Partagez | .
Le retour de la racaille
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Le retour de la racaille   Jeu 1 Juin - 22:15



Combats clandestins



Cela ne faisait pas très longtemps que Bashô baroudait à Minshu, pourtant il avait déjà un petit faible pour les terres du serpent. Non pas qu'il adhérait plus à l'idéologie de Jeong qu'à celle des autres dirigeants, non, cela il s'en moquait royalement, mais plutôt pour tous les petits plaisirs de la vie que l'on pouvait y apprécier plus qu'ailleurs. En même temps ici personne n'essayait de le tuer, du moins pour le moment, ça devait jouer. Et puis connaissant son aversion pour Seika, il ne devait pas être très impartial. Cependant, même en l'étant, Minshu avait un gros avantage sur son voisin: le climat. Il y faisait bon sans que l'on ait l'impression d'être dans un four. Bon évidemment, s'il préférait Minshu aux autres régions du globe, ce n'était pas qu'une question de climat, vous vous en doutez... On s'y amusait bien aussi!

Vous voulez peut-être que je développe? Comment vous expliquer... Si Minshu possédaient toutes les fleurs nécessaires à ce qu'un poète y trouve son compte, elle comptait également suffisamment de trafics clandestins pour qu'un maffieux y trouve son compte. Un véritable paradis pour un poète-maffieux en somme...
Mais si ce deuxième fait peut en étonner certains, sachez que c'est normal, c'est assez récent. La République décida de sortir de la guerre, ok. Seulement elle n'est pas dupe, elle sait qu'une super-puissance comme elle ne pourra pas conserver sa neutralité sans ne rien risquer après ce qu'elle a fait. Elle s'arme donc quasiment autant que ses belliqueux voisins et elle a raison. Malheureusement pour ce faire elle est obligée d'avoir recours à une restriction des effectifs de soldats dans les villages isolés ou de taille moyenne. Et c'est comme cela qu'une partie de son territoire peut se remettre à obéir à la loi du plus fort. En clair, c'est le retour de la racaille.

Comment en profitait-il en cette belle soirée d'été? Il était tout simplement dans un hangar dans lequel s'organisaient des paris sur les vainqueurs des combats s'y déroulant. Les affrontements se terminaient souvent au K.O de l'un des deux protagonistes, dont la cause pouvait très bien être le décès, ce qui leur donnait un caractère très violent et... illégal donc. Mais bon, apparemment cela distrayait assez bien la quarantaine de tarés dans la salle qui ne comptaient pas leur pognon. Malheureusement le hunter ne faisait pas parti de ceux-là, il ne roulait pas sur l'or et avait un grand-père et une enfant à nourrir après tout. Il ne faisait donc que regarder les volontaires s'affronter dans le sang et écouter le doux son des "oh!" et des "ah!" des spectateurs. Il portait encore et toujours son fidèle masque mais il passait inaperçu puisque beaucoup avaient fait de même.

Pourtant, malgré la bonne ambiance qui régnait, quelque chose vint rapidement refroidir la soirée. L'un des nombreux combattants en était à sa troisième victoire consécutive et restait sur le ring pour continuer à enchainer les combats, comme les règles le lui permettaient. Cela n'aurait pas posé problème si ce n'était pas un véritable colosse et qu'il n'avait pas tué chacun de ses trois adversaires précédents. Plus personne ne voulait l'affronter, la soirée se finirait donc certainement prématurément. "Pffff... C'est même pas minuit, je vais pas rentrer de suite quand même, si?! Allez, je suis sûr qu'il n'est pas si fort que ça, faites un effort les gars..." pensa Bashô exaspéré, avant que quelqu'un ne le sorte de ses pensées.

-Eh, toi là! Depuis le début que je t'observe tu t'amuses bien mais tu ne paries pas! l'apostropha l'un des maffieux organisant cette petite soirée. Ici on se bat ou on parie, c'est la règle! Donc maintenant, soit tu pars, soit tu parie...

-... Soit je me bat, le coupa l'élu. Bon ben puisque les règles sont les règles, je vais prendre la troisième option... déclara-t-il en se dirigeant vers le ring.

A ces mots, le natif senti une grande confiance en soit émaner du seikajin. Il ne savait pas si c'était de la frime ou non, mais il n'allait pas tarder à le savoir. Tout le monde fut étonné de le voir grimper sur l'estrade symbolisant l'arène. Son adversaire devait bien mesurer soixante-dix centimètres de plus que lui après tout. Mais ce n'était pas très important. Il allait vaincre et comme ça on le laisserait tranquillement regarder les combats qui se poursuivraient normalement. La solution de facilité en somme. Par contre il fallait qu'il fasse attention à ne pas tâcher ses vêtements de sang, il n'en avait pas de rechange.

-Tiens, tiens, un suicidaire de plus à exaucer...
murmura la montagne de muscles.

-Excuse-moi, tu disais? demanda-t-il en bayant. Je suis désolé, ne croyez pas que ce soit du dédain que je manifeste là mais juste un manque d'intérêt. Je ne suis pas venu pour me battre moi...

-Une fois sur le ring qu'importe la chose qui nous y a fait entrer gamin, il faudra se battre jusqu'au bout...


-Bien dit... Allé, amène-toi! harangua-t-il.

Son adversaire prit alors instantanément une posture que le maffieux ne l'avait encore jamais vu adopter, puis attaqua sans attendre au niveau du nez. Il ne faisait pas du tout preuve du pédantisme du combattant sûr de sa victoire contrairement au barbu. Ce coup le surprit, il le prit de plein fouet ce qui le mit à terre. "Je... Je crois que je l'ai sous-estimé..." réalisa l'Ayns. En effet, il serait de bon ton qu'il revoie sa stratégie. Comment ce combat allait-il se dérouler? Sa veste était déjà maculée du sang de son nez...

N'aie pas trop grande confiance en ta force, élu,
Car comme feu Icare, tes ailes pourraient fondre,
Perdre face aux malheureux que tu as vaincu,
Dans la honte de la défaite te morfondre...


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Le retour de la racaille   Jeu 8 Juin - 23:50



Opportunité



Le choc avait été violent pour le maffieux qui avait malheureusement perdu l'habitude de se manger de bonnes grosses mandales. Plus que son corps, c'était son ego qui venait de prendre un sale coup. A son arrivée dans ce monde, il avait été obligé dès le début d'effacer ses défauts les plus superflus tels que la témérité ou encore l'orgueil, c'était nécessaire s'il voulait rester en vie tant il était faible. Mais il venait de se rendre compte que plus sa puissance d'antan revenait, plus ses vilains défauts faisaient de même. Quoi de plus normal en même temps lorsqu'on arrive à sortir d'une confrontation avec un légendaire tigre à dents de sabre sans la moindre égratignure?! Lorsqu'il se remémorait ce combat qui lui semblait déjà lointain, il lui semblait ne même pas avoir transpiré. Sa force n'avait pas cessée de croître depuis. "Alors comment ais-je fais pour me faire surprendre par le coup de ce simple... Natif!" se demanda Bashô quelque peu énervé. Énervé et dédaigneux. Il se releva alors et enleva sa veste, il ne voulait pas la tâcher davantage.

-Tiens tiens, un élu... murmura le combattant clandestin remarquant le sceau de son adversaire sur son épaule. Ne te crois pas tout puissant parce que tu en es un, ton monde d'origine ne fait pas tout. D'ailleurs, j'en ai battu pas mal des élus se croyant supérieur parce qu'ils étaient des super-puissances dans leur monde. Je ne comprend pas les dieux, pourquoi s'en remettre à des loques comme vous alors que certains de leurs natifs sont bien plus compétents?! Qui étais-tu dans ton monde, un roi? Un empereur?! Dis moi!

-Un anonyme, répondit calmement le poète, je n'étais personne... Mais dans ce monde je serais au moins celui qui t'auras battu! lui lança-t-il en lui décochant un crochet du droit qu'il esquiva aisément.

Bon, il avait surtout fait cela pour le faire taire, il n'était pas là pour discuter mais pour se battre. Il voulait maintenant vérifier et se prouver qu'il était puissant mais cela ne changeait rien au fait qu'il se contrefoutait de son adversaire, de ce qu'il disait, et de ce qu'il pouvait penser. Le colosse n'était qu'un mur sur son chemin qu'il avait pour objectif d'abattre. Qui écouterait un mur sérieusement? Le moindre de ses muscles était bandé, ses yeux rivés sur chacun des membres de son adversaire, son cerveau à l'affut. Il n'éprouvait plus ni mépris, ni négligence pour ce combat, il allait se donner à fond... "Si je n'arrive pas à le vaincre, il sera temps que je me remette en question pour de bon..." réalisa Bashô. Un entraînement de plus s'imposerait peut-être.

Pour ne pas totalement déséquilibrer le combat et faire en sorte qu'il soit représentatif, n'oublions pas que le barbu le considérait maintenant comme une sorte "d'expérience", de "test"; il décida de ne pas utiliser les pouvoirs de ses haïkus et de ses glyphes. Il se battrait donc uniquement avec ses poings, sa maîtrise martiale et son Nen du renforcement. Comme vous l'aurez remarqué, il ne se débarrassait pas de tous ses atouts non plus...

Le combat reprit alors de plus belle et le hunter ne se laissa plus surprendre. Ce fut tout de même difficile pour lui au début mais plus l'affrontement durait, plus l'Ayns commençait à reprendre ses vieilles habitudes et à remarquer des faiblesses dans la garde de l'autre. Pleins de détails lui apparaissaient peu à peu représentant chacun une faille à exploiter et pouvant lui permettre de prendre l'ascendant sur son adversaire. Au fur et à mesure qu'il reprenait ses vieux réflexes, il se demandait de plus en plus comment il avait fait pour les perdre. Au bout d'un moment, il estima que c'était suffisant.

-Bon, je manque clairement d'entraînement, je me suis beaucoup rouillé, mais au moins notre combat m'aura permis de voir ce que je devais faire pour m'améliorer et ne pas perdre mes acquis. Je te remercie, déclara-t-il avec sincérité.

Pour le moment, il n'avait donné aucun coup, se contentant de bêtes blocages, parades ou esquives. En revanche, il s'en était pris quelques uns ce qui donnait franchement l'impression que l'avantage était pour le natif. Malgré l'intensité de l'affrontement, aucun des deux protagonistes ne semblait réellement épuisé, seulement un peu essoufflé.

-Notre combat n'est pas fini, évite de parler pour ne rien dire l'anonyme...

-Si, il l'est, affirma Bashô sur un ton qui n'acceptait pas de remise en cause.

Il se jeta alors sur son adversaire et exploita chacune des faiblesses qu'il avait remarqué tantôt. En quelques secondes, son adversaire était à terre, le bras cassé. Alors que l'élu était prêt à lui fracasser le crâne grâce à un coup de poing marteau, celui-ci arrêta net son offensive.

-Je ne suis pas ton premier combat de la journée, tes précédents duels peuvent t'avoir fatigué. Je n'irai donc pas plus loin si tu te montres raisonnable, je ne veux pas avoir à tuer un adversaire affaibli, déclara fièrement Bashô.

-D'a-accord, j-j'abandonne! bégaya le surpassé.

Leur combat était enfin fini. Quoique, si cette affirmation était, elle, véridique, les conséquences du dit combat allait suivre d'ici peu. A chaque acte sa conséquence après tout. Heureusement pour lui, le monde dans lequel il traînait ce soir-là était dominé par des maffieux, il était donc dans son élément. Ici, tout événement était une potentielle opportunité qu'il fallait savoir saisir ou refuser.

-Bravo pour ton combat, le félicita l'homme qui l'avait obligé à se battre tout à l'heure, suis-moi, mon patron veut te parler...

Et voilà, je ne vous avais pas menti...

Attrape Ayns faux, l'oiseau de l'opportunité
Avant qu'il ne passe au travers de ton filet
Et s'échappe avec tous les billets qu'il portait,
A moins que seuls des ennuis ses serres abritaient...


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Le retour de la racaille   Sam 10 Juin - 12:05



Un plan des plus simples...



Alors que dans l'obscurité de la nuit la ville dormait, un homme masqué marchait dans l'une de ses rues se grattant la tête. Cet homme n'était nul autre que Bashô, étonnant non? En effet, ça ne l'est pas étant donné que c'est de lui que l'on parle dans cette histoire. S'il se grattait la tête, c'était tout bonnement parce qu'il réfléchissait intensément, respectant le cliché de l'homme en pleine réflexion philosophique ou non. Le sujet hantant ses pensées? Il venait d'avoir une proposition de job et il ne savait s'il devait accepter ou non. En effet, l'organisateur des petits combats clandestins auquel il venait de participer venait de perdre son meilleur champion. C'était avec lui qu'il remportait tous les combats et finissait par rafler tout l'argent misé dans la soirée quand celle-ci se terminait. Seulement son poulain avait maintenant le bras cassé et il ne pouvait pas attendre qu'il se répare de lui-même, il lui fallait un remplaçant. Bashô serait selon lui parfait pour ce poste.

Le maffieux ne savait donc pas quoi répondre et M. Gâto, le chef du réseau des combats illégaux de la ville, ne lui avait donné qu'un jour pour se décider. D'un côté le hunter était content de pouvoir gagner de l'argent facilement tout en s'entraînant surtout que son patron avait plutôt l'air d'être du genre généreux, de l'autre il avait un peu la flemme de devoir aller se battre tous les soirs. Ce travail s'annonçait fatiguant et ça allait encore faire des histoires lorsqu'il voudrait arrêter... Alors que le débat s'intensifiait dans sa tête, une affiche placardée sur un mur attira son attention.


"Avis de recherche: La milice d'Aichi est confrontée à un problème en ce moment, à savoir une augmentation du nombre de réseaux clandestins. Que ce soient des réseaux de contrebande ou autres, les forces de l'ordre sont submergées et n'ont le temps de s'occuper que des cas de force majeures. C'est pourquoi nous encourageons chacune des personnes compétentes à s'investir dans la protection de la ville et de nous aider en œuvrant contre la prolifération de ces différents réseaux illégaux. Conscient que la gloire ne suffirait pas à motiver certains, le maire de notre somptueuse ville s'est engagé à remettre des primes en fonction des services rendus à ceux le méritant."


En dessous de ce texte attrayant était indiqué quelques exemples chiffrés telle que la prime pour ramener vivant à la caserne de la ville un parrain, chef d'une organisation criminelle dangereuse d'une trentaine de membres. Est-ce que l'organisation de Gâto pouvait être considérée comme dangereuse? En comptant les quelques personnes mortes par accident durant divers combat comme les trois de cette nuit et en jouant sur les mots, ça pouvait passer. Était-elle composée d'une trentaine de membres? En prenant en compte les gamins des rues qui faisaient les pets à la place de molosses de profession, peut-être bien. Comme quoi, bien maîtriser sa langue pouvait se montrer fructueux parfois...La prime proposée pour une tâche de cette ampleur était de deux mille yens avec négociations possibles.

Et bien finalement cette offre d'emploi n'allait pas le faire cogiter si longtemps, il venait de trouver un élément lui donnant une troisième alternative bien plus alléchante que les deux autres. S'il acceptait l'offre de ce bout de papier, il allait pouvoir en bien moins de temps gagner autant d'argent qu'en se battant pour Gâto et en plus ce serait bien plus amusant. On ne pourrait même pas considérer cela comme un acte de traîtrise puisque Bashô entamerait le contrat en sachant qu'il était caduc. En acceptant l'offre du chef maffieux, la moitié du travail était déjà fait. "On dirait que la chance me sourit..." se réjouit l'Ayns.

Il rentra alors chez lui pioncer comme jamais. Mine de rien, il devait être trois heures du matin. Il avait vu bien pire mais il n'avait pas des journées d'adolescents boutonneux. En travaillant physiquement le jour, il appréciait pouvoir dormir la nuit autant qu'il l'entendait. Il ne réfléchirait pas plus pour ce soir, ou ce matin selon le point de vue, la nuit portant conseil il attendrait demain pour mieux penser à son plan d'attaque. Gâto n'avait rien demandé mais il allait se faire manger par le petit nouveau ayant plus d'années carrière dans le métier que lui…

***Le lendemain matin***

Alors juste avant de continuer le récit, je tiens à préciser que "matin" signifie ici les quelques heures suivant le réveil du poète, donc approximativement de treize heures à quinze ou seize heures. En effet, ce n'était donc plus tellement le matin mais bon, ce n'est pas tellement important si? Bref, le lendemain matin Bashô réfléchit donc à la manière dont il procéderait. Après de longues et intenses heures, ou plutôt minutes en fait, de réflexions passées dans un canapé à boire du petit lait qu'il ne digérait pas, il parvient aux conclusions suivantes: "Bon, il n'y a pas trente-six plans possibles qui sont à la fois simples et efficaces. Je vais me contenter d'aller le voir dans son bureau, en temps que poulain ça ne devrait pas être bien dur, et à partir de là je défonce les gardes du corps, j'assomme Gâto et je me casse discretos grâce à mon Haïku d'invisibilité avec lui sur le dos. La seule difficulté de ce plan est de ne pas faire trop de bruit durant le combat. C'est une tactique vraiment simpliste mais honnêtement je ne pense pas qu'elle me fasse défaut. Pourront-ils vraiment s'opposer à moi? Il faut juste que je pense à ne pas les sous-estimer et tout se passera bien. En plus cet exercice m'entraînera...".

Avant il était faible et devait user de ruse pour s'en sortir, maintenant sa seule force suffisait. "Vivement des missions à ma hauteur qui nécessiteront un peu plus de réflexions..." pensa le maffieux bullant sur son canapé.

Profite de ta puissance, guerrier,
Mais sans te vautrer dans l'oisiveté,
Cela te dispensera de gagner
En faisant régresser tes facultés...


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Le retour de la racaille   Lun 12 Juin - 13:09



Paranoïa utile



Le soir même, comme la plupart des soirs, Bashô était dans le hangars dans lequel se déroulait tous les combats clandestins. Il était venu suffisamment tôt pour qu'il n'y ait aucun client, juste les organisateurs maffieux s'assurant que la soirée se déroulerait pour le mieux. Cette tâche consistait à payer des gamins pour qu'ils fassent les pets, vérifier que les éventuelles rondes des gardes n'aient pas changées, soudoyer les soldats qui pouvaient encore l'être, etc. Vous l'aurez compris, il y avait pas mal de bouleau.

-Et surtout n'oubliez pas d'apporter à nos combattant de quoi se doper, il faut bien penser que seuls nous pouvons tricher, c'est très important! disait son contact à ses hommes de main.

-Excuse-moi, je ne te dérange pas j'espère? J'aimerais savoir si je pouvais parler au patron... l'interrompra l'élu.

-Tiens tiens, le nouveau, intéressé par notre offre d’emplois apparemment puisque t'es revenu! Très bien, du sang neuf ne nous fera pas de mal après tout! Le patron remplie des papelards dans la pièce du fond, n'oublie pas d'être poli avec lui, il est plutôt du genre à s'offusquer pour un rien... lui recommanda-t-il gentiment.

Le hunter s'approcha alors lentement, comptant les pas qui le séparaient du conflit. Il n'allait pas reculer, il avait prit sa décision après tout, il se devait d'aller jusqu'au bout. En revanche, il devait quand même admettre que la salle était bien plus peuplée que ce à quoi il s'attendait. Jusqu'ici il n'était venu qu'en temps que client et ne s'était jamais aperçu de l'ampleur qu'avaient les coulisses. Il en fallait du monde pour truquer discrètement des combats... Ça y'est, il était maintenant devant la porte du bureau de Gâto, celui que personne ne voyait jamais mais que lui avait déjà eu l'insigne honneur de rencontrer. Maintenant, il toquait, il ne pouvait plus reculer... "Mais je n'en ai jamais eu l'intention!" se dit-il comme s'il avait pu entendre mes paroles.

Toc toc toc.

Un silence se fit autour de lui, comme si son environnement attendait que quelqu'un qu'il ne fallait pas contrarier prenne la parole. Mais il ne la prit jamais, à la place l'un de ses sbires vint lui ouvrir silencieusement pour le faire entrer. Le barbu s'exécuta donc puis attendit que son "employeur" prenne la parole. Mais celui-ci prit un malin plaisir à le faire attendre, comme s'il voulait bien lui faire comprendre que c'était lui le patron. "Je sais très bien que c'est toi qui détient le pouvoir... Mais à quoi sert-il si tu n'es même pas capable de le garder?!" pensa-t-il en affichant un léger rictus.

-Et bien, qu'est-ce qui vous fais sourire comme ça mon ami, vous êtes d'humeur joyeuse? lui demanda-t-il calmement ayant repéré son rictus malgré son masque grâce aux plis que prenait sa tempe. Tant mieux, cela vous servira pour ce soir puisque, j'imagine, vous êtes venu ici pour me dire que vous acceptez mon offre n'est-ce pas?

-En effet, je suis venu ici pour vous dire que j'accepte de travailler pour vous en guise de combattant, affirma-t-il. Quand à ce qui me faisait rire, c'est votre assurance. Personne ne m'a fouillé avant que je vienne ici, je pourrais avoir une arme... Cela ne vous fait pas peur?

-Mmmm... J'avoue ne pas y avoir pensé, dit-il en faisant un signe au gardes qui réagirent au quart de tour.

Ces deux derniers personnages se jetèrent alors sur lui pour le plaquer violemment au sol sans pour autant le fouiller. "Mais qu'est-ce qu'ils font??! Ils me prennent au sérieux?! Merde, je n'avais pas prévu qu'ils allaient réagir comme cela, je suis quasiment incapable de bouger maintenant!" se dit-il. Ce n'était que le début des opérations mais elles partaient déjà en vrille.

-Excusez la violence à laquelle je viens d'avoir recours mais souffre depuis tout jeune d'un syndrome appelé la paranoïa, vous devez connaître. Si beaucoup la considère comme une maladie empêchant la personne de vivre pleinement sa vie, moi je la considère comme étant une bénédiction. C'est grâce à elle que j'ai réussit à me hisser si haut dans les sphères maffieuses. Personne ne me trompe, je me méfie de tout. Évidemment, tout comprend également la psychologie inversée... finit-il.

-Euh... Tant de méticulosité vous honore mais moi je ne faisait rien qu'une remarque, d'accord?! Je ne pense pas que ce soit réellement utile de me plaquer si violemment! Comme accueil aux nouveaux on a fait mieux quand même! se plaignit l'agressé.

Se faire passer pour une victime, voilà quelque chose qu'il maîtrisait parfaitement bien. La moitié du monde connu pensait qu'il en était une après tout, c’était bien une preuve. Cela était très utile pour endormir la vigilance de ses adversaires et faire en sorte que ceux-ci le sous-estiment. Seulement cette fois son opposant était paranoïaque, le cas était un peu particulier. Mais ce syndrome pourrait-il aller jusqu'à le faire se méfier de ses paroles magnifiquement bien joués?! Gâto se mit à rire aux éclats avant de reprendre la parole.

-Lâchez-le vous autres, cet homme n'est assurément pas notre ennemi, du moins pour le moment... Excusez-moi mais on est jamais trop prudent, j'espère qu'ils ne vous ont pas fait trop mal? reprit-il sen s'adressant à Bashô.

-Je ne suis pas homme à garder mes rancunes bien longtemps, ne vous inquiétez pas... En revanche, tant qu'elles sont encore là, elles sont quelque peu persistantes, puis-je? demanda-t-il en désignant les deux garde du corps.

Le chef maffieux eut à peine le temps de hausser un sourcil pour que l'élu explicite sa demande que déjà le poète se retournait vers chacun des deux gardes pour enchaîner plusieurs mandales qui les mirent à terre en quelques secondes. Cependant, ils étaient toujours en état de marche, il ne venait pas de les mettre KO. Il leva ensuite les mains en l'air pour montrer ses intentions "pacifiques".

-Désolé, je ne voulais pas du tout vous faire peur! se dépêcha-t-il de dire avant que les deux molosses ne se relèvent. C'est juste que quand je subie quelque chose, j'aime savoir que je le mérite, c'est pourquoi je vous ai légèrement frappé. Sinon je n'ai rien contre vous pardonnez-moi, je suis même prêt à prendre du service! se justifia-t-il.

L'un des deux bonshommes se releva alors pour le frapper mais Bashô bloqua aisément son poing, il était clairement supérieur à son adversaire lorsque celui-ci n'avait plus l'effet de surprise. Alors que ce dernier allait enchaîner avec un second coup, comme s'il n'avait pas compris qu'il n'avait aucune chance de gagner leur combat, Gâto les stoppa d'un cri.

-STOP! Arrêtez ces enfantillages tout de suite! Pour cette fois, mes gardes du corps s'excuseront pour leur conduite monsieur masqué. En revanche, vous aurez à cœur de vous débarrasser de votre comportement réfractaire dans les plus brefs délais s'il-vous plaît...

-Pardonnez-moi, ça n'arrivera plus, déclara Bashô conscient que ses objectifs restaient une priorité.

De toute évidence, il avait commencé par sous-estimer l'intelligence que possédait Gâto. En revanche, il avait très vite arrêté cela, se souvenant de son dernier combat, physique pour celui-ci. S'il avait frappé les deux gardes du corps, ce n'était pas par vanité mais par tactique. Il en avait profité pour inscrire sur le col de leur chemise grâce à leur sang un haïku pouvant lui permettre de les paralyser à tout moment. Ils étaient écrits dans un ancien dialecte de son monde que maîtrisaient seulement les gens de sa région. Il n'y avait absolument aucune chance que ces deux-là devinent que ces quelques signes formés par le hasard soient les instruments d'une technique. Bashô pouvait maintenant les neutraliser à volonté sans qu'ils ne le sachent encore...

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Le retour de la racaille   Mar 13 Juin - 13:11



Objectif accompli!



N'ayant pas de plan en express pour se retrouver seul avec Gâto et ses gardes du corps, Bashô dut se résoudre à bosser comme convenu toute une soirée. Enfin, toute une soirée se résumait aux trois-quatre combats de la fin. Afin que les combattants ne s'aperçoivent pas qu'il était l'imbattable de la veille, on l'avait pourvu d'un nouveau masque et l'on avait également changé ses vêtements. Les combattants le défiaient donc un à un sans soupçonner la supercherie...

Comme prévu, il n'entra en scène qu'en fin de soirée lorsque tous les combattants étaient déjà bien échauffés, tout comme les parieurs d'ailleurs. Le maffieux remporta alors tous ses combats jusqu'à ce que les clients se lassent et comprennent qu'il ne pouvait pas perdre. Seulement quand ce moment arriva, Gâto avait déjà raflé quatre-vingt-dix pour cent du pognon misé dans la soirée. Une affaire extrêmement fructueuse en somme. Et comme tout travail mérite salaire, chacun des mafiosos l'aidant à monter cette petite arnaque florissante touchait sa part. Bashô compris, cela va sans dire. Ce dernier décida alors de passer prendre son dû dans le bureau de leur patron en dernier, quand il n'y aurait plus la queue. Vous l'aurez compris, cela lui permettrait d'être seul avec Gâto et ses deux molosses.

Le hunter emprunta donc la porte ouverte et la referma derrière lui. Il fallait maintenant agir vite, très vite. Il activa alors le haïku pouvant paralyser les deux gardes avant de rapidement attraper la table et de l'envoyer sur le petit homme chétif qu'était sa cible. Celui-ci eut le temps de crier avant de percuter le meuble que l'on venait de lui lancer et d'être sonné, confirmant au hunter qu'il devait se dépêcher d'accomplir sa besogne.

Par mon seul charisme
Tel Méduse,
Je te pétrifie

Étant donné que les deux gardes du corps ne seraient pas paralysés éternellement par son haïku et qu'ils pouvaient assister à toute la scène, Bashô leur encastra à chacun la tête contre le mur. S'ils n'étaient pas mort, ils n'en étaient pas loin. L'Ayns n'eut aucun remord à faire cela, ils n'étaient pas une grosse perte mais juste de la racaille déshonorant leur noble profession contrairement à lui. Il se jeta ensuite sur l'homme qui représentait pour lui un sacré paquet de fric avant de lui donner un coup sec derrière la nuque ce qui l'assomma. Il le prit alors sur son dos et se réfugia dans un coin de la pièce, entendant d'autres hommes de mains de sa capture arriver.

Tu ne prêtes plus
Attention
Au rôdeur. Erreur...

Le poète eut tout juste le temps d'écrire son haïku avant que quatre hommes débaroulent dans la pièce, il avait eut chaud.

-MONSIEUR GÂTO, EST-CE QUE ÇA VA?!! cria l'un d'eux.

-Mais qu'est-ce qui s'est passé ici, qui est l'auteur de ce carnage??! demanda un autre panniqué.

-Regardez, il n'y a pas le cadavre du patron, l'assassin à donc dû vouloir le capturer vivant et a dû se téléporter ensuite! Allons voir les alentours du bâtiment, il n'a pas pu aller bien loin! Nous devons vraiment nous dépêcher!!! déclara un troisième.

-Bonne idée! dit le dernier.

Les quatre bonshommes repartirent alors aussi sec laissant par conséquent le chant libre à l'élu opportuniste. Il resta tout de même quelques instants planté là, à ne rien faire. "J'avais oublié à quel point la supériorité était agréable. Tout devient si facile grâce à elle, à condition qu'on ne perde pas de vue la difficulté bien sûr..." s'était-il dit avant de quitter le hangar d'un pas nonchalant non sans avoir délesté la caisse de tout ce qu'elle contenait au préalable. Il ne craignait plus rien. Il alla alors de ce pas jusqu'à la caserne de la ville, prêt à empocher sa prime.

Une fois là-bas, il entra avec le chef maffieux sur une épaule comme s'il transportait un sac de pommes de terre. Il ne fallut plus bien longtemps avant qu'il ne le lâche sans aucune délicatesse sur le bureau du sergent de la caserne éberlué. Il se peut qu'il eut oublié de frapper avant d'entrer. Il plaqua ensuite l'avis d'aide qui l'avait motivé à faire tout ceci à côté de l'homme et prit la parole:

-Je viens pour cette annonce, vous êtes bien sergent n'est-ce pas? Je vous présente Monsieur Gâto, dirigeant d'un groupuscule maffieux organisant des combats clandestins à buts lucratifs. Les combats se déroulaient dans le hangar Nord des quais du lac Ness et amenaient généralement une cinquantaine de clients avides de sang chaque soir. Depuis que ces combats existent le nombre de mort s'élève approximativement de la vingtaine à la trentaine. Pour avoir une telle organisation, ils étaient nombreux et savaient ce qu'ils faisaient. Cet homme là était particulièrement expérimenté et doit d'ailleurs être un récidiviste.

Bashô marqua une pause afin que son interlocuteur ait bien le temps d'assimiler toutes les informations avant de reprendre en affichant un grand sourire sous son masque:

-En clair et selon ce papier, vous me devez deux mille yens sergent!

***

Quelques heures plus tard, alors qu'il repensait à ce moment, Bashô jubila. Qu'il était bon de soustraire autant d'argent aux autorités grâce à leurs propres lois. Évidemment eux-aussi étaient gagnants, mais ça ne le dérangeait pas plus que cela. Il n'était plus à Seika après tout, il n'éprouvait aucune aversion envers les autorités minshujines. Comme au début de cette mésaventure, le poète profitait tranquillement du climat agréable de la région. "J'irai bien me baigner moi..." se dit-il. L'auberge dans laquelle il logeait ne se trouvait pas très loin du lac Ness. Petit à petit, l'idée de s'installer de manière durable à Minshu germa dans son esprit...

Des vallées et des prés sous un ciel azuré!
Contre du sable et du sable à perte de vue!
Décidément, il n'y a pas à hésiter,
C'est la terre idéale pour notre barbu...


Techniques utilisées:
 

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le retour de la racaille   

Revenir en haut Aller en bas
Le retour de la racaille
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.