Partagez | .
Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)
Invité Invité

-



MessageSujet: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 24 Oct - 5:40



The Lone Ranger

feat.Seika



Au galop pendant des heures, des jours, des secondes qu'il ne cessait de compter. Etre dans le corps du messager des enfers n'était pas aussi facile que prévu, mais les magiciens qui lui avait fournis la rune l'avait prévenu. Il ressentait beaucoup trop de choses inconnues en même temps, difficile de tout concilier entre la sensation des atomes qu'on percevait du jour au lendemain, ou ne plus avoir besoin de se nourrir, avoir soif. Psychologiquement cela faisait un choc. Pourtant il n'avait pas le choix, il ne pouvait pas reculer devant cette tâche. Il s'était tant enhardis pour celle ci, il avait tout donné, il ne lui restait plus rien.

Mais son but n'était pas encore terminé, non. Ce soldat solitaire dans le corps de Zayro, devait amener ce dernier jusqu'à Seika, jusqu'au ennemi, une bien maigre compensation pour tous les torts causés. Mais c'était un mal et un sacrifice plus que necessaire pour mettre fin au règne du colosse. Cette sensation de puissance et de force, d'invincibilité, cela rongeait notre héro du jour, peu à peu. Du jour au lendemain, il était passé de victime inconnu, donc le géant lui même ne s'était pas rappelé, à élu le plus connu et puissant de Kosaten. C'était une drôle de sensation, même s'il ressentait les pouvoirs, il n'avait pas la capacité de les utiliser.

On apprenait pas à maitriser cela en quelques minutes ou en quelques heures et puis, ce n'était pas son but, non. Livrer à la justice Seikajin le corps du plus terrifiant des criminels, voila qui serait un bel effort de bataille, un beau cadeau de guerre. La guerre, il s'en fichait même s'il avait été soldat. Le ranger solitaire comme il se faisait appeler sur le terrain, se devait d'agir qu'importe le camp. Jinn avait été un fléau pour le monde entier, personne n'avait le monopole de la justice. Mais à Fuyu, Sul hei n'aurait rien fait si ce n'est peut être en profiter, Minshu avait été le grand absent du conflit, mais ils avaient aussi leurs mots à dire, c'est vrai.

Il ne réfléchissait en tout cas pas à la suite et avançait simplement jusqu'à Seika, traversant les terres en se cachant pour ne pas se faire griller. En l'état, il ne voulait pas envenimer les choses et désirait livrer à qui de droit le corps de Zayro. En tout cas, il pouvait la sentir, l'aura impressionnante que dégageait cet homme qu'il avait un peu roulé dans la farine. Un coup de chance sans doute, un coup de maitre probablement, un coup réfléchit depuis longtemps, assurément.



Qu'importe la difficulté, je dois le faire, pour ma femme, pour tout ceux que j'ai promis de venger, pour tout ceux qui n'ont pas réussis... Ce corps.. GNn... Diabolique...





Il devait et voulait faire vite, après tout, qui sait ce dont aurait été capable Zayro Jinn. Puis il y'avait ces flash de personne qu'il ne connaissait pas. Des élus vraisemblablement, que c'était gênant lorsque ce n'était pas maîtrisé. Heureusement que le cheval connaissait la route, parfois compter sur un animal pouvait se révéler particulièrement intéressant. Mais soudain, au milieu de la route, un lion noir apparut, le regard ténébreux, méprisant, peu rassurant. Le cheval hennit en se mettant sur ses deux pattes arrière et le ranger tomba en arrière, sans avoir mal bien évidemment.



Wowowohaa... Qu'est ce que...






Toi ! Tu n'es pas mon maitre... J'ignore ce que tu lui a fait, mais ça te poursuivra. Tu penses vraiment pouvoir vaincre Zayro Jinn ?







Ah oui, j'avais entendu parler d'un lion noir l'accompagnant. Je ne pensais pas que tu pouvais parler, ni apparaitre ainsi. Mais je te préviens, j'ai son corps et sa force, tu ne peux pas m'empêcher d'avancer. Je suppose même que tu dois être une de ses victimes, je me trompe ? Tu peux choisir... Te dresser devant ma vengeance ou regagner ta liberté. Choisi, mais sache que je suis prêt à tout, peu importe les conséquences.







Ou est t'il ? Qu'as tu fais de lui.






Je me fiche de son sort... Ta décision Lion !?







Tu regretteras d'avoir fais ça un jour. Je n'imagines même pas ce qu'il prévoit contre toi... Très bien, je m'en vais, mais je te plains, je doute qu'il te tue sans te faire souffrir. Un homme sans peur et prêt à tout n'est rien contre une légende qui veut tout récupérer. Tu as fais le pire choix possible.




Mais glaugan choisi de s'écarter du chemin et reprendre lui aussi sa route, destiné à retrouver son maitre, peu importe l'apparence ou la force. La loyauté était acquise. Le ranger remonta sur son cheval et reprit sa route au galop, continuant d’enchaîner les chemins, les monts, les rivières, les frontières jusqu'à atteindre le territoire de Seika, se rapprochant alors de la capitale du Phénix. Il s'arrêta à une centaine de mètres des portes, descendit du cheval sur lequel il claqua sa main avec un mot dessus, destiné aux gardes et aux élus, à Karui et aux autres de la ville. Puis il attendit simplement, se découvrant tel quel, on pouvait donc bien reconnaitre le colosse (physiquement parlant).

Ce dernier se mis simplement assit dans l'herbe, attendant qu'on vienne à lui.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 479
Yens : 1156
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 95
Nombre de topic terminé: 30
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Gally/Yoko ♠ Agente Imprévisible ♠

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 24 Oct - 13:09

- When the shit hits the fan... -

Comment une journée peut-elle partir d’un zéro à un parfait vingt sur vingt ? Je n’en sais rien. Et ce n’est clairement pas la journée dont je m’apprête à vous parler qui va vous aidez à améliorer vos vies. A la place, laissez-moi vous expliquer comment une journée peut passer d’un moyen dix sur vingt à un “Oh bordel à queue, comment on en est arrivé la...”

Cela faisait bien deux semaines que j’étais rentrée de la guerre. Durant ce laps de temps, je m’étais majoritairement promené dans les territoires neutres et Seika, histoire de me vider l’esprit et de réfléchir à quoi faire désormais. Je devais bien aller chercher Yoshimaru à Shiryoku, mais n’ayant toujours pas reçu de lettre de sa part, je ne savais pas s’il avait fini de régler toutes ses affaires. Je préférai donc attendre encore un petit peu plus longtemps. Mais cette attente me tuait. Je détestai avoir à me poser en espérant que les choses se débloque et me permettent à nouveau d’agir.

Dans la taverne ou mon disciple et moi avions élu domicile à notre arrivée dans la capitale de la nation du phénix, je me morfondais donc en engouffrant des quantités inimaginables d’alcool pour un humain. Étant une gynoïde, je n’avais aucun problème à ingérer ce qui pouvait devenir un poison pour une personne de chair et de sang. Mon attitude en inquiétait plus d’un, soit dit en passant. En particulier Taki, mon disciple, qui revenait d’un petit séjour à Hibana et qui craignait que j’avais vécu un événement si traumatisant durant la bataille que j’étais devenue alcoolique. J’avais beau lui répéter que je ne buvais que pour chasser le temps et que je ne pouvais pas me rendre ivre mort, je devais être de plus en plus insistante pour obtenir mes boissons. Au bout d’un certain temps, le tenancier rejoint le point du jeune qui m’accompagnait et refusa catégoriquement de me servir un seul verre de plus. Je me retrouvais donc sans plus rien à faire.

Puis, comme envoyé par la providence, un groupe de garde entra dans la taverne, annonçant qu’il cherchait une élue de Seika répondant au nom de Gally. Je levai mon bras pour indiquer ma présence et ils m’invitèrent à les suivre. Quand je relevai mon visage en me demandant ce que j’avais bien pu faire, je remarquai que le regard de ces gardes était parcouru par une profonde et viscérale inquiétude. Ce n’était pas simplement que quelque chose de mauvais s’était produit, mais plutôt que quelque chose de catastrophique était sur le point de se produire. Je me levai de ma chaise, ordonnai à Taki de rester dans l’auberge. Mon sérieux était revenu à moi en un instant à peine.

Je les rejoignis à l’extérieur en leur demandant de m’expliquer la situation. L’un d’eux se risqua à accomplir la tâche, mais son désarroi et son inquiétude fit que je dus répéter ses dires pour prendre conscience de leur sens :
- Attendez... vous voulez dire que Zayro Jinn – genre, le Zayro Jinn – se trouve en face des portes de la ville, à une centaine de pas à peine, assis dans l’herbe, comme s’il attendait quelqu’un...

Moi-même perdue, j’en venais à me demander si l’alcool n’avait effectivement pas d’effet sur mon métabolisme. C’était si surréaliste, mais pourtant pas contre le caractère du colosse de Fuyu. J’imaginais que son ennui l’avait poussé à venir provoquer les personnes de la nation adverse. Mais de là à venir jusqu’au porte de la capitale, il y avait une nuance.

Les gardes m’amenèrent jusqu’aux portes, ou un attroupement de soldats inquiets se tenait prêt à engager le combat. Ils me pointèrent la direction dans laquelle était bien assis ce monstre de muscle au teint mate et aux cheveux blanc reconnaissables entre mille. Mais, aussi bizarre que pouvait paraître ce détail devant cette situation incongrue, aucune aura de meurtre ne venait de cette personne. Je préférais rester loin et ne pas m’approcher pour l’instant. Mieux valait attendre l’arrivé d’autre élu pour aviser.


------------------------


Pour mes PNJ :
Hiroki parle en #297a09
Taki parle en #A5227E
Yoshimaru parle en#8E8E1D

Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2028
Yens : 641
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 24 Oct - 19:16



Feat. Zayro & du monde ~
Arrêter Zayro Jinn...
(Ce post se passe après que Zayro a été emmené par les gardes seikajins)

Zayro Jinn... À Seika ?!
Bien sûr que j'avais entendu parler de ces rumeurs ! Bien sûr que j'allais y aller ! Tout ce chemin, je l'avais fait à dos d'étalon des enfers, à la robe noire, et aux yeux pourpres. Ce ne fut point très long, car j'étais déjà sur ce territoire, et j'ai été guidée par des gardes de ce peuple du phénix. 
J'avais croisé le stupide bretteur aux cheveux verts sur le chemin. Il souhaitait aller à Chikai, lui aussi. Il avait besoin d'une couverture... Alors je l'avais transformé... En Viola. Je ne pouvais pas me l'ôter de la tête ! Alors, malencontreusement, Zoro était devenu... La femme que j'aimais. Évidemment, moi-même j'en fus très gênée, mais nous n'avions pas le temps pour régler tout cela...

Zayro ... Jinn... C'était moi qui devait t'emmener en prison. C'était moi. Et moi seule. 
Je ne laisserai personne te toucher... C'est MON devoir !!!

J'étais minshujin. J'avais très bien pu parler aux natifs de ce territoire sans problème. Même si parfois, certains osaient me traiter de lâche, implicitement, en disant "les minshujins", faisant sans doute référence à l'alliance brisée entre le président Jeong et l'empereur Karui. En tout cas, j'étais restée de marbre. Grâce à ma nouvelle énergie angélique à l'intérieur de moi, bien cachée, je pouvais contrôler mes émotions plus facilement, et désormais, je ne cédais point à la colère trop rapidement. Je me comportais presque comme un moine sage, tant ma patience était élevée. Évidemment, je n'étais point sous ma forme d'ange, mais ma forme de base, habituelle. L'apparence que beaucoup de gens connaissaient, pour ne pas dire tout le monde. 

Il faisait très chaud par ici. Cela me rappelait quelques souvenirs. Je me demandais si Hibana était encore en ruines... Sûrement pas. Cela faisait des années après tout. Des années... Ugh... Comme le temps passe vite... J'espérais que mon enfant ne grandisse pas trop rapidement, comme l'a fait Elena. Elena... Elle me manque... Elle me manque terriblement... 
C'est pourquoi je mettais tout cet amour que je n'avais pas pu bien donner à elle, à mon fils, Silas, qui d'ailleurs, était gardé par la cheffe domestique, Morgan, pendant mon absence. Je faisais confiance en elle. Je savais qu'elle était très loyale. Et je savais qu'elle n'oserait jamais le trahir. Et faire du mal à mon descendant... Au prince des démons. Au fils... De Zayro Jinn.

Comment je l'ai su ? Tout simplement en découvrant que Silas avait la même aura que son terrible père. Au grand jamais je le dirai à ma progéniture. Le colosse de Fuyu ne méritait pas d'être son géniteur. Et il allait payer. Payer pour tout ce qu'il avait pu faire... Pour toutes les horreurs qu'il avait pu commettre... Moi, la grande dévoreuse ! Moi, la puissante impératrice des enfers ! Moi, la reine des démons ! Moi, la majestueuse et vénérée Ellen ! J'allais enfin pouvoir prouver à ce monde que je n'étais pas du côté du mal ! Et cela, même en risquant d'en perdre la vie... J'avais pris ma décision. J'allais me battre contre lui... Le vaincre et le châtier.

ZAYRO JINN !!, hurlai-je furieusement sur mon infernale monture, effrayant quelques habitants de la ville qui se promenaient tranquillement, Zoriola sur le cheval, elle aussi. Certains, en entendant le nom du plus impitoyable des élus, s'étaient pressés de rentrer chez eux, les gardes ouvrant les portes pour eux. Compréhensible...

Je pouvais sentir sa présence au loin... 
La prison était proche. Arrivée devant, des gardes m'arrêtèrent.

Que voulez-vous ?

Je descendis de l'étalon des enfers, la tête haute, le regard froid.

Je suis venue voir Zayro Jinn.
Zayro Jinn ? Pourquoi donc voulez-vous—

Rien qu'en les regardant, je les avais corrompus, et, désormais m'obéissant, ils me laissèrent passer. L'un d'entre eux m'emmena jusqu'à sa cellule, et je pus le voir, lui, derrière des barreaux. 

Fut une époque où j'éprouvais de l'amour pour lui. Parce que j'étais fascinée. Fascinée par sa force. Fascinée par le manque de sentiment qu'il avait. J'étais fanatique de lui. Mais cette époque était révolue. Et désormais, j'avais changé. Et j'allais le torturer... Et le torturer... Le torturer autant que je le pourrai. Je me ... Vengerai.

Je me demande qui a bien pu réussir à vous emmener jusqu'ici... Zayro Jinn, l'élu le plus craint et le plus puissant... Que foutaises... Vous voici là, enfermé... Ridicule..., grognai-je sévèrement, le fixant avec un dédain incommensurable.



魂の腐敗 Tamashī no fuhai Corruption de l'âme
Ellen a la capacité de corrompre l'âme d'un être pour le contrôler, ou tout simplement lui donner un terrible choc cérébrale pour l'anéantir. Elle peut aussi effacer une scène de la mémoire d'autrui.
(marche avec consentement joueur/ Impossible sur un niveau spirituel plus fort qu'elle)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3661
Yens : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Progression
Niveau: 145
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
0/12  (0/12)
avatar
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 24 Oct - 21:04



- Zayro ! -


Postée à quelques mètres de l'entrée, sur la muraille, cachée derrière une tour, le mana coupée pour ne pas me faire repérée, j'observais la situation. Je n'en revenais. Tout était impossible ici. Tout sonnait faux. Déjà Pourquoi était-il assis, ne demandant rien à personne ? En entendant d'un soldat venu me chercher à l'hôpital de la capitale le nom de Zayro Jinn, présent ici, je m'attendais à devoir contrer une cataclysme, une destruction massive de la capitale. Hibana avait déjà subi deux fois son gourou, et le temple de Minshu également. Partout où passait cette ordure, il ne restait ensuite que des cendres et des cadavres. Alors pourquoi était-il si paisible ? Attendait-il Karui pour le tuer ? M'attendait-il moi, Gally ou Natsu, qui figurent à ce jour parmi les meilleures atoût de Seika ?

Et ensuite, pourquoi ne décelais-je pas une aura meurtrière dans son regard ? Ses yeux paraissaient si innocent, déterminé, mais sans aucune intention malsaine. Même quand les soldats avaient leur lance pointées sur lui, il n'avait pas réagi d'un poil, comme s'il leur pardonnait ce geste. Et enfin... que faisait-il à Chikaï ? Quelque chose clochait, et la situation était ambiguë. Fallait-il sonner l'alerte maximal et évacuer les civils ? Fallait-il prévenir Karui ? Je vis du coin de l'œil Gally arriver sur les lieux. J'étais déjà rassurée qu'une deuxième élue se joigne au groupe. Avec deux cerveaux, nous allions pouvoir mieux agir. Mais pour l'instant, comme Zayro ne m'avait pas remarquée, je pouvais observer ce qui se passait, et garder l'effet de surprise au cas où. Du moins je le pensais.

Mes mains vinrent d'elle-même vérifier le matériel de combat qui remplissaient ma sacoche accrochée à ma taille. En farfouillant pendant quelque secondes dedans, je compris que tout était en place. J'avais même pensé à prendre de quoi signaler dans le ciel à Yuki qu'il fallait intervenir. En effet, quand j'ai su ce qui m'attendait, je lui avais demandé de régulièrement scruté le ciel depuis la fenêtre du bâtiment. Si elle voyait de la poudre rose parsemée dans le ciel, que j'allais faire exploser, avec un kunaï explosif, il fallait qu'elle se dépêche de réunir une équipe pour porter assistance aux soldats et aux élus présents.

Tout était en place. Il ne restait qu'à savoir le fin mot de l'histoire.

Zayro... qu'Est-ce que ce sera cette fois-ci...

contextuelle:
 
 






MM, des admin et des modo dévoués et compréhensifs :hee:



Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1502
Yens : 609
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mer 25 Oct - 20:01





Zayro Jinnを止める

feat. Du peuple





La guerre fut un tournant pour le sabreur, aussi bien sur le plan de sa condition que sur ses projets. En effet, au prix de recevoir un sceau des plus casse-couille, Gally lui avait vendu une information qui suspendait, voire retraçait tous son programme. Luffy était à la capitale de Seika, alors Zoro, en tant que fidèle second, ferait tout son possible pour le rejoindre. Cependant, une prime planait sur sa tête d’algue, il ne passerait pas inaperçu et pourtant, il lui fallait passer les portes de la ville incognito. Mission impossible pour un type comme reconnaissable entre mille.

Après une mésaventure dramatique dans la vie du bretteur dont il fut préférable de ne pas s’attarder, le garçon avançait, dépité, vers Seika, de façon hasardeuse. A la place, il croisa le chemin d’Ellen la sorcière, qui apparut comme une aubaine. La chance était de son côté puisque la femelle qu’il connaissait plus que bien prenait la route vers Seika justement, dans l’intention de casser des bouches. Elle paraissait assez remontée.
Bref, l’homme ne cacha pas plus longtemps l’idée traînant dans sa tête et demanda à la femme d’user de ses pouvoirs pour le métamorphoser. Ainsi, il franchirait tranquillement les portes de Seika. Evidemment, le sortilège était de court effet, alors une fois à l’intérieur de la capitale, il devrait aviser pour ne pas se faire remarquer avec son corps retrouvé.

Cette abrutie avait eu pour merveilleuse idée de transformer Zoro en… Viola ! Franchement, qu’est-ce qu’il lui passait par la tête à cette sorcière de malheur ? Elle souffrait d’un sérieux problème. On lui avait certainement fait pipi dans le cerveau à la naissance.
Résultat, le charismatique Zoro ressemblait à une innocente demoiselle. Le truc drôle dans l’histoire, c’était l’allure qu’il préservait malgré tout. En effet, Viola semblait sévère, les sourcils froncés, prête à casser des têtes. Cette mine nonchalante propre à Zoro ne lui convenait terriblement pas :



Franchement.. T’aurais pu faire un effort sur le choix d’ma couverture…

  



Devant les portes, la sorcière vénère péta les plombs en hurlant le blaze de Zayro Jinn. Le garçon métamorphosé en charmante blondinette lui adressa un regard blasé, avant de rouler des yeux vers le ciel. Et voilà, la reine du mélodramatique à pétales de rose faisait son grand retour. Il avait l’impression d’être au cirque à force de traîner avec cette dingue de la tête, pourquoi se sentait-elle toujours obligée d’en faire des caisses et de se donner en spectacle.

Ca va pas sale dégénérée… ?! Qu’est-ce qui te prend de crier comme une marchande de poisson ?! Tu vois bien qu’il est pas là ton Zayro… !
  


Une fois les portes traversées, les deux se conduisirent à la prison où apparemment résidait Zayro Jinn.. Pff, si Zoro ne semblait pas intéressé par le sujet en dépit de sa rancœur envers le colosse, c’était parce qu’il n’y croyait pas le moindre du monde. Comment pouvait-on gober une connerie pareille ? Comme si Zayro Jinn se laisserait bêtement attraper par les forces de Seika. Qu’est-ce qu’il branlerait aux alentours de la capitale ? A moins qu’il se soit rendu volontairement, mais dans ce cas, il ne fallait pas vendre la peau du basané avant de l’avoir tué car il y avait nécessairement une bonne raison à cette arrestation. Peut-être prévoyait-il de faire péter la prison ?
Zayro Jinn avait beau être un type dégueulasse, Zoro lui reconnaissait une puissance phénoménale ainsi qu’une maîtrise infaillible de la stratégie. Cette affaire puait du cul, et bien qu’il n’était pas le gars le plus intelligent, l’épéiste n’en restait pas moins un très bon observateur, analyste à ses heures perdues et surtout, il n’était pas crédule. Pour l’avoir côtoyé à de maintes reprises, il connaissait le bougre, on plongeait dans du grand n’importe quoi. Telle était la raison pour laquelle Zoro ne se montrait aucun enthousiasme envers cette arrestation des plus louches.

Si Ellen se précipita vers les cachots, le bretteur lui avait carrément d’autres chats à fouetter. Peut-être se ramènerait-il dans le coin un peu plus tard pour tirer l’affaire Jinn au clair, mais en attendant, cette mascarade n’était pas sa priorité, bien qu’intrigante. Alors il la regarda bêtement mordre à l’hameçon à l’entrée de la prison, et partit de son côté tranquillement à la recherche de Monkey D. Luffy.

.
[/size]
[size=15]
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mer 25 Oct - 20:33



The Lone Ranger

feat.Seika



Arrivé à destination, prêt à livrer le pire ennemi dans les mains de ses opposants, pas forcément les plus méritants, tout le monde méritait de se venger sur Jinn. Toutes les nations, tous les natifs auraient eu leurs mots à dire pour se l'approprier. Combien, le lone ranger compris dedans, avaient perdus des proches ? L'extermination parfois systématique des villages par ce fléau, une menace hasardeuse mais terrifiante, en faisait un mal qui rongeait les cœurs et les âmes. Bien plus que la guerre. La guerre était quelque chose de préparée, de politique et les moyens étaient mis en oeuvre pour les populations, dans la grande partie des cas.

Mais comment empêcher un seul élu de ne pas s'en prendre aux pauvres êtres qui essayaient de survivre à la marée montante ? Alors, assit dans cette herbe, se laissant soupirer dans ce corps, le Lone ranger eut un sentiment fébrile de paix, de réussite aussi bien sur. Il patientait pendant qu'un bataillon se formait non loin et que la sécurité était mise en oeuvre de l'entrée de la cité jusqu'à lui. Les civils priés d'emprunter d'autres voix, les mesures draconiennes et l'alerte générale. Karui Hanja lui même devait déjà être au courant.

Il ne voulait rien faire de menaçant pour l'instant, se lever ou bouger n'aurait fait qu'attiser la prudence et le faux pas, parler tout de suite n'aurait servit à rien. Il ne rechigna donc pas à suivre la troupe d'élite qui l'entourait, elle même entouré d'une autre troupe d'élite, elle même encerclé de garde qui était escorté par des soldats... Autant dire que ça ne plaisantait pas. Au loin, déjà, quelques élus se demandaient bien curieux ce qui pouvait se passer.

Les gardes écartant la foule, menèrent l'homme le plus recherché de tous les temps jusqu'aux cachots, mais pas le geôles de la prison dont il avait pu s'échapper déjà une fois il y'a fort longtemps. D'ailleurs celle ci avait vraisemblablement été refaite à l'occasion. Ici, le quartier de sécurité allait permettre de le garder le temps d'un interrogatoire potentiellement musclé. Mené dans les tréfonds sous haute surveillance, son armure ôté, seul un habit en toile lui fut fournis. On le laissa ensuite attaché dans l'une des cellules de l'endroit. Gardés vingt quatre heure sur vingt quatre par les soldats les plus entrainés et avertis, une partie de la royale d'Hanja également et quelques mages puissants. Rien n'était laissé au hasard.

***

Bien sur, en attendant, une élue entra dans la capitale avec la ferme intention de voir Zayro Jinn en personne, débarquant vers les gardes à l'entrée de la prison, le fait qu'elle soit aussi bien renseignée et s'était évidemment dirigé ici, la plaça immédiatement sous l'étroite surveillance de Seika. Il ne fallait pas être fou pour deviner que l'endroit regorgeait désormais d'espion au service de Karui et d'une force de sécurité majeure. Mais, l'empereur n'était pas au point de croire que le colosse se fasse aussi attraper seul, ni ainsi. Comme le bretteur, ce dernier eut des doutes et mis en place un moyen de piéger d'éventuel allié de ce dernier. L'agissement de la sorcière, permettant d'embrumer l'esprit de l'un des pauvres soldats choisi pour ce rôle à l'entrée, la rendait désormais fortement suspecte.

Les ordres étaient cependant de laisser faire pour prendre en flagrant délit. Sa complice aussi était surveillée, la blondinette qui était arrivée en même temps en ville, mais cette dernière n'allait pas au même endroit, ce qui ne l'exonérait pas d'une surveillance à distance. Lorsqu'Ellen arriva enfin au cachot et grogna ses mots pleins de rancoeur et de haine, il devenait évident qu'elle n'était probablement pas une alliée. Mais son intrusion ici, était une infraction grave et un manquement à la sécurité. Les mages (assez puissants pour lui résister psychiquement et voir le tour de passe passe) libérèrent de l'emprise les pauvres soldats, pendant qu'un garde royal assez fort pour la faire tomber en deux claques la mis en joue par l'épée.

Garde royal : Pas de geste brusque madame. Vous entrez ici en usant de magie ? Vous approchez un criminel, c'est une infraction grave. Vous n'êtes pas une élu de Fenghuang, nous allons prendre votre identité sur le champ, suivez nous dans une autre salle. De toute manière, ce Zayro là est un leurre, nous avons enfermé l'autre plus bas. Nous voulions débusquer de potentiels espions ou alliés de ce salopard.

Garde normal : Monsieur, elle avait une complice en ville, celle ci se dirige aléatoirement dans les rues, on ignore ce qu'elle recherche.

Garde royal : Bien, prévenez les élus dans les environs, dites leurs de récupérer la complice et l'amener ici, nous allons interroger ce beau monde. C'est une affaire d'état.

Les soldats se dirigèrent donc pour amener Gally, Sakura et tout autres élus de Seika dans le coin vers la prison, pour prendre le relais de cette affaire. Interroger Ellen sur son intrusion, mettre au clair sa complice (Viola aka Zoro) et évidemment, interroger Zayro. La sorcière fut convié dans une autre salle d'interrogatoire, de moindre sécurité, dans l'attente des élus, mais tout de même surveillés par plus fort qu'elle.

Garde royal : En attendant l'arrivée imminente des élus, j'espère que vous coopererez. Qui êtes vous, que veniez vous faire ici ? Comment connaissez vous Zayro Jinn, quel est votre lien avec lui ? Pourquoi êtes vous venue seule et sans votre complice ? Repondez. Ceci est une affaire de nation, vous ne mesurez pas les risques d'une telle intrusion...

Il fallait maintenant esperer voir les élus prévenus par les soldats et rappliquer ici, avec si possible la fameuse "complice" aka Zoro. De l'autre coté, le Zayro jinn fut amené à l'étage ou se trouvait ellen, séparé par une autre salle, mais visible depuis des grilles. C'était bien celui qui avait été capturé et ne disait toujours rien. Enfin si, il parla à l'un des mages ;



Je dois parler à l'un de vos supérieurs, élus, ou Karui lui même.




Mage : Silence chien des enfers !

C'était plutôt que ses demandes n'étaient pas très entendus. Le relais serait pris par les élus, sous supervision de la garde royale. Esperons que toute cette affaire aboutisse à une conclusion !


-------------

hrp : J'aimerais si possible que Gally et Sakura supervise les pnjs de Seika (comme j'ai pu le faire dans ce post) et que ce ne soit que vous qui les gériez. Cela me semblerait plutôt logique.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 418
Yens : 612
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 75
Nombre de topic terminé: 24
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Jeu 26 Oct - 7:20


S’il y avait une vertu que Valentine avait cultivé depuis sa plus tendre enfance, c’était bien la discrétion. Malgré son intellect à de nombreuses reprises loué comme au-dessus de la moyenne, ou ses charmes qui n’avaient pas tardé à s’épanouir lorsqu’elle était entrée dans l’adolescence, l’hybride elfe et humaine n’avait jamais cherché à se vanter, ou à attirer l’attention sur elle … Elle était cette jeune fille calme, sans pourtant être timide, qui pouvait rester « sur le côté » sans déranger personne, lisant un livre, des heures durant … Et que tout le monde oubliait. Et si l’arrivée sur Kosaten lui avait volé bon nombre de ses pouvoirs, rendant même son pas de brume – qui la rendait parfaitement invisible – moins efficace qu’avant, elle n’avait pas réussi à lui ôter cette capacité de passe partout. Même en tant qu’élue, même en tant que grande blonde au milieu des petites brunes, même en masquant son visage et en se promenant avec un familier des plus atypiques … Valentine avait pénétré la capitale seikaijin sans attirer l’attention un seul instant, sans provoquer le moindre remou. Elle avait commencé son voyage bien avant le début de la grande guerre, et même en prenant son temps, elle en avait eu plus qu’il ne lui en fallait pour se rendre jusqu’à la capitale du phénix.

Ainsi, lorsque l’annonce qui fit trembler la ville entière se répandit, à la vitesse d’une flamme le long d’une traînée de poudre, elle fut aussitôt au courant. L’auberge dans laquelle elle se trouvait se vida d’ailleurs dans la minute : certains voulaient confirmer de leurs yeux ce que leurs oreilles refusaient de croire, là où d’autres voulaient mettre leurs proches en sécurité, sinon faire les derniers adieux. La garde tenterait, il n’y avait aucun doute là-dessus, d’endiguer le mouvement de panique, mais la nature humaine n’est pas quelque chose qui se soumet aux lois, lorsque le danger gronde … Et ce nom, qui désormais sortait de toutes les lèvres, était un synonyme de danger, et de mort. Zayro Jinn. Le messager des enfers. Le colosse de fuyu. Celui qui avait réduit, à Minshu, le temple de la terre en cendres. Celui qui avait selon la rumeur la puissance de transformer des villages, des villes entières en tas de ruines fumantes. Une menace … LA menace d’au moins trois pays sur les 4 qui composaient ce monde. Et il était ici. Ne bougeant dans un premier temps pas le moins du monde à l’annonce de cette nouvelle, la blonde baissa une main, et caressa le cou d’Oor’ka ,son familier, pour lui intimer de ne pas bouger. Avec l’agitation qui régna un instant dans la grande salle, il aurait pu vouloir savoir ce qu’il se passait aussi … Et il allait savoir. Simplement … Pas tout de suite. Laissant l’endroit se vider complètement, la chasseuse de monstres se tourna vers le tavernier, qui était resté derrière son comptoir, livide. Il avait été le premier à rigoler lorsqu’un gamin de rue avait crié la chose dans l’établissement. Et le premier à arrêter lorsqu’un groupe de gardes était passé à l’extérieur du bâtiment. Et maintenant …

Vous ne partez pas vous mettre en sécurité ?
C’est trop tard … Il n’y a nulle part où se cacher, désormais …
Vous êtes défaitiste. Ramenant ses yeux à son verre, qu’elle faisait doucement tourner dans sa main, la traqueuse le leva, et le vida d’un coup sec, avant de se relever. Enfin, au moins, une bonne partie des consommateurs n’ont pas payé, mais aucun n’a pillé votre bar.
Comment pouvez-vous rester aussi … Indifférente ? ça ne vous fait pas peur, de mourir ?
Je suis trop vieille et j’ai frôlé la mort un peu trop souvent pour me mettre à paniquer lorsqu’on me dit qu’elle vient me prendre … Et encore. Ici, ce n’est pas vraiment le cas. Je pense que s’il voulait attaquer, il l’aurait déjà fait …
Ah, vous êtes dans sa tête peut-être !? Vous savez ce qu’il va faire !?
Non … et ne criez pas, s’il-vous-plaît. J’ai l’ouïe très sensible …
Ah, misère, misère … Qu’allons-nous devenir, Fenghuang …

Soupirant un peu en voyant l’homme se prendre la tête dans les mains alors qu’il posait ses coudes sur son comptoir, la traqueuse, finit par se relever de sa chaise, s’approcher du comptoir, et déposer dessus l’argent de sa consommation. Puis, d’une main qu’elle voulait rassurante, elle lui frotta un peu l’épaule, lui tirant une expression surprise lorsqu’il releva la tête.

Je suis sûre que votre capitale sera bien à même de résister à un homme seul, si puissant soit-il … Et puis, votre dieu veille sans nul doute sur vous. Gardez la tête haute … pour le moment, vous êtes encore en vie, non ?

Le pauvre homme tenta un sourire, fort peu convaincant. La traqueuse, à travers son masque, lui rendit avant de se détourner. Soupirant alors qu’elle sortait dans les rues où la confusion régnait, elle se dirigea en silence vers l’entrée de la ville devant laquelle on avait vu le colosse. Bien sûr, les gardes ne rendaient pas réellement le « spectacle » publique, mais la blonde put se contenter de regarder de loin … Voir cette menace majeure du continent être approchée par une troupe de ses ennemis, et simplement capituler et les suivre sans le moindre signe de rébellion fut une vision des plus surprenantes. Observant le groupe rentrer en ville, et le suivant à distance raisonnable, il ne lui fallut pas patienter bien longtemps avant de le voir rentrer dans un bâtiment si fortifié et massif qu’il ne pouvait s’agir que d’une prison … Un château dans la capitale aurait été quelque peu étrange, placé comme il l’était. Observant pendant de longues minutes les murs de pierre noire, la blonde soupira, ignorant ce qu’elle devait faire … Si l’ensemble venait à voler subitement en éclats, clairement, sa meilleure option était la fuite. Mais pour le moment, il n’en était rien. Et elle se surprenait à douter que cela n’arrive. Tirant une moue, elle resta épaule contre le mur d’un bâtiment, en face de la prison, à réfléchir pendant de longues, longues minutes … Le va et vient des gens, l’agitation des soldats, même les mouvements des nuages dans le ciel … Et elle, qui restait parfaitement immobile, à observer la situation.

Ce qui la décida finalement à bouger ? Voir une demoiselle à la chevelure violette – drôle de couleur au passage – faire en sorte de pénétrer l’établissement, alors qu’une jolie blonde qui l’accompagnait partait elle se balader en ville. L’évènement, là-aussi, lui fit cligner des yeux à répétition, et elle se massa l’arête du nez en cherchant à comprendre … Qu’est-ce qui venait de se passer ? Si quoi que ce soit, la sorcière (dont la traqueuse ignorait la nature, bien entendu) n’avait pas du tout l’air d’un garde, pas réellement plus que d’une sommité locale ou quoi que ce soit … Une élue ? Possible. Est-ce qu’en usant de son statut, elle avait pu être autorisée à passer ? Possible, là aussi … Soupirant, la traqueuse finit par se faire la réflexion qu’elle devait bien être là depuis quelques heures, et que les gardes allaient, de toute façon, finir par la trouver trop louche pour la laisser continuer à fixer la prison de la sorte. S’approchant donc de l’entrée du bâtiment, elle s’avança jusqu’à une distance « sauve » des gardes, s’arrêtant ensuite en commandant à son familier de faire de même. Autant ne pas froisser des soldats qui étaient probablement sur les nerfs … Elle venait pacifiquement, autant agir d’une façon qui concordait avec la chose.

Bonjour. Je me présente, Valentine Weathley, élue Minshujin.
Qu’est-ce qui vous ammène ici ?
Je suis dans la capitale par hasard, j’ai simplement entendu parler du colosse que vous gardez prisonnier. Je me demandais si je pouvais vous assister de quelque manière que ce soit … Elle eut l’idée de ce qu’elle allait dire ensuite au moment-même où elle prononçait ces mots, et enchaîna sans laisser le temps de penser qu’elle voulait qu’on lui réponde. Accessoirement, j’aimerais également connaître la situation et certains de ses détails afin de pouvoir en faire un rapport auprès de ma nation si le besoin s’en fait sentir. L’arrestation du colosse de Fuyu n’est pas un évènement bénin … Et je suis sûre que ma nation sera très intéressée de connaître le pourquoi du comment. Au moins, cela vous épargnera d’avoir à envoyer le moindre messager.

HRP:
 


"La plus grande Nemesis que j'ai jamais dû affronter ... C'est moi-même." :
 


"Ceci dit, petite boule est devenue grande ... Mais il s'appelle toujours Oor'ka.":
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3661
Yens : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Progression
Niveau: 145
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
0/12  (0/12)
avatar
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Ven 27 Oct - 18:34



- Un complice -


On se serait cru dans un rêve... tout était si perché qu'on ne pouvait y croire en ayant vécu si longtemps à Kosaten. Depuis le début, depuis les premiers élus, Zayro s'était fait remarqué, et ne cessait de gagner en puissance. L'hypothèse selon laquelle ce serait des regrets qui l'auraient mené ici traversa une seconde mon esprit avant de disparaître. Nan c'était totalement impossible. Un caractère si diabolique ne devait pas connaître le remords, ni même la compassion. Nan cet évènement était  juste irréaliste et incompréhensible.

Je suivis des yeux le colosse se faire enfermé sans opposer la moindre résistance. Puis une idée me vint soudainement. Comptait-il passer les frontières et attaquer Chikaï de l'intérieur ?? Je pensais alors à tous les habitants que j'aimais et qui étaient maintenant directement menacés. Le soldat qui était venu me chercher et qui se tenait non-loin de moi me demanda.

Qu'Est-ce qu'on fait maintenant ?

On le suit. Il faut prévenir toute attaque.  

Il hocha la tête et en duo, nous surveillâmes le cortège jusqu'au geôles.  À mon grand étonnement, il n'y eut aucun événement soudain, compromettant la sécurité intérieure. Zayro restait imperturbable et docile, le regard loin d'être celui qu'on lui connaissait. Je n'arrivais toujours pas à expliquer ce revirement de situation. Une fois le messager des enfers sous les verrous, je m'approchai d'un des gardes.

Prévenez-moi de toutes actions suspectes, que ce soit de Zayro ou non.

Le soldat me fit signe qu'il avait compris, et je pus retourner quelques minutes vers Yuki pour l'informer de ce qui se passait à l'extérieur. Elle exprima la même confusion que moi. Il fallait dire que ce n'était pas facile à avaler, et même moi je ne savais pas où ça allait nous mener. Mais à peine eûs-je le temps de l'en informer que je dû à nouveau me déplacer. Une complice rôdait dans la capitale. Je me rendis alors dans la salle où elle avait été emmenée et la découvrit. Je ne la connaissais pas, et y allait en me méfiant. Elle allait me dire tout ce qu'elle savait. En arrivant, j'entendis les questions du garde et poussai la porte juste après. Le soldat qui parlait se retourna et me sourit.

Ah, vous voilà, merci de vous être déplacée Mlle Haruno !

De rien, ne perdons pas de temps. Je regardai Ellen. J'attends tes réponses aux questions du soldat, ainsi que ton nom, et la nation d'où tu viens. Ne me mens pas.

Mon visage était sérieux et plutôt imposant.






MM, des admin et des modo dévoués et compréhensifs :hee:



Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 479
Yens : 1156
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 95
Nombre de topic terminé: 30
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Gally/Yoko ♠ Agente Imprévisible ♠

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Ven 27 Oct - 21:10

- When the shit hits the fan... -

La situation n’était pas simplement surprenante, ou même surréaliste. Elle était purement improbable. À elle seule, elle défiait toutes les lois connues de l’univers. Comment un être aussi mauvais que Zayro Jinn pouvait se comporter comme il le faisait aujourd’hui. On dira ce que l’on voudra de M’Badi, de sa mégalomanie et de ses tendances meurtrières, au moins il respectait son personnage et ne venait pas troubler tout le monde en se rendant sans résister. Pourtant, aussi impossible que cela pouvait paraître, c’était bien ce qu’il se passait. Zayro Jinn, le colosse de Fuyu, le destructeur d’Hibana, était venu se rendre de son plein gré à la nation du feu.

Alors que les gardes d’élites triés sur le volet se chargeaient d’escorter le fuyujin jusqu’à sa cellule, j’étais restée bouche-bée. De mon opinion, il y avait quelque chose de bien trop louche pour ne pas être une farce. De la part homme ayant réduit à néant une île tout entière, qui n’avait pas hésité à détruire son propre camp lors de la bataille des rocheuse, c’était un comportement bien trop suspect. Si bien qu’une fois que j’eue rejoint les geôles dans lesquelles on l’avait enfermé, je me proposais pour être la personne à l’interroger. J’avais bien entendu parlé de cette étrange femme qui avait fait irruption dans ces lieux en criant qu’elle chercher Zayro, mais je préférais laisser Sakura s’en occuper ce coup-ci. Je me fichais même qu’elle pût avoir un ou une complice dans la ville. Vu l’état d’alerte qui avait été instauré à Chikai, cette personne n’allait pas pouvoir passer inaperçu pendant très longtemps.

C’est après un court briefing durant lequel on me présenta aux gardes qui allait assister à l’interrogatoire que j’allais faire passer à Zayro que l’on me dirigea vers sa cellule. En entrant, je pus enfin l’observer de manière correcte. Lors de notre dernière rencontre, qui était aussi notre première, je n’avais pas vraiment pris le temps de vérifier tout ce que l’on m’avait dit à son sujet, me trouvant alors dans un instant de crise intense. Cependant, même avec le peu de chose que j’avais pu en voir, l’homme qui se trouvait en face de moi me paraissait encore plus étrange que précédemment. Je pouvais lire une espèce de douce satisfaction mélangée à une profonde mélancolie dans son regard. Je m’approchai alors de lui, attrapai une chaise pour me poser, lâchai un immense soupir et commençai l’interrogatoire :
- Vous n’êtes pas très convaincant vous savez... Êtes-vous seulement le vrai Zayro Jinn ?
- Bien évidemment qu’il s’agit du vrai Zayro Jinn, m’interrompit un des gardes, visiblement en colère après ma question. Vous ne sentez pas la puissance qui s’échappe de son corps ?
- Si. Bien sûr, confirmai-je sans grand enthousiasme. Mais j’ai quand même le droit d’exprimer mes doutes, non ? De toute manière, on va s’assurer de son identité dans un instant. Si vous êtes le vrai Zayro, alors vous n’aurez aucun problème à répondre à cette question : quand m’avez-vous vu pour la dernière fois et qui avez-vous failli tuer lors de cette rencontre ? À part ça, veuillez répondre brièvement aux questions suivantes : Unu, quelles sont les raisons de votre présence ici ? Du, connaissez-vous des personnes suffisamment folles pour venir vous cherchez ici ? Tri, reconnaissez-vous votre lien avec la catastrophe de Matsuri ?
- De quoi parlez-vous ? me coupa de nouveau un des gardes, ne comprenant absolument pas l'intérêt de mes questions.
- D’une information que je souhaite vérifier depuis pas mal de temps. On reprend. Kvar, avez-vous un message pour une personne dans cette ville ? Kvin, votre venue a-t-elle un rapport avec Kid ? Ses, pourquoi avoir détruit votre propre camp ? C’est tout pour le moment. N'essayez même pas de contourner les questions. Je n’hésiterais pas à me servir de méthode de torture peu conventionnelle dans ce monde.

J’avais conclu ce début d’interrogatoire en lui montrant les jets de plasma que j’étais capable de faire apparaître au bout de mes doigts. Si cette personne n’était pas Zayro, alors il y avait de forte chance pour qu’il soit un peu plus touché à l’idée de se faire torturer. Du moins, je l’espérais.


---------------------


En entendant la demande de cette élue du serpent, le garde parut un peu contrarié. C’était la deuxième personne de Minshu à se présenter pour récupérer des informations sur Zayro Jinn. Il savait très bien qu’il ne pouvait pas simplement donner n’importe quelle information à qui le voulait. Il appela donc son supérieur pour que celui-ci gère la situation. Ce dernier tenta d’analyser la situation pour voir comment agir. Il avait entendu que la femme qui s’était fait arrêter un peu plus tôt avait une complice quelque part dans la ville. N’ayant jamais entendu parler de cette prétendue Valentine Weathley, il préféra jouer la carte de la prudence. Il lui attrapa le bras et lui expliqua la chose suivante :
- Madame, je vais vous demander de bien vouloir nous suivre. Jusqu’à nouvel ordre, vous êtes sous garde à vue. La situation demande d’employer une prudence extrême envers les étrangers qui viennent soi-disament pour nous apporter leur aide. Nous avons reçu l’information qu’une personne suspecte se trouvait dans la capitale. S’il s’avère que vous n’êtes pas cette personne, vous serez relâchée, puis escortée jusqu’à Kansei afin de transmettre les informations que nous vous transmettrons alors. Pour le moment, je vous saurais gré de coopérer. Comme vous le dites, l’arrestation du colosse n’est pas un évènement bénin. Aussi, nous ne pouvons pas nous permettre de distribuer des informations à droite ou à gauche.

Il escorta ensuite la femme jusqu’à une petite salle. Ce n’était pas une geôle, mais un endroit pour la surveiller en attendant de vérifier si elle était bien la complice de l’autre femme. Il envoya donc un autre garde pour transmettre l’information à l’élue qui s’occupait de l’interrogatoire de cette dernière. Il entra dans la salle, et, respectant les formalités :
-Pardonnez mon intrusion dame Sakura, mais j’aurais une question pour cette femme. Connaissez-vous une femme du nom de Valentine Weathley ?


------------------------


Pour mes PNJ :
Hiroki parle en #297a09
Taki parle en #A5227E
Yoshimaru parle en#8E8E1D

Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2028
Yens : 641
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Sam 28 Oct - 13:20



Feat. Zayro & du monde ~
Arrêter Zayro Jinn...
Ksss... Visiblement... Je n'étais pas la bienvenue ici...
Un garde, dont l'aura était bien plus puissante que moi, à mon plus grand malheur, vint m'arrêter, sans grande surprise. Les yeux plissés, je l'écoutai, et, sans un mot, bien sagement, je le suivis, après avoir lancé quelques regards à Zayro, derrière les barreaux, qui n'était en fait qu'un faux... 

Emmenée dans une salle d'interrogatoire, je m'assis, toujours muette, laissant l'homme parler, jambe sur une autre, les bras croisés et la tête haute, l'air blasée. Et alors que j'allais répondre bien gentiment aux questions du seikajin, une autre personne entra dans la pièce. Elle portait le nom de "Mademoiselle Haruno", et avait les cheveux roses. Mais ce n'était pas le plus important. Le garde semblait avoir beaucoup de respect envers cette personne, qui elle aussi, semblait bien plus expérimentée que moi. Un long soupir s'échappa d'entre mes lèvres, et, finalement, après avoir inspiré un grand coup, je m'exprimai, d'une voix grave et totalement neutre :

Lady Ellen, ou tout simplement Ellen. Je suis une élue de Minshu; je suis venue pour voir Zayro Jinn... Et me venger de lui. Il m'a détruit mon manoir; m'a corrompue, fait commettre des choses horribles.... Et... M'a totalement détruite mentalement. Il est responsable d'une grande partie de mes malheurs... Je me dois de le faire souffrir. De le torturer autant que je le peux..., au fur et à mesure que je parlais, mes mains commençaient à trembler, et mon ton devenait plus agressif, Je veux l'entendre hurler... Je veux qu'il souffre, qu'il souffre... Qu'il souffre, qu'il souffre...

Je répétais en chuchotant "qu'il souffre, qu'il souffre", les dents serrées, essayant désespérément de me calmer. Je ne pouvais rien leur dire sur Silas. Même si c'était surtout pour ça que je le détestais. Avec Jiyuu. Longtemps, je craignais qu'il revienne, qu'il s'attaque à moi et à mes proches... Maintenant qu'il était là, enfermé, je voulais profiter... Profiter de cette chance pour le faire payer... Je le ferai. Je le ferai...

Enfin, reprenant lentement la neutralité, je soupirai à nouveau. 
Zayro Jinn... Cet abominable personnage... Il m'avait poussé à tuer tant d'innocents... À détruire une ville entière... À jamais je le regretterai... À jamais je garderai ces voix, ces cris d'horreur, dans ma tête... À cause de lui... À cause de lui...

Quand il me questionna au sujet de "la complice", je n'avais pas compris. Mais, en y réfléchissant un peu, je me rappelai de Zoro, que j'avais transformé en Viola. Un sourire se dessina un court instant sur mes lèvres. Moqueur. Mais je repris vite un faciès stoïque.

Ce n'est pas "ma complice". C'est une amie qui voulait aller à Chikai. Voyageant à cheval, elle m'a demandée, pour y aller plus vite. Je ne sais pas pourquoi elle voulait être ici. Demandez-la, et dites-le moi. Je suis très curieuse. Je n'ai pas pensé à lui dire, trop concentrée sur ma vengeance. 

Avouai-je avec sincérité, totalement froide et impassible. Toutes mes paroles étaient vraies. Tant de franchise me surprenait un peu...




Dernière édition par Ellen le Lun 30 Oct - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Dim 29 Oct - 12:34



The Lone Ranger

feat.Seika



Musique

Le mélange parfait entre la satisfaction personnelle, une sorte de paix intérieure et la peur évidemment présente. Le lone ranger etait dans cet état, à repenser à sa vie, à tout ce qu'il avait sacrifié pour obtenir son objectif, piéger Zayro, acheter la rune, dépenser jusqu'aux derniers sous et se maudire pour réussir à venger ceux qui voulaient vengeance, à commencer par lui même. Et maintenant, il était là ou devait, ou aurait dû se retrouver le véritable criminel. Amené par la force, mais dans le calme, par des soldats qui lui crachait leur haine au visage en se contenant. La pression exercés sur ses bras puissants sans qu'il ne le sente, oh oui, il pouvait comprendre pourquoi le messager des enfers se sente si supérieur dans un tel corps.

Le pire fut peut être l'entrée dans la ville, entre la peur qu'il inspirait et la profonde tristesse de voir une citée entière, si puissante, si fière, si forte, trembler de frayeur à la vision d'un seul élu. Ses yeux parcouraient rapidement les femmes, les enfants, les hommes qui se tenaient encore courageusement non loin. Il adressa à tout ceux là, un sourire rédempteur, même s'ils ne comprendraient certainement pas tout de suite. Poussant un soupir, on le descendit dans les sous sols de la prison, attendant alors son heure. Pas d'eau, quelques coups, on ne fut pas tendre avec lui, mais le colosse ne l'aurait pas mérité.

Un afflux d'energie le prévint alors, comme une alarme, lorsqu'on amena à nouveau la bête immonde qui avait voulut s'exprimer à plusieurs reprises pour voir Karui, chose qui s'avérait compliquée, mais ne devait t'il pas la première des vérités à l'empereur lui même ? Les autres pourraient t'ils le croire, seulement ? C'est en tout cas pour l'interroger qu'on le mena à une salle, séparée d'une autre d'ou le lone ranger dans le corps du géant de fuyu, pouvait voir plusieurs autres personnes. Aucune ne lui disait grand chose honnêtement. Une femme aux cheveux violets et au regard inquiétant, un autre avec les cheveux plus roses, c'était peut être Sakura, une élue reconnue des rangs Seikajins.

Et puis, une autre demoiselle entra dans la salle, prenant la relève pour l'interrogatoire de Jinn. C'était Gally, et celle ci n'y alla pas de main morte, comme si elle savait déjà la vérité, sans vraiment la connaitre non plus. Il releva la tête après sa simple observation, lui faisant un sourire, derrière un regard rempli de fierté et aussi d'une profonde tristesse. Et pendant que l'autre garde n'admettait pas qu'il puisse s'agir d'autre chose que le roi du chaos.



Heh... Vous devez être une élue ou une victime du colosse.. Ce n'est pas plus mal.




De toute manière, il n'avait que peu d'esperance de croiser Karui, puis la dernière fois ça s'était plutôt mal passé après tout. L'empereur en avait payé un certain prix, même si ce fut pour purifier Kid à la base. Quoiqu'il en soit, exprimant ses doutes, Gally en vint vite à l'interrogatoire massif.



J'aurais voulu.. J'aurais voulu que Karui Hanja l'empereur l'entende. Mais vous m'avez l'air, d'une personne à qui je peux confier mon fardeau.





Mage : Qu'est ce qu'il raconte encore !

Evidemment, aucune des questions ne pouvaient trouver de réponses, car de fait, celui qui était en face de la cyborg, n'était pas Zayro Jinn. Il releva la tête, ce corps étant très endurant, la fatigue ne se lisait pas en lui. Puis il reprit, sur ce même ton mélancolique, triste, qui ne ressemblait évidemment en rien à Jinn. Autre fait important, sa voix n'était pas la même non plus. Elle était peut être aussi grave, quoiqu'un peu moins et légèrement plus ravagé par les années. Mais seul quelqu'un ayant un jour entendu le colosse pourrait faire la différence.



Je ne peux répondre à ces questions... Car voyez vous, jeune demoiselle... Je ne suis pas Zayro jinn. Je ne suis pas ce monstre. Je suis venu ici... Dans le but de me venger de lui, de vous venger de lui, de le livrer à la justice, à la torture et à la mort.. Et.. Et...




Et là, le lone ranger se laissa un peu avoir par la pression émotionnelle, vu la réussite de son plan. Il laissa (sans doute les toutes premières) larme couler sur le visage de l'insensible et froid Zayro. Quelle autre preuve pouvait t'il donner ? Mais les dents serrés en cherchant à continuer son discours, courageusement ce dernier reprit.



.. Et j'ai réussi n'est ce pas... J'ai réussi pour notre salut à tous...
Pour ma femme, pour ma fille.. Ils peuvent êtres en paix maintenant.





Mage : Encore l'un de ses tours. N'oubliez pas qu'il est sournois, ne tombez pas dans le panneau. Inepties... Torturons le dés à présent, qu'il nous révèle tout.

-------------




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 418
Yens : 612
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 75
Nombre de topic terminé: 24
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Dim 29 Oct - 23:52

Lorsque le premier garde, confus, lui dit qu’il devait en référer à son supérieur, la blonde ne fit qu’un signe de tête affirmatif. Histoire de sembler peut-être un brin plus digne de confiance, elle soupira, et tira sur le tissus qui masquait le bas de son visage, révélant ses lèvres pâles, et l’anneau doré qui ornait l’une d’entre elle, et s’accordait avec celui dans son nez. Lorsque le supérieur revint, il fut clair, et relativement catégorique : la semi-vampire fut quelque peu surprise de se faire ainsi prendre le bras, mais ne releva pas. Au contraire, elle laissa échapper un sourire, et hocha la tête.

Une attitude moins prudente dans un tel contexte aurait été surprenante, et d’autant plus si quelqu’un de suspect rôde. Je vous suis.

Emboitant le pas au soldat, et faisant signe à son familier de suivre au pas, la blonde fut ainsi emmenée dans le poste, calme et relativement confiante. La réaction adoptée par les seikaijins était des plus logiques, et pour autant, elle n’avait pas à s’inquiéter : Minshu était en de bons termes avec Seika, et les chances qu’on cherche à lui faire le moindre mal étaient minces … Tant qu’elle-même ne se montrait pas ouvertement hostile ou autres, bien entendu. Conduite dans une petite salle où elle put s’asseoir devant une table, l’élue dut patienter quelques instants encore, son familier s’allongeant sur le sol à côté de sa chaise. Oor’ka, qui avait désormais la taille d’un gros chien et un aspect tout aussi menaçant, ne semblait pas particulièrement apprécié par les gardes présents, mais pour l’heure, il avait obéit au doigt et à l’œil à sa maîtresse, et n’avait pas montré le moindre signe d’hostilité : tant que les choses restaient dans le domaine de la discussion cordiale et autres, il continuerait sans doute ainsi … du moins, ils l’espéraient. Finalement, un officier au visage sec, creusé de rides et de cicatrices, et à la chevelure un peu grisonnante entra dans la pièce, suivi par … Hm. Probablement un pratiquant des arcanes … c’était la seule raison pour laquelle Valentine pouvait se justifier la présence d’un homme aussi … vénérable, pour ne pas dire ancien, dans cet endroit. Ceci dit, même si elle n’aurait guère su dire ce qu’il faisait concrètement ici, elle pouvait en tout cas sentir une puissante aura se dégager de lui … Sans un mot, il se posta dans un coin de la salle, restant debout, les yeux clots. Le guerrier quant à lui prit la chaise face à l’élue, et s’assit, posant ses coudes sur la table en l’observant dans les yeux.

Bien … Madame … Valentine Weatley, avez-vous dit ?
Weath-ley. Comme avec un cheveux sur la langue.
S’il vous sied. Vous avez dit être une élu de la nation de Minshu, au service de cette dernière, et vous souhaitez … Pouvoir informer la nation du serpent de ce qui se déroule ici. Le confirmez-vous ?
En effet.
Qu’est-ce qui vous a ammené jusqu’à Chikai ?
Des raisons personnelles. Je dois passer à la grande bibliothèque de votre nation pour des recherches de nature zoologiques.
L’officier fronça les sourcils, penchant la tête sur le côté. Vous pourriez m’expliquer lesdites recherches ?
Très simple. Oor’ka ? Se tournant vers l’animal, qui avait tout de suite levé la tête vers elle, elle tapota une de ses cuisses : presque aussitôt, l’animal se redressa, et se redressa pour poser ses pattes avant dessus, chercher une caresse. Brossant sa fourrure en cherchant à ne pas payer attention à la légère décharge électrique qu’il lui avait mise sans faire exprès, elle le serra un peu contre elle, avant de relever les yeux vers le soldat. J’ai trouvé cet animal lorsqu’il était bébé, à la mort de sa mère. Et si je n’ai pas l’impression de l’avoir particulièrement mal élevé, j’aimerais tout de même en savoir plus sur la race à laquelle il appartient, ses spécificités, son habitat naturel … Personne a Minshu n’a su me fournir de réponse. Je me suis dit que j’en trouverais ici.
Mh. Avez-vous déjà entendu parler d’une certaine … « Ellen » ? Ou Lady Ellen, peut-être.
« Entendu parler », c’est le terme … Peut-être a-t-elle une réputation quelconque dans ma nation, et j’aurais entendu son nom dans une conversation quelconque. Mais je ne l’ai jamais vu de mes propres yeux.
L’officier, calme, patienta quelques secondes pour savoir s’il obtiendrait la moindre information supplémentaire. Puis, constatant que c’était visiblement en vain, reprit tout simplement : Pouvez-vous me montrer votre sceau ?
Et bien … Je pourrais, l’inconvénient, c’est … qu’il se trouve au milieu du dos. Il faudrait que je me dévêtisse un peu.
Le soldat ne sembla pas particulièrement affecté par cette information, mais se contenta de lâcher un soupire, avant de se tourner vers son collègue. Ce dernier n’avait pas cillé. Revenant à celle qu’il interrogeait, l’officier soupira. Entendu, nous nous en passerons … De toute manière, différencier un élu d’un natif n’est pas forcément bien compliqué, lorsqu’on connaît les bonnes méthodes. Vous servez donc Minshu … De quelles manières ?
Majoritairement des missions qui me sont confiées par l’armée, ces derniers mois … années ? Quelques tâches « d’intérêt général » pour ma nation, dirons-nous. J’avais participé au rapatriement des troupes seikaijins stationnées non loin de la capitale, lorsque l’alliance entre Minshu et Seika a été … Elle soupira, crachant les mots en détournant un peu le regard. Si sagement rompue par notre président.
Vous n’approuvez pas la décision ? Elle vous a évité de prendre une part trop active à la guerre pourtant.
Ce n’est pas à moi de déterminer ce que les dirigeants de Kosaten veulent faire de leurs armées et de leurs pays … Mais je pense qu’il a eu stratégiquement tord de vous tourner le dos de cette manière. Surtout lorsqu’on voit le résultat avec l’île de Tenshi.
Je suppose que je ne peux que vous donner raison sur ce point. S’il vous vient le nom d’un officier avec lequel vous étiez en liaison, chez vous, pourriez-vous me le donner ?
Le commandant Tazuma. Il s’est occupé de nombre des missions qui m’ont été confiées dernièrement.
Ah. Le visage de l’officier ne trahissait rien, mais l’hybride eut l’impression que son « ah », lui, signifiait un genre de … satisfaction ? En tout cas, ça avait trouvé un écho dans sa mémoire. Pourriez-vous me le décrire ?
L’hybride haussa un sourcil, amusée. Là, comme ça ? Et bien … Petit, je dirais … Voyant le froncement de sourcil du soldat, elle eut un petit rire. Enfin, c’est mon point de vue … Je mesure plus d’un mètre quatre-vingt, bon nombre de natif m’arrive aux épaules, plus ou moins. L’homme eut un grognement, mais la laissa poursuivre. Pour le reste, il est plutôt commun … Des yeux gris-verts, des cheveux noirs. Une coupe militaire règlementaire, avec un … chignon sur l’arrière du crâne. Une moustache depuis qu’il est devenu commandant, il y a quelques mois … Il est relativement jeune, pour son grade, mais quand on lui parle, on sent quand même qu’il dispose d’une certaine expérience. Il possède un grand-frère, mais ce dernier est fuyujin … Un excellent assassin, d’ailleurs.
… Je vous prie de m’excusez, mais … D’où tirez-vous ce détail ?
L’hybride ne répondit dans un premier temps rien, se contentant d’écarter le pan de sa veste sur le côté. Défaisant un ou deux boutons de sa chemise, elle en ouvrit le décolleté … Mais contrairement à ce qu’on aurait pu croire, elle ne comptait nullement jouer de ses charmes : en dénudant son épaule et sa clavicule, elle révéla une longue marque blanche, qui courait sur son épaule … Une marque de katana, qui avait eu l’occasion de rentrer profondément dans les chaires. Notre dernière rencontre a été assez marquante. Pour moi comme pour lui, ceci dit …

L’officier tira une moue, et se laissa un peu aller en arrière sur sa chaise alors que la traqueuse se rhabillait simplement, caressant d’une main le crâne de l’animal sur ses cuisses. Au bout de quelques secondes de silence, il se releva, et fit signe au mage de le suivre en-dehors de la salle. S’écoulèrent encore quelques secondes … Avant que l’officier ne revienne, une nouvelle fois, et ne lui fasse signe de se relever.

Bien … je pense ne pas m’être introduit. Je suis le capitaine Takuzo, et j’ai notamment été en charge de nombreux échanges entre ma nation et la vôtre : la tâche n’a pas été simple, durant les derniers mois, comme vous vous en doutez … C’est en tout cas pour cela qu’on m’a affecté à votre interrogatoire. Votre nom est bel et bien apparu dans le dossier relatif au retour de troupes seikaijins stationnées à Minshu, il y a de cela un an. J’ai également eu l’occasion, à une ou deux reprises, de voir le commandant Tazuma en personne … et j’ai bien entendu parler de son damné frère. Mon collègue, Aralass, surveillait magiquement votre corps et vos arrières pensées pour savoir si vous ne disiez bien que la vérité : il semblerait qu’à l’exception de cette histoire de taille, vous n’ayez pas menti une seule fois.
A vrai dire, l’histoire de taille n’était pas non plus un mensonge.
Le vétéran se tourna vers son collègue avec un soupire fatigué. C’était pourtant faux, voyons … Pour avoir rencontré Tazuma en personne, je te l’assure, ce n’est pas quelqu’un de « petit ».
Ah, c’est là toute la subtilité, Takuzo … Je surveillais si elle disait « la vérité ». Et la vérité, qu’est-ce, sinon la perception via nos 5 sens, et l’interprétation via notre esprit, de ce que nous appelons de façon si ingénue « le réel » ? Ce qui est « vrai » pour elle ne l’est pas pour toi … Et réciproquement.
L’officier lâcha un nouveau soupire exaspéré, qui donna envie à l’hybride de rire dans son poing. Elle s’en abstint cependant : vu la taille qu’il faisait lui, il était possible qu’il ait un léger complexe. Se tournant une nouvelle fois vers elle, le natif brossa quelque peu ses cheveux gris, et lui fit signe. Bien. Je n’ai pas un fort pouvoir de commandement, ainsi je ne peux vous garantir que ma parole fera office de loi auprès des supérieurs. Cependant, Valentine, vous avez pour l’instant ma confiance, et en vertu de cette dernière, vous serez autorisée à obtenir bon nombre d’informations sur ce qui se déroule en ce moment-même avec le colosse de Fuyu. Non pas que j’y comprenne moi-même grand-chose en vérité … Mais en tous les cas, je vous accompagnerais tant que vous resterez dans ce bâtiment : vous serez libre de vos mouvements une fois sortie de ce dernier.
Si je puis me permettre … Depuis combien de temps vous trouvez-vous en Kosaten ?
Mh ? Environ … novembre … mhh .. 4 ans, je dirais. Pourquoi ?
Le mage ne cacha pas sa surprise derrière ses sourcils épais et broussailleux, dont l’un d’entre eux se leva au contraire relativement haut. 4 ans … C’est un période bien longue. Et pourtant, l’influence de votre sceau se fait encore forte.
Je suis … Plutôt faible, pour une élue, je sais. Haussant les épaules, la traqueuse se tourna vers le couloir, au bout duquel passait un groupe de soldats. Disons que je préfère approfondir mes connaissances sur cet endroit, aiguiser mon esprit et voyager sans conflit, plutôt que d’entraîner mes muscles … et malheureusement, ce sont mes muscles qui me servent à me battre.
Oh, ne vous en faites pas … La sagesse est également une arme. Je vous laisse, je pense que mes services étaient requis ailleurs, avant qu’on ne me demande d’assister à votre questionnement.

S’en allant après un bref salut, le vieil homme retourna à ses occupations premières, alors que le duo l’observait un instant, puis qu’ils se dévisageaient l’un l’autre.

Bien … Vers où … nous dirigeons-nous ?
Ma foi. Je serais d’opinion de rejoindre un des élus du phénix qui procède en ce moment aux interrogatoires … Son nom ne vous est peut-être pas connu : Sakura Haruno. Une « ancienne », comme vous, qui s’occupe actuellement de l’autre élue de votre nation qui nous a posé problème.
Quel type de problèmes ?
Rentrer ici en enchantant un garde pour aller directement voir le colosse de Fuyu. Elle n’a pas donné l’impression d’être de son côté ou de faire mine de le libérer, mais nous ne pouvons être sûrs.
… Oh. Là, j’avoue que ce style d’initiative me dépasse complètement. Et bien, allons-y, des fois que je puisse être de la moindre aide … Je vous suit.

HRP:
 


"La plus grande Nemesis que j'ai jamais dû affronter ... C'est moi-même." :
 


"Ceci dit, petite boule est devenue grande ... Mais il s'appelle toujours Oor'ka.":
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3661
Yens : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Progression
Niveau: 145
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
0/12  (0/12)
avatar
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 31 Oct - 21:14



- Gérer plusieurs suspects -


Les mains posés sur la table, le regardant fixant celui d'Ellen, j'écoutais très attentivement ses réponses. Elle prétendait ne pas être complice de Zayro bien au contraire. Elle se rangeait dans la catégorique bien remplie des personnes persécutées par cette ordure à la puissance inégalée. Son ton paraissait calme, malgré la manifestation d'une envie de vengeance illustrée par des soupirs impatient et une expression passant un instant de neutre à crispée. Analysant toutes ces données tranquillement, sans bouger d'un poil, je repris enfin la parole. Je n'étais pas encore convaincue de son innocence.

Si ce que vous dites est vrai, comment avez-vous su qu'il se trouvait ici ? Personne ne le suivait et l'information est encore tenue secrète. Je ne peux pas penser que vous l'espionniez, il vous aurait repérée et tuée depuis longtemps.

Avant d'avoir ma réponse, la porte s'ouvrit. Je me redressai et me tournai vers la porte, gardant un œil sur la sorcière. Je n'aimais pas trop être ainsi dérangée, mais n'en fit pas part au soldat responsable de cette intrusion. Il indiqua avoir une question pour Ellen. Je n'intervins donc pas le temps que cette dernière ne réponde. Je laissai un silence planer, avant de m'adresser au soldat.

Cette élue m'est totalement inconnue. Par mesure de sécurité, qu'importe les motivations de sa venue ici, je veux que l'un de vous la surveille sans cesse. Nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser voyager des éléments perturbateurs.  

Je m'adressez à la dénommée Valentine.

J'espère que vous comprendrez cette mesure.

Enfin, je me tournai vers la sorcière.

Quant à vous, il me faut encore les actes exacts qui composeront votre vengeance.

Je faisais preuve de moins de tact qu'à l'habituée, juste parce-que le fait que Zayro se rende lui-même à Seika me paraissait encore trop improbable... qu'Est-ce qu'il clochait ?






MM, des admin et des modo dévoués et compréhensifs :hee:



Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1502
Yens : 609
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Dim 5 Nov - 19:19





Zayro Jinnを止める

feat. Du peuple





Un bail que l'élu vert ne s'était pas promené dans les rues colorées de Seika Cette zone l'égayait, d'autant plus qu'une ribambelle de bons souvenirs remontaient à la surface : son duel avec le valeureux Qrow, son aventure pittoresque avec Bashô, sa soirée à la taverne en compagnie d'un agréable inconnu.
Cependant, pour une obscure raison, le garçon avait été chassé de la ville comme un malpropre, la population le méprisait et souhaitait sa lapidation en place publique. Il n'était clairement plus le bienvenue ici, et ce phénomène se produisit du jour au lendemain. Il l'avait notamment appris par le biais de Kachou la pseudo justicière, qui avait bel et bien l'intention de le tuer pour un crime qu'il ne lui revenait pas. Une prime affichait sa tête, une prime dont il ignorait l'origine. Un malentendu peu glorieux, et son statut de fuujin ne plaidait pas pour sa cause, il se trouvait donc dans l'impossibilité de démentir. Tout portait à croire qu'il était le coupable.

Aujourd'hui, la capitale avait mis de côté ses festivités pour faire planer une ambiance sur haute tension. La population semblait préoccupée. Ils avaient certainement eu vent qu'un événement se produisait sous leurs yeux, sans en connaître précisément l'objet.
Dans tous les cas, le pirate continuait à s'engager au sein des artères de la ville, à la recherche d'un Luffy égaré. Il repassait plusieurs fois devant les mêmes magasins et bâtiments, ce qui eut le don de l'énerver. Foutu labyrinthe de merde.

Cette maladresse offrit une opportunité aux soldats seikajins, missionnés pour attraper la bête. Ce ne fut pas difficile de chopper une p'tite demoiselle aux nattes blondes qui s'amusait à tourner en rond bêtement autour du même pâté de maison. Zoro ne se rendit pas compte du pot aux roses, concentré dans ses activités. Des ombres le repéraient, se dispersaient pour le surveiller, l'encerclant doucement de façon stratégique. A tout moment, la discrétion de ces gardes cerneraient cette étrange touriste au cheveux blond. Sakura et ses acolytes étant à la tête de cette escouade à la con.
Lorsque le bretteur réalisa ce qui se préparait à son encontre, il fut trop tard. Il tenta de se faufiler tranquillement entre la foule, mais son sens de l'orientation minable le condamna et l'emmena directement dans la gueule du loup. Il se retrouva nez à nez avec une ligne de soldats, alors il recula aussitôt.

Ce fut à ce moment que le sortilège d'Ellen décida de se retourner également contre l'épéiste, histoire de lui donner du fil à retordre. En effet, il commençait doucement mais sûrement à se dissiper. A tout moment, on découvrait le vrai visage de cette innocente fillette, démasquée. Les chaussures de la demoiselle se resserraient car les pieds de l'homme grandissaient. Tout devenait étroit. Les mains en furent également victimes puisqu'elles se rallongeaient petit à petit.
Les extrémités reprenaient leur taille d'origine, et bien heureusement, ça semblait s'arrêter là pour le moment. Excepté ces deux modifications, il demeurait méconnaissable. Néanmoins perturbé par ce changement hormonal, il ne trouva pas la force d'échapper à l'embuscade qui se refermait l'air de rien sur la foule pour le coincer à l'abri des regards.

FInalement, entre trois personnes, une main vint saisir le bras de la blondinette, une main de soldat, qui lui ordonna de le suivre sur le champ, sans broncher sous peine de passer un mauvais quart d'heure. Il n'était pas commode, mais Zoro prit sur lui et s'y plia. Mieux valait ne pas se faire remarquer. Sans ses sabres, il ne pouvait rien, surtout qu'attaquer au coeur d'une capitale ennemie s'avérait tout sauf judicieux, élu surpuissant qu'il était ou pas. Ca sentait le roussi pour son cul !
On l'emmena aussitôt dans la pièce où logeaient déjà du beau monde : Inspecteur Sakura et... Valentine. Le garçon reconnut la vampire qu'il pensait décédée, mais se retint de la regarder davantage afin de ne pas se faire griller. Quant à la ninja, première fois qu'il la rencontrait, pas trop tôt !

Le travesti malgré lui se sentait prêt pour subir un interrogatoire digne d'un bon polar. Toutefois, il grimaçait légèrement suite à la sensation d'une poitrine qui rétrécissait, mais surtout à la poussée soudaine d'un sexe sous sa jupe. Il gigotait de malaise discrètement, se tortillant face aux chatouilles que ce bordel lui provoquait, bien qu'il s'efforçait à demeurer le plus stoïque possible. Heureusement, son corps prenait un certain temps avant de redevenir normal, il espérait pouvoir prouver son innocence, qu'il puisse se barrer vite fait bien fait.
Ellen était là aussi. A tous les coups, c'était à cause de cette satanée sorcière qu'il se retrouvait ici. Elle avait encore agi excessivement, avait fait ses bizarreries de mongolienne et voilà le résultat. Jamais elle ne resterait tranquille plus de 5 secondes...



Bon alors... Qui se décide à m'dire ce que je fais là ? J'ai pas que ça à faire ! M'avez quand même amené ici pour m'regarder dans le blanc des yeux ?

  



Tous ces yeux braquaient sur lui alors qu'il se métamorphosait doucement le rendaient malade. Il essayait de noyer le poisson en engageant la conversation mais sa voix aussi commençait à le trahir. En effet, la jeune femme semblait muer, une voix d'adolescent boutonneux. Une pomme d'adam évidente bourgeonnait par ailleurs sur son cou. Son teint clair dorait aussi légèrement, comme si Viola venait de prendre un bain de soleil. S'il ne trouvait pas un moyen de sortir très bientôt, ses cheveux se verdiraient tandis qu'il prendrait trois têtes et retrouverait ses traits faciaux masculins !

.
[/size]
[size=15]
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 479
Yens : 1156
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 95
Nombre de topic terminé: 30
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Gally/Yoko ♠ Agente Imprévisible ♠

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Lun 6 Nov - 0:22

- When the shit hits the fan... -

Je n’étais pas prête pour ce qui allait suivre. Vraiment pas. Comprenez bien que je venais d’un monde ou la science et la raison était quasiment devenu des divinités, avec les avantages, mais surtout les problèmes que ça amenait. Aussi, devoir entendre, comprendre et accepter que l’homme qui se trouvait en face de moi était bien le colosse, mais qu’à moitié. Enfin, de toute façon, les explications de cet homme étaient vraiment bizarres. Il affirmait être venu pour livrer le colosse à la justice – ce qui pour lui impliquait obligatoirement la mort. Les autres seikajins étaient plus dubitatifs que moi sur la situation. Ils avaient mille fois plus de mal à croire qu’ils ne faisaient pas face à l’esprit de monsieur Jinn, seulement à son corps et à l’esprit d’un péon aléatoire cherchant à se venger du fuyujin. En voyant la larme couler sur la joue mate de l’homme, je décidai de répliquer :
- Zayro Jinn est sûrement l’homme le plus orgueilleux et fier que j’ai jamais rencontré – c’est dire... Même pour nous tromper, jamais il n’irait à verser une larme. Je pense que l’on peut croire à son histoire. Ça veut pas dire que vous allez pouvoir voir Karui cependant, ajoutai-je en me retournant vers l’intéressé. Il vaut mieux charger la transmission des messages à un garde digne de confiance. J’ai encore une ou deux questions à vous poser. Je pense qu’elle vous concerne, mais ce n’est qu’une supposition : connaissez-vous un assassin du nom de Yashkan – ou un truc du genre. Si oui, comment le retrouver ?

Je me rappelais encore de cet assassin qui nous avait attaqué Kid et moi sur cette plage, il y avait plus de quatre ans déjà. J’étais vraiment curieuse de découvrir ce qu’il était devenu et je comptai le retrouver pour le défier et lui rappeler que la petite élue de merde qui l’avait à peine dérangé quatre ans plus tôt était devenu foutrement forte. Enfin, c’était une fausse vengeance personnelle qui ne concernait que moi. Et je pense que les autres gardes de la salle l’avaient compris et commençaient franchement à en avoir assez de mon comportement je-m’en-foutiste. Aussi, je reviens le plus rapidement à une attitude plus sérieuse. J’interpellai un des gardes pour lui demander de faire part de la nouvelle à Sakura comme quoi l’homme n’avait que le corps de Zayro Jinn et de le faire assez discrètement. Je lui demandai aussi de me ramener les informations récupérées par mon amie aux cheveux roses sur ces inconnus qui traînaient dans les parages. En attendant ces informations, je m’exprimai une dernière fois à ce voleur de corps :
- Malheureusement, vous devrez vous contenter d’un emprisonnement à vie. Pas sûr que la peine de mort soi une punition adéquate si on prend en compte les rumeurs de renaissance d’élu. Surtout, quand on sait que Zayro est déjà mort au moins une fois à Kosaten.

Je soupirai en terminant ma phrase. Quel bordel infâme, c’était, cette affaire tout de même.


--------------------------


Le messager ne mit que quelques minutes à atteindre la salle d’interrogatoire. En le voyant débouler avec cet air de panique, Takuzo s’écarta quelques secondes pour aller demander en chuchotant qu’elles étaient les nouvelles. Quand il apprit la nouvelle, il ne put exprimer qu’un immense et désappointant “Hein ?”. Cette interjection plaça un violent silence dans la pièce et, observer par une foule de visages qui étaient tous aussi perdus que le capitaine ne l’était lui-même, il se dirigea vers Sakura, pour lui murmurer dans le creux de l’oreille :
- Apparemment, le corps de Zayro Jinn est bien le vrai, mais l’esprit non. C’est un homme qui a réussi à voler le corps au colosse et qui cherche à accomplir une vengeance.

Après ça, il revint vers Valentine, avant de lui annoncer, toujours à voix basse :
- La situation est encore plus complexe que ce que nous imaginions. Je ne peux pas encore vous en dire plus, mais cette affaire vient de prendre un tournant que je n’aurais jamais cru possible.

Le messager qui était arrivé en premier se souvint alors de la demande de la cyborg et demanda quelle était les nouvelles concernant les inconnus. C’est à ce moment qu’une troupe de gardes entre, entourant une étrange personne. Elle semblait se métamorphoser et plus aucun garde n’était vraiment confiant. L’un d’eux sortit la lame de son fourreau, prêt à planter l’inconnu au moindre geste louche. Mais alors que la voix du nouveau prisonnier se déformait en même temps que le reste du corps, ce fut Takuzo qui réagit le premier :
- Roronoa Zoro ? Comment est-ce possible ?

Il n’en était pas encore vraiment sûr, mais les contours de son visage commençaient à ressembler à ceux de l’avis de recherche et cette cicatrice sur l’œil réapparaissait millimètre par millimètre. Essayant de garder son calme, le capitaine reprit :
- Vous êtes en état d’arrestation pour intrusion dans la capitale possible espionnage. Tout ce que vous direz pourra et sera utiliser contre vous. Pesez donc bien vos mots. Que faites-vous ici ?


------------------------


Pour mes PNJ :
Hiroki parle en #297a09
Taki parle en #A5227E
Yoshimaru parle en#8E8E1D

Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2028
Yens : 641
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 7 Nov - 0:09



Feat. Zayro & du monde ~
Arrêter Zayro Jinn...
Une jambe sur l'autre, les bras croisés sous ma poitrine qui s'imposait plus dorénavant, je fixais la femme aux cheveux roses, la dénommée Sakura Haruno, qui semblait être bien célèbre sur ces terres chaudes. J'avais le regard froid, stoïque, et avais l'air plutôt blasée. Je n'aimais vraiment pas attendre. Je voulais à tout prix me venger de ce monstre qui avait gâché une grande partie de ma vie, et qui m'avait engendré un fils. Mais alors que je m'apprêtais à répondre à sa question, un soldat entra dans la pièce, accompagnée d'une grande femme qui dégageait une étrange aura obscure. Je l'ignorai en tournant la tête sans gêne, me concentrant sur la femme ninja, relevant la voix sous un ton sévère :

J'ai seulement entendu des rumeurs à ce sujet. Je me trouvais près de la capitale, et j'ai entendu des gens dire que Zayro Jinn était à la capitale. Voilà tout.

Enfin, mes yeux dorés se tournèrent rapidement vers la porte entrouverte où étaient venus l'officier et l'inconnue, minshujin semblerait-il. Une blonde que je connaissais très bien sortit de l'ombre, et s'assit de force à côté de nous. Un sourire plein de sarcasme se dessina sur mes lèvres lorsque je la vis se dandiner, les mains entre les jambes. Je ricanais intérieurement, mais restais muette en apparence. Le voilà bien embarrassé, le pauvre Zoro ! Que je me réjouissais de le voir ainsi se métamorphoser devant tout le monde, et de se faire repérer par un garde. Reprenant vivement mon sérieux, je fis tout pour paraître sincère, usant de mes talents de manipulation, que j'avais acquis depuis plus d'un millénaire :

Roronoa Zoro ? Mais... Comment se fait-il...

Dis-je en montrant bien que j'étais médusée d'apprendre que c'était lui transformé, alors que c'était moi, la coupable de cela. J'arrivais très bien à jouer la comédie. C'était tout un art dans lequel j'excellais avec maestria. Mentir, manipuler... Un jeu d'enfant pour moi ! Je le faisais depuis si longtemps ! La ruse était la première de mes qualités. Oh oui j'étais sournoise ! Et j'utilisais cette grande capacité à amadouer la plupart du temps à des fins personnels et sombres... Mais j'en restais fière.

Je le dévisageais donc, mentant bien en faisant croire que j'avais été trompée, lui lançant un regard rempli de fausse haine, bien qu'il y en avait un peu de vrai, en songeant au fait qu'il s'approchait beaucoup trop de ma bien aimée derrière mon dos...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mer 8 Nov - 0:54



The Lone Ranger

feat.Seika



Musique

De toutes parts, dans chacune des salles, les faces à faces continuaient. Mais dans celle de Gally, la jeune cyborg en était tout bouche-bée. Ne comprenant parfois qu'à peine ce qu'il se passait, elle essaya d'analyser la situation tant bien que mal et parvint à une conclusion. Oui, l'homme qui était en face était bien Zayro jinn, du moins c'était bien son corps, un résidu de sa puissance également, que l'ont pouvait d'ailleurs sentir faiblir à mesure que le temps passait. Mais si elle croyait à son histoire, elle ne pouvait pas lui laisser rencontrer Karui Hanja. L'empereur était trop important, les mesures de sécurité déclenchées ne laissait pas l'ombre d'une possibilités pour cette rencontre.

L'ont pu sentir sur le visage du lone ranger, un mélange de tristesse et de compréhension. Puis, Gally demanda si le ranger savait quelque chose à propos de Yashkhan. Relevant alors sa tête, un sourire apparut vers cette dernière et il répondit, aussi clairement qu'il le pouvait.



Bien sur... Vous savez qu'il a servit les forces d'assassinat sous Karui il y'a longtemps, bien avant d'être mercenaire. J'ai eu à faire à lui, quand j'ai cherché à mettre en place ma traque et ma vengeance de Zayro. C'est lui qui m'a fournit certains détails, il ne pouvait plus assurer sa revanche, c'est un mercenaire... D'autres contrats l'ont emportés sur sa rancune personnelle. Il n'avait pas autant à y gagner que moi.




Fit t'il alors, en laissant un large sourire s'emparer du faciès de Zayro. Puis il secoua un peu ses chaines, ses poignets commençaient à s'engourdir doucement mais surement à force de rester dans la même position. Toutefois, Gally voulait surtout savoir ou trouver cet assassin, nommé "le faucheur d'élu" et à raison. On pouvait même supputer qu'il soit le responsable de certaines "disparitions" d'élus.



Je l'ai rencontré il y'a plusieurs années... Je, j'avais posé un contrat sur la tête de Zayro. Je sais que ça parait ridicule, mais c'est lui qui m'a contacté, après plusieurs mois. Il m'a avoué avoir étudié ma demande, mais aussi qui j'étais, il n'a rien fait au hasard. Beaucoup de gens voulaient la mort de cet élu, peu étaient assez courageux pour mettre un prime non anonyme, comme moi. Je suppose que ça l'a rendu curieux. Mais il ne s'occupe plus de son cas maintenant...




Les gardes ne semblaient pas vraiment partisans du copinage qu'était entrain de faire l'utilisatrice de nano technologie avec ce qui semblait être Zayro. L'un des gardes intervint même pour indiquer ceci ;

Mage : Gally san, vous n'êtes pas sans connaitre le rapport numéro six, connu comme contenant toutes les mentions de Zayro avant sa seconde attaque d'Hibana. A l'époque le messager des enfers avait perdu la mémoire et semblait avoir changé en bien, avant de redevenir le tueur de masse que l'ont connait tous. Comment êtres surs que ce n'est pas encore une perte de mémoire et un changement de personnalité temporaire ?

Puis vint la question de l'élue, plus recentré sur la réalité des choses. Indiquant qu'une mort ne pouvait être approprié, car Zayro pourrait revenir du royaume de l'au delà et tout recommencerait, encore... Alors, elle cita le possible emprisonnement à vie.



C'est un sacrifice... Que je suis prêt à faire.




Le lone ranger ne semblait pas avoir peur de cette possibilité, il était prêt à troquer sa liberté, pour sauver des milliers de vies, peut être plus. Rester enfermé ici serait dur pour n'importe qui... Mais qu'était la difficulté, face à quelqu'un ayant tout perdu ? D'un autre coté, est-ce que Seika et son sens de la justice pouvait condamner un natif de son monde, innocent, pour faire payer Zayro qui, de plus, courrait encore dans la nature, mais plus aussi fort qu'avant, ni dans le même corps bien entendu.



Je sais qu'à travers moi, il paie ses crimes. J'aurais voulut faire plus, croyez moi !





Mage : Son energie baisse, je le sens.


* * * * *



Dehors, la foule s'était un peu amassé évidemment, mais restait largement sécurisé par la plupart des gardes alentour. L'entrée de la prison était sévérement gardée, aucun moyens d'y entrer comme précédemment. Malgré tout, au sein d'un petit groupe de civil, l'un d'eux retira une sorte de coiffe en toile, laissant apparaître sur son crâne chauve un Z gravé sur le front.

Zayrien infiltré : GLOIRE A ZAYRO JINN !

Avant qu'une bombe n'explose. Pas assez grosse ou efficace pour faire d'immenses dégâts, elle tua bien évidemment le Zayrien qui s'était infiltré sans doute depuis des lustres en seika. Chaque capitale devait en avoir un ou deux, prêts à se faire sauter ou faire des morts et du chaos, juste au cas ou... Leur fanatisme allait loin, mais il ne fallait pas oublier que derrière eux, se cachait la conspiration du groupe marchand de Shiryoku ou encore Nukumi. Mais celui ci étonna un peu tout le monde, il parvint à tuer trois civil à proximité de lui, blessa deux personnes gravement et huit autre légèrement. A présent une flaque de sang recouvrait le sol pavé.

Les soldats s'empressèrent de fouiller la zone et la sécuriser, évacuant les autres et déclarant une sorte d'état d'urgence. Chacun était donc restreint chez soi, tout individu suspect dans la zone proche serait appréhendé. La nouvelle descendit dans la prison pour parvenir aux élus, dans chacune des salles, un garde ouvrit la porte et ajouta ;

Garde de prévention (aux élus) : Elus, nous devons vous prévenir qu'un attentat solitaire vient d'avoir lieu dehors. Un Zayrien du groupe fanatique du même nom, s'est fait sauté avec une bombe artisanale, peu complexe. Il est mort et à tué trois autres civils, nous évacuons les blessés en ce moment même, mais la sécurité est renforcée et l'état d'urgence déclaré en ville.

-------------




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 418
Yens : 612
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 75
Nombre de topic terminé: 24
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Sam 11 Nov - 18:39

Il ne fallut que quelques instants pour passer d’une salle d’interrogatoire à une autre, et c’était en soit peu surprenant : servant le même style de fonction, elles n’étaient probablement pas très éloignée à dessein. Mains dans les poches, l’air neutre, la traqueuse attirait quelques regards méfiants et en était bien consciente, mais n’y prenait garde : personne ne cherchait à poser de questions à l’officier qui marchait à côté d’elle … tout se passait « bien », en somme. Rentrant dans la pièce relativement large où se trouvaient déjà Sakura et l’élue interrogée, Ellen, la blonde pencha très légèrement la tête sur le côté en l’observant. Le nom sonnait très légèrement familier … le visage, pas le moins du monde. Si c’était également une élue de sa nation, il était probablement toujours bon d’au moins savoir de qui il s’agissait … Même si il n’y avait pas de doute sur le fait que « faire connaissance » dans le contexte présent était la dernière des idées qui serait venue à l’esprit de l’hybride. La ninja aux cheveux rose, visiblement Sakura Haruno, prit une décision rapide à son sujet, que la blonde salua d’un petit mouvement de tête en la regardant.

Bien entendu. Pour être honnête, j’aurais même été surprise de pouvoir agir en totale liberté … poursuivez, je ne suis là qu’en tant qu’observatrice.

Et, fidèle à sa parole, elle se décala dans un coin de la pièce, histoire de ne pas bloquer l’entrée de la salle tout en restant parfaitement visible, bien que loin d’être le centre d’attention. Elle ne comprit pas forcément l’histoire de « vengeance » de la sorcière à la chevelure violette, mais cette dernière devait être liée au colosse de Fuyu … après tout, sa présence-même l’était, de base. D’un signe discret, elle appela son familier, qui vint se ranger à côté d’elle et s’allonger sur le sol sans un mot. Elle aurait bien émit un commentaire vis-à-vis du fait qu’il s’était mis sur ses pieds, mais ne tenait pas à attirer l’attention sur elle … et en prime, c’était un dérangement mineur.

La sorcière prit la parole, mais avant qu’elle ne puisse répondre à une autre question de la part de celle qui l’interrogeait, deux évènements se suivirent de très près. Le premier fut l’arrivée d’un soldat de base, qui vint, l’air visiblement sous le choc, entretenir dans un premier lieu le capitaine  Tazuko d’un fait d’importance. L’idée de chuchoter était bonne … Malheureusement, la salle n’était pas bien grande, et le son portait quelque peu. Sans parler, certes, des oreilles elfiques de la traqueuse, qui lui permettaient assez aisément d’entendre des sons même discrets, à environ 4 ou 5 mètres de distance … Ainsi, si elle ne perçu pas toutes les subtilités, elle n’eut pas grand mal à saisir qu’il y avait un problème avec l’identité du géant qu’ils avaient capturé … Et l’information fut confirmée lorsque Tazuna la répéta à Sakura. Tournant son regard vers la porte d’entrée de la pièce, la traqueuse tira une petite moue sous son masque … ça, c’était pour ainsi dire étrange. Mais montrer la surprise qu’elle ressentait était tout, sauf intelligent : lorsque le capitaine lui expliqua qu’il lui donnerait les détails plus tard, elle se contenta d’un hochement de tête.

Quelques instants plus tard, une nouvelle personne fut amenée dans la pièce qui commençait à devenir quelque peu étroite, mais celle-ci n’était pas conduite ici de son plein gré : il s’agissait d’une jeune femme … enfin. En tout cas, elle en avait l’apparence ? La traqueuse notait plusieurs éléments de sa morphologie qui … ne collaient pas ? Ses mains étaient fort larges, sa gorge possédait une bosse normalement inhérente aux hommes, sa poitrine était fort plate … Un travesti ? Lorsque le.a nouvel.le arrivant.e prit la parole cependant, et que le capitaine l’accusa aussitôt d’être « Zoro Roronoa », la traqueuse eut un instant durant lequel elle fronça franchement les sourcils. Là, par contre, le nom lui disait définitivement quelque chose … Mais l’apparence … La jeune femme face à elle ne ressemblait pas vraiment à la pirate qu’elle avait croisé et avec laquelle elle avait passé quelques jours, de nombreux mois plus tôt. Perplexe, elle continua de la dévisager, préférant ne rien dire. Au pire, si on lui demandait si elle la connaissait … Elle répondrait probablement qu’elle avait lu son nom quelque part dans les documents minshujins traitant des « éléments importants » des autres nations. Laissant, entres autres, le capitaine prendre les choses en main, elle se renfrogna quelque peu, se contentant d’écouter … Cette situation avait de plus en plus d’éléments dénués de sens, ce qui était quelque peu frustrant.

Pourtant, les choses ne semblaient pas sur le point de s’améliorer. Là où la plupart n’auraient sûrement rien détecté, la traqueuse perçu quelque chose. Très court, et sur des fréquences basses … Une onde de choc. Le fait d’être à l’intérieur du bâtiment atténuait peut-être les bruits, mais le fait d’entendre, des pas nombreux résonner du côté de l’entrée dans les secondes qui suivirent mirent la puce à l’oreille à la traqueuse, lui indiquant qu’elle n’avait pas rêvé. Levant un doigt, elle prit la parole, s’étant instinctivement tournée vers l’entrée du bâtiment un instant avant de regarder ensuite les personnes présentes.

Heum … Excusez-moi, mais vous avez entendu ça ? … Je crois qu’il y a un problème dehors.

A peine avait-elle prononcé cette phrase qu’un nouveau garde / messager (ils commençaient pour le coup à se faire assez nombreux) rentra dans la pièce, les avertissant tous des évènements qui venaient de se dérouler dehors … Un « Zayrien ». Ce genre de choses existait ? L’idée-même semblait d’une stupidité invraisemblable … Même si c’était un fait : la puissance de certains pouvait facilement corrompre l’esprit d’autres. En tout cas, cette attaque suicide ajoutait encore au chaos ambiant causé par le géant, quelque chose qui était tout, sauf nécessaire. Le fait qu’il y ait 4 élus et au moins autant sinon plus de natifs dans la salle rendait, en prime, le champ d’action d’à peu près tout le monde plutôt limité … Pour l’hybride aussi, dans la mesure où elle n’était, au final, ni clairement du côté de Seika, ni clairement contre, pour l’heure. Chose à laquelle elle pouvait tenter légèrement en se manifestant … Mais après une brève réflexion, elle préférait s’abstenir. Pour l’heure, la personne « en charge » était la ninja aux cheveux roses qui, un instant plus tôt, se contentait de mener un interrogatoire : entre l’arrivée de deux nouvelles élues, l’info qu’elle avait reçu, et cette bombe qui venait d’exploser, elle avait beaucoup d’informations à digérer en très peu de temps … La traqueuse préféra, d’une main, très légèrement « taper » sur le coude du capitaine pour attirer son attention.

Qu’y a-t-il ?
Je tenais juste à vous dire … Je sais que Seika ne me fait probablement pas très confiance, et c’est normal. Mais si vous avez besoin de mon aide pour quoi que ce soit … n’hésitez pas.
Bien aimable à vous, même si pour l’heure, je doute qu’il y ait quoi que ce soit que vous puissiez faire. Mademoiselle Haruno ?

Se tournant vers elle, le capitaine sembla, de même que la plupart des natifs dans la pièce, attendre ses directives. Continuer à interroger les deux élu(e)s ? Porter assistance aux blessés ? Avertir, de quelque manière que ce soit, les personnes qui interrogeaient Zayro, si c’était bien lui ? … en y réfléchissant, la traqueuse était presque heureuse de ne pas être en charge de quoi que ce soit.


"La plus grande Nemesis que j'ai jamais dû affronter ... C'est moi-même." :
 


"Ceci dit, petite boule est devenue grande ... Mais il s'appelle toujours Oor'ka.":
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3661
Yens : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Progression
Niveau: 145
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
0/12  (0/12)
avatar
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Sam 11 Nov - 23:48



- Un malheur ne vient jamais seul -


Depuis 6 ans, j'avais pris l'habitude de plus de plus, de m'occuper des affaire internes de Seika. Epaulée par Geleerde et Aki, qui étaient beaucoup plus entreprenantes que moi, et d'autres élus plus discrets mais tout aussi efficace, il était très facile de tout gérer. Malheureusement ces deux fidèles alliées étaient portées disparues et probablement prisonnières du royaume des morts. Personne ne savaient quand Est-ce qu'elles allaient revenir, ni même si elles allaient s'en tirer. Quoiqu'il en soit, ces absences n'arrangeaient en tout cas pas ma situation présente.

Les problèmes s'accumulaient.

Je n'eus que le temps d'entendre la réponses d'Ellen que déjà un nouveau suspect fit son apparition. Et pas des moindres. Si la petite fille qui se présenta en premier lieu ne me disait rien du tout, sa transformation et le nom que j'entendis parurent bien plus familier. Zoro Roronoa. Cet homme de Fuyu était recherché. Je ne savais plus les motifs, mais le fait était là. Que venait-il faire ici ? Ce n'était de loin pas le moment... mais comment gérer cet homme alors que le plus puissant des élus posaient encore des problème ?

Je n'eus pas le temps de me poser plus de question, que je reçus un message dans le creux de l'oreille, qui me cloua sur place. Si je ne criai pas surprise, je ne pus m'empêcher d'en adopter l'expression faciale. Quelqu'un était parvenu à usurper Zayro ?? ça paraissait utopique, mais ça pouvait expliquer l'étrange comportement qu'il avait en entrant dans la capitale, et alors, la possible attaque de l'intérieur devenait moins plausible... il fallait confirmer ça. Je lui répondis immédiatement, avec le même volume de voix.

C'est confirmé comme information ?

D'après l'analyse faciale de Mademoiselle Gally, oui.  

Très bien. Appelez un mage qui était présent lors de la guerre et demandez-lui de sonder l'énergie et l'aura du Zayro dans les geôles. Demandez-leur d'analyser toutes les caractéristiques qu'ils pourront sur lui pour déterminer si une manipulation d'esprit est possible.

Très bien.

Le messager alla parler avec Valentine avant de remarquer Zoro et de se mettre en garde. Il l'avait tout aussi bien reconnu que moi et avait adopté la réaction qui selon moi était la meilleur. Je ne le stoppai donc pas, le laissant procéder avec quelques collègues à l'arrestation du Fuyujin. Je surveillai juste les mouvements pour prévenir toutes contre-attaque. Je surveillai aussi Ellen du coin de l'œil. Elle ne paraissait pas menaçante, raison pour laquelle je le lui collai pas encore de surveillance plus poussée, mais je prévenais tout de même une possible fourberie de sa part.  

Et enfin, un dernier problème... pour l'instant... se profila, encore pire que tous ceux que j'avais à gérer pour l'instant. Un attentat suicide en pleine rue. Bordel c'était quoi cette journée de merde !! Je serrai les poings pour me forcer à rester calme. Il fallait que je garde la tête froide et donner les directives posées et censées que tout le monde attendait. Je pris quelques secondes de réflexion pour ne pas donner d'ordre à la hâte, puis lan4ai d'une voix forte.

Prévenez les cinq volontaires de la grande guerre. Qu'ils prennent en charge l'acheminement des blessés. Ils savent ce qu'ils ont à faire.

J'avais confiance en Yuki et son groupe. Ils avaient déjà tous fait leur preuve dans le grand conflit contre Fuyu, ils pouvait largement gérer ce genre d'événement. Puis je me tournai vers Ellen.

J'ai l'impression que ce que vous dites est vrai, mais pour l'instant, vu l'urgence de la situation, il est hors de question que je vous laisse toute seule.

Je levai les yeux vers le soldat le plus proche de la sorcière.

Ryuzaki, tu la suivras et vous irez les deux arrêter toutes personnes menaçantes que vous trouverez. Ne la lâches pas d'une semelle.

Il fit signe qu'il avait compris et somma Ellen de le suivre. Pour ma part, je me tournai vers Valentine et son surveillant.

Pareil pour vous, allez assurer la sécurité de la capitale, et ne vous séparez pas d'un pouce, sinon, je vous arrêterez moi-même Est-ce clair ?

Et pour finir, je posai les yeux sur Zoro.

Jusqu'à ce que cette histoire soit tirée au clair, tu feras exactement ce qu'on vient de te dire. Si tu coopères, tu peux être relâcher dans la journée.


Je choisis de rester dans la salle, pour m'occuper du pirate. C'était un être qui pouvait se montrer dangereux s'il le voulait. Le laisser aux mains des soldats était risqué.  



[/quote]



MM, des admin et des modo dévoués et compréhensifs :hee:



Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1502
Yens : 609
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 20
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 179
Nombre de topic terminé: 79
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Roronoa Zoro Le pirate perdu

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Lun 13 Nov - 12:28





Zayro Jinnを止める

feat. Du peuple





Tous ces yeux qu’il sentait braquer sur lui, comme s’il venait de chier au milieu de la pièce, le déstabiliserait presque. Toutefois, il se mettait à la place de ces femmes l’espace d’une seconde : Une blondinette suspecte pénétrait dans la salle, et se métamorphosait dans le plus grand des calmes, un peu que ça attirait l’attention.
On ne tarda plus à le reconnaître, suite aux multiples cicatrices naissantes sur son visage, accompagné d’une coloration capillaire verdoyante. Lorsque l’intitulé de son identité fut largué comme une bombe d’entre les lèvres de l’un d’eux, une sueur froide lui remonta le long des fesses. Alors là, on mettait les pieds en plein dans la merde.

Et Ellen qui s’marrait sournoisement en scred sous son faux air ahuri. Elle croyait qu’il ne la remarquait pas se foutre de sa gueule ?! Elle jouissait à le voir galérer. Elle méritait qu’il la dénonce, cette sale tchoin.. ! Il la foudroya du regard, tandis que son corps s’étira, et que ses fringues initiales lui réapparaissaient sur la peau, y compris ses katanas. La sorcière avait été assez puissante pour changer également ses habits, l’épargnant d’un changement de costume.
Désormais entièrement dans sa forme originelle, le sabreur croisa les bras contre son torse, fermé à la discussion, et résigné à s’être fait découvert. Il demeura, silencieux, l’œil énervé et fuyant. Il ne voulait croiser la pupille d’aucun de ces minables ici présents. Seule l’hybride au teint pâle ne le faisait pas imploser. Et comme par hasard, ce fut elle qu’on envoya dehors pour aller jouer les inspecteurs Derrick

En effet, un messager s’était ramené pour rapporter un événement surprenant : un kamikaze avait décidé de devenir un gaspacho en place publique, hurlant au passage une espèce d’éloge pour la cause qu’il défendait jusqu’à en mourir, quelque chose comme : Allah Akbar version Kosaten. Dans sa chute, il entraîna d’autres victimes, de quoi semer l’horreur et le chaos. Le sabreur, toujours posté dans la même position, ne remuant pas d’un poil, ne semblait pas percuté la gravité de la situation, ou s’en battait-il tout simplement les steaks ? On optait pour la seconde option.
Avec un Zayro Jinn à Seika, on s’attendait à un déchaînement des foules en tension. Il était idiot d’espérer une bonne ambiance comme s’il s’agissait d’une simple foire aux oignons. Résultat, il se contenta d’imiter l’indifférence à pleine couture, comme s’il était au courant du coup, et que par conséquent, ça ne l’étonnait guère.

Le type qui l’avait arrêté s’interrogeait sur la présence d’un tel élu par ici. Apparemment, il le connaissait de nom. Il répondit, sèchement, et en toute honnêteté vu qu’il n’avait rien à cacher contrairement à certains :



Je recherche un homme séjournant à Seika..

  


S’il pouvait semer le doute dans leurs cerveaux, et les incitait à envoyer leurs troupes à la poursuite de Luffy qu’ils jugeraient peut-être suspect car en lien avec Zoro, ça l’arrangerait bien. Ainsi, il profiterait des services mis à sa disposition pour obtenir ce qu’il voulait.
L’arrestation de Zayro le même jour tombait assez mal, il était logique qu’on associe ces deux élus fuyujins ensemble. Et pourtant, ils n’avaient absolument rien à voir.
Un type interrompit l’interrogatoire pour venir glisser une info à Sakura. On ne comprit pas, mais en tout cas, notre p’tite shinobi paraissait soudainement bien secouée des fesses. Cette réaction qu’elle tenta de réduire ne passa pas inaperçue à l’œil perçant du marimo. A tous les coups, cette confidence mystérieuse concernait l’autre sboon de Jinn.

Par la suite, elle ordonna à l’être en vert de rester tranquille pendant un temps, et ainsi, on le délivrerait. Oh vraiment… ?! Ils chopaient un type recherché, un fuyujin affirmé qui plus est, et il le relâcherait comme un gamin après une petite retenue gentillette. Dur à croire.
Dans le bénéfice du doute, Il se mura alors dans un silence religieux. Impénétrable.
Bien que ce marché lui convenait pour le moment, il n’imaginait pas un seul instant qu’il ne sortirait pas d’ici de si tôt. Contre son gré, il se préparait à foutre un dawa incommensurable. Depuis l’épisode du messager venu délivrer son renseignement auprès de Sakura, le sceau du bretteur au niveau de son cou se mit à légèrement clignoter. Ce n’était pas non plus une sirène, il fallait une sacrée bonne paire d’yeux pour en discerner le léger scintillement répétitif mais le phénomène était là.

.
[/size]
[size=15]
.



† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 479
Yens : 1156
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 19
Localisation : In between the mountain, eating nuts

Progression
Niveau: 95
Nombre de topic terminé: 30
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Gally/Yoko ♠ Agente Imprévisible ♠

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Ven 17 Nov - 0:16

- When the shit hits the fan... -

J’écoutai attentivement les informations qu’avait à me fournir l’usurpateur. Apparemment, Yashkhan était un homme qui avait travaillé pendant quelques années pour Karui. Chose à conserver en mémoire le jour où j’allais revoir ce pitre d’empereur. Mais excepter ça, il n’y avait pas grand-chose qui m’était vraiment utile. L’homme ayant volé le corps du colosse n’avait même pas souhaité l’engager en premier lieu puisque c’était Yashkhan qui était venu à sa rencontre. Bon, j’avais au moins pu faire un pas dans la bonne direction...

Les autres gardes qui surveillaient le comportement de ce “Zayro” commençaient à en avoir plus qu’assez de mon comportement si amical à son égard. L’un d’eux, dont j’assumai qu’il était un mage à cause de sa tenue, me fis même un petit rappel d’un certain rapport numéro six. Rapport dont l’existence m’était absolument inconnu. Mais je compris rapidement qu’il s’agissait de la fameuse affaire “Kid Jinn”. En repensant à lui, je me rendis compte que je ne savais toujours pas comment il avait fini séparé de Zayro. Quand je les avais rencontrés, ils étaient pourtant deux entités en une seule. Mais ces questionnements allaient devoir attendre. Je répondis au mage, toujours avec le même ton décontracté que d’habitude :
- Tu n’es pas vraiment observateur Billy...
- Mon nom n’est pas...
- Shh Billy ! le coupai-je sans retenu. Je disais donc, tu n’es pas vraiment très observateur. Tu l’as bien entendu parler d’une “vengeance personnelle”. Il a même dit que Zayro avait buté sa femme et sa fille, si j’me trompe pas. Si c’était une autre personnalité, tu penses vraiment qu’il parlerait de détails pareils ? Enfin bref... Je dois tout de même admettre que je suis plutôt inquiète. C’est vrai que si le colosse parvient à récupérer son corps, ça peut foutre un beau bordel. Plus que de vous emprisonner, continuai-je à l’égard de l’usurpateur, il faudrait vous rendre immortel et vous balancer au fond de l’océan, ou vous enfermer dans un cercueil de glace incassable, voire les deux à la fois. Bref, vous mettre dans un endroit où le vrai Zayro ne pourrait rien faire pour le reste de l’éternité. Ou au moins le temps qu’un élu devienne son égal pour lui mettre la rouste de sa vie...

Je me renfonçai dans ma chaise. Personnellement, le temps ou les maladies n’avaient aucun impact sur moi. Donc le meilleur moyen de me mettre hors d’état de nuire sans me tuer était de me foutre dans un endroit duquel je ne pouvais pas partir. J’avais appliqué la même idée à Zayro, vu que la mort risquait de le faire réapparaître dans un autre endroit. Mais alors que je réfléchissais à s’il valait mieux l’enterrer ou essayer de l’envoyer en orbite, une nouvelle idée survint dans ma tête, que j’exprimai immédiatement :
- Mais j’y pense... si vous avez volé le corps de Zayro, cela veut dire qu’il traîne toujours dans la nature. Avec votre corps. Là où ça devient inquiétant, c’est d’essayer d’imaginer ce qu’il se passe s’il meurt dans votre corps. Renaitra-t-il dans son vrai corps, ce corps disparaissant ou restant le vôtre pour le reste de la vie. Renaitra-t-il dans votre corps ? Dans ce cas, il représentera une moindre menace et sera plus simple à arrêter. Si votre corps meurt, son esprit en sera libéré et essayera peut-être de reprendre possession de son corps. Ou alors... son esprit cessera d’exister. C’est le mieux qui pourrait nous arriver, mais les autres options sont plutôt inquiétantes.

------------------------------------

Étonnamment, la tension montait bien plus rapidement dans cette salle d’interrogatoire. L’arrivé de Zoro avait pas mal déstabilisé les nombreux gardes présents. Surtout que celui-ci avait littéralement fait preuve de pouvoir de change-forme, ce qui ajoutait aux rumeurs circulantes sur le bretteur aux trois lames une touche de fantastique et de magique qui inquiétait encore plus. Takuzo était de ceux qui essayaient et parvenaient tant bien que mal à conserver leur sang-froid et à ne pas trop se montrer paniquer dans cette situation. Il observait d’un mauvais œil la présence du fuyujin dans ces lieux. D’abord Zayro, maintenant lui. Est-ce que la nation des glaces se préparaient à une invasion secrète ? Probablement pas, mais il valait mieux rester prudent.

Après avoir reçu ses ordres de la part de Sakura, Takuzo s’exécuta. Il désigna deux soldats en les sommant de le suivre. Il prévint aussi Valentine de ce qu’il allait devoir faire :
- Valentine, je connais un des mages de guerre qui se trouvait en première ligne lors de la bataille des Rocheuses. Il n’habite pas très loin de la prison, mais je préfère vous avoir à mes côtés pour l’escorter en sécurité.

Ensuite, ce fut Ryuzaki qui reçut un ordre de la part de l’élue aux cheveux roses. Il acquiesça respectueusement envers la femme qui avait tant accompli pour la nation et attrapa le bras d’Ellen pour lui indiquer de se lever :
- Vous avez entendu dame Haruno. Si vous nous aidez à arrêter toutes les personnes suspectes, vous pourrez éventuellement partir plus facilement de Chikai après la fin de cette histoire. Suivez-moi.

Il commença à marcher vers la sortie, ordonnant lui aussi à quelques soldats de l’accompagner, tant pour s’assurer de pouvoir faire face aux possibles dangers se cachant dans les rues de la capitale, mais aussi pour maîtriser l’intruse si celle-ci devenait trop suspecte. Ryuzaki était un soldat endurci qui n’avait aucun remord à accomplir ce qui était nécessaire.

------------------------------------

Un homme interrompit l’interrogatoire que je continuai de faire à l’usurpateur. Il m’indiqua qu’un homme, un zayrien selon toute vraisemblance, s’était fait péter en pleine rue en criant “Gloire à Zayro”. J’allais lui faire une remarque comme quoi cette phrase sonnait mieux en arabe, mais je me retins. À la place, je soupirai une fois de plus, exaspéré par la tournure que prenaient les évènements. Le messager ajouta que Sakura allait m’envoyer un autre mage pour faire quelques tests sur le prétendu usurpateur et de vérifier ses dires. Il n’y avait plus qu’à attendre donc...



------------------------


Pour mes PNJ :
Hiroki parle en #297a09
Taki parle en #A5227E
Yoshimaru parle en#8E8E1D

Gally



Couleur:
 


Un peu de maths, ça ne fait pas de mal (Fiche Technique)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2028
Yens : 641
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 163
Nombre de topic terminé: 81
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Lun 20 Nov - 21:32



Feat. Zayro & du monde ~
Arrêter Zayro Jinn...
Puis il eut un gros bruit. Un bruit si violent que je me tournai brusquement vers la source, fixant un mur en plissant des yeux, méfiante. Qu’était-ce ? Je n’en savais rien. Tout le monde avait l’air bien paniqué… Et je pouvais entendre des soldats courir dans les couloirs précipitamment, se hâtant pour protéger leur nation.

Intriguée, je fus interpellée par mademoiselle Haruno, la femme aux cheveux roses de tout à l’heure. Elle avoua penser que je disais vrai, ce qui me rassura un peu. Puis, elle parla avec un garde, qui me prit sans gêne par le bras, me forçant à me relever. Furieuse par ce geste impoli, je m'ôtai violemment de son emprise, lui lançai un regard noir, avant d’être poussée devant, pour être surveillée.

Je n’appréciais vraiment pas marcher devant quelqu’un qui me fixait comme ça… C’est comme si je me dandinais pour lui, et, avec légère paranoïa, je le sentais comme regarder obstinément me déhancher élégamment en déambulant le long des corridors. Il fallait aider ces seikajins… Après quoi je pourrai sortir sans problème et assez rapidement. Mais…

Mais en entendant bien la conversation qu’avait l’Haruno avec un messager, j’avais pu entendre que le Zayro Jinn présent ici n’était en réalité point celui que je connaissais. Frustrée, je voulais vraiment m’en aller. Il fallait que je le retrouve, et vite… J’aurai dû douter sur le fait que le colosse fuyujin vienne se livrer à Chikai…

Je laissai échapper un soupir. Quelle journée…

La couverture que j’avais offerte à Zoro n’avait pas tenu assez longtemps. Quelle dommage pour lui ! Très drôle de le voir travesti en ma chère et tendre Viola. Quelle honte il devait avoir ! J’aurai presque pitié… Rien que d’y penser, j’eus un petit rire, ce qui alerta le soldat derrière moi qui me tapota le dos, méfiant, me demandant ce qu’il y avait. J'haussai un sourcil, posant mes prunelles dorées sur lui en ayant l’air perplexe.

Rien… Je pensais juste à bon souvenir.

Il grommela avant de me bousculer à nouveau, ce qui provoqua un grognement lourd et extrêmement agacé de ma part. Finalement, nous arrivâmes dehors. Déjà une belle troupe de soldats était présente sur les lieux, examinant les horizons en cherchant visiblement quelqu’un. En les écoutant parler, je pus découvrir qu’un soit-disant « Zayrien » s’était suicidé en tentant de blesser des innocents, cherchant à libérer Zayro. Je roulai des yeux. Qui pouvait admirer cet ignoble personnage ?! Les bras croisés, je restais là, surveillée par le dit Ryuzaki, attendant impatiemment de leur prouver que j’étais de leur côté, pour partir assez rapidement...


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Mar 21 Nov - 3:39



The Lone Ranger

feat.Seika



Musique

A chacun son enquête dans cette lourde affaire ! Sakura essayait de maintenir le calme, découvrir la vérité en interrogeant un peu à la hâte, demandant même à un mage spécialiser de s'en venir pour voir si Zayro ne cachait rien. Un garde alla donc le chercher, pendant qu'Ellen et Ryuzaki partaient dehors, voir quel merdier était entrain de se mettre en place, sécuriser la place forte et arrêter toute personne compromettante ou suspicieuse.

La sorcière semblait en avoir assez, désirait même quitter cette ville en découvrant que finalement, le messager de l'enfer n'était pas le véritable. Sa vengeance retombait en frustration et sa frustration tombait à l'eau. Quand devant eux, un petit régiment de gardes affilié à Seika au vu des insignes, arrivèrent devant les portes de la prison, laissant passer le... Non, "la" cheffe. Cette dernière découvrit alors sa capuche et se plaça juste à coté d'Ellen, puis porta un papier avec des mentions officielles, des signatures, une paperasse en règle en somme. Pendant qu'un bruit d'orage éclatait au loin...



Bonjour ❤️️ Je suis Nukumi Sanah, Je sais que vous êtes tous trèèès débordés... Alors je ferais vite. Nous avons ordre d'escorter votre prisonnier en dehors de la capitale, dans le secteur indiqué sur ce papier. Bon sang, il fait un temps d'sorcière en ce moment... Vous avez vu ça !





Regardant alors la sorcière, en lui souriant, avant de reprendre sa conversation avec Ryuzaki ou un autre garde en poste, ce n'était pas le plus important de toute manière. En tout cas les papiers étaient tous vrais, le sigle, la signature, tout portait à croire que l'affaire était remontée très haut et que Zayro ou ce "faux" Zayro devait donc être escorté ailleurs, dans un endroit moins connu, moins publique et moins dangereux pour la population également. De plus, si l'enquête en cours concluait bien qu'il ne s'agissait pas du véritable, le transfert ne devait poser aucun problème. La plupart des autres gardes commencèrent même à ouvrir la porte, mais la décision de Ryuzaki était la plus importante, évidemment.

* * * *

Dans la prison, et plus précisément du coté du prisonnier, Gally s'était un peu jouée, moquée du garde en l'appelant Billy, ce que ce dernier n'avait guère apprécié. Tentant de persuader du bien fondé de sa théorie, comme quoi cet homme en face d'eux, était bien la victime et nous le bourreau. Mais en venant aussi à parler des multiples moyens de garder un tel individus et/ou corps, en captivité. Le tuer n'étant visiblement pas une solution. Un autre type entra, en déposant un dossier, plusieurs en fait.

Garde : les détails des rapports, comprenant le 6.

rapport 1
Spoiler:
 

rapport 2
Spoiler:
 

rapport 3 :
Spoiler:
 

rapport 4 :
Spoiler:
 

rapport 5 :
Spoiler:
 

rapport 6
Spoiler:
 

Après quoi le soldat laissa la pile de dossier s'entasser, glisser sur la table et referma la porte servant plus de grille qu'autre chose. Comme il avait quelque peu interrompu l'interrogatoire, le géant ci présent, n'étant pas vraiment Zayro lui même, consenti à répondre sous une douleur qu'il ressentait de plus en plus. Les fers étaient froids et les chaines contraignantes.



Huu..hh.. Je l'ai laissé en plein froid... Je ne ... J'ignore ce qu'il se passe s'il meurt dans mon corps... Je crois que.. Enfin j'espèrais qu'il puisse mourir pour de bon si c'était le cas... C'est pour ça que je voulais payer à sa place. Pourquoi le dieux auraient t'ils mis, ou même voulu d'un tel destructeur !? Je.. J'ignore ce qu'il peut se passer, je pensais... Oh... Non...  Dites moi que je n'ai pas tout gâché !




Dit t'il, en commençant à larmoyer sur son sort, en pensant que peut être, peut être... Que tout ça avait été fait en vain et que l'ont ne pouvait pas se mettre en travers de l'oeuvre des dieux, les élus ! Que même un changement de corps, ne pourrait que retarder l'inévitable. Puis il se ressaisit et dit  :



Non, attendez.. Cet homme est trop fier pour se tuer... Et moi, vous m'avez ! Donc, je suppose qu'il faut juste le retrouver et l'enfermer aussi et, le tour est joué !




En tout cas, l'arrestation faisait des émules et les Zayriens étaient déjà au courant, puisque l'un d'eux s'était fait exploser dans la rue sans crier gare. C'était pitoyable ou terrifiant, tout dépendait du point de vu. Mais bon, le mage arriva comme prévu, celui commandé par dame Haruno. Ce dernier était assez froid, grand, jeune, il arriva et prit directement la peine de regarder sous tous les angles physique le prisonnier. Lui tenant fermement la machoire, bougeant sa tête, ses bras, observant tous les contours...

Mage spécialiste : Très bien, voyons ce spécimen... Hmm... Comme vous pouvez le voir, il porte le sceau de l'élu, c'est donc bien son véritable corps, mais le sceau continu de réagir activement en réapparaissant energiquement, cela signifie donc que le corps ici devient plus faible, car ce n'est effectivement par l'âme de l'élu qui y réside. C'est un mécanisme de défense. La magie qui a servit à changer de corps est une magie runique n'est ce pas ?




O.. Oui c'était des runes... Rares... Et...







Mage spécialiste :Pff.. N'en dites pas plus. Les magies runiques de Kosaten sont parmis les plus anciennes et puissantes, tout bonnement parce qu'elles sont souvent unique et le prix est trop fort à payer. On peut le constater, cet homme a sacrifié sa vie et son corps en utilisant ces artefacts sur... Un élu. Je peux certifier plusieurs choses pour l'heure. Puis pris une inspiration

De un, cet homme dit vrai, il n'est pas Zayro. De deux, ce corps est bien celui de Zayro. De trois, a part utiliser d'autres runes pour renverser le processus... Je pense que même si nous tuons ce natif, cela n'affectera pas le véritable Zayro et si nous trouvons et tuons le véritable Zayro, même enfermé dans le corps du natif, j'ignore ce qu'il en résulterait et honnêtement, je ne préfère pas savoir ce que donnerait un tel élu sans enveloppe charnelle, intouchable, intraçable et aussi incontrolable. Ce corps actuel redevient faible en l'absence de son essence même.

Est ce que l'affaire s’accélérait ou régressait ? Que comptait faire les élus et autres autorités. Tandis que déjà, dans la prison, la rumeur d'une position mutation du prisonnier se faisait entendre.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 418
Yens : 612
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 75
Nombre de topic terminé: 24
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Jeu 23 Nov - 23:55

L’hybride haussa quelque peu les sourcils lorsque la demoiselle aux cheveux roses la menaça, si elle ne coopérait pas, de venir l’arrêter elle-même. Des trois élus imprévus dans la pièce, à savoir un fuyujin dangereux et recherché, une sorcière qui avait charmé un garde pour s’introduire ici par effraction, et elle qui avait poliment demandé à pouvoir assister aux évènements, c’était elle qui prenait ce genre de remarque ? Pour un peu, elle aurait été vexée. Pour un peu. Mais des trois dieux, la blonde n’avait pas été choisie par le rusé serpent pur rien. Et en l’occurrence, elle comprenait parfaitement que sa petite personne était largement supplantée par la situation complète, du moins du point de vue de l’élue face à elle. Un attentat suicide, un faux Zayro, ces deux arrestations en l’espace de quelques minutes … trop d’évènements imprévus en trop peu de temps lui mettaient probablement bien plus la pression que ce dont elle avait l’habitude. Lui en tenir rigueur ne serait ni juste … Ni avisé. Elle commandait, ici …Autant respecter cela.

Ne vous en faites pas … Le capitaine ne me perdra pas des yeux un instant.

Se tournant vers ce dernier, elle le laissa s’approcher et l’entretenir du programme des minutes à suivre, à savoir aller chercher un mage de la grande guerre. Se contentant de marquer son approbation d’un mouvement de tête, la blonde tapota sa hanche pour attirer l’attention du quadrupède à côté d’elle, et lui faire signe de la suivre alors qu’elle se mettait en marche. Le familier se releva aussitôt, se glissant entre les jambes des personnes présentes dans la salle en évitant de frôler qui que ce soit de trop près. Même s’il se maîtrisait mieux que de par le passé, l’animal pouvait toujours parfois dispenser des décharges, certes peu puissantes, mais désagréables. Et il avait parfaitement compris visiblement que la chose ne plaisait pas à ceux qui le subissaient … Et que sa maîtresse devait à chaque fois le défendre. Le capitaine, une fois sortie de la salle d’interrogatoire, commanda à deux hommes postés là de le suivre, et le quintet ressortit sans encombre du poste, alors que des messagers allaient quérir les personnes qu’avait mandées Sakura, et que d’autres s’occupaient déjà de la gestion de la population, ou des premiers soins lorsque cela s’avérait nécessaire.

Comme l’avait dit le capitaine, le mage n’habitait vraiment pas très loin de la maison, et pourtant, sur le court trajet qu’elle eut à effectuer, la traqueuse se sentit « menacée » plusieurs fois. Encore que, le terme de menace était peut-être un peu fort, mais en tout cas, elle n’avait pas l’impression d’être en sécurité, exposée en plein jour de la sortes, à la vue de tous et toutes. L’explosion récente et la présence de Zayro Jinn, la plus grande menace du pays, dans les parages n’arrangeait probablement pas la chose. Pourtant, les choses se déroulèrent sans encombre jusqu’à la maison du mage. De quelques coups secs mais brutaux, le capitaine se servit du heurtoir à 4 ou 5 reprises, afin d’être bien certain d’attirer l’attention de celui qui vivait dans ce bâtiment. Ils n’eurent à patienter que quelques secondes, avant qu’un bruit de pas ne se fasse entendre de l’autre côté de la porte, puis que quelqu’un n’ouvre, observant le groupe avec des yeux sévères. Malgré son âge relativement peu avancé, son air avisé et ses traits sérieux donnaient l’impression d’observer un être expérimenté, et sans aucun doute capable : l’idée qu’il ait participé à la grande guerre n’avait rien de surprenant.

Sekyua.
Capitaine.
Nous avons besoin de ton assistance pour une affaire de la plus haute importance.
Je vois. L’explosion ? Qu’était-ce ?
Les deux évènements sont liés, je t’en dirais plus sur le chemin. Je suppose que tu étais en train de méditer ?
Plus ou moins. D’un geste du menton, il désigna Valentine. Qui est-elle ?
Valentine Weathley. Elue Minshujin, je profite du fait d’être dans les environs pour apporter mon aide.
Bien … Puisse le phénix nous venir en aide, je sens que vous ne demandez pas mon aide pour un motif sans importance. Accordez-moi une minute.

Laissant le mage rentrer de nouveau chez lui, le groupe patienta devant chez lui, l’élue se trouvant en son sein se contentant d’observer l’architecture du bâtiment … C’était idiot à remarquer, mais les toits ici étaient bien moins pentus que ceux de Minshus, et la pierre avait des teintes plus ocres, plus chaudes … Plusieurs signes que la pluie tombait ici bien moins souvent qu’à d’autres endroits du continent. Lorsque le mage revint dans une tenue cette fois un peu moins décontractée, le groupe effectua le trajet inverse, revenant en un rien de temps au poste de garde, devant lequel Valentine ne put s’empêcher de s’arrêter cependant … Non pas qu’elle désirait rester dehors, mais quelque chose avait happé son oreille, figurativement parlant. S’approchant un peu, elle plissa les yeux en écoutant le reste, un peu à la surprise du capitaine, qui lui ne voyait rien d’anormal.

… en dehors de la capitale, dans le secteur indiqué sur ce papier. Bon sang, il fait un temps d'sorcière en ce moment... Vous avez vu ça !
Valentine.

La traqueuse se retourna finalement lorsqu’elle fut appelée, pour faire face au regard quelque peu courroucé du capitaine. Visiblement, les autres gardes et le mage étaient déjà rentrés, et seul le gradé était resté derrière pour savoir pourquoi l’élue ne suivait plus le mouvement … Se tournant un instant vers cette « Sanah », elle soupira, et se rapprocha pour éviter à l’officier d’avoir à hausser le ton.

Nous sommes en plein milieu d’un évènement d’importance, cessez donc un peu de rêvasser derrière.
La blonde se pencha légèrement, chuchotant un peu sa phrase pour éviter d’être entendu. Ils parlent de transférer Zayro en lieu sûr.
… Pardon ?
Comme je viens de vous le dire. C’est cette femme là-bas qui dirige, visiblement.
Hm … Ah, je la reconnais, effectivement. Réfléchissant un instant avec une mine à la fois perplexe et sérieuse, le capitaine finit par soupirer. Ce serait logique. Je vais demander un peu plus de détails … Et si l’on pose encore des questions à propos de vous, laissez-moi répondre, cette fois.
Mh … Entendu.
Faisant quelques pas, le capitaine s’approcha de la femme visiblement en charge, haussant un peu la voix pour qu’elle l’entende facilement dans l’attroupement. Commandante Nukumi ? Si je puis me permettre, d’où provient l’ordre ? Et si votre mission est bien celle qu’on vient de me décrire, rassurez-moi, vous avez bien prévu un dispositif de confinement ? Tant pour éviter que la population ne vois ce que vous faites qu’en cas de … Problèmes avec l’objet à transporter. N’est-ce pas ?


"La plus grande Nemesis que j'ai jamais dû affronter ... C'est moi-même." :
 


"Ceci dit, petite boule est devenue grande ... Mais il s'appelle toujours Oor'ka.":
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3661
Yens : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Progression
Niveau: 145
Nombre de topic terminé: 63
Exp:
0/12  (0/12)
avatar
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

- En ligne



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   Sam 25 Nov - 21:51



- Un malheur ne vient jamais seul -


Les choses semblaient petit à petit s'organiser. Ellen et Valentine, suivies de soldats en qui j'avais confiance, partaient dans la zone où le zayrien s'était fait exploser, le mystère autour de la capture facile de Zayro se dissipait petit à petit et l'équipe de Yuki n'allait plus faire long avant de gérer les blessés. Il ne restait donc plus qu'à canaliser le Fuyujin aux cheveux verts. Il ne répondit rien quand je lui annonçai ce qu'il en était pour lui. Je ne cherchai donc pas à le faire parler, tant qu'il ne manifestait pas d'opposition, ça me suffisait.

Accompagnée donc de deux soldats, je l'emmenai dans les geôles, et le fit prendre place assez loin de Zayro pour qu'aucune communication soit possible et que surtout le colosse ne sache pas que zoro était présent. En chemin, j'étais bien attentive au moindre des gestes du bretteur, car j'avais le sentiment que ce calme olympien cachait une réflexion intérieure qui n'allait pas faire long avant d'éclater. Attendait-il le bon moment ? J'espérais que non, mais guettait la possible surprise.

Une fois dans les environs de la cellule, dans le cas où aucune opposition n'était perceptible, un soldat la referma et je restai près de la porte. Observant un instant le Fuyujin, je finis par déclarer.

Tu as mentionné quelqu'un séjournant à Seika. De qui s'agit-il ? Peut-être l'ai-je déjà vu...

Il fallait dire que je connaissais pas mal de monde à Seika. Pas tous bien sûr, mais il était possible que je connaisse celui que le sabreur recherchait et qui expliquerait sa présence ici.



*******



Les cinq infirmiers formés aux situations d'urgence arrivèrent sur place. Très vite, ils firent une évaluation des dégâts. Pas mal de blessés étaient à déplorer et de premiers soins étaient nécessaire un peu partout. Comme à la guerre, les rôles furent réparties. Yuki et Zenki se chargèrent des cas les plus grave, et les trois autres, répondant aux noms de Sagami, Misao et Aymée prirent en main les cas les plus légers. Ils furent aidés dans leur œuvre par des soldats sortant les plus malheureux des décombres. Le transport des blessés auxquels les premiers soins étaient prodigués s'organisa petit à petit. Ils ne se préoccupèrent pas de l'arrivée de Nukumi, car ce n'était pas vraiment de leur ressort, et ce n'était pas leur rôle.  



[/color]



MM, des admin et des modo dévoués et compréhensifs :hee:



Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)   

Revenir en haut Aller en bas
Arrêter Zayro Jinn ? (rp libre)
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.