Partagez | .
Under this roof
Invité Invité

-



MessageSujet: Under this roof   Jeu 9 Mar - 15:03





***


La nuit. La douleur. Il fait noir. Mon corps titube. Le ciel brille pourtant de lumière lointaine. Mon cœur sombre de pensée proche. Zoro. Un bon guerrier en soi. Mais je n’aurais pas dû perdre. Certes, je reconnais ma défaite. Mais ma fierté est là. Elle me le souffle à l’oreille. Il n’aurait pas fait un dixième de temps de notre affrontement si j’avais ma puissance. Je suis… Faible.

Je ne maudirai aucun dieu pour mon sort. J’ai accepté ma destinée qui est d’aider ce monde dans ses heures orageuses, pour pouvoir ensuite aider le mien. Si mes amis et ma femme me manquent terriblement, je veux surtout revenir pour continuer mon rôle de gardien. Le Mal ne meurt jamais et, sans moi, le monde périra. Peut-être que Diva me sera retirée si je reste trop longtemps ici ? Peut-être que Xeu la remettra à un autre humain, me dérobant ainsi ma tâche cinq fois millénaire. Cet humain… Saurait-il dans quoi il s’embarque ? Saurait-il qu’il passerait le restant de sa vie – quoique le concept de « restant de vie » soit désuet quand on parle d’immortalité – à voir ses proches mourir, un à un ? À subir les pires trahisons, seulement entrecoupées de quelques bons moments ?

Le temps. Après le Mal, c’était lui mon plus grand adversaire. On nait. On grandit. On vieillit. On meurt. Et on apprend de tout cela. Mais moi, je ne vieillis pas. Je continue de grandir. Je continue d’absorber les connaissances du monde entier, et maintenant d’un autre monde. Est-ce un privilège ? Une malédiction ? Quelques fois, je me le demande. Pourquoi un vagabond avec une épée divine pourrait traverser les âges ? Tant de personnes l’auraient mieux mérité que moi. Pourquoi moi ? Xeu m’avait dit que j’avais résisté au Mal par ma volonté, et que cela me rendait précieux. Mais j’ai été témoin de bon nombre de mes compères qui ont fait la même chose. Sur ses derniers instants, j’ai vu la lueur d’apaisement dans le regard de mon fils. Ne méritait-il donc pas de vivre… À ma place ?

***


J’arrive à la maison. Pas la mienne. C’est celle des orphelins qui m’ont fui. Je me suis endetté pour eux. Et ils sont partis… Pour mon bien. Je ne suis pas étonné. Les enfants sont des adultes sans expérience, mais avec beaucoup d’instinct. L’idée de les traquer m’est venue, mais depuis peu… Je ne sais plus trop. Combattre cette femme chat m’a ouvert les yeux : ce monde est en proie à plusieurs sortes de crises. Dois-je délaisser les enjeux de Kosaten pour quelques orphelins ? Dans mon monde, je ne l’aurais pas fait ; tout simplement parce que je ne me serai jamais autant attaché. Mais ces gamins… Je les aimais. Me revoilà encore une fois dans la spirale des liens. Indispensable et pourtant… Si néfaste.

Capon, le cheval peureux, vient m’accueillir dans la cour. En le caressant pour contenir son excitation de me voir, je remarque qu’il n’est pas attaché. Rovert a dû oublier. C’est étrange, il ne- De la lumière chez moi ? Peut-être que Rovert est resté passer la nuit ? Je ne lui en veux pas. La maison est luxueuse pour un fermier tel que lui. Sa femme et lui ont surement dû vouloir en profiter… Ou alors ils s’étaient disputés et il s'était isolé. N’ayant pas peur de surprendre un couple en noce, je tente d'ouvrir la porte d’entrée. Fermée de l’intérieur. J’imagine donc que mes clés ne sont plus dans la selle de Capon – qui me collait au train au passage. Amusé par l’ironie, je souris en frappant à la porte de ma maison.

Des pas. Légers. Rapide. Une femme ? Le bruit de la serrure arrêta ma rapide interrogation. L’entrée s’entre-ouvrit et ce fut des yeux flamboyants que je distinguai. Des yeux qui disparurent aussitôt derrière le bois de la porte et le claquement violent de celle-ci. Qui… Était-ce ?





Dernière édition par Qrow le Ven 10 Mar - 20:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Under this roof   Jeu 9 Mar - 15:26





« Mon très cher papa, ma très chère maman, j’ai fait une magnifique rencontre à Tokonatsu. Le cheval que je devais livrer appartient à un brave élu, très puissant et très gentil. Il a le sang noble et lutte contre tous les dangers pour nous garder en sécurité.

Je mentirai en disant que notre relation n'est pas déjà très forte, et que je n’ai aucune envie de me séparer de lui pour l’instant. Je vis la belle vie, dans sa grande maison. Je ne reste pas comme ces bourgeoises à ne rien faire ; je l’aide à entretenir la demeure, en plus de travailler à ses côtés, dans une pâtisserie.

Je sais que vous pourrez avoir certaines appréhensions sur cette soudaine relation ; mais sachez que je suis heureuse.

C’est cela que vous vouliez, non ? Aussi, les routes ne sont pas sûres en ce moment, il serait imprudent pour vous de venir ici dans l’immédiat.


Je vous aime,
Votre fille. »


Envoyée au moyen du coursier le plus lent, la lettre allait mettre au moins deux mois à parvenir à Chikai. Elle serait donc tranquille jusque là. Certes, elle avait quelque peu menti, mais qui ne l’avait jamais fait ? De toute façon, elle sentait que tout cela n’était qu’une avance, et que sa relation avec le dénommé Qrow ne pourrait aller qu’en ce sens.

Depuis son arrivée à Tokonatsu, elle n’avait pas chômé. Après avoir nettoyé la maison, trouvée grâce à la mémoire de Capon, elle se chercha un travail et en trouva un dans une pâtisserie.  Le patron disait que ses cheveux, dont les couleurs rappelaient les nuances d’un pain parfaitement cuit, attiraient la foule et qu’elle méritait bien son salaire. Heureuse de se rendre utile, elle rougissait à chaque compliment. Mais ce n’était que de la politesse, car ce n’était pas d’un vieux cuisinier qu’elle voulait l’entendre, mais de… Qrow.

Elle ne l’avait vu qu’une fois. Et pourtant, depuis ce jour, elle ne pensait plus qu’à lui. Jour et nuit, elle n’avait de cesse que de se l’imaginer à ses côtés. Ou plutôt, de s’imaginer à ses côtés à lui. Quels genres d’aventure allaient-ils vivre ensemble ? Serait-ce comme le combat avec cet élu de Minshu, décrit dans le carnet de voyage du corbeau ? Elle l’espérait… Et même plus encore. Elle priait Fenghuang pour qu’elle puisse être sa partenaire, rêvant de se découvrir un mystérieux talent qui pourrait l’aider dans ses quêtes. Elle était prête à l’accueillir, fermement décidée à jouer de ses charmes de jeunes femmes pour l’attirer à elle.

Mais lorsque l'on frappa à la porte. Son cœur s’arrêta un court moment. À cette heure… Ce n’était pas Rovert. Le fermier, ami de Qrow, ne lui rendait pas visite aussi tard, car il préférait rester avec sa femme et son nouveau-né. C’était quelqu’un de bien, qui avait accepté qu’elle vive chez son ami le temps qu’il revienne, sans poser de question. Donc… Qui était-ce ? Personne d’autre ne venait ici, encore moins à cette heure tardive. Curieuse, elle descendit de sa chambre – celle de Qrow à l’origine – pour ouvrir la porte. Limitée par l’entrebâilleur, elle la referma sec.  

C’était lui.

Ces yeux… Ce regard… Le cœur de la demoiselle battait à la chamade. Elle avait rêvé de ce jour depuis qu’elle avait confirmé l’identité du propriétaire du cheval. Elle avait imaginé mille et un scénarios de leur première rencontre, tantôt au clair de lune, tantôt au milieu d’une foule bondée. Elle avait même imaginé qu’elle s’offrait à lui, sans dire un mot. Mais là, ce n’était pas pareil… Comme cette fois où elle avait voulu l’aborder à Chikai… Elle était paralysée.

- Ahum… Qui… Êtes-vous ?


Il a parlé ! Sa voix ! Sa voix avait traversé la porte ! Elle est plus douce mais paradoxalement plus grave qu’à Chikai, tout en étant beaucoup plus masculine qu’elle ne l’avait imaginé ! Et elle semblait aussi très fatiguée… Hm… Il revenait d’un voyage ! C’est pour cela ! Il ne faut donc pas trop le faire attendre dehors ! Yosh ! Il faut lui ouv-… Oh non. Elle se rendit compte qu’elle était en tenue de nuit. Et pas de cette qu’un voyageur exténué aurait aimé voir à son retour ; mais plutôt celle du genre « ne me touche pas ce soir ». Une blouse bouffante, un bonnet à pompon et des énormes chaussettes qui remontaient jusqu'au genou. Non de non ! Elle ne se montrerait pas à lui comme cela ! Leur première rencontre devait être parfaite !

- N-N-N’entrez pas maintenant ! S-S’il vous plait !

Demanda-t-elle d’une voix toute tremblante. Elle s’engouffra alors dans les escaliers, pour aller se changer dans sa chambre.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Under this roof   Ven 10 Mar - 20:30





***


Les bruits de pas s’éloignent. Et ils… Montent les escaliers. Une fuite ? Cela en avait tout l’air. Néanmoins, la demande de la demoiselle me fait baisser la garde. Si je ne devais pas rentrer « maintenant », cela voulait dire que je pourrais rentrer plus tard. Mais quand ? J’étais exténué, mon corps était couvert de bleus et endoloris par les dos des sabres de Roronoa Zora. Toutefois, j’aurais très facilement pu ouvrir la porte avec Diva, ou simplement casser une fenêtre. Mais je n’en avais pas la foi. Il faisait bon dehors, et Capon hennissait pour me raconter tout ce qu’il a fait pendant mon absence. Je m’assis donc sur le pas de la porte, dos collé à cette dernière. Un bon moment. Jusqu’à ce que le canasson ne vienne tenter de me lécher le visage. Sacripant.

Le sommeil eut raison de moi. Mon cycle ,nocturne est différent de celui d’un natif. Deux journées à Kosaten n’en correspondent qu’à une seule dans mon monde. Maintenant que j’y pense, pour un Kosatenjin, je dois être âgé de dix mille ans… Cela ne me rajeunit pas. Mes temps de sommeil et d’éveil sont donc anormalement longs aux yeux des habitants de ce monde. Du moins au début, puisque j’apprends à me contenter de siestes, qui correspondent aux jours et à la nuit de Kosaten.  C’est sur cette pensée que je perds conscience, fatigué par mon voyage et par mon combat. Je sombre dans ce qui me semble être un profond sommeil.

Rêve. Noir. Aveuglant. Vide. Perceptible. Personne. Silhouette. Inconnue. Fils. Immuable. Combat. Mort. Visage. Sourire. Larme. Réveil.

Lorsque j’ouvre les yeux, je suis surpris de constater qu’il fait encore nuit. Ce rêve… Je le mémorise pour plus tard. Un rapide coup d’œil vers la lune me montre que j’ai dormi une heure, tout au plus. Pourquoi ai-je dormi si peu ? Et bien la réponse se trouvait dans mes narines. Une succulente odeur s’échappait de la maison. Pour comprendre ce qui se passait, je m’avance vers la fenêtre de la cuisine pour… Epier mon chez-moi. La femme qui… y avait élu domicile était en train de cuisiner. Alors que j’attendais devant la porte… Pourquoi ? Elle avait l’air de faire beaucoup d’effort et de se presser, ainsi que de cuisiner pour un bataillon entier. Attendait-elle du monde… Chez moi ? Et… Cette couleur… Est-ce un de mes sous-vêtements autour de son bras ? Interloqué, je décide d’en avoir le cœur définitivement net et frappe à la fenêtre.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Under this roof   Ven 10 Mar - 20:34





L’habitante de la maison de Qrow se dépêcha d’aller à son armoire. Au côté des tenues, toute similaire, du propriétaire des lieux, on pouvait maintenant apercevoir tout un assortiment de vêtement et accessoire. La demoiselle avait fait du shopping, Tokonatsu avait ce style frais et exotique qu’elle aimait ! Ce petit pep qui manquait aux habits trop traditionnels des gens pressés de Chikai. Légèreté et harmonie, elle se sentait à l’aise à l’intérieur, comme à l’extérieur. Mais lesquelles et de ces magnifiques nouveaux vêtements allait-elle mettre ? La robe ?

« Han non ! Elle est trop courte ! Il pourrait se méprendre sur… Hm… Non non ! »

Elle élimina par la même occasion la jupe et les collants pour les mêmes raisons.

«  Pantalon de lin blanc et… Cette tunique ! »

Bien en main, elle dévora ce haut rouge des yeux. Soulignant la magnificence de la poitrine de la dame sans montrer une once de peau, elle savait que ce simple accoutrement allait faire son effet. Mais il manquait… Un bracelet ? Mince ! Elle n’en avait pas ! Que des colliers… Non, elle devait avoir un bracelet ! Il n’y avait que comme cela qu’elle pourrait mettre toutes les chances de son côté pour charmer l’élu de son cœur ! Sans mauvais jeu de mots. Okay, c’était un peu mauvais. Désolé.

Que faire… Peut-être que Qrow en avait un ? Mais bien sûr ! Il serait surement très heureux de voir qu’elle se sentait déjà si proche de lui qu’ils pouvaient s’échanger des accessoires ! P-A-R-F-A-I-T ! Elle retourna donc la chambre, allant jusqu’à fouiller la salle de bain. Rien. Tss. Le corbeau ne portait pas ce genre de chose, trop inutile, selon lui. Évidemment, elle ne pouvait pas le savoir. Alors, quand elle trouva, dans un tiroir, un morceau de tissu retroussé qui ressemblait vaguement à un bracelet, elle s’en saisit et l’enroula autour de son bras jusqu’à ce que cela lui aille. Merveilleux ! Cela ressemblait aux aux bijoux des bourgeoises ~

Toute contente, elle descendit les escaliers pour enfin accueillir son bien-aimé, lorsqu’une idée lui traversa la tête. Le pauvre revenait d’un voyage… Il devait avoir très faim ! Oh mon dieu ! Quel genre de partenaire de vie ferait-elle si elle oubliait des choses aussi simples ! Vite, à manger pour  le chevalier ! Elle courut à la cuisine pour prendre le pain qu’il restait et allait le tartiner de beurre quand elle se rendit compte que c’était le premier repas qu’elle allait faire pour lui… Impossible que cela soit un simple « pain beurre » (note : le narrateur a voulu faire une blague sur « pain au chocolat » mais le correcteur n’aurait peut-être pas été du même avis que lui) ! La première fois qu’il mange ce qu’elle avait préparé… Cela se devait d’être divin !

Retroussant son bracelet jusqu’à en faire un brassard, la demoiselle sortie des ingrédients du placard. Patate, oignon, poivron, épice et poulet (qu’elle tua pour l’occasion). Elle fit préchauffer la poêle, battu les œufs en neige (crêpe ?), nettoya la volaille et éplucha les légumes. Elle assaisonna d’ailleurs le tout dans une marmite qui reposa à feu doux une petite demi-heure, pendant laquelle elle se demanda ce dont elle allait faire de ces œufs-neiges faits dans la précipitation… Un dessert ! Elle s’enquit de fraises, fraichement cueillies, qu’elle écrasa au pilon, puis les mélangea avec de la confiture du même fruit pour augmenter sa saveur. Elle combina alors à la mousse d’œufs avec de la glace pilée avant de tout réunir dans le même récipient. Qrow allait se régaler.

Il était temps de passer à la dernière étape… Faire frire le poulet, séparément des légumes avec lesquelles il macérait. Elle enleva donc chaque morceau, un par un,  puis les posa dans l’huile qu’elle venait de mètre dans la poêle très chaude. Un bruit frétillant et une bonne odeur emplirent la maison. Certes, quelques gouttes du liquide chaud étaient rentrées en contact avec la délicate peau de la demoiselle, mais ce n’était pas bien grave. Au moins, elle savait qu’il était à la température idéale. Dès que la viande fut convenablement frite, elle stoppa la cuisson des légumes pour les ajouter dans la poêle. Ainsi, le poulet serait croustillant à souhait, tandis que les légumes seraient fondants à en devenir fous ! Une nuance délicieuse qui saura assurément ravir l’hôte de ces lieux !

Rêveuse, elle se prit un instant pour penser à la réaction de Qrow. Mmmmh ! Il allait surement perdre la tête… Ses pupilles d’un noir profond allaient se dilater et des frissons allaient parcourir sa peau si dure de guerrier… Avait-il des cicatrices ? Lorsque le premier morceau de viande allait être ingéré, elle était convaincue qu’il ne pourrait faire autrement que de la garder prêt de lui, au moins pour sa cuisine. Bien sûr avec le temps, il apprendra qu’elle excelle aussi dans bons nombres d'autres domaines ! Elle n’était pas une boniche non plus ! Il s’en rendrait compte et la trouvera indispensable… Telle une… Epouse... Peut-être...

Rougissante, le bruit d’un homme interloqué qui frappait à la fenêtre retint son attention. Q-Q-Qrow ? Pourquoi… Oh ! Il était impatient le bougre ~ Elle dressa donc rapidement la table, oubliant la vaisselle et les détritus dans un coin de la cuisine, sans lui jeter un seul regard, pour « attiser le désir » et se recoiffa hors de son champ de vue. Soudainement, elle se demanda s’il avait fait assez de nourriture. Comme disait sa mère : « Les hommes forts mangent beaucoup ». Elle commença donc la préparation d’autres plats.

Enfin, elle alla lui ouvrir, toute fraîche et toute contente.

- Agrou !



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Under this roof   

Revenir en haut Aller en bas
Under this roof
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03.05/15.Sc.The roof is on fire [Pedro, Malo et Dakota]
» Take that rage, put it on a page, take the page to the stage, blow the roof off the place || Elouan Loredan
» Wanna throw you from the roof
» Let see under the roof. [Charlie & Emily]
» DEATHY ▼ all walls is great if the roof doesn't fall.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Ville de Tokonatsu-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.