Partagez | .
Let the truth triumph
Invité Invité

-



MessageSujet: Let the truth triumph   Dim 3 Déc - 20:01




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Haru n’avait ce coup-ci fait que traverser la vaste capitale de la République verte, poursuivant sa route, malgré l’amour débordant qu’il éprouvé pour cette cité. Kansei était à la fois un concentré de magnificences pures et un véritable puits de sagesse, d’où son intérêt immense pour un jeune homme tel que lui. Il ne se lassait pas d’arpenter les immenses avenues pavées ornées de part et d’autre d’importants édifices destinés au commerce prospère et aux loisirs des habitants. Cela lui rappelait en quelque sorte la ville où il avait passé peu de temps, sous la tutelle d’Arnak, pas aussi grande que celle-ci, mais tout de même de taille honorable. Tant de nostalgie parcourait les fibres du Marchombre lorsqu’il venait ici…

Cependant, son but n’était pas de faire étape à Kansei, mais, au contraire, de prolonger son voyage jusqu’au village de Fuki, où il n’avait posé les pieds qu’une seule fois, une unique excursion qui s’était rapidement muée en une traque au cambrioleur, en compagnie de la douce Viola. Haru avait par la suite exploré un peu les lieux, sans s’attarder non plus, impatient de découvrir le reste du monde qu’il entourait. Mais, cette fois-là, il souhaitait y passer un peu plus de temps, afin d’en apprendre plus sur les mystères entourant cet endroit.

Quelques jours supplémentaires de marche à pied avaient été nécessaires pour atteindre Fuki. Haru n’avait pas forcé la cadence, ni n’avait traîné. Dormant à la belle étoile, perché à quelques mètres du sol, calé entre deux branches, il se reposait brièvement avant de reprendre son chemin, se nourrissant de provisions qu’il avait promptement achetées durant son passage à Kansei. Ainsi, arriva un matin où le Dessinateur entraperçut son objectif, qu’il put gagner au zénith de l’astre du jour. Malheureusement, une fois de plus, son séjour n’était pas voué au tourisme ou à la tranquillité…

De fait, sitôt avait-il pénétré dans la ville qu’une jeune femme, brune aux yeux vairons, au teint plutôt foncé, bien davantage que la majorité des personnes résidant ici, le percuta, se confondant en excuses d’une voix fort aigue, avant de se réfugier derrière lui. Haru n’eut pas le temps de comprendre la situation qu’il se retrouva assailli par un trio de soldats le menaçant de leurs épées.

« Écartez-vous, citoyen ! »


« Attendez ! Je ne comprends pas… »


L’homme du milieu releva sa visière, fronçant les sourcils en examinant le visage de l’orphelin, avant de s’exclamer bruyamment :

« Mais je vous reconnais ! Vous êtes l’élu Haru ! Baissez vos armes, il n’est pas méchant ! »

Les deux autres obtempérèrent rapidement.

« Ravi de vous revoir, bien qu’une fois de plus, la situation soit déplaisante… »

« Comment ça ? »


« Cette femme a assassiné le commandant Rinto. Le commandant avait la fâcheuse tendance d’accueillir les personnes en nécessité, et cette dame en faisait partie. C’est une étrangère, elle vient de Shiryoku, d’où elle a fui, à cause de la guerre… Ce matin, le commandant a été retrouvé mort, probablement poignardé dans son sommeil. C’est sa servante qui a découvert le corps et nous a prévenus. Évidemment, cette femme avait déjà filé… »


« C’est faux ! Je ne l’ai pas tué ! »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Lun 4 Déc - 17:43





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



LVL 1 mais 4e rp

Mignonne petite ville qu’était Fuki.
Séjournant ici depuis quelques jours, le magicien profitait du bon air qu’offrait la cité. Une brise apaisante soufflait sur les toits, et s’entremêlait entre ses mèches flamboyantes. Il prenait du bon temps, à se percher ici et là, méditant sur ses projets à venir. Il passait en revue les plus beaux spécimens rencontrés jusqu’à lors.. Pour le moment, Namira restait sa petite favorite, non pas pour son combat, mais pour ce don unique qu’elle utilisait si bien.

S’il aimait se reposer au clair de lune pour se laisser réveiller par les rayons du soleil au petit matin, ce fut les protestations aigues d’une femme qui le sortit de son sommeil ce jour-là. En effet, du haut de son perchoir, Hisoka fut le témoin d’une scène bien atypique. De terribles accusations se proféraient contre l’étrangère. Cette dernière démentait avec ardeur le crime en question.
Un spectacle amusant.

Ce numéro aussi bruyant qu’une fanfare attirait l’attention de tous les passants. Toutefois, au bout d’un moment, cette échange redondant devenait lassant. Difficile de trouver un compromis lorsque l’on était persuadé de ce que l’on avançait. Entre ces soldats entêtés à poursuivre cette suspecte number one que tout accusait, et cette demoiselle incapable de varier ses arguments, en dépit de la ferveur qu’elle y mettait pour se défendre, on obtenait vite un résultat prévisible. Ces soldats ne comptaient pas entendre raison, et cette femme ne lâcherait pas sa liberté de si tôt.

Alors qu’il s’apprêtait à s’en aller, blasé par cette séquence inconsistante, un élément perturbateur s’introduisit pour changer la donne.
Un jeune garçon vigoureux apporta une touche de fraîcheur à la péripétie. Interloqué par cette prestance inhibée qu’il dégageait, le magicien leur accorda une nouvelle chance de l’intéresser.
Il descendit, se faufilant au sein de la foule en cercle autour du drame, et il tendit l’oreille.
«  Vous êtes l’élu Haru »… Hmm… Alors c’était dont ça, ce délice ressenti à son égard…
Les élus se faisaient rares. Pourtant, ils représentaient les seuls candidats susceptibles d’intéresser le magicien. Quant au reste ? Les natifs ? Insignifiants, en dehors de quelques exceptions.

L’activité de la journée : jauger et évaluer ce potentiel adversaire. Bien entendu, il ne prévoyait pas de le combattre maintenant, puisqu’il souffrait d’une perte colossale de ses pouvoirs, même s’il parvenait à les récupérer progressivement.
Bref, il était temps d’entrer en scène, et de provoquer une situation qui forcerait les deux hommes à travailler ensemble. Au fond, l’affaire, il s’en contrefichait comme de sa première chaussette, il s'agissait seulement d'un bon prétexte, car l’occasion d’étudier ce garçon ne se représenterait probablement jamais.

Le sociopathe se créa un passage entre la populace, tout en élégance, jusqu’à s’intégrer dans le cercle en compagnie des soldats, la présumée coupable et… La cible ♥️.

- Bien bien bien… Il se peut que nous ayons affaire à un petit malentendu…. ♠️.


Déclara-t-il, doucement, tandis qu’un soldat s’exprima sur cette incruste des plus inopinées :

- Et qui c'est lui ?!! Tu le connais aussi ?

Cette fois-ci, aucun soldat n’interviendrait pour défendre le nouvel arrivant car contrairement à Haru, le nouveau serpent était encore méconnu du grand public.

- Encore un élu ?

Les hypothèses commencèrent à fuser tandis qu’un sourire taquin arpenta le visage du mystérieux inconnu :

- Qui sait.. ? ♦️

Répondit-il d’un ton voluptueux, comme à son habitude. Il la jouait mystérieux, comme c’était distrayant.

- Monsieur, dans tous les cas, cette histoire ne vous regarde pas, veuillez vous éc-..!

- Je parie 1000 yens que cette femme n’est pas coupable… ♠️

Il coupait la parole au soldat pour lancer un pari fou, avec une insolence démesurée, comme s’il s’indifférait complètement de sa présence. Seul Haru comptait. Un silence régna, l’armée légèrement désabusée.

- Laissez-moi me charger de cette affaire avec cet élu... digne de confiance… Et nous vous ramènerons la preuve de son innocence… ♦️

Le culot, l’excès, il n’y avait que c’la dans la vie. Ces gars là semblaient confiants vis-à-vis d’Haru, qui vraisemblablement, avait fait ses preuves dans le passé. Alors ils ne verraient pas d’inconvénient à confier cette enquête à cet élu, non ? Peu importait le partenaire qu’il choisissait pour l’aider à clarifier l’affaire. Cependant, le brun n’avait pas encore dit un mot, Hisoka imposait sa décision sans lui demander son avis. Rien ne certifiait qu’il souhaitait se mêler à cette histoire.. Mais quelque chose lui disait que…

- S’il le veut bien… ♥️

Rajouta calmement le manipulateur à l'égard de son charmant objet d'étude, afin d’adoucir son exigence. Il soutint le regard de l’élu vicieusement en l’attente d’une réponse.




Dernière édition par Hisoka le Lun 8 Jan - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mar 5 Déc - 22:52




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Il s’était donc produit un crime… Et le Dessinateur, malgré son désir urgent de prendre une pause, venait de s’y retrouver mêlé… D’une part, les miliciens soupçonnaient une femme à cause de ses origines et de sa proximité avec la victime ; d’autre part, la suspecte clamait son innocence, fuyant pour sa survie, car elle était certaine d’être pendue si elle se retrouvait capturée. Haru visualisait mieux la situation qui préoccupait chacun, sans parvenir à une conclusion intelligente, à une solution plausible. De toute façon, ce n’était pas ce que lui avaient demandé les hommes de loi, ne requérant pas son avis. Un peu perplexe, l’élu s’écarta légèrement.

« Votre affaire est intrigante… »

« Ne les écoutez pas, je ne suis pas coupable ! »

Mais alors que Haru s’apprêtait à questionner la demoiselle, dont les propos chargés en émotion le touchaient beaucoup, un étrange personnage fit son apparition, traversant la foule avant d’entrer dans la danse. Il s’agissait d’un homme de corpulence assez classique, à la chevelure rouge sang, impeccablement lissée vers l’arrière, les yeux plutôt jaunâtres. De mystérieux tatouages étaient dessinés de part et d’autre de son visage, un symbole représentant une étoile et une forme similaire à une goutte d’eau. Le garçon aux cheveux bleus ne le connaissait pas, mais un étrange frisson le parcourut à sa vision, sans qu’il puisse en déterminer la provenance. Il s’agissait probablement d’un élu, ce que ses quelques mots sous-entendaient.

Le nouvel arrivant s’immisça rapidement dans la conversation, affirmant croire en l’innocence de la jeune femme, avant de proposer son aide pour mener l’enquête, intégrant Haru dans cette démarche. Un peu déboussolé, ce dernier haussa les épaules pour manifester son accord, bien que la scène lui échappe un peu. Il n’eut cependant guère le temps d’émettre oralement son avis, puisque le chef reprit la parole de façon assez brusque, ne cachant pas le dégoût que lui inspirait l’accoutrement de l’inconnu :

« Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! Si ça vous amuse de perdre votre temps pour rien, enquêtez donc ! Cette femme est déjà condamnée et sera mise à mort d’ici la fin de la semaine. »

Haru s’avança finalement, afin de calmer les esprits, tout en cherchant également à faire la lumière sur le meurtre.

« Calmez-vous ! Je pense aussi cette femme innocente, mais peut-être me trompé-je… Puisque cet homme semble partager cet avis, nous enquêterons ensemble. Laissez-nous la responsabilité de cette demoiselle jusqu’à ce que sa condamnation soit effective, je vous prie. »


Le soldat observa Haru avec insistance, tentant de déceler les intentions de celui-ci, ne parvenant vraisemblablement pas à le comprendre. Il soupira, avant de faire demi-tour, grommelant cet ultime avertissement :

« Vous avez trois jours ! Ne faites pas l’imbécile et ne tentez rien de stupide ! »

Haru resta silencieux jusqu’au départ du trio avant de se tourner vers son nouveau partenaire.

« Hum… Puis-je savoir qui vous êtes et pourquoi vous êtes autant persuadé de l’innocence de cette femme ? »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mer 6 Déc - 19:22





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Olala.. ♥️
La situation prenait une tournure intéressante. Sans grande résistance, le chef céda désespérément l'enquête aux mains des deux élus, fraîchement arrivés. Le jeune garçon au foulard était prêt à unir ses forces avec le nouveau venu, sous prétexte que les deux partageaient le même avis.

Trois jours eurent été accordés pour démêler le vrai du faux de cette histoire. Maintenant que les deux compagnons de fortune se retrouvaient seuls, avec la suspecte, Hisoka se heurta aux premières questions d'Haru. En plus d'émaner un magnétisme intrigant, cet élu s'avérait curieux. Son interrogation était tout à fait légitime. D'abord son identité et ses motivations. Qu'est-ce qui certifiait l'innocence de cette femme aux yeux d'un excentrique pareil ? En réalité, Hisoka n'en avait pas la moindre idée, en dépit de l'assurance qu'une telle affirmation engageait. S'opposer à la mise en mort d'une étrangère que toutes les preuves accablées exigeait en effet une sacrée confiance. En ce qui concernait le magicien, il s'agissait seulement d'un art. L'art de tromper.
Un fin sourire se peignit discrètement sur son visage, et il répondit :

- Est-ce moi ou elle qui doit subir un interrogatoire.. ? ♣️

Le bel élu se trompait de cible, ils étaient censés interroger cette immigrée, non lui-même. Il lui faisait savoir par le biais de cette réponse qu'il ne devait pas s'éloigner de ses priorités.
Si Hisoka avait choisi de se détourner de la question d'Haru plutôt que de lui mentir comme il savait si bien le faire, c'était pour le jeu. Il voulait jouer avec ce p'tit gars, le tester dans ses limites, sonder ses émotions et réactions, le creuser jusqu'à trouver cette pépite qui l'avait mené jusqu'à lui. L'évaluation commençait, non pour cette femme, mais pour Haru.
Cela dit, il continuait à crédibiliser son intérêt pour cette enquête dont il n'en avait en vérité que faire. Il entama une marche vers un endroit un peu plus adapté, s'éloigner de la foule, à l'abri des mauvais regards. Haru s'était sans doute occupé de conduire la demoiselle puisqu'elle celle-ci pouvait s'enfuir à tout instant avec seulement les mains liées.

Une fois isolés comme convenu, le magicien fit mine de s'intéresser à la femelle. Il se plaça devant elle, avec une note d'élégance dans le sérieux qu'il tentait de véhiculer, et releva délicatement le menton de l'étrangère du bout de ses doigts, afin de pénétrer son regard. Lentement, il posa sa question décisive :

- Ne perdons pas de temps.... As-tu... oui ou non... tué cet homme ?! ♣️

Complètement paniquée, et les larmes au bord des yeux, la fille secoua frénétiquement la tête de gauche à droite tandis que son corps frêle tremblotait comme une feuille. Impossible de la déchiffrer avec ce regard flouté de larmes. De son point de vue, elle ne mentait pas. Mais il restait des points noirs.
Et puis, elle explosa en sanglots :

- Mais noooon ! J'vous jure ! Ce n'est pas moi, j'ai rien fait ! Vous m'croyez n'est-ce pas ?! C'est pour ça... que vous êtes là ... ! Aidez-moi, j'vous en supplie ! ....Je ne veux pas mourir pour un crime que je n'ai pas commis... S'il vous plaît... Je ferai tout ce vous demandez, mais ne me laissez pas mourir.... !

Et elle craqua, se recroquevillant sur elle-même, aux pieds de l'imposant Hisoka, accablée. Il la regarda tombé, insensible face à cette supplication des plus futiles. Il n'arrivait vraiment pas à ressentir ne serait-ce qu'une infime tristesse pour le malheur d'autrui.
Il l'aidait seulement par intérêt, non par compassion comme il souhaitait le faire croire. La seule personne sincère dans l'affaire, et susceptible d'être touché par sa condition de pauvresse en détresse, c'était bel et bien Haru. D'ailleurs, Hiso se décala pour le laisser gérer la suite :

- Je n'ai jamais été doué pour réconforter les femmes en pleurs.... Je te laisse volontiers la place... ♥️

Il fallait également penser à la questionner sur cet argent volé une fois qu'elle se soit remise de ses émotions. Car là, submergée par le désespoir, le jeune Haru ne risquait pas d'en tirer grand chose. Serait-il capable de calmer cette crise de larmes ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Ven 8 Déc - 21:17




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Tout s’était déroulé si vite que Haru n’en revenait pas… Lui qui souhaitait simplement passer quelques jours paisibles en cette ville si tranquille d’ordinaire… Sans le vouloir, il s’était retrouvé lié à une affaire de meurtre, avec pour objectif de disculper une femme potentiellement coupable, et ce, durant une durée fort restreinte, engageant le peu de réputation honnête qu’il avait su gagner… La situation n’était pas glorieuse… Toutefois, le Dessinateur ayant déjà connu bien pire, ne se laissait pas abattre, rassemblant ses pensées et ce qu’il savait, afin d’être plus clairvoyant. Dans cette optique, sa première réaction avait été d’interroger l’homme aux cheveux écarlate qui s’était immiscé dans cette enquête de façon surprenante, incompréhensible même.

La réaction de celui-ci fut tout aussi étonnante que logique. N’ayant visiblement pas envie de s’étendre à son propre sujet, il rappela à Haru l’objectif principal des trois prochains jours. Ce dernier acquiesça, peu convaincu par l’autre, mais dénué de tout argument allant contre ceci.

« Vous avez raison. »


Afin d’agir discrètement, de se tenir à l’écart d’autrui et par souci de pragmatisme, le groupe s’éloigna de la foule, pour s’isoler dans un endroit plus calme, à l’abri de potentielles oreilles indiscrètes. Vigilant, Haru restait concentré, pour éviter une intervention hostile visant à décrédibiliser la suspecte ou encore une fuite de cette dernière. Elle n’était liée que par une simple corde pouvant céder à tout instant. Même si le garçon au foulard n’appréciait pas cette méthode, cela semblait être une précaution nécessaire.

Ce fut son acolyte temporaire qui lança l’interrogatoire, posant directement la question fatale. Il était tout de même bon de savoir si la réponse de la femme était la même que celle face aux miliciens, peu auparavant, afin de s’éviter le souci d’une défense futile et inutile. Haru l’écouta attentivement clamer son innocence et plaider sa liberté, avant qu’elle ne se recroqueville sur elle-même, bouleversée par les accusations planant au-dessus de sa tête. L’autre homme se déchargea alors de toute responsabilité envers celle-ci, tandis que le bretteur haussait les épaules. Il s’accroupit avant de passer une main réconfortante dans le dos de la potentielle seconde victime de l’affaire, matérialisant un mouchoir de tissu dans ses mains, qu’il tendit à la demoiselle, prenant un ton qui se voulait rassurant :

« Ne vous en faites pas. Nous vous sauverons ! »


Il fallut tout de même plusieurs minutes pour que la femme puisse se calmer. Elle se releva ensuite, les yeux encore humides bien qu’une lueur de détermination y soit désormais présente. Haru soupira, se passant la main dans les cheveux, gêné par son propre rôle.

« Parlez-nous de la victime, je vous prie. Feu le commandant Rinto, si je ne m’abuse ? »


« C’est ça ! Rinto ! Il avait plein de sous, mais il m’a quand même accueillie quand j’en avais besoin… C’était quelqu’un de bien et de juste, il aurait tout de suite su que c’était pas moi !!! »

« Je comprends… Mais il y a bien une raison qui a poussé vos détracteurs à vous accuser, n’est-ce pas ? »


« Je sais pas… Ils aiment pas les étrangers, c’est tout ! »

« Hum… Ne lui avez-vous donc rien dérobé après sa mort ? »


« Non ! Enfin si… Un peu d’argent… J’en avais besoin… »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Sam 9 Déc - 20:41





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



La femme fondait comme une poupée de cire. C’était la seule chose qu’elle lui évoquait quand il daignait la regarder. Poupée de cire, ça lui correspondait remarquablement bien.
Au fond, il la comprenait. Comment ne pas tomber en larmes devant la grandeur de cet homme ? Si intimidant… ♥️
Hisoka ne rata pas une miette de la scène suivante. Adossé au mur, bras croisés, il analysait sa relève, semblant bien plus adroit que lui pour gérer ces imprévus émotionnels, typiquement humains. Il se comporta en vrai gentleman, proposant dés lors un mouchoir qu’il avait pris soin d’invoquer. Matérialisation ? Un geste anodin qui ne tomba pas dans l’œil d’un aveugle.

C’était long… Trop long… Maudite humaine fragile. Son temps était compté alors pourquoi ne se remettait-elle pas plus vite dans l’optique d’une échéance en approche ? Incompréhensible. Illogique. Faiblesse.
Toutefois, la vive attraction éprouvée pour cet élu compensait ce lourd dégoût envers cette pouilleuse.

Lorsqu’elle cessa de se larmoyer sur son sort d’accusée, elle réunit le peu d’esprit actif en elle pour terminer l’interrogatoire. Emotive, les yeux toujours embués, sa voix chancelait mais au moins, elle parvenait à aligner trois mots correctement. Félicitations jeune élu. Hisoka n’en attendait pas moins de lui.
L’étrangère peignit un bref portrait de la victime : un riche commandant au cœur charitable, accueillant les plus démunis dans sa demeure, aka l’abbé Pierre. Les saints finissaient toujours par périr dans d’atroces souffrances, il n’y avait pas de place pour la bonté dans ce bas monde. Seuls les idiots et les naïfs croyaient en une bienveillance illusoire.  

Enfin, nous en venions à la raison de son accusation. Madame passa timidement aux aveux : un vol. Vous voyez, qu’est-ce que nous disions ? Certes, elle n’était pas la meurtrière. Et pourtant, elle avouait avoir volé l’homme qui lui avait offert l’hospitalité, ouvert les bras dans le besoin. Elle dérobait celui qu’elle appréciait. Elle profitait de sa sympathie. Même la plus innocente et fragile des créature en était capable, preuve qu’il n’y avait aucun avantage à être bon, sans être pris pour un con.
Cette situation cocasse fit ricaner le magicien dans son coin, jugeant cette affaire des plus pathétiques.
Il se reprit. Ayant bien conscience du pourquoi il se mêlait à cette mauvaise tragédie.

- Et pourquoi ne pas lui avoir demandé… ? S’il t’a accueilli, c’est qu’il a compris ta situation délicate. Je suis sûr qu’il ne se serait jamais opposé à t’apporter une aide, financière ou autre….  

Rétorqua-t-il à la suite de cette blague dont il se foutait éperdument, un sourire en coin. Il la titillait parce qu’il n’avait rien à faire d’autre.
La demoiselle, légèrement tourmentée, braqua un regard perdue sur le cheveux écarlate. Elle tourna la tête, le regard fuyant, chiffonnant sa robe entre ses mains, soudainement tendue.

- Je… Je ne sais pas…

- Tu as peut-être eu peur... D'une réaction indésirable ? ♠️
- Mh.. Non ! Bien sûr que non… Enfin… Je ne sais pas. Je ne voulais pas qu’il ait une impression d’abus, c’était déjà si bon de m’accueillir….
- Alors tu as préféré te servir derrière son dos pour éviter l’abus, en espérant qu’il ne s’en rende jamais compte… Mh… Ca se tient ♥️

Continua-t-il, toujours dans la taquinerie, la voix douce et posée. Ses mots semblaient accusateurs, et pourtant la sensualité de son timbre laissait à penser qu’il n’émettait aucun jugement. Et en effet, l’action perfide de la demoiselle ne le concernait pas. Comment un homme dépourvu de toute moralité pourrait donner des leçons ou juger ? Il s’amusait simplement à jouer avec la culpabilité de la femme. Il savait qu’elle regrettait son geste : une ouverture pour la torturer implicitement.
S'il y avait un trou, elle s'y cacherait. Crispée, elle se mordit les lèvres pour s'éviter un nouveau torrent de larmes. Elle s'en voulait tant. Si elle n'avait pas volé cet argent, elle gambaderait librement entre les rues, épargnée par ce désastre. Peut-être meme qu'il serait vivant... Dieu la punissait pour son acte malhonnête. Telle était sa conclusion de jeune croyante désespérée. Et ça, Hisoka l'avait bien saisi.

- Je... Je... ne sais pas ce qu'il m'a pris... Je n'ai jamais volé personne auparavant... Je mérite ce qu'il m'arrive... Peut-être devrais-je laver mon pêcher et me résoudre à... mourir...

Oh zut, l'épisode de la complainte maintenant.
" Ce serait si bête de laisser le coupable s'en tirer sans jamais le connaître. Je veux voir le visage de la personne capable d'en faire accuser une autre à sa place... ♠️ ".. pensa-t-il, se léchant les babines discrètement. Peut-être qu'il s'agissait d'un bon adversaire, délicieux à tuer. Mh ! Une motivation de plus s'ajoutait au panier d'Hisoka, en plus d'Haru, pour l'inciter à résoudre cette affaire.

- Mais non voyons.. !... ♦️ As-tu une idée de qui ça pourrait être ?

Elle prit 5 secondes, et affirma désabusée :

- ... Non... Je ne vois pas qui pourrait lui vouloir du mal... Cela dit, je ne le connais pas assez bien. Je sais juste qu'il a un frère...

Face à cette réponse, Hisoka se redressa, décidé à passer à l'étape suivante :

- Je ne pense pas qu'elle nous aidera davantage... Qu'est-ce que tu en penses... Haru... ? ♥️

Première fois qu'il prononçait son prénom. Il en eut des frissons, et un sourire.




Dernière édition par Hisoka le Dim 7 Jan - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Dim 10 Déc - 23:51




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Haru ne put s’empêcher de soupirer, levant les yeux au ciel, en entendant les aveux de la femme. Ainsi donc, malgré ses larmoyantes protestations, elle était coupable, certes pas des faits qu’on lui incombait, mais d’un délit assez grave. D’ordinaire, le Dessinateur était assez laxiste dans ce domaine, lorsqu’il s’agissait de personnes nécessiteuses n’ayant d’autre recours que le larcin afin de subvenir à leurs besoins. Lui-même avait déjà, par le passé, dérobé quelques bourses à de riches et opulents marchands n’ayant probablement jamais remarqué ce délestage dans leurs besaces étaient emplies à craquer. Cependant, ici, l’affaire ne s’y prêtait pas…

« Hum… »

Haru fixait le sol pensivement, réfléchissant à voix haute, essayant d’établir des solutions intelligentes. Pendant ce temps, il écoutait d’une oreille distraite l’interrogatoire poursuivi par l’homme aux cheveux plaqués vers l’arrière. Ce dernier reprocha à la demoiselle exactement ce qu’aurait sermonné le Dessinateur. Il semblait assez logique pour le duo masculin que si le défunt Rinto était altruiste au point d’héberger la femme sans aucune demande en retour, il le serait probablement suffisamment pour lui offrir de quoi survivre.

« Il a raison. »

Toutefois, l’accusée rétorqua qu’elle n’avait pas eu l’intention d’excéder son hôte, abusant déjà de son hospitalité. C’était un bon argument, même si Haru aurait pu lui opposer le fait qu’un vol n’était nullement la meilleure façon de remercier la charité d’un homme. Mais, la conversation aurait alors rapidement tourné au dialogue de sourds, ce que préférait éviter le bretteur, étant donné le délai très court qui leur avait été accordé.

Par la suite, la jeune femme sembla se résigner sur son sort, émettant l’hypothèse que la mort serait un châtiment juste en rémission de son pêché. Bien entendu, il était hors de question pour Haru de la laisser se perdre en de telles ignominies, mais, au moment où il allait répliquer, l’autre mâle intervint, ramenant la potentielle coupable à la réalité, la calmant doucement. Peu de temps après, il requit l’avis de l’orphelin à propos des suites de l’enquête. Le garçon au foulard jeta un coup d’œil à la suspecte, avant de reporter son attention sur son interlocuteur :

« Je ne pense pas que cet interrogatoire nous apprendre quelque chose d’utile. Nous devrions la ramener aux gardes et poursuivre l’enquête seuls. Donnez-moi dix minutes et ne bougez pas d’ici ! Je reviens. »

Ayant obtenu du regard l’accord de l’autre homme, bien que ce dernier n’ait sans doute pas tout compris, Haru se dirigea vers la demoiselle, posant doucement la main sur son épaule, avant de visualiser dans son esprit le quartier général des miliciens de Fuki, qu’il avait déjà eu l’occasion de visiter. Grâce à son Pas sur le Côté, les deux y furent téléportés en un instant, effrayant les soldats présents dans la salle. Dès que le calme fut revenu, le jeune homme relata les quelques renseignements qu’il avait pu tirer de la femme, avant de la laisser aux mains des hommes de loi. Il en profita pour écouter les informations déjà en possession de ceux-ci, avant de se voir remettre un plan de la ville marquant l’emplacement de la demeure du commandant Rinto. Il salua l’assemblée avant de revenir à son point de départ, en usant de la même technique de déplacement. Son acolyte temporaire n’avait pas bougé.

« Désolé pour l’attente. Nous devrions rendre une petite visite de courtoisie au commandant Rinto. Peut-être pourra-t-il nous en apprendre davantage que notre amie ? »

Haru sortit le plan et guida l’autre jusqu’à la maison de la victime. Le bâtiment était immense et luxueux, digne de la réputation de son ancien propriétaire. Le duo put franchir les limites établies par les soldats dès que le garçon au regard électrique se présenta. Un homme les escorta alors jusqu’à l’intérieur, ne les lâchant plus d’une semelle. Après tout, ils se trouvaient tout de même sur une scène de crime.

Capa contextuelle:
 

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Lun 11 Déc - 15:45





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



- Okaaaaay… Reviens vite ♥️

Haru était un bon garçon, introverti mais étonnamment délicieux.  Il se porta volontaire pour aller reconduire la femme inutile à sa place. Si ça ne tenait qu’à Hisoka, il la laisserait là-bas sans la moindre pitié. Les pleurnicheuses et dépressifs étaient les êtres les plus agaçants et inintéressants du monde. Et pourtant, ils envahissaient les rues comme des parasites, étouffant les perles rares comme cet adorable élu. Il savait que sous sa timidité se planquait une puissance insoupçonnée, il n’attendait qu’à la réveiller.

Adossé au mur, enfermé dans ses pensées intarissables, le magicien patientait sagement au point de rendez-vous.
Le jeune homme ne l’oublia pas, et revint à lui, s’excusant pour l’attente. En plus de revenir sans l’autre boulet, il apportait des pistes à étudier pour la suite de l’enquête. Le lieu du crime était une étape incontournable lors d’une résolution de meurtre. Alors il proposa de s’y rendre dés maintenant.
Nous voilé débarrassés du superflu, on va pouvoir aborder l'essentiel.

Notre guide bien-aimé nous mena jusqu’à destination. Une magnifique demeure forgée dans le bois et la pierre se dressait devant les deux enquêteurs de choc. Hisoka lui donnait un certain âge, cette bâtisse avait du vécu entre ses murs. L’hypothèse se confirma au moment d’entrer à l’intérieur. Le salon se noyait sous les objets de collection, tandis que d’innombrables tableaux et autres décorations pittoresques ornaient les murs.
Pour grimper jusqu’à la chambre, il fallait emprunter un vieil escalier grinçant, un peu trop grinçant, tout comme le palier du premier étage. Ce plancher bruyant affirmait une nouvelle fois les nombreuses années que comptabilisaient cette maison. A tous les coups, il s’agissait d’un héritage sur plusieurs générations.

Le garde les amena à bon port, et ne les quitta pas d’une miette. Il leur ordonna sèchement de ne toucher à rien.
Une imposante armoire boisée nous accueillait dans cette grande chambre, alors que le lit aux draps encore ensanglantés se situait vers la fenêtre. Le beau parquet craquela sous les pas du magicien lorsqu’il s’amena vers le lit. Et pourtant, il avait fait l’effort de ralentir sa marche au maximum. Mais ça ne changeait en rien le bruit épouvantable de cet étage supérieur.

Premier indice : il était peu probable que le coupable ait marché jusqu’à la chambre de cet homme, en passant par un escalier plus assourdissant qu’une fanfare, et un plancher vieux de 500 ans couinant comme une chatte entrain d’accoucher entre deux poubelles. Même un très bon dormeur finirait par se réveiller, et surtout un commandant ayant été formé pour garder ses sens en alerte à tout moment, et surtout pendant son sommeil. A moins que le coupable ait employé une capacité furtive, à la ninja ? Impossible, aucune trace d’infraction n’avait été signalée, et la porte d’entrée ne s’ouvrait qu’uniquement de l’intérieur, laissant pour seule suspecte cette femme. Seulement voilà, cette demoiselle ne possédait aucun pouvoir spécial. Hisoka le savait. Calculer le potentiel d’autrui était sa spécialité, et l’une de ses seules capacités lui restantes depuis son arrivée sur Kosaten.

Quant à cette fenêtre, près du lit, parlons-en. Si quelqu’un passait par cette issue, il ne se confronterait pas à ce sol maudit…. Hisoka se permit de l’ouvrir sous le regard inquisiteur du garde, mais à sa grande surprise, elle l’était déjà. Il n’eut besoin que de la pousser légèrement : «  tiens, comme c’est étrange… Elle n’était pas vraiment fermée ». Il passa sa tête par-dessus le rebord et y trouva ce qu’il cherchait : une discrète éraflure de sang, à peine visible, sur la roche. L’assassin avait escaladé le mur et s’était infiltré par la fenêtre que le commandant laissait probablement ouverte en cette saison. Et il le comprenait, vu la hauteur et la raideur du mur, sa chambre semblait hors d’atteinte et de danger. Excepté pour un professionnel :

- Pensez-vous qu’une femme en sous-nutrition puisse gravir une hauteur aussi importante… ?  C’la demande un bel effort…. ♠️

Cette question rhétorique au ton suave s’adressait à Haru, comme au garde. Et il attira l’attention des deux hommes vers la fenêtre

- L’assassin s’est faufilé par ici…

Bien que l’identité de ce criminel demeurait inconnue, ils obtinrent une preuve colossale pour innocenter la demoiselle, en partie.
A voir si Haru avait trouvé quelque chose de son côté lui aussi.


Capacité contextuelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Ven 15 Déc - 9:30




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph La demeure de la victime était encore plus impressionnante observée de l’intérieur que contemplée de l’extérieur. En effet, malgré l’altruisme du commandant défunt, celui-ci n’avait apparemment pas souhaité dissimuler l’opulence dans laquelle il vivait, probablement grâce à son grade militaire, en investissant dans un mobilier luxueux et une multitude de tableaux de haute qualité, d’après le jaugé de Haru, bien qu’il ne dispose que de quelques notions de base en art. Cette information était déjà une bonne idée de départ, puisqu’elle pouvait justifier à elle une tentative d’assassinat contre le riche… Bien souvent, l’Homme ne s’embarrasse pas de certains détails moraux lorsqu’il convoite une possession inaccessible…

Le duo fut par la suite amené à la chambre du crime, après avoir emprunté quelques marches particulièrement grinçantes, au bois sans doute rendu usé avec l’âge, comme l’on trouvait régulièrement dans les vieilles maisons. Haru fit de son mieux pour grimper le plus silencieusement possible, mais en vain… Au vu de l’épaisseur des murs en ces lieux, il y avait d’ailleurs fort à parier que toutes les personnes y résidant aient été averties chaque fois que l’un d’entre eux montait ou descendait cet escalier… Pas vraiment le meilleur passage pour le meurtrier, peu importe qui il était.

Finalement, ils arrivèrent dans la pièce où l’âme de la victime reposerait à jamais, après que son corps s’y soit reposé une multitude de fois. Il s’agissait d’une chambre assez sobre, contrastant avec le reste du domicile, exception faite d’une vaste armoire en bois massif, probablement là où feu Rinto rangeait ses innombrables tenues vestimentaires, ainsi que ses biens les plus précieux… Toutefois, à peine Haru eut-il posé le pied dans la salle qu’il eut la désagréable surprise de découvrir que le sol, en parquet fait en matériaux similaires à ceux des escaliers précédents, était aussi peu commode à l’ouïe que les marches les ayant conduits jusqu’ici… Il était réellement peu probable que le coupable ait emprunté cette voie classique pour accomplir son méfait…

Pendant que l’homme aux cheveux écarlate entreprenait d’inspecter l’unique fenêtre de la chambre, Haru se dirigea vers l’armoire, l’observant minutieusement du regard, avant de soupirer. Elle avait été intégralement vidée des propriétés de la victime, et ne présentait aucun indice intéressant pour le Marchombre. Le meuble restait probablement ici le temps que le legs de Rinto soit totalement attribué. Alors que le garçon aux cheveux bleus revenait sur ses pas, légèrement dépité par ce constat, il entendit le commentaire de son acolyte, concernant les possibilités d’une femme en mauvaise santé à escalader une façade de plusieurs mètres de haut.

Intrigué, Haru s’approcha pour analyser le décor à son tour, parvenant au même constat que son partenaire, qui énonça la seule conclusion possible au vu de la légère trace sanguine qui subsistait sur le mur… Le Dessinateur pouvait difficilement croire que la suspecte ait grimpé ceci pour passer à l’acte…

« Ce n’est pas elle. Quant au véritable assassin, il n’en était sûrement pas à son coup d’essai… Il y a trop peu de traces ou de preuves dans cette pièce… Un novice aurait forcément commis une erreur… Ici, hormis ce résidu de sang, inévitable s’il y a eu des éclaboussures, il ne reste rien… »


Haru se tourna ensuite vers le garde, apparemment peu intéressé par leurs constats.

« Dites-moi… Comment est-mort le défunt Rinto ? »


« Il… a été poignardé durant son sommeil. »

« Je vois. Combien de personnes sont au courant de cette cause ? »


« Hum… Juste moi, le chef et la servante… Et la femme qui l’a tué bien sûr ! »

Haru préféra ignorer ce commentaire, avant de s’orienter vers l’autre.

« Je pense que nous n’en apprendrons pas davantage ici. En revanche, peut-être que la milice aura trouvé de nouveaux indices durant notre absence ? D’autant plus que c’est là-bas que se trouve la servante de Rinto… Nous pourrons l’interroger dans la foulée. »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mar 19 Déc - 16:46





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Le jeune et bel Haru partageait l'avis du magicien, pour la plus grande satisfaction de ce dernier. Il l’écouta donner crédibilité à ses propos, en supposant qu’un amateur, à l’image de cette femme, ne serait pas en mesure de commettre un crime aussi propre. Les premières fois, on paniquait, on négligeait les potentiels indices. Tandis qu’ici, il était clair qu’il ne s’agissait pas d’une première fois, à moins de posséder un don inné en la matière…
Etrange don que d’être prédisposé à tuer.  

Le cheveux bleu, jusqu’à lors en retrait, prit les initiatives et interrogea le soldat présent sur les lieux. Le commandant avait été poignardé. Seuls le soldat, le chef, la servante, la suspecte et désormais les deux élus étaient dans la confidentialité concernant cette information. Hisoka nota toutes les réponses dans un coin de sa tête. Elles possédaient toutes à leur façon une certaine valeur à ne pas omettre par nonchalance ou paresse d’esprit.

Cet humain fascinant mit fin à l’inspection et proposa de rendre une petite visite à la servante, également présente durant cette nuit rouge
« J’aime quand tu donnes des directives jeune homme… ♥️ ». Cela prouvait que vivait en lui un semblant de confiance drôlement sexy sous son regard timoré, et sa mine timide. Hisoka était persuadé qu’en combat, ce gars là pouvait démontrer une autre facette de lui, bien plus assurée que ce qu’il véhiculait, bien que l’on devinait qu’il n’usait pas à outrance de ses poings. On le sentait diplomate.. Il était de type à recourir à la violence qu’après avoir épuisé toutes les alternatives possibles. Enfin, ce n’était qu’une série de suppositions, même un fin analyste comme Hisoka pouvait se tromper.
Bref, quoi qu’il en soit, il aimerait faire en sorte de provoquer une situation pour le voir à l’œuvre, le voir se confronter au danger, essuyer et placer des coups.
Peut-être bientôt. Qui sait ?

La fine équipe ne perdit pas une seconde de plus, et abandonna la maison du crime derrière leurs pas tranquilles. Ils se dirigèrent vers le bâtiment où stationnait la milice, avec entre leurs mains une servante apeurée et une femme accusée à tort.
Ils y parvinrent rapidement, et annoncèrent leur décision. Ils désiraient interroger la servante dans un coin à part.  Le chef, ainsi que son bras droit acceptèrent et demandèrent la possibilité d’accéder à l’interrogatoire. Hisoka n’y vit pas d’inconvénient personnellement, il n’avait rien à cacher, pour l’instant. Il en était probablement de même pour son appétissant camarade.

Amenés dans une salle isolée, seule la servante, le chef et son bras droit répondraient présents aux côtés des deux élus. On leur fit rapidement le topo sur les renseignements déjà récoltés au sujet de la servante :
- Elle possédait sa propre chambre à l’étage
- Non, elle n’avait rien entendu la nuit (pas étonnant vu que le meurtrier était passé par la fenêtre).
- Elle entretenait de bons rapports avec la victime.
Le chef fit apporter une chaise à la blondinette chagrinée, encore sous le choc des événements. Au vue de son visage effondré, elle semblait particulièrement attachée à son maître. Le deuil s’annonçait difficile. Toutefois, on était pas là pour faire du sentiment ou essayer de compatir, les questions attendaient.
L’enquête devait avancer.

Comme le chef l’avait déjà bien interrogé seul à seul pendant que les deux élus se promenaient dans la ville à la recherche d’indices, ils ne restaient plus grand chose à savoir. Cette servante était donc la personne que le commandant fréquentait le plus, elle s’avérait bien placer pour répondre à cette question :

- Toi qui étais la personne qu’il côtoyait le plus… As-tu remarqué une hostilité particulière, un comportement étrange de la part d’un membre de sa famille, un ami, ou autre… ? ♣️
- Hm… Pas vraiment… Son frère est spécial mais… Il m’a expliqué la raison, je le connais bien aussi d’ailleurs, et je peux vous assurer que ce n’est pas lui. Peu importe ce que vous entendrez à son sujet, ne les écoutez pas, ce ne sont que des sornettes !

En dépit de ses yeux humides, la blonde préservait une hargne d'enfer. Si le meurtre peinait l'étrangère, il révoltait la servante. Plus en colère que triste pour le moment.
Deuxième fois qu’on relevait le frère de la victime dans l’histoire. On l’avait d’abord entendu dans la bouche de la suspecte, et maintenant de la servante. Apparemment, ce frère n’était pas apprécié, et risquait de servir d’appât de recours si jamais l’étrangère ne suffisait pas. Il fallait faire attention.
Toutefois, si jamais l’interrogatoire ne portait pas ses fruits, Hisoka connaissait déjà sa prochaine destination : chez le frère.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mar 19 Déc - 21:23




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph D’un commun accord, le duo d’enquêteurs improvisé s’esquiva rapidement du domicile de la victime, prenant congé du garde en charge de la surveillance, en ayant pris soin, au préalable, de le remercier comme il se devait. Après tout, malgré sa nonchalance et sa déplaisante attitude à l’égard des détectives, il leur avait partagé les renseignements dont il disposait et s’était montré plutôt utile, à sa façon… Haru avait le pressentiment que cette courte visite s’était révélée très fructueuse et que les indices récoltés jusqu’ici pouvaient d’ores et déjà les mener sur la bonne piste. Toutefois, il avait beau réfléchir en profondeur, il ne pouvait pour l’heure pas déterminer l’identité du coupable. Bien que cela ne soit pas véritablement la tâche qu’il s’était fixée, puisque le Dessinateur voulait en priorité prouver l’innocence de la suspecte, il était déterminé à rétablir la vérité et à châtier le meurtrier.

Pour poursuivre cette enquête, il était désormais nécessaire d’interroger la servante du défunt, afin de compléter le panel d’informations dont ils disposaient déjà. Haru se souvenait que le chef de garde lui avait signifié sa présence au poste lorsqu’il avait ramené l’autre femme. Par conséquent, il proposa à son acolyte, dont il ignorait toujours l’identité puisque celui-ci n’avait pas jugé bon de se présenter, de s’y rendre aussitôt, ce que ce dernier accepta. C’est ainsi que les deux hommes marchèrent jusqu’à leur destination, alors que le Marchombre se muait dans un silence poli, gêné par la présence de la chevelure écarlate et se concentrant sur la résolution de l’affaire.

Arrivés sur place, ils purent obtenir la permission d’interroger la servante, sous la condition que le chef, ainsi que le bras droit sur lequel il s’épaulait régulièrement, l’un des deux hommes présents à ses côtés quelques heures plus tôt, soient présents. Haru n’y voyait pas d’inconvénient, tout comme l’autre : l’histoire fut donc rapidement réglée. En premier lieu, il s’installa près de la femme, la détaillant du regard, notant une certaine tristesse sur son visage endeuillé, tout comme une crispation au niveau de la mâchoire, signe d’une colère intérieure. Elle semblait vraiment avoir été touchée par la mort de Rinto. D’ailleurs, le plus haut gradé avait confirmé un peu plus tôt sa bonne entente avec son ancien maître… Il était peu probable qu’il s’agisse du véritable coupable, bien qu’elle ne soit pas à exclure totalement, de par sa proximité avec la victime.

Haru laissa con collègue s’exprimer le premier, posant une question très judicieuse, à laquelle la réponse arriva rapidement. Apparemment, hormis un frère particulier, Rinto ne possédait pas de famille susceptible de souhaiter sa mort. La servante clamait d’ailleurs haut et fort l’innocence de ce frère. Le Marchombre se disait qu’il serait par la suite intéressant d’aller interroger cet autre homme, afin de connaître son opinion sur l’affaire. Quoiqu’il en soit, les questions d’usage ayant été posées et le jeune homme s’étant fait son avis sur leur interlocutrice, il ne voyait pas de raison à poursuivre ce questionnement.

« Nous allons vous laisser. Je vous remercie pour votre collaboration, elle nous sera fort utile pour éclaircir cette affaire. Je vous promets que le coupable aura ce qu’il mérite ! »

« Je l’espère ! Je ne pense pas que Nata soit coupable, elle était toujours si gentille avec mon maître… »

Sur ce, elle se remit à pleurer et Haru se retira poliment. Le chef de garde en profita pour filer, pressé par d’autres affaires en cours. Ne restaient plus que le bretteur, l’homme aux cheveux rouges et le bras droit. Ce dernier s’approcha du duo avec un sourire presque malsain. Il souhaitait vraisemblablement savoir où en était leur enquête.

« Pauvre jeune femme… Elle était si dévouée au commandant… Mais je pense qu’elle se trompe, que la voleuse est bel et bien la meurtrière ! »


« Possible, bien que j’en doute fort ! C’est le but de cette enquête, après tout ! La vérité éclatera au grand jour ! À ce propos, vous aviez l’air de beaucoup respecter la victime. »

« Bien sûr ! Tout le monde l’adorait, le commandant ! Toujours souriant, plaisantin et sérieux ! Irréprochable dans son travail ! Quelle tragédie ! Poignardé dans son sommeil… Le pauvre ne méritait pas ça… »

Haru eut un moment d’absence suite à cette dernière réplique. Et pour cause, seuls leur duo, le chef, la servante et le garde surveillant la demeure de la victime étaient censés connaître les détails de la mort de Rinto…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Dim 24 Déc - 14:45





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Quelques questions se posèrent ici et là, mais rien de bien concluant ou qui permettrait de faire avancer l’affaire. Alors, les deux élus décidèrent de se retirer, avec en tête l’idée de rendre visite à ce fameux frère… Si mystérieux.
Avant le départ, le bras droit du chef apporta son grain de sel. De prime abord, son intervention ressemblait à une perte de temps, il partageait seulement son avis. Mais parfois, une simple phrase et une enquête pouvait basculer du tout au tout. Ce commentaire s’annonçant barbant s’avérait bien plus interloquant qu’on ne l’aurait imaginé.

Le silence était préférable à l’opinion, telle en était la preuve. Si cet homme s’était tut au lieu de s’acharner sur cette pauvre femme, il s’en serait probablement sorti. Désormais, il était trop tard. Les mots énoncés, il ne pouvait plus rembobiner le temps pour rectifier son erreur.
L’homme aux cheveux écarlates plissa légèrement ses yeux dorés lorsque l’erreur fut commise. Il percutait, tout comme son camarade. Une furtive esquisse à peine visible rendit visite à son visage : « Tiens tiens… ♠️ »
Faisant face à deux têtes sceptiques, et silencieuses, l’expression confiante du second s’écrasa. Il se replia sur lui-même, conscient de sa connerie, mais espérait probablement être passé inaperçus. Eh non… Ce détail crucial n’échapperait pas à des esprits aussi vifs, malheureusement pour lui.

Hisoka ne donna aucun retour, et fit volte-face pour continuer sa route, l’air de rien. Tant qu’il ne dénichait aucune preuve concrète, il choisissait de garder ses doutes pour lui. Quoi qu’il en soit, un nouveau suspect s’ajoutait à la longue liste.

Le frère habitait à l’écart du village. Il fallait compter entre cinq et dix minutes pour atteindre sa maison.
En chemin vers la demeure du frère, qui leur fut indiquée à la base, le duo plongeait leur marche dans un silence remarquable. Ni l’un, ni l’autre ne s’adressait la parole, comme immergés au cœur de leur pensée. Pourtant, le magicien affamé n’oubliait pas la priorité de cette affaire : le jeune homme à ses côtés.

Ils quittèrent la sonorité de la civilisation pour la musicalité de la nature. Le silence entre les deux hommes s’intensifiait et…
Un craquement…
Le manipulateur d’expertise tourna sa tête vivement vers l’origine de ce bruit suspect. Mais rien. Excepté la campagne.
La sensation d’être épiés le poursuivait.

Tandis que le temps reprenait son cours, et que les enquêteurs s’approchait de leur destination, un nouveau bruit se démarqua. Soudainement, un kunaï se précipita à toute volée sur les deux cibles. Les réflexes amoindris d’Hisoka suffirent à lui sauver la mise en le décalant vers l'arrière Il était moins une. Il avait pu voir la lame tranchante passer à folle allure sous son nez. Un lancé d'une grande précision.
L’attaque venait de droite. Les buissons !

- On dirait que nous avons un invité surprise… ♥️

Prononça le jeune homme, excité par cet imprévu.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Lun 25 Déc - 17:46




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Haru tenta, malgré tout, de conserver un faciès des plus neutres, totalement imperméable aux paroles prononcées à l’instant par le bras droit. Ce dernier venait évidemment de commettre une grave et grossière erreur, d’une incontestable évidence, tout du moins d’après ce que croyait le Dessinateur. Pour lui, la conclusion ne pouvait être autre : en effet, le garde les ayant informés un peu plus tôt de la cause de la mort du défunt avait parfaitement stipulé les personnes connues disposant de cette donnée. Or, le soldat face au duo d’enquêteur n’en faisait pas partie… Il ne pouvait donc qu’être lié, de près ou de loin, à cet assassinat… D’ailleurs, le froid silence qui suivit cette déclaration était assez révélateur de ceci, et l’épéiste nota avec intérêt que son comparse semblait tout aussi pensif que lui, donc potentiellement sur la même piste de réflexion. Finalement, le nouveau suspect se retira, tandis que la paire masculine quittait les lieux.

Ils avaient pris soin de relever l’adresse du frère du commandant abattu, afin de lui rendre une visite de courtoisie, dans le but d’éclaircir certaines idées reçues à son sujet. Plusieurs individus non reliés les avaient déjà avertis du caractère particulier de cet homme, mais Haru préférait se fier à son propre avis sur la question, qu’il forgerait en rencontrant ce personnage. Fort heureusement, bien que ce dernier semble préférer la quiétude et la marginalité rurales à la clameur de la cité, l’itinéraire jusqu’à son domicile serait assez promptement effectué. Pensif, le garçon aux cheveux bleus ne disait pas un mot, plongé dans un raisonnement encore trop alambiqué pour être soumis à un quelconque juré, laissant l’autre guider la marche.

C’est alors qu’un sifflement, caractéristique à celui d’une lame projetée dans les airs, le tira hors de ses pensées. Aussitôt, les sens aux aguets, Haru aperçut une courte dague de lancer filer en direction de son partenaire, apparemment première cible d’un assaut surprise. Il n’eut pas besoin d’avertir son collègue que celui-ci s’était déjà décalé de façon à ne subir aucun dommage. Son geste, rapide et précis, ne passa pas inaperçu aux yeux du Marchombre, qui soupçonnait déjà le fait que l’homme qu’il ne pouvait nommer ne soit pas un simple natif désireux de rendre justice. Cependant, la situation semblait l’amuser plus qu’autre chose… Un invité surprise… L’orphelin dégaina son épée, fixant le fourré d’où avait semblé provenir l’attaque.

« Qui que vous soyez, sortez de là et montrez-vous ! »

Pour seule et unique réponse, un nouveau poignard lui fut adressé… Ce coup-ci, Haru n’eut pas besoin de chercher à anticiper, il para simplement le lancer, qu’il avait vu venir, d’un coup d’épée. Il y avait bel et bien quelqu’un de caché dans ces buissons. Un assassin envoyé par le bras droit désormais démaqué ? Peut-être… Le cerveau du bretteur tournait à plein régime, tentant de lui octroyer sa survie tout en recollant les pièces de ce vaste puzzle. Finalement, lassé d’attendre, le jeune homme ferma les yeux un court instant, plongeant dans l’Imagination, en soufflant ces quelques mots :

« Puisque vous vous refusez à agir autrement que comme un couard… »

Haru n’eut qu’à visualiser une simple étincelle dans son esprit et déjà un brasier s’emparait peu à peu de la végétation ciblée. Il ne fallut qu’une fraction de seconde pour que l’individu dissimulé s’en extirpe de toute urgence, bondissant face à eux. Il ressemblait fort aux ninjas de l’ancien temps, maqué et encagoulé, vêtu d’une tenue légère n’ôtant en rien à sa mobilité. Le tisseur de réalité laissa son incendie miniature se dissiper, avant de pointer sa lame vers cet assassin.

« Qui vous envoie ? »

Un silence. Haru comprit qu’il n’obtiendrait aucun renseignement de cette façon. Seul le langage des armes s’exprimerait. Aussitôt, il fit un pas vers l’assassin, avant de disparaître de sa vue, réapparaissant dans son dos, frappant avec succès l’autre. Ce dernier, surpris, se fit assez violemment touché, pivotant sur lui-même tout en s’avançant calmement vers celui qui l’avait blessé, prêt à le pourfendre par vengeance.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mar 26 Déc - 14:21





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Mh, avec l’activation de son nen, cette histoire serait déjà réglée depuis un bout de temps. Mais à cette heure, il ne l’utilisait qu’avec faiblesse et maladresse. En fait, il comptait seulement sur le peu de réflexe, de force et d’agilité qui lui restait pour vaincre l’ennemi. Son compagnon interpella le criminel, qui répondit par un lancé de poignards farouche en guise de réponse. Ah, vraisemblablement, l’individu n’était pas enclin à la discussion.

Hisoka se préparait déjà à aller chercher l’assassin dissimulé dans la flore, mais une sombre réplique du jeune élu le retint. Ses traits intéressés dévièrent vers le bel étalon. Ce dernier changea de regard. Un regard que le magicien n’avait jamais vu chez lui jusqu’ici, mais qui l’excitait rien qu’à l’idée de s’imaginer sa signification.
Il s’écarta légèrement, comprenant que cette fois-ci, il jouerait le rôle du spectateur. Un rôle qui dans les circonstances actuelles, ne lui déplaisait pas. Pouvoir contempler ce fruit juteux en action était un réel privilège que le clown savourait.

Ses présupposés ne le déçurent point. Un seul regard suffit pour embraser la zone contaminée par l’aura de l'assassin tapi dans l'ombre. Ces flammes poursuivaient le camouflé, ne lui laissant guère autre choix que de s’exposer à la lumière. Hisoka appréciait les techniques consistant à forcer l’adversaire à faire l’inverse de ce qu’il voulait. Ruiner les plans d’autrui, noyer ses illusions, et le pousser dans ses retranchements, voilà ce dont le psychopathe raffolait.
Un individu vêtit de noir, façon ninja, se présenta à eux malgré lui. Haru ne perdit pas de temps en question, mais n’obtint aucune réponse. Décidé à combattre, l’assassin ne s’avouait pas vaincu de si tôt, même à découvert.

L’appétissante viande démontra encore l’une de ses capacités, en se téléportant derrière sa cible : « Oh… ! Quelle vélocité... Je ne l'ai même pas vu». Il se doutait qu’il s’agissait d’un pas rapide imperceptible à l’œil nu, car assez répandu dans son monde,  mais l’effet était remarquablement réussi. Cet homme maîtrisait joliment son art, et faisait naître en Hisoka le désir intarissable d’en admirer davantage.
Après avoir frappé son opposant, Haru risquait des représailles. Témoin du spectacle, le clown rangea son sourire d’observateur afin d’entrer en scène à son tour. Alors que l’assassin se concentrait à tort sur sa cible aux cheveux bleus, il n’intercepta le danger latent que trop tard.
Trois cartes s’étaient déjà plantés dans sa chair. Une dans chacune de ses cuisses, une autre dans le cou. Merde, il avait raté la jugulaire…
Une quatrième lui écorcha l’épaule, découpant son tissu au passage, pour aller se planter dans un arbre plus loin. Mh… Il fallait lui retravailler son lancé car il n’était pas satisfait du résultat. Pourtant le ninja expérimenté, mais bien inférieur à ces deux élus réunis, ne semblait pas partager le même point de vue. Un gémissement naquit du mariage entre la souffrance et la surprise de cette attaque.
Haru l’avait déjà bien sonné, d’où le fait qu’il n’était pas parvenu à correctement échapper à cette attaque rapide de cartes.
Par réflexe, il voulut arracher les cartes de ses membres touchés mais :

- Je te le déconseille tant que tu n’es pas auprès d’un médecin… tu risques de te vider de ton sang… Que ce serait bête ♠️


Non non.. Loin de lui l’envie de lui sauver la vie. Il souhaitait simplement prolonger sa misérable existence par intérêt. Plus précisément : pour l’interroger, car questionner un mort n’apportait pas grand chose. Et ce type, non là par hasard, représentait un instant clé de l’enquête. Le duo s’en persuadait.
Ne se décourageant guère, le professionnel disparut du visuel, et se retrouva perché à la branche d’un arbre, comme pour se protéger. Il en profita pour relancer des poignards en direction des deux élus. Hisoka, qui ne possédait plus son nen exemplaire ne put le tracer et se fit piéger par ce déplacement furtif propre aux assassins perfides. Un kunaï se cala dans son bras méchamment.
Cette vive douleur le surprit, mais ne le dérangea guère, adepte du ressentiment physique. Il inspecta l’arme logée dans son bras, et un fin sourire se dessina à la vue du sang ruisselant hors de sa plaie.
Ce pseudo ninja se pensait hors d’atteinte sur son perchoir, il se faisait des idées. En fait, il se piégeait lui-même.
La tête à chevelure écarlate releva son regard afin de le complimenter sournoisement :

Tu es habile… Et rapide… Notamment pour escalader à ce que je vois… ♠️

Oui, car l’arbre en bord de route était plutôt impressionnant par sa hauteur, et ce gars là se l’était monté en un éclair alors qu’il n’y avait que peu de branches à disposition pour grimper.
Bien entendu, Hisoka fit allusion à cette façade de maison qui n’avait pu être escaladée qu’à l’aide d’une technique de ce type.

- C'est donc toi qu'il a engagé pour l'assassiner... ♦️

Le magicien n’était pas sûr de savoir de qui il parlait à travers son «qu'il a engagé ». Il demeurait volontairement vague afin d’inciter ce chat coincé dans son arbre à se trahir.

- Je n’ai rien à vous dire. Je ne fais qu’accomplir mon devoir ! Celui de vous tuer !

Une autre vague de poignards se déchaîna sur les deux êtres ici bas, mais il ne fut pas difficile de s’en échapper puisque le professionnel perdait en précision à cause de la pression, du coup vertigineux d'Haru qui le sonnait toujours, et des différentes cartes plantées dans son corps
Lorsque la pluie de poignards se stoppa, Hisoka devina que l’assaillant était à cours de projectiles. Ayant épuisé son dernier recours désespérément, il ne lui restait plus qu’à présent le corps-à-corps, ce qui ne semblait pas être son fort.

Il fallait le chopper, et pourquoi pas le torturer pour obtenir les réponses aux questions.


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Mer 27 Déc - 0:15




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Haru avait évidemment cherché à blesser sévèrement le meurtrier qui leur faisait face, tout en évitant de lui porter un coup fatal, de manière à pouvoir l’interroger par la suite et éventuellement s’en servir comme témoin pour disculper la jeune femme accusée à tort. C’est ainsi qu’il avait choisi de viser le dos, afin de meurtrir l’autre, de lui causer une douleur telle qu’il ne pourrait plus se battre après. Malheureusement, cet assassin était bel et bien un professionnel puisque, malgré la surprise créée lors du déplacement instantanément du Dessinateur, il avait été en mesure de pivoter légèrement pour atténuer l’impact de l’entaille. La souffrance se lisait à présent sur son visage, mais il pouvait se déplacer comme auparavant. Il avait d’ailleurs déjà dégainé quelques dagues, prêt à riposter pour se venger du Marchombre. Toutefois, l’assaillant avait oublié un léger détail : le bretteur n’était pas seul…

En effet, l’homme à la chevelure écarlate était également passé à l’action, jetant quelques projectiles que Haru identifia avec perplexité comme des cartes à jouer, sans aucun doute modifiées pour un usage offensif, puisqu’elles se plantèrent à plusieurs endroits du corps de leur opposant, interrompant ce dernier dans son élan. L’épéiste était réellement intrigué par ce style de combat auquel il n’était absolument pas accoutumé, bien malgré la quantité impressionnante de techniques qu’il avait pu observer depuis son arrivée en ce monde. Le blessé, bien en peine, se retira de quelques pas, tout en essayant vainement d’ôter ces projectiles de ses plaies. Néanmoins, l’habile lanceur le prévint qu’il risquait une hémorragie s’il allait au bout de son geste, ce qui provoquerait inévitablement son trépas. Malgré son Rêve, le garçon au foulard n’était pas certain d’être en mesure de sauver l’individu si les faits devaient se produire ainsi.

L’assassin préféra donc se replier sur un arbre, suite à une très adroite et étonnamment prompte escalade qui lui valut une réflexion intelligente de l’acolyte de Haru. Ce dernier n’avait pas forcément fait le rapprochement, mais les mots de son collègue lui éclaircir aussitôt les idées, alors qu’il comprenait où celui-ci avait voulu en venir. Toutefois, comme auparavant, leur adversaire, s’il prononça quelques insultes haineuses, se révéla totalement inutile oralement. Il faudrait lui délier la langue par la force. Il riposta une nouvelle fois, ce que le tisseur de réalité, toujours sur ses gardes, vit venir, parant sans difficulté. L’autre s’affaiblissait et manquait de poignards… Il regagna donc terre, tirant une lame légèrement plus longue que les précédentes, tâchée d’un sang récent ou preuve du manque de soin de l’homme.

Haru fit front, opposant sa propre épée, qu’il maniait avec brio depuis ses entraînements au camp réservé aux élus de sa nation, à celle, bien plus courte, du supposé meurtrier. Quelques échanges violents résonnèrent, les lames s’entrechoquant, mais l’élu prit finalement le dessus, grandement aidé par les différentes entailles déjà subies par l’autre. Il en profita pour désarmer ce dernier, avant de le jeter à terre d’un coup de pied dans les chevilles. L’orphelin fit ensuite usage du plat de son arme pour assommer le vaincu, avant de rengainer.

Se tournant vers son partenaire, Haru nota la blessure de ce dernier. Une vilaine balafre au bras. Sans hésiter, il posa sa main sur celui-ci, visualisant dans son esprit la guérison de ce membre. En une poignée de secondes, la plaie n’était devenue plus qu’un mauvais souvenir. Le soigneur ne perdit pas de temps, traînant l’homme à terre tout en requérant l’avis du tatoué facial :

« Comme vous le disiez, il s’agit probablement de l’assassin que nous recherchions. Je pense qu’il serait judicieux de l’amener au poste, pour lui faire subir un interrogatoire. Au besoin, nous pourrons compter sur le sous-chef pour compléter les informations manquantes. Qu’en dites-vous ? »

Capa contextuelle:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Sam 6 Jan - 14:15





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Et le grand haru entra en action pour le plus grand plaisir du magicien. Un duel d’épéiste éclata sous ses prunelles excitées. Les mouvements de l’assassin s’affaiblissaient, il peinait à encaisser les chocs contre sa lame. Face à un robuste élu en pleine forme, il était difficile de prendre le dessus. Les cartes plantées ici et là dans son corps ne l’encourageaient pas non plus.
Sans surprise, le bel étalon terrassa son adversaire. Délicieusement, il le désarma, et l’enchaîna avec noblesse jusqu’à la perte de conscience. L’ennemi s’écroula contre le sol, faisant voler un tapis de poussière sous son poids.

Comme si ce joli combat ne suffisait pas, l’élu à la chevelure bleutée entretint ce rapport d’extase qu’il suscitait en Hisoka par l’intermédiaire d’un soin bienvenu. En effet, il n’eut qu’à déposer sa main sur la plaie du clown pour la réduire à néant. Aucune cicatrice, ni quelconque trace laissait à supposer que ce bras était encore ouvert deux secondes auparavant.
« Remarquable don de guérison… ♥️ ».

- Tu es plein de ressources dis-moi... ♣️

Le psychopathe examina les résultats extraordinaires. En conséquence ? Un sourire intéressé, et un regard discret versé en direction de son acolyte qui s’empressa de traîner le corps inerte du meurtrier.
Attentif, il écouta sa proposition. Cet imprévu changeait brusquement le programme. Il était évident que l’on devait rebrousser chemin pour le moment et amener cette loque au poste. Probablement que traîner cet évanoui là-bas susciterait quelques réactions inattendues de la part de ces chers représentants de la loi.

- J’en dis que c’est une bonne idée…  Mais laisse-moi t’aider voyons… ♥️

Il ne faudrait pas que cette sublime proie se casse un bras ou épuise ses forces à cause d’un boulet pareil. A deux, ils le trimballèrent jusqu’à destination, où ils le déposèrent sur une chaise.
Rapidement, ils expliquèrent la situation, présentant cet assommé comme un tueur à gage puisqu'il avait parlé de "devoir". Et puis, son accoutrement et ses techniques ne laissait pas vraiment le bénéfice du doute aux soldats. Hisoka en profita pour inspecter simultanément les visages pendant que les explications s'écoulèrent.

Bien entendu, il repéra quelques traits faciaux suspects mais ce qui l’intrigua davantage fut cette goutte de sueur perlant sur le front du fameux bras droit, trahissant ainsi une certaine anxiété. Monsieur avait-il quelque chose à se reprocher ? Il ne faisait pourtant pas si chaud à cette période de l’année

- Est-ce que tout va bien ? Vous semblez être au bord du malaise. ♦️


Comprenant qu’Hisoka s’adressait à lui, le bras droit fit l’effort de se reprendre, et se nettoya le front à la va vite.

- Hein… !! Euh oui oui ! Ne vous inquiétez pas ... Continuez..

La célèbre esquisse du malice se manifesta une fois de plus, nourrie par la panique de ce « grand » homme.

- Bien bien… Je disais donc que nous avons des raisons de penser que cet assassin a été engagé pour nous éliminer, probablement que nous commençons à déranger… Et qu’il est également l’auteur du crime sur lequel nous enquêtons… Si tel est le cas, alors votre présumée coupable ne peut qu’être innocentée. En étant sous votre surveillance infaillible depuis le meurtre, elle ne peut avoir ordonné notre mise à mort à ce tueur à gage…

- J’entends vos arguments… Toutefois, avez-vous des preuves concrètes qu’il s’agit bel et bien du même homme engagé pour tuer le commandant ? Selon vos rapports, il est évident que cet assassinat est l’œuvre d’un expert, mais qu’est-ce qui vous certifie que le meurtrier est forcément passé par quelqu’un d’autre pour commettre ce crime ? Peut-être est-il lui-même un professionnel ?

« Il a utilisé une technique d’escalade aboutie, très efficace pour gravir des façades… Il a les armes nécessaires pour poignarder quelqu’un en toute discrétion dans son sommeil… Mais ça ne leur suffira pas, et « l’instinct » n’est pas une preuve valide en justice... Il faudrait le réveiller et le faire parler… Pourquoi pas sous la torture.. ♠️ »


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Sam 6 Jan - 19:03




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph La guérison se révéla fort bien acceptée par l’homme aux cheveux écarlate, qui gratifia Haru d’un bref compliment. Ce dernier reçut avec plaisir cette marque de respect bien qu’extérieurement, il n’affiche qu’un simple sourire. Ce n’était pas son genre que de vanter ses propres mérites, tout du moins en l’absence totale de jeunes femmes, et il n’était de toute manière guère le bon instant pour cela : une innocente demoiselle risquait actuellement sa vie pour un crime qu’elle n’avait pas commis… Ainsi, l’assassin pour l’heure inconscient, la proposition du garçon au foulard fit l’unanimité puisque son acolyte l’accepta à son tour : le retour au poste de milice s’effectuerait bien plus tôt que prévu… Le duo, portant le troisième individu, rebroussa donc chemin.

Dès leur arrivée, le potentiel meurtrier fut enfermé en salle d’interrogatoire, tandis qu’une petite assemblée se renseignait auprès des deux enquêteurs afin de connaître les détails de l’affaire. L’attaque fut brièvement expliquée, tandis que les premières conclusions étaient tirées. La culpabilité de la jeune étrangère était remise en cause pour chacun, bien qu’aucune preuve tangible n’ait été découverte. Malheureusement, le véritable criminel s’était excellemment débrouillé pour effacer les traces de son passage, tant et si bien qu’il serait pratiquement impossible d’en déceler sans disposer de véritable indice ou de matériel adapté. Or, la paire n’avait ni l’un ni l’autre… Seule la parole du ninja pouvait dénoncer l’identité du coupable…

Évidemment, malgré les hypothèses plus que plausibles formulées par l’écarlate, l’incapacité des deux à présenter des preuves jouait en leur défaveur. C’en était réellement frustrant, alors que le commanditaire de ces meurtres était juste en face d’eux, tout du moins selon leurs soupçons : le bras droit ne semblait pas à son aise depuis la capture du coupable. Il ne suffisait que d’un seul nom, prononcé par ce dernier, pour envoyer croupir derrière les barreaux cet homme. N’y tenant plus, le Dessinateur quitta le groupe de soldats incapables de les aider, pour rejoindre la pièce où était retenu le ninja. Son complice le rejoignit bien rapidement, suivit du chef, de son adjoint, le principal suspect, et de deux miliciens lambda. Peu délicat car pressé par le temps, Haru gifla plusieurs fois l’inconscient, jusqu’à ce que celui-ci émerge des limbes où le Marchombre l’avait lui-même plongé.

« Je vais être franc avec vous, afin que vous le soyez par la suite. Une jeune femme, innocente, sera pendue sous peu pour un meurtre dont vous êtes sans nul doute responsable. Inutile de nier quoi que ce soit, vous ne feriez que nous gâcher du temps. Répondez simplement à cette question : qui vous a envoyé ? Qui vous a ordonné d’assassiner Rinto ? Qui vous a ordonné de nous éliminer ? Donnez-moi un nom et votre peine en sera réduite. »

L’homme semblait légèrement effrayé par la présence d’une telle quantité de miliciens autour de lui. Il lançait fréquemment un regard anxieux dans le dos de Haru, potentiellement en direction du sous-chef, bien que rien ne puisse prouver cette pensée. Malgré la précédente réplique de l’orphelin, l’assassin conservait son mutisme et ses lèvres demeuraient figées. Comprenant qu’il n’obtiendrait rien avec ses fausses promesses, le bretteur décida de changer son approche. Il tourna la tête vers son partenaire temporaire.

« Auriez-vous l’obligeance de lui briser les bras, s’il-vous-plaît ? »


Les policiers s’offusquèrent, mais l’homme aux cheveux écarlate fut bien plus prompt, effectuant cette tâche de manière impeccable. La victime hurla de douleur, tandis que des larmes caduques glissaient peu à peu le long de son visage défait. Ses yeux incendiaient Haru, resté de marbre face à cette souffrance. Il détestait la violence gratuite, mais n’avait ici pas le choix. À son tour, il s’approcha de l’autre, serrant l’un des membres en miettes pour accroître la douleur, avant d’user de son Rêve pour le réparer. Il en fit de même avec le second. Un sourire carnassier s’afficha sur son visage, tandis qu’il reculait de quelques pas.

« Comme vous le voyez, tant que je suis encore en forme, nous pouvons vous briser indéfiniment les bras, et, si cela ne vous sied guère, nous opterons pour une autre partie du corps. Je répète ma question : qui vous a envoyé ? »


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Sam 6 Jan - 20:23





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Le petit introverti du duo se mit dés lors à révéler une facette ferme de sa personnalité. En effet, la même pensée lui traversa l’esprit, et il se dirigea vers la salle contenant l’assassin. Le grand homme écarlate le suivit, naturellement, et ne le regretta guère. C’était qu’il s’en passait des choses palpitantes à l’intérieur de cette cellule réservée aux interrogatoires. Le sage épéiste opta pour la torture afin de délier les langues, à l’ancienne. Cette bonne vieille méthode  avait déjà fait ses preuves mais le magicien ne pensait pas que cet élu l’utiliserait. Décidément, il ne cessait de le surprendre.
Une vraie perle à préserver.

Quant au meurtrier, il se murait dans un silence religieux, tressaillant sur sa chaise comme une puce défectueuse. Il se contentait de regarder son bourreau comme un chien enragé, prêt à lui déchirer la jugulaire dés qu’il parviendrait à se soustraire de ses liens coriaces. Cette réponse visuelle ne convenait pas à Haru, qui par conséquent, sortit le grand jeu.
Nous en arrivons à cette étonnante invitation consistant à déboîter, ou briser deux petits bras qui passaient par là. Une invitation aussi charmante ne se refusait guère.
L’Hisoka glissa son corps intimidant à l’arrière de la victime, et tordit méchamment ses bras jusqu’à ce craquement si… agréable à entendre. Un son plus fabuleux qu’une symphonie de Beethov’.

Les soldats ne semblaient pas adhérer 100% à ce procédé draconien mais conscients qu’une intervention serait malvenue, ils leur autorisèrent une limite à ne pas franchir. Jusque là, ils se turent.
Et la bonne fée Haru passa sur les membres cassés du futur taulard afin de les soigner.
«  Oh… Je vois… Intéressant .. ♥️ ». Il voyait parfaitement où son collègue voulait en venir en agissant de la sorte.
Il prévoyait de lui émietter le corps éternellement jusqu’aux aveux.
Hisoka détruisait, et Haru réparait.
Jolie collaboration. Encore une fois, l’élu du serpent confirmait l’existence d’un esprit brillant résidant sous son crâne bleuté.

Lorsque la question de l’élu retentit à nouveau en l’attente d’une réponse plus concluante, le meurtrier à la tête découverte se mordit les lèvres, comme hésitant à cracher le morceau. Mais résistant, il mit un peu trop de temps à la réflexion, selon Hisoka, qui perdit patience.
Allez hop, une épaule déboîtée. Plus le poignet.
Les cris de sa proie l’amusa, et tandis qu’il partait pour ratatiner l’autre bras, le muet retrouva enfin sa langue :

- NON ! ARRETE !
- ..Mh ?!

Arrêté dans son élan, Hisoka releva un visage interloqué vers son punching-ball. S’apprêtait-il déjà à tout révéler ? Mais on ne faisait que commencer…
Pénible.
On attendit une réponse suite à cette demande d’arrêt, mais rien ne sortit. L’assassin médita une fois de plus, tiraillé par un dilemme cornélien. Ou essayait-il seulement de gagner du temps ?

…..
Les secondes défilèrent.
Pas de doute, il se foutait de leur gueule.

- La prochaine fois, arrête-moi seulement si tu es décidé à parler de ce qui nous intéresse… ♦️
- Va te faire foutre sale clown dégénéré … ! Et toi aussi enfoiré de guérisseur sadique… ! Et vous autres aussi, tous autant que vous êtes, allez bien vous faire mettre !

Ah, l’assassin était colère. Gneu gneu gneu je me rebelle, je montre que j’ai des ballz…
Hisoka assimila l’insulte sereinement, content de pouvoir faire perdurer le plaisir un peu plus longtemps. Il passa alors au nez, qu’il disloqua comme une aiguille de pin. Au fur et à mesure, Haru réparait.. Mais arriva le moment où le magicien se lassa.
Il feinta alors le passage à l’étape supérieure.
Glissant sa main le long du torse de l’homme épuisé par ces douleurs naissantes et mourantes, il finit par atteindre ses parties qu’il prit en main subitement.
Petite frayeur.

- Euh ! Vous êtes certains que c’est nécessaire d’en venir à là ?

Riposta l’un des spectateurs avant de se prendre un regard noir de la part d’Hisoka en guise de réponse. Il murmura un timide « Ok » avant de déglutir. Tous les êtres possédant une paire de testicules présents dans cette pièce se sentaient mal pour le futur castré assis sur cette chaise.
La tension montait et la poigne du fou au-dessus de l’assassin se resserra.. Mais enfin…

- OK OK OK ! STOP ! C’est bon ! Arrêtez ça… IL est hors de question que je subisse cette douleur à l’infini, je vais tout vous expliquer ok… Mais ordonnez à ce taré de retirer sa main j’vous en supplie… !

Raidi comme une cierge, le garçon craquait littéralement. Il fondait telle une bougie sous un soleil caniculaire.
Le chef pria Hisoka de ne pas terminer sa cruelle manœuvre, et de se tenir à l’écart. Conscient de ce qui l’attendait en cas de ruse foireuse, l’assassin n’eut d’autre choix que de tout balancer. Mourir pour ce secret ne lui posait aucun problème… Mais se faire briser les coronès pour l'éternité, même le warrior le plus fort mentalement ne le supporterait guère. Et bizarrement, personne ne remettait en question le fait qu’Hisoka soit réellement capable de commettre une telle atrocité.

Bien sûr, le professionnel s'essaya à quelques bobards. Mais piètre menteur, dés qu’il tentait d’inventer une histoire, l’assassin se cramait. Il n’était pas dur pour un mytho professionnel comme Hiso de cerner les mensonges des amateurs. Le clown maléfique lui rappela par un regard vicieux ce qu’il risquait au prochain pipeau détecté.
Il finit alors par lâcher le fameux nom.
Tiens.. Un nom drôlement familier… Un nom que quelqu’un portait dans cette pièce.

Comme prévu, il s’agissait bel et bien de ce bras droit en carton. Paniqué, ce dernier accourut vers la porte, l’ouvrit et essaya de s’enfuir… Sous la passivité d'Hisoka qui ne daigna pas bouger d'un doigt pour le rattraper, on s'en chargerait bien à sa place.
Quelle scène pathétique... Il était préférable de ne pas y prendre part.
Au lieu de se justifier, il se tirait… Par cet acte, il se condamnait tout seul. Surtout que s’il utilisait un minimum sa matière grise, il aurait pu aisément rebondir sur les failles du discours que l’assassin énonçait, histoire d’au moins alléger sa peine…
Pauvre idiot.
On était pas tous des génies comme Hisoka.

Pour le coco :
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Dim 7 Jan - 9:46




feat. Clown pédophile

Let the truth triumph Il fallait bien admettre que l’homme aux cheveux écarlate jouait son rôle à la perfection, de telle sorte que l’on aurait pu penser qu’il prenait plaisir à torturer le prisonnier. Ce n’était en revanche pas le cas de Haru, qui avait dû se résigner à cette horrible méthode afin d’obtenir des aveux le plus rapidement possible et se doutant que l’assassin n’agiterait pas sa langue autrement. Il s’excuserait auprès des miliciens par la suite, ayant probablement choqué quelques âmes sensibles par sa précédente directive. Quoiqu’il en soit, la première démonstration de coopération des deux acolytes fit succès, tandis que la victime commençait tout juste à être maltraitée.

Haru réitéra son interrogation tandis que le tortionnaire se mettait en place pour récidiver son acte. Le ninja demeurait malheureusement encore beaucoup trop réticent à se livrer, tant et si bien que l’étrange individu tatoué lui brisa une seconde fois un bras. De nouveaux cris de douleur déchirèrent l’assemblée quelques secondes, mais le Dessinateur fixait avec fermeté l’homme enchaîné face à lui, déterminé à poursuivre ce questionnement tant qu’il le faudrait. Dès que la souffrance s’estompa des traits du visage du meurtrier, celui-ci interrompit l’examen, laissant entendre de manière implicite qu’il s’apprêtait à parler. Le duo marqua donc une pause, mais rien ne vint, et le plus âge en apparence des deux indiqua à voix haute ce qui était le constat général : le blessé s’était moqué d’eux. Le Marchombre le foudroya du regard, tandis que ce dernier les insultait violemment.

« Cessez de parler pour ne rien dire ! À ce petit jeu, vous allez perdre ! Combien de temps pensez-vous être en mesure de supporter cette douleur, avant de sombrer dans la folie ? »


Comme pour corroborer ces propos, l’autre homme se hâta de disloquer l’arrête nasale du suspect, provoquant des chutes de larmes abondantes. Toujours sans aucune émotion affichée, si ce n’était une pointe d’impatience, Haru poursuivit la manœuvre, guérissant à chaque fois, du mieux qu’il pouvait, les fractures infligées par son complice. C’était assez déplaisant, mais malheureusement une étape obligatoire pour obtenir les aveux dont ils avaient besoin. C’est alors que le bourreau, sans doute lui également pressé d’en finir avec cette histoire, plongea sa main directement dans les affaires vestimentaires les plus intimes de l’interrogé, au niveau d’une zone sans équivoque. Ce qui suivrait risquait réellement d’être violent… L’orphelin, souffrant par avance pour la victime, détourna le regard.

Ce fut à ce moment-là que le futur castré, comprenant qu’il ne pourrait pas échapper à ce cruel châtiment, sortit de son mutisme pour s’exprimer autrement que par maintes et maintes innommables vulgarités. Un nom, une unique identité, fut révélé : celle du bras droit, vers qui les regards s’orientèrent aussitôt. Guère peu convaincu par ses chances de prouver son innocence, celui-ci tourna les talons et quitta promptement la pièce, entama une fuite déjà anticipée par Haru. Ce dernier n’eut qu’à se téléporter à la sortie du poste pour cueillir le criminel et l’arrêter immédiatement d’un coup dans le plexus solaire. L’homme s’effondra, fut rejoint par ses anciens collègues, puis placé sous barreaux.

Son interrogatoire révélerait les détails encore inconnus de l’affaire, tels que le mobile, probablement une simple jalousie de position. En attendant, la précédente suspecte avait été relâchée, mais tout de même dépossédée des fortunes dérobées chez feu le commandant Rinto, tout en lui proposant quelques emplois faciles à la capitale. L’intendante de celui-ci fut avertie de la capture du coupable, avec qui elle voulut absolument s’entretenir, faveur qui lui fut accordée. Haru, ayant achevé sa tâche, préféra se retirer, n’acceptant aucune récompense, uniquement les remerciements de la femme qu’il avait sauvée. Il eut tout de même un dernier échange avec l’homme qui l’avait aidé au cours de cette enquête :

« Merci pour votre collaboration. J’ignore encore votre nom ou les raisons qui vous ont poussé à aider cette jeune femme, mais vous semblez être quelqu’un de bon. Portez-vous bien, peut-être aurons-nous un jour l’occasion de nous recroiser. »

Peu de temps après, Haru disparut du centre de garde, entamant avec un peu de retard la visite touristique qu’il souhaitait effectuer à Fuki.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Yens : 7
Date d'inscription : 21/11/2017

Progression
Niveau: 16
Nombre de topic terminé: 6
Exp:
1/6  (1/6)
avatar
Hisoka ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   Dim 7 Jan - 17:32





Let the truth triumph


feat.Haru ♥



Comme convenu, le magicien laissa son charmant collègue s'occuper de la repêche. Usant d'une technique de téléportation, il lui piégea la porte d'entrée en un claquement de doigt.
Hisoka fut appelé à se réunir auprès de toute la populace.

Le motif de cet assassinat : la jalousie. Un dérivé de l'envie, un des sept pêchés capitaux à ne pas négliger, telle en était la preuve. Possédé par sa soif de domination, l'homme commettait des actes insensés. Le pouvoir lui faisait côtoyer la déraison.
Le clown examina les traits perturbés de cet individu étonnant, cet homme censé représenté la justice qui avait totalement perdu les pédales. Comme quoi, même l'être le plus droit n'était jamais à l'abri de la tentation et de la corruption.

A côté, l'étrangère se vit libérer et profondément reconnaissante envers les deux élus indifférents. Quant à l'assassin, il avait épargné au duo un détour inutile chez le frère du défunt, et se coltinerait quelques années derrière les barreaux aux côtés de son employeur.
Désintéressé par l'oseille, Haru refusa la récompense, à contrario du magicien qui se trouvait sur la paille depuis son arrivée. La vie opulente d'hunter lui manquait, mais il parviendrait bien à retrouver un moyen de se refaire une situation économique aisée.

Et puis, au moment de se quitter, son appétissante proie du futur tint à lui adresser quelques mots. Apparemment, ce dernier avait apprécié la présence de l'homme aux cheveux écarlates. Pour une fois que son aura ne dérangeait guère, probablement parce qu'il n'était pas aussi puissant qu'autrefois...
"Quelqu'un de bon"...
Ses oreilles n'étaient pas préparés à entendre cette caractéristique. Jamais on ne lui avait attribué une telle qualité. Oui, ce jeune garçon était bel et bien unique.
En connaissant le bougre d'Hisoka, on serait tenté de blâmer Haru pour sa naïveté navrante, et pourtant le magicien ne le pensait pas le moindre du monde. Si d'un point de vue extérieur, on le qualifiait d'être malsain ou maléfique, lui ne s'était jamais situé dans le camp du bien ou du mal. Il ne se jugeait ni bon, ni mauvais. Seul autrui avait le pouvoir de le classer. Aujourd'hui, son camarade le calait du côté du bien. Très bien. Il n'avait ni raison, ni tort, tout comme ceux persuadés qu'il n'était rien d'autre qu'un monstre imbus de lui-même. Tout ce qu'on disait de lui était bon à prendre, ni faux, ni vrai. Il était juste une image variant d'une perception à une autre.

- Nous nous recroiserons très bientôt... j'en suis convaincu... En attendant, prends soin de toi jeune Haru  ♥️


Bien sûr qu'ils se reverraient. L'excentrique personnage provoquerait cette nouvelle rencontre au moment opportun. Jamais il ne laisserait glisser un fruit si juteux entre ses mains. Il attendait simplement le bon instant pour le dévorer.
Sur ce, ils se quittèrent...
Pour le moment.

Pour le coco :
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Let the truth triumph   

Revenir en haut Aller en bas
Let the truth triumph
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Triumph and Tragedy: Liberdad o Muerte
» Little Jimmy Says...Cherchons des informations avec R-Truth!
» Dolph Ziggler & Tyson Kidd vs R-Truth & Sheamus.
» 05. The naked truth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Village de Fuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.