Partagez | .
Le Jugement Dernier
Messages : 1135
Yens : 380
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : De Tokonatsu à Chikaï

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 45
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Le Jugement Dernier   Lun 8 Jan - 18:13



Palmarès Criminel



Cela faisait quelques semaines maintenant que Bashô, un élu aux intentions des plus troubles, avait reçu la sommation d'expliquer ses actes perpétrés lors de la grande guerre opposant les trois grandes nations de Kosaten et ayant même vu l'émergence d'une quatrième. En effet, quelques mois avant le commencement de celle-ci, il s'était retourné contre sa nation mère, Seika. Ses pouvoirs étaient devenus bien trop puissants pour être contrecarrés par son sceau ce qui lui permit de s'allier avec l'ennemi juré de l’Empire, Fuyu. Au passage cette trahison avait permis aux Fuyujins de gagner une bataille dans la plus grande des facilités.

Lorsque la plus grande bataille rangée que cette guerre vu naître éclata enfin, il était donc aux côtés des élus de Long alors qu'il portait encore la marque indélébile du Phénix. Pourtant, en cours de combat, alors que le général fuyujin Zayro Le Messager de L'Enfer avait quitté sa tente de commandement pour prêter main forte aux combattants sous sa forme démoniaque, le maffieux eut une réaction que personne n'avait pu prévoir. Il fit courir partout dans les rangs du royaume de glace une rumeur comme quoi le général Zayro Jinn avait déserté parce qu'il avait prévu leur défaite et ne voulait pas en subir les conséquences. Dans les faits, aucun élément ne pouvait infirmer ces rumeurs à moins de connaître parfaitement bien l'homme qu'était Zayro où les avancées des troupes seikajines. Cela eut donc pour effet de faire fuir de nombreux soldats qui n'avaient que peu confiance en l'intérêt que portait leur tyrannique souverain Sul Heï pour leurs misérables vies. Malheureusement pour le hunter, le maître des atomes parvint tout de même a déjouer son coup grâce à la marque d'atomes corrompus qu'il avait apposée sur le traître.

Ce dernier eut quand même le cran de rejoindre les rangs de l'armée rouge dans lesquels l’enfoiré qu’il était fut étonnamment bien reçu. En effet l'Empire manquait d'élu puissant et tout renfort était bon à prendre, ils ne crachèrent donc pas sur un homme de sa trempe malgré les actes qu'il avait commis. A cette occasion l'Ayns servit les généraux de Chikaï sans trop prendre de risque mais fit tout de même une bavure. Surestimant l'incapacité des officiers seikajins à se rendre à l'évidence et arrêter de boire ses paroles comme du petit lait, il exécuta un aide de camp qui lui faisait obstacle. Malheureusement l'un des quatre grand généraux arriva juste à ce moment-là et lui demanda de se justifier. Le barbu accusa alors le mort qui ne pouvait désormais plus se défendre d'être un espion à la solde des ennemis ce qui lui permit d'obtenir un sursis. C’était une tentative d’autant plus osé qu’il était lui même toujours en contact avec l’un des Quatre Empereurs de Fuyu et la plus grande personnalité de l’Ombre de Kosaten. Heiwa Jigoku plaçait beaucoup d’espoirs en lui. Mais le général n'était pas bête et lui promit d'enquêter et de tirer cette affaire au clair, d'où la présence d'un tribunal en ce jour de justice.

De plus le dit général, nommé Ryuichi alias Le Dragon de Seika, entre le début des recherches et maintenant se mit à le mettre en relation avec une bonne dizaines d'évènements arrivés dans des villes par lesquelles le poète semblait être passé; notamment celle de l'attaque d'un camp militaire à la frontière minshujine. Ryuichi était convaincu que Bashô était coupable de ces crimes et avait raison pour la plupart, malheureusement il n’avait aucune preuve. De plus, le seul argument de défense que le traître avait émis jusqu'ici était une histoire tirée par les cheveux et digne des plus grands rêveurs, dans laquelle il était le disciple de Geleerde, une connaissance disparue du général. Utiliser sa disparition pour se justifier était une honte selon lui, mais ce jour mettrait un terme à son imposture, Bashô finirait sa vie à croupir derrière des barreaux pour avoir menti de la sorte. A moins que Geleerde elle-même confirme sa version des faits, il n'y croirait jamais. Pourtant c'est d'un pas confiant que Bashô entra dans Chikaï ce matin là.

-Il fait beau et chaud, c'est un bon jour pour déclarer au monde être un héros, tu ne penses pas Méphisto? demanda le Traître de Seika en pénétrant dans la capitale dont il ne connaissait pratiquement que les geôles et quelques bars.

-Ton insolence nous perdra tous... N'oublie pas que justice ou non, si le gars que nous allons voir décide de te tuer sur un coup de colère, personne ne pourra te tirer de ce mauvais pas, pas même moi, le rappela à l'ordre le parasite.

-Détend-toi, tout va très bien se passer...
le rassura Bashô avec l'air décontracté du père de famille en congés payés.

Derrière eux, une trentaine d'hommes entraient peu à peu dans la cité du soleil, contrôles après contrôles. Ils étaient tous des natifs tout ce qu'il y a de plus banals, ne transportant rien d'illégal, les gardes n'avaient donc aucune raison de les arrêter. Seulement ils étaient tous des hommes d'arme de nos deux comparses, ceux du gang des kidnappeurs, qui avaient acceptés de suivre leurs chefs jusqu'au bout de leur destiné, qu'elle les plonge dans la gloire ou en enfer... Tout ce beau monde en un même endroit, les prochains jours s'annonçaient festifs!

Vous comptiez faire chuter ce traître à Seika
Mais c’est sa grande ascension que vous amorcez
Traité en bon paria, bientôt en saint prélat
Sur votre épitaphe, ces mots seront gravés


NB:
 

©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1135
Yens : 380
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : De Tokonatsu à Chikaï

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 45
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Le Jugement Dernier   Mar 9 Jan - 22:51



Ryuichi



Le lendemain de son arrivée, Bashô se présenta comme convenu au lieu auquel il avait été convoqué pour répondre de ses actes. La séance se tiendrait dans une heure, mais en attendant des préparatifs s'imposaient. C'était l'une des affaires les plus délicates et plus importantes de l'histoire de Seika, à coup sûr la plus éminente de l'année. Des gens vinrent remplacer ses vêtements pour lui en donner de plus présentables. Une belle tenue traditionnelle seikajine vint donc remplacer son vieil accoutrement de voyageur. Elle lui donnait une certaine prestance et était assez confortable, bien que finalement assez peu adaptée au combat. Il n'était pas là pour ça de toute façon, s'il avait à se battre c'est qu'il avait lamentablement échoué. Un garde arriva finalement avec un autre accessoire à donner au poète qui recula à la vue de celui-ci.

-Qu'est-ce? L'aura que dégage ce bracelet ne m'inspire guère confiance, je m'en passerais merci, déclara le hunter au garde.

-Je suis navré mais le port de ce bijoux est obligatoire durant le procès, c'est un inhibiteur de magie, expliqua l'homme. Voyez-vous, si vous possédiez de quelconques pouvoirs de manipulation de l'esprit vous pourriez aisément influencer les jurés en votre faveur. Nous ne pouvons pas prendre ce risque.

-Je comprend tout à fait, et j'accepte volontiers de me soumettre à cette mesure s'il elle peut permettre à mon innocence de ne pas être remise en doute... joua le maffieux. Faites votre office.

-Que monsieur est bon prince! résonna une voix provenant du fond de la salle dans laquelle s'organisaient les préparatifs.

Bashô se retourna alors pour voir un homme en kimono sortir de l'obscurité dans laquelle il n'avait eu de cesse de l’observer depuis qu'il était entrée dans son champ de vision. Il avait non pas le regard du prédateur mais celui du bourreau. Cet homme ne venait pas chasser mais simplement achever son adversaire. Bashô reconnut celui qui lui avait promis la justice alors qu'il commettait trahisons sur trahisons, le seul homme qui avait constitué un obstacle à son avancée jusqu'ici parmi les seikajins: Ryuichi. C'était un homme fort qui s’imposait tant par son inébranlable stature que par son aura de détermination. Cette dernière était si forte qu'il semblait qu'on pouvait la toucher. Mais l'Ayns ne se laisserait pas décontenancer pour la simple et bonne raison que ce n'était pas les armes mais les esprits qui s'entrechoqueraient aujourd'hui. Et s'il n'avait pas passé ses derniers mois à s'entraîner, ses facultés de réflexion étaient, elles, bien plus aiguisées que le plus fin des katanas.

-Que les choses soient bien claires, élu, je n'utilise le bras de la justice pour vous atteindre que par facilité, découvrir la vérité n'est pas mon but premier dans cette histoire, avoua Le Dragon de Seika. Je suis certains que vous êtes une enflure, et si vous êtes là aujourd'hui et pas réfugié au fin fond des terres de givre, c'est que vous pensez avoir trouvé une combine pour vous en sortir. Malheureusement pour vous je la trouverai et vous emprisonnerez dans une cellule magiquement isolée quoi que vous ayez inventé. Je ne répèterai pas l'erreur qui dans le passé vous a valu d'être libéré, rapace...

-La haine que vous me portez me désole et, même si j'aimerais vous dire avec un grand sourire que la justice fera la lumière sur les crimes dont on m'accuse, je ne puis oublier toutes ces innombrables affaires qui, à cause d'un jugement hâtif, ont valu à de nombreux innocents d'être châtiés à tord, rappela le traître. Si vous voyez en moi un coupable avant même de commencer, alors cette séance ne sert à rien, autant m'emmener directement à l'échafaud. Toutefois j'avoue avoir fait des erreurs dans mon passé, si jamais on me condamne pour des crimes que je n'ai pas commis alors je me consolerai avec cette sœur que je n'aurai jamais dû laisser seule dans mon monde natal… dit-il d'un ton plus sombre et résigné que sa phrase précédente. Mais si je suis ici c'est que j'espère bien que rien n'est encore joué.

Ces paroles n'avaient rien du méchant résolu ni de celui sûr de lui qui assure être tout blanc. Tout à fait ce qu'aurait pu dire le personnage principal du mensonge qu'avait inventé le maffieux. Il avait une heure pour s'immerger dans son personnage, ce serait plus qu'assez. Peu à peu il se vidait l'esprit, oubliant petit à petit qui il était vraiment. D'ici quelques minutes il ne serait plus du tout Bashô Le Traître de Seika mais Bashô, Le Disciple Caché de Geleerde. Son esprit avait subi tant de changement depuis qu'il était arrivé en Kosaten, notamment au fil de ses rencontres avec Zayro et les seikajins-nazis, qu'il était maintenant devenu extrêmement malléable, lui permettant de jouer le rôle de son choix. Mais au fond de son cœur seule une personnalité subsistait, et elle avait soif de vengeance...

-J'ai peut-être été en effet trop agressif, je suis désolé, ça ne me ressemble pas, s'excusa le général. Toutefois ne rêvez pas, mes plans n'ont aucunement changés, déclara-t-il avant de s'éloigner.

L'affrontement décisif allait enfin pouvoir commencer. Notre barbu en avait des frissons, il jouait sa vie après tout. Pourtant absents, il sentait les lourds regards de deux personnes peser sur ses épaules lui interdisant d’échouer. Méphisto refusait de faire une croix sur ses ambitions et Sherkhan de faire une croix sur son frère. Bien sûr ces pensées n’existaient peut-être que dans sa tête, mais elles étaient le combustible de sa victoire prochaine. Bashô, Traître ou Héros? Ce procès était là pour en décider...

Bashô a le passé d’une charogne
Trahissant sans scrupules ni vergogne
Mais il aura le futur d’un héros
Si vous laissez percez ses idéaux


©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1135
Yens : 380
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : De Tokonatsu à Chikaï

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 45
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Le Jugement Dernier   Jeu 11 Jan - 23:00



L'Hécatombe



La salle d'audience était étonnamment pleine. Bashô se doutait bien que l'événement serait pris très au sérieux par les médias mais ne pensait pas qu'autant d'anonymes viendrait le voir. La plupart avaient pris la peine de se déplacer pour voir un traître se faire condamner et non voir un héros se disculper, Ryuichi avait déjà dû lui faire une pub assez dégradante sans lui laisser sa chance. Dommage, il n'aurait pas pensé qu'ici sa côte de popularité pouvait être aussi basse alors qu'ils adoraient tous Geleerde. Ou alors aucun ne le croyait ? Le hunter n'était pas aussi content qu'un chanteur de remplir sa salle.

Lorsque la séance commença, l'élu ne put s'empêcher de déglutir bruyamment. Lui seul détenait la vérité sur les événements dont on l'accusait, mais si les jurés décidaient tout de même de le déclarer coupable, alors il en perdrait au moins sa liberté, peut-être sa vie. Il aurait peut-être mieux fait de fuir finalement ? "Non! Je suis le disciple de Geleerde et jamais il n'aurait fui !" se convainc-t-il. Le maffieux s'efforçait à penser comme son rôle l'aurait fait pour éviter au maximum de commettre une erreur fatidique. Ryuichi ne le quittait pas des yeux un seul instant.

-Messire Bashô, élu du vénéré Fenghuang
, commença le juge, vous êtes accusé d'être coupable d'une haute trahison, de deux crimes de guerre, d'hérésie, de terrorisme ainsi que d'autres crimes ayant une importance bien pâle à côté de ceux cités. Ceux-là vous coûterai déjà plusieurs fois la vie, c'est pourquoi je me passe de décrire les autres, se justifia-t-il. Que plaidez-vous?

-Avant que tu ne répondes, je me permet de te conseiller de plaider coupable, intervint Ryuichi. Cela ne te sauvera pas mais t'éviteras au moins la torture... Et nous fera gagner à tous un temps précieux !

-Je ne pense pas qu'avouer un crime que je n'ai pas commis soit la bonne solution, déclara l'Ayns. Je plaide non-coupable.

Un blanc se fit, vite brisé par les réactions de l'assemblée qui le trouvait certainement culotté. Ils s'attendaient à quoi sérieux ? Même s'il était réellement coupable de tous ces crimes, et c'était le cas, comment un homme comme lui aurait pu s'avouer vaincu si facilement ? Tout était à tenter. Le vrai lui ne serait jamais venu s'avouer vaincu, pas si facilement. Et ce pour la simple et bonne raison que s'il n'était pas venu, il n'avait rien à craindre, Le Dragon de Seika lui-même n'aurait pas eu assez de toute une vie pour mettre la main sur le poète. Ses antécédents faisaient de lui une proie difficile. Toutefois il ne comptait pas passer toute sa vie à se terrer, et ce serait peut-être ce qui le perdrait.

-Très bien, je laisse la parole à Monseigneur Ryuichi pour qu'il puisse faire part de ses accusations, reprit le juge. En revanche je lui rappellerai des plus poliment qu'il est autorisé à prendre la parole uniquement quand on lui invite à le faire...

-Pardonnez-mon insolence, demanda sans y croire le général seikajin avant de reprendre. Abordons votre cas fait par fait. Par lequel vais-je commencer... Ah tiens, au hasard, celui de la troupe retrouvée entièrement décimée alors qu'elle patrouillait autour de leur camp seikajin. Par hasard peu après un élu d'une puissance décrite comme stupéfiante vint s'enrôler dans l'armée et refusa de montrer son visage. J'ai de bonnes et évidentes raisons de penser que vous étiez cet homme, affirma-t-il d'un ton assuré.

-J'imagine que s’enrôler dans l'armée seikajin est plus un signe de patriotisme qu’un crime, donc vous m'accusez d'avoir tué de mes mains ces pauvres gardes, c’est bien ça ? Je suis bien aller m’enrôler mais je ne suis pas sûr que nous parlons du même camp, je me suis engagé dans l'armée à partir d'un avant-poste placé près des frontières minshujines alors que le referendum venait de voter la fin de l'alliance de l'Empire et de la République, expliqua le barbu.

-Et moi je pense que nous parlons du même camp, il se situait en effet dans cette zone et l'évènement date sensiblement du même moment que vous décrivez. Qu'avez-vous à répondre à cela ? demanda-t-il.

-Et bien que vos accusations sont irrecevables, du moins aux yeux d'une juste logique, pondéra intelligemment Bashô. Vous me dites qu'une troupe d'un camp situé sur une frontière minshujine s'est faite attaquée alors que l'alliance internation venait d'être déclarée caduc? Je ne vois rien de choquant à cela, le peuple a voté votre départ et vous ont trouvé long à partir voir ont trouvé que vous abusiez de la procédure et ont par conséquent décidé de vous encourager à quitter les lieux dans les plus brefs délais, supposa-t-il. Je n'accuse bien sûr pas les instances militaires de Minshu d'y être pour quelque chose, mais pourquoi pas quelques patriotes en colère. Minshu compte quelques nationalistes parmi ses élus, et ce serait pour eux très facile de s’acquitter d’un tel crime. Et ne me dites pas que ce n'est pas arrivé dans d'autres camps, je ne vous croirai pas.

-En effet en cette période d'autres camps militaires seikajins se sont fait attaquer et rien n'indique que vous en soyez le responsable, admit Ryuichi. Mais dans ce cas, pourquoi vous êtiez-vous masqué?

-Comme je vous le disais lors de la grande guerre, c'est Geleerde qui m'a aidé à me faire passer pour un ennemi de la nation afin de pouvoir intégrer les rangs fuyujins, et les attaquer de l'intérieur, affirma le hunter. J'ai pour cela commis divers méfaits sans réels impacts, mais cela ne suffisait pas. Il fallait maintenant que je fasse mine de trahir Seika. Et pour vous trahir, il fallait déjà que je m'engage dans votre armée, or ma tête était déjà mise à prix ce qui m’empêchait de le faire ! D'où la nécessité du port du masque !

-Je trouve cela grotesque... Qu'en pense monsieur le juge? demanda le militaire.

-J'attends de voir comment ce fragment de l'histoire s'emboîte avec le reste, nous sommes ici pour trouver les incohérences... Pour l'instant son histoire tient debout, chef d'accusation suivant! demanda-t-il en frappant de son marteau judiciaire.

-Soit, parlons de la dite Trahison doublée d'un crime de guerre... Je suis curieux d'entendre ce que vous avez à me répondre cette fois ! ria l'ancien moine.

Plus la séance avancerait, plus s'en sortir grâce à des vérités démontrables serait délicat. L'exercice était plus ardu qu'il ne l'avait prévu, il allait devoir redoubler d'effort s'il voulait pouvoir sortir de cette ville avec sa tête sur ses épaules. Déjà une goutte de sueur commençait à se former sur sa tempe... La mort était invitée à l'audience.

©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1135
Yens : 380
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 17
Localisation : De Tokonatsu à Chikaï

Progression
Niveau: 118
Nombre de topic terminé: 45
Exp:
1/12  (1/12)
avatar
Bashô ℣ Traître ℣

-



MessageSujet: Re: Le Jugement Dernier   Mar 13 Fév - 19:10



L'Humanité d'un Traître


La situation dans laquelle il était maintenant était épineuse puisqu'il allait devoir expliquer pourquoi il avait collaboré avec un général seikajin lors de l'attaque pour reprendre Shiryoku avant de le trahir sans scrupules. Le terme de « trahison » ne semblait pas excessif quand on savait que c’était lui qui l’avait tué. Sans compter qu'il a ensuite donné aux adversaires tous les éléments nécessaires à ce qu’ils puissent exploiter au mieux les brèches dans la tactique des assaillants. Se sortir de cette situation allait être plus que délicat, et il ne pouvait se permettre d'avoir recours à son principal atout si tôt.

-Très bien, je vais vous en parler puisque tel est votre souhait, répondit calmement Bashô. Il vous faut tout d'abord savoir que notre plan était de s'en prendre aux têtes de cette opération. Si elles tombaient leurs armées perdraient toute cohésion indispensable à une armée aussi hétéroclite que celle née de la fusion de la milice de Shiryoku et des soldats du Nord de Fuyu. Nous devions donc faire tomber les élus chargés de la coordination des armées, Zoro Roronoa et un autre homme mystérieux très très puissant. Il n'est pas connu de nos services de renseignements mais je le soupçonne d'être à l'origine de bien des complots se tramant dans l'ombre, avoua le maffieux.

-Veillez à ne pas trop vous éloigner du propos s'il vous plaît, je n'aime pas avoir l'impression que vous essayez de noyer le poisson dans le détail, le mit en garde Ryuichi.

-Avec le plein accord du Général mandaté par Chikai, je me glissa donc derrière les remparts et dégagea toute ma puissance afin d’attirer nos ennemis à moi, continua-t-il ignorant le militaire. Cela fonctionna et je me retrouva en un rien de temps face aux deux hommes. Le général seikajin Agora, c'est son nom, couvrait mes arrières et avait réussi à ne pas se faire remarquer si bien que nous pûmes affronter nos adversaire en un contre un. Agora contre Le Pirate Perdu et moi contre le mystérieux fuyujin. Je suis sûr que votre enquête peut vous confirmer cela, demanda implicitement l'Ayns au juge.

Bashô savait que Ryuichi ne faisait pas l'unanimité parmi ses pairs et que beaucoup déploraient son caractère peut-être un peu trop... "Explosif". D'ailleurs si son efficacité et ses faits d'armes étaient encore à faire cela aurait fait longtemps qu'il aurait été viré de l'armée. Le poète jouait donc sur ce tableau, laissant Ryuichi faire percer sa rage et montrer que ce n'était pas son cas. La courtoisie le présenterait bien mieux que l'emportement dont faisait preuve celui qui le poursuivait en justice. On pourrait même lui reprocher de se laisser emporter au détriment de l'objectivité dont devait faire preuve la justice. Et puis...

-En effet, tous vos dires concordent jusqu'ici avec les rapports que nous détenons, confirma-t-il, mais cela n'explique toujours pas que vous lui ayez asséné le coup de grâce, ni que vous ayez expliquez nos plans à l'ennemi.

-J'y viens votre honneur, c'est que ce n'est pas une histoire que l'on peut comprendre avec seulement la moitié des éléments et je m'en excuse, s'expliqua-t-il. Toujours est-il que chacun de ces deux duels ne se passa pas aussi bien que prévu. Nous nous doutions que ce ne serai pas simple mais c'était quand même la tactique que nous avions choisi d'adopter compte tenu des rapports de force. Et puis si nous échouions nous n'engagions que nos deux vie. Une belle preuve d'altruisme qui allait causer notre perte.

Évidemment cette dernière phrase fit quelque peu sourire l'ancien moine qui se retint tout de même de dire quelque chose. Il ne voulait pas attendre plus pour savoir comment Bashô allait justifier la suite.

-De mon côté il ne fallait pas que j'oublie le but que m'avait assigné Geleerde qui était de faire mine de passer à l'ennemi, rappela-t-il. Pour cela j'escomptais à la base permettre aux fuyujins de s'enfuir plus facilement et m'enfuir avec eux. Cela avait pour avantage de ne pas nuire à Seika tout en m'attirant toute la reconnaissance de ceux que je voulais tromper. Mais cette tactique nécessitait que l'on gagne nos duels, ce qui n'allait visiblement pas être le cas. Je décida alors voyant qu'Agora allait de toute façon tomber sous les coups ennemis de l'achever de mes mains. En plus de lui épargner des souffrances inutiles, cela me permit de me faire accepter en tant que traître. Je pense que ce fait de l'histoire pourra encore une fois être confirmé.

-Certes certes, mais cela ne nous explique toujours pas pourquoi vous leur avez donné les failles de notre tactique, reprit Le Dragon de SeikaCela leur a permis de gagner une victoire écrasante contre nous à la place au pire d'une défaite mineure. Comment l'expliquez-vous?

-Pensant que j'avais changé de camp, vous imaginez bien que la première de leurs questions fut de savoir comment nous vaincre, expliqua Bashô. J'aurai donc pu leur mentir et dire que je ne savais pas mais cela aurait été très peu crédible de la part de quelqu'un se battant aux côtés d'un des généraux. En évaluant la situation il m'apparut que notre armée était de toute manière voué à perdre, répondre à leurs question ne ferait qu'accélérer leur dernière heure. Certes cela sauverait de nombreux fuyujins, mais je l'ai tout de même fait en sachant cela. Allez-vous me reprocher d'avoir sauvé la vie de nombreux hommes qui n'ont eu d'autres tord qu'être né à Fuyu? Ces gens ne sont là pour la plupart que par obligation et non par choix. Certains ont une famille qui les attend. Il ne faut pas oublier que dans une guerre, derrière chaque chiffre se cache un homme ayant une vie et un caractère propre. Libre à vous de me punir pour les avoir sauvé, finit-il solennellement.

S'installa alors un blanc vite brisé par un bruit de fond créé par les gens dans la salle. Le regard du juge se posait à tour de rôle sur l'accusé et le général de Seika. Quoiqu'en dise ce dernier l'opinion publique semblait très largement pencher en la faveur du menteur. Le Disciple de Geleerde commençait à gagner le jeu de tir à la corde mené contre Le Traître.

-Acquitté, chef d'accusation suivant! déclara le juge d'une voix aussi claire et claquante que le coup de marteau qu'il donna.

De son côté, Ryuichi fulminait.

Son mental est une muraille
Qui commence à montrer ses failles
Bientôt volera en éclats
Comme la grandeur de Seika...

©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le Jugement Dernier   

Revenir en haut Aller en bas
Le Jugement Dernier
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Purifiez votre âme avant le jugement dernier
» JEAN-LEON GERÔME (1824-1904)
» [Skyfall] Le jugement dernier!
» Qu'importe le jugement dernier quand deux âmes s'entrelacent.
» [???] Le jugement dernier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Capitale de Chikai-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.