Partagez | .
la vie après la mort
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: la vie après la mort   Ven 30 Juin - 18:50






au delà du naturel


note au correcteur :
 
Je ne l'avais pas vu venir. Tout était arrivé si vite. J'avais encore la tête posée contre le dos de Rumaki qui tentait de toutes ses forces d'échapper à son funeste destin. Je dois avouer qu'à cet instant, je lui faisais totalement confiance, et m'étais totalement reposée sur elle. Elle était jeune et avait l'esprit et le physique pour agir comme il le fallait, tandis que je n'étais qu'un poids dans l'histoire. Je ne comprenais toujours pas pourquoi elle mettait autant d'ardeur à traîner un tel fardeau derrière elle sous prétexte que je lui avais ouvert la porte. Ce geste me paraissait normal. Qui laisserait une femme enceinte sur le carreau ? Pour elle, ce semblait être un rêve inespéré, et elle ne cessait de me le rendre.

Malheureusement, elle ne parvint pas à son objectif. Le cri que je sortis de mes poumons lança le signal de l'échec. La lance m'avait transpercé la peau, et avait touché l'estomac. En tombant de l'élue de Fuyu, j'avais craché une gerbe de sang. Le contact avec le sol fut plutôt rude et contribua encore à aggraver mes blessures internes. Déjà affaiblie, je me rendais petit à petit compte que le chemin sans retour qui attend chaque être vivant venait d'être entamé pour moi. Je voyais Rumaki gentiment se rendre compte de la situation, et je désirais tellement lui parler une dernière fois. L'encourager. Lui dire combien j'étais fière d'elle et de son parcours. Mais mes mots ne voulurent pas sortir. Le temps ne me laissa pas le loisir d'exprimer ce que je ressentais, et m'emporta avec lui vers l'autre monde. Avant de fermer les yeux à jamais, j'émis un petit sourire discret. J'avais bientôt 80 ans. J'avais bien vécu.

Je ne regrettais rien de ma vie. Je pus m'endormir l'esprit serein.

Mais alors que je voyageai vers le paradis, calmement, quelque chose d'étrange se déroula. Une force invisible me retint et m'attira à nouveau vers la vie. Je ne compris rien de ce qui m'arrivait, et je ne pus que suivre ce qui se passait. Bientôt la lumière blanche qui semblait m'entourer s'extirpa lentement pour donner naissance à un paysage qui me semblait familier. du blanc, du froid, oui je le connais. Qu'Est-ce donc ? Je sentis mon bras touché quelque chose avec insistance. Je pus réaliser qu'il s'appuyait contre une sorte de paroi. Les étranges couleurs et senteurs que je percevais me parvinrent toujours plus claire, puis je pus enfin mettre un mot sur tout cela : j'étais dans la forêt de givre.

Etais-je donc en vie ? Pourquoi ? Est-ce que Rumaki savait ressusciter les morts ? Etait-ce son œuvre ?  Titubant toujours en avançant, je repérai soudainement un autre visage familier. Un visage que j'aurais préféré ne pas voir, et qui me fit réagir au quart de tour.

Vous ??

Je tentai par réflexe un mouvement de recul, mais ne fit que trébucher, ne tenant pas encore solidement sur mes jambes. Assise sur le sol, je le regardai l'homme qui se tenait devant moi, pour remarquer qu'il n'avait pas la même prestance qu'avant mon absence. Il était clairement épuisé. Mes yeux s'agrandir soudainement. Se pourrait-il que....

Que s'est-il passé ?? Où est Rumaki ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Sam 1 Juil - 22:32



   
La vie après la mort


   
Renaissance



   




Une énergie colossale se dégageait du Jigoku. Et même si ce n'était pour l'heure pas lui directement qui redonnait vie à cette femme, la porte des enfers utilisaient son énergie pour faire ce miracle. Il y avait besoin d'une énorme quantité pour parvenir à un tel exploit. Mais il était un Dieu, et ceci n'était rien encore. Cette enveloppe charnelle l'empêchait de déployer sa pleine puissance. Mais il le savait, son pouvoir était sans limite.Ceci n'était qu'une infime partie de son pouvoir là, où il était sûr avoir fait revenir à la vie tout un village. D'ailleurs l'une de ses rencontres lui avait confirmé cette idée. Pourtant, il puisait tant dans son énergie à cet instant, qu'il s'assit sur un rocher, observant la porte des enfers faire son travail.

Il chancelait même sur son appui, devenant plus pâle alors. Peut être que son combat contre les généraux de Seika l'avait plus exténué qu'il ne l'avait pensé. Le sortilège prit plus de temps qu'il ne l'avait pensé. La femme était d'un certain âge et sa vie ne tenait qu'à un fil. Récupérer son âme était donc d'autant plus difficile, alors qu'une étrange énergie se battait pour la retenir dans le monde des morts. Ce royaume si énigmatique, si étrange et dangereux. Son roi, intéressait au plus au point le shinobi qui s’interrogeait sur ses véritables buts. Qu'avait-il à gagner à redonner vie aux élus? Peut être un jour devrait-il braver la mort pour en apprendre plus sur ce nouveau monde. Néanmoins en tant que dieu, il pouvait prendre des risques bien plus grand encore. Plongé dans ses pensées, le Jigoku reprit peu à peu pied dans la réalité, alors que la bouche des enfers s'ouvrit pour laisser apparaître une silhouette émerger des ténèbres.

Encore inconsciente, elle s'avança machinalement en direction de lui, pour s'effondrer à nouveau. Après tout, l'âme avait été arraché de son corps, il fallait un temps d'adaptation pour que le corps et l'esprit fusionnent à nouveau. La vieille femme du nom de Mei reprenait peu à peu ses sensations et ses esprits, alors que ses yeux se posaient surpris et totalement perdue sur tout ce qui était à sa portée. Jusqu'à ce que finalement, elle tombe sur lui, lâchant un simple mot inquiet dans sa direction. Aussitôt, elle se mit à reculer, mais son corps n'était pas encore assez vif et agile et manqua de trébucher en arrière, sous le regard neutre du Jigoku. Il ne montrait aucun signe d’agressivité ni même d'envie meurtrière comme auparavant. Son comportement avait bien changé depuis. Après tout, cette femme lui était totalement indifférente jusqu'à maintenant. Pourtant, elle prenait un rôle bien plus important. Le destin se jouait de la vie des hommes et des femmes, comme un être jouant avec une loupe sur des fourmis.

Elle le questionna rapidement, sans paraître plus inquiète pour sa vie. Mais peut être qu'après avoir franchi la porte des morts, on voyait la vie d'une autre façon. Il resta muet un temps, observant cette native, droit dans les yeux, comme si elle était un animal curieux. Il avait compris durant cette course poursuite, qu'elle était très importante aux yeux de la religieuse, mais pour quelles raisons? Que représentait-elle? Après quelques minutes, sans la lâcher du regard, je me levais de mon perchoir, pour m'approcher d'elle. Peut être allait-elle reculer ou tenter de s'éloigner, mais elle comme moi, savions qu'elle ne pourrait pas aller bien loin, si elle tentait une telle folie. Surtout qu'elle n'avait probablement pas encore la maîtrise totale de son corps. Une fois à son niveau, il se pencha légèrement, pour lui présenter sa main, l'invitant à l'aider à se relever.

-Relevez-vous. Je vous expliquerais tout. Mais nous ne devons pas traîner ici...


Dés qu'elle allait accepter sa main, il la relèverait aussitôt. Elle n'avait dans tous les cas aucune autre solution.Il était celui qui détenait les informations. L'intimant par la suite à le suivre dans la forêt, devenue plutôt calme et lugubre, il marcha encore plusieurs mètres, tout en gardant son attention sur elle. Si elle tentait quoique se soit, il interviendrait avant même qu'elle ne tente quoi que se soit. Après tout, elle était un lien avec la guérisseuse. Puis après quelques minutes, il s'exclama à son intention:

-Rassures-toi Rumaki et l'enfant vont parfaitement bien et se dirigent vers Seika, comme vous le désiriez au début de votre trahison. Je l'ai laissé parti d'un commun accord. Et grâce à elle, nous pourrons apporter la Paix, que nous avons toujours désirer, sans verser le sang de toute une guerre!

Ses paroles restaient pour l'heure évasives et mystérieuses, mais il n'arrêta pas le pas. Là ou Rumaki aurait attendue la vieille femme, Heiwa lui la poussait à une marche soutenue, mais accessible pour la femme mûre. Où se dirigeait-il ainsi d'un pas pressé?











   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Lun 3 Juil - 20:26






Des questions en abondance


Pendant la minute que prit Nagato pour m'observer, je continuai à petit renoué lien avec la vie. Après le décor et la personne, je me remémorai gentiment toutes les étapes depuis l'annonce affolée de Rumaki, depuis cet instant où n'ayant plus le choix, nous devions les deux tourner le dos à la nation qui nous abritait, sous peine d'y mourir. Depuis, tout s'était enchaîné très vite. Ma petite protégée avait changé de caractère de façon très étrange, et beaucoup de menace nous étaient tombées dessus, que ce soit de Fuyu ou d'ailleurs. On se sentait acculées, et je me sentait impuissante. Cela a duré durant le long et douloureux échange entre Rumaki et cet homme devant moi.

Qu'ont-ils pu se dire après ma pseudo-mort ? Qu'est-ce qui a suivi les cris de l'élue pacifiste ? De quoi avait bien pu menacer cet homme pour que la religieuse s'en aille ? Tant de questions qui me traversait l'esprit. Je n'avais toujours pas réalisé qu'on m'avait extirpée des bras de la mort, par un moyen totalement surnaturelle et inconnu. Cette étrange porte, serait-elle à l'origine de mon état ? Et cet homme, pourquoi une telle pâleur et une telle fatigue ? Alors qu'il me tentait la main, je ne cessai de ruminer une multitude de questions qui affichait sur mon visage une expression perdue. Quelques mèches décoraient mon visage. Je ne comprenais plus rien, et n'ayant pas trop le choix, je serrai la main qu'on m'offrait.

Dès cet instant, je fus levée plutôt avec insistance et invitée avec bien moins de tact que Rumaki à le suivre. Il m'expliqua très rapidement en chemin les réponses aux questions que j'avais formulées. Apparemment, ma chérie et son fils allait bien, j'en fus soulagée, même si venant de lui, je ne pouvais être totalement sûre qu'il me dise la vérité, mais ce qui interpella mon esprit déjà bien fonctionnel, c'était la mention de "commun accord". Je n'imaginais pas tellement un accord démocratique lorsqu'avant ma mort, Nagato était celui qui menaçait clairement Rumaki. Il avait probablement imposé l'accord.

Un commun accord ? Comment ça ? Qu'est-ce que vous avez imposé à Rumaki ? Elle ne semblait pas en position de décider quoi que ce soit...

Je me laissai quelques secondes pour reprendre mon souffle, puis poursuivis.

Et cette apeurante porte. J'en suis sortie il me semble. Qu'Est-ce c'est ?? Est-ce vous qui l'avez manipulé ? M'avez-vous prise en otage ?

J'étais toujours dans cet optique de s'opposer à lui, faisant confiance à la réaction qu'avait eu Rumaki en le voyant.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Lun 3 Juil - 23:20



   
La vie après la mort


   
Explication!



   





Le ninja continuait son chemin, tout en gardant une attention particulière à son invité.Pourtant, il ne ralentissait pas pour autant le pas, et garder une distance suffisante pour agir aussi rapidement que possible à la moindre fuite de cet insecte. Après tout le destin l'avait destiné à mourir et le Jigoku lui avait donné une seconde chance. Néanmoins, elle devait tout aussi bien mériter cette nouvelle vie. Elle devait comprendre que ce monde ne l'attendrait pas toujours, comme le faisait Rumaki. Après tout ce n'était pas que Fuyu, comme elle semblait le penser qui était rude et difficile mais le monde et la vie dans son ensemble. Il était étrange qu'une femme d'un âge aussi avancé, n'avait pas encore compris cela.

Mais après tout, même si elle était considérée comme une ancienne parmi les mortelles, elle restait un misérable humaine, loin de la compréhension du monde. Après tout certains d'entre eux mourraient aussi bête et naïf qu'un enfant. Au moins, elle gardait sa curiosité et son esprit éveillait après cette résurrection. On pouvait le voir dans son regard interrogateur, autant que douteux. Aucun doute, qu'elle ne lui faisait pas confiance et qu'elle remettait en question ses paroles, passant pour le méchant de l'histoire. Mais Heiwa, comme à son habitude, se moquait bien de ce qu'elle pensait, surtout lorsqu'elle était loin de la vérité.

Alors que leur petit duo continuait ainsi à avancer d'un pas plutôt rapide- tout était relatif au vu de la lenteur de la native-Elle se mit à le questionner, sans voiler ses incertitudes. Mais aussitôt, le shinobi s'arrêta, et sans se retourner garda le silence. Il ressentait tout proche les nombreuses vies des Seikajiin, du moins aucun doute que s'était la troupe en escorte de Rumaki. Mais il ne s'était pas arrêté pour ceci, bien au contraire, les paroles de la grand-mère avait momentanément immobiliser le dieu. Et bientôt, il s'exclama d'une voix calme, posée, comme si elle était millénaire et plein de sagesse:

-Te prendre en otage?


Son visage se tourna cette fois-ci légèrement vers son interlocutrice, son Rinnegan tourbillonnant dans ses orbites. Avant de continuer son discours:

-Je suis surpris de la naïveté et la stupidité humaine. Vous, mortels, ne regardez souvent pas plus loin que le bout de votre petit nez! Je passe à tes yeux pour le grand ennemi. Le méchant de cette histoire. Je reste intrigué qu'une femme qui a atteint l'âge de la sagesse garde une vision aussi réduite du monde. Ainsi tout est noir ou tout est blanc. Le Bien et le Mal. Voilà tout ce qui peut exister! Ainsi, je suis le noir et toi et Rumaki être le blanc. Vous êtes le bien et je suis le mal!

Cette fois-ci, il se tourna totalement, levant ses bras de part et d'autre de son corps, les tenant au niveau de ses côtes, mains levés vers le ciel. Tout en ayant repris son charisme et sa prestance divine.

-Et si je t'apprenais que dans les différents mondes, il y a bien plus de variantes. Nous pouvons même penser que le monde est plutôt gris, un nuance de gris. Finalement, sache que le Bien et le Mal ne sont que des notions inventés par l'homme. Pour ma part, je navigue au-dessus de ses termes désuets et faux. Mon seul objectif est d'apporter une Paix totale à ce monde, comme à tous les autres. Et je suis prêt à tout pour cela.Je suis prêt à me salir les mains pour parvenir à ce but. Crois-tu vraiment que ceux que tu considères comme des héros parviendront à apporter la paix, sans jamais se sacrifier ou salir leurs mains? Cette vision est si infantile....Mais si tu désires me placer dans une catégories, sache qu'il n'en existe pas dans mon cas. Je ne suis ni bien ni mal. Je suis une nuance de gris, prêt à apporter une Paix véritable à ce monde.

Il s'approcha cette fois-ce de la femme, d'u pas ample et assuré. Ne lui laissant aucune chance de s'échapper, alors que son regard impressionnant était focalisé sur elle, captant son regard pour que jamais, elle ne se détourne.Aucune magie ou aucune force n'était employée, et pourtant il était bien plus impressionnant encore de cette manière. Non d'une manière à craindre, mais d'une manière difficilement explicable. Plus Divine, dirons-nous.

Une fois à sa hauteur, il continua:

-Mais si tu désires réellement connaître les réponses à tes questions, je vais te les apporter! Ainsi, non tu n'es point une otage. Au contraire même, je t'ai donné la vie comme le souhaitait notre guérisseuse. A aucun moment, je n'ai essayé d'intenter à ta vie, seule Rumaki et son enfant m'intéressaient. Je n'avais aucune utilité à prendre ta vie, le destin est parfois cruel et s'est servit du soldat de Seika pour te prendre. Ceci n'a pas été mon choix!

Cette fois-ci, il s'éloigna à nouveau pour revenir sur ses pas, mais toujours le dos tourné, ses paroles résonnèrent dans la forêt, alors qu'il était à présent rassuré d'être à porté de ce qu'il recherchait depuis le début.

-Mais oui, tu es revenu du royaume des morts, grâce à mes pouvoirs, par mon contrôle de la porte des enfers. Comme moi, malgré son apparence, elle n'est ni maléfique ni bénéfique, elle fait simplement son rôle et agit selon les pouvoirs qu'on lui a donné à sa création. Quand à Rumaki, je ne l'ai forcé à rien! Je lui ai simplement proposé une porte de sortie pour revenir en arrière. Pour te sauver, car j'en ai le pouvoir.  De sa décision et de ta vie, le monde aura une chance de connaître la paix que nous désirons avec le moins de sang possible!


Ceci dit, il s'avança à nouveau lui intimant de le suivre, toutefois, il tourna sa tête, à nouveau dans sa direction, avant de prononcer des paroles qui lui ferait certainement plaisir:

-Suis-moi à présent, nous allons les perdre sinon! Je vais te montrer que notre chère protégée et bien vivante et son enfant indemne. Mais attention, il ne faut que personne ne te voit, sinon tu ferais courir un risque certain à la religieuse! Les soldats du feu ne comprendraient pas que tu sois encore vivante, et ils soupçonneront Rumaki. Laissons au temps faire son office.

Assuré d'avoir son allégeance éphémère, le ninja poursuivit son chemin. Certain que cette fois-ci, elle le suivrait avec plus de vigueur et de motivation. Il resta aussi toute à son attention, s'attendant à une attaque de questions de la nourrice.








   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Jeu 6 Juil - 10:53






Des paroles de sagesse


Je fus surprise de l'arrêt soudain du ninja, et manquai de lui foncer dedans. À peine ma dernière question énoncée, il avait stoppé ces pas, comme s'il avait réagi à une de mes remarques. L'avais-je énervé ? Je me contentai de fixer son dos, intriguée, et le vis bientôt se tourner vers moi. Son regard était surnaturel, tournant sur lui-même, ne me rassurant pas vraiment, mais sa voix était bien plus calme que dans mes souvenirs. Etait-il quelqu'un qui sait bien cacher ses sentiments ou n'éprouvait-il réellement aucune colère, malgré ses paroles imbibées de reproches ?

Quoiqu'il en soit, il regrettait sincèrement d'être pris pour la personne à fuir. C'était étrange, car d'un côté, j'avais l'impression que ses actions allaient dans ce sens. Avant qu'il ne lève ses bras, je me permis de glisser.

C'est que... je connais Rumaki depuis plus de 2 ans maintenant, et je sais que son âme est pur. Alors quand je la vois terrifiée devant vous, je ne peux m'empêcher d'éprouver de la réticence... J'ai beau avoir l'âge de la sagesse comme vous dites, j'en reste une native de Kosaten, faible et probablement ignorant bien des choses. De ce fait, il est normal que j'essaye de me protéger avec les moyens que j'ai à ma disposition... entre autres la méfiance et l'intuition...

Le ninja s'exprima à nouveau, mettant l'accent sur la vision étriquée qu'avaient les habitants de Kosaten, se plaçant lui-même entre le bien et le mal. Il manifesta de façon claire et net son envie d'apporter la paix ici-bas, dusse-t-il commettre l'irréparable pour cela. Au premier abord, cela sonna d'une façon étrange à mes oreilles, mais en y réfléchissant un peu, cela pouvait se justifier, même si je n'approuvais pas cette méthode. Dès ces mots, je compris un peu mieux le malaise que ressentait l'élue de Long devant lui. Il voulais la même chose qu'elle, mais empruntait une voie qui contrastait tellement avec les méthode de la jeune fille qu'elle devait ressentir beaucoup de doute quand elle conversait avec lui...

Je n'ai pas en tête de héros que je considère ainsi. Je respecte ou admire certaines personnes car elles ont démontré un courage qui m'a convaincue, mais en quatre-vingt and d'existence dans les terres hostiles de Fuyu, je n'ai jamais croisé quelqu'un qui méritait selon moi de ce titre.


Je ne pus m'empêcher de me crisper en le voyant s'approcher si près de moi. Il avait beau prétendre vouloir la Paix et n'avoir aucune intention malhonnête, il avait une prestance plus oppressante. Je ne désirais pas vraiment fuir, je n'avais pour l'instant aucune raison, mais il fallait avouer que cette si petite distance était difficile à supporter. Néanmoins, j'entendis les réponses à mes questions. Il confirma être celui qui m'avait redonné la vie, et cela me fit un drôle d'effet.

J'étais une miraculée qui avait bénéficié d'une deuxième vie. Un être qui avait défié la loi des mortels en revenant parmi les vivants. C'était surréaliste, et pourtant, cet homme devant moi avait le pouvoir de surpasser le domaine du naturel. Il l'avait d'ailleurs fait sur demande de Rumaki. Je n'en revenais pas. Je restai muette un certain moment, ne sachant vraiment quoi répondre à ce qui venait d'arriver. Ce n'était pas grave, car l'homme aux yeux étranges continua encore, l'intimant à le suivre, sans se faire repérer, pour ne pas porter préjudice à cet apparent accord qu'il avait passé avec Rumaki, semblant continuer le désir de paix du duo. J'hochai la tête.

En chemin, je ne pus m'empêcher de lui poser une nouvelle question, mais cette fois-ci non-plus sur une voix de reproche, mais neutre. J'avais cru comprendre que sa part du marché était de me redonner vie, mais qu'en était-il de Rumaki ? Que devait-elle faire en contre-partie d'une si grande récompense ?

Et... et Rumaki... que doit-elle faire maintenant en échange de ma vie ?  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Jeu 13 Juil - 0:48



   
La vie après la mort


   
Une vision, une promesse!



   




Poursuivant sa route, plus lentement que précédemment, il écoutait attentivement tout ce qui se passait autour de lui. Même la vieille femme qui l'accompagnait. Elle avait dû remarquer le ralentissement opérer par le ninja, mais le faisait-il pour elle ou parce qu'ils approchaient de la source de son attention. Personne n’aurait su le dire hormis lui. Quand au shinobi, il réfléchissait, aux paroles précédentes de son interlocutrice. Elle restait méfiante, ce qui en soi était une bonne chose, puisque dans ce monde, le mal pouvait venir de n'importe où. Il ne fallait pas être pris par surprise. Néanmoins, elle s'appuyait aussi sur son intuition, qui finalement était totalement faussé par ses émotions et sa foi en une élue. Elle était assez naïf pour croire aveuglément, celle qu'elle aimait. Alors même que celle-ci pouvait avoir totalement tord. Mais pourquoi allait-il la critiquer. Elle le disait elle-même, elle était faible et un tel comportement était simplement l’a-panache des faible. Au moins sur ce point, elle savait ce qu'il en était!

Tout comme, elle ne semblait pas totalement aveuglé quand à l'histoire présumée de héros. Elle mentionnait même qu'elle n'en connaissait aucun et qu'aucun ne méritait ce titre. Considérait-elle donc que Seika et Minshu n'en possédait pas tout autant et avait leur part d'erreur dans toute cette bataille? Cette interrogation planait dans l'esprit de l'Uzumaki. Après tout que pensait-elle réellement de cette guerre?

Le chemin se poursuivit silencieusement, à la plus grande surprise. Mais rapidement, la native se brûla la langue et posa à nouveau sa fatidique question. Quelle était le rôle et la mission de Rumaki en échange de la vie de l'ancienne? Allait-il répondre ou se contentait d'avancer sans rien dire, décrétant qu'elle n'avait pas le mérite de savoir ce que les grands de ce monde manigançait. Il tourna légèrement son regard vers elle sans un bruit, l'observant d'une manière étrange et inqualifiable. Avant de revenir en avant. Sans un mot, il fit mine de s'arrêter, s'accroupissant avant d'avancer en rampant, invitant sa nouvelle protégée à le rejoindre à son niveau. Ironique que de voir un insecte se posait au côté d'un dieu comme son égal. Une fois côte à côte, Heiwa s'exclama de sa voix sans émotion:

-Sache que ta vie t'appartient à présent! Même s'il est encore trop tôt pour que tu rejoignes ton amie, et jusqu'à ce que ce moment arrive, je te protégerais, tu n'auras donc rien à craindre. Quand au rôle de Rumaki est simple, je te l'ai déjà dis, elle doit m'aider à apporter la Paix à ce monde, avec le moins de sang possible.Elle sera mes yeux et mes oreilles à l'intérieur même de la capitale du Dieu-phœnix. Mon ennemi n'est pas le royaume dans son ensemble, comme aucun autre royaume. Mes ennemis sont les gouvernements des trois grandes nations qui s'opposent à la véritable Paix et cautionnent cette course à l'armement.


Pourquoi lui avait-il expliqué ses projets? N'importe qui pourrait penser qu'il était devenu fou et inconscient. Mais bien au contraire, il espérait convaincre, indirectement, Mei d'aider la religieuse lorsqu'elle reviendrait auprès d'elle. Après tout, elles étaient liées et la vieille femme n’hésiterait pas à aider la jeune mère. Elle ferait un rôle tout aussi parfait à ce poste. Qui pourrait se méfier d'une femme plus proche de la mort que de la vie.S'avançant, un peu plus du rebord d'une falaise, il regarda intensément son invité avant d'ajouter:

-Rappelle toi ta promesse, personne ne doit te voir. Mais il faut que tu vois que même la nation rouge se prépare activement à la guerre. Vois comment cette puissance militaire est déjà prête au combat. Et vois que je ne fais que tenir ma parole. Notre petite protégée est juste en-dessous de nous!

L'aidant à se relever, ils dominèrent tous deux, un contingent lourdement armé de soldats Seikajiin qui escortèrent la traîtresse. Cette même jeune femme qui semblait avancer épuisée et absente. Regardant la scène sous ses yeux, le ninja garda néanmoins un œil sur Mei, curieux de voir sa réaction est prêt à agir, si elle ne respectait leur marché. Allait-elle se rendre compte que la moindre erreur, pouvait coûter la vie de la guérisseuse?  








   

   




Dernière édition par Heiwa Jigoku le Dim 16 Juil - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Ven 14 Juil - 21:17






Qui es-tu réellement ?


Fidèle à sa façon d'être depuis notre récente rencontre, le ninja devant moi ne répondit pas tout de suite. Il se contenta dans un premier temps de me regarder de son œil assuré et inexpressif. J'avais beaucoup de mal à décoder ses pensées, ne serait-ce qu'une infime partie, et c'est ce qui me rendait anxieuse. Que voulait réellement cet homme. Il n'émanait pas de lui une immense cruauté, et pourtant, on ne se sentait pas à l'aise à ses côtés. Il était mystérieux, incarnant par moment quelqu'un de réfléchi qui était incompris dans sa lutte pour la paix, et d'autres fois, un être fou qui pensait que le monde entier devait être détruit. Comment devais-je me positionner face à cet être aux multiples facettes ?

Il finit par ralentir, et je m'attendis à un nouveau discours assuré et teinté de reproche pour ma réflexion, maus au lieu de cela, il se mit à ramper. Je devais avouer me sentir un peu perplexe. Que cherchait-il à faire ? De qui voulait-il se cacher ? Un moment hésitante, je me résolus finalement à le suivre. Vu que je ne maîtrisais pas grand chose que je ne connaissais rien de ses réactions si je ne m'étais pas couchée, il valait mieux pour moi de le suivre docilement avant d'en savoir un peu plus.

Une fois près de lui, je l'entendis enfin s'exprimer. Ses premiers mots me laissèrent bien songeuse. Ma vie m'appartenait ? Que voulait-il dire par là ? la suite me surpris encore plus. L'être qu'encore il y a peu je prenais pour un fou à fuir parlait de me protéger avant que je rejoigne Rumaki. Etait-ce inclus dans le marché qu'ils avaient conclu ? Pourquoi attendre avant de montrer à la religieuse qu'il avait rempli sa part du marché ?  Me protégeait-il par obligation ou pas ? Cependant, ce qui était sûr, c'était que cet homme savait ce qu'il voulait, et qu'il n'était pas du genre à agir seul en égoïste. Si tel avait été le cas, il n'aurait probablement pas passé ce pacte avec rumaki.

Et quel pacte... espionner chez les élus du Phénix... jouer un double jeu... Est-ce qu'elle en était capable ? N'allait-ce pas encore empirer sa situation ? Je voulais tellement lui parler de tout cela, savoir comment elle se sentait... mais je ne pus pas. Le ninja le rappela. Je ne devais pas me faire repérer, je ne pouvais pas la rejoindre maintenant. Je me mis petit à petit debout et la vie enfin. Elle était bien là, vivante et en bonne santé. Elle regardait certes le sol, mais elle et son bébé semblait en être sorti indem. Les gardes qui l'entouraient étaient bien craintifs, comme s'ils redoutaient une nouvelle attaque. Je les comprenais très bien. Vu les événements de la forêt de givre, ils devaient être méfiants. Le responsable de ma deuxième vie décrivit cette scène comme une démonstration de l'allure guerrière de Seika, mais je ne vis pas les choses de la même façon. Je ne dis rien pour ne pas réduire ce moment délicat où je pouvais encore voir ma petite protégée. Quelle frustration de ne pas pouvoir aller la prendre dans ses bras. La consoler, et avancer à nouveau à ses côtés... à 3... comme elle le désirait tant...

Soudainement, elle tourna la tête, et me vit. Elle prononça même mon nom et instinctivement, je reculai de quelques pas pour disparaître de sa vue. Mon cœur se serra. Je sentais dans sa voix que je lui manquais, mais je ne pouvais pas trahir son engagement. Je finis par m'asseoir, et une ou deux larmes s'échappèrent. Je restai un instant silencieuse, une boule dans la gorge se formant. Puis je soupirai pour me calmer et déclarai.

Je ne vois pas une envie de se battre dans leur façon d'être. Je vois plus une peur de perdre la vie. Depuis que Karui a lancé les hostilités, tout le monde craint pour ses jours, j'en fais partie, et Rumaki probablement aussi.

Je me pris la tête, attristée par les événements.

Tout ça parce-que Sul Hei ne sait pas s'arrêter et que personne ne veut lui céder du terrain... Jusqu'où nous mènera cette deuxième volée d'élus...


Je levai la tête vers  le ninja.

Les soldats de Seika ne savent rien du marché que vous avez passé avec Rumaki n'est-ce pas ? Est-ce que ça veut dire que je ne la reverrai jamais ?


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Dim 16 Juil - 15:01



   
La vie après la mort


   
Prisonnier d'un monde inconnu!



   




Le ninja toujours aussi attentif envers la vieille femme, regardait de temps en temps la troupe en contre-bas. De fragiles insectes, qu'il pouvait anéantir d'un simple petit doigt. Même les trois officiers qui lui avait fait front n'aurait pu résister. Le canyon était vaste, et l'idée de faire effondré la roche alentours sur eux pour les enterrer vivant se fit dans son esprit. Fort heureusement, leur vie était garantie par la simple présence de la Religieuse. Indirectement, elle leur sauvait la vie. Quelle cruelle ironie, celle qui pour l'heure amenait leur salut, causerait bientôt leur perte.

Cette contemplation fut néanmoins de courte durée, alors que la jeune mère se tourna vers elle. Son propre visage se tourna légèrement vers Mei, curieux de sa réaction. Mais elle réagissait comme, il le fallait et s'était éloigné aussitôt. Non sans peine ou souffrance. Mais elle y était parvenu pour le bien de tous! Encore de la souffrance dû a de fort sentiment incontrôlable. Mais bientôt, il détruirait totalement le cycle des émotions pour finalement apporter une paix parfaite. S'éloignant à son tour, il resta debout au-dessus de son invité, attendant qu'elle se remettre de cette entrevue. Ainsi il avait tenue parole et les deux femmes avaient pu voir que le Jigoku tenait ses promesses. A présent, elles devraient tenir les leurs toutes les deux.

Mais déjà, elle s'exclama à nouveau vers lui. L'envahissant de questions, alors qu'il resta de marbre. Sans un mots, il s'avança à nouveau vers le rebord de la falaise, assuré que l'ennemi était assez loin pour ne plus l'apercevoir, alors que lui pouvait voir leur masse grouillante s'éloigner au loin telle une mare noire.

-Ses hommes comme tu dis ont peur de perdre leur vie, car ils se savent inférieurs à moi. Mais détrompes-toi, lors des guerres et de la bataille, quand ils se sentiront supérieur, ils n'auront aucune pitié, même pour les civils. Ils sont gagnés, eux aussi, par la haine et la colère et elle s'abattra sur le peuple de Fuyu. Tu l'as bien vu, ils se moquaient éperdument de vous deux. Pourquoi désirent-ils tant vous récupérer pour avoir des informations sur leur ennemi de toujours! Ils étaient prêt à combattre n'importe quels soldats et tuer pour vous avoir. Ils ont juste eu la malchance de tomber sur moi. L'un des quatre empereur de Fuyu.

Son regard continuait de se perdre au loin, mais cette fois-ci se tourna vers la direction, supposée, de Minshu.

-Sul Hei tombera aussi! Mais crois-tu vraiment que seul le dictateur est fautif? Les dieux, eux même, sont les responsables. Ils obligent les élus à combattre pour espérer retourner dans leur monde. Même si un des trois royaumes est vaincu, il faudra que les deux survivants se déchirent pour permettre aux élus de retourner chez eux. Sache qu'un grand nombre a laissé derrière eux un monde en guerre, une famille, des amis et plus encore. Kosaten emprisonne les élus et les oblige à se battre! En cela, n'êtes vous donc pas tous fautif?


Il se tourna à nouveau vers la vieille femme, son visage froid et ses yeux empli d'une sagesse indescriptible.

-Chacun se bat pour sa Justice. Les gouvernements des trois royaumes essaient de renverser son voisin pour ses propre idéaux. Tout comme les Dieux essayent d'avoir le dessus sur les autres. Et les natifs se cachent derrière les élus que leur monde a emprisonné pour se battre pour une cause qu'ils ne connaissent même pas.Chacun de vous est en faute! Mais je désire apporter la Paix, et elle commencera par le renversement de la politique de chaque pays. Par la capture ou l'anéantissement des trois Dieux.

Le soleil amorçait sa descente à l'horizon dans un magnifique ciel orangé, alors que le shinobi s'approcha de la native, son regard fixé sur le sien, alors qu'il poussa un petit soupir, comme si le poids du monde était sur ses épaules.

-Les officiers ne savent en effet rien de mon marché avec la guérisseuse. Seule les deux officiers restant pourraient soupçonner quelque chose, si vous revenez aussi vite et dans un aussi bon état. Ils vous ont laissé pour morte et ça les arrange probablement. Vous étiez un poids pour eux et une personne qui aurait pu les empêcher de manipuler notre protégée. Sans vous, ils n'ont plus aucun obstacle!

Il la dépassa finalement pour revenir sur ses pas et en direction même du cœur de la forêt de givre, avant de s'exprimer à nouveau, libérant le poids qui pesait sur la vieille dame. Elle accueillerait ses paroles comme une délivrance. Il obtiendrait peut être même une partie de sa fidélité.

-Mais rassures toi, je vous unirais à nouveau. Il faudra juste être un peu plus patiente. Elle ne pourra réussir sa propre mission sans toi, elle aura besoin de toi... Et je ne doutes pas que tu l'aideras. Si comme elle, tu désires que la Paix règne sur Kosaten.

Il commença sa marche, obligeant en un sens la vieille dame à le suivre, maintenant que les troupes de Seika avait totalement disparut. Il lui avait laissé le temps qui lui fallait pour faire une partie de ce deuil. A présent, il devait la protéger autant de temps qu'il le fallait. Une fois réunie, il se moquait bien de si elle survivait ou non, sauf si elle lui devenait indispensable, autant que Rumaki. Elle aurait peut être d'autres questions, auquel, il aurait tout le temps de lui répondre durant leur retour.








   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Lun 17 Juil - 22:51






Qui a tort ?


Nagato persistait dans son idée que les soldats qui entouraient la douce élue n'étaient que truands une fois contre des soldats de leur niveau à Fuyu. Il argumenta que tout ce qu'ils voulaient, c'était voir périr ma nation d'origine, dussent-ils s'en prendre aux civils. Je n'avais pas assisté à la scène d'aveux du soldat devant la porte des enfers, et de ce fait, je ne pouvais pas être aussi catégorique que lui. De plus, il y avait toujours ce souvenir qui me trottait dans la tête depuis ma résurrection. Oui, petit à petit, tout se reconstruisait dans mon esprit. Malgré l'agonie qui a précédé ma mort, je l'avais entendu. Je me souvenais de la voix qui s'excusait. Je me rappelais de ces mots sincères qui cherchaient pardon auprès de Rumaki. Ils n'avaient pu être prononcé que par le porteur de la lame, que par le soldat qui m'avait tuée. Certains auraient pu croire à une mise en scène, mais je ne pensais pas pareil. Je balançai la tête lentement de droite à gauche.

Tous les soldats ne sont pas tels que vous dites. À travers la douleur qui a précédé mon décès, j'ai très nettement saisi les excuses du garde. Elles me paraissent tout à fait sincères. Je pense qu'une partie des officiers de Seika comme de Fuyu ont su préserver leur humanité. Ils ne s'en prendront pas aux civils. Par contre, il est fort probable que d'autres soient plus radicales, il est vrai.

Je me levai lentement alors que mon interlocuteur continuait de scruter l'horizon comme pour le surveiller. Sa voix continuait de me parvenir, cherchant des fautifs. Qui d'entre nous l'était réellement ? Les civils qui cherchaient protection ? Les dirigeants qui ne purent préserver la paix en Kosaten ? Les dieux qui forcent les élus à prendre position et à se battre ? De plus, il semblait que le seul moyen pour que les élus rejoignent à nouveau leur monde était de gagner la guerre. Mais étrangement, on ne m'avait jamais compté un tel exploit. Je ne savais pas comment la première volée d'élus s'était dissipée. Avait-il raison ?

Vous savez, nous les civils avons une place bien difficile à supporter aussi. Nous n'avons pas demandé cette guerre, et nous ne contrôlons rien. Nous ne sommes que passifs et impuissants face à ce qui se passe. Qui a déclenché tout ceci ? Je n'en sais rien, c'est venu petit à petit.... Vous les élus, vous avez une plus grande chance d'imposer votre avis, car vous avez des aptitudes que nous n'avons pas. Je sais que vous avez été arrachés à votre monde, et je suis désolée pour vous et Rumaki si vous avez perdus une partie de votre vie. J'espère seulement que bloqués ici, vous mettrez un terme à ce conflit pour lequel vous avez été appelés. Pour nous, vous avez dans vos rangs la solution à nos problèmes... c'est ainsi que la plupart des civils vous voient, et c'est pourquoi ils vous respectent. Ne les blâmez pas s'il vous plaît.

Je redoutai un peu sa réaction après lui avoir indirectement donné un ordre. Je ne voulais rien lui imposer, je n'en avais juste pas le loisir, mais peut-être que ma dernière phrase allait être mal comprise. Pour cela, je le fixai un instant, avant de le voir se retourner et m'offrir un regard à nouveau énigmatique. Je restai silencieuse, attendant un peu de voir ce qui allait se passer. Il parla alors d'anéantir les dieux eux-même. Je ne pus réfréner une expression de surprise.

Anéantir les dieux ? Vous êtes sûrs ? Que..je... comment comptez-vous battre des êtres aussi mystérieux ? En étiez-vous un dans votre monde avant de venir ici ?

Il revint sur le sujet qui vous intéressait tous les deux. Comme je l'avais deviné, les soldats n'étaient pas complices du marché entre lui et Rumaki, et le fait de se cacher de leur vision prenait alors tout son sens. J'allais devoir patienter des jours et des jours avant de revoir ma chérie... ça allait être long, elle me manquait déjà, mais je n'avais pas le choix. Si je voulais la préserver de problème supplémentaire, j'allais devoir prendre sur moi et tenir. Un soupir sortit de mes poumons à cette constatation, au même moment où le ninja avança, me dépassa et reprit sa route. Lui emboîtant le pas, je continuai de l'écouter. Il pointa le fait qu'il ne doutait pas de ma dévotion à la religieuse, ce qui était totalement vraie. Il fallait dire que notre relation était flagrante. Rumaki ne serait jamais allé aussi loin pour me sauver, et je n'aurais pas pris autant de risque à l'encontre de Fuyu si notre lien n'était pas si fort.

Par contre, si notre lien était évident, celui qui unissait la religieuse à Nagato l'était beaucoup moins. Rumaki le craignait mais le respectait, mais qu'en était-il de lui ? Ses sentiments étaient difficile à percer, et je devais avouer que la question commençait à s'imposer dans mon esprit. Allait-il mal le prendre ? Je n'avais pas l'impression. Avec un peu d'anxiété, je finis par me lancer.

Dites-moi... que pensez-vous de Rumaki... vous la voyez comme une aide à la Paix que vous aspirez, je ne crois pas me tromper là-dessus. Mais au delà de cela, en tant que personne... vous qui l'avez vu quelques fois, qui connaissez quelques une de ses réactions... que ressentez-vous en pensant à elle ?


Mon cœur accéléra.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Mar 18 Juil - 23:53



   
La vie après la mort


   
Quand la raison affronte la foi!



   




La marche fut bien moins rapide, bien mois pressé. Au contraire, elle était lente, comme si le Dieu de la Paix, ou du moins son enveloppe mortel avait le contre-coup de cette journée forte en adrénaline et en combat. Pour la première fois, même son visage exprimait un certain épuisement. Ce n'était pas le moment de se faire surprendre par un ennemi qui aurait profité de cette situation. Un signe dans les ténèbres avoisinantes et il envoya ses marcheurs d'ombre en reconnaissance sur des lieux alentours, alors que Fear volait haut dans les airs, se fiant à son flair de prédateur pour prévenir d'une quelconque approche.

Le shinobi avait peut être un peu trop utiliser sa puissance. Après tout, il ne devait pas oublier que même si son essence était divine, elle restait enfermée dans une enveloppe mortelle et donc amoindrissait sa grande puissance. Il possédait un verrou et son pouvoir illimité était obligatoirement réduit. Il gardait pourtant ce même charisme et irradiait de ce même pouvoir qui avait tenu tête à trois officier de Seika. Il avançait ainsi gardant le silence, avant qu'il soit rompu par la vieille femme. Il l'avait presque oublié celle-là, alors qu'il était épuisé et perdu dans ses pensées. Néanmoins, il l'écouta attentivement tout ce qu'elle avait à dire. Ne prenant à aucun moment la parole, comme à son habitude, il préférait écouter avant de rétorquer. Réfléchir aux éléments qu'on lui donnaient avant de donner sa propre vision des choses.Détenir tous les tenants et les aboutissants, pour ne commettre aucune erreur.

Et cette femme était similaire à Rumaki. Il comprenait même mieux pourquoi les deux femmes s'était rapproché. Elles possédaient cette même naïveté, cette même innocence, qui ne cessait de surprendre le Jigoku. Comment pouvait-elle croire encore en cette humanité corrompue, alors que même elle décelait un mal profond. Pourtant, j'avançais toujours, sans même un regard pour elle, mais aucun doute que je l'écoutais et que j'étais concentré sur tout ce qu'elle me disait. Elle ne pouvait avoir aucun doute dessus. Surtout, que son aura s'intensifia légèrement. Comme une vague naissante sur une mer, jusqu'à présent calme. Les paroles de l'ancêtre était parvenu à atteindre une certaine émotion négative dans le cœur de Heiwa: de la colère.

Ainsi, elle était suffisamment inconsciente et folle pour prendre que tous les élus étaient de parfait innocent dans cette histoire. Non une grande majorité croyait en leur dieu, soutenait leur gouvernement et en ce sens adhérer à ce fléau qui s’abattait sur les élus. Trop faible pour s'occuper de leurs propres histoires ou guerres, ils devaient tous se tourner vers les héros d'univers et de mondes différents. Ses paroles allaient trop loin et malgré son intense fatigue qui progressait de minutes en minutes, il rompit son silence pour lui répondre. S'en était trop!

-Penses-tu réellement qu'il y a suffisamment de soldats dans chaque nation qui aient gardé cette humanité?Non, ils suivront simplement les ordres pour sauver leur propre vie! Où ils ne pourront pas lutter contre la majorité qui s'opposera à eux, ils ne pourront jamais empêcher les massacres.

Quand aux civils, une place difficile? Des hommes et des femmes qui se cachent derrières des héros forcés à se battre pour une cause qui n'est pas la leur. Un peuple qui cautionne les actes de leur gouvernement ou idolâtre leurs Dieux et leur suprématie.Oui vous êtes faible et impuissant et c'est en grande partie votre faute si tout ceci arrive. Pourquoi devrions-nous nous battre pour vous? Pourquoi les élus ne devraient pas faire front commun contre les trois nations. Nous pouvons être votre salut, comme votre chute. Si vos citoyens s'étaient retournés contre leur monarque, nous n'en serions pas là en effet! C'est votre ignorance, votre stupidité, votre faiblesse qui vous ont mené à une telle corruption. Vous êtes les acteurs de votre propre déchéance! Après tout cela, de quel droit l'une des nations devraient subsister?


Son aura était écrasante, et même s'il ne faisait aucune action envers elle, son simple regard cette fois-ci tourné vers elle, suffit à rendre la scène intense et oppressante. Toutefois, elle cessa en un instant, alors qu'il reprit sa marche, aussi froid et impassible qu'à son habitude. Pouvait-il réellement leur trouver des excuses? Dans le fond pas vraiment, mais avec son désir d'apporter la Paix, il savait qu'il pouvait y avoir encore un espoir. Par la suite, il ne revint même pas sur sa question de divinité. Il ne voyait là aucun intérêt de se dévoiler sur le sujet. Le simple fait de l'avoir ressuscité prouver de son immense pouvoir égalant les dieux.Le silence reprit alors. L'Uzumaki pensait qu'elle ne ferait plus d'écart, jusqu'à ce qu'il la mette à l'abris. Mais s'était sans compté la curiosité et l'inconscience de la vieille femme.

Malgré toute attente, Mei parvint à atteindre le porteur du Rinnegan plus qu'elle n'aurait pu jamais l'imaginer. Car à peine avait-elle fini sa phrase que le guerrier silencieux s'arrêta net, dans une parfaite maîtrise de son corps. Il était inerte, totalement absent.Quel était cette question impromptue? Jamais on ne lui avait demandé une telle chose, et jamais il ne s'était posé une telle question. Alors bien évidement, jamais, il n'avait réfléchi à cela. Qu'était réellement Rumaki pour lui? La guérisseuse représentait-elle quelque chose pour la divinité ou son enveloppe mortel?Après tout, il ne l'avait considéré que comme un pion utile. Mais l'était-elle vraiment?Après tout, mis à part ses pouvoirs de guérison et son enfant, elle était faible, inapte au combat et fragile. Par le passé s'était-il entouré d'être aussi impuissant? En outre, il avait tout fait jusqu'à présent pour la rendre plus forte psychologiquement, pour affronter ce monde. La voyait-il différemment? Un son s'échappa de sa bouche évasif:

-Ce que je ressens?


Il se mélangeait dans un étrange tourbillon incompréhensible, qu'il ne pouvait lui même pas définir.  Son meurtrier l'avait-il vaincu de la sorte? En le déstabilisant? Il vagabonda dans les méandres de son esprit, plus profondément encore. Des mots franchirent le seuil de ses lèvres:

-Innocence, paix, victime...Téméraire...Une protégée?


Une liste de mots de plus en plus inaudible continua ainsi. Mais bientôt, il revint à lui. Se tournant instantanément vers son interlocutrice. Il devait se reprendre. Il était un Dieu, bien loin de ce genre de questionnement.

-Qui est-elle pour moi? Une alliée utile mais récalcitrante. La mère d'un enfant promit à de grandes choses, la clé de Kosaten et des élus.Néanmoins faible et impuissante, prêt à se sacrifier inutilement pour des vies qui ne ferait jamais autant pour elle. Prêt à sacrifier son entourage, inconsciemment, pour sauver d'autres vies. Nous avons simplement des projets et des buts communs.


Étrangement ses paroles sonnaient comme une description d'un pion dont se servait Heiwa, mais le ton qu'il employait était tout autre. Comme s'il désirait cacher ses émotions. Et probablement était-ce cela? Il se cachait à lui même une certaine vérité. Mais comme pour se persuadé lui même, et supprimer ce qui pouvait apparaître comme un point faible, il exprima une dernière phrase, dont les mots étaient d'une rare dureté, mais semblait totalement faux. Toutefois,il ne permettait pas de le contre-dire ou d'essayer de lui faire entendre raison, qu'il y avait peut être plus qu'il ne voulait le faire croire:

-Elle n'est rien pour moi...Et je ne suis rien pour elle. Nous agissons simplement au nom de la Paix!

Mais aurait-il pu aller aussi loin pour n'importe qui, s'il n'y avait pas plus qu'une relation " professionnelle" entre les deux.  Aurait-il prit autant de risques et mis sa vie en jeu pour elle, sans une autre raison. Quelque peu perturbé, et essayant de ne pas le montrer, il reprit la marche, obligeant la vieille femme de le suivre, malgré le fait qu'il atteignait ses limites...








   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Sam 22 Juil - 18:50






Le pouvoir d'une civil


Depuis que j'étais à Fuyu, c'est à dire un peu moins de 80 ans, j'ai toujours ressenti cette animosité dans l'air. Même avant que Sul Hei ne prenne le pouvoir et n'envenime en partie les choses, il y avait une rivalité encore cachée par une paix en surface. Elle sommeillait, et chacun s'en portait bien. Il suffit alors qu'elle se renforce et que les dieux commence à invoquer à nouveau des élus pour que tout sombre. Avant même que le peuple en ait marre, les éléments sont devenus incontrôlable pour nous civils. Tout ce que nous voulions, c'était pouvoir vivre tranquille dans nos villes et nos villages, travailler le matin, parler avec les personnes de notre quartier, revenir le soir avec la récolte de la journée, s'en servir pour se faire un bon repas au coin du feu, se reposer, et recommencer le lendemain. Se soucier que de sa vie et du bonheur autour de soi. Nous n'en demandions pas plus. Comment ce ninja pouvait-il nous accuser de cette guerre et de nous reprocher de nous cacher derrière eux ?

Je comprenais tout à fait sa situation de prisonnier d'un combat qui ne lui était pas lié. Rumaki me l'avait souvent fait remarquer et en ce sens les deux n'étaient pas différents. Les deux n'avaient pas envie de se battre pour un monde qui n'était pas le leur, cependant eux au moins le pouvaient. Nous, pauvre civils, nous craignions le dirigeant comme la peste. Nous connaissions sa cruauté, et personne ne voulait tomber à sa merci. Nous n'avions aucun moyen de défense, même pas la liberté d'expression. En tout cas à Fuyu. Le ninja disait que notre faiblesse était la cause de tout cela, et que si nous avions pris notre courage à deux mains pour nous retourner contre les dirigeants de ce monde, la situation aurait été différente. Mais le pouvions-nous simplement ? J'étais déjà allé très loin contre Fuyu en suivant Rumaki, mais en réalité, je n'aurais jamais eu le courage de faire tout cela si je ne la savait pas à mes côtés.

J'avais envie de lui dire tout cela. Mes pensées brûlaient mes lèvres. Ma réponse était clair dans ma tête. Pourtant, je ne pus répliquer quoique ce soit, L'aura oppressante, le regard empli de colère et la prestance naturel que cet être m'offrait me cloua sur place. Je ne pouvais qu'entendre mon cœur accélérer de plus belle, et attendre peureuse que cette menaçante atmosphère retombe enfin... Avalant difficilement, je me remis en marche, doucement, me demandant toujours si je devais insister ou non... Mais l'individu me fit indirectement gagner du temps en répondant à l'autre question importante que je lui avais poser: ce qu'il pensait réellement de rumaki. Cela m'intéressait grandement, et sa réponse me parut jouer sur deux tableau.

Premièrement, il évoqua quelques adjectifs se rapportant probablement à la religieuse. Parmi eux, victime et téméraire. Je n'aurais pas pensé entendre ses mots de la part du ninja, mais ils sortirent bel et bien, et cela me fit un drôle d'effet. La considérait-il réellement comme quelqu'un de téméraire alors qu'elle se présentait craintive à ses yeux ? Est-ce du au fait qu'elle trahisse sa nation ? De plus, la suite de ses propos présentait une élue avec du potentiel mais qui ne s'en servait pas. Avais-je là la description d'une haute estime ou juste d'un élément intéressant pour ses projets ? Je ne sus le dire, et deuxièmement, il déclara simplement qu'elle n'était rien pour lui. Une étrange contradiction à mes oreilles, que je voulais soulever mais que je me retins de faire un instant, ne sachant pas vraiment si mettre le doigt sur une erreur de sa part était une bonne chose. Très honnêtement, si Rumaki ne souhaitait pas me voir vivre, je l'aurais déjà fait depuis longtemps. Je n'avais rien à perdre, et si je devais mourir une deuxième fois, je n'allais pas m'opposer. Seulement je ne pouvais pas trahir son amour pour moi, et c'est ce qui me fit hésiter.

Puis, j'en vins à me dire qui finalement, il devait me garder en vie, pour honorer son marché, sans quoi rumaki n'allait probablement rien faire. C'était risqué de penser ainsi, mais petit à petit, je me dis que tester une dernière fois les limites étaient encore faisable. Ce ninja allait bien assez vite me signifier que j'avais dépassé les bornes. Je n'aurai alors qu'à reculer et me dire de ne pas allé plus loin. Le tout était d'y aller progressivement.

Je me suis déjà opposer à mon monarque pour aider Rumaki vous savez. Si elle n'a pas participé à la guerre, c'est en partie parce-que je lui ai dis d'agir selon son cœur. Et puis finalement j'ai hébergé une traitresse qui a aidé des élus de Minshu à plusieurs reprise. Même son bébé est un ennemi de Sul Hei et pourtant, chaque jour, je le cachais au monde et l'élevais avec elle. Encore aujourd'hui, j'ai préféré tourner le dos à Fuyu, ma terre natale plutôt que de rester cloitrée, la peur au ventre, dans une nation qui ne récoltait pas ma sympathie. En tant que civil, c'est tout ce que je peux faire, et je ne regrette rien. Je risque d'être recherchée, mais je m'en moque. Comme j'ai dit à Rumaki, j'ai agi selon mon cœur...

Je fis une pause, pour amener la discussion sur l'autre sujet du jour.

Je ne voudrais pas remettre en cause vos propos, mais vous avez utilisé beaucoup de termes et d'adjectifs pour Rumaki, certains valorisant d'autres moins. Je vous rejoins sur plusieurs d'entre eux, même si je suis un peu mal placé pour juger, mais toute cette définition que vous donnez, ne signifie-t-elle pas que Rumaki n'est pas que "rien" pour vous ?


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Mer 26 Juil - 23:42



   
La vie après la mort


   
Leçon de vie: tenir sa langue!



   




Plus on y pensait, plus on pouvait comprendre que les trois nations faisaient une véritable course à l'armement. Jusqu'à ce qu'ils atteignent un point de non-retour. Et les citoyens de ce monde, de par leur passivité, acceptaient ceci. Jamais, ils n'avaient élevé la voix, jamais ils ne s'étaient retournés contre leur gouvernement. Et pourtant, si on y réfléchissait bien, ils pouvaient avoir la force de renverser le pouvoir en place. Aucun dictateur ou empereur ne pouvait se maintenir à son poste, s'il n'avait plus personne à diriger. Même les civils de Fuyu auraient pu reprendre leur liberté, s'ils avaient désiré réellement. Car même le dictateur avait besoin de la masse humaine pour asseoir son pouvoir. Si ces derniers avaient fui le pays, ou avaient fait front commun, le démon de Fuyu aurait juste fui. Mais la vérité était que Sul hei était soutenu par son peuple, malgré la rudesse de leur vie et du climat de leur Pays.

La vieille femme était butée et ne verrait certainement pas plus loin que le bout de son nez. Mais fort heureusement, elle ne revint pas sur ce sujet, et le suivit bien docilement. Au moins, elle avait obéit à ses ordres sur la falaise, et maintenant, elle avait compris que même avec ce qu'elle pouvait penser de lui, à tord ou à raison, il était son plus grand protecteur à l'heure actuel. Mieux encore, celui qui pourrait la ramener auprès de la guérisseuse.

Poursuivant ainsi son chemin, le silence s'installa entre eux. Après tout l'Uzumaki n'avait jamais été très bavard, et ceci n'allait pas changé en la présence de Mei. Il appréciait même ce calme apparent, après les derniers événements. Surtout que la fatigue se faisait encore sentir sur son corps et sur son esprit. Une fatigue dangereuse, car les âmes de Masamune pourraient en profiter pour prendre le contrôle du manieur de faux. Pour l'instant, elles semblaient calme, pour son plus grand soulagement. Peut être parviendrait-il à récupérer suffisamment pour affronter la rage des créatures maléfique de son arme.

Malheureusement, il n'était pas au bout de ses peines, avec la vieille femme, inconsciente, qui se permit bien des libertés qui pouvaient lui coûter cher. Tout d'abord, aucune réaction ne vint de Nagato, quand à ses premières paroles. Il n'avait strictement rien à répondre quand à ses décisions de faire front face au royaume des glaces. Après tout, elle n'avait pas été la seule, puisque même des élus y parvenaient petit à petit. Néanmoins, son comportement changea radicalement, alors qu'elle lui posa une énième question sur ses ressentiments envers la religieuse. Elle n'aurait jamais dû aller aussi loin et lui rappeler ce moment de faiblesse.

Ainsi les lieux s’assombrirent instantanément, l'atmosphère devint lourde, pesante, littéralement écrasante. Un seul œil se tourna légèrement vers l'ancêtre. Rarement le ninja avait montré de tels émotions, lui qui les contrôlait la plupart du temps.Une rafale de vent plus tard, il disparut de son champs de vision pour apparaître devant elle, l’attrapant aussitôt par la gorge, serrant légèrement. Il n'avait pas besoin de lui faire du mal physiquement, il avait fait une promesse, il la tiendrait donc. Et puis le regard qu'il posait sur Mei était si terrifiant, que lui faire du mal n'était pas utile.

-Je ne m’attacherais jamais à personne si c'est ce que tu sous-entends! Les émotions et les sentiments sont la corruption des mortels. C'est celle qui vous pousse à faire des actes déraisonnais et incontrôlés. Vos sentiments vous poussent à la guerre. Un cercle vicieux qui vous pousse à aimer, puis à détester, à souffrir et à craindre. Jamais je ne désirerais en venir à de tels comportements. Je désire simplement la Paix et seul ce but m'importe!

Il confirmait, ainsi, que Rumaki ne semblait rien pour lui. Du moins, en apparence, puisqu'une telle réaction, ne pouvait signifier qu'une chose. La religieuse avait un certain impact sur la divinité. Un impact que le Jigoku se cachait lui même. Peu  à peu, il la relâcha, le ciel s’éclaircissant à nouveau, sans pour autant baisser l'intensité de son aura et la colère de ses yeux.

-Fais attention à tes paroles l'ancêtre. Je t'ai ressuscité, mais je pourrais user de mes pouvoirs pour faire de toi mon pantin! Et Rumaki n'y verrait que du Feu.  Pourtant, je n'apprécie pas d'utiliser ma puissance pour de tels choses!

La menace, si elle était réelle ou un mensonge, n'en était pas moins inquiétante. Et pourtant, il faisait, encore une fois, preuve d'une étrange patience. Depuis le début, il aurait pu agir de bien d'autres façons. Se calma totalement après quelques seconde, il regarda encore un peu son interlocutrice, sans un mot! avait-elle fini avec autant d'ineptie?

Spoiler:
 








   

   


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1764
Yens : 125
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 92
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Dim 30 Juil - 22:48






La question de trop


Certaines paroles peuvent être dites avec la meilleures politesses du monde, leur contenu atteindra quand même le destinataire de la façon qu'on voulait éviter. J'avais prononcé ma question en l'entourant d'adoucissant pour apporter un certain respect pour le ninja, et lui montrer que je n'étais pas qu'une veille gerce insolente qui n'avait aucune reconnaissance pour son sauveur. Malgré mon mal-être à ses côté, je lui étais reconnaissant d'avoir tenu sa parole envers Rumaki.

Malheureusement, ma manœuvre verbal n'eut pas l'effet que j'escomptais. Le ciel s'assombrit brusquement et anormalement. Je soupçonnai immédiatement une action de l'élu. Cela m'inquiéta petit à petit. Et à juste titre, car sans que je ne puisse faire quoi que ce soit, je sentis ma gorge se serrai. Pris au dépourvu je ne pus rien faire d'autre que de subir la colère du combattant. Il ne serrait pas fort, désirant probablement me arder en vie, comme je l'avais prédit, mais il ne me fallut pas longtemps pour deviner qu'au delà de me tuer, il avait plein d'autres manière de me faire taire. Ses yeux me transperçaient et mon cœur s'emballait. Clairement j'avais atteint les limites de sa patiences. Pour Rumaki, et par extension ma survie, je devais revenir en arrière.

Lorsqu'il me relâcha je baissai la tête et me massai l'endroit agressé.

Je...je vous demande pardon, je ne voulais pas vous manquer de respect...

Il restait devant moi, comme pour savoir si j'allais encore lui être insolente ou pas. Je ne dis rien pendant quelques secondes reprenant mes esprits. Sa réaction était claire, et au delà du dérangement de ma question, je sentais autre chose. Comme le fait qu'il décrive ma petite protégée comme un pion sur le chemin de la Paix n'était qu'à moitié juste. Mais cette fois-ci je gardais mes réflexions pour moi. De toute manière ça n'allait pas changer les choses, et j'allais bien finir par en apprendre un peu plus.

Je... je ne vous importunerai plus... veuillez m'excusez d'être aussi intrusive... je... je crois que ma garanti de survie venant du marché avec Rumaki m'a rendue trop confiante... ça ne se reproduira plus...  


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2091
Yens : 1222
Date d'inscription : 08/10/2014

Progression
Niveau: 135
Nombre de topic terminé: 49
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Heiwa Jigoku ► Chef de groupe ◄

- En ligne



MessageSujet: Re: la vie après la mort   Lun 31 Juil - 23:28



   
La vie après la mort


   
La petite chaumière dans la forêt...



   




Son regard froid et dangereux ne quittait toujours pas la silhouette frêle de la vieille femme. Silencieux et pourtant, le rinnegan exprimait tant de choses. Mais au moins le message était passé, cette folle décérébrée en vint à s'excuser. Laissant le Jigoku reprendre son sang-froid, comme si de rien n'était. Se redressant, il toisa la femme d'un air impérieux. Puis d'un mouvement de main dans le vide, il balaya cette histoire, comme si elle ne signifierait rien. Du moins l'Uzumaki préférait oublier cet instant. Ce petit doute qui avait été placé dans son esprit, quand à sa relation avec la traîtresse. Oui, il devait oublier et enfouir ceci au plus profond. Taire et détruire n'importe quels émotions qui pouvaient le corrompre.

Il ne releva donc même pas les dernières paroles de la vieille femme. Elle avait compris la leçon et ne ferait plus la même bêtise. IL ne désirait pas user de ses pouvoirs pour la faire taire, ni même la blesser. Mais si elle l'obligeait, il n'aurait aucun problème à le faire. Ainsi, ils s'approchèrent de leur point de départ, apercevant la rage de la bataille qui venait d'avoir lieu.

Des cratères entiers étaient visible à certains endroits, alors que des pans de la forêt entier était totalement arrachés et détruit. Étrangement, la forêt de givre semblait plus menaçante encore, avec ce calme oppressant et ce chaos incompréhensible. Mais le ninja ne s'attarda pas ici. Scrutant le ciel, il fixa son regard sur un point précis. Ce même point vint à grossir de plus en plus, avant de devenir une bête énorme: Fear! Il était venu sur son dos, ils repartiraient donc sur son dos. L'animal était le moyen le plus sûr, malgré l'ironie du prédateur, et surtout le plus rapide pour atteindre une destination protégée. Bien évidemment, Mei n'avait aucun mot à dire, et même s'il elle pouvait avoir peur, le ninja ne permettrait aucun refus de sa part. Il avait promis de la protéger, il le ferait!


.....................................................


Quelques jours plus tard, Nagato sorti d'une petite chaumière, flattant l'encolure de sa monture, il se tourna vers la maison de pailles et de bois. Personne ne la chercherait ici. La petite maison était quelque peu reculé de la capitale, mais accessible rapidement par le Dieu de la paix. Alors que les alentours étaient protégés par quelques marcheurs d'ombre et un des corps divin qui suivait habituellement, toujours l'original. Autant dire, que personne ne pouvait approcher sans être vu et anéanti avant.  Le cas échéant, le shinobi était isolé dans sa caverne en haut de la montagne, toute proche. Pouvant venir en une fraction de secondes. Mais après tout, qui pouvait s'intéresser à cette femme? La plupart la pensait morte et encore le peu qui l'a connaissait. Elle pouvait vivre les prochains jours paisiblement et avec sûreté , il y veillait!








   

   


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: la vie après la mort   

Revenir en haut Aller en bas
la vie après la mort
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..
» Un petit coup de main ? (pv Shitsu)
» Séries VO après la mort de Batman
» une famille périgourdine peu après la mort du roi
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.