherche de pouvoir. Il savait que l’avenir était incertain surtout depuis qu’il avait rencontré Zayro dans les montagnes et Serizawa à Yuki.

« Tu semble songeur Mizoku … Ces deux hommes, ils te font rappeler ton passé non? »

« Pas juste ça … cette impression que j’ai, cette force qui se dégage de Zayro et cette lueur dans les yeux de Serizawa. Je l’ai vu trop souvent dans mon monde … quelques choses nous attend dans le futur et je sais que cela ne sera pas beau. J’espère ne pas être témoin des actes qu’ils vont poser sur ce monde. »

Le vent se leva et balaya le sol de sa poussière et souleva les mèches rebelles de Zayro et Mizoku au vent. Mizoku regardait Zayro quitter la cité de Kansei sans aller plus loin dans la ville. Le vieux le regardait partir sans un mot. Avant que Zayro ne disparaisse derrière les arbres, le vieux chuchota quelques mots presque inaudibles pour une oreille humaine.

- Et je serais le spectateur de votre avenir.

[i]Sans comprendre vraiment le sens de ses propres paroles, le simple fait d’avoir été témoin de cette liaison du destin semblait l’avoir justement fait entrer dans cette destiné obscure. Il ferma les paupières quelques secondes, le temps de remettre son esprit en place, puis il fit appelé son cheval et quitta Kansei à son tour accompagner de Serizawa.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   Ven 5 Déc - 10:53

Ainsi le pacte fut scellé et la ville dispensée d'un combat sanglant. Zayro brisa les doigts de Serizawa qui ne broncha pas, Mizoku fit une version remasterisée du père Fouras, et chaque protagoniste se laissa là, en cet instant. Le Lycan frotta sa main endolori pendant quelques secondes, vérifiant par la même occasion l'état de ses os et regarda Zayro quitter la ville. Il ne voulait clairement pas faire la route avec lui, si cet imbécile avait retrouvé la raison pour le moment, il ne voulait pas non plus le titiller, surtout qu'il ferait le voyage a pieds mais que le vieux, à cheval, était plus vulnérable.
Mizoku commença a marché vers la sortie pour prendre son cheval, le Lycan l'arrêta en tendant le bras pour le retenir.


- Ne taquinons pas la bête qui sommeil en lui, attendons un peu avant de partir. D'autant plus que des gardes sont à l'entrée, je les vois d'ici. Je pense qu'ils ne te cherchent pas directement mais en tout cas je ne passerais pas inaperçu. Comme convenu je te rejoindrais devant la ville dès que j'en aurais l'occasion, jusque là on se sépare, de nouveau.

Et Serizawa baissa son bras, laissant Mizoku partir en direction de l'écurie pour aller chercher son cheval.
Le Lycan, lui, retourna dans l'ombre des rues pour chercher un autre passage, plus sûr, pour contourner les gardes et quitter la ville. Il aurait besoin d'une petite conversation avec le président de ce pays, ce petit jeu de cache-cache l'énerverait assez tôt pour dériver vers des jeux plus sanglants.


///

Topic clos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Zayro entre dans la capitale [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
Zayro entre dans la capitale [Libre]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Seul sur la plage (libre)
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.