Partagez | .
Is it the end of everything ?
Messages : 332
Yens : 50
Date d'inscription : 09/08/2016
Localisation : Paumé dans la préhistoire

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rihan Roi des citrouilles ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Is it the end of everything ?   Ven 26 Mai - 16:40



Is it the end of everything ?

feat.Gally


C’était une belle après-midi ensoleillée sur la petite île de Strifyll, petite île à l’ouest de l’île de Matsuri. Une petite brise soufflait calmement, tout semblait paisible.
Mais on pouvait remarquer en écoutant attentivement, qu’il n’y avait pas un seul bruit de civilisation, aucuns cris d’enfants jouant dehors, aucun aboiement. Le seul village sur l’île semblait désert, comme si les habitants l’avaient quitté subitement. Pourtant, aucun incident ne semblait être arrivé. Le chemin conduisant au petit port, était quant à lui marqué par le passage de plusieurs personnes, des bibelots oubliés par les villageois sur les bords du chemin, les traces de pas de ces derniers, les sillons laissés par les chariot surchargés…

Mais bon, laissons les récits de ces villageois à un chroniqueur, et concentrons-nous plutôt sur l’homme étendu sur une plage de l’île, couvert de sang et de brûlures, ses vêtements déchirés laissant visible l’immense tatouage de Seika recouvrant tout son dos. Les caresses du soleil étaient pour lui des dizaines de milliers de piques s’attaquant à son dos, les vagues léchant ses jambes étaient des morsures de serpents, revenant à l’assaut continuellement. Tout son corps le faisait souffrir, le moindre mouvement était un éclair de douleur parcourant tout son corps. Ne parlons même pas des blessures internes, son corps était dévasté, parsemé de minuscules bouts de bois et de cailloux, le sable autour de lui prenant lentement une teinte rouge sang. Il arrivait tout juste à rester conscient, peut-être était-ce la colère qu’il ressentait envers cet homme, qui le maintenait en vie et conscient. Il n’arrivait même plus à prononcer un seul mot, même si intérieurement il criait du plus fort qu’il pouvait, criant le nom de cet homme à chaque éclair de douleur le traversant.

Il tenta de bouger très lentement sa tête vers la droite, voulant voir au moins le soleil et ce qui l’entourait, car cela risquait très certainement d’être les dernières choses qu’il verrait. Après de nombreux effort, il discerna enfin le soleil, enfin... une grande lumière blanche et éblouissante, entourée de bleu. Sa vue semblait brouillée, et comme s’il n’avait qu’un seul œil ouvert. Il tenta d’ouvrir son œil droit, mais ce dernier semblait refuser de s’emplir de lumière. Il tenta de regarder ailleurs, espérant que ce n’était que quelques cheveux qui bloquait la vue de son œil droit, mais il sentit uniquement son œil gauche bouger et il réalisa alors que son œil droit ne verrait plus jamais la lumière du jour. Il voulut hurler, mais aucun son ne sorti de sa bouche, il voulut pleurer, mais aucune larme ne coula.

C’était la première fois qu’il ressentait autant d’émotions négatives et de douleur. Il avait toujours eu un sourire aux lèvres, joyeux et blagueur, Il avait toujours eu un regard empli de gentillesse, une expression chaleureuse sur son visage. Il était arrivé par le passé qu’il soit blessé, mais jamais aussi gravement, et surtout, jamais de cette manière. Il se sentait trahi, trahi par cet homme qui l’avait engagé, qui avait balayé d’un revers de main tout l’honneur et le respect que Rihan avait pour ce dernier, Le jeune sabreur dû reconnaître qu’il n’avait rien vu venir, son employeur avait bien caché son jeu.

Le jeune home pensa ensuite à son monde d’origine, pourrait-il le revoir un jour ? Était-il possible d’y retourner ? sûrement pas, sinon cela ferait bien longtemps que la plupart des étrangers seraient rentrés chez eux.

Il était toujours en colère et haineux envers cet homme qui l’avait traité comme un moins que rien, comme un objet qu’on jette après avoir fini de l’utiliser. Mais, bizarrement, il n’avait pas envie de se venger, peut-être était-ce parce qu’il comprenait les choix de son employeur ? Peut-être parce que lui-même avait agi comme cela avec des subordonnés ? Le jeune seikajin n’avait pas vraiment de réponses à ses questions, et, épuisé par toutes ces réflexions, il finit par fermer son seul œil valide, tombant lentement et profondément dans les bras de Morphée.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 450
Yens : 332
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 78
Nombre de topic terminé: 25
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Gally/Yoko α Protectrice α

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Lun 29 Mai - 23:25

- Is this the end of everything?-

- J’ai besoin que tu te rendes à l’ouest des territoires neutres, me demandai Hiroki. Tu dois te rendre dans un port appeler Inumata. Une cargaison de produit médicinaux en provenance des iles de l’archipel paisible t’y attendra. J’aimerai que tu m’en rapporte le plus possible.

C’est sur ces nouveaux ordres de mission que j’avais une fois de plus pris la route et quitté la petite maison de l’herboriste. J’étais revenu de ma mission avec Alibaba et Kachou depuis une bonne semaine et j’avais bien récupéré des combats que j’y avais mené et des effets de la tempête. Je voulais me changer les idées et c’était pour cette raison que j’avais supplier Hiroki de me donner une nouvelle mission. J’avais réussi à le convaincre, et j’avais immédiatement préparé mes affaires pour partir.

Cette mission n’était pas bien dangereuse. Un simple voyage pour approvisionner mon ami de bien dont il avait besoin dans l’élaboration de ses potions et de ses lotions. De ce qu’il m’avait expliqué, la flore des îles de l’archipel paisible était si particulière et unique que chacune des plantes qui la composait possédait une ou plusieurs propriétés curatives. Il avait ajouté que c’était assez rare de pouvoir mettre la main sur des produits d’une telle qualité pour un continental tel que lui. Il m’avait finalement confié un petit carnet pour que je reconnaisse plus facilement les plantes dont il avait besoin.

Il me fallut une bonne moitié de semaine pour atteindre la côte. Exception faite des plages paradisiaques du sud de Seika et l’excursion que j’avais faite en mer, je n’avais jamais vu de paysages littorales. Du côté des territoires neutres, les villages portuaires ressemblaient beaucoup à Al-Hambra, le village d’origine de Fogia. Grâce à la carte et aux indications du jeune herboriste, je n’eus aucun problème à trouver Inumata. Mais en arrivant là-bas, une mauvaise nouvelle m’attendait. Tous les habitants avaient le regard triste, désespéré, comme si le ciel s’était écroulé sur eux. Il n’y avait plus aucune activité, plus un seul signe de vie ou de bonheur. Quand j’en questionnais un sur ce qui leur était arrivé, il m’avoua que l’île de Matsuri avait été victime d’un abominable cataclysme qui avait non seulement anéanti l’île, mais aussi celles qui l’entouraient. Je lui avouai la raison de ma venu, mais il m’expliqua qu’il n’avait pas reçu les stocks attendus et que je devais aller chercher mes plantes par moi même. Je lui demandai s’il savait sur quelle île je pourrais retrouver les plantes que je cherchais et il me donna un nom : Strifyll. Je montai à bord d’un bateau et partit vers ma nouvelle direction.

Je parvins à atteindre l’île le lendemain matin. Ce n’était qu’un petit îlot, alors je pensais que j'allais vite en faire le tour et que j’allais pouvoir partir assez vite. Mais alors que j’effectuai un tour de reconnaissance, je tombai sur une bien triste découverte. Un homme couvert de blessure était couché sur un sable gorgé de son sang. Si j’en croyais ma carte, Strifyll n’était pas si loin de l’île sur laquelle s’était abattue la catastrophe et cet homme était très probablement un survivant. En m’approchant pour l’examiner de plus près, je découvris le tatouage du phénix sur le corps de l’homme. Un élu donc. Qui qu’il pouvait être, cet homme avait besoin de soins, et j’étais la seule personne à pouvoir lui en prodiguer. Je m’agenouillai à ses côtés, apposai très délicatement mes mains sur son corps et envoyai mes cellules faire leur boulot. Le traitement pouvait commencer.
Capacité contextuelle:
 
Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)


Dernière édition par Gally/Yoko le Lun 5 Juin - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 332
Yens : 50
Date d'inscription : 09/08/2016
Localisation : Paumé dans la préhistoire

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rihan Roi des citrouilles ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Jeu 1 Juin - 22:06


Is it the end of everything ?

feat.Gally


Rihan se réveilla enfin quand le soleil commençait à descendre dans le ciel. Ouvrant lentement son œil valide, il tomba nez à nez avec une sorte de bout de tissu, ressemblant étrangement au genou de quelqu’un. Il sentit que la douleur dans son corps semblait s’être atténuée, d’abord très surpris, le jeune homme tenta de marmonner quelques mots…

M…Merci… Je…Je vous dois… la…vie

Avec sa gorge complètement sèche et ayant toujours quelques traces de brûlures et blessures recommença à lui faire mal, envoyant un éclair de douleur parcourir son corps, le faisait grimacer.  
Le blessé bougea lentement la tête, voulant découvrir le visage de son sauveur, ou sa sauveuse… Il ne tarda pas à remarquer les traits d’une femme, et ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire sur ses lèvres, et un visage soulagé et reconnaissant. Ça avait été un réflexe, la seule façon que tout son être avait trouvée pour remercier cette inconnue, mais bon, il n’allait pas le cacher, elle était aussi très jolie. Il se concentra beaucoup sur son visage, l’observant de son œil gauche, mais sans non plus la dévorer du regard. Il était intrigué, et curieux, curieux de savoir pourquoi son corps semblait violet, alors que son visage était blanc. Il ne fit pas vraiment attention à la queue de chat de la jeune femme, Rihan avait vu suffisamment de Yokaï dans sa vie pour ne pas être intrigué par une simple queue.

Mais bon, le seikajin poserait des questions à la demoiselle plus tard, de toute façon, il avait tout le temps d’y réfléchir, ne pouvant pas encore se lever. D’un coup, il se rendit compte qu’il ne s’était même pas demandé comment cela se faisait qu’il se sentait mieux et surtout que son corps était moins douloureux, pouvant bouger de façon plus ou moins correcte ses bras, ses mains ainsi que sa tête. Il bougea son bras gauche, palpant très lentement et doucement une partie de son dos, cherchant des bandages inexistants. Le jeune homme était totalement abasourdi, comment avait-elle fait ? Elle ne semblait pas connaître la magie, et encore moins des techniques propres aux yokaï. Et en plus, tout cela semblait être indolore… Il n’arrivait vraiment pas à trouver la manière qu’elle utilisait. Il sentait uniquement les mains de l’inconnue posées délicatement sur son dos. Sachant qu’il n’allait pas pouvoir parler pendant très longtemps, la douleur étant encore présente dans la plupart de son corps. Le sabreur blessé pris le temps de réfléchir aux mots qu’il utiliserait, et finalement, après quelques minutes, réussi à prononcer ces quelques mots d’une vois faible, mais sans marmonner…

Comment vous faites…pour me soigner ?

Ces quelques paroles lui firent cracher un peu de sang, et s’essuyant lentement les lèvres sur son bras gauche, il ferma doucement son œil gauche, soupirant doucement, avec une expression sereine sur son visage. Apparemment, il était entre de bonnes mains, enfin du moins, il décida de placer sa vie ainsi que sa confiance en cette jeune femme, sûrement venue ici par pur hasard. Enfin bon, il ne voulait pas s’épuiser plus que nécessaire, il préféra laisser son corps aux mains délicates de sa soigneuse. Attendant patiemment les réponses à sa question.  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 450
Yens : 332
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 78
Nombre de topic terminé: 25
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Gally/Yoko α Protectrice α

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Mar 6 Juin - 0:15

- Is it the end of everything ? -

Les heures passaient les unes après les autres, s’enchaînant sans discontinuité sous le soleil de plomb qui martelait la plage. Je n’étais nullement gêné par celui-ci, mais je me doutai qu’il n’allait pas faire du bien à mon patient. Les mains toujours apposées sur son dos, je m’occupai en priorité à stabiliser le fonctionnement interne de son corps et à faire cicatriser les quelques blessures externes. Heureusement pour l’inconnu, si je pouvais dire cela comme ça, la plupart des dommages qu’il avait subis étaient uniquement internes, il y avait donc assez peu de risque d’infection dû à une bactérie externe ou à un parasite. Ce n’était pas comme avec Taki où, malgré mes capacités de soin, j’avais quand même dû lui amputer un bras histoire d’éviter une gangrène trop compliquée à gérer. Et puis, je voulais aussi le trainer dans un coin à l’ombre pour prévenir de possibles insolations.

En fait, plus je l’observais et plus j’avais l’impression de faire face à un rescapé d’une explosion nucléaire. La peau brûlée, des dommages internes importants, un taux de radiation supérieur au seuil de tolérance, tous les éléments me laissaient imaginer qu’une bombe H avait été testée dans la région et que cet homme était une pauvre victime collatérale qui n’avait rien demandé à personne. Sauf que ce n’était pas tellement possible vu la technologie de ce monde et je comptai donc interroger mon patient une fois un peu rétablis.

Un seul problème s’opposait vraiment aux soins que je pouvais apporter : cet inconnu n’était pas bien gras. Dans le cadre d’une reconstruction par nanorobots, il était très important de pouvoir disposer de matière première, comme de la nourriture, pour pouvoir régénérer tissu, os ou organe. Si j’avais été dotée de plus de puissance et d’un meilleur contrôle par la Fata Morgana, alors j’aurais pu me servir dans les molécules de l’air, de l’océan ou de la terre pour fabriquer n’importe quelle molécule dont j’aurais pu avoir besoin. Mais n’ayant rien de cela, je devais trouver de la nourriture. À intervalle régulier donc, je m’absentais un peu, partais chercher des fruits, des poissons ou des crustacés que j’ingérai en premier pour décomposer ces animaux et plantes en matière premier pour les réinjecter directement dans le corps du grand blessé.

Vers la fin de la journée, j’avais plutôt bien avancé. Il n’y avait quasiment plus de traces de brûlure sur son épiderme, la plupart des hématomes avaient été résorbés et ses signes vitaux n’étaient plus dans le rouge. Si bien que l’homme reprît enfin conscience. Ses premiers mots furent de me remercier et il essaya de m’observer de haut en large. Il grimaça au passage ce à quoi je répondis :
- Vous me remercierez quand vous pourrez marcher de nouveau. Pour l’instant, restez tranquille et laissez-moi faire mon travail.

Quelques minutes plus tard, il sembla comprendre qu’il avait, d’une manière ou d’une autre, été en grande partie soigné par mes actions. Il me questionna sur ma méthode et je préférais ne pas tourner autour du pot :
- Je vous reconstruis, pièce par pièce. Et j’vous ai déjà dit de ne plus bouger. Vos dommages externes sont peut-être partis et vous avez surement l’impression de vous sentir mieux, mais à l’intérieur, c’est un gros bordel. Un de vos rein vous a lâché, la moitié de votre foie est morte, un de vos yeux ne fonctionne plus, votre myocarde est encore instable et fragile, une centaine de vos deux cents six os sont fracturés et je ne suis pas certaine que vous souhaité connaitre l’état de votre... engin.

J’enlevai alors mes mains et m’assis à côté de là où il était couché. Même si je n’avais plus de contact physique avec mon patient, les cellules imaginos que je lui avais implanté continuaient de travailler d’elle-même, suivant à la lettre le code que j’avais programmé rien que pour elle. Je préférais m’arrêter là pour la journée de mon côté. Ça n’en avait pas l’air, mais une opération pareille me coûtait une quantité astronomique d’énergie, si bien que j’allais avoir besoin d’une bonne nuit pour que mes batteries se rechargent correctement. Je fis pars de ma décision au jeune blessé :
- Je m’arrête ici pour la journée. Pourquoi ne pas me dire qui vous êtes et ce qui vous ait arrivé. Ça pourrait m’aider à comprendre.
Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 332
Yens : 50
Date d'inscription : 09/08/2016
Localisation : Paumé dans la préhistoire

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rihan Roi des citrouilles ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Sam 24 Juin - 0:07


Is it the end of everything ?

feat.Infirmière Gally


La jeune femme semblait être assez attentionnée avec lui, même s’il pouvait difficilement la voire, il déduisait facilement, aux bruits l’entourant, qu’elle se démenait pour le maintenir en vie et le soigner. Quand elle lui expliqua comment elle faisait pour le soigner, il fit des gros yeux, enfin… un gros œil. Comment pouvait-elle le « reconstruire », elle ne semblait pas utiliser de magie, mais plutôt quelque chose qu’il ne connaissait pas. Il lui poserait sûrement la question plus tard. En tout cas, la suite des informations que son « infirmière » lui donna n’étaient pas vraiment des bonnes nouvelles, nouvelles qui lui firent lâcher un soupire. Le blessé se demandait bien ce qu’il pourrait faire maintenant, un œil en moins, bon ça il l’avait remarqué. Un rein en moins, bon finalement il en reste un. Son « engin » qui n’était apparemment pas en très bon état, mais bon de toute façon, il avait pas très envie d’avoir un gamin. Mais le pire… c’était le foie qui a des ratés, pas génial quand on aime bien le saké. En fait il avait bien envie d’un verre de saké, en plus sa gorge sèche aidait pas vraiment.
Tournant lentement sa tête, remarquant au passage que la demoiselle était venue s’asseoir à côté de lui et lui demandait de lui raconter plus ou moins ce qu’il s’était passé. Il tenta difficilement de se mettre sur le côté, essayant de ne pas trop penser à la douleur. Il se retrouva face contre terre plus vite qu’il ne l’eût cru, lâchant au passage un juron étouffé, à cause d’un ou deux, voire une bonne dizaine d’os cassés. Elle l’avait prévenu, et comme toujours il en faisait qu’à sa tête. Le jeune seikajin resta couché sur le ventre quelques minutes, riant un peu et difficilement d’une voix rauque, voix qui le fit rire de plus belle. Il était vraiment idiot, il venait de se payer magnifiquement la honte, et en plus devant une femme, et tout ça en voulant en faire qu’à sa tête. Mais bon, cela ne l’empêcha pas de regarder vers elle, un sourire joyeux sur ses lèvres.

Je veux bien vous racontez… mais actuellement j’ai un peu la gorge très sèche… serait-ce possible d’avoir un verre de saké, mademoiselle… ?

Ce petit moment à parler lui fit remarquer que c’était un petit peu compliqué de respire, déjà écrasé par son propre poids, et en plus avec ses côtes qui lui en faisait voir de toutes les couleurs, il ajouta.

Et… vous pourriez m’aider à me tourner sur le dos, parce que, je commence à sentir mes côtes encore fissurées, voire cassées…

Il vouait aussi pouvoir voir le ciel, cela pouvait paraître idiot pour certains, mais il appréciait voir tous ces petits points blancs posés sur une toile noire, ils semblaient toujours si proches les uns des autres, un peu comme avec certaines personnes, comme ce Zayro, ils semblent proches, vous pensez pouvoir leur faire confiance, mais au final ils sont à des années lumières de vous.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 450
Yens : 332
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 78
Nombre de topic terminé: 25
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Gally/Yoko α Protectrice α

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Jeu 29 Juin - 14:41

- Is it the end of everything ? -

Cet inconnu ne perdait décidément pas le nord. Alors que j’avais grandement insisté sur l’état de son corps, il avait tout de même essayé de se retourner pour me faire face en se maintenant sur son coude, ce qui échoua bien évidemment et ce qu’il le fit s’écrouler au sol. Au passage, il avait dû se fragiliser quelques os que j’avais durement ressoudés durant l’après-midi. Alors qu’il était face contre terre, il s’était mis à rire à pleins poumons, sa voix rauque le faisant de plus en plus rire. C’était un idiot fini et aucune de mes capacités ne pouvait le soigner de sa stupidité. Plus sérieusement, comment une telle idée avait pu lui traverser le crâne ? Il avait du persil à la place du ciboulot c’était pas possible...

Puis, comme si de rien était, il me demanda si je n’avais pas un peu de saké sur moi, sa gorge étant trop sèche pour pouvoir me raconter ses péripéties. Je soupirai. J’étais tombé sur un idiot ET un alcoolique. De tous les hommes en besoin de soin, le destin m’avait fait tomber sur lui. Il avait intérêt à avoir une sacrée bonne explication sur le pourquoi du comment il s’était retrouvé dans un état pareil. Sinon, je pouvais lui assurer de ne pas lui rendre son foie dans un état aussi bon que j’aurais pu. Ça lui aurait fait les pieds. Il se rendit vite compte que ça n’était pas bien pratique de parler en étant à plat ventre. Il me demanda alors de l’aider à se retourner, ce que je fis doucement en faisant attention à ne pas lui faire plus mal qu’il n’avait déjà. Puis je me levai et lui annonçai :
- Désolé, pas de saké jusqu’à ton rétablissement complet. Je vais aller voir si je ne trouve pas un petit peu d’eau douce dans les environs.

Je le laissai sur son dos sur la plage et m’enfonçai un peu plus loin dans l’île. Après une courte marche, je tombai sur une source, mais quand je voulus vérifier si elle était potable, je remarquai un taux anormalement de élevé de radioactivité dans l’eau. Autrement dit, cette région était salement irradiée. J’avais bien noté que mon patient avait lui aussi un taux de radiation assez élevé, mais avec toutes les blessures qu’il avait sur lui, je n’avais pas tellement été choqué par cela. Cependant, maintenant que je savais que la région était irradiée, j’étais franchement inquiète sur ce qui avait pu causer un tel désastre. Je me souvins des mots du pêcheur rencontré à Inumata, qui avait mentionné une île s’étant faite rasé dans les environs. Comment n’avais-je pas fait le lien plus tôt. Car on ne parlait pas d’un petit événement mineur là, mais bien de l’annihilation de toute une île. Une chose que même une bombe hydrogène aurait du mal à faire. Et le gars que j’avais secouru était un rescapé de ce massacre ? Il avait beaucoup d’explication à me donner alors...

Après avoir décontaminé l’eau, je retournai vers l’homme, lui apportant l’embouchure de ma gourde jusqu’à ses lèvres et l’aidant à boire le liquide de vie. Je repris notre discussion :
- Bon, j’suis sûre que tu as des choses à m’avouer... Ne perdons pas plus de temps.
Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)


Dernière édition par Gally/Yoko le Lun 23 Oct - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 332
Yens : 50
Date d'inscription : 09/08/2016
Localisation : Paumé dans la préhistoire

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 5
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rihan Roi des citrouilles ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Dim 15 Oct - 19:14


Is it the end of everything ?

feat.Gally


Rihan attendit que la jeune femme soit partie pour fermer tranquillement son œil, lâchant un gros soupir. Il resta quelques minutes comme cela, en silence, écoutant les bruits calmes du sable roulant avec les vagues, des quelques oiseaux voltigeant dans les airs. Il prit un moment pour faire le point de la situation, elle voulait des explications, elle en aurait, de toute façon personne d’autre qu’elle n’entendrait la « vraie version » des événements qui étaient arrivé sur Matsuri, Zayro n’en parlera sûrement pas, sa subordonnée non plus, et tous les autres étaient morts et c’était finalement bien mieux comme cela.

( Pensée ) De toute façon, qu’est-ce que les hommes pourraient faire contre un homme capable de raser une ile en quelques secondes ? Rien, à part vivre leurs vies tranquillement, en espérant qu’il ne frappe jamais à leur porte, pensa-t-il.

Le jeune homme chercha ensuite dans ses pensées les fragments éparpillés de ces derniers jours, les collant les uns après les autres, mettant des mots sur ces images de mort et de désolation.

Il passa ensuite le reste du temps à regarder le ciel, attendant le retour de la jeune femme, remuant le sable de ses mains, traçant des motifs n’ayant pas de sens particuliers. Il sentait un ou deux petits crabes lui grimper le long des jambes, le chatouillant et redonnant un peu de couleurs à son visage.

Elle finit par revenir, tenant à la main une gourde, qu’elle lui fit boire avec son aide, ne faisant qu’aviver la petite flamme d’un sentiment de lassitude et de mal du pays.

Après avoir bu, le blessé fit signe à la demoiselle de s’asseoir, puis posa un bras sous sa tête, qu’il puisse au moins la regarder dans les yeux sans avoir l’impression que son œil lui rentre dans son orbite, Il réfléchit un dernier instant, puis regarda la jeune demoiselle de son œil valide.

(Parole) Vous vouliez des explications, vous allez en avoir, vous méritez bien ça, et surement bien plus, mais passons…

Il fit une courte pause et enchaîna.
(Parole) Avant que je commence, quelques petites choses à clarifier.
Premièrement, je ne me répèterai pas
Deuxièmement, les questions c’est à la fin
Et troisièmement, sachez que à par vous, au maximum 3 voire 4 personnes sont au courant de ce qui s’est passé sur cette ile…




Dernière édition par Rihan Roi des citrouilles le Lun 23 Oct - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 450
Yens : 332
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 78
Nombre de topic terminé: 25
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Gally/Yoko α Protectrice α

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   Lun 23 Oct - 10:58

- Is it the end of everything ? -

Il y avait quelque chose de profondément stressant à savoir qu’une chose similaire à une bombe à fission avait explosé dans ce monde. Une telle technologie n’était pas censée exister à Kosaten, ce qui signifiait que quelqu’un, un élu très probablement, possédait la puissance nécessaire à la réalisation d’une explosion si énergétique qu’elle irradierait toute la région autour de son foyer. Cela pouvait être effrayant pour les natifs ou une personne n’étant pas familier avec ce genre de puissance, mais pour moi qui avais déjà vu des dizaines de fois des explosions et les abominables effets postérieurs qu’elle avaient, j’étais horrifié. J’essayais tant bien que mal de le cacher à mon patient, histoire de ne pas l’inquiéter plus que ça en lui montrant que celle qui prenait soin de lui était plus paniquer que lui.

En parlant du loup, il me paraissait relativement louche maintenant que je commençai à creuser le sujet. Sa nonchalance, ses blessures, le mystère qui l’entourait, tout m’indiquait que le lien qu’il avait avec la catastrophe allait au-delà du simple témoignage de loin. Non, de ce que j’en déduisais, il était impliqué de la tête au pied. Si son explication ne tenait pas la route, ou qu’il s’avérait être le responsable de cette affaire, j’allais devoir agir en conséquence. En prenant bien en compte le fait qu’il s’était tout de même pris une explosion nucléaire dans la gueule. Je n’allais tout de même pas m’acharner sur une personne presque morte qui avait été très coopératrice depuis le début.

Alors que je m’asseyais à côté de lui, il me précisa trois petits points. Pas de répétition, pas de question avant la fin et j’allais être une des rares personnes à connaître la vérité sur l’histoire de cette île. Je roulais des yeux. Cela ne présagea rien, mais alors rien de bon. La vérité était-elle encore plus horrible que tout ce que j’avais imaginé ? Probablement. Je portais alors mon regard sur l’horizon. Au loin, le soleil couchant embrasait le ciel, comme un rappel du passé. Image ironique de ce monde, elle s’effaça petit à petit, s’éteignant pour laisser la place au bleu de la nuit et à la douceur de sa fraîcheur. Je répondis alors à l’inconnu :
- C’est d’accord. Pas comme si j’avais le choix de toute manière. Au fait, je m’appelle Gally. Nous ne nous sommes même pas présentés dans le feu de l’action. Mais sinon, allez-y, commencez, je vous écoute de l’oreille la plus attentive que vous ayez vu de votre vie.
Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Is it the end of everything ?   

Revenir en haut Aller en bas
Is it the end of everything ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Archipel paisible-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.