Partagez | .
Les bagues de la Ki.
Messages : 108
Yens : 827
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Les bagues de la Ki.    Ven 5 Mai - 18:39

     
Les bagues de la Ki



Le jour-même de son arrivée à Kosaten, Nyang entreprit de se rendre directement à la capitale de Yuki, espérant trouver de nouveaux élus qui seraient doués au combat et qui pourraient lui donner des conseils. Cependant, le temps ne l'avait pas épargné et, sur la longue route enneigée qui la menait à la capitale, elle fut contrainte de trouver une auberge pour y passer la nuit. Il ne fallait pas oublier que la neige recouvrait ses vêtements, elle sentait le vent glacial qui la frigorifiait et pénétrait chacun de ses membres. À ce rythme, elle mourrait de froid à coup sûr.

Comme si le ciel l'avait écoutée, la Ki tomba miraculeusement sur une auberge qui se trouvait au beau milieu de la route. Toutefois, un silence assez perturbant enveloppait les lieux. Aucun bruit ne se faisait entendre, si bien que Nyang crut durant un instant que le petit hôtel était entièrement vide. Elle profita de ce moment pour observer cet endroit qui lui paraissait très étrange. Un voile noir avait recouvert le ciel parsemé d'étoiles. De là où elle se trouvait, elle pouvait apercevoir la pleine lune ornée de sa lumière éclatante et qui éclairait faiblement les bois. Elle entendait les bruissements du ruisseau qui s'écoulait, les murmures des feuillages et les sifflements des oiseaux nocturnes. 

Elle se serait plut à observer ce paysage si le silence angoissant qui l'entourait ne la perturbait pas autant. Mais dans cet endroit aussi silencieux, Nyang parvint à percevoir des chuchotements très discrets. Il y avait quelqu'un ici, mais cette personne ne voulait pas se montrer.

Toujours sur ses gardes, son arc à la main, la Ki se dirigea lentement vers la provenance des bruits. Ceux-ci se firent de plus en plus forts, jusqu'à former des paroles bien distinctes.

▬ Tu es sûre que c'est ici ?


▬ Certaine. Quand on a volé le coffre, le gérant de cette auberge était là. Il nous a vus, Akai. On ne peut pas le laisser vivre.



▬ Très bien. Nous devons l'éliminer avant qu'il ne prévienne les autorités publiques. On a plus qu'à attendre Haku et on y va.



▬ Tiens donc. Comme ça on espionne les conversations des gens ?




La Ki n'eut pas le temps de se retourner, un homme derrière elle venait de lui donner un violent coup sur la nuque.
Elle perdit connaissance.


***

 


Ce fut une odeur de brûlé qui réveilla la jeune femme.
Nyang ouvrit péniblement les paupières, et son regard rencontra le néant absolu. Elle était plongée dans le noir total, et elle ne parvenait pas à distinguer quoique ce soit, pas même ses propres mains.
Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour comprendre qu'elle était enfermée.

Cette odeur...d'où provenait-elle ?
Soudain, elle finit par réaliser avec horreur ce qu'il se produisait. C'était clair, elle était prisonnière, et ses assaillants semblaient vouloir l'éliminer en utilisant un moyen impitoyable et cruel : le feu. Ainsi, il ne restera d'elle que des cendres, mais plus aucune trace de son corps.

Nyang se redressa immédiatement. La fumée envahissait peu à peu la petite cabane, tandis que l'archère frappait aveuglément sur les murs en usant des dernières forces qui lui restait, à la recherche d'une issue de secours. Mais c'était en vain, il n'y avait aucune échappatoire possible.


▬ Il y a quelqu'un ? Ai-...aidez-moi ! À l'aide ! S'il vous plaît !




Ses cris furent très vite remplacés par une violente toux. La fumée lui faisait cracher ses poumons.

Autrefois, elle trouvait toujours des solutions pour se sortir des situations les plus désespérées. Mais ici, les circonstances étaient différentes. Son corps était faible, vidé d'énergie. Elle n'avait plus aucun espoir. Où était passée cette détermination dont elle faisait preuve quelques heures plus tôt ? Cette volonté de devenir plus forte avait-elle disparue ?

Le feu commençait à brûler les parois qui la maintenaient prisonnière. Si seulement elle pouvait passer à travers les flammes...
Elle chuchota alors quelques paroles à peine audibles :


▬ Père...pardonnez-moi...




Nyang ne voulait plus lutter...





Dernière édition par Nyang le Mar 27 Juin - 22:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1388
Yens : 10
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 165
Nombre de topic terminé: 82
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    Ven 5 Mai - 22:45




feat.Nyang

Leur mort est un devoir


Le monde de Kosaten. Cela faisait maintenant un an et huit mois que j’avais vécus prisonnier de ces terres maudites, remplies de contradictions et d’absurdités telles que la magie. Ce monde rempli de bêtes étranges mais dont la nature demeurait toujours aussi resplendissante, m’avait forgé, encore plus que je ne l’étais déjà. Il m’a fait renaître, m’a donné de nouvelles visions et de nouveaux objectifs. Ce n’était pas forcément le cas de tout le monde, parce qu’il y avait encore certains qui nourrissaient l’espoir de pouvoir de retourner dans leur paisibilité d’antan, dans leur monde d’origine où ils auraient été avec leur famille. Cette utopie, ce rêve éphémère m’avait abandonné la seconde même où je vis une personne de mon univers, qui venait d’une époque future à la mienne. Tout retour en arrière était impossible, mon futur qui était dans mon passé, je l’avais lâché, non pas par gaîté de coeur, bien évidemment.

Fuyu, cette terre à la blancheur magnifique et à la pâleur comparable à celle des perles, était encore une fois le lieu où j’étais. Loin des auberges habituelles, cette fois-ci, j’étais en communion avec la nature, observant sur une branche d’arbre gelée, les étoiles qui brillaient dans le ciel. Une fine couche de Chakra autour de mon corps, me permettait de combattre les glissades qu’aurait occasionnées la surface gelée en temps normal. Assis, les pieds croisés et mon Katana reposant sur mon épaule, j’admirai ce ciel nu, qui pour une fois, n’était pas rempli de nuages qui nous saupoudraient des perles blanches, légères et givrantes.

Bien évidemment, j’étais un peu nostalgique, n’étant jamais lassé de me remémorer de mes périodes à Tokonatsu, auprès de Kachou. Cela était encore si proche, mais pourtant si loin. Un instant, mes yeux se fermèrent, m’emportant dans un sommeil qui me sembla être passé pendant une seconde. Suite à cela, les yeux mi-clos, j’écoutai des personnes passer en dessous de moi tout en parlant d’une mine assez fière. Biensur, sur le moment, je n’avais eu aucune envie de me déplacer, ni même de les arrêter dans leur course, parce que je venais tout juste de me réveiller. Ce n’était que plus tard, que je me rappelai qu’ils avaient fait mention du terme ‘élu’. Quittant le tronc qui servait d’appui à mon dos, je plaçai ma main droite sur mon visage pour essayer de me remémorer. Et peu de temps après, la conversation se fit claire et nette dans mon esprit.

Un homme : C’était un élu ce type, je crois… vous croyez que le tuer aurait été la meilleure chose à faire ?

Autre Homme : Qu’est ce qu’on en a à battre ? On devait se débarrasser des gêneurs et c’est ce qu’on a fait. Maintenant dépêche-toi.

Un élu était mort ? Aussi vite ? Par ces deux individus qui étaient déjà bien éloignés ? Il me fallait en avoir le cœur net. Je me relevai, me mettant sur mes deux pieds, observant dans le lointain. Et c’est alors là, que je vis un nuage de fumée s’élever dans les airs. Rien ne pouvait être plus suspect et si mort il devait y avoir, ça devait bien être de ce côté-là. Plissant légèrement les yeux, mon Katana rangé dans son fourreau rejoignit ma taille. Il se plaça obliquement dans mon dos. Suite à quoi, je m’élevai doucement dans les airs verticalement, avant de me recouvrir du bleu de mon Chakra.

L’énergie n’était pas uniforme. Elle était brutale et dansante autour de moi, mais certainement pas visible pour une personne n’étant pas doté d’yeux extraordinaires, comme ceux des Uchihas. Subitement, comme une flèche, je me dirigeai à grande vitesse sur les lieux avant de m’introduire au cœur des flammes par le toit. Atterrissant sur un genou, mon regard repéra bien vite l’individu en question. Ce dernier semblait être si mal en point, qu’on aurait cru qu’il en allait mourir.

-Vous êtes donc vivant ? Élu ?


M’avançant pas à pas je pris l’individu dans ma main avant qu’il ne rejoigne le sol, étourdi par la vapeur. Il était certain qu’elle était encombrante, même pour moi.

-Susano’o

Suite à ces paroles, ma pupille visible devint toute rouge, et un bras totalement bleu qui semblait d’ailleurs métallisé, brisa les murs devant nous, nous offrant de ce fait un passage dégagé vers la sortie. Un pas après l’autre, je m’avançai jusqu’à atteindre l’extérieur où je déposai l’individu contre un arbre. La main de chakra avait déjà disparu, et ma pupille regagna son bleu d’origine. Quelques pas dans la direction de la maison, sans non plus trop m’éloigner de l’élu, et je pouvais observer, de mon faciès neutre, la maison s’écouler doucement sous la puissance des flammes. Les brigands que j’avais entendus, détruisaient et tuaient des élus de Fuyu. Leur mort était un devoir, pour Fuyu.



For the correcteur:
 


Dernière édition par Uchiha Rinkyu le Lun 26 Juin - 7:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 108
Yens : 827
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    Lun 26 Juin - 2:55

     
Les bagues de la Ki






Les vertiges de Nyang s'intensifièrent, elle avait l'impression que le sol se dérobait sous ses pieds. Elle passa une main tremblante autour de son cou, essayant en vain d'atténuer sa toux violente. Elle avait la désagréable sensation que ses os se dissolvaient dans son corps, comme si elle n'avait plus aucune force. Plus aucune énergie pour tenter quoique ce soit.

Ses paupières se fermèrent lentement...et le passé surgit dans son esprit...


Flash




▬ Seung-Nyang, venez avec moi.



Cette voix si lointaine...c'était celle de son père. Nyang avait déjà vécu cette scène, mais à cet instant, elle ne la vivait qu'en tant que spectatrice. Comme si son âme s'était détachée de son propre corps.
Comme si elle n'était plus de ce monde.

Un silence pesant régnait dans le bureau du Commandant, ce dernier fixant Nyang avec un regard attristé, comme si elle était le dernier être cher qu'il lui restait sur Terre.

▬ Tu ressembles tellement à ta mère, finit-il par dire, la voix tremblante.



Les yeux de la jeune fille s'écarquillèrent, sa gorge se noua lorsqu'elle vit le Commandant poser ses deux bagues juste devant elle. Les bagues du Ki. C'était ainsi qu'il l'avait retrouvée.

Aucun mot, aucun son ne put sortir de sa bouche. Seules des larmes coulaient silencieusement le long de ses joues. Des larmes qu'elle tentait de ravaler le plus possible.

La main de son père s'approcha alors doucement de son visage.


▬ Ma petite Ny-...



▬ Commandant Ki, le coupa-t-elle.




Nyang s'était immédiatement relevée avant même qu'il ne puisse effleurer sa joue. Le bras droit de Ki Jaho, qui assistait également à la scène, s'indigna.

▬ Commandant ? C'est votre père !



▬ Nyang écoute, tu as des frères, ils voudront te rencontrer. Tu pourras retourner à Goryeo et vivre une vie pais-...




Mais elle secoua la tête sans même le laisser terminer sa phrase, lui faisant comprendre qu'elle n'approuvait pas cette proposition.
Gardant son regard irréversiblement rivé vers le sol, elle conclut :

▬ Ma vie en tant qu'homme me convient, je suis très bien ainsi. Si...si vous voulez bien m'excuser.



Sur ces mots secs, elle quitta rapidement la pièce, n'oubliant pas de récupérer ses bagues avec elle. Ce fut dehors qu'elle put se permettre de pleurer, ses larmes coulant tel un ruisseau sur son visage. Si Nyang avait été aussi froide, c'était simplement parce qu'elle ne voulait pas quitter son père. C'était seulement en tant que soldat, en tant que Seung-Nyang qu'elle pourrait rester aux côtés du Commandant Ki.


Cette vision du passé se dissipa comme du brouillard, lorsque la combattante sentit une main se poser sur elle...


Flash




Les pieds de la jeune fille ne touchaient plus le sol, quelqu'un la portait. Elle tentait vainement de distinguer les traits du visage qui se tenait au-dessus du sien, mais la fumée lui brouillait la vue.

L'inconnu prononça alors des paroles qu'elle ne parvint pas à déchiffrer, et dès lors, un immense bras bleu traversa le mur, leur frayant ainsi un passage entre les flammes qui montaient désormais jusqu'au plafond.

Dehors, Nyang eut l'impression de revivre. Elle se mit à tousser de nouveau, recrachant presque toute la fumée qu'elle avait ingurgité. Si elle voulait à tout prix s'abriter du froid quelque heures plus tôt, ici elle ferait tout pour profiter de l'air glacial. Respirer l'air frais lui fit un bien incroyable.

L'homme venait de la déposer contre un tronc d'arbre, lui laissant ainsi le temps nécessaire pour qu'elle reprenne ses esprits.


▬ Qui êtes-vous ? Et comment m'avez-vous trouvée ?




Bien qu'elle n'avait aucune idée de qui il s'agissait, Nyang lui était reconnaissante. Cet homme venait de lui sauver la vie, s'il n'avait pas été là pour la sortir d'ici, elle serait probablement en train de périr sous des flammes impétueuses.
Levant un regard exténué vers le Fuyujin, la Ki, après quelques secondes d'hésitation, lui dit d'une voix faible, presque inaudible :


▬ Vous m'avez sauvé la vie. Merci.




Par réflexe, elle passa une main autour de son cou...et son cœur rata un battement lorsqu'elle sentit qu'il lui manquait quelque chose.

Ses bagues. Elles n'étaient plus là.

Nyang se releva immédiatement et un violent mal de crâne la fit vaciller, elle manqua s'écrouler de nouveau.
Son bijou ne pouvait pas être tombé dans la cabane, il était toujours attaché solidement autour d'elle. Elle jeta un coup d'œil désespéré autour d'elle, espérant presque les voir apparaître comme par magie. Mais à sa grande déception, son regard ne rencontra qu'un tapis recouvert de neige.

Il n'y avait plus qu'une seule explication.
Une lueur de haine mêlée à de la détermination se lisait dans ses prunelles. D'un ton aussi glacial que l'air qui les entourait, elle demanda alors :


▬ Avez-vous croisé des personnes suspectes par ici ? Je dois les retrouver, ils ont quelque chose qui m'appartient.





Ses bagues étaient les derniers souvenirs qui lui restaient de ses parents. Les lui voler était bien la pire imprudence qu'on pouvait commettre.

Ces voleurs paieraient. Elle s'en fit la promesse.


[/center]


Dernière édition par Nyang le Mar 27 Juin - 22:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1388
Yens : 10
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 165
Nombre de topic terminé: 82
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    Lun 26 Juin - 10:22




feat.Nyang

Supériorité d'un élu

Sous la lune qui éclairait les terres glaciales de la lumière, la neige tombait dans un rythme sempiternellement constant. Comme jamais auparavant, je le remarquais mieux aujourd'hui, par la simple présence de ce feu imposant dont les craquements étaient facilement audibles. Mon regard céruléen détaillait avec attention le spectacle lumineux et réchauffant, attendant patiemment que l’on m’explique ce qu’il s’était réellement passé. J’avais encore en mémoire la direction empruntée par les personnes qui m’avaient traversée au cours de mon sommeil, et je savais donc que si réellement j’y mettais un peu du mien j’aurais pu leur mettre la main dessus. Mais avant tout, il aurait été important pour moi de savoir ce qui s’était réellement passé dans cet endroit, et ce, dans les moindres détails. Pour ce faire, une seule personne était capable de m’éclaircir sur cela, le jeune homme qui était prisonnier des flammes.

D’ailleurs, ce dernier ne tarda pas à revenir à lui, toussant plus qu’il ne le fallait, dans l’optique d’expulser tout ce qu’il avait pu prendre de mauvais au sein de l’atmosphère dans laquelle il était prisonnier. Voir une personne qui était dans cette situation, ne pouvait pas faire autre chose que me rappeler comment j’étais dans mes premiers jours dans ce monde. Oui, j’avais également été à un stade où, la mort pouvait m’emporter dans une situation aussi étrange et pitoyable. Revenant totalement à lui, il prit la parole pour, premièrement me demander qui j’étais, et ensuite pour me remercier de l’avoir sauvé.

Peu de temps après, le jeune homme s’agita, observant dans tous les sens comme s’il cherchait quelque chose. L’observant par-dessus mon épaule, l’expression de son visage n’échappa pas à mon regard, quand il me demanda si j’avais vu quelqu’un de suspect dans les parages. Aucun doute qu’il parlait des personnes qui avaient mis le feu à cet endroit. Quoi qu’il en soit, pour s’inquiéter autant de misérables individus comme eux, deux options étaient possibles. Soit, il voulait obtenir vengeance pour la tentative de meurtre, soit il avait perdu quelque chose qu’ils lui avaient arraché. Quoi qu’il s’agisse, je n’allais pas réellement m’impliquer pour le moment. Toutefois, j’allais devoir le surveiller pour l’empêcher de s’exposer à plus de danger qu’il n’en fallait. Me retournant pour lui faire face, de mon regard mi-clos et ombré par mes cheveux, je mentionnai :

-Mon nom est Uchiha Rinkyu, élu de Fuyu. Quel est le vôtre ?

Laissant un moment à mon interlocuteur pour répondre, je repris avec toujours autant de calme et de précision :

-Concernant la façon dont je vous ai retrouvé, disons que j’ai entendu des personnes passer depuis le sommet d’un arbre. Ces derniers parlaient d’un élu qu’ils avaient pour intention de tuer. Ça ne fut qu’après avoir aperçu la maison en flammes le lien entre les deux évènements fut effectué. Ces personnes devaient certainement être les personnes que vous cherchez n’est-ce pas ?

Ma question s’achevait et la bâtisse dans mon dos s’effondrait. Les bois fragilisés par le feu, soutenir le plafond était une charge bien trop lourde pour le support en dessous. Il s’en suivit un léger soulèvement de neige, mais dans ce remue-ménage, je demeurais imperméable, comme tout guerrier qui se respectait.

-Que faisiez-vous seul, entre les flammes ? Un élu de Fuyu ne devrait pas se faire prendre aussi facilement dans les griffes de malfrats. Qu’importe le monde où vous étiez, vous avez le devoir et l’obligation d’être plus fort que n’importe quel natif.




Dernière édition par Uchiha Rinkyu le Ven 15 Sep - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 108
Yens : 827
Date d'inscription : 19/03/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Nyang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    Jeu 14 Sep - 23:23

     
Les bagues de la Ki




Les bagues de Nyang avaient une fonction bien plus importante que l’esthétique. Il n’était absolument pas question de les porter pour faire « joli » , s’embellir ou pour une autre futilité de ce genre. Cet héritage de sa famille lui permettait de garder espoir. Elle le savait pertinemment, ce seraient ses bagues qui la maintiendraient en vie dans le monde de Kosaten. Le simple fait de les toucher lui faisait remémorer son père ainsi que sa défunte mère. C’était désormais la dernière chose qui pouvait la relier à son monde d’origine. Elle ne s’était jamais souciée de leur prix, et l’idée de les revendre ne lui avait jamais effleuré l’esprit une seule fois. Peu importe tout l’or qu’on pouvait lui offrir, jamais elle ne s’en séparerait. C’était la raison pour laquelle elle avait la ferme intention de les retrouver, et de faire payer les personnes responsables de ce vol.

Alors que l’énorme bâtisse s’effondrait sous le regard des deux élus de Fuyu, le jeune homme se présenta sous le nom de Uchiha Rinkyu. Lorsqu’il lui demanda le sien, la combattante répondit sans réfléchir :

▬  Mon nom est Seung-Nyang.



Dans son monde, « Seung » était le préfixe qu’elle utilisait pour que son nom paraisse masculin, puisque Nyang était un prénom purement féminin. Elle avait pris l’habitude de se présenter sous ce nom là, et jusqu’au jour d’aujourd’hui, elle n’avait encore jamais dévoilé sa véritable identité à qui que ce soit. Après sa rencontre avec Zayro et toutes les informations qu’il lui avait fournies à propos des femmes guerrières à Kosaten, elle avait besoin de réfléchir à ce qu’elle deviendrait désormais. Continuera-t-elle de vivre en tant qu’homme ? Ou décidera-t-elle de faire ses preuves en ce monde en tant que femme ? Ces questions méritaient réflexion, et elle n’avait pas encore eu le temps d’y consacrer son attention. Ainsi donc, pour cette nuit là, elle continuerait à agir sous cette fausse identité qu’elle s’était forgée quinze ans plus tôt.

Le ninja lui expliqua ensuite la façon dont il était parvenu à la trouver. Cela ne faisait aucun doute, c’était bien ces criminels qui étaient passés à côté de l’Uchiha. Si ses dires s’avéraient véridiques, alors cela signifiait qu’ils étaient toujours dans la forêt en ce moment même. Ils ne pouvaient pas aller bien loin.

La coréenne s’apprêtait à remercier le fuyujin une dernière fois pour le quitter et s’en aller rattraper ses assaillants, cependant, il lui fit une remarque sèche et dure qui la déstabilisa quelque peu. A vrai dire, elle était elle-même étonnée d’avoir fait preuve d’une si grande faiblesse. Nyang était de nature une personne très prudente, laisser tomber sa garde de la sorte ne lui ressemblait pas. Contrariée, elle plissa légèrement ses lèvres et détourna son regard vers le ciel, orné d’une pleine lune qui éclairait faiblement la forêt enneigée. Oui, elle avait été faible cette fois-ci. Mais c’était ce qui lui permettrait de devenir plus forte et de s’endurcir. Le seul moyen pour qu’elle retrouve ses forces, pour qu’elle redevienne une véritable combattante, c’était de se confronter aux autres.

Après quelques instants, elle détacha son regard de l’immense azur pour le reposer sur l’Uchiha. Un regard cette fois empli de détermination.

▬ C’est vrai, j’ai été imprudent. Mais ce qui compte pour moi maintenant, c’est de récupérer ce qui m’appartient. C’est un trésor qui compte énormément pour moi.



La Ki savait garder son sang-froid et faire preuve de patience. Elle était persuadée qu’elle retrouverait ses bagues, et par la même occasion, ces misérables insectes qui ont essayé de les lui dérober. Peu importe le temps que cela prendrait.


▬  Je vais le faire. Je vais les retrouver, acheva-t-elle, comme si cette décision était incontestable.



Nyang se rendait compte du danger auquel elle s’exposait en voulant essayer de les retrouver, et elle savait pertinemment qu’elle n’y parviendrait pas sans l'aide de quelqu'un. Sûrement pas avec ses capacités actuelles. Cet homme était probablement le seul qu’elle rencontrerait dans cette forêt glaciale à cette heure-ci, personne d’autre ne pourrait l’aider dans cette tâche. Bien que Nyang n’aimait pas demander de l’aide aux gens, et encore moins aux individus qu’elle ne connaissait pas, elle savait que c’était le seul moyen pour elle d’obtenir sa vengeance. Se lancer dans cette quête toute seule serait un suicide pur et simple.
Au point où elle en était, elle ne pouvait pas faire autrement.

▬  Je vous demande de m’aider, Uchiha Rinkyu. Je sais que je n’y parviendrai pas seul.



La Ki ne le lâchait pas du regard, attendant sa réponse.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1388
Yens : 10
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : En guerre

Progression
Niveau: 165
Nombre de topic terminé: 82
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    Mer 11 Oct - 21:36




feat.Nyang

Raisons

Devant le spectacle enflammé qui perdait peu à peu de son intensité, devant la neige qui tombait sur nous malgré la grandeur du ciel, j’étais là, immobile, prodiguant quelques conseils à cet individu qui avait faillit mourir. Je comprenais bien évidemment son état actuel, cet état d’impuissance poussée. Seulement, il devait s’améliorer, c’était un fait établi. Reconnaissant son erreur, le guerrier qui était dos à moi, trouvait plus important actuellement, de retrouver ces bagues. Pour ma part, cela n’était que des bijoux comme on pouvait bien en trouver partout. Comment se pouvait-il qu’un homme, un guerrier, porte une attention particulière à ce genre de choses ? Pas étonnant qu’il ait fini enfermé avec une pareille vision des choses.

- Ces bagues ne sont que des bijoux… Comment pouvez-vous témoigner une telle importance pour ces choses-là ? En tant que guerrier, c’est votre épée que vous devez trouver important, ainsi que votre fierté. Sans quoi, rien ne doit plus avoir d’importance à vos yeux.

Ces paroles une fois encore, étaient des conseils que je prodiguais, ou du moins que j’essayais de prodiguer. Pour ma part, en plus de mon épée et de l’honneur de mon clan que je dois porter, seul ce cache-œil avait une importance particulière, parce qu’il s’agissait en réalité d’un cadeau de mon grand-père, dont j’avais de très bons souvenirs. Quoi qu’il en soit, je fis volte-face pour croiser le regard de mon interlocuteur. La détermination qu’il y avait dans son regard était assez perturbant. Soit Seung-Nyang tenait beaucoup trop à ces bijoux pour la valeur monétaire qu’elles pouvaient valoir, soit il le faisait pour atteindre un objectif bien précis. J’étais confus à ce niveau bien évidemment. Elle alla même jusqu’à me demander mon aide, sans même savoir qui j’étais. Sa détermination me laissait sans voix. C’était même presque, admirable.

-Vous allez loin… Mais je ne vous aiderai pas tant que je ne saurais pas exactement la raison pour laquelle vous faites tout ça. Mon épée n’est pas mise au service des causes que je ne juge pas utile. La vôtre devra donc l’être, si vous voulez que je vous aide.

Les hommes étaient instables, c’était bien connu. Il y avait un moment où j’étais persuadé, que les Fuyujins étaient pourvus d’honneur et de fierté, qu’ils ne faisaient que ce qui était honorables, faisant fi parfois de la justice. Mais après avoir rencontré une personne comme Heiwa Jigoku, mon opinion des choses a grandement changé. Désormais, ma méfiance était à son paroxysme. Je ne faisais confiance en personne ou presque, et je ne croyais que ce que je jugeais vérifiable. Il ne faisait aucun doute que, si Seung me mentait au sujet de ses bagues, et que je le découvrais, si ces bagues étaient beaucoup trop classiques pour être des bagues à grande importance, alors, j’allais me venger sur lui, et déchirer son être en lambeaux. Cela ne m’aurait pas dérangé le moins du monde.

C’est d’ailleurs pour ça que mon regard plein d’intrigue se posa sur mon interlocuteur. Qu’allait-il faire à présent ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les bagues de la Ki.    

Revenir en haut Aller en bas
Les bagues de la Ki.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» presentation renew
» Les bagues de la coupe sont arrivés!!
» Des bagues de fiançailles !
» L'AMETHYSTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.