Partagez | .
Le rapport d'Aiko
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Le rapport d'Aiko   Lun 1 Mai - 3:13




feat.Solo

Marche sous le ciel enneigé

Les cieux comme à leur habitude étaient le siège des volatiles les plus rapides et les plus odieux, ne craignant ni le froid de la neige, ni le souffle puissant du vent, pour voler à vive allure au-dessus des terres glaciales de Fuyu. De toute leur élégance et leur grâce, ces petites bêtes auraient pu être considérées comme des petits dragons, qui virevoltaient un peu partout à la recherche de leur supérieur direct, Long. À des milliers de mètres en dessous d’eux, avaient des arbres, une multitude d’arbres surgelés qui s’étendaient jusqu’à perte de vue. Une forêt remplie de dangers et de bêtes étranges, où seul un fou, ou un être puissant pouvait avoir le courage de s’y aventurer tout seul sans craindre la fureur des attaques surprises. Je faisais bien partie de la deuxième catégorie. Uchiha vêtu de ma tenue de combat habituelle, je ne craignais ni le loup arctique, ni aucun autre animal du froid. Par contre, je craignais les humains bien plus que je ne pouvais craindre ces animaux. Seulement, il ne s’agissait pas de n’importe quel humain. Des élus encore plus impitoyables.

Le Shinobi au regard sombre que j’étais, avait affaire dans le coin. Ce n’était qu’un simple village, n’importe lequel, où j’allais pouvoir me poser et attendre, que je cherchais. Biensur, après des heures de marche sans succès, je restais un tout petit peu sceptique sur ma démarche. Par le passé, j’avais croisé plusieurs villages dans les alentours. Certains d’entre eux avaient certainement été emportés par la fureur de la guerre. Il était vrai que j’avais déjà trouvé, tout au long de ma randonnée, des restes de villages brûlés et consumés, des morts ainsi que des cadavres par dizaines.

Seika avait réduit certains lieux en feu et en sang. Bien qu’ils soient une nation de justes, la guerre elle, ne faisait pas de distinction. Mais que pouvions nous faire ? C’était la guerre. On ne faisait pas de quartier, ni pour les combattants, ni pour les civils, ni même encore pour les soldats qui avaient le malheur de tomber sous la menace de l’ennemi.

-Difficile de croire que certains, apprécient le fait qu’il y ait cette tuerie dans plusieurs endroits dans le monde.

Le conglomérat plus exactement, prenait un grand plaisir à alimenter du mieux qu’il pouvait la guerre qui faisait rage au sein même des trois nations. Le pouvoir, l’argent, tous ces éléments faisaient en sorte que ce monde sombre dans le désespoir. Il fut un temps où j’étais acteur, sans comprendre le scénario réel qui se dessinait derrière, mais maintenant, cette époque était totalement révolue. Les informations affluaient comme les gouttes d’eau lors d’une précipitation et j’étais déjà bien plus avancé qu’il y avait bien longtemps. Les grosses têtes se moquaient et savouraient pleinement la situation actuelle du mieux qu’ils le pouvaient, augmentant les brindilles sur le feu de la guerre qui était déjà en place depuis bien longtemps.

Bientôt, j’allais faire un grand pas pour enfin percevoir dans une totalité des plus complètes, les choses qui se passaient réellement dans la partie invisible de Kosaten, du moins, dans une facette bien précise. Mais avant tout, il me fallait développer certaines caractéristiques et certains critères bien précis, pour ma propre sécurité et celle de mes plans. La discrétion, était la première d’entre elles. Et les cieux savaient, que l’arrogance d’un Uchiha ne pouvait être longtemps dissimulée.

-Tiens… donc, un village…






--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   Lun 1 Mai - 3:17




feat.Solo

Village Hanabi

Le temps de la marche avait été réellement long, si bien qu’il semblât à un moment donné être une éternité. Mais ayant passé la moitié de mon existence à traverser des kilomètres de terre à la marche, ça ne fut qu’une simple promenade habituelle. Et durant ce laps de temps, je n’avais même pas eu l’occasion de remarquer, que plus j’étais plongé dans mes pensées, plus je m’enfouissais dans la forêt de givre. C’était donc, par un parfait hasard, que lorsque ma tête se releva, je vis dans le lointain, plusieurs colonnes de fumée. Ces dernières n’étaient certainement pas issues de la destruction à grande échelle, mais plutôt par la combustion du petit-bois au sein des maisons qu’il y avait au sein du petit village, pour se maintenir de la plus simple des façons dans la chaleur.

Biensur, ce n’était qu’au sommet d’un massif rocheux enneigé, que j’observai à une vingtaine de mètres, ce village que les rayons du soleil caressaient du dos de la main, d’une façon assez délicate pour attendrir les mœurs de tout un chacun, en ces périodes de froid et de guerre. Ce petit village, séparé de la forêt par une étendue de terre blanche circulaire, de plusieurs mètres, permettant donc aux personnes qui montaient la garde, de voir des possibles intrus, si jamais ils montraient le bout de leurs nez, semblait sécurisé.

Bien évidemment, je n’étais pas un ennemi, et les échanges violents avaient cessé depuis quelques temps à présent entre les nations, de quoi faire suffisamment baisser leur méfiance pour me permettre d’entrer sans encombre au sein du village. Un petit coin tranquille et reposant, qui avait certainement dû, grâce aux dispositifs de sécurité, se maintenir à l’abri des forces militaires ennemies. C’était ce qu’était le village Hanabi. De ce fait, la joie et le bien-être régnait en maître dans ce petit coin, de quoi raviver mon esprit un moment et l’écarter de toute la noirceur et la cruauté de ce monde.

Pour Zayro Jinn, j’avais eu deux missions principales, et j’avais tout fait, pour privilégier la première entre les deux, celle de l’assassinat. Pour ce faire, il me fallait un certain nombre d’informations, que je n’allais jamais réussir à assembler sans l’aide de mon informateur, Aiko. Le véritable problème, était le fait qu’il était continuellement poursuivi et même chassé par son ancien employeur. J’avais uniquement espoir, que rien de mal ne lui soit arrivé, et qu’il puisse bel et bien me fournir des informations importantes à tout moment.

Nous nous étions fixé un rendez-vous dans un village lors de notre précédente entrevue. Pour ce faire, je cherchai un établissement adéquat pour nos rencontres habituelles, une auberge. Une fois entrée, je pris une place dans le fond, un point à partir duquel j’aurais pu observer toute la salle, et à partir d’où également, j’aurais très certainement pu être observé lors de l’accès à la porte d’entrée. Dès que mon installation s’acheva, une personne, une serveuse, vint auprès de moi me demander ce que j’étais prêt à prendre pour leur compte. Naturellement, une coupe de Sake pour perdre le temps, avec en supplément un bol de riz. La barmaid prit bonne note avant de faire volte-face et de se retirer lentement.

Techniquement, il ne me restait plus qu’à attendre l’arrivée de mon informateur, qui n’allait certainement pas tarder à me ramener les informations dont j’avais besoin. Les aiguilles des secondes tonnèrent continuellement dans ma tête. Et bien que mon visage demeurât de marbre, j’étais impatient, peut-être même un peu trop de recevoir ce qu’avait Aiko pour moi. Une demi-heure et j’y étais encore, après quoi, une personne finit par traverser la porte observant de gauche à droite. La lumière qui régnait à l’extérieur, ne me permit pas de le reconnaître plus vite, mais avec un peu de temps, je sus qu’il s’agissait bien de mon associé aux cheveux verts.

-Aiko.

Dis-je de façon audible. Suite à ces mots, il s’approcha de ma table et s’assied en face de moi

-Bonjour, Rinkyu-sama






--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   Lun 1 Mai - 3:21




feat.Solo

Livraison

Il était bien présent, en un seul morceau. Vêtu comme un fugitif, il semblait enjoué de me revoir. Le voir dans une situation aussi désespérée m’exaspérait mais il fallait avant tout prendre en compte ce qui était important, sans jamais laisser les envies prendre le dessus. Je lui avais bien dit que j’allais m’occuper de ce Doko qui lui pourrissait généreusement l’existence, et je n’avais pas oublié. Il se devait juste d’être quelque peu patient. La serveuse ramena le bol de nouilles ainsi que la coupe de Sake, avant de s’éclipser à nouveau. Bien évidemment, je lui poussai le bol jusqu’à mon interlocuteur et pris la coupe de Sake.

-Avez-vous ce que je vous ai demandé ?

-Oui, tenez.

Il prit d’une poche intérieure de sa veste, une volumineuse enveloppe. Les papiers qui y étaient, peinant à y être maintenues, toutefois, ça valait ce que ça valait. Prenant son présent, je le déposai sur la table, l’examinant continuellement et avec une précision monstrueuse. Chaque inscription passait sous mon regard et sous mon analyse. Bien évidemment, j’étais un peu surpris de tout ce qu’il pouvait savoir, de tout ce qu’il avait réussi à rassembler en si peu de temps. Et malgré toute ma bonne volonté, je n’aurais pas pu tout lire en si peu de temps, mais je profitai bien du fait qu’il soit en train de manger pour parcourir avec toute la patience et la minutie les fiches de donnée que j’avais sous la main. Les choses devenaient étrangement plus claires. Semblait-il, elle connaissait assez d’élus puissants et particulièrement dangereux, ce qui n’était pas pour me plaire bien évidemment. Tout potentiel allié qu’elle aurait pu se faire, compromettrait grandement ma mission, encore, s’il s’agissait d’élus particulièrement dangereux.

L’informateur venait à peine d’achever son plat, que je l’enchaînai déjà d’interrogations concernant les données plutôt étonnantes qu’il avait réussi à rassembler avec brio.

-Qu’avez-vous ici plus exactement ? Donnez-moi un bref résumé.

-Heu… des noms, des lieux, toutes les rencontres faites depuis les deux derniers mois, les personnes avec qui elle a des liens particuliers. Je dois reconnaître qu’il a été assez complexe de trouver tout ça, elle sait se dissimuler, mais comment s’étonner avec les grosses têtes qu’elle a dans son registre ?

-Des grosses têtes ?

-Un certain Heiwa… lui, on ne sait rien sur lui, si ce n’est sa tenue assez particulière. Il est bien trop gardé pour qu’on puisse s’en approcher. En réalité, la dernière personne que j’ai envoyée pour le rechercher, a disparu comme ça, du jour au lendemain, sans laisser de traces sur l’intégralité de la planète. Et pour ne pas retrouver un de mes hommes, il doit être soit mort, soit retenu quelque part en captivité.

Un des quatre empereurs en personne. Cette fille n’était donc pas aussi simple qu’elle n’y paraissait. C’était là une chose certaine à présent. Mais pourquoi Zayro se confronterait-il à des personnes qui sont ses alliés ? Ah biensur, il agissait de la sorte parce que c’était ainsi qu’il était, dépourvu de logique, et de méthode d’action. Il ne craignait rien, et n’aurait pas hésité à mettre les gens sous terre par un simple caprice. Si toutefois un informateur n’avait pas pu l’observer, cela ne pouvait que témoigner davantage le fait qu’approcher les quatre empereurs dans leur dos, était une perte de temps.

-Je vois. Je lirai ceci en plus tard, dans un endroit plus calme où je me saurais en sécurité. En parlant de sécurité, revenons au sujet majeur de notre conversation…. Doko.



For the corrector:
 




--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   Lun 1 Mai - 4:02




feat.Solo

Envoyons-lui un message

Ambiance

Doko. Ce nom revenait plus de fois qu’il ne le fallait lors de nos conversations, et seulement ça, était déjà un gros problème que je devais prendre le temps de régler au plus vite, et au mieux. Prenant en chasse ma seule pièce maîtresse, mon fou, il ne pouvait demeurer assis sur son siège dans sa demeure à se prélasser alors même que je devais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour préserver la vie de mon sous-fifre. L’heure de sa relaxation tendait à sa fin, et j’aurais été la personne qui l’aurait extirpé de son repos douillet, par la plus cruelle des façons. Un problème pour mon associé, était un problème pour moi.

-Parlez-moi de ce Doko.

-Je pense vous avoir assez dit à son sujet, du moins, si je ne me trompe pas.

En effet, mon informateur m’avait raconté son histoire, son vécu avec cet être malsain. Aiko dans sa dépravation et sa déliquescence, sombra dans les profondeurs de l’incongruité, sans même crier garde. C’est dans cet état aussi lamentable que pitoyable, qu’il rencontra Doko. S’étant avant tout fait passé pour un drogué avéré, notre ennemi commun a réussi à extirpé le véritable accro qu’était Aiko, de sa dépendance pour finir par l’installer au sein de sa congrégation. De ce fait, mon informateur – fou comme j’ai pour coutume de l’appeler – s’est retrouvé en train de prendre des informations un peu partout pour le compte de son ami, son sauveur et aussi, son boss.

Seulement, les demandes du plus haut gradé, ont été un peu trop grandes et dans sa lucidité, Aiko, ne pouvait tout simplement pas se résoudre à les accepter : il déserta les bas-fonds, faisant de son ancien ami, le pire ennemi qu’il ait rencontré de son existence. L’histoire était bien là, et nous le savions tous deux. Ce qui n’était pas là par contre, était sa localisation. Parce que pour l’anéantir, je devais savoir précisément où il était.

-Vous n’avez donné que votre histoire, ainsi que la raison de ses agissements. Jamais, vous n’avez mentionné là où j’aurais pu le trouver, à quel point il aurait été gardé, ni même quels étaient ses méthodes d’action favorites. Pour une personne qui a travaillé avec lui pendant longtemps, vous devez certainement savoir tout cela. Sinon, pour avoir réussi à si bien vous dissimuler, vous devez avoir eu quelques informations sur ses méthodes de pistage et de surveillance. N’est-ce pas ?

Il baissa les yeux un moment, toujours gêné de cette histoire qu’il savait, était réellement gênante pour moi. Quoi qu’il en soit, Aiko était loin d’être stupide. Et il connaissait mieux que personne ma façon d’agir, ainsi que les méthodes que j’employais pour me faire entendre. Seulement me donner ces informations, de quoi je devais me méfier et de quoi je devais ne pas me méfier, aurait suffit pour qu’il s’abatte sur le mafieux et sa bande, un châtiment encore plus cruel que la mort, l’anéantissement le plus total.

-En effet, je sais tout cela. En ce moment même, il se situe dans les territoires neutres, dans le village d’Honto, où il agit comme maître des lieux. Il loge dans un château, suffisamment gardé pour qu’il n’ait pas à craindre qui que ce soit. Depuis mon départ, il se dit qu’il ne cesse de boire et de demander à chaque fin de journée ce qu’il en est de mon sort. Quant à sa façon d’agir, il possède plusieurs gens qui sont généralement camouflées dans la foule. Et en ce moment-même, deux d’entre eux sont en train de surveiller la porte d’entrée attendant que je sorte.

Mon visage était de marbre quand je reçus ces informations capitales. Elles étaient plus que suffisantes pour me permettre de passer à l’action. D’ailleurs, les deux personnes proches d’ici, allaient faire office d’avertissement.

-Vous lui avez-vous parler de moi ?

-Certainement.

-Bien, allons lui transmettre un message. Dis-je en plissant légèrement mon seul oeil visible







--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   Lun 1 Mai - 4:43




feat.Solo

Message sanglant


J’étais un chasseur, un prédateur, celui qui faisait fuir le reste des insectes qui fourmillaient dans la nature, tous voulant porter atteinte à ma personne. Une fois que mon regard se posait sur ces misérables qui me cherchaient des problèmes, c’était un présage de malheurs pour les individus en question. Aujourd’hui, mon regard s’abattait sur ce Doko, celui qui entachait mes plans ainsi que mes moyens d’action. Se mettant au travers de la route de mon partenaire de travail, de mon fou, il se mettait automatiquement au travers de mes plans. Le réseau d’informateurs d’Aiko, était vaste et me permettre de le perdre n’était même pas envisageable pour le moment. Quoi qu’il en soit, l’heure était venue pour moi de lui faire savoir qu’il devait bien se tenir, et même, s’apprêter au pire. Je m’avançai, un pas après l’autre, jusqu’à me tenir au seuil de la porte de sortie. Mon regard impassible parcourait l’ensemble du vaste terrain qui s’étendait en face de nous. Près de moi, il y avait mon informateur aux cheveux verts.

-Où sont-ils ?

-Le premier est près du baril, simulant la lecture d’un livre. Son accoutrement est bien de Fuyu, mais ses bottes arborent l’insigne de Doko, un faucon totalement rouge. Le deuxième est situé sur le toit du bâtiment en face.

Mon regard suivit tout à toutes ses indications et effectivement, le premier sembla nous avoir observés du coin de l’œil pendant un bref moment. Mon iris s’éleva pour observer au-delà de la ruelle pour voir le bâtiment en bois, qui avait une terrasse sur son toit. Il y avait quelqu’un qui fumait une cigarette, avec un chapeau de paille sur la tête.

-Celui au chapeau de paille ?

-Oui, c’est bien lui

-D’accord. Attendez-moi à l’auberge, peu importe ce qu’il se passe.

Après avoir acquiescé, le natif aux cheveux verts se dissipa dans l’ombre de l’établissement, suite à quoi, grâce à un Shushin No jutsu, j’apparus en face de celui sur le toit, donnant un coup-de-poing suffisamment violent dans le ventre pour lui faire perdre connaissance. Avant même qu’il ne tombe au sol, je le rattrapai, le mettant sur mon épaule. Par la même technique, j’apparus soudainement derrière le lecteur. Et avant qu’il n’ait eu le temps de remarquer ma présence, je frappai du tranchant de la main sa nuque pour qu’il s’écroule en face de moi, lâchant une trainée de bave dans la chute. Avant qu’il ne s’effondre, je le pris dans le creux de mon bras, avant de me déplacer à une vitesse époustouflante pour me retrouver à quelques mètres du petit village.

Cela fait, je plantai mon pied ainsi que mon poing dans les figures des deux individus pour les réveiller et les extirper de leur sommeil sempiternel. Bien évidemment, le réveil fut brutal, si bien qu’ils maintinssent leurs mains sur leurs narines.

-Donnez-moi vos noms, ou mourrez

-T’es qui toi ?!

J’empoignai le brun qui parla par la gorge, la soulevant avec une main jusqu’à une poignée de centimètres du sol, avant d’écraser sa tête contre un arbre. Son crâne céda sur le coup et l’hémorragie interne ne tarda pas à faire jaillir de ses orifices son sang, qui ruissela le long du tronc. Mon regard se retourna droit vers l’autre survivant qui tremblait de frayeur. Je m’avançai doucement vers lui et avant que je ne lui mette la main dessus, il devint très bavard.

-Mon nom est… est… Irichi Tagaka…. Irichi Tagaka… par pitié épargnez moi.

Je le pris par le col, avant de l’approcher de moi. Mon Sharingan s’activa et il ne fallut pas plus qu’un simple échange visuel pour lui inscrire un message dans l’esprit.

-Écoute-moi bien. Je veux que tu retournes vers celui qui t’a envoyé et que tu lui dises bien clairement, que Rinkyu Uchiha amènera à lui les enfers eux-mêmes.

Après l’avoir relâché, il tomba sur ses genoux, avant de se relever et s’en aller comme un être totalement ordinaire. Par la suite, je m’avançai doucement vers le village à nouveau, laissant le cadavre du deuxième inconnu accroché contre un arbre.







--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1338
Yens : 875
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En discussion privée avec Zayro

Progression
Niveau: 157
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
8/12  (8/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   Jeu 11 Mai - 1:41




feat.Solo

Restez à Fuyu

Combien de temps avais-je passé à l’extérieur de ce petit village ? Dix minutes ? Quinze minutes ? Plus encore ? Je n’arrivais plus réellement à compter le temps. Le message programmé était en train d’aller droit vers le manoir de mon actuel ennemi, et le cadavre de l’autre espion, était encore accroché à un arbre, tous deux dépourvus de vie. Il fallait reconnaître, que dans certains cas, dans certaines situations bien précises, je me montrais sans pitié pour arriver à avoir ce que je voulais. Était-ce une éducation de Fuyu ? Une chose qui avait toujours été en moi ? Ou bien une crainte de perdre mon allié le plus cher ? Aiko ? Rien n’était certain. Si pour sortir du petit village d’Hanabi, j’ai utilisé un mode de déplacement extrêmement rapide, pour le retour, je suis allé pas à pas, sans réellement me presser. L’affaire Doko était en route. Et je n’allais pas tarder à m’en occuper au plus vite, après Rumaki…

Une fois de retour dans la pièce dans laquelle j’avais demandé à mon messager de m’attendre, ce dernier semblait stressé, observant d’un regard aux pupilles tremblotantes son verre d’eau. C’était à se demander, si véritablement il savait ce qu’il risquait en travaillant avec moi. D’une part, j’avais un peu de la peine pour cet individu, d’autre part, je savais que je ne pouvais me le permettre pour le moment. Les sentiments de pitié, de compassion, étaient une faiblesse quand on devait mener des choix, prendre des décisions objectives. Si jamais, Aiko se retournait contre moi pour essayer de m’atteindre, je n’aurais aucune pitié contre lui. Bien évidemment, cette idée a certainement dû effleurer l’esprit de l’homme aux cheveux verts. Mais je ne m’en inquiétais pas trop. Je le respectais, réellement, et le perdre n’aurait pas été quelque chose que j’aurais voulu.

M’approchant de la table aussi discrètement que d’habitude, je m’assieds en face de lui, qui semblait à la fois surpris, inquiet et joyeux de me revoir. Ses émotions étaient lisibles sur son visage, mais ça rendait encore plus complexe la compréhension de sa pensée, surtout à un moment pareil.

-Pensiez-vous que je n’allais pas revenir en vie ? Que ces deux incrédules auraient pu me faire quoi que ce soit de mal ? Ignorez-vous donc la réalité de mes capacités ?

-Non, ce n’est pas ça… Juste que, ça me gêne réellement de vous impliquer dans cette situation. Autre part aussi, Doko était mon ami. Il m’a peut-être dupé, et fait faire des choses que je n’aurais jamais pu faire de moi-même, mais il reste une personne que j’ai beaucoup en estime.

-Dommage que vos sentiments ne vous soient pas rendus. Les choses auraient été beaucoup plus simples ainsi… Pour ma part, je n’ai plus rien à faire ici. Restez quelque temps à Fuyu, je pourrais encore avoir besoin de vous. Et n’oubliez pas, votre vie est précieuse, prenez en grand soin.

Sur ces derniers mots, je me levai et m’en allai par la grande porte. Avec les documents que j’avais en ma possession, les informations cruciales que j’avais au sujet de ma cible, il n’y avait plus aucun doute que sa mort aurait été une réalité future. Une place au conglomérat m’attendait. Il ne fallait plus que, une autre place au sein des hautes sphères de Fuyu me soit accordée. Mais biensur, chaque chose en son temps.

Fin






--  Et il se disait que les Uchiha étaient éteints...  --


Themes


Natural // Reflexion //Sadness // Battle // Royal Battle
Rinkyu parle en #0099cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le rapport d'Aiko   

Revenir en haut Aller en bas
Le rapport d'Aiko
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» rapport de bataille apocalypse
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.