Partagez | .
Les amis, c'est cool.
Messages : 112
Yens : 110
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Les amis, c'est cool.   Dim 26 Mar - 12:32

-Motivation... ?-

C’était un nouveau départ pour Four.

Enfin, ceci était peut-être de biens grands mots, surtout connaissant la scientifique. Disons que depuis sa rencontre avec sa nouvelle copine Geleerde, elle avait ouvert les yeux sur certains points de son existence. Le tourment interne était toujours présent mais au lieu de se voiler les yeux, l’hybride avait décidé d’avancé, même si c’était à petit pas, même si ses petits pas n’étaient pas assez pour surpasser sa mortalité. Même si ce n’est pas suffisant, elle avancerait jusqu’à la fin, sinon, autant mourir en cet instant.

Un bien beau discours, n’est-il pas ? Cependant, c’était bien beau de se le dire mais il fallait désormais le faire. Que désirait Four, désormais ? Rentrer chez elle. Retrouver son copain, ses filles … Mais ceci ne semblant pas une option très probable, quel serait la deuxième option ? Sa route était toute tracée à vrai dire. Ce monde, terrifiant et magique, regorgeait de croyance, de mystère et de puissante source de magie. Voila les informations qu’elle avait recueillit aux archives de Chikai. Vague mais assez détaillé pour lui donner de l’espoir. Ou un semblant d’espoir en tout cas.

Ce que lui avait dit Urumi était peut-être véridique alors ? Peut-être allait-elle pouvoir trouver ce fameux artefact réputé pour donner la vie éternelle … Bien qu’en toute franchise, l’éternité allait sembler être bien longue mais cela valait mieux que la petite année qu’elle avait à vivre, plus ou moins. Peut-être qu’en une éternité, elle trouverait un moyen de revenir chez elle, en supposant que le temps s’était stoppé chez elle. Mais ça, c’était un travail de scientifique que de faire moult théorie sans queue ni tête. De plus, Peut-être pourrait-elle partager ce pouvoir avec la chevalière de Fuyu qui partageait, en quelque sorte, son sort ? Tant d’espoir …

Et pourtant, la voila, toujours aussi molle et fatiguée. L’araignée restait ce qu’elle était malgré tout. Elle marchait et se trainait le long des marches menant au trône de Karui, dans son beau palais impérial, un bouquin sous l’un de ses nombreux bras. Elle pouvait y entrer et voyager librement contrairement à la plupart, pour la simple raison qu’elle était la forgeronne royale … Enfin … C’est un titre qu’elle s’était donné elle-même. Elle n’était ni forgeronne ni d’un quelconque caractère royal. Le fait est que, simplement, en vu de cette guerre, on lui avait permit de collaboré avec les forgerons de Chikai et tout Seika d’ailleurs pour créer de quoi gagner cette guerre.

Ce que l’on attendant d’elle n’était pas forcement de faire de meilleurs épées mais bien de trouver des manières innovantes de terrasser l’ennemi. Comme quoi … Même en ce monde, Four était marchande d’arme à mi-temps. Cela n’arrangeait pas son Karma mais cette fois, au moins, elle allait créer ce qu’il fallait pour défendre le peuple et non pas pour le terroriser. Mais un peu plus … Roublarde que cela, Four se dirigeait vers l’empereur pour demander renseignement sur un ouvrage qu’elle avait trouvé. Un ouvrage qui parlait d’un de ses fameux artefacts. Avec un peu d’astuce et d’innocence dans la voix, peut-être pourrait-elle faire passer cette recherche pour une recherche … dédié à la forge ? Et non pour son intérêt personnel. Seulement, en haut de ses escaliers, Four du finir les dernières marches en posant les mains au sol.

« Je … Ah … Put-…naise… Mais … Il l’a construit … sur une montagne … son palais ou … quoi ? »

La scientifique regarda par-dessus son épaule pour voir ce nombre de marche hallucinant. Sans aucun doute, seuls les plus grands guerriers de tout Kosaten pouvaient espérer réussir un tel défit que de gravir cet escalier. Elle pouvait même sentir le changement de température et de pression depuis le bas jusqu’au sommet.

Décidément, vingt marches à gravir. Ils sont fou, ses Seikajin.

Et donc, après cet exploit de demi-dieu, Four se traina, essoufflée, sous le regard des gardes en bas de l’escalier qui avaient assisté à toute la scène avec consternation. Elle finit par se laisser tomber sur les fesses, dos contre l’un des piliers qui décrivait le cadre de la lourde porte menant à la salle du trône. Elle était en transe, respirait profondément, tenant son livre contre elle alors que les deux autres mains s’agrippaient à ses genoux, comme de peur que ceux-ci ne se barrent ou se détache. Une vie d’inactivité et une maladie incurable, cela faisait des ravage chez cette femme.

« Gah … Concentre-toi … Ah … Je … Merde … J’devais lui dire quoi encore ? Ah ouai, le désert … le désert … Saloperie de désert… »

Elle ouvrit le livre en soupirant profondément, le lisant un court instant avant de le refermer aussi tôt, ses multiples cerveaux lui permettant de lire à la vitesse de l’éclaire. A y repenser, maintenant qu’elle était à deux doigts de rencontrer à nouveau Karui, la scientifique se demandait comment elle allait justifier son petit manège. Elle n’avait pas le choix cependant. Sans assistance, jamais elle ne pourrait se rendre dans les étendues arides et espérer survivre. Dire la vérité ? Karui n’aurait pas de temps à lui consacrer et encore moins de personnel à lui offrir en assistance. C’était un temps de guerre. Il lui fallait du courage, de la détermination et de la réflexion pour pouvoir avoir le soutient de l’empereur, de l’astuce ! Elle n’avait pas de gêne de renard en elle mais elle devait pour une fois dans sa vie être aussi vive d’esprit qu’un de ses princes de la tromperie ! Elle en avait les capacités ! Elle avait eut un prix Nobel, elle avait sauvé son monde de la crise énergétique ! ELLE ETAIT QUELQU’UN !

Ça, c’est ce qu’elle se serait dit pour se motiver … Si elle ne s’était pas endormie lamentablement sur le pas de la porte.
Four

Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Les amis, c'est cool.   Dim 23 Avr - 20:05


Les amis, c'est cool.
feat.Four

   Ce jour était assez particulier et en plusieurs points pour moi. Avant toute chose, il y avait cette rencontre qui n’avait rien d’anodine et que j’avais tant attendue… Celle avec l’empereur Karui Hanja. L’avoir rencontré m’avait convaincu d’une chose importante, avec lui de mon côté, je ne pouvais qu’avancer et devenir plus puissante avec le temps. Il avait quelque chose de spécial et d’attirant qu’il m’était peu possible de nier, Karui n’était pas un empereur seulement de titre… Il respirait son titre. Il n’était pas n’importe qui et rien que cela me faisait avoir un temps soit peu confiance en lui.
Bref, la journée avait déjà été entamée, de sorte qu’en cet instant présent je sortais tout juste de mon entretien avec cet homme au téton à l’air. Les grandes portes se refermèrent de suite après que j’ai eu à les passer, en me retournant pour me rappeler mon entrevue, je découvris deux gardes posté de sorte à protéger l’entrée d’un quelconque intrus menaçant. Mon regard se porta alors sur les portes et le visage de l’empereur me revint de suite en tête… Et ses paroles n’arrêtèrent pas de résonner dans mon esprit.

C’était donc le cœur battant à tout rompre que je me retournais de nouveau, m’apprêtant à redescendre ces interminables marches. Je vis une silhouette affalée sur les marches. Imposante et familière, la respiration forte qui se dégageait de ce corps à limite de faire une crise… Bref, même si l’étrangeté me semblait quelque familière, je m’avançais dans sa direction par principe. Si cette personne ne se sentait pas bien, il valait mieux qu’elle aille.. Ou retourne à l’hôpital. A en croire sa tenue, ce devait être un patient, puis… A l’instant même où je découvris les quatre bras, le museau et la chevelure presque excentrique de la bête… Je reconnus l’élue…. Four !
Dormant à même le sol, je me précipitais à sa rencontre tout en essayant de la soulever du mieux que je le pouvais. Bon sang ! Depuis le temps que j’étais revenue à la vie, je n’avais guère eu l’occasion de la revoir ! Je me serais bien demandée si elle allait bien, mais vu son état actuel… Et l’état dans lequel je l’avais laissé avec Seryu, lors de notre première et dernière rencontre, son état ne s’était pas vraiment arrangé de ce que je pouvais en conclure.

- Four.. ! Hey… D-… Darling, debout !

Je ne savais vraiment pas ce qu’il me prenait de l’appeler ainsi, mais connaissant ses blagues à deux balles voire presque foireuses, peut-être était-ce le meilleur moyen de la réveiller ? Enfin… Allait-elle me reconnaître ? Je n’en n’étais vraiment pas certaine, j’en doutais même… Mais en tout cas, ce qui m’était rassurant, c’était le fait de la revoir. En plus d’avoir revu Aki dernièrement, maintenant c’était à son tour. Allais-je bientôt revoir Seryu aussi ?? Ou même Takeru ??? Je l’espérais tellement ! Jusqu’à maintenant, je m’étais toujours persuadée que Fenghuang m’avait empêché de revoir mes alliés… Mes amis. Cela faisait bientôt un an que j’étais revenue dans ce monde bizarroïde et ça ne faisait que depuis peu que j’avais eu l’opportunité de revoir mais anciennes et fidèles rencontres. Je m’étais tant inquiétée pour tout ce petit monde que je n’avais plus revu et voilà Four sous mes yeux. La voilà devant moi… Souffrante, pour ne pas changer.

- Arg… Aller…….. D-Darling….. Réveille-toi et lève-toi, on doit dégager du passage.. !

J’avais beau avoir récupéré la totalité de mes forces, il me restait encore beaucoup à apprendre à améliorer… Et Four faisait son poids. Non pas qu’elle était grosse, mais pour une « bête » d’une telle taille, cela devait être normal.
Bref, là n’était pas le souci. Il fallait qu’elle se lève… J’avais tant de choses à lui dire… Ou peut-être rien du tout, mais qu’est-ce que j’en avais à faire ??? Elle était devant moi, en vie et je n’avais qu’un seul désir, la serrer dans mes bras pour lui faire part de mon soulagement et de ma joie de la revoir.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 112
Yens : 110
Date d'inscription : 17/01/2016

Progression
Niveau: 21
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Four ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Les amis, c'est cool.   Sam 29 Avr - 20:48

-Ron ron ~ -

Une fois encore, Four avait sombré dans ce sommeille sans rêve. Ou plutôt, dans ce sommeille au rêve lucide et inactif. Toujours le même, toujours cette salle blanche où elle pourrait faire n’importe quoi par la force de son imagination … Mais n’en faisait rien, pour une raison ou pour une autre. Etant lucide, elle savait réfléchir proprement dans ce rêve et cela tournait autour du …

« Ah, génial, j’me suis encore endormie … Heh heh, devant la porte de chez Karui en plus. J’vais encore m’faire passer pour une cruche. Mah. »

Apparemment, cela lui faisait une belle jambe. Elle attendait alors, dans cette pièce stérile, jusqu’à entendre une voix lentement l’extirper de ce vide pesant qui la hante à chaque fois qu’elle fermait les yeux. Habituellement, Four dormait comme une brique à chaque fois, sa maladie la précipitant directement dans les strates les plus profondes du sommeille mais … Qui sait ? Après cette histoire de rêve lucide, peut-être avait-elle amélioré sa perception du monde et de ce qui l’entour. Son esprit, comparé à son corps, était une machine puissante et maintenant qu’elle était en route sue le chemin de la paix avec les différentes parts de son cerveau, elle pouvait sentir même endormie cette présence. Secouée, tirée, l’obligeant un peu à se redresser, Four finit par ouvrir mollement un œil, papillonnant un peu, faible … Simplement motivée par ses pensées vagabondant en entendant cette appellation singulière.

« Dar-… ling ? Hmf … ghnn … Darling-ding-dong … Mhmm ~ »

Une petite musique jouait dans sa tête alors qu’elle sortait de plus en plus de son coma et se laissait emportée par la force qui l’aidait à se redresser. En se relevant, elle vint se tenir automatiquement aux épaules de la femme qui l’avait tiré sur ses pattes, trébuchant un peu, comme attendu. Elle releva doucement le museau alors qu’elle ouvrait fébrilement les yeux, ceux-ci regardant d’ailleurs dans des directions différente, lui donnant un air bouffon pendant un instant, doublé par son sourire niais et confus. Après quelques clignements de paupières, elle finit par avoir les « yeux en face des trous » et resta un long moment en silence à regarder le petit brin de femme à qui elle se tenait.

« … … … Oh. La petite Kachoutière ! ~ »

Aussi peu dégourdie et parfois simplette qu’elle pouvait paraitre, Four n’oubliait pas les visages de ceux à qui elle tenait. Certe, dire qu’elle ait tout le temps pensé à Kachou ou qu’elle se soit inquiété d’elle durant tout ce temps serait un mensonge : bien trop de choses passaient par sa tête et parfois, rien ne passait justement … Mais elle se souvient de Kachou comme une jeune femme adorable qui avait prit soin d’elle une fois qu’ils avaient fait la peau à une bande de gobelin ou des créatures de ce genre. D’ailleurs, elle se dit quelque chose du genre « Repose en paix, toi petit gobelin agile qui a esquivé toute mes attaque et que j’ai finit par tuer par erreur » … Pour ce moment de complicité brève, tu ne seras pas oublié. Mais soit, Four n’aurait jamais pu s’en sortir seule de cette rencontre et elle lui doit la vie, à elle et Serious … Pardon, Seryu.

En la reconnaissant subitement, Four exprima sa joie de la revoir, sa tendresse pour elle en se collant à elle et en l’entourant de ses nombreux bras. La tigresse vint plonger son visage dans le creux de son cou, frottant doucement son visage contre sa peau en fermant les yeux, visiblement ravie alors qu’un petit ronronnement commençait à gronder au fond de sa gorge, un de ses héritages félins. Elle resta ainsi serrée à elle pendant de longue secondes, la durée devenant même gênante mais c’était le cadet des soucis de la scientifique qui continuait à frotter son museau dans son cou. Mais au bout d’un moment, elle finit quand même par se redresser un peu, lui offrant son éternel sourire fatigué mais amusé, sa marque de fabrique rendu là.

« S’fait des plombes qu’on s’est pas vu, beauté. J’me demandais … “Elle s’cache où, Kachou. Dans une cache – ou dans la nature, à manger des cachous, avec cash-ou sans cash” … Heh heh.»

Elle la regarda d’un air gaillard, comme un comique raté qui espérait à ce moment les éclats de rire de son publique. Pourtant, cette série de jeu de mot, improvisé par l’esprit aiguisé de Four pour l’humour douteux, n’attendait pas réellement de bon public. Elle avait l’habitude qu’on se frotte le visage, plutôt, et cela ne la dérangeait pas, loin de là. C’était juste qui elle prétendait être.

« Plus sérieusement … Qu’est-ce qui t’amène à moi ? Et pourquoi on doit déga- »

Et en disant cette phrase, elle croisa du regard, à nouveau, cet escalier qui l’avait mit au tapis il y a quelques minutes. Vingt malheureuse marche qui lui semblait vingt millions. Subitement, son visage perdit de sa gaieté, comme si elle avait vu le fantôme de toutes les atrocités passées. Certains diraient même qu'elle avait des flash-back d'une guerre qu'elle n'avait jamais livré.
Four


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les amis, c'est cool.   

Revenir en haut Aller en bas
Les amis, c'est cool.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les vrais amis
» Adieux aux amis du vieux Tom
» Un truc pour nos amis les chats.
» Les vrais amis
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.