Partagez | .
Le temps de dire Adieu...
Invité Invité

-



MessageSujet: Le temps de dire Adieu...   Mer 8 Mar - 19:48


Le temps de dire Adieu...
feat.Takeburu

Ambiance

   Encore un jour passé sans elle. Encore une nuit passée dans un lit qui n'est pas le mien... Mais qui fût le sien. Encore des aventures à raconter, mais dont je ne pourrais jamais rien lui dire. Plus aucun mot ne pourront être échangés, plus aucun rire qui réchaufferait mon cœur... Non, plus rien ne pourra être de nouveau possible, elle a disparu.
Disparu de ce monde et de tous les autres.
Elle n'est plus.
Juste de la poussière.
Seuls les souvenirs perdureront.
Son visage... Gravé dans ma mémoire.


- Oï, Kachou je vais bientôt m'en aller.

- Hum...

- Oh t'arrêtes cinq minutes de bouder? C'est juste une patrouille.

- Hum...

   En réalité, Takeburu et moi avions fini par devenir de bons amis, attachés l'un à l'autre.. J'étais devenue presque comme sa tutrice, malgré le fait que ce bonhomme soit plus âgé que moi d'un an. Ce garçon vivait désormais dans la caserne proposée par l'armée et moi comme d'habitude, je me retrouvais à vivre dans cette même chambre d'auberge. Elle ne me quittait plus, c'était devenu mon chez moi, ma nouvelle maison. J'étais certaine de pouvoir revenir ici sans à avoir peur d'être mise à la porte.
Mais là n'était pas le sujet le plus intéressant. Takeburu me rendait visite à l'auberge pour m'annoncer son départ de Chikai. Cela faisait un moment qu'il me parlait d'une mission de reconnaissance, avec d'autres gardes embauchés dans la même période que lui.

   J'avoue ne pas être sereine quant à l'idée de le savoir loin de la capitale, c'était le seul lieu où j'avais la chance de le savoir en pleine santé. Tandis que là, partant pour les Territoires Neutres, plus rien n'était sur. Il suffisait d'être le mauvais jour et le mauvais moment.. Pour rencontrer la mauvaise personne.
J'étais la première au courant qu'une telle chose pouvait se produire. Dans le passé, avant que je ne perde la vie... Avant qu'elle aussi ne perde la vie, il y eut ce jour fatidique et angoissant à souhait pour ma petite citrouille et moi-même. Notre rencontre avec Zayro Jinn nous avait marqué au fer rouge.
C'était un réel cauchemar, rien que d'y penser, j'en avais encore la nausée. Il fallait que j'oublie. Il le fallait, c'était devenu invivable.

- Bon, moi je dois y aller. Je venais juste te demander de prendre soin de toi...

J'étais certaine de le blesser en agissant comme une enfant.. Mais c'est pas grave, je n'étais pas confiante du tout.

- Hum.

- .... Très bien. Restes donc dans ton mutisme.

Sur ces belles paroles, mon ami s'en alla de ma chambre à coucher et descendit les escaliers pour partir de l'immeuble et rejoindre ses collègues.

   A savoir, il y a de ça plusieurs jours, Takeburu m'avait parlé d'une sculpture. Ne l'ayant jamais vu, ni lui ni moi, il ne me racontais que ce qu'il avait déjà entendu. Il n'avait en tête plus que cette fameuse oeuvre d'art venu du "trône des rois". C'était bien la première fois que j'entendais un tel lieu ou monument. A croire que beaucoup de choses s'étaient passées, lorsque j'étais encore plongée dans les profondeurs des abysses.
Cette sculpture était faite de glace, comme s'il était formellement interdit de creuser plus loin, au risque de détruire l'oeuvre de convoitises. Paraîtrait, que des voyageurs aguerris seraient simplement partis visiter ce fameux "trône des rois", lieu où avait résidé Zayro Jinn pendant plusieurs jours, voire mois. Résultat, après avoir découvert leur objectif, ces voyageurs ont fait une découverte étrange.. Mais magnifique.
Cette sculpture semblait glacer un enfant entièrement. Bien évidemment, cela semblait trop absurde pour que cela puisse être possible. Le rouge, ressemblant presque à du sang, recouvrait l'enfant de partout à l'intérieur de la glace. Comme si la jeune fille était piégée à l'intérieur.. Bloquée dans le temps.

   Les voyageurs récupérèrent l'enfant dans la glace, la laissant à l'intérieur, pensant que c'était le fruit d'une oeuvre d'art, tant la peau de l'humaine était blanchâtre et magnifique... Comme de la porcelaine. Une fois récupéré, ils traversèrent tout Fuyu pour montrer ce chef d'oeuvre aux gens des nations de toute sorte. Et le meilleur endroit était les Territoires Neutres. Le bruit couru partout dans Kosaten, arrivant jusqu'aux oreilles de Takeburu. Par chance, l'une de ses missions l'envoyait justement là-bas... Et le jeune homme était tout simplement heureux de pouvoir avoir la chance de voir de ses propres yeux l'enfant bloquée dans l'espace temps.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le temps de dire Adieu...   Ven 10 Mar - 1:43


Le temps de dire Adieu...
feat.Takeburu

Ambiance

   Il était l'heure. L'heure du départ d'un homme remplit de curiosités. Takeburu était très enjoué quant à l'idée de retourner dans la nation où il avait toujours grandi, mais ce qui l'enthousiasmait davantage, c'était vraiment les rumeurs concernant la présence de la statue. Décrite comme étant une oeuvre d'art, personne ne pourrait égaler un tel chef d'oeuvre. Malheureusement, pour oser la regarder ou même la toucher, il fallait payer.
Etant devenu depuis peu un garde, il avait les moyens de s'offrir quelques plaisirs et là était justement le moment! De plus, comme il partait en mission, il aurait forcément un temps libre accordé et il irait voir cette fameuse jeune fille bloquée dans le temps. Quant à moi... Non rassurée de le voir s'en aller, sans moi qui plus est, j'étais déboussolée. Bon, le seul point positif à cela, c'est que le novice ne se retrouverait pas seul.

   Takeburu avait donc fini par abandonné l'idée de pouvoir partir de Chikai en bon termes avec moi-même. Sa joie laissait peu à peu place au regret, mais c'était sans compter sur moi, finalement décidée à sortir de mon trou. Dehors, il faisait beau et extrêmement chaud, un peu comme d'habitude d'ailleurs. Quelques volatiles survolaient les cieux, tandis que le soleil tapait de plein fouet. Et sous cette nature des plus chaleureuses, des séparations se déroulaient dans les rues de la capitale de Seika.
Remarquant ma présence derrière lui, j'avais les bras croisés et j'évitais son regard. Je n'acceptais toujours pas l'idée qu'il puisse s'éloigner d'ici, lieu de "paix" et de "sécurité". Malheureusement pour moi, il voulait voyager. Il était affamé d'aventures et découvertes en tout genre, donc s'il avait la possibilité d'explorer Kosaten.. Il est certain qu'il le ferait, même si j'étais contre.
Du coup, me voyant finalement derrière lui, le jeune garde se mit à sourire. Je ne bougeais pas d'un poil, mais lui avait fini par se rapprocher de moi, frottant ma tignasse avant de me serrer dans ses bras.

- J'vais revenir Kachou, alors arrêtes de bouder!

- Hum...

Ma réponse le fit sourire davantage puis, d'un simple geste de la main en guise d'au revoir, et le jeune homme parti en compagnie de ses collègues. Me laissant seule dans la rue, le regard perdu dans la direction dans laquelle il partait... Sans même me douter ne serait-ce qu'un instant... Que là où il allait se trouvait... Ma chère et tendre.

*****
Détails :
 

   L'élue aux cheveux d'argents n'avait de cesse de te troubler, tu le savais mais ne tentais rien de trop prétentieux. Tu le sentais, tu le savais... Qu'elle ne serait jamais à toi. Tu n'avais d'autres choix que de devoir l'aimer de loin... Quoi que le mot "aimer" était peut-être encore trop fort pour l'instant. L’idolâtrer? L'adorer? Tu ne savais pas trop comment la considérer, elle était celle qui fut la raison de ta nouvelle vie... De ton bonheur actuel. Il fallait que tu acceptes cette seconde place qu'elle t'accordait. D'ailleurs, pour éviter d'être blesser par des sentiments naissants, tu faisais de ton mieux dans ton travail. Lorsque tu avais l'occasion de t'en aller loin de cette élue, tu le faisais! Bien sur à contre coeur, mais tu t'en sentais obligé, poussé par le besoin d'accepter la situation telle qu'elle devait l'être.
De toute manière, ton manque de confiance en toi et.. Cette immense différence de puissance entre vous deux était bien trop importante pour oser t'imposer devant elle. Le fait que tu sois toujours vivant à l'heure qu'il l'est... Tu devais t'en contenter.

   Tes collègues connaissaient tes petits secrets, ces sentiments que tu tentais désespérément de refouler, oui car cela t'encombrait plus que de raison. Du coup, tes camarades te supportaient de loin, t'encourageant à travailler encore plus pour te défouler et penser à d'autres choses! D'ailleurs, comme vous étiez tous en mission, retourner dans les territoires neutres devait t'être nostalgique. Tu en avais le sourire scotché aux lèvres, tandis que du côté de tes collègues, le désir de satisfaire leurs envies sexuelles se faisait ressentir. Toi-même tu te sentais influencé par l'effet de groupe, cela faisait bien longtemps que tu n'avais pas touché une femme.. Que tu n'avais pas pris une mèche de cheveux dans tes mains, caressé la joue d'une jeune et jolie demoiselle. Tes pulsions d'homme prirent le dessus en t'imaginant dans une chambre.... Accompagné de Kachou. Tu l'imaginais.. Elle, encore elle, toujours elle! Tu n'arrivais vraiment plus à la sortir de ta tête, pourtant il le fallait et ce séjour passé loin, très loin d'elle te serait très certainement utile pour l'oublier et passer à autre chose. Des filles, il y en avait à la pelle, tu n'étais pas moche, loin de là.. Tu savais que tu attirais le regard et le fait que Kachou n'ait été perturbé par ta beauté, c'en étai presque décevant pour toi, comme si son idéal masculin était inatteignable ou inexistant.

   Bref, tout le long du trajet pour aller jusqu'aux territoires neutres, tu échangeais avec tes camarades sur des banalités, mais aussi de nombreuses blagues salaces. Tu pouvais éclater de rire et taquiner les autres. Parler de sexe, de nanas, de bouffe et tout pleins de trucs, bah oui tu étais comme tous ces autres mecs. Mais malgré tout cela, ton désir n'était pas non plus de plaquer une femme contre un mur et de la pénétrer.. Bien sur que non. Tu n'étais pas l'un de ces nombreux sauvages qui pouvaient toucher une femme sans même rien ressentir pour elle.
Ton départ de Chikai pour retourner sur les terres que tu avais longés pendant de nombreuses années, maintenant tu allais là-bas changé et avec le coeur d'un jeune homme "libre". Cette fois-ci, tu t'étais séparé de l'élue de Seika, dans le but de découvrir ce qu'était cette fameuse statue... Tu en avais tant entendu parler! Les rumeurs allaient à bond train dans les marchés noirs, comme quoi il était ici question d'une statue bien trop belle.. Trop magnifique pour n'être qu'une simple "réalité". La glace qui entourait la gamine ne fondait jamais. Pas une seule goutte ne s'était mise à perler le long de la glace. Une rumeur dirait donc que cette oeuvre d'art pouvait survivre au climat de Seika, chose trop incroyable pour être crue à deux cents pour cent. Ta curiosité était donc à son paroxysme, tu allais découvrir la vérité et avoir le fin mot de l'histoire. C'était important pour toi. Pour changer d'air... Pour ne plus avoir à penser à cette fille. A cette élue qui hantait ton esprit. Tu avais besoin de cette distraction, tant besoin pour penser à d'autres choses et ceux, de la meilleure des façons.



Mes p'tits lecteurs ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Le temps de dire Adieu...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» y a pas de bonnes manières pour se dire adieu ~
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» Je suis en retard mais je prends le temps de dire au revoir !
» Ce n'est qu'un adieu, ne sois pas triste car je ne le serais pas, Petit Bison.
» Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.