Partagez | .
Consultation sans ordonnance
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 1 Avr - 14:47




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La jeune femme écouta attentivement ce que Saori avait à lui dire sur la façon dont Alycea s'y prenait pour essayer de débloquer sa mémoire. Visiblement, le rituel était plutôt bien respecté, dans sa globalité, et ses effets, positifs comme plus néfastes, avaient atteins la rousse qui avait souffert mais avait également recouvert une grande majorité de ses souvenirs. Tout cela faciliterait grandement le travail à la Druidesse, l'expérience ne serait pas nouvelle pour la lycéenne, et il ne resterait que peu de souvenirs à chercher, sans doute les moins importants. C'était la dernière ligne droite avant qu'elle n'ait eu à soigner toute l'équipe des suites des méfaits de Zayro Jinn, ensuite tout le monde pourrait tourner la page et passer à autre chose, un soulagement sans doute pour la petite équipe. Une fois les pains commandés, la Druidesse ne put qu'offrir un sourire attendris à la réaction de la jeune fille lorsqu'elle lui proposa de donner à manger à Mune. Le louveteau se plia bien volontiers aux caresses qui s'ensuivirent, fixant de ses yeux intelligents la membre d'équipage au cœur si tendre. Il arrivait souvent à l'archère de se poser des questions sur ce comportement « animal » que pouvait avoir son compagnon de route, mais généralement, elle en arrivait aux mêmes conclusions. Démon ou pas, il était comme toute les espèces vivantes, y comprit les humains. Peu de personnes se défaussaient lorsque des gens qu'ils appréciaient proposaient de leur faire un massage, certains payaient même pour cela. Etant aussi mignon que la nature avait pus le faire, il n'avait pas besoin de débourser le moindre yen pour avoir l'attention des plus jolies filles, alors il n'allait pas s'en plaindre, assurément. Si on pouvait le rapprocher caractériellement de n'importe quel être humain extravertis et tactile, Mizu était à l'inverse semblable aux plus solitaires de notre espèce, ne supportant pas bien qu'on la touche et préférant mener son chemin seul.

Mais il fallait éviter que les petits pains ne refroidissent et la guérisseuse se mit bientôt en route pour retourner à l'hôpital, le faisant savoir à sa sœur capillaire, qui la suivrait sans doute. Rien de bien particulier ne fut à signaler sur le chemin, si ce n'est quelques regards légèrement insistants. Certains reconnaissaient la soigneuse de la ville et lui adressaient un signe de tête, mais peu la dévisageaient pour sa qualité esthétique. Les normes actuelles n'étaient pas le fort de la sauvageonne qui avait toujours les cheveux en batailles et les vêtements désordonnés. En revanche, pour ce qui était de celle qui marchait à côté d'elle, ce n'était pas la même histoire. Si la Nishiie était resté bloquée par les coups du sort à l'âge de ses dix sept ans physiquement, et qu'elle n'avait jamais été très précoce en ce qui concernait la maturation de son physique, il n'en allait pas de même pour celle ci qui avait déjà l'air d'être une femme bien qu'elle soit plus jeune que la Seikajinn. Toutefois, personne ne sembla avoir assez de courage pour les aborder, et grand bien leur en fasse.

Elles arrivèrent bien vite au centre de soin, où quelques nouveaux patients étaient arrivés, dont une femme qui semblait avoir des problèmes en couches. A l'époque actuelle, rares étaient les villes qui prenaient autant soin de leur habitant pour aller jusqu'à construire une bâtisse non religieuse pour les soigner, et encore plus rares étaient les femmes qui avaient la chance de pouvoir être transportées dans ce genre d'établissement lorsque ce genre de difficultés se présentaient. Malgré tout, ce n'était que rarement suffisant, et la plupart du temps, l'un des deux protagonistes mourrait, si ce n'était le duo lui même. Même si l'élue du phénix aurait préféré se rendre tout de suite dans la petite salle à l'arrière du secrétariat, elle ne tergiversa donc pas très longtemps. Confiant les pains à Saori, elle partit en direction de la salle où la future mère avait été emmenée.

J'arrive dans cinq minutes, commencez à manger, ne vous en faites pas !

Effectivement, cela ne dura pas bien longtemps. L'amie des animaux présente, toute hémorragie put être évitée, et la vie de la maman fut sauvée, donnant naissance à une toute petite fille dont le sommet du crâne était déjà orné de quelques petits poils blonds. La soignée avait les larmes aux yeux en voyant qu'elle s'en était tirée, remerciant Fenghuang que Aki ait été présente ce jour là. La concernée ne put que hausser les épaules en souriant avant de s'en retourner du côté où l'attendait sans doute une partie de l'équipage du tank.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 1 Avr - 22:00



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Assise

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Debout



Décision prise !

Bien rapidement, le louveteau récupéra la bonne petite part de viande qui lui était destinée, en se laissant fort heureusement carressé. Comment un animal originellement si sauvage pouvait se montrer si doux, si docile et si affectueux, surtout avec une personne qui n’était probablement qu’une parmi tant d’autres ? Après tout, la ville de Chikai ne manquait pas de personnes agréables, sociables ou sympathiques, parfois même un peu lourdes ou ivres. Mais la rousse, qui n’était qu’une simple jeune fille qui trouvait la créature beaucoup trop mignonne pour l’ignorer, qui osait faire des gestes vers elle pour la caresser…

Mais bon, peut-être qu’il existait dans la nature des petites boules d’amour, tout aussi affectueuses que Mune ? Elle n’en savait rien, et elle n’aurait surement pas le courage ou la témérité d’aller verifier ça elle-même, de peur de tomber sur une créature qui, elle, se montrerait très hostile… Et elle ne pouvait être en sécurité qu’à l’intérieur du panzer, ce qui n’était pas chose facile pour approcher des créatures qui pouvaient soit être encore plus agressives, mais la plupart du temps c’était terrifiées qu’elles fuyaient.

Bref, une fois que la petite bestiole eu le droit à son lot de caresses et que l’ainée montra bien qu’il était temps de rentrer, la lycéenne n’attendit pas plus de temps, et suivit les pas de la druidesse, pour arriver bien rapidement, toujours sous certaines exclamations un peu indiscrètes de certains citadins. Mais bon, une fois à l’intérieur de l’hospice, tout se calma un peu, et elle fut accompagnée jusqu’au petit salon arrière, où elle rejoignit les autres, qui se sourirent amicalement en revoyant la druidesse, sauf la Kitsune qui semblait encore et toujours perdue, fixant le mur d’une manière négligente…

Sauf que la rousse prit la parole, juste pour dire qu’elle s’absentait… Rien de grave en soi, même s’il elles étaient un peu curieuses de savoir pourquoi elle partait. Peut-être aux toilettes, qui pouvait en avoir la certitude. Mais elles étaient bien loin de s’imaginer qu’en à peine trois cents secondes, elle avait réussi à donner naissance à une enfant, en épargnant à cette nouvelle famille des risques trop grands… En à peine trois cents secondes… Heureusement qu’elles ne le savaient pas, sinon elles auraient culpabilisées pour retenir aussi longtemps la faiseuse de miracle, elle qui sauvait tant de vie alors que les leurs n’étaient pas en danger…

Et une fois qu’elle fut de retour… Bon, bien évidement, elle put constater que les lycéennes avaient chacune prit un petit pain et qu’elles mangeaient. Aucun signe de rejet ou autre, même pour l’Akiyama, qui sentait la chaleur descendre le long de son cou. Les soins chirurgicaux qui avaient été effectués semblaient avoir été très efficaces, à tel point qu’elle pourrait surement bientôt émettre de nouveau sons ! C’était une nouvelle fantastique qui arrivait !

Mais l’on pouvait avoir une autre préoccupation maintenant, l’état de la Kitsune… Toujours stoïque, elle bougea un tout petit peu, se mettant en tailleur sur le fauteuil où elle était installée, avant de joindre ses mains, comme si elle se mettait soudainement à prier. Et d’une manière très douce, elle les écarta, faisant apparaître une petite lueur de flamme, qui grandit, arrivant à la taille de bien vingt/trente centimètres de diamètre. Un orbe de feu, qui semblait avoir en lui des reflets stellaires. La Kitsune semblait en être totalement dépendante, concentrée comme jamais… Avant qu’elle ne se prenne à inspirer lentement par la bouche, récupérant toute la chaleur qui envahie grandement tout son corps. Ses queues bien particulières s’étaient extirpées , semblant elles aussi briller, mais c’était aussi le cas de ses oreilles, qui avaient fait tomber le chapeau dont elle était tant dépendante… Elle semblait ne pas bouger, et en tout cas, elle était devenue le centre d’attention de la pièce actuellement, tant elle était un phare parmi tout le monde.

Puis d’un coup, elle frappa dans ses mains, faisant retomber toute lumière ou tout spectacle. Les yeux fermés, l’air toujours concentré, ses oreilles et ses queues se calmèrent rapidement, et d’un bond, elle se remit debout avant de s’étirer pleinement, faisant craquer ses épaules et le bas de son dos, pour dire d’une manière presque libérée :

Ouais bah m’faire du mourron, c’pas pour moi, faut qu’j’arrête d’essayer de peser le pour et le contre d’toutes les choses quand ça me concerne. C’est l’instinct !


Elle sourit d’une manière qui lui était propre, avant de faire craquer ses doigts, et de dire en se tournant vers Aki :

Du coup c’est décidé, j’me lance dans cette voie ! Pas de regrets, pas de larmes ! Adieu devoirs familiaux et autres trucs du genre qui m’laissaient jamais en paix !


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 4 Avr - 12:07




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



C'était effectivement la Kitsune qui pouvait préoccuper tout le monde. Celle ci était toujours plongée dans ses pensées et semblait réellement réfléchir à quelque chose de grave … de mauvais peut être ? Ou peut être était ce tout simplement normal, de passer des heures renfermés sur soit, lorsque l'on s'apprêtait à prendre une décision qui influencerait notre vie entière ? Aki n'avait pas réfléchis longtemps avant de devenir Druidesse, mais c'était parce que les circonstances l'y poussaient. Lorsqu'il s'était agis de s'avouer à elle même son affection pour Tanith, et de le lui dire ensuite, ça avait été autre chose. Quant à Orina. Non, adopter Orina n'avait pas été le fruit d'une réflexion, mais d'une évidence. Se décider à le lui demander avait été difficile, mais elle avait sentis très tôt que protéger cette enfant et lui apporter le bonheur qu'elle méritait était primordial pour elle. Mais heureusement, Alycea ne resta pas éternellement ainsi, soudainement et à la surprise de tous, elle commença à faire germer une boule de feu entre ses doigts, boule de feu qui atteins des proportions plus qu'honorables, alors que la femme renard voyait ses attributs animaux émerger. Deux oreilles et de longues queues qui battaient derrière elle … Assurément, même si l'amie des animaux était intéressées, ce n'était pas elle qui était la plus fascinée, mais bien la démone qui l'accompagnait.

Ses yeux d'azurite étaient fixés sur cette femme à l'étrange transformation et elle commença à doucement tourner autour, se retenant visiblement de poser une question à haute voix, ce qui aurait causé un mal de crâne certains à toutes les élues présentes, y comprit la Nishiie, qui, même si elle avait une résistance supérieure à la normale due à l'habitude, restait trop faible pour supporter correctement cette voix venue du tréfonds des enfers. Etait elle extrêmement puissante ? Ici, bien sûr que non. Elle était intimement lié au pouvoir de Li, la déesse des arbres du monde de la rouquine, qui n'existait pas dans ce pan d'existence. Là bas elle était capable de détruire une forêt entière en grognant, ici elle ne pouvait que maladroitement protéger ceux qu'elle aimait. Mais c'était déjà mieux que rien, d'après elle. En revanche celle qui se trouvait face à elle l'intriguait réellement beaucoup. Animale de la même espèce qu'elle, était elle aussi une démonne ? Les sources étaient communes, même si elles n'étaient pas exactement semblables, comme elles avaient pus l'être avec Méliodas ou Akira. La gardienne des arbres se promit donc de trouver un jour un moyen de communiquer avec la créatrice de feu pour voir ce qu'il en était réellement.

Et bien … tu m'en voie ravie Alycea. Réellement. Si c'est un chemin que tu choisis de toi même, ce ne peut être que le bon pour toi.

Rayonnante, l'archère avait la sensation chaleureuse et réconfortante d'avoir aidé quelqu'un aujourd'hui. Et plus que cette mère (qui n'avait pas été soigné en cinq minutes, raccourcis ne se trouvant être qu'une expression, mais plutôt en un petit quart d'heure, tout de même), plus que cet enfant, plus que ses patients, sauver une âme, ou quelque chose comme ça, d'aussi mystique et étrange, mais après tout , elle n'avait pas non plus été élevée dans un endroit où être terre à terre était une bonne chose. Souriant légèrement, elle mordit dans un des pains chauds et le dévora avant de soupirer d'aise et de se laisser aller dans le fond du fauteuil, les yeux fermés. Elle n'avait besoin que de quelques minutes de repos après avoir fait un soin, mais depuis quelques temps, elle avait cessé de se les accorder, essayant d'augmenter sa résistance à la fatigue, ce qui marchait plutôt bien, mais quelques secondes de repos étaient toujours les bienvenues.

Bon. Je vais aller à la boutique préparer les potions dont j'ai besoin pour que le rituel se déroule au mieux. Vous pouvez venir avec moi si vous voulez ! Saori pour voir ce que tu vas avaler, et Alycea pour regarder comment on les fabrique ? Enfin c'est à vous de voir ! Je reviendrais ici ensuite quoi qu'il en soit.

Elle s'était levée et commençait à se diriger vers la porte, réfléchissant à la localisation des ingrédients dont elle aurait besoin. La dernière fois, c'était Tanith qui s'en était chargé, mais cette fois elle se sentait d'humeur à fabriquer elle même ses potions. Après tout l'alchimiste n'allait pas récolter tous les honneurs à chaque fois!


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 5 Avr - 13:21



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Debout



Let's go !

La kitsune semblait en tout cas être confiante dans l’avenir. Sa décision avait été prise, et la sentence était irrévocable… Elle était lancée dans cette voix, sautant le gouffre qui la séparait de ce qu’elle aurait put être, de son existence solitaire. Elle était résolue maintenant à vivre, à s’intégrer à cette société en perpétuelle évolution, à se mêler à ces gens, ces hommes, ces femmes, ces élus parfois trop bruyants, plus qu’elle en tout cas… Elle était prête à vivre de nouveau, à ressusciter.

Et quand bien même elle avait de nouveau fait une petite référence à son passé, à ses devoirs familiaux, personne, pour son plus grand bonheur, ne lui en avait fait mention. Peut-être que les oreilles avaient été inattentives, ou bien que l’on savait qu’elle pouvait être une personne plutôt sensible sur ce sujet… Si un jour elle voudrait en parler… Et bien, elle le ferait d’elle-même. La forcer à raconter l’histoire qui était la sienne n’était en rien une solution, et cela pourrait apporter plus de problèmes que cela en résoudrait. Mais qui sait… Chacun avait ses démons, et peut-être qu’ils resurgiraient un jour, amenant une vague immense de conflit…

En tout cas, la Kitsune pouvait être fier d’elle, de suivre une voie aussi noble. Suivre la druidesse dans cette histoire était une chose tout de même que beaucoup souhaitaient faire, mais que peux arrivaient. Après tout, être la plus puissante élue de Seika amenait une certaine prestance, et rien que le fait de l’aborder était une chose complexe. Sans s’en rendre compte, la rousse aux cheveux bouclés avait une certaine aura d’importance, malgré le fait qu’elle essayait de se faire passer pour une personne très simple.

Pourquoi ainsi c’était la Kitsune qui pouvait bénéficier de ces enseignements ? La chance probablement, beaucoup de hasard… Et le fait qu’une certaine personne soit réapparue sur son chemin… Bref, une histoire à raconter à ses petits enfants, même si c’était peu probable qu’elle en ait un jour… Même si c’était tout ce qu’on pouvait lui souhaiter, d’un jour attraper l’amour en vol… Elle se voyait plus comme une sorte de parasite greffée à un foyer, qui était toujours là, et sera toujours là…

Elle put en tout cas recevoir quelques félicitations et même des applaudissements de la part du reste du groupe ! Si l’Akiyama aurait put crier, elle l’aurait fait, mais bien évidement, elle devait se ménager. Mais à un moment, elle essayerait, ça, l’on pouvait en être certains ! Ce fut donc plus les deux autres qui parlèrent, notamment l’Isuzu, qui lui dit d’une voix douce :

L’important c’est de suivre la voie qui te correspond le plus, qui te permet de t’épanouir !


Et c’était semble-t-il le cas, puisque plutôt que de douter, la Kitsune afficha un sourire, non sans fierté, avant de lever le bras d’une manière victorieuse, pour faire juste ensuite un clin d’œil. Après tout, une certaine complicité était née entre les membres de l’équipage et la non-humaine. Elles étaient de bonnes amies, et après tout… Peut-être que la Kitasu pouvait être considérée comme étant la sixième Angler ? Bon, vu comment le tank avait laissé de mauvaise impression, un mal de voyage, ce serait un peu délicat… mais bref…

L’important était ce qui allait suivre. Acquiesçant d’un signe de tête la Nishiie, la Kitsune prit dans sa bouche un des petits pains, avant de faire un signe de tête à la Takebe. Cette dernière pouvait être habituée aux potions, un peu, vu qu’elle en avait utilisée un peu au début, mais c’était surtout pour la Kitsune que cela était important… Après tout, son apprentissage ne faisait que commencer, et elle risquait de passer un sacré moment à apprendre les bases, quand bien même une très grande partie de son travail se ferait sur le terrain, et par correspondance avec la Nishiie. La petite factrice, Tamae, risquait de faire de nombreuses fois l’aller-retour…

Bien évidement, avant de partir, la rousse donna de quoi s’occuper pour les deux autres. Plusieurs livres à lire, quelques petits pains pour le repas, et la promesse qu’elles reviendraient vite pour voir si tout allait bien…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 6 Avr - 0:16




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



Un sourire fier. Un clin d'oeil. L'envie d'aller plus loin. Alycea n'était pas une élue, « juste » une native, pas très comme les autres, à l'image de la messagère qu'avait pris en affection le petit groupe, et pourtant, elle était désormais parmi eux, à fréquenter les plus grandes pontes des envoyés des dieux de l'alliance, parmi les plus puissants, même si le groupe au tank et la rouquine n'étaient pas celles qui s'en rendaient comptes. N'empêche qu'un peu partout, on les connaissait, qu'on parlait d'une machine de métal qui venait au secours des gens, d'une Druidesse étrange qui soignait les blessés, et d'une kitsune, rejetée de tous jusqu'ici, qui avait réussis à se faufiler dans leur vie, et aussi dans leur cœur. Une amie pour ainsi dire. Apprentie et compagne de voyage. Souriante trublione sachant égayer une journée comme personne, mais capable également de se battre et de prendre les choses en main lorsque c'était nécessaire. Il ne semblait étrange à personne dans ce groupe venus de mondes différents, de cultures différentes, que ce que d'autres aurait considéré comme un monstre, devienne une amie fidèle, et une élève assidue. Ce ne fut pas une grande surprise pour l'archère que celle ci la suive, mais cela resta une heureuse décision.

Allons y mauvaise troupe !

Elle rigola doucement et se mis en route, accompagnée de ses deux consoeurs aux cheveux flamboyants. Elles formaient une véritable attraction à elles trois, visibles comme un bouton au milieu de la figure, ou plutôt comme trois roses au milieu d'un champ de pissenlit, la métaphore était plus poétique, pour sûr. Leurs cheveux brillaient au soleil et comparés aux classiques teintures du pays (blonds, bruns, châtains voir blancs pour les plus vieux) elles étaient réellement anormales. Qui plus est, trois jolies filles, mais il n'était pas nécessaire de revenir sur les regards parfois déplacés des passants qui manquaient souvent un peu trop de respect. Que pouvait on attendre d'autre d'un monde aussi patriarcal, après tout ? Surtout quand aucune d'entre elles ne portaient de chaînes à leur poignet, ce qui aurait signalé qu'elles étaient fiancés selon les lois de Kosaten.

Une fois arrivées à la boutique, celle ci était fermée. Le vampire devait être partis en ville chercher des ingrédients ou toute autre raison valable, quoi qu'il en soit, elles pouvaient donc être en paix. L'archère ouvrit après un double tour de clé et invita ses deux spectatrices temporaires à entrer, avant de refermer derrière elles et de récupérer quelques fioles sur les étagères, tout en commençant aussitôt ses explications, destinées principalement à celle qui voulait apprendre d'elle, mais aussi un peu à celle qui boirait les concoctions qu'elle allait faire.

J'ai deux potions à mijoter. La première doit servir à détendre Saori, et rendre son esprit plus accessible, la mienne doit rendre mon âme plus forte pour que le rituel soit plus efficace.  Pour la patiente, en plus des plantes habituelles destinées au calme (camomille, coquelicot, lavande … ), il me faudra des extraits de plantes aux vertus plus magiques, comme de l'angélique (qui as des vertus protectrice et qui harmonise les énergies) ou  du basilic (pour la clarté mentale). De mon côté, je n'ai que des plantes ésotériques : de l'acacia pour l'évolution spirituelle, de l'amande qui améliore le travail de la psychée, de l'anis, qui renforce les pouvoirs mentaux et de la camomille, pour ses effets de protection et de guérison également. Tu noteras que certaines plantes comme la camomille peuvent avoir des effets plus conventionnels comme des effets plus mystiques. Les deuxièmes nécessitent une préparation spéciale, surtout si tu escompte les conserver. Il faut d'abord les rincer longuement à l'eau fraîche, puis les faire sécher complètement, jusqu'à ce qu'un contact maladroit soit capable de les réduire en poudre. Ensuite je pratique personnellement un rituel dessus qui permet de les garder plus longtemps et de faire ressortir leurs compétences, je te le montrerais si tu veux.

Armée de tous ses ingrédients, elle descendit dans la cave où elle disposa ses multiples fioles.

Au niveau des mélanges, c'est déjà plus complexes. Il faut faire attention pour les calmants, à ne jamais trop en mettre (elle risquerait de s'endormir). Je me repère personnellement à l'odeur, car il n'y as pas de dosage précis, cela change selon le temps depuis lequel les plantes ont été récoltées. Dès que tu commence à avoir une senteur dérangeante, il faut arrêter, si possible juste avant, on finit par comprendre le moment exact où il faut cesser. Ici j'ai mis un dosage légèrement en dessous de l'habitude, car Saori doit garder l'esprit clair. Pour ce qui est des plantes qui servent à rendre son esprit plus ouvert, c'est encore plus délicat. Je peux abuser de l'angélique, cela ne fera jamais de mal, mais je ne dois mettre que très peu de basilic, autrement son esprit serait trop fort et me repousserait.

Le premier breuvage était prêt d'un bleu doux et calme, et on pouvait maintenant passer au deuxième.

Pour moi ce sont l'acacia et l'anis que je peux mettre en grande quantité. Evite toujours de mettre trop d'acacia cependant, cela donne de sacrés migraines. La camomille se limite à quelques pincées dans cette préparation, jusqu'à ce qu'elle prenne sa couleur doré, quant à l'amande, personnellement, j'en mets un peu trop (deux cuillerées) parce que je sais que je suis plus résistante, mais privilégie plutôt les autres plantes à celle ci.

Elle s'arrêta soudainement et reposa la fiole.

Enfin, j'espère que je ne suis pas allée trop vite, ou que je ne vous ai pas ennuyé. Il y a tellement de choses à savoir quand on se lance dans les soins ! Avant d'obtenir les pouvoirs que Gaea m'as confié, j'ai passé des années à étudier la guérison par les plantes, et ce n'est qu'alors que l'on m'as permis de boire la sève de l'arbre Père qui m'as confié la maîtrise du Fluide vital. Peut être serait il plus facile d'essayer de recomposer cette sève immédiatement, mais … j'ai peur que sans les connaissances adéquates, ces pouvoirs soient inutiles.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 6 Avr - 17:54



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Debout



La leçon

Kosaten pouvait recevoir bien d’autres termes gratifiants. Continent trois fois sacré, terres des élus, rencontre des monde et des destinés… Il pouvait y avoir un nombre incalculable de noms et d’adjectifs en rapport avec ces êtres si uniques qui possédaient la marque caractéristique d’un des trois dieux. Mais pourtant, plus extraordinaire encore que n’importe quel de ces êtres, c’était ce comment les natifs, qui subissaient bien souvent les allés et les venues de ces personnes, mais qui pouvaient en raconter un nombre faramineux de légendes. Après tout, qui pouvait critiquer la véracité d’une histoire quand, sur Kosaten, tout était possible ?

Après tout, qui pourrait dire d’un autre qu’il mentait lorsque l’on pouvait certifier qu’un être à la peau verte avait détruit un village ? Qu’un homme aux bras mécaniques arpentait les différentes auberges ? Qu’une enfant aux aîles de givre se balladait au milieu d’une tempête de neige ? Que certains pouvaient voler plus vite que le son avec des armures plus lourdes que la roche ? Véritablement, Kosaten était la terre des milles rumeurs, la terre aux milliards d’histoires aussi vraies qu’impossible… Et actuellement, le petit groupe aux cheveux de feu pouvait en former une bien belle.

Elles avaient de quoi en tout cas attirer le regard, a un point que tout notion d’intimité semblait avoir disparue. Il n’était question que de se demander ce que pouvait faire ces insouciantes donzelles ici là ? N’avaient-elles pas homme à qui se dévouer ? Les regards étaient bien anciens parmi les habitants de ce monde, et les plus jeunes des adultes ci-présents auraient bien tentés d’en courtiser au moins une. Elle semblait être après tout un parti plus qu’appréciable, autant au niveau de la beauté que de l’influence que pourrait avoir une élue dans ce monde.

Mais bref, sans se faire interrompre, les trois arrivèrent à la boutique du vampire. Ce dernier n’était pas présent, ce qui donnait le champ libre à la druidesse pour travailler à faire ses potions… Mais c’est peut-être là que commença le plus dur, car une fois que la Nishiie eu préparé un peu ce qu’elle a besoin, elle se mit à parler… à beaucoup BEAUCOUP parler ! N’importe quelle personne un peu innatentive aurait décrochée à partir du second paragraphe, et ça avait été le cas de la Takebe qui… Suivait sans vraiment comprendre, remplaçant chaque phrase par la précédente dans son esprit. Autrement dit, ce n’était pas à elle qu’il faudrait demander cela dans le doute…

Mais c’était la Kitsune, qui afficha une mine plus sérieuse, en essayant de suivre ce qu’il y avait. Oui, les plantes, beaucoup de plantes qu’il faudrait mélanger pour arriver à une harmonie parfaite, qui devait se faire manuellement, comme souvent, à l’aide de divers petits objets alchimiques dont… Elle n’était pas vraiment spécialiste. Si encore le mortier et le pilon restait basique, à partir de l’alambic, elle avait décrochée. Donnez-lui une marmite et un balai pour que la Kitsune ne devienne Mélusine !

En tout cas, ce qu’elle retint de ce truc, une fois que la druidesse eu fini son exposé, ce fut d’une voix plutôt confuse et d’un roulement d’œil envers la Takebe qu’elle changea légèrement de sujet :

D’accooooord, en fait… J’crois que j’aurais dût te donner qu’une seule des potions… On s’est… Complexifiés un peu l’travail là…


Elle soupira en posant la main au niveau de son visage, d’une manière lassée par sa bêtise passée avant de se tourner de nouveau vers sa sensei, pour hocher la tête :

Je crois que j’ai compris le principal. Faudra que je revoie ça et qu’j’apprenne en y allant franco, mais… J’pense que ouais, j’ai compris. Faudra juste que j’pense à m’faire un petit coin où j’pourrais m’essayer aux potions donc…


Mais à savoir dans quelle partie du globe serait ce petit endroit… Et bien… Ça, elle l’ignorait encore. Serait-ce ici, à Chikai, ou bien sur la plaine ? La question demeurait en suspens, mais c’était le traitement de la rousse qui était plus important. Enfin, sa mémoire allait être complétée… Le dernier des handicaps de la bande céderait bientôt.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Jeu 6 Avr - 23:48




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La rouquine se rendait bien compte qu'elle avait complètement endormis Saori et que Alycea peinait à la suivre. Et en même temps, comment lui en vouloir ? Aki n'était pas particulièrement pédagogue, et ce qu'elle avait appris était généralement le fruit d'une longue expérience, de tests, d'échecs et d'essais. Le métier d'une guérisseuse, et surtout son apprentissage, n'était pas celui de connaître par cœur et sur le bout des doigts les moindres plantes et les moindres formules. C'était celui d'être capable de s'adapter à toute nouvelle découverte, puis à tout nouveau besoin. Mais cela, la kitsune devrait aussi le découvrir un peu seule. Enseigner les soins, ce n'était pas apprendre à soigner, c'était apprendre à comprendre. Apprendre à savoir, en regardant les yeux d'un patient dont la pupille est jaune, qu'il a un problème de foie, n'était que superficiel. Apprendre en revanche, à déduire de multiples symptômes inconnus, les origines d'une maladie, était de loin le plus important. Les pouvoirs guérisseurs n'étaient qu'une aide, un appui, qui se devaient d'être fortement renforcés par un instinct médical et une grande connaissance personnelle. Visiblement, la femme aux cheveux flamboyants avait donné trop de potion à la Takebe, qui ne s'en portait pour l'instant pas plus mal, mais il ne fallait rien en craindre, le chemin de tout apprentissage était jonché d'erreur et de recommencement. La Druidesse offrit un grand sourire à son apprentie puis s'éclipsa dans un coin pour sortir un carnet à la reliure en cuir, dont certaines pages étaient trempées, d'autre déchirées, mais la grande majorité gribouillées et griffonnées, ainsi qu'assorties de larges schémas.

Lorsque je suis arrivée en Kosaten, je n'avais plus les carnets que j'avais utilisé pour apprendre, mais je n'en avais plus vraiment besoin, à l'époque. Cependant, pour trouver quelque chose qui peut s'apparenter à des repères, j'ai refait un grand nombre de mes schémas ici, ainsi que certains de plantes qui sont exclusives à cet endroit. Il y a aussi beaucoup de mes notes ; des difficultés que j'ai éprouvé à les utiliser, des utilité que j'ai découvert au fil de mes expériences, des recettes que j'ai élaborée … Pour la grande majorité, je n'en ai plus besoin, et pour le reste, je les ai déjà recopiée dans un livre un peu plus propre. Je sais que c'est un peu brouillon, et pas forcément parfait, mais ça pourra te servir de base. Il te reste quelques pages blanches si tu veux y ajouter tes propres trouvailles, mais à terme, essaye de construire le tien. Je ne sais pas ce que ça a de si efficace, c'est loin d'être magique, mais savoir qu'on porte toutes ses notes sur soit, ça rassure souvent, enfin c'est mon avis personnel.

Elle tendait le petit objet qui avait bien vécus (pas loin de trois ans maintenant) avec un sourire sincère, même si ce n'était pas sans l'ombre d'un serrement. Elle se souvenait encore du moment (anodin à l'époque) où elle l'avait acheté, puis de la première plante qu'elle y avait dessinée, rien d'exceptionnel, un pissenlit pour ainsi dire. Mais cela l'avait détendus. Les croquis étaient imparfaits et ses traits hésitants (elle n'était pas dessinatrice), mais ils représentaient ce qu'ils devaient montrer, et c'était là l'essentiel. Aurait elle eut le temps qu'elle aurait été de celles qui se seraient lancées dans la rédaction d'un ouvrage conséquent sur l'herboristerie de Kosaten … Ce n'était d'ailleurs pas un projet si idiot que ça. Elle se retourna ensuite vers sa future patiente.

Désolé de t'avoir assommée de tout ça, ce n'est sans doute pas ta tasse de thé ! Ce n'était pas une passion pour moi au début non plus, ça l'est devenus quand je me suis rendue compte du miracle que nous avez offert Gaea en plaçant tous les remèdes à ses maux juste sous nos pieds ! Mais voilà que je m'emporte encore ! Vous voulez que l'on rentre avec les autres ? Que l'on se balade un peu ? N'hésite pas Saori, ce que tu vas vivre ne seras pas facile, tu le sais, alors autant que tu en profites maintenant que tu n'as pas mal à la tête !

Elle rigola un peu, pas trop. Elle n'était pas non plus fan des migraines qui suivaient l'opération, mais elles étaient un mal nécessaire. Quelque chose dans cette situation lui plaisait. Transmettre son savoir … et peut être ses pouvoirs un jour, à quelqu'un d'autre … Donner quelque chose de son monde à elle, à ce monde là, qui était maintenant presqu'autant le sien. Oui, c'était quelque chose de purement bon qui venait de chez elle. Un monde certes naïf, un univers candide, même s'il avait ses tares. Cela ne ferait pas de mal au réservoir de souffrance que se trouvait être Kosaten. Un peu d'innocence pour lutter contre cette douleur.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Sam 8 Avr - 12:44



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Endormie contre Hana

Alycea Kitasu
Debout



Saint présent

Ce fut par un certain sourire que la druidesse apprit la nouvelle quant à l’étourderie qu’avait fait preuve la Kitsune pour les soins de la rousse. Certes, la vie était un chemin d’erreurs et d’efforts, mais quand on savait ce qui avait faillit se passer la première fois… L’on pouvait se demander si de telles erreurs pouvaient vraiment être prises avec autant de légèreté maintenant ? Après tout, la rousse avait manquée de peu de perdre l’entièreté de son esprit, et peut-être de son âme, simplement parce que la Kitsune lui avait donnée la mauvaise potion. En tout cas, elle avait comprit maintenant, vu comment elle avait endurée les contrecoups de l’utilisation abusive de ses pouvoirs… Et il n’y avait pas que les migraines qui avaient été un fléau pour elle.

Mais au final, la lycéenne ne lui en voulait pas, même si cela avait été plus dur et plus douloureux. Tout comme la Nishiie en fait, personne ne lui en tenait rigueur, personne n’avait comme objectif de punir la Kitasu pour ça. Fort heureusement en fait ! Mais la suite que réserva la druidesse, en s’éclipsant quelques instants, pour en sortir un vieux carnet, griffonné de toutes part. L’on pouvait se demander ce qu’il y avait entre les nombreuses pages de ceci, mais ça, elle ne tarda pas à l’expliquer, montrant ainsi toute l’importance qu’il y avait…

Toute l’importance de ce présent…

Car après avoir grandement expliquée ce qu’était ce livre, de toute l’histoire qu’elle avait eu avec… C’était son premier livre, rédigé de sa main, contenant un nombre hallucinant de croquis. Et il ne fallait pas être un génie pour comprendre ce qu’elle voulait en faire… En le tendant à la Kitsune, cette dernière comprit bien rapidement l’immense transfert de savoir qui se faisait ici. Recevoir un ouvrage aussi personnel… De la part d’une telle personne… A vrai dire, n’importe quelle personne aurait surement tentée de refuser, poliment, afin d’éviter que la jeune femme n’ait à se séparer de ceci, mais…

Elle savait bien que celle aux cheveux bouclés était décidée. Elle n’aurait pas le choix, et ce fut en ayant plein d’étoiles dans les yeux et un air profond qu’elle le prit, acceptant ce don venu de la plus grande élue de ce monde, tout en disant :

J’imagine qu’on n’peut pas refuser ça… J’en suis touchée, vraiment, de la confiance qu’vous m’portez… J’en prendrais l’plus grand soin !


Si quelqu’un portait attention sur son visage, l’on pouvait voir une larme couler le long de sa joue. Elle ne savait pas vraiment quoi dire de plus, et… Elle était émue, comme si cela était vraiment toute la place qu’elle désirait depuis toujours, et maintenant qu’elle s’y trouvait, cela ne devenait que plus fantastique encore. Etre confrontées à ses rêves, à ses idéaux, pour s’en fixer de nouveaux, tels étaient les objectifs qu’avait la Kitsune actuellement, et elle garda en main le carnet, pour ne plus le lâcher.

Mais qu’allaient-elles faire après ? Ça, la Nishiie l’ignorait. Il s’agissait d’aller se balader un peu en ville, sans crainte ou peur, ou de directement retourner auprès des autres. Le choix était difficile, car comme elle pouvait le savoir, elle aurait un puissant mal de crane après que sa mémoire se soit rétablie… Mais de l’autre côté… elle retrouverait plus rapidement l’entièreté de sa mémoire. Bon… étant donné qu’elles avaient prévues tout de même de rester à Chikaï une semaine ou deux, elles auraient pleinement le temps de se remettre de leurs émotions, et d’aider la druidesse au besoin. Ce fut donc d’un hochement de tête qu’elle répondit :

Hum… Autant retourner là-bas je pense. Je… Je suis un peu inquiète pour Hana et Yukari en fait… Mais comme nous comptons rester un peu ici, ce n’est que reporté !


Elle termina sa phrase en souriant. En effet, visiter la ville avec la Nishiie semblait enviable, mais actuellement, la lycéenne avait besoin d’être proche de ses amies. Et ce fut pourquoi elle avait décidée de retourner à l’hospice. Par ailleurs, une fois là-bas, le groupe pourrait y retrouver les deux autres dans une bien mignonne position… En effet, l’Isuzu semblait être tout à fait relaxée, les yeux fermés, pendant que l’Akiyama s’était déplacée et endormie contre l’épaule de sa camarade. Deux lycéennes, deux élues, mais qui restaient tout de même encore vulnérables, presque… des enfants…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Dim 9 Avr - 2:28




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers



La jeune femme ne fut pas surprise de l'émotion que la kitsune laissa paraître, à peine, juste un instant. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour commencer à cerner, au moins un peu, cette personnalité. Beaucoup de souffrances avaient jonchée la vie de celle qui avait été considérée comme un monstre, et sans doute que l'humour et le désintérêt n'étaient là que des barrières visant à la protéger des railleries, de la crainte et de la haine. Mais en réalité, si il y avait eu besoin d'ériger ces murs, c'est qu'il y avait bien là dessous quelqu'un de bon, et quelqu'un de sensible. Nul n'as besoin de protection quand il n'y as rien à blesser. La rouquine elle même savait le geste qu'elle faisait, et l'importance que cela avait. Elle n'était pas totalement stupide, mais en même temps, la renarde était l'une des premières à s'intéresser réellement à ce savoir pour les bonnes raisons. Emily, certes, avait voulus un temps suivre son apprentissage, mais ce n'était pas pour les mêmes choses. Peut être qu'elle voyait en la, certes très différente, Kitasu, une future successeur, lorsqu'elle même ne pourrait plus accomplir son devoir. Cette simple larme qui roulait, voulait dire tant de choses. Elle avait dû attendre si longtemps que quelqu'un lui accorde sa confiance … Cela avait dû être si dur de ne jamais avoir personne qui placerait sa foi en elle. Mais maintenant, bien des gens comptaient sur sa présence. Sur qui elle était. Sur ce qu'elle faisait. Un lourd poids, mais le plus beau des fardeaux.

Saori prit la décision de retourner auprès de ses amies au bout de quelques secondes de réflexion, décision peut être sage, mais qui était plutôt égale à la guérisseuse qui accepta en hochant brièvement la tête. Elle plaça les deux fioles sur l'établi alchimique, avec un petit mot à côté, au cas où l'immortel reviendrait, pour qu'il ne les mette pas en boutique. Elles seraient toujours là lorsque le groupe reviendrait pour le soin final. Puis elles se mirent en route, de nouveau dans les rues bondées de Chikai, alors que la soirée commençait doucement à s’entamer. Le soleil ne tapait plus aussi vivement sur les crânes, et quelques personnes âgées sortaient, tandis que les enfants libérés de l'école se ruaient dans les rues en riant à gorge déployée. Un groupe de bambins les bouscula en criant, se fichant complètement de qui c'était. Elus de la nation , dirigeant ou mendiant, qu'en avait à faire les enfants ? Vite arrivés au bâtiment en bois qui signalait l'entrée du centre de soin, elles s'y engouffrèrent et purent tout de suite rejoindre la salle à l'arrière où les attendaient un spectacle attendrissant. Les deux jeunes filles semblaient dormir, l'une contre l'autre, en proie à la plus grande des détentes. Il n'y avait sans doute pas lieu de s'inquiéter, elles étaient toutes les deux parfaitement bien. Et peut être même devait on craindre de les déranger.

Posant son index sur sa bouche pour faire signe de silence, l'archère se glissa dans la pièce, aussitôt suivie des des animaux qui observaient les endormies d'un air curieux. Es ce qu'elle les avait réveillé ? Es ce que l'une d'elle avait ouvert les yeux ? L'élue de Seika ne chercha pas à le savoir avant de réquisitionner un des fauteuils pour s'y asseoir et de saisir un des traités de médecine posé sur le côté. Oui, il fallait dire que tout avait été réunis ici pour permettre aux employés de piquer un somme, vus l'intitulé de ces ouvrages. Certains cependant avaient dû être laissés là par des patients exceptionnels, comme par exemple un roman au titre aguicheur. «L'ami de la wyverne » dont la couverture artistiquement recopiée représentait un petit garçon tendant sa main vers un de ces dragons légèrement plus petits et aux deux pattes antérieures transformées en sublimes ailes. Celui ci avait dû avoir du succès s'il avait une couverture, bien peu (pour ainsi dire quasiment aucun) de livres ne disposaient de telles décorations tant la recopie en était longue. Il s'agissait souvent des apprentis prêtres qui s'occupaient de ce travail, mais Aki avait entendus parler d'un ordre de copistes qui s'étaient lancés à corps perdus dans ce travail, honorable décision, bien qu'harassante très probablement.

Une nouvelle fois, une idée frôla brièvement l'esprit de l'herboriste … Et si elle même se lançait dans la rédaction d'un pareil ouvrage ? Elle pourrait avoir tellement de choses à dire qui seraient utile à tellement de gens … Oui ce serait tellement bien … Mais en avait elle le temps ? Une petite voix qu'elle avait souvent entendue de la part de Shi résonna dans sa tête. « On ne manque jamais de temps, on manque juste de la volonté pour en trouver », ce qui la fit sourire. Avait elle aimé Shi ? Sans doute pas. Elle l'avait respecté, pour sa puissance, son aptitude au combat, et son savoir incroyable. Il avait été digne d'être son maître. Pas digne d'amour. Aurait elle, elle, pus transmettre la discipline rigide et cruelle du druidisme sans autant de froideur et de manque d'émotions ? Probablement pas. Car le Druide n'existait pas. Le Druide était le prolongement de la volonté de Gaea. Le Druide ne devait pas attendre d'affection, le Druide se contentait de celle de la Terre Mère. Mais loin de la Grande Matriarche, que devait elle transmettre de cela ? Qu'est ce qu'elle devait retenir de cet enseignement dépossédé de son sens ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Dim 9 Avr - 13:01



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Contre Saori

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Debout devant Aki

Alycea Kitasu
Assise



La miraculée

Ce fut avec un grand sourire que les anglers revinrent dans l’arrière salle de l’hospice, où elles avaient laissées tantôt leurs camarades. Voir les deux demoiselles ainsi endormies avait quelque chose d’assez comique, mais aussi de très attendrissant. La kitsune en sourit un peu, avant de s’installer sur un fauteuil, et de commencer à feuilleter rapidement le carnet qu’elle avait reçue. Qu’est-ce qu’il y avait comme notes griffonnées, comme informations… Elle s’en retrouvait éblouie, si bien qu’elle se tapota un peu les joues, avant de se concentrer d’une manière assidue sur une plante qu’elle avait probablement déjà rencontrée, il y a de ça bien longtemps.

Après tout, lorsqu’on vadrouille à travers le monde, l’on pouvait véritablement trouver de tout, surtout que pendant sa longue vie, elle avait put tout voir. Des actes les plus bons, les plus pieux… à la pure cruauté. Elle n’avait pas été là lorsque les tankistes avaient rencontré celui qui avait été responsable de bien des maux, mais elle avait vu Handa… Elle avait vu plein d’événements. La destruction de paisibles hameaux, la mutilation d’innocents… Il n’était pas bon d’être un habitant de Kosaten, malheureusement, surtout dans les territoires neutres.

Comme s’ils n’avaient pas assez de problèmes, les humains avaient cette fâcheuse tendance à se combattre, à assouvir de la pire manière leurs pulsions belliqueuses… Et après tout, les Anglers et la Nishiie n’étaient pas exempte de ce défaut, puisqu’elles participaient elles aussi à ce conflit qui déchirait le monde… Mais en acceptant une part d’humanité, la Kitsune ne risquait-elle pas aussi de commencer à combattre les siens ? C’était une autre histoire, qui trouverait peut-être un jour une réponse. Un jour…

Mais pendant ce temps, alors que tout le monde s’occupait tranquillement par l’intermédiaire de bons romans et autres lectures, ce fut quelques gigotements faits par l’Akiyama qui purent obtenir un peu d’attention. Si elle dormait, elle était clairement en train de rêver… Ses mains bougeaient un petit peu, à la manière d’un enfant. Etait-ce un cauchemar ? Etait-ce un doux rêve ? Personne ne pouvait le savoir malheureusement, si ce n’était elle. Mais en plus de quelques gestes imprécis, quelques petits bruits ponctuaient ceci… Si quelqu’un tendait l’oreille, il pourrait très clairement entendre que des sons venant de sa voix. Des sons à l’allure de roc, des sons bruts qui avaient perdus toute féminité… Mais tout de même quelques sons… Comme si elle avait le plus grand chat du monde dans la gorge…

Un chat du même acabit que Garfield, au moins (Ou celui d’Emily, mais c’est un détail).

Puis d’un coup, son corps bascula de l’autre côté, et elle se réveilla un peu en sursaut, un peu surprise. Elle regardait les alentours, l’air paniquée, avant de voir qu’elle était un peu le centre de l’attention. Même l’Isuzu, qui se reposait, avait ouvert un œil dans sa direction, pour voir ce qui agitait sa camarade… Mais cette dernière se calma rapidement lorsqu’elle vit que ce qu’elle avait fait n’était que le fruit de son imagination. Elle souffla un coup, calmant ses nerfs rapidement…

Mais ce souffle lui donna une nouvelle détermination. Se levant rapidement, les poings serrés, elle s’approcha de la druidesse, avant de fermer les yeux devant elle, et de commencer un effort ultime, à utiliser sa voix pour parler, pour émettre des sons… Ce n’était pas une chose facile, ça tout le monde le savait, et il aurait sans aucun doute été préférable d’attendre plus longtemps mais elle réussi à prouver que l’opération s’était bien déroulée, en prononçant deux syllabes bien distinctes…

A… A…Ki…


Impresionnée, ça la foule pouvait l’être ! Sitôt qu’elle eu prononcée ceci, elle se tourna vers ses amies, un sourire aux lèvres. Cela avait fonctionné. Bon, sa voix était loin d’être parfaite à cause du manque de pratique de ses cordes vocales… Mais elle venait de le faire… Elle venait de parler ! Saori se leva immédiatement, et courut pour prendre dans ses bras son amie, pleurant presque de voir que cela voyait sa fin… Que bientôt… Tout pourrait enfin être comme avant… Qu’elles auraient vaincues… Ceci…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Dim 9 Avr - 23:58




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers






Alors que tout le monde était plongé dans sa lecture, des mouvements et une voix sortirent l’assemblée de sa torpeur. Une voix rauque. Déshumanisée. Des gémissements plus que des mots… pour l’instant. Tout le monde était en haleine … Es ce que … Es ce que ? Es ce que l’espérance était à ce point permise ? La rouquine se mordit la lèvre inférieure pour ne pas crier victoire trop tôt, les yeux brillants alors que Yukari se relevait. Si elle avait déjà soigné ses deux patientes de la journée, pour l’instant aucun résultat notable n’avait pus être observé. Alors peut être que … La plus innocente d’apparence du groupe se dirigea jusqu’à la Druidesse, visiblement décidée à montrer ses progrès dès maintenant. Elle prit sa respiration, suffisamment fort, puis parla. Des lettres, des sons difficilement articulés, trébuchants, comme si sa voix allait casser à tout instant. Mais un mot, un seul, le nom de la guérisseuse. Celle ci porta la main à son visage, se retenant de toutes ses forces. Ah qu’il était difficile de porter un coeur sensible. Ah qu’il était lourd à porter dans sa poitrine cet organe qui s’emballait pour un rien. Se mordant presque jusqu’au sang, l’archère allait même jusqu’à enfoncer légèrement ses ongles dans sa peau. Encore ? Elle n’allait pas encore pleurer ? Ce n’était pas possible, cela arrivait définitivement trop souvent. L’étreinte entre les deux amies lui donna l’occasion de se détourner pour essuyer ses yeux humides et retrouver une certaine contenance. La voix toujours tremblante (décidément, qu’elle n’était pas douée), elle essaya cependant de cacher son émotion.

Bravo. Félicitations. Je suis … vraiment heureuse pour toi.

Elle ne pouvait pas en dire plus sans sentir sa gorge se serrer. On pouvait se relever, oui on pouvait se relever, même après ça. On pouvait se relever même de la pire atrocité que Kosaten avait engendré. Ah. C’était comme sentir encore son coeur se déchirer dans tous les sens. Oh oui elle était forte. Physiquement. Oh oui elle en avait des beaux pouvoirs, des grands et forts pouvoirs. Mais qu’elle était faible. Tout au fond. Si faible. Si fragile. Bouleversée par tout. Et surtout par n’importe quoi. Et son estomac qui se tordait dans tous les sens, et son coeur qui bondissait de joie. Tout le monde ne peut pas être un héros de shonen. Aki n’était pas l'héroïne de son histoire. Elle ne l’avait jamais été. Elle n’avait jamais désiré l’être. A quoi bon ? Elle n’était que la factice jeune fille qui essayait tant bien que mal de faire avec une magie trop grande pour elle. Mais là, juste quelques instants, quelques secondes, elle savait qu’elle était l’héroïne de quelque chose. De quelques vies. De quelques guérisons miracles là où on pensait qu’il n’y aurait plus d’espoir. Cette héroïne là, oui, celle là, elle avait toujours voulus l’être, et chaque fois qu’elle pouvait tirer in extremis quelqu’un des griffes de la mort ou d’un terrible handicap … Chaque fois. Elle se sentait exister. Exister de nouveau.

Huh … Pardon.

Quelques larmes passèrent à travers ses doigts. Exister. Elle n’était pas rien. Les Druides n’étaient pas rien. Les Druides étaient tout. Chaque vie qu’ils avaient sauvés. Chaque existence sortie de l’obscurité. Les Druides étaient chaque sourire qu’ils avaient permis d’exister. A eux tous. Une unicité. Un être complet. La bénédiction de Gaea. Fragment de ce don, elle ne pouvait que commencer à comprendre l’étendue de ce qu’on lui avait transmis. Le pouvoir de soigner. Le pouvoir de guérir, le corps et l’âme. Elle regarda Alycea. Lui prit la main, comme elle l’aurait fait avec une amie très proche. Parce qu’elles étaient à présent liée par cette chose si précieuse. Ce pouvoir. Cette envie. Ces sourires.

Bienvenue, dit elle.

Et elle pleura.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Lun 10 Avr - 18:18



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Contre Aki

Alycea Kitasu
Assise



Le don de parole

Elle… Elle l’avait fait. Elle avait parlée. Habituellement, ce n’était pas un exploit, et l’on ne félicitait que les plus jeunes enfants d’avoir réussi leurs premiers mots. Maman, Papa, Tata, tels étaient parmi les mots les plus répandus pour les bambins. Lequel était le plus populaire pour les basses couches ? Ça, personne ne pouvait vraiment le dire, même si certains s’avançaient sans vraiment montrer de preuve. Les prêtres argumentaient comme quoi les enfants de Seika prononçait Fenghuang en premier mot… Sans aucune preuve, bien évidement, mais il cela faisait un beau portrait pour les habitants de se savoir soutenus depuis le plus jeune âge de ceux qui représentaient le futur.

Pour l’Akiyama, l’on pouvait se demander en connaissant sa débordante passion si ses premiers mots n’avaient pas été panzer ou tank… Peut-être même blitzkrieg, mais après, c’était un autre débat, et seuls les parents de la jeune fille, qui tenaient un salon de coiffure sur Oarai, pouvaient y répondre. Les deux lui manquaient tout de même, beaucoup… Si… Juste une fois… Elle pouvait les revoir, leur parler… Mais elle n’avait pas eu cette possibilité, et probablement ne l’aurait-elle jamais… Dans tous les cas, le sourire qu’elle affichait actuellement en retrouvant cette capacité, valait bien des choses…

Mais en tout cas, la druidesse, qui l’avait soignée… Semblait en être émue. Comme une mère qui voyait son enfant s’épanouir, comme la gardienne qu’elle était qui voyait ses protégées redevenir ce qu’elles étaient…  Les lycéennes ne l’avait pas remarquées tout de suite à vrai dire, elle réussissait à se dissimuler un peu derrière le fait que c’était Yukari qui était à la lumière des projecteurs. Mais pas aux yeux de la Kitsune, qui elle aussi était restée un peu plus en retrait. Elle observait. Certes, elle était heureuse de voir que la jeune fille avait retrouvée la parole, elle partageait cette joie, mais en même temps, elle n’avait pas doutée des compétences de sa sensei ! En tout cas, elle pouvait voir toute l’émotion qu’il y avait sur ses traits, mais en aucun cas elle ne s’en moqua…

Chacun avait sa sensibilité, chacun avait ses forces et ses faiblesses. L’Akiyama débordait de joie. Si elle l’aurait put, elle aurait criée de libération… Et de l’autre coté, il y avait la Takebe, collée contre elle, en larme, exultante de bonheur… Et l’Isuzu, qui ne tentait même plus de cacher ses émotions. Elle pleurait elle aussi, juste en ayant amenée sa main devant sa bouche. Elle restait droite, mais les pleurs qui tombaient silencieusement sur ses joues indiquaient à quel point elle en était touchée… Et cela ne fit que décupler lorsque la jeune fille retenta l’expérience, nommant tour à tour en se tournant vers elles :

Saori… Hana… Aly…Cea…


Et pendant ce petit laps de temps… La druidesse était en train d’être débordée par l’émotion, prenant la main de la Kitsune avant de lui murmurer un mot. Bienvenue… Si la concernée ne comprit pas immédiatement ce que cela voulut dire, ce fut après un petit laps de temps que ce que voulut dire la dire la druidesse fut appréhender. Oui… Bienvenue… Dans la médecine, de ce qui serait ses meilleurs moments… Tout comme il y aurait d’autres larmes, pour les pires. Bienvenue dans ce rôle de ceux qui s’effaçaient pour permettre les plus grands miracles, qui permettaient aux plus grands héros et héroïnes du quotidien de faire face à de nouvelles épreuves.

Mais alors qu’elle était en proie à ses larmes, Yukari vint prendre la Nishiie dans ses bras, lui offrant une étreinte chaleureuse. Elle… Elle débordait tant d’émotions, de remerciements, que… Qu’elle cherchait un moyen de lui montrer sans forcément commencer de grands débats qu’elle ne pourrait faire à cause de sa voix trop jeune. Un câlin, suivit d’un petit mot, glissé à son oreille :

Mer… Merci...


Elle était heureuse, trop heureuse pour penser à la gène, trop heureuse pour penser à autre chose que ce à quoi elle venait de retrouver… Ce petit instant de joie au milieu de ces nombreuses difficultés… Si seulement la vie en était plus remplie, si seulement elles pouvaient trouver le bonheur au milieu de Kosaten…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 11 Avr - 0:21




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers




Interrompue par Yukari qui la remerciait, la rouquine ne put qu’essayer de sécher ses larmes au mieux pour la prendre dans ses bras également. Elle ne pouvait rien répondre à ce merci. Elle aurait pus se défiler, comme toujours, dire “de rien” et puis “c’est normal” et puis “je sais bien que tu aurais fait la même chose pour moi dans le cas inverse” ou encore “c’est mon devoir”, “c’est pour ça que je suis qui je suis” bref, elle aurait pus dire pleins de choses. Mais à la place elle se tut pour serrer contre elle le corps frêle de celle qui venait de retrouver la parole. Puis leva les yeux vers celle qui retrouverait bientôt sa mémoire. Chercha à atrapper son regard. Quelle serait leur décision ? Peut être en profiter encore, encore un peu, avant de revenir aux épreuves difficiles et douloureuses. Pendant encore une longue demi-heure, la guérisseuse resta avec les jeunes filles dans la salle à l’arrière du centre de soin, les écoutant parler (principalement l’ancienne muette lorsque celle ci prenait la parole), et renchérissant souvent sur quelques anecdotes en rapport. Se perdant parfois à penser à Orina, qui lui manquait terriblement, la liant à tout ce qu’elle entendait. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé … Oui, sans doute, et tout était tellement dépeuplé, que la soigneuse se prenait à voir sa fille partout, dans chaque visage, dans chaque parole. Elle s’attendait presque à l’entendre bégayer. Mais heureusement il y avait cet espoir, cet espoir qu’on lui avait donné.

Une fois de longues minutes passées, et le soir définitivement détenteur des rues, l’herboriste décida qu’il était temps de passer à autre chose. Pour que tout le mal et le bien soit effectué dès aujourd’hui. Pour que le lendemain n’existe plus que pour profiter. Elle se releva de nouveau et lança un coup d’oeil à l’extérieur. Sombre et voluptueuse, la nuit avec enfermé dans ses serres de velours la ville entière. La bâtisse elle même commençait à devenir plus silencieuse. Les patients s’endormaient, la majorité des médecins rentraient chez eux, ne restaient que ceux de garde qui s’étaient tous mis sur une chaise, un livre dans la main, respectant le sommeil de chacun. Le vampire devait être rentré au manoir, et peut être se demandait il où se trouvait sa fiancé. Soucieuse de ne pas l’inquiéter elle envoya au travers de la bague qu’elle portait au doigt de nombreuses ondes apaisantes, censée sous entendre que tout était normal.

Que diriez vous de régler le dernier de vos soucis ce soir ? Les potions sont prêtes et cela ne prendra pas plus d’une bonne heure. Une bonne heure pour tout terminer, et être de nouveau libre ! Je ne me sens personnellement plus très fatiguée, et si toutefois Saori s’en sent la forme, nous pouvons y aller dès maintenant.

Elle attendit l’approbation de la petite équipe avant de se lancer de nouveau dans les couloirs. Cette fois, le secrétariat était vide, mais ce n’était guère important. Obliquant dans les ruelles, l’archère fut heureuse de sentir l’air frais. Il fallait dire que l’empire du phénix avait tendance à accabler ses sujets sous la chaleur, et que la moindre brise était toujours la bienvenue. La boutique était, bien entendue, fermée et cadenassée. Y faisant pénétrer ses invitées, la jeune amie des animaux les guida une nouvelle fois jusqu’à la cave où elle traça à la craie le même cercle que la dernière fois. Puis elle tendit la potion bleuté à la rousse avant de boire la sienne d’une traite. Doucement, un mal de tête connus commença à poindre. Légèrement tremblante, elle se rendit compte qu’elle avait surdosé son élixir. Il fallait qu’elle soit plus prudente si elle ne voulait pas faire plus de mal que nécessaire à l’amnésique.

Prête ?
Spoiler:
 




Dernière édition par Aki Nishiie le Mer 12 Avr - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 12 Avr - 12:20



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Debout

Isuzu Hana
Assise

Akiyama Yukari
Assise

Alycea Kitasu
Assise



Le don de parole

Cela avait beau être une voix disharmonieuse, tout le monde l’écoutait avec la plus grande attention, comme si elle apportait une sainte parole. La prophétesse du panzer, aussi nommée l’Akiyama, racontait d’une manière simple toutes les sensations et les difficultés qu’elle avait eues pour communiquer sans l’usage de sa voix. Bien évidement, elle et l’Isuzu s’étaient débrouillées pour réussir à communiquer par l’intermédiaire de quelques signes de mains, mais c’était d’une manière personnelle. Il n’existait aucun guide, aucun volume pour ce langage. Du bricolage, encore et toujours… Mais surtout, elle ne cessait de rappeler à quel point elle était heureuse…

Après tout, l’on pouvait presque parler d’un cas de résurrection pour les deux qui avaient survécues. Aussi bas qu’elles avaient put tomber en suivant l’Ouroboros, en tournant le dos aux personnes qui les aidaient… Trois événements majeurs avaient changé lentement ces jeunes sectaires en ce qu’elles devaient être, des jeunes filles heureuses et épanouies… L’un par l’intermédiaire de la shinobi nommée Namikaze, où elles avaient réellement commencée à mettre en doute les revendications de l’Ouroboros, le second lorsqu’elles avaient retrouvées toutes leurs camarades en vie, et la dernière… Se faisait actuellement, en compagnie de la druidesse…

Mais pendant ce laps de temps, l’Isuzu avait aussi été prise de ce même grain de folie qui avait dominée son amie. Elle se tenta à bouger un peu sa jambe, à faire quelques petits mouvements avec son genou, avant de, sous un silence global, réussir à se lever sans défaillir. Plus rien, si ce n’était quelques marques dans le creux de son articulation, ne semblait indiquer ce qu’elle avait subit. S’exerçant à faire quelques pas, elle afficha une mine remarquablement sérieuse en faisant ceci, se concentrant comme-si c’était quelque chose d’impossible avant d’afficher un grand sourire, en se tournant vers la druidesse, pour la remercier :

Je… Je crois que ma jambe est guérie… Merci Aki… Merci pour tout…


Et elle ne put s’empêcher de verser quelques larmes. Elle qui avait doutée de la bonne foi de la druidesse, qui l’avait détestée pour d’obscure raison se trouvait terriblement idiote… Tout cela faisait qu’elle n’arrivait plus à conserver correctement ses émotions, et se laissait débordée par tout ceci. Les sentiments étaient de bien puissants tyrans, et même toute la raison ne pouvait supplanter ce déferlement de larmes qu’elle tentait vainement de retenir. La voir pleurer était tout de même une chose assez rare, puisqu’elle était, bien souvent, celle qui restait la plus… Modérée, celle qui se forçait à retenir un peu plus ses émotions dans ces circonstances exceptionnelles qui, pourtant, commençaient à devenir le quotidien des lycéennes… La vie sur Kosaten…

Mais elle fut rattrapée par la Takebe et l’Akiyama, qui prirent la jeune fille dans leurs bras. Elles étaient ensemble, elles avaient tout affrontées… Elles étaient unies, dans les joies, dans les peines, personne n’était laissée derrière. Et une fois que ce passage en émotion fut derrière eux, et qu’Hana avait un sourire ineffaçable sur son visage, ce fut bel et bien l’heure de s’occuper de la mémoire de Saori, qui hocha la tête à la proposition d’Aki. Cette journée aura été riche en émotion et en difficultés, mais bientôt, tout ça serait fini, tout serait derrière elles.

Arrivant dans la luguuuuubre boutique du vampire, qui par ailleurs avait fermé, le groupe s’y enfonça sans aucun problème néanmoins, et tout le monde s’y enfonça. Les non concernées par l’expérience s’assirent dans un coin, là où une homonculus dormait autrefois (l’on trouvait encore le sac de couchage, qui ne servait plus beaucoup pour tout dire), tandis que la Takebe se mettait au centre de la pièce, en engloutissant d’un trait la potion, avant d’hocher la tête. Elle était prête à cet événement majeur, elle y était résolue. C’était maintenant… Ou jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1208
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
15/24  (15/24)
avatar
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mer 12 Avr - 23:36




Consultation sans ordonnance



feat.Anglers




Tout se réglait petit à petit puisque c’était maintenant la patte folle qui se calmait, et Hana qui pouvait remarcher. De nouveau les larmes, et les embrassades, de nouveau un beau moment, que n’importe quel être venus de l’extérieur ne pouvait comprendre sans savoir par quoi ces jeunes filles étaient toutes passées. Aucune d’entre elle n’avait eu la vie facile, et cela c’était bien empiré depuis l’intervention du colosse de Fuyu. Hors maintenant tout se réglait, petit à petit, et c’était une joie, une libération, un soulagement. Mais il fallait continuer d’avancer, encore et encore, et c’est dans cette optique que le petit groupe retourna de nouveau à la boutique. Cette fois c’était pour de bon et une fois que la rousse eut également ingurgité sa potion, la guérisseuse s’empressa de la placer à l’endroit correct sur le cercle. La substance trop forte la faisait trembler, et elle se tourna vers Alycea pour lui chuchoter un mot ou deux.

Si Saori se met à avoir trop mal, sépare nous, n’hésite pas une seule seconde, d’accord ? Je te laisse juge du moment où cela pourrait commencer à devenir dangereux pour elle.

Puis elle se remit en place et posa une main sur l’épaule de sa patiente, l’autre sur son front, posant le sien sur le dos de cette main. Le contact se fit immédiatement, avec violence. Au lieu de la délicate caresse qui signifiait l’apprivoisement entre eux, leurs esprits rentrèrent en confrontation. Rouge. La guérisseuse ne voyait plus que rouge. Elle se débattit quelques instants contre sa propre puissance, alors que le sceau sur son nombril brûlait, et reprit le contrôle au prix de difficultés qui lui donnèrent un affreux goût de sang dans la bouche. Ce qu’il était advenus de Saori ? Normalement, la jeune fille devait ne pas avoir saisis la différence si ce n’était que le choc initial avait été plus rapide que les autres fois, car l’amie des animaux avait rattrapé sa conscience avant que celle ci ne s’insinue trop loin. Puis recommença la longue quête qui l'emmena plus avant dans les souvenirs de la lycéenne, de plus en plus loin … De nombreuses barrières échouées jonchaient son chemin, des souvenirs recouvrés il y avait de cela peu longtemps, et que le cerveau ne savait pas trop encore assimiler, qui reviendraient avec le temps, puis la barrière finale. Ce qu’il y avait derrière ? Le reste. Les détails peut être, ou alors le plus important, impossible de le savoir.

Doucement, comme toujours, la soigneuse prit l’esprit de sa patiente par la main et le guida jusqu’à ce mur, l’aida à le franchir, avec délicatesse et le temps nécessaire. Mais quelle douleur dans son crâne ! Elle sentait ses mains vibrer, et sa boîte frontale se déchirer un peu plus à chaque seconde qui passait. Mais peu importait ce qui ressentait, tant que la kitsune ne les avait pas séparées, c’est qu’elle estimait que la douce substitut de mère de l’équipage n’était pas en danger. Finalement, poussée par son apprenti, ou d’elle même s’il n’y avait pas eu de complications, elle se détacha de la jeune fille pour se maintenir difficilement debout en essayant de ne pas trop montrer la douleur qu’elle ressentait. Stupide et ancrée dans ses convictions, elle qui se croyait forte avait surdosée, et voilà qu’elle en payait le prix.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   Mar 25 Avr - 21:17



Consultation sans ordonnance
feat. Aki Nishiie



Takebe Saori
Dans le coma

Isuzu Hana
Aide Aki

Akiyama Yukari
Aide Aki

Alycea Kitasu
Soutient Saori



Premiers secours

Certes, tout était en train de se régler, et le chapitre final de cette sombre histoire connaissait ses dernières lignes, mais bien évidement, il ne fallait pas négliger les derniers détails. La Kitsune pouvait savoir comment cette opération pouvait très facilement dégénérer, et même si elle faisait pleinement confiance à sa sensei, elle n’en restait pas moins vigilante, comme le lui avait spécialement demandée la druidesse. Si les choses se passaient mal, elle agirait immédiatement, sans prendre de gants. S’il fallait distribuer des claques, elle le ferait sans une once d’hésitation !

Bien évidement, l’idée de devoir séparer avec violence les deux n’était pas une chose qui l’enchantait, mais mieux valait un choc que de graves conséquences dangereuses. Se maintenant à portée, elle donna finalement un hochement de sa tête pour dire qu’elle était prête à intervenir. C’était maintenant qu’elle devenait presque spectatrice, car maintenant, c’était à la Nishiie et à Saori de faire ce qu’il y avait à faire, quand bien même le rôle la lycéenne était assez mineur. Mais elle subissait elle aussi les contrecoups de cette délicate opération. Et ce fut maintenant que les choses se faisaient.

Une lumière s’émettait de la main, alors que l’on sentait complètement une onde de choc partir, tandis que la lycéenne était totalement oppressée face à la puissance qui déferlait. Si psychiquement, aucune différence n’était ressentie dans son esprit, physiquement elle était tendue, raide, compressée par l’immensité du pouvoir de son ainée, qui se rattrapa petit à petit, et devint plus harmonieux. Juste le départ avait été plus brutal, tandis que l’arrivée était plus douce, plus maîtrisée. Au final, les deux se séparèrent, la liaison ayant été terminée, mais prise d’une douleur qui l’avait crispée tout du long, la jeune fille tourna de l’œil, et serait tombée sur le sol si la Kitsune ne l’avait pas immédiatement rattrapée et amortie, en vérifiant rapidement ses signes vitaux. Elle allait bien, c’était ce qu’elle pouvait constater, mais le choc avait fait qu’elle avait perdue connaissance.

Quand à la druidesse, cette dernière semblait être elle aussi bien sonnée, mais le fait de la voir tout de même faire quelques pas semblaient indiquer qu’elle était tout de même en état, bien qu’elle semblait témoigner d’une grande douleur, et ce sous les yeux des lycéennes qui, en voyant la scène, étaient paniqués. Si l’Akiyama se leva immédiatement pour soutenir un peu la Nishiie, l’Isuzu tenta de faire de même, mais fut rattrapée par une douleur. Il fallait qu’elle se ménage, il le fallait. Néanmoins, ce ne fut que temporaire, et elle rejoignit peu après la druidesse, pour l’aider à tenir plus fermement sur ses jambes. Mais toutes étaient dans l’expectative, à savoir… Est-ce que la Takebe… Allait bien ? Avait-elle retrouvée la mémoire ? Probablement que oui, mais personne ne pouvait en avoir la certitude. Tant qu’elle était dans les pommes, l’angoisse resterait, serait omniprésente…

Et s’il y avait une chose… La moindre petite chose qu’elles pourraient faire pour aider la druidesse, elles le ferraient, sans tarder !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Consultation sans ordonnance   

Revenir en haut Aller en bas
Consultation sans ordonnance
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Consultation sans rendez-vous ? [Bucky]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.