Partagez | .
Lorsque le Temps est Arrivé...
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Lorsque le Temps est Arrivé...   Jeu 13 Juil - 21:56



Retour d'un long voyage...



Bashô revenait de Shiryoku, scène d'une grande bataille et ville spectatrice de sa trahison, lorsqu'il retourna au village où il avait laissé Mirya et Kuru. Son dernier acte devait d'ailleurs maintenant être parvenu jusqu'aux oreilles des trois dirigeants. Son seul regret aura juste été de ne pas avoir pu voir la tête de Karui Hanja lorsqu'il apprit la nouvelle finalement. A là là, le pauvre... Qu'il aura été bête de se fier à un apostat tel que lui. L'Empereur devait s'en mordre les doigts à l'heure actuelle. Gérer une nation trop étendue impliquait de prendre ce genre de risques, mais celui-là était quand même franchement dommageable. Pour l'heure, le maffieux espérait surtout que les deux autres dirigeants aient eux aussi tout autant remarqué son exploit, cela faciliterait certainement son intégration à l'une au l'autre des deux nations. En effet, devenir apatride n'était pas dans ses projets.

Ah, Mizumi, quel beau village... C'était la principale ville des grands lacs d'ailleurs, même si sa taille était ridicule en comparaison des trois plus grandes villes du pays. En réalité, seulement des deux plus grandes villes, le poète ne le savait pas mais Jiyuu avait été ravagée par une catastrophe pas vraiment naturelle il y avait quelques temps... Dommage, l'Ayns n'y était jamais allé mais il aimait beaucoup Minshu. Tout ce qui touchait cette nation l'affectait à moindres mesures. Enfin, n'étant même pas au courant il était juste content de retrouver enfin son maître et Mirya qui avait certainement encore grandie. Peut-être même avaient-ils des bonnes nouvelles à lui annoncer...

En effet, ils détenaient également potentiellement autre chose qui était susceptible de lui sauver la vie. Il y a près de quatorze mois maintenant, Zayro l'avait chargé d'une mission en échange de sa vie: retrouver et lui ramener Mirya, la protégée de Geleerde. Elle devait certainement être l'un de ses ennemis les plus sérieux. Plus récemment, il avait réussis à la capturer et à la confier à un Zayrien. Quatre autres faisaient également diversions. Ils devaient tous se rendre dans cette zone de Minshu pour y retrouver celui qui s'était fait passer pour "le fidèle homme de main de leur divinité". Le but était bien évidement de ne pas y aller directement mais bien de perdre d'éventuels poursuivants. En prenant cette précaution, c'est bien Geleerde que l'élu craignait, pas ces pignoufs de soldats seikajins incompétents.

Étant donné que Mizumi était le principal village de la zone, logiquement ce devait être ici qu'ils devaient être arrivé. Kuru avait leur signalement, donc s'ils étaient arrivés il y avait suffisamment longtemps, le vieil homme avait certainement déjà mis la main dessus. Depuis que son élève était parti il n'avait plus que ça à faire de toute façon, rôder sur les places principales à la recherche de gens ayant le même comportements que lui. Au bout de plusieurs jours dans la même ville de deux milliers d'habitants seulement, se trouver devenait facile. C'est pourquoi Bashô était confiants. Si les Zayriens avaient réussis leur mission, alors Mirya devait déjà être en sa possession, ils étaient partis il y a longtemps après tout. En revanche, si Geleerde avait su les rattraper... Alors dans ce cas il avait bien plus à craindre du Messager des Enfers que de Geleerde. Un sombre destin l'attendait peut-être mais il ne préférait pas y penser...

Toc, toc toc.

Jemial frappait à la porte de la chambre de l'auberge dans laquelle il logeait avant de partir en guerre. Le gérant lui avait dit que Kuru y était toujours, il espérait que rien de fâcheux ne leur soit arrivé durant son absence. C'est alors que son vieux maître lui ouvrit, Mirya en bras, cette figure qu'il connaissait tant. Un sourire se dessina alors sur chacun des deux visages, et fut le premier témoignage de l'amitié profonde qui les liaient après l'étreinte qu'ils s'offrirent. Alors que les yeux de l'hibanien se firent miroitant, celui-ci l'invita à entrer.

S'ensuivit alors une intense en longue discussion dont le narrateur aurait grand mal à retranscrire en entier, c'est pourquoi il ne le fera pas. En effet Mirya avait bien grandi, Bashô s'amusa beaucoup avec elle. Chacun avait énormément de choses à raconter à l'autre sur ce qui s'était passé durant son absence. De l'épique de la part du "militaire seikajin", et du bien moins sensationnel pour le natif. Apparemment l'enfant dont il avait la charge commençaient à former des semblants de phrases, c'était merveilleux. Malgré l'émoi, des sujets plus capitaux finirent par arriver sur la table.

-Des nouvelles des Zayriens? demanda l'élu au bout d'un moment, quelque peu inquiet que son maître ne lui en ait pas parlé avant.

C'est justement ce moment-là que choisit quelqu'un pour tambouriner à la porte. Rha la la, quelle pirouette scénaristique mes amis!

-Monsieur Kuru, est-ce que ça va?!! Nous vous avons entendu vous entretenir avec quelqu'un, tout va bien j'espère?! demandèrent plusieurs hommes à la voix grave à travers la porte.

-Tiens-donc, messieurs vous tombez bien, entrez donc, Messire Ferun est revenu! déclara l'interpellé avec enthousiasme.

C'est alors que quatre hommes entrèrent dans la pièce. Quatre Zayriens. Seulement quatre. Un manquait, potentiellement celui qui transportait la protégée de Geleerde. Ils se prosternèrent alors devant lui et adressèrent une prière à leur dieu chaotique. Bashô avait promis à ces hommes la reconnaissance de leur idole s'ils l'aidaient, mais seulement s'ils lui ramenaient la fille! Où était-elle alors?!! Il jouait sa vie lui!! Heureusement, la mine joyeuse des quatre hommes le rassurèrent vite, l'un d'eux reprit d'ailleurs la parole:

-J'espère que vous serez satisfait de nous, noble serviteur du grand Zayro Jinn, nous nous sommes acquittés de notre tâche avec succès, Mirya en notre possession! déclara-t-il solennellement avec un rictus cruel.

Le plus dur était fait, ils ne leur restait maintenant plus qu'à attendre que le colosse de Fuyu viennent chercher son dû. D'un côté le poète appréhendait quelque peu l'idée d'une nouvelle rencontre avec lui, d'un autre il voulait que toute cette histoire se finisse le plus tôt possible... C'était compréhensible, sans sa première rencontre avec lui son quotidien aurait été tellement plus paisible. Malgré cette pensée, il savait pertinemment que s'il était si fort aujourd'hui, c'était entièrement grâce à toutes les péripéties qui rythmèrent sa vie jusqu'à aujourd'hui. Il regrettait finalement peu de choses. En attendant, il voulait absolument éviter de voir sa captive, son inconscient coupable le tiraillerait-il ?

Réfléchis-en longtemps avant de faire un pacte
Avec lui, beaucoup te conseilleraient l’impact
Car même si ses puissants alliés sont légions
Ses nombreux ennemis quand à eux sont nations!


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Ven 14 Juil - 1:08



Le temps est arrivé

feat.Bashô



Hum...
Destruction
Ah, oui...
Que sais tu de la vie ?
Qui êtes vous ?
Que sais tu de la mort ?
Je lui ai survécu
Etait-ce vraiment... La mort. Est-ce vraiment... La vie ?
Ridicule...
Peux tu affirmer que tu vis vraiment. Peux tu prouver que tu existes, quand l'existence n'a aucun sens ?
Qu'est ce donc que ces métaphores. Vous n'êtes pas le démon qui m'a contrôlé.
Je suis un résidu... De ton âme... De ta conscience.. De toi... De Kid...
Alors cette sorcière à échouée. Je vais la tuer.
Non.. Elle a réussie, tu as détruit tout ce qui faisait de toi, un humain. Bientôt je ne serais plus.
Tant mieux. Vous me maintenez prisonnier n'est ce pas ?
Non.. Une part de toi, prudente, à choisi de m'écouter. Tu as fais des choix, qui te mène vers une non existence, dans une existence à laquelle tu doutes déjà. Sans âme, tu seras condamné à devenir une goule, un être sans vie, une entité sans but... Est ce que tu veux, vraiment ?
....
Détruire... Ahhaaaheeeeh... Detruire...
Comme lui, tu ne seras bon que dans la destruction sans réflexion. Tu es plus que cela.
L'âme et l'humanité sont faiblesse et perte de temps. Mon objectif est la destruction de ce monde... De ces faux Dieux qui l'habite, de ces élus ou de ces dirigeants fourbes. La puissance est la clé.
Tu ne peux vivre sans âme. Il reste une moitié.

Ses yeux s'ouvrirent d'un seul coup, il se releva doucement avant de machinalement passer une main sur son visage. Premier bon point, Zayro semblait avoir reprit une forme tout à fait humaine, mais il ignorait depuis combien de temps ce dernier était inconscient et pourquoi ici.

Pourtant, le messager des enfers n'était pas nu comme il aurait pu le penser, après une re-transformation. Non, au contraire, celui ci ne portait plus sa sempiternelle armures collante, bien que les lames soient encore présentes (quoiqu'un peu moins nombreuses).

Non, il constatait que la nouvelle tenue porté, qui au passage lui allait plutôt bien, émettait une signature energétique assez étrange. Il en vint à se douter que c'était en fait un leurre du démon en lui, démon qui n'était d'ailleurs autre que lui même. Mais cette nouvelle carapace était un peu le contraire de ce qui s'était alors passé avant. Si Zayro avait été prisonnier d'un monstre, qu'on considérait alors comme un habit, un simplement vêtement le recouvrant lui et sa conscience, alors... On devinait facilement qu'une fois les rôles inversés, Jinn avait su faire, peut être même inconsciemment, une sorte de retour à l'envoyeur.

L'habit était cette fois le démon et lui, avait retrouvé totalement sa conscience, bien que certains souvenirs aient étés volontairement effacés de sa mémoire. La rencontre avec Ellen aurait pu mettre sa dignité à l'épreuve et le secouer, alors dans le doute, son inconscient avait fait le ménage. Il n'était plus l'esclave, mais le maitre... Il n'était plus dominé, mais dominant.

Et c'est alors que là, au milieu de nulle part, dans la nature entre les grands lacs et le village de Mizumi, entouré d'eau, le colosse eut plusieurs flash, violents et rapides. C'était un rattrapage des marques de son Z maudit. Pourtant une chose étrange se passa... Plus aucun contact ne vibrait entre Jason Rokuro, Aki Nishiie et lui. Le seul restant, encore intact et clair, était celui de Bashô.

Le barbu était d'ailleurs et ironiquement, dans la ville à l'ouest de sa position. Hasard ? Non, certainement pas. Jinn avait peut être un peu de mal à se souvenir pour le moment, mais lors de sa transformation, ou sa remise en forme initiale, ce dernier avait dû faire quelques préparatif pour revenir sur le devant de la scène comme il faut... Ce coyote avait t'il réussi son objectif ? Ce serait au moins un grand plaisir, à son retour, que de le constater. Même en cas d'echec d'ailleurs, le tuer aurait pu être satisfaisant, si toutefois le messager de l'enfer y prenait du plaisir.

Il se releva finalement avant de dépoussiérer un peu sa tenue et regarda l'horizon dans l'intention de marcher. Ne se préoccupant même pas de Glaugan. Quand à Ellen, son souvenir le plus récent s'arrêtait au début du rituel... Quelques flash de lui en démon et la destruction de Jiyuu. C'est tout. Sur le chemin, le géant de Fuyu croisa un paysan et sa fille.

Cré vin diou, z'allez bien mon brave ? Z'êtes tartiné d'boue au visage
Je peux prendre les serviettes papa, attendez monsieur..



C'est inutile. Je compte vous tuer.





Montant alors dans la carriole, il jeta le vieux au sol avec force et fermeté, avant de sauter sur son ventre pour l'écraser, plusieurs fois et ce, devant la fille choqué, qui cria de toute sa voix... Mais la voix, ça n'arrêtait pas Zayro, qui passa son pied sur le visage de l'homme, avant l'écrabouiller aussi. Puis, celui ci se dirigea vers la fille, qui passa du cris de terreur aux larmes. Elle rampa en arrière tout en laissant ses glandes lacrymales déverser sur le bois de la carriole. C'était fermé à l'arrière, elle et lui rentrèrent par l'avant.

Haa.. Haa s'i... S'il vous plait... Non.. Ne me ... .Ne me tuez pas... Je ferais... Je...



Vous n'existez pas.





Puis il saisit la femelle par le cou sans distinction, en l'étranglant d'abord un peu, puis, alors qu'elle était encore en vie, passa sa main dans sa bouche, puis l'autre, avant d'écarter sa mâchoire en deux et d'y enfoncer son poing profondément dans la gorge. Créant des craquelures dans la peau, jusqu'à ce que la mâchoire se disloque, la gorge cède et que le sang se répande partout. Noyant la pauvre dans l'agonie la plus totale, jusqu'au coude dans son œsophage. Il arracha son larynx avant de la laisser s'écrouler.

Puis, en se redressant, même s'il ne pouvait pas complètement car trop grand, il regarda sa main et sa nouvelle tenue, effacer les traces de sang. La matière atomique pouvait être pratique à modeler et il nettoya comme ça son visage aussi. Puis, arracha la toile arrière pour sortir, direction Mizumi !

Il fallut à peine quelques minutes au colosse pour rejoindre le village. Il y entra, le visage à découvert. Certains, mais pas tous, le regardèrent parfois avec comme un doute ou une appréhension. On pouvait lire dans les regards "est ce que c'est lui ?" ou "non c'est pas possible" ou bien la peur. Mais personne n'osa demander la confirmation. Quelques villageois commencèrent en tout cas déjà à se jeter vers la sortie. Puis au bout d'un petit moment, Zayro stoppa sa marche cadencé.

Le géant était devant une auberge.



....



C'est alors que les murs s'effritèrent, de quoi donner un frisson de souvenir au mafieux. Mais ce n'était pas comme avec la villa de la statue, non, cette fois c'était uniquement la matière non organique qui devenait poussière, jusqu'à ce que l'auberge entière ne disparaisse, à peu de chose près, en laissant quelques poutres, un escalier et l'étage. Mais ni les murs, ni le toit, ni les fenêtres n'eurent resistés. Ce pouvoir effrayant, confirma les doutes d'un bon nombre d'habitants.

Mais l'heure était enfin au face à face !




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Mer 19 Juil - 11:47



Deuxième Rencontre



Quelques jours à peine après son arrivée à Mizumi, un incident des plus inhabituels survint. Alors que le maffieux était tranquillement en train de ranger les caleçons qu'il venait de laver, tous les murs de pierre autour de lui se désagrégèrent pour entièrement disparaître! En quelques secondes à peine, il ne restait plus des murs que la charpente en bois! "Heureusement que le sol était du parquet en bois!" se dit le poète comprenant ce qu'il se passait. Il comprenait bien mieux que la plupart des habitant de l'auberge ce qu'il leur arrivait d'ailleurs. Cette destruction soudaine, cette désolidarisation des atomes... Un seul homme à sa connaissance était capable d'accomplir une telle prouesse: Zayro Jinn! Sa présence ici était tout à fait probable puisque Bashô et Mirya l'attendaient. Alors ce moment était enfin venu...

Maintenant qu'il était arrivé, il se rendait compte qu'en rien il n'avait espéré cette nouvelle rencontre malgré ce qu'il avait pu en penser. Cependant maintenant qu'elle était arrivée, il fallait qu'il se montre réactif et véloce. Seuls les suicidaires masochistes faisaient attendre Le Messager des Enfers... Ni une ni deux, à peine deux secondes après l'incident, il sauta sur une poutre de la charpente pour sauter de nouveau dans la chambre de sa captive, celle des quatre Zayriens. Évidemment ceux-ci le regardèrent stupéfait, il était la seule personne qui avait l'air de comprendre ce qu'il se passait après tout.

-Ne restez pas là, Zayro vient d'arriver, donnez-moi Mirya! s'exclama-t-il d'une voix autoritaire mais de laquelle on pouvait percevoir une pointe de panique.

Ne pouvant pas attendre que les adorateurs du Chaos réagissent, il se jeta sur cette fille dont il essayait d'oublier le nom pour l'assommer et aussitôt la délier de ses liens. Une fois fait il la mit sur ses épaules pour qu'ensuite un bond prodigieux le transporte devant l'auberge. Pour être efficace, il l'avait été. A moitié agenouillé pour ne pas se faire mal en atterrissant, il releva d'abord sa tête avant de déployer tout son corps. C'est alors qu'il put l'apercevoir, à quelques mètres devant lui, celui que tous redoutaient et aimeraient voir au bout d'une pique. Malheureusement pour le moment personne n'était assez fort pour pouvoir avouer cette envie sans le payer de sa vie.

Et Bashô lui, qu'en pensait-il? A cause de lui son parcours jusqu'ici avait été plus dur que jamais, et surtout son maître avait perdu un bras à cause de lui. Honnêtement, il ne le portait pas dans son cœur. Pourtant s'il existait une émotion capable d'effacer toutes les autres, c'était bien la peur. Maintenant qu'il était face au colosse, il n'avait aucune envie de se battre contre lui mais seulement d'en finir. Seulement l'envie de ne plus jamais avoir à le revoir. Peut-être que le jour de leur dernière rencontre était arrivé? Ils ne s'étaient vu que deux fois pourtant son nom marquait tellement son quotidien qu'il avait l'impression d'avoir jusqu'ici vécu avec. Quant au respect... Il en éprouvait certainement pour cet homme ayant démarré avec rien comme lui et étant arrivé si haut, mais ce n'était pas vraiment quelque chose d'avouable.

-Bonjour cher Messager des Enfers, si vous êtes ici c'est pour elle n'est-ce pas? demanda-t-il une fois relevé tendant le corps inerte de la fille vers le fuyujin. Comme vous le voyez, j'ai rempli ma part du contrat, et j'...

L'Ayns s'arrêta net. Oui il aimerait lui demander de lui enlever cette marque sur le ventre. Oui il aimerait lui demander d'être le plus bref possible pour que cette rencontre dure le moins possible. Seulement il savait très bien que la moindre de ses requêtes pouvait être mal prise par son interlocuteur et ainsi conduire à sa mort. Il n'avait donc plus qu'à espérer que Zayro Jinn répondrait à ses demandes de lui-même sinon... Il serait obligé de courir le risque de mourir prématurément, il ne voulait plus de cette horrible marque sur la panse.

C'est alors que, avant que le plus fort élu de Kosaten ne prononce le moindre mot, les quatre Zayriens coururent s'agenouiller devant Bashô, face à leur maître. Une fois leurs rapides prières de base effectuées ressemblant à des salamalecs aux oreilles du poète, l'un deux chuchota à son attention.

-Allez-y, présentez-nous au grand maître et dites-lui ce que nous avons fait! demanda celui qui était le plus proche du hunter.

Ce n'était absolument pas dans ses plans personnels de base mais bon, Bashô allait devoir s'y plier. Il ne comptait pas mentir à Zayro qui savait déjà certainement ce qu'il s'était passé.

-Ces quatre là sont les Zayriens à qui j'ai confié le transport de la protégée de Geleerde une fois capturée par mes soins, expliqua-t-il. Il y en avait un cinquième malheureusement il n'est jamais arrivé jusqu'ici. L'hypothèse la plus probable est qu'il s'est fait rattrapé par Geleerde et que celle-ci a mis fin à ses jours. Heureusement pour nous ce n'était pas lui qui transportait la fille. Apparemment, certainement par dévotion ou fanatisme envers vous, ce dernier ne lui a rien révélé puisque l'héroïne de Seika n'est pas avec nous aujourd'hui. Quand à cette dernière, il est impossible de savoir ce qu'elle est devenue...

Voilà, il avait tout dit, il n'avait plus qu'à espérer que son récit satisfasse son interlocuteur. Si ça n'était pas le cas, le pire était à redouter; mais de toute façon il n'y pouvait plus rien, les dés étaient jetés...

As-tu foi en ta force durement acquise?
Si tel est le cas, alors Peur n'est pas de mise
Mais si elle est sortie de sa longue torpeur,
C'est que tu ne penses pas t'en sortir sans heurts...


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Mer 19 Juil - 17:25



Le temps est arrivé

feat.Bashô



Le messager des enfers avança lentement, jusqu'à ce que sa semelle rencontre le parquet de bois. Le son de ses bottes claquant dessus, en le faisant grincer. Il fit juste un pas, parce-qu'il voyait qu'en haut, ça bougeait, et ne tarderait donc pas à avoir enfin l'objet d'une vengeance qui dura extrêmement longtemps. Schneiden, Geleerde... Mirya. La fille de ce lâche, était une maigre récompense au final. Mais il fallait savoir se contenter de ce que l'ont pouvait avoir.

Bashô arriva enfin à son tour, la demoiselle sur son épaule, elle n'était pas ligotée mais en revanche, cette dernière était inconsciente. Le barbu commença à parler, pour ne rien dire encore une fois, puisque la réponse à sa question était l'évidence même. Bien sur qu'il était là pour elle, pas pour prendre des nouvelles du mafieux pardi...

Un regard hautain se plaça alors sur lui, de la part du géant de Fuyu. Ce regard qui voulait dire ; "si tu pose encore une question crétine, je t'ôte la vie sur le champ". Mais comme ce dernier n'était pas bête, il aurait tôt fait de comprendre. Il voulut placer autre chose, mais fut de toute manière interrompu par les Zayriens. Qui disait Zayrien, disait conglomérat et qui disait cette organisation, parlait forcément de Nukumi. Pourtant il ne ressentait pas ses atomes dans le coin, c'était déjà ça...

Apparemment dans le lot, l'un de ces abrutis avait été prit ou tué, mais visiblement sans révéler d'informations, du moins pour l'instant. C'était donc une imprudence, mais pardonnable puisque Jinn s'en fichait pas mal.



Bien... Montrez moi Mirya.





C'était bien elle, la fille adoptive de Schneiden, son ancien pire ennemi. Et pourtant, maintenant que cette dernière était là, devant lui, son envie de vengeance s'était tût avec le temps et il trouvait cette considération si humaine. C'est vrai qu'il pouvait s'en servir pour appâter la louve et la piéger, mais une fourberie de ce nom était Minshujin. Il l’abattrait, à sa manière.

Malgré tout, s'il ne la tuait pas, le choix de résiliait à peu de chose : La libérer ou la laisser entre d'autres mains. Mais ce constat ne lui plaisait guère non plus. Tant d'efforts pour l'amener jusqu'ici, au passage il est vrai que Bashô s'était donné du mal, sous la coupe de la peur et de la terreur, pour mettre à bien son objectif.



La louve n'a pas besoin de savoir ce qu'il en est pour venir la chercher. Bashô, aller donc au bout de cette mission... Tuez Mirya. Tranchez lui la tête.





C'est alors que la jeune demoiselle, qui avait aussi fort caractère, se réveilla petit à petit, entre de petits baillements, les yeux qui clignèrent petit à petit. Elle poussa Bashô puisque ce dernier avait défait ses liens, puis tenta une fuite en le fixant, sans voir que devant se trouvait Jinn. Se cognant contre son torse, elle tomba à la renverse.

aaH... V.. Vous !?!



Et oui... Moi. J'aurais voulus voir votre père, mais il dois être mort à présent. Même votre précieuse Geleerde ne viendra pas. Le destin à rattrapé ces faibles et ces lâches.





Je n'ai pas peur de vous ! Ils ont tous voulut me protéger, de vous... Mais vous avez peur de moi, parce-que si je grandissais, je vous tuerais un jour, sois en sur espèce de ...

Une claque tonitruante vint alors faire cesser les jérémiades. Elle marqua la fin de ce speech, au moment ou le visage de la jeune native toucha le sol et lui brisa le nez, légèrement. Elle était de nouveau inconsciente, de quoi ravir le mafieux, qui pourrait donc s'exercer à sa tâche sans regrets ni remords.



Allez, finissez-en.




Seigneur laissez nous faire
Oui seigneur Zayro, nous vou..

Ah oui, il y'avait eux aussi... Les fanatiques étaient évidemment prêts à remplir cette tâche, mais ce n'était pas à eux que le colosse l'avait demandé et le fait de l'avoir coupé, importuné et reprit son ordre, lui déplût. Le géant de Fuyu laissa sa paume s'éclairer dans leurs directions, pour les faire disparaitre de la même manière que les murs. Ces deux abrutis finirent en cendre, tout bonnement...





Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Jeu 20 Juil - 13:30



Le moment fatidique...



Lorsque Bashô s'était retint de continuer sa phrase, une lueur dans le regard de Zayro Jinn lui avait fait dire qu'il avait eu raison. Qui sait comment il aurait pu réagir s'il avait poursuivie? Il fallait être d'une extrême prudence avec cet homme sans patience si l'on ne voulait pas mourir prématurément comme deux des quatre Zayriens un peu plus tard. Ceux-là avaient fait preuve d'une débilité sans bornes, la réaction du Messager des Enfers avait tellement été prévisible... Enfin, cela n'arrivera qu'un peu plus tard, concentrons-nous d'abords sur les événement intervenant plus tôt et ayant eux-aussi leur importance.

Lorsque Zayro ordonna à celui qu'il avait enrôlé de force de lui montrer Mirya, l'élu rouge eut une vague impression des plus désagréables. C'était comme si le bras droit du Roi Tyran ne savait plus quoi faire de cette fille! Comment était-ce possible, il n'en avait pas tant chié pour une native sans importance quand même?! Lui qui avait tant saigné, sué et pleuré pour parvenir à la kidnapper! A combien s'élevait la prime qu'il avait prise pour s'être emparé de cette jeune fille déjà? Il ne le savait pas mais la réalité n'était pas très enviable, plus de cinquante mille yen, quand au reste... Sa prime pouvait paraître dérisoire aux yeux du colosse mais lui n'avait pas sa force! C'était sa vie qui risquerait d'être prise jusqu'à ce qu'il ne meurt à cause de ce chiffre! Un joli paradoxe ma foi puisque c'était pour la sauver des griffes du premier Empereur de Fuyu qu'il en avait fait autant...

Trêve de digression, c'était donc impossible pour l'Ayns que cette impression soit fondée, elle était certainement seulement feinte, il avait pris la peine de se déplacer jusqu'à Mizumi après tout. A moins que... Plus d’un an s'était écoulé depuis leur première rencontre, peut-être avait-il changé entre-temps? En tout cas ce qui était certain c'est qu'il restait la même brute épaisse froide et sans émotions. Peut-être même encore plus qu'avant. Mais qu'est-ce qui aurait pu se passer pour que ses objectifs changent à ce point? Impossible de le savoir et assez inutile de tenter de le comprendre. Tout ce qu'il se passait dans sa tête resterait à jamais un mystère.

C'est alors que Zayro demanda froidement à Bashô de la tuer. D'un coup, comme ça, en un seul geste tout serait fini. Tout serait terminé et il n'en entendrait plus jamais parler. Il serait enfin libéré de ce lourd fardeau, seulement un dixième de secondes le séparait du salut... Malheureusement il fallut encore moins à la jeune femme pour se réveiller. Guère étonnant étant donné les secousses qu'elle venait de subir dû au saut. Que ses prunelles étaient belles... Il y voyait Mirya à l'intérieur d'elles, le bébé qui portait le même nom qu'elle et dont il prenait soin depuis longtemps maintenant. Comment pouvait-il vouloir mettre fin à sa vie dans le seul but de sauver la sienne?! Depuis le début il s'était accroché au fait que Mirya ne serait pas tuée et que seul Geleerde en subirait les frais, c'était donc faux! Il était face à un choix crucial: son agonie ou l'agonie de sa vertu. Dieu sait qu'il aurait aimé choisir la deuxième option, malheureusement son honneur l'en empêchait. Sur ses joues, une larme roula.

C'est alors que Mirya prit pleinement conscience de ce qui l'entourait et repoussa celui qui la tenait comme si c'était une un immonde insecte abject. C'était donc cela qu'il était devenu, un immonde insecte abject...? Seulement, quitter la souillure qu'il représentait sans se soucier d'avoir le mal en personne à l'opposé de sa direction n'était pas très malin. En percutant le fuyujin, la jeune fille d'une douzaine d'années à peine tomba au sol. Il ne lui en fallut pas plus pour qu'elle reconnaisse la personne ayant provoqué sa chute. Ce cher Zayro Jinn, l'ennemi Juré de son père, la Némésis de sa tutrice. Ces deux-là échangèrent quelques paroles mais le poète ne les entendit pas, perdu dans ses pensées. Sa vue elle-même était brouillée par un trop plein de liquide lacrymal, il était totalement ailleurs. Il aurait aimé être ailleurs.

C'est alors que le bruit d'une claque retentissante le ramena à la réalité. Mirya était de nouveau inconsciente aux pieds de l'agent du Nest attendant que Bashô face son office. Il le pressa d'ailleurs d'accomplir sa basse besogne en trois mots seulement résumant assez bien la personnalité du fuyujin. Efficacité, impatience et cruauté. Deux Zayriens se proposèrent alors pour le faire à sa place ce qui aurait drôlement arrangé le bourreau commis d’office malheureusement ceux-ci se firent éradiquer comme de la simple mauvaise herbe par celui qu'ils vénéraient. De quoi faire trembler les deux autres comme des feuilles mortes au vent.

Bashô s'approcha alors, les larmes du pathétisme dégoûtant tant son interlocuteur ruisselant sur son visage. Il était tant qu'il lui explique qu'il ne pouvait pas faire ça, c'était impossible. Allait-il tenter de marchander une nouvelle fois sa vie? Il aurait bien aimé mais en aurait-il seulement la force? Son parcours l’avait tant épuisé...

-Je suis désolé mais je ne peux pas faire ça... se contenta-t-il de murmurer simplement, la parole rythmée par un sanglot.

Qu'en penserait l'impitoyable Zayro Jinn? Rien de bon, c'en était sûr. Bashô était capable de tant et tant de choses, mais pas de ça. Il avait trahi Seika alors qu'il était l'un de ses trois meilleurs guerriers, mais impossible d'en finir avec une faible jeune fille inconsciente. Si jamais il devait avoir à livrer un dernier combat, ce ne serait pas contre elle mais contre Zayro Jinn, un combat épique et tragique dont tout le monde en connaîtrait déjà l'issue…

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Lun 24 Juil - 3:13



Le temps est arrivé

feat.Bashô



Musique bordel !

Mirya tomba, non sans mal, mais la bougresse était tout de même assez forte, elle n'avait pas été élevée par n'importe qui. Son monde bien avant Schneiden, était la débrouille et son monde après, fut en compagnie du héro de Seika et de la louve. Deux grands élus, aussi grands par la force que par l'esprit et le coeur. Comment pouvait t'elle simplement tomber et s'écrouler en une claque risible du messager des enfers. Un titre qui en ferait frémir plus d'un, voir même Bashô ici, mais pas elle.

Elle ouvrit légèrement les yeux, soufflotant tandis que le barbu répondait que "non", il ne la tuerait pas. Non, sa basse besogne ne lui serait pas attribué. Pourtant, à ce moment précis, tandis que Zayro s'apprêtait à répondre calmement, la jeune fille se releva en s'aidant, une main sur la cuisse, puis la seconde, puis debout, elle soupira un air glacial... Tiens, une brume froide et étrange se levait... Doucement et de fine goutte de pluie commencèrent à perler. Cela donnait à la scène, tout le maccabre qui se préparait ? Ou toute la tristesse qui allait avec, allez savoir.

Quoiqu'il en soit, Mirya se dirigea vers le mafieux et lui colla une immense et intense claque en plein sur la joue, avec le retour s'il vous plait.

Lâche ! TU m'as prise à ma famille, à ma ville, pour m'amener devant cette pourriture... ET c'est quoi ça ? Des larmes ? C'est sur, ça doit être difficile de faire face à son destin. Tu me dégoute autant que lui, vous êtes tous pareils ! Je ne me laisserais pas tuer sans rien faire.

Saisissant alors une bout de verre assez pointu qui traînait dans le coin, signe sans doute d'une ancienne dispute de bar éclatante, elle le serra si fort dans sa petite main innocente, que le sang coula déjà, le sien. Zayro n'avait jusqu'alors pas bronché, mais elle était désormais armée, prête à mourir en combattant, mais pas en se faisant ridiculement assassiner.



Aussi entêté que l'était son père...





Décroisant les bras, le colosse la pointa du doigt, et un laser sorti de son index pour se planter dans sa rotule, puis la seconde.

AaAAah .. Aah.. Or.. Ordure, AAHa .. Aah! Fit t'elle en s'écroulant

La douleur était là, mais supportable. Seulement, ce coup assez fourbe il fallait l'avouer, eut le mérite de lui faire ployer les genoux l'un après l'autre, dans la petite flaque de liquide pourpre, se mêlant à une pluie de plus en plus abondante. Ses cheveux finirent par êtres mouillés, son visage aussi, alors on ne distinguait plus aucun pleurs. Mais la peur ne se lisait toujours pas dans son visage.

Mirya s'aida de ce qui était autour, pour tenter de se remettre une nouvelle fois debout, le visage hargneux, le courage dans le coeur, l'ambition de se battre encore, même si elle n'avait rien pu faire pour, pour l'instant. Elle fixa alors Bashô, encore une fois ;

Et pourquoi... Pour qui... Vous avez ça pour me voir mourir non ? Toucher de l'argent ? Aarhg... Ca fait un mal de chien ! Fit t'elle en s'écroulant

Puis une patrouille de la ville arriva. Faut dire que Zayro ou pas Zayro, détruire les murs d'un batiment, effrayer les habitants, c'était pas trop ce qu'il fallait faire. Trois gardes arrivèrent, lances et arc en main, entourant le colosse et Basho, ainsi que la jeune fille blessé.

Hey vous ! Liberez les otages
Rendez vous gentiment, aller !
Ne faites rien de stupide



Vous refusez de la tuer ?





aA.. Un type trop effrayé pour ça et toi Zayro, même pas capable de me faire face non plus. Je suis certaine que mon père t'aurais encore battu, parce-qu'il t'as toujours battu. A hibana il m'a raconté, deux fois il t'as vaincu et dans le royaume des morts, il t'as laissé crever et tu sais ce qu'il m'a dit..A aaa.. Il m'a dit... un jour... Qu'il était triste de t'avoir comme adversaire, qu'il valait mieux t'ignorer, que tu ne valait pas la peine.





Votre père était un héro menteur. Il ne m'a jamais vaincu. Il a fait appel à un garde royal et des renforts, m'a téléporté sous l'eau ou m'a fuis. C'était un pleutre et un faible,
qui à eu ce qu'il méritait sans doute. J'aurais juste aimé le voir ici, pour qu'il contemple la fin de tout ce qu'il avait construit.




Ne parle pas de lui comme ça... Démon ! NE PRONONCE MEME PAS SON NOM !

Ignorant la douleur et ses blessures, elle se releva et courut d'un coup sec, verre en main, pour vouloir le planter sur Jinn. Le messager de l'enfer stoppa naturellement l'élan de la gamine, à l'aide d'un seul de ses bras. Elle se débattait avec toute la fougue dont elle pouvait disposer. Les gardes étaient de plus en plus tendus et menaçaient de tirer à l'arc ou d'utiliser leurs lances. L'un d'eux était tout près de Zayro d'ailleurs, sa pointe touchait presque son dos.

Un autre était prêt à prendre Bashô au cou, grâce à une sorte de pince au bout d'un long baton. Le dernier pointait simultanément les deux à l'arc, ne sachant que peu comment désamorcer une telle situation. Les renforts ne tarderaient pas non plus et tout cela devenait de plus en plus critique.

La...Lache moi ! Lache mon bras ! Bats toi démon ! Aa. AAAAh... Bats toiii GNnn ! Entre colère et pleure de souffrance, Mirya n'en démordait cependant pas, quelle energie !






C'est votre dernière chance Bashô. Si vous ne la tuez pas, rassurez vous je le ferais. Mais je massacrerais ensuite votre maître et ce bébé que vous protégez tant, puis cet hybride animal, et enfin ce village. Je m'assurerais que vous soyez vivant pour les voir mourir, concernant les natifs en tout cas. Pour ce Sherkhan, je le démembrerais, je le dépècerais et je l'enfermerais de manière à ce qu'il vive le plus longtemps possible dans la souffrance et la peur de l'humain qu'il semblait tant haïr... Croyez moi.. Je le ferais. Et croyez moi, vous regarderez tout cela, à terre.








Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Mer 26 Juil - 21:17



La réponse



La première personne à réagir à ses paroles ne fut pas Zayro mais Mirya elle-même. En effet, aussi puissante soit-elle, elle avait résisté à la claque de Zayro Jinn. Cette gamine n'était pas n'importe qui, n'importe qui pouvait le voir. C'était d'ailleurs certainement pour cela que Le Messager des Enfers lui avait demandé de la capturer, peut-être considérait-il son futur comme une menace? Étant donc parfaitement consciente, se fut la première à réagir aux paroles de Bashô. Ce dernier ne s'attendait pas à ce qu'elle l'en remercie après tout ce qu'il avait fait, mais envisageait tout de même cette option comme étant plus probable que ce qu'il se passa réellement.

Elle s'était levé pour lui asséner une claque retentissante et lui hurler dessus comme une lionne hurlerait sur un lion qu'elle savait capable de terrasser. Elle le relayait au même rang que Zayro Jinn, lui qui n'avait rien fait d'autre que de se défendre depuis le début. Elle adoptait donc la même mentalité que les autorités seikajins? La même mentalité que Kachou? Elle avait le même avis que ceux qui au nom de la justice l'avaient mis en prison sans se soucier des circonstances? Être comparé à ce monstre sans nom sans plus de clairvoyance le chagrinait au plus haut point, tant et si bien qu'il pourrait presque en oublier tout ce qu'il venait de se passer. "Alors comme ça même les enfants les plus innocent ne peuvent regarder la situation dans son ensemble...? La justice n'a-t-elle pas de prises en ce bas-monde?" se demanda-t-il, plus déçu qu'il ne l'avait jamais été. Ce monde lui serait hostile à jamais désormais...

Mirya prit ensuite un tesson de bouteille pour certainement essayer de mourir l'arme à la main. Mais les faibles n'avaient pas le droit de choisir leur mort apparemment puisque le colosse de Fuyu coupa ses rotules à l'aide d'un laser l'immobilisant ainsi de douleur. De force, elle se vit mettre genou en terre devant la Némésis de son père et de sa tutrice, l'ennemi juré de sa vie entière. Quelle humiliation pour une jeune fille avec autant d'honneur comme elle. Peut-être que la douleur adoucissait un peu ce sentiment, espérons-le pour elle en tout cas. Elle tenta tout de même de se relever là ou beaucoup auraient abandonnés depuis longtemps. Elle tenta de lui demander pourquoi avait-il fait tout cela bien maladroitement avant de s'écrouler de nouveau pathétiquement au sol.

Malheureusement le maffieux n'avait pas la réponse à sa question. Au début il pensait qu'elle n'aurait pas à mourir mais il s’était manifestement trompé. Maintenant il s'apercevait que non seulement elle allait mourir mais que lui aussi avait envie de la voir morte après ce qu'elle venait de dire. Elle était la preuve vivante qu'aucun pardon ne lui serait accordé, il était condamné à vivre toute sa vie sous le feu d’injures injustifiées. Mais lui n'avait jamais rien demandé de tout cela... Il était las de tout ces bruits autour de lui, voulait juste... se reposer.

-Je ne sais plus... lui répondit-il tout de même en fermant tragiquement les yeux.

Ensuite trois gardes débarquèrent, y a t-il bien plus de choses à en dire? Ils étaient inefficaces au possible et le resteraient comme tout garde qu'ils étaient. Le chef des Zayriens lui-même les ignora en demandant à Bashô confirmation: refusait-il vraiment de tuer sa captive? Il aurait aimé pouvoir prendre le temps de réfléchir mais savait qu'il ne l'aurait pas... sauf si Mirya ouvrait encore une fois la bouche pour retarder l'heure de sa mort. Peut-être l’heure de leur mort. Heureusement pour le hunter, c'est ce qu'il se passa. Il les laissa alors parler et se concentra sur son ressenti.

De quoi avait-il envie? De voir ce monde se taire, de le voir se restreindre à quelques mètres carrés dans lesquels il vivrait seul et cultiverait un petit jardin. Cette situation était encore réalisable mais il faudrait qu'il commence par désamorcer cette situation, Comment voulait-il qu'elle finisse? Il voulait que Mirya meurt de ses mains non pas parce que Zayro lui avait demandé mais parce que ses pensées n'avaient pas leur place près de lui. Dans cette douce utopie, Zayro repartirait après lui avoir retiré sa marque d'atomes corrompus. Ensuite il n'aurait plus qu'à s'exiler dans un endroit où il n'y aurait personne et y vivre tranquillement sa vie loin de ses sales humains à la vision étriqué. Les alentours d'Hibana feraient un très bon lieu de refuge non? Il ne savait même pas s'il autoriserait Kuru et Mirya à vivre avec lui. Aujourd’hui, il donnerait cher pour une banale discussion avec Sherkhan.

Bashô ne se réveilla que pour entendre l'ultimatum du bras droit du Roi du pays de l'hivers, et accessoirement se voir menacer par un garde effrayé. Il ne prit pas compte de ce dernier, son arme ne serait certainement même pas capable de percer sa peau et son enveloppe de Nen. La menace de Zayro était-elle en revanche à prendre bien plus au sérieux.

-Vous savez, même si vous détruisez entièrement ce village, vous ne pourrez pas éradiquer les rumeurs qui se propageront d'elles-même ensuite, déclara Bashô. Après avoir fait tout cela, les gens diront que vous l’avez fait parce que vous aviez eu peur d'une gamine, ce ne serait pas très bon pour vous. Je vous conseille de la laisser en vie, et de déverser toute votre haine contre ce village et ses habitants en attendant qu'elle vous attaque d'elle-même. Toutefois c'est à votre convenance...

Le but derrière ces paroles était bien évidemment de mettre fin lui-même à la vie de la jeune femme. Aussi improbable que cela puisse paraître, Zayro pouvait s'en douter s'il avait observé bien attentivement l'Ayns depuis le début. La marque du Z lui donnait un perception accrue du ressenti du poète après tout. Quoi qu'il en soit, Bashô s'exposait peut-être à un coup de colère de la part de l'élu le plus fort de Kosaten. Même s'il paraissait plus calme que lors de sa première rencontre, il n'aimait toujours pas que l'on conteste ses ordres comme le prouvait la mort prématurée de deux zayriens. Enfin, Bashô s'en fichait. Il n'avait plus aucun but maintenant, et s'il mourrait et bien c'était tant mieux, personne n'irait l'embêter au royaume des morts au moins.

Beaucoup voient Bashô comme étant un fourbe traître,
Mais lui se voit seulement comme une victime,
Victime d’actes dont il n’a pas été maître,
Des histoires tragiques, il a atteint la cime...


©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Sam 29 Juil - 5:04



Le temps est arrivé

feat.Bashô



Musique bordel !

Dans un monde incertain, ou le mal règne autant que le bien, voir parfois plus mis en avant que ce dernier, les innocents étaient des coupables et bien souvent, les coupables des innocents. La vérité n'existait plus, le mensonge était roi et les juges borgnes et dans ce panier garni, Bashô... Bashô le mafieux, qui arriva sur Kosaten en ayant presque un destin scellé, tracé de long en large, de l'ouest à l'est, sans demi détours. D'une baraque détruite à l'échange de quelques mots et d'une statuette, voila qui baclait sa vie en un instant.

Condamner à fuir ceux qui l'avait un jour apprécié, car il était devenu l'ambassadeur du mal le plus pur, condamné à être coupable, alors que son coeur lui dictait le contraire. Condamné à prendre des vies, pour survivre un peu plus longtemps. Mais pourquoi avait t'il prit racine dans le jardin du chaos ? A la simple question d'une enfant, lui, le grand poète qui trouvait toujours les mots pour ses haikus, ne pu répondre.

Il ne fallait pas d'imagination, il fallait une vérité et elle était si loin désormais... Perdue dans un esprit noircis et corrompu, devant l'être qui jonchait le pas du bâtiment ; Zayro Jinn. Les gardes déployés s'arrêtèrent comme si le temps lui même s'était stoppé, avant de disparaitre sous les elans d'une aura trop puissante. Mirya avait attaqué le colosse sans l'ombre d'une chance et lui n'avait même pas rétorqué si ce n'était attendre une réponse. Mais en pleure, la jeune fille détourna encore une fois son regard vers le poète.

J'espère que tu te souviendra de tout ça... De mon visage... Tu as oublié la raison pour laquelle tu as pris ma vie... Ou que tu l'as donné à ce.. Cet être malfaisant... J'aimerais t'oublier aussi, n'avoir jamais croisé ta route, jamais ouvert ma porte. Tu as pris mon avenir, ma vie, tout ! J'espère que tu n'auras jamais d'enfants à protéger, parce-que je les plaindrais ! Tu n'es pas un héros, tu es aussi mauvais que lui !


Après ce qui ressemblait possiblement au dernier discours de la belle et jolie jeune fille, qui fut jadis celle du rival et ennemi numéro un de Zayro, Bashô répondit au géant du pays du froid. En effet, pendant que le reste des corps des gardes disparaissaient lentement, devant leurs visages pleins d'effrois et de souffrances, ainsi qu'une panique générale et des renforts au loin, hésitant à s'avancer, celui ci se préoccupait encore du village.

Il voulait jouer sur un bien étrange terrain, celui de la rumeur, du fait qu'on puisse penser de lui, qu'il était un pleutre et avait peur d'elle. Tordant le poignet de Mirya aAaaaAAH..Aa un court instant, il fixa de toute sa hauteur le mafieux.



Pour qu'il y'est une rumeur, il faut des survivants. Je ne vais rien laisser de ce village, rien. Mais même si c'était le cas, que voulez vous que ça me fasse ?





Et c'est à son habitude, insensible, que le tueur sans coeur répondit. Il se fichait de ce qu'on pouvait raconter sur lui et ce depuis longtemps. Qu'on le craigne ou qu'on l'ignore, qu'on le moque ou qu'on l'aime, tout lui était indifférent. Le plus important pour lui, était l'atteinte de son objectif. Si un quelconque gugusse ne le craignait pas et venait l'affronter, il mourrait. Si on le moquait et que cela le gênait, il mourrait, c'était toujours la même chose. Les gens pouvaient bien dire ce qu'ils voulaient pour se rassurer les uns et les autres, la finalité serait la même : La mort.



Vous savez pourquoi je vous ai choisi ? Car vous êtes lâche. Je savais que vous rempliriez cette mission sous la peur de me revoir plus tôt. Et même maintenant, vous essayer de vous sauver.





Puis le géant tourna son visage vers Mirya, la soulevant d'un seul bras, jusqu'à ce que son visage soit à porté du sien. Naturellement elle tenta de lui cracher en pleine face, mais ce dernier esquiva d'une simple torsion du cou, avant de la fixer profondément.

Qu... On en finisse !...





Un jour ou je l'affrontais, votre père à dit « Si je tombe, je m'assurerai que tu tombes avec moi... » Ou est t'il à présent ? Il n'y a plus de héros en ce monde.




RhaAaaaaAAAH !

A ce moment là, Jinn arracha une moitié du visage de Mirya, juste comme ça, de manière très rapide et très douloureuse. La peau si fine, alla se coller jusqu'au ventre de Bashô, tandis que la partie de ses vêtements à cet endroit précis disparaissait, comme la matière du bâtiment précédemment. La peau se colla alors et sous les effets des atomes et d'une sorte de fusion, recouvrit la marque du Z. Bien entendu, c'était totalement superflus...

La peau du visage de la victime, servait à recouvrir la marque de la honte du mafieux, mais sans la faire disparaitre pour autant. C'était un peu comme mettre un cache-oeil à un aveugle qui entendait parfaitement bien ou boucher les oreilles d'un sourd. On voyait bien la différence, sans pour autant que ça n'en soit une.

Les cris de douleurs de la jeune fille alertèrent le reste du village, on l'entendait à l'autre bout après tout. Cela amassa des gens, bien des gens. Elle, il l'a relâcha, elle se tenait le visage dégoulinant de sang, la forçant à s'écrouler sur le sol en position fœtal.

AaAAAh AAAaaaA AAAHaa AAAAH... A... A l'aide... Quelqu'un... Pa.... .papa.... Gelee..Rde...  




La peur... Un sentiment si puissant, qu'il marquait bien souvent la fin de la vie, le remord, le regret dans la circonstance. Pauvre enfant.



Voici donc qui conclu notre affaire alors.




Fit t'il à Bashô. Avant de se téléporter, disparaissant de ses yeux pour réapparaître à l'autre endroit ou ses atomes pouvaient êtres aperçus. Comme le flair d'un chien, Zayro pouvait trier la matière et c'est derrière le maitre du poète qu'il apparut, comme un voile de nuit en plein jour, recouvrant l'estropié et le bébé qu'il tenait avec lui ;



C'est donc ici que vous vous cachiez. Vous pensiez peut être m'échapper ?




Frappant de manière sévère le vieillard (enfin pas si vieux) pour l'assommer, donc autant dire bien plus férocement que contre la gamine de Schneiden, celui ci n'hésita pas à les traîner en pleine rue, quoiqu'il portait quand même comme un vulgaire sac à patate le bébé de son bras gauche. De l'autre, il tirait simplement par les habits, le fameux Kuru. Le bougre était solide, il semblait presque conscient... Tel élève, tel maitre ? Peut être. Quoiqu'il en soit, le colosse ne s'arrêta que pour refaire fasse à Basho, écartant les gardes trop craintifs et habitants trop peureux sur son chemin.

Mirya était encore au sol. Il lâcha la poigne sur le maitre pour le balancer proche de son élève. Puis souleva le bébé par le frêle petit cou. Encore une Mirya qui puis est.



Les rumeurs dirons que j'ai eu peur d'un bébé, vous pensez ?




Fit t'il avant de resserer son étreinte sur le bambin, qui commençait à étouffer de plus en plus. Pendant qu'il fit cela, il prenait bien soin de fixer son ex-employé.



Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Dim 30 Juil - 21:25



Résolution



Comme l'on pouvait s'y attendre d'un comportement aussi revêche et teigneux que celui de Mirya, la simple réponse de Bashô ne lui suffit pas. Mais cette fois-ci, au lieu de se montrer violente et agressive, elle pleura pour se placer en martyr et condamner Bashô. Encore un acte servant à le faire culpabiliser. Encore un acte servant à lui faire croire qu'il était quelqu'un de mauvais. Malheureusement les faits étaient là, il n'avait aucun argument pour prouver le contraire. Aucun argument pour prouver au monde qu'il était quelqu'un de bien...

-Peut-être... furent les seuls mots qu'il trouva à lui répondre.

Il était maintenant l'heure pour lui de se rendre à l'évidence: beaucoup d'actes qu'il avait réalisés jusqu'ici avaient été dictés par son égoïsme et étaient mauvais. Il aurait bien aimé se voiler la face plus longtemps mais les paroles de Mirya ne le lui permettaient plus. Il ne lui restait plus que deux solutions: tout admettre et passer sa vie à se racheter, ou vivre avec l'idée d'avoir été un tueur égoïste et s'accepter en tant que tel. Le danger de la seconde option était que rien n'aidait à son salut. Cela voudrait dire qu'il se débarrasserait de la culpabilité en se disant que ce n'était pas si grave et en recommençant. Il deviendrait alors un homme que seuls ses envies gouverneraient sans qu'elles ne subissent une quelconque entrave de sa "bonne conscience"… Qui sait jusqu’où il pourrait aller ensuite?

Si je développe autant ce second choix, vous vous doutez bien que c'est parce que ce fut le sien. Fatigué par ce monde à cause de ses problèmes sans fins avec la justice et de ses débats intérieurs, devenir foncièrement "mauvais" lui permettait au moins de se débarrasser de la deuxième moitié du problème. Cela lui laisserait peut-être assez d’énergie pour annihiler l’autre moitié. Maintenant qu'il prenait cette décision tout lui semblait plus simple. Tous ses muscles se relâchèrent alors comme lorsqu’il était libéré d’un lourd fardeau. "Je vais enfin pouvoir faire ce que je veux et donner de bonnes raisons de me haïr à ceux qui m'en voulaient sans ne rien savoir de moi..." se dit-il alors. Cette résolution allait changer le cours de cette rencontre et même certainement de son destin tout entier...

Plus tard, quand Bashô tenta par les mots de sauver la protégée de Geleerde pour qu'elle meurt de ses mains, Zayro se moqua de ses paroles. Selon lui, rien ne l'atteignait. On ne pouvait que difficilement lui donner tord, quand personne sur tout un continent n'était capable de vous défaire, comment envisager que de simples mots le puissent. Il allait raser tout ce village et ça ne ferait qu'alimenter sa légende, rien de plus. Le maffieux savait qu'il avait raison et se désolait que sa tentative n'ait pas fonctionné. Tant pis...

Ensuite, et chose intéressante, Zayro déclara l'avoir choisi pour sa lâcheté. Il y a très peu de temps encore il aurait pu faire le kamikaze pour une telle phrase tant son sens de l'honneur était aigu. Mais maintenant cela ne faisait que l'amuser. Oui il était lâche, mais c'est comme ça qu'il baiserait ce monde de merde et tirerait sa révérence en le plongeant dans la peur du noir. Et à la fin, ce serait lui qui éteindrait la lumière...

Le bras droit de Sul Hëi prit alors Mirya par le coup et la souleva. Risible adversaire qu'il avait là, étant incapable de lui opposer autre chose qu'un vulgaire crachat. Le tortionnaire toujours plus cruel que jamais arracha alors sans difficulté l'épiderme du visage de celle qu'il tenait dans sa main et vint le faire fusionner avec la peau du hunter de telle manière à ce qu'il recouvre le "Z" corrompu. Naïvement le poète crut que cela servirait à neutraliser les pouvoir de sa marque maudite, les paroles du chef des Zayriens qui suivirent son acte confirmèrent ses pensées; c’est pourquoi il se laissa faire. Malheureusement ce n'était pas le cas. Quant au fait de porter le visage d'une morte constamment sur le ventre, si ça pouvait lui permettre de se souvenir comment il était devenu ce qu'il était maintenant, cela ne lui faisait pas peur. C'était une marque nouvelle, symbole de sa renaissance et de ses nouvelles résolutions. Il pouvait remercier Zayro pour cela. Ce dernier laissa ensuite Mirya toujours en vie s'écrouler au sol, lui laissant profiter d'une longue et lente agonie...

Jusqu'ici, rien ne lui était donc arrivé de problématique. Malheureusement, et comme on pouvait s'y attendre de quelqu'un ayant la personnalité du plus grand fléau que Kosaten ait jamais porté, ça ne dura pas. Le fuyujin n'eut d'autres idée que celle d'aller chercher en se téléportant Mirya et Kuru, les deux natifs les plus proches de Bashô. Cela eut au moins le mérite de montrer à l'Ayns que s'enfuir en se téléportant était inutile puisque sa potentielle menace possédait la même capacité que lui mais la maîtrisait certainement bien mieux. Sans que l'élu de Seika ne puisse réagir, Zayro revint en traînant Kuru inconscient d’une main et tenant le bébé Mirya de l’autre. Aucun garde n'intervint en sa faveur, se confortant tous dans leur inutilité, tout comme les deux Zayriens restant. Leur maître prit alors Mirya par le cou et se mit à l'étrangler en posant à celui qui s'était efforcé de la protéger une question lourde de sens.

En guise de réponse, l'apostat prit alors un papier de sa poche sur lequel était inscrit un haïku. Il l'avait écrit il y a quelques jours en prévision de l'arrivée du colosse de Fuyu. Si jamais il devait mourir, cet haïku lui aurait servi à donner ses dernières volontés. Mais finalement il allait s'en servir dès maintenant.

J'ai besoin de toi
Frère d'arme
Laisse-moi t'en parler...

Il déchira alors le papier ce qui lui permit de pouvoir parler par télépathie à son meilleur ami, Sherkhan. Lui qui n'était pas humain saurait certainement le comprendre. Ce frère qui lui était si cher... Il avait tant envie de le revoir mais pour le moment il avait une ou deux choses importantes à lui dire, le reste viendrait après. Il ignorait totalement ce qui l'entourait, Zayro et Mirya comme les gardes.

-Bonjour Sherkhan, c'est Bashô, commença-t-il d'une voix tremblante. Je n'ai pas le temps de t'expliquer comment te parler m'est possible, Zayro Jinn est face à moi et je vais peut-être bientôt mourir... J'espère que si c'est le cas tu retrouveras mon corps à Mizumi, rien n'est moins sûr. Je voulais juste te dire quelque chose. murmura-t-il avant de laisser un blanc lourd de sens. Tu avais raison au sujet des humains...

Il ne laissa alors pas le temps à son ami de répondre, peut-être à peine le temps de dire quelques mots, avant de couper la conversation qui ressemblait donc plus à un message qu’à une véritable conversation. Après tout il avait prononcé cette tirade juste devant le Messager des Enfers, celui-ci pouvait le stopper à tout instant. Il ne voulait pas trop le titiller même si selon sa psychologie, Sherkhan n'était certainement qu'un moucheron de plus qu'il abattrait si jamais il se mettait en travers de sa route. Bashô fit alors un pas en avant et marcha sur le crâne de la fille de Schneiden. Sa force fut largement suffisante pour la faire éclater comme une pastèque trop mure. Qu'il était bon de satisfaire une telle envie. Ces deux derniers éléments devaient suffire à faire comprendre au membre du Nest dans quel état d'esprit se trouvait actuellement Bashô. Il n'était plus du tout le même...

-Assurément non, j'ai été idiot de dire cela... répondit-il impassiblement.

Mirya et Kuru étaient les représentants d'un passé qu'il ne souhaitait plus voir l'accompagner à chacun de ses pas. Cependant son amour pour eux restait inchangé. Malgré son changement, il aimerait bien les savoir en vie avant de les quitter à jamais. C'est pour cela qu'il reprit la parole au lieu de se taire comme toute personne sensée l'aurait fait.

-Vous savez, j'ai trahi Seika récemment, je ne vous apprend rien, commença-t-il. Je ne vous apprend toujours rien en disant que ma trahison a permis à Fuyu de remporter une grande victoire tout en déplorant très peu de pertes. Et bien sachez que je suis tout autant capable de de mettre le désordre dans vos rangs. Tuez-moi et je suis sûr que Sherkhan s'en chargera pour moi et sauras se montrer tout aussi efficace. Mais pour le moment je n'ai aucune raison de le faire. Je vous en prie, laissez-les tranquille, laissez-les vivre. finit-il noblement tout en mettant genoux en terre.

Dangereux de mixer menaces cachées et soumission, mais c'étaient ces cartes là que Bashô avait décidé de jouer. La suite n'annonçait pas moins de tension que ce que nous offrirent les derniers événements, comment va se passer la suite… ?

Sur le long chemin de sa vie
Un homme vient de s’arrêter.
Sur tous ses actes il réfléchit
Et décida de reculer...


Contextuelle:
 

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Lun 31 Juil - 3:07



Le temps est arrivé

feat.Bashô




Le mafieux à la coupe singulière, ne su pas vraiment quoi répondre aux affirmations fondées de Mirya. Il avait gâché sa vie et n'était désormais plus prêt à reculé. Loin des louanges, Bashô était entrain de peu à peu sombrer du coté obscur, de l'autre coté de la barrière. A force de désillusion, de haine et de malchance, la victime devenait le bourreau. En pleine reflexion sur l'ordre de sa vie et tout ce qui était entrain de venir, l'élu envoya un message à son frère d'arme Sherkhan. Après tout, il avait signé de son sang le pacte qui le liait au félidé et en faisait un Ayns.

A présent et bien plus qu'avant, ce dernier avait un autre point commun. Il était détesté et répugné de sa propre espèce. De là ou il était, l'hybride entendrait surement et avec inquiétude ce message, pendant que Zayro ne changeait pas sa manière de faire, si insensible.

Cela ne déclencha rien de plus chez le chef du Nest, mais la suite allait se révéler particulièrement intéressante. Bashô se décida enfin à honorer la demande de Zayro, même si ce dernier avait dû répéter pour lui laisser la chance de s’exécuter. Un mal pour un bien ou le contraire. Quoiqu'il en soit ,c'est avec détermination et violence, que celui ci se leva pour effectuer un pas et écraser le visage, le crâne même de la gamine, la fille de Schneiden. Rompant avec tout honneur et son passé.

Il venait de faire un pas, oui, mais pas seulement sur une face innocente, mais aussi dans un autre domaine. Devant une foule de témoins, le barbu venait de commettre l’irréparable...



Une fin appropriée, pour la fille de ce couard.





Fit t'il froidement, avant de lâcher le bébé sur le sol, sans vraiment s'en inquieter d'ailleurs. Par la suite, le mafieux continua une tirade, prétendant avoir trahi Seika et menaçant de pouvoir infiltrer les rangs de Fuyu et y faire des dommages conséquents. Quand à ses futiles idées vengeresse de la part d'un associé encore plus lâche et peureux, c'était à peine prit en compte de la part du colosse. Mais alors qu'il mettait un genoux à terre, le géant de Fuyu, avait un tout autre projet ;



Puisque vous le proposez, et qu'apparemment, malgré un certain retard, vous arrivez à faire ce que vous prétendez faire. Que diriez vous, de rejoindre Fuyu ?





Puis, sans vraiment attendre la réponse du traite de Seika, Zayro souleva finalement Kuru, puis fit traverser son bras entier dans son ventre, avant de lui saisir la colonne vertébrale pour la briser et jeter son cadavre aux pieds de Bashô. Se tournant alors vers lui, pour ajouter ceci ;



Ne me faites plus jamais répéter. Considérez ceci, comme un avertissement de ma part. Le bébé vivra et vous aussi. Mais vous appartenez désormais à Fuyu. Voyons ce que vous pourrez accomplir avec nous. Maintenant que vous avez choisi votre destin... Qu'en dites vous ? Ah oui, j'oublie de le mentionner, mais si vous refusez, j'exterminerais cet enfant, puis vous, puis ce village,
puis ce Sherkhan et tous ceux que vous auriez pu croiser. Puis quand vous reviendrez du royaume des morts, je vous tuerais encore, et encore et encore... Ceci dit, je suis certains que vous prendrez le choix le plus raisonnable, n'est ce pas ?





C'est donc tout naturellement, en attendant la réponse de son interlocuteur qui devait être désormais occupé à faire un deuil rapide et sauver l'enfant, que Jinn croisa les bras sans plus un mot. Les gens autour courraient ou pleuraient, étaient dépités ou ébahis d'une telle situation.... Les gardes en tremblaient. Les renforts qui arrivaient étaient bien sur tenus au courant, mais l'un des soldats, plus gradés et interloqué de ce qu'il advenait dans sa ville, voulait prendre quelques mesures.

Chef de la garde : Bon ça suffit maintenant. Encerclez les et frappez fort, nous ne sommes pas une bande de pleutres, nous avons jurés de protéger Mizumi et ses habitants non ?

Soldat : Mais monsieur, c'est... Le messager de l'enfer ! Zayro jinn ? Il faut des renforts royaux pour..

Chef de la garde : Ils n'arriverons pas Soldat, mais nous avons déjà lancé une alerte avec leurs visages. C'est à nous de contenir ces Individus, commencez par celui qui est isolé, d'après cette description c'est un Zayrien.

Les soldats encerclèrent avec un peu plus de courage la position de Jinn et Bashô, c'est le dernier Zayrien qui fut frappé le premier par une salve de flèche, puis une lance l'acheva dans le dos, de manière pitoyable. Ce dernier avait été trop absorbé par son dieu "Zayro" au moment ou celui ci avait ôté la vie de Kuru. Mais les gardes passaient à l'offensive pour de bon, l'un d'eux tenta finalement de frapper le poète dans le dos, avec une salve de flèche également. Ils étaient malins et commençaient du plus faible au plus fort... Peu flatteur, mais stratégiquement bon.




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 


Dernière édition par Zayro Jinn le Lun 4 Sep - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 970
Yens : 210
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : Minshu

Progression
Niveau: 109
Nombre de topic terminé: 40
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

- En ligne



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Dim 27 Aoû - 13:30



L'engagement d'un traître



En tout puissant qu'il était, Zayro ne se soucia pas du message mental qu'envoya le poète à son frère d'arme. Il ne craignait rien, pas même de quelconques représailles pour tous ses crimes. Il en avait commis assez pour que la Terre entière veuille sa mort et pourtant il était toujours là, toujours en vie. Un Ayns en colère de plus devait peser bien peu pour lui... Il ne daigna pas non plus quitter son masque d'indifférence lorsque la fille adoptive de son ennemi juré mourut devant lui le crâne explosé. Sa cervelle s'était répandue sur le sol le recouvrant de l'hémoglobine qu'il renfermait, Mirya n'était plus. Pour le Messager des Enfers, c'était chose inévitable, voilà pourquoi aucun de ses muscles du visage ne réagit, selon moi du moins. Il se permit juste de dire qu'elle avait eu la fin qu'elle méritait. Le hunter pensait quant à lui désormais qu’on avait plus besoin de mériter sa fin pour qu'elle nous parvienne, soudainement. La vie, la mort sont absurdes, seul sa satisfaction personnelle comptait pour lui dorénavant.

Il venait tout de même de sauver la jeune Mirya en tuant l'autre. Le peu d'amour en l'être humain qu'il lui restait se réjouit au fond de lui. Si Mirya vivait, c'était tant mieux sinon ce serait tant pis, rien de plus. Il pensait la même chose de Kuru. Il n'avait évidemment pas le même regard sur sa propre vie, d'où sa tirade visant à motiver le colosse de Fuyu à lui laisser la vie sauve. Cette entreprise était assez risquée, peut-être que le grand Zayro Jinn le prendrait comme une menace, un affront, et rayerait définitivement son existence de l'histoire sur un coup de tête? De toute façon le maffieux n'avait pas vraiment le choix et puis les mots étaient déjà sortis de sa bouche de toute façon. Heureusement pour lui, comme ne possédant aucune émotion, son interlocuteur ne se mit pas en colère. Sa réaction fut la plus imprévisible de toutes celles qu'il put avoir jusqu'ici...

Il lui proposait de rejoindre les rangs du pays de l'hiver? C'était inespéré! Il était considéré comme la pire des ordures dans sa "nation d'accueil", et était suffisamment traqué en territoires neutres pour plusieurs malentendus qui l'empêcheraient d'y vivre paisiblement. Quand à Fuyu et Minshu, jusqu'ici son sceau et la guerre posaient un peu trop de problèmes à une éventuelle intégration. Jusqu'à présent, une seule possibilité s'offrait à lui: vivre en paria et être condamné à fuir ou combattre ceux qui en voulaient à sa vie. Une existence peu ragoûtante. Maintenant on lui proposait de rejoindre les rangs de la plus grande puissance militaire de Kosaten? Il n'aurait certainement pas une place de choix dès le début mais le système de promotion du royaume nordique était essentiellement méritocratique après tout. Son ascension pourrait être rapide puisque son utilité ne saurait être contesté. Sa décision, outre le fait qu'il n'avait pas vraiment le choix, était d'une simplicité enfantine à prendre.

Puis, sans plus attendre, Zayro Jinn souleva Kuru inconscient, futur ex-vivant. D'un seul mouvement, il arracha sa colonne vertébrale le privant par la même occasion de sa moelle épinière le tuant sur le coup. Il gagnait à être inconscient, c'était sûr. Mirya avait vécu, lui n'avait pas eu cette chance. Pour Bashô en avoir sauvé un sur deux n'était déjà pas si mal. Cet acte devait être pris comme une preuve du sérieux de la situation. Le Messager des Enfers ne plaisantait pas, il ne plaisantait jamais. Comme l'on pouvait s'y attendre de quelqu'un d'aussi peu patient que le plus grand fléau de Kosaten, il ne lui fallut pas longtemps pour enchaîner sur des menaces toutes aussi sérieuses que sa proposition. C'était enfin au traître de Seika de parler. Leur rencontre se conclurait peut-être sur sa réponse...

-Je ne sais pas si c'est utile de le préciser mais j'accepte volontiers d'intégrer les rangs de l'armée de Sul Hëi. Je tiens tout de même à préciser que je ne fais pas cela pour satisfaire le roi du Nord ou même son dieu, je n'ai pas fui l'emprise d'un faux dieu pour me précipiter dans celle d'un autre, déclara Bashô. Je n’aurai aucun mal à me défaire d’eux si notre accord devient caduc. Toutefois je vous assure que mon efficacité sur le terrain saura vous satisfaire; et puis si ce n'est pas le cas, il sera toujours temps de revenir sur votre décision n'est-ce pas?

Pendant ce temps, les soldats qui les entouraient se remotivèrent, ils étaient désormais prêt à accomplir ce pourquoi on les avait fait venir. Ils venaient enfin de décider de prouver définitivement qu'ils étaient foncièrement inutile. Quoi que soit la situation, ils seraient inefficaces et personne n'y pourrait rien. Pourtant, c'étaient en eux que les habitants avaient placé toute leur confiance. Cela ne les empêchaient pas non plus d'être réaliste, aucun d'eux ne traînait dans les parages. Dommage, leur passage à l'acte était vraiment quelque chose à voir au moins une fois dans sa vie. C'en était désespérément drôle...

Avant de se conforter dans leur médiocrité, ils réussirent tout de même à se débarrasser du Zayrien restant. Le pauvre, il n'avait pas bougé d'un pouce, conformément aux volontés de son maître. Sa fidélité sans faille lui aura coûté la vie. Si pathétique... Les miliciens décidèrent ensuite de s'en prendre à l'élu de Fenghuang, malheureusement celui-ci n'allait pas se retenir d'opposer une quelconque résistance. Alors qu'une salve de flèches fondirent vers lui, il se contenta de recouvrir son dos de Nen du renforcement pour s'en protéger. Chacune d'elle vint se briser aussi sûrement qu'elles l'auraient fait sur du roc. L'Ayns se retourna alors vers eux et les foudroya du regard, fâché de la présence de ces opportuns.

D'un regard, le juste
Balaie tout.
Fuyez son courroux!

Sans surprise, il n'en fallut pas beaucoup plus à la majorité des gardes pour prendre leur jambe à leur coup. Peut-être seraient-ils considérés comme des déserteurs par leur chef resté sur place. Peut-être vivraient-ils une vie similaire à la sienne, peut-être pas. Enfin, il s'en moquait éperdument. Il se baissa ensuite pour ramasser Mirya par terre avant de reprendre la parole.

-Je pense rejoindre de ce pas Fuyu en passant par les terres inexplorées, adressa-t-il à Zayro. Si vous n’avez rien à ajouter, je pense que nous nous reverrons sur le champ de bataille. Si vous avez besoin de moi entre temps, je suis sûr que vous trouverez le moyen de me contacter...

En effet, cette dernière affirmation n'était que bien peu contestable, une secte entière le vénérait suffisamment pour pouvoir mourir pour lui après tout. Et puis, même s'il l'ignorait, l'œil du démon l'observait toujours. Zayro pouvait continuer de suivre les moindres de ses faits et gestes... Tout pouvait encore arriver à l'avenir.

Technique:
 

©MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5666
Yens : 247
Date d'inscription : 25/10/2014
Localisation : En haut de la montagne

Progression
Niveau: 228
Nombre de topic terminé: 121
Exp:
0/24  (0/24)
avatar
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   Lun 4 Sep - 20:36



Le temps est arrivé

feat.Bashô




Même quand Kuru tomba, Bashô ne sembla pas susciter de réelle emotion, comme si c'était une banalité. Le mafieux perdait son coeur, se refroidissait, cela allait de paire avec le fait d’emménager dans le royaume du froid. Il accepta sans sourciller la situation et la proposition, c'était un bon point pour lui, que d'agir en sachant ou était sa place. Cela ne lui valut aucune remarque de la part de Zayro et une écoute attentive. Un regard froid, certes, mais mieux que des coups dans le figure. Il avait perdu un maitre, sauvé une innocente et tué une autre. La justice de Kosaten.

Bref, après cela, le barbu abdiqua en faveur de fuyu, prétendant servir ses interêts, mais pas au nom du roi ou du dieu et qu'au moindres faux pas d'eux, il s'en dégagerait. Ce ne serait d'ici là, plus du ressors du messager de l'enfer, mais il le prévint.



Si votre nom doit me parvenir à nouveau, je reviendrais vous délivrer le pire des châtiments, ce ne sera pas la mort, mais bien pire.





L'attaque qui s'en suivit de la part des soldats, ou la mort du Zayrien, ne fit même pas arquer un sourcil du géant à peau mâte. Celui ci observa curieusement le poète utiliser son nen, puis clore la conversation en voyant les guerriers fuir avec leurs lâcheté habituelle. Après ça, le géant de Fuyu expira calmement, puis tourna son dos.

Non en effet, le duo n'avait plus rien à se dire, tout était parfaitement clair, et bien qu'il conserve la marque de Z, pour rester sous haute surveillance, celui ci l'ignorait. Jinn commença à prendre le chemin de la sortie, enfin une bonne chose de faite. La fille adoptive de Schneiden et Geleerde rayée de la carte, ainsi que son mentor au dojo du croc du serpent, s'il ne restait que lui ici, il serait alors l'objectif final qu'il devrait accomplir prochainement...

Mais ce couard spatial avait disparut ou était mort, il avait eut sa dernière victoire, priver son rival et ennemi ultime de victoire. Le héro de Seika aurait casser les pieds jusqu'au bout. C'était la première fois pourtant, que Zayro esperait ne pas voir un élu vraiment mort... Mais ce qui était fait, était fait. Il n'allait pas s'attarder sur cela et irait de l'avant. Un objectif en moins, c'était aussi du temps en plus après tout !



Nous nous reverrons à Fuyu.





Fit t'il en disparaissant dans les tenebres, comme il était venu. Tout semblait si calme à présent.




Fiche technique~Mon nouveau theme
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Lorsque le Temps est Arrivé...   

Revenir en haut Aller en bas
Lorsque le Temps est Arrivé...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est Chronopost qui arrive avec un colis plein de bisous et de dragées surprises de Bertie Crochue
» Le Sénateur , le Seigneur du Temps arrivé par erreur
» Arrivée de Houille
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.