Partagez | .
Mission impossible
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Mission impossible    Sam 16 Déc - 20:58






Prémices de séquelles


Rumaki est lvl 102

Après ma rencontre avec Tenma, je me sentais plutôt détendue. L'avenir ne s'annonçait pas facile, mais au moins, mon petit cœur était en vie, et Mei aussi. Deux bonnes nouvelles qui surpassaient pour l'instant tous les doutes auxquels j'étais confrontée. Désormais, je devais me concentrer sur ma part du marché avec Nagato, et revenir lui demander de me rendre mes deux meilleurs amis. C'était la condition. J'espérais juste qu'il ne faille pas en venir aux mains. J'avais beau être encouragée par Djadine à poursuivre ma démarche, et à enfin une fois imposer mes idées aux ninjas plutôt que de subir et tout accepter, je ne savais pas comment un combat contre lui pouvait tourner. Il était puissant et avait de l'influence dans l'ombre. En plus, c'était dans son repaire que j'allais, je n'étais pas en territoire avantageux.

Soupirant, je me dis que les efforts pour retrouver mon bébé allaient encore s'enchaîner. Discutant intérieurement de ce sujet avec mon double, je marchais dans les plaines verdoyantes, hésitant si je devais aller pêcher des informations à Seika dès maintenant ou plutôt aller en reconnaissance à l'endroit que m'avait indiqué Tenma. Savoir où se terrait Nagato pour pouvoir s'y rendre une fois que je serai prête pouvait être une bonne idée, mais il fallait encore ne pas se faire repérer, que ce soit par lui ou par mes deux anges. Mei devait avoir appris ma mort et je ne savais pas si elle connaissait le pouvoir de ressurection dont bénéficiait les élus. Si elle me voyait arriver alors qu'elle me pensait dans l'au-delà, ma couverture allait à coup sûr sauter. Quand à Haïko, à l'évidence, il n'allait pas penser l'espace d'une seconde à une infiltration, et me sauter dans les bras, avertissant sûrement les personnes alentour.

Djadine était pour repérer approximativement l'endroit sans trop s'approcher, et moi, j'étais pour d'abord aller à Seika et repérer la cachette de Nagato après coup. Dans le cas d'une couverture brisée, j'avais de quoi tenir tête au ninja. Un pas après l'autre dans le splendide paysage que nous offrait cette partie de Minshu, je réfléchissais avec ma double de ce qui était le mieux à faire. Mais bien sûr, comme ma vie amorçait une légère pente ascendante, ce monde jugea bon de la faire changer de sens. Ainsi, en pleine nature, je commençai à avoir mal au crâne. Dans les premiers instants, je n'y fit pas vraiment attention, mettant ça sur le compte de la fatigue, ou de la réflexion trop intense.

Mais ce maux s'intensifia au fur et à mesure de la marche. À tel point qu'il devint insupportable et rendit ma marche un peu bancale. N'arrivant plus à me concentrer sur cette dernière, je pris la décision de faire une pause. Peut-être avais-je faim, il fallait dire que je n'avais que très peu manger depuis ma résurrection. Le corps avait sûrement besoin d'énergie pour reprendre le rythme de ma vie intérieur. Je m'assis alors dos à un arbre, et sortit un bout de pain que j'avais acheté chez un marchant après la rencontre avec Tenma. J'en mangeai quelques morceaux, profitant comme je le pouvais de la magnifique vue.

Mais rien n'y fit, le mal de tête se fit plus fort. Je tentai alors de poser ma main sur le front pour le soigner, toujours en vain. Il devint vraiment insupportable, au point que je me couchai. Je ne savais vraiment pas d'où il venait. Je n'avais jamais eu autant mal que ça auparavant. Mais ce que je ne savais, c'était que cette douleur était la moindre de ma journée.






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mer 3 Jan - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Sam 16 Déc - 21:52






Une troisième voix en moi





Je commençais à haleter de souffrance. Des gouttes de sueur perlaient sur mon front. Je me tenais le crâne dans des gémissements douloureux. Je ne savais plus quoi faire pour stopper le mal. Je n'avais pourtant pas de fièvre. Djadine elle-même ne savait pas quoi faire. Elle ne connaissait pas l'origine de cette souffrance soudaine et intense. Mon corps se tortilla de lui-même dans tous les sens. Impossible de me lever pour chercher de l'aide, mes petits son de voix se transformèrent en cris. Cela ne stoppa pas la montée de la douleur, mais je ne pouvais m'en empêcher.

Soudainement un flash me surprit. Il était court et brillant, mais je reconnus son contenu. Cela monta mon stress d'un cran. Pourquoi voyais-je la faucheuse maintenant ? Que me voulait-elle ? J'avais déjà prouvé que je pouvais ressusciter. Avais-je oublié quelque chose ? Toujours souffrant au sol, criant ma douleur au monde entier, j'eus un deuxième flash, qui me montra la faille entre le monde de Kosaten et celui des morts. J'avais déjà vu cette dernière lors de ma mission avec le guerrier ailé, celui qui manipulait la glace, et Dante. Je ne comprenais toujours pas ces visions, et je voulais que tout s'arrête. Impuissante face à ce qui m'arrivait, je ne pus que subir le troisième flash me montrant un homme aux longs cheveux blancs, possédants d'intenses yeux verts et une cicatrice sur la joue. Son expression relevait du malsain et sa tenue inspirait la crainte.

Image:
 

Je n'en pouvais plus, ma tête allait exploser. Tout mon corps était crispé et se tortillait, comme pour essayer d'agir face à ce qui m'arrivait, mais bien évidemment, il n'y eut aucun résultat. Après ces trois flash auxquels je ne comprenais rien, une voix retentie en moi, claire, forte, ferme, n'admettant aucun objection quelle qu'elle soit.

Rumaki. L'heure est venue !

Je n'eus pas la capacité physique d'être surprise. Ce fut Djadine qui réagit à ma place.

C'est la voix de la faucheuse !


Silence personnalité secondaire ! Ecoutez-moi, vous avez joui de ma clémence en ayant le privilège de quitter mon royaume là où beaucoup n'en sont pas ressortie. Mais tout à un prix, et vous allez le payer à présent.

Comment ça ? Rumaki a beaucoup souffert pendant le...

SILENCE !! tonna la faucheuse.

Plus rien ne se fit entendre, alors que le mal de tête s'atténuait pour que j'entende mieux ce qui se passe à l'intérieur. J'haletai encore les yeux fermés, couchée sur l'herbe, mais mon corps s'était un peu détendu. Je ne pouvais pas encore me lever, et une main était encore posé sur mon front, comme pour inutilement atténuer la douleur.

Si vous désirez rester en vie par ici, il vous faudra vous acquitter d'une mission profitable à mon royaume. En cas de réussite, votre liberté vous sera totalement redonnée. Dans le cas contraire, vous serez sous mon commandement, et enfermer dans mon royaume à jamais. Aucune deuxième chance n'est tolérée.






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mar 2 Jan - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 17 Déc - 13:58






Une annonce accablante




Djadine n'osa pas répliquer une nouvelle fois. Elle savait que cette faucheuse était tout à fait capable de nous renvoyer au royaume des morts, et ce n'était pas le moment d'y retourner. Nous avions un objectif dans le monde de Kosaten et de plus, nous savions très bien que ce nouvel allé allait être sans retour, donc sans plus jamais revoir ni Mei ni Haïko. Rumaki allait être dévasté par cette nouvelle épreuve, et même la deuxième personnalité en allait être affecté, car malgré son existence récente, elle avait appris à s'attacher à ces deux êtres, à travers les courts instants qu'elle a vécu auprès d'eux, mais aussi en ayant accès aux souvenirs de son hôte. Non le mieux à faire pour l'instant était de coopérer avec cette faucheuse. Elle arrivait déjà à faire souffrir le martyr à notre corps, qui sait ce qu'elle allait être capable si nous résistions.

Le mal de tête s'atténua encore un peu, et la faucheuse reprit la parole, ayant en face d'elle deux interlocutrices attentives, bien que l'une soit moins concentrée dû à sa tête qui continuait de la tirailler.

Cette mission ne sera énoncée qu'une seule fois, pas de répétitions possibles. La voici : les trois flash que je vous ai envoyé font partie de l'énoncé. Ils montrent à eux seuls la quasi totalité des informations qui vous seront utiles. Moi, la faucheuse, vous demande d'arrêter l'homme que vous avez vu en troisième, et qui projette de refermer la faille entre votre monde et le mien. Il est très puissant et pour l'intérêt de notre royaume, il est impératif qu'il n'atteigne pas son objectif.

Quelles sont ses capacités ?


Elles sont encore très flous, et même si je les savais, je ne vous le dirais pas. À vous de les découvrir.

Vous savez où il se cache ?

D'après mes derniers renseignements, il serait quelques part dans le bosquet sacré. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour l'empêcher d'agir et s'il résiste trop.... tuez-le

Cet ordre fit un électrochoc dans notre corps. Je sentis mon cœur encore accélérer.

Quoi ?? le tuer ??? mais... mais... je...

Pas de contestation Rumaki, si vous échouez, vous m'appartiendrez pour l'éternité

Je commençai à sanglotter. Ce qu'elle me demandait relevait de l'impossible pour moi. Jamais je n'avais volontairement pris la vie de quelqu'un. J'avais toujours la mort de mon frère sur la conscience, mais c'était parce-que j'étais arrivée trop tard pour le soigner. Jamais au grand jamais je n'avais désiré sa mort. Même celle de mon violeur n'a jamais été une volonté propre. J'ai été je l'avoue un peu soulagée en apprenant qu'il était décédé, mais... tuer pour moi était impossible. Blesser quelqu'un me serrait déjà le cœur, alors lui porter le coup de grâce, ça allait trop loin.

Je... je suis incapable de tuer.
osai-je la voix intérieure paniquée.

Je pensais bien, mais ce n'est pas mon problème. Vous avez profité de la résurrection, à vous d'en payer le prix. Vous avez trois jours à comptez d'aujourd'hui pour vous acquittez de votre mission. Si au bout de ce délai, cet homme à toujours la capacité de sévir, vous mourrez à jamais, sans l'espoir de retrouvez le fils de Rumaki.

Sa voix se faisait un peu moins forte. Elle était en train de s'en aller. Mais je commençai à paniquer. Elle ne pouvait pas me demander ça, j'en étais incapable. Je tentai de la rappeler.

Non, je vous en pris, ne partez pas, je ne peux pas prendre la vie, je vous en supplie ne me demandez pas ça !!

Assez parler, aucune contestation n'est possible, à dans trois jours.

Malgré mes appels angoissés pour qu'elle reste et retire sa mission, sa voix disparut, et aucune autre réponse ne me parvint. Je me retrouvai à nouveau seule avec Djadine, et à présent mon cruel dilem. Mon mal de tête avait totalement disparu en même temps que la faucheuse, mais cette fois-ci, c'était le cœur qui était meurtri. De ma gorge sortit plusieurs cri de panique et d'agonie, exprimant mon rejet de cette mission. Je ne sortais aucun mot, mais seulement des râles qui n'acceptaient pas cette mission. Des larmes accompagnèrent bientôt mes cris. Je contestai encore la fatalité, n'arrivant pas à réaliser ce qui m'arrivait.

Tuer ou être tuée, un choix qu'il était impossible de trancher pour moi.  




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 17 Déc - 14:35






Abattue et impuissante




Imaginez un endroit sombre où le brouillard monopolise le pouvoir et les éclaires apportent une lumière ténébreuse à l'ambiance. Tout n'est que désolation, tout inspire à s'enfuir mais aucun échappatoire n'est possible. Vous cherchez la lumière douce et rassurante, vous trouvez toujours l'obscurité et l'angoisse. La seule lueur que vous voyiez ne vous inspire aucune confiance. Elle composée de tâche rouge et d'un horrible cri d'agonie. Quoi que vous fassiez, les mains ténébreuses, tel un spectre, vous agrippent et sont bien décidées à ne pas vous lâcher, sauf si vous traversez cette fausse lumière salvatrice. Vous vous débattez, mais leurs doigts s'enfoncent dans votre chaire et la douleur n'est que plus grande. Vous appelez à l'aide, criant les noms de ceux que vous aimez, mais à peine prononcez-vous leur nom, qu'un flash vous montre leur mort par décapitation. Tout l'univers semble vouloir vous faire souffrir.

Tout ceci se passait en ce moment-même en moi. Criant toute gorge déployée, je voulais encore que tout ceci de soit qu'un rêve. Même se donner la mort ne pouvait m'extirper de cet enfer. J'étais pris au piège, et qu'importe la décision que je prenais, des vies allaient tombées.  Je sentit mon cœur se taper incessamment contre ma cage thoracique. Que faire ??

Rumaki...

Pourtant, je sais pertinemment que ce nouvel événement ne pourra pas disparaître. Il est imprimé à jamais dans le livre de notre vie, et rien ne peux l'ôter. Pourquoi j'étais ici, pourquoi ??

Rumaki !!

Je toussotai par épuisement, mais continuai de pleurer et de crier quand je le pouvais. J'étais totalement tétaniser, commençant de devenir folle face à ce choix cornélien qu'il m'était impossible de trancher. Je brassai l'air des mains, comme pour chercher une aide salvatrice qui ne vint pas. Djadine hurla alors, me faisant subitement revenir à la réalité.

RUMAKI BORDEL REPRENDS-TOI !

Les larmes coulant sur mes joues, j'arrêtai de crier, les yeux toujours fermés. J'étais essoufflée et totalement anéantie. Un silence s'installa pour me permettre de reprendre un tantinet mes esprits. Lentement je rouvris mes yeux sur le ciel bleu et apaisant qui contrastait avec l'énorme boule qui compressaient mon cou.

Je peux pas Djadine... je peux pas....

Je sais, je sais, mais calme-toi, c'est pas le moment de flancher.

Qu'Est-ce qu'on va faire... mais qu'Est-ce qu'on va faire...


Déjà on va se remettre de cette annonce. Rappelle-toi, on a trois jours pour agir. Laisse l'émotion redescendre, et on avisera après.


Mais tu te rends pas compte Djadine. On me demande de prendre une vie... je ne pourrai jamais allé jusque là... j'en serais meurtrie...


Djadine soupira mais ne répondit rien. Il n'était pas utile de lui dire qu'elle n'avait pas le choix, elle n'était pas en état. Pourtant, c'était bien la vérité. Si elle voulait retrouver son fils... elle allait devoir commettre son premier meurtre. Il s'installa un silence de quelques minutes, pesant pour toutes les deux. Cette mission les accablaient tous les deux. Si Djadine était plus pragmatique, elle ne pouvait qu'être dégoutée de ce qu'il leur arrivait. ôter la vie n'était pas fait pour son plus grand plaisir non plus...

Le silence fut rompue par un bruit de charrette sur le chemin puis par la voix de plusieurs personnes. Je soufflais toujours bruyamment et me sentais vraiment très faible. Bientôt, je vis arriver une personne au-dessus de moi, me demandant quelque chose que je distinguai pas. Même son physique me paraissait flou. Encore quelques secondes où je sentis une vive mais brève douleur à l'intérieur du coude, puis plus rien, le vide complet.  






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mar 2 Jan - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 17 Déc - 18:47






Invitation forcée





Quand mon corps décida de réveiller le système qui le composait, il permit à Djadine de le faire une demi-seconde avant moi, et elle pris de ce fait les commandes. Encore un peu vaseuse, elle ouvrit les yeux, pour en premier avoir un champs de vision flou. Elle cligna une fois pour redonner de la netteté et put apercevoir une veille dame près d'un feu. Sa tête ne lui faisait plus mal et de mon côté, je reprenais gentiment contact avec la réalité. Je ne contestai pas la prise de pouvoir par ma double. Dans les moments de grands doutes comme celui que je vivais présentement, il valait mieux que ça soit elle qui interagisse avec le monde. Après quelques secondes, Djadine se redressa, ce qui fit réagir notre hôte. Celle-ci quitta un instant son travail des yeux, à savoir remuer quelque chose dans une marmite suspendue au dessus des flammes.

Vous êtes enfin réveillée ? Désolée, vous sembliez tellement mal au point que je n'ai pu m'empêcher de vous endormir pour vous amenez ici tranquillement. Vous vous sentez comment ?

Djadine la regarda un instant, l'air un peu évasif avant de répondre.

ça va merci.  

Qu'Est-ce qu'il vous est arrivé ? C'est bien vous qui avez crié comme une dingue avant que je vous trouve avec mon fils. Vous avez été agressée ?

Lui parler de la faucheuse et de cette mission périlleuse n'était pas une bonne idée. Moins les informations se diffusaient, moins le gars que nous devions tuer n'allait s'attendre à notre venu. Voilà ce que pensait Djadine. Et puis de toute manière, elle n'avait pas envie de parler de cela. Elle fit des mouvements horizontaux avec la tête, tout en souriant légèrement.

Non non, ne vous inquiétez pas. Je suis juste sujette à des crises d'angoisses de temps en temps. trouva-t-elle comme excuse.

Des crise d'angoisse ? qu'Est-ce que c'est que ça ?

Eh bien... pour faire simple, certaines fois sans le vouloir, je repense à des choses que j'ai vécu et qui m'ont fait peur, et je n'arrive pas à contrôler le sentiment qui ressurgit à ces pensées. Du coup, je me crois encore  à l'époque de cet événements et je panique.

Ah bon ? ça devait être un sacré événements alors.


Djadine rit poliment

Oui cette fois, c'était intense. Mais ne vous inquiétez pas, une fois la crise passée, je peux revivre normalement.


Ah ben tant mieux ! éclata soudainement la vieille dame faisant sursauter ma double. Vous allez donc pouvoir rester manger ce soir avec nous !


Ce soir ?s'étonna Djadine en regardant par la fenêtre.

Ben ouais, t'as dormi toute l'après-midi, du coup ben maintenant c'est le soir.

Djadine s'assit au bord du lit, un sourire poli aux lèvres.

C'est gentil, mais je dois y aller.

La grand-mère leva un sourcil.

À cette heure ? Tu te moque de moi là.

Djadine se leva pour récupérer ses affaires.

Non non je suis sérieuse. Je vous remercie beaucoup de vos soins mais... aïe !

La vieille dame venait de taper nos mains avec le dos de sa louche.

Taratata, tu restes là ma grande. Ici, t'es chez les Daburo, et quand la cheffe de maison te propose un repas, tu t'assieds et tu manges, c'est comme ça que ça marche. déclara-t-elle les mains sur les hanches et un sourire satisfait sur les lèvres.

En se frottant les mains, Djadine regarda son hôte d'un air incrédule, puis finit par sourire.

Très bien, si je peux éviter de perdre une main dans la bataille, alors je vais accepter le repas. Merci madame.

Voilà ce que je voulais entendre ! Et appelle-moi Yumi !




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 17 Déc - 22:31






Invitation forcée





Djadine aida donc la dénommée Yumi à préparer le repas et dresser la table. Discutant gentiment avec elle pendant ce temps, elle put comprendre que cette vieille dame vivait ici avec ses deux filles et son fils depuis  que son mari était décédé lors de l'attaque d'Handa. Sa progéniture l'avait ramenée chez eux pour veiller sur elle, bien que la vieille dame n'en éprouve pas le besoin dans les premiers temps, préférant rester seule pour faire son deuil. Mais devant l'insistance de ses enfants, elle avait fini par céder et ne regrettait pas son choix. Elle trouvait en eux le réconfort dont elle avait besoin au quotidien. Il fallait dire que la perte de son bien-aimé laissait un grande vide pour son âge. Elle qualifia l'auteur de ce massacre de diable d'élus, et son envie de le voir périr.

Djadine et moi connaissions très bien le responsable, et mon double eut bien du mal à réfréner une expression de surprise. Elle lutta contre elle-même pour ne rien laisser paraître de notre lien avec le Fuyujin. Elle-même n'aimait pas beaucoup le ninja et la seule raison pour laquelle elle ne l'avait pas dit ouvertement était que son hôte n'avait pas encore fait son choix, et finalement, elle n'était que pour aider cette dernière, pas pour lui imposer sa vision, à part quand elle le jugeait nécessaire.

Je vous comprends. C'est toujours de perdre des proches ainsi...

Vous avez déjà perdu quelqu'un vous ?

Djadine prit le temps de répondre. Elle n'avait perdu personne, mais en fouillant dans les souvenirs de Rumaki, elle tomba sur la mort de Kyo, le frère de la religieuse. Même si les circonstances n'étaient pas les mêmes, elle décida de l'utiliser.

Oui, j'ai déjà perdu mon frère, mais lui c'était à la suite d'un accident. Il est tombé d'une falaise.

Un beau mensonge qui émut un instant Yumi avant qu'elle n'exprime son soutien.

Je suis désolée.

Djadine sourit.

Pas de problème, c'était il y a longtemps. Bon, on continue dans ce sujet ou on passe à quelque chose de plus joyeux ?

Bonne question fillette !! Allé on a un repas à finir ! j'taime bien tu sais !

Mon double rigola doucement en la remerciant. Mais elle savait très bien que cette amitié naissante allait éclater en morceau quand elle allait découvrir son statut d'élue du dragon. Il ne fallait donc pas être trop en contact avec elle qui avait perdu son mari à cause d'un autre Fuyujin. Les deux femmes se turent jusqu'à l'arrivée de toute la famille. Chaque membres nous accueillit poliment chacun son tour, puis le repas put commencer. Yumi savait très bien cuisiner et nous purent vraiment nous régaler. Il fallait dire qu'après avoir passé quelques jours sans manger grand chose, il était bon de profiter d'un si bon festin. Pendant le repas, au fil de la discussion, Djadine osa demander.

En fait, on est où ici ? Parce-que je me souviens m'être endormie près des grands lacs, mais j'avoue qu'ici, j'arrive pas à me repérer.

On est au bosquet sacré, dans une ferme non-loin.  répondit le fils.

Voilà une bonne nouvelle. L'interaction continua, mais l'esprit de mon double réfléchissait. On était tout près et nous n'avions que trois jours, un peu moins désormais. Il fallait agir vite. Elle laissa le repas se terminer et passa une soirée bien agréable en compagnie de toute la famille. Yumi insista à coup de louche pour que nous passions la nuit ici, argumentant que vu ce qui rôdait dans la nature à cette heure-ci, il était bien imprudent pour une simple native de s'aventurer à l'extérieur. Nous aurions bien voulu lui répondre que nous n'avions pas grand chose à craindre vu les pouvoirs que nous avions, mais nous nous retînmes pour laisser l'idée à la famille que nous étions effectivement nées à Kosaten. Djadine passa donc la nuit dans la chaumière.  

Le lendemain fut le jour du départ. Djadine remercia chaleureusement la famille de l'accueil dont elle avait fait preuve et celle-ci affirma que nous pouvions revenir quand nous le voulions. ça faisait chaud au cœur de voir tant de générosité gratuite, et de la peine de voir que ces familles avec un tel cœur sur la main était aussi touchée par l'horreur de Kosaten. Quand nous prîmes congé nous eûmes un petit pincement au cœur, mais nous n'avions pas le choix.

Nous devions présentement trouver notre cible, et trouver le courage de lui ôter la vie. Car cet acte, je ne l'avais toujours pas accepté. Je ne le pourrai jamais. Je n'arrivais donc pas à me consoler. J'avais l'impression d'être dans un cul de sac sans retour possible. Prise au piège en quelque sorte...




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Lun 18 Déc - 17:05






Rechercher et découverte






Le voyage jusqu'à l'orée du bosquet ne fut vraiment pas long, une bonne demi-heure tout au plus. Par contre, ce laps de temps nous permit d'en savoir plus sur cette fameuse cape que nous avait offerte Sakura. Il fallut d'abord tester son utilisation une fois enfilée. Djadine l'endossa alors et coupa l'émanation du mana, suite de quoi elle déambula tranquillement pendant quelques minutes, sur les chemin fréquentés par les natifs. À notre grande satisfaction, personne ne nous remarqua. Du moins tant que nous pûmes slalomer entre les passants sans les toucher.

En effet, à un moment donné, Djadine ne put éviter de légèrement bousculé un enfant qui tenait la main de sa maman. Celui perdit un instant l'équilibre et fut rattrapé par sa génitrice. Il regarda un coup en arrière pendant que sa maman lui demanda sur quoi il s'était fait un croche-pied. Ses yeux parcourait la foule sans la voir, alors qu'elle était restée immobile à le regarder, juste devant lui, prête à s'excuser. Mais elle se ravisa quand il ne l'aperçut pas. Elle venait de comprendre que si cette cape nous faisait disparaître aux yeux du monde, elle n'enlevait pas le toucher. C'était bon à savoir.

Elle reprit son chemin quand la famille ne prêta plus attention à l'incident. La découverte de ce nouveau pouvoir se poursuivit par la révélation qu'au delà du toucher, l'ouïe n'était pas enlevée. Tous les bruits trop évidents qu'elle pouvait faire serait repérés. Il allait falloir être la plus discrète possible quand ses pas la mèneront à l'homme recherché par le royaume des morts. Et enfin, Djadin atteignit l'entrée du bosquet sacré. Le temps était venu de se confronter à sa mission. Mon double resta un instant immobile, toujours vêtue de sa cape d'invisibilité, munie d'un capuchon.

On y est. Tu es prête Rumaki ?

Tu veux vraiment une réponse ? fis-je d'un ton déprimé.

Elle prit une grande inspiration.

Tu sais, ça ne m'enchante pas non plus de le faire... mais t'avoueras qu'on a pas beaucoup de marge de manœuvre. La faucheuse nous surveille en permanence, c'est un fait certain. Elle ne va pas nous lâcher tant que cet homme ne sera pas dans son monde à elle.

Je sais...

Résignées à contre-coeur, nous fîmes nos premiers pas dans cet endroit encore inexploré pour nous. Gardant bien notre atoût d'invisibilité sur le dos, nous effectuâmes notre premier jour de recherche prenant pour base une vieille cabane abandonnée, mais en pas trop mauvaise état. Djadine marcha jusqu'à la tombée de la nuit, puis, bredouille, retourna dans la cabane, pour y passer la nuit. Elle fut heureuse de la passer dans un endroit au climat encore supportable, plutôt qu'en plein Fuyu ou à coup sûr, nous serions morte de froid.  






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Sam 6 Jan - 14:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Jeu 21 Déc - 20:53






Contact





Le lendemain matin, c'était à nouveau Djadine aux commandes. En fait, je m'étais réveillée en ayant le contrôle, mais cette mission me désolait tellement que je n'avais qu'une envie : me recoucher et attendre la sentence de la faucheuse. Mais Djadine ne l'entendit pas de cette oreille et ne me laissa pas le choix. Elle prit ma place et partit de la cabane pour reprendre les recherches non sans me gronder quant à ma passivité. Elle regrettait mon manque de courage, me rappelant la promesse que je lui avais faite. Elle avait le ton particulièrement dure ce matin, ça ne lui ressemblait pas vraiment. Mais j'étais fatiguée de ce choix, et je n'avais plus envie de lutter.

Je l'observais alors un peu passivement traquer la cible de la faucheuse. Puis après une petite heure de marche, je me décidai à aider ma double qui se démenait pour moi. Ainsi nous disposions d'une paire d'yeux en plus pour un seul corps. Mètre après mètre nous scrutions les environs dans les plus petits détails possibles. Vêtue de notre cape d'invisibilité, nous passâmes donc inaperçue aux yeux des gens. Du moins nous le pensions. Car après une bonne journée de recherche, Djadine arrive dans un coin plutôt reculé du bosquet, bien dense en végétaux. En s'y enfonçant de plus en plus, elle finit par atteindre une tout petite clairière où se dressait en son centre une maison en bois, un peu cachée dans les feuillages. Djadine s'en approcha discrètement et tenta un regard à travers une des ouvertures, rassurée par l'invisibilité de la cape.

Mais soudainement, elle sentit l'attache du vêtement situé en dessous de son cou céder, et l'habit s'envoler. Avant qu'elle est le temps de comprendre qu'un morceaux de liège avait par magie subtiliser son atoût, celui-ci était déjà à terre.

Qu'Est-ce que...

Elle se retourna et balaya le paysage alentour du regard. Cette plante n'avait pas bougé toute seule. Qui en était à l'origine ?

C'est pas grandement poli d'espionner la demeure d'un inconnu, tu ne trouves pas ma jolie ?

Elle leva les yeux en l'air, d'où provenait la voix, et découvrit un homme assis sur une branche d'arbre, appuyé contre le tronc et les jambes croisé. Il avait un livre en main et le fixait tout en mangeant une pomme. Il détourna son regard calme sur nous, mâchant tranquillement le morceau de fruit qu'il venait de croquer.

Allons donc, à qui ai-je à faire aujourd'hui ?


Les paupières de Djadine s'écarquillèrent alors qu'elle eut du mal à déglutir. De mon côté, c'était la terreur assurée. Des cheveux blancs, des yeux verts pétant, et surtout une cicatrice sur la joue... plus de doute, l'homme que nous devions tuer se trouvait présentement devant nous... l'affrontement n'allait plus tarder, et notre infiltration avait échoué....




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Jeu 21 Déc - 21:12






Début






Mon double ne répondit rien. Son expression était redevenue sérieuse, sourcils froncés, après une petite période de surprise. Elle ne s'attendait pas à le trouver si vite, ou plutôt à ce qu'il apparaisse aussi soudainement devant nous. L'homme nous regarda d'un air plutôt blasé, avant de disparaître d'un coup et de se retrouver derrière nous, une main tenant notre bras gauche, et l'autre glissant sur notre cou.

Ben alors jeune pucelle, on n'a perdu l'usage de la parole ?

Instinctivement, Djadine bougea rapidement et s'extirpa de l'emprise de son adversaire qui n'était pas très forte. Il voulait juste s'amuser avec sa nouvelle invité. Mon double se tourna face à lui et recula rapidement de quelques pas.

Bas les pattes !

Il prit un air faussement contrarié et répliqua.

Dommage, une si belle maîtresse ça me manquait.Il changea rapidement pour un regard sérieux Bon assez plaisanter, qu'Est-ce qui t'attire en mon domaine ?

Son aura n'était pas rassurante. Même si nous n'avions aucune capacités sensorielles, nous détections facilement une grande réserve de mana émanant de lui. Son air assuré et calme accentuait cette apparente supériorité qu'il semblait dégager. Inspirant un grand coup pour se calmer, Djadine finit par sortir un kunaï de la sacoche qu'elle portait, et le pointa vers l'homme.

Au nom de royaume des morts et de la faucheuse, je viens t'arrêter.

Elle aperçut un léger lever de cil, avant que le visage de l'ennemi revêtit petit à petit un sourire narquois, plutôt machiavélique à regarder.

Tient donc... et tu m'annonces ça comme ça...tu doutes de rien petite... t'en crois-tu seulement capable  ? Vu ta piètre entrée, j'ose me permettre de douter. nargue-t-il ma double, en poursuivant avec un ricanement prétentieux.

Djadine, autrement plus audacieuse que moi, répliqua spontanément.

Il n'y a qu'une seule manière de le savoir !

Cela valut un rire à gorge déployée de l'adversaire, qui tira un peu son chapeau sur l'avant, un sourire jubilatoire aux lèvres.

T'as raison gamine, allé, amène-toi !

À peine eut-il prononcé ses mots que plusieurs grosses racines craquelèrent le sol et foncèrent sur nous.


 






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mar 2 Jan - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Mer 27 Déc - 21:31






Acculée






Djadine prit immédiatement appui sur ses jambes et évita les premières racines d'un bond sur le côté. Puis elle effectua une roulade pour voir du coin de l'œil de nouveaux projectiles approcher, elle sauta en l'air et courut sur les racines pour s'approcher du manipulateur. Mais elle dût bien vite arrêter sa progression pour faire face à de nouvelles attaques. Cet homme ne lui laissait aucune ouverture, bien qu'elle aille le plus vite possible. De son kunaï, elle tranchait les racines qu'elle n'arrivait à éviter, et bougeait avec beaucoup d'agilité, mais rien n'y fit, elle ne put s'approcher plus. Comprenant que ce n'était pas comme ça qu'elle allait pouvoir le tuer, elle entoura ses bras de mana tranchant et fonça couper les racines en deux.

Cette double arme lui permit progressivement de gagner du terrain. L'homme avait toujours un sourire fier posé sur le visage, et ce dernier s'agrandit au vue du scapel de mana que Djadine utilisait.

Tient donc, en plus d'être courageuse, tu sembles disposer de pouvoirs spéciaux. Intéressant, ce sera d'autant plus un plaisir de t'ôter l'envie de me tuer.

Dès cet instant, les racines se firent moins nombreuse, ce qui nous étonna. Pourquoi réduisait-il l'intensité de ses attaques alors qu'il venait de déclarer vouloir encore plus se battre ? Nous eûmes bientôt notre réponse. Djadine eut de plus en plus de mal à respirer. Déjà qu'elle avait fait des efforts qui demandait de l'oxygène en nombre dans les muscles, voilà que l'air devenait difficile à inspirer. Plus cet effet se renforçait, plus les racines disparaissait. À tel point que bientôt, plus aucune d'entre elle ne l'agressait. Mais elle avait un souci tout autre que celui-ci. En effet, une boule d'air se forme autour d'elle, et celle-ci vidait progressivement l'air de ses poumons. L'homme s'approcha de nous, une expression presque diabolique à notre encontre.

Alors, ça fait quoi d'être ainsi impuissante ma jolie ?

La situation était si ardue, que la technique aux mains de Djadine se stoppa d'elle-même et le kunaï qu'elle tenait encore tomba au sol. Elle se sentait devenir faible au fur et à mesure que son air sortait des poumons sans jamais revenir. Si elle continuait ainsi, elle allait mourir sans avoir pu sauver Rumaki, son fils et Mei. Elle grimaça de douleur, sans même pouvoir crier. Tous ses muscles se tendirent. À travers sa douleur, son cerveau moulinait aussi vite qu'il pouvait. Une solution, il fallait absolument une solution pour se sortir de cette merde ! Allé, remue-toi trouve quelque chose !!
 






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mar 2 Jan - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Mer 27 Déc - 21:56






Œil pour œil





Le souffle commençait vraiment à manquer, malgré que ça ne faisait que 30 secondes qu'elle était sous l'emprise de l'homme, agenouillée sur le sol. L'air pour l'homme, c'est comme les milieux aquatiques pour les poissons. On en sort une petite minutes et s'en est fini de nous. Pourtant dans sa souffrance, Djadine n'avait pas dit son dernier mot. Elle rouvrit les yeux pour fixer l'homme, et ne le quitta plus du regard, c'était sa seule chance. Ses yeux devinrent rouges brillants, et bientôt, l'homme effaça quelques peu son sourire.

Mon double mit toute sa force dans son attaque qu'elle était la seule de nous deux à maîtriser : la strangulation par la pensée. Un véritable combat d'emprise se déroula alors, et déranger dans sa maîtrise de l'air, ce fut notre ennemi qui lâcha le premier. Djadine respira un grand coup, ce qui lui donna la sensation que ses poumons étaient en feu, mais elle fit un effort pour ne pas quitter son adversaire du regard. Malheureusement, après un petit râle de douleur, celui-ci effectua un geste bref, et Djadine fut percutée par une racine sur le côté et vola contre un arbre. Les deux camps avaient perdu.

Elle se mit alors à tousser et se tint la cage thoracique tant ses poumons asséchés lui faisaient mal. Affaiblie, elle regarda son ennemi qui prenait aussi un temps pour se remettre de son attaque. Il lui décocha un regard méprisant et colérique qui en disait long sur le fait qu'il ne s'attendait pas à une réplique de notre part.

Une élue... je me disais bien que tu te battais avec trop de précision pour être une civile normale.

Son effrayant sourire reprit sa place.

Je vais donc pouvoir me défouler

Il prit un visage extrêmement sérieux et tapa son poing gauche dans sa main droite, pendant que Djadine se relève péniblement. Une seconde sans qu'il ne se passe rien, puis le sol se mit à trembler. Prise au dépourvu, mon double fit apparaître ses ailes de mana et s'envola une fraction de secondes avant que d'énormes pic de terre ne sorte du sol. Elle fit aussi rapidement que possible pour prendre de la hauteur et éviter de trop se blesser. Bien sûr, entre les racines de tout à l'heure, l'attaque sur ses poumons et maintenant des pics énormes et rapides, quelques blessures étaient déjà apparente sur notre corps, mais pas assez profondes pour nous immobiliser. Avec acharnement, nous continuions à nous battre, pour nous, mon fils, et surtout pour rester en vie et atteindre l'objectif que je m'étais fixée.  


 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Sam 30 Déc - 23:47






Ingéniosité





Tel un ange ailé, Djadine contrôlait son pouvoir pour éviter toutes les menaces sous forme de pics que l'ennemi envoyait. Il devenait de plus en plus précis et il était de plus en plus difficile de passer au travers des gouttes. De plus, concentrée sur son esquive, mon double n'eut plus l'occasion de surveiller du coin de l'œil celui contre qui elle s'opposait. Il en profita donc pour faire pousser une racine sur laquelle il sauta pour nous rejoindre dans les airs dans la manipulant. Il fut très rapide, et le poing furtif et puissant qu'il nous administra ne put être empêché. Il entra en contact avec notre joue de manière très violente, déviant d'un coup notre course. Presque sonnée, Djadine tombait, ne pouvant plus contrôler ses ails. Il lui fallut quelques secondes pour arrêter de tournoyer tel l'oiseau en détresse et se reprendre. Ce laps de temps permit à l'adversaire de la rattraper et de tenter de l'attaquer à nouveau.

Mon double sortit alors un kunaï et se stabilisa pour parer un nouveau coup. Un très long échange d'attaque physique dans les airs se déroula, mesurant l'ampleur de la puissance de chacun. Très clairement, l'homme prenait l'avantage, de part sa puissance et son expérience de combat. Il était nettement supérieur à Djadine, et celle-ci se décorait de bleus et de blessures un peu plus graves partout sur le corps. La fatigue commençais à se faire sentir aussi, mais elle ne renonça pas. Quand elle s'était engagé dans ce combat en exposant derechef la raison, c'était bien pour en finir. Alors qu'avec peine, elle esquivait de justesse un nouvel assaut de l'homme, elle réunit une partie de ses forces pour voler le plus rapidement vers le haut, pour créer une distance avec l'opposant. Celui-ci un peu surpris d'une telle manœuvre se laissa semer quelques secondes, avant de reprendre sa poursuite.

Cela laissa le temps à Djadine de composer des signes avec les mains et de cracher presque simultanément huit bulles d'air en bas. L'homme en esquiva la plupart, mais finit par s'en prendre quelques unes, qui le fit chuter de sa racine. Il ratterrit au sol avec vraiment se blesser, mais Djadine avait déjà anticipé cette chute, et était rapidement redescendue à terre, composant de nouveaux mudras. À peine l'équilibre de l'homme retrouvé, elle ne lui laissa pas le temps de répliquer et lui plaqua une petite sphère d'air sur la poirtrine. Cela eut pour effet de créer une prison d'air autour de lui.

Qu'Est-ce que.... tu as fait ??!!?ragea-t-il, pris au piège.

Il esquissa un mouvement pour se défaire de la technique et Djadine savait très bien que celle-ci n'était pas des plus performantes. Il allait la briser très facilement. Elle fit alors réapparaître du mana tranchant dans sa main droite et alors que la prison se brisait, elle fonça contre lui pour lui toucher le cœur et ainsi lui ôter la vie. Il ne fallait plus hésiter. C'était une chance inouïe, car la rapidité de l'exécution ne laissait pas d'échappatoire à l'ennemi. Très concentrée, notre corps s'apprêtait à administrer le coup fatal.

 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 31 Déc - 0:11






Contre-volonté  






Depuis le début de ce combat, je regardais les événements depuis l'intérieur. Je me sentais vraiment mal à l'aise. Deux êtres qui n'avaient rien à voir ensemble se battait pour leur survie. Je ne savais pas vraiment quels étaient les motivations de cet homme pour vouloir refermer la faille entre les deux mondes, mais il ne méritait pas la mort, j'en étais convaincue. Si j'avais été à la place de Djadine, j'aurais sûrement une énorme boule à la gorge et une hésitation envahissante. Nous serions morte sans le moindre doute à l'heure qu'il est. J'aurais essayé la négociation, de raisonner cet homme, et il aurait fait semblant de me croire pour me poignarder dans le dos, et la naïve que j'étais encore se serait fait avoir en bonnes et dues formes.

Plus le combat avançait, et plus le malaise en moi grandissait, si bien que quand je vis Djadine s'apprêter à donner le coup fatal, il se passa un événement qui nous surpris tous les trois. Je m'entendis crier par un total réflexe.

NAN !!

Et ma volonté sembla se transmettre à Djadine. Jusqu'à maintenant, même si je contestais certaines décisions, ma double avait toujours été libre de ses mouvements quand elle prenait le contrôle du corps. Mais là, mon caractère aux antipodes du meurtre sembla dominer, à tel point qu'il influait sur les mouvements de Djadine. Celle-ci fut contre son gré stopper dans son attaque, et afficha un très grand regard de surprise.

Qu'Est-ce que !

L'occasion venait d'éclater en milles morceaux. L'homme réalisa vite ce qui se passait, et il fit pousser un arbre qui nous emprisonna dans son tronc. Seule nos deux mains et notre tête en sortait. Ma double fut totalement impuissante, et ne put que se faire capturer, encore bloquée dans ses mouvements. J'avais envie de pleurer. À cause de mon cœur fragile et de la terreur d'avoir vu l'image d'un cœur transpercer de mes mains m'avait poussé à interrompre ce qui aurait pu nous sauver. Et maintenant nous étions à la merci de l'ennemi.

PUTAIN RUMAKI QU'EST-CE QUE TU AS FAIT !!


Totalement perdue et à bout, je lâchai d'une voix tremblante.

Je suis totalement désolée Djadine, ça a été plus fort que moi, pardon, pardon !!

À cause de tes conneries, on va se faire tuer, tu te rends compte ???

Elle se débattait de toutes ses forces sans grand succès. De mon côté, j'étais totalement honteuse, je m'en voulais énormément. J'enchaînais les excuses, au fond du gouffre. Pourquoi n'avais-je pas eu la force de la laisser faire ??? Pourquoi ?? J'étais incapable de tuer, c'était un fait, et cet événement soudain venait de le prouver encore plus...

 






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mar 2 Jan - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 31 Déc - 14:41






Epreuve  






Kyo ne meurt pas !! je t'en pris réponds-moi !! Kyoooo !!

Certains très de caractère avait la peau dure. il y a 6 ans en arrière, je vivais une paix inoubliable auprès de ma famille. Ma maman m'encourageait au quotidien en me prenant dans ses bras, ou alors en m'apprenant comment sauver des vies. J'avais aussi mon papa, qui derrière ses airs de fanfaron et de prétentieux bonne enfant, ce cachait un être avec le cœur sur la main. Il était devenu le chef de notre clan non pas pour le pouvoir et la prospérité de ce qu'il dirigeait, mais pour que la paix règne. Il s'était toujours battu pour que le clan ne soit jamais impliqué dans un conflit trop violent, causant des pertes dans les familles. Je l'admirais beaucoup, et voulait lui ressembler.

Seulement, son combat, il l'avait perdu, et son fils s'en était allé à cause de vieilles hostilité qui avait la peau dure. Je l'avais vu mourir, criant son nom en pleurant alors que j'appliquais des techniques de soin dans le vide. Cette image était restée gravée dans mon esprit et me hantait. La mort était quelque chose d'ignoble, qui me terrorisait, même si ce n'était pas moi qui l'a subissait. Je me demandais encore comment j'avais pu être si confiante face à Rinkyu. Peut-être que je me savais condamnée, et que finalement, ce n'était pas moi qui donnait la mort, mais lui. Alors dans ce sens, mon esprit l'acceptait mieux. Oui, recevoir la mort était pour moi moins violent que de la donner. Un beau paradoxe qui m'avait valu aujourd'hui de ne pas avoir pu résister à la vision de la mort donné par mon propre corps. Je n'étais pas aux commandes, mais j'étais parvenue malgré à éviter que je ne tue.

Est-ce que la mort allait se retourner contre nous ? cela semblait bien probable. Nous allions définitivement rester auprès de la faucheuse, sans revoir nos deux anges. Je m'en voulais comme jamais je m'en étais voulu. L'homme depuis le pied de l'arbre nous fixait d'un air on ne peut plus satisfait. Djadine avait fini de se débattre, ne sachant plus quoi faire. Ses bleus et autres blessures la faisait souffrir tout comme ses poumons qui avait bien ramassé tout à l'heure.

Voilà ce qu'il en coûte de fourrer son nez dans les affaires des autres. Quelle immense faiblesse t'as arrêté dans tes mouvements hein ? L'amour du prochain ? hahaha c'est pathétique.  

Ta gueule... lâcha Djadine, frustrée de perdre ainsi.

C'est ça aboie toujours, ça ne te sauvera pas. La faille se refermera de toute façon, et ainsi, on sera débarrassé de ces élus qui servent à rien à part tout détruire.

Il s'approche de nous en manipulant la terre pour se hisser à notre hauteur.

Quant à toi tu vas voir tout le temps de regretter ton geste et de subir la punition de la faucheuse. Tu vas t'assécher et ressentir la mort que tu n'as pas voulu donner. J'ai hâte de voir ça.

Il forma un petit pic de terre avec lequel il fit une coupure sur notre joue. Djadine ne put s'empêcher de crier sa douleur, et ressentit une immense colère. Le sang coula lentement alors que l'homme s'éloignait et nous adressa un dernier adieu.

Allé, bonne mort ma jolie.

Puis sans demander son reste, il disparut de notre vue, en direction de faille la plus proche. Djadine le regarda silencieusement et faiblement s'en aller, avant de soupirer.

Je n'ai pas dit mon dernier mot... Rumaki, promets-moi de ne plus intervenir...

Je...je ne peux pas...

Je sens ta honte, je sais qu'au fond de toi, tu as conscience qu'on a pas le choix... rumaki... on doit le faire... puisse dans tes forces... et laisse-moi lui ôter la vie... fais ça pour moi... pour nous... et pour eux...


Je ne répondis rien. Je voulais l'aider, mais je ne savais pas si je pouvais surmonter ce blocage.

Rumaki promets-le...

Nouveau silence, puis je finis par lâcher.

Je... je vais essayer...

Très bien...

Djadine se mit alors à essayer d'étirer son bras au maximum. Il lui faisait mal du à la pression de la prison, mais aussi des blessures du combat, mais elle surpassa tant bien que mal la douleur pour enfin toucher des doigts les plus long une branche de l'arbre dans lequel elle était enfermée. D'une voix fatiguée mais déterminée, elle prononça.

Invocation.


 






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mer 3 Jan - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 31 Déc - 15:21






Mise au point 




Spoiler:
 


Un lynx d'environ deux mètres, apparut sur une branche qui évidemment cassa de suite et laissa la bête tomber au sol. Surprise les premières secondes, elle mit en avant ses capacités de félidés et se réceptionna sans peine et avec souplesse en bas. Puis, elle inspecta les alentours et tomba sur nous. Elle découvrit alors notre état physique, et surtout les liens qui nous retenait.

Rumaki, qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Pas le temps de t'expliquer Saïkosaï, enlève-moi de là et prends cette direction, je t'expliquerai en chemin. répondit Djadine en levant le bras dans la direction qu'avait pris l'ennemi.

L'invocation ne se fit pas prier et déploya sa force pour fracasser l'arbre sans nous blesser davantage. Il nous attrapa dans ses mains et nous déposa sur son épaule, puis il prit la direction montrée par ma double. Il courut aussi vite qu'il le put, et Djadine en profita pour lui expliquer premièrement la double personnalité qui résidait dans notre corps. L'invocation en fut grandement surpris.

Depuis quand tu as ça ?? ça ne date pas d'avant ce monde en tout cas...

Nan, ça date de quelques mois tout au plus, c'était face à Rinkyu, qu'on a combattu ensemble.

Content de voir que tu en sois ressorti vivante. Et... à qui je parle là ?

À Djadine, Rumaki n'est pas capable de mener à bien la mission qu'on nous a confié

Ah bon ? Et qu'Est-ce qui te fait dire ça ?

À cette question, Djadine répondit en expliquant succinctement la situation. Il comprit alors rapidement pourquoi nous étions dans un pitoyable état et pourquoi il était urgent de poursuivre l'homme que nous combattions. Djadine lui compta aussi les moments forts de l'affrontement, et forcément mon écart fatidique. Saïkosaï put aisément saisir pourquoi Rumaki était incapable d'aller jusqu'au bout.

Rumaki est ainsi. Déjà dans notre monde d'origine, elle avait peur de faire mal. Elle a déjà fait un grand effort ces six dernières années en se battant contre Rinyku.

Pourtant, il va falloir qu'elle évolue encore. On a très peu de temps.

Je sais... J'ai peut-être un plan... écoute bien...


 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 31 Déc - 19:24






Coordination 




Spoiler:
 


Nous fûmes très attentive aux explications de Saïkosaï. C'était impressionnant comme en si peu de temps, il avait pu et comprendre la situation, et trouver une solution pour la débloquer. Le plan n'était pas sans faille, mais il valait la peine d'être essayer. Moi il ne me plaisait pas du tout, mais en réalité, quoi qu'ils aient décidé, ça ne m'aurait pas convenu, car à la fin, l'homme ou moi allions mourir. Je restai donc silencieuse, uniquement concentrée sur mon objectif de ne pas intervenir dans leurs actions. Je pensais fortement à mon fils et à Mei pour m'encourager. Après que la contre-attaque fut conclu avec l'invocation et ma double, j'entendis encore.

Rumaki, si tu m'entends, courage, aie confiance, tient le coup et ne culpabilise pas. Ce n'est en tout cas pas de ta faute, c'est le destin qui nous pousse à agir ainsi. Penses-y

Si j'avais pu j'aurais souris.

Merci Saïkosaï...

Elle te remercie




Nous approchâmes de la cibles, toujours en mouvement, et ce fut le moment où nous cessâmes de parler. Saïkosaï s'arrêta un peu avant et nous fit descendre. Puis il se déplaça sans se soucier de la discrétion un peu sur le côté, de façon à éviter qu'une réplique ne touche Djadine. Celle-ci coupa automatiquement l'émanation de son aura. L'invocation fit un mouvement de bras sec et précis qui envoya de l'air très tranchant en direction de l'adversaire qui s'était retourné. Il se prit l'attaque et chuta à terre. Le lynx se présenta à lui alors qu'il se relevait, contrarié de s'être fait si facilement avoir.

T'es qui toi ?

Tu n'as pas à le savoir, contente-toi de te battre et de périr

Il rigola aux éclats.

Mourir, rien que ça. Sache mon cher ami que seuls les faibles meurent, comme celle qui t'as probablement invoqué et qui est probablement en train de se vider de son sang en s'asséchant comme une vulgaire feuille morte.

J'ai bien l'intention de ne pas la laisser s'en aller.

Alors il ne fallait pas venir ici. lâcha-t-il sur un ton moqueur avant d'engager les hostilité.

Il fit différents mouvements qui créèrent des attaques d'airs de puissances et amplitude différentes. Commença alors un ardu et violent échange entre Saïkosaï et son adversaire. De part sa grand carrure, l'invocation était plus facile à toucher et ses mouvements étaient bien moins rapides que l'autre, mais il compensait cela avec un grande précision dans ses attaques et une grande puissance. De mon côté, appliquant des techniques de médecins sur notre corps, celui-ci se régénérait petit à petit. Nous observions aussi l'affrontement pour éviter qu'il vienne jusqu'à nous pour nous blesser encore plus. Nous restâmes ainsi cachée tant que Saïkosaï résistait. Ce qui était étrange néanmoins, c'était que cette fois-ci, notre ennemi commun ne semblait pas nous avoir repéré. Certes, il était occupé à se battre, pas comme tout à l'heure, mais il aurait dû sentir quelque chose, qui lui aurait mis la puce à l'oreille. Pourquoi cette fois-ci il n'y voyait rien ? C'était étrange.

Mais pas le temps de disserter plus, car bientôt, le lynx perdit l'avantage. Des blessures étaient visibles des deux côtés, mais l'homme avait l'air de posséder une endurance à tout épreuve. Il réussissait à toucher Saïkosaï de plus en plus souvent, alors que dans l'autre sens, les attaques rencontraient les arbres alentour plutôt que la cible. Encore un peu et le lynx n'allait plus pouvoir se défendre. De notre côté, nous avions repris des forces. Il était temps de mettre en œuvre la 2e partie du plan.

Djadine se leva et composa des signes avec les doigts. Elle cracha trois boules de vent sur l'ennemi, puis changea rapidement de position et en cracha trois nouvelles, en étant syncro avec les attaque de son allié, pour réduire les chance d'esquive. Elle s'appliqua alors à réitérer cette technique en bougeant continuellement afin de brouiller les pistes. L'avantage qu'avait l'ennemi se réduisit, au point que les blessures s'accumulèrent sur lui. Il perdit le contrôle du combat et commença à s'énerver.

Elle est où cette garce ??? ragea-t-il en voyant des attaques à différents endroits que Djadine venait de quitter, sans jamais donc nous toucher.
 






Dernière édition par Rumaki Oshigato le Mer 3 Jan - 22:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 31 Déc - 19:45






Coordination 




Spoiler:
 


Notre manège dura encore quelques minutes, nous épuisant tous les trois. Néanmoins, le plus anéanti de tous restaient celui qui était seul contre tous. Il ne suivait plus nos attaques synchronisée et perdaient patience. Il n'avait même pas le temps de créer une bulle d'air pour étouffer comme lors de nos premiers échanges, car nous ne lui laissions quasiment pas de temps pour répliquer. Quand Djadine sentit que Saïkosaï  arrivait gentiment à ses limites, Djadine se stoppa après s'être une dernière fois déplacée. Toujours dissimulé, elle se concentra, puis énonça.

Rumaki, ferme les yeux s'il-te plaît. Ou du moins, arrange-toi pour cacher ta vue.

Pardon ?

C'est notre dernière chance, on est tous à bout, si on rate cette tentative, il n'y en aura pas de troisième. Tu comprends où je veux en venir ?

Oui...

Je ne devais plus l'empêcher d'agir, et le seul moyen était de ne pas m'exposer la scène. Je devais totalement lui faire confiance et ne rien observer.

Prête ?

Prête...

Je fermai symboliquement les yeux et attendit. Je savais très bien ce qui allait se passer, j'avais entendue le plan tout comme Djadine, mais je m'efforçai de ne plus laisser mes émotions prendre le dessus. Je pensai très fortement à ceux que j'aimais et aussi à l'immense honte qui m'habitait, en rapport à mon écart de toute à l'heure. De son côté Djadine avait de nouveau déployée sa propre technique d'étranglement. Cette fois-ci, elle était beaucoup plus intense que la première qu'elle a lancée sur Rinkyu. Elle y mit toutes ces forces et toute sa volonté. L'ennemi râla, chercha l'air désespérément et tentai d'à nouveau la frapper avec une racine, mais Saïkosaï l'en empêchait en stoppant son mouvement. Il prononça un dernier mot, après plus d'une minutes d'étouffement.

L...Lupi.... je... t'ordo...

Il ne put terminer sa phrase, et les yeux vitreux, il périt en s'effondrant au sol, étouffé. Djadine interrompit sa technique et s'écroula elle aussi, accablée par la fatigue. L'invocation prit encore le temps de s'assurer une sécurité en plantant un kunaï dans le cou du cadavre avant de revenir vers notre corps et de lâcher.

Tu t'es bien battu. Bravo à toi Rumaki... et bravo aussi Djadine, merci de la soutenir.

Djadine tourna la tête vers lui et lui accorda un sourire.

On te remercie aussi, sans toi, on ne serait pas arrivée au bout.
 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Mer 3 Jan - 23:17






Relâchement


(à laisser couler pour le prochain poste)

Petit à petit, alors que Djadine était allongée dans l'herbe, sa vue se flouta. Elle eut mal au crâne mais cette fois-ci, pas de faucheuse à l'horizon. Aucune crainte cependant, elle sut parfaitement d'où le mal venait. Il fallait dire que ce n'était pas elle l'hôte principale, de ce fait, prendre le contrôle d'un corps qui nous appartient fatiguait grandement, surtout qu'en avec, elle s'était battu de toutes ses forces, que ce soit contre l'ennemi ou contre Rumaki. Elle soupira.

Rumaki, j'atteins mes limites, il est temps pour toi de reprendre les rennes.

Djadine, tu te rends compte, on a tué quelqu'un... je m'en remettrai jamais...

Un silence s'installa, méancolique, sans que mon double ne réponde. Que pouvait-elle répliquer ? Elles n'avaient pas eu le choix... Le relai de contrôle fut remis, et une fois au commande, mes yeux se posèrent sur l'invocation, mon ami de toujours.

Saïksaï, c'est Rumaki. Je... je voulais te dire merci... tu as aidé Djadine là où j'étais impuissante.

Il me sourit

De rien... je suis là pour ça, preuve en est le parchemin qui est scellé dans ton dos

Une même expression apparut sur mon visage. Pour moi, cet animal était plus qu'un allié de combat, c'était un véritable ami. J'aimais beaucoup le lien qu'il y avait entre nous. J'espérais pouvoir le réinvoquer dans des circonstances moins dramatique. Je voulus lui parler de mon ressenti sur l'acte irréversible qu'avait exécuté Djadine, pour me libérer, mais un bruit dans un buisson nous alerta. Je me redressai en position assise, alors que Saïkosaï se mit debout. Nous découvrîmes tous deux un petit animal ressemblant à un renard, de couleur blanche, nous fixer d'un air plutôt peureux.

Image:
 

Il... il est mort ?  fûmes-nous surpris d'entendre.

Après un silence, l'invocation répondit doucement.

Oui... es-tu... Lupi ? 

O... Oui monsieur... c'est...c'est moi qui vous ai repéré la première fois madame...
avoua-t-il, une pointe de honte dans la voix.

Sur cette révélation, Saïkosaï devint suspicieux

Tu es un complice ?? lâcha-t-il, se mettant sur ses gardes, ce qui effraya quelques peu la petite bête.

Non... enfin.. je...

Attends Saïkösaï...

Je me relevai et passai à côté de Saïkosaï pour avancer péniblement jusqu'au renard. Une fois vers lui, je m'agenouillai et lui souris.

Dis-moi mon petit, qu'étais-tu pour cet homme ?



 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Jeu 4 Jan - 13:14






Contact


Il me regardait avec une expression innocente, mais une petit flamme d'espoir brillait dans ses yeux. Je l'observais avec intérêt et bienveillance. Je ne pouvais pas croire qu'il était de mèche volontairement avec l'homme que nous avions combattu. Il sembla hésiter, puis avalant difficilement, il prit la parole.

S..son espion madame...

J'eus une petite mimique de surprise, bien vite réprimée. En fait, je m'en doutais un peu. Le fait qu'il ait avouer m'avoir démasquée tout à l'heure m'avait mis sur la voie.

Je... je devais toujours rester près de lui et l'avertir de toute intrusion d... dans son d... domaine...

Mais comment as-tu fait pour me voir ? Je portais un vêtement qui me rendait invisible pourtant.

J..J'ai un odorat très développée. Je ne vous ai pas vu j...je vous ai s..senti. Je...je vous ai pisté et par t...télépathie, j...j'en ai informé m...mon maître...

D'où le fait qu'il m'ait débusquée aussi facilement. Tout s'expliquait désormais. Cela expliquait aussi pourquoi lors de notre combat avec saïkosai, il n'avait pas pu nous voir. Il n'avait pas Lupi à ses côtés pour surveiller ses arrières. Par contre, il restait un élément que je n'arrivais pas à expliquer.

Mais dis-moi Lupi, pourquoi tu ne l'as pas informé que j'étais cachée en train de me soigner tout à l'heure ? Tu m'as probablement sentie non ?

O...Oui mais... vous...enfin...

Il semblait très gêné. S'il avait été humain, j'aurais probablement vu ses joues rougir. Il se contenta pourtant de baisser la tête et fuir mon regard.

Je ne l'aimais pas...il...il me f..faisait peur... et...quand j'ai vu q... que vous étiez presque p...parvenu à le t... à le battre, et ben.... j'ai pensé que c'était m...ma chance.

Ta chance ?

De me l... libérer... il m'a forcé à le... le servir alors que j'étais d...dans ma famille...

J'eus un peu pitié de lui. Je tendis la main pour la poser délicatement sur sa tête. Il eut un petit mouvement de recul, se crispant légèrement, mais il se détendit peu après. Au moment du contact, des flash me vinrent. Ils montrèrent ce petit animal sautant joyeusement dans la forêt, et s'amusant avec une personne un peu cachée. Sur l'un d'eux, cette personne était plus distinguable et je reconnus un des enfants de Yumi, qui m'avait recueilli chez elle. J'eus un petit moment de surprise, puis je replaçai mes yeux sur Lupi.

Lupi tu... tu connais Yumi, une personne âgée vivant ici avec ses enfants ?

Ce fut à lui d'être étonné. Il leva des yeux interrogateurs sur moi.

Vous... vous connaissez Yumi sama ??

Oui, elle m'a recueillie il y a deux jours alors que j'étais malade.

C'est... c'est elle ma fa...famillle... mais... comment... comment avez-vous su ?

Je lui ébouriffai la tête en souriant.

Disons que j'ai aussi des capacités de détection, comme toi.  

Contextuelle utilisée:
 

 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Sam 6 Jan - 14:48






Intimité


Toute cette histoire prenait fin. Après avoir chaleureusement remercié Saïkosaï, celui-ci retourna dans son monde pour panser ses plaies. Je m'excusai bien des fois pour mon manque de courage, mais il ne m'en voulut pas. Il savait depuis qu'on se connaissait que j'étais ainsi, et que d'après lui, j'avais beaucoup évolué en 6 ans. Ses mots étaient réconfortants sur le moment, mais je savais très bien qu'une fois seule, ce meurtre allait me hanter encore longtemps.

Je proposai à Lupi de le raccompagner chez lui, ce qu'il accepta. Je pris juste le temps de me reposer, car mon corps souffrait le martyr et était pratiquement vidé de ses forces. Nous rejoignîmes alors la petite cabane abandonnée qui avait servie de base à Djadine la nuit précédente. Nous nous y installâmes et continuâmes à parler ensemble. Je lui demandai un peu des détails sur sa vie, auxquels il répondit bien sagement. Je pus alors découvrir que ce petit animal s'était sacrifié pour que sa famille en sorte indem. Il s'était fait repéré par l'homme à présent défunt un jour qu'il jouait avec les enfants de Yumi près de la maison. L'homme avait alors laissé le choix, non sans avoir montré sa puissance et qu'il ne rigolait pas. C'était soit Lupi l'accompagnait, soit la famille mourrait.

Pour asseoir son autorité, il avait menacé plusieurs membres avec des racines, blessant légèrement certain d'entre eux. Le petit animal avait alors fini par céder et avait passé 2 ans à servie le malfrat. Il se faisait torturé quand il ne faisait pas bien son travail et n'avait jamais quitté son maître, tel était ses ordres. Il dût à contre-coeur avertir le tortionnaire de nombreuses venues de téméraire qui pensaient pouvoir en finir avec lui et ses méfaits qui ne se limitaient pas à son projet de refermer la faille du royaume des morts. Et jusqu'à présent, tous avaient périt, sous les yeux horrifiés de Lupi. Alors quand je suis apparue et que le combat s'est plusieurs fois tourné à mon avantage, le petit y avait vu une occasion de se libérer. Toujours en suivant son maître, Lupi avait pour la première fois laisser quelqu'un approcher sans le signaler.

J'en étais très émue, quelle pauvre vie il avait dû supporter... finalement, ce meurtre, aussi tétanisant qu'il soit, avait pu au moins le sauver lui. Une flamme dans l'immensité de la nuit. Il me demanda lui-même un peu mon histoire, et surtout, si j'étais vraiment une élue, comme l'homme avait affirmer. Je décidai d'être honnête.

Oui Lupi. Si je suis ici, c'est que Long m'a appelée... je suis désolée...

Il arbora un regard on ne peut plus surpris, presque apeuré.

T...Tu... tu vas me tuer ?

Hein ?? Non pas du tout, pourquoi je ferais ça ?

Ben... c'est que font ceux de Fuyu n...non ? Comme avec le copain de Yumi... et p...puis... tu as bien tué m...mon maître...

Je soupirai la mine attristée. Je baissai le regard sur le feu qui nous séparait.

Lui je... n'avais pas le choix.

P...pourquoi ?


Un silence remplaça la réponse. Mon cœur se serra et des larmes étaient prête à tomber. Je finis par esquiver le problème.

Je... préfère ne pas en parler... excuse-moi...

Je me levai et éteint le feu avec de l'eau.

Il... il est temps que je dorme... bonne nuit Lupi...
 




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1971
Yens : 265
Date d'inscription : 29/12/2014

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 47
Exp:
4/12  (4/12)
avatar
Rumaki Oshigato マ Maman de Fuyu マ

- En ligne



MessageSujet: Re: Mission impossible    Dim 7 Jan - 19:45






Rideau


Je ne pus pas dormir de toute la nuit. Chaque fois que je m'assoupissais, je revoyais ce cadavre et mon écart qui a failli nous coûter la vie, sans compter les blessures que j'avais encore, et que je n'avais pas pu soigner correctement privée de mes forces de soins. J'avais dû les bander avec le peu que j'avais dans mon sac, et le matériel manquait un peu. Il fallait dire que je n'avais pas pensé mener un si dure combat si vite. Après plusieurs tentatives à me tourner et me retourner, je finis par me lever et sortir de la cabane. Lupi dormait paisiblement, lové au coin du feu éteint.

Je m'assis contre la paroi de la bâtisse en ruine et contemplai la lune d'un air fatigué et déprimé. Tout était calme, et m'apaisais. Je laissai mon esprit vagabonder dans mes pensées, plus ou moins meurtries, ou dans mes souvenirs. L'air léger de la nuit me caressait la peau et mes yeux étaient absorbé par la beauté de l'astre nocturne, joliment mise en mouvement par les branches d'arbre qui le voilait et se mouvaient au gré du vent. Ce ne fut que trois bonnes heures plus tard qu'abattue par la fatigue, je pus trouver le sommeil, le cœur allégé.

Je fus réveillée deux heures plus tard par un nouveau cauchemar qui me fit crier et esquisser un geste brusque dans le vide. Lupi était déjà réveillé et le soleil commençait seulement de se lever. Il me regarda surpris.

ç...ça va rumaki ?

Je revins petit à petit à la réalité, et posai mon regard sur l'animal.

Euh... oui ça va...  

Je me relevai et exprimai une grimace quand mes blessures me rappelèrent leur présence. Je pris mes affaires et annonça à Lupi que j'allais le reconduire chez Yumi avant de partir. Il fut très heureux, et cela me fit sourire malgré ma douleur du moment. Le chemin ne fut pas très long et nous parvînmes assez rapidement à destination. Je frappai à la porte et ce fut la vieille dame qui nous ouvrit. Elle me reconnut mais fut surprise de me voir dans un tel état.

Ben... qu'Est-ce qu'y t'es arrivé ??

Ce fut alors Lupi qui réagit joyeusement en se précipitant vers son amie.

Yumi sama  !!

Celle-ci fut surprise, puis éclata de joie.

Lupi ?? Oh Lupi tu es vivant !!!   

Leur retrouvaille et leur sourire fit plaisir à voir. Je restai en retrait pour leur laisser profiter de ce moment d'intimité ensemble. Tout se passa bien jusqu'à ce que Lupi raconte comment il avait été libéré. Evidemment, il mentionna mon statut particulier, et je me souvins à ce moment-là de ce que la vieille dame avait raconté à Djadine : elle avait perdu son mari par la faut d'un fuyujin. Elle me lança un regard mi-désolé mi-inquiet.

Alors... vous êtes...

oui... je suis désolée...

et de Long ?

Je ne dis rien, mais mon silence était éloquent... Je me sentais gênée d'être de Fuyu alors que je n'en avais pas les moindres traits. Je ne fis que relever un peu l'habit que j'avais pour développer la marque bleue caractéristique. Je ne voulais pas lui mentir, même si je savais que j'allais probablement baissé dans son estime. Elle me fixa un instant hésitante. Lupi essaya d'argumenter comme quoi je tuais pas comme l'autre, mais les mots ne firent pas d'effet sur Yumi. Elle me devait quand même les retrouvailles avec son compagnon et pour cela, ses mots se voulurent nuancés.

Je... te remercie d'avoir sauvé Lupi mais... j'aurais préféré que tu ne sois pas... ces êtres... enfin...  

Je m'approchai d'elle et lui mit une main sur l'épaule, compréhensive.

Ne vous en faites pas, je vous comprends. J'aurais peut-être dû vous en parler avant, je suis désolée.

Puis je reculai, un sourire encourageant aux lèvres.

Je suis contente d'avoir pu vous réunir à nouveau. Je vous souhaite tout le bonheur qui est possible.    

Je fis un mouvement pour tourner les talons pour m'en aller.

Aurevoir.

Au... aurevoir... pardon...  

Je repris ainsi la route jusqu'à une auberge où je passai la nuit. Je pus y soigner mes blessures plus en détail.  Durant le séjour, la faucheuse  revint pour valider notre travail. Ce fut la dernière fois que je la vis. Néanmoins, je sus que cette histoire n'allait pas disparaître de sitôt de mes songes. Car de ce récit découla un élément qui allait bouleverser ma vie pour toujours:

J'avais commis mon tout premier meurtre volontaire...      



[/color]

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Mission impossible    

Revenir en haut Aller en bas
Mission impossible
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Personnalités utilisées
» CIBLE INACCESSIBLE ! MISSION IMPOSSIBLE ? [Yumi ESUKI, Kame no Kiri]
» Mission : Impossible... version Chapelier fou ! • Mad Swan
» Mission impossible ou pas [Kalyani]
» MISSION IMPOSSIBLE !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Bosquet sacré-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.