Partagez | .
Deux assassins et un amnésique
Messages : 41
Yens : 528
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Deux assassins et un amnésique   Sam 29 Juil - 10:12











• Problèmes sur la voie publique •



Un élu était un être venu d’un autre monde, à qui les pouvoirs lui avaient été arrachés. Il en avait trois types : élus de Fuyu, ayant leur base au Nord, élus de Minshu, ayant leur base à l’Est, et élus de Seika, ayant leur base au Sud. Tous regagnaient doucement leur énergie perdue avec le temps, de l’entraînement et de l’acharnement. Toutefois, actuellement le camp qui avait le plus de puissances était Fuyu et de ce que j’avais aussi entendu dire, il semblait que ça avait toujours été ainsi. Pour ma part, la guerre ne m’intéressait pas. Mais j’avais besoin d’être informé, et ce furent les informations que j’avais pu rassembler par mes propres soins, toujours sous le nom de Li.

Des jours déjà que j’étais là, mais aucune trace de mes capacités. Seulement, je savais qu’il ne fallait pas s’en faire, le temps allait très certainement faire ce qu’il avait l’habitude de faire : guérir. J’étais à présent dans une auberge, dans un petit village des grands Lacs. Étant élu de Minshu à l’insu de tous bien évidemment, je me devais tout au moins de voir à quoi pouvait bien ressembler le territoire qui pouvait me protéger. C’était la raison pour laquelle j’étais là, adossé contre un mur à observer les passants. Plusieurs soldats affichant le symbole du serpent courraient dans tous les sens depuis le matin. Une bataille avait certainement lieu pas très loin de là. Mais pas suffisamment proche non plus pour qu’on puisse s’en méfier.

La route marchande était la plus grande, la plus abondante, mais également la seule route directe qui passait directement par le village. De ce fait, on y rencontrait aisément des voyageurs, des commerçants, des charrettes et même des mercenaires. Tous avaient une expression particulière sur le visage et avec de l’entraînement, je cherchais également à reconnaître tous ces traits et les maîtriser par cœur. Cela aurait bien pu être utile un jour.

-Eh p’tit con !!! Dégage du mur de ma boutique ou bien je vais te casser la figure !!!

Mon regard mi-clos et à l’intensité plus profonde que le gouffre des enfers, alla dans la direction de la voix qui criait à moi. Il s’agissait de Fukiji, le marchand le plus radin et le plus grossier de la zone. Il n’était pas réputé pour sa bonne humeur et bien souvent même, il cherchait des ennuis pour un rien à n’importe qui, tant que la personne aurait été suffisamment naïve pour se laisser faire. Une personne réellement exécrable. Bien évidemment, étant adossé sur le mur de sa boutique, il fit le tour avant de venir à l’extérieur par la porte.

Mon visage aussi sombre que la nuit s’illumina par un sourire soudain et une bêtise infantile qui s’y lisait aisément. Je m’inclinai doucement dans sa direction pour présenter mes excuses tout en rigolant.

-Ah… ha, ha… C’était votre boutique ? Je vous prie de m’excuser monsieur… ça ne se reproduira plus.

Fukiji était radin. Et par conséquent, il n’allait pas laisser l’occasion qu’un faible d’esprit – chose que je semblais être – lui file entre les doigts. De ce fait, il me flanqua un bon coup de poing au-dessus du crane. Malgré son allure, il était fidèle à son gabarit imposant. Son coup ne manqua pas de me faire saigner légèrement sur la langue. Le misérable me cravata et me souleva au-dessus du sol, attirant de ce fait l’attention de la foule. Bien sûr, je ne perdais pas mon sourire enfantin et mes paupières closes.

-Penses-tu que j’en ai quelque chose à foutre de tes excuses ??!!! J’ai perdu plusieurs clients à cause de ta puanteur !!! Tu vas devoir me les payer...

Il me jeta contre le sol, tout aussi violemment, alors même qu’une petite foule s’était déjà réunie autour de nous. Pour ma part, j’étais énervé. Il ne faisait que me communiquer de la honte. Et en utilisant un bon moyen, il aurait très certainement été possible pour moi de le tuer. Mon regard d’assassin était revenu, pendant que je mordais la poussière. Et ma main enfoncée dans mon Kimono, allait bientôt faire sortir ma dague. Seulement, un autre jeune garçon roux vint rapidement s’interposer. Malheureusement pour lui, il reçut le même châtiment que moi, sinon plus puissant encore, avant d’être jeté contre le sol. Voyant qu’il était déjà trop prêt de moi, je laissai le couteau, abandonnant ainsi mon initiative pour me relever doucement à la place. Ma tête cognait fort, et je souriais toujours aussi humblement avant de m’incliner à nouveau.

-Je n’ai malheureusement pas un seul radis sur moi. Toutefois, je vous prie de me pardonner.

Il ne semblait pas réellement content, et s’approcha encore de moi, dangereusement pour continuer son office. À moins bien sûr qu’une âme charitable ne décide soudainement de venir en aide aux deux personnes victimes de la fureur de cet incapable.






Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 280
Date d'inscription : 06/07/2017
Age : 21

Progression
Niveau: 2
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Killua Zoldyck ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux assassins et un amnésique   Dim 30 Juil - 0:16

Cela faisait une petite heure que j'avais quitté les Plaines Verdoyantes, afin de rejoindre la Capitale de ce pays, Kansei. C'est là-bas que je voulais me rendre, afin d'en apprendre un peu plus sur cet étrange endroit dans lequel j'étais atterri. Visiblement, de ce que j'ai compris, un flash blanc a été la cause de mon réveil sur ces terres, ainsi que de mon absence de mémoire. Même cas pour le garçon que j'avais rencontré un peu plus tôt, Len, sauf que lui avait perdu ses pouvoirs. Et pour l'instant, je n'en savais pas vraiment plus. Il allait falloir que je continue d'avancer afin de trouver les réponses à mes questions.

Fort heureusement pour moi, j'avais trouvé un transport. Un vieux monsieur -pas très frais tout de même-, qui se dirigeait avec sa charrette jusqu'à la capitale. Il avait accepté de m'y emmener, sans ne rien demander en retour. Un brave homme, il semblerait... bien que je craignais qu'il ne clamse avant que l'on arrive à destination ce bon monsieur. L'avantage en tout cas, c'était que je n'avais plus à transporter ces satanés yoyos pendant quelques temps, dieu merci.

Le temps passait, et se faisait de plus en plus long. J'observais les alentours, sans ne jamais voir le moindre signe de Kansei. C'était à se demander si cette Capitale n'était pas à l'autre bout du pays, ma parole. Et puis, je commençais à ressentir une douleur au ventre. Pour l'instant, rien de bien grave, ce n'était qu'anodin. Je faisais cependant le lien avec ce que m'avait dit Len, et compris que ce mal de ventre provenait des baies qu'il m'avait refilé afin de me guérir. Super... j'vais oublié ce détail. Bon après, ce n'était pas si dérangeant que ça. Pour l'instant en tout cas.

    ▬ Excusez-moi m'sieur, Kansei c'est encore loin ?


Je m'étais avancé, passant ma tête par le devant de la charrette afin de discuter avec le conducteur. Celui-ci se retourna vers moi, visiblement surpris.

    ▬ Qui es-tu ? Que fais-tu dans ma charrette ?
    ▬ Com... quoi ? Bah, vous m'avez dit de monter pour m'emmener à Kansei, vous vous souven...
    ▬ AH OUI ! Kansei c'est de l'autre côté mon p'tiot.


... Vraiment ? Ce vieux était encore plus gâteux que ce que je ne l'avais imaginé. Soupirant, je sautais de la charrette en récupérant mes yoyos -pour mon plus grand plaisir-. Il était hors de question que je continue à m'éloigner de ma destination à ses côtés, tant pis si je devais me taper tout le reste du trajet à pied, et avec ces deux poids lourds à traîner.

Mais avant toute chose, il fallait que je repère où est-ce que ce vieil homme m'avait emmené. Décidément, je n'avais pas de chance avec les vieux depuis mon réveil, maintenant que j'y repense. Mais bref, concentrons nous sur notre principal objectif, à savoir repérer où j'étais.

Dans cette région, il y avait quelques grands lacs, ainsi que des villages civils visiblement. Je me dirigeais vers l'un d'entre eux, afin d'obtenir des renseignements.

En y entrant, j'entendais pas très loin d'ici un homme hurler, visiblement en colère. Je pouvais apercevoir un ameutement de personnes autour d'une boutique, et j’accourrai dans cette direction afin de voir ce qu'il s'y passait. Et, effectivement, il y avait bien quelque chose qui se tramait. Un homme, visiblement le propriétaire de la boutique, s'en prenait à un autre homme ainsi qu'à un jeune garçon. On pouvait voir dans le regard du vendeur qu'il était prêt à vraiment leur faire du mal, pour une raison qui me dépassait. Et autour de nous, il n'y avait personne pour l'arrêter ? Parmi tout ce monde ?

Agacé, je ramassais un caillou que j'envoyais dans le crâne de l'agresseur, tout en en gardant un second dans le creux de ma main au cas où.

    ▬ Hoy, t'as fini oui ?


Lui disais-je en lui tirant la langue, tout en me dirigeant vers les deux  qu'il avait prit pour cible. Je ne m'étais sans doute pas mis dans une affaire très intelligente, mais je ne voulais pas laisser cet homme faire sa loi. Je l'entendais rager, grogner, alors qu'il avait sa main contre sa tempe, n'ayant visiblement pas apprécié ce lancer de caillou. Il n'était pas gros, mais assez pointu, de quoi ne pas le laisser de marbre. Le jeune garçon était plus jeune que moi, et visiblement ses parents n'étaient pas dans le coin. Ou alors, ce serait vraiment des parents indignes.

    ▬ Venez, vaut mieux partir avant qu'il ne s'en reprenne à vous.


Même si je sais que par le passé j'ai été, apparemment, un assassin... je ne pense pas en avoir gardé grand-chose. Je savais pertinemment que je ne serais peut-être pas en mesure de mettre cet homme hors d'état de nuire. Et avant d’aggraver la situation, le mieux était sans doute de nous retirer.

    ▬ GRAAAAAAAH vous m'échapperez pas !!!!


Il hurlait de toutes ses forces, comme s'il était enragé.



    ▬ Oh ! Il fait flipper ce gars, partons vite !


Mais dans quel pétrin m'étais-je fourré, au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 41
Yens : 528
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux assassins et un amnésique   Dim 30 Juil - 13:06











• Cas de force majeure •



Les regards inquiets et parfois niais des personnes qui nous entouraient sans rien faire étaient insupportables. Mais que pouvais-je bien y faire ? Il y aurait certainement eu un moyen pour me débarrasser de cette enflure. Si j’utilisais le roux qui s’était interposé pour créer la panique j’aurais très bien pu avoir une ouverture. Si cela marchait, j’aurais fait pire que tuer ce Fukiji, je l’aurais pris tous ses biens. Mais avant même que je ne mette mon plan en exécution, avant que je ne dise à haute voix que Fukiji avait tué ce jeune garçon avec un coup-de-poing, quelqu’un intervint. Mon regard mi-clos alla voir de qui il s’agissait, et ce fut un jeune garçon aussi, qui arrivait à ma taille. Ce dernier avait jeté une pierre au marchand, et s’était interposé au sein de la situation.

Qui était-il ? Son accoutrement laissait penser à un être qui n’était pas de ce monde. Contrairement à mon kimono qui me fondait dans la masse, il avait une sorte de short et un T-shirt placé par-dessus un pull bleu. Il devait donc certainement être fort, assez fort pour vaincre le gros Fukiji. Seulement, à ma grande surprise, ça ne fut pas le cas car il nous demanda explicitement de courir pour échapper à son châtiment. Ne pouvait-il pas le vaincre ? Les élus pouvaient-ils eux aussi craindre des natifs ? À moins que l’intervenant ne soit un nouveau venu dans ce monde et qu’il n’ait pas encore eut le temps de récupérer tous ses pouvoirs. Quoi qu’il en soit, il avait au moins pu attirer l’attention du radin colérique, un fait qui devait avant tout être loué.

Je m’apprêtais à courir, quand j’aperçu que le roux n’était plus des nôtres. Il s’était heurté la tête contre une pierre quand il est tombé et avait perdu connaissance. Malheureusement, si nous devions courir, il aurait très certainement été capturé et aurait subit la colère du marchand pour nous tous. Je ne pouvais pas l’abandonner alors qu’il m’était venu en aide. Mais s’attarder sur lui, allait me ralentir dans ma course prochaine. Je n’avais donc plus d’autre choix. J’allais devoir prétendre sa mort, pour semer la panique et nous faire gagner du temps. Au moins, il aurait pu aller à l’hôpital le temps que nous nous serions fait la malle.

De l’autre côté de la grande ruelle sur laquelle nous étions, une charrette transportant plusieurs chiens féroces passait par là. Mais parce qu’une vieille devait traverser juste en face de lui, il dut s’arrêter pour la laisser passer, sans oublier bien évidemment d’exprimer son mécontentement.

-S’pèce de vieille charpie !!! Vous allez vous remuer oui ??!!! Je n’ai pas que ça à faire.

Les paupières initialement closes de la vieille, s’écarquillèrent soudainement. Elle interrompit alors sa traversée pour observer le jeune chauffeur un moment avec fureur. Usant de sa fière canne, elle n’hésita pas à tapoter la tête des chevaux, avec une force aussi imposante que celle d’une mouche.

-À qui parlez-vous ainsi jeune branlotin ??!!! N’avez-vous donc aucune éducation ?!! Soyez maudit !!!...

Bien sûr, la discussion ne s’arrêta pas là. Seulement, alors que l’attention de tout le monde était détournée soit vers le litige du comptoir, soit vers celui de la vieille femme, une personne vêtue d’une casquette fit son entrée en scène. Profitant de l’affluence de la population et du manque de regards dans sa direction, il ouvrit la portière arrière de la charrette qui transportait la cage à chiens. Soudainement, les canidés se ruèrent vers l’extérieur avec toute la férocité qu’ils avaient contenue depuis bien longtemps. Les premières victimes furent les plus proches de la charrette. Évitant que le nombre de victimes ne cesse de grandir, une voix s’éleva dans la foule pour signaler.

« CHIENNSSS !!! DES CHIENS !!!»

Dans un brouhaha incroyable, les chiens s’en allèrent dans tous les sens, pour attaquer les personnes qu’elles voyaient à leur disposition. Il ne faisait aucun doute qu’on aurait accusé le transporteur, qui avait très certainement mal fermé la cage, alors que la vérité était toute autre. C’était là, un tour digne de Minshujins. Quoi qu’il en soit, de notre côté, une personne vêtue d’une casquette porta le jeune garçon évanoui à son épaule et se présenta à nous. Il était celui qui avait ouvert la cage de chiens pour semer la panique. Un être rusé donc. Mais dans l’urgence de la situation, je n’eus d’autre choix que de l’écouter.

-Ne vous inquiétez pas, je suis de votre côté. Suivez-moi vite avant qu’il ne s’en rende compte. Dit-il en parlant de notre assaillant.

En effet, même le marchand fut contraint de rentrer dans son comptoir pour fermer sa boutique le temps que le problème soit réglé. Mais une fois qu’il s’en alla, un autre souci se dessina sous nos yeux : les chiens. Comment fuir les quatre chiens qui étaient derrière le trio que nous formions. Trio constitué de moi, le garçon aux cheveux blancs et le garçon à la casquette qui avait sur son épaule le roux évanoui. Une course aurait été nécessaire. Mais mon endurance avait été grandement affaiblie depuis mon arrivée à Kosaten. De ce fait, c’était véritablement, un cas de force majeure.


For Kirua:
 



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 280
Date d'inscription : 06/07/2017
Age : 21

Progression
Niveau: 2
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Killua Zoldyck ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux assassins et un amnésique   Jeu 3 Aoû - 17:50

Cet homme me semblait dangereux. Il avait visiblement facilement mis à terre l'homme et le garçon, et était dans une rage folle, qui paraissait bien difficilement contrôlable. Il semblait ne pas pouvoir se canaliser, et même la population autour semblait en avoir peur. Il n'y avait eu personne pour lui tenir tête à part eux deux. Je m'étais en effet peut-être mis dans la merde, pour des raisons qui ne me regardaient même pas. Il fallait qu'on s'enfuit, c'était sans doute le mieux à faire, mais... c'était sans compter sur l'état du garçon aux cheveux roux. Il était inconscient par terre, le choc avait du être un peu trop violent pour lui. Il n'était donc pas apte à courir, et on ne pouvait pas le laisser ici.

C'était pas pratique, du tout. Au loin, on pouvait entendre de nouvelles voix s'élever. Il s'agissait d'un homme conduisant une charrette, ainsi qu'une vieille sur la route qui lui bloquait le passage, et tapa ses chevaux avec sa canne. Mais... c'est quoi cet endroit sérieux ? Sont-ils tous aussi violents les uns avec les autres par ici ? C'était dur à croire, mais je commençais à sérieusement me poser des questions. Cependant, ce n'était pas le seul problème...

Peu de gens semblaient y avoir prêté attention, mais un autre homme derrière profita de la confusion afin de libérer les chiens enfermés dans la charrette. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant que le désordre le plus total soit déclenché. Les chiens enragés sortirent de leur transport, avant de se déchaîner sur les personnes aux alentours. C'était le bordel le plus total : des cris, des aboiements, des blessés et des gens poursuivis par ces chiens. Un véritable massacre entre autre.

Cet homme se dirigea ensuite vers nous; et nous annonça qu'il était de notre côté, et qu'on devait le suivre pour échapper au marchand. Il avait fait tout ça... pour nous venir en aide ? En libérant ces chiens et en blessant tous ces gens ? Mais quel genre de fou était-ce ? C'est quoi cet endroit, vraiment ?

Cependant, je n'avais pas vraiment le temps de tergiverser, puisque les chiens allaient finir par nous tomber dessus. Il prit le rouquin sur son épaule, et on commençait à courir afin de s'enfuir d'ici au plus vite. J'observais cet homme qui avait foutu ce bordel d'un mauvais oeil, guettant ses moindres faits et gestes.

    ▬ Vous m'inspirez pas vraiment confiance...


C'était un fait, mais encore une fois je n'avais pour l'instant pas vraiment le choix.

On courrait alors aussi vite qu'on pouvait, mais je rencontrais de sérieux problèmes à poursuivre ma course. Les deux yoyos que je traînais étaient vraiment trop lourds, et même si leur poids était amoindri par le fait qu'ils puissent rouler... en courant aussi vite, c'était une toute autre affaire. De plus, mon mal de ventre ne cessait de s'accentuer, et je commençais vraiment à souffrir. C'était vraiment des baies curatives qu'il m'avait donné ce Len ? Pourquoi en plus d'être dégueulasse, il devait y avoir un contrecoup aussi important ? Parce que là, je n'appelle pas ça avoir un peu mal au ventre, mais plutôt... avoir l'impression que mon estomac se tord dans tous les sens possibles et imaginables. Une véritable torture, qui ne cessait de me ralentir. Les chiens se rapprochaient de plus en plus. Je tirais aussi fort que je le pouvais sur mes bras pour tirer les deux yoyos derrière moi, mais ils étaient bien trop rapides.

Les aboiements ne cessaient de s'accentuer, preuve qu'ils se rapprochaient de plus en plus. Et soudain, ce fut le drame. Une puissante douleur me lançait au niveau de ma jambe, alors que je sentais des crocs se refermer sur cette dernière, me lâchant un cri de douleur.

    ▬ Saleté !


Néanmoins, le chien qui m'avait rattrapé s’emmêla dans le fil de mon yoyo, et perdit son équilibre avant de se ramasser par terre. J'avais cependant lâcher prise sur ce dernier, et je ne pouvais pas me retourner pour aller le récupérer. Je grognais intérieurement, comme si je sentais avoir perdu une part importante de moi-même. Même s'il m'en restait un, je comptais sur ces jouets pour me guider afin de retrouver ma mémoire. Maintenant, j'en avais un de moins, à cause de ces satanés chiens. Il fallait que je le retrouve...

Mais à l'heure actuelle, ce n'était pas possible. Bien qu'allégé un peu, mon ventre me faisait toujours autant souffrir, tout comme ma jambe droite qui m'handicapait beaucoup. Elle saignait. Ce chien n'avait pas hésité à me mordre férocement jusqu'au sang, et je rencontrais des difficultés à courir efficacement et sans douleur.

Après un bon moment de course, il semblerait qu'on ait semé ces foutus chiens. Tant mieux.

    ▬ Il faut que je récupère mon yoyo, je... AIE...


La douleur à ma jambe me fit tomber au sol, sur les fesses. Adossé contre un rocher, je regardais ma blessure qui n'était pas des moindres.

Furieux, je regardais l'homme qui avait libéré les chiens, et qui nous avait conduit jusqu'ici.

    ▬ Qu'est-ce qui vous a pris de libérer ces chiens, baaaaaka ?! Vous imaginez tous ces innocents qui ont payé pour ça ?!


En m'énervant, une nouvelle douleur me lança. Ce coup-ci, au ventre. Décidément...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 41
Yens : 528
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux assassins et un amnésique   Sam 5 Aoû - 15:21











• À l'abris •



Les chiens s’en allaient dans tous les sens, cherchant à dévorer le premier individu qui aurait eu la malchance de tomber sous leurs griffes en premier. Leurs crocs enduits de leurs salives, leurs yeux d’un rouge vif se posaient sur tous ceux qui courraient sous la panique. Et alors, je vis une d’entre ces bêtes qui avait pris, malheureusement pour moi, la décision de me suivre jusqu’à ce que la mort – ou le sang – nous sépare. Bien évidemment, je pris le large, dans la même direction que celui qui nous avait à priori tirés de là. Et aussi vite que je pouvais me déplacer, le clébard s’entêtait à nous suivre avec tout autant de vigueur. Malheureusement aussi, je vis le jeune garçon qui ne courrait pas assez vite, certainement à cause des deux trucs qu’il avait entre ses mains. Ça le ralentissait énormément, si bien qu’il ne tarda pas à se faire mordre. Je m’arrêtai sur le moment, prenant de lourdes pierres pour les jeter sur les chiens qui voulaient persister. Bien évidemment, je visais uniquement les têtes.

Trois fuirent et le quatrième était pris au piège par le fil du yoyo transporté par le jeune garçon. Peu de temps après, après avoir contourné les ruelles du petit village, nous étions dans un endroit sûr, en hauteur cette fois-ci. Après avoir monté les escaliers d’une maison et grimpé pour arriver sur un toit, nous étions plus ou moins en sécurité. C’est alors qu’essoufflé, j’écoutai les paroles du jeune garçon aux cheveux blancs. Il semblait mécontent du résultat. Comment ne pas ? Il s’était fait mordre et avait perdu un de ses outils.

Mais avant que je ne puisse parler, notre étrange héros, se débarrassa de son chapeau, laissant arborer ses cheveux d’un bleu nuit et un sourire qui décrivait sa fierté. Sur ses cent cinquante-six centimètres de hauteur, il était vêtu comme un commerçant. Toutefois, les chances qu’il ne mettait cet accoutrement qu’en guise de déguisement étaient très grandes. Quoi qu’il en soit, il prit la parole pour répondre au blessé.

-Tes espèces de trucs qui pesaient comme pas possible ? Ils t’ont freiné dans ta course c’est évident. Généralement quand on est poursuivi, on se débarrasse des trucs lourds pour venir les reprendre plus tard, mais toi tu ne l’as pas fait. C’est la seule raison pour laquelle tu as été mordu. Encore que, les innocents que tu défends, sont les mêmes qui vous ont regardés vous faire défoncer sans réagir. Tu penses qu’ils seraient intervenus si on vous attaquait avec une arme ? Du coup, je pense qu’au lieu de me cracher à la figure, vous devrez vous montrer un peu plus reconnaissant envers moi.

Il n’avait pas tort, toutefois, je n’étais pas totalement d’accord avec ses agissements, non plus. Il aurait très bien pu causer la mort d’un jeune garçon qui passait par là sur une simple farce. C’était totalement inconcevable certes, mais les chances pour que ça soit arrivé restaient grandes. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas mentionner cela pour le moment. Je me contentai de me relever tout en observant les deux personnes qui étaient autour de moi, avant de m’incliner généreusement.

-Je vous remercie, tous les deux, de ne pas m’avoir abandonné à mon sort et de m’avoir sorti de là ainsi que le jeune garçon. Je me présente, je suis Li Shenshung.

-De rien vieux, je le referais si je devais. Mon nom est Tadewashi Saito. Et pour toi, le blessé, je vais chercher ton… jouet ? Et te le ramener sur-le-champ. Je m’excuse aussi de t’avoir offensé. Je voulais vous aider avant tout. Ce que vous avez vécu aujourd’hui, on le vit chaque jour dans le coin.

-Nous ne devrions pas voir un médecin pour sa jambe ? Il se pourrait que les chiens soient infectés.

-Pour ça, il nous faut de l’argent et je n’en n’ai pas. Je vais essayer d’en piquer un peu partout et on fera avec ce qu’on aura.

Sur ces mots, il marcha progressivement pour aller prendre les outils du jeune garçon aux cheveux blancs. De ce fait, je m’approchai du garçon avant de dire :

-Est-ce que ça va ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Deux assassins et un amnésique   

Revenir en haut Aller en bas
Deux assassins et un amnésique
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un maitre, un sith et une jeune amnésique. [Pv Aykan, Horus]
» Hanako Hyûga, amnésique adoptée [chuunin-juunin]
» Deux assassins pour une seule cible [PV: Larme Pourpre/Haven Do'orst]
» Gwendael, elfe amnésique.
» (m) david gandy # un mari amnésique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.