Partagez | .
La liberté s'achève là où le vice prend ses racines
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Mer 10 Mai - 14:13




feat.Sayonnaise

La liberté s'achève là où le vice prend ses racinesHaru était de retour à la capitale de Kansei, quasiment son point de départ en ce monde. Certes, il était plutôt arrivé du côté des lacs marécageux, au Sud-Ouest, mais avait tout de suite était orienté vers la vaste bibliothèque de la cité-mère minshujin. Ce puits de sagesse infinie était exactement ce qu’il fallait au garçon aux cheveux bleus pour s’instruire sur son nouvel environnement. Il avait, de ce fait, pu s’acclimater beaucoup plus aisément par la suite et s’était aussitôt lancé, comme beaucoup avant lui, à la recherche d’une échappatoire à Kosaten, d’un quelconque moyen de regagner son monde d’origine. Ce n’était pas pour lui qu’il avait fait ceci, puisque Gwendalavyr ne l’attrayait pas le moins du monde ; il s’agissait d’une promesse faite à Aki Nishiie, après que cette dernière lui ait expliqué les quelques notions de base à savoir sur sa récente condition de vie.

Depuis lors, le jeune homme avait parcouru un sacré bout de chemin, visitant l’intégralité du territoire des Verts, avant de découvrir la jovialité et la force de vie des Seikajins, en passant rapidement par cette nation brûlante. Mais finalement, c’était surtout au niveau des Territoires Neutres qu’il s’était attardé. C’était là une province paisible et prospère qui plaisait beaucoup au Dessinateur. C’était également en ces terres qu’il avait frôlé de très près la mort en rencontrant le cruel Zayro Jinn…  Cependant, Haru ne gardait au final que de très bons souvenirs de ce passage, notamment par les belles aventures qu’il avait pu avoir.

Il était désormais de retour à son point de départ, guère plus avance à propos de son objectif qu’il y a un an… La seule chose qu’il avait parfaitement comprise résidait dans cette emprise que Manshe avait sur lui et que le Marchombre exécrait au plus haut point. Il devait absolument gagner en puissance s’il souhaitait outrepasser cette limite et ce contrôle !

Les dieux étaient décidément bien antithétiques : d’une part, il se servait des élus comme de pions sacrifiables dont ils pouvaient disposer à leur guise et avec le but de l’emporter sur ses deux congénères ; mais par ailleurs, ces divinités brimaient la puissance des nouveaux venus, les laissant à la merci des plus vétérans… Cela avait de quoi en surprendre plus d’un et, malgré les nombreuses indications obtenues à ce sujet, Haru ne s’était toujours pas fait sa propre opinion. Il était simplement certain de haïr le Serpent comme il n’avait jamais haï quelqu’un.

Pensif, Haru n’avait pas prêté attention au fait qu’il errait sans but dans la capitale. Ses pas l’avaient conduit dans un quartier assez populaire, cela étant visible simplement en observant les façades moins bien fignolées des habitations aux alentours. Un peu plus loin, une altercation brutale animait la rue. Un groupement d’habitants s’était rassemblé, mais le garçon au foulard ne parvenait pas à distinguer l’élément central et probablement déclencheur de cette mêlée… Il se rapprocha donc dans l’espoir d’en apprendre davantage et peut-être afin d’obtenir la possibilité de calmer les esprits.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Dim 14 Mai - 20:52







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







Et retour au point de départ: Kansei, la capitale. Je n'avais pas fais grand chose, finalement durant mon escapade en Seika, je ne me souvenais même plus, si j'étais parvenue à l'une de ses villes d'ailleurs. Puis j'avais fait un détour par les territoires neutre pour abandonner lâchement ma partenaire durant une mission. Enfin elle avait sûrement comprit que quelque chose devait m'attendre d'urgence. Mais quelle était cette urgence déjà? Je m'en souvenais même plus non plus à vrai dire.

D'ailleurs, j’errais depuis en Minshu, sans savoir quoi faire réellement.L'annonce de notre départ de l'alliance m'avait abasourdi. Moi qui était une princesse guerrière, je me sentais plus proche de Seika que de Minshu et voici que nous rompions nos liens avec eux, et moi je devais rester avec le royaume le plus faible et sans opportunité d'avenir. Que pouvais-je y faire, je n'allais certainement pas abandonner, après tout ma jumelle m'attendait, mais...Mais bon sang, il leur passait quoi par la tête dans ce monde.

J'étais donc de nouveau à Kansei sans rien faire et sans objectif. Autant dire que je vivais dans cette ville comme un lion en cage qui attendait... Attendant quoi? Je ne savais même pas, peut être que les choses bougent et avancent. Mais ça n'avait pas l'air d'être le cas, à mon plus grand désespoir.

Que me restait-il donc à faire? Attendre et vivre avec mes pêchés. D'ailleurs ces temps-ci Luxure prenait un peu trop ses aides à mon goût et s'emparait souvent de mon corps. Étrangement les autres pêchés n'y trouvait rien à redire et n'essayaient pas de prendre la place. Enfin, au moins ça passait le temps, ce qui n'était pas un mal et m'attirer en règle générale plus de bien que de mal. Comparé à la Colère, à l'orgueil par exemple.

Et une nouvelle fois, les hommes et les femmes allaient se battre pour moi. Et moi je n'aurais qu'à choisir. J'avais déjà enchaîné quelques plans à plusieurs, avec des jeunes des plus anciens, des femmes, des hommes, mais aucun ne parvenait à étancher ma soif de plaisirs charnels. Il m'en fallait encore et toujours plus. Et mon grand esprit trouvait toujours des moyens plus farfelus les uns que les autres pour obtenir l'être idéal pour ses exploits et ses performances.

Je me baladais donc dans les rues de Kansei, les regards rivés sur moi. IL est vrai que mon aura de fascination se développait autant que ma force et mes techniques revenaient. Autant dire que le premier badaud ne pouvait plus du tout me résister à présent. Enfin je rencontrais quand même un peu de résistance dans les plus puissants, mais ça ne rendait la chasse que plus savoureuse.

Enfin cette fois-ci, je pensais donc attirer le plus grand monde d'un coup, donc attirant à moi tous les passants - comme des abeilles attirées par le miel - je me rendis en place publique, suivit de ma cours. Et m’asseyant sur un muret prête d'une belle fontaine, je fis un grand sourire à mon audience. Jambes légèrement écartées pour attiser les désirs. Puis je m’exclamais de ma voix délicate et clair comme le cristal. Autant dire que je prenais par les tripes, ceux qui m'écoutaient. Pour ne pas dire que je prenais autre chose bien sûr:

-Je vois plein de beaux hommes et de belles femmes ici. Mais en cette belle journée, je m'ennuie un peu. Peut être pourrions-nous nous amuser un peu mais avant pour nous mettre en appétit, qu'un spectacle soit donner. Bien sûr je récompenserais comme il se doit le vainqueur d'un tel spectacle.


Ils étaient tous pendus à mes lèvres, sans savoir où je voulais en venir, mais en étant très compréhensive sur mes attentes pour le ou la vainqueur. Un nouveau sourire fit chavirer les cœurs, alors que des yeux interrogateurs se posaient sur moi, empressé de connaître les termes de ce défi.

-Pourquoi ne ferions-nous pas quelques petits duels pour voir lequel d'entre vous est le meilleur. Parlons d'arène!


Je croisais aussitôt mes jambes fines et délicate, cachant une force sur-humaine, partant à nouveau de mon petit rire charmant. Alors que les hommes et les femmes se regardaient, interloqués. Mais la surprise passait, elle se transforma vite en flamme de défi mêlée à celle du désir de plaire à la princesse que je suis. Puis une effervescence se mit à place. Ils parvinrent même à s'organiser en un temps record. Dés lors les premier duel commençait. Femme contre femme, homme contre homme, femme contre homme. A mains nues, à l'épée en bois Bien sûr je ne voulais pas d'effusion de sang, ce n'était que du sport. Quand à moi, je regardais avec des yeux amusés et plein d'envie ce beau spectacle, alors que mon entre-jambe s'impatientait déjà dans l'attente du vainqueur.















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Dim 14 Mai - 21:53




feat. Sayonnaise

La liberté s'achève là où le vice prend ses racines
Haru n’était pas quelqu’un de nature violente. C’était ainsi que l’avait élevé Arnak, le vieil homme qui lui avait tout appris, et le Dessinateur n’était pas prêt à trahir la mémoire de ce défunt. En fait, il ne se battait que lorsque sa vie était en danger ou que les principes en lesquels il croyait étaient bafoués. Ainsi, bien qu’il préfère la plume à l’épée, le garçon aux cheveux bleus ne se laissait pas marcher sur les pieds et savait riposter quand il le fallait. Le plus souvent, si possible, il privilégiait les techniques pour désarmer ou affaiblir ses adversaires, détestant devoir tuer. Il était rare de faire face à sa rage lors d’une bataille : en fait, le seul homme à avoir jamais autant attisé la haine du Marchombre se nommait Zayro Jinn.

En s’approchant de la zone de conflit, Haru cherchait simplement à observer la situation et, éventuellement, à stopper la violence qui y prônait. En effet, même s’il était de nature réservée, il ne manquait jamais d’aider lorsqu’il le pouvait. En outre, bien qu’il ne ressente aucune loyauté envers le président Tekina ou Manshe, le Minshujin restait plutôt proche des natifs de la même nation, partageant des caractères communs. C’est pourquoi il avait choisi d’appréhender les évènements plutôt que de fuir les cris.

De plus près, Haru réalisa que, plus qu’une foule déchaînée, la scène consistait en de violents duels à un contre un, sans arme dangereuse, mais avec une intensité palpable. Pire encore : des hommes s’opposaient aux femmes avec une force semblable à celle qu’ils utilisaient contre le même sexe. Cela irrita le jeune homme, en plus d’accroître son envie de mettre fin à cette situation intolérable.

Haru s’enfonça dans le groupement, se servant de la gestuelle marchombre qu’il connaissait pour éviter les coups et se faufiler petit à petit vers le centre. Après plusieurs dizaines de secondes, il parvint enfin à son objectif. C’est alors qu’il remarqua une jeune femme, très belle, un sourire charmeur rivé sur son visage, assise sur une fontaine et suivant du regard les combats qui l’encerclaient. Devant cette vision, et suivant ce que son instinct lui dictait, le bretteur chercha à la rejoindre, craignant qu’elle ne soit la victime des fous aux alentours.

« Excusez-m- »

Haru fut projeté violemment à terre, après avoir reçu ce qu’il lui semblait être un coup de poing dans la joue. Il se releva rapidement pour éviter de se faire écraser par l’attroupement, se massa sa partie endolorie et chercha du regard celui qui l’avait frappé. Cela ne fut guère difficile, un grand brun, un peu plus grand que lui, le fixait avec un air mauvais. D’ailleurs, l’épéiste se fit alpaguer férocement par ce dernier :

« Je l’ai vue le premier ! C’est pas un gamin dans ton genre qui m’empêchera de gagner ! »

« Le premier ? Gagner ? De quoi est-ce que v- »

« Ferme-là ! Cette poulette est à moi, j’te dis ! »


Entendant ces derniers mots, Haru comprit que l’homme parlait de la demoiselle bloquée par la foule. Furieux de la présence de tant de grossièretés à propos de si jolie fille, le jeune élu dégaina sa lame et envoya son interlocuteur au tapis d’un coup du plat en plein visage. Celui-ci, étourdi et comprenant aisément son impuissance, s’en repartir sans demander son reste.

De son côté, Haru put finalement se dégager de la foule et se plaça entre cette dernière et la jeune femme. Il fit appel à toute la puissance dont il disposait, puis se plongea dans l’Imagination. En quelques secondes, une réplique de son arme vint se matérialiser dans sa main gauche. Puis, l’orphelin leva la droite, et toujours en usant du Don, fit appara^^itre un éclair qui s’écrasa devant lui dans un fracas infernal.

La foule effrayée et épouvantée se dissipa dans toutes les directions opposées à celle de Haru. Bientôt, la place fut encore plus déserte qu’en période d’hiver. Toujours persuadé d’avoir sauvé la belle, le garçon se tourna vers elle, se mit à sa hauteur et offrit à son tour un sourire craquant.

« Je suis désolé que ces brutes vous aient importunée… Comment vous sentez-vous ? Avez-vous besoin de quelque chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Jeu 18 Mai - 20:46







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







Tous ces corps, en plein action, les muscles bandaient, la sueur au front. Je sais que je ne devrais pas le dire ainsi, mais clairement, mon intimité était un véritable volcan et un certain liquide d'excitation s'échappait de mon entre-jambe. Je ne pouvais d'ailleurs pas m'en empêcher, et mes mains parcouraient mon corps, alors que ma peau était brûlante et répondait à mes caresses par de légers frissons. Je devenais de plus en plus impatiente à voir mon héros ou mon héroïne arrivait en vainqueur devant moi. Mais Ironiquement, je ne désirais pas que ce spectacle s'arrête tant il m'émoustillait. Un Cruel dilemme, une véritable souffrance. Mais peut être pouvais-je récompenser toutes ces femmes et ces hommes vaillant. Les récompenser de leur actions, après tout mon corps n'allait jamais être rassasié avec seulement un seul d'entre eux. Et même avant toute cette foule, je suis sûre que j'en réclamerais encore...

J'étais ainsi plongée dans mes pensées, me mordillant les lèvres de plaisir et de douleur, que le spectacle se termina bien vite, sans que je ne réalise et surtout sans que je ne comprenne pourquoi.Une minute auparavant, un nouveau combat avait lieu avant qu'il n'y est eu un rapide chaos. Avait-il été aussi impatient pour avoir mon corps et mon attention, qu'un avait eu l'idée de se débarrasser de tous les conquérants d'un coup?J'avais vaguement entendu dans la cohue générale, une altercation entre deux hommes, mais ceci arrivait tout le temps, alors pourquoi je devais m'en préoccupait plus que ça. Peut être bien, parce que cet attroupement avait attiré un élu, ce que j'allais apprendre à mes dépends et surtout à ma plus grande surprise.

Tout s'était enchaîné à une vitesse folle, sans que je puisse agir. Amusant quand on y pense, alors que j'étais considéré comme l'être le plus rapide de mon monde, mais que la simple réflexion pour agir ne m'était pas venu à la tête. Bref, un homme apparut devant moi, tel un fier chevalier protégeant sa princesse contre une horde de monstres sanguinaires et impitoyable. D'ailleurs mon héros était pourvu d'étrange pouvoir, alors que par magie, il fit apparaître une arme dans sa main. Pouvoir pas aussi exceptionnelle, alors que dans mon monde certains guerrier pouvait ainsi invoquer des armes. Mais il fit tomber aussi la foudre devant lui pour faire aussitôt fuir la foule, dont leur fascination pour moi fut rompu par la crainte et la peur de cet inconnu. Un utilisateur d'éclair rencontrant l'éclair de Yama. La foudre face à un être plus rapide que cette dernière. Ce face à face promettait d'être intéressant.

Néanmoins, il se tourna vers moi , me montrant enfin le visage de mon protecteur, me laissant le détailler un peu plus. A priori, il manquait de muscle et de force, mais possédait un certain pouvoir. En plus d'être doté d'un charme certain et d'un sourire ravageur. Mais comment j'allais réagir? Il avait annulé mon petit spectacle! Soit je lui rentrais dedans et j'amorçais un petit duel contre lui pour éveiller nos appétits sexuels, un élu de Minshu m'avait échappé, il y avait plusieurs temps de cela. J'allais pas faire la même erreur cette fois-ci. Je devais pas le faire fuir, alors qu'il pensait m'avoir sauvé la vie et mon honneur. Il me demandait même comment j'allais et  ce dont j'avais besoin. Un parfait gentleman, mais assurait-il au lit? J'en étais très curieuse. Il fallait donc que je joue la comédie pour l'avoir pour moi seul dans un endroit tranquille et calme.

Je lui rendis donc son sourire, mon aura de fascination à son paroxysme. Autant dire que n'importe natif de Kosaten aurait succomber à ma beauté et mon charisme. Mais je pouvais remarquer bien rapidement, qu'il était du même niveau que moi et donc que probablement, il pouvait résister mieux qu'un humain lambda. Je fis mine de me relever, avant de trébucher dans ses bras. Bien sûr je calculais tout, il allait me rattraper et s'il ne le faisait pas je me rattraperais à la dernière minute à son cou. Lui soufflant à l'oreille quelques mots, que j’essayais d'empêcher d'être trop sensuel.  Ce qui était difficile, alors que je ne désirais qu'exploser et me donner corps et âme. Et par dessus le marché, il semblait sentir bon:

-Je suis épuisée et je n'ai nul part où aller. Pouvons-nous aller chez vous ou un lieu plus calme. Je vous remercie de votre aide, vous êtes mon héros!

J'allais être tellement proche de son cou et de ses oreilles, que je pouvais presque sentir le goût de sa peau sur mes lèvres. J'avais envie de déposer un baiser dessus, mais je devais encore résister un peu, encore un tout petit peu. Et puis surtout, je ne savais pas comment il allait réagir à ma demande. Me laisserait-il là, ou m'amènerait-il dans ce fameux endroit, que je désirais. Mon aura de fascination déployée, mon sourire magnifique sur le visage, je me servais de toutes les armes que la nature m'avait octroyé pour le séduire, sans que ça soit trop. Simplement pour qu'il accepte ma demande. Et puis mince, c'était un homme et j'étais sûrement l'une des plus belle créature qu'il avait dû voir. Il allait pas me dire non, si?















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Jeu 18 Mai - 22:59




feat. Sayonnaise

La liberté s'achève là où le vice prend ses racinesLa jeune femme était vraiment magnifique. Même si Haru tombait fréquemment sous le charme des demoiselles qu’il avait l’occasion de croiser, il devait bien admettre qu’il avait rarement pu observer une telle splendeur. Son sourire était rayonnant, ses traits fins et parfaits, et ses formes très harmonieuses. Peut-être était-ce une apparition du ciel ? A l’origine, le Dessinateur avait traversé ce quartier par hasard, mais l’intervention divine y était-elle en réalité l’instigatrice ? Si tel était le cas, alors il ne pouvait que remercier l’être supérieur responsable de cette rencontre.

La beauté ne semblait pas blessée. C’était le principal. Avec ces violents affrontements, Haru craignait qu’elle n’ait été atteinte par un coup malhabile de la part d’une brute encore plus maladroite. Mais heureusement, la main divine était à nouveau intervenue et la jeune femme ne portait pas de plaie apparente. De toute manière, le Marchombre aurait usé de son Rêve pour guérir celle-ci.

Elle se releva finalement, avant de glisser et de chuter vers l’avant. A cette vue, Haru vint placer son corps en opposition pour la rattraper dans ses bras avant qu’elle ne touche le sol. Il observa ses jambes, ne constatant toujours pas de blessure qui aurait pu provoquer cette chute… Réalisant alors la proximité avec elle, il rougit spontanément, tout en s’assurant qu’elle n’avait pas mal à cause de sa prise. Peu après, elle affirma être exténuée et ne pas avoir de lieu pour se reposer et récupérer ses forces. D’un ton qui se voulait rassurant, le bretteur lui répondit :

« Je vais vous aider, ne vous en faites pas ! Il y a une auberge non loin d’ici. Je pense que vous pourrez vous y reposer. »


Haru, toujours gêné par la faible distance qui les séparait, mais encore plus désireux d’apporter son aide à la jeune femme, l’allongea doucement dans ses bras, une main sous sa nuque, l’autre sous ses jambes, lui surélevant légèrement la tête pour la positionner confortablement. Puis, l’orphelin se releva et prit la direction annoncée. La belle n'était pas lourde et, s'il n'avait pas le physique d'un colosse, il s'était suffisamment renforcer physiquement lors de sa formation marchombre pour ne pas être en peine.

« Je ne vous fais pas mal ? »

Tous ses sens étaient en éveil. Haru avait beau être un gentleman dans l’âme, il n’en demeurait pas moins un homme, attiré par le sexe opposé, à plus forte raison quand ce dernier mettait en avant ses atouts. Sa température avait augmenté, son visage rougi. Malgré son habitude de séduction des femmes, jamais il n’avait encore vécu cette proximité… II tenta de faire passer le malaise en interrogeant celle qu’il portait :

« Comment puis-je vous appeler, mademoiselle ? »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Dim 21 Mai - 16:03







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







Finalement, il était comme je le pensais. Un véritable gentleman qui me rattrapa au vol, alors que je fis signe de tomber vers l'avant. Il m’ausculta quelques minutes afin de s'assurer que je n'étais point blesser et rassurer de ce côté, il retourna son attention sur mon visage. Ou bien sur ma poitrine, peut être. Quand à moi, je me perdais dans mes pensées, dés que je l'imaginais ainsi m'examiner. J'étais prête à jouer au docteur avec lui, quand il désirait aujourd'hui.

Je ne vis pas vraiment qu'il rougissait dans notre position. Mais au moins, il était prêt à m'escorter jusqu'à une auberge et j'espérais bien partager ma couche toute la nuit. En tant qu'élu, il devait posséder une endurance supérieur à la moyenne. J'avais bien essayé une fille nuit avec mon bel apollon Tenkei, mais je n'avais pas essayé d'autres élus depuis tout ce temps. En même temps, la rencontre d'un héros n'arrivait pas non plus si souvent et en période de Luxure. Trop d’élément devait être présent pour arriver à une telle situation.

Alors qu'il m'expliquait que je pourrais donc me reposer. Parles toujours tu m'intéresses, ce n'est sûrement pas de repos que j'ai besoin cette nuit. Mais de ton corps et ton intimité masculine et plus encore! Bref, je devais rester encore un peu... Normale, dirons-nous. Je poussais un petit soupir de contentement. Alors qu'exprès je laissais échapper mon souffle sur sa nuque, plus charmeuse que jamais. Et puis je sentais naturellement bon et même de la bouche, aux lèvres pulpeuse que tous désiraient goûter une fois dans leur vie.

Enfin, il me surpris quand même dans son comportement. Je l'avais défini comme un gentleman, mais à croire qu'il y avait encore, là aussi, différent niveau. Puisque sans me prévenir, il me porta dans ses bras, me soulevant légèrement sa tête, que je laissais choir sur son torse. Encore surprise et interloquée, je le regardais droit dans les yeux. Les miens d'un bleu profond, pouvant passer à un vert émeraude. On me disait souvent que lorsqu'on plongeait dans mon regard, on s'y perdait et s'y noyait, mais avec grand plaisir! Puis, il me demande si j'étais bien installé. Sans m'en rendre compte et comme s'il me charmait lui aussi, je parti d'un petit rire timide et gêné. Détournant un peu le regard, alors que mon visage s'éclaira d'un large sourire franc, joyeux, aussi resplendissant que le soleil. Oui, je vous avais pas dit, que l'Orgueil n'était jamais loin de la Luxure. Bon après, je n'avais pas totalement faux non plus, l'aura de fascination aidait à me rendre l'une des créatures les plus désirable, mais je possédais un potentiel certain dans la beauté et le charisme.

Mais revenons à nos petits moutons, ou notre cher serviteur. Je n'avais pas besoin de répondre à sa question, puisque mon comportement y avait répondu indirectement. Pourtant j'opinais de la tête, alors que je plongeais à nouveau mon regard dans le sien, ayant récupérée mon contrôle. M'enfonçant un peu plus dans ses bras. Il n'était pas le plus musclé, mais avait son charme. Il n'était pas le plus fort, mais j'étais suffisamment fine et athlétique, tout en connaissant parfaitement mon corps- et oui, l'entrainement physique était une seconde nature pour moi- que je dis en sorte d'être la plus légère possible pour lui. Nous aurions pu faire le chemin dans cet échange muet, ceci ne m'aurait pas déranger au vu du vacarme que nous allions faire, j'en étais persuadée.

Mais mon preux chevalier en avait décidé autrement. Il me questionna afin de connaître mon nom. Après tout ce n'était pas une mauvaise idée. Il fallait bien que je connaisse aussi le sien, alors que bientôt j'allais le hurler à la lune. Un nom prononçait dans les ébats charnels et de plaisir. J'en frissonnais déjà d'excitation, dans ses bras. Une légère flamme s'était même allumée dans mes yeux, avant de s'éteindre tout aussi vite. Pour continuer à jouer mon rôle de fille timide, je me raclais la gorge, pour emmètre un son aussi clair que le cristal.

-Je suis confuse, vous venez me sauver et...Et je n'ai pas eu la politesse de me présenter!

Pour augmenter mes chances de le charmer, je posais ma main délicate sur son torse, tout en profitant discrètement pour toucher la marchandise, en continuant mes paroles:

-J'ai de nombreux noms et surnoms dans mon monde. Sayo-Hee Yun Fang, l'étoile du soir! Mais appelez moi juste Sayo. Qui est mon bienfaiteur? Qui êtes-vous, pour sauver ainsi les jeunes filles en détresse?

J'attendais impatiemment sa réponse, alors que nous arrivions bientôt à la dite auberge. Il devait probablement en posséder une ou allait-il en commander une. Peu importe, je m'en moquais bien. Quelques peu reposée, mais surtout mon appétit sexuel à son plus haut niveau, je m'éloignais de son étreinte, pour sauter de ses bras et me réceptionner avec agilité au sol, non sans un sourire légèrement charmeur et provocateur à mon chevalier en armure.

-J'espère que vous n'allez pas me laisser seule cette nuit. Je crains que des hommes tentent leur chance cette nuit! J'ai besoin de votre aide, et je participerais au frais de la chambre, rassurez-vous!

Attendant mon héros, je lui indiquais de m'accompagner dans la chambre. La dernière étape à franchir, la plus importante, puisqu'une fois dans la chambre, il n'aurait plus aucune chance de s'échapper s'il le désirait. Je devais juste m'assurer qu'il me suive. Pour cela, je commandais d'ailleurs un bon repas. Plusieurs raisons à cela. Premièrement, il allait falloir prendre des forces pour cette nuit. Et deuxièmement tenait un homme par son estomac et il restera avec vous. J'avais remarqué ce fait au cours des années à m'entourer d'homme et à enchaîner les conquêtes. J'étais prête à tout pour atteindre mon objectif. Et ce soir, celui-ci était cet homme dans mon lit, si possible nu. Ou même habillé peu importait. Il fallait juste passer cette épreuve finale. Juste celle-ci et il serait toute à moi!












©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Ven 2 Juin - 15:04




feat. Sayonnaise

La liberté s'achève là où le vice prend ses racinesCe n’était pas simplement son cœur d’artichaut qui provoquait ces palpitations chez le jeune homme : il était attiré par le corps de la jeune femme. Bien sûr, Haru n’était pas du genre à se jeter sur celle-ci pour satisfaire ses désirs charnels… Il respectait beaucoup trop la condition féminine pour cela. Néanmoins, cette proximité électrisait tout son corps, et le garçon aux cheveux bleus, ne pouvant empêcher ce type de réaction naturelle chez un homme, espérait que la demoiselle ne remarquerait rien. Quelle honte il aurait si en secourant une magnifique jeune femme en détresse il laissait percevoir ses propres envies…

Après avoir délicatement soulevé celle-ci, leurs regards se croisèrent. Haru ignorait qui de la portée et de ses pupilles verdoyantes, ou de lui-même et de ses yeux électriques, transperçait le plus l’autre. Simplement, le Dessinateur manqua de se noyer dans la profondeur des émeraudes qui le fixaient, s’esquivant après quelques instants en détourna son champ de vision. Il eut ainsi tout le loisir de contempler une nouvelle fois les jolies courbes de la belle.

La jeune femme ne répondit pas verbalement à la question du Marchombre concernant son confort actuel. Néanmoins, sa posture relaxée, la position de sa tête, tout ceci semblait confirmer le fait que Haru avait pris la bonne décision. Mais ce dernier ne pouvait s’empêcher de tressaillir davantage, car elle ne cessait de se pelotonner à lui, réduisant drastiquement la distance déjà très faible entre eux.

Elle s’excusa finalement de ne pas avoir dévoilé son identité plus tôt, avant de révéler qu’elle se nommait Sayo. En retour, elle questionna le jeune homme sur la même base, afin de connaître le nom de son sauveur. Un peu gêné par une demande ainsi formulée, Haru détourna les yeux, les joues déjà bien rouges à cause du contact.

« Vous portez un bien joli nom, Sayo ! Quant à moi, je suis Haru, pour vous servir ! »

Haru n’avait alors pas remarqué que Sayo avait glissé sa main au niveau de sa poitrine. Lorsqu’il s’en rendit compte, il se crispa encore davantage, ne comprenant pas à quoi rimait la gestuelle de la demoiselle. Il choisit de taire ses sentiments, et poursuivit la route, toujours en prenant soin de ne pas briser le confort dans lequel la portée s’était installée.

Après quelques minutes, l’auberge que le Minshujin avait notée lors de son premier passage fut en vue. Une fois arrivés sur place, Haru eut la surprise de constater que Sayo s’était jouée de lui et se portait beaucoup mieux qu’elle ne l’avait laissé présager. Il eut un petit sourire, croyant comprendre la manœuvre de la belle, désireuse qu’un chevalier servant l’emmène se reposer. Cependant, cela ne refroidit en rien sa motivation, et il s’occupa de régler le tenancier de l’établissement afin d’offrir à la jeune femme la chambre qu’elle désirait.

C’est alors que cette dernière l’entraîna avec elle jusqu’à la dite pièce de repos, commandant au passage un repas pour deux, avant de demander au jeune épéiste de lui tenir compagnie la nuit qui allait suivre, pour se protéger d’éventuels hommes trop impétueux dans leurs ardeurs. Haru ne comprenait pas toute la subtilité des propos de Sayo, pensant juste qu’elle souhaitait qu’il surveille la chambre.

« Si vous le souhaitez, je m’assurerai que personne ne puisse entrer dans votre chambre. Et ne vous en faites pas pour la note, je m’en suis déjà chargé. Vous n’avez plus qu’à en profiter ! »


Le repas leur fut bientôt livré. Puisque Sayo semblait désireuse de le prendre en commun, Haru s’installa d’un côté de l’unique table de la pièce, attendant que l’autre s’assoie pour commencer à déguster. Il l’invita donc à prendre place, tout en lui souhaitant un excellent appétit.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Mar 6 Juin - 21:23







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru









Tout se déroulait comme je l'espérais. Il m'avait même donné son nom: Haru. Je ne savais dire si ceci était beau ou non, objectivement parlant ou si ce nom me disait quelque chose. Mais pour Luxure, ce prénom était tout aussi délectable, sensuel et excitant que ses yeux, que son corps, que sa voix. Un coup dans le bas ventre se fit sentir. Je le désirais, je le voulais et il fallait que j'éteigne à nouveau ce feu ardent qui me dévorait de l'intérieur.

L'attente de sa réponse fut une intense douleur à mon petit cœur. Je devenais impatiente, je suffoquais presque, pendue littéralement à ses lèvres, à son souffle. Espérant que je n'ai pas trop à batailler pour obtenir mon précieux trophée. Puis la délivrance, alors que les paroles franchirent le seuil de ses lèvres alléchantes. Mes yeux pétillèrent d'une étrange lueur, je voulais communiquer un sentiment de soulagement au travers de mon comportement. Mais mon regard fut parcourut de petites étoiles, tout aussi provocateur et attirant. Je me rendis à peine compte, que je me mordillais un peu les lèvres de manière sensuelle. Mais peut être mettrait-il cela sous le coup de l'inquiétude et du stress. Du moins, je l'espérais pour ne pas être percée à jour, si prêt du but! Enfin ce petit geste aguicheur augmentait d'autant plus mon charisme et mon aura. Il en devenait ma victime et j'en étais la prédatrice. Néanmoins la finalité ne devenait pas aussi mortelle, puisque tout deux ressentiraient leurs appétits sexuels étanchés.

Et en plus il avait finalement payer la chambre, ceci ferait certainement plaisir à Avarice, lorsque le pêché découvrirait que l'argent n'avait pas diminué en son absence. Je ne pouvais le remercier que d'une façon, et je le souhaitais de tout mon être, j'en tremblais d'excitation à cette idée. Le repas arriva , ce qui à mon plus grand mécontentement, ralenti le moment de se jeter dans le bras l'un de l'autre. Mais mon hôte m'invita à le rejoindre, je ne pouvais donc brûler les étapes, même si j'en brûlais littéralement d'envie. Mon intimité devenait de plus en plus moite et excité, devenant presque douloureux, alors que les tétons de ma poitrine se mirent à durcirent, sous mon haut très léger.

Mais je parvins à résister encore un peu, m'installant à ma chaise toute proche de mon nouvel ami. Je le regardais intensément de mes yeux profond et mystérieux. Ceci me valait souvent des compliments de mes partenaires qui ne résistaient guère à mon regard. Mais j'avais à faire à un élu, je devais le vénérer plus encore qu'un natif. Il était peut être même un élu du même royaume que moi, et donc possiblement un allié dans l'avenir. Je ne devais pas gâcher mes chances sur tous les fronts! Je me mis à manger donc, tout en le regardant par moment, alors que je l'interrogeais, mon corps légèrement en sueur par la chaleur que provoquait mon corps.

-Qui êtes vous, Haru? Vous m'intriguez... Vous semblez être un élu, au vu de vos pouvoirs. J'aimerais en savoir plus sur vous, si vous permettez?

Alors que je discutais avec lui, je vis que le jeune homme avait un peu de mousse sur sa lèvre inférieur, voyant là un signe et une occasion, j’approchais ma main vers celle-ci pour la déposer sur mon doigt fin, avant de l'apporter à ma bouche pour sucer délicatement l'écume. Rien de plus aguichant pour un homme. elle le savait ce simple mouvement pouvait faire réagir au quart de tour un homme. Alors qu'elle agissait en apparence en tout innocence, avec son petit sourire ravageur. Allait-il craquer? Ou devais-je en faire plus encore? Peut être allais-je prendre les devants rapidement!













©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Ven 9 Juin - 18:44

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Jeu 15 Juin - 1:07







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru










Je pouvais sentir son désir au plus profond de son corps. Il me désirait et je le désirais, alors qu'est-ce qu'il l'empêchait de me sauter dessus, là tout de suite, tel une bête sauvage. Avait-il trop de savoir vivre pour invoquer son côté bestial? Alors même que tout son corps répondait à l'appel. Je les reconnaissais entre tous! Ce visage gêné car leur corps répondait à un besoin vital. Le membre vigoureux ne trompait jamais et le visage rouge cramoisi était souvent l'un des premiers signes. Pourtant, il résistait. Il tentait de détourner le regard pour garder son self-contrôle. C'était parfois agaçant. Mais en même temps ceci éveillait tant les instincts primaires et l’appétit sexuel. Je me sentais si bien, je voulais jouer. Et ce petit jeu du chat et de la souris montait un peu plus la chaleur entre nous. Un peu comme si les préliminaires avaient déjà commencé.

Mon geste l'avait surpris, autant qu'émerveillait à priori. Il en oubliait même de parler, de refermer sa bouche béate et pire de respirer. Je ne voulais pas finir avec un mort, non plus. Je savais que je pouvais subjuguer mon auditoire, mais lui l'était à un point que j'appréciais. J'étais telle une mante-religieuse, prête à fondre sur ma proie, puisqu'elle ne semblait pas vouloir agir de son propre chef. Mais je savourais cet instant. Celui ou vous savez que le moment de passer à l'acte approche. Cet instant si intense, ou l'adrénaline est à son paroxysme. On espère sans y croire, on est à porté, sans y être totalement. Hésitant à franchir ce derniers pas. Le pêché de la Luxure se nourrissait de tels émotions. Je le sentais me chauffer le bas du ventre à la fois doux, mais étrangement douloureux. Et pourtant, j'aimais cette sensation.

Il dévia mon regard à nouveau pour se concentrer sur son plat. Malheureusement pour lui, j'avais des armes plus dangereuses encore que mes yeux, ou du moins tout autant. C'est ainsi, que je partais d'un rire cristallin, qui faisait tourner le cœur de plus d'un homme ou d'une femme. Même sans l'aura de fascination démoniaque, je restais une très belle femme. Et je savais user de mes talents de charme comme jamais. Mon rire s'arrêta néanmoins, alors qu'il s'exclama, m’annonçant que j'étais fascinante. Un silence laissa place à ce commentaire. Il était rare, qu'on essaye d'éviter d'abuser de moi tout en m'annonçant cela en même temps. Cet élu était bien surprenant. Et si mon interlocuteur levait les yeux, suite à ce silence surprenant de ma part, il pouvait voir, un magnifique sourire sincère sur mon visage parfait.

Pourtant le pêché vint à son bon souvenir. Il ne désirait pas que je m'attendrisse et encore moins ramollir cet homme. La Luxure le voulait dure et prêt à l'emploi. Une petite chanson me trotta dans la tête, une de celle qui correspondait bien à cette situation. Je la fredonnais dans ma tête, alors que mon air taquin et sensuel fut plaqué dans mes yeux, sur mes lèvres, alors que je me mordillais la lèvres, discrètement.



Je n'ai pas besoin de permission
J'ai pris la décision de tester mes limites
Car ce sont mes affaires, Dieu est mon témoin
Je commence ce que j'ai fini
Pas besoin de me retenir
Je prends le contrôle de ce genre de moment
Je suis prête et chargée
Complètement concentrée, mon esprit est ouvert

Il y a quelque chose en toi qui me donne l'impression d'être une femme dangereuse
Quelque chose, quelque chose, quelque chose en toi
Me donne envie de faire des choses que je ne devrais pas
Quelque chose, quelque chose, quelque chose en toi


Oui j'étais une femme dangereuse, il allait vite l'apprendre. Mais il allait aimer. J'imaginais déjà nos corps entre-mêlés, peau contre peau. Nos baisers fiévreux lèvres épousant celle de l'autres. Langue contre langue. Je fus parcourus d'un frisson. L'instant était propice. Il avait probablement essayé de détourner, à nouveau le regard, s'il l'avait levé vers moi. Et même s'il ne l'avait pas fait, j'allais le coincer, cette fois-ci. A nouveau, j'approcha ma main, pour finalement poser mon doigt fin, sous son menton, l'invita à lever son beau visage vers moi, pour qu'il plonge dans mon regard. Je voulais qu'il me dévore du regard, qu'il me désire, autant que je le désirais et que je le voulais. Que nos êtres ne fassent qu'un. Que nos âmes s'unissent le temps d'une nuit, dans une étreinte que nous considérions comme éternelle. Oui, même Luxure pouvait avoir un côté romantique et poétique. Et puis la scène s'y prêté...

Une fois, que j'avais capté son regard, je lui lançais un nouveau sourire dévastateur. A la fois provocant, plein de charme et tant de sincérité. J'étais une femme, il était un homme. Tous deux adultes et dans la fleur de l'âge. Dans le plaisir de découvrir l'autre. Je lui imposais, peu à peu, de ne pas rompre notre échange, cette fois-ci. Une vive chaleur prit mon corps, alors que je m'exprimais dans un souffle, qui me faisait moi même monter l'excitation à son plus haut niveau.

-Je suis peut être fascinante, mais tout autant que vous, Haru!

J'avais prononcé son nom, comme si s'était la première fois que quelqu'un l'appelait. Comme si le cosmos avait interagit dans cet ultime nom. Je m'approchais de lui, me trouvant au-dessus de la table, pour venir me glisser proche de son oreille et lui souffler quelques mots, qui allait je l’espère le faire réagir. Il suffisait les mondanités!

-Nous sommes seul dans cette chambre. Je sens cette tension entre nous. Peut être faudrait-il la calmer...


Je ne voulais pas l'effrayer, mais mes paroles étaient lourde de sens. Cette fois-ci s'il ne comprenait pas que j'étais consentante... Mais comme je n'étais jamais assez prévoyante, je reculais lentement, peau contre peau. Cet échange, je ne voulais jamais qu'il s'arrête, il fit parcourir une véritable décharge électrique. Je vins déposer aussitôt, un baiser sur sa joue. Mes lèvres se posèrent sur sa douce peau, ralentissant encore mon geste pour pouvoir sentir tout son corps réagir à cela. Puis je rompis ce lien, pour lui donner envie d'aller plus loin. Pour que lui non plus, désire continuer cet échange et le réclame. Je jouais avec lui, autant qu'il jouait avec moi. M'éloignant légèrement, je m'arrêtais à quelques centimètres de son visage. Je pouvais sentir son souffle sur mes lèvres, comme lui pouvait sentir le mien. Je pouvais sentir son odeur, autant que lui pouvait sentir le mien. Et par l'aura démoniaque mon odeur prenait étrangement ce qu’appréciait le plus mon interlocuteur.Mes yeux flamboyant pénétrèrent dans les siens.

Et maintenant ?















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Dernière édition par Sayo-Hee Yun Fang le Lun 19 Juin - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Jeu 15 Juin - 13:23

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Mar 20 Juin - 0:51







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







[Attention Ce RP comporte des scènes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes, à caractère sexuel. Ce poste sera donc interdit au -16 ans. Nous nous permettons de l'interdire au - 18 ans pour la suite. En ces raisons et suivant le règlement du forum, nous mettrons la suite du RP en Hide. Vous êtes donc prévenus et nous nous gardons de toutes critiques ou attaques qui pourraient être fait. Merci de votre compréhension]




















©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Mar 20 Juin - 17:13

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Ven 23 Juin - 1:35







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







[Attention Ce RP comporte des scènes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes, à caractère sexuel. Ce poste sera donc interdit au -16 ans. Nous nous permettons de l'interdire au - 18 ans pour la suite. En ces raisons et suivant le règlement du forum, nous mettrons la suite du RP en Hide. Vous êtes donc prévenus et nous nous gardons de toutes critiques ou attaques qui pourraient être fait. Merci de votre compréhension]










©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 507
Yens : 234
Date d'inscription : 14/07/2016

Progression
Niveau: 40
Nombre de topic terminé: 16
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haru ₪ Tisseur de réalité ₪

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Dim 25 Juin - 17:02

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 149
Yens : 720
Date d'inscription : 27/05/2015

Progression
Niveau: 33
Nombre de topic terminé: 12
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Sayo-Hee Yun Fang ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   Hier à 16:35







La liberté s'achève là où le vice prend ses racines

Feat. Haru







[Attention Ce RP comporte des scènes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes, à caractère sexuel. Ce poste sera donc interdit au -16 ans. Nous nous permettons de l'interdire au - 18 ans pour la suite. En ces raisons et suivant le règlement du forum, nous mettrons la suite du RP en Hide. Vous êtes donc prévenus et nous nous gardons de toutes critiques ou attaques qui pourraient être fait. Merci de votre compréhension]










©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La liberté s'achève là où le vice prend ses racines   

Revenir en haut Aller en bas
La liberté s'achève là où le vice prend ses racines
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.