Partagez | .
Père, j'ai failli à mon devoir...
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Père, j'ai failli à mon devoir...   Ven 7 Avr - 13:12

Père, j'ai failli à mon devoir...


  • C'était le néant. Le noir absolu. 
    Il n'y avait rien. 
    Nyang ouvrit lentement ses yeux et son regard rencontra immédiatement le ciel parsemé de nuages. Elle ne distinguait absolument aucun bruit, ne serait-ce celui de sa respiration.
    C'était le silence total.
    Étalée au sol sur le dos, elle resta un certain moment dans cette position sans bouger. Quelle était donc cette sensation de froid qui parcourait tout son corps ? Pourquoi se sentait-elle aussi frigorifiée ? Son regard se dirigea alors vers le sol, et elle sentit son cœur faire un bond lorsqu'elle vit que celui-ci était entièrement recouvert d'un tapis blanc.


    « De la neige ? Qu'est-ce que ça signifie ? ... » chuchota-t-elle tout en effleurant légèrement les flocons.


    Quelque chose clochait. Ils n'étaient pourtant pas en hiver à Goryeo. De plus, elle se sentait faible, comme vidée de toute son énergie. Qu'avait-il bien pu se passer depuis le moment où Nyang avait quitté son père durant la bataille ?

    Et si...si elle était morte ? Avait-elle été tuée par un des soldats de Yuan durant sa fuite ? Non...elle savait pertinemment qu'elle n'était pas encore dans l'Autre Monde ; la douleur semblait trop réelle pour qu'elle puisse se retrouver au ciel. Elle avait encore ce goût amer de sang séché dans la bouche, comme si elle venait tout juste de se battre. 


    « Votre Majesté ! Votre Majesté ! Où êtes-vous ?! Répondez ! » cria-t-elle.



    Aucune réponse. Seul le silence lui répondit. Cet Empereur peureux...où était-il ? Sans perdre une seule seconde, elle se releva en s'appuya sur le sol. Malgré la douleur lacérante qui lui vrilla le crâne, elle se mit à avancer. D'abord lentement, puis à un rythme beaucoup plus rapide, jusqu'à se mettre à courir.
    Les dernières paroles de son père résonnèrent alors dans son esprit, et elle entendit clairement sa voix comme s'il se trouvait à ses côtés.


    « Tu dois vivre. Vis pour protéger l'Empereur. C'est mon dernier ordre, Nyang. »


    La Ki sentit des larmes lui monter au yeux, mais elles quittèrent bien vite son visage en courant à une allure aussi vive. Elle ne pouvait pas faillir à sa tâche. Pas celle que lui avait confiée son père. Elle ne pouvait pas se le permettre.


    « Restez en vie...ne mourrez pas ! » ne cessa-t-elle de se répéter.


    Les branchages qu'elle tentait de repousser lui écorchaient le visage et les bras, mais elle n'y prêta pas attention. Si l'Empereur n'était pas là, alors peut-être était-il retourné sur le champ de bataille ? C'était invraisemblable, mais il s'agissait de la seule explication possible. Elle gardait encore un espoir dans son cœur : l'Empereur ne pouvait pas mourir. Sa nation avait besoin de lui.

    Nyang s'interrompit brusquement dans sa course lorsqu'elle entendit un bruit suspect qui semblait provenir d'un buisson. Son regard balaya furtivement les environs, et en un quart de seconde, elle retira son arc pour le pointer en direction de l'arbrisseau sauvage. Un loup au pelage entièrement blanc en sortit, et se mit à avancer dangereusement vers la Ki. Le regard menaçant de ce chien ne présageait rien de bon.


    « Allez, viens là. » chuchota-t-elle tout en braquant son arme sur l'animal.


    Elle s'apprêtait à lancer sa flèche, mais un autre bruit derrière elle se fit entendre. Un autre animal ? Combien étaient-ils, ces loups ?
    Ou alors...était-ce vraiment une bête sauvage ?

    Spoiler:
     




Dernière édition par Nyang le Sam 15 Avr - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Ven 7 Avr - 14:01



Père j'ai failli...

feat. Nyang



Musique


Kosaten... Une vaste terre de trois nations grandissantes, sur une ile continent, clos par une mère tantôt calme, tantôt déchainée et dont l'horizon était fermée par une tempête eternelle infranchissable. Voici donc ce qui attendait Nyang dans ce monde curieux, rempli de magie, de cruauté, mais aussi et rarement de bonté. La jeune élue, d'apparence masculine à ce moment précis, tombait en pleine guerre entre Fuyu et Seika. Les deux nations se livraient batailles, des attentats avaient parfois lieu et Minshu, l'allié du Phénix, se demandait actuellement si sa place était encore d'être aux cotés de ce dernier.

C'était une arrivée dans la complexité la plus totale, et chacun savait à quel point, digérer le fait d'être dans un autre monde était difficile. Pourtant, la jeune femme faisait déjà face à son premier danger. Un loup arctique venait de sortir d'un buisson. Il n'était pas bien gros, mais ces derniers bien qu'étant les plus faibles adversaires que l'ont puisse avoir, n'en demeuraient pas moins dangereux, surtout en meute.

En tout cas, de bons réflèxes la préservèrent d'une attaque, en pointant son arme dans sa direction. Mais un autre bruit parasite se fit entendre. Ce n'était pas un autre animal non, mais un monstre... Peut être bien oui. Le bruit des pas dans la neiges, si reconnaissable, comme si l'ont marchait sur une mousse légèrement compacte, craquelant sous le poids des bottes du colosse, ne faisaient pas planer le doute trop longtemps.

Nyang, pouvait observer alors une gaillard d'un bon mètre quatre vingt douze. Une peau brune, des yeux améthystes, des cheveux blancs légèrement plaqués vers l'arrière, impeccable, avec une mèche particulière descendant sur le haut de son front. Son armure moulait sa musculature impressionnante, une véritable colosse. Cette armure était elle même singulière. Le haut laissait place à deux larges épaulettes, descendant ensuite vers une sorte de robe de combat, terminée par une rangées de lames assassines. Le tout d'une couleur mauve sombre, presque noire sous l'ombre des cimes enneigées.



Sa présence était assez malfaisante, Nyang pouvait le sentir, ce n'était pas la personne ayant l'air la plus sympathique qui soit par ici. Pourtant, c'était la seule, et cela pouvait donc faire la différence. D'autant plus que ses habits n'avaient clairement rien à voir avec ceux de la jeune fille (qui avait l'apparence d'un homme) mais était bien plus dans le ton, si l'ont puis dire.

Pour Jinn, il était presque impossible de ne pas savoir que cette dernière était une élue. Non pas qu'il sache qu'elle soit une femme, mais plutôt, qu'en sentant la présence des atomes sur des kilomètres, le géant pu déterminer que ses atomes venait d'apparaitre quelques minutes plus tôt. C'était donc un/une nouvel(le) recrue de l'un des trois Dieux. Mais parfois coquins, les divins pouvaient faire apparaitre aléatoirement.



Tiens donc... Laissez moi deviner. Vous venez d’apparaître ici ou non loin d'ici n'est ce pas.





Tout en disant cela, Zayro leva le doigt en pointant le loup sans vraiment le regarder. Puis, tira un laser atomique du bout de son index, très précis, ce dernier se logea dans le poitrail de l'animal, qui s'écroula dans la seconde suivante. Après cela, un court silence s'installa et seul le bruit d'un léger vent vint balayer les lieux, soulevant un peu de poudreuse devant eux. Comment réagirait la jeune femme déguisée ? Elle était tombé sur le plus puissant, mais aussi le pire élu de tous les temps. Mais il y'avait de la chance, dans sa malchance... Les ordres de Sul hei dernièrement, furent de "rassembler". Si jamais Nyang servait Long, la possibilité que cette dernière survive était bien plus forte.



Je me souviens de ce sentiment... C'était il y'a longtemps. Vous devez vous poser tant de questions. Commençons par le plus simple. Vous devriez avoir su vous un sceau très particulier, un tatouage qui n'était pas sur vous. Vous allez tour à tour dire du mal des trois Dieux, nous saurons ou il se trouve. Maintenant insultez ces trois nom : Fenghuang, Manshee et Long.





C'était assez direct, presque sans aucune explication, pas de pitié pour elle. Zayro n'était pas ici pour la rassurer, mais pour voir à quelle nation celle ci appartenait. En insultant les Divinités, la marque lié à sa nation (ici : Long) finirait par la brûler ou lui faire mal. C'est ainsi que le colosse comptait repérer la marque. Elle apprendrait vite, très vite avec lui. Le tueur n'était pas réputé pour sa patience, mais pour sa quantité astronomique de meurtres, de destructions et de sang répandu. Cela en disait long, sur le futur de cette conversation. Il finit par croiser les bras et attendre.




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Sam 8 Avr - 1:26

Père, j'ai failli à mon devoir...


  • L'auteur de ce bruit derrière Nyang était en fait un homme. Sa posture imposante était presque intimidante, et une aura malfaisante émanait de son corps habillé d'une armure qui paraissait indestructible.
    La Ki maintenait son arme pointée vers le loup blanc, jusqu'à ce que l'étrange individu l'anéantisse rien qu'avec son index. Les yeux écarquillés de l'archère fixaient la bête qui s'écroula instantanément sur le sol recouvert de neige. Son cœur se mit à battre à une allure si vive qu'elle pensait qu'il ne tarderait pas à sortir de sa poitrine. À quel genre d'humain avait-elle affaire ? Était-il un soldat de Yuan ? Non...elle l'aurait déjà croisé si c'était le cas.

    Pour elle, la magie n'existait pas, sauf un type bien précis : la sorcellerie. Était-il un de ces sorciers dont elle avait souvent entendu parler autrefois ? Étaient-ils vraiment capables de tuer à l'aide d'un seul doigt ?

    Pour le moment, elle devait rester sur ses gardes, car son apparence semblait en dire long sur ses capacités de combat. Nyang essaya de ne pas laisser la peur la submerger, et en tentant de garder son calme, elle leva son regard intrigué vers le colosse qui lui posa une question assez déroutante.


    « Comment le savez-vous ? » lui répondit-elle en fronçant légèrement les sourcils, étonnée qu'il sache une telle chose.



    Nyang ne comprit pas un traître mot de ce qu'il lui expliqua ensuite. Mais il avait raison sur un point : elle se posait des milliers des questions. Pourquoi devrait-elle avoir un tatouage sur elle ? Et comment pouvait-il le savoir, si elle-même n'était pas au courant ?

    En temps normal, elle n'aurait pas obéit. Nyang ne supportait pas qu'on lui donne des ordres, et surtout pas de cette façon là. Mais elle l'avait vu anéantir un loup en un battement de cils. Il valait mieux ne pas jouer les rebelles pour le moment.
    Silencieuse, elle jeta d'abord un furtif coup d'œil à ses mains pour voir s'il n'y avait pas un quelconque dessin. Puis, après quelques secondes d'hésitation, elle se mit à insulter les trois divinités avec un air presque ennuyé, en commençant par Fenghuang, puis vint Manshee, et enfin Long.


    « Vous ne vous êtes pas adressé à la bonne pers-... »


    Mais Nyang s'interrompit en poussant un cri à cause d'une sensation de brûlure atroce qu'elle ressentit au niveau de sa nuque. Elle passa une main tremblante derrière ses cheveux pour tenter d'apaiser la douleur, mais c'était en vain. Elle avait presque l'impression qu'elle s'intensifiait peu à peu.


    « Qu'est-ce que...qu'est-ce que ça signifie ? »


    Cela confirmait davantage les doutes de la jeune femme : c'était un sorcier. À Goryeo, il était conseillé d'éviter ce genre de personnes sous prétexte qu'elles étaient capables de communiquer avec les démons. Nyang n'y avait jamais cru, cependant, en voyant ce que venait de faire cet homme, elle commençait à s'interroger sérieusement sur la véracité de ces rumeurs.

    Avec cela, l'archère en oubliait presque son objectif principal : retrouver l'Empereur et son père. Il fallait qu'elle retourne sur le champ de bataille le plus vite possible, le Commandant Ki était peut-être en danger à l'heure qu'il était.


    « Il y a une bataille, je...je n'ai pas de temps à perdre. » lança-t-elle sèchement, tout en s'apprêtant à contourner le colosse pour reprendre sa route.


    Mais... quelle était cette douleur à la nuque qui ne voulait pas s'atténuer ? Était-ce parce qu'elle avait insulté les divinités ?
    Tout en avançant, la Ki gardait une main sur le manche de son épée, sans quitter une seule seconde l'élu du regard.




Dernière édition par Nyang le Sam 15 Avr - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Sam 8 Avr - 17:04



Père j'ai failli...

feat. Nyang




Lorsque leurs regards se croisèrent, la Ki maintenant encore pointé sur le loup, son arc bandé, prêt à tirer la flèche qui aurait fait aussi mal que le laser. Le résultat n'aurait rien changé, c'était l'effet et sa rapidité qui avait légèrement modulé la manière de faire. Quoiqu'il en soit son étonnement marqué, lorsque la bête s'écroula, laissait sous entendre ce que cette dernière pensait au moment présent. Pourtant, c'était lors de ces premières rencontres et des premiers mots, que l'ont pouvait jauger un individu. Pour le moment, Zayro se fichait de savoir ou de comprendre si Nyang était une femme, un homme ou autre chose, mais il voyait son comportement et quand celle ci lui posa la question en gardant son sang froid, cela en disait long sur son caractère.

Quelqu'un capable de garder son calme, en ayant eut l'air si étonné à peine quelques secondes auparavant, devait avoir un bon entrainement ou un sens aigûe de la prudence, du danger, une appréciation en situation. C'était intriguant, mais Zayro ne montra rien lui non plus. Son faciès demeurait aussi froid et glacial que la neige et son corps semblait ancré dans celle ci, comme un mur inébranlable. Lorsque la Ki demanda comment le colosse était au courant pour son apparition, Jinn le lui révéla dans la normalité la plus totale ;



Je suis capable de ressentir les atomes... La matière si vous préférez. Disons que je sentais votre non présence juste avant et que je l'ai senti apparaître, ce qui peut m'indiquer deux choses. Soit vous êtes capable de vous téléporter, déplacer votre corps sur de grandes distances ou... Vous êtes un nouvel élu.





Il était probable que la connaissance de l'atome ne soit pas connu de la Ki, alors c'est dans le doute et pour ne pas avoir à se répéter, que le messager de l'enfer, préféra utiliser la simplicité des termes. Il ne doutait pas de son intelligence et possible compréhension, mais il valait mieux (pour elle) que la leçon soit enregistrée dans les plus brefs délais. En tout cas s'en suivie rapidement la seconde, celle des sceaux. Au moment ou Long fut prononcé, alors même que le doute s'emparait de la demoiselle déguisée en homme, une brûlure la rappela à l'ordre rapidement.

Ainsi donc, c'était une élue de Fuyu, servante future de Long, avec ou contre son gré. Si c'était bien le cas, alors heureusement pour celle ci, ce jour ne serait pas son dernier sur cette terre froide. Evidemment, comme tout à chacun, Nyang se demanda rapidement ce qu'il se passait, le pourquoi du comment de cette sensation fortement désagréable dans son cou. Le colosse n'avait jamais changé son regard à aucun moment, pas même de l'étonnement ou de la curiosité. Dans une neutralité impeccable, ce dernier répliqua ;



Cela signifie que vous êtes bien un élu... De la nation de Long, celle à laquelle j'appartiens également.





Mais elle ne voulait, ni ne comptait en savoir plus, puisque c'est en déclamant le fait qu'une  bataille avait lieu ici, quelque part, que sa présence y était requise, que la Ki s'apprêtait à partir. Passant alors aux cotés du géant, le messager de l'enfer ne l'empêcha pas vraiment de continuer sa route. Mais se téléporta rapidement en un éclair devant elle. Zayro en avait effectivement la capacité, en se défragmentant, chaque partie atomique se déformaient pour se reformer ailleurs et c'est ce qu'il advint. Elle le prendrait encore plus pour un sorcier, mais lui n'en savait rien et comptait bien lui expliquer le protocole.



Oubliez cette bataille. Qu'importe le monde d'ou vous venez, tout ce que vous avez connu n'existe plus ici. Observez bien, le ciel, la forêt, les alentours... Vous êtes sur ce qu'on appelle Kosaten. Vous avez été prise de votre monde originel pour être incorporé ici et servir l'un des Dieux des trois nations.




Puis, sans crier gare, ni même aucune sommation, le colosse flanqua une rouste à Nyang. Un revers sévère de la main sur la joue. La force de l'un des plus puissant élu, contrôle pour éviter de tuer du premier coup, mais bien entendu, c'était une force assez surhumaine dans tous les cas. Cela aurait vite fait de faire voler sur quelques mètres au moins la jeune femme. On ne pouvait pas dire que Zayro était un tendre...



Tous comprennent plus vite par le sang et la violence. Voila pourquoi je n'irais pas par quatre chemins. Oubliez vos anciens idéaux et votre monde, car vous n'y êtes plus et ne rentrerez pas de si tôt, voir même jamais. Cela fait des années que je parcours ces terres sans avoir un début de solution. Vous pouvez m'écouter ou mourir. Faites votre choix...








Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Sam 8 Avr - 23:25

Père, j'ai failli à mon devoir...


  • Alors que Nyang était déjà prête à se remettre en route, espérant fuir cet homme étrange le plus rapidement possible, ce dernier apparut instantanément en face d'elle. Décidément, ses capacités impressionnaient de plus en plus la Ki. Mais il ne fallait pas qu'elle se laisse déstabiliser par ce genre de choses, bien qu'elle trouvait cela incroyable.

    Nyang se contenta de lever un regard agacé vers le grand colosse qui lui barrait désormais le passage. Il lui expliqua qu'elle avait changé de monde, et qu'elle était maintenant une élue de la nation de Long. Par conséquent, elle ne trouverait pas le champ de bataille qu'elle recherchait. Mais toutes ces histoires lui paraissaient totalement invraisemblables, comment pouvait-elle croire à de pareilles balivernes ? Une expression d'incompréhension affichée sur le visage, Nyang lui répondit sèchement :


    « Kosaten ? Ce que vous me dîtes n'a aucun sens. Laissez-moi passer. »


    Pour seule réponse, le messager de l'enfer frappa la jeune femme au visage. Ce fut un coup suffisamment conséquent pour lui arracher un cri et envoyer Nyang plusieurs mètres plus loin. D'où tenait-il une telle force ?
    Bien qu'enragée intérieurement par cette violence inexpliquée, elle parvint à garder son calme. Elle appuya son poing contre le sol pour se relever avec difficulté. Un mal de tête atroce lui traversa le crâne, mais il était hors de question qu'elle reste à terre, Nyang avait sa fierté.

    Une fois debout, elle avança péniblement jusqu'à Zayro, en essayant de garder une posture droite. Une fois devant lui, elle releva légèrement le menton pour lui tenir tête. Nyang se mit à le toiser de son regard froid en essayant d'oublier sa joue endolorie, et avec un petit rictus dessiné au coin des lèvres, elle lui dit :


    « Je m'en souviendrai. »


    Peu importe qu'il la croit ou non, Nyang tenait toujours ses promesses. Si un jour elle venait à croiser le messager de l'enfer à nouveau, elle s'assurerait de lui faire regretter son geste. Il fallait juste qu'elle patiente...et qu'elle devienne plus forte. Pour le moment, elle savait pertinemment qu'elle ne ferait pas le poids face à lui, même si elle était armée. Il n'était pas un être humain ordinaire, ses capacités l'avaient clairement prouvé.

    Zayro lui proposa donc deux choix : soit elle l'écoutait sagement, soit elle mourrait, tout simplement. Sans laisser transparaître une quelconque émotion sur le visage, elle ajouta, avec une once de provocation dans la voix :


    « Vous dîtes appartenir à la nation de Long, mais vous vous en prenez à vos alliés ? Quel genre de personne êtes-vous exactement ? »


    Pourquoi tenait-il autant à ce qu'elle le croit ? Avait-elle réellement changé de monde ? Cela expliquerait cette forêt enneigée...cependant, ça paraissait si illusoire et inconcevable que Nyang ne parvenait pas à l'accepter.

    Toujours avec son ton aussi arrogant, la Ki ajouta :


    « Sachez que j'aurais préféré mourir plutôt que d'être guidé par un homme aussi méprisable que vous. »


    Mais maintenant, elle n'avait pas d'autre choix que d'obéir, au risque de perdre la vie. Si elle jouait les rebelles, elle mourrait inutilement. Bien que sa seule envie soit d'éliminer ce colosse, elle n'était stupide. Elle savait se montrer patiente et réfléchie.  


    « Je vous écoute. » fit-elle simplement.


    Un vent glacial souffla, se dispersa entre ses cheveux lisses et pénètra chaque membre de la Ki déjà glacée par le froid. Mais elle resta droite, n'acceptant de dévoiler aucune faiblesse. Elle se contentait de fixer d'un regard inexpressif le Jinn face à elle.



Dernière édition par Nyang le Sam 15 Avr - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Lun 10 Avr - 4:30



Père j'ai failli...

feat. Nyang




Ne pas vouloir comprendre on l'on se trouvait, était commun à la quasi totalité des nouveaux élus sur ce monde. Vous arriviez sur un territoire et votre esprit, votre corps, refusait tout entier de croire en cette nouvelle réalité. Une seconde naissance, tout comme elle, programmée mais dont vous ne décidiez rien finalement. Nyang était une battante, cela se voyait. Même si elle refusait aussi d'accepter ce monde pour le moment, de croire dans les paroles que servait le colosse. Ce n'était pas grave, non, la violence aurait au moins son attention.

Lorsque la frappe atteint la joue de la jeune femme, toujours bien déguisé en homme, celle ci se releva, titubant à peine, gardant une démarche fière et droite, jusqu'à toiser de nouveau Zayro et lui dire, des paroles pleines de sous entendus. "Je m'en souviendrais". Il laissait déjà sur elle, le mauvais souvenir, intarissable, qui accompagnerait cette élue dans l'instant et bien plus tard, lui octroyant peut être de quoi gagner en force, en expérience, pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais la répartie du géant, fut tout aussi cinglante ;



J'espère bien que vous vous en souviendrez. Je n'aime pas me répéter.





C'est donc ainsi que la conversation pu reprendre, dans le calme. Nyang restait polie, tout en gardant une arrogance, mais c'était plus proche de l'insolence maîtrisée. Tout en sachant quelles limites celle ci ne devaient pas enfreindre ou dépasser, elle demanda toutefois pourquoi Jinn traitait ses sois disant alliés. C'est vrai, la question demeurait légitime.  



Mon nom est Zayro Jinn. J'étais dans mon monde un assassin très efficace. Ici, je sers les intérêts de Sul Hei, le roi de Fuyu, la nation de Long. Ce dernier m'a demandé de rassembler les élus que je trouvais, de gré ou de force. La force permet de faire comprendre plus rapidement. Vous avez l'air d'avoir un sens guerrier. Cela ne peut donc pas vous échapper. Ce monde est en guerre et je n'ai pas de temps à perdre en explications grossières.





Cela ne plaisait pas vraiment à Zayro d'obéir aussi aveuglément à Sul hei, mais il y'avait derrière tout ceci, une opération grandissante du conglomérat. Puis il fallait avouer, que même à l'heure actuelle, le colosse n'avait pas la force suffisante pour défaire le tyran. La patience était une vertu, une vertu qui n'était pas à la portée de tous. Quand à la Ki, qu'elle déteste le géant ne faisait pour lui, aucune différence.

Celle ci partagea d'ailleurs le fait, de préférer mourir ici et maintenant, plutôt que d'être guidé par lui. C'était un choix, mais la jeune femme devait mesurer scrupuleusement ses paroles, car l'assassin en face d'elle, était capable de prendre cela au premier degré.



Si vous souhaitiez mourir, je peux arranger cela. Mais en attendant, je serais ce guide, que vous le vouliez ou non.




Toutefois, elle comprit rapidement que le choix ne lui incombait plus et l'envie de vivre, la curiosité, était une machine qui se mettait rapidement en route. Ainsi, Nyang décida donc d'écouter les propos du messager de l'enfer. C'était sans doute l'option la moins risquée. Tout en gardant les bras croisé et la regardant de haut, par l'évidence même de sa taille imposante, le colosse démarra son monologue ;



Ce monde est en guerre. Vous aurez votre lot de bataille... Très vite. Mais vous devrez vous renforcer d'abord. Vos pouvoirs, vos talents, votre énergie... Tout à disparu ou plutôt, tout est contrôlé, bridé par le sceau. En combattant vous réapprendrez, vous vous surpasserez.




Il marqua une pause, puis continua ;



Seika la nation du phénix Fenghuang dirigée par Karui hanja leur empereur, et Minshu celle du serpent Manshee dirigée par leur président Jéong tékina, sont alliés face à la puissante Fuyu, nation du dragon Long, dirigée par le roi Sul hei. Nos ennemis sont plus perfides que je ne le suis. Ceux du serpent vous tromperons, ceux du phénix vous bercerons d'illusions utopiques. Je représente sans doute le chaos et la destruction, ils me craignent.





Cela faisait vraiment longtemps que Jinn n'avait pas eu à expliquer quoique ce soit à une nouvelle tête arrivant dans Kosaten. C'était étrange. Le colosse se mit à décroiser les bras, puis tourner autour de Nyang. Cette femme, d'apparence masculine devant lui, dégageait une aura guerrière indéniable et venait d'une bataille, tout comme lui. Ce n'était certainement pas de la même ampleur, mais tous les deux avaient étés pris de leurs monde,  tandis qu'ils livraient un combat.



 Moi aussi je me battais lorsque j'ai été pris à mon monde, pour venir ici. J'ai toujours suivis le même idéal. Ce lieu, tout ceci... N'est qu'une erreur. Vous ne pouvez pas encore les insulter, mais moi je n'en ai cure. Ces dieux sont pour moi des faux dieux et ils aurons le châtiment qu'ils méritent. Vous vous ferez votre opinion, mais en attendant, il serait préférable de rentrer dans les rangs de votre nation. Vous avez l'air d'être un soldat, vous devez avoir gardé un but et pour l'atteindre, vous allez devoir m'aider à détruire cette erreur dans laquelle nous vivons. Cela passe par aider Fuyu avant tout.




Continuant de tourner autour de la Ki, Zayro ramassa un peu de neige, la gardant dans le creux de sa main, jusqu'à revenir face à elle.



Les seikajins et les minshujins se bercent d'illusions, d'utopies, de bons sentiments. Mais ils sont faibles et surtout ne cherchent pas à revenir, à trouver la solution. Ils sont comme cette neige qui stagne. Moi... Je ne suis pas eux. Ils mourrons tous.




Fit il froidement, alors que paradoxalement, dans sa main, la neige fondait à vue d'oeil en quelques secondes, ne laissant finalement plus aucune particules visibles, rien. Elle pouvait prendre la parole désormais, et donner son ressenti, poser ses questions. Tout était nouveau pour elle.




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Mar 11 Avr - 5:11

Père, j'ai failli à mon devoir...


  • Zayro Jinn, un nom que Nyang n'oublierait pas. D'aussi loin que remontait sa mémoire, la Ki n'avait jamais trouvé d'adversaire à sa taille, mis à part le roi de Goryeo. C'était une femme qui aimait se surpasser, se lancer des défis qu'elle se forçait à relever. C'était, pour elle, un moyen efficace pour acquérir de la force. Elle était endurante, et c'était la raison pour laquelle son déguisement d'homme était aussi crédible.

    La Ki comptait bien tenir sa promesse, qui peut-être, lui permettra d'évoluer dans ce tout nouveau monde. Cependant, pour cela, il fallait d'abord qu'elle parvienne à croire aux paroles du messager de l'enfer. En effet, bien que ses explications semblaient tenir debout, Nyang avait encore beaucoup de mal à accepter cette nouvelle réalité. Plus le colosse parlait, et plus elle avait l'impression de se trouver dans un long et interminable cauchemar.

    Zayro lui expliqua que son devoir était de rassembler tous les élus de Fuyu pour participer à la guerre, sous les ordres de Sul Hei, le chef de la nation. Immédiatement, la jeune femme comprit que ce puissant élu devait avoir des intérêts particuliers à exécuter les ordres du roi, parce qu'il ne semblait pas être du genre à obéir aveuglément. Mais elle ne fit aucune remarque, se contentant d'écouter attentivement.

    Nyang devait reconnaître que le colosse avait en partie raison, on devait parfois recourir à la force pour que les hommes participent au combat. Elle le savait mieux que quiconque, après avoir combattu sous les ordres de grands Commandants.

    Ensuite, l'élu de Fuyu lui dévoila la raison pour laquelle elle se sentait si faible, comme si elle était vidée de toute énergie. Après son explication, quelque chose vint immédiatement déranger l'esprit de Nyang.


    « Je viens d'un monde où la magie n'existe pas. Je ne possède aucun pouvoir, je sais seulement me battre. Sur le champ de bataille, je ne vous serai d'aucune utilité. »


    La Ki repensa alors au laser sorti du doigt de Zayro et qui avait tué le loup en une fraction de seconde. Avec ses simples compétences de combat et sa maîtrise des armes, comment pourrait-elle faire face à des mages avec de tels pouvoirs ? Elle se ferait tuer sur le champ.

    Nyang écouta la suite de ses explications qui, étrangement, devenaient de plus en plus plausibles. Au départ, elle voulait lui montrer son attention pour jouer le jeu, mais plus il parlait et plus la jeune femme se rendait compte de la réalité qui l'entourait.

    Il y avait donc trois nations : Seika, celle du Phénix. Minshu, celle du serpent, et enfin Fuyu, celle du dragon. Nyang ne fut même pas étonnée lorsque le messager de l'enfer lui déclara représenter le chaos et la destruction, son caractère et ses capacités le prouvaient clairement. Elle se demanda si c'était une chance ou non pour elle d'être tombée sur un des plus forts élus de Kosaten dès son arrivée dans ce monde. Il semblait totalement indifférent au fait de tuer, et Nyang savait que si elle avait été d'une autre nation, il l'aurait éliminée sans éprouver la moindre pitié.

    Tout en continuant son monologue, Zayro se mit à tourner autour de la jeune femme qui ne le lâchait pas du regard. Elle restait méfiante et prudente en toutes circonstances.

    Selon lui, ce monde n'était qu'une erreur. Nyang se revit alors se faire exactement la même remarque lorsqu'elle n'était âgée que de six ans, et que sa mère était morte pour la protéger. Ce monde avait choisi le destin de la petite avant même qu'elle ne naisse, et parce qu'elle était née dans une famille trop modeste, sa vie ne serait d'aucune valeur. Nyang avait toujours haït la nature humaine parce que pour elle, les hommes polluaient la nature.

    Son regard se porta alors sur chaque arbre qui l'entourait, chaque buisson, chaque décor de cette forêt enneigée. Pour elle, c'était le même univers. D'un air absent, presque lointain, la Ki répondit :



    « Mon véritable monde était cruel et parsemé d'injustices. Il n'était qu'une erreur aussi. Alors...ici ou là-bas, pour moi c'est la même chose, tant que je parviens à atteindre mon but, à venger tous ceux qui sont morts pour moi. »


    Ses poings se serrèrent tandis qu'elle repensait aux tueurs de sa mère. Tangqeshi, son frère Talahai, et leur père El Temur...elle les tuerait tous. De ses propres mains.

    Nyang reporta alors son regard froid sur Zayro. Elle n'était guère enchantée à l'idée de devoir se battre dans le même camp que lui, mais elle n'avait aucun autre choix.


    « Si vaincre ces divinités me permet de devenir plus fort et d'obtenir ma vengeance, alors je rentrerais dans les rangs de Fuyu. »


    Même si elle avait encore l'impression que la situation n'était pas entièrement réelle, sa décision avait été prise. Elle tuera tous ceux qui se mettront en travers de son chemin, comme elle l'avait fait dans son propre monde.

    Père...restez en vie jusqu'à mon retour. Ne mourrez pas.


    « Peut-être que demain je me réveillerai à Goryeo, mais mon objectif restera le même où que je puisse être. Je n'agis que pour mes propres intérêts, pas pour ceux des autres. »


    Elle marqua une pause, puis demanda alors :


    « Qui sont les plus puissants élus de Kosaten ? »


    Il fallait que Nyang ait leurs noms en tête, au cas où si elle venait à les rencontrer un jour. Car elle comptait bien devenir une des plus grandes guerrières de ce monde.



Dernière édition par Nyang le Sam 15 Avr - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Mer 12 Avr - 16:43



Père j'ai failli...

feat. Nyang




Trouver son rôle en tant qu'élu, c'était parfois, souvent même, quelque chose de très complexe. La Ki était entrain d'en faire les frais, et en voyant la magie destructrice du laser de Zayro, capable de faire autant de ravage, ou bien sa téléportation, sa vitesse, sa force, cette dernière commençait curieusement à douter. Pouvait t'elle s'avérer aussi utile qu'il ne l'était sur un champ de bataille, là ou dans son monde, les lasers étaient remplacés par des épées et des lances ? Le colosse la regarda, au moment ou le soldat aux apparences masculines lui révéla ce doute. Pourtant, c'est sans hésiter qu'il répondit ;



Il y'a différent moyen d'être utile. La stratégie ne necessite pas d'être au front. Et ne vous y trompez pas, tous les élus ne sont pas dotés de pouvoirs ou de magie. Et Kosaten permet de se dépasser, d'une certaine manière...





Les armes conventionnelles n'étaient pas les seules à pouvoir êtres utilisés à bon escient. Comme celle ci pouvait l'entendre, son intellect pouvait être un avantage, la stratégie d'une bataille, un bon sens de l'organisation suffisait à guider des troupes qui combattaient sous vos ordres. Mais Zayro lui expliqua également, comme on pu l'entendre ci dessus, que les élus se transcendaient ici. Passé un certain cap ou stade, après une bonne année, voir plus ou moins selon la motivation de l'élu en question, et bien celui ci devenait plus fort qu'il ne le fut.

De grandes opportunités de pouvoirs et de puissances pouvaient s'offrir à la demoiselle, si elle les saisissaient et s'en donnait les moyens. Le messager de l'enfer l'écouta encore une fois parler, oui, parler de son monde à elle qui était une erreur et qui ne changeait rien à ce dernier. Mais elle aurait le temps de le découvrir ici. Injustice, guerre, c'était parfois le programme d'une journée entière en Kosaten.

Quoiqu'il en soit, celle ci se raccrochait encore fermement à son but et ne perdait pas espoir. Sans être pour autant hostile aux derniers propos de Jinn. Cela se confirma quand elle était sur le chemin de l'acceptation de Fuyu et de la destruction de Dieux. Mais pour l'instant, Nyang devrait se renforcer.



Chaque chose en son temps.





Calma t'il alors. Puis elle avoua être une solitaire, n'agir que dans son interêt, que pour elle. C'était un peu le cas de Zayro, alors ce dernier ne lui en voudrait surement pas. La non plus, puisqu'il n'y avait rien à dire ou ajouter, le colosse se tût. Sachant très bien garder le silence lorsque les circonstances le voulaient. Pour finir, Nyang le questionna pour savoir qui étaient les élus les plus forts de ce monde, ceux qui avaient ou étaient entrain de marquer son histoire. Question à double tranchant selon l'assassin. Car la jeune femme pouvait décider de se rapprocher pour de mauvaises raisons de ceux là et trahir la nation de Long... Et donc par accointance, rompre son propre objectif.



Je suis le plus puissant. Les autres ne sont que des faibles... Néanmoins, quelques uns ont gravés l'histoire comme Schneiden ou Emiya ou Rhadamanthys. Tous disparus désormais. Vous répondrez à cette question, en rencontrant des élus, mais moi j'y ai répondu.




Mais cette lueur dans le regard, celle de vouloir se dépasser, n'était pas inconnue à Zayro. Lui même en arrivant sur Kosaten, n'avait cessé de se battre pour cela et avait finalement, après trop d'efforts sans doute, réussi, bien que pour lui, cet objectif ne soit pas encore atteint et ne le serait vraisemblablement jamais. Un être destiné à tuer et détruire, ne se constituait pas en une, deux, ou trois années mais bien plus...



Une chose importante encore. Les élus ne meurent jamais vraiment, ils passent par ce qu'on nomme le royaume des morts. Sachez donc que si vous perdiez l'espoir de revenir dans votre monde, il est inutile de vous suicider, vous finiriez dans les ombres de ce royaume à jamais ou, auriez l'exutoire possible pour revenir ici. J'ai vaincu cette même mort, mais je pensais que c'était un fait exceptionnel, jusqu'à ce que je vois mes ennemis revenir à la vie. Ceci dit, seuls les élus ont cet avantage. Ceux qui habitent ici depuis toujours, les natifs, ne l'ont pas. Leurs morts à eux, est définitive.




Peut être aurait t'elle d'autres questions, mais le colosse venait de l'éclairer sur un point assez important en tout cas. Maintenant que faire d'elle ? La guider vers la capitale ou la laisser se débrouiller ? Non, il n'était pas un guide et ne la chaperonnerait pas.



Quels étaient vos buts précédents ? Quels sont vos talents au combat ? C'est eux qui déterminerons votre survie. Si vous aviez été un ennemi, je vous aurais tué.








Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Sam 29 Avr - 19:47

Père, j'ai failli à mon devoir


  • Dès son arrivée à Kosaten, Nyang avait fait la rencontre de l'élu le plus puissant : Zayro Jinn. Ce sera donc à elle de répondre à cette question au cours de son aventure dans ce monde, en rencontrant d'autres élus. Elle avait désormais la ferme intention de se renforcer afin de devenir plus forte et peut-être surpasser un jour ce grand colosse qui se trouvait en face d'elle.

    Zayro lui expliqua par la suite une chose aussi étrange qu'irrationnelle. Mais en voyant les capacités de cet homme, la Ki était maintenant prête à croire tout ce que l'on pouvait lui raconter. Dans ce monde, elle ne pouvait donc pas mourir, elle passerait par le royaume des morts.
    C'était comme un cercle vicieux qui se répèterait inlassablement. Une situation de laquelle elle ne parviendrait pas à sortir.

    « Pourquoi organiser une guerre si les élus reviennent à la vie, dans ce cas ? Ça n'a aucun sens. » demanda-t-elle, désabusée.


    Quels intérêts avaient les chefs des différentes nations à créer un tel conflit ? Si Nyang voulait acquérir en puissance, il fallait qu'elle rencontre personnellement le dirigeant de ce royaume enneigé. Peut-être qu'elle pourrait devenir bien plus forte qu'elle ne l'imaginait.


    « C'est Sul Hei qui dirige Fuyu, c'est bien cela ? Quel genre de personne est-il ? »


    Zayro s'intéressa ensuite à ses anciens buts ainsi qu'à ses compétences de combat.
    À Goryeo, Nyang se battait contre le commerce de concubines de son peuple, mené par le grand El Temur. Mais derrière cela se cachait une ambition encore plus grande, celle de venger sa défunte mère tuée par Tangqeshi, le fils du Ministre.


    « Mon but était d'éliminer tout un clan qui était responsable de la mort de ma mère. Et ça l'est toujours. »


    En effet, elle n'avait pas l'intention de revenir sur sa parole. La Ki s'était promise qu'elle leur ferait payer le mal qu'ils lui avaient fait. Peut-être qu'à Kosaten, elle trouvera des moyens beaucoup plus efficaces pour s'endurcir, et elle pourra ainsi réaliser son objectif une fois qu'elle sera rentrée dans son propre monde. Il fallait juste que son père tienne bon jusqu'à son retour. Même si elle ne lui avait jamais prouvé son amour, elle ne voulait pas qu'il perde la vie.


    « Comme je vous l'ai dit, je n'ai pas de pouvoir magique, mais je sais me battre. Je manie différentes armes comme l'arc ou l'épée. »


    Nyang était également connue pour sa perspicacité, sa capacité à élaborer des stratégies en très peu de temps. Mais elle jugea préférable de ne pas lui en parler pour l'instant. Elle n'aimait pas dévoiler ses compétences, et encore moins à des personnes qu'elle venait à peine de rencontrer.

    Toujours en face du grand colosse, quelque chose frappa l'esprit de la Ki. Jusqu'à maintenant, elle avait toujours vécu en tant qu'homme, et personne n'avait jamais découvert son secret, hormis son père. Dans son monde, elle ne s'était jamais imaginée vivre sa vie autrement, mais à Kosaten, le pourra-t-elle ? Pouvait-elle cesser de se faire passer pour ce qu'elle n'était pas, et faire ses preuves en tant que femme ?
    Tout en essayant de garder son expression indifférente afin de ne laisser transparaître aucune émotion, Nyang se risqua à lui poser la question :


    « Quelle est la place des femmes en ce monde ? Ont-elles le droit de se battre ? »


    Une chose était sûre, la Ki ne savait pas à quel point sa vie allait changer à Kosaten.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Dim 30 Avr - 18:32



Père j'ai failli...

feat. Nyang




C'étaient de sacrées informations à prendre en compte et la Nyang prenait son temps pour tenter d'assimiler ce qu'elle pouvait. Zayro ne faisait aucun état d'âme et ne patienterait pas pour dire ce qu'il avait à dire, autant qu'elle le comprenne rapidement. Evidemment, la jeune femme sous ses habits et son apparence masculine, fût un peu désabusée en apprenant que les élus ne pouvaient d'hors et déjà pas mourir et revenaient à la vie après êtres passés par le royaume des morts.

Sa question était donc légitime. Si les élus ne pouvaient périr, alors à quoi servait une telle guerre et un tel conflit ? La Ki ne connaissait pas encore intimement l'histoire de Kosaten, les dirigeants et notamment le chef de la nation bleue pourrait sans doute lui en dire plus, ou les oracles peut être ? Jinn la fixa intensément avant de répondre une première fois ;



Nous sommes des pions, amenés ici dans le but de récolter des artefacts pour que les Dieux se matérialisent en ce monde. J'ignore ce qu'il se passera et je suis convaincu que les élus restent des armes éphémères en Kosaten.





Qui sait quand ce but final serait atteint, ce qu'il adviendrait de Kosaten ! Si l'un des Dieux était matérialisé, gagnerait t'il en puissance ? Régnerait t'il sur le monde ? Empêcherait t'il les deux autres Dieux de faire de même ou pourrait t'il les vaincre sous cette forme ? C'était un grand mystère, le plus grand de Kosaten sans aucun doute. Mais le but de Zayro ne changeait pas, détruire les Dieux. Pour sa part, un divin matériel était plus palpable qu'un divin immatériel et donc, pouvait être vaincu. Un jour, sa théorie serait appliquée !

Et tiens, à force d'avoir parlé du tyran, la soldat parla de Sul hei en personne, se demandant quel genre d'homme ce dernier pouvait être ! Elle serait bien déçus en le rencontrant. Mais l'heure était à la vérité après tout.




C'est un tyran, un dictateur sur de sa force et de son pouvoir. J'ignore beaucoup de choses sur lui, même après tant d'années. Vous vous ferez bien vite une idée sur la personne, je regrette sa passivité constante, cette nonchalance qu'il possède m’agace pour un leader...




Quand le sujet passa sur le but de Nyang ou ses buts, cette dernière parla alors d'une grande et vaste histoire de vengeance en rapport à l'assassinat de sa mère. Le but semblait louable, au moins la Ki n'avait pas peur d'avoir du sang sur les mains. Pour mettre à bien son objectif final, celle ci savait se battre et comptait bien se renforcer. Appuyant une nouvelle fois le fait qu'aucun pouvoir magique n'était inscrit dans son patrimoine génétique et que ce n'était surement pas à coup de boule d'energie que Nyang crierait victoire, le colosse fit encore et une dernière fois ;



J'ai vu des poings gagner face à la magie. Ne vous préoccupez pas de cela... Pas encore.




La question suivante, faisait place à une grande réflexion de la part de la Ki, qui se demandait si sa constitution féminine pouvait être remit en cause dans ce monde. Serait t'elle une vulgaire femme de chambre ou bien pouvait t'elle assumer sa nature profonde et devenir une battante parmi les battantes. Cette question étrange de sa bouche, fit presque comprendre le pôt aux roses à Zayro, qui était loin d'être bête et plutôt perspicace en son genre. Mais l'assassin répondit de manière placide ;



Les femmes ? Certaines en ce monde sont puissantes. Aki Nishiie, Geleerde sont deux puissantes ennemies. Le sexe d'un adversaire m'importe peu. Une arme est une arme, le sexe ne fait pas la force. Cette considération bien trop humaine à valut à certains une mort douloureuse.




Zayro n'était pas quelqu'un de foncièrement misogyne, il pouvait mal traiter une femme ou lui manquer de respect, mais comme à un homme. Il ne faisait aucune distinction, pas même avec un animal. C'était dire !



Vous avez désormais toutes les cartes en mains. Suivez ce que je vous ai dis et peut être serez vous utile et en vie en ce monde.








Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 85
Yens : 612
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Dim 25 Juin - 17:09

     
Père, j’ai failli à mon devoir




  • Nyang avait vécu presque toute sa vie en tant qu’homme. Comment pourrait-elle abandonner cette partie d’elle-même ? En serait-elle seulement capable ? Ce moment n’était probablement pas propice à une prise de décision, car il lui faudra réfléchir longuement avant de savoir si elle devrait définitivement quitter son apparence masculine pour redevenir une femme à part entière.

    La Ki prenait le temps d’encaisser toutes les informations, gardant son regard irréversiblement rivé vers le colosse. Dans ses prunelles sombres, on ne pouvait distinguer ne serait-ce qu’une once d’émotion, c’était la particularité qu’avait Nyang à pouvoir dissimuler ses véritables sentiments. Bien qu’elle tentait malgré tout d’ignorer cette boule d’angoisse qui se formait au creux de son ventre, au fond d’elle, elle se sentait perturbée. Comme si tout cela n’était qu’une hallucination, le fruit de son imagination. Plus Zayro Jinn parlait, et plus une question essentielle prenait place dans son esprit  : faisait-elle vraiment face à la réalité ou n’était-elle plongée que dans un simple rêve ? Tout cela n’était-ce qu’une mise en scène ?
    Une douleur atroce lui traversa le crâne à nouveau, et la vision de la combattante devint trouble.


    Flash

     


    Entourés d’ennemis, ils ne pouvaient pas s’enfuir.
    Elle devait protéger l’Empereur, c’était là son seul et unique objectif.

    ▬ Je ne partirai pas sans vous !

     

    ▬ Obéis à ton père.

     


    Flash

     


    Les paupières de la jeune fille se fermèrent malgré ses efforts pour les maintenir ouverts, tandis qu’elle appuyait sa paume contre sa tempe pour tenter d’atténuer la douleur. Elle chancela, peinant à tenir sur ses jambes flageolantes.


    Flash

     


    Tangqeshi. Il était là, en face d’elle. Son pire ennemi, celui dont elle voulait la mort plus que quiconque en ce monde.
    Nyang revit dans son esprit ce visage répugnant, ce sourire immonde qu’il arborait avant de lancer sa flèche sur sa mère lors de cette nuit sanglante.

    ▬ C’est vous. C’est vous qui avez tué ma mère.

     


    Flash

     


    Le sol recouvert de neige ne tarda pas à cueillir les jambes de la Ki, qui, malgré ses efforts intenses, ne parvenait plus à tenir debout. Son cœur se mit à battre à une allure redoublée, sa respiration devint alors irrégulière. Son regard, vidé de toute émotion, se dirigea vers Zayro. Ce fut à cet instant qu’elle aperçut, juste derrière lui, un autre loup qui avançait lentement, dangereusement.

    À la seconde même où son regard rencontra celui du prédateur, elle se releva en s’appuyant contre un tronc d’arbre, et dégaina son arc une nouvelle fois.
    Nyang n’avait pas l’intention de sauver la vie du colosse, elle le savait capable de pouvoir éliminer cet animal avec son seul index. Non, ce qu’elle voulait, c’était se prouver à elle-même que tout cela était bel et bien réel...

    …Et son arc était la seule chose qui pouvait la rattacher à la réalité.

    La Ki inspira une bouffée d’air avant de lever son arme, la pointant alors vers le prédateur. Elle essaya de viser l’animal avec précision mais sa vue, trop brouillée, l’en empêchait. Elle vacillait, donnant presque l’impression qu’elle s’apprêtait à tirer sur le colosse.
    Nyang abaissa son arc, relâchant ainsi sa respiration.


    ▬ Ne bougez pas, fit-elle simplement, à l’adresse de Zayro.

     


    Elle ne devait pas réfléchir trop longtemps, sinon son tir serait imprécis.
    Le loup bondit habilement vers les deux élus. Il suffit d’un clignement de paupières, et Nyang avait déjà relevé son arme pour lancer une flèche en plein dans la gueule grande ouverte de l’animal, frôlant l’épaule du colosse de Fuyu.

    Un silence les enveloppa, un instant de réflexion pour la jeune femme.
    Elle devait se rendre à l’évidence : la Ki n’était pas au beau milieu d’un rêve, c’était à la réalité qu’elle faisait face.


    ▬ Tout cela est donc réel, admit-elle tout en s’approchant du prédateur, mort.

     


    Nyang se retourna alors vers Zayro, relevant légèrement le menton, soutenant ainsi son regard. Elle ne l’appréciait guère, mais elle devait reconnaître qu’il lui avait été d’une aide bien précieuse pour ses débuts en Kosaten.


    ▬ Mon nom est Nyang. Je vous suis reconnaissant pour ces informations, mais sachez que je ne resterai pas sur cette rencontre.

     


    Ses paroles étaient significatives, et Zayro devait bien savoir à quoi la jeune femme faisait référence.
    Le coup qu’il lui avait donné plus tôt, Nyang ne l’oublierait pas.




Dernière édition par Nyang le Mar 27 Juin - 16:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5670
Yens : 267
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   Mar 27 Juin - 16:01



Père j'ai failli...

feat. Nyang




On faisait tous face à notre passé, pour pouvoir affronter notre avenir. Les paroles de Zayro devaient raisonner en ce moment même dans l'esprit de la Ki, qui se faisait au passage encore passer pour un homme. Personne ne dirait que Jinn avait vu ou non le pot aux roses, s'il avait deviné que ses hormones, ses atomes, se rapprochait d'un corps masculin ou non.

C'était probable, la masse atomique d'un corps masculin proche du sien, ou d'un corps féminin du même gabarit, avait une constante de matière en général. Vous rigolerez peut être, mais la capacité d'analyse du colosse était si poussée, qu'il pouvait savoir si un attribut masculin comme un organe génital en plus était présent ou non. Cela prenait une place en plus dans la matière atomique, qu'on le veuille ou non. Mais bien entendu, ce dernier n'était pas obligé de pousser cette analyse aussi loin et tout le temps. Il y'avait aussi fort à parier que celui ci s'en fiche complètement pour le coup et ne se repose que sur la parole de cette femme déguisée.

Lorsqu'elle revint à elle, Zayro la fixait encore, sous son regard noir et son visage sans émotions. Un loup s'était entre temps faufilé derrière lui, mais elle décida de brandir son arme et la pointer sur l'ennemi. Sans se retourner, dans un excès de confiance peut être, ou tout simplement parce qu'il savait bien qu'une flèche ou des crocs ne lui feraient rien, dans les deux cas, le géant de Fuyu ne bougea pas d'un poil.

Laissant alors faire la guerrière, peut être parce qu'elle devait se prouver quelque chose à elle même. Le début de son aventure dans ce monde ne se ferait pas à la légère, voir les prouesses d'un élu, aussi faible soit t'il, pouvait laisser entrevoir son potentiel par la suite. La Ki l'avait avouée, aucun pouvoir, juste du bagou physique et des réflexes, alors autant le constater.

Pourtant, tout indiquait qu'elle allait rater son tir, à force de vaciller et de cligner des yeux, ce n'était pas cette bouffée d'air frais qui semblait lui aller. Mais après quelques secondes, la flèche fusa dans les airs et passa non loin de son épaule, avant de se planter dans la gueule du loup, son ultime repas, mortel. C'est ainsi que Nyang réalisa que tout ceci était vrai, que ce n'était pas un rêve, mais bien sa prochaine vie.



Vous en doutiez encore ? Tout est réel, oubliez donc votre ancienne vie pour l'instant.





Puis elle se présenta enfin, sous le nom de Nyang. Répondant ainsi à une précédente question, même si la demande n'avait pas été claire, les présentations étaient enfin faites des deux cotés. La Ki partait avec un bagage d'informations assez utiles et cruciales, données à la manière de l'assassin qui se trouvait en face de cette dernière. Mais pour le coup, s'en sortait assez bien... La seule vraie question en demeure, était la suivante : Cela allait t'il durer ?



A présent, ce monde vous ouvre ses portes. Peu importe que vous ne m'oubliez pas... Nous nous reverrons sans doute... Si vous survivez.




A présent, elle était libre de découvrir le reste de ce monde. Le colosse lui adressa un dernier regard, peu sympathique, avant de passer à coté d'elle et continuer son chemin. Ce n'était pas parce-qu'il l'avait ménagée qu'il était devenu trop tendre, il n'avait juste pas le temps de s'arrêter.





Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Père, j'ai failli à mon devoir...   

Revenir en haut Aller en bas
Père, j'ai failli à mon devoir...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Article paru dans le Devoir sur Haiti (10-11 fevrier 2007)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.