Partagez | .
Nouveau départ pour l'Ogre
Messages : 13
Yens : 330
Date d'inscription : 12/04/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Toyohisa Shimazu ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Nouveau départ pour l'Ogre   Lun 1 Mai - 13:09

La douleur lancinante que lui causait les plusieurs lances plantées dans le corps s'estompa tout d'un coup alors que son corps tomba en avant dans une éclair blanc. La moiteur d'une soirée chaude après une journée de combat fut remplacée par un froid mordant et la sensation du sang coulant de ses blessures s'effaça comme si rien ne s'était passé.
Toyohisa était au sol, dans une bonne couche de poudreuse, la neige lui entrait dans la bouche à demi-ouverte dans une expression d'intense fatigue. Il était allongé sur le ventre, l'esprit encore brumeux, oscillant entre le songe et la réalité.


" Suis-je mort... ?"

Il se sentait bien, trop bien pour un homme qui avait subi d'importantes blessures et qui errait comme un damné pendant près d'une heure.
Il ne ressentait plus aucune douleur, une intense fatigue oui, mais semblable à celle d'un sportif qui revenait de sa séance quotidienne, rien de plus. Il serra les poings et fut rassuré de toujours sentir son katana, dans sa main droite.
Le samouraï se redressa péniblement, tenant sa tête de sa main gauche comme pour chasser cette simili gueule de bois qui, à l'instar d'un saké trop chargé, lui faisait tourner la tête et lui donnait des vertiges.
Le changement de climat, de température, de lumière et... d'air même, rendait sa respiration difficile, comme s'il utilisait ses poumons pour la première fois.
Il mit un pied à plat, et se levait à présent, titubant un moment avant de prendre son second appuie et de s'étendre de toute sa hauteur pour de bon. Tout en faisant craquer sa nuque, il observait le territoire autour de lui.
Tout n'était que blanc, à perte de vue. Le vent faisait tournoyé des flocons au gré de ses envies, rendant l'analyse de l'environnement incertains.
Point de foyer, point de bâtiment, point de signe de vie, Toyohisa était un point écarlate dans une immensité immaculé donnant à la scène une allure tragique. L'Homme face à la Nature.
Après quelques instants où le jeune homme resta immobile, contemplatif du monde qui l'entourait désormais, des silhouettes se dessinèrent dans le blizzard devant lui.
Simple ombre mouvante approchant dans sa direction, il n'en fallait pas plus pour l'Ogre de Shimazu pour armer son bras, prêt à frapper.

Un enfant pouvait voir qu'il n'avait aucun moyen de s'échapper. Son équipement n'était clairement pas fait pour se déplacer dans la neige. Ses vêtements commençaient à être humide à présent, rendant ses pas plus mous, et la force nécessaire pour se déplacer rapidement était plus importante avec cette couche de neige, sans parler de la couleur rouge écarlate de son uniforme qui rendait la discrétion impossible. Le combat était inévitable, et cette pensée lui dessina un jolie sourire carnassier, celui de ceux qui aime l'affrontement et le sang.
Il se plaça en position de combat, le bras prêt à frapper à la droite de sa tête, la lame tendue derrière lui, ses deux mains fermement resserrer sur le manche de son katana. Il changea sa posture pour une facilitant la course et le bond en avant. Il devait attendre le bon moment, celui qui lui permettrait de faire le premier pas, sous le couvert de la neige dansante, pour profiter d'un moment d'inattention de ses adversaires. Il foncerait pour la tête, toujours la tête, pour récupérer ce trophée qui irait nourrir la gloire de ses ancêtres.

Un pas... Il sentait à présent ses forces revenir, le combat imminent, sa nature reprenait le dessus.
Un pas... Son bras droit se gaina alors que sa soif de sang se dessinait sur son visage.
Un pas... C'était tout ce qu'il attendait pour s'élancer et occire sa première cible.

La distance maintenant idéale, Toyohisa s'élança.
Il parcourut le trajet d'une traite, comme s'il ne touchait pas le sol, nullement affecté par la présence de la neige, et commença son leitmotiv.

- Ta tête ! Laisse moi ta tête et meurs !

La lame ne trancha rien d'autre qu'un flocon, unique victime du swing magistral du samouraï alors qu'il fendit l'air en vain, ne tranchant qu'une ombre derrière le voile des éléments.
En face de lui, sa cible avait disparu, remplacée par rien de plus que les envies de meurtres de l'Ogre qui changea sa garde, prêt à accuser un coup par derrière. Ses yeux cherchaient frénétiquement de droite à gauche ses adversaires.


- Montre toi ! Oni ! Tu n'auras pas mon âme sans combattre !

La neige crissa derrière lui, et le sabre s'abattit dans cette direction. Son katana ne rencontra une fois encore que du vent, et ses yeux n’aperçurent qu'une ombre une fois de plus. Il sentait autour de lui la présence d'un individu, mais n'était pas capable de le toucher ni de le voir, renforçant dans son esprit teinté de croyances médiévales, la présence d'un fantôme ou d'un démon quelconque.
Quelque chose le percuta par derrière, frappant son dos et le faisant rouler sur le sol. Habilement, Shimazu se remit en position aussi sec, préparant son sabre pour parer une attaque.
Devant lui, son adversaire approcha, arborant une tenue qui se voulait militaire. A ses côtés, deux autres silhouettes s'approchèrent, possédant des tenues similaires.

Le samouraï resta un moment silencieux, ils n'avaient pas l'air d'être des démons, ou bien ces derniers se jouaient de lui. Leur tenue ressemblait à un uniforme qu'il ne connaissait pas, et il ne voyait aucune marque d'un Daimyo qu'il connaissait. Où se trouvait-il ?
Il raffermit la poigne de son sabre et se leva lentement, prêt à tout moment à attaquer ou à se défendre.
En face de lui, son premier adversaire leva une main, en signe de paix, et baissa le tour de cou qui le protégeait du froid, révélant par la même occasion un visage humain, asiatique, avec un grand sourire amical.

- Du calme l'ami ! Détend toi, nous ne sommes pas ici pour te blesser * sourire amical *

Le fait que l'individu parlait un japonais impeccable était étrange pour le jeune homme qui ne reconnaissait pas dans leur accoutrement des vêtements appartenant à son ère. Toujours sur ses gardes, il lança :

- Qui êtes vous ?! Et où je suis ?

Son interlocuteur lui intima de se calmer d'un mouvement de main et s'approcha un peu de lui, disant en même temps :

- Nous sommes des hommes de Fuyu, la nation dans laquelle tu te trouves. Plus au nord se trouve la ville d'Hyouga, notre place forte. Nous allons t'y amener pour que tu puisses te reposer, te nourrir et te réchauffer.
- Et si je refuse ?
- Tu te méprends totalement l'ami, tu es libre de faire ce que bon te semble mais avec ton accoutrement tu risques de mourir de froid avant d'atteindre un climat plus clément * sourire amical * Tu es au nord de la nation la plus froide du Kosaten, celle qui forge les hommes les plus forts et les femmes les plus belles * clin d'oeil *

Ses camarades émirent un petit rire étouffé par leur équipement. Toyohisa ne broncha pas.


- Ecoute, ne le prend pas mal, mais je dois vérifier quelque chose...

Son interlocuteur disparu d'un coup, réapparut derrière lui et l'immobilisa. L'ogre se débattit un moment, en vain, alors que le beau parleur tirait sur ses vêtements comme pour le dévêtir. Projeté au sol, Toyo pesta:

- Je ne suis pas de ce bord là enfoiré ! Lâche moi que te coupe la tête !
- Wow wow on se calme, j'ai vu ce que je devais voir.

L'homme le lâcha, et Toyo tenta de l'atteindre de sa lame, mais l'individu remit de la distance entre eux.

- Calme calme... Ce n'était qu'une formalité, maintenant j'ai la confirmation que tu es l'un des nôtres * sourire amical *
- Comment ça ?
- Ça ne va pas être facile à entendre, mais tu es dans un autre monde, téléporté ici par nos dieux dans un but précis. Tu n'es pas le seul qui, comme toi, viens d'un autre univers pour rejoindre nos rangs. Tu es ce qu'on appelle un "élu", un être choisi par les dieux pour combattre dans le Kosaten. Ici 3 nations s'affrontent: Fuyu, la faction à laquelle tu appartiens, reconnaissable au tatouage que tu as dans le dos, Minshu, et enfin Seika.
- Quoi... ?

Beaucoup d'informations pour le jeune homme qui enregistrait machinalement ce qu'il venait d'entendre. Avec le recul, ce que disait cet homme n'était pas impossible. Il aurait échappé à sa mort en arrivant ici, ce qui explique l'absence de blessure sur son corps. Ça expliquerait également pourquoi il se retrouve dans un environnement montagneux, glacial, alors qu'il se battait en pleins Japon et également la différence d'accoutrement entre lui et les hommes qui se trouvaient en face de lui.
Il baissa son katana en réfléchissant, et son interlocuteur afficha un sourire satisfait. Toyohisa rengaina son sabre et croisa les bras.


- Admettons que je te crois pour le moment, qu'elle serait la suite des événements ?
- Rien de spécial, on retourne en ville pour te trouver un équipement pour survivre à la température, tu te reposes un peu et après tu tues au nom de notre seigneur et de notre dieu * sourire en coin *
- Huh...

Il y avait encore des trous dans cette histoire, des points qu'il ne saisissait pas, mais pour le moment il devait faire ce qu'on attendait de lui, le temps qu'il ait le reste des informations nécessaires pour connaître la conduite à tenir.

- Comment t'appelles tu ?
- Moi ? Hiro, et toi ?

L'Ogre de Shimazu s'approcha de l'homme qui continuait d'afficher son sourire confiant et amical. Il lui tendit le bras, pour un accolade de soldat et lorsque ce dernier lui rendit son geste, il termina :

- Shimazu Toyohisa, fils de Shimazu Iehisa et neveu de Shimazu Yoshihiro du clan Shimazu.

Le petit groupe quitta ensuite les lieux, le samouraï restant silencieux pendant le trajet, écoutant Hiro lui raconter avec plus de détails la vie et le contexte du Kosaten. C'était une situation étrange, comme si un supérieur faisait le topo d'une mission à une nouvelle recrue à fort potentiel, comme si les choix de Toyo aurait une quelconque incidence dans ce monde.
Pensif, le guerrier continua d'hocher là tête lorsque son interlocuteur le regardait.

Après une vingtaine de minutes, les murs de la ville fortifiée apparurent devant eux. La couleur ne jura pas avec la beauté immaculé de la neige. Les parois, gelées par le froid, ne contrastait que très peu avec le reste du paysage, pouvant faire croire à un genre de sinistre mirage.
Encore quelques minutes et ils entrèrent dans la ville militarisée. Il était clair que les hommes ici étaient prêts à combattre, ainsi que la ville à se défendre. Le Shimazu ne comprenait pas encore bien ce qu'il se passait dans ce monde, mais la paix n'était clairement pas de rigueur.


- Hey tu m'entends ?

Toyohisa émergea de ses pensées, il avait un regard perdu devant lui depuis quelques instants et restait silencieux aux appels que Hiro lui lançaient.

- Pardon, tu disais ?
- Huh... Rien de bien important, tu dois être affamé. Allons dans une taverne avant que je ne t'indique tes baraquements.
- Je serais posté ici ?
- Non pas vraiment... Mais on te l'expliquera sans doute mieux que moi, je pense que pour le moment,
le temps que tout soit clair dans ta tête, il serait plus simple de t'avoir ici, près de nous, que de te laisser dans la nature. * sourire amical *

- Tu as peut être raison...

La situation devenait étrange, Toyohisa n'avait qu'une envie en entrant dans cette taverne: trouver le moyen de quitter ses hommes et comprendre ce qu'il faisait ici.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 431
Yens : 350
Date d'inscription : 05/12/2014

Progression
Niveau: 80
Nombre de topic terminé: 26
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Lilith ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Mar 2 Mai - 18:25



feat.Toyohisa
Un orgre samurai


Après les difficiles évenements à Shiryoku, la belle rouquine s'en était allée de ce lieu. En y repensant, sa vie n'avait été faite que de déménagements ces derniers temps. D'abord en partant de Chikai, à cause du fait que celle ci hebergeait Ayae, une native de Fuyu, au sein d'une capitale ennemie de la nation bleue, puis de la ville marchande. Cette nuit là, fut la pire de toute sans doute. Perdre un ami, un travail, une maison et tout le reste, en un clin d'oeil. Zoro Roronoa avait assassiné de sang froid toutes ces personnes, et elle avait mit le feu pour que tout ça ne passe que pour un vulgaire accident. Mais tout était gravé, profondément, dans sa mémoire !

Normalement, elle se fichait des morts, mais quand ça touchait des personnes proches, qu'elle avait longuement côtoyé, ce n'était plus pareil. Le tavernier n'avait pas souffert et c'était déjà ça. Bref, après cette apocalypse, la rousse partie avec son amie samurai dans le grand Fuyu, le profond Fuyu et ses glaciers si difficiles. Le climat froid, le vent, la banquise, c'était pour retrouver le clan d'Ayae et une certaine tranquilité que la Seikajin s'installa là bas.

Pas jugée au moins, même si le contexte de la guerre ne rendait pas les choses faciles pour tout le monde. Après y avoir passé un bon mois, l'heure était au restockage. Une fois par mois environs, les hommes du village éloigné dans les glaciers, remontait la voie pour tomber sur la ville fortifiée de Hyouga. Il s'agissait d'acheter assez de provisions pour tenir le mois suivant, avec la chasse et la pêche, cela ne suffisait pas toujours. Lilith avait voulut accompagner un peloton et partie donc avec eux. Environs dix hommes se trouvaient à ses cotés et Ayae n'était pas du voyage.

Le retour de la samurai dans son clan, éveilla de nouveau les traditions. Elle qui était une fille de chef et donc une princesse, dû forcément se plier à quelques petites choses, que cette dernière n'apprécia pas vraiment, mais restaient supportables. La liberté des deux femmes ne pouvaient pas êtres aussi bridées que ça. Toujours est t'il, que l'élue du Phénix, bien emmitouflée dans une tenue d'hiver, avec capuche et peau de bête, arriva donc au sein du village fortifié. Ses grands murs glacés pour faire barrage et sa porte toujours ouverte. La légende racontait que la neige l'avait coincée ainsi.

Les premiers achats se firent chez un marchands habitués aux locaux et natifs de la région polaire et arctique de Fuyu, avant de passer à d'autres. De loin, Lilith vit un trio de soldats emmener un homme en rouge dans une taverne. Elle aurait pu passer son chemin, d'autant que le style assez féodale de son habit n'aurait pas dû éveiller ses soupçons sur une probable condition d'élu, mais tout de même. Cette vision lui rappela qu'elle n'était pas une native, mais bien une sirène, une élue, une femme avec des pouvoirs mystiques et puissants.

Aidant tout de même le groupe à mettre dans une charrette, la nourriture, les barils et autres délices refroidis,
la belle commença à s'éloigner d'eux.


Je reviens, je dois m'assurer de quelque chose.  Dit t'elle au chef de peloton.

Très bien, mais nous partons d'ici une demi heure, une heure peut être.

Udan s'est blessé à la cheville. ajouta un autre

Ah... Et bien, prends ton temps finalement, nous repartirons peut être que demain. Fit t'il en se tournant vers elle, puis vers le groupe Allez emmenez le se faire soigner... Il manquait vraiment plus que ça.

Parfait. Merci Juhoon. Clotura Lilith en se dirigeant vers l'auberge.


Pourquoi sa curiosité naissait à ce moment précis et désirait t'elle voir de ses yeux si ce qu'elle pensait était vrai ? La lassitude de s'être enfermé dans ce village perdu, l'envie de remonter la pente ou alors... Juste une curiosité passagère, futile. Il ne fallait en tout cas pas qu'elle oublie qu'ici, Lilith était une ennemie. Heureusement, son tatouage était bien sous ses vêtements, sa capuches vissés sur sa tête.

Seul la couleur étrange de ses yeux ou de ses cheveux auraient su la trahir si tel était le cas. Mais elle se coiffa en arrière pour en voir le moins possible et pour son regard, elle se ferait simplement discrète. Si les gardes savaient que le clan d'Ayae hebergeait une élue de Seika, cela pouvait tourner au drame, encore une fois ! C'était hors de question.

Alors pourquoi cette prise de risque ? L'adrénaline ? Elle même ne savait pas tout de suite le pourquoi, mais entra sans hésiter dans la taverne, se dirigeant vers le tavernier et son comptoir, en jetant quelques coups d'oeil sur le trio de garde et Toyohisa. Ce type avait lui aussi un étrange regard.


Ah vous venez du village des glaciers... Qu'est ce que j'vous sers ?

Une... Boisson chaude, ce que vous aurez.



Hey ça faisait longtemps ! Coucou !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 13
Yens : 330
Date d'inscription : 12/04/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Toyohisa Shimazu ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Mer 3 Mai - 16:50

En entrant dans la taverne, Toyohisa fut accueilli par une douce chaleur qui contrastait énormément avec le climat glacial extérieur. Il eut un petit frisson qui lui parcouru l'échine et éternua, recevant une tape dans le dos de la part de Hiro qui lui disait qu'il s'habituerait rapidement à ce temps.
Il était toujours habillé dans sa tenue traditionnelle, et n'avait pas prévu de l'enlever avant un moment. Les hommes de son clan étaient forts et robustes, et si plusieurs lances lui transperçant les organes n'avaient pas réussi à le tuer, ce n'était pas un petit vent frais qui y parviendrait.
Suivant ces camarades du moment, Toyo prit place autour d'une table en tirant une chaise et en s'y installant. Rapidement, les soldats de Fuyu appelèrent le tenancier pour commander une tournée de saké, Hiro clamant que l'alcool réchaufferait bien plus vite le sang du combattant qu'un demi litre de thé. Le samouraï restait silencieux, pensif, regardant autour de lui ce nouveau monde qui l'entourait. Les gens parlaient tous un japonais impeccable, c'était vraiment étonnant pour lui. Les coutumes vestimentaires laissaient transparaître une époque plus moderne que la sienne, mais toujours en gardant un côté traditionnel qui rattachait ces gens aux us et coutumes asiatiques. Rien que leur nom, pour la plupart, avait des connotations du pays du Soleil Levant.
Les petits verres arrivèrent de concert avec une jeune femme qui poussa la porte de la taverne. Cette dernière, emmitouflée comme un véritable esquimau, balaya la pièce de ses yeux embrasés et son regard croisa celui du Shimazu.
Elle stoppa cette conversation visuelle pour reporter son attention sur le tavernier avec qui elle échangea quelques mots, qu'il devina être une commande, avant que ce dernier ne parte dans l'arrière boutique, la cuisine peut être ?

Toyohisa ne rompit pas son regard, quelque chose chez la demoiselle titillait ses sens. Était-ce joli minois, ce regard de braise ou ces origines plus européennes, il ne saurait le dire, mais il n'arrivait pas à décrocher le regard.
Son acolyte le remarqua, tourna la tête dans la direction de la demoiselle et avec un sourire cynique donna un coup de coude à Toyo en lui disant:


- Je vois que notre nouveau compagnon a du goût en matière de femme !

Petit rire gras de la part de ces collègues alors qu'il continuait :

- A en croire son accoutrement, elle n'est que de passage, sans doute avec les hommes du village des glaciers... Ils passent de temps à autres ici pour se ravitailler en denrées civilisées quand ils ne trouvent pas ce qui leur faut dans la nature. Ils sont assez étranges, vivant reclus de la société de la sorte... Tu as toutes tes chances, fonce ! Elles sont pas farouches lorsqu'elles peuvent avoir un vrai homme dans leur couche ! * rire gras *

Puis plus bas:

- Ça ne m'étonnerait qu'à moitié que cette jeune femme appelle son frère "Papa" si tu vois ce que je veux dire ! * rire gras *

Accolades des plus triviales de la part d'Hiro qui riait franchement à cette blague de mauvais goût, rapidement suivi par ses sbires qui commençaient déjà à taper sur le système de Toyohisa. Il était un bon vivant, aimant les petits plaisirs de la vie où qu'ils se trouvent, mais la moquerie pour un peuple qui choisissait de vivre comme des Hommes, c'était pour lui une aberration.
Il ne changea pas d'expression, ignorant ses hommes qui entamaient leur seconde tournée de saké comme s'ils avaient quelque chose à célébrer, et continuait d'observer la jeune femme qui venait d'entrer.
Sans dire un mot, Toyohisa descendit son saké d'une traite et se redressa, sous les commentaires de Hiro qui continuait son speech et ses vannes à deux yens sur la consanguinité et l'excitation du samouraï. Il grinça des dents, enchaîna un second shot de saké, et quitta son groupe d'attardés pour se rapprocher de la jeune femme, isolée dans un coin de la taverne avec une boisson chaude entre les mains.
Toyohisa tira une chaise sans se présenter, posa son dernier verre de saké à sa place et s'assit brutalement sur son séant, continuant de fixer la jeune femme du regard.
Sans un mot, il porta son verre à ses lèvres, le vida d'un coup et fit résonner le verre sur la table en le posant avant de commencer la conversation.

- Tu es comme moi n'est ce pas ? Tu n'es pas d'ici...

Malgré l'alcool qui tournait à présent dans son sang, il n'avait pas l'allure d'un individu aviné. Il parlait lentement, mais avec conviction, celle d'un homme habitué aux champs de bataille et au commandement. Sa gestuelle était souple, et faisait cliqueté son équipement à sa garde. Son visage, froid, ne laissait transparaître aucune émotion, et intimait à son interlocutrice une réponse rapide.
Une petite tension montait entre les deux individus avant qu'un rictus timide, qui se transforma en sourire franc, vint casser le masque
de pierre du samouraï, révélant ainsi un visage amical.


- Que fais tu ici ? Je suis un p'tit nouveau je viens de débarquer et j'y connais pas grand chose ! * se gratte la tête avec sa main gauche * Mes collègues, si je peux les appeler comme ça, m'ont parlé d'un village dans les glaciers c'est bien ça ? Du coup vous vivez comment là dedans ?

Sans marqué de pause, il se retourna, chercha le tenancier du regard et continua de parler:

- Comment j'ai faim... Dis tu as de l'argent ou autre pour qu'on se prenne un truc à bouffer ? J'aimerais bien de la viande, ou un truc saignant ! Au fait, je m'appelle Toyohisa Shimazu, enchanté !

Très à l'aise, le samouraï attendait la réponse de son interlocutrice, insouciant des regards que lui lançaient ses "camarades", surtout d'un certain Hiro dont le regard plissé dans son dos laissait sous entendre une certaine contrariété.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 431
Yens : 350
Date d'inscription : 05/12/2014

Progression
Niveau: 80
Nombre de topic terminé: 26
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Lilith ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Dim 7 Mai - 1:17



feat.Toyohisa
Un orgre samurai


L'ambiance d'une taverne chaleureuse, chaude et graveleuse par moment, oui, ça avait un coté familier pour elle. Ce n'était pas celle de Shiryoku, elle paraissait bien plus calme vu comme ça. Le bon vieux temps qu'elle se remémora fut stoppé par l'étrange sensation d'être fixé. Cet homme qu'elle avait vu entrer, il ne cessait pas de poser ses yeux sur elle. C'était oppressant en un sens, mais Lilith ne devait pas se faire remarquer en territoire ennemi. Le tavernier était parti dans l'arrière boutique pour nettoyer quelques choppes et couverts, le temps que la boisson ne chauffe sur le feu. D'ordinaire ici, on commandait de l'alcool ou du sake, mais les gens ne buvaient rien de chaud, enfin l'alcool réchauffe c'est sur, mais c'est aussi ça de vouloir avaler un liquide froid pour qu'il brule les entrailles. Une recherche constante d'étonnement pour l'esprit humain.

Bref, ce regard insistant s'accompagnait des rires et des blagues vaseuses des abrutis qui l'accompagnait. Il fallait être sourde pour ne pas les entendre ces types. Les clans qui vivaient hors des villages et de la fameuse civilisation n'avaient pas toujours bonne réputation c'est vrai. Le mariage forcé n'était pas seulement pratiqué chez eux, mais il est vrai que certaines familles étaient liées par le sang, question d'honneur traditionnel. Tout ceci n'était pas trop l'affaire de la rouquine, mais bon... Le regard de cet homme encore bloqué sur sa personne, ne fit qu'accentuer une étrange pression, surtout lorsque ce dernier décida soudainement de se lever.

Le coeur de Lilith s'accelera, non pas par peur d'être approchée, draguée ou abordée... Ce genre de mecs, elle avait l'habitude. Mais s'il savait, s'il l'a démasquait pour x raison et surtout, si l'alerte était donné... S'en serait finit du clan d'Ayae et elle aurait encore des morts sur la conscience. C'est bien à cause de cela et uniquement cela, que son coeur palpitait comme jamais.

Le gugusse en armure s'approcha donc, posa ses fesses sur un siège à coté d'elle et avala son nectar alcoolisé aussi vite qu'un cowboy tirait sur une bouteille. Lorsque le dit verre rejoint le bois, sa question fit hausser un sourcil à la chasseuse, qui tenta de garder son calme...


Qu'est ce que vous voulez dire ?  

Répondit t'elle sur le coup, avant de se rendre compte que c'était débile. Elle aurait voulut lui sortir un "sans déconner tronche de cake" ou encore un " Tu l'as deviné tout seul" et au lieu de ça, elle agissait... Avec maturité et responsabilité. C'était peut être pas si con, mais bordel que ça lui faisait mal au... Enfin, tant pis. Le mec en question n'avait pas l'air si méchant après tout, ça se voyait à son petit sourire. La suite la rassura sans vraiment la rassurer.

Il se confiait, admettant être un petit nouveau et donc un élu, enfin fallait être bête pour ne pas comprendre. Mais en parlant du village des glaciers, cela lui laissait sous entendre que ce type en question n'avait possiblement pas deviné qu'elle était une élue. Un ouf de soulagement se lu dans son esprit et fut traduit par un léger soupir de plaisir.

Puis il se présenta, tout en se demandant si elle avait assez de thune pour que Monsieur se prenne à manger.
Se débarrasser rapidement de lui était un risque, lui faire plaisir aussi, mais quitte à choisir, autant que ce fameux Toyohisa soit un type content. Le tavernier arriva avec une boisson chaude et Lilith sortie une bourse qui claqua sur la table pour commander un bon steak au samurai !


Y'a plus que pour la boiss...

Un gros quartier de viande pour lui, saignant !

C'est parti. Fit le bonhomme en allant cuisiner

Lilith quand à elle, se tourna légèrement vers Toyohisa. Ses yeux orangé, enflammés, se tournèrent alors dans sa direction. Il pouvait remarquer sa couleur de cheveux en faisant attention aux détails. Même emmitouflé comme ça, on ne pouvait pas tout cacher. En revanche, elle portait son sceau sur son bras, ce serait donc plus dur pour cela, sans compter que le mec ne savait pas forcément qui elle était !

Alors tu es... Quoi... Un élu ? De "notre" nation alors... Hmm... Moi c'est Ayae. Et du coup,
tu penses quoi de tout ça ? Tu prévois de tuer des gens, de mettre ce monde à feu et à sang, de partir dans la guerre ou tuer d'autres élus. T'as l'air d'être le genre de mec à savoir te servir d'une arme, enfin... Peut être plusieurs.
Fit t'elle provocatrice en regardant son katana et son entrejambe. Tout en le toisant à nouveau.

Le but était surtout de voir si ce type était un psychopathe sanguinaire ou non. Ce pouvait être determinant dans la suite de cette conversation et ça tuait le temps.

Tout de suite ça parle entrejambe !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 13
Yens : 330
Date d'inscription : 12/04/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Toyohisa Shimazu ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Lun 8 Mai - 17:06

La jeune femme commença par jouer les crédules. Il ne savait pas si ses mots sonnaient de manière si étrange que ça. Il avait la sensation que cette demoiselle n'avait rien à faire dans ce monde, dans cet endroit. Trop de différence, que ce soit physiques ou même l'aura qu'elle projetait, ce "package" qu'elle avait autour d'elle, cette impression qu'elle inspirait et ce sentiment qu'avait le samouraï... Non définitivement, elle n'était pas une quidam sortie d'une village paumé dans les glaciers ici pour se faire monter par le premier homme posté en garnison dans l'espoir qu'un amour aussi fugace que bestial l'extirpe de sa vie froide et morose... Non... Ce frisson qui avait parcouru son échine lorsqu'elle est entrée dans la pièce, ce n'était pas quelques choses qu'une paysanne pouvait lui instillée, et ce n'était pas ce qu'une jolie femme déclenchait chez lui... Non... Il ne ressentait ça qu'en une seule occasion, juste avant de croiser le fer avec quelqu'un de plus fort que lui, il le sentait.

Cependant si la belle se refusait de se dévoiler, c'était sans doute pour une raison qu'il ne connaissait point, et loin de lui l'idée de vouloir chercher des problèmes avec des gens qu'il ne connaissait pas. Il était bourrin, certes, un chien de guerre pour son clan et sa nation, mais en aucun cas il était un fauteur de trouble.
Il haussa simplement les épaules devant la question de la jeune femme et accepta grassement l'offrande de chair et de sang qu'elle lui fait avec cette pièce de boucher.
Le jeune homme ne la quittait toutefois pas du regard, observant sa manière de se tenir, de s'adresser à lui et aux gens, cherchant là une information pouvant infirmer ou confirmer sa première sensation qui, pour le moment, ne s'était point réveiller de nouveau. Peut être avait-il mal jugé la personne.
Son regard semblait toutefois pouvoir embraser en un instant toute l'assemblée, à l'image de cette fine mèche de cheveux qui s'échappait de sa tenue hivernale.

La jeune femme s'exprima enfin, s'introduisant comme étant Ayae, et jouant de son sex-appeal sur le samouraï qui, comme  bien des hommes, ne resta pas insensible. Son regard de braise insistant sur ses armes, qu'elles soient faites de chair ou de métal, Ayae semblait vouloir déclencher chez le guerrier autre chose qu'un simple appétit culinaire, et pendant un bref instant, l'Ogre s'attendit à sentir par dessous la table la pression d'un pied au niveau de son entrejambe.

Toutefois Toyohisa n'est pas aussi facile à déstabiliser, un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres alors qu'il croisa les bras et s'installa au fond de sa chaise, continuant de fixer du regard son interlocutrice.
Après un petit moment de silence, il lui répondit:


- Je ne sais rien de cette appellation, simplement qu'un genre de dieu que je ne connais guère m'a amené dans ce monde pour combattre en son nom... Qu'il m'appelle "élu", "esclave" ou "chien de guerre" ne change rien pour moi. Je ne connais et n'ai connu dans ma vie que le combat, aussi j'affronterais quiconque désir me défier * sourire carnassier *.

Il pianota sur la table de sa main droite tandis que sa main gauche se reposa sur la garde de son katana.

- Cependant je ne désire pas me battre pour la guerre d'un despote que je ne connais pas... Je ne me suis jamais battu pour autre chose que pour mon clan et la gloire de ce dernier. Aussi...

Il marqua une pause, pensif.

- Aussi devrais-je sans doute trouver ici ma raison de lutter avant tout autre chose... Pour cela j'aimerais rencontrer d'autres "élus".


Il ne quittait pas des yeux la soit disant Ayae avec un petit sourire en coin, libre à la demoiselle de comprendre ce qu'elle voulait. Peu de temps après, une serveuse s'approcha et déposa devant le samouraï la pièce saignante offerte chaleureusement par la sirène. Il la remercia en joignant les mains et en inclinant la tête, avant de s'attaquer, avec engouement, à son repas du jour.
Entre deux bouchées, il pointa la jeune femme de son couteau, avala ce qu'il avait en bouche, et demanda:


- Tu n'as pas genre super chaud dans cette tenue ? Que tu veuilles garder ton manteau, passe encore, mais tu as besoin de garder ton genre de capuche ? Le feu dans l'âtre de la cheminée est à son apogée, ta boisson chaude à surement du maintenant réchauffer tes mains et ton gosiers et vu la flamme qui réside dans tes yeux j'ai du mal à croire qu'un frisson eu un jour la force de gravir ton échine * sourire amical * Et puis...

Il se pencha un peu, affichant un sourire entendu avec un petit clin d'oeil :

- Tu avais l'air de braise il y a encore quelques minutes, ne me fait pas croire que mes propos t'ont refroidi !

Il reprit place au fond de son siège, un petit rictus au coin de lèvre alors qu'il continuait son repas.
Derrière lui, Hiro ne le quittait pas des yeux, et même si le jeune homme s'efforçait de l'ignorer, il sentait bien son regard sur son dos, scrutant ses moindres mouvements, guettant ce que le samouraï faisait. Visiblement, il n'était pas à l'aise avec l'idée qu'il s'entretienne avec une autre personne que les soldats de Fuyu, mais si Toyohisa était un chien de guère, on ne le mettait pas en laisse aussi facilement. Et après plusieurs minutes de ce petit jeu agaçant, Hiro décida qu'il était temps pour l'Ogre de retrouver sa tanière. L'officier se leva de sa chaise et marcha dans la direction du couple chaud bouillant d'un pas assuré bien que teinté d'alcool.
Sur ses talons, ses deux hommes de main fermèrent la marche.


Arriver derrière Toyohisa qui continua de manger, Hiro lança:

- Il est temps de rentrer, tombeur de ces dames, tu auras tout le temps d'engrosser une pécore plus tard, on a du boulot.

Un silence du côté du samouraï accueillit ses propos, rompu seulement par un bruit de mastication fort irritant pour l'officier ainsi snobé. Le comble vint de la phrase de Toyohisa, qui demanda innocemment à son interlocutrice si elle pouvait lui passer le sel.
Hiro grinça des dents et fit un petit geste, l'un de ses hommes s'approcha du Shimazu et posa sa main sur son épaule pour l'inciter à le suivre sans faire de vent.

En une fraction de seconde, Toyohisa retourna la prise du soldat, roulant son bras derrière celui de sa victime, lui saisissant son uniforme et l'attirant rapidement contre la table, écrasant son menton sur le bois de bonne facture de la table, lui causant par la même occasion, une fracture qui le ferait intensément souffrir lorsqu'il émergera de son coma.
Après cette scène qui ne dura qu'une fraction de seconde, le samouraï engloutit la dernière portion de viande qui lui restait.
Il prononça une seule phrase, un avertissement pour Hiro et l'homme qui lui restait.


- Je n'aime pas ton manque de respect Hiro... Je te conseille de quitter les lieux. Tu peux choisir la façon toutefois : la tête sur les épaules, ou...

Il décrocha son sabre de sa ceinture et posa son katana au milieu de la table, toujours sans se retourner.

- Ou les pieds devant, ta tête comme trophée pour les abrutis à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 431
Yens : 350
Date d'inscription : 05/12/2014

Progression
Niveau: 80
Nombre de topic terminé: 26
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Lilith ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Mer 10 Mai - 17:51



feat.Toyohisa
Un orgre samurai


Fuyu et leurs élus, Fuyu et leurs tavernes, rien n'était bien différent d'ailleurs. Avec le temps, les mois, les années, Lilith bien que vivant de manière marginale et à sa guise, s'était faite à ce monde. Mais à chaque fois qu'elle s'ancrait et s'accrochait un peu plus à Kosaten, elle sentait une amarre se décrocher. La première fois fut avec la première élue à l'avoir accueillie en ce monde ; Erza. Puis suivit rapidement de Big band et maintenant, c'était la présence de Jason qui manquait dans son coeur.

C'était un peu comme un sixieme sens de sirène me direz vous, mais ce ressenti l'affectait de plus en plus. Puis, elle revint un peu à elle, pour voir Toyohisa se visser dans le creux de sa chaise, les bras croisés et un sourire aux lèvres. Ce type était t'il d'une confiance sans égal ? Elle en avait vu pas mal des comme lui, cela ne l'impressionnait pas vraiment. Mais autant écouter ce que le bonhomme aurait à dire. Assez franc au moins, ce dernier avoua donc bien être un élu, sans infirmer ou confirmer de quelle nation ce dernier était, mais vu ses accompagnateurs le doute n'était pas permis bien longtemps.

En plus, le samurai était un combattant et cela se voyait simplement à sa manière de poser sa paume sur son pommeau ou ses petits tics de gestuelle. D'ailleurs, le fait qu'il pianote sur la table démontra sans doute un tempérament de feu, un peu comme elle. Lilith s'emmerdait comme un rat crevé depuis plusieurs jours, c'est vrai, et elle songeait de plus en plus à regagner l'aventure et les climats chauds. Mais revenir à Chikai était impossible et à Shiryoku trop douloureux. Lorsque sonna la fin du discours de ce bretteur, la rousse prit la parole dans le calme.


Oui, le terme c'est élu. Vous servez un dirigeant de la nation, qui lui même sert un Dieu. C'est la guerre, il y'a des combats, vous serez heureux. Même si ça inclus de tuer d'autres personnes qui comme vous n'ont rien demandés.  

Il la fixait encore, quelle étrange manie ! Si c'était pour la draguer, c'était donc mal barré ! Son insistance était gênante, enfin en partie, car à vrai dire elle s'en fichait un peu et sa provocation sur son entrejambe n'était là que pour le pousser un peu à se dévoiler, lui et sa pétillante personnalité. Cependant, la belle qui s'était présentée sous un faux nom, celui de sa meilleure amie d'ici en l'occurrence, écouta encore la suite avec attention.

En effet, Toyohisa commençait à vouloir la mettre dans l'embarras, pas volontairement surement, mais lui demander de se dévêtir c'était griller sa couverture déjà fragile. Et puis ses derniers propos étaient aussi destinés à la faire réagir. C'est ce qu'elle comptait faire, sauf que... Les mouvements prochains vinrent du groupe de soldats de Fuyu. Ceux ci se mêlant alors au duo pour tenter de faire revenir le samurai dans les rangs.
Lilith serra le poing devant l'insulte proféré et brisa sa tasse par mégarde. Quand à ce nouvel élu...

Il choisi de faire payer les propos et l'attitude au prix fort d'une rixe. C'était un bien mauvais départ pour ce jeune garçon. Mais une chose était certaine désormais, ces types n'étaient pas des soldats. Lilith se tourna légèrement en voyant cet individus mal en point et tourna sa tête avant d'avoir comme l'illumination d'un eureka !


Ces types sont des guetteurs, pas des soldats ! Tu sais, tu as beau être un élu, ou être fort sur ton monde, tu n'aurais pas pu faire grand chose face à de vrais soldats de Fuyu à ton niveau actuel. Tu dois sentir que ta force, ton endurance ou tes reflexes se sont amoindris, peut être même tes pouvoirs si tu en possedais... Tu as eu du bol sur ce coup. Ces types sont des jeunes recrues non formés, appelés guetteur en général et qui ont l'ordre de parcourir les terres de Fuyu et d'ailleurs pour rassembler les élus perdus.

Pas de ça ici ! Fit le tavernier

Viens, suis moi. Dit t'elle à Toyohisa

Il venait de se mettre dans la merde et n'en connaissait pas encore tout les aboutissants. Mais si cela remontait à de véritables gardes ou même Sul hei, voir même de vrais élus (méchants élus), cela pourrait signer une bien courte vie au bretteur. Il avait l'air fougueux, indisciplinés, insoumis, prêts à se battre, mais pas forcément méchant... Lilith savait qu'un vase ne se jugeait pas à son apparence, mais à son contenu.

Allez, perdons pas de temps ici. Tout en ajoutant cela, elle frappa phasiquement les individus qui furent assommé sur le coup.

Un flash sorti de sa main et les recrues s'écroulèrent. Puis elle prit la main du bretteur et fonça en direction de la sortie. Tout en sortant, elle le laissa quelques secondes avant de se diriger vers le groupe de villageois des glaciers, leurs parler une petite minutes pour dire quelque chose et revenir vers lui.

Bon... Tu veux savoir des choses sur ce monde, allons quelques part ou on ne sera pas dérangés. J'ai prévenu les villageois que ces recrues t'avaient vu et ils vont devoir les capturer et peut être même les tuer si personne ne veut de problèmes. Toi, tu as un soucis maintenant, ça ne marche pas aussi facilement ici... Tu ne peux pas faire n'importe quoi ! Merde... J'arrive pas à croire que je dise ça, moi...

Lilith se dirigeait dans le froid, un peu hors du village, seule à seul avec le nouvel élu. Il fallait quitter cet endroit, s'éloigner un peu. Une maison abandonnée allait faire l'affaire. Justement, après quelques minutes de marche, la jeune femme trouva l'endroit propice, entra et alluma avec ses pouvoirs incandescents, un feu crépitant dans une cheminée vacantes et encore en état de fonctionner. Le bois utilisé était celui du premier étage, en mauvais état. C'était le plancher surtout, donc au moins ils ne mourraient pas de froid.

Il restait deux gros fauteuils un peu miteux, mais encore moelleux. La demoiselle s'installa dans le premier et se mit près du feu.

Tu as des questions, je t'écoute. Ouuuahhoo...HgnN..  Demanda t'elle, avant qu'une douleur ne l'atteigne et qu'elle ne pose sa main vers son ventre. Puis reprit. Fuu... C'est rien...
Fait pas attention.



Mère Lilith, raconte nous une histoire !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 13
Yens : 330
Date d'inscription : 12/04/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Toyohisa Shimazu ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Lun 29 Mai - 17:13

Tout s’enchaîna rapidement. pour le samouraï qui n'eut le temps de suivre ce qu'il se passait de manière très sommaire. La jeune demoiselle se révélait être une genre de sorcière, utilisant ses pouvoirs pour éblouir et sonner les gardes qui s'occupaient jusqu'à lors de Toyo. Elle lui saisit ensuite la main, avant qu'il n'eu le temps de dire quelques choses et ils se retrouvèrent tous deux dehors, dans le froid, de nouveau.
La jeune femme le quitta un instant, se dirigeant vers le groupe qui l'avait accompagné jusqu'ici. Cela ne lui disait rien de bon, aussi serra t-il instinctivement la garde de sa lame, prêt à dégainer aux moindres signes suspects.
Il y avait maintenant une autre ambiance dans l'air, une ambiance qui ne siée guère aux jeunes hommes. La tournure que prenait les événements étaient explosives, et pour lui qui cherchaient encore son but dans ce monde, ça ne présageait rien de bon.

La jeune femme revint vers lui, lui expliqua le coup de sa rébellion sans que celui-ci ne semble l'affecter plus que ça. Il dit simplement :


- Je ne portais pas ses hommes dans mon cœur, loin de là. Si ces individus trouvent la Mort, c'est qu'Elle se trouvait sur leur chemin. Leur tête ne vaut même pas la peine d'être ramassé. Je ne leur ferais pas cet honneur.

Sentant que le lyrisme n'était pas au rendez-vous et que la jeune femme semblait visiblement pressée, à en juger les coups d'oeil qu'elle jetaient autour d'eux, il lui emboîta le pas, restant toujours très méfiant vis à vis de cette nouvelle facette de sa personnalité. Il ne s'était pas trompée de prime abord, cette femme n'a rien à voir avec le commun des mortels, mais de là être une sorcière, c'était une surprise des plus totales !
Pendant plusieurs minutes, les deux individus se déplacèrent dans la steppe enneigée, luttant contre le froid chacun à leur façon. Lilith avec ses pouvoirs tout feu tout flamme, et Toyohisa avec sa flegme habituelle. S'il ignorait le froid, il ne pouvait l'atteindre. Une politique de vie somme toute assez facile mais qui l'avait amené jusqu'ici...

La Sirène s'arrêta près d'une cabane qui semblait abandonnée. Elle ouvrit la porte facilement, alluma un feu dans l'âtre entre debout et s'installa sur un fauteuil qu'elle avait prit la peine de dépoussiérer.
le jeune homme, quant à lui, restait dans l'encadrement de la porte qu'il ne ferma pas tout de suite, analysant la pièce méthodiquement comme un enquêteur, évaluant ses possibilités de fuite et ses mouvements en combat rapprocher. La jeune femme ne s'était pas attaquée à lui, certes, mais rien ne mettait le samouraï entièrement en confiance. Il prit quelques secondes, laissant Lilith s'adresser à lui une dernière fois et exposer une faiblesse: une ancienne blessure, toutefois assez récente, qu'elle devait avoir à l'abdomen...
Même s'il n'aimait pas combattre les femmes, les sorcières étaient une autre pair de manche !

Cependant, il ne voulait éveiller ses soupçons. Il referma la porte derrière lui et fit quelques pas sur le sol grinçant de cette cabane de bois. L'air était humide, et froid, à l'image du climat qui les entouraient tout deux. Il savait que derrière cet épais nuage de glace se trouvait une ville qui maintenant ne pourrait l’accueillir, et sans carte ni repère, il était bien perdu dans cette immensité immaculée...
Il s'arrêta devant Lilith, sa main droite toujours posée sur le manche de son sabre lui même à sa ceinture. Il sonda la jeune femme du regard, et s'adressa à elle:


- Qui es-tu exactement ? Un genre de sorcière guidant les combattants dans ce monde de fou ? Qu'était-ce ce maléfice tout à l'heure qui expédia ces crétins dans le pays des songes ? Et ce feu qui vient de sortir de sa paume comme l'on claque des doigts ? Tout ceci n'est pas naturel... Es-tu un démon?

Résonant avec son esprit sans doute archaïque pour la jeune femme, cette pensée n'est restait pas moins forte dans l'esprit du jeune homme. Il devait comprendre les horreurs qui pouvaient l'attendre dans ce monde où passé, présent et futur cohabite dans un chaos ordonné, dicté par des dieux moqueurs qui prennent plaisirs à observer ce spectacle.
Il continua:


- Et c'est quoi cette histoire de pouvoir diminuer ? Je n'amène rien d'autres que cette lame et mon envie de combattre lorsque j'affronte quelqu'un, je n'ai pas des "pouvoirs" comme tu sembles en être doté. je ne vois pas en quoi mes capacités pourraient être affaiblies dans ce monde ou ailleurs... Ces péons n'ont pu me maîtriser qu'à cause de mon intense fatigue à mon arrivée. Il n'aurait pu ne serait-ce que me toucher en temps normal... Est-ce de ça que tu veux m'avertir ?

Tout était confus dans son esprit, comme si les mots de la jeune femme ne pouvaient passer cette barrière qu'il avait dans le crâne. Il ne saisissait guère comment il pouvait aujourd'hui être moins fort que de la veille, alors qu'il affrontait les troupes de Tokugawa par dizaines et que son nom inspirait la crainte et le respect.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 431
Yens : 350
Date d'inscription : 05/12/2014

Progression
Niveau: 80
Nombre de topic terminé: 26
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Lilith ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   Dim 11 Juin - 4:28



feat.Toyohisa
Un orgre samurai


Il y'avait de quoi se poser des questions. Depuis que tout était parti en guenille, Toyohisa se posait évidemment des questions, bien qu'il ne le fasse pas verbalement, cela se ressentait dans ses mouvements,
sa gestuelle et tout un tas de chose, comme ses observations. Cela avait eut lieu dés lors qu'elle eut utilisé sa frappe phasique contre les guetteurs. Leurs sorts étaient scellés en quelque sorte, mais en agissant ainsi, Lilith avait peut être sauvé l'avenir de cet élu de Fuyu. C'est donc après tout cela, que le duo parti tout feu tout flamme dans la neige, chacun y allant de son tempérament.

Le groupe du village reculé était parti avec les corps, il fallait naturellement faire disparaitre ces derniers. Les habitants et le tavernier ne dirait rien, du moins tant que ce dernier ne serait pas mis sous pression. Mais si enquête il y'avait, les villageois finiraient par parler. Le samurai allait devoir ficher le camp, découvrir le monde de Kosaten par lui même, au dela des montagnes et de la neige immaculé. Mais pour l'heure, Lilith allait devoir lui donner quelques réponses et guérir ses inquiétudes.

Dans un monologue assez sec, le jeune homme la traita de sorcière et de démon, se demandant comment une pareille magie était possible. Il était donc clair que dans son monde à lui, les gens étaient plutôt normaux. Ils ne devaient pas utiliser de pouvoirs, mais seulement des armes blanches ou le bon vieux combat physique. La main toujours sur son abdomen, elle répondit, difficilement ;


N.. Non... Je ne suis pas un démon ou une sorcière. Je suis...Une Sirène. Je viens d'un monde futuriste, technologique, mais nous sommes quelques unes à avoir des pouvoirs très particuliers. La plupart des autres humains ou créatures qui y vivent n'en ont pas et utilise un armement similaire au tiens, ou plus avancé... Comme des armes à feu, capables de tirer des projectiles divers et variés. Et ici, dans ce monde là, je suis comme toi, ce qu'on appelle une élue.  

Peu après, Toyo aborda la fameuse fatigue, se vantant du même fait, qu'en temps normal, ces hommes n'auraient pas pu le mettre à terre ou le toucher aussi aisément. Mais le chien fougueux qui lui faisait face, admettait ne pas avoir les mêmes pouvoirs qu'elle et ne comprenait donc pas le sens de cette diminution. Son endurance, sa résistance, sa force avaient pourtant toutes trois baissées et d'autres choses encore. Il devina cela et demanda confirmation. Le visage angélique de la sirène de pandora se tourna alors vers lui, dans cet espoir de réponse.

O...Oui. Si tu n'as pas de pouvoir comme les miens, c'est sans doute ta force ou ton endurance qui sont amoindries. Les élus viennent de mondes différents, comme toi et moi, et certains ont des pouvoirs comme moi, ou plus puissants encore... D'autres n'en ont pas spécialement, mais tous, ont une particularité. La première est.... A nouveau, elle se tint le ventre et puis cracha du sang... Avant de reprendre. Pa..Pardon.. Je disais, que la première était un tatouage, qui se trouve sur ton corps et défini la nation a laquelle tu appartiens. Un phénix rouge pour Seika, un... Un serpent vert pour Minshu et enfin un Dragon bleu pour Fuyu. Le miens est un phénix... Regarde et observe ton corps, tu le trouvera vite. Tu ne peux pas le retirer et il disparait peu à peu, a mesure que tu recouvres des forces.


Elle lui disait tout, comme si elle livrait là, un unique et dernier témoignage. Puis en s'essuyant le sang qui venait de couler de ses lèvres, elle fit un soupir de repos, là, devant le feu crépitant, Lilith sentait quelque chose approcher, quelque chose de non palpable. Ce n'était pas encore l'heure pour ça, pas encore. Finalement après quelques secondes, elle reprit, comme pour finioler son discours ;

Il y'a une guerre en ce moment, entre seika et fuyu, et de plus... Ce... Ce monde est géré par trois divinités, les trois animaux dont je t'ai parlé tout à l'heure. Ils ont des noms... Le phénix est fenghuang,
le serpent manshee et le dragon long... C'est vraiment une foutue histoire. Perso... Je me suis toujours cassée de ce conflit à la con, en me retranchant dans des endroits plus calmes... Mais le tatouage, ce sceau, quand tu es pas encore assez fort pour lui resister, t'oblige à obéir, si tu résistes il t'infliges une souffrance immense...
Tu vas devoir faire profil bas et l'accepter... Voila, tu en sais pas mal ahah... Tu... As des questions mec ?
Fit t'elle, en tentant un rire de plaisantin.


Tout tout tout vous saurez tout !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Nouveau départ pour l'Ogre   

Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ pour l'Ogre
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» Besoin d'un nouveau départ
» Nouveau départ pour " This is LGDC " et on à besoin d'aide :D !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Ville d'Hyouga-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.