Partagez | .
Consultation sans ordonnance
Invité Invité

-



MessageSujet: Consultation sans ordonnance   Mer 15 Mar - 22:23



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Dans l'officine

Isuzu Hana
Dans l'officine

Akiyama Yukari
Dans l'officine

Alycea Kitasu
Dans l'officine



Arrivée à Chikai

Cela faisait maintenant bien plusieurs semaines que le petit groupe avait prit la voie de la mer pour faire ce long voyage. Perchée au sommet du grand mat, l’insaisisable Kitsune regardait fiérement la côte se rapprocher avec, à quelques temps de marches vers l’horizon, la vue des portes de la grande ville de Chikaï. Elle savait certes pourquoi elle était ici, que c’était avant tout pour la mission qui lui avait été confiée, mais elle ne pouvait s’empêcher d’être on ne peut plus souriante à l’idée de revoir sa professeur ! Que voulez-vous ? La nommée Alycea était une personne bien vivante et fière de l’être, capable des pires acrobaties pour un frisson d’excitation !

C’est par ailleurs ce qu’elle fit en prenant une corde et en se tenant seulement du bout de ses doigts alors qu’un imense sourire ornait ses lèvres ! Son corps était quasiment à l’horizontal, porté vers la berge, tandis qu’elle jubilait intérieurement, prête à faire de cette journée d’intense retrouvailles, non seulement pour elle, mais aussi pour celle qu’elle accompagnait. Hana, Yukari et Saori, les trois étaient actuellement en bas en train d’attendre patiemment que le navire ne s’immobilise pour qu’elles puisse poser pied à terre.

Toutes n’étaient pas vraiment coutumières avec l’air marin et le fait de se nourrir presque exclusivement de poisson, mais l’idée que les handicaps qu’elles avaient ne prennent fin était une source bien suffisante pour aller de l’avant ! C’était pour cette raison qu’elles étaient passées par le village de Rin afin de prendre un navire jusqu’à la pointe sud de Seika, où le débarquement s’annonçait imminent. Ce chemin avait été recommandé par l’androgyne et la Reizei, qui l’avaient emprunté la première fois, tandis que la Kitsune et la Nishizumi étaient passées par les terres, non sans mal par ailleurs.

Et ce fut par de grandes acrobaties dignes d’une cascadeuse que la Kitsune sauta dans le vide, utilisant la corde pour freiner sa chute, pour arriver comme une plume sur le sol de bois, non sans bien évidement un bruit sourd à son arrivé, qui réussit à surprendre divers voyageurs de la ‘’haute’’, qui rentraient de Kansei, où l’on pouvait parier qu’ils avaient fait bien des rencontres pompeuses. Le genre de tâches qui étaient barbantes et qui n’enjouaient pas vraiment les simples jeunes filles qu’étaient les lycéennes et la Kitasu, la dernière préférant jouer pied à terre que sur des façades.

Mais bref, le groupe était au complet, et ce fut d’un sourire partagé que les quatre demoiselles s’avancèrent de la proue du bateau, attendant pour le moment que le bateau ne s’immobilise. Ce n’était pas encore le cas, et il faudrait sans aucun doute attendre que la masse de pleupleus se dissipe avant de pouvoir espérer sortir. Mais ce n’était pas un problème, après tout, tant qu’elles arrivaient à la capitale, c’était tout ce qui comptait ! Et connaissant l’entrain qui pouvait les caractériser, il faudrait bien des choses pour les stopper dans cette démarche !

Et ce fut par l’intermédiaire d’une petite calèche qu’elles s’y rendirent, voyant de nouveau les murs de la capitale se dresser face à elle. Un sentiment de nostalgie se prit de toutes. Pour la Kitsune, c’était cette fois où elle avait put rencontrer la druidesse, mais pour les autres… C’était là où cette dernière les avaient conduits, et où elles étaient restés un certain moment, faisant par ailleurs la rencontre de Natsume. Une rencontre qui fut agréable, mais qui ne trahissait en aucun cas toute l’ampleur que le Minshujin allait prendre dans la vie des lycéennes.

Toute motivée, la Kitsune fonça directement là où elle espérait trouver la Nishiie, c'est-à-dire probablement à l’auspice où elle officiait. Elle savait que sa sensei était une fervente travailleuse, et que matin, midi et soir, elle travaillait pour sauver des vies. Une personne admirable, qui méritait toutes les éloges possibles et imaginables. Mais pour le moment, les lycéennes d’Oarai avait encore une fois besoin de son aide, et malheureusement sans vraiment pouvoir lui donner de contrepartie… Cela était malheureusement bien triste pour elles d’être aussi dépendante de la druidesse, mais… Si un jour la rousse avait besoin d’aide, elles seraient en première ligne pour lui rendre la pareille. Et puis, elle était devenue une amie, tout du moins c’était ce qu’elles espéraient.

Toquant à la porte de l’officine, la Kitasu rentra immédiatement, un grand sourire aux lèvres, pour directement s’adresser à la demoiselle qui gérait l’accueil et qui, malheureusement, semblait être débordée par la paperasse. Mais ça, Alycea n’en avait guère attention. Elle avait juste une question à poser, et elle s’en irait rapidement !

Oy’, est-c’que par hasard vous n’sauriez pas où se trouve actuellement m’dame Nishiie ? C’est qu’on la cherche un peu en fait !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 16 Mar - 15:14




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La jeune femme avait lus la lettre d’Alycea quelques temps après que celle ci fut envoyée, la recevant par une jeune fille fort charmante, même si celle ci était un peu froissée. Ainsi tout semblait se profiler vers un mieux pour le groupe des Anglers, Natsume et la kitsune. Assise dans un fauteuil au coin du feu, la rouquine ne pouvait que sourire devant toute ses nouvelles, un sourire voilé d’une certaine mélancolie. Tout allait bien maintenant. Elle était rentrée chez elle. Orina ne tarderait plus trop, en tout cas elle l’espérait, et les matins se succédaient avec douceur et langueur. Elle avait retrouvé un confort tranquille qui lui avait manqué pendant quelques temps, pendant les deux mois où elle était restée loin de chez elle. Et pendant ce voyage, elle avait eu tout le temps qu’il lui fallait pour réfléchir. Savoir où elle allait, et pour quelle raisons. Elle avait réfléchis aux gens qu’elle connaissait, aux gens qu’elle avait rencontré, et effectué un rapide bilan de ce qui lui était arrivé sur Kosaten. De ce qui s’était passé depuis le début. Il y avait trois ans de cela, lorsque, pour la première fois, elle avait entendus le nom de ce monde, les élus étaient beaucoup moins nombreux, et les nations encore en train de se regarder en chien de faïence sans jamais oser bouger le petit doigt. On se croisait pour se séparer, et on se méfiait les uns des autres. On était rarement amis, difficilement compagnons de voyages. Zayro Jinn existait déjà et son nom commençait à devenir une insulte. Mais le temps été passé, les choses n’étaient plus les mêmes, les élus étaient maintenant nombreux et répugnaient moins souvent à s’allier … à se lier.

Elle en était le premier exemple, avec sa petite famille qu’elle avait tenté de construire au sein même de la capitale, derrière elle entendait souvent parler de groupes d’élus qui se formaient, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, et maintenant Natsume et Mako, ainsi que toutes celles qui gravitaient autour, devenaient également comme une famille. Y avait il un espoir pour que tout aille mieux ? Y avait il un espoir de rédemption pour les monstres qu’ils étaient aux yeux des autres ? De plus en plus puissants, et de plus en plus nombreux … Et pourtant, de plus en plus intégrés, de plus en plus partie entière de ce qui faisait que Kosaten était Kosaten. Elle caressa doucement la tête de Mune à ses côtés. Elle se souvenait encore de comment était la vie de sa mère, cheffe du village avec son mari, allant parfois manger chez des amis, rigolant avec les gens qu’elle croisait, souriant à tout le monde, se battant pour ses idéaux sans oublier d’être avant tout une personne ressemblant à n’importe qui d’autre. Pouvaient ils aspirer à ce genre d’existence ? Être n’importe qui d’autre …

***

La guérisseuse finissait de réparer une plaie qu’un homme s’était fait en coupant du bois lorsqu’elle entendit qu’on l’appelait.

Dame Nishiie ! Des gens pour vous !

Demandez leur d’attendre, j’arrive dans cinq minutes !

Fermant complètement la cicatrice, jusqu’à ce qu’elle n'apparaisse plus, elle adressa un sourire au vieil homme en lui conseillant de se ménager, récoltant un retour un acquiescement peu convaincus, avant de retourner à l’accueil où l’attendaient des êtres venus d’un autre monde. Trois personnes qu’elle n’avait pas revus depuis qu’elle les avaient accompagnés jusqu’à Chikai, et dont elle n’avait eu des nouvelles que par l’intermédiaire de la rousse qui les accompagnait avec son sempiternel sourire. Un grand sourire éclaira le visage de l’archère. Être n’importe qui d’autre …

Je suis heureuse de vous revoir … Ne restons pas plantés là, je vous invite à boire un verre.

D’aucun se seraient moqués de sa tendance à la limite de la manie d’inviter tout le monde boire un verre. Peut être que c’était juste sa manière à elle d’avoir l’impression d’être n’importe qui d’autre. Assise dans une salle bondée de natifs, boire ce qu’ils boivent, parler de ce dont ils parlent. Connaître les plaisirs simples de n’être personne de particulier. Juste n’importe qui d’autre.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 16 Mar - 17:15



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Dans l'officine

Isuzu Hana
Dans l'officine

Akiyama Yukari
Dans l'officine

Alycea Kitasu
Dans l'officine



Souriantes retrouvailles

L’attente se faisait de manière impatiente. Si tôt qu’elle avait été dérangée, la dame de l’accueil se leva péniblement de son siège, pour s’engouffrer à moitié dans un couloir, avant de faire savoir à l’intéressée qu’elle était demandée par le groupe de gens. Mais elle répondit qu’elle finissait d’abord la tâche qu’elle était en train de faire, surement très importante puisqu’après tout, elle réalisait en l’espace de quelques minutes ce que le temps aurait mit des jours, des semaines et parfois des mois entiers à guérir, quand il le pouvait. La druidesse était après tout capable de faire des véritables miracles, chose qui était très impressionnant, surtout pour des personnes telles que les lycéennes qui n’étaient pas du tout familières avec la magie.

Les trois lycéennes en tout cas s’assirent tranquillement. Si l’Isuzu conservait une allure parfaitement droite et les yeux fermant, se concentrant surement sur sa respiration en gardant un calme olympien, les deux autres, la rousse et celle aux cheveux bouclés, étaient un peu plus dissipées, se balançant un peu d’avant en arrière ou bien tapant du pied en rythme. Il fallait aussi avouer que quand bien même elles étaient tout de même de jeunes femmes tout de même bien autonomes, elles n’en restaient pas moins des lycéennes à l’adolescence volée par le dieu serpent, et elles étaient toutes excitées à l’idée tout autant de revoir la Nishiie, mais aussi de, peut-être, mettre fin à ces handicaps.

Et pendant ce temps, la Kitsune faisait de son côté les cents pas, s’étirant, raclant sa gorge. Elle ne pouvait pas tenir en place, alors que pourtant elle ne faisait qu’accompagner les Anglers chez celle qui pourrait les soigner. Mais toute pile électrique qu’elle était, elle était emplie de l’idée d’en découdre, de passer à l’étape suivante ! Et s’il y avait des gens qui voulaient s’opposer à ça ! Bam, son poing partirait ! Elle était en ébullition actuellement !

Et elle fut prise en tout cas d’un grand sourire lorsqu’elle entendit avant tout le monde les pas de la druidesse de Seika ! Sourire qui fut rendu par cette dernière lorsqu’elle arriva sur place, voyant la petite troupe qui avait demandée la grande soigneuse qu’elle était ! Cela faisait longtemps, bien longtemps, et commencer la discussion allait être tout de même assez délicat pour les lycéennes qui allaient devoir présenter ce qu’elles avaient besoin. Fort heureusement, la Nishiie était déjà au courant par l’intermédiaire de sa disciple presque autoproclamée, qui même si elle avait son caractère bien à elle n’en restait pas moins une élève attentive !

Et pour délier les langues et toutes autres formes de retenue, Aki proposa simplement d’aller prendre un verre dans un endroit proche. Mai bien évidement, où aller ? Il était peu probable que le groupe prenne de l’alcool, les lycéennes n’en étant pas du tout fan et la kitsune… Préférant éviter, et ce depuis bien des petits incidents où elle se retrouvait toute chamboulée après un seul verre… Fort heureusement, il y avait non loin de là un petit salon de thé à l’odeur réellement apaisante, juste un peu plus haut dans la rue…

Pour moi ça roule, et j’pense pas qu’on ai d’objection. Y’a un p’tit salon à quelques maisons de là. Semble plutôt être du style à être un endroit calme, sans trop d’alcool. Y’a à l’odeur pas mal de thé, et même quelques petits repas avec !


En même temps qu’elle disait ça, ses mains gigotait pour ponctuer ses phrases, comme si elle avait du sang de spaghetti dans ses veines. Probablement que non, l’Italie n’étant pas spécialement reconnue pour ses Kitsunes, mais tout de même la ressemblance pouvait se voir facilement… En tout cas, après sa petite proposition, elle posa sa main sur sa hanche, pour dire clairement et non sans un bon sourire :

En tout cas, ça fait plaisir d’vous revoir ! Vous semblez ne pas chômer d’votre côté, c’doit pas être simple tous les jours, ni très gaie les pires… Fin bref, théoriquement j’pas b’soin d’faire les présentations, non ?


Les trois lycéennes hochèrent la tête en sa rapprochant. En effet, elles connaissaient la druidesse, et lui vouaient un profond respect et une grande admiration. Après tout, elle représentait très clairement ce qu’il y avait de bien et de bon dans ce monde : L’entraide, la médecine, l’amitié, le dévouement, le partage, le dialogue… Vraiment, il était difficile de penser qu’elle pouvait être une mauvaise personne !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Ven 17 Mar - 14:41




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La bonne humeur de la kitsune faisait plaisir à voir, et le stress qui se lisait sur chaque parcelle de son visage était plus qu’amusant à observer. La proposition de rejoindre un salon de thé était réellement bonne, à vraie dire la Nishiie n’avait jamais vraiment fréquenté ce genre d’établissement, même si elle ne buvait pas d’alcool, et l’idée ne lui était pas venue à l’esprit pour d’obscures raisons. Elle hocha donc la tête avec un grand sourire et se tourna vers la secrétaire qui les regardait d’un air affable, ses yeux porcins semblant prêts à se refermer sitôt qu’il n’y aurait plus personne pour les voir.

Je m’en vais Kumi, je pense que vous devriez y arriver sans moi pour aujourd’hui. Passez une bonne fin de journée.

Vous aussi dame Nishiie.

Après un bref hochement de tête, la rouquine s’extirpa donc à l’extérieur en compagnie des quatres autres jeunes filles. Et dire qu’à son arrivée en Kosaten, croiser des élues de sexe féminin était quasiment impossible, à croire que les dieux avaient finis par comprendre que c’était peut être elles qui serviraient le mieux leur cause, après tout.

Effectivement, je pense que l’on se connait déjà. Et d’ailleurs, félicitations Saori, j’ai suivis de loin tes progrès, ça n’as pas dû être facile. En tout cas merci à vous, vous m’offrez un congé que j’avais bien envie de prendre depuis plusieurs jours !

Le salon de thé était en bois de pin lambrissé, sa façade très soignée brillait sous l’éclat du soleil de Chikai, et un petit auvent protégeaient les tables en extérieur. Celui ci était recouvert de lierre et de rosiers, et des pots d’hortensias faisaient tout le tour de l’échoppe. Bref, cela avait tout l’air de l’endroit idéal ! Poussant la porte qui fit résonner une petite sonnette, le petit groupe se fit aussitôt accoster par deux serveurs (une serveuse et son homologue masculin pour dire vrai) qui les invitèrent à s’asseoir à une table. Ils ne firent mine de reconnaître aucune d’entre elles. Etait ce par politesse ou tout simplement parce qu’ils ne les connaissaient réellement pas ? Quoi qu’il en soit, cet anonymat temporaire ne fit que mettre l’archère plus à l’aise alors qu’ils prenaient une table ronde assez grande pour les accueillir toutes. Le menu semblait être particulièrement sucré, et ce n’était pas pour déplaire à la gourmande principale de la tablée, loin de là !

Hmmm … je vous prendrais un chocolat frappé et de la crème aux fruits secs !

Elle ne pouvait s’empêcher de sourire, peut être un peu bêtement. Retrouver des gens qu’elle appréciait énormément, et manger du sucre, qui dit mieux ?! Une fois toute l’assemblée servie, elle posa ses coudes sur la table pour passer aux conversations légèrement plus sérieuses.

Bien, d’après ce que j’ai retenus des lettres d’Alycea, vous n’êtes pas sans avoir souffert vous aussi des évènements qu’ont subis Miho et Mako. Je m’attendais à votre visite, puisque notre amie commune avait parlé de l’aide que je pourrais éventuellement vous apporter. Mais avant tout, la dernière lettre que j’ai reçue date d’il y a quelques temps, avant votre départ si je ne m’abuse, alors il faudrait que je sois au courant des derniers évènements, que ce soit pour la jambe d’Hana, les cordes vocales de Yukari ou la mémoire de Saori. Y as t il eu des améliorations ? Des régressions ? Saori est tu au courant des douleurs et des dangers qu’implique le traitement que j’ai fait subir à tes amies ? Et pour finir sur une note plus gaie, où en es tu dans ton cheminement personnel Alycea? Toujours décidée à écouter les conseils d’une folle dans mon genre ?

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Ven 17 Mar - 18:02



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A la table

Isuzu Hana
A la table

Akiyama Yukari
A la table

Alycea Kitasu
A la table



Autour d'une tasse de thé

Un étrange sentiment de sécurité naissait au contact de l’élu. Elle était si puissante, mais en même temps si ouverte, si affable… Si l’on ne connaissait pas sa force, probablement passerait-elle sans difficulté pour une personne certes un peu particulière, mais qui resterait principalement dans la masse. De son air tout de même jeune et très portée sur l’aide aux autres, peut-être serait-elle devenue infirmière ou médecin, c’était surement dans la médecine qu’elle serait allée… Ou bien dans la garde d’enfant, vu comment elle assurait de nombreuses fois les premiers pas d’un grand nombre d’élus. Certes, ce ne fut pas le cas des Anglers, mais à peu de chose près. Elle restait tout de même l’une de leurs premières rencontres, et surement l’une des plus importantes qu’elles avaient eu la chance de faire ici bas.

En tout cas, il ne fallut guère plus de temps pour que toutes ne décident de partir d’ici pour se rendre au salon de thé. L’amciance dans l’auspice pouvait être un peu lourde, avec tout ce qui pouvait se passer dans ces murs. Certes, beaucoup retrouvaient la forme et l’espoir, mais certains malheureusement n’avaient pas cette chance… Oui, vraiment, il fallait mieux aller se changer les idées dans un autre endroit, et la destination était parfaite pour ça !

Hochant tour à tour la tête pour remercier celle qui avait consacrée une petite partie de son temps pour aider les jeunes filles, les lycéennes suivirent ainsi la Kitasu, devenue temporairement la chef de groupe pour mener les autres vers le terrible salon de thé aux vertus apaisantes. La Takebe en tout cas profita de ce petit interlude de marche pour répondre à la druidesse, qui la félicitait pour les progrès qu’elle avait put faire au niveau de sa mémoire, même si ce fut d’une manière assez gênée qu’elle répondit, passant sa main à l’arrière de sa nuque :

Ce n’est pas vraiment grâce à moi, c’est plutôt grâce à Alycea et à vous que j’en suis là aujourd’hui.


En effet, dans cette histoire, elle n’avait à chaque été que celle qui se faisait ballotée de part en part à cause de l’énergie démesurée de la Kitsune. Cette dernière avait voulut bien faire, pour essayer d’impressionner la Nishiie, quitte à parfois pousser la pauvre amnésique qui, depuis qu’elle avait été retrouvée, subissait de longues séances de rituels qui amélioraient à chaque fois un peu plus sa condition. La plus grande partie avait été faite, mais il restait encore du travail, et pour ça, l’aide de la plus puissante rousse de Kosaten était demandée.

Et une fois dans le salon, où le groupe fut accueillit par deux souriantes personnes et installé à une table suffisament grande pour accueillir les cinq âmes, ce fut la prise de la commande qui, sous de bref délais, eu comme effet de faire sourire les jeunes filles. Elles n’avaient presque pas eu le temps d’attendre ! Mais bref, accueillant d’un sourire, ce fut la rousse qui prit la parole :

Un thé aux amandes s’il vous plaît !


Elle tourna ensuite son regard vers les deux autres membres de l’équipage, qui s’échangèrent un regard rapide et quelques tous petits signes de mains, que l’Akiyama dut refaire plusieurs fois pour se faire comprendre correctement, que son amie traduit rapidement :

Pour nous, ce sera deux thés verts et une douzaine de petits biscuits sucrés s’il vous plaît !


Et finalement ce fut la Kitsune qui eu les regards des serveurs, qui attendaient de manière impatiente ce qu’allait prendre celle qui était coiffée d’un chapeau, qui après quelques secondes, répondit d’une manière semble-t-il peu convaincue :

On va diiiiiire… C’lui là ! C’est… Thé Orange ? Okay, vendu !


Elle sourit en coin à ses camarades, alors que les serveurs firent un signe de tête et s’empressèrent de répondre à la demande du groupe, apportant en quelques minutes la commande complète, et ce avec un indémodable sourire commercial. Ils avaient le sens des affaires, on ne pouvait le nier. Mais ce fut à ce moment là que la Nishiie engagea le vif du sujet s’avançant un peu sur la table, pendant que les lycéennes préparaient le thé qu’elles allaient boire en infusant l’eau. Ainsi donc elle était au courant par l’intermédiaire de la Kitsune.

Et si la mention des événements qu’elles avaient vécues firent fermer un tout petit temps les yeux de celles qui avaient dût les affronter, toutes écoutaient avec attention les paroles de la druidesse. Malheureusement, pour les deux premières nommées, il n’y avaient pas eu d’évolution, et elles répondirent d’un simple non de la tête, un signe qui valait tous les mots. Pas meilleur, mais pas pire. Devaient-elles s’en estimer chanceuse ?

Par contre, ce fut pour les autres qu’il y avait un peu plus de chose à dire. Ce fut la Kitsune qui une nouvelle fois prit la parole, étant donnée qu’elle était celle qui s’était occupée de la rousse :

Pour Saori, bah j’dirais qu’y’a bien 80% du boulot qu’est fait, mais là j’arrives pas vraiment à plus avancer. Ça tâtonne trop. J’ai pas encore le p’tit truc qui fait que j’pourrais briser les dernières barrières qui s’sont placées. Et après, d’mon coté, bah ça roule toujours, et bien évidement que je suis prête à continuer !


Ce fut d’un grand sourire qu’elle termina ça, relevant un tout petit peu le chapeau qu’elle portait, en affichant un air fier et déterminé. Mais ce fut d’une voix plus calme que Saori posa une question à la Nishiie :

Pour ces lettres par ailleurs… Avez-vous croisée une jeune factrice ? Alycea m’a dit qu’elle était partie vous amener une lettre…



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 18 Mar - 14:47




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Visiblement, pour ce qui était des deux “survivantes” de l’attaque, aucun progrès à noter. Ce n’était pas le plus grave, car si le traumatisme n’était pas psychologique pour ce qui était de Yukari (la question restait toujours), ce ne serait qu’un simple soin qui serait rapidement expédié. Pour ce qui était de Saori, si la majorité du travail était fait, un dernier essai serait normalement suffisant, de l’avis de la guérisseuse. Ce ne serait donc ni aussi long, ni aussi éprouvant, qu’avec les deux autres jeunes filles de la petite équipée.

D’ailleurs, je suppose que Mako et Miho sont restées à la plaine ? Elles vont bien ? J’avoue que je suis un peu triste de ne pas les revoir, mais je comprends que ce ne devait pas être la priorité !

Une très légère amertume ne pouvait être dissimulée. Elle appréciait beaucoup les deux jeunes filles, ainsi que l’androgyne qui les accompagnaient, et qu’ils ne se soient pas permis le déplacement lui donnait l’impression fugace de n’être là que pour aider les gens, puis d’être rapidement oubliée après. Impression qu’elle chassa bien rapidement. On lui avait appris durant son enseignement Druidique que sa propre personne ne revêtait aucune importance, et qu’elle ne devait pas se soucier de ce genre de futilité. Même si ces longues années d'apprentissage n’avaient pas été que bénéfiques, elle en avait retenus cette philosophie et ne pouvait décemment pas en vouloir aux deux rescapées.

Bon, je ne pense pas que vos ennuis, Hana et Yukari, soient trop difficiles à régler. Peut être un peu douloureux si la jambe doit être replacée pour toi Hana, mais ce sera rapidement terminé.En revanche, pour Saori, si Alycea t’as déjà fait subir ce genre de rituel, tu doit être préparée ! Je vous laisse décider entre vous de la façon dont vous voulez procéder, de l’heure ou du jour, bref, de ce genre de formalités, je passe de toute façon mes journées à soigner des gens, ça ne me changera pas beaucoup !

Elle sourit de nouveau en commençant à siroter son chocolat frappé, qui n’était autre que de la poudre de cacao dans du lait et de l’eau, soigneusement gardé au frais dans des bouteilles en verre. Elle ne regrettait pas de l’avoir commandé, c’était clairement délicieux. Quelques minutes plus tard, alors que la conversation se poursuivait, les deux animaux à quatre pattes qui accompagnaient d’ordinaire l’archère partout où elle allait firent leur apparition. Ils avaient décidés de s’entraîner tous les deux à l’extérieur de la ville lorsque l’amie des animaux était occupée à l’hôpital, leur permettant ainsi de devenir plus fort et de resserrer leurs liens par la même occasion. Le louveteau bondit sur les genoux de la jeune femme qui lui caressa tendrement l’espace entre ses deux oreilles.

Je suppose que vous vous rappelez de Mune et de Mizu ! Mais bref, en dehors de ça, vous comptez dormir où ? Il y as plusieurs auberges dans le coin, et je peux peut être vous obtenir une petite réduction.

Mizu restait toujours à l’écart, même si elle connaissait les trois personnes ici. Ce n’était que la deuxième fois qu’elle voyait chacun des protagonistes, et les Angler étaient trop matures d’apparence pour avoir ce quota d’affection mignonne qu’elle avait avec Orina. Entamant les sucreries qu’elle avait commandé, la rouquine ne pouvait que se sentir mieux devant cette abondance de chose douces et rassurantes. Elle commençait cependant à réfléchir à l’organisation des journées qui allait venir, pour pouvoir profiter de la présence des trois jeunes filles tout en remplissant un minimum ses obligations..




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 18 Mar - 15:41



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté de Mune

Isuzu Hana
A la table

Akiyama Yukari
A la table

Alycea Kitasu
A la table



Diverses raisons

Le drame qui avait été à l’origine de tout cela, de difficultés sans non, de bien des problèmes et d’une peine infinie… n’allait bientôt être plus qu’un mauvais souvenir. Les conséquences, les drames qui en avaient découlés ne seraient bientôt plus, et c’était avec une certaine impatience et inconsciences que les lycéennes s’étaient présentées devant la rousse, pour qu’elle puisse l’aider. Bien évidement, et comme le souligna la druidesse, Miho et Mako n’étaient pas présente pour cela. C’était en effet un peu triste, et il aurait été probable qu’elles auraient dut partager ensemble ce moment entre elles, ce moment où Hana retrouverait toute sa mobilité, où Saori sa mémoire et que Yukari pourrait enfin de nouveau parler, mais ce fut lentement que l’Isuzu prit la parole, pour justifier l’absence de ses amies :

Je suis sûre qu’elles auraient beaucoup aimées venir, mais il y a des choses que chacune devait faire. Comme nous nous sommes installées sur la plaine, Miho se démène à ce que tout soit bien optimisée pour, et elle se noie véritablement sous une tonne de paperasse… Minshu est un beau pays, mais dès qu’il y a une chose à faire, il faut s’armer de beaucoup de courage…


La fleuriste mit la main au niveau de sa joue, en même temps qu’elle se remémorait les paroles lassées de la chef de char, qui s’était presque désespérée pour recupérer un seul papier :

Trois commissions, deux assemblées, beaucoup de fomulaires, une nouvelle commission… Il ne faut pas être pressée… Elle essaye d’obtenir une audience avec le président, pour simplifier les choses, puisque tout cela en devient ridicule…


Et en même temps, la voix de l’Isuzu laissait paraître une admiration pour la Nishizumi, qui se dévouait d’une manière fanatique au confort de ses amies… C’était si admirable, si chevaleresque… Elle devrait être récompensée d’une bonne demi-douzaine de médailles pour ce qu’elle faisait, quand bien même la jeune fille ne recherchait mais alors pas du tout la gloire. Puis ce fut à la rousse, d’expliquer pourquoi la Reizei n’était pas venue, pour des raisons plus… Personnelles…

Et pour Mako, et bien… Pour tout dire... Elle a besoin d’être un peu seule avec Natsume. Ce n’est pas simple d’être en permanence avec son amour et ses amies, et on s’est un peu invitée dans son intimité… C’est pourquoi…


La jeune fille fut coupée dans son élan par la Kitsune, qui d’un grand sourire, dit tout haut ce qui était probablement pensé tout bas :

Ils ont besoin de temps et d’être seuls pour qu’Natsume devienne un homme et Mako une femme ! Et avec l’rôle de gardien que l’un s’est imposé, et la fatigue quasi permanente de l’autre, c’est pas très folichon pour l’moment !


La mine qu’eu à ce moment là la Kitsune fut assez intéressante, comme si elle était vexée de ne pas pouvoir les charier sur ce point là pour le moment. Elle prenait son mal en patience, et accumulait tout ce qu’elle pouvait, mais un beau jour elle s’amuserait du soir au matin à faire la fête pour ceux qui étaient partis de rien, et que le destin avait réuni. Si ce n’était pas beau ?!

Mais bon, avec les premières gorgées des très bons thés qui avaient été posés bien chaud vinrent les pensées de la Nishiie concernant celles qui allaient être ses patientes. Normalement, cela n’allait pas être trop difficile à régler, comme c’était principalement des blessures physiques qu’il fallait guérir, et que le cas de Saori était déjà bien avancé. Cela ne changeait pas grand-chose à vrai dire, mais ce fut l’Isuzu qui prit la parole concernant ce point :

Je pense qu’il vaudrait mieux commencer par Yukari. C’est le cas le plus grave que nous avons, et qui risque d’avoir des complications… D’autant plus qu’il faudra qu’elle puisse retrouver ses réflexes pour parler…


Et ces mots furent suivit de peu par ceux de la rousse, qui tourna son regard vers celle qui parlait juste avant elle :

Et après, Hana. Il y aura peut-être un peu de rééducation à faire, même si j’espère que non…


L’ordre avait été donc rapidement décidé, avec de bonnes raisons, qui se tenaient. Pas de contestation possible visiblement, et ce fut donc avec un signe de tête collectif que le groupe acquiesça ce programme, pendant que les gorgées commençaient à s’enchainer, et que les biscuits disparaissaient ! Et ce, jusqu’à l’arrivée des deux mascottes de la druidesse, qui vinrent se mettre en position avec toujours cette dose immense de mignosité. Comment ne pas tomber sous le charme de la renarde et du louveteau ? C’était difficile. Bon, un peu moins pour la femelle, vu le sale caractère qu’elle avait, mais Mune était véritablement une grand boule d’amour !

Et si l’Akiyama et l’Isuzu firent de gentils signes aux deux créatures pour leur donner leurs salutations, la rousse elle n’avait pas le souvenir d’avoir déjà rencontrée ces créatures. Elle s’approcha donc de lu loup sur les genoux de la druidesse, et tendis sa main vers lui, tout doucement, pour ne pas forcer la créature si elle ne le voulait pas !

Bonjour toi ! Tu sais que tu es adorable ?! Je suis désolée de ne pas me souvenir de toi, Mune, mais tu es vraiment trop chouuuu !


La rousse était véritablement gaga de ce qui pouvait être mignon comme ça, et ce fut par un rire que ce fut accueillit, tout du moins jusqu’à ce que la Kitsune ne prenne la parole pour se permettre un commentaire :

Et en plus d’être mignon, il est sacrément chanceux !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Lun 20 Mar - 14:21




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Hana justifia les agissements de ses amies en expliquant qu’elles avaient beaucoup de choses à faire, et que pour Mako, il s’agissait aussi de vouloir passer du temps avec Natsume, ce que Aki ne pouvait certainement pas critiquer. Elle était heureuse de passer du temps avec le vampire, mais il était certain que ce qui la liait à celui ci n’était pas le même genre de relation que ce qui unissait Natsume et Mako. Etait ce une question d’âge ? Si la Nishiie était à peine plus âgée que la brune, il n’en était pas de même pour les deux hommes qui avaient des siècles d’écarts. Quoi qu’il en soit, l’archère n’avait pas à l’idée de leur reprocher quoi que ce soit, malgré cette très légère passade. Elle ne put d’ailleurs s’empêcher de rigoler à l’explication des différentes formalités que la république demandait à ses concitoyens. La paperasse, voilà quelque chose que la Druidesse aurait clairement détesté si cette charge lui avait administrée. Fort heureusement pour elle et son fiancé, jusqu’ici, ils n’avaient pas eu à se plaindre d’une trop forte tendance bureaucratique à Seika, au contraire, la façon dont ils avaient acquis le manoir était on ne peut plus litigieuse, se contentant de signer en bas d’un bout de papier après avoir tendus un sac pleins de yens, et comptant sur leur influence pour éviter tout problème qui aurait pus suivre s’ils n’étaient pas des élus.

Je dois reconnaître que je n’aimerais pas être à sa place ! Souhaitez lui bon courage de ma part quand vous la reverrez ! Et beaucoup de bonheur aux deux inséparables aussi, évidemment !

L’insinuation quant aux rapports que les deux jeunes gens pourraient entretenir si on leur en laissait l’occasion était on ne peut plus claire, et elle fit doucement sourire la guérisseuse. Ce n’était jamais facile de franchir le pas quand les deux partis étaient timides et trouillards à ce sujet, et elle ne doutait pas une seule seconde que ce soit le cas pour nos deux amis.

La soigneuse se contenta ensuite de hocher la tête aux décisions de la petite équipe. Il serait ainsi décidé de commencer par la jeune muette, qui en effet ne devait pas vivre son handicap au mieux, puis la jeune fille à la jambe folle, et pour finir, l’amnésique, passeraient sans doute sous les soins attentifs de la sauvageonne. C’était un programme convenable et dont l’ordre semblait parfaitement raisonnable, mais il restait un dernier point en suspens.

Ca me va ! Mais quand es ce que vous voudriez commencer ? Histoire que je m’organise avec l’hôpital!

Une fois la date et l’horaire approximativement convenus, les deux petites bestioles firent grand effet, surtout auprès de Saori, comme la première fois. Celle ci les avait oublié entre temps, ce qui était dommage, mais fort compréhensible, ce n’était sans doute pas le détail le plus important qui devait lui revenir. Le louveteau, reconnaissant la jeune rousse qu’il avait déjà vus, et n’étant absolument pas farouche pour deux sous (ses traumatismes liés à un incinération prématuré avaient finis par passer avec le temps), colla son front contre la main tendue de la lycéenne, tandis que la renarde semblait presque lever les yeux au ciel d’exaspération.

Bien bien ! Qu’est ce que vous dites d’aller voir une auberge maintenant ? Les gérants risquent d’être plus accommodants en début de journée, quand leurs chambres ne sont pas encore toutes prises !


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Lun 20 Mar - 21:47



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
A la table

Akiyama Yukari
A la table

Alycea Kitasu
A la table



Nouveau départ

Ce fut avec plusieurs sourires que le repas continuait de se faire. Les petits gateaux étaient de bon choix, de très bon même, autant sur l’aspect général que sur la texture ou, mieux encore, sur un goût véritablement unique. L’on pouvait sentir tout l’artisanat et le savoir faire de ceux qui tenaient l’endroit, et les thés servit avec étaient aussi très bon…Bref, un moment de plus qui resterait dans leurs mémoires pendant bien longtemps, et l’on pouvait tout de même regretter que le groupe des jeunes filles ne soit pas complet… Mais à ce sujet là, la druidesse avait comprit, et ne chercha pas à en faire plus d’histoire, au contraire, elle se montrait presque compatissante envers la Nishizumi, qui avait fort à faire à Kansei.

Et beaucoup de bonheur au petit couple ? Ça, il était fort à parier qu’ils n’en manqueraient pas… Mais auraient-ils le courage de sauter le pas ? Après tout, l’on parlait tout de même d’un acte lourd de sens, d’un acte à la fois si important et si unique… Personne dans le groupe des jeunes filles n’avait encore osée en arriver là, et il était tout de même difficile à croire que c’était la moins expressive du lot qui serait la première et peut-être la seule à faire ceci…

Mais bref, loin d’en être jalouse, elles étaient heureuse pour elle, et lui laissaient la possibilité ainsi de s’unir avec lui… C’était l’une des rares choses que toutes pouvaient faire, leur laisser du temps et cette intimité si spéciale, si simple et pourtant si importante… Toutes espéraient bien évidement que la cadette du groupe soit heureuse, et ce qu’importe avec qui ce serait, mais elles étaient en tout cas bien contente que l’androgyne soit une bonne personne. Une excellente personne même…

Et en tout cas, l’ordre établit par les jeunes filles fut acceptée par la druidesse, qui posa ensuite la question du début des traitements. En effet, c’était une question assez importante. Et ça, personne ne pouvait le nier… Mais personne n’osait s’avancer, du moins jusqu’à ce que la Kitsune finisse son thé d’un coup sec, en mimant quelques grimaces alors que la chaude boisson circulait dans sa gorge, pour dire ensuite, sans consulter les autres au préalable :

Bah, demain matin ? C’qu’on a eu d’notre côté un voyage en bateau des plus monotones, un truc à en dormir debout et sur l’mains. Fin bref, perso, j’pense que personne serait contre le fait de s’poser dans un lit pour la nuit, et qu’on démarre ça à tête froide et r’posée ! Mouais, va pour demain matin. Où ça par contre, là ou à la boutique de ‘’Dents longues et grinçantes’’ ?


Un simple surnom qu’elle avait donnée au vampire. En effet, le propriétaire des grandes canines étant un grincheux de service, au visage souvent sombre, la Kitsune s’était amusée à le renommer, quand bien même il était quelqu’un de très important pour la rousse. Mais bon, elle espérait ne pas vexer la druidesse pour un tel commentaire, ou sinon les choses risquaient de prendre une tournure bien moins plaisante pour celle qui aimait être la disciple de l’élue la plus puissante de Seika !

Dans tous les cas, une fois les boissons finies et que les derniers gâteaux se soient fait disputés (le dernier ayant été prit sans ménagement par celle qui portait un chapeau), l’idée d’aller voir une auberge fut une bonne idée… Une excellente idée même, mais la question qui demeurait était sur laquelle prendre… Il y en avait tant au milieu de la capitale de Seika… De préférence, il en faudrait une pas trop chère, mais en même temps pas trop loin de l’endroit où la druidesse comptait s’occuper de ses patientes…

Et puis… Il y en avait peut-être une qui ressortirait du lot… Le drequin ivre, celle où les jeunes filles avaient séjournées la première fois où elles étaient allées à Chikai… En fait, ce n’était pas la porte à coté, mais peut-être pourraient-elles avoir des réductions ? Elles n’en avaient aucune idée, et personne ne la mentionna pour le moment… Ce fut en tout cas la Takebe, qui en se levant, sonna l’appel à la suite !

Allons-y !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 21 Mar - 10:58




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Ce fut Alycea qui prit la décision qui fut unanimement acceptée. En effet, mieux valait que les futures patientes soient bien reposées avant de subir des soins éprouvants, surtout pour ce qui était de Saori. Le surnom que la rousse avait donné au compagnon de la guérisseuse l’interloqua pendant quelques secondes avant qu’elle ne comprenne qu’on parlait bien du vampire et ne rigole avec un air presque désolé.

Oh par Gaea, ne l’appelle jamais comme ça lorsqu’il est dans les parages, j’aurais peur que tu ne sois plus capable d’en rigoler très longtemps sinon. Pour ce qui est de Saori, il vaut mieux utiliser la cave de la boutique, on y seras plus à l’aise et les gens ne risquent pas de nous troubler, en revanche pour Hana et Yukari, vous pouvez décider. On peut aller à l’hôpital pour avoir le matériel de rééducation si nécessaire (et une ambiance propice), rester dans votre auberge, aller dans la boutique … Ca m’est parfaitement égal et ça ne changera très probablement pas grand chose !

Pouffant encore en espérant que l’immortel n’aurait jamais à le savoir, elle continua cependant à écouter la conversation en mangeant tranquillement. Saori finit par donner le signal du départ vers l’auberge où le petit groupe avait séjourné la première fois qu’ils étaient venus à Chikai. Manque de bol, l’archère ne la connaissait absolument pas et ne risquait pas de leur obtenir une quelconque réduction que ce soit. Mais si la personne gérant l’endroit connaissait aussi bien les jeunes filles, peut être que cela passerait tout de même, en tout cas, ce ne serait pas de son fait. Vaquant dans les rues en direction de cet endroit qu’elle n’avait jamais vus, l’élue du phénix réfléchissait à l’étonnant fait que, depuis les longs mois où elle vivait dans la ville du soleil, elle n’avait pas encore réussis à la connaître sur le bout des doigts, ce qui était assez triste à vrai dire. Il était vrai que les endroits où loger en donnant quelques yens couraient les rues, depuis le boui-boui le plus miteux aux cafards comme principaux clients valant à peine moins de 15 yens pour dormir sur un matelas miteux, à l’auberge de luxe au parquet ciré et aux édredons garnis de plumes d’oie qui ne valait pas moins de 40 yens, en passant par les établissements sans doute normaux donc les prix variaient en fonction de la qualité de la fréquentation, bien généralement.

L’élue du phénix en profita pour repérer une bibliothèque dans le coin qui semblait spécifiquement grande et luxueuse. Elle s’arrêta quelques secondes en disant au petit groupe qu’elle le ratrapperait pour constater qu’effectivement, elle était réservée aux privilégiés de la ville. La seule différence ne semblait pas être son contenus, mais la fréquentation, ce qui ne la rendait pas plus intéressante qu’une autre au final, voire peut être même moins. Soupirant de dépit quant à la stupidité de ces bourgeois qui ne voulaient rester qu’entre eux (comme si les plus pauvres allaient leur refiler des puces, quel monde …), elle rejoint le groupe qu’elle acheva d’accompagner jusqu’au Drequin ivre, où elle les laissa finalement pour rentrer s’occuper à ses propres affaires.

Je vous laisse vous reposer, retrouvons nous demain en milieu de matinée à l’endroit que nous avons décidé !

Suite à quoi la jeune femme s’empressa de rejoindre l’hôpital pour continuer son oeuvre et expliquer aux autres qu’elle serait sans doute absente toute la journée de demain. La fin d’après midi passa lentement, et ce ne fut qu’une fois que le soleil fut depuis longtemps couché qu’elle put enfin se permettre de rentrer au manoir où elle dormit d’un sommeil profond où la vision fantomatique de Zayro vint la visiter, comme il le faisait bien souvent, cherchant à tuer Orina et Tanith. Mais ce n’était là qu’un cauchemar récurrent auquel elle était habituée depuis trop longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 22 Mar - 13:09



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Devant l'hospice

Isuzu Hana
Devant l'hospice

Akiyama Yukari
Devant l'hospice

Alycea Kitasu
Devant l'hospice



Un jour nouveau

Ainsi donc, le terrible surnom qu’avait attribuée la Kitsune au mari de la druidesse fut bien accueillit par cette dernière, qui en rigola par ailleurs. Bien évidement, si elle avait dit ça en face de lui, la réaction aurait été bien différente, puisque l’élu en question était très loin d’être ce que l’on pourrait appeler une joviale personne… Bien au contraire. Il était reconnu pour son côté froid et impassible. Bon, cela n’aurait pas empêchée la Kitsune de lui sortir ça en face, mais dans ce cas, les relations auraient été… Moins cordiales. Donc bref, elle comptait garder ce conseil dans un coin de sa tête, pour éviter l’incident diplomatique qui serait très fâcheux. L’idée de finir en ingrédients ne plaisait que très moyennement à la fausse humaine, qui, elle le savait, possédait un corps aux propriétés alchimiques intéressantes. Qui n’avait pas entendu parler de la potion d’invisibilité au sang de Kitsune ?

Bref, l’autre point qu’elle aborda concerna en effet le où, et elle semblait déjà avoir de bonnes idées. Pour la rousse, c’était elle après tout la maitresse de cérémonie, et si elle était plus à l’aise pour effectuer le complexe rituel, alors c’est là qu’elles iraient, ce qui fut concédé d’un hochement de tête de la concernée, qui doucement osait carresser l’affectif petit loup, qui était vraiment d’une beauté et d’une douceur innégalable…

De l’autre, pour l’Isuzu et l’Akiyama, la question se posait en effet un peu plus… Certes, à l’auberge, elles seraient tranquilles, tout comme à la boutique, mais… A l’hôpital se trouvait un peu plus de matériel… C’était une bonne raison d’y aller, mais c’était surtout en fait que même si la Nishiie était la plus confirmée des soigneuses, il restait tout de même dans le champ des possibles que des complications inattendues ne surviennent, et qu’il ne faille traiter en urgence des cas graves ! Après tout, les cordes vocales de Yukari étaient restées un très long moment inactives…

Hum... Va pour l’hopital alors.


Et puis, sous la direction de la druidesse et l’entrain de la Takebe, le groupe parti finalement de l’endroit, payant bien évidement ce qu’il devait, avant de partir vers l’auberge. Malgré la proximité de certains établissement, ce fut bel et bien vers le drequin ivre que le groupe se rendit tranquillement, s’arrêtant par ailleurs sur le chemin pour que la rousse puisse inspecter rapidement une petite bibliothèque, avant de reprendre. Chikai restait en tout cas une ville animée et impressionnante, et c’était avec des yeux émerveillés que les jeunes filles redécouvraient ces quartiers aux toitures rouges pétantes et aux contours dorés, jusqu’à ce qu’elles arrivent à l’endroit incriminé, et que la Nishiie prenne du recul sur la situation, leur intimant de se reposer, et que demain serait le début des traitements, et donc une grande et grosse journée ! Bien évidement, les patientes en étaient conscientes, mais c’était aussi le cas pour la Kitsune, qui n’allait pas rater une seule miette du spectacle. Elle n’était pas du tout à l’aise avec les sorts de soins, mais elle comptait bien se perfectionner !

Et pour l’auberge, au final, tout se passa bien. La patronne, une femme toujours amicale et bourrue, n’eu aucun mal à reconnaître les jeunes filles, et à directement en rire d’une manière bien trop grande pour être discrète ! Le hasard faisait bien les choses, et de voir ses meilleures serveuses revenir un long moment après, alors qu’elle les avait rencontrée à leurs débuts fit plaisir à voir ! Et ce fut bel et bien une tournée générale qui fut offerte par la patronne, qui passa bien toute la soirée à discuter de comment elles avaient progressées depuis le temps, apprenant avec tout de même bien de tristesse la tragédie dont elles avaient été les malheureuses victimes.

Et ainsi s’était déroulée la soirée. Le groupe eu le droit à une bonne réduction, deux chambres pour elles quatre au prix d’une seule ! Bref, une bonne affaire, d’autant que la dame aurait sans doute de la bonne humeur à distribuer, ce qui était toujours propice à un bon rétablissement ! Sa fille, qui l’aidait au quotidien, plus sérieuse, n’en restait pas indifférente non plus, mais par la charge de travail qu’elle avait, elle préférait ne pas trop prendre de pause, afin d’en voir le bout un jour.

Et la nuit fut calme pour celles qui avaient fait un long voyage, bien calme. Il fallait dire qu’elles avaient bien besoin de sommeil. Et le matin, après un réveil tout de même un peu tardif pour les Minshujins, elles partirent en direction de l’hopital, en ayant prit un peu d’avance afin d’éviter les problèmes. Même si elles avaient vu le trajet, Chikai restait une grande ville, et les aléas étaient légions. Mais fort heureusement, rien n’était à déplorer, et c’est ainsi qu’elles se présentaient devant la druidesse, déterminée à aller de l’avant !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 23 Mar - 15:30




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Il avait donc été décidé de se rendre à l’hôpital, pour des raisons toujours aussi véridiques, et c’est vers là que la rouquine se dirigea une fois qu’elle se fut totalement réveillée. On l'accueillit avec un sourire, comme toujours, et elle fut soulagée de voir qu’il n’y avait pas de nouveaux patients urgents depuis la veille au soir. Elle attendit donc calmement dans la salle d’attente (qui était d’habitude destinée aux futurs patients les moins en danger et à leur famille) où les jeunes filles ne tardèrent pas à arriver à leur tour. En les voyant, la guérisseuse se releva et leur adressa un grand sourire. La secrétaire, qui était toujours la même depuis les mois où Aki travaillait ici, lui montra d’un signe de tête la porte qui se trouvait derrière son bureau, normalement réservée aux employés.

J’ai discuté avec Kumi, nous allons pouvoir utiliser la salle à l’arrière, pour éviter d’encombrer les chambres. En plus elle est plutôt sympathique, c’est l’ancienne salle où le personnel se reposait !

Souriant toujours elle ouvrit la porte et les laissa entrer avant de les suivre. De nombreux fauteuils étaient disposés un peu partout, ainsi que quelques tables basses et de nombreux livres, donnant ainsi ce qui pouvait ressembler à un petit salon plutôt cosy. Celui ci avait été déserté pour la simple et bonne raison que les volontaires et professionnels qui travaillaient ici préféraient maintenant se mettre dehors, l’air y était plus frais et l’ambiance plus joyeuse, et l’on pouvait en profiter pour faire sortir les patients qui étaient cloisonnés dans le centre de soin depuis longtemps.

Asseyez vous où vous voulez !

Elle rejoint Yukari à l’endroit où celle ci s’était positionnée et commença à se concentrer pour que le Fluide vert jaillisse de ses doigts.

Je suis prête, hoche la tête quand tu le seras aussi ! Si tu as besoin de quelque chose avant, fait non de la tête, on essayeras de se comprendre, ok ? Et quand j’aurais commencé, si tu ressens la moindre douleur, n’hésites pas à t’éloigner de ma main.

Elle attendit patiemment que la jeune fille accepte (et essaya d'accéder à sa demande si toutefois celle ci en avait une) avant d’approcher sa main de la gorge de sa patiente, perdant toute expression joyeuse pour ne garder qu’un faciès concentré et appliqué à la tâche. Le Fluide commença doucement à passer dans la peau de la jeune fille pour arriver au niveau de la trachée, ne laissant théoriquement derrière lui qu’une douce chaleur. La soigneuse qui se concentrait sur ce qu’elle ressentait tâtonna un moment avant de trouver les cordes vocales. Il fallait dire qu’elle n’avait jamais trop soigné ce genre d’affliction auparavant. Lorsqu’enfin elle les trouva, elle ne put que constater que celles ci étaient écrasées, voir légèrement déchiquetées par endroit. La médecine normale n’aurait sans doute rien pus faire pour elle quel que soit le temps que les lycéennes y aurait consacré. En revanche, la médecine magique était capable de faire des miracles.

Là ça vas faire un peu mal d’accord ? C’est normal.

Doucement, le Fluide commença par remettre les différentes paroies en place, ce qui ne pouvait qu’être douloureux, mais sitôt après, il s’évertua à guérir les plaies internes, ce qui devait, au contraire, ne prodiguer qu’une intense sensation de chaleur. Tout ceci ne dura qu’une dizaine de minutes, le travail était délicat, mais les réparations minuscules, et l’archère finit par retirer sa main.

Comment tu te sens ? Rien ne dit que tu pourras parler ou émettre un son tout de suite, cela fait vraiment longtemps que tu n’as pas parlé, n’insiste pas si c’est douloureux, cela reviendra de toute manière avec le temps.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 23 Mar - 19:56



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Devant l'hospice

Isuzu Hana
Devant l'hospice

Akiyama Yukari
Devant l'hospice

Alycea Kitasu
Devant l'hospice



Imprévu

Les retrouvailles avec la druidesse se firent rapidement, comme quoi même avec un peu d’avance elles ne pouvaient pas du tout rivaliser avec la Seikajin qui était probablement réveillée depuis des heures bien trop matinales pour celles qui avaient fait un si long voyage. Le confort d’un vrai lit valant mille fois la cale un peu humide d’un bateau, en se demandant sans cesse si les autres passagers ne tenteraient pas de faire d’horribles choses… Après tout, elles savaient malheureusement bien que le monde de Kosaten n’était pas sans risque, et elles en avaient déjà fait les frais…

Mais bref, une fois sur place, elles saluèrent poliment la femme qui allait s’occuper de leurs maux, avant de la suivre jusqu’à ce terrible endroit où elles allaient être soignées, ou pour au moins deux d’entre elles. Une pièce plutôt tranquille, vraiment à l’arrière du bâtiment, mais qui recelait tout de même de bien des petites extravagances, telles que des fauteuils un petit endroit de lecture. Beaucoup de natifs ne savaient pas lire, ce qui faisait que l’on pouvait se douter tout de même cet endroit soit malheureusement un peu déserté, d’autant que les gens préféraient bien souvent quitter rapidement cet endroit qui, les mauvais jours, empestait d’une odeur de mort…

Et si celles qui allaient patienter s’installèrent côte à côte, la Kitasu elle se tenait tout de même relativement proche de l’Akiyama, se préparant autant à sentir chaque petite particule de magie qui allait être utilisée, afin de pouvoir la reproduire, mais aussi et surtout à courir au besoin chercher quelque chose dans l’hôpital. Il n’y en aurait normalement pas besoin, mais l’on ne sait jamais…

Et c’était actuellement l’Akiyama qui était au centre des projecteurs. Elle qui, depuis bien longtemps, se mettait toujours derrière les autres, se faisant de plus en plus discrète, allait maintenant enfin revenir sur les devants de la scène. Elle avait un peu peur, il fallait l’avouer, comme pouvait en témoigner l’emballement que prenait son cœur alors que le grand instant se rapprochait de plus en plus, peur à la fois de l’inconnu, de ce que serait après, mais aussi de comment cette étape serait franchie… Car elle s’en doutait bien que même si la druidesse ferait tout pour l’éviter, cela risquait tout de même d’être bien douloureux, car même très abimées, les cordes vocales de la jeune fille restaient présentes, et il faudrait probablement les détruire pour mieux les refaire…

Mais malgré tout, c’était surtout avec un sourire qu’elle dissimulait ça, rebondissant comme elle l’avait souvent faite. C’était souvent vers elle qu’il fallait se tourner pour voir un visage amical, souriant, et encore une fois, elle ne manqua pas à ce devoir, hochant rapidement la tête avec détermination pour qu’Aki puisse comprendre qu’elle pouvait y aller, Yukari ravala sa salive, et se laissa complètement faire, ne devenant plus qu’une marionnette entre les mains d’une grande enfant qui, heureusement, savait ce qu’elle faisait…

Et si au début la jeune fille grimaça grandement en sentant son corps se détruire de l’intérieur, se mutiler au niveau de la gorge, comme si une infinité de petites fourmis rouges étaient en train de la blesser, rendant ce traitement très incommodant et déconfortable. Elle serait poings et machoires, devenant aussi droite qu’un trait, aussi tendue qu’un carreau d’arbalète. Si elle n’était pas tenue, peut-être se serait-elle fait catapultée sous la pression, mais pourtant, c’était une statue déterminée mais qui exprimait par son visage un peu de douleur que l’on avait là…

Mais ce ne fut que temporaire, car après les soins de la druidesse furent moins douloureux. Pourtant, ils continuaient à l’être, un peu, et elle sentait sa gorge s’assécher, bruler un peu même, mais ce n’était rien en comparaison de ce qu’elle avait subit. Elle se sentait mal à l’aise, peinant grandement à respirer, jusqu’à ce que ceci ne prenne entièrement fin, et qu’elle ne retire sa main, pour demander l’état de l’Akiyama, qui avait un air complètement perdue… Et qui ne sût pas immédiatement où porter son regard, avant de simplement regarder la druidesse proche d’elle…

Et d’essayer…

Musique

Trop précipitée ? Trop rapide ? La jeune fille n’en sût rien, mais alors qu’elle essayait d’émettre un son, un simple son, elle sentit de nouveau une immense douleur envahir sa gorge, à tel point qu’elle ne put s’empêcher d’y porter ses mains, pendants que son visage laissait apparaître le mal qu’elle avait… Et c’était juste avant qu’elle ne se mettre à cracher du sang sur le sol !

Et bien évidement, toutes les personnes dans la pièces s’en inquiétèrent se levant, alors qu’elle tombait au sol, souffrante…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 25 Mar - 14:23




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Malheureusement pour toute la petite équipe, lorsque Yukari fit la fatale erreur de répondre à la stupide demande de la Druidesse, le pire se produisit. La pauvre jeune fille agrippa sa gorge comme une désespérée tandis que ses yeux écarquillés de douleur ne signifiait qu’une seule chose : Aki n’avait pas été assez attentive et avait commis deux erreurs. Premièrement, elle qui n’avait jamais réparé des cordes vocales, n’était pas très connaisseuse de leur formation et avait supposé que leur utilisation serait simple, ce qui n’en était rien, et avait donc commis une erreur durant la réparation. Deuxièmement, au lieu de conseiller à sa patiente de se reposer, elle avait fait preuve d’une trop grande fierté et confiance en ses pouvoirs magiques et lui avait tout de suite demandé d’utiliser son organisme encore fragile. Ainsi, lorsque la lycéenne se mit à cracher du sang, la soigneuse horrifiée ne put que se joindre à ses amies pour tenter de la ratrapper avant qu’elle n’atteigne le sol en pierre. Choquée et bouleversée par son manque de professionnalisme, la rouquine tenta de toutes ses forces de ne pas s’appesantir sur sa bévue dès maintenant. Elle ne ferait qu’empirer les choses si elle commençait à se morfondre.

Alycea ! J’ai besoin de toi s’il te plait, vas me chercher une infirmière et demande lui du curcuma, beaucoup de curcuma, et de faire bouillir de l’eau aussi. Il faut empêcher que ça s’infecte ! Et demande lui aussi s’il lui reste des analgésiques ! Menthe, valériane, canelle, romarin … Je compte sur toi !

Les sourcils froncés, elle porta le frêle corps jusqu’à un fauteuil où elle l’installa. Pendant plusieurs secondes, elle n’osa pas réintégrer son Fluide. Qui sait les dégâts qu’elle pourrait faire de nouveau ? Ce fut le retour d’Alycea qui la décida.

Merci beaucoup, c’est parfait ! Maintenant fait infuser deux cuillères de curcuma et une feuille de menthe ou de valériane. Si tu as de la cannelle, ajoute la aussi, ce ne sera pas de trop. Dès que l’eau aura bien changé de couleur, il faudras la donner à Yukari, pour atténuer la douleur et éviter que la plaie ne s’infecte. D’ici là je vais essayer de comprendre ce qui s’est passé, et de la guérir si j’y arrive.

Elle s’inquiéta ensuite de Hana et Saori qui devaient sans doute être paniquées. Hors la panique n’aiderait pas la Akiyama, au contraire.

Tout vas bien se passer les filles. J’ai fait une erreur mais ça ne se reproduira pas. Ce genre d’imprévus arrive lorsqu’on pratique la médecine.

Et de nouveau, elle était penchée sur la pauvre malade qui payait bien cher son imprudence.

Respire doucement d’accord. Pas trop fort, évite de te faire mal. Ca vas passer, tout vas s’arranger.

La main sur sa gorge, elle constata très rapidement ce qui s’était passé. les cordes vocales étaient trop rapprochées à cause des réparations approximatives sur un instrument aussi minutieux. Une véritable idiotie de la part de celle qui se targuait de pouvoir soigner tout et n’importe quoi. Dès que l’infusion fut administrée à la souffrante adolescente, le soin recommença. En plus des bienfaits de l’analgésique, le Fluide guérisseur recommença son oeuvre, avec plus de patience cette fois. Doucement, et pendant une vingtaine de minutes, la femme aux yeux émeraudes chercha à trouver la moindre défaillance potentielle. Ceci fait, elle put enfin s’écarter de nouveau, mais loin d’arborer un sourire satisfait, sa mine était basse.

C’est réparé normalement, mais n’essaye pas de parler encore, laissons à tes cordes vocales le temps de se remettre. Quant à moi … je suis sincèrement désolé. J’ai été imprudente et impatiente de constater le résultat que j’avais mal produit, qui plus est. Bref, je comprendrais que vous ne me fassiez plus confiance.

C’était une des premières fois que la jeune femme faisait une telle connerie, et c’était sur une personne qu’elle appréciait beaucoup, devant d’autres personnes qu’elle appréciait tout autant. Elle était mortifiée.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Dim 26 Mar - 12:59



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
A coté d'Aki

Akiyama Yukari
Devant Aki

Alycea Kitasu
Quitte la pièce



Reaction


Musique

Yukari !


Tels étaient les mots des lycéennes qui se levèrent précipitamment, en s’avançant de quelques pas, avant d’être retenus pas la kitsune, qui même si était choquée de voir une personne qu’elle connaissait tomber au sol d’une manière critique, faisait confiance dans les capacités de sa maîtresse. Etant donné qu’elle vouait une admiration sans borne pour la druidesse, elle savait qu’elle serait prête à réagir rapidement, et cela ne manqua pas ! Dès lors qu’elle constata l’état critique de sa patiente, elle prit et donna des directives, intimidant immédiatement à la Kitasu d’aller chercher ce dont elle aurait besoin ! Il ne fallut pas plus de longtemps pour que cette dernière saute immédiatement, courant à une vitesse folle à travers les couloirs, en cherchant la commande de la Nishiie.

C’était surement la première fois qu’elle avait une mission d’une telle importance, et elle ne comptait pas décevoir sa sensei ! Trouvant rapidement la réserve, bien évidement fermée, elle se montra suffisamment persuasive et stressé face à une infirmière pour que celle-ci ne lui ouvre la porte. C’était ça où elle aurait envoyée son pied sur la serrure, ou elle aurait utiliser ses pouvoirs. Mais bref, prenant rapidement plusieurs pots, elle les ramena prestement jusqu’au salon. Elle ne s’était absentée qu’à peine quelques minutes, et malgré le fait qu’elle paraissait presque essoufflée par la course surprise qu’elle venait de faire, ce fut avec une précision rare qu’elle commençait à concocter ce dont aurait besoin la Nishiie, affichant un air très sérieux.

Et de l’autre côté, pour les deux lycéennes qui regardaient d’un air catastrophée la scène, c’était un sentiment très énervant qui les prenait. Leur amie était en danger, et elles ne pouvaient rien faire. Elles n’avaient pas les moyens d’aider la druidesse ou la kitsune, et étaient reléguées au rang de spectatrices. C’était on ne peut plus énervant, mais contre elles-mêmes, car même si c’était à cause d’une erreur de la Nishiie, jamais elles ne pourraient lui en vouloir… Et cette dernière, après qu’elle ait constatée que sa disciple était au travail, s’approcha des lycéennes pour rapidement expliquer la situation et tenter de les rassurer, ce qui réussi… un peu près. Elles restaient inquiètes, mais le fait de savoir qu’elle corrigeait ça assidûment était une bonne chose.

Juste après, elle se concentrait de nouveau sur l’Akiyama, qui même si elle ne toussait plus du sang, restait tout de même souffrante. Elle lui donnait des conseils, sur comment agir pour éviter la douleur. Et ce fut avec une précaution et une retenue que Yukari s’executait à essayer d’éloigner le mal, jusqu’à ce que la Kitsune n’arrive avec la préparation, qu’elle fit avaler rapidement à la lycéenne, avant de se reculer de plusieurs pas, conservant malgré tout l’adrénaline qui avait envahie son corps. Elle était prête à bondir de nouveau au besoin, pour aller jusqu’à l’autre bout de la ville et en revenir s’il le fallait !

Et l’élue de Seika s’exécuta minutieusement pendant une vingtaine de minute, effectuant un travail de précision, chirurgical, qui semblait durer une éternité. Tout ce qu’elle devait faire était d’un certain point de vue assez glauque, mais elle semblait corriger toutes les erreurs qu’elle avait put faire précédemment, et elle dit d’une voix un peu basse qu’elle avait terminée, mais qu’en même temps… Et bien qu’elle comprendrait si la confiance n’était plus…

Mais qu’elle pouvait être sotte des fois !

Le visage de Yukari n’exprimait plus aucune douleur, plus aucun mal, et elle répondit au léger sourire de la druidesse de la même manière, mais exprimant sa confiance. De même, la Kitsune s’approcha, et posa sa main d’une manière un peu trop amicale sur l’épaule de la druidesse, comme pour lui dire qu’elle avait fait un excellent travail. Mais ce fut la même chose pour l’Isuzu et la Takebe, qui malgré ce rebondissement, continuaient de faire pleinement confiance dans l’élue de Seika. Plus qu’une soignante, elle était une ami, peut-être même plus encore !

Et ce fut la Kitsune qui lança une petite proposition pour détendre l’atmosphère :

J’reviens vite, c’est qu’toutes ces émotions, bah fiouuuu, ça épuise. Une p’tite pause j’pense serait bienvenue, j’vais chercher d’quoi boire !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Dim 26 Mar - 18:49




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Finalement, l’opération finis de calmer la douleur de Yukari et celle ci respecta à la lettre les consignes de la guérisseuse, à son grand soulagement, étant désormais capable de sourire et d’être sereine.C’était une libération pour tout le monde de voir que tout était finis, et la rouquine se laissa tomber dans un fauteuil en soupirant, même si elle continuait d’angoisser quant à ce que les filles allaient penser d’elle, d’autant plus que personne ne l’avait contredite. La main d’Alycea se posa cependant sur son épaule, significative de bien des choses, et surtout d’un pardon, si toutefois celui ci était nécessaire. Il s’agit ensuite d’aller chercher à boire pour se détendre un peu et prendre le temps de se reposer, une proposition que la rouquine accepta avec contentement. En attendant que la kitsune revienne, elle essaya d'entamer la conversation sur un sujet légèrement plus joyeux et qui avait été un des points de rencontre du petit groupe dans le village où elle s’était vues pour la première fois.

Saori, je ne sais pas si tu t’en souviens, mais lorsque nous nous sommes rencontrées, toi et toutes les autres, nous avions parlé de ma fille, Orina. Et honnêtement, il faut croire que vous avez une sacré malchance, toutes, parce qu’elle n’est encore pas là, en voyage pour me retrouver à ce que Tanith m’as dit. J’en viens donc à ma question : es ce que vous l’avez croisée ? Entendus parler d’elle ? C’est pas que, mais je m’inquiète clairement …

Elle souriait tout de même essayant de garder une contenance. Lorsqu’Alycea revint avec les coupes pleines d’eau et de thé, elle fut accueillit joyeusement par la Nishiie qui s’empressa de demander s’il y avait du thé à la menthe. Munie de l’objet de son désir (ou d’un substitut) elle se mit à le siroter tranquillement, tentant d’évacuer la culpabilité qui l’opressait.

A mon avis, il faudrait que tu attendes encore une petite semaine Yukari, ça permettras d’être sûr. Et pour toi Hana, tu veux qu’on s’y attelle aujourd’hui après notre petite pause ou tu préfères attendre demain ? Rassures toi, j’ai beaucoup plus l’habitude de réparer des jambes que des cordes vocales !

Elle avait beau essayer de tourner ça sous le sens de l’humour, elle avait du mal à relativiser comme elle aurait dû le faire, et l’impression d’avoir trahi leur confiance persistait douloureusement. Que pouvait elle faire pour arranger les choses … ? Elle résistait difficilement à l’envie de s’excuser de nouveau, craignant de ne faire que les ennuyer encore plus.

Si tu ressens la moindre douleur Yukari, n’hésite pas à venir me voir, ou à venir ici, il faudra juste que je vous montre où se trouve le manoir.

Elle se leva ensuite et se mit à tourner en rond, toujours dans l’objectif assumé de se changer les idées.

Hmmm … Hana, tu pourrais te lever? Il faudrait que je vois comment ta jambe se tient, et s'il y as nécessité de la redresser ou si c’est juste une réparation à faire.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Lun 27 Mar - 13:36



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
Debout face à Aki

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Dans la pièce



La petite perdue


Alors que la kitsune s’était absentée pour aller chercher quelques petits rafraichissement au groupe qui, avouons le, le méritait pleinement, la druidesse s’avança un peu, pour aller communiquer avec son homologue rousse, toujours un peu amnésique. Elle lui parla de sa fille, Orina. Quelques instants de réflexion suffirent à ce que la Takebe ne se rappelle qu’en effet, la druidesse était l’heureuse mère d’une petite homonculus nommée Orina, mais que les Anglers n’avaient pas put rencontrer, faute de chance et de synchronisation. Néanmoins, la nouvelle que dit l’élue de Seika ne fut pas des plus belles : En effet, la petite était partie à l’aventure, alors qu’elle était très jeune ! Elle prenait un nombre considérable de risque en faisant cela, mais les raisons… Se valaient, il s’agissait après tout de la trouver, mais… Pourquoi ? La druidesse était à Chikai, pourquoi la petite pensait-elle autre chose ?

Ce fut d’une petite voix qu’elle répondit, en faisant timidement un non de la tête, pour lui indiquer malheureusement qu’elle n’en savait rien :

Désolé… Je ne l’ai pas vu. Et Natsume n’a pas parlé d’elle, malgré tout ce qu’il peut savoir sur la plaine. Elle n’a pas dû passer par là… Mais pourquoi est-elle partie ?


La question était posée, et dans l’attente de la réponse, personne ne parlait. Même si elles ne connaissaient pas la petite Orina, elles avaient suffisament d’empathie et de compassion envers la Nishiie pour bien comprendre qu’elle s’inquiétait terriblement, de la même manière que Mako et Miho avaient put le faire pour essayer de retrouver les autres filles. Elles savaient pertinament que Kosaten était un lieu où l’on pouvait faire de très bonnes rencontres… Mais aussi les pires… C’était pourquoi c’était la sécurité de la petite qui importait… Mais alors qu’elle se reposait, l’Akiyama fit quelques signes de mains à sa complice, en affichant un air grave. Probablement aurait-elle voulu le dire d’elle-même, mais… Peut-être avait-elle une piste… Ce fut en tout cas d’une voix un peu surprise que l’Isuzu retranscrit le message de Yukari :

Yukari me dit que… Qu’une personne aurait été aperçue il y a quelques temps non loin de la côte sud de Seika. Une petite fille, aux cheveux roses… Cela avait surprit un peu les pécheurs…


Comment avait-elle put apprendre ça ? Il était bien probable que les oreilles de la jeune fille savaient se faire indiscrètes. Elle était constamment à la recherche de petites informations, de petits détails qu’elle gardait pour elle-même… Mais si cela ne l’avait pas choqué dans un premier temps, avec ce qu’avait raconté la druidesse… Peut-être que cela pourrait être elle ? Elle n’avait aucun moyen d’en être sûre, et elle n’espérait pas donner de faux espoirs à cette mère déjà très inquiète. Peut-être que de la savoir dans l’empire pourrait l’aider…

Mais une fois la Kitsune revenu avec plusieurs verres, d’eau et de thé vert (et non, il n’y avait pas de thé menthe),  et la distribution faite rapidement, ce fut de nouveaux conseils en matière de santé qui sortirent de la bouche de la druidesse, lui ordonnant presque d’attendre une petite semaine. Mais la jeune fille était tout de même une casse-cou, il était fort probable qu’elle s’y essaye bien plus tôt. Ses ardeurs avaient été refroidies pour le moment par la douleur qu’elle avait ressentie, mais elle retentrait si tôt qu’elle se sentirait prête !

Mais vis-à-vis de l’Isuzu, ce fut d’une voix déterminée qu’elle prit la parôle, pour répondre à la druidesse :

Je suis prête, et j’ai pleinement confiance en vous, Aki !


Elle paraissait forte et sûre d’elle, confiante dans l’élue de Seika, mais par le passé, lorsqu’elle avait mal tournée, cela n’avait pas forcément été le cas, et pour d’obscures raisons, elle s’était presque mise à la détester. Elle s’en voulait encore beaucoup pour cela, pour celle qui avait aidé tant de fois l’équipage… Elle souhaitait se faire pardonner, et pour se faire, elle vouait cette confiance aveugle. Se levant lorsqu’il lui fut demandé de le faire, la jeune fille se tint tout à fait droite, une posture un peu près normale. Il n’y avait à vrai dire pas grand-chose de visible d’un œil externe, mais l’expertise de la druidesse pourrait lui faire voir que même s’il y avait déjà eu des soins, la peau à l’arrière de sa jambe était encore cruellement marquée par ce qui lui avait été causé, et que les os n’étaient pas parfaitement alignés, ce qui causait une bonne douleur en cas de gros efforts…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Lun 27 Mar - 18:32




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La réponse de Saori ne fit que légèrement décevoir Aki; ce n’était qu’en désespoir de cause qu’elle avait demandé des informations aux jeunes filles, et la surprise n’était pas renversante. Orina était une enfant particulièrement discrète, et la repérer lorsqu’on la cherchait n’était déjà pas chose aisée, alors c’était sans parler de personnes qui ne la connaissaient ni d’Eve ni d’Adam. Cependant … ce fut la muette qui arriva avec une constatation plus qu’agréable aux oreilles de la rouquine. Il y a quelques temps … une jeune fille aux cheveux roses. Une seule larme émergea et disparut aussi vite, balayée de l’arrière de la main.

Alors elle est vivante. Je … Merci Yukari, tu m’allèges d’un poids énorme. Je sais que tu n’es pas sûre que c’est elle mais … une enfant aux cheveux roses … Qui cela pourrait il être d’autre? Ma fille est vivante … Vous ne pourriez m’avoir apporté meilleur nouvelle.

Un sourire lumineux sur le visage, ayant presque oublié les erreurs qu’elle avait faite, la rouquine se sentait particulièrement joyeuse à présent. Une chaleur qui la traversait, un bonheur qui la frappait, un espoir enfin. Elle lui manquait terriblement, mais la savoir quelque part, en vie, voilà tout ce qui lui importait. Il fallait cependant répondre à la question de la rousse, même si ce n’était pas sans une certaine honte renouvelée.

Et bien … Tout ne s’est pas passé comme prévus … Disons que … Je suis restée loin de chez moi pendant plusieurs mois sans trop donner de nouvelles … et elle s’est inquiétée. Un jour Tanith est rentrée et elle n’était plus là, il ne restait qu’une lettre indiquant qu’elle était partie me chercher … C’est … je me sens tellement coupable. Imaginez donc qu’il lui arrive quelque chose … ce sera ma faute … Enfin bref, excusez moi, il ne s’agit pas de vos soucis, vous en avez déjà bien assez à gérer comme ceci !

Elle sourit doucement et fut contente que Hana soit d’accord pour se faire soigner dès maintenant, il s’agissait d’une distraction qui ne manquerait pas d’être le bienvenue … Même si voir ceci comme une distraction était légèrement malsain à vrai dire. Observant la jambe de sa patiente, elle remarqua bien vite que quelques os n’étaient pas à leur place, et exercaient une pression à travers la peau de la pauvre jeune fille. Cela avait dû être une torture au quotidien que la brune se contentait de supporter les dents serrées … Elle avait bien du courage, et il allait lui en falloir encore un peu, car la remise en place ne se ferait pas sans douleur.

Assieds toi, ne force pas trop. Je vais m’en occuper maintenant, comme ça tu pourras dire adieu à ces douleurs. En revanche, je te préviens, la première étape sera très douloureuse, il vas falloir remettre les os en place, et je ne peux le faire qu’en les séparant de nouveau … Heureusement, il nous reste un peu d’analgésique !

Tendant une coupe du reste de la boisson anesthésiante que Alycea avait concocté, elle plaça ses mains autour de l’endroit le plus fracturé et attendit quelques secondes que la lycéenne ai finis d’ingurgiter le breuvage.

Tu es prête ?

Une fois l’autorisation acquise, la rouquine força brusquement avec ses deux mains, exerçant une pression qui causa un craquement odieux et douloureux. Aussitôt après, il fallut réaligner encore quelques os. Passait ensuite la phase plus agréable, celle qui consistait à ressouder les différentes fêlures et à réparer toutes les plaies internes ou externes causées par l’expérience elle même mais aussi par les os qui n’avaient eu cesse de faire appui au mauvais endroit. Il ne s’agissait là plus que de la routine que la soigneuse avait l’habitude d’effectuer, mais elle s’appliqua tout de même particulièrement, tâchant d’éviter de reproduire des erreurs dues à l’empressement dont elle avait fait preuve un peu plus tôt.

Bon ! Évitons de reproduire les bévues du passé, tu devrais reposer ta jambe pendant quelques heures avant de marcher dessus, mais en théorie, si tu pouvais t’appuyer avant, ça ne devrait pas être plus difficile maintenant, au contraire.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 28 Mar - 0:05



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
Assise, les larmes aux yeux

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Dans la pièce



Endurer la douleur


Dès qu’elle apprit que sa protégée était en vie et qu’elle avait été vue non loin, la druidesse ne put réussir à contenir quelques larmes, sans chercher forcément à paraître forte ou autre. Si elle s’empressa de les essuyer d’un simple mouvement de main, tout le monde dans cette salle pouvait sentir la joie qui l’illumina le visage de la jeune femme en entendant cette singulière et heureuse nouvelle, et ce fut partagé ! Le simple fait d’avoir put donner de l’espoir, une lumière dans l’obscurité dans laquelle elle vivait fut une heureuse nouvelle pour les lycéennes, qui pouvaient se dire qu’après tout… Elles n’étaient pas si inutiles en ce monde !

Le simple fait de voir cette joie, ce sourire… Peut-être qu’après tout, c’était ça le meilleur remerciement… C’était peut-être pour cela que la druidesse avait cette force et ce courage de toujours aider son prochain, sans rien demander en retour… En tout cas, cette simple expression marqua leurs esprits, et ce pour un très long moment… Peut-être qu’après tout, c’était ça ce qu’elles devraient faire en ce monde, la grande ligne directrice qu’elles devraient suivre, de toujours aider ceux qui en avaient besoin… Cela semblait si simple, et pourtant… Si complexe…

Mais néanmoins, vinrent les explications de la druidesse sur pourquoi la petite manquait à l’appel. Pour une raison étrange, la rouquine s’était écartée de son foyer pendant de longs mois, et l’enfant, inquiète, s’était lancée dans l’impossible quête que de la retrouver… Et pourtant elle se trouvait là, à Chikai, à la maison… Elle était rentrée… Le destin avait un sens très cruel des choses malheureusement, et cela se faisait ressentir, d’autant que l’on imaginait sans peine comment elle pourrait se sentir coupable dans une telle situation.

Et bien évidement, les jeunes filles n’eurent pas besoin de s’échanger des regards pour savoir et se mettre d’accord sur le fait qu’elles chercheraient aussi la petite, et que si cette dernière était retrouvée, elle l’amènerait sans tarder jusqu’à Chikai. Après tout, elles avaient un panzer et suffisamment d’expérience avec les enfants pour s’occuper d’elle jusqu’au retour, et elle serait bien mieux dans les bras de sa mère, tout le monde était d’accord sur ce point ! Elles comptaient arpenter totalement Minshu pour la retrouver, afin de savoir si elle se trouvait là, même si les dernières informations laissaient transparaître que la petite avait été aperçue aux plages…

Mais en tout cas, il était temps de recommencer les soins ! Une fois l’Isuzu levée, la druidesse commença rapidement à inspecter les bobos, et en effet, elle put remarquer que ce n’était pas joli joli. Elle avait beau avoir put être soignée peut après ce qui fit sortir l’os de sa chair, cela n’en restait pas moins un travail fait dans l’urgence malheureusement, et pas aussi efficace que pouvaient être les soins de la Nishiie. En à peine quelques secondes, elle eu la méthode à suivre pour traiter ce cas, et elle prévint la jeune fille que, bien évidement, ce ne serait pas sans douleur.

Mais cette dernière hocha la tête, bien consciente de cela, et s’assit calmement, tendant sa jambe pendant qu’elle fermait les yeux pour se concentrer. Ce ne serait pas une partie de plaisir, mais elle allait le faire. Et ce fut dans ce même instant qu’elle prit ce qu’il restait d’anesthésiant, avant de donner le feu vert à Aki… Mais le craquement qui en suivit peu après fut naître un grand malaise dans la salle, tout le monde se doutant que c’était une douleur infernale qui s’emparait de la jeune fille… Mais à part la douleur qui transparaissait sur son visage, elle ne poussa pas un cri, serrant les dents d’une manière assidue, son corps tout entier se comprimant pour que rien ne puisse transparaître…

Elle essayait de paraître digne, de paraître forte. Elle avait endurée pire, elle le ferait… Et elle réussit à tenir bon, haletant tout de même une fois que le pire était passé, et que la magie de la druidesse ne prenne le relais, guérissant chaque plaie et les os de la jeune fille, jusqu’à ce que la jambe soit comme neuve. Oh, bien évidement, il faudrait mieux éviter de l’utiliser pour le moment, mais ce fut presque avec les larmes aux yeux que l’Isuzu regardait la rousse, pour dire :

M…Merci infiniment… Aki…



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 28 Mar - 11:18




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La douleur de la jeune fille avait été palpable. En même temps, comment aurait elle pus faire autrement face à un tel traitement ? Mais comparé à celle, physique comme mentale, que Zayro n’avait pas dû se priver de leur infliger, ce n’était rien, en tout cas, très probablement. En témoigna les remerciements de la lycéenne qui ne devait sans doute plus en pouvoir de toute cette souffrance accumulée, qui se perpétuait sans fin, jour après jour. C’était déjà deux problèmes de réglés, et malheureusement les plus simples ; la mémoire de Saori ne serait pas aussi conciliante que les cordes vocales de Yukari, ni aussi résistante à la douleur que la jambe d’Hana. Elle ne pouvait pas être assurée que cela fonctionnerait et le risque le plus grand n’était pas de se mettre à cracher du sang ou à avoir mal. La rouquine elle même ne savait pas trop si elle se sentait psychologiquement de faire cela maintenant après la bêtise qu’elle venait de faire envers la muette. Toutefois, elle ne pouvait que penser qu’une fois que ce serait fait, ce ne serait plus à refaire, peut être plus jamais même, et qu’elle pourrait oublier tout cela, elle aussi, qu’elle cesserait de recevoir des filles du groupe et de devoir revivre avec elles les évènements traumatisants qui les avaient menés jusqu’ici. Peut être serait ce plus facile en ce qui concernait la rousse, après tout il semblait qu’elle se souvenait déjà très clairement de bien des choses, et notamment de l’attaque de la caravane, à moins qu’on la lui ai raconté.

Aucun besoin de me remercier Hana. Excuse moi plutôt de t’avoir fait du mal. Bon et bien, Saori, aujourd’hui ou pas ? Il n’y as pas de problème si tu veux le faire plus tard, et ça me vas également si tu veux le faire maintenant, il faudra cependant attendre que Hana puisse marcher pour aller jusqu’à la boutique.


Comprenant qu’elle avait quoi qu’il en soit, au moins une heure de répit, elle pu déjà se détendre plus ouvertement. Réfléchissant à tout ce qu’il s’était passé, elle se remémora particulièrement la participation héroïque de la kitsune qui lui avais obéi sans broncher, mais plus que cela encore, avec une efficacité redoutable. Elle n’avait pas traîné pour aller chercher les plantes, et ne s’était pas trompé dans les dosages, certes peu délicats, mais qui nécessitaient tout de même un peu de bon sens, d’autant plus que dans le feu de l’action, la guérisseuse n’avait pas eu le temps de les lui indiquer. L’amie des animaux éprouvait une certaine fierté à l’idée que cette personne se considérait plus ou moins comme son élève, mêlée à une certaine angoisse de ne pas être à la hauteur de la trublionne du groupe.

Honnêtement Alycea, tu m’as impressionnée aujourd’hui. Ton calme et ton efficacité ont été exemplaires, sans toi Yukari ne s’en serait pas aussi bien tirée ! Tu as de quoi devenir une très grand guérisseuse si toutefois cette idée t’intéresse.

La magie, les pouvoirs Druidiques, tout cela Aki pouvait l’enseigner comme on le lui avait enseigné, car après tout, il suffisait d’être un être vivant avec de l’énergie vitale pour comprendre comment manipuler les Fluides. Mais l’instinct médical, la capacité à garder son sang froid, et le contact avec les autres qui était souvent nécessaire pour rassurer les patients, tout cela était inné, ou acquis seulement avec les expériences de la vie, en soit, quelque chose que la Nishiie n’aurait pas pus apprendre à la femme aux cheveux de feu. Sauf qu’elle se débrouillait très bien toute seule dans ce domaine, et qu’elle possédait clairement un don. Pas comme l’archère d’ailleurs, qui avait été recueillie à contrecoeur par son maître, une absence de talent que son travail acharné avait compensé, la menant même à surpasser un grand nombre de ses pairs qui se contentaient de se reposer sur leurs lauriers. Mais cette jeune femme là ne semblait pas être de cette branche. Elle continuerait jusqu’au bout de ses capacités, à n’en pas douter.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 28 Mar - 17:29



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
Assise, les larmes aux yeux

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Vient de s'asseoir



Toucher l'histoire

Une fois les soins réalisés et que la druidesse semblait être satisfaite et sûre de son travail, les choses semblaient reprendre petit à petit le cours qu’elles devaient suivre. Bien évidement, l’Isuzu, même si elle avait eu le droit à des soins, restait tout de même un peu endolorie et anesthésiée par ce qu’elle avait reçue. Même si ses jambes étaient dans un bien meilleur état, il était probable qu’elle ne pourrait même pas tenir debout si elle le voulait, n’ayant pas le plein contrôle sur son corps. Il valait mieux qu’elle se repose un bon moment, et qu’elle tente petit à petit de faire quelques exercices, afin de voir si cela avait été efficace ou non. Si elle pouvait courrir sans douleur, les essais seraient concluant, mais avant ça, il y avait le simple fait de tenir debout, de marcher, etc.

En tout cas, la Takebe acquiesça sur ce fait, certes, elle restait pour le moment celle qui restait à soigner, mais elle n’était pas pressée. Il valait mieux que les autres soient confirmées avant de s’attaquer à un nouveau projet. Dans tous les cas, il faudrait que l’Isuzu soit en état pour marcher, ce qui n’était pas le cas. Hochant la tête, elle répondit :

J’y songeais… Peut-être cet après midi, si la jambe d’Hana va mieux…


Sa voix était un peu hésitante. Bien évidement, elle ne souhaitait pas s’imposer, en aucun cas, mais… C’était sur elle que reposait le reste du programme… Elle proposait donc quelque chose qui conviendrait peut-être, tout du moins elle l’espérait, jusqu’à ce que la Kitsune ne réponde, en souriant :

Et puis, si elle tient pas sur ses guibolles, on pourra la porter j’pense !


Elle avait raison en partie sur ce point, les lycéennes n’étaient pas plus que des poids plumes. SI tenir la ligne pouvait être difficile dans leur ancien monde, Kosaten se montrait bien plus dur, et il fallait se serrer la ceinture. Si cela avait été très dur au début, cela était devenu une habitude maintenant, et elles tenaient la ligne d’une manière plus naturelle. Un défaut ou une qualité que l’on pouvait attribuer à ce monde…

Néanmoins, ce fut un autre sujet de discussion qui fut mit à l’honneur, concernant la Kitsune, qui ne le vit pas venir. La druidesse s’était tournée vers elle, et la félicita de la manière dont elle avait agit… Ou plutôt obéit, mais bref, il était vrai qu’en effet, elle avait été d’une efficacité remarquable, et les autres présentes dans la pièce le confirmait de quelques petits hochements de tête, ce qui mit mal à l’aise la jeune femme, qui se gratta la nuque en fuyant le regard, pendant qu’elle répondait d’une manière beaucoup moins sûre d’elle qu’à l’accoutumée :

Oulà… Heu… J’sais pas si j’peux mériter toutes c’belles paroles, j’ai juste fait c’qu’Aki m’a demandé, parce qu’sinon… Bah j’aurais pas été plus efficace qu’une autre…


Affichant un sourire encore gêné, elle fit une petite pause, avant de reprendre lentement :

Après… Ouais, en plus de deux siècles, j’ai eu l’temps d’apprendre à m’canalyser au bon moment. Et croyez-moi, ça m’aurait permit d’éviter bien des bleus et des cabosses si ça avait été inné !


Elle soupira, avant de reprendre, faisant un petit sourire en coin :

Après, ouais, l’idée m’intéresse bien, mais… J’sais pas si j’aurais forcément toutes les capacités… C’est qu’bon, déjà… Si j’peux être utile et non pas rejettée en permanence… C’est qu’c’est pas super joyeux d’être chassée à coup de fourche et autres, juste sous prétexte qu’les kitsunes apportent le malheur et la mort…


Elle serra les dents pendant quelques temps, avant de soupirer, consciente de s’être laissée envahir par certaines pensées qui trahissaient son passé. Après tout, en tant d’année, elle avait put en accumuler des choses. Mais elle préférait ne pas s’étendre dessus, regardant ce qui pouvait l’attendre à l’avenir, qui s’annonçait très bon ! Un sourire confiant se dessina sur son visage, alors qu’elle posait son chapeau sur un meuble, dévoilant ainsi sans y prêter attention ses oreilles animales, avant de s’affaler sur un coussin, en passant ses bras derrière sa tête.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 29 Mar - 11:29




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Saori semblait vouloir attendre l’après midi, à condition, bien entendus, que la jambe de son amie se porte mieux. A n’en pas douter, elle pourrait bientôt remarcher et ce cauchemar serait derrière eux. Mine de rien, ce qu’attendait le plus la rouquine était d’entendre la voix de Yukari. Ce que les deux filles qui étaient restées vivantes avaient dû vivre, elle ne pouvait l’imaginer, elle ne pourrait jamais le voir d’ailleurs, et tant mieux. Être pendue assez longtemps pour perdre sa capacité d’élocution ou voir sa jambe brisée en de multiples endroits … Elle ne pouvait s’empêcher de serrer les dents face à cette histoire. Zayro Jinn. Il n’arrêterait pas tant que personne ne l’aura tué. Bien sûr il y avait toujours cette histoire d’élus qui reviennent à la vie, ce qui avait été prouvé à maintes reprises, par le colosse des enfers lui même. Mais on disait aussi que l’on revenait affaiblis. Savoir si c’était des légendes dues à des superstitions (compréhensibles) sur le royaume des non vivants, ou la pure et stricte vérité, c’était une autre affaire, et la Nishiie n’avait nulle envie de tester ça par elle même, d’autant plus qu’elle n’avait pas l’impression que tout le monde pouvait revenir. Ni Fumiko ni Kachou n’étaient revenues … Elles avaient disparues pour toujours, et cela pourrait tout aussi bien être son cas si jamais elle y passait. Qui sait, peut être qu’il y avait leur monde de l’autre côté ? Peut être qu’elles avaient décidé d’y rester, peut être étaient elles heureuses ? Et peut être n’y avait il rien. Rien d’autre que le noir et la souffrance. Les lycéennes n’avaient fait que se réveiller, et impossible de savoir ce qu’il y avait dans ce noir de souvenir.

Vint ensuite le moment où la Kitsune, gênée, s’efforça de répondre aux compliments de la guérisseuse, se dédouanant de son travail. La rouquine adressa un sourire sarcastique à sa modestie et montra les pots d’herbes que la jeune femme avait apporté.

Tu aurais pus doser n’importe comment. Cela n’aurait pas tué Yukari, mais l’anesthésiant aurait été moins efficace. Tu me diras que ce n’est qu’un coup de chance, mais laisse moi te dire qu’à mon avis, tu as du talent !

Se contenter de suivre les ordres ? N’était ce pas ce qu’on faisait dans n’importe quel apprentissage qui n’était pas autodidacte ? Commencer par copier ce que l’on nous disait de faire afin de comprendre les tenants et les aboutissants de l’activité en question avant d’être capable de le reproduire soi même sans aucun guide, puis même d’improviser à partir de nos connaissances. C’était ainsi que la Nishiie avait tout appris, et c’était comme ça qu’Alycea avait le plus de chance de réussir. Guérisseuse n’était pas sa vocation, celle ci était plutôt de servir à quelque chose, d’aider les autres … Un départ plus qu appréciable, même si elle dévoilait ainsi un passé difficile.

Jusqu’ici il me semble que tu n’as apporté que du bonheur. Tu as amené Miho à Chikai et lui as permis de retrouver ses souvenirs et je suis certaine que tu aides toute cette équipe tous les jours. Que tu prenne cette voie me ferait plaisir, par fierté professionnelle sans doute, et car il n’y as jamais trop de guérisseurs talentueux dans le monde. Mais tu n’as pas besoin de ça pour être une bonne personne et pour en trouver qui t’accepteront telle que tu es. Tu es dans un monde qui désormais accueille des tas d’élus tous différents. Quoi qu’en pensent les autres, cela ne pourra que le rendre plus tolérant. En tout cas je te promet que tu seras toujours la bienvenue là où je serais, même si tu as le malheur aux trousses.

Servir à quelque chose. Aider les autres. Voilà qui faisait un drôle d’écho dans le coeur de la jeune femme. Un écho mélancolique au goût de mousse des sous bois, un écho qui avait le visage de Shi et de la décision qu’elle avait prise en choisissant de devenir Druidesse. Peut être se voyait elle un peu dans cette renarde boute en train, même si les âges ne concordaient pas vraiment. Au final elle s’était elle même laissée aller dans le sentimentalisme, et ce n’était pas le genre de la fille aux cheveux rouges qui changerait sans doute bien vite de sujet en recommençant ses boutades.

Bien ! Je vais nous chercher quelque chose à grignoter pour qu’on puisse tous reprendre des forces et nous remettre de nos émotions ! Vous voulez quelque chose de particulier ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 29 Mar - 15:30



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Assise



Toucher l'histoire

Elle avait beau tenter de refuser des compliments qui, selon elle, ne lui étaient pas dût, la druidesse et les autres jeunes filles continuaient d’insister sur le point qu’elle avait été très efficace aujourd’hui, et que si elle était capable de reproduire ceci, de grandes voies s’ouvriraient à elle, qu’elle soit kitsune, humaine, native ou élue. Elle avait un certain sens de ce qu’elle devait faire, elle était en mesure de prendre ses responsabilités, d’aller de l’avant… Elle était pleine de qualité, personne n’allait le nier.

Et cela ne manqua pas de continuer à la gêner grandement. Il y avait tout de même des personnes proches d’elle, mais aussi et surtout celle de qui elle suivait les enseignements. Cela avait une drôle d’impression, de savoir qu’au final, elle pouvait véritablement être utile, supporter d’autres gens, en soigner d’autres. Certes, il n’était que peu probable qu’elle puisse faire un jour une simple partie de ce que pouvait faire la druidesse, mais tout de même, rien que le fait de savoir que l’on disait ceci… C’était en quelque sorte une victoire contre ce qu’elle avait put vivre. Intégrée au sein d’un groupe, au sein de l’humanité, de savoir où était sa place…

Les autres commentaires ne décroissaient en tout cas pas de compliment, même si elle avait des choses à contester dessus… Certes, elle était à l’origine de l’arrivée de la Nishizumi à Chikai, mais à ce moment là… C’était par intérêt qu’elle avait fait ça, simplement que d’avoir une élue avec elle lui permettrait d’éviter bien des problèmes à l’entrée de la ville. Et c’était ce qui lui était arrivée. Certains gardes avaient jetés des regards méfiants dans la direction de l’ancien duo, mais le fait que la lycéenne portait de manière apparente le sceau de son dieu permettait de calmer les ardeurs…

Mais après, pourquoi ceci avait changé ? Elle avait rencontrée Aki, son idole, mais en même temps… Elle ne pouvait pas nier qu’elle s’était tout de même bien attachée au reste de la petite communauté qui l’avait accueillit, malgré le fait que sa nature différente ait été révélée. Oui, elle appréciait les Anglers, elle appréciait Natsume, elle appréciait Aki… Elle les appréciait tous énormément…

Et donc… Elle avait cette possibilité, celle de continuer dans la voie de la guérison… Certes, ce n’était pas forcément la voie qui lui permettrait le plus de vivre en indépendance, comme elle avait fait toute sa vie en maitrisant quelques tours de combats et d’illusion, mais… Est-ce qu’elle souhaitait forcément vivre toute sa vie cette indépendance ? Vivre seule sans liens ? Elle y réfléchissait sérieusement. Après tout, initialement, elle pensait que sa coopération avec l’équipage ne serait que temporaire, et se connaissant, elle aurait surement abandonnée un jour où l’autre les cours de la Nishiie… Mais une voie s’offrait à elle, là où on lui tendait des mains, de nombreuses mains et des sourires…

Mais un autre problème, plus profond, lui vint en tête alors qu’elle remontait ses genoux contre son torse, pour poser sa tête dessus, en regardant un peu ailleurs, toujours perdue dans ses pensées, comme cela avait si souvent été le cas… En effet… Même si elle appréciait tout le monde… Ils n’en restaient pas moins des humains. Ils avaient montré une sympathie immense envers la Kitsune, mais un problème majeur était présent… Après tout, combien de temps durerait cette histoire ? Dans 25 ans, Alycea n’aurait pas même l’ombre d’un seul changement, mais les autres… Particulièrement les Anglers… Cela serait forcément dépaysant… Et la Kistune avait encore un nombre colossal d’années d’existence. Reviendrait-elle encore une fois à éprouver une longue et pénible solitude, en se remémorant ses bonnes années, ou bien… Continuerait-elle pou transmettre un héritage ? Cet héritage si particulier…

J’vais y réfléchir.


Quelques mots, dits après un long silence… D’un ton peut-être trop profond… Peut-être montrait-elle son cœur un peu trop… Après tout, elle était beaucoup plus exubérante la majorité du temps, et l’on pouvait se douter que les choses la faisait terriblement réfléchir. Le pour, le contre, tout était pesé avec précision… Peut-être qu’elle disparaîtrait d’un instant juste après, pour se rendre compte que ces moments étaient peut-être futile vis-à-vis de l’avenir qu’elle voulait…

Mais vis-à-vis de la dernière proposition, des sourires se firent, et à la commande furent répondu d’une voix unanime des petits pains chaud. C’était assez simple et suffisamment bon pour remettre d’aplomb n’importe qui, même la plus triste des personnes… Et peut-être que justement, il faudrait au moins un bon repas à la Kitsune pour se décider…

Je vais venir avec vous !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2361
Yens : 992
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 30 Mar - 13:51




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Étonnamment, la kitsune ne blagua pas, ne rigola pas, ne se moqua pas d’elle même et des autres comme elle savait si bien le faire. Non … Elle resta tout simplement là, pensive, l’expression de quelqu’un de profondément perdu dans son esprit. Et sur son visage d’ordinaire constamment sarcastique, on pouvait presque discerner un peu d’espoir. Juste un peu.

Tout le monde fut visiblement ravis de la proposition de la rouquine de sortir pour chercher quelque chose à manger, et la décision fut unanime : des petits pains chauds pour l’équipe de choc ! Ce n’était pas la denrée la plus rare de Kosaten et ce ne serait pas bien dur à trouver, l’archère s’attendait à en avoir pour un long quart d’heure au maximum et commençait à fouiller dans sa poche pour compter les petites pièces rondes une par une afin de vérifier si elle avait assez ou si elle devrait faire un crochet par le manoir pour se réapprovisionner dans son coffre. Ce fut Saori qui l’interrompit dans son entreprise en proposant de l’accompagner, ce que la guérisseuse accueillis avec un sourire. Avait elle envie de parler de quelque chose en particulier à la Druidesse où était ce seulement pour lui tenir poliment compagnie ? Quoi qu’il en soit, discuter avec la jeune rousse ne serait pas de refus, d’autant plus pour savoir comment elle se portait depuis … l’accident.

Ca marche ! Nous serons de retour dans une vingtaine de minute au maximum, profitez en pour vous reposer !

Elle avait effectivement largement assez de piécette et n’hésita donc pas plus avant de sortir de la salle. Elle s’arrêta cependant une petite seconde au secrétariat pour parler à celle qui serait la plus proche physiquement des lycéennes pendant ce laps de temps ; Kumi.

Nous sortons quelques minutes, les trois jeunes filles sont encore à l’intérieur, prenez garde à ce qu’elles ne soient pas dérangées mais si quelque chose vous semble étrange, n’hésitez pas à appeler une infirmière, deux d’entre elles ont subis des opérations qui peuvent mal tourner si elles s’y prennent n’importe comment.

Celle ci hocha la tête, d’un air particulièrement désintéressé, mais la Nishiie savait qu’en réalité il n’y aurait probablement aucun soucis, et qu’elle les avait clairement entendus. Une fois dans la rue, alors qu’une brise bienvenue soulevait les cheveux des deux jeunes femmes flamboyantes, l’élue de Seika prit quelques secondes pour se souvenir d’un commerce à la qualité appréciable, puis après avoir indiqué la direction d’un signe de tête à la fille qui aimait les animaux, se dirigea dans cette direction.

Alors Saori, comment te sens tu ? Je sais que Alycea s’est bien occupé de toi, mais comment s’y est elle prise ? Cela n’as pas été trop douloureux ?

Elle s’était retenus d’ajouter “physiquement comme psychologiquement”, craignant de rameuter des souvenirs qu’elle aurait sans doute voulus garder enfouis tout au fond d’elle. Comme prévus cinq minutes de marche suffirent à rejoindre une petite échoppe nommée “Au bon pain frais” qui en réalité faisait feu de tout bois et servait plutôt d’épicerie au quartier. Là elle acheta une dizaines de petits pains brûlants que l’homme qui gardait la boutique enveloppa dans un chiffon propre avant de les leur donner et de réclamer son dû. L’élue du phénix en profita pour acheter deux morceaux de viandes qu’elle allait donner à ses amis poilus avant de se raviser et d’en tendre un des deux à celle qui l’avait accompagné.

Tu veux le donner à Mune ? Ce ne sont pas des animaux comme les autres, mais, tout comme nous, manger est assez important pour eux. Je suis sûre que cela ne fera que renforcer vos liens.

Elle souriait tout en donnant sa part à Mizu qui la regardait d’un air dédaigneux qui voulait sans doute dire “c’est ça, traite moi comme un chien tant que tu y es”.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 30 Mar - 17:34



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
A coté d'Aki

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Assise



Petits pains et bouts de viandes

Ainsi, deux des rousses allaient faire équipe dans une bien puérile mission, mais d’une importance tout de même capitale. Le ravitaillement était la base de n’importe quel conflit, car une armée ne se battait pas le ventre vide. Sans assistance, l’on pouvait très clairement s’attendre à ce que n’importe quel bataillon ne face sécession, ou ne succombe en des terres trop hostiles. Bien évidement, il n’était nulle question de bataille ou de conflit ici, et casser la croute ensemble serait un agréable moment, d’autant que pour celles qui étaient en pleine phase de convalescence, c’était très important.

Se séparant du reste du groupe, elles ne purent pas voir que la Kitsune continuait à être dans un état plus que pensif, s’allongeant pendant qu’elle se mordait la lèvre. Elle réfléchissait à la question, mais au final, elle avait déjà sa voie en tête. Il fallait juste qu’elle se persuade que ce qu’elle perdrait en ce jour faudrait le coup, car il n’y aurait pas d’autres fois où elle serait confrontée à son destin. Il n’y aurait pas de retour en arrière une fois lancée, elle le savait. Une fois engagée, elle persévérait… Jusqu’au bout.

En tout cas, de l’autre coté, les deux quittaient la pièce. Si la Takebe s’était proposée, c’était autant par volonté d’éviter de laisser seule celle qui les aidait, mais aussi pour discuter de tout et de rien, comme elle en avait l’habitude, si souvent. Paraît-il qu’elle était parfois une véritable pipelette instoppable, même sur des sujets triviaux. Au contraire de l’Akiyama qui… Etait inarrêtable elle sur des sujets très spécifiques, comme les blindés. Enfin… Que les blindés en fait, mais c’était elle la plus grande encyclopédie dessus ! Sur Kosaten, c’était confirmé en tout cas !

En tout cas, en passant devant la dame qui gérait l’accueil, la druidesse indiqua rapidement quelques petites consignes, des mesures de précaution qui, on pouvait l’espérer, ne serait pas nécessaire. Mais en connaissant la rechute qu’avait fait Yukari, il valait mieux être prudente… Même s’il restait à l’intérieur la Kitasu. Est-ce que son état de pensivité la coupait du monde ? Personne ne pouvait savoir à quel point elle était dans une transe de méditation, et ce qu’il faudrait faire pour l’ouvrir de nouveau au monde.

Mais une fois dehors, où dès que sortie, la rousse s’étira de tout son corps, faisant craquer un peu le haut de son dos, avant d’afficher un grand sourire, comme elle le faisait souvent. Oh, par la même occassion, par ce même geste, elle avait bien mit ses formes en valeur, involontairement bien évidement, mais cela n’empêcha pas bien des regards de se poser sur elle. Il fallait dire que même avec ce qu’elle avait traversée, la croissance continuait son petit bonhomme de chemin, et transformait son corps en celui d’une jeune femme, déjà très bien formée d’après les réactions qu’elle avait sût suscitée dans la rue. Et il aurait été probable que seule, elle aurait eu le droit à son lot d’individus barbants qui l’auraient sifflés.

En tout cas, vint le sujet de conversation concernant ce qu’avait put faire la Kitsune pour elle, et comment cela s’était déroulé… Une simple question par politesse, mais aussi par curiosité. Et ce fut par un sourire en coin que la jeune fille répondit, en se rappelant tout de même les rencontres importantes qu’elle avait fait ce jour là !

Bien ! Oh, pour ce que faisait Alycea ? Et bien, elle me faisait boire quelque petites potions, tout en me demandant de vider mon esprit, et peu après, elle posait sa main contre mon front, et elle visitait mon esprit, ou quelque chose dans le genre. Ça allait, mais au début… C’était assez dur, et non sans douleur… Mais c’était parce qu’il y avait beaucoup à faire !


C’était en tout cas ce que la Kitsune lui avait expliqué. Elle avait fait au mieux, bien consciente qu’elle n’aurait pas les mêmes résultats que la druidesse, mais au final… Et bien, elle avait bien avancée !

Mais c’était aussi parce que je me faisais beaucoup de soucis à ce moment. Il y avait tout qui arrivait en même temps, qui s’entrechoquaient… Ce n’était pas simple de dire que finalement… Je suis une tout autre personne que ce que j’ai put penser jusqu’à maintenant.


Puis, elles arrivèrent à la boutique qui avait été choisie par la druidesse. Beaucoup de petits pains bien chaud, peut-être même trop, qui auraient été difficilement portables sans l’aide du petit chiffon. Mais la nouvelle proposition que fit la druidesse enchanta la rousse. En effet, il s’agissait de pouvoir nourrir Mune, le louveteau amical ! Il avait beau être un esprit de la nature, manger était tout aussi important, et ce fut en abordant un grand sourire qu’elle prit le morceau en hochant la tête, avant de se pencher vers l’animal, en lui tendant la viande qu’elle tenait de ses deux mains !

Elle restait tout de même un peu prudente, mais connaissant la bête, l’envie de la caresser sonna dans ses oreilles, et elle s’y tenta, gratouillant amicalement le loup !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   

Revenir en haut Aller en bas
Consultation sans ordonnance
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Consultation sans rendez-vous ? [Bucky]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.