Partagez | .
Les rumeurs ont toujours une part de vrai...
Messages : 470
Yens : 1415
Date d'inscription : 14/09/2017
Age : 18

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Lexi Hil'Feyan ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Les rumeurs ont toujours une part de vrai...   Dim 26 Nov - 23:20

Spoiler:
 
[center]
De retour au pays

Lexi

Lexi laissait sa monture avancer doucement mais régulièrement depuis maintenant une semaine. Elle ne se sentait pas pressée, et prenait le temps de s'arrêter quotidiennement pour enchaîner son entraînement musculaire, des étirements, et sa pratique du tir à l'arc. Aussi, tous les matins elle effectuait son habituel décrassage, soulageant ainsi son cheval de son poids. En effet, sa dernière mission lui avait permit d’acquérir un bon cheval, rapide et endurant, avec lequel elle s'entendait assez bien. Petit bai d’environ 4 ans, il était encore vert mais plein d'énergie. Son vendeur l'avait fait naître et baptisé Sivuaani.

La jeune marchombre voyageait donc depuis une semaine lorsqu’elle aperçut les grands canyons à l’horizon. La silhouette de ces derniers tranchait avec le ciel dans lequel ils s’élevaient, mais leur couleur sableuse se confondait dans la terre alentour, comme si cette dernière s’était étirée dans une promesse impossible faite aux nuages. Et pourtant, Lexi se douta que parfois, de doux cotons venaient caresser les crêtes et les pics de roche. En s’approchant, elle se rendit compte que le chemin qu’elle suivait l’amènerait en haut des plateaux, alors elle bifurqua et fit marcher sa monture sur la terre battue en direction d’une crevasse qu’elle voyait non loin. Elle avait prévu d’aller en haut des sommets de la région, mais pas sur le dos de son cheval marchant avec effort la pente qui les rejoignait. Elle fit une halte juste avant d’arriver, à moins d’un kilomètre ou deux, alors que le soleil tombait. Comme depuis la nuit où Namira l’avait laissée dormir, elle fractionnait son sommeil autant qu’elle pouvait, ne s’accordant pas le droit de tomber profondément dans les bras de Morphée. A l’aube elle reprit son chemin et atteignit l’entrée des Canyons. En se rapprochant du centre, elle repéra rapidement une rivière qui coulait, serpentait, et parfois se divisait avant de reprendre son unicité. Elle la longea donc doucement, pendant une heure ou deux, avant de s’arrêter à un endroit où un arbre rabougri lui permettrait d’attacher Sivuaani, ce dernier n’étant pas encore assez bien dressé pour l’attendre. Elle jeta un œil autour d’elle, sangla ses affaires sur sa selle, et ne prit que son arc et son carquois. Sa récente mission lui avait fait perdre deux flèches, mais il lui en restait largement assez pour se défendre, et elle en confectionnerait d’autres plus tard.

Elle avait repris l’escalade depuis son arrivée en Kosaten, mais seulement en ville ou dans les arbres. Il était grand temps d’apprivoiser à nouveau les falaises. Elle s’approcha d’une paroi verticale du canyon, et l’observa longuement. Une fois qu’elle eût repéré certains passages, elle prit une grande inspiration, plaça ses mains sur la roche, et commença à grimper. Au bout de quelques mètres, elle retrouva la sensation qu’elle adorait lorsque elle grimpait, ses membres bougeant avec fluidité et précision, bien qu’ils aient perdu leur force et leur souplesse de Gwendalavir, et son souffle régulier, son cœur qui pulsait calmement et sereinement. Elle avait choisi un endroit qui lui paraissait facile, puisqu’elle avait environ deux cents mètres à grimper, avec peut-être deux ou trois pauses possibles en chemin. Elle progressait donc sans sécurité, personne n’étant là pour la rattraper si elle glissait, contrairement aux nombreuses fois où elle était sous l’œil attentif de Jalaab. 7A environ cinquante mètres du sol, elle eut la mauvaise idée de regarder en bas, et sentit son souffle s’accélérer, son rythme cardiaque s’emballer, et pour couronner le tout, elle n’était pas au bon endroit pour faire une vraie pause, elle était seulement assez stable pour s’immobiliser, mais devait forcer pour rester accrochée à la paroi. Elle posa son front contre cette dernière, clot ses yeux, et se concentra sur sa respiration, afin de libérer ses muscles de leur tétanie croissante et de chasser toute anxiété de son esprit. Il lui fallut un moment pour se concentrer, durant lequel ses mains crispés fatiguaient ses avants-bras, immobiles.
Elle reprit alors sa progression, jusqu’au surplomb qu’elle avait repéré. Il lui fallut coincer le bout de ses doigts en inversion en dessous du rocher qui dépassait, et en crocheter le haut avec le talon, avant de contracter ses obliques et de se retrouver à plat ventre sur le dessus. Elle jeta sa main libre, saisit une prise contre le mur, tracta de toute ses forces et se retrouva en sécurité. Enfin, autant qu’on puisse l’être à cent mètres de la terre. Elle se retourna, et s’assit, le dos en appui et les jambes dans le vide, face au vent qui soufflait doucement dans ces canyons. Elle n’était pas harassée, mais la fatigue se faisait sentir et alors que cette longue paroi aurait été un jeu d’enfant auparavant, elle dût s’accorder une vraie pause, durant laquelle elle s’interdit de regarder en bas, se contentant de fixer la roche de l’autre côté du gouffre, écoutant doucement la brise jouer avec ses sens.
Après avoir relaxé ses avants-bras, elle poussa un long soupir, se releva et se tourna face à la pierre, y apposa ses mains, fit courir ses doigts sur quelques unes de ses failles… Elle reprit son ascension. Arrivée plus haut à un passage délicat, elle se retrouva trop petite pour attraper une prise, malgré sa jambe tendue au maximum, qu’elle avait posée le plus haut possible avant d’amorcer son mouvement. Jalaab à ses côtés, où à moindre hauteur, elle aurait sans doute sauté. Mais si cette fois-ci elle échouait, elle n’aurait plus jamais de seconde chance. Elle redescendit donc sur ses appuis, observa afin de trouver un passage, une astuce. Elle changea sa position, se contorsionna pour inverser son orientation, s’étira vers le haut … au moment précis où sa main attrapait la prise voulue, elle pivota autour de l’axe trop vertical de son équilibre et par réflexe, plaqua son mollet en drapeau, sa stabilisant de justesse. Elle banda ses muscles, saisit enfin son trésor, et tira dans un effort magistral pour se hisser à la hauteur de la fissure qu’elle convoitait. Elle y cala confortablement trois de ses appuis, et un par un, secoua chacun de ses membres pour en chasser la crispation qui les gagnait. Elle reprit son chemin, et continua ainsi jusqu’à la deuxième pause qu’elle avait repérée. Cette fois-ci, c’était un léger enfoncement dans la falaise où elle put se recroqueviller et à nouveau se détendre. La dernière partie était heureusement la plus facile, bien qu’elle y passa un temps fou, la fatigue l'alourdissant comme si tous ses vêtements étaient trempées. Lorsqu’elle arriva en haut, elle posa ses deux mains sur la terre ferme, poussa sur ses bras et roula en avant, sur quelques mètres, s’éloignant du précipice près duquel elle se trouvait.
Elle resta un moment là, allongée dans le sable clair, la sueur dégoulinant sur sa peau, son souffle saccadée brisant le silence que seul le vent osait perturber. Une fois remise, elle se leva, s’approcha du bord de la falaise, et contempla le creux des canyons de toute leur hauteur. Alors, elle éclata d’un rire franc et heureux, ouvrit les bras, et laissa une voix familière résonner dans son esprit. “Bienvenue chez les marchombres Lexi”.


Dernière édition par Lexi Hil'Feyan le Lun 1 Jan - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 470
Yens : 1415
Date d'inscription : 14/09/2017
Age : 18

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Lexi Hil'Feyan ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Les rumeurs ont toujours une part de vrai...   Lun 1 Jan - 21:43

Les rumeurs

Lexi

La jeune femme venait d’entreprendre la désescalade lorsque le vent se leva vraiment. Elle dut donc se plaquer le plus possible contre la roche, l’obligeant à des mouvements complexes et peu aisés. Elle avait effectué de nombreuses descentes de falaises à des vitesses hallucinantes, mais elle savait que tenter de reprendre son rythme de fin d'apprentissage aussitôt après avoir atterri en Kosaten serait risqué, elle se contenta donc d’un rythme régulier et calme. La descente lui parut interminable, le vent la déstabilisait et ses avant-bras ressentaient sérieusement la fatigue de l’aller-retour vertical. Lorsqu’elle toucha enfin le sol, cette fois elle était épuisée. Elle souriait cependant, satisfaite. Elle s'assit à même le sol non loin de sa monture et tira de son sac deux morceaux de viande séchée, au goût exécrable mais très nourrissant, ainsi que sa gourde. Alors qu'elle s'apprêtait à se reposer, une troupe de cavaliers apparut au  détour d'un rocher. Elle se releva , rangea ses affaires, attendit. Il ne fallait pas se montrer hostile, et fuir était inutile s’ils étaient malintentionnés.
Lexi se remémora vaguement les rumeurs qu'elle avait entendues en vagabondant sur le continent. Elles parlaient de tribus qui peuplaient ces canyons, tantôt cannibales tantôt usant de sorcellerie. Elle saisit son arc, encocha une flèche mais ne visa pas. Trois hommes et une femme s'approchèrent donc et l'un d'eux mis pied à terre. Alors que la jeune marchombre s'attendait, à l'instar des Faëls, a ne pas parler leur langue, elle comprit pourtant parfaitement lorsqu'il adressa à elle.
Qui êtes vous et que faites-vous ici ?
La jeune femme répondit le plus franchement qu'il était possible.
Je suis une solitaire vagabonde venue s’exercer à l'escalade dans ce décor qu'offrent ces canyons .
Celui qui semblait être le meneur se tourna vers ses compagnons et après un court échange muet, reprit la conversation d'un air narquois.
C'était donc toi que nous avons vu ramper le long du Grand Fil. Il semblerait que tu aies besoin de leçons, novice.
Sa pique toucha l'orgueil de Lexi de plein fouet. Elle banda son arc et visa le coeur de son interlocuteur en un mouvement fluide. Elle avait passé trois ans de sa vie à subir un entraînement drastique et ce n'était pas pour se faire traiter de débutante par le premier venu. Elle réagit de la manière la plus stupide à la provocation. Alors qu'elle était en infériorité numérique et que ces inconnus ne montraient pas la moindre marque d'agressivité, elle répondit à une boutade par la menace.
La novice a reçu l'entraînement le plus complexe de toutes les guildes de Gwendalavir. J'ai été capable de gravir les tours d’Al- Jeit sous le soleil estival du Sud et les Dentelles Vives en plein hiver par une tempête glaciale.
Elle regarda les quatre personnes devant elle. Encore à une distance raisonnable, l'homme à pied n'avait aucune chance si elle décochait sa flèche. Le teint mat et le regard sombre, il te portait qu'une tunique et des bottes de cuir, ainsi que quelques ornements lourds autour de ses avants bras et de son cou. Désarmé, il ne tenait qu'il simple long bâton dans sa main droite, lisse et poli. Elle ne prit même pas la peine de détailler ses compagnons avant de cracher :
Je suis loin d'être novice et vous ne devriez pas me sous estimer.
Le chef du groupe l'avait écoutée attentivement mais son attention fut détournée par un éclat de rire derrière lui. En effet la jeune femme qui l'accompagnait se tortillait sur sa selle, plus amusée que craintive de la tirade de Lexi. Cette dernière fût encore plus blessée dans son ego et changea de cible, ouvrit les doigts.
Elle avait tiré dans un même mouvement, pourtant aux yeux de la native, son geste fut lent et maladroit. Cette dernière se laissa couler en arrière et la flèche la survola. Dans le même temps elle passa sa jambe par dessus l’encolure de sa monture et mit pied à terre. La jeune marchombre n’eût pas le temps de réaliser qu’elle avait raté sa cible que l’homme en face d’elle, devenu son adversaire, bougea. Son bâton décrivit un arc de cercle si rapide que Lexi n’eût pas la temps de réagir avant de se faire violemment frapper derrière les genoux, elle flancha. Le retour du bâton fut moins clément et l’atteint derrière la nuque. Elle bascula en avant, sa tête tourna et alors qu’elle n’avait même pas eut le temps de réagir, elle sombra dans l’inconscience.


Dernière édition par Lexi Hil'Feyan le Ven 16 Fév - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 470
Yens : 1415
Date d'inscription : 14/09/2017
Age : 18

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Lexi Hil'Feyan ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Les rumeurs ont toujours une part de vrai...   Jeu 4 Jan - 23:05

Les rumeurs

Lexi

La jeune femme s’éveilla doucement, les articulations et le crâne douloureux. Elle entrouvrit difficilement ses paupières, reconnut prêt d’elle son sac, l’arbre où elle avait attaché sa monture, et cette dernière qui la regardait avec curiosité. Se rappelant s’est pris une petite raclée par des inconnus, elle referma complètement les yeux et feint d’être encore inconsciente pour entendre leur conversation :
Allez ! Tu veux pas qu’on entretienne les rumeurs pour une fois ?!
Tu plaisantes Lahina ? Tu les entretiens à toi toute seule.
Au moins les gens nous laissent tranquille.
Non je veux savoir comment elle se bat. Elle n’est peut-être mauvaise qu’à l’arc. Après tu pourras t’amuser si je vois que tu peux t’en sortir contre elle.
La blonde fulminait intérieurement. Comment ça mauvaise à l’arc ? Et quoi, il comptait se battre contre elle juste pour voir si son amie pouvait ensuite se défouler ? Lexi leur réservait une surprise.
Au son de leurs voix, elle les avait situés à quelques mètres sur sa droite. Elle souleva ses paupières, étira doucement sa main vers son sac… Une flèche vint se planter juste devant ses doigts, et un raclement de gorge demanda son attention. Elle se leva vivement, fit face aux quatre inconnus avant de cracher :
Vous aviez besoin d’être quatre pour accoster une jeune femme seule mh ?
Elle faisait en réalité preuve d’une épique mauvaise foi. Un seul l’avait frappé et c’est elle qui avait agressé sa compagne de voyage. Ce premier regarda ses amis, soupira et s’avança vers Lexi après avoir lâché son long bâton. Elle se mit en garde, il fit de même. En un coup d’oeil, elle analysa la position de l’homme en face d’elle. De trois quarts, les mains légèrement relevées, il semblait détendu, pourtant elle décela plusieurs failles, dont la plus importante mettait clairement à découvert le plexus solaire. Elle se fendit, feint un coup de poing au visage avant de le frapper du pied en pleine poitrine. Au moment exactement où sa jambe droite se détendit, elle sentit plus qu’elle ne comprit son erreur.  La garde de son adversaire était parfaite. Il avait laissé cette partie volontairement dégagée parce qu’il fallait de la force pour y frapper, et qu’il pouvait s’écarter grâce à ses appuis auxquels elle n’avait que peu prêté attention. Et c’est exactement ce qu’il fit. Il s’effaça en pivotant sur son pied droit et d’une main saisit sa cheville. Au même moment, il la frappa dans le creux du genou et elle tomba durement sur le bas du dos. Elle roula, se releva, se remit en garde. Elle ne l’avait même pas effleuré, pourtant il recula et cessa le combat. Alors qu’elle se demandait ce qu’il faisait, la femme du groupe qui regardait sauta sur ses pieds et s’avança un grand sourire aux lèvres. L’homme n’avait pas eu peur d’elle ou quoi que ce soit, il laissait simplement sa compagne se défouler sur celle qu’il estimait de pa être dangereuse. Lexi se promit de lui prouver qu’il avait tort. Elle allait être beaucoup plus prudente cette fois, et prit le temps de détailler son adversaire. Elle était plutôt petite, une silhouette fine et une peau mate, couvert simplement par  un short de coton et un espèce de bandeau sur la poitrine. Une taille marquée, des jambes fuselées toutes en muscles, et des petites bottines de cuir. Elle releva ses yeux et regarda le visage de la jeune femme. Elle avait l’air jeune, avait des traits fins et des yeux verts splendides, encadrés par une crinière brune qui bouclait. Des yeux qui trahissait une confiance en soi débordante et un peu de condescendance vis à vis de Lexi. Elle attaqua. Un direct rapide et précis, que la jeune marchombre choisit d’esquiver en se baissant plutôt que tenter de le contrer. Elle profita du bras allongé de la brunette pour lui porter un atemi sauvage dans les côtes, avant de s’écarter vivement. Mais elle n’étais pas assez attentive et s’entroupa dans le croche-pied tendu par son adversaire. Elle se remit debout, repris le combat. S’il dura plus longtemps que celui contre l’homme juste avant, elle n’eut pas plus de chance de le gagner. Et ce dernier, qui observait avec intérêt, comme s’il jaugeait les deux femmes… ou plutôt sa compagne, il semblait porté peu d’attention à Lexi. Ce fut lui qui mit fin à la lutte
Assez.
Mais pour une fois qu’on a quelqu’un sur qui s'entraîner sérieusement ! Se plaint la jeune femme qui mettait une jolie raclée à Lexi.
Mais qui êtes-vous donc ? les interrompit celle-ci. Je n’ai jamais, j’ai toujours, je… comment pouvez-vous vous battre ainsi contre moi ? Je, j’étais...
Tu devrais dire un peu moins je, surtout quand tu ne sais pas quoi dire.
Mais j’ai combattu pendant trois ans pour devenir une marchombre redoutable! Qui êtes-vous ?
Son interlocuteur eut un regard dur, et pendant un instant elle sentit le jugement de Jalaab planait au dessus d’elle, miroir de ce que pensait le natif en face d’elle.
Il est bien idiot, celui qui se croit invincible. Toute ta vie les gens seront meilleurs que toi. Tu devrais commencer par comprendre ça.
Son amie, alors que les deux derniers hommes étaient presque des statues depuis leur arrivée, profita qu’il finisse sa phrase pour lui couper la parole.
Ca aurait plus drôle de l’emmener et de lui faire croire qu’on allait la manger, marmonna-t-elle, agaçant Lexi au plus haut point.
Rentrons, se contenta de terminer le chef.
Lexi, fatiguée, endolorie, les regarda s’éloigner avec la plus grande incompréhension possible. Ces gens de tribus n’étaient visiblement pas cannibales, mais bien étrange. Après un instant de beug total donc, elle les héla :
Attendez !
Elle courut lentement jusqu’à eux, qui s’étaient arrêtés sur leur monture. Essoufflée en dix secondes, elle se tint les côtes - Ah un hématome juste là - et reprit.
Laissez moi m’entrainer avec vous quelques temps. Juste un peu. S’il vous plaît.


Dernière édition par Lexi Hil'Feyan le Ven 16 Fév - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 470
Yens : 1415
Date d'inscription : 14/09/2017
Age : 18

Progression
Niveau: 91
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Lexi Hil'Feyan ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Les rumeurs ont toujours une part de vrai...   Ven 16 Fév - 11:19

Humilité

Lexi

Il serait inutile de narrer par le détail les quelques jours que ces gens passèrent en compagnie de Lexi, campant des la canyons. Il n’y aurait pas d’intérêt à préciser qui alluma le feu et qui cuisina, qui manqua d’étrangler son voisin et qui soigna les plaies de son vis-à-vis. Peut-être aurait-on pu parler de l’entrainement; après-tout le but de la jeune marchombre n’était-il pas de progresser ? On aurait pû écrire la manière dont les corps se mouvaient et les bâtons de bois s’entrechoquaient, celle dont la peau suait le jour et se violaçait par endroits le soir. On aurait pu compter le nombre de fois où Lexi avait mordu la poussière, s’était retrouvée à genoux, à plat ventre ou sur le dos. Qu’en a-t-on à faire de ces faits si anodins, par rapport au changement qui s’était opéré en elle ?

La jeune femme avait été mise en difficulté, pire mieux, en échec total, et de façon constante. Jusqu’à ce qu’elle craque, frustrée encore plus qu’épuisée. Jusqu’à ce qu’elle comprenne.
Qui était-elle ? Une marchombre. Elle était marchombre et marchait sur la voie. Elle s’entrainait pour y progresser, et non pour dépasser qui que ce soit. Des ennemis. Des inconnus. Des amis. Peu importe.
Comment progresser ? Par l’entraînement oui. Mais aussi par l’échec, les conseils et donc, l’écoute. Humilité.
Elle venait de placer un maître-mot de plus dans son esprit. Humilité.

Le déclic s’était produit, et pendant un jour entier elle ne se battit plus contre ces drôles de gens qui étaient venu dans ces canyons. Elle s’entraîna avec eux. Elle apprit d’eux. Elle observa, écouta, comprit. Et progressa plus en une journée que durant ces dernière semaine.
Lorsqu’elle repartit, cette petite troupe hétéroclite se salua simplement, mais dans le regard de Lexi, brillait une lueur de reconnaissance.

Chevauchant Sivuaani, elle prit la direction de Tokonatsu, sereine et prête à progresser, du moins elle l'espérait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les rumeurs ont toujours une part de vrai...   

Revenir en haut Aller en bas
Les rumeurs ont toujours une part de vrai...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les rumeurs ont toujours une part de vraie.
» L'ombre recèle toujours sa part de lumière | Aidan
» [Rumeurs et Dragons]Départ de Léliande
» Cette fois il part pour vrai !
» "Tu sais que les bruits qui courent sur les gens sont pas toujours vrai."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.