Partagez | .
Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)
Messages : 68
Yens : 681
Date d'inscription : 20/04/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Raiten Eliabrit ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Mar 19 Sep - 23:57

Le jour était loin d’être levé sur l’île volante de Tenshi quand Raiten décida d’en faire de même. Avec tout le stress et l’incompréhension d’être apparue sans explication dans un monde qui n’avait apparemment rien en rapport avec son univers d’origine, elle n’avait pas réussi à dormir une seule seconde. D’énormes poches pendaient sous les yeux de la jeune femme, lui donnant une mine abominable. Heureusement que le fermier qui l’avait recueilli était encore endormi, sinon, il aurait bien pu prendre son invité pour une folle furieuse en soif de sang, ce qui aurait, par ailleurs, sûrement confirmé les premières impressions de la veille. Lentement, pour ne pas réveiller son hôte, Raiten s’extirpa de son lit de paille malodorant.

La bicoque du fermier était faiblement éclairée par l’éclat doux et blanchâtre de la lune. Avant d’aller se coucher, le fermier avait préparé un sac de provision pour le voyage de la bretteuse. Il lui avait même laissé une carte, indiquant la prochaine destination de Raiten. Comme indiqué par le vieil homme, il y avait effectivement une ville à plusieurs lieues de là. D’un rapide calcul de tête, elle estimait pouvoir s’y rendre avant la fin de la matinée. Elle ne souhaitait pas spécialement se presser, sentant bien qu’elle avait violemment été affaiblie en arrivant dans ce nouveau monde. Et elle ne s’en inquiétait pas plus que ça, se doutant qu’elle récupérerait ses capacités en temps voulu. Pour remercier l’hospitalité du fermier, la Gardienne prit un papier et un bout de fusain pour rédiger un petit mot. Comme d’habitude, Raiten fut concise : « Merci de votre accueil. Nous vous sommes redevables. Acceptez cette gemme comme cadeau. »

Elle déposa alors sur la lettre une des gemmes vierges censées accueillir l’esprit d’un Golem qu’utilisaient les Gardiens. Sans exactement savoir pourquoi, elle sentait qu’elle n’allait plus en avoir besoin, ce monde n’étant pas régi par les mêmes lois que le sien. Puis, mettant toutes ses affaires sur le dos et avec changé sa tenue en quelque chose de plus confortable pour la marche, elle partit.

Durant la première moitié du voyage, Cristal resta étrangement silencieux. Raiten aussi. Cette randonnée lui permit de découvrir les curieux paysages de Tenshi. Elle était émerveillée en voyant toute cette brume déposée sur les routes et les champs tout autour d’elle. Elle avait l’impression de se retrouver dans un monde féerique qui n’existait que dans les contes pour enfants. Car même dans un monde où des gens maîtrisaient les pouvoirs des éléments, il y avait des histoires encore plus folles et farfelues que l’on racontait aux enfants le soir pour qu’il s’endorme. Peu après le lever du soleil, elle s’arrêta au bord de la route, s’asseyant sur un rocher et mangea un peu de pain et de viande séché. Une fois repue, elle reprit la route.

Cristal conversa un peu plus. Il lui expliqua que la zone dans laquelle il pouvait étendre sa résonnance était bien, bien réduite. D’après ce qu’il en avait compris des expériences qu’il avait mené alors que Raiten avançait tranquillement, le cristal que portait la Gardienne à son coup semblait agir comme un centre neuronale. Sa résonnance ne pouvait s’étendre que sur une dizaine de pas. Au-delà, c’était comme si sa résonnance s’affaiblissait trop pour s’implanter suffisamment. Il semblait donc que lui aussi avait été affaibli par quelque chose en arrivant dans Kosaten. Enfin, qu’importe les efforts qu’il mettait, il ne parvenait pas à faire résonner le cristal sur le front de Raiten, signe qu’il n’était pas un caillou ordinaire.

Raiten avait visé juste et était arrivé peu avant le zénith. Elle découvrit la ville répondant au nom de Shiriai. En arrivant à la porte, elle remarqua la face des gardes se décomposer de plus en plus, au fur et à mesure que la jeune femme approchait. L’un d’entre eux hoqueta :
- Qui... qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Si vous avez de mauvaises intentions... faites... faites immédiatement demi-tour.
- Je suis Raiten, prononça-t-elle avec son flegme habituel, curieuse sur les raisons poussant les gardes à se comporter aussi prudemment. Je suis arrivée ici hier soir. Je viens chercher des informations.

Elle comprit alors quelle était la raison : des gemmes d’ambres accrochées à ses bagues fuyaient toute l’énergie des Dragons Jumeaux. Il n’y avait donc que Raiten et Cristal qui avait été affecté par l’affaiblissement. Elle prit peur pendant un instant que les Golems s’évadent de leur prison et fit un pas en arrière par réflexe. La tension entre la Gardienne et les gardes de la ville augmentait à chaque instant. Cristal apparu alors dans un flash, espérant pouvoir calmer le jeu, mais créant au passage un nouvel effet de surprise indésirable :
- Je vous en prie, messieurs, gardez votre sang-froid. Malgré son apparence et son... aura, mon amie ne vous fera aucun mal. Nous souhaitons simplement comprendre les raisons qui ont fait que nous somme atterrit dans ce monde. N’y-a-t-il personne pour porter assistance à deux esprits en peine.

Contextuelle:
 


Dernière édition par Raiten Eliabrit le Jeu 28 Sep - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Yens : 1274
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Jeu 21 Sep - 7:19

Il existait une myriade de problèmes divers et variés qui se posaient lorsqu’on forçait une cohabitation – plus qu’intime – à plusieurs versions, différentes selon l’univers, d’un même individu. Et un de ces problèmes notables, par exemple, pouvait être relativement concret : les périodes de sommeil et les petites habitudes du matin. Certains aiment se lever tôt, pour rentabiliser leur journée au maximum. Certains aiment se coucher tard, car c’est aux premières heures de la nuit qu’ils sont le plus stimulés, et le plus à même de se montrer productifs. Certains aiment dormir des heures, et ne se réveiller que très progressivement si rien ne force à se tirer du lit : qui n’a jamais été pris au piège dans une couette un peu confortable ? Et certaines … Ne supportent pas de patienter durant des heures et des heures que leur hôte, qui a trouvé la magnifique idée de s’endormir vers 3 ou 4 heures du matin, fasse la grasse-matinée, se réveille, se rendorme, et se dise à plusieurs reprises « 5 minutes de plus », alors qu’à chaque fois, les « 5 minutes » correspondent plutôt (selon l’affichage de l’interface) à une bonne demi-heure.

Sado Maso


… Bon, là, yen a marre. BEEP BEEP BEEP BEEP BEEP BEEP BEEP BEEP


Le fossoyeur, par un réflexe parfaitement compréhensible pour un individu de son époque, sortit un bras endormi du lit, frappant un peu au hasard sur l’écran de son interface, le micro super-ordinateur qui se trouvait sur sa table de nuit, avec un magnifique « Gnnn… Mouais, ouais, ta gueule … ». Force fut très rapidement de constater que le geste manqua d’efficacité au point d’être … Parfaitement inutile.

BEEP BEEP BEEP BEEP


GnnméTA GUEEEEEEEEEEEEEEULE !

Le silence régna pendant quelques secondes dans la pièce après ce hurlement, au plus grand plaisir du mercenaire de l’espace qui lâcha un petit soupire de soulagement.


… Beep ?


OK ! Ok. C’est bon, t’as gagné … Envoyant sa couverture voler à travers la pièce d’un geste rageur, le rouquin se releva de mauvaise grâce, grinçant des dents alors qu’il s’étirait. Je me lève. Là. Contente ? Putain …

Rhooo, allez, fais pas la gueule ! Une autre journée magnifique qui commence ~


J’ai vu beaucoup plus magnifique comme début de journée que de me faire réveiller par une pisseuse qui s’est prise pour mon réveil matin.

Moi aussi je t’aime ~


Grommelant dans sa barbe inexistante, le rouquin soupira, alors qu’il se traînait de façon un peu molle jusqu’à sa salle d’eau, dans laquelle il se rinça le visage et le corps quelques instants, avant de s’alimenter sommairement,  et de sortir de chez lui. Dans la mesure où, à ce qu’on disait, une bataille d’envergure s’annonçait entre Seika et Fuyu dans les prochaines semaines, voir les prochains jours, il avait préféré rester à la capitale, où il profitait d’une vie paisible, et surtout pouvait se rendre sur les endroits où il y avait de l’action en un rien de temps. Il ne savait pas jusqu’à quel point le conseil voudrait se mouiller dans cette guerre, mais il était pratiquement certain qu’il ferait mieux d’être présent et disponible lorsqu’ils prendraient leur décision … Sans parler du fait que le téléporteur se trouvait ici. A côté de cela, il ne s’était pourtant toujours pas présenté à l’académie martiale pour y recevoir les leçons qu’on lui avait pourtant offertes … L’idée d’aller, de son plein gré, s’enfermer dans un cadre militaire conventionnel lui donnait de l’urticaire. C’était moins question d’envie de liberté que de crainte des épreuves qu’il subirait : lorsque, dans son univers, il avait voulu entrer au sein des corbeaux tornades, il avait passé des épreuves qui auraient étés fatales à des individus plus faibles … Et s’il savait la chose factuelle, c’était tout simplement parce qu’une bonne partie de sa « promotion » avait terminé bonne à être bourrée de sédatifs à vie, dans un asile de fou, ou handicapé grièvement … Lorsque ce n’était pas dans une house noire, avec leur nom sur une petite étiquette attachée au gros orteil gauche.

Lorsqu’il sortit de chez-lui, le mercenaire, qui avait emporté quelques-uns des livres de la bibliothèque qu’il avait emprunté, prit la direction de la sortie de la ville : un peu de lecture dans un coin tranquille à la campagne lui ferait du bien … Or, contrairement aux cités-ruches qu’il avait eu l’occasion de voir, ou aux immenses croiseurs spatiaux sur lesquels il passait la plupart de son temps, Kosaten, ou en tout cas Tenshi, disposait d’espaces verts conséquents et purs, qui restaient assez aisément accessibles depuis la ville. Quelques dizaines de minutes de marche … et plus une maison à l’horizon. En prime, les gens de la campagne n’avaient, pour une bonne partie d’entre eux, pas forcément entendu parler de l’arrivée des élus : rencontrer de nouvelles personnes et leur dire qu’il venait d’un autre monde était une source de divertissement assez exquise, en bonne partie du fait de sa rareté … Il aurait pu se sentir coupable de voler cette joie aux prochains élus du cristal géant, certes. Mais en fait … non.

Cependant, ses plans furent plus ou moins chamboulés lorsqu’il remarqua, à l’entrée de la ville vers laquelle il se dirigeait, qu’il … y avait probablement un problème ? En soit, 3 ou 4 personnes regroupées et qui discutent, c’est tout ce qu’il y a de plus anodin. En rajoutant deux gardes dans l’équation, on peut penser que les choses pourraient légèrement être tendues, mais à priori, rien de bien grave. L’apriori disparaît lorsque les gardes reculent, et que l’un d’eux tient sa lance d’une manière à mi-chemin d’être offensive. Et enfin, pour confirmer que oui, il y avait bel et bien une locuste dans le ragoût au fromage, la demoiselle semblait en possession de bijoux … Fort lumineux. Le fossoyeur se massa un instant les yeux, incertain de ce qu’il voyait. Puis, lorsque ses prunelles entièrement immaculées lui confirmèrent ce qu’il voyait, il soupira, et se rapprocha avec l’intention plus ou moins visible d’interférer dans cette situation avant qu’elle ne dégénère … Déjà qu’il semblait y avoir quelques curieux qui se regroupaient …

HEUM. Excusez-moi ! Parlant à volume élevé pour que le quatuor remarque bien sa présence, le rouquin s’approcha du groupe, hochant la tête. Bonjour. Je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre … Il faut de l’aide pour deux âmes en peine ? Laissez-moi faire. Se tournant presque aussitôt vers les deux soldats, il les observa un instant … Puis soupira. Laissez-moi deviner. Vous avez envie de faire de gros bisous à la même fille ?
… Comment vous avez de-
Non ! Non mais non, ce n’est pas ça le problème !
Vous êtes sûr ? ça a l’air de vous poser problème pourtant.
Mais … ça ne vous regarde pas !
Ecoutez mon vieux, j’suis pas venu pour me mêler de vos oignons hein, croyez pas le contraire, mais je pense que ça pourrait vraiment vous faire du bien si vous preniez un peu de temps pour en discuter entre vous, posément … Je vous assure, vous devriez essayer.
Non, monsieur, le vrai problème ici c’est cette jeune femme et … cet homme apparu de nulle part …
Le fossoyeur se tourna un instant vers Raiten. Reculant d’un pas, il l’observa, parcourant sa silhouette de la tête aux pieds, puis des pieds à la tête. Puis, tirant une moue, il se tourna de nouveau vers les soldats. Vous êtes sûrs que ce n’est pas votre histoire de filles ?
Mais NON, vous le voyez bien !
Alors. Là tout de suite, face à moi, je vois deux idiots qui s’entre-frustrent sur le plan personnel, ce qui biaise quelque peu leur jugement sur le milieu professionnel. Lààààà … Se tournant vers la jeune femme, il fit un pas en arrière, tendant les bras vers elle : Je vois une demoiselle à l’expression un peu austère mais surtout fatiguée, ne portant pas d’arme sur elle, avec un bon gros sac de voyage dans lequel elle a rangé je ne sais quel fourbis, qui poireaute à l’entrée de la ville alors qu’elle est simplement venue, en pleine journée, pour demander ….
Des informations, a-t-elle dit.
Ah. Je pensais qu’elle voulait un bon lit et quelques heures de sommeil.
Mais regardez ce qui se dégage de ses bagues !
Coco, mon sourire dégage parfois une aura plus menaçante que ces deux pierres précieuses montées sur des anneaux dorés. Moi je dis : nous sommes dans une terre emplie de magie, d’îles volantes, de dieux dragon serpent et piaf qui se cognent sur le coin de la gueule, alors on peut bien laisser la demoiselle avec ses deux bagues étranges. Hey, au pire, vous savez quoi ? Je vais l’emmener consulter un magicien capable de dire si elle pose un vrai danger avec ces trucs ou pas. Contents ?
Les deux gardes semblèrent hésiter encore un instant … Avant que celui de gauche ne finisse par lâcher un soupire, redressant sa lance. Content. Mais c’est bien parce que vous êtes un élu …Haïzen.
… On se connaît ?
Vous m’avez fait ratiboiser la capitale avec 24 autres collègues, pendant une semaine …
… C’est vrai tiens, j’t’avais pas reconnu avec le casque. Bref, merci messieurs, je prends les choses en charge à partir d’ici, eeeeeeet à plus tard. Se tournant vers Raiten, puis Cristal, le rouquin tira une moue, puis soupira : Et vous, je ne sais ni ce que vous faites là, ni en quoi vous êtes impliqués, mais vous avez qu’à venir aussi tant qu’à faire. Vous êtes de la région ? Parce que sans vouloir paraître raciste, vous avez pas particulièrement l’air d’être de la région. Après j’peux me tromper hein, j’ai pas vu grand-chose de la région pour l’instant …Mais si vous êtes du coin, n’hésitez pas à le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 68
Yens : 681
Date d'inscription : 20/04/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Raiten Eliabrit ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Jeu 21 Sep - 18:37

La situation de Raiten ne s’était pas vraiment améliorée quand Cristal apparu de nulle part. Il avait surpris des gardes qui n’avait pas vraiment besoin de plus de stress alors que la tension semblait à son paroxysme. Sans le savoir, Raiten aurait pu résoudre ce problème d’un simple geste : si elle avait relevé sa frange, les gardes auraient vu le gros cristal sur son front et auraient compris qu’elle était une élue. Mais n’étant même pas au courant de son statut d’élue de Tenshi et de la raison de la présence de cette gemme, elle n’avait pas pu penser à ça. Elle était prête à faire demi-tour et aller chercher des renseignements autre part, souhaitant éviter à tout prix d’avoir à se défendre. Elle restait une Gardienne après tout et ne devait pas attaquer des civils…

La providence se présenta sous les traits d’un jeune homme à l’allure étrange. Les yeux couverts par de curieuses lunettes. Les cheveux roux tirés vers l’arrière et maintenus par un bandeau vert. La tenue excentrique et cet air espiègle, farceur voire moqueur sur le visage. En un instant, il avait réussi l’exploit de faire plus tâche dans le tableau qu’un rat sur un trône. Une apparence si inhabituelle que le fil de pensée de Raiten s’emballa et qu’elle ne put retenir un :
- Étrange personne…

L’inconnu s'immisça dans la conversation entre les deux arrivistes et les deux gardes, souhaitant bien comprendre ce qu’il se passait. Il échangea plusieurs secondes avec ces derniers, apparemment persuadé que c’était une affaire de cœur. Enfin, ça, c’était si Cristal comprenait bien la conversation et l’avait bien interprété, car Raiten, de son côté, était complètement perdue, le jeune homme partant dans de longues phrases incompréhensible la pauvre maudite. Un coup, il parlait de faire des bisous, puis de se mêler à des oignons, d’agir comme un poireau. Pour la Gardienne, c’était déjà trop, aussi préférait-elle attendre la fin de la discussion pour demander une traduction simplifiée à Cristal. Ce dernier était plutôt blasé par le caractère de leur sauveur et ne donna que les informations les plus importantes, négligeant les plaisanteries du rouquin.

Le dialogue se recentra finalement sur les besoins en information du duo. Pour régler cette situation tendue, l’inconnu se proposait d'accompagner Raiten et Cristal jusqu’à un magicien pour confirmer qu’ils étaient globalement inoffensifs. Si aucun des deux intéressés ne savait ce qu’était un magicien, c’était une occasion en or et Cristal décida de rebondir :
- Merci infiniment. Vous verrez, Raiten ne présente aucun danger pour les habitants de cette ville.
- Ne mentons pas, corrigea immédiatement la jeune femme. Je n’ai pas envie qu'Aum et Est se déchaînent sur des civils parce que je suis devenu faible. Attendons un avis avant de conclure.

Si Cristal avait une main et une tête bien réelles et matérielles, il aurait sûrement essayé de les faire fusionner par la force quand il entendit cette remarque. Bien évidemment qu’il avait menti, mais c’était pour rassurer les gardes afin qu’ils les laissent tranquille. Il savait cependant que Raiten était bien incapable de cacher un secret et qu’il ne devait pas vraiment tenir compte de ses écarts, mais il espérait pouvoir trouver une solution au problème que posait la malédiction de la Gardienne. Si seulement elle avait disparu en même temps que les capacités de Raiten...

Les gardes décidèrent de ne pas tenir compte de la remarque de la chevalière et laissèrent le duo aux mains du rouquin, qui répondait apparemment au nom de Haizen. Seulement deux lettres de différence, quel coup de la part du destin… le dénommé Haizen interpella enfin les deux arrivistes. Il les invita a les suivre et à lui expliquer la situation. Cristal stoppa sa projection et celle-ci disparut aussitôt. La Gardienne le questionna sur ses raisons et il lui répondit, parlant directement dans son esprit :
- Je ne peux pas simuler une marche aussi bien qu’avant, donc ça ne ferait pas du tout naturel.

Raiten haussa mentalement les épaules et prit la suite du rouquin. Alors qu’ils commençaient leur marche, elle essaya de répondre à ses interrogations :
- Je ne suis pas d’ici. Je viens du royaume d’Agartha. Je suis arrivé à Tenshin hier soir. Je voudrais comprendre pourquoi.
- Ce que Raiten veut dire, continua Cristal en infiltrant l’esprit d’Haizen pour communiquer avec lui, c’est que nous ne venons pas de ce monde… L’homme qui nous a recueilli nous a dit que nous étions des élus, mais nous ne savons pas vraiment ce que cela signifie. Connaitrais-tu quelqu’un qui pourrait nous renseigner ? Ah ! Et ne fait pas attention à ma voix, c’est un peu compliqué à expliquer…

Cristal ne parlait pas souvent avec de simples gens d’habitude, donc il oubliait facilement que parler dans le crâne de quelqu’un pouvait être troublant pour la personne...

Contextuelle:
 


Dernière édition par Raiten Eliabrit le Jeu 28 Sep - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Yens : 1274
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Dim 24 Sep - 15:41

Lorsque Cristal disparu subitement, le rouquin cligna à plusieurs reprises des yeux. Pour lui, qui était arrivé après sa rencontre avec les gardes, et donc son apparition soudaine, il s’agissait d’un être de chair et d’os … Logiquement donc incapable de se volatiliser de la sorte. Il n’avait pas prêté attention au moment où le garde lui disait qu’il « sortait de nulle part » : cela pouvait vouloir dire qu’il avait débarqué de l’horizon avec la jeune femme, ou que le village dont il était issu était inconnu au garde … à moins qu’il ne le connaisse et que ce ne soit un endroit tout petit. Ou alors, il existait un village sur Tenshi qui s’appelait « nulle part », mais dans ce cas, il ne l’avait pas vu sur la carte. Se massant un peu les paupières un instant, le fossoyeur lâcha un léger soupire … Il regrettait la confortable quiétude de ses draps.

L’artiste


… Est-ce qu’on vient d’halluciner ? C’est pas un peu tôt le matin pour ça ?


Tu serais surpris. Heum, les mecs ?
Oui ?
… Non, en fait à la réflexion, rien, laissez tomber … Suivez-moi mademoiselle.

Ce n’était peut-être pas la peine de laisser songer aux gardes qu’il avait quelques problèmes à discerner la réalité des visions provoquées par son esprit un peu malade et brisé … Bien sûr, il ne savait pas que les deux hommes lui auraient confirmé que le second individu venait de disparaître, sans quoi il n’aurait pas rétracté sa question avant de l’avoir posée. Cependant, alors qu’il avançait en ville, et que la jeune femme apportait quelques précisions sur sa condition toute particulière, l’idée qu’il souffrait de graves problèmes mentaux s’accentua lorsqu’une voix retentit dans sa tête, et lui expliqua un peu plus en détail ce que la blonde avait plus ou moins sous-entendu quelques temps auparavant. S’arrêtant en plein milieux de la rue, le rouquin ferma les yeux, cherchant à se concentrer une minute.



… Nom d’un tentacule de Kralamour, est-ce quelqu’un vient de parler dans ma tête …Alors que je suis dans ta tête ?



Oui, je confirme ! Mais personnellement … Je pencherais plus pour un télépathe que la crise de démence … Et ça avait la même voix que le mec il y a 30 secondes. Ou alors l’hallucination devient carrément plus puissante, si elle nous atteint aussi.




… BON. Il va falloir s’habituer à ça aussi, je suppose. Rouvrant les yeux, il se frotta un peu le visage avec les mains : Au moins, les aliens ne cherchaient pas directement à établir un contact télépathique. Heum, à part ça … Raiten, si j’ai bien compris ? Vous permettez ?

Tendant une main gantée relativement assurée vers le visage de la jeune femme, il la glissa sans brusquerie sous sa frange, qu’il souleva doucement, afin d’observer pendant quelques secondes cet éclat violet qu’il avait cru saisir entre les mèches blondes, un peu plus tôt. Lâchant un « Mhhh mhhh … » tout sauf explicite, il l’accompagna d’un ou deux « Mouais, mouaip … » en retirant un de ses gants. Dévoilant sa main, il révéla le dos de cette dernière, sur laquelle se trouvait un cristal similaire à celui de la jeune femme.

« être un élu » signifie grosso-modo « Hey ! Bienvenu dans un monde complètement différent du tien : Kosaten. On a des dieux, de la magie, des pays en guerre et du fun ! Et aucune idée de comment tu retourneras chez toi, si tu y retournes un jour. Tes pouvoirs ont presque entièrement disparu, mais ne t’en fais pas, la fraction qui te reste va se développer et tu vas remonter à ton maximum … Sinon plus, peut-être. Un jour. ». Haussant les épaules, le mercenaire se remit le gant en place, et repris sa marche. Ca, c’est les points les plus désagréables, mais ne t’en fais pas, je te ferais une explication détaillée et plus factuelle plus tard. La pierre que tu as sur le front, qui chez moi se trouve sur la main, est justement la preuve que tu es une élue : on l’appelle « le sceau », car il est supposé que c’est lui qui fait disparaître tes anciennes capacités. Il est différent selon la nation où tu te trouves, ici c’est un cristal, dans d’autres pays ce sont des tatouages. Si tu as des ennuis avec les gardes de Tenshi ou autres personnes de l’île, n’hésites pas à le montrer d’ailleurs : les élus de cet endroit sont encore extrêmement rare et peu courants, mais la population a une très bonne estime d’eux, de façon générale … Bon. Ici, c’est la bibliothèque principale de la ville. Suis-moi, je vais te présenter à quelqu’un.

Comme il fallait s’y attendre pour cette île où la connaissance était presque aussi révérée qu’une véritable déesse, la grande bibliothèque Tenshin était d’une taille conséquente, presque colossale même pour l’avancement technologique du peuple de l’île. De nombreux savoirs, provenant de partout sur l’île volante, avaient étés ici compilés en parchemins, volumes, rouleaux ou encyclopédies, et chaque jour, des dizaines – sinon plus – de curieux venaient assouvir leurs soifs de connaissances sur certains domaines, lire en toute quiétude, emprunter des ouvrages ou en fournir de nouveaux, fruits des dernières recherches. Le tout dégageait une atmosphère pourtant paisible, et particulièrement ordonnée lorsqu’on rentrait dans l’enceinte du bâtiment : les échanges étaient chuchotés, les érudits austères d’une discrétion exemplaire durant leur travail, et les lecteurs … Paisibles. Sans grande surprise, probablement. Foulant d’un pas discret le parquet impeccable de la salle principale, le rouquin s’approcha d’un des commis, qui rangeait des ouvrages à leurs places en fredonnant paisiblement. Ce dernier se tourna vers le roux et écouta sa requête à l’oreille, mais répondit d’un ton également inaudible.

.. Hein ? Comment ça elle est « en train de se reposer » ? Depuis que j’viens ici c’est bien la première fois qu’elle est absente !
Shhhhhhhh … Et oui Haïzen, effectivement, depuis ton arrivée il y a quelques mois elle n’avait pas pris le moindre jour de repos … C’est maintenant chose faite. Elle sera là en milieu de semaine prochaine.
Rha, chhhi- … Bon. Se tournant vers Raiten, il se massa l’arrière du crâne. C’bête, j’aurais voulu te présenter à la gentille dame qui chapote cet endroit. Elle est à la fois compréhensive et pédagogique : c’est elle qui nous a expliqué où on était tombé, moi et … Nyo, l’autre élu qui est arrivé en même temps que moi dans ce monde. Bon, tant pis … Il va aussi falloir trouver quelqu’un pour étudier tes gemmes sans son aide, du coup.
Heum, si vous permettez … Il y a plusieurs laborantins qui étudient les cristaux, presque juste en face de la bibliothèque. Vous pourriez aller les voir ?
Ah vraiment ? Waow. C’est presque comme si ce magasin était fait en scénarium et avait été placé là pour éviter un arc inutile de l’intrigue où on se balade encore dans les rues et où je parle, comme d’habitude.


… Mec, genre. … Quoi ? He he, qu’eeeeest-ce que tu viens de raconter ?


… ‘faites pas attention. Chez moi ce que je viens de dire aurait eu du sens. Claquant une de ses mains dans l’autre – sans prêter attention aux multiples regards de réprobation que son geste lui attira – le rouquin hocha la tête d’un air entendu. Bon. Je te propose qu’on passe voir les spécialistes qui vont pouvoir nous dire si tes bagues risquent de poser un problème ou pas … Et ensuite on revient ici, et je te fais un topo un peu plus clair et ordonné de la situation. Ça te va ? Moi ça me va parfaitement, allez, on y va, d’toute façon je doute qu’on ait le choix.
Je vais envoyer quelqu’un prévenir le conseil de l’île qu’une nouvelle personne vient d’arriver.
… Faites donc ça oui, ça pourrait être pas mal. Raiten, en route. Oh, et au passage … Est-ce que .. Tout à l’heure tu as vu un autre mec, taille moyenne, cheveux bruns, yeux verts, l’air relativement affable, qui se tenait à côté de toi et appelait à l’aide quand les gardes vous bloquait ? Parce que je suis sûr d’en avoir vu un … Mais d’un coup … Claquement de doigts : Il s’est volatilisé plus vite que moi devant un potentiel beau-père visiblement mécontent d’apprendre la nouvelle par inadvertance.


Je connais ce problème … Surtout avec les filles de bouchers. Ils sont super sanguins et parfois super violents, les bouchers. Mais leurs filles en général, c’est des belles pièces, he he …


Traversant la rue en approuvant intérieurement cette phrase, le mercenaire bavard repéra sans trop de mal le laboratoire d’analyse : ce dernier ressemblait un peu à tous les autres qu’il pouvait voir en ville … Seul le mot « Cristallographie » indiquait qu’il ne s’agissait pas d’un établissement médical. Rentrant à l’intérieur, le tueur de masse fut surpris de trouver une salle d’attente avec quelques personnes, mais réalisa rapidement : sur une île comme Tenshi, sur laquelle certaines pierres pouvaient avoir des propriétés comme détecter si quelqu’un mentait, ou faire des prélèvements sanguins, avoir des réparateurs spécialisés était tout à fait envisageable … cependant, lorsque le savant, qui sortait justement de son laboratoire, vint pour prendre en charge la personne suivante, il fronça les sourcils, et remarqua immédiatement le duo … Il fallait dire qu’ils faisaient plus que tâche, côté tenues et comportement.

… Puis-je vous aider ?
Un peu, ouaip. Haïzen, élu. Se décalant d’un pas pour montrer la jeune femme d’un bras : Raiten, élue aussi selon toute vraisemblance, et très fraichement débarquée. Elle a un petit soucis avec deux-trois bijoux de famille, et aurait besoin d’une analyse. Vous pouvez nous filer un coup de main ?
L’homme d’âge moyen, qui s’était approché, et observait la jeune femme avec un œil expert, nota bien vite le comportement de ses deux bagues, et hocha la tête … … Je vois, effectivement … Messieurs dames, vous m’en voyez navré, mais nous avons visiblement peut-être affaire à une urgence. Je vais vous demander de patienter un peu plus. Mademoiselle … Raiten, c’est bien cela ? Pourriez-vous m’expliquer à quoi servent ces cristaux, et quelle est leur nature ? Si possible, j’aimerais que vous me les confiez, afin que je puisse conduire quelques tests dessus avec mon collègue … venez, venez. Nos appareils sont à l’arrière du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 68
Yens : 681
Date d'inscription : 20/04/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Raiten Eliabrit ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Jeu 28 Sep - 21:05

Cristal comprit son erreur quand il nota qu’Haizen s’arrêta brusquement au milieu de la route après que la conscience cristalline lui avait parlé directement dans le crâne. Mais, contrairement à ses craintes, le jeune rouquin sembla accepter plus vite que prévu cet état de fait et commenta simplement qu’il allait devoir s’y habituer. Juste après ça, sans véritable raison apparente, Haïzen souleva la frange de la jeune femme, révélant le cristal jusqu’alors camoufler par ses cheveux. Il eut un moment de réflexion et retira un de ses gants pour révéler que lui aussi possédait la même gemme que Raiten. S’ensuivit une longue explication sur la définition sur ce qu’était un élu et sur ce qu’était la gemme. La pauvre femme ne comprit pas l'entièreté de l’exposé, mais en tira que c’était bien la gemme qui avait inhibé ses capacités et qu’elle pouvait s’en servir pour éviter des problèmes à Tenshi. Haïzen annonça ensuite qu’il y avait peut-être quelqu’un qui pouvait renseigner Raiten et Cristal sur toutes les implications que ces informations avaient.

L’excentrique à l’allure futuriste guida le duo jusqu’à la grande bibliothèque de Shirai, symbole de toutes les connaissances que la nation céleste avait réussi à amasser durant les derniers siècles. Après avoir vu le bâtiment, Raiten savait désormais de quelle manière elle allait bien pouvoir occuper ses journées avant de trouver un moyen de retourner dans son monde. Et si l’extérieur massif et décoré de la bibliothèque imposait le respect et l’admiration, l’intérieur avait encore plus de prestige. D’immenses rayons sur lesquels reposaient d’épais volumes formaient de tortueux dédales à chaque étage où les habitants de Tenshi aimaient se perdre. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, il ne régnait pas un silence pesant. En tendant l’oreille, Raiten était capable de percevoir les chuchotements des personnes qui étudiaient, le son des pages se tournant, les bruits de pas sur le sol en bois. Raiten n’aimait pas simplement cet environnement, elle s’y sentait bien, parfaitement détendu. Si elle avait pu, elle y habiterait sans aucun doute.

Haïzen vint à la rencontre d’un commis pour lui poser une question. La réponse obtenue ne dut pas lui plaire puisqu’il attira tous les regards en haussant un peu trop la voix. Apparemment, la personne que le rouquin souhaitait trouver était indisponible. Le commis proposa alors une solution : il y avait un laboratoire de cristallographie non loin de la bibliothèque. Haïzen fit une remarque dont, ni la Gardienne, ni le commis, ni même Cristal ne comprirent le sens. Il proposa ensuite d’y faire un tour avant de revenir ici une fois que la situation avec les gemmes de Raiten se serait éclaircie. Suivant les conseils de Cristal, cette dernière acquiesça. À peine étaient-ils sortis de la bibliothèque que l’autre élu posa une question sur l’apparente disparition de la personne qui avait appelé à l’aide pour Raiten. Elle réfléchit deux secondes, avant de comprendre qu’il parlait de Cristal. Elle lui répondit donc :
- Il n’a jamais été là, c’est Cristal.
- Ce que Raiten veut dire, repris immédiatement l’intéressé après avoir recréé une projection humaine au côté d’Haïzen, c’est que je n’étais pas physiquement là. Ce que vous avez vu, c’était une projection holographique. Mais laissez-moi me présenter un peu plus. Mon nom est Cristal, ou Résonance de Conscience Cristalline, appelé-moi comme vous le préférez. Je ne suis pas ce que l’on pourrait considérer comme un être vivant, mais comme une conscience ayant émergé suite à une résonance piézoélectrique entre plusieurs cristaux. Moi-même, je ne comprends pas bien le processus, mais les humains ne sont pas au courant de leur fonctionnement à cent pourcent non plus. Je parlerai dans votre tête à partir de maintenant, ça sera plus simple pour moi.

Disparaissant aussitôt qu’il eut fini, Cristal espérait que cette explication suffise à l’autre élu. Ils arrivèrent un peu après au laboratoire de cristallographie et entrèrent pour patienter à l’intérieur. Il y avait une foule de personne dans la salle d’attente, mais quand un laborantin vint pour chercher le prochain patient et qu’il remarqua les deux personnes atypiques se tenant dans la même salle, il préféra leur demander s’il n’avait pas besoin d’aide. Haïzen résuma parfaitement la situation et le scientifique comprit assez rapidement que la situation pouvait effectivement être assez urgente. Il invita la Gardienne à lui faire part de ses connaissances sur ces gemmes et de les lui confier pour de plus ample analyse, ce à quoi elle répondit simplement :
- Ce sont les gemmes emprisonnant les esprits des golems Aum et Est. Et si vous les touchez, vous mourrez.

Silence dans la salle d’attente. Le regard consterné des patients devant la gravité de tels propos. L’incompréhension dans celui du laborantin. Et Cristal réapparaissant une nouvelle fois, la main posée sur le visage :
- C’est pour cette raison que je ne peux pas te laisser parler Rai... Mais puisque tu es incapable de faire quelque chose correctement, je vais le faire moi-même. Donc... ces gemmes sont des cristaux avec une structure interne très spécifique qui n’ont qu’un but, sceller l’esprit de créature causant des ravages dans notre monde que nous appelons les Golems. Aum et Est sont deux Golems de foudre. Pour être plus précis, Aum est la manifestation de la conscience des éclairs et Est celle du tonnerre. Pour ce qui est de la partie “Vous les touchez, vous mourrez”, c’est vrai. Si vous entrez en contact avec une de ces gemmes sans être leur Gardien, l’esprit à l’intérieur n’hésitera pas à dévorer votre esprit, vous tuant à l’occasion. C’est pour cela que Raiten doit faire très attention si elle ne veut pas blesser quelqu’un de manière malencontreuse. Mais tant que vous ne la touchez pas, ça devrait être bon, vous n’aurez qu’à dire à Raiten comment la placer. Par contre, il faudra être précis... et patient.
- Je... je suppose que je n’ai pas vraiment le choix... suivez-moi.

Il avait jeté un regard vraiment dubitatif à Raiten quand Cristal lui avait dit que tout devrait bien se passer. La petite troupe se dirigea dans un des laboratoires pour commencer les analyses. Le cristallographe souhaitait faire toute une batterie de tests pour analyser la structure, la composition chimique, les émanations magiques. Et comme les scientifiques – car le laborantin avait perdu espoir de s’occuper de cette affaire tout seul – s’arrachaient les cheveux en essayant d’expliquer clairement ce qu’il fallait faire pour que tout fonctionne. Si bien qu’à la fin de l’après-midi, quand tous les tests furent enfin finis et qu’il s’avéra que non les esprits ne menaçaient pas de s’échapper des gemmes, car Raiten avait perdu ses pouvoirs et qu’ils se contentaient de vomir leur puissance magique, or de la gemme, l’un d’eux fut franc avec Cristal :
- Mais c’est une demeurée ou quoi ?
- Non, se défendit calmement la gardienne.
- Loin de là, confirma Cristal. Elle est juste maudite depuis qu’elle a commencé à utiliser les pouvoirs de ces gemmes. Elle est condamnée à devoir être direct dans l’expression de ses pensées et à ne pas pouvoir comprendre des sens trop détournées. Il faut être très direct si vous voulez qu’elle vous comprenne, ne pas modifier les mots, ne pas tordre les sens. C’est compliqué, mais on s’y habitue...

Contextuelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Yens : 1274
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Lun 2 Oct - 22:06

… Okay. Bon. Il n’y a … Genre … AUCUNE. Chance. Dans l’univers … Dans le MULTIvers, en fait. Que moi, ou même à mon avis qui que ce soit, ne t’appelle « Résonance de conscience cristalline ». Genre. Jamais. Va pour cristal, c’est très bien. Et j’ai plus ou moins complètement oublié le concept de « résonance piézoélectrique », mais ça me va très bien : une conscience dans un morceau de cristal. Allons-y. Pourquoi pas.

Le fossoyeur avait lâché ses dernières phrases sur le ton d’un homme acceptant, quelque part à cause de la fatalité, le surréalisme de la situation. Un cristal qui avait une conscience, lui parlait dans sa tête, et pouvait créer des projections de lui-même sous forme humaine. Et il n’était encore même pas midi … Soupirant, le fossoyeur rentra dans le labo, introduisant le duo (trio ? l’octet, en comptant tous les autres zenzens ?) aux personnes en charge à l’intérieur. Prenant, à partir de là, une position de spectateur, il s’attendait simplement à voir la discussion se dérouler de façon normale, cordiale … Laisser traîner une oreille pour glaner peut-être une ou deux infos utiles, si jamais. Mais les deux seules phrases que prononça la gardienne laissèrent le fossoyeur pantois. Et à vrai dire, s’il n’avait pas fait un effort énorme pour se contenir, il aurait éclaté de rire sur place. C’était littéralement la façon la plus brutale qu’il avait vu d’exprimer un refus d’obtempérer depuis … Depuis pas mal de temps, en fait.

Presque aussitôt cependant, Cristal réapparu, tentant de dissiper le malentendu avant que ce dernier ne prenne des proportions trop gargantuesques. Et quand on parlait d’infos importantes … ainsi donc, la jeune femme se baladait littéralement avec les esprits de deux puissances surnaturelles nommés « golem » sur les doigts ? Ça c’était relativement inédit. Ça correspondait plutôt bien à l’île ceci dit … Ironie du sort ? Ou peut-être le cristal géant qui était le « dieu » de l’endroit avait un humour particulier. Est-ce que lui aussi était un esprit de créature paranormale piégé dans un gros caillou translucide ? L’hypothèse était à creuser … Mais pas tout de suite. Suivant le laborantin et la nouvelle élue dans leur salle de tests, le rouquin croisa les bras et se posa contre un mur, observant les procédures avec un intérêt mitigé … En soit, la tendance de Raiten à prendre chaque commande au premier degré avait quelque chose d’assez amusant. En revanche, les tests « scientifiques » tenshins étaient, d’un point de vue extérieur et objectivement beaucoup plus avancé technologiquement, parfaitement ridicule. « Placez votre main entre les pierres », « ne bougez pas pendant que je recueille des infos avec ce galet », « ce morceau de roc est en train de faire des relevés d’énergie dans l’air ambiant » … Sérieusement ? Si la société Tenshin avait évolué de cette façon, c’était presque étonnant de n’avoir encore vu aucun cailloux volant dans le coin. Oh, une minute songea le rouquin … L’île entière était un gigantesque caillou volant. Laissant les scientifiques continuer de faire des « hmm hmm » en regardant une pierre de la taille de deux phalanges tourner du rose pâle à l’orange, le fossoyeur dû faire de gros efforts pour ne pas laisser échapper de soupirs … Et lorsqu’un des laborantins demanda si l’élue souffrait – dans un langage politiquement correct – de troubles sur le plan psychologique, Cristal vint à sa rescousse, fournissant une nouvelle fois l’explication détaillée qu’il manquait à tous et toutes.

Aaaaaahhh … C’pour ça qu’elle capte qu’un mot sur deux de c’que j’débite d’puis qu’on s’est croisé tantôt …


Il doit exister un plan spécial dans la Shukrute où on envoie les gens comme toi après la mort.


Heum … vous disiez ? Je n’ai pas très bien compris …
J’vais le prendre comme un compliment, et c’était pas à vous que je parlais. Soutenant pendant quelques instants le regard du cristallographe, le rouquin finit par hausser les épaules, pointant Raiten du menton. Elle elle ne comprend pas très bien ce qui se dit lorsqu’on parle de façon trop détournée, moi j’ai parfois tendance à faire des commentaires qui n’ont de sens que pour moi. Et vous vous écoutez des paroles qui ne vous étaient pas adressées : chacuns ses problèmes mon vieux. Mettant un coup de fesses pour se décoller du mur, il glissa ses pouces dans son ceinturon, penchant la tête sur le côté. Je suppose que vous en avez grosso-modo fini ?
Et bien … « grosso-modo », oui … Aucun danger : le transfert n’a en rien modifié la structure des gemmes qu’elle porte, et ces dernières sont toujours aussi efficaces pour contenir les esprits de ces … « golems », c’est bien le terme employé ? Enfin. En tout cas, c’est une technologie fascinante … Avec un peu de temps et des études plus approfondies, nous pourrions peut-être reproduire de tels effets sur …
Ttoooooop top top top.Pas de tests en plus : on a vérifié ce qu’on voulait, on repart. Envoyez la note au conseil.
Pardon ? Mais songez à ce que cela pourrait nous apporter !
Je songe surtout que vous parlez d’une jeune femme qui vient d’arriver dans notre dimension, qu’elle doit être un peu perdue, qu’elle souffre visiblement, en prime, d’une malédiction, et vous tout ce que vous trouvez à faire c’est la traiter d’autiste. Alors on a fait les tests de sécurité, c’était super bien, on s’est bien amusé – je suis ironique – maintenant je vais lui faire un exposé pour lui dire où elle débarque précisément. Et me regardez pas avec ces yeux-là : elle reviendra si elle en a envie, mais plus tard.
Je suppose que nous devons envoyer notre rapport au conseil en prime, Phillelius … Nous avons déjà beaucoup appris aujourd’hui.
Ah oui oui, très bien, faites un rapport. J’me demande combien de rapports le conseil reçoit par jour, ici … enfin. Raiten ? Pointant la sortie des deux index, le rouquin lui fit un sourire. Retour à la bibliothèque. Et hésites pas à me demander si tu comprends rien quand je parle : déjà que ça arrive tout le temps aux autres, alors toi j’imagine pas le calvaire que tu dois subir en ma compagnie.

Sortant du laboratoire, le rouquin remercia – avec une ironie parfaitement voilée – les natifs pour leur patience, pour ceux qui étaient restés, et leur assura que tout allait bien et qu’ils n’allaient pas tarder à avoir ce pour quoi ils étaient venus. Ceci fait, ils traversèrent de nouveau la rue, rentrant dans la bibliothèque une nouvelle fois. En revanche, plutôt que de directement faire son exposé dans la grande salle, le mercenaire demanda à un des commis une salle de lecture, ainsi que quelques ouvrages encyclopédiques, qu’il passa ensuite quelques minutes à trouver dans les rayons innombrables. Se chargeant finalement les bras de lourds volumes, il se dirigea, toujours accompagné de la blonde, vers une salle vide, dans laquelle se trouvaient tables, bancs, chaises et même un tableau noir à côté duquel se trouvait une … drôle de craie. S’en saisissant, le fossoyeur l’observa quelques instants, ne comprenant pas comment cette dernière était supposée laisser la moindre trace blanche sur le tableau … Mais lorsqu’il toucha ce dernier avec, la grande surface sombre changea tout de suite de couleur. « C’est magique », aurait sûrement commenté Sado-maso … Mais le mercenaire y voyait là surtout un autre accessoire Tenshin. Enfin, un bien pratique, pour le coup. Tendant à la jeune femme de quoi noter si elle avait besoin d’écrire, il s’éclaircit la voix, prit une grande inspiration, et commença son discours.

Boooon … Je vais essayer d’aborder beaucoup de sujets différents, mais de façon « générale » histoire que tu puisse suivre. Si tu veux que j’élabore sur un sujet, poses des questions, je répondrais … Enfin, sur ce que je sais. D’un geste, il embrassa la pile de livre qui se trouvait entres eux : Au pire, la réponse sera surement là-dedans. Bon, par où commencer …

Le monde où nous somme s’appelle « Kosaten ». Je vais pas te dire temporellement où on en est parce que ça n’aurait pas beaucoup de sens selon là d’où tu viens, mais grosso-modo, ici, le top de ce qu’on a en technologie d’armement sont les épées ou katanas, arcs, arbalètes, catapultes plus ou moins développées, et autres armes du même style. Moyen de transport : bateau à voiles, véhicules tractés par des animaux, chevaux, ce genre de choses. Médical : relativement poussé sur l’île de Tenshi, on maîtrise pas mal de concepts comme l’anatomie, la vraie origine des maladies, la plupart des remèdes associés … Pour le reste, si tu viens d’une époque où ça existe, pas « d’électricité », pas d’eau courante, pas de carburants ou de machines à vapeur, pas de poudre à explosion … Tout ce que je viens de dire te dit quelque chose ? Pas du tout ? Parfait, au moins ça te manquera pas.


Ecrivant un gros « KOSATEN » sur le tableau, il reprit : Géographie. Kosaten, c’est un gros continent divisé en 3 pays, et une île volante. Nous on est sur l’île volante, qui s’appelle Tenshi. C’est la nation du cristal : il y a un énorme cristal violet en plein milieu de la capitale, qui possède diverses propriétés magiques. Les gens natifs de l’île et les élus, d’ailleurs, ont tous un petit morceau de cristal dans le corps, mais celui des élus a une forme particulière, et est plus gros que celui d’un natif. Pour le reste, ils peuvent apparaître n’importe où sur le corps. Tenshi est l’île des sciences et de la curiosité : tu as dû t’en rendre compte à la taille de la bibliothèque, cet endroit regroupe des gens qui accordent une place importante au savoir. C’est d’ailleurs des fois un peu désagréable comme chez le cristallographe, mais passons. Le mercenaire, qui s’était retourné, avait dessiné sur le tableau une forme relativement « plate », à côté de laquelle il avait noté trois tirets : Tenshi, cristal, connaissance. Tirant une moue, il dessina un cristal à côté, et le relia d’une flèche avec l’île.

En dessous de Tenshi, le continent. Ce dernier a 3 nations principales, et les « territoires neutres », qui ne sont pas une nation, et sont indépendants. Pour commencer, Fuyu : situé au nord de l’île, c’est un pays glacé, où les gens valorisent la puissance. Très militarisé, Fuyu, enfin surtout ses dirigeants, envisagent de tenter d’envahir Kosaten. Pas très très intelligent d’être aussi ouvert sur le sujet de mon point de vue, mais ça les regarde. Ils vénèrent le dieu dragon, Long. Alors qu’il parlait, il traçait, approximativement, une forme ressemblant au pays de Fuyu. C’était en tout cas fidèle au souvenir qu’il avait de la carte du pays : juste à côté, il marqua « Fuyu, Dragon, Puissance / conquête. » Au sud, leurs … eeeh … Rivaux, si tu veux : seika. Pays dont le climat est au contraire chaud, Seika est la nation du Phénix … eeeh ... comment il s’appelle déjà ? Se retournant le temps de consulter un livre, le fossoyeur fit claquer sa langue contre son palais. Ah, ouais, Fenghuang. Dieu que ce nom est cliché … bref. Les seikaijins sont des gens au tempérament « chaud » : ils sont instinctifs, réagissent plutôt avec leurs émotions que réflexions, et sont souvent très fiers. Leur nation est également très cultivée, et leur capitale, comme celle de Tenshi, est considérée comme un centre de connaissance. Sauf que, dans l’absolu, c’est … Moins poussé qu’ici. Là où Fuyu cherche la puissance, Seika vit plutôt pour l’aventure, les émotions fortes, le désir de découvrir. Mhh, comment je résume ça … Plissant les yeux, il se recula un peu, griffonnant sur le tableau … Les mots « Seika, Phénix, découverte / aventure » finirent par trouver leur place à côté du croquis de la nation, fait sous celle de Fuyu. S’attaquant enfin au bloc sur le côté droit de son dessin, le mercenaire tira une moue.

On arrive à la dernière nation, Minshu. Patrie du dieu serpent Manshee, Minshu est une nation de gens qui prônent la liberté, et qui ont un côté … « rusé ». Comme le serpent, en gros. Contrairement à Seika et Fuyu qui sont en conflit ouvert, actuellement, Minshu ne souhaite que la paix : ‘faut dire que militairement parlant, j’ai entendu dire qu’ils étaient pas au top, mais bon. Fuyu est un royaume, Seika un empire, et Minshu une démocratie. Tenshi, en revanche, est dirigée par un « conseil » de cinq personnes, que tu rencontreras surement bientôt. Tenshi et Minshu sont alliées, Minshu était alliée avec Seika même si ce n’est plus le cas désormais, et avec la guerre qui couve en ce moment sur le continent, un conseil : ne va pas te balader près de Fuyu, ou même de Seika. Terminant de dessiner sa carte, associée aux mots « Minshu, Serpent, Ruse / Liberté », le rouquin s’écarta sur le côté, se tournant cette fois vers la gardienne.

Ca, c’est grosso-modo le contexte géo-historico-politique du coin. Maintenant, pourquoi est-ce que toi et cristal, ou moi, ou d’autres encore ont étés amenés ici ? Très bonne question. Qu’est-ce qu’on sait ? Que dans les trois nations, des êtres nommés « élus » apparaissent. Toi. Moi. D’autres. Il y en a, depuis peu, à Tenshi, et il y en a aussi depuis beaucoup plus longtemps à Fuyu, Seika et Minshu. Nous, les élus, portons tous ce qu’on appelle le « sceau ». Ici, c’est un cristal : pour les élus d’en bas, c’est un tatouage, à l’effigie du dieu de la nation à laquelle ils sont rattachés. On pense que ce sont les dieux eux-mêmes qui nous retirent de leurs univers pour nous incorporer dans celui-ci. Au début, nous sommes faibles, privés de nos capacités. Moi par exemple, mon équipement ne fonctionne plus très bien. Je suppose que toi, tu vas avoir du mal à utiliser la puissance de tes « gardiens ». Un autre élu d’ici, Nyo, avait des pouvoirs sur le temps : il les a perdus. Mais ça, ce n’est que lorsque nous arrivons. Le sceau s’affaiblit avec le temps : tu vas petit à petit retrouver tes pouvoirs d’avants, et il est même possible que tu surpasse ton ancien niveau. Autre chose : le sceau t’empêche de nuire à ta nation. Si tu veux en coller une à un … Pardon. Si tu veux frapper un garde Tenshin, tu n’y arriveras pas : le sceau t’en empêchera. Mais cette influence également diminue lorsque tu gagnes en puissance. Il est dit que les élus les plus puissants peuvent même totalement ignorer la volonté de leur dieu … Mais en attendant, tu es sous ses ordres, et aussi sous ceux du conseil de l’île, dans notre cas. Voilà le topo le plus vaste que je peux te faire de la situation … Des questions ? Oh, et t’as soif ? Moi j’ai soif. Parler pendant deux heures m’a donné soif. Partante pour boire un truc ?


Tu étais obligée de ruiner le côté sérieux de l’instant, c’est ça ?


Oui, j’étais obligé de dire un truc pas sérieux pour terminer mon exposé. Mais fais pas gaffe : il paraît qu’on finit par bien m’aimer … Ouuuuu par vouloir ma mort. Au choix.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 68
Yens : 681
Date d'inscription : 20/04/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Raiten Eliabrit ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Mar 10 Oct - 23:39

Raiten Eliabrit
      Feat. Haïzen(s)



« Deux lettres de différence, et bien plus... »

Même si c’était bien Cristal qui avait proposé de voir ces scientifiques, ces soi-disant cristallographes, il n’aimait pas l’idée que des vulgaires comme eux essayent de comprendre le fonctionnement de ses gemmes. C’était comme s’il se trouvait lui-même sur la table de dissection, après tout. Déjà à Agartha, il avait interdit à quiconque n’appartenant pas à l’ordre des Gardiens de mener des expériences sur ses gemmes, ne désirant pas devenir une partie d’une arme pour servir des intérêts personnelles et chaotiques. Aussi, quand Haïzen proposa de s’en aller et d’arrêter les tests pour aujourd’hui, il poussa mentalement Raiten à accepter. En plus de cette raison, il n’avait pas tellement apprécié la condescendance dont avait fait preuve les scientifiques à l’égard de sa protégée. Il savait que cette dernière n’allait même pas leur en tenir rigueur, et ça l’énervait encore plus. Mais les cristallographes acceptèrent de laisser la Gardienne s’en aller.

Le “trio” formé par Raiten, Cristal et Haïzen quittèrent donc le lieu pour retourner rapidement à la bibliothèque. L’autre élu avait vraisemblablement compris qu’il allait passer un très mauvais moment à essayer de tout expliquer à la jeune femme tout en évitant d’utiliser trop d’expression qui n’aurait qu’empirer l’état de confusion que traversait Raiten. C’était préférable, de l’avis de la conscience cristalline. S’il avait la charge de faire un état de la situation géopolitique de ce monde et de partager les quelques autres connaissances qu’il avait, mieux valait pour lui qu’il soit au courant de la merde qu’il venait d’embrasser avec la langue.

De retour dans le grand temple du savoir de Shirai, Haïzen demanda à un commis à réserver une salle de lecture, afin d’être tranquille et de pouvoir parler sans gêner les autres usagers. Raiten se posa sur une chaise, attendant le cours de culture générale commence. Et, ô dieux, ce qu’il y avait comme informations. En moins d’une seconde, la bretteuse fut submergée par une marée de données qu’elle essayait de processer en même temps qu’elle les entendant. Que cela concerne la technologie, les différentes nations ou les rivalités entre ces dernières, elle peinait à parfaitement tout assimiler. Elle se dit alors qu’elle allait bien devoir retravailler et étudier ces informations avant de s’aventurer où que ce soit dans ce monde. Et à chaque fois qu’elle ne parvenait pas à comprendre quelque chose, elle entendait Cristal lui répéter “Je te réexpliquerai plus tard” ou “Ne fais pas attention à cette remarque”.

Néanmoins, elle parvint à tirer les axes principaux de ces renseignements. La technologie était à peu près similaire à celle présente à Agartha, bien que les habitants d’Agartha utilisaient déjà la poudre à canon et de très basiques machines à vapeur pour simplifier certaines tâches. Et même si Raiten comprenait qu’il existait des tensions entre les différentes nations de ce monde, elle ne saisissait pas vraiment les raisons qui pouvait causer ces tensions. Les concepts comme la guerre, les rivalités étaient des concepts auxquels les agarthéens n’étaient pas vraiment habitués, les guerres et les rivalités concernant principalement les autres royaumes autour d’Agartha. Elle posa d’ailleurs une question sur un mot qui ne répondait pas à ses oreilles :
- Qu’est-ce qu’un dix-yeux ? (ne pas prononcer la liaison)

Cristal n’avait même pas de remarque ou de correction à faire pour une fois. Lui-même ne connaissait pas ce terme et était curieux d’en apprendre la signification. Si son intuition était bonne, alors il devait s’agir d’entités supérieures, un peu comme les Aspects. Il avait une seconde question d’ailleurs. Il intervint donc dans le crâne de l’autre élu pour lui demander :
- Puisque nous sommes sur une île volante, comment peut-on descendre sur les terres inférieures ?

Après avoir écouté les explications de son nouvel ami et avoir fait un rapide récapitulatif dans sa tête, Raiten se leva et remercia Haïzen pour avoir accepté de perdre son temps avec elle :
- Merci du temps que tu as passé à t’occuper de moi. Je vais venir souvent à la bibliothèque pour me préparer à mes futurs voyages sur les terres inférieurs. J’espère pouvoir te rendre service un jour. Sur ceux, je vais te laisser.
-Ne t’en fais pas, maintenant que j’en sais plus sur ces lieux, je vais pouvoir gérer la situation, continua Cristal, toujours en communiquant via l’esprit de l’élu. Tu peux compter sur nous si tu as besoin d’aide dans le futur. Merci encore.

Raiten frappa sa cage thoracique avec sa paume et leva son majeur, son annulaire et son auriculaire droit, conformément au salut traditionnel de l’ordre des Gardiens. Elle répéta machinalement la phrase “Qua teul Tisilibis”, ce qui signifiait en ancien agarthéens “Que les Aspects te guident”, ce qui était aussi une forme de politesse traditionnelle chez les Gardiens. Après ça, elle quitta la salle. Cette rencontre avait été assez courte, mais elle en savait assez pour commencer quelque part désormais. Et qu’importe qu’elle n’était plus une Gardienne dans ce monde, elle avait juré sur sa vie de servir l’humanité et la vie, cela n’allait pas changer dans ce monde. Sa quête pour rétablir l’ordre dans ce monde pouvait débuter.

HRP:
 

-------------------------

Raiten parle en 7CB978
Cristal parle en 993366
@Eques sur Never-utopia.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Yens : 1274
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 30
Nombre de topic terminé: 8
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   Mer 18 Oct - 17:07

Jouant avec sa craie tel le gamin quelque peu hyperactif et incapable de tenir en place qu’il était, le fossoyeur dut s'avouer, en regardant son tableau … Bah, que c’était pas si mal que ça, quand même, d’un point de vue général. Il pensait avoir couvert une bonne globalité des infos nécessaire pour une nouvelle venue, et même si son exposé était moins complet que celui qu’on lui avait fait à lui lorsqu’il était arrivé, il s’était concentré sur des faits qui, pour lui, avaient une importance un peu plus élevée. Après tout, il pouvait sembler relativement important de mentionner que c’était pratiquement la guerre … Même si Tenshi était relativement externe au conflit, de par sa position tant politique que spatiale, il aurait été sot de la songer définitivement hors d’atteinte. Autant ne pas laisser de faux espoirs de paix se construire dans les cœurs des nouveaux. Ça ne rimait pas avec un danger immédiat, bien sûr … Ceci dit ? Vu ce qu’il avait, de son côté, appris sur la jeune femme, il aurait été surpris qu’elle se trouve un métier à tisser et ne se mette à faire des tapis. Cette dernière – puis qu’on pensait à elle – souleva d’ailleurs une question qui, il fallait l’avouer, pris le fossoyeur en traitre. Il ne s’y était pas attendu, à celle-là.



Oh ! Oh ! Moi je sais ! Je peux répondre ?



Nan. Ta conception des choses est beaucoup trop précise vis-à-vis de ton monde, ya probablement une très grande partie qui ne va pas s’appliquer dans cette dimension, et tu vas plus la rendre confuse qu’autre chose.




Mais-heu … Moi aussi j’ai envie d’étaler ma science comme de la configure sur une demi-baguette de pain au p’tit dej’ …




S’il n’avait pas déjà été profondément occupé à se frotter le menton en cherchant une réponse, le fossoyeur aurait probablement lâché un « hmmm hmm. » face à une telle requête, comme s’il y accordait de l’importance. Mais de toute manière, il n’y avait que lui que la gardienne pouvait entendre …Enfin. Du moins, c’était ce qu’il pensait, jusqu’à ce que sa gorge et sa bouche ne se mettent à agir par elle-même, se mettant à parler. Dans un recoin de son esprit, l’artiste lui fit comprendre que c’était lui qui avait pris la parole … Ils pouvaient faire ça, les autres ? Chiottes, ça c’était un inconvénient à avoir un corps commun. Enfin, au moins, il ne racontait pas n’importe quoi …

Alors, le mot « Dieu », D. I. E. U., est un nom commun faisant référence à … Beaucoup de choses à la fois, à vrai dire. Le fait qu’il existe plusieurs univers ayant chacun leurs lois et règles physiques et / ou magiques particulières rend le sujet encore plus tatillon … Mais bon. En bref ? Un « dieu », c’est un être surnaturelle, dont les pouvoirs sont sans commune mesure avec les tiens ou les miens. Du fait de leur puissance théoriquement illimitée ou presque, on leur voue généralement un culte, qui célèbre leur grandeur et leurs action supposées. En général, on dit qu’ils ont créé le monde voir l’univers, sont à l’origine de la vie, ont façonné les continents … ce genre de choses. Ce qui est amusant, c’est qu’en général, selon le peuple dans lequel on se trouve, tous ne vénèrent pas le même dieu, et pas de la même façon. Certains feront ce qu’on appelle des prières, qui consistent au choix à réciter des paroles sacrées, faire de la méditation, des chants bien spécifiques, et autres choses du même genre. D’autres auront recours à des sacrifices, afin de prouver qu’ils accordent une importance spirituelle, mais également matérielle à l’entité qui les « protège ». Généralement, les actes religieux ont lieu dans des temples dédiés, où on effectue des rituels, les prières et sacrifice dont je te parlais, et où l’on se réunit à certaines occasions afin de célébrer un évènement en rapport avec le culte.

A noter que, dans l’immense majorité des cas, le ou les dieux n’interviennent qu’extrêmement rarement dans le monde des hommes, au point que leur existence est parfois lourdement remise en question. Ici néanmoins, la question ne se pose pas : les dieux sont les êtres qui nous ont amené ici et rattachés à nos nations d’accueil, et en conséquence, nous sommes des preuves vivantes de leur existence. On prête aux dieux des capacités telles que l’omniscience et la totipotence … Je suppose que cela dépend des dieux en question cela-dit, et de l’univers où l’on se trouve. En revanche, ce qui m’étonne … C’est que vous n’en ayez visiblement aucun. Pour moi cela ne peut globalement signifier que deux choses … Soit vous venez d’un monde où l’avancement technologique et scientifique a permis d’invalider toute existence de créature divine, ce qui en soit me paraît hautement improbable … Soit vous bénéficiez déjà d’entités quasi mystique aux pouvoirs supérieurs, ce qui fait que vous avez du coup très franchement autre chose à faire que vénérer une entité supérieure dont vous n’avez trace. Maintenant … Le problème c’est que tu viens de poser une question profonde qu’on pourrait débattre sur le sujet durant des heures. Mais hey, après tout, c’est plutôt pas mal de discuter comme ça, je trouve, moi …


Le mercenaire avait repris le contrôle de son larynx aux derniers mots, et massa ce dernier quelques instants alors qu’il laissait la gardienne et son compagnon assimiler toutes les informations qu’il venait de donner … Enfin, que son autre lui venait de donner, par le biais de sa bouche. Sauf que, si l’artiste avait fait un assez bon travail à résumer ce qu’une divinité … Il avait peut-être oublié qu’ils s’adressaient à une demoiselle ayant du mal à comprendre le surplus d’informations. Soupirant, il haussa les épaules.

Ce qu’il faut retenir, c’est : des êtres surpuissants, capable d’altérer la réalité même, qui vivent en général en dehors du plan sur lequel vivent les mortels. Ils sont vénérés par le biais de ce qu’on appelle « cultes » ou « religions », mais n’agissent généralement que très peu en personne. Entendant, directement dans son cerveau, la question de cristal, il eut un petit sourire en croisant les bras. Là c’est plus simple : sur la place centrale de cette ville se trouve ce qu’ils appellent un téléporteur. Grâce à ce dernier, tu peux être magiquement transportée là où tu le désires sur le continent. Une fois en bas, il suffit de le vouloir profondément pour que le téléporteur te ramène sur l’île. Il faut juste faire attention à attendre à minima trois jours entre chaque utilisation. C’est tout.

Massant quelque peu sa gorge, l’humain lâcha un petit soupire … Finalement, toutes ces heures passées à se renseigner lui avaient enseigné pas mal de choses utiles … Enfin, de son point de vue : il ne savait pas très bien comment un autre natif que Vala s’y serait pris. Il s’était attendu à plus de question aussi, mais après tout, c’était peu surprenant : pour poser des questions, il fallait déjà avoir un début de connaissance du sujet … Or, s’il avait donné des informations à la jeune femme, rien n’indiquait qu’elle les avait assimilé. Ceci dit, peut-être tout simplement que les interrogations viendraient sous peu … Mais si elle venait d’elle-même chercher des connaissances à la bibliothèque, à l’instar de ce que lui avait fait, il ne doutait pas qu’elle trouverait elle-même les réponses qu’elle voulait.

En la voyant se relever, et faire un signe étrange au niveau de la poitrine avec ses doigts, le fossoyeur fut un instant perplexe, jusqu’à ce qu’elle ne le remercie. Comprenant, il ricana alors, levant un pouce lorsqu’elle lui confirma ce qu’il avait supposé qu’elle ferait un instant plus tôt à peine. Ecoutant également les paroles « rassurantes » de cristal, le fossoyeur haussa les épaules, gardant son petit sourire en place.

Hey, on dira ce qu’on voudra, moi j’pense que ça peut être pas mal d’avoir quelqu’un pour expliquer un peu ce qui se passe, lorsqu’on débarque … ça a été le cas pour moi, autant que j’fasse de même avec toi plutôt que de te laisser te faire conduire en prison pour rien, hein ? J’suis sûr qu’on se recroisera bientôt, de toute manière, j’m’en fais pas pour ça. Voyant qu’elle semblait sur le départ, il mit une main en diagonale à côté de son front, et fit un petit geste vers l’extérieur, sans se départir de son sourire. Bon vent ma belle. Et c’est réciproque hein : si vous êtes dans la mouise, j’suis partant pour filer un coup de main. Même si ya aucun problème et que vous avez juste envie de me causer, d’ailleurs. De toute façon, je suis sûr qu’on se reverra dans pas longtemps, voir même avant.

Regardant la demoiselle en armure quitter la salle, il soupira toujours avec le sourire, poings sur les hanches, et hocha doucement la tête … Avant de soupirer de fatigue cette fois en se tournant vers la table. Il avait sorti tous ces volumes … Eeeeet maintenant il était bon pour les ranger, effacer le tableau, et … … Qu’est-ce qu’il était sorti de chez lui faire, déjà, à la base ?



MANGER ! MANGER ! MANGER ! Je sais même pas comment c'est possible vu que j'ai pas d'incarnation physique là tout de suite, mais t'entendre parler trop longtemps ça m'a donné faim !



Motion approuvée. On avait quitté la maison pour ça à la base, nan ?



Nan, au début c'était en rapport avec les livres, pas les vivres. Mais on s'en cogne là, c'est l'heure de casser la croute. Manger ~


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)   

Revenir en haut Aller en bas
Deux lettres de différence, et bien plus... [Raiten et Haizen)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Tenshi l’île céleste :: Shiriai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.