Partagez | .
Save the Nostalgia
Invité Invité

-



MessageSujet: Save the Nostalgia   Lun 13 Mar - 15:27

Musique d'ambiance










- Yare yare daze.


Le doux effluve d'un parfum sauvage et éphémère enivra la pièce, forçant quelques regards curieux à se poser instinctivement vers celle qui venait d'entrer.


Un décolleté des plus affriolants, impeccablement taillé pour sa poitrine. Des lèvres recouvertes d’une nuance rouge cerise, en parfait contraste avec les bas noirs opaques de ses jambes à demie-nue. Un œil souligné d'un fin trait de charbon, offrant à la lueur de sa pupille, une seconde vie tel les braises d'un feu sacré. Une frange divinement coiffée sur le second, encadrant avec mystère, son visage de porcelaine. Une robe couleur carmin lui retombant à la perfection et offrant à chacune des courbes de son corps, le don inestimable et d'une finesse des plus rare.


Pour la première fois de sa vie, la louve incarnait la définition même, de la féminité.


***


- Tu ne me feras pas porter ça.


Dans la ville de Tokanatsu, les deux élues cherchaient de quoi rendre présentable l'hybride. Un véritable parcours du combattant, autant pour l'une, que pour l'autre. D'un côté, se trouvait Naicel, visiblement grande habituée en la matière, tandis que de l'autre, siégeait Geleerde, traînant des pieds à l'idée de devoir porter tel accoutrement. Selon elle, l'utilité d'exposer sa féminité ne représentait aucune utilité. Alors, pourquoi devait-elle supporter cela, aujourd'hui ?


***


Une semaine s'était écoulée depuis leur départ des territoires neutres. L'ancienne Nashar, s'évertuant à suivre de plusieurs mètres en arrière l'aventurière, refusait toute communication avec cette dernière. Plus d'une fois, Geleerde tenta une approche innocente, lançant au gré du vent et sans porter un regard derrière elle, quelques questions au sujet d'un certain bleuté, mais la Rouge restait volontairement muette. Elle n'eut pas même une quelconque réaction, lorsque sa compagnonne de route se risquait à une boutade quelque peu taquine et ô combien personnelle de la part de l'indomptable. L'ancienne provocatrice restait impénétrable à toute forme de discussion.


Terriblement... Agaçant.


Lorsqu'elles arrivèrent enfin au village d'Hibana, Geleerde effectua de rigoureuses recherches durant plusieurs jours, quant au groupe qu'elle traquait. Par en croire les rumeurs, ces derniers semblaient encore trop récents pour se permettre une quelconque attaque frontale envers les élus. Ils devaient donc avant toute chose, agrandir leur groupe et financer leurs projets futurs. Aussi, quel ne fut pas pour eux, l'occasion idéale lorsque les élus avaient échoué leur mission à Kupuo, pour renforcer leurs idéaux auprès de la population. Naicel et Geleerde eurent vent d'une soirée qui se tiendrait dans le seul cabaret du village de Hibana, en mémoire aux disparus de la ville anciennement infestée par la maladie et dont les principaux organisateurs semblaient être les Shashou. L'ironie semblait douce aux yeux de la louve, quand on connaissait le passé houleux de ce village...


L'histoire est une amante misérable pour les survivants.


N'ayant d'autre choix que de s'inviter à cette dite soirée, l'ancienne Nashar n'eut de cesse de secouer la louve pour qu'elle daigne s'habiller correctement pour l'occasion. Inutile d'expliquer comment la demande fut traité de la part de l'indomptable. Hélas, à force d'insistance, la Rouge avait malgré tout convaincu la challenger, non sans une certaine compensation. D'après les propos de la serveuse, Geleerde obtiendrait un passe-droit concernant le lien que semblait détenir Naicel et l'ex-général, si elle se montrait coopérative aujourd'hui. Ainsi, ravalant sa fierté et ses principes, l'érudite avait finalement cédé au chantage de la belle.


Quand le soir tant attendu arriva enfin, l'indomptable se dirigea vers l'entrée du cabaret, non sans une certaine difficulté : pour elle qui n'avait jamais été habituée à porter un tel accoutrement, la marche s'avérait être un véritable parcours du combattant. Sans compter le fait que la Rouge semblait avoir disparu de la circulation, laissant seule et pleinement au dépourvue la louve, qui ne pu que marmonner entre ses dents une quelconque malédiction contre ladite serveuse. Bien que cette dernière fit réellement tout son possible durant plusieurs jours pour apprendre les arts de la grâce et de la volupté à la louve... Geleerde resterait... Geleerde.



NB CORRECTEUR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Lun 13 Mar - 20:04





MUSIQUE



- Yare yare daze.

Naïcel déposa la robe noire qui irait pourtant bien avec le style de la louve. Certes, l’accoutrement ne cachait que 30% de sa peau, mais elle était convaincue qu’elle lui irait très bien. Elle haussa la hanche pour y poser son poing et laissa son autre bras le long de son corps.

- Combien de fois vais-je te le dire ? Tu ne peux pas aller là-bas avec tes… saletés qui te servent de vêtement. Regarde-moi ça ! Ils sont tous déchirés !

La rouge prit une profonde inspiration avant de repartir à la recherche de la tenue parfaite. Évidemment, elle entendit sa partenaire de shopping étouffer des insultes.

- C’est toi qui veux y aller, pas moi ! Tss, j’ai même pas encore trouvé de robe moi… Bref, ce n’est pas aussi simple que cela ! Il faut trouver la tenue qui te va, celle qui te met en valeur. Tu ne peux pas simplement tendre les bras, prendre un truc et dire que tu vas porter ça.

Elle se retourna pour voir l’élue de Seika faire exactement ce qu’elle venait de dire… Et trouver la robe idéale.

- Je te hais ~

***


Naïcel marcha seul un moment à Tokonatsu. Le soleil allait bientôt se coucher et il faudrait retourner vite à Hibana. Après avoir bousculé un homme en manteau noir et une rousse sans le faire exprès, elle entra dans la dernière boutique qu’elle n’avait pas visitée. Les choses ici étaient… Chères. Trop. En plus, ce n’était pas très beau. Tant pis, elle retournerait l’un des premiers magasins où l’on vendait une magnifique tenue qui pouvait être confondue avec une tenue de soirée.

***


La rouge essaya sa robe. Parfait. La soirée allait commencer dans quelques heures, alors elle se pressa de rassembler des affaires utiles pour une traque : maquillage et miroir de poche ; les indispensables. Elle sortit donc de sa chambre pour aller voir Geleerde et fut effroyablement surprise

- Tu ne t’es pas encore maquillé ? Et tes cheveux… ?

Devant la face blasée de la louve, Naïcel comprit qu’elle n’avait aucune intention de se pomponner. Elle pesta intérieurement.

- Raaah... Fais des efforts merde ! Comment tu... *Soupir* laisse-moi arranger ça et je répondrais à l’une de tes questions.

L’appât avait fait son petit effet. Elle accepta que Naïcel s’occupe d’elle… Accepter n’est pas se laisser faire. Vous pensiez qu’affronter Geleerde et son level 100 était rude ? Essayer de lui mettre du crayon ou de dompter ses cheveux ! Indomptable, hein…

Après deux longues heures, raccourci par le manque de patience de Naïcel, Geleerde fut dans un état à peu près potable. Problème maintenant, la rouge était fatiguée et sa tenue était tachée par divers incidents de ce « combat »…

- Roh, laisse tomber. Tu n’as pas besoin de moi pour y aller de toute façon. Je prends ma nuit !

Exténuée, la moitié de Nashar se dirigea vers sa chambre avant de lui dire timidement.

- Je n’ai pas à répondre à tes questions. Quelqu’un le fera surement dans le cabaret. Fais attention aux autres choses qu’il te dira… Il n’a que la moitié des réponses… Bonne soirée.

Personne ne l'observa cette nuit là.

HRP:
 





Dernière édition par Nashar le Lun 13 Mar - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Lun 13 Mar - 20:04






CHANT DE NYRIS



The sky was blue
And high above
The moon was new
And so was love
This eager heart of mine was singing
Lover where can you be

You came at last
Love had its day
That day is past
You've gone away
This aching heart of mine is singing
Lover come back to me


Nyris ferma les yeux sur la foule à leur table et continua.


Oh I remember every little thing
You used to do
I'm so lonely
Every road I walked along
I walked along with you
No wonder I am lonely

The sky is blue
The night is cold
The moon is new
But love is old
And while I'm waiting here
This heart of mine is singing
Lover come to me


Le rouge rouvrit ses yeux qui se réadaptèrent au peu de lumière de la salle.


When I remember every little thing
You used to do
I’m lonely
Every road I walked along
I walked along with you
No wonder I am lonely


Il mit alors une main sur sa poitrine en tendant l’autre, paume vers le ciel.

The sky is blue
The night is cold
The moon is new
But love is old
And while I'm waiting here
This heart of mine is singing

Lover
Lover, lover
Get here
To me


Finit-il en tirant sa révérence.

Fatigué. Épuisé. Nyris n’était pas à son mieux depuis une semaine. De rares heures de sommeil venaient embourber son esprit chaotique. Il avait été au second plan depuis lors, faisant parfois remplacer ses passages sur scène par l’orchestre seul. Il refusait l’alcool, qui allait surement empirer les choses, et la compagnie de lady, pour qu’il n’aurait surement pas l'attention qu'elles méritaient. Même ce soir, alors qu’il se faisait une joie de chanter en l’honneur des disparus de Kupuo, le rouge n’avait pas pu donner son maximum. Il le savait, sa prestation avait été médiocre. Il descendit de l’estrade sous l’œil plein de reproches de Aang, gérant du cabaret nouvellement installé à Hibana.

Quand est-ce que cela avait commencé ? Eh bien Depuis… Depuis qu’il ressentait pleinement ce que sa jumelle essayait de se cacher à elle-même. Le lien entre les deux était ainsi : lorsqu’une émotion était trop forte à gérer seule, elle était immédiatement transférée à l’autre. Si cela avait déjà donné quelques fous rires sortis, de ne nulle part, avoir un élan de sentiment aussi négatif était une première.

Cette impression d’être impuissant, envieux, de s’être fait voler quelque chose de précieux… Tout en sachant que cette chose n’avait jamais été sien. Tout cela, et bien plus encore, bouillonnait dans son cœur qui n’avait rien demandé. Et il en avait déduit la douloureuse raison. Les visages de Geleerde et de Schneiden s’embrassant se dessinaient cruellement à chaque fois qu’il fermait les yeux.

Geleerde aimait toujours Schneiden.

Et Naïcel l’avait comprise. La moitié féminine de Nashar souffrait en silence depuis lors. Une lente agonie, cachée par un silence lors du trajet. Elle essayait de penser à autre chose, ce qui renvoyait ses idées noires au chanteur. Il avait pensé à beaucoup de choses pour se soulager, en plus de l’alcool et des femmes. Sortir, discuter avec du monde, chanter sur la place publique. Mais rien n’atténuait sa peine. Il n’avait envie de rien… Rien à part…



Geleerde.


Un rire plein de désarroi s’échappa de sa gorge. Quelles étaient les chances… ? Surement très élevées. Il savait que sa jumelle était à Hibana, il l’avait senti. Son sentiment de désespoir n’avait pas diminué, il en déduit donc qu’elle était au côté de la louve. Que faire maintenant ? Aang avait une piste.

- Remonte sur scène ! Les organisateurs m’ont payé une fortune pour que tu chantes ! Alors tu remontes, et tu assures, bon sang ! Mets-y ton cœur !

L’idée de tuer son patron traversa l’esprit de Nyris. Un baiser glacé et cela aurait été fini. Mais, en plus d’avoir pris la décision de ne plus tuer, il ne voulait pas s’épuiser. La main de la mort avait été particulièrement douloureuse ces derniers temps. Peut-être un effet de son piteux état émotionnel ? Une forte tape dans le dos le tira de cette réflexion. Encouragé par Aang, le rouge remonta sur scène. Il soupira et regarda l’assemblée. Riches et bien habillés, ils paradaient leurs bijoux et leurs sourires remplis de malfaisance et d’hypocrisie. Méritait-il d’être là ? À jouer pour eux ? Qui sait ? Pour l’instant, il ne voulait que de l’argent pour pouvoir voyager aux quatre coins de Kosaten. Alors il ferait avec.

Ensuite, ses iris rouges se figèrent sur Geleerde dans sa robe au loin. Elle était si proche de lui… Il aurait aimé aller la voir et… Non. Elle était très loin de lui en vérité. Il la regarda un moment, jugeant de l’infinité séparant son cœur du sien, avant de se rendre compte que les musiciens attendaient de savoir quelle chanson ils allaient interpréter. Hm. Rien ne lui venait à l’esprit comme ça. Ils avaient répété longuement pour ce soir, et ils venaient de finir les trois chansons prévues. Un supplément sorti de nulle part… Comment combler ce vide.

« Mets-y tout ton cœur »

Son cœur ? Ce qu’il y avait à l’intérieur ne valait pas la peine d’être chanté… Personne ne voulait écouter un animal blessé. Mais tout de même, s’il déguisait les paroles... On pourrait  deviner ses intentions ? Elle pourrait… Non. Elle n’était pas devineresse. Et lui n’était pas magicien. Mais… Il fallait essayer. Le chanteur murmura le titre de la musique à l’orchestre qui s’organisa rapidement.

La musique commença.

CHANT DE NYRIS


Nyris s’avança devant la scène.


You must remember this
*Souvenez–vous bien de ça*
À kiss is still a kiss
*Un baiser reste toujours un baiser*


La même image désagréable vint à lui.


A sigh is just a sigh
*Un soupir reste un soupir*
The fundamental things apply
*Les valeurs fondamentales demeurent*
As time goes by.
*Au fil du temps.*


And when two lovers woo
*Et lorsque deux amants se plaisent*
They still say "I love you"
*Ils disent encore " je t'aime "*
On that you can rely
*Vous pouvez en être sûr*


Ses yeux s’humidifièrent, mais il se reprit.


No matter what the future brings
*Peu importe ce que l'avenir réserve*
As time goes by.
*Au fil du temps.*

Moonlight and love songs
*Clair de lune et chansons d'amour*
Never out of date
*Jamais démodés*
Hearts full of passion,
*Coeurs gorgés de passion*
Jealousy, and hate
*Haine et jalousie*


Il sourit franchement. Il n’aimait pas être aussi sentimental.


Woman needs man,
*Une femme a besoin d'un homme*
And man must have his mate
*Et l'homme se doit d'avoir sa compagne*
That no one can deny.
*Personne ne peut dire le contraire.*


Il voudrait que cela soit faux.


It's still the same old story
*C'est toujours la même histoire qui revient*
À fight for love and glory
*Un combat pour l'amour et la gloire*
À case of do or die
*Une lutte pour la survie*


Amour, gloire et mort, hein…


The world will always welcome lovers
*Le monde accueillera toujours bien les amants*
As time goes by
*Au fil du temps.*


Des applaudissements ressortirent aussitôt. Une main, trempée de larmes n’ayant pas eu la chance de descendre jusqu’aux joues, les remercia en quittant la scène. Le bar. Vite.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Mer 15 Mar - 17:10










Se grattant discrètement le bas du cou en tirant légèrement sur le vêtement qu'elle portait, Geleerde dû retenir une grimace de frustration : comment une femme pouvait-elle supporter de porter pareil accoutrement ? Entre les bas lacérant ses fines jambes, ses talons emprisonnant les pieds de l'indomptable tels un étau, ainsi que cette robe à dos nue et décolleté aguicheur, la louve pensait subir la pire des tortures existantes en ce bas monde. Être nue aurait été bien plus supportable que ça, sans aucun doute. Non que la guerrière soit gênée d'être vêtue ainsi, mais l'idée même d'être considérée comme une femme souhaitant être bêtement désirée pour son physique, la révulsait au plus haut point. Habituellement, sa beauté naturelle résidait essentiellement dans son esprit et son franc-parler : ce qu'elle portait, n'avait aucune importance et n'entrait nullement en ligne de compte. Si elle plaisait à quelqu'un, cela n'était dû qu'à un charme subtil et non à une exhibition de ses courbes.

La challenger fut par ailleurs surprise de découvrir la naissance d'un cabaret dans un village chargée par tant d'histoire d'un passé funeste. Dire que Hibana - la bourgade la plus éloignée de la Capitale de Chikai - avait changé, s'avérait être un doux euphémisme, tant elle fut métamorphosée. Pour elle qui n'était pas retournée depuis au moins deux années ici, la différence était notable. Après la destruction causée par Zayro Jinn, le village dû être reconstruit, ce qui attira indéniablement des êtres possédant l'or nécessaire - comme Aang, par exemple - pour la rendre plus attractive en ouvrant les portes d'un monde de papillon de nuit.

Était-ce cela qu'on appelait, évolution ?

Cette soirée existait pour honorer la mémoire aux disparus de Kupuo et pourtant... Geleerde ne voyait aucun membre de la population locale. Les prolétaires étaient mis de côté, laissant les êtres les plus aisés, à s'afficher au grand jour, à la vue de tous.

Cruelle ironie d'un monde de mensonge et de dépravation.

Elle ne doutait pas que cette nouvelle avait dû attiser la colère des villageois : pour eux qui n'aspiraient qu'à la tranquillité et à se contenter de ce que la nature leur offrait pour vivre, l'idée à ce que la haute bourgeoisie vienne ici, était probablement un affront. Et en cela, la louve le comprenait. Pourtant, de ce qu'elle avait pu apprendre lors de ses quelques jours en quête d'information, fut qu'une partie de la population locale sue apprécié - et surtout, accepter - ladite présence de ce cabaret, grâce à l’avènement d'un chanteur. De ce qu'ils disaient, sa voix procurait bonheur et réconfort, berçant les cœurs et apaisant les esprits. Pour quelles raisons ? Ce n'est pas à nous de vous le dire.

- Arrête de jouer les vieilles peaux et tiens toi droite, bon sang !

Une réminiscence datant de quelques jours revint aux oreilles de l'érudite : la voix de Naicel, cherchant vainement à apprendre en un temps infime, les règles fondamentales de l'éducation humaine à une louve sauvage. Par réflexe, Geleerde bomba le torse, non sans porter un regard derrière son épaule, songeant sans doute que la Rouge l'espionnait. Dans un soupir, elle pencha la tête sur le côté, se résignant à l'idée que l'ancienne Nashar avait eue finalement raison d'insister tant : après tout, grâce à elle, la louve se fondait dans le décor avec une aisance des plus déconcertante. Qui aurait pu croire que le simple port d'une tenue, pouvait littéralement transformer quelqu'un ? Reconnaître l'indomptable d'un premier coup d’œil, s'avérait être actuellement une tâche impossible, tant elle paraissait méconnaissable dans cette robe. Et bien que ces cheveux furent domptées, une mèche rebelle ne cessait d'échapper à cela, telle une force de la nature, sauvage et inatteignable.

Hélas, Naicel n'était finalement pas venue avec elle, laissant la louve se débrouiller seule. Bien qu'en soit, partir à la recherche d'information en solitaire ne la dérangeait nullement, les circonstances actuelles déplaisaient fortement à l'érudite : non seulement d'avoir un soutien morale pour lui rappeler comment devait-elle se tenir - bien que cela l'aurait fatalement agacé, ne l'oublions pas - Geleerde aurait pu surveiller la barmaid plus aisément, si elle était à ses côtés. L'idée à ce que la Rouge disparaisse sans prévenir, traversa un instant ses pensées et son poing se serra inconsciemment. Non, elle ne lui laisserait pas ce plaisir. L'élue de Fuyu détenait bien trop d'information concernant le bleuté pour que la louve la laisse partir. Aussi, ce fut par simple précaution, qu'elle veilla à bien cachée la bouteille de Makallan, espérant que ce moyen de pression, serait suffisant pour dissuader toute tentative de fuite de la part de Naicel. Mais ce qui lui revint en mémoire, fut particulièrement les derniers propos de sa compagnonne de route.

- (...) Il n’a que la moitié des réponses…

Savoir de qui parlait-elle, semblait encore être impossible à l'heure actuelle. Sa seule piste pour le moment, fut que cette personne serait un homme, rien de plus. Maintenant, resterait-il à savoir... Qui.

***

La première chanson se termina à l'exact moment où la louve venait d'entrer dans la pièce. Seul un tonnerre d'applaudissements félicitant les performances de l'orchestre, arrivèrent aux oreilles de l'indomptable. D'un regard curieux, elle jeta un rapide coup d’œil en direction de l'estrade dont Nyris n'était désormais plus présent, remarquant divers instruments de musique n'appartenant pas à l'époque actuelle. Étonnant, mais pas impossible. Après tout, la tenue qu'elle portait également, ne ressemblait en rien, à un accoutrement traditionnel. L'avantage d'être un monde tel que Kosaten, accueillant des élus de divers univers et d'époque différente, permettaient aux marchands les plus aisés, de bénéficier d'objets de la sorte, par le biais du troc. Bien que tout ce qui touchait une trop grande modernité n'intéressait que des collectionneurs un peu fous - puisque inutilisable pour son intérêt premier - ce genre de chose commençait avec le temps à moins surprendre les Kosatenjins. Après quatre années à accueillir les Appelés des Dieux, il devenait de plus en plus courant de voir certains éléments se détachait du décor féodal, bien que ce dernier conservait jalousement sa place.

Les temps changent, mais les hommes restent les mêmes.

Durant sa contemplation du lieu, quelques regards tentèrent d'attraper celui de la belle, mais n'eurent pour cadeau de consolation, qu'une simple exposition d'une chute de reins à damner un prêtre. Son attention ne se portait sur personne, restant cette beauté froide des cabarets que les Don Juan se contenteront d'observer de loin, la mort dans l'âme, extirpant un soupir résigné d'une conquête impossible. Quant à la plupart des femmes - et de quelques hommes - ils se satisfaisaient à glisser un délicieux sourire de circonstance et condescendant face à la démarche de l'hybride. Un spectacle des plus divertissants pour la bourgeoisie, en soit.     

- Remarquable soirée, n'est-ce-pas ?

- Hm. J'ai connu mieux.

Par réflexe, l'érudite répondit à son interlocutrice sans même porter un regard vers elle, relevant le menton pour tenter de voir par-dessus les épaules et de trouver les organisateurs de cette soirée. Une main fine vint à la rencontre de l'épaule de Geleerde afin d'attirer son attention, ce à quoi la challenger tourna la tête dédaigneusement pour apercevoir le nouveau trouble-fête. La femme qui venait de l'aborder - et qui avoisinait la quarantaine d'années - lui offrit un divin sourire qui ne fut accueillit que par un haussement de sourcil de la part de la louve. Allons bon. Qu'est-ce qu'elle lui voulait, celle-là ?

- Vous ne m'avez pas l'air habituée à ce genre de chose, je me trompe ?

- À quoi ? À supporter la présence des couards ? Ou aux tentatives de drague de ceux qui refuse de comprendre ce qu'un "non", veut dire ?

A ces mots, son œil ardent vint croiser celui d'un homme qui s'apprêtait à l'aborder, reconnaissant sa défaite avant même d'avoir pu tenter quoi que ce soit.

- N'y prêtez pas tant d'attention, ma chère : ils sont juste curieux de votre présence~

D'un rire discret, la quadragénaire s'amusa des réactions de l'indomptable tout en la dévorant du regard. Croyez-le ou non, mais Geleerde était incapable de comprendre les expositions de charme que semblait s'adonner la bourgeoise à son égard : être doté de sens développés ne signifiait pas forcément être en proie à saisir l'attirance qu'on pouvait lui porter, et ce, qu'importe sa sexualité. Roulant des yeux négligemment, l'indomptable avança d'un pas, désirant prendre congé de cette invitée non désiré, mais fut de nouveau contraint de se stopper.

- Puis-je savoir pourquoi vous semblez si pressé ? Vous cherchez quelqu'un ?~

Mais c'est qu'elle cherchait la petite bête, celle-là. Retenant difficilement une moue agacée, Geleerde prit sur elle-même pour garder son calme. Elle ne pouvait décemment pas perdre ses chances de trouver des informations sur Schneiden en provoquant une bagarre générale maintenant. Aussi, se devait-elle de jouer le jeu jusqu'au bout et se montrer courtoise, quoi qu'il arrive. Soufflant légèrement sur sa frange voilant son œil en moins, elle plissa du regard tout en penchant la tête vers son interlocutrice :

- Peut-être b-


Lentement, les premières notes de musique s'envolèrent gracieusement en direction de la plèbe qui accueillirent d'un divin plaisir cette nouvelle sérénade tandis qu'une douce chaleur envahie son être. Sans déterminer précisément pourquoi et comment, un nouveau regard s'était posé sur elle, celui-ci beaucoup plus insistant et paradoxalement, doux. Qui cela pouvait-il être ?

- Oh~ On dirait bien que Nyris nous offre un petit supplément ce soir~

Nyris ?
    
You must remember this... A kiss is still a kiss.

Wow.

A sigh is just a sigh.

Les lumières - crées par le biais de magie secondaire détenue par les habitants - et tamisées pour l'occasion, éclairèrent timidement la source de convoitise de tous les regards qui n'était autre que le chanteur lui-même. Envoûtée par cette voix d'or, Geleerde se surpris elle-même a avancer vers l'estrade, cherchant instinctivement à découvrir qui pouvait détenir pareil chant.

And when two lovers woo... They still say "I love you"

Le visage du manieur de démon apparu sous ses yeux, serrant son cœur douloureusement et la contraignant à s'arrêter.

Schneiden.

Il était le premier qu'elle avait rencontré à Kosaten. Le premier en qui elle su offrir sa confiance et sa dévotion pour combattre le mal. Celui-là même qui avait toujours su lui apporter les mots pour apaiser sa conscience et sa fureur.

« Alors… Je compte sur toi, partenaire. Pour aujourd’hui et pour demain. En contrepartie, je t’épaulerais et te soutiendrais dans toutes les épreuves auxquelles tu feras face. Envers et contre tous. Je me battrais toujours à tes côtés… Pour toujours. Jusqu’à ce que la mort vienne frapper à ma porte, je me tiendrais debout à tes côtés. Que ce soit contre les Démons et les Dieux, je ferais face à l’adversité et… Jure de te protéger. »  

Hearts full of passion.

Schneiden.

Jealousy and hate.

Schneiden.

« Plus jamais Geleerde… Je ne t’abandonnerais plus jamais. Je resterais à tes côtés… Toujours. »

...

(...) That no one can deny.

Se frayant avec lenteur un chemin entre les invités, elle n'arrivait pas à trouver un angle de vue idéale pour apercevoir le visage de Nyris. Pourquoi ? Pourquoi se sentait-elle aussi désireuse de l’apercevoir ? Y avait-il une raison, autre que sa curiosité naturelle et les battements de son cœur qui tambourinait à l'intérieur de sa poitrine à chaque mot ? Comment des paroles, appartenant à un autre langage que le sien, mais dont elle arrivait à en comprendre le sens, pouvaient-elles l'atteindre tant ? Et surtout...

Pourquoi ressentait-elle tant de peine en écoutant cette complainte ?

Passant sur le côté, la louve due se reprendre à plusieurs fois pour ne pas manquer de perdre son équilibre, obnubilé par l'idée de s'approcher autant qu'elle le pouvait de la scène. Jamais encore elle n'avait pu entendre pareille mélodie. Que ce soit par le biais des instruments ou de la voix les accompagnant. Comment pouvait-on nommer un tel style ? Pour une sauvage tel que Geleerde, la nouveauté l'attirait indéniablement et aujourd'hui, ce fut l'incarnation d'une chanson, qui venait bercer celle qui se vantait d'être indomptable. Une faiblesse ? Sans doute. Mais comment aurait-elle pu rester de glace, face à cela ?

Woman needs man... And man must have his mate.

Elle était maintenant tout proche de l'estrade. Encore quelques pas, juste un peu plus et elle pourrait le voir. Elle pourrait enfin savoir. Elle pourrait...

It's still the same old story... A fight for love and glory...

Battement de cœur raté.

A case of do or die....

Rouge contre rouge.

The world will always welcome lovers...

Tremblement.  

... As time... Goes by...

Des applaudissements sans fin. Le chanteur disparaissant aussitôt de la scène. Une louve figée par ce qu'elle venait de découvrir. Ce visage...

- Je n’ai pas à répondre à tes questions. Quelqu’un le fera surement dans le cabaret.

Il lui ressemblait tant. Comment était-ce possible ?

Le suivant du regard sans un mot et le cœur toujours lourd, elle restait muette de stupéfaction durant plusieurs longues minutes. Car au delà de sa performance divine, le faciès du jeune homme lui rappelait celui d'un autre... Cela ne pouvait être qu'une coïncidence, n'est-ce-pas ?

D'un pas se voulant déterminé et volontaire, elle commença finalement à se frayer un nouveau chemin en direction du bar, non sans une certaine appréhension. Son esprit s'ébouillantait, cherchant à comprendre par elle-même, cette similitude quasiment parfaite. Il n'était tout de même pas...

- ... Nyris ?


Quoi dire ?



NB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Jeu 16 Mar - 14:40






Schneiden.








Nashar ne l’avait jamais rencontré. Pourtant, cette fois-là, dans le monde monochrome, il était devenu sa Némésis. Il avait déjà vu cette scène des dizaines de fois auparavant. De la passion, un discours, un baiser, des joues rouges. Il connaissait déjà tous les détails de ce moment de la mémoire de la louve. Et pourtant. Cette fois-là. Lorsque le ciel prit les couleurs de ce souvenir, son cœur rata un battement. Une telle vision ne lui était plus encaissable. Ce jour-là, il combattit Geleerde avec toute sa hargne de Général ; n’essayant pas vraiment de la toucher elle, mais plutôt l’homme qui avait volé son cœur.

Si ses sentiments s’étaient adoucis avec le temps. Si son amour s’était transformé en quelque chose de plus fraternel. Si ses besoins s’étaient transformés en désir. Une seule chose n’avait pas changé. Sa souffrance de ne pas avoir été choisi. Une souffrance transmise à ses deux moitiés. Chacune avait une façon de traiter cela. Naïcel rejetait en bloc jusqu’à l’existence même de la louve, tandis que Nyris…

***


- …Nyris.

Iris contre Iris.

Le temps s’arrêta. Pas à la demande du rouge, mais à celle de son cœur. Plus rien ne bougeait, pas même lui. Pourtant, un flot continu de pensée lui traversait l’esprit. Tel un torrent durant une tempête, les possibilités de réaction engloutirent toutes actions, toutes pensées calmes. Son corps entier fut noyé sous un frisson d’immobilité. Son visage, figé dans une expression neutre, se retrouva submergé d’un rouge faisant pâlir celui de ses cheveux.

Geleerde.

Elle connaissait son nom. Comment ?

Quelqu’un lui avait dit. Qui ?

Elle l’avait appelé. Pourquoi ?

Il fallait lui répondre. Quand ?

C’était sa première rencontre avec elle. Comme un gamin face à son héros de conte préféré, il n’en revenait pas. Tous les souvenirs de Nashar étaient… Si fade comparé à ce qu’il avait sous les yeux. Un visage fin, mais ferme, une bouche légère, mais menaçante, des joues mignonnes, mais défendues… Et ce regard… Sa profondeur fit se demander à Nyris s’il ne se trouvait pas devant l’incarnation du dieu phénix. Nyris y perdit une partie de son âme, pourtant déjà séparée.

Le temps reprit.

Le rouge baissa les yeux en se retournant vers son verre qui venait de lui être servi. Rhum rouge, double et sec. Il resta un moment, avec Geleerde dans son dos. Que lui répondre ? « Salut, c’est Nashar, mais pas tout à fait » ? Et puis elle connaissait son nom… Naïcel avait parlé ? Cela semblait peu probable, mais pas impossible. Était-elle déjà au courant ? Cela expliquerait sa présence ici… Du coup, si elle l’avait entendu chanter… Avait-elle compris sa détresse ?

L’orchestre se mit à jouer


Le rouge émergea, comme s’il se réveillait d’un cauchemar qui avait duré une semaine. Pourquoi se poser tant de questions ? Ne pouvait-il pas profiter d’un moment avec l’élue de Seika ? Il n’y avait rien qui ne pourrait se mettre entre eux ce soir, alors pourquoi s’en faire ?

Geleerde aimait toujours Schneiden.

Le même clou enfoncé dans la même plaie, encore et toujours. Cette pensée attrapait l’humeur du rouge pour l’amener à elle, dans les tréfonds les plus sombres de son existence. Il but silencieusement son verre d’une traite, ne profitant même pas du délicat remonté des vapeurs d’alcool. Il avait une douleur dans la tête, et il voulait qu’elle s’en aille.

Geleerde l’aimait toujours.

Nyris ferma les yeux. Pourquoi devait-il ressentir ça ? Il avait passé une vie tranquille depuis sa renaissance. Un travail, quelques conquêtes auprès de la gent féminine, des vices sans excès. Il gagnait sa vie, il était heureux dans son quotidien et l’on avait de plus en plus confiance en lui. En un mot, sa vie de conquérant était passée et il se dirigeait vers une vie de citoyen. Alors… Cette douleur… Un citoyen devait-il la ressentir ? Une telle souffrance… Le commun des mortels était-il damné au point de devoir expérimenter ça ? S’il en avait le pouvoir, il ferait en sorte que plus personne n’ait à éprouver cela. S’il en avait le pouvoir, il donnerait la paix à tous. Mais pour y parvenir, il fallait se hisser au sommet et conqué-… Evidemment. Les vieilles habitudes ont la vie dure. Nyris restait Nashar. Voilà pourquoi il était sujet à autant de désespérance.

Geleerde l’aimait.

Nyris se décida à se retourner. Tout en restant assis sur la grande chaise, il fit volt-face pour redécouvrir le visage de la louve. Même effet que précédemment. Magnifique... Exquise... Majestueuse... Belle... Adorable… Chacun des yeux du rouge s’enivrait de sa vision. Rallongeant le silence après que l’élue l’ait nommé, il décrit intérieurement son apparence, afin de graver ce moment en lui. Cet accoutrement qui lui allait à ravir, ce maquillage qui soulignait des traits déjà gâtés par la nature, et cette mèche de cheveux, échec d’une tentative de soumission capillaire. L’espace d’un instant, le rouge sentit le froid de Naïcel dans la coupe. Ce n’était surement pas un hasard. Nyris finit son inspection en regardant Geleerde dans les yeux. Son visage tentait de tirer vers la joie, mais ce fut une expression de gêne qui domina.

Geleerde.




- Vous êtes perdu ?






Rigola-t-il, d’un sourire mal à l’aise. Il avait délibérément choisi les premiers mots que Nashar avait échangés avec elle. Nostalgie ou tentative de rapprochement ? Lui-même ne le savait pas. Les mots étaient sortis, tout naturellement. Son cœur se serra un instant : cela ne lui ferait pas plus de mal, de lui révéler son identité ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Mar 11 Avr - 20:27

Musique d'ambiance









Le temps s'arrêta de lui-même pour le rouge et l'indomptable.

Ce n'était définitivement pas un hasard. Cette rencontre devait avoir lieu : à deux doigts de toucher des informations concernant Schneiden, l'hybride était maintenant en proie à une sensation nouvelle qu'elle n'avait pas encore connue. Celle de l'appréhension et du doute.

Bien que plus jeune et que la couleur de ses yeux et ses cheveux n'étaient plus celle que l'hybride lui avait connue... Nyris ressemblait indéniablement à Nashar. Debout et face à lui, elle le fixait avec intensité, bercée entre surprise et curiosité. Son cœur, ne cessait de battre à un rythme effréné qu'elle fut incapable de contrôler : était-ce le contre-coup de la performance du chanteur, ou le fait qu'un fantôme de son passé, vienne la saluer ?

À cette idée et par la force des choses, les derniers instants passés en compagnie de l'ex-général lui revinrent en mémoire. Ce jour funeste durant lequel, au prix de sa liberté pour retourner à Kosaten, elle dut mettre fin à celle de son frère de substitution...

Chassant cette pensée douloureuse de son esprit, elle s'avança de nouveau d'un pas en brisant le peu de distance entre eux, les bras tremblants. La challenger ne semblait plus avoir réel contrôle de ses actions, se laissant guider par un espoir fugace d'une retrouvaille improbable. Entrouvrant lentement les lèvres, prête à poser la question qui lui les brûlaient tant, elle leva lentement son bras vers lui, avec une hésitation qui ne le lui ressemblait pourtant pas. Lui offrait-on cette chance inespérée de retrouver l'allié avec qui elle avait passé plus d'une éternité dans le Monde Monochrome ?

- N...

Hélas, le destin en décida autrement. Par l'intermédiaire de Nyris.

- Vous êtes perdu ?

Nouveau battement de cœur raté.

Figée par ses mots, elle serra discrètement le poing tout en baissant la tête honteusement, ses mèches voilant un instant son regard de braise. Choix de mot délibéré ou pur hasard ? Il... Ne la reconnaissait pas ? S'était-elle bêtement trompée ou avait-elle trop espéré que Nyris soit...

Ksh.

Détournant une seconde le regard, une douloureuse pensée traversa l'esprit de la challenger en cet instant, qui dû se mordiller la lèvre inférieure à cette idée : Quelle idiotie. Qu'avait-elle espéré, au juste ? Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes.

Après tout... Les défunts ne revenaient jamais d'où ils allaient.

- Il semblerait...

Lentement, elle alla s'asseoir à ses côtés en contrôlant du mieux qu'elle le pouvait ses tremblements et malgré le regard insistant de la barmaid et des femmes aux alentours. Mais l'Appelée de Fenghuang n'en avait que faire : l'opinion publique n'avait jamais été sa source première d'inquiétude. D'un lent mouvement, elle déposa ses coudes contre le comptoir, ramenant la paume de sa main gauche contre son menton tout en poussant un soupir éreinté. Le regard bercé vers le vide, elle resta de longues minutes sans prononcer le moindre mot, plongé dans ses propres réflexions, non sans glisser subtilement quelques regards en biais vers le jeune homme.

À chaque contemplation, son cœur manquait de défaillir. Non pour le charisme du Rouge - Tomber amoureuse d'un inconnu était loin d'être de son tempérament - mais bien pour l'aura qu'il ne cessait de dégager autour de lui. Ce visage dont elle connaissait parfaitement chaque trait, chaque expression. Ce même visage qu'elle avait pu analyser à sa convenance lors du combat éternel. Ce regard habituellement glacé, désormais aussi rougeoyant que le sien. Tout cela, était désormais détenu par un adolescent qui semblait tout ignorer du passé commun de la louve et du bleuté.

- Yōsei. Sans glaçon.

Finalement, l'indomptable décida de rompre le silence en commandant un verre à son tour. Peut-être qu'un peu d'alcool l'aiderait à calmer le feu qui embrassait son corps ? D'un mouvement discret, la robe fendue sur les côtés dévoila avec désir une partie de la cuisse droite de l'indomptable au même instant où elle reporta son attention vers Nyris. Une pseudo-tension enivrait le lieu pourtant réputé pour sa douceur. Entre les deux élus, la présence de l'un, rendait nerveux l'autre. Discuter d'un sujet qu'ils affectionnaient tous les deux, apaiserait sans doute le mal-être du chanteur et de la louve, qui sait.

- Rhum rouge, hein. Alcool brut et paradoxalement doux à la fois, pour son arrière-goût acidulé.

Cherchant à attirer son attention, elle fit pivoter le haut de son corps vers lui tout en se penchant légèrement en avant, laissant sans même s'en rendre compte, une vue de premier choix sur son décolleté affriolant. Son attention se porta une seconde vers la barmaid, jugeant qu'un tavernier avisé, connaissant suffisamment bien son métier, était capable de savoir en un seul coup d’œil, quel alcool conviendrait à son client.

- Elle doit bien vous connaître.

Quand son verre arriva enfin, Geleerde l'accueillit d'un simple mouvement de la main pour le cueillir. Jetant un bref coup d’œil à l'intérieur, l'alcool était incolore. Du Rhum, elle aussi ?

- Hm. Drôle de nom pour un alcool, pas vrai ?

Fixant toujours sa seconde convoitise de la soirée, elle ramena la chope au niveau de ses yeux, pivotant de la main pour faire tournoyer légèrement la boisson. L'alcool s'accrochait désespérément aux parois du verre, l’œil rouge de l'hybride traçant avec minutie les quelques gouttes de l'eau-de-vie.

- Elle le doit à son créateur. Jinta Yōsei. Épris d'une Geisha, il tenta de longues années à lui offrir un alcool capable de convenir à la belle de ses nuits dont l'humeur ne cessait de changer. Un soir, elle était la plus adorable de toutes les femmes. Le lendemain, elle était la pire des pestes. Il espérait trouver le breuvage parfait pour elle, qui serait capable de changer aussi bien qu'elle, pour s'adapter à son palais et à son caractère difficile.

Reprenant son souffle, elle poussa un bref soupir tout en fermant les yeux un court instant. Depuis quand parlait-elle autant ?

- L'histoire ne raconte malheureusement pas si cette Geisha a pu y trouver satisfaction et ce qu'ils sont devenus. Laissant pour seul héritage, un alcool indéterminé et sans saveur. Mais ce qui l'a rendu aussi connu...

Quelques secondes s'écoulèrent sans un mot, laissant les dernières notes de musique de l'orchestre finir leur douce mélodie. Portant doucement le verre à ses fines lèvres, Geleerde bu une légère gorgée, appréciant de nouveau les vapeurs de l'alcool comme jamais. Puis, enfin, l'alcool prit timidement une teinte violet-bleu, entraînant fatalement un sourire nostalgique à la louve qui, d'une pensée amère, ne pu s'empêcher de voir là une métaphore des deux hommes dont elle avait atteint les cœurs...

- C'est sa couleur.

Car c'était en cela que cet alcool était si particulier : la couleur du Yōsei changeait selon son goûteur, offrant à chacun une teinte différente, selon les émotions et la personnalité de celui qui le porterait à ses lèvres...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   Mer 26 Avr - 11:55






MUSIQUE


 
Tels des bras aimants, les notes de musiques embrassèrent les joues des deux élus présents. Les caresses sonores de l'orchestre apportaient une ambiance douce, apaisant légèrement cette situation rêche. Lacérer dans sa chair par les accords majeurs et ne trouvant qu'un rugueux refuge dans la gamme mineure, Nyris n'osait pas croiser le regard de la louve. Sa voix, écrasée par la doucereuse mélodie, avait été bercé par d'écailleuses inquiétudes. Il se voulait drôle et amusant, mais avait sonné faux et stresser. Geleerde l'avait-elle remarqué ? Elle l'avait surement fait. Elle n'était pas idiote, pas aveugle. Le chant des instruments changea, lorsque l'étreinte du destin continua de se resserrer autour des vieux amis.

Une simple affirmation. Elle ne l'avait pas reconnu donc. Pas même cette phrase. Y avait-il placé trop d'espoir ? Évidemment. Le regrettait-il ? Pas le moins du monde. Certes, ne pas avoir été reconnu était semblable à un dépeçage, mais il avait au moins essayé. Même Nashar aurait trouvé cela louable. L'effort était la clé de tout. De presque tout... Et les regards en biais de la louve, durant de longues minutes de silence, attisaient justement l'envie du rouge de faire plus d'effort. Mais il s'en sentait incapable.

Après la réponse de l'élu, il n'avait pas bougé d'un pouce. Dos face au comptoir, il regardait les clients de la soirée batifoler et échanger quelques frivolités. Il aurait surement imaginé leurs sujets de conversation, imitant leurs voix dans sa tête comme il le faisait tous les soirs, mais son attention était portée ailleurs. Même si elle n'était que dans sa vision périphérique, la présence de Geleerde était très perturbante. Son cœur battait à la chamade, lui donnant envie de la prendre dans ses bras et de lui embrasser le cou, tandis que son cerveau le harcelait de raison de ne pas le faire. Plus pragmatique qu'émotif, ce fut le cortex qui l'importa, causant une paralysie du jeune homme. Nyris eut donc le regard plongé dans la foule, sans osait tourner la tête ou même se retourner., jusqu'à ce que la Seikajin ne passe commande.

À ce moment précis, le rouge daigna tourner la tête pour apercevoir la jambe dénudée de sa voisine. Les joues devenant aussi rouges que ses yeux, il les détourna rapidement vers le comptoir, d'où il reprit une position plus classique. Bien sûr, il avait des souvenirs d'elle en tenue beaucoup plus affriolante, grâce à leurs séjours dans le monde monochrome. Mais la voir en vrai était d'un autre niveau. Il en avait vu des jambes, mais celle-ci était spéciale. Celle-ci était celle qu'il désirait le plus.

C'est alors que l'impensable se produisit. Geleerde parla à Nyris. Convaincu qu’« Il semblerait » serait le seul échange de la soirée, il fut pris de court et tourna instantanément sa tête vers elle. Inévitablement, son regard d'homme tomba dans le décolleté de la louve. La vision ne dura qu'une microseconde avant qu'il ne remonte vers ses yeux, mais elle donna l'impression d'avoir duré une autre éternité. Rouge comme ses cheveux, la moitié de Fuyujin reprit ses esprits en chassant l'éblouissement causé par la poitrine. Tss. Erreur de chasseur débutant : être impressionné par la proie. De plus, cela lui avait fait perdre de précieuse seconde où il aurait pu réfléchir à une réponse. Au lieu de cela, ce fut de nouveau la seikajin qui reprit la parole. Cette fois concentré, l'ancien bleuté enchaina.

C'est une très bonne amie, en effet.

Kya ??? C'était quoi cette banalité ? Nyris n'avait pas eu le temps pour une petite phrase cinglante comme il en avait le secret. C'était... Gênant ! Pourquoi ne pouvait-il plus être le boutentrain qu'il était tout le temps. Qu'est-ce qui faisait qu'il ne bougeait plus ? Pourquoi n'était-il pas Nas... Nyris ?

Geleerde aimait toujours Schneiden.

Le rouge baissa les iris. C'était ça. Il le savait déjà. Il ne pouvait pas faire comme si de rien n'était. Pas dans cette situation. Pas avec elle. Pas avec ces sentiments. Ces sentiments hérités d'un homme qu'il n'était plus... Il réalisa alors. Il n'était plus Nashar. Il n'était pas obligé de ressentir tout cela à ce degré. C'était le bleuté qui avait du mal à la faire le tri dans son cœur, pas lui. Lui, il se sentait capable de tout gérer. Lui, il n'allait pas faire la gaffe d'attaquer la louve dès leurs premières rencontres. Lui, il serait efficace.

Décidément bavarde ce soir, la louve interrompit cette prise de conscience pour parler alcool. Elle examina d'ailleurs la robe du Yosei après en avoir demandé les origines. Buveur et curieux dans l'âme, Nyris le savait déjà, mais il ne put le signifier qu'elle avait déjà entamé l'explication. Il la laissa faire, sans broncher, trouvant que sa voix portait mieux que la musique de son orchestre. Vers le milieu de son histoire, la moitié de l'Ex Général daigna dévorer l'élue des yeux. Difficile de ne pas le faire sans rougir. Il lui trouvait toutes les qualités du monde, même celles invisibles au regard seul. Il la surestimait, il le savait. Mais il n'avait aucune envie de ravisé son jugement. Il resterait là, à l'écouter raconter l'histoire d'un homme épris d'une beauté changeante, tout en trouvant mille raisons d'embrasser sa douce peau et mille et une raisons de ne pas le faire.

Lorsque la louve termina son récit, le rouge ne put s'empêcher de lui sourire. Maintenant calmer, il pensa redevenir un peu lui même.

Oh ~ Oh ? Vous ne savez vraiment pas comment se termine cette histoire ?

Sur cette phrase, il observait le liquide changer de couleur en finissant son verre. Violet-bleu ? Hm... Dommage, il ne savait pas ce que cela signifiait. Mais il savait autre chose. Il leva le doigt pour que Katara, la barmaid, lui serve aussi un verre du même alcool.

En vérité, il y a plusieurs conclusions, qui changent selon l'ivrogne la racontant.

Il sourit légèrement en insinuant être cet ivrogne pour cette fois.

Je suis un romantique dans l'âme, donc c'est celle-ci qui a retenu mon attention. Je ne doute pas que vous savez déjà ce qui vous attend pour votre seconde gorgée. Le breuvage ne change pas uniquement de couleur, mais il est censé prendre le goût de votre humeur ; autrement dit, le goût que vous aimerez au moment précis de la première gorgée. Hélas, la Geisha ne le savait pas. Elle ne connut que le goût fade de l'alcool incolore. Se sentant insultée par la boisson faite en son honneur, elle décida de ne plus voir Yosei, qui passa les mois suivants dans une déprime épouvantable.

Nyris huma le verre que Katara venait de lui apporter avant d'y coller les lèvres. Il n'en but toutefois pas et redéposa le récipient sur le comptoir.

Un soir, fou de chagrin, il concentra toutes ses meilleures émotions pour boire un verre de son alcool. On raconte que la couleur était si belle et intense, qu'on ne pouvait pas la fixer. Fier de la beauté de son ressenti, Yosei alla quérir sa bien-aimée et lui fit goûter ses sentiments. La Geisha, d'abord récalcitrante, finit par céder devant sa magnificence, et...

Nyris but une gorgée.

Happy ending, comme on dit.

Le liquide ne changea pas de couleur, restant aussi fade... Qu'incomplet.

J'opte pour cette fin, même s'il y a d'autres, bien plus tristes. Certains préfèrent la laisser inachevée, mais... Je n'aime pas les histoires non terminées.

Dit-il d'un sourire sincère.

Je m'appelle Nyris, chanteur, enchanté de vous connaître.

Plaisanta-t-il en poussant le Yosei loin de lui.

Je vous ai vu quand j'étais sur scène. C'est rare que l'on vienne à ce genre de soirée seule. Vous n'êtes pas accompagné ?

Il se risqua à le lui demander. Schneiden était toujours porté disparu, mais un autre aurait pu en profiter pour se rapprocher d'elle. Il voulait savoir. Ce soir, il n'y avait que Geleerde qui lui importait. Il fit fi des regards de ses conquêtes présentes, de celle désireuse de se faire conquérir et de l'espoir que la louve ne le reconnaissance. Il avait droit à une nouvelle chance, et il comptait bien l'utiliser.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Save the Nostalgia   

Revenir en haut Aller en bas
Save the Nostalgia
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Village d'Hibana-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.