Partagez | .
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mar 9 Mai - 22:51






Précipitation


Ce rp se passe deux jours maximum après l'affrontement avec Rinkyu



Cheveux aux vents, larme volantes dans l'air gelée de Fuyu, corps fatigué par la course que je menais depuis je ne sais combien de temps et armée d'une volonté donnée par Djadine et qui me permettais je ne sais comment d'avoir un peu d'emprise sur les enfers qui torturaient mon corps, je marquais le sol de Fuyu de mes pas pressés. La cloche de ma cavale avait sonnée. Je ne pouvais plus revenir en arrière et il fallait se dépêcher avant d'être repérée. Courir dans le territoire de ce qui devenait maintenant mon ennemi était déjà à la limite de la folie, mais je ne pouvais pas laisser Mei aux mains de ces bandits. Il fallait que je la sauve elle aussi. Qu'on aille vivre ensemble tous les trois en paix à Seika.

Je ne ménageai pas mes efforts, mais la route était longue jusqu'à Yuki. Les kilomètres s'allongeait, et j'avais l'impression de ne jamais voir la fin du trajet. Faisant des pauses quand mon corps ne supportait vraiment plus mon rythme de voyage, je me remettais très vite à courir, dès que mon souffle redevenait supportable et que mon corps atténuait ses douleurs. Haïko ne comprenait plus rien. Pourquoi l'homme de tout à l'heure s'était effondré, pourquoi maman le secouait-il autant ? Pourquoi courait-elle si vite ? et surtout, pourquoi avait-elle l'air si triste ? Tout cela était hautement perturbant pour lui, et fatigué de pleurer, il avait cessé, mais continuait de temps à autre de crier pour manifester sa douleur.

Je fis un grand effort pour ne pas craquer non plus. Je devais être forte pour lui. Mon cœur était déjà détruit, mais je me devais de supporter cette épreuve inhumaine pour lui. Il devait vivre et j'allais tout faire pour ça. Arrivée au pied de Yuki, je me cachai dans un branchage et pris une vraie pause, car mon corps ne suivait plus. Appuyée contre un arbre, je regardais le ciel désemparée et très envieuse d'en finir. Mais à chaque fois Djadine me supportait et me poussait à continuer. Je ne connaissais pas son origine, mais en ces temps de crise extrême, elle était d'une aide innommable.  

Au bout d'un long moment de pause, j'entrai dans la ville et courut chez Mei. Elle fut surprise de mon entrée brutale et poussa un cri de surprise. Puis en voyant mon état, elle s'inquiéta immédiatement en s'approchant de moi.

Mon dieu Rumaki, qu'Est-ce qui se passe ??

Il faut qu'on parte, et tout de suite ! Il faut qu'on quitte Fuyu, pour toujours !


Elle écarquilla les yeux.

Comment ça ? qu'Est-ce que ça veut dire ?

Encore essoufflée et les membres tremblants, je mis du temps à répondre. Je lui expliquai ma rencontre avec Rinkyu et ce que cela signifiait pour la suite. Mei afficha une expression horrifiée au fur et à mesure de mes paroles. Alors c'était vrai ces rumeurs qui circulaient. Le vieille dame pensait que j'étais juste mal vue dans les environs mais non, cela était bien pire. J'avais trahit Fuyu malgré moi et allais être condamnée à mort par la nation. Rien de pire pouvait arriver, mais elle n'eut pas le temps de réfléchir que déjà je la pris par le bras.

Viens, il faut qu'on s'en aille avant qu'ils ne nous retrouvent.

À mon grand étonnement, je sentis de la résistance.

Va Rumaki... fuis... je te retarderai... je savais que ça allait arriver un jour... je suis prête à mourir si cela te permets de vivre en paix...

Mon cœur manqua un battement. Je l'agrippai plus fortement et la forçai à sortir

Hors de question, tu viens avec moi, et nous vivront en paix à Seika, tous les trois !!  

Et c'est ainsi que nous courûmes dans les rues de Yuki, direction une étroite sortie, un infime espoir de paix qui allait être balayé d'un revers de main.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Sam 13 Mai - 17:26



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Course poursuite!



   





Tout se voyait! Tout s'entendait! Rien ne lui échappait. Peu importe ou se trouvait le Jigoku, il pouvait rapidement mis être au courant des sujets qui l'intéressait. Rumaki et son enfant était un de ses sujets de prédilections.Ainsi il ne fallut que peu de temps au Dieu pour apprendre que ce qui n'était que rumeurs devenaient réalité. La fille apeurée et qui l'avait sauvé à plusieurs reprises trahissait Fuyu certes, mais surtout lui. Il n'avait jamais fait réellement confiance aux autres, mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle s'oppose ainsi à lui. Cette Aki Nishii, cette rousse, lui avait monté la tête à tel point qu'elle se sentait pousser des ailes prêtes à le trahir...Lui!

Mais comment avait-il été mis au courant? Pour cela, il faut comprendre le fonctionnement des marcheurs d'ombre, du moins une partie, car dîtes vous que le Jigoku et son groupuscule ne révélerait pas ainsi tous ses secrets. Mais ses fidèles devenaient de plus en plus important et nombreux. Et encore il ne comptait pas dedans la révolution qui se déroulait à Seika. Non simplement les marcheurs d'ombre étaient concernés dans ce cas. Disséminés sur tous le continent, concentrés sur des points stratégique des cités et des personnes d'intérêt de son point de vue. Principalement des élus. Toujours par deux, ils se déplaçaient sinon plus. Cette règle ne dérogeait jamais.

Ils étaient deux à surveiller Rumaki. Deux marcheurs qui s'étaient éloignés d'elle lorsqu'ils avaient vu L'archère de Seika. Il ne leur fallu que peu de temps pour la retrouver. Ils l'avaient donc suivit jusqu'à Fuyu, toujours caché dans les ombres. Au milieu de tous les habitants qui pouvait dire si un marcheur d'ombre ne déambulait pas aussi. Les ombres avaient vu et entendu. La guérisseuse et le protégé de Heiwa désirait fuir la contrée pour se diriger vers Seika. L'ennemi de leur Dieu. Entraînés et prompt à réagir, au vu de la situation, l'un des deux partis rapidement, tandis que son compère suivraient la religieuse en fuite. L'enfant des ombres n'eut pas à aller bien loin, alors que des caches pour les leurs se trouvaient un peu partout. IL devait activer un symbole, un signe pour que celui-ci embrase la chaîne. Le message était transmis aussitôt d'un marcheur à un autre pour parvenir à l'un des corps de la divinité le plus proche. Peu importe lequel été mis au courant, puisque l'ensemble connaîtrait cette information.

De son côté, le poursuiveur était aussitôt rejoins par des coéquipiers qui relayaient les déplacement aux autres qui eux même transmettaient la localisation à l'Uzumaki. L'original avait été mis au courant en premier. Se situant non loin de Fuyu et de la forêt de Givre. Et alors qu'il apprit cette nouvelle, un fait étrange se produisit en lui. La trahison était un fait qu'il connaissait, mais qu'il n'avait jamais subit à priori. Jusqu'à cet instant... Il fallait rectifier ce point, alors que sa vision s'était rouillée à cet instant. Il ressenti un goût amer dans la bouche. Mais cette sensation, il avait déjà ressenti. Oui elle était même à l'origine de tout... Il...Il...


.....................................................


La pluie continuait son déluge sur ce pays qui n'avait connu que ça. Le pays de la Pluie. Des manteaux noirs aux nuages rouge claquaient au dessus d'une falaise. Plusieurs silhouettes se maintenaient là, alors qu'en contrebas se tenait un véritable bataillon. Une silhouette s'avança des deux camps. Le Jigoku pouvait voir encore et toujours cette même personne dont le visage était toujours aussi flou, mais il était persuadé qu'elle était la même à le hanter depuis le début. Celle du bas, lui apparaissait plus nettement. Un homme possédant un étrange tuba au niveau de la bouche, de long cheveux blond. Il maintenant quelques choses de sa main... Non, quelqu'un! Le visage de l'Uzumaki se posa dessus, et instantanément son cœur se serra à cette vision. Il la connaissait cette femme aux cheveux violet. Il pouvait dire son nom...Oui il le pouvait: Konan. Elle était menacée par cet homme. Le désir d'aller la sauver irradier le corps du shinobi, mais la silhouette inconnu s'interposa.

Il fallait parlementer avec cet ennemi... Un ennemi qui devait être un allié... Un trahison. Oui la trahison était à l'origine de tout. De tout ce qu'il était devenu et ce qu'il serait... Nagato Uzumaki était devenu Pain...L'homme était devenu Dieu... Et cet être était devenu Heiwa Jigoku. Un être qui se faisait encore trahir.




..............................................


Un cri traversa la gorge du jeune Nagato, alors qu'intérieurement Heiwa Jigoku bouillonnait d'une nouvelle rage. Une immense énergie se libéra de son corps, propulsant le messager dans le décor, alors que rapidement le terrain ou il se trouvait fut balayer par une force invisible et gigantesque. Traçant un cratère dans le sol, alors que tout ce qui l'entourait disparut. Un épais brouillard de terres et de poussières résulta d'une telle attaque énergétique. Mais en son centre, le regard violet brillait d'une intense lueur, regardant au loin. Dans la direction ou était supposé être Rumaki Oshigato... La traîtresse! Le lieu fut baigner d'une pression rare qu'exerçait le pouvoir du Jigoku amplifiait par les âmes maléfique de Masamune qui se délectèrent de ces vives émotions. Corrompant encore plus que jamais son âme. Bientôt, elles allaient plongé l'âme de leur possesseur dans les ténèbres totales. Une fraction de seconde plus tard, il n'y avait plus âme qui vive dans ce lieu... Heiwa était parti à la poursuite de la mère et son enfant.

De son côté, la guérisseuse, son enfant et la nourrice devait courir à en perdre haleine. Peut être avait-elle était rejoint par les forces de Seika, du moins une petite escorte. En tout cas, les marcheurs d'ombre avaient localisé des soldats du phœnix non loin. Ils avaient pour ordre de ne pas intervenir et d'agir sur la Religieuse. De toute façon, il n'était pas assez fort pour lutter contre une élu, même si cette dernière n'était que Rumaki Oshigato. Néanmoins, plus le Jigoku se rapprochait, plus les marcheurs d'ombre étaient présent tout autour de leur cible. Du premier qui la suivait, ils se retrouvèrent  rapidement deux, puis cinq. Personne ne pouvait dire qu'elle était leur nombre à présent que Heiwa était bientôt là. Une étrange atmosphère se dégageait du lieu. Alors que le petit trio en fuite, pouvait ressentir la pression exerçait dans les ombres. Elles ne voyaient rien, mais pouvaient étrangement sentir qu'une chose n'allait pas en ces lieux. Comme si elles étaient pris dans un maléfice, comme si des milliers d'yeux les observaient continuellement.

Bientôt, une ombre passa au-dessus d'eux, suivit d'un cri perçant. Fear, la monture ailée, était entré en jeu, alors que dessus se tenait une silhouette fine comparée à la taille de la créature.  Un battement de cil et elle disparut, alors que la monstruosité cauchemardesque poussa un second cri qui paralysa de peur la nourrice et l'enfant, qui cessa de geindre si s'était le cas. Quand à la guérisseuse, elle était peut être trop puissante ironiquement pour être atteint par cet effet.  

Le climat était très pesant, d'autant plus qu'une silhouette émergea peu à peu de la forêt, en direction du trio. Un pas après l'autre, lentement mais sûrement. Heiwa arrivait face à celle qui l'avait trahit. Rumaki Oshigato allait rencontrer son destin et la conséquence de ses actes.

-Rumaki...


Spoiler:
 










   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Dim 14 Mai - 16:31






Il vient de Minshu: explication d'une trahison.




Essoufflée, je me résolue, vraiment à contre-coeur de faire une pause dans une ruelle cachée de Yuki. Chaque seconde comptait et je stressais beaucoup à l'idée de rester plus longtemps dans cet environnement menaçant. Mais je devais me rendre à l'évidence: Mei approchait des 80 années de vie, et elle ne pouvait pas supporter un rythme aussi soutenu que celui que je désirais. Elle avait ses limites, et moi-même je sentais que toute cette course m'affaiblissait grandement. Seule l'adrénaline des événements et la peur de Fuyu me redonnaient des forces. Portant Haïko contre moi, encore fatiguée des kilomètres que je venais de faire entre le voyage jusqu'ici et notre fuite dans les rues, je jetais sans cesse des regards à l'extérieur pour guetter une éventuelle menace. C'est alors que Mei m'annonça, la voix fatiguée et grave.

Rumaki, il faut que je te dise quelque chose.

Plus tard Mei, plus tard !

Je m'apprêtais à reprendre la route, quand je fus retenue par le bras.

Non, Rumaki. Je n'aurai peut-être pas l'occasion de le dire plus tard, et il faut que tu le saches, pour comprendre ce qui va t'arriver

Je la regardai, surprise et impatiente à la fois. Je vis son visage et cru comprendre que les problèmes n'allaient pas cesser d'affluer. Avalant difficilement, je revins vers elle, me montrant faussement apte à l'écouter. Je vis la vieille dame se mordiller une lèvre.

Regarde le ventre de ton fils...

Intriguée et perdue, je m'exécutai, et là, la vérité frappa mes yeux et un éclair sembla traverser mon corps. Mes paupières s'ouvrirent au maximum avant que ma bouche n'en fasse autant. Je m'attendais à tout sauf ça. La main tremblante, je découvris avec stupeur le dessin symbolique et vert qui ornait le torse de mon fils... un rond vert... accompagné d'un serpent fier... le sceau de minshu... mon fils était frappé de la marque de mon agresseur... Je jetai un regard horrifié à Mei, qui avait le cœur serré en voyant ma réaction.

De...depuis quand...

Depuis le début... anticipa-t-elle.

Puis elle me raconta tout ce qui s'était passé entre elle et la dame qui m'avait aidé à accoucher il y a maintenant plus de 2 ans. Elle n'omit aucun détail et des larmes décorèrent mon visage au fur et à mesure de ses paroles. Je n'en revenais pas. Je ne savais pas quoi ressentir. Etant sous pression actuellement, je n'avais à l'intérieur du corps qu'un mélange de sentiment qui se bousculaient violemment dans mon corps. De la colère que Mei m'ait menti, une tristesse d'apprendre ça dans des circonstances désastreuse, mais aussi une admiration pour une personne native qui était allée aussi loin pour me protéger. Elle avait sacrifié son innocence envers sa nation pour permettre à une personne à qui elle ne devait rien de vivre une vie la plus tranquille possible. Une partie de moi avait envie de lui reprocher cette cachotterie, mais une plus grande partie voulait la remercier de son grand dévouement. Mais elle m'empêcha de dire quoi que ce soit en continuant.

Les rumeurs sur ton hostilité à Fuyu allaient grandissantes à Yuki. Je le voyais durant ton voyage, la haine qu'on te portais ne cessait de s'intensifier. Alors j'ai décidé d'envoyer la lettre à cette femme il y a quelques jours Une escorte doit arriver très bientôt pour nous aider à nous échapper.

Je la pris dans mes bras, éclatant en sanglot.

Merci Mei... merci pour tout ce que tu as fait pour moi... tu n'aurais pas dû prendre autant de risques pour une vulgaire femme comme moi...


Je ne vis pas le sourire discret qui s'afficha sur la bouche de mon amie.

De rien. Si je te considérais comme une fille formidable, quelqu'un d'unique qui doit se battre pour ses convictions, je ne serais pas aller aussi loin. Garde ce courage en toi.

Notre accolade dura encore quelques secondes avant que nous ne reprenions notre cours effrénée vers une liberté qui allait être tâchée de sang. Nous pûmes finalement sortir de Yuki et nous enfoncer plus profondément dans la forêt de givre. Après une nouvelle pause près d'un arbre gelé, nous nous fîmes arrêter par une troupe d'hommes armés.

Rumaki, Est-ce vous ?

Ce fut Mei qui prit la parole, connaissant mieux le sujet que moi.

C'est moi qui vous ai envoyé la lettre contenant la silène. Et rumaki ici présente, est l'élue qui a mis au monde cet enfant.

Puis elle lui expliqua très brièvement la situation dans laquelle nous étions, et le soldat pris un visage grave.

Je vois, on ne doit pas perdre de temps.



Il donna des ordres aux hommes qui l'accompagnaient et très vite, une formation fut adoptée. Deux hommes protégeaient les arrières, deux sur les côtés, et le chef ainsi qu'un dernier soldat ouvraient la marche. Nous nous miment en route très rapidement. Je sentais une menace constante autour de moi, et la présence des gardes peinait à me rassurer. Le temps me donna raison car bientôt un cri terrifiant retentit. Cela me freina dans ma course, car je sentis de la résistance par la main qui tenait celle de Mei. Me retournant, je la vis comme figée, le regard terrifié. Très vite je constatai qu'Haïko ne gémissait plus et subissait le même sort. Autour de moi, les gardes semblaient affectés eux aussi, bien qu'il puisse légèrement bouger la tête.

Le temps de me demander ce qu'il se passait, j'entendis une voix lugubre et plus grave que jamais prononcer mon nom. Je la reconnus immédiatement, et cela me fit ouvrir les paupières au maximum. Me retournant lentement en direction de la voix, pour découvrir un regard plus diabolique que jamais me transpercer mon âme, je sentis gentiment mes membres trembler. J'étais la seule à pouvoir bouger dans le groupe, et je vis clairement ses yeux assassins fixer l'assistance. Il devait avoir compris mes intentions. surtout entourée de soldats du Phénix comme je l'étais. Il avait déjà une prestance énorme en temps normal, mais à cet instant, j'avais l'impression d'être en proie à la faux de la mort.

Q..qui..es-t...tu ? tenta le capitaine de l'escorte.

Je me permis de prendre le relais, paniquée à l'idée de le voir dans un état aussi sombre.

Nagato, je vous en pris, ayez pitié. Je quitte Fuyu, mais je ne vous quitte pas vous. Ne prenez pas mon geste pour une trahison, ce n'est pas mon intention, je vous jure.

Je me mis à genou, la tête contre le sol, comme un signe de soumission, tremblante de peur.

Je vous suis encore fidèle, je n'avais pas le choix que de quitter cette nation qui ne m'a jamais appréciée. Je devais le faire pour mon fils. Pitié, ne me faites pas de mal.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mer 17 Mai - 1:22



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Traîtresse!



   








-Rumaki...

Un tel nom n'avait jamais été prononcé avec une telle froideur. Une telle pression s'exerçait sur les protagonistes, alors que Heiwa était entré dans un véritable colère. Cette trahison, il ne la pardonnerait jamais et la punirait. Telle était la raison de sa venue ici. Elle ne pourrait s'opposer à lui et au destin qui lui était tracé et il allait récupérer l'enfant, comme il l'aurait dû faire depuis le début. La vie lui donnait encore une leçon: Ne jamais faire confiance aux autres, encore plus lorsque ceux-ci étaient aussi faible d'esprit que de corps.

Les héros présent étaient à chaque instant dominés par une immense ombre, qu'était la créature ailée Fear. Et pourtant, l'attention était tournée vers le seul et unique Dieu de la Paix, plus inquiétant encore que le monstre. Il s’avançait d'une manière lente chacun de ses pas résonnant tel un tremblement de terre dans l'esprit de ses ennemis. Arrivé à une certaine distance, il balaya son regard sur cet auditoire. Un homme de Seika osa même s'adresser à lui, à son plus grand malheur, puisque Nagato qui avait son attention toute dirigée sur l'enfant et sa mère, tourna son regard sur le petit officier, le paralysant par la violence de son aura. Fort heureusement pour lui, Rumaki intervint aussitôt. Il la reconnaissait bien là, toujours à vouloir protéger autrui, alors qu'elle était à l'origine de cette situation et de ce qui allait arriver à elle et surtout aux autres.

Mais étrangement, toute pression exercée sur le petit groupe de dissipa, autant que la paralysie déclenchée par sa monture. Le regard du Jigoku devint aussi neutre que d'habitude, alors qu'il se posa sur la religieuse. On pouvait même noter une certaine curiosité. Ainsi, après tout ce qu'elle avait fait devant lui, elle essayait encore de lui demander pitié. Mais pouvait-il lui faire encore confiance?Après tout, elle ne lui avait jamais mentionné sa fuite et elle courrait dans les bras de son ennemi. Elle était un danger pour lui et pour Fuyu.

Néanmoins, elle pouvait s'avérer convaincante en soi, alors qu'elle se prosterna devant lui et lui avoua qu'elle lui restait fidèle. Mais était-elle vraiment fidèle ou priait-elle et luttait-elle juste pour sa vie, celle de son enfant et des fous qui l'accompagnait. Il regarda à nouveau le petit groupe, alors qu'elle avait la tête au sol. Son visage rivé quelques secondes supplémentaire sur une femme d'un certaine âge. Si la guérisseuse disait vrai, elle pouvait devenir un élément important et utile derrière les lignes ennemies. Mais parviendrait-il à cela, surtout que dans le cas actuel, elle faisait preuve soit de trahison envers Heiwa, soit envers le Royaume du Phoenix devant ses propres soldats. Mais peut être pouvait-il lui donner une dernière chance et tester sa fidélité. Chacune de ses prochaines paroles seraient décisives pour la suite des événements.

-Relève toi Rumaki, affronte le regard de ton juge. Tu ne peux me mentir, tu le sais et je n'hésiterais pas à utiliser mes pouvoirs pour que tu ne puisses mentir à aucun moment.

Il attendit, quelques secondes que la traîtresse se relève, et apposant sa main au sol, fit apparaître la porte des enfers, qui comme à son habitude dégrafa sa bouche immonde, prête à intervenir de ses différentes mains éthérée au moindre signe de son invocateur.

-Si je ressens qu'une once de mensonges dans ta voix et tes mots, tu seras jugé par la Justice divine. Et aucun des hommes qui t'accompagnent pourront s'opposer à moi!

Comme pour confirmer ses paroles, une multitude de mains s'échappa du roi des enfers, ciblant à distance chacun des êtres vivants présent devant lui. Mais la voix de l'Uzumaki claqua à nouveau froide et impartiale.

-Tu me dis que tu ne me trahis pas, alors que tu agis dans mon dos, sans me prévenir de quoique se soit. J'apprends que tu as pactisé avec l'être dont je t'ai dis de te méfier: Aki Nishii! Tu as même attiré la colère d'un autre être plus puissant que moi et instable. Tu dis faire ceci pour ton enfant, mais tant qu'il est à ma portée, vous ne craigniez réellement rien. Alors qu'à présent, je ne puis garantir ta vie! Tu me trahis et tes actes le prouvent. Tu serais prêt à me rester fidèle et le déclarer devant ses hommes?

Il regarda, à nouveau, les soldats du feu qui pouvait de nouveau se mouvoir, essayant de trouver une ouverture dans la garde du ninja pendant que Rumaki l'occupait. Malheureusement, pour eux, il n'avait aucune ouverture, et leur niveau était si faible qu'ils seraient souffler comme une simple feuille. Mais ils ne pouvaient pas le savoir, seul la femme le savait. Pourtant, il continuait:

-Crois-tu que ses hommes et ses femmes t’accueilleront à bras ouvert en cette période de guerre! Tu n'es rien pour eux, juste une source d'information sur leur ennemi et un de ses puissants élus. Tu es un moyen de me renverser à leur yeux. Tu ne seras jamais rien et quand ils n'auront plus besoin de toi, ils t'abandonneront. Tu te retrouveras seul! Fuyu ne pourra plus te défendre, je ne pourrais plus de protéger et eux te tourneront le dos! Plus encore, tu ne retourneras jamais dans ton monde, notre sceau nous lie au Dieu-Dragon, et seul sa victoire nous permettra de revenir dans notre monde, sauf si...


Il s'arrêta dans sa phrase, alors qu'il pouvait être entendu par les guerriers rouge. Elle s'était emportée et n'avait pas pris conscience des conséquences de son choix sur le long terme. Fuyu triompherait, et chaque élu des glaces pourraient retourner chez eux en vainqueur. Heiwa pourrait capturer le Dieu-dragon et subtiliser son pouvoir pour ramener qui il désirait dans son monde d'origine.

-Rumaki, tu t'es tournée vers les mauvaises personnes. Et si tu me restes fidèle, il faudra m'apporter les éléments nécessaire pour renverser la nation des flammes! Sans cela, tu te seras brûlée par les flammes qui semblent te protéger pour l'instant. Mais tu brûleras vif par le feu du phœnix! Quels sont tes réponses à cela, Rumaki Oshigato!

Il la mettait devant le fait accompli et probablement désirerait-elle discuter et essayer de le convaincre de son choix. Bien sûr, elle n'y parviendrait jamais. Mais une action vint perturber leur discussion et la réponse tant attendue de la guérisseuse. Car alors qu'il discutait avec elle, quatre hommes de Seika chargèrent l'homme au manteau noir, comme pour lui donner raison et tentait de le faire taire pour ne pas la convaincre. Ils agissaient sur la colère sans réfléchir, alors que le capitaine restait au côté de la jeune femme.

Quatre homme contre un! Aucune échappatoire, à priori. Pourtant le shinobi était calme et patient. Quatre silhouettes prête à bondir dessus, alors qu'elles couvraient de leur stature l'élu. Heiwa, lui, fixait du regard la jeune mère, exprimant une seule demande, alors que le temps semblait s'arrêter.

-J'attends ta réponse Rumaki Oshigato, je t'écoute!

Il n'avait pas besoin d'être concentrer dans ce combat. Il désirait entendre le discours de l’intéressée alors même qu'il combattait! Une seconde après, les quatre hommes furent projetés à plusieurs mètres plus loin. L'un d'entre eux percuta un tronc d'arbre mort, lui faisant cracher du sang sous l'impact. Blessé mais apte au combat, il se releva autant que ses confrères, les yeux interloqués et surpris:

-Qui est cet homme?! C'est quoi ce pouvoir!

Au moins, ils occuperaient Heiwa et il se défoulerait sur eux. Encore une fois, il n'avait pas déclenché les premières attaques mais répondrait à chacune d'entre elle. Derrière lui la bouche des enfers semblaient impatiente d'agir, mais son maître ne lui avait encore rien demandé!










   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mer 17 Mai - 17:41






Le discours de la survie ou de la mort







L'attente était longue... très longue. Une éternité dans mon cœur. Ma tête quasiment posé contre le sol et mes mains protectrices entourant l'enfant que je portais, je luttais de toutes mes forces pour ne pas céder à la panique. Finalement, j'avais beau avoir décidé de partir avec Aki, ce que je venais de dire était totalement vrai. Je le ressentais, je ne pouvais simplement pas m'opposer à quelqu'un qui avait été capable de détruire un village si facilement, et qui exerçait sur moi une telle pression. J'avais pu constater lors de nos nombreuses rencontres qu'à peine je faisais un pas de travers, je m'en mordais les doigts. Mais que faire maintenant qu'il sentait mon envie de fuir Fuyu ?

À sa demande, alors que la pression que je ressentais se dissipais, je me levai lentement, ne cessant de fixer le ninja. Ma respiration était bruyante et Haïko se remit à gémir. Sa capacité à détecter l'aura des personnes le hantait car il avait devant lui un être plutôt lugubre. Il avait tellement pleurer jusqu'à maintenant, qu'il n'en avait plus la force. Et pourtant, c'était son souhait le plus cher, exprimer la peur énorme qu'il ressentait face à cet être diabolique. Le cœur battant à rompre ma cage thoracique, j'osai un regard de côté pour voir que Mei tenait le coup, mais avait été grandement affaiblie par la pression de tout à l'heure. Instantanément, trois soldats se placèrent devant moi alors que Nagato plaqua sa main sur le sol.

Et là, le résultat horrifia chaque être présent autour de moi. Je vis les soldats reculer alors que Mei s'approcha de moi. Mon regard quant à lui était rivé sur cette vision des enfers. Ne pouvant prononcer un seul mot, tétanisée devant ce spectacle venu tout droit des abysses de la terre, je ne pus qu'écouter les dires du ninja menaçant qui exerçait une fois en plus une pression sur moi. Il me mettait clairement à l'épreuve. Les mots que j'allais prononcer allait désormais sceller mon destin plus encore que lors de ma rencontre avec l'assassin rencontré dans les montagnes de Minshu. Serrant un peu plus mon fils contre moi, je ne pouvais rien répondre. J'en étais incapable. L'esprit bloqué par la peur, le corps tremblant, je n'étais plus capable de rien, même de courir. Des larmes, comme à mon habitude, parcoururent à nouveau mon visage. Je n'allais pas pouvoir m'en sortir, ni les sauver tous. J'allais....

Djadine... à l'aide... j'ai peur... je vais mourir...  

Tient bon Rumaki, tu n'es pas encore morte, laisse-moi répondre à ta place.



Elle prit alors aisément le contrôle, mais était bien moins sûre d'elle que face à l'individu qu'elle avait étranglé. Notre corps ne trembla plus mais exposa tout de même une posture inquiète et peu assurée face à l'ennemi. Mon double savait qu'ici, elle avait à faire à quelqu'un d'une toute autre trempe, capable de faire appel aux plus sordides techniques pour faire souffrir ceux qu'ils désiraient. De plus, Rumaki était liée à lui par un pacte non-officiel qui s'il tombait signifierait l'hécatombe. Il fallait dire la vérité de ses convictions de façon à ce que la confiance soit retrouvée.

C'est le moment que choisirent quatre soldats pour prendre Nagato pars surprise. Djadine laissa échapper de sa bouche un

Nan, arrêtez !

Mais trop tard, ces pauvres officiers se firent expulser avec facilité. Djadine se mordilla une lèvre devant ses événements qu'elle ne pouvait contrôler. Elle devait garder son calme pour ne pas paniquer comme Rumaki le faisait déjà bien. Les soldats du Phénix se relevèrent et l'un questionna les pouvoirs qui s'opposaient à lui.

Il s'agit d'un sort de répulsion contre lequel vous ne pouvez rien. N'intervenez pas encore !

Elle tourna à nouveau son regard sur Nagato. Il attendait sa réponse, et le moment était venu de la lui donner. Le moment était crucial et tout reposait désormais sur les mots qu'elle allait énoncer.

Sachez tout d'abord que ce que je dis est l'ultime vérité de mon cœur. Comme vous le savez déjà, je n'ai aucune prétention à mentir à quelqu'un comme vous. Si je ne vous ai pas prévenu pour ma fuite de Fuyu, c'est que les éléments se sont déchaînés les uns après les autres, me mettant dos au mur. Je devais me dépêcher.

Elle vit du coin de l'oeil, Mei s'avancer, et elle lut dans son regard l'envie de parler. Elle plaça alors son bras devant elle, lui intimant sans langage de s'arrêter. Elle lui faisait confiance certes, mais le moment était trop décisif pour risquer une dérive. Fixant la porte de enfers d'un regard anxieux, elle continua.

Je vous considère comme différent de Fuyu. Vous n'avez pas cet âme de conquérants égoïstes et cruels que j'ai pu déceler chez des hommes comme sul hei et Zayro. J'ai trahit Fuyu, il est vrai, et je ne pourrai plus revenir en arrière. De tout façon, ce n'est pas ce que je désire, car cette nation compromet la paix à laquelle nous semblions les deux aspirer. De ce fait, je me suis tournée vers Seika qui m'a offert ce dont je cherchais depuis 3 longues années, la paix et la liberté. Si je me suis de prime abord méfier de cette Aki comme vous l'aviez préconisé, j'ai vécu auprès d'elle des instants de calme et de sérénité encore jamais égalé dans ma vie de Kosaten. Je ne pense pas me tromper en leur faisant confiance à eux aussi. S'il s'avère que je me suis trompée, alors je vivrai en exil loin de tout.

Elle prit une inspiration pour rester calme.

Etant donné que je déserte ce havre des enfers, je ne peux pas me résoudre à travailler pour lui en allant contre Seika. Je sais que vous avez des aspirations bien plus nobles que cette nation, et j'ai confiance en vos méthodes. Tant que ça n'aide pas Fuyu à prospérer, je serai prête à faire n'importe lequel de vos ordres.

Elle orienta ses yeux sur le bébé collé contre son épaule.

De plus, j'ai appris il y a peu que cet enfant était marqué du sceau de Minshu. Le laisser vivre dans les terre du Dragon était dangereux pour lui, et je vous l'ai dit, je ferai tout pour qu'il vive en paix, dussé-je souffrir la mort pour ça. Je vous ai déjà mentionné le fait que je voulais devenir plus forte pour lui, et bien voilà le résultat. Je vais mourir ces prochains temps, car je ne suis pas de taille contre Zayro et Fuyu en entier. Mais je ferai face à l'ultime châtiment jusqu'à ce que je sois sûr qu'Haïko soit en sécurité.

Elle s'arrêta là, sentant la fatigue de parler sous si haute pression l'affaiblir.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Ven 19 Mai - 15:04



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Traîtresse!



   








Les hommes de Seika se relevaient. Affrontant leur destin ils étaient, les dignes représentants de leur dieu du feu, expérimenté et bravant le danger. Tels étaient ces hommes. Mais alors qu'ils venaient d'attaquer le Jigoku, il pu apercevoir un fait étrange se produire chez son ancienne protégée. Elle qui une seconde plutôt tremblait de tout son corps, les larmes ruisselant sur son visage changea complètement. Elle le craignait toujours, mais elle semblait momentanément plus forte, plus résistante, plus confiante. Comment avait-elle pu changer à ce point en une fraction de seconde. Elle avait tenté de les arrêter mais trop tard, toutefois, Heiwa nota même un changement dans l'intonation de sa voix. Moins d'hésitation, moins de tressautement dans sa voix. Les larmes avaient séché. Était-elle contrôlée par quelqu'un? ou Possédée? A moins que...

A moins qu'après tout ce temps, affectée plus que quiconque aurait pu le penser, sa personnalité avait crée une seconde conscience pour prendre le contrôle en cas de danger. Plus apte à affronter cette situation particulière. Elle devenait plus intrigante, le court d'un instant, alors qu'elle s'exprima aux soldats. Cette dernière information autant que les paroles qu'elle tint au soldat lui fit arquer un sourcil. Elle leur demandait de ne pas agir... Encore. Avait-elle un plan pour se sortir de son emprise? Il détourna dés lors son regard dans la forêt environnante, comme si un message se passait entre lui et les ombres. Néanmoins, il fit bien attention de ne pas être remarqué par les protagonistes en face de lui. L'action n'avait durer qu'une infime seconde, au moment même ou les hommes se relevaient, encore hébétés du choc. Il plongea son regard dans celui de Rumaki, au même moment ou elle revenait vers lui. Il était prêt à entendre ce qu'elle avait à dire!

Et il écouta. Il entendit sa crainte et l'urgence d'une certaine situation. Zayro Jiin avait-il déjà agit? Avait-il déjà envoyé ses assassins à la poursuite de la religieuse. Connaissant le colosse ceci était fort probable, il ne perdait pas de temps avec ce genre de besogne.Je pu voir la vieille femme tentait d'intervenir et retenu par la femme-élue. La porte des enfers avaient répondu à ce geste en déployant légèrement ses bras éthérés avant de revenir à leur place. Cette humaine avait une certaine importance pour Rumaki, elle n'était pas assez douée pour le cacher. Une information qui pourrait lui servir, car de nouveaux plans se formaient dans son esprit machiavélique.

Il ne disait aucun mot. Il patientait, attentif au discours. Son visage n'exprimant aucune émotion. Hormis lorsqu'elle mentionna le nom de Aki Nishii, celle qui avait juré sa mort et avait le potentiel pour le tuer à l'époque. Elle la manipulait, ceci était clair à ses yeux mais pas à celle de l'intéressée. Aucun doute que L'archère de Seika avait pour projet d'en apprendre davantage sur Heiwa lui même, pour le défaire. Qu'avait-elle déjà appris de la bouche de la guérisseuse. Ses yeux s'assombrir instantanément, en même temps que la pression s'exerça légèrement. Peu à peu des nuages s'amoncelaient au-dessus d'eux. Heiwa préparait le terrain pour être apte à réagir à n'importe quelle situation. Sans que cela paraisse, bien sûr, alors qu'il écoutait encore. Elle avait appris, étrangement tard le sceau de l'enfant. Lui l'avait su dés leur première rencontre, ceci avait valu nombre de questions et d'interrogations, qu'il espérait résoudre prochainement. Seulement et seulement si, il pouvait avoir encore accès à ce " mystère"...A cet enfant!

Il garda le silence un long moment. Son regard focalisé sur la mère et l'enfant. Alors qu'une pluie fine commençait à tomber du ciel grisâtre. Aucune parole ne vint à  sa bouche, il la regardait simplement, sachant elle comme lui que si elle tentait le moindre geste inconsidéré, il agirait plus vite qu'elle. Elle avait trahit mais ne restait pas bête. Son esprit réfléchissait à vive allure, alors que le silence pesant s’installait

~Tu as raison Fuyu s'oppose à notre idéal de Paix. Ils sont conquérant et veulent régner en maître. Si Fuyu l'emportait, il n'y aurait jamais de paix car leur dictateur désirera toujours plus. Lorsqu'il aura obtenu Kosaten, il se tournera vers des territoires ou des mondes inconnus. Ce sont des guerriers, des bourreaux qui aiment le combat et la guerre. Voilà ce que représente Fuyu...~

Alors que son esprit continuait à ainsi penser, Nagato fini par prendre la parole. Finalement, pour lui la discussion s'opéra sur deux niveau:

-Sache que cette Paix et cette liberté dont tu parles à Seika aura un prix. Un prix cher et lourd de conséquence. Ils voudront tout savoir et malheureusement en trompant Fuyu et aidant Seika contre ce royaume, tu vas me précipiter dans cette chute, puisque je suis comme toi encore lié à cette dictature.Quand à cette chère élue de Seika, tu te trompes une nouvelle fois sur son compte. Elle t'a manipulé, suffisamment pour en apprendre plus sur moi et ce grâce à toi! Elle a juré ma mort, et tu lui as sûrement donner les moyens de remonter à moi. Tu dis ne pas vouloir me trahir, mais en te faisant manipuler, tu me précipites vers ma fin!

Son Rinnegan tourbillon dans ses yeux, alors que la porte des enfers articula ses bras dans tous les sens, comme si quelque chose l'excitait. Peut être sentait-elle que son tour était bientôt arrivé. Pourtant, Heiwa ne fit toujours aucun signe. Il voulait voir dans les yeux de son interlocutrice la vérité éclatée. Comprendrait-elle que par ses actions, elle avait mis en danger Heiwa et ses plans? Se rendrait-elle compte de ses erreurs et de la difficulté à se tenir devant lui, en osant lui proclamer qu'elle lui était encore fidèle, alors qu'elle avait parler de lui à une ennemi.

~Mais nous oublions et tu oublies le Royaume de Minshu dans cette histoire. Qui saura prendre avantage de cette situation entre Seika et Fuyu, mais aussi toi, moi et les élus de Seika. Minshu apprendrait tôt ou tard l'existence de cet enfant né de deux élus et portant la marque du serpent. Le Dieu lui même désirerait récupérer ce don et ce miracle.Ses habitants, comme ses élus sont fourbes, stratège et malin. Tu ne penses pas à cette menace tout aussi grande ma chère Rumaki. Une menace venant de l'ombre et frappant sans se faire voir!~

Même en lui apprenant tout ceci, Heiwa ne parut pas agressif, il avait simplement reprit le silence quelques minutes, avant de reprendre,calmement. Mais qui pouvait dire, si ce calme n'était pas plus inquiétant encore que de le voir se battre de suite, dans un axés de rage. Mais Heiwa n'était pas ainsi.

-Tu as oublié un détail! Tu ne pourras jamais vivre en exil. Seika te tournera le dos! Fuyu te poursuivra à jamais, car des rumeurs courent. La mort en Kosaten n'est pas définitive pour les élus. Je ne sais pas si ceci est vraie, mais si c'est le cas, tu reviendras des morts, n'ayant jamais mis ton enfant à l'abri car il sera hors de ma portée. Mais tu oublies un autre protagoniste dans cette histoire: Minshu! Ton enfant porte ce sceau et le Dieu serpent voudra obtenir ton enfant. Mes hommes m'ont prévenu depuis peu que des espions de Minshu sont aussi à ta poursuite dans la plus grande discrétion. Que feras-tu?


Il ne disait pas totalement la vérité. Mais après tout qui pouvait le dire. Minshu ne montrerait jamais ce désir. Et Heiwa ne savait pas les actions à ce niveau du Royaume du serpent, mais en y réfléchissant bien, c'est probablement ce qui se passerait si le Dieu-serpent l'apprenait un jour. Et Rumaki n'avait aucun moyen de croire à un mensonge. Surtout avec ce qui allait se passer. Mais Heiwa avait un tout autre plan encore, il allait s'exprimer et lui donner son ordre, comme elle le désirait. Un Ordre qui allait mettre son enfant en sécurité comme elle le désirait.

~Seika, Royaume de sa Justice. Royaume de guerriers et de force. Seika et le royaume de glace se ressemble quelque part. L'armée du Phoenix est reconnue pour ses talents, pour sa fierté, pour son désir d'accomplir sa mission jusqu’au bout. Rumaki, tu ne connaissais pas assez bien tes alliés. Et tu vas le comprendre rapidement....~

Le ninja tendit ses bras, alors que son ordre allait être prononcé à la guérisseuse. Ferme et implacable, alors qu'elle pourrait se douter que c'était l'une des meilleures solutions pour son enfant. Un Ordre qui allait être interrompu de différente façon:

-Tu veux protéger ton enfant? Tu désires qu'aucune menace ne place au-dessus de sa tête? Que l'épée de Damoclès, prête à tomber à tout moment, disparaisse? Je n'aurais qu'un ordre, et tu sais que c'est la plus sûre de toute....

Le combat allait se poursuivre mais cette fois-ci sur deux champs de bataille. Puisque des ombres vinrent dominer Heiwa, mais aussi Rumaki. D'un côté les soldats du Phoenix voulaient encore en découdre avec l'élu des glaces, mais cette fois-ci tout le contingent bondit en même temps pour avoir plus de chance, poussant des cris de guerre:

-Fuyu et tous ses élus sont nos ennemis. Nous ne craignions rien puisque notre Dieu est avec nous! Nous avons une mission à accomplir, cette femme vient avec nous et tu ne nous en empêcheras pas!

L'ordre allait être énoncé au milieu de ce vacarme, mais à cet instant, le Jigoku regarda droit dans les yeux la religieuse.Et pour la première fois son regard exprima quelque chose. Même muet, il lui annonçait qu'il avait raison quand aux agissements des soldats du Feu. Ils ne le laissaient pas s'exprimer et étaient aveuglés par leur haine et leur mission.

Au même instant, une silhouette s'était envolée des broussailles environnantes pour se précipiter vers Rumaki, bondissant sur elle, arme à la main. Une fraction de seconde, on pouvait voir l'image du Dieu serpent sur son armure en cuir. Un assassin de Minshu!

Du moins, c'est ce qu'il voulait faire croire. Le plan de Heiwa se lançait. Comme il avait prévus, les soldats du feu allaient continuer le combat, et iraient tous contre lui, pour le ralentir ou tenter de le tuer. Mais le shinobi avait prévus plusieurs coups d'avance dans cette partie d'échec. Quelques temps, plutôt, il avait regardé dans la forêt pour ordonner à ses marcheurs d'ombre d'amener cet homme. Ce derniers était un soldat de Minshu, dont Heiwa détenait sa famille et devait obéir à ses ordres s'il désirait les récupérer. Toutes les pièces du Puzzle s’imbriquaient, enfin.

-Minshu, réclame ton enfant. Il appartient au Dieu-serpent!

Alors que l'assassin de Minshu hurla ses paroles. Nagato lui prononça enfin son ordre tant attendu, alors que le chaos faisait place. Mais il n'y avait aucun doute que Rumaki allait l'attendre et le comprendre. Car l'ultime vérité allait éclater à ses yeux. La seule option pour protéger son enfant, comme elle le désirait:


-Confies moi ton enfant!











   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Dim 21 Mai - 22:05






C'est MON enfant







La confrontation entre deux alliés aux liens fragiles se poursuivaient, inlassablement. L'une était menacée des portes de l'enfer oppressante, et l'autre tentait désespérément de percer son interlocutrice à jour. Chacun réfléchissait à la meilleure façon de tirer son épingle du jeu, et cela apportait une tension palpable, qui pesait sur l'épaule de la religieuse. Sans bouger, Djadine soutint comme elle pouvait le regard du ninja, attendant sa réponse. Elle se fit attendre, mais quand elle fut exposée, elle dévoila deux nouveaux problèmes : le prix de la paix à Seika, et la chute d'Heiwa par ma faute. Si mon double savait très bien comment répondre au premier, elle hésitait tout de même sur le deuxième. Malheureusement, elle n'avait pas beaucoup de temps, et elle se lança alors.

Je n'ai plus rien à perdre de tout manière. Tout ce qui m'importe à présent, c'est mon fils et Mei. Si je dois encore souffrir des mois pour accéder à une paix durable ou qu'eux l'atteignent, alors je le ferai. Je fais confiance à Seika, car à plusieurs reprises, ils m'ont montré une détermination grandissante, alors que pour eux, je ne suis qu'une élue de Fuyu qui fuit sa nation. S'ils avaient voulu m'abandonner, jamais ils n'auraient pris autant de risque pour moi. Regardez-les se battre, pensez-vous qu'un manipulateur irait aussi loin, en se mesurant à un élu puissant tel que vous  ? Cet excès de prise de risque me fait dire que je ne fais pas fausse route.

Elle marqua une pause, et continua avant que lui ne prenne la parole. Elle ne remarqua pas son regard furtif dans la forêt.

Quant à vous, je sais que vous survivrez à cela. Vous êtes intelligent, et savez faire face au danger. Vous ne tomberez pas pour si peu.


Nagato argumenta encore, comme il savait si bien le faire. À l'intérieur, je ne savais plus quoi penser. Toutes ces informations ne me disait vraiment rien qui vaille. Si Minshu se mettait également à me pourchasser, je n'allais pas y survivre. Je croyais de plus en plus que la meilleure solutions étaient de confier l'enfant au ninja. Les dangers devenaient grands pour un bébé de même pas 3 ans. J'en fis d'ailleurs part à mon double.

Djadine... donne Haïko à Nagato. C'est la seule chance pour lui de vivre.

Je ne peux pas... regarde Haïko. Il n'a plus la force de le montrer, mais il a clairement peur de cet homme, et tu sais très bien qu'il ressent tout. Cet enfant nous montre que le ninja devant nous n'est pas fiable.


Qu'Est-ce que qu'on va faire pour lui alors ?

Le donner à quelqu'un en qui il aura confiance...



À cet instant, l'homme au Rinnegan tendit les bras, et mis  Djadine d'autant plus sur ses gardes. Dès ses première paroles, elle sut qu'un ordre allait tomber, et pouvait presque en deviner le contenu. Mais tout s'emballa soudainement. Les soldats de Seika firent totalement fi des mise en gardes de mon double, et se jetèrent sur le ninja. Celle-ci voulut les stopper une nouvelle fois, mais elle détecta un mouvement dans le buisson qui se mua tout de suite en un homme portant le signe du serpent. Il fonça sur notre corps, et Djadine réagit au quart de tour en s'armant d'un kunaï pour parer la lance qu'elle dévia de côté.

Te mêle pas de ça toi, t'auras pas mon enfant !

Elle profita que l'assassin veuille se remettre en place et se prépare à une nouvelle offensive pour appliquer sa technique d'étranglement. Ses yeux devinrent rouges et lentement, une force mystérieuse entoura le cou de l'attaquant. Une fine brise se leva et l'assassin eut de plus en plus de mal à respirer. Djadine ne le lâcha que quand il sombra dans l'inconscience. Ses yeux reprirent une couleur normal. Elle regarda Mei qui avait les yeux écarquillés devant le spectacle. Elle ne s'attendait pas à ça.

Ne t'inquiète pas Mei, il n'est pas mort... désolée que tu voies ça...


Elle resta sans voix, ne reconnaissant plus la Rumaki tendre et compréhensive qu'elle avait connue. Elle avait l'impression qu'un démon s'était emparé de sa petite protégée. Voyant son état, mon double ajouta rapidement.

Je n'ai plus le choix désormais, je t'expliquerai... en attendant, faut que tu t'éloignes, viens.

Elle s'approcha et la prit par la taille. Elle avait de la chance qu'elle soit plutôt maigrichonne, et qu'elle puisse la porter plutôt sans mal. C'est l'instant que choisit Nagato pour énoncer son ordre. Malgré les bruits de combats la couvrant, elle entendit sa voix très distinctement. Elle l'avait deviné, il voulait l'enfant.

Djadine... tu ne peux pas t'opposer à lui... suppliai-je

Aie confiance en nos capacités Rumaki !! me réprimanda fortement Djadine. N'aie pas peur, et avance ! C'est ton enfant, c'est toi qui doit le protéger, pas les autres. Cet homme est dangereux, même ton fils le sait... je ne le laisserai pas lui mettre la main dessus !

Je ne sus que répliquer et Djadine en profita pour faire pousser des ailes bleues et grandes dans son dos.

Hors de question. Ce garçon est à moi ! C'est moi qui le protégerai, qu'importe les événements !

Sur ce, elle donna un grand coup d'elle et s'envola vers une zone moins menacée. Elle y déposa son hôte et Haïko, qu'elle transmis à Mei.

Prends-en soin jusqu'à mon retour.

Elle créa ensuite une prison de vent autour d'eux et retourna sur la zone de bataille.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Lun 22 Mai - 1:38



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
L'horrible pouvoir et l'abominable vérité



   







Elle lui avait répondu, avant que tout ne parte à nouveau dans le chaos. Des réponses qui méritaient des réponses, qu'il n'avait eu le temps de lui apporter. Mais il retenait chacune de ses paroles dans son esprit, prêt à lui répondre le moment opportun. Pour l'heure, il aperçut les six soldats lui bondirent dessus, alors que l'assassin de Minshu bondissait sur la religieuse ou qui que se soit ayant prit le contrôle de la mère. Une nouvelle question qui taraudait l'esprit de Heiwa. Qui était cette femme ou cette chose?

Elle avait assez de courage ou de folie pour s'opposer à l'empereur de Fuyu. Assez de cran pour tenter d'éloigner la vieille femme du nom de Mei et l'enfant. Tenter de s'enfuir avec ses deux êtres qui lui étaient cher, avant de revenir bientôt sur le champs de bataille, après avoir refusé son ordre. Ne lui avait-elle pas dit qu'elle obérait à n'importe lequel de ses ordres! Elle s'était débarrassé de l'assassin avec une facilité déconcertante, ce qui éveilla plus de curiosité encore chez le Jigoku.

Mais avant qu'elle revienne, il devait se débarrasser des insectes qui l'importunaient. Mais cette fois-ci, au lieu de rester immobile et de les repousser, il les devança, en se précipitant avec une vitesse hallucinante sur le soldat qui se trouvait devant lui. Un bâton noir traversa sa manche, l'arme de chakra vint aussitôt s'enfoncer dans le corps du guerrier qui poussa un cri et un hoquet de surprise, avant d'être plaquer au sol, emprisonné de l'arme-chakra, qui fini sa course profondément dans le sol, l'immobilisant instantanément. Il tourna aussitôt son regard vers le petit bataillon qui se retrouvait dans son dos. Mais son regard se portait plus en arrière encore, sur la porte des enfers. Le signal était donc donné et la multitude de bras vint attraper la garde de Seika, leur âme emprisonner par une poigne divine. Il n'en restait plus qu'un, que le ninja attira à lui de par son pouvoir de gravité, avant de serrer sa main sur le coup du pauvre mortel.

L'action n'avait duré qu'une à deux minutes tout au plus. L'homme qu'il tenait d'une poigne ferme se mit à se débattre, causant plus de pression, et l'empêchant de respirer convenablement. IL tentait même de jurer et d'insulter son bourreau qui le regarda, intensément. Aucun n'était encore mort, mais ils étaient à présent tous hors-combat. C'est à ce moment, que la guérisseuse revint. Pouvant observer le spectacle macabre. Mais ils l'avaient cherché.

Néanmoins, le dos tourné, mais ressentant sa présence dans son dos, il s'exprima. Sa voix couvrant la pluie qui se déversait sur eux!

-Il semblerait que nous soyons enfin tranquille pour discuter! Mais avant tout! Qui es-tu réellement?

La question avait claqué telle une force invisible, alors que l'aura du shinobi envahit tous les lieux. Il n'y avait plus aucune patience chez lui et le mensonge n'était plus toléré. Seul l'unique vérité incombait! Toutefois, il reprit, pour ne laisser aucune chance à cet être de s'échapper:

-Tu n'es pas Rumaki. Tu as pris son corps, je peux le sentir. Ton comportement a totalement changé, lorsque tu as pris place dans son corps! Ne me ment pas!


Il insista sur ses derniers mots, tournant son visage en direction de la jeune femme. Son rinnegan essayant de percer le mystère de Rumaki et de cette entité. Il en avait pas encore fini avec elle, il devait tout savoir, tout comprendre et revenir sur les paroles de l'élu:

-Comment puis-je croire, une femme qui me dit être fidèle. Une fidèle qui me dit obéir à n'importe quel ordre que je m'apprête à lui donner. Et la minute d'après refuse ce même ordre, éloigne ces êtres, en pensant qu'ils me deviendront inaccessible. Comment puis-je faire confiance en un être qui sait pertinemment que l'enfant sera plus en sécurité avec moi!

Cette fois-ci, il se tourna totalement, dominant totalement de son charisme et de sa puissance Rumaki. Dans sa main levé, le corps du soldat du Phoenix pendait toujours à quelques centimètres du sol. Son regard haineux tourné vers son adversaire.  Mais Nagato s'en moquait éperdument, il tourna son regard vers le corps inerte du mishujiin, avant de revenir sur la traîtresse

-Tu en as la preuve sous les yeux. Et ceci n'est que le début. Tu as dis pouvoir faire confiance aux soldats de Seika?Penses-tu réellement qu'ils se battent pour toi? Tu l'as dis toi même! Ils sont déterminés comme leur propre symbole du feu. Ils sont prêt à tout pour accomplir leur objectif, ils sont la flamme dévorante prêt à se dévorer eux même pour leur nation. Ils sont déterminé à détruire Fuyu, leurs élus et tout ce qu'ils représentent. Crois-tu vraiment, qu'ils feront de leur ancien allié, un ennemi? Si Minshu réclame l'enfant, ils leur donneront. Tu n'es qu'une pièce maîtresse pour anéantir Fuyu. Tu leur es utile pour un certain temps. Jusqu'à ce qu'ils t'auront sous-tiré toutes les informations qu'ils désirent. Ils sont déterminé à gagner cette guerre peu importe les moyens employés. N'oublies jamais. Ils sont des soldats qui écoutent aveuglément les ordres!

Un petit silence s'en suivit, mais déjà une idée vint dans son esprit calculateur. Il allait lui offrir un cadeau. Un cadeau empoisonné, certes, mais un présent qui n'était autre que l'abominable vérité. Un bruit étrange se fit entendre, alors que la porte des morts déposa à genou les autres soldats. Et ce juste devant Heiwa et Rumaki. Le voile allait être levé!

-Le pouvoir de cette créature derrière moi est multiple. Mais devient très utile, puisque si nous questionnons quelqu'un et que ce derniers ment, son âme est arracher à son corps pour être dévorer et torturer à tout jamais dans l'estomac de la porte des enfers. Le mensonge est puni et est un pêché. S'ils disent la vérité, ils resteront vivant mais juste épuisés.

La main éthérée détenant le premier soldat s'approcha un peu plus encore à une distance égale entre Heiwa et Rumaki, et alors qu'il ne détachait pas ses yeux de l'élue, Heiwa posa sa première question:

-Brave soldat de Seika. Quelle était ta mission? Tu connais les règles du jeu, si tu mens la porte des enfers le sentira et ta vie ne vaudra plus rien! Je suis sûr que tu comprends les risques, tu dois déjà sentir ton esprit et ton cœur sondé par sa puissance. Tu ne peux rien lui cacher, encore moins tes secrets les plus profond!

Comme pour confirmer les paroles de son geôlier, des larmes se mirent à couler sur son visage, alors que son regard était perdu dans le vide, comme s'il voyait remonter à la surface chaque secrets qu'il tentait de cacher! Le questionnaire allait commencer!

-Quelle était ta mission, Soldat!

La réponse ne se fit pas attendre:

-Ramenez une dénommé Rumaki et son enfant, peu importe les sacrifices!

La porte des enfers remua légèrement, causant les pleures des autres guerriers, craignant de voir leur ami mourir. Mais rien ne se produisit. Il avait dit la vérité. Mais ceci ne faisait que commencer!

-Soldat, tu parles de sacrifices. Entends-tu par là que la femme qui l'accompagne peut être laissée en arrière si la situation l'impose?

Un silence suivit la question. Mais la main qui détenait l'âme du guerrier tira sur son âme la faisant sortir lentement du corps, laissant l'homme poussait un cri, et répondre avec pitié, n'osant plus regarder Rumaki dans les yeux!

-Nous n'étions pas au courant de la présence d'une autre femme. Nous devions ramener qu'une mère et son enfant... Nous ne savions pas... Oui, nous sommes prêt à sacrifier cette femme.

Une première vérité avait éclaté. Les hommes n'étaient en aucun cas présent pour sauver Mei, mais uniquement Rumaki et son enfant. Les ordres s'arrêtaient à eux deux! L'Uzumaki regardait intensément la jeune femme, avant de poursuivre, implacable et sans émotion, son interrogatoire.

-Vous êtes donc prêt à sacrifier vos propre vies pour ramener cette femme! Il n'est pas besoin de répondre à cela, même si je vous vois opiner de la tête. Ma question est la suivante: Pourquoi êtes-vous prêt à ainsi perdre la vie pour elle, par compassion pour elle?


Cette fois-ci, l'homme déglutit, son regard devint plus froid, ce qui pouvait surprendre. Pourquoi avait-il changé momentanément de comportement. Mais ce qui se passa par la suite, répondit de la manière la plus probante qui soit!

-Oui!

Aussitôt, la main éthérée arracha l'âme du gardien pour aussitôt l'apporter à la bouche béante qui avala l'âme du pauvre homme. Alors que le corps inerte de ce derniers tomba au sol, végétatif. Il n'était pas réellement mort, mais vide de son âme! Un nouveau corps fut amené, à la même place, la voix monocorde du Jigoku résonnant à nouveau:

-Cette manière est abjecte, je l'admets, moi aussi. Je suis moi même dégoutté de possédé un tel pouvoir. Mais il s'avère tellement utile en cette période de guerre pour déceler la vérité du mensonge. Je pose donc la même question à l'homme suivant!


Celui-ci tentait de hurler, sans qu'aucun son ne parvienne, puis finalement se résolut à répondre, son regard posait sur la guérisseuse était froid et distant, comme si elle était la responsable de leur sort:


-Nos supérieurs, nous ont demandé de ramener cette femme coûte que coûte, car elle détenait probablement des informations importantes contre Fuyu, notre ennemi!Nous ne sommes que des pions, mais pour la gloire de notre nation et de notre Dieu, nous sommes prêt à nous sacrifier, si elle peut nous mener à la victoire. Point de compassion!

La réponse tant attendue avait été donc dévoilée. Sa petite patrouille se moquait totalement de sa personne. Elle n'était qu'informations et moyens de pression sur Fuyu. Certes, elle serait à l'abri de la guerre et son fils serait éloigné des batailles. Mais ils avaient un intérêt à cela! Jigoku était prêt à poursuivre les questions, mais il avait eu ce qu'il désirait, confirmant lui même ses propres pensées. A présent comment allait réagir, la femme forte au commande de Rumaki? Certes  L'Uzumaki avait été dure et implacable, mais ce monde était tout aussi difficile et rude et pour obtenir des réponses, il fallait parfois employer la méthode forte, surtout face à des hommes entraînés. Le soldat face à Rumaki continuait à regarder de manière mauvaise la femme, alors que les autres survivants n'osaient plus du tout la regarder dans les yeux! Probablement honteux, qu'elle apprenne dans de tels conditions la situation.Quel serait sa réponse et sa réaction?

Heiwa continuait à regarder la religieuse, mais sa vision portait plus loin encore derrière elle. Car étrangement, il continuait à sentir la présence de la vieille femme et l'enfant, mais la pluie localisa de nouveaux venus en approche rapide vers eux. Qui étaient-ils?












   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Lun 22 Mai - 10:01






Trahison du cœur, solitude du corps : la confiance rompue





Lorsque les pas de Djadine nous ramenèrent sur les lieux de l'affrontement, nous vîmes l'état des soldats de Seika. Cela arracha un visage surpris à mon double, qui s'empressa de regarder le fautif. Aucune émotion dans son regard. Il avait fait ça sans le moindre scrupule. Il n'allait pas hésiter pour nous et nos protégés. Il avait même pris un des officiers sur son coup pour nous freiner dans nos mouvements. Chacune de nos actions allaient jouer sur la vie de cet homme pris en otage quelque part. D'ailleurs, la question de Nagato déstabilisa un instant Djadine qui sut à cet instant que sa supercherie avait été mise au jour. L'effort qu'elle avait fait pour parler selon les envies de Rumaki et utiliser le "je" à place du "elle" n'avait pas suffi. Mais de toute manière, il était vrai qu'elle avait une différence avec son hôte. Elle n'hésitait pas, elle. Elle se faisait beaucoup moins emprisonnée par la peur. Malheureusement, à cet instant, elle ne pouvait pas mentir. Ces portes de l'enfer avaient une aura trop sombre pour s'y opposer.

Je suis Djadine, la deuxième conscience de Rumaki. Je la seconde quand je sens qu'elle sombre dans la folie.

Il revint sur son refuse concernant Haïko. Il avait été formulé un peu impulsivement, mais avait un fond de volonté. Ce petit être était le seul qui permettait à Rumaki de ne pas mettre fin à ses jours. Il était hors de question qu'il y soit arraché.

Je ne peux obéir à cet ordre, car Rumaki n'y survivrait pas. Cet enfant est tout ce qui lui reste exceptée celle qui l'a hébergée. Sans eux deux, elle va mettre fin à ses jours sans la moindre hésitation. Elle ne supportera pas une séparation si brusque. Vous pensez bien que c'est la dernière de mes volontés, et la santé de Rumaki passe bien avant vos ordres. Et je ne suis même pas jour de pouvoir l'arrêter. Alors pour l'instant, cet enfant reste nôtre, tant que son âme sera encore trop fragile pour supporter ça.



Il remit la crédibilité de Seika sur le tapis des négociations, et Djadine ne répondit rien. Il avait déjà eu sa réponse à ce sujet, il ne servait à rien de se répéter. Pourtant, notre vision allait changer dans les secondes à suivre. Nous assistâmes horrifiées à l'action de la Porte des Enfers. Et surtout... aux aveux du soldat qui ne pouvaient que dire la vérité face à cet édifice. Instinctivement, le regard de Djadine s'assombrit au fur et à mesure de ce qui se disait, alors que mon cœur sembla se détruire. Je ne supportais plus tout cela. Je voulais mourir et arrêter toute cette souffrance. Même mon double avait son sang-froid compromis.

Encore une fois, on était détesté, on jouait avec nos émotions et nos tolérance. Encore une fois, on se faisait manipuler et menacer sans vergogne par un monde... de merde... Les choses devenaient clairs dans la tête de ma deuxième conscience. La colère se plaça dans son cœur. Elle ne pouvait plus faire confiance à personne. Kosaten était un monde démoniaque que nous allions détester comme jamais depuis maintenant. Seuls une poignée s'en démarquait. Tenma, Mei, Haïko, si peu de personne avait ma confiance... Même Aki et Nagato ne m'inspirait plus confiance. Baissant mon regard sur celui du soldat qui nous lançait des yeux haineux, Djadine garda une expression colérique, ses yeux virant au rouge sans même qu'elle utilise son pouvoir de strangulation. Dans son mépris pour ce monde d'enfoirés, elle savait tout de même rester lucide. Tuer un soldat n'allait pas arranger sa situation, bien qu'à cet instant l'envie ne manquait pas.

Nous sommes donc seules au monde. Se faire trahir et re-trahir est donc notre destin. Et bien soit, si tel est le cas, nous ne nous allierons plus à personne. Je garderai les quelques personnes qui n'auraient aucun intérêt à nous trahir et nous vivrons ainsi, seuls... et si comme les rumeurs le disent la mort n'est pas un échappatoire, et bien nous trouverons autre chose

Djadine avait une grande envie d'attaquer Nagato, de s'extirper de son emprise. Pourtant, elle resta plantée devant lui, hésitante. Elle se savait pas de taille contre lui et cherchait toujours un moyen de partir, de laisser tous ces salaud en arrière et trouver un endroit pour s'isoler, avec Mei et Haïko... seuls, loin de tout... sans avoir à s'attirer les enfers sur elle, déjà bien présents tout autour.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Ven 26 Mai - 1:23



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Reviens, dans le droit chemin!



   







Les réponses venaient enfin. Et ainsi, il pu apprendre que la religieuse était proche de la folie. Son esprit bravant ce danger en créant une nouvelle personnalité dans son corps, qui prenait le relais lorsque la jeune mère ne pouvait y faire face. Elle devenait plus intéressante aux yeux du Jigoku, et commençait à se poser beaucoup de questions sur son cas. De plus, alors qu'une des personnalités était plus forte que l'autre tôt ou tard elle allait prendre l'ascendant sur l'autre. Et à ce moment qu'adviendrait-il de la plus faible? Chaque mortel avait une façon bien à lui de défier le sort que lui réservait la vie, et Rumaki avait emprunter cette voie.

Celle-ci défendait donc la plus faible, et lui apprenait ainsi que la jeune mère ne supporterait pas la séparation avec son enfant. Mais son discours avait une faille énorme. Si elle confiait l'enfant à Heiwa, il ne lui arriverait rien, mieux personne ne pourrait l'atteindre ou toucher à un de ses cheveux. Alors que sa présence avec la guérisseuse le mettait dans une situation délicate et très dangereuse. Sa vie était tout aussi menacée que celle de sa mère sinon plus. Ne comprenait-elle pas la vérité, si comme elle le disait si bien, la seconde personnalité luttait pour la sauvegarde de son corps et de son âme. Pourtant, l'Uzukami n'avait encore rien dit à ce sujet. Chacune de ses pensées viendraient en temps et en heure!

Pour l'instant, il voulait voir la réaction des deux êtres qui l'avaient devant lui. La vérité avait éclaté et le mensonge n'était plus permis. A présent, elle faisait face à l'abominable vérité. Elle comprendrait que dans ce monde, il n'y avait pas une nation du bien sous les bannières de Seika, ou une mauvaise en la représentation de Fuyu. Chacun des nations se battaient pour ses propres idéaux, peu importait les dommage collatéraux! Et elle devenait une cible important et un dommage collatéral acceptable pour le royaume du feu.

Et elle réagit, comme l'espérait le ninja, du moins en apparence.Alors qu'une haine et une colère froide s'empara du regard de Djadine. Elle regardait le soldat avec cette même froideur et une rancœur hurlante. On pouvait sentir son désir de lui ôter la vie par vengeance, par souffrance, par ce qu'elle appellerait sa propre justice. Comme tout à chacun qui une fois trahit demande qu'on applique sa loi. Elle n'était guère différente que le commun des mortels. Une mortelle comme une autre guidée par ses émotions et ses sentiments, aussi manipulable que l'humanité. Ses yeux étaient devenu aussi rouge que lorsqu'elle avait utilisé un pouvoir de télékinésie sur l'assassin de Minshu. Toutefois, même si l'envie se lisait en elle, elle ne fit aucune action à son encontre. Elle restait là à regarder cet homme. Tout en s'exclamant finalement.

Elle évoquait sa perte de foi en ce monde et ses habitants. Son désir de fuir et de vivre sans compter sur personne. De trouver une autre solution que la mort, puisqu'elle ne semblait plus définitive. Mais que trouverait-elle? Se battrait-elle contre ce monde qui devenait à présent le sien à tout jamais? Vu qu'elle s'éloignait  des seuls êtres divins qui pouvaient la faire revenir chez elle. Mais encore une fois, elle oubliait tant de fait important. Tant d’éléments qui étaient extérieur et pourtant la concernaient directement. Elle devenait plus agressive envers lui, même si elle se savait incapable. Devait-il la tuer ici et maintenant pour abréger cette douleur et cette souffrance dont elle parlait? Il la fixait de son regard pénétrant. Alors que la porte des enfers lâcha aussitôt les corps épuisés des Soldats, ces derniers étant vivant, mais vidé de leur force. Il leur faudrait sûrement des semaines et des mois pour reprendre leur énergie. Il s'approcha de la femme, sans un mot son regard toujours rivé sur elle. Puis il s'arrêta à peine à un mètre d'elle, dominant sa frêle silhouette de son charisme. Et finalement, sa voix retenti:

-Il faut croire que tu ne lies pas toutes les informations que tu possèdes. Retiens les leçons que je t'ai donné! Ce monde est dure et corrompu, je ne te l'ai jamais caché et au contraire je t'ai aidé à le surmonter. Tu parles de trahison, alors que je ne t'ai jamais trahi à l'inverse de ce que tu fais à présent! Tu prends le même chemin de ce que tu condamnes. Peut être n'es-tu pas mieux que tous ces hommes et des femmes, défiant ce monde de ta simple justice, proclamant que tu as raison et perpétuant ce cercle de la souffrance et de la douleur. Mais dois-je te rappeler qu'à présent, toutes les attentions sont tournées vers toi. Minshu désire cet enfant! Seika te désires pour les informations que tu peux lui apporter et Fuyu souhaite te faire taire si tu viens à trahir. Peu importe où tu fuis, sans aucune aide d'une puissance supérieure, jamais tu ne pourras t'échapper. Là est la triste vérité!

Le rinnegan était totalement fixé sur la traîtresse. Se rendait-elle compte que le Jigoku disait une nouvelle réalité. Des paroles qui ôtaient le voile sur sa vision. Mais il en avait pas fini, il devait briser ses idées de fuite et de trahison.

-J'ai toujours eu un œil sur toi et ton enfant. Et même si je ne pouvais intervenir durant cette vie si difficile à Fuyu, j'ai empêcher bien des assassins et des ennemis t'importuner. Et si comme tu le dis, ton objectif est de veiller sur ton hôte, il n'y a pas de meilleures solutions que de me confier l'enfant. Il n'aura plus aucun risque avec moi, alors que le danger sera constant et au détour de chaque arbres avec seulement toi! Tu perdras non seulement Rumaki, mais aussi l'enfant! Plus personne nous écoutes, à présent tu peux parler librement! Restes moi fidèle, même à Seika, et je t'assure que Fuyu ne sera pas ton ennemi! Venge toi de ceux qui désiraient encore te manipuler pour orchestrer une guerre interminable!


Il devait la convaincre et rapidement, alors que de nouveaux étrangers allaient débarquer d'un moment à l'autre. Ils étaient tout proche et plutôt puissant. Ils deviendraient dés lors une gêne importante pour le Dieu de la Paix!










   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Ven 26 Mai - 20:23






Une honnêtée risquée : Djadine sort la carte de la franchise






Djadine avait de plus en plus de mal à contenir sa colère. L'épuisement de la situation et le sentiment d'insécurité permanente depuis plusieurs jours dévorant son être symboliquement, elle peinait à jouer son rôle de sauveuse de Rumaki. Bloquée entre son envie d'agresser les menaces devant elle et simplement fuir, elle serra les poings pour tenter de se contenir alors que le ninja avançait. Il y avait de la peur en elle aussi. Est-ce que son refus allait lui porter préjudice ? Se foutait-il autant de l'état de Rumaki pour quémander son enfant sans le moindre scrupule ? Jusqu'où allait son sadisme ? Qui était-il réellement ? Et ces soldats, que pensait-il réellement de la situation ? N'avaient-ils véritablement aucune émotion pour nous ?

L'homme au Rinnegan s'exprima à nouveau, déclarant des choses qui pour la plupart sonnaient vrai dans les oreilles de Djadine, et même si moi-même, j'avais encore du remords à l'admettre, je le pensais de plus en plus. Oui, ce monde était la réplique parfaite des enfers. Pas une once d'humanité, si ce n'est pas petite dose, pour éviter qu'on ne meurt trop vite et pour rallumer l'illusoire espoir qu'on peut s'échapper de cette torture, espoir qu'on détruit brutalement peu après. Par contre, cet homme têtu comme jamais réclamait encore l'enfant, ce qui ajouta une montée de colère encore plus dure à gérer. Cette fois, c'en était trop. Djadine devait relâcher la pression et hausser le ton. Elle fixait toujours son interlocuteur qui la dominait de par sa posture et sa prestance. Ses yeux étaient emplis d'incertitude, de tristesse et de colère. Mais malgré la peur qu'elle ressentait au fond, bien moindre que celle de son hôte mais relativement présente, elle soutint son regard, portée par une colère qui ne cessait de s'accroître. Maîtrisant moins bien ces propos, elle finit par répondre.

Je crois que vous ne m'avez pas bien compris. Oui ce monde est un monde de merde, bien sûr que où que nous allions, nous finirons par nous faire rattraper par Fuyu et que nous allons trépasser, oui toute les nations en veulent à Rumaki et moi, mais je vous le répète : moi vivante, vous ne toucherez pas à cet enfant, tant que Rumaki en aura besoin pour vivre.

Elle s'arrêta une petite seconde pour reprendre son souffle et calmer sa colère.

Vous prônez vouloir la protéger mais vos actes nous prouvent le contraire. Vous préférez la voir mourir de chagrin si cela vous permet d'acquérir ce bébé. Vous n'avez aucune considération pour elle. J'aimerais vous être fidèle, même à Seika, car Rumaki à l'air d'avoir confiance en vous, et je respecte son choix. Cependant si vous être fidèle, c'est se séparer de ce qui la maintient en vie, ça n'a plus aucun sens. Cessez de me demander cet enfant. Je vous l'ai dit, la santé de Rumaki passe avant vous, alors si vous nous voulez fidèle à vous, laissez-nous l'enfant.

Continuant de fixer le ninja, elle finit par conclure et reculer de quelques pas.

Pour sa sécurité, je n'aurai de cesse de la lui trouver. Mais ce ne sera pas entre vos mains. Même lui vous a percé à jour.

Elle n'alla pas plus dans le détail et fit pousser des ailes pour s'envoler et rejoindre le groupe qu'elle avait laissé un peu plus loin. Elle avait peut-être une piste pour s'en sortir... mais pour cela, elle devait s'éloigner de cette satané porte.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Dim 28 Mai - 20:01



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Le présent qui jouera l'avenir



   







La peur. La peur et la colère se ressentait dans Djadine. Elle avait beau être plus téméraire que son hôte, elle savait exactement à qui elle avait à faire et son impuissance face au Dieu, lui même. D'autant plus que le discours du ninja était basé sur des faits, des vérités même si elle était insupportable à admettre pour elles. L'enfant ferait face à tous les dangers de ce monde en sa compagnie et Djadine perdrait les deux êtres auxquels, elle tenait.L'enfant et par la suite Rumaki, ou peu importait l'ordre de leur disparition. Même le Jigoku ne pouvait tolérer une telle perte. Il était la clé, il était l'élu des élus!

Mais même cette nouvelle création de Rumaki ne résistait pas longtemps face à la puissance et à l'aura de Heiwa. Son sang-froid éclata, alors que la colère s'emparait d-elle. Mais c'est dans cette attitude que les Hommes et ici les femmes étaient le plus simple à manipuler. Il avait prévus l'énervement de "la possédée". Il se doutait, depuis son premier refus, qu'elle refuserait à nouveau, aveugle qu'elle était.

Elle se mit donc à perdre sa maîtrise, proférant son énième refus, la voix contrôlée par la colère, la haine et le dégoût de ce monde. Elle refusait encore l’inévitable. Tôt ou tard, Pain allait récupérer l'enfant, et Djadine échouerait dans sa mission. Il désirait répondre. Il allait lui montrer ses erreurs et sa vision faussée, mais elle ne lui laissa pas le temps de rétorquer. Emportée dans le tourbillon de ses émotions. Elle ne développa pas plus sa dernière phrase éveillant plus de curiosité encore chez le Dieu. Elle fit apparaître à nouveau ses ailes, afin de s'éloigner de lui. Mais, elle n'avait aucune chance, alors que la pluie tombait, et il avait désiré qu'elle rejoigne son enfant et la vieille femme, pour une bonne raison.

Ainsi, elle s'enfuyait de lui, il n'avait pas pensé qu'elle le ferait aussi vite et tôt, mais ceci avait été un risque à prendre. Poussant un léger soupire, il disparut des lieux à son tour, guidé par les yeux des marcheurs d'ombre et mieux encore par la pluie qu'il avait crée.

Quelques minutes plus tard, il se retrouvait non loin de la guérisseuse, qui arrêta le sortilège protégeant les deux êtres. Tel avait été son désir depuis le début. L'Uzumaki aurait pu se débarrasser de cette prison d'air, mais il ne voulait pas risquer de blesser l'enfant. Pour cela, il avait besoin que la religieuse enlève son sort. Ceci fait, il pouvait intervenir aussi facilement! Aussitôt, tous les environs sentirent une violente pression sur leur corps et leur esprit. Tout ce que pouvait faire Rumaki était de tourner son visage dans sa direction. Aussitôt la voix du Jigoku fut entendu:

-Mes actes prouvent que je tiens à la vie de cette femme et son enfant tout autant que toi. La perte de cet enfant détruire Rumaki, et elle le perdra, car personne ne pourra protéger l'enfant, une fois que vous trépasserez! La séparation peut être douloureuse, mais l'enfant sera sauve. Alors que ta solution mènera à la perte des deux. Néanmoins, à présent que nous sommes seul, je pourrais peut être prendre le risque de vous le laisser. Si tu m'aides à renverser le gouvernement de Seika, alors que tu seras au cœur même de la capitale!Mais Seika comme Fuyu doivent tomber pour que notre Paix soit assurée!  Demande à Rumaki, elle le sait, je ne lui ai jamais caché!

Il la regarda intensément. Certes, le Dieu de la Paix voulait récupérer l'enfant à ses débuts, mais il voyait à présent une possibilité plus rapide de faire tomber Karui et Seika, par l'intermédiaire de la mère. Toutefois, il devait trouver un moyen que ceci ne devienne pas louche pour les soldats de Seika, sachant très bien qu'elle n'aurait pas pu défier le ninja et encore moins le vaincre! Son regard se posa sur l'enfant, il devait agir vite pour la convaincre! Aussitôt l'enfant s'envola des bras de la vieille femme lentement mais surement, comme il avait déjà fait par le passé.

-Je vais te rendre ton enfant, mais j'ai besoin de ta réponse rapidement!Me resteras-tu fidèle autant que l'est Rumaki, Djadine? Et je désire savoir ceux que tu entendais par le fait qu'il m'a percé à jour?

Il ne restait plus beaucoup de temps, Heiwa le savait, il le sentait. Écoutant les paroles de la guérisseuse, l'enfant se déplaçait lentement dans la direction de l'Uzumaki. Mais alors qu'il était à mi-chemin, une ombre bondit pour attraper l'enfant. Avant de disparaître de leur champs de vision à tous. Des secondes interminables après, l'inconnu réapparut auprès du petit trio. L'étranger était impressionnant dans sa belle armure brillante marquée du sceau du phœnix. Mais plus que de l'apparat, il semblait puissant. Qui était-il? Mais sans un mot, deux autres silhouettes se postèrent à côté de l'homme, possédant une armure similaire et fixant l'empereur de Fuyu, sans le craindre, mais méfiant. Le premier homme, probablement le chef, donna l'enfant, tout en s'adressa aux deux femmes:

-Nous arrivons, juste à temps. Nous sommes des amis de Schneiden, et même s'il a disparut, nous sommes toujours lié à lui et à Geleerde. C'est elle qui nous a envoyé!Fuyez vers l'ouest, nos hommes vous attendent. Nous ferons tout pour ralentir cet élu...

Un visage dure et sans émotion se tourna sur le Jigoku, qui ne bronchait pas. Mais celui-ci était prêt à partir à la poursuite de la guérisseuse pour jouer le jeu, ou pour réellement capturer l'enfant, suivant la réponse qu'elle lui avait donné. Même si la situation était plus compliquée que précédemment, il pouvait le sentir. Les trois hommes étaient d'un tout autre niveau. Mais plus encore, ils étaient proche de son rival et frère de sang Scheiden. Néanmoins, l'annonce de sa disparition le troubla plus qu'il ne l'aurait pensé. Il avait même faiblit un instant sur ses jambes, comme si un souvenir lui rappelait la perte d'un être cher. Aussi cher qu'aurait pu le devenir le justicier de Seika. De son côté, l'officier lança un sourire sincère et gêné à la religieuse, avant de poursuivre à nouveau.

-Je sais ce que vous avez appris de nos soldats. Je suis... Je suis... Désolé. Il est vrai que nous possédions des ordres, mais nous avons perdu notre humanité face à Fuyu. Notre désir de les vaincre aveugle parfois notre jugement. Et je ferais tout ce qui en mon pouvoir pour pardonner nos actes. J’essaierais du moins!


Disait-il la vérité? Même Heiwa ne savait le dire, mais une chose était sûre. Même si lui pouvait regretter, il y avait bien des officiers et cet homme seul ne pouvait pas tous les affronter et s'opposer à eux. L'atmosphère devint aussitôt tendu entre eux tous. Le temps s'arrêtait alors qu'il se jaugeait, chacun attendant qu'une personne ne bouge ou n'agisse. Le temps suspendu!


-Courrez!

Le mot avait été lâché tel un coup de départ. Alors que les trois guerriers d'élite se mirent en action comme un seul homme.











   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Dim 28 Mai - 21:18






Une lueur d'espoir






Djadine atterrit rapidement près de la prison de vent. À notre grand soulagement, l'édifice avait tenu, et Mei et Haïko n'avaient aucune blessure. Personne n'était venu les cueillir pendant que nous négociions avec le ninja. Mon double plaqua sa main contre la prison qui se dissipa. Il fallait fuir pendant que nous avions l'avantage de la distance. Nous ne savions par contre pas que nous étions autant suivi par des marcheurs de l'ombre.

Rumaki qu'Est-ce qu'il s'est passé ? demanda la vieille dame, inquiète

Plus tard les explications, viens !

Mais trop tard, l'homme au Rinnegan nous avait déjà rattrapées, exerçant sur nous une pression à laquelle personne ne put résister. Soutenant Mei qui manifestait des faiblesse à tenir cette oppression, Djadine tourna la tête, les dents serrés et la frustration montant en elle, vers notre géolier qui ne se gêna pas pour se défendre sur les propos qu'elle avait lancés avant de s'échapper. Elle avait envie de s'en foutre et de se barrer, mais malheureusement, elle ne pouvait pas. Elle fut forcée à l'écouter et il lui demanda de prendre conseil envers son hôte. La vieille dame ne comprit pas où cet homme voulait en venir, elle regarda celle qu'elle croyait être Rumaki et y vit une toute autre expression. Là où elle devait voir un visage apeuré et peu sûre de lui, elle voyait à présent un regard déterminé à s'en sortir, défiant presque son interlocuteur. Qu'est-ce qu'il se passait à la fin ? Rumaki avait-elle à ce point changer ? Pendant qu'elle se posait des questions, Djadine répliqua, agacé de l'insistance du ninja.

Je n'ai pas besoin de le lui demander, je sais tout d'elle, et je sais très bien qu'elle ne cautionnerait jamais la destruction d'un village sous prétexte d'une paix. Ses convictions sont autrement plus nobles. Si elle vous a obéi lorsqu'elle a su pour Handa, c'est juste parce-qu'elle n'était pas libre de ses mouvements et que vous lui avez mis la pression en lui enlevant un instant son fils. Vous exercez une pression telle qu'elle se retrouve pieds et poings liés. Elle...

HAÏKO !
la coupa Mei, soudainement affolée.

Lorsque mon double se retourna, il vit avec stupeur le bébé s'extirper des bras de la retraitée, par une magie qui lui semblait familière.

NON PAS CA ENCORE !! DJADINE, SAUVE-LE !!

Par une poussée d'adrénaline, la concernée fit un mouvement pour aller chercher le bébé, ne prêtant aucune intention aux dires du pseudo dieu, une dose de colère s'ajoutant dans son cœur. Elle ne put retenir ses mots

ESPECE DE SALOP !! ARRETE CA !

Mais elle fut devancée par une ombre qui s'empara de l'enfant pour disparaître un temps.

HAÏKO !!

Djadine se stoppa dans son mouvement, et regarda dans la direction où était parti le soldat. Il le vit bientôt réapparaître, l'enfant dans ses bras. Elle se méfie immédiatement, vu les révélations de tout à l'heure quand il s'approcha d'elle, prête à en découdre, mais Mei se plaça devant elle alors que le soldat parlait.

Rumaki, calme-toi. J'ai parlé avec cette Geleerde, et toi aussi. C'est la dame qui t'as aidé à accoucher. On peut avoir confiance en elle et en ses alliés, je te l'assure. argumenta-t-elle après les mots de l'officier

Ce mouvement fut plutôt lent, dû à la fatigue, mais il permit de stopper les tensions qui se préparaient entre nous et le soldat. La vieille dame encore un peu essoufflée prit le petit dans les bras, alors qu'il fut endormi, totalement exténué par les événements. L'officier s'exprima à nouveau, et on pouvait sentir une once d'humanité dans son discours. Rien à voir avec l'escorte précédente. On pouvait d'ailleurs lui reconnaître une grande haine pour la personne qui nous menaçait toutes les trois. Djadine ne sut plus trop quoi penser, mais une nouvelle fois, ce fut Mei qui prit les devants.

Viens Rumaki, il faut qu'on parte, maintenant !

Ma deuxième conscience ne bougea pas, perdue dans les événements qui se déroulaient. Qui devait-elle croire ? Ces soldats étaient-ils assez fort pour retenir Nagato ? Mei, avait-elle raison ? Prenant un regard inquiet et perdu, elle fut tirée de ses pensées par l'ultimatum du soldat. Celui prit avec ses collègues réellement les armes contre le manipulateur. Mei nous tira un peu plus fort.

Rumaki, dépêche-toi !

Vas-y Djadine, j'ai aussi vu Geleerde, tu sais à quel point elle m'a sauvée du froid à l'époque !

Finalement, un peu dos au mur, elle se laissa convaincre, et pris Haïko des bras de Mei pour la décharger et fonça vers L'Ouest. Elle prit la main de la vieille pour l'aider à avancer. Si c'était le seul échappatoire, alors elle allait y plonger. Pourvu qu'elles s'en sortent tous !



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mer 31 Mai - 1:05



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Un destin scellé: Une course pour la vie!



   






Trahison. Traîtrise. La guérisseuse qui désirait une fausse paix s'opposait à la personnification de la Paix sur ce monde. Elle lui avait donné sa réponse. Une mauvaise réponse! Il s'était trompé sur son compte, jamais elle n'avait désiré la Paix. Elle était un être égoïste, ne désirant penser qu'à elle. Même son enfant n'avait aucune valeur à ses yeux. Elle le menait droit à la mort, car jamais elle ne pourrait le protéger. Mais elle avait fait son choix!Elle en était même venue à l'insulter, avant que l'élite de Seika n'arrive. Étrangement, le Jigoku n'exprima aucune émotion sur son visage, ni aucune colère. Peut être s'était-il attendu à cela! Elle était trop faible encore et toujours, malgré la présence de Djadine. Elle n'allait pas affronter la vérité...Tant pis pour elle. Car en ce jour Rumaki Oshigato allait devoir fuir continuellement pour sa vie. Seika, Minshu, aucun lieu ne serait assez sûre pour elle. Minshu la poursuivrait sûrement. Fuyu la poursuivait déjà! Mais aussi deux empereurs de Fuyu étaient à présent à ses trousses. Elle n'avait aucune échappatoire!

Pourtant le mot avait résonné: Courrez. Un ordre prompt et direct. Qui déclencha une décharge électrique dans le corps de tous les protagonistes.Les trois chevaliers disparurent de son champs de vision pour apparaître devant lui. Rapide! Mais pas suffisant. Ils furent projeté sur plusieurs mètres, alors que Nagato disparut à son tour de leur champs de vision. Il était à présent juste derrière les deux femmes, prêt à les capturer:

-Je t'ai ouvert la voie pour arrêter cette guerre. Je t'ai proposé d'empêcher les massacres à venir en renversant un gouvernement. Le sang n'aurait pas été versé... Mais tu as décidé autrement. J'espère que tu te rends compte que ta décision va déclencher une guerre sanglante. Tu auras la mort de milliers de personne sur la conscience, car tu ne veux pas la Paix! Être égoïste que tu es! Ta décision condamne un nombre incalculable de personnes, mais aussi ton enfant. Tu ne pourras le protéger!

Son Rinnegan s'activait, tourbillonnant de plus en plus vite, alors qu'il utilisait le pouvoir du Tendô sur la guérisseuse. Elle devait sentir aussitôt une forte pression sur son corps qui l'immobilisa et pire l'attira en arrière. Mais le pouvoir fut brisé, alors qu'un des guerriers du feu, vint en face du ninja, arme à la main, tentant de le frapper en diagonale. Aussitôt l'habile shinobi fit une vrille sur lui même pour se défaire de l'attaque, mais une ombre vint au-dessus de lui. Le second les avait rejoint et poussant un cri, il frappa de son marteau de guerre, en direction du sol. Tentant d’écraser Heiwa. Ce derniers prit appui sur sa main, tandis que l'autre s'empara d'une de ses armes,un de ses bâtonnets noirs, l'utilisant comme une arme de jet pour blesser son adversaire et dévier sa trajectoire. Mais cette fois-ci, le général vint sur le côté pour le prendre en tenaille. Il se rapprochait dangereusement, prêt à donner un coup dévastateur de son glaive immense. Pourtant ce n'est pas la chair tendre du corps qu'il rencontra, mais plutôt le métal de Masamune. Les deux puissances s'observaient, alors que leurs lames s'entrechoquaient, dans des gerbes d'étincelles.

-Vous ne les toucherez pas!Nous sommes vos ennemis!


Un souffle de puissance se dégagea de leur face à face, mais Heiwa libéra la puissance de Masamune et des âmes à son sein. Les trois hommes furent à nouveau éloigner par la force pure de l'arme légendaire. Et Pain reprit sa course, en direction de la religieuse qui n'était guère loin, ralenti par la vieille femme. Encore une fois il la rattrapa:

-Tu obliges des hommes à te protéger. Lorsqu'ils mourront, tu auras leur mort sur la conscience, tu es l'unique fautive de cette situation! Tu devras bientôt faire face aux morts que tu as déclenché, ils réclameront Justice!

Posant sa main au sol par deux fois, un épais nuage de fumée apparut, rapidement dissiper par un panda géant, qui s'interposa sur le course des deux femmes, prêt à les capturer!Mais à nouveau, un chevalier bondit pour se précipiter sur le Panda, l'emportant dans sa course. Alors que le second héros, vint s'opposer vers un Jigoku qui ne ralenti pas sa course, lui prêt à le percuter. Mais à l'instant du contact, une créature invisible attrapa de sa langue le pied du guerrier. Qui tomba au sol avec violence, avant d'être attiré dans la forêt. Heiwa avait invoqué deux créatures. Il avait prévu leur intervention et s'était débarrassé des deux sous-officiers. A présent, il tendit sa main prêt à attraper l'épaule de la jeune femme. Il était pratiquement sur elle, quelques mètres seulement. Quelques centimètres... Un bruit sourd retenti. Le général de Seika s'interposa à nouveau, protégeant de son corps et de son arme Rumaki. Les deux hommes opposaient une même force, chacun essayant de dominer l'autre sans sucés.

Mais cette fois-ci, le Jigoku fut parcourut de spasmes, alors que son corps se modifia, pour bientôt faire apparaître sur son dos un étrange canon dirigé vers le trio. L'officier vit clair dans son jeu, mais il ne pouvait rien y faire, et son regard sombra dans la crainte. Aussitôt, une multitude de "missiles" furent lancer. En aucun cas, il visait le trio, ne désirant pas blesser l'enfant. Il voulait juste l'arrêter, et plusieurs explosions projetèrent des souffles sur la forêt, détruisant les arbres morts. Un derniers missiles allaient bientôt s'écraser  sur la route devant les deux femmes. Mais ce ne fut sans compter l'intervention du premier guerrier, qui parvint à trancher le missile sur sa largeur, avant de s'éloigner au moment de l'explosion.

Les quatre combattants commençaient à s'épuiser. Des perles de sueurs ruisselaient sur leur visage. Individuellement, ils n'étaient pas du niveau de l'empereur, mais ensemble, ils parvenaient largement à lui tenir tête. Ce combat pouvait durer des siècles, comme s'arrêtait en un instant. Si la situation n'était pas aussi critique, n'importe quel spectateur aurait pu admirer ce combat dantesque. Mais on était en présence, à une véritable course contre la vie. Le destin d'une mère et son enfant, prit au piège par les décisions de celle-ci.

-J'avais confiance en toi Rumaki. Ton enfant est la clé. Il apportera la Paix, que nous désirons tant! Tu vas détruire tout ce pour quoi nous nous battons!

Pour la première fois, une certaine rage et colère retenti dans la voix du Dieu de la Paix. Une hurlement s'échappa de sa gorge. Et une puissance colossale s'échappa de la Masamune. Ce n'était pas l'aura du Jigoku, mais bien celle des milliers d'âmes maléfique qui répondait à la colère de son possesseur. Elles étaient parvenues à trouver une sortie, et se matérialisaient peu à peu hors de la Masamune, alors qu'elles prirent un corps éthéré, planant autour de la forêt. Tous furent souffler par une telle aura. Mais aussitôt les âmes corrompus, vinrent, comme aspirées dans la Masamune. Un silencieux s'installa un instant, alors que les yeux fermés du ninja s'ouvrirent. Un regard à faire froid dans le dos se posa sur les protagonistes. Son Rinnegan toujours visible était devenu si noir et profond qu'on pouvait s'y perdre à tout jamais dedans.

-Djadine, tu veux voir ce que l'enfant a ressenti. Ce n'est pas en moi, qu'il n'a pas confiance. Mais en Masamune. L'arme légendaire qui aspira les âmes des monstres qu'elle a détruit. L'arme qui aspire le mal. Des milliers d'âmes maléfiques qui tentent de me dévorer pour sortir et se déverser sur ce monde. Je les contrôle, pour l'instant... Mais ta trahison les nourrit!

Cette fois-ci, même les trois grands guerriers de Seika ôtèrent le sérieux de leurs visages. Une certaine inquiétude se lisait dans leur yeux. Pourtant, ils se relevèrent, arme à la main. Fier soldat du phœnix qui était prêt à se sacrifier pour leur Dieu et leur nation, comme on pouvait s'y attendre d'eux...











   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Dim 4 Juin - 19:38






Faiblesse




note au correcteur :
 

Courir, toujours courir, ne pas se retourner, ne jamais s'arrêter, survivre émotionnellement et supporter les événements, voilà ce que je pouvais lire dans les yeux de Rumaki. Moi-même j'avançais le plus vite possible pour ne pas la freiner, mais avec mes longues années de vue, j'éprouvais beaucoup de difficultés à soutenir son rythme. Néanmoins, au fond de mon cœur, j'étais sûre d'une chose : elle était l'exception aux élus de Fuyu, et cela me donnait le courage de continuer à avancer. Quand Hyouga fut inondée par les catastrophes naturelles qui s'étaient déclenchées partout en Kosaten, cette pauvre élue n'avait eu d'autre choix que de fuir. Elle avait dû quitter ce petit havre de paix qu'elle avait réussi à se créer. Aimante dans l'âme, elle s'était même mise en danger pour sauver ses voisins et les habitans, alors même qu'elle avait une vie en elle. Elle était prête à tout pour le bonheur des autres.

Ce qui était contradictoire dans cette histoire, c'est qu'elle n'a pu accomplir sa volonté chrétienne et s'en sortir indem que par l'intervention de la personne que nous étions en train de fuir. Son sauveur n'était personne d'autres que celui qui lui en voulait présentement, la laissant dans une terreur sans nom. Du coup, je ne savais plus quoi penser l'espace d'un instant, je ne pouvais plus déterminer si ce que nous fuyions était réellement dangereux ou pas. Mais je ressaisi bien vite lorsque je vis ses dernières actions. Elles m'avait laissé un goût très amère et une opinion plutôt noircie de son être. Et de toute manière, j'accordai sans hésitation ma confiance à celle qui ne m'a jamais menti, qui était la pureté incarnée à mes yeux malgré son drôle de comportement aujourd'hui, et à qui je tenais présentement la main : Rumaki. Cet homme voulait Haïko pour son diabolique dessein d'extermination d'une grande population qui ne lui avait rien fait. Je ne pouvais pas concevoir une telle approche de la paix, et j'espérais vraiment que ce petit être qui vivait ses premières années n'allait pas tomber entre ses griffes.

Mais le dénommé Nagato. n'accepta pas notre décision et persista à vouloit subtiliser cet enfant. Alors que mon cœur battait de fatigue et de peur, tambourinant furieusement contre mes côtes, nous fûmes toutes les deux immobilisées par une force oppressante, qui pendant les quelques secondes qu'elle dura, me brida une bonne partie des forces qui me restait. Je vis toute la panique que Rumaki pouvait ressentir, et je fus attristée de ne rien pouvoir faire pour l'aider. J'étais un fardeau pour elle qu'elle s'infligeait. Quand les soldats réussirent à retenir l'ennemi et que la technique se dissipa, je voulus avancer, mais mes jambes flanchèrent, et je tomai à genou sur le sol. Je retins malgré moi la maman qui se retourna quand elle sentit une résistance dans sa main. Je m'en voulais terriblement d'être aussi faible. Je la ralentissais et je prolongeai drastiquement notre exposition au danger. Je savais très bien qu'au fond, je n'y étais pour rien, et que seul le temps de ma vie et mon statut de simple native, peu résistant aux pressions d'un combat et à l'endurance d'une fuite étaient responsable. Cependant, je ne pus m'empêcher de me reprocher le fait de donner beaucoup plus de fil à retordre à notre escorte et à Rumaki elle-même. Celle-ci se rapprocha instantanément et me soutint par l'épaule m'encourageant à poursuivre.

Courage Mei, on va y arriver, tient bon !

Je ne pouvais plus répondre, tellement j'étais essoufflée. J'essayai de prendre appui sur mes bras pour me relever, mais je n'eus plus la force nécessaire. Mes jambes étaient tremblante et n'arrivaient plus à me porter. Mon cœur se serra à cette constatation et des larmes coulèrent sur mes joues.

Fuis...fuis Rumaki... laisse-moi... parvins-je à articuler péniblement entre deux souffles

Ne me dis plus jamais ça ! Si je t'abandonne ici, je serai encore plus pourrie que lui, accroche-toi !

Je ne répondis pas. Malgré les épreuves qui se dressaient devant elle, elle gardait toute son humanité, et n'allait pas abandonner tant que nous ne serions pas tous les trois en sécurité. Elle était bien loin de l'égoïsme de Fuyu, qui n'aurait pas hésiter à me laisser sur place pour sauver leur peau. La jeune mère me plaça rapidement sur son dos et fit pousser des ailes. Echappant de justesse grâce aux soldats de Seika à une nouvelle attaque de Nagato, elle fit pousser des ailes de chakra bleue, et donna une impulsion pour s'envoyer dans les aires. L'enfant dans une main et me maintenant en place sur son dos avec l'autre, elle mettait toute son ardeur à voler et aller le plus vite possible. Cela se voyait aux gouttes de sueur qui commençait à parcourir son front. Je ne le vis pas d'où j'étais, mais elle avait les dents serrés et le regard déterminé.

Elle avait beau être faible pour se battre, dû à son cœur aimant, elle allait quand même aller jusqu'au bout de ses forces pour nous sauver, elle, moi et Haïko...

Merci Rumaki pour tout ce que tu as fait pour moi. lui glissai-je


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mer 7 Juin - 15:44



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Une vie volée!



   





La course poursuite ne cessait pas et semblait infini. A chaque fois qu'il était à porté de sa cible, les impudents humains s'interposaient pour l'en empêcher. Le ninja pouvait s'arrêter et affronter ses adversaires, mais leur force étant à peu près similaire à la sienne, une fois réunie, il perdrait un temps monstrueux. Le combat pouvait durer des heures voir une journée entière. Il le savait et eux aussi. Ce général, proche de son frère de sang disparut, était un ennemi à sa hauteur et il aurait prit peut être plaisir à l’affronter dans une autre situation. Actuellement, il n'était qu'une gêne de plus! Comment faire pour les retenir suffisamment longtemps, et parvenir à capturer l'enfant et sa mère? Il devait réfléchir et vite.

Le Dieu de la Paix n'arrivait pas à croire que cette femme préférait sacrifier ces hommes et toute une nation pour un geste égoïste et dangereux pour elle et son enfant. Il lui avait promit de lui laisser l'enfant si elle lui apporter des informations cruciales sur le territoire rouge. Il lui avait promit qu'il n'y aurait aucun dommage collatéral et aucun mort, alors qu'il renverserait la politique du pays de l’intérieur. Elle avait encore refusé, cela aussi. Obligeant la guerre à se poursuivre et devenir plus sanglante encore. Que lui passait-il par la tête? Les yeux divin se posèrent sur la vieille femme qui s'épuisait elle aussi, prête à s'effondrer d'un moment à l'autre. Je n'avais aucun intérêt pour elle, alors pourquoi l’entraîner à sa suite, et ainsi lui faire prendre autant de risques! J'observais cette ancêtre qui poursuivait aveuglément, l'être même qui la mènerait à sa perte.

Je ne pouvais plus continuer à ainsi perdre du temps et prendre autant de risques. Je devais les arrêter, les arrêter tous. Surtout qu'elle employait à nouveau cette technique de fuite. Prenant appui au sol, je bondis au sol, mes mains amorçant une suite de symboles incompréhensible. Mon saut me rapprocha instantanément au côté de la guérisseuse, alors que nos regards se croisèrent, l'un et l'autre tout aussi déterminé, même si l'un semblait plus terrorisé. Mais le ninja surprit tout le monde, alors qu'il ne tenta même pas de l’attraper. Non ses mains étaient liées pour l'incantation de son prochain sort, des mots furent hurler dans un silence mystérieux qui venait de s'imposer dans la forêt de givre.


-Chibaku Tensei



Aussitôt, une sphère noire s'éleva dans les airs, à une vitesse impressionnante par rapport à d'habitude. Elle devint de plus en plus grosse et noire, alors qu'elle se mit à aspirer tous les alentours. Les arbres, les pierres, les rochers, rien ne résistait à la puissance du trou noir. Les guerriers de Seika tentaient d'éviter les projectiles qui se précipitaient vers eux aussi. Mais peu à peu leur propre corps fut attirer en arrière. Autant que le corps de Rumaki et de la vieille femme furent attirées inlassablement vers l'arrière. Je restais quand à moi immobile, évitant par moment un débris qui se précipitait dans ma direction aléatoirement. Mes yeux se posèrent sur le petit duo féminin, alors que la vieille dame était peu à peu, mais sûrement hors de l'étreinte de celle qui tentait de la garder près d'elle. C'est à ce moment que L'Uzumaki prit la parole, pour s'adresser à nouveau à la religieuse:

-Je t'ai proposé la Paix sans que le sang ne soit versé, tu as refusé! Je t'ai proposé de te laisser ton enfant contre des informations sur Seika pour renverser sa politique et éviter le plus de morts possible, tu as l'a aussi refusé. Et tu parles de m'être fidèle et de ne pas me trahir. Rumaki, c'est à toi que je m'adresse et non à Djadine qui va emporter dans ta mort les êtres que tu chéris. En pensant faire le bien pour toi, elle va tout anéantir!Dans ta course et ton égoïsme, tu entraînes cette vieille femme avec toi qui n'avait aucun intérêt pour personne et inconnue de tous. Sa vie est en danger par ta faute, à nouveau. Comme les milliers d'âmes que tu condamnes à la guerre et à la souffrance!

Le shinobi s'adressait directement à Rumaki, même si elle était faible, elle devait se doutait qu'il avait raison encore une fois sur le fond. Pas une fois, il ne s'était intéressé à la vieille femme et n'avait essayé de l'attaquer. Elle était présente au mauvais endroit, au mauvais moment, par les propres actions de la traîtresse. Pourtant une voix vint à s'interposer. Il n'avait pas entendu toute la conversation, mais il osa répondre à ce qu'il avait pu entendre:

-Nous sommes prêt à sacrifier nos vies dans cette guerre!  Tout Seika s'opposera à Fuyu aussi longtemps que nous aurons le moindre souffle. Nous vaincrons coûte que coûte!


Le Jigoku tourna son visage lentement vers le général. Il pouvait ressentir la même fougue et la même notion de Justice qu'il avait parfois ressenti en son frère-ennemi Schneiden. Il arqua dés lors un sourcil, se rappelant que le Justicier de Seika avait disparut. Il devait savoir pourquoi:

- Général, vous préférez sacrifier des milliers des vôtres pour une simple victoire? Je ne sais pas si Schneiden aurait adhérer à vos idées extrême. Mais qu'est devenu le Justicier de Seika. J'aurais aimé le revoir...

Nagato s'exprima avec une certaine nostalgie, à la surprise de tous. Mais les soldats reprirent rapidement leur sang-froid, alors qu'un se retourna, comme s'il abandonnait la lutte contre la puissance de la technique. Un sourire et son corps fut aussitôt emporter.

-Je t'ai déjà dis notre volonté triomphera, nous sommes prêt à donner nos vies!

Sans avoir l'opportunité d'agir, le Dieu de la Paix vit l'un des compagnon du général se dirigeait rapidement vers la sphère. Il avait assurément une idée en tête! Son corps sembla s'embraser sous l'effet de la vitesse Et pourtant, il parvint à contrôler sa direction sous les yeux sans émotion du Jigoku. L'impact contre la nouvelle lune allait être imminente, mais il continua encore à accélérer, jusqu'à transpercer l'amas de terre qui planait dans les airs.Un silence s'en suivit, et l'effet d'attraction se volatilisa.Puis un craquement sourd se fit entendre, et la forme ovale qui les dominait vint à s'effriter et à se détruire de l'intérieur. Une véritable apocalypse s'en suivit, alors que tout retomber au sol. On avait réussi à briser l'une de ses attaques les plus puissante. Ceci était incroyable! Le mortel était  encore vivant, mais très affaibli. S'il n'était pas secouru rapidement, il allait mourir à son tour.



Une telle volonté était inexplicable, mais Heiwa s'en moquait à présent. Il se retourna vers son ancienne protégée. Mais la poussière qui les entourait fut une aubaine pour les deux derniers officiers, qui bondirent sur lui. Il envoya valser le premier, alors qu'il évita le second,en le frappant dans le dos d'un coup violent.Celui-ci emporté dans sa course ne put s'arrêter, arme à la main droit sur le Duo de femme. Le visage du Jigoku devint froid et dure. Il ne voulait pas perdre l'enfant, mais il ne pouvait pas utiliser le pouvoir du Tendô aussi rapidement, l'ayant utilisé sur le premier agresseur. C'est impuissant, du moins en apparence, qu'il regarda la course du guerrier se poursuivre, son arme s'enfonçant directement dans la peau fine et tendre, alors qu'on pouvait entendre un cri déchirait le ciel...

Aussitôt le Jigoku se tourna vers la scène. Le guerrier de Seika continuait à tenir son arme, le visage interdit. Alors qu'en face de lui la femme se mit à cracher du sang. Mei avait été la victime. Le Jigoku était parvenu à user d'une infime puissance du Tendô pour déplacer, le guerrier, sur le côté d'un ou deux centimètres, très peu perceptible par les mortels. Il avait préféré que cette civile meurt à la place de Rumaki et son enfant, principalement! Ce qui n'était qu'un simple accident avait été indirectement orchestré par le ninja lui même, aidé par l'erreur du guerrier. Mais déjà l'esprit calculateur de l'empereur carburait. Il pouvait se servir de cette situation à son avantage. Mais ce fut sans compter l’intervention du général qui revint à la charge, suivit rapidement du "tueur" qui s'excusa auprès de Rumaki avant de retourner au combat avec rage. Toujours impassible, Heiwa poursuivit le combat contre les deux hommes, tout en s'adressant à Rumaki ou Djadine:

-Tu en es responsable,certes indirectement, mais rester à tes côtés scelle le sort de tes proches! Si tu m'avais écouté... Pourtant....


Les bruits du combat continuaient l'interrompant par moment. Il devait éloigner les deux hommes le temps d'annoncer ce qu'il devait dire. Évitant à nouveau l'attaque des deux Seikajiin, se baissant au sol, il les projeta au loin, tout en s'exprimant assez fort pour se faire entendre de la guérisseuse:

-Pourtant... il y a encore un espoir pour elle. Je peux encore la sauver!


Oui le Jigoku possédait encore un tel pouvoir et une telle puissance. Mais son aide ne serait certainement pas gratuite. Il voulait profiter de la détresse de la jeune femme pour parvenir à son objectif.Mais aussitôt, les deux officiers revinrent à la charge intimant l'élu de Fuyu à fuir et courir...














   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Lun 12 Juin - 21:16






Folie !!







Djadine n'en pouvait plus. Un coup d'aile après l'autre, elle donnait toute son âme à s'éloigner de cet homme aux yeux étranges, pour enlever toute cette tension qui serrait son cœur et celui de Rumaki. Elle regardait au loin les dents serrés, comme un espoir d'y trouver le repos, enfin. Mais elle ne pouvait plus fuir. Ce Nagato était comme une araignée qui avait étendu sa toile. Nous étions prises dedans et nous nous débattions jusqu'à l'épuisement pour s'en sortir. À l'intérieur de notre esprit commun, moi, la pauvre petite Fuyujin acculée n'arrivait plus à savoir quoi faire. J'était anéantie et sans plus aucun espoir. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée que Nagato puisse être mauvais, mais j'avais une envie terrible de m'extirper de son emprise dans laquelle je m'étais emprisonnée moi-même. Finalement, j'aurais dû résister quand Djadine m'est apparu, et accomplir ce que je voulais faire depuis le départ.... partir... partir avec Haïko dans un monde qu'à nous loin de tout.

Les efforts de mon double furent une nouvelle fois entravés par le ninja. Après avoir croisé son regard à glacer le sang, qui n'arrivait plus à nous terroriser davantage tellement nous étions au bout de nos nerfs, Djadine put voir apparaître une grande sphère noire qui l'attira sans qu'elle ne puisse résister. Elle donna de nombreux coups d'aile pour opposer une force à celle qui la ramenait vers l'Uzumaki, mais rien n'y fit. Pendant ce temps, celui-ci me parla et me fit encore plus me recroqueviller sur moi-même. Au fond de moi, je savais qu'il avait raison, mais je ne pouvais plus l'admettre. Je n'avais plus la force de m'opposer à Djadine, je ne voulais plus avoir à faire à tout ça. Si quelqu'un avait pu me voir, il aurait vu des larmes en cascade. J'étais désespérée. Je ne supportais plus toute cette pression.  Qu'on me laisse tranquille par pitié. Qu'on me donne la Paix, je vous en pris.... aidez-moi....

Un des soldats de Seika parvint à contrer la technique, et Mei retomba lourdement sur le dos de Djadine. Celle-ci perdit un instant l'équilibre et quelques unités d'altitude avec. Manquant de lâcher l'enfant, elle se rattrapa rapidement. Elle voulut continuer à fuir, profitant de l'action de l'officier du Phénix, mais pour la énième fois, les divinités de ce monde se moquèrent éperdument du seuil de folie que j'allais atteindre bientôt. Il se passa quelque chose qui sembla me transpercer le cœur. En voyant la lame arriver du coin de l'œil, Djadine voulut éviter l'assaut.



ATTENTION !


Et merde !!

Mais trop tard, le cri échirant se fit entendre. De même, quand l'impact fut donné, mon double ne put contrer l'élan de l'attaque involontaire et perdit la vieille dame qui tomba. Elle chuta du petit mètre qui nous séparait du sol.

MEEEEEEEEEEEEEEI !!!!!!!!!

Poussant un juron, Djadine n'eut d'autres choix que d'atterrir. À l'intérieur, je ne pus m'empêcher de pousser des cris de folie. C'était le pire qui puisse arriver. Le monde semblait s'effondrer autour de moi. Encore plus qu'avant. Djadine regarda le pouls de Mei. Il devenait faible à vue d'œil... trop faible... Nous comprîmes toutes les deux au même moment que... c'était terminé. Posant le bébé par terre, Djadine me rejoignit dans mes cris, n'entendant même pas les excuses du soldat.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

Elle se prit la tête et se pencha sur le corps, totalement incapable de contrôler quoi que ce soit. Même pour elle-même ça devenait trop extrême. Elle ne savait littéralement plus quoi faire. Tout son corps tremblait, et la seule chose qu'elle put faire, c'est de résister avec les dernières forces qui lui restaient, à l'envie gargantuesque de son hôte de se suicider.

JAMAIS, JAMAIS JE LE FERAI TU M'ENTENDS !!

DJADINE, JE VAIS PAS TENIR, FINISSONS-EN JE T'EN PRIS !!

NAAAAAAN

C'est alors que l'impitoyable voix du ninja parvint aux oreilles de mon double, en larme. Il mentionna le fait de pouvoir encore la sauver. Djadine perdit tout contrôle d'elle-même l'espace d'un instant

TA GUEULE TOI !! C'EST PAS POSSIBLE DE RESSUCITER LES MORTS, TU ME FAIS CHIER AVEC TES PROMESSES A LA CON !!!


DJADINE, ARRETE ! JE LE CONNAIS !! IL LE PEUT !! IL L'A FAIT A KONOHA EN SON TEMPS !!

ON NE PEUT PAS LUI FAIRE CONFIANCE, IL VA NOUS DETRUIRE MENTALEMENT !

C'EST LA SEULE CHANCE QU'ON A DE SAUVER MEI !! FAIS-LE !!! ELLE EST TOUT POUR MOI, NE LA LAISSE PAS MOURIR !!

ELLE EST DEJA MORTE RUMAKI !!!

NAGATO PEUT LA SAUVER, ET S'IL FAUT SE SOUMETTRE ALORS FAISONS-LE !! NE LUI RESISTE PLUS, IL PEUT LA SAUVER JE LE SAIS ALORS N'HESITE PAS !!! MA VIE NE VAUT RIEN POUR SAUVER LA SIENNE !!



Un nouveau cri s'échappa de la gorge de Djadine, acculée comme jamais, avant qu'elle ne se redresse dans un excès de rage et qu'elle ne se trouve la tête contre le sol, surmontée de ses deux mains. Elle resta ainsi plusieurs minutes, se battant pour reprendre le contrôle de ses émotions et pour digérer. Elle ne prêta pas une once d'attention à ce qui se passait autour d'elle. Tremblante de la tête au pied, elle devait d'abord se calmer, alors que son cœur était à deux doigts de lâcher. Elle ne vit pas le ninja repousser une fois de plus les soldats avec sa technique de répulsion, attendant probablement une réponse à sa proposition.

De grandes larmes mêlées à des gémissements perceptibles assez loin à la rondes, il ne manquait plus beaucoup pour qu'elle ne sombre dans la folie complète. Suffoquant, elle mit une bonne dizaine de minutes à retrouver un rythme normal de respiration. pour quelqu'un d'apeuré et à un peu moins trembler. Poussée par son hôte qui la suppliait de tout faire pour sauver son amie, Djadine n'avait plus le choix. Son cerveau ne pouvait plus réfléchir convenablement... elle devait se soumettre.

Elle leva la tête, et regarda Mei, inerte, avant de croiser le regard de Nagato. Son cœur se serra, et presque par dépit, elle lâcha, en reprenant Haïko contre elle.

Que désires-tu...


Ses mots étaient faibles. Elle était à bout. Elle n'allait même plus pouvoir courir. Elle était à sa merci...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Sam 17 Juin - 19:09



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Sadness and Sorrow



   









Deux âmes en peine! Deux cris déchirant le ciel. Une lamentation provenant de la perte d'un être cher. La tristesse de Rumaki aurait pu atteindre n'importe quel cœur présent. Pourtant, les seuls protagonistes qui l'entouraient, étaient préoccupés à combattre. La moindre erreur pouvait leur coûter la vie. Néanmoins, l'un d'eux semblait plus préoccupait que les deux autres quand à sa condition. Son regard était fixé sur elle. Le Jigoku avait bien plus de considération que les représentants de Seika. Et même s'il avait une idée derrière la tête, il était probablement l'une des personnes les plus proche de la religieuse, même si elle allait le nier. Il l'avait sauvé la vie à mainte reprise. Il l'avait endurcit pour affronter les épreuves de la vie. Il n'y avait aucun doute que lorsqu'il s'était rencontré pour la première fois, rien n'aurait pu prévoir un tel dénouent. Mais à cette époque, Rumaki aurait perdu la vie de par son chagrin. A présent, elle était plus forte, plus résistante et survirait à cela. Surtout si le Dieu de la paix lui proposait une porte de sortie.

Mais comme il avait prévus, la colère et la triste s'était emparées de Djadine, l'alter-ego de Rumaki refusait tout de lui. Elle ne lui faisait pas confiance, mais il ne désirait pas l'atteindre elle, mais bien Rumaki, qui connaissait ses capacités et ses pouvoirs divins. Elle ne douterait pas de ses paroles. Elle la convaincrait, même la jeune mère pouvait être convaincante! Cette seconde personnalité était apparut pour prendre le relais dans les moments difficile, mais la jeune élu ne se rendait pas compte de sa propre force et de la foi de ses convictions. C'est pour cela, que le ninja ne prit pas rigueur au hurlement de rage de cette femme. Il n'avait pas prononcer un mot, son rinnegan tentant de transpercer le bouclier mentale qu'exerçait Djadine pour atteindre directement Rumaki. Si elle voyait dans ses yeux, elle comprendrait qu'il disait vrai.

Toutefois les deux officiers étaient plus enragé qu'à leur début. Peut être que la proximité de leur troupe leur redonner courage et vitalité. Le shinobi peinait de plus en plus à les repousser, peut être que même lui avait usé trop d'énergie à pourchasser sa protégée, tout en éloignant les trois guerriers. Il devait donc les retenir assez longtemps pour que la traîtresse lui réponde, sans que les deux hommes ne s'en aperçoivent. Il n'avait pas suivit leur conversation depuis le début ou de simples brides, il ne pourrait donc pas faire le lien et soupçonnait celle qu'ils étaient venus protéger. Aussitôt le porteur du Rinnegan repoussa les hommes, mais sachant très bien que ceci ne suffirait pas, il avait invoquer aussitôt le caméléon invisible et le Panda géant, qui foncèrent sur les deux officiers pour les éloigner des lieux. Ceci ne durerait que quelques minutes, mais ceci serait suffisant l'espérait-il. Et à peine avait-il fait cela, que l'Uzumaki se concentra sur la religieuse, celle-ci même lui répondait déjà. Un nouveau silence, ironiquement calme, s'installa. Nagato regardait son interlocutrice, profitant de cet unique moment de calme. Son regard exprimait plus de chose que jamais auparavant. Mais il était si dure de les définir. Comme s'il se remémorait de leur rencontre, de la proximité qu'il avait eu avec elle, peut être même un peu de compassion et de tristesse pour elle.

Il était le Dieu de la Paix, il avait souffert par le passé. Il pouvait se souvenir de cet étrange sentiment qui lui étreignait le cœur. Les émotions étaient un mal pour le cœur. Il était parvenu à les taire, mais voir cet être ressentir une telle souffrance, lui rappela celle qu'il l'avait vécut. Pire encore, il pouvait ressentir cette peine, mais point de l'origine de cette peine. Son passé se dérobait toujours à ses yeux. Il aurait pu arrêter tout ceci, toute cette quête et cette mission. Se tourner vers un autre futur, tout en récupérant son passé. Pourtant, il était déterminé... Il devait donc reprendre son sang-froid. Poussant un léger soupir, il s'exclama de sa voix la plus calme et posée, alors que son visage reprit cet air neutre et froid.

-Je pensais avoir été claire. Nous n'avons que peu de temps avant qu'ils reviennent. Je serais donc bref! Comme je te l'ai dis je te laisserais ton enfant, mais je continuerais à veiller sur vous deux, même si tu me rends la tâche plus difficile. Je surveillerais le garçon, lorsque tu périras et que tu reviendras des morts. Et je peux ramener ton amie parmi nous, dans les prochaines heures, si tu le désires. Tout ce que je te demande, c'est de m'aider à apporter la Paix à ce monde! Mon objectif n'a jamais changé. Mais Fuyu, Seika et Minshu possèdent des gouvernements corrompus. Je désire les renverser avec le moins de mort possible. Mais dans la situation actuelle, ceci est impossible, et la guerre aussi sanglante et meurtrière que nous l'imaginons va se dérouler. Ce que je désire? Que tu obtiennes des informations et des renseignements sur Seika. Ils baisseront leur garde avec toi, pensant que tu pourras leur donner des pistes et des renseignements pour la guerre et causer plus de massacres encore. Mais tu pourras en apprendre tout autant. Je désire que tu m'indiques tout ce que tu apprends, pour renverser les politiques de Seika de l’intérieur. Si nous y parvenons ensemble... La guerre se terminera sans guerre de plusieurs mois ou années.

Je tournais la tête sur le côté, sentant les officiers revenir à toute vitesse. Nous devions faire vite, et je devais agir pour qu'ils ne se doutent de rien. Dans quelques secondes, ils seraient là, nous n'aurions plus le temps pour qu'elle me donne sa réponse. Elle devrait probablement trouver un code pour me faire passer sa réponse, me montrer d'une façon ou une autre ce qu'elle choisissait sans se faire prendre.

-Ils reviennent déjà. Pour n'éveiller aucun soupçon, je vais m'approcher de toi pour te capturer, ils vont m'intercepter avant. Fais moi un signe pour me faire comprendre ta décision... Rumaki, je n'ai jamais voulu que nous en arrivions à là. Tu sais que j'ai le pouvoir de la ramener à la vie, mais il ne faut pas tarder, son âme s'échappe peu à peu et même moi je ne pourrais plus rien faire....

Intérieurement, le Jigoku fut surpris de ressentir de la peine pour la jeune femme et même pour leur relation. Comme si finalement, il était parvenu à s'attacher à elle et l'enfant. Ceci ne se pouvait et il devait vite taire ses doutes. Il n'avait jamais voulu lui faire du mal ceci était un fait, et il ne lui en aurait jamais fait, même lorsqu'il la pourchassait pour son enfant. Un mouvement dans les fourrées se fit entendre, alors qu'une ombre bondit vers eux. Au même instant, le Jigoku bondit sur Rumaki pour feinter de l’attraper, avant de se faire envoyer balader par le général de Seika.

-Je t'ai déjà dis que tu ne toucherais pas à un seul de ses cheveux...Nous savons que ce combat peut durer des lustres, mais nous n'abandonnerons pas non plus. Et nos forces seront bientôt dans les environs. Que vas-tu faire, élu de Fuyu?

Le ninja posait son regard divin sur l'intéressé, sans répondre. Il n'avait pas besoin de le faire, puisqu'il avait compris depuis le début, qu'il ne parviendrait pas à se débarrasser d'eux. Le général était intelligent et l'avait compris aussi. Pourtant, il détourna bien rapidement ses yeux, pour revenir sur Rumaki.















   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Mer 21 Juin - 21:20






Résignation en enfer






Les quelques minutes qui passèrent, silencieusement, calmement, furent longues. L'eau séchée des larmes de Djadine, surplombées par les nouvelles lui tiraillaient les joues et les yeux. Elle n'avait pour ainsi dire plus d'envie de lutter, et plus de force pour le faire. Tout ce qui lui importait tout au long de cette rencontre, c'était de rendre son hôte heureuse, de l'éloigner du danger et elle avait l'impression d'avoir échoué. Elle n'avait pas pu s'enfuir face à ce ninja que Rumaki ne pouvait se résoudre à détester. Celle-ci s'était d'ailleurs tue quand elle s'était résignée face à Nagato. Elle avait compris que son double n'allait pas résister bien longtemps. Toutes les deux étaient à bout et avait un désir commun: voir Mei revivre. Djadine ne la connaissait pas vraiment, excepté par l'intermédiaire des souvenirs de Rumaki, mais elle savait qu'elle était une personne très noble et très juste, qui était allée jusqu'à compromettre sa sécurité à Fuyu pour aider l'élue. Elle ne méritait pas un si terrible châtiment.

Mais pour cela, la condition était bien rude. Le ninja ne voulait plus Haïko, et cela réjouis sa mère, mais il voulait que nos deux soumises jouent un double jeu. Il les voulait espionne à son propre compte. Cela signifiait qu'en plus de trahir une nation, elle devait abuser de la confiance d'une deuxième nation. En conséquence, l'enjeu était très risqué, voir suicidaire si elle venait à se faire repérer. Et Rumaki n'avait jamais eu à faire cela auparavant. Elle n'avait jamais été placée dans un rôle si périlleux. Manquant d'expérience, elle doutait sérieusement qu'elle allait tenir. Les autorités du Phénix n'étaient pas dupes, elles savaient dores et déjà l'origine Fuyujin de Rumaki et allait très probablement la surveiller. Une simple précaution qui tombait sous le sens, mais qui la mettait dans une situation catastrophique. Ce qui était encore plus dangereux, c'est qu'elle allait donner des informations à un élu du dragon, nation ennemie juré de Seika. Il n'allait pas en falloir plus pour que la nation de Karui pense à un espionnage pour le compte de cet enfoiré de Sul Hei, ce qui était totalement faux.

Oui mais voilà, Est-ce que Djadine avait le loisir de refuser ? Allaient-elles les deux survivre à la mort de Mei, alors qu'elles avaient une possibilité de la sauver ? Comment allait réagir son hôte si Djadine refusait l'offre du ninja ? Le chemin remplies d'épines et de ronces mortelles semblait être la seule voie possible. Djadine regarda d'un air résigné la pauvre vieille dame sans vie. Etait-il vraiment capable de la faire revivre ? Rumaki en avait l'air convaincue, et elle le connaissait même avant Kosaten. Cela semblait irréaliste, et pourtant, les pouvoirs d'élus sont parfois surprenants... inhabituels... Et cette image que la religieuse avait dans ses souvenirs, se composant de son père qui lui avait raconté au coin du feu la bataille entre ce ninja et un dénommé Naruto... elle évoquait le fait que Nagato avait ressusciter tout un village après avoir négocié avec le blondinet... c'était donc vrai.

Djadine soupira en baissant le regard. Elle n'avait plus le choix. L'homme au Rinnegan lui expliqua rapidement la suite des événements avant qu'il ne fonde sur elle. La double personnalité ne bougea pas d'un centimètre, oppressée par la fatigue et la lassitude. Elle observa le général se défendre corps et âme contre lui et se planter dos à elle pour promettre à son opposant une bataille sans merci pour nous protéger. Il se démenait sans relâche pour une élue qui allait le trahir avec grand regret. Djadine ne fit rien pendant quelques secondes, avant de lever les yeux vers Nagato... et d'hocher lentement la tête, sans un mot.

Notre réponse venait d'être donnée. Un nouvel enfer s'ouvrait désormais sur le chemin de notre vie....



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2114
Yens : 1356
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Ven 23 Juin - 15:32



   
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.


   
Le pouvoir d'un Dieu: La vie



   




Aucun des protagonistes ne bougeaient, chacun se regardaient sur ses gardes. Le général et son camarade observait Heiwa sans ciller. L'empereur de Fuyu était fixé sur Rumaki, tandis que la jeune femme ne savait plus où donner de la tête entre tous les héros.  Après les dernières paroles prononçaient par l'officier, le silence régnait entre eux. Qu'attendaient-ils? Le vent souffla sur ce tableau, laissant les cheveux de chacun fouetter l'air. Tous attendaient un seul symbole. La tension était palpable. Les souffles lent mais concentrés. On pouvait encore entendre quelques sanglots de la religieuse qui brisait le silence. Chaque mouvements étaient retenues. Un pied glissant sur le sol, faisant crisser la terre. Les mains sur les pommeaux des armes, prêt à dégainer.

Le ninja n'attendait qu'une réponse de la traîtresse. Allait-elle accepté son offre et sauvé son amie. Ou bien refuser et condamner tout le monde? Le destin de tant de vies étaient entre ses mains. Elle devait sûrement le maudire, le haïr, sans se rendre compte que malgré ce qu'il lui demandait, malgré qu'elle sa salisse les mains, elle allait agir pour le plus grand bien du plus grand nombre. Une trahison, comme lle venait de faire, mais cette fois-ci pour renseigner le Jigoku qui ne soutenait plus aucune nation. Ni Fuyu, ni Seika et encore moins Minshu. Elle confiait le destin du monde à un seul homme. Plutôt à une divinité. Elle semblait hésitante. Ne se rappelait-elle pas leurs rêves de Paix? Il lui proposait même de vivre ce rêve au côté de son amie et son enfant, en échange de simple informations. Des renseignements qui pourraient renverser le gouvernement de Seika, sans mort ni sang. Du moins réduit au strict minimum pour l'instant.

Le temps était figé, jusqu'à l'ultime instant. Les yeux brun se levèrent, pour se poser sur le Dieu de la paix. Puis son visage hocha du bas vers le haut, pour confirmer son choix. Elle acceptait! Nagato aurait pu sourire à cette grande victoire. Mais son visage resta de marbre, rien n'était encore joué. Mais assuré de son consentement, il retourna son attention sur les deux soldats. Puis s'exclama:

-Tu as raison général de Seika. Je vois que mon ami Schneiden a bien su s'entourer d'homme valeureux et puissant.

Les deux guerriers du Phoenix semblèrent légèrement décontenancé, au simple mot "ami". Comment leur héros et justicier avait pu côtoyer l'empereur de Fuyu, une fois. Des questions devaient leur venir en tête, essayant de trouver des explications. Mais l'Uzumaki poursuivit.

-A vous deux, vous parvenez à me résister et m'empêcher d'atteindre mon but. Je sens comme vous, mon pouvoir arriver à sa limite. Si nous continuons, nous pouvons périr tous, ou qu'un seul d'entre nous s'en sortira. C'est un risque que nous sommes prêt à prendre, à priori. J'aurais aimé revoir votre Justicier...


Le regard de l'empereur devint légèrement absent et vitreux au souvenir de son frère d'arme.Commet ou pourquoi avait-il disparut. Il avait été son rival et ce qui s'approchait le plus d'un... Ami.Un ami? Pourquoi son cœur s’alourdissait? Pourquoi cette sensation, lui rappelait quelque chose? Pourquoi l'image de cet inconnu hantait encore son esprit, et pourquoi Scheiden se superposait sur l'image de l'inconnu. Qui était cet homme de son passé? Pourtant ce n'était pas le moment de s'attarder sur cela pour l'instant!

Surtout que les hommes-rouge profitait d'un moment d'absence pour intervenir. Puisque le troisième soldat, qui avait précédemment détruit sa technique divine, en se sacrifiant, apparut pour attraper la religieuse et l’entraînait avec elle, lui hurlant de lâcher le corps de la vieille dame, que plus personne ne pouvait rien faire pour elle. Au même instant, les deux autres bondirent sur Nagato, qui se défendit aussitôt. Le combat faisait, à nouveau rage, mais bientôt des cors résonnèrent dans la forêt. Les troupes de Seika était non loin. Les officiers épuisés reprirent du poil de la bête, un large sourire sur le visage. Ils étaient parvenu à leur destination. Il n'y avait plus longtemps à tenir. Et s'il pouvait se débarrasser d'un des plus puissants élus de Fuyu, ils allaient tenter leur chance. Pourtant, face à eux, Heiwa s'immobilisa, les regardant froidement. Le combat était terminé, et finalement leur arrivé faisait l'affaire du Dieu. Il pouvait s'éclipser sans éveiller les soupçons. Aussitôt, il fit demi-tour, subtilisant discrètement le corps de la vieille femme, et disparut dans les profondeurs de la forêt.

Les officiers ne partirent même pas à sa recherche, revenant sur leur décision et ne préférant prendre aucun risque. La rencontre et la poursuite se termina donc là. Mais Heiwa avait encore fort à faire et le temps jouait contre lui. Assuré de ne pas être suivit, il déposa le corps de la jeune femme au sol, posa ses mains sur la terre fraîche, faisant à nouveau apparaître la porte du roi des enfers. Sans un bruit, l'invocation dégrafa sa bouche, enveloppa de ses bras éthérés le cadavre pour l'amener dans sa bouche, qu'elle referma violemment. De son côté, le ninja mis un genou à terre, reprenant ses forces et attendant.Le rituel dura plusieurs minutes, puis tout d'un coup, la bouche s'ouvra à nouveau. Les ténèbres épaisses ne permettaient de ne rien voir. Mais après plusieurs secondes, un main se posa sur la paroi. Les jambes frêles et tremblantes se mirent à avancer, alors que d'une autre main, la silhouette se couva le visage face à la vive luminosité.

Complètement perdue et inquiète, elle sortie de la bouche des enfers, alors que l'invocation s'enfonça à nouveau dans la terre, comme si elle n'avait jamais été là. Cette fois-ci la personne s'effondra su sol, respirant avec peine. Pour peu à peu lever les yeux sur son sauveur. Mais ses yeux exprimèrent une peur viscérale pour celui qui venait de lui rendre la vie. L'homme respirait lui aussi avec peine, il avait utilisé énormément d'énergie pour ramener l'âme de la défunte dans son corps.

- Que s'est il passé...?


.....................

De son côté la mère et son enfant étaient escorter par une impressionnante patrouille de guerrier du feu et des deux officiers qui l’avaient protégé, alors que le troisième était soigné dans une calèche. Le danger était écarté et ils avancèrent droit vers la capitale. Néanmoins, les soldats était toujours sur leur garde, observant les alentours, comme s'ils pouvaient être attaqué à tout moment. Surtout dans ce lieu, ou un canyon les surplombait. Un parfait endroit pour crée une embuscade, mais le chemin le plus rapide pour Seika. A chaque bruit, les hommes se tournèrent dans cette direction, sans rien y voir. Pourtant Rumaki pouvait elle aussi se sentir observée. Puis tout d'un coup deux silhouettes surplombaient le groupe, sans être vu par eux. Enfin du moins, ils désiraient être vu que par une seule personne: La guérisseuse!  Ils attendaient qu'un contact, même rapide, se fasse. Et si celui-ci se produisait, les deux silhouettes disparaîtraient, comme si elles n'avaient jamais existé, sans avoir été vu par les guerriers. Seule Rumaki allait être le témoin de cela. Témoin du pouvoir d'un Dieu. Témoin de la résurrection d'une morte. Mei était revenue à la vie par le pouvoir divin. Plus rien ne pouvait faire douter de l’incommensurable pouvoir du Dieu...














   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1770
Yens : 10
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 99
Nombre de topic terminé: 36
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    Jeu 29 Juin - 22:26






La fin d'un calvaire, le début d'un autre


Tout s'emballa par la suite. Les soldats de Seika se battaient de toute leur force face au ninja, alors même que nous digérions notre récente décision. Mais le temps ne nous laissa pas de répit, et bientôt, Djadine fut tirée par le bras. Elle tenta de résister, hurlant qu'elle avait besoin d'un temps de deuil, mais le soldat ne voulut rien savoir et la força à se lever. Le temps pressait pour lui, et il n'avait pas le temps de faire preuve de compassion. Nous regardâmes alors les deux le corps de notre chère amie lentement s'éloigner, tandis que nos jambes nous portait, accélérant petit à petit vers un avenir incertain. La mort dans l'âme nous finîmes par détourner les yeux et à regarder devant nous. Les larmes de tristesse voulaient toujours.

Ce fut la fin... la fin d'une journée atroce et insupportable, que sans ma double personnalité, je n'aurais jamais traversé en restant vivante. Si elle n'avait pas été là, à l'heure qu'il est, Kosaten aurait perdu deux élus, la gorges tranchée par un kunaï. La route commença donc jusqu'à Seika. Nous avancions lentement et ma vue était dirigée sur le sol. Je m'adressai enfin à Djadine, d'une voix plus douce que tout à l'heure.

Je te remercie Djadine pour tout ce que tu as fais.

Ne me remercie pas Rumaki, j'ai échoué... je t'ai foutu dans une sacrée merde...

Tu sais, cette décision de trahir Fuyu, c'est moi qui l'ai prise aussi. Et je savais que je n'allais pas être tranquille. Nous avions le même objectif et nous l'avons atteint quelque part. J'ai confiance en Nagato. Mei va revenir et nous vivrons plus heureux tous ensemble.Je suis ravie de t'avoir à mes côtés. Tu es une véritable amie.

À l'insu des gardes, un petit sourire se dessina sur notre visage.

Ton optimiste est presque agaçant, mais soit, nous continuerons de nous battre toutes les deux, je te le promets. Allé, reprends les reines de ta vie ma grande.

Lentement, le passage de flambeau se fit, et je pus enfin sentir à nouveau la douce chaleur de mon bébé dans mes bras. Ceux-ci manifestaient clairement leur limite et leur douleur d'avoir porté si longtemps ce petit être, mais à cet instant, je m'en fichais. Je posai un bisou sur le front de mon protégé, et lui promit par la pensée de continuer à être son bouclier, jusqu'à ce qu'il puisse se défendre lui-même. Personne n'allait toucher à ses cheveux, pas même Nagato. C'était mon trésor, et j'y tenais. Je finis par lever les yeux pour observer les gardes se tenir prêt à chaque attaque surprise, et bientôt, quelque chose attira mon regard. C'était petit et flou, mais j'eus très bien le temps de reconnaître le ninja et...

Mei !

Tous les officiers de Seika braquèrent leur regard sur moi, étonnés d'une réaction si spontanée. Je fis un mouvement pour dévier de ma  trajectoire, mais je fus retenue par l'un des hommes qui m'entourait. C'était le général.

Rumaki, ne vous égarez pas, il ne faut pas perdre de temps.

Mais mon amie est vivante ! répliquai-je en le regardant

Je suis navrée, mais ce n'est pas possible. Vu l'âge et la quantité de sang qu'elle a perdue, elle ne peut pas avoir survécu. La fatigue et la chaleur a dû faire l'effet d'un mirage, allons venez.

Mais je...
commençai-je en reposant mes yeux où j'avais aperçu la vieille dame et son sauveur.

À ma grande surprise, il n'y avait plus personne. Je restai un instant ébahi. Avais-je réellement rêvé ? Le poids des événements m'avait-il autant affaibli que mon cerveau me jouait des tours ? Le général insista en me tirant à nouveau par le bras.

Il faut qu'on avance, allé venez s'il-vous plaît.


Pardon... lâchai-je en soupirant de déception, et en le suivant.

Arrivée dans les contrées du Phénix, près d'une auberge sur le chemin menant à Chikaï l'escorte se stoppa et le général se tourna vers moi.

Ecoutez Rumaki, Geleerde nous a donné l'ordre de venir vous chercher mais Karui n'est pas au courant de votre venu ici. Pour ces raisons, je ne peux vous emmener dans un lieu trop habité. Avec la guerre qui se déroule en ce moment, ce serait risqué, autant pour vous que pour nous de pénétrer dans une grande ville. Ainsi, en attendant que la situation ne s'arrange, Geleerde m'a ordonné de vous loger ici. Le tenancier est au courant, remettez-lui ce mot, et il sera qui vous êtes.

Il me tendit un papier, puis me serra la main.

C'est ici que nos chemins se sépare. Je vous souhaite une bonne continuation parmi nous.

Merci pour tous messieurs. Je vous dois beaucoup.

Les soldats sourirent puis s'éloignèrent. Je les regardai un instant, avant d'entrer dans l'auberge et de prendre un repos bien mérité.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.    

Revenir en haut Aller en bas
Conséquence désastreuse d'une trahison courageuse.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un trahison qui n'a jamais éxister
» [Trahison] - Fayom 27-05-1459 [coupable]
» Trahison : extrait en exclusivité
» Fidélité ou trahison [Az']
» [Ibanez - Nicorishi] Amitié, ou trahison ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.