Partagez | .
Un simple petit dîner en tête à tête
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Un simple petit dîner en tête à tête    Ven 19 Jan - 7:33

Citation :
Jaël,
 
Ce n’est pas la peine de vous excuser, puisqu’aucun mal n’a été commis. Et pour ce qui est de mon apparence, ce ne sera certes pas celle de tous les jours, mais la femme avec laquelle vous discuterez n’en sera pas moins moi, n’ayez de crainte. Simplement, n’avez-vous jamais entendu dire des demoiselles qu’elles aiment à apparaître sous leur meilleur jour lorsque l’occasion se présente ?
 
Pour le restaurant, je vous propose tout simplement dans trois jours, afin de vous laisser à vous aussi un peu de temps de préparation. Je n’ai aucun apriori contre quelque nourriture que ce soit, bien que je ne connaisse pas encore toutes vos recettes locales : cela sera l’occasion de découvrir.
 
A très bientôt,
 
Valentine.
 
L’hybride s’était posée des questions sur le dernier courrier qu’elle avait envoyé à son jeune président. Comment ce dernier l’interprèterait-il ? Fallait-il voir un double sens au fait qu’elle s’habille chiquement ? N’en faisait-elle pas un peu trop ? De nombreuses minutes, parfois même heures, la blonde s’était posée la question … Jusqu’à ce que Testbug, sa meilleur amie – qui résidait actuellement chez elle – ne finisse par la traiter d’adolescente, ce qui eut l’effet d’une douche froide pour la traqueuse de monstres. Elle se targuait souvent d’avoir 700 ans … mais ne savait pas gérer son stress à l’approche d’un rendez-vous ? La chose était quelque peu ridicule … Et en même temps, compréhensible. Des « rendez-vous galants », elle pouvait probablement compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où elle en avait eu … Voir, tout simplement des rendez-vous où elle ne cherchait pas à tuer une créature pour celui ou celle qu’elle rencontrait. Passé ce stade, difficile de simplement se faire inviter à dîner dans un petit restaurant, de façon tout à fait officieuse, et à ne pas laisser l’imagination s’emballer …
 
Le jour J, l’hybride passa une bonne heure dans sa salle de bain. Non pas qu’elle ait réellement besoin de se maquiller ou autres … mais elle prenait simplement un très relaxant – et très long – bain, dans lequel elle se prélassa jusqu’à la limite de s’endormir.  Lorsqu’elle en sortit cependant, elle resta quelques minutes devant le miroir, observant sa réflexion de pieds en cap. La large surface vitrée était probablement sa possession la plus onéreuse … mais ce n’était pas réellement le moment pour ce genre de chose. Utilisant ses pouvoirs et sa capacité à modifier « légèrement » son corps, l’hybride fonça le teint de sa peau jusqu’à faire disparaître l’aspect malade qu’elle renvoyait généralement, gomma ses cernes … Et, un peu pour le plaisir, força ses cheveux à s’allonger jusqu’à ce qu’ils ne tombent en-dessous du creux de ses reins. Usuellement, elle les coupait court … Mais ici, elle ne se dirigeait pas vers un combat. Les nouant à l’arrière de son crâne, et revêtant la robe qu’elle avait posé dans un coin de la pièce en y rentrant, elle s’observa une nouvelle fois … Et eut un sourire satisfait. Elle ne se reconnaissait pas vraiment … Mais elle était très contente du résultat. Elle garda son piercing à la lèvre et à la narine, cependant …
 
Lorsqu’elle passa au séjour, où Testbug était tranquillement en train de « jouer » avec Oor’ka, les deux tournèrent la tête vers elle. Et si l’animal se contenta de remuer lascivement la queue en voyant sa maîtresse, Testbug, elle, resta muette un instant …Avant de plisser les yeux.
 
Il va totalement croire que tu veux coucher avec lui.
Je vais prendre ça comme un compliment. Et je le détromperais.
Lui va quand même vouloir coucher avec toi ma grande.
 
L’hybride vampirique eut un soupire exagéré, qui fit rire aux éclats aussi bien Testbug qu’elle, quelques secondes plus tard. Elle avait déjà repéré l’adresse où elle était invitée : « loin » de chez elle, mais pas tant que cela au final. Activant, pour le seul plaisir de ne pas faire tourner des têtes dans les rues, son pas de brume, l’hybride se rendit invisible, et marcha jusqu’au lieu de rendez-vous, devant lequel les brumes qui l’entourèrent se dispersèrent, et firent pousser une exclamation ou deux à ceux qui n’étaient pas préparés à voir une grande demoiselle subitement apparaître devant eux. Souriant sans bien sûr dévoiler ses crocs, Val’ se contenta simplement de s’approcher d’un des serveurs du restaurant, regardant un peu la salle en l’accostant.
 
Bonsoir … Je sais que j’ai quelques minutes d’avance, mais j’ai normalement une table réservée avec mr. Jaël Tekina.
 
tenue (il faudra que je retouche l’image:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Ven 19 Jan - 15:41

- Un simple petit dîner ...-



Le nouveau président venait de recevoir la lettre de Valentine, il ne pu la lire malheureusement qu'après avoir réglé quelques détails, dû à ses responsabilités et son rôle au sein de la république. Mais une fois fait, il se posa enfin en soufflant un peu dans son bureau, prenant au passage des nouvelles sur l'état de son père, stable depuis deux jours, mais qui parallèlement, avait été en raison d'une mise en coma magique de la part des mages médecins. Une méthode qui permettait de gagner du temps pour trouver de quoi le soigner.

Enfin bref, une fois cela réglé, il ouvrit la lettre et la lu rapidement avec un fin sourire. Elle n'était pas longue et donnait donc une date au rendez-vous. Dans trois jours. De quoi voir venir et s'arranger pour être libre à ce moment là. En regardant son carnet de rendez-vous sur les trois prochains jours, il ne voyait pas une seule heure de libre, même le troisième jour, mais ne s'en inquiétait pas vraiment, c'était le président, oui ou nan ?

Et puis, le troisième jour arriva, avec dans les pattes une journée de réunions, comités et autres trucs barbants derrière. Remarquez, Jaël n'était pas si fatigué que ça, au contraire, l'optique d'aller au restaurant avec Valentine le maintenait dans une certaine jovialité. Il alla donc dans sa chambre pour se préparer un peu, mettant sur son lit les habits de ce soir, tout en restant assez soft. Le président n'était pas du genre à se mettre sur son 31. Une belle chemise conviendrait. Devait t'il faire un effort ? On toqua à la porte, il ouvrit pour voir qui c'était.

Hmm ? Wuzang, Kor ? Qu'est ce que vous faites là encore, j'ai plus de réunions...



Chancelière Wuzang An : Président, dois-je vous rappeler que vous aviez rendez vous avec le seigneur Gôta à 21h ? C'était noté. Nous venons donc pour que vous annuliez ce rendez vous avec cet élue. D'ailleurs il n'est pas responsable d'aller diner en ville, sans protocole de sécurité, et vous m'avez prévenue tard de ce.. Ce..

Maitressse Kôr : Cette élue était la candidate à la présidence, ce pourrait être...

Ah nan, le seigneur grota attendra ! Offrez lui une chambre dans le palais pour ce soir. Pas moyens que j'annule. Dites moi plutôt comment je dois m'habiller pour tout à l'heure et n'esperez pas me voir faire demi tour. Allez, soyez cools les filles okay ?

Maitressse Kôr : Hum... Pas cette chemise alors, mettez plutôt ce..

Chancelière Wuzang An : KOR ! Qu'est ce que tu fais. Aaah mais c'est pas vrai ça. Le seigneur GOTA et non grota, est l'un de ceux qui soutiennent le plus la finance Minshujin, dois-je vous le rappeler ? Sans lui, la banque nous aurait encore une fois mis des bâtons dans les roues pour les finances de la dernière alliance, la guerre à un prix, souvenez vous en.

La ou Jaël voulait diner, un seigneur comptant soutenir la finance pour l'alliance et la guerre avait aussi rendez vous au même moment, à une heure près. Wuzang ne voulait pas le faire attendre, c'était une femme carré, il respectait ce trait intransigeant de sa part. Mais le président se retourna et mit ses deux mains sur les épaules de cette dernière, la fixant yeux dans les yeux.

An, je sais que tu ne m'apprécies pas autant que tu appréciais mon père. Mais j'aime cette nation et je jouerais mon rôle. Seulement ce soir, le seigneur Gôta attendra. Les finances ne vont pas s'écrouler en une soirée et j'ai besoin de voir autant ceux qui vivent ici dans la capitale et dans la région, que mes élus qui se battent pour nous. Alors, tu m'aides à choisir une chemise ou je files comme ça ?

Après un petit silence, Wuzang qui tenait le regard, finit par cligner des yeux deux ou trois fois et les baisser pour soupirer légèrement et répondre ;

Chancelière Wuzang An : Grrhum.. BON ! Je vais m'arranger pour le seigneur, mais demain matin première heure de l'aube, même si vous n'avez pas dormi de la nuit, vous le recevez et signez les accords de maintien aux soutiens financiers, d'accord ? Pour la chemise, prenez la noire, elle est bien plus jolie. Je détacherais tout de même un petit peloton de garde au lieu de rendez vous en ville. Non négociable.

Maitressse Kôr : Oui, la noire, elle est bien mieux.

Promis juré ! Demain je m'occupes de Gôta, je signe et j'remballe. Bon, merci pour le choix de chemise, et maintenant, à moins que vous ne vouliez me frotter l'dos, j'aimerais un peu d'intimité, aller aller psshht sortez d'ici.

Les deux conseillèrent tournèrent le dos après avoir légèrement rougis face à cette remarque. Jamais un président ou un leader n'avait parlé ou agit de telle sorte. Loin des conventions féodales ou de seigneurie diverses et variées par de là le monde et dans tous Kosaten. Jaël était vraiment unique en son genre. Pour certain il n'avait pas l'étoffe d'un leader, pour d'autre, il avait celle d'une légende. Les avis étaient tellement partagés sur lui, que sa réputation commençait à le précéder. Mais lorsqu'il fallait sortir de l'ombre d'un patriarche tel que Jeong, mieux valait avoir quelque chose d'unique.

Bref, après plusieurs minutes de préparation dans la salle d'eau, coiffé, légèrement parfumé, ses boucles d'oreilles bien placé et sa chevelure attachée, il s'habilla avec la chemise conseillée par les.. Héhé, et bien bien les conseillères. Il se regarda une ou deux seconde devant le miroir, juste le temps de se tourner sur lui même.




Eh bah voila, impec', aller hop, je me tire d'ici. Fit t'il en prenant son paquet de clopes déjà prêtes à l'emploi et roulées par ses soins. Puis fuya par la fenêtre.

C'était plus rapide que descendre tous les escaliers et croiser Gôta qui aurait blablaté pour rien. Non, la fenêtre menait sur le vide et c'était très bien. Evitant de se salir tout de même, le président trouva toujours de quoi se rattraper avant de toucher le sol. Puis de toits en toits arriva à destination. Wuzang avait prit ses dispositions et un attroupement de gardes fermaient déjà les rues de chaque bout. Il secoua la tête de gauche à droite et trouva une petite ruelle ou descendre tranquillement. Sans une seule goutte de transpiration ou de sueur, il arriva donc devant le restaurant.

Serveur : Monsieur le président, c'est un honneur. Si vous voulez me suivre.

Un peu mon n'veu, heu, ouais je vous suit. Mon invitée est arrivée ?.  

Serveur :Hum, voyez par vous même monsieur, la table V.I.P vous a été reservée.

Et il suffisait simplement de regarder vers la table pour la voir. Quelle allure ! Une beauté fatale clairement. Une femme séduisante aux courbes somptueuse et qui paraissait grande et élégante. Etait t'elle toujours ainsi ? Avant d'aller la voir, le président se tourna vers le serveur et le secoua un peu en lui demandant.

Elle est bien ma chemise ?!  

Serveur :P.. Parfaite monsieur le président !

Parfait. Amenez nous la carte et deux bouteilles, vin et sake.  

Après quoi, il descendit la petite marche qui menait sur le grande salon et la table V.I.P ou attendait Valentine. Il se présenta finalement à elle, avec le sourire et sans cigarette à la bouche (pour le moment).

Vous devez donc être la fameuse Valentine Weathley. Si vous êtes en avance, cela fait de moi un retardataire.. Ahlala, vous n'avez pas trop attendue j'espère ?  


-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mar 23 Jan - 13:41

On avait dirigé l’hybride vers la table désigné sans le moindre soucis, même si le serveur avait quelque peu tiré de gros yeux en voyant les volutes de fumée qui évoluaient derrière elle à chaque pas qu’elle faisait. La demoiselle n’en avait cependant cure … La force de l’habitude aidait beaucoup ce point, bien entendu. S’installant, seule pour le moment, dans le carré V.I.P. qu’on leur avait affrété, elle croisa les jambes, et déposa un coude sur la table, se perdant à la fois dans ses pensées, et dans l’écoute de son environnement. Ses oreilles d’elfe lui permettaient d’entendre presque tout le restaurant, à cette distance : si elle se concentrait, elle pouvait même monter jusqu’à la rue. Et d’ailleurs, elle décela les bruits assez nombreux d’armures en mouvements, et de bottes cloutées évoluant sur les pavés … Un groupe de gardes faisant des manœuvres ? Peu probable : ils s’arrêtèrent presque tous autour du bâtiment. Intéressant … Cela signifiait-il l’arrivée de son rendez-vous du soir ? En parlant de bottes, au passage … Elle eut un sourire en voyant les siennes. Si sa robe était des plus élégantes, elle n’avait pas spécialement changé ses chaussures par rapport à d’habitude … Ces dernières étaient entretenues, lavées de la poussière qui les couvrait si souvent, et bien astiquées, mais tout de même. Elle espérait juste qu’il le prendrait au second degré, tout comme elle.



Ce n’était qu’un détail cependant, et quelque chose de bien plus important capta son attention : l’arrivée dans le restaurant d’un client de marque. Elle n’eut pas besoin de tourner la tête pour reconnaître la chaleur dans le timbre de sa voix, et put en conséquence affecter de toujours être aussi perdue dans ses pensées, regard perdu dans le vague. Son masque quasi inexpressif faillit se briser en l’entendant parler de sa chemise : si elle laissait transparaître son amusement un instant, autant avouer qu’elle « surveillait » les environs depuis le début … Mais ce ne fut que lorsque le jeune et nouveau président l’aborda d’une voix claire qu’elle releva la tête vers lui, un petit sourire sur les lèvres. Se levant presque naturellement, elle s’approcha un peu et lui tendit la main pour la serrer, échanger une poignée en observant son visage … Elle aurait difficilement pu reconnaître en lui les traits d’un père qu’elle n’avait pas bien connu, mais elle ne pouvait s’empêcher de songer qu’au moins, il était loin d’être déplaisant à regarder.



Et vous, le fameux Jaël Tekina, l’homme qui paraît-il aurait été propulsé à la tête du pays tout entier … Ne vous en faites pas, je ne suis ici que depuis quelques instants. Et puis, la ponctualité n’est-elle pas la politesse des rois ?



Se rasseyant pratiquement sans faire de bruit, l’hybride relégua une mèche de cheveux imaginairement défaite derrière son oreille, avant de prendre une mine surprise, puis amusée, réalisant brusquement quelque chose.



Je suppose qu’en temps normal, l’usage préfère que les hommes saluent les dames par un baisemain … Mais je dois vous avouer que j’avais fini par perdre l’habitude de cette pratique. Dans mon monde, j’étais chasseuse de monstres … Et même si je possédais techniquement un titre, rares étaient les gentilshommes prêts à effectuer ce genre d’action avec moi. Je suppose utile de préciser que je ne les rencontrais pas dotée d’une telle apparence.



Se reculant un peu de la table par-dessus laquelle elle s’était un peu penchée en parlant, elle laissa le serveur leur déposer les deux bouteilles d’alcool sur la nappe, étudiant un peu les deux choix qui s’offraient à elle … Avant, avec une petite moue, de finalement porter son dévolu sur le vin, et de tendre son verre lorsque son vis-à-vis lui en proposa.



Merci … ça faisait très longtemps que je n’en avais pas bu, tiens … Son parfum semble dire de bonnes choses ceci dit. Faisant un peu tourner son verre sous son nez pour en respirer les arômes, sans un instant lâcher le jeune homme de ses pupilles dorées, elle finit par prendre une ou deux gorgées, puis le reposer sur la table. Enfin … Vous m’aviez indiqué de ne pas me ruiner pour la tenue, mais je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à avoir fait des efforts. Enfin. Elle eut un très léger début de rire, qu’elle cacha derrière son verre. Vous avez un pan de chemise qui ressort légèrement, mais si vous êtes plus à l’aise ainsi, ne changez rien, ça n’a pas beaucoup d’importance.



Un serveur, qui devait probablement être à la fois le plus ancien, le plus expérimenté, et le plus maniéré du restaurant, se présenta à eux avec une expression chaleureuse et une tenue impeccable, et leur tendit deux planches de bois fines sur lesquelles les menus du restaurant avaient été gravés directement à l’aide d’un outil probablement très chaud, vu le léger noircissement du bois. En prenant une et parcourant les caractères dont elle savait qu’ils ne correspondaient en rien à ceux de son monde, la blonde étudia les options au final plutôt rares, mais semblant assez bonnes, qui s’offraient à elle. Il n’y avait rien de particulièrement extravaguent, mais cela lui convenait tout aussi bien, au final. Elle haussa de nouveau la voix, alors qu’elle passait son doigt sur les dernières lignes.



Enfin, je suppose que vous ne m’avez pas invité ici afin de savoir de quelle manière je disais bonjour, ou de ce que je pense de votre tenue … Vous disiez vouloir me connaître « derrière le dossier ». Levant les yeux vers lui, elle lui offrit un petit sourire, sentant l’anneau qui perçait sa lèvre inférieure légèrement frotter contre ses deux canines gauches du bas. Alors que tenez-vous à savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mar 23 Jan - 20:18

- Un simple petit dîner ...-



Ambiance (Musicale)

Il remarqua parfois son sourire amusé, juste avant de l'accoster. Tandis que, pendant les quelques secondes ou il se mit à la rejoindre, elle regagna une façade marbrée, pourtant, ses dents illuminaient son visage, tout autant que ses pommettes remontant légèrement, lorsque ses lèvres se tiraient en des points opposés. Son petit air, quand ses yeux se plissent légèrement, lui donnait également du charme. Mais bon, à son arrivée, captivée mais sérieuse, celle ci se leva et le fixa, en lui souriant, geste qu'il lui rendait dans l'immédiat et dans un naturel détendu.

Puisqu'elle tendit la première la main, pour le saluer, il se soustrait à cette demande en la prenant, sans véritablement la serrer, mais sans la laisser aller non plus. Il se contenta juste de fermer sa main sur la sienne, puis de la lâcher calmement, avant de prendre place à son tour. Jaël avait remarqué à quel point Valentine était grande, ainsi que sa magnifique robe pour l'occasion surement, et ses oreilles en pointe. Les dossiers des élus ne mentionnaient pas toujours tout, voir de ses propres yeux, c'était quand même autre chose. Il préférait, même si cela pouvait prendre du temps, le nouveau président aurait aimer rencontrer tous les élus à un moment donner (de sa nation bien sur).

Cela se ferait peut être, dans un avenir proche, qui sait ? Pour le moment, il était avec elle, et cette dernière avait gagnée la soirée d'avoir à ses cotés, l'homme le plus puissants - politiquement - de Minshu, mais vraisemblablement le plus puissant tout court, derrière Jeong. Enfin, elle parla, pour lui rendre les débuts de sa propre introduction et conclure sur la ponctualité. Il sourit un peu et répondit ;

C'est bien moi ! Fit t'il amusé et vantard (volontairement) dans le regard, en se pointant du doigt de ses deux mains. Puis reprit : Des rois hein, je verrais bien si Karui applique ce conseil un jour.

S'amusant à penser alors qu'il pouvait, l'espace d'un instant, être en retard à ses prochains rendez vous, pas galants évidemment. Non, en vrai, Jaël était un gentlemen, cela pouvait se sentir, il aimait les femmes et en avait probablement eu pour bonne compagnie durant sa vie. Mais il y'avait des femmes avec qui l'ont partageait une bougie, un lit et un repas et d'autre avec qui l'ont pouvait partager un chandelier, une vie, jusqu'au trépas.

Il n'avait aucune prétention ce soir, bien entendu, mais cette pensée trottait naturellement dans son esprit, c'était un homme occupée dans la vie désormais, mais libre. Pourtant, s'il avait désiré la voir aujourd'hui, ce n'était pas forcément pour en venir à cela, le futur n'était pas entre ses mains. Ainsi, elle prit place sans un bruit, élégamment, clairement. Il distinguait quelque chose de noble dans sa manière d'être. Loin du dossier de "vagabonde" aux "habits sales" qu'il avait pu lire dans quelques rapports d'élus la concernant.

Du coup, lorsqu'elle parla du baise-main et qu'elle enchaîna en dévoila une partie de son passé sur son monde, comme sa tâche de chasseuse ou encore son titre, il fit le lien pour la seconde partie, avec la possibilité d'une attitude de noble. Quand elle avoua que ceux qui l'eurent côtoyer en ce temps, ne lui firent pas l'honneur de baiser sa main, il sourit et se leva à nouveau.

Mais réglons ce détail alors !

Dit t'il d'un ton assuré, en se rapprochant de son coin et prenant sa main, pour la lui baiser gentiment et retourner à sa place.

Je vous avais dis de venir comme vous étiez, ça n'aurais rien changer vous savez ?

Etait ce hypocrite, lorsque lui même fit un effort pour s'habiller convenablement ? Peut être un peu, mais l'ont y reviendrait. Pour le moment, le service apporta les boissons et elle pu donc goûter au vin commandé, délaissant le saké, le président esperait juste que le breuvage pourpre soit bon. Lui, n'y toucha pas et attendit la carafe d'eau qui fut à son tour posée pour se servir.

C'est un vin du pays, le raisin pousse sur les hautes collines en bordure de frontières seikajin. Il y'a eu des batailles il y'a très longtemps pour ces morceaux de terrains... Parfois, ça ne tiens à rien.

Et la, elle revint sur le sujet de la tenue, saluant du même coup son effort, mais elle le disait peut être pour se rassurer de ne pas avoir été la seule à en faire, c'était surement ça. Il sourit à son compliment et la laissa finir avant de répondre... Et elle remarqua qu'un pan de chemise ressortait. Mais il ne se vexa pas, au contraire.

Ah bah.. Voila ! Ça valait bien le coup tiens. Honnêtement, vous êtes ravissante dans cette tenue, mais vous ne m'auriez pas déranger autrement non plus. Je n'ai pas l'habitude d'être habillé si... Bien. Je suis plutôt sobre dans la vie, j'ai été élevé par des moines, alors on ne peut pas dire que ça forge une sophistication. Mais je ne m'en plaint pas. Et si je pouvais, j'aurais bien retiré cette chemise, mais.. J'ai rien en dessous.  S'amusa t'il à dire.

Serveur :Tout va pour le mieux ? Questionna le serveur de passage, en amenant la carte.

J'espère oui, merci.  

Et alors que Valentine parcourait les lignes de cette carte boisée, Jaël lui aussi s'arrêta sur une ligne, avant que leurs regards ne se croisent de nouveau et qu'elle le questionne sur l'objet de cette invitation. Une remarque somme toute normale pour le coup !

Amenez tout !  Fit t'il au serveur, pour qu'il s’éclipse. Avant de se retourner tranquillement vers elle Oh, pas d’inquiétude, je ne gaspillerais rien. Et pour votre question, j'aurais pensé que vous la poseriez presque immédiatement. Vous avez été une de celle à concourir à mes cotés pour la présidence et presque élue, vous auriez pu être à ma place. Je voulais connaitre la personne qui à tout autant mérité que moi, d'être élue par le peuple. Sachant que vous êtes ici depuis plusieurs années, mais que votre force n'est pas encore totalement revenue n'est ce pas ? Et puis, j'étais curieux aussi.

Le président sorti alors de sa poche un paquet en matériaux similaire au carton fin, sortant de ce dernier une cigarette tout prête. Qu'il porta à sa bouche. Puis en la fixant avec de gros yeux, avant de l'allumer lui demanda tout de même ;

La fumée vous dérange ?  Puis ajouta Je vais être honnête Valentine, je suis pas un président protocolaire, alors, que diriez vous de se tutoyer pour la suite ?

Les cuisines chauffaient et toute la carte avait été demandée, cela demandait pas mal de travail, les plats n'arriveraient pas tous en même temps. Mais dans les entrées nous pouvions noter une salade au sang d'arin, une sauce Minshujin comparable à une sorte de soja, mais bien meilleur, accompagnée bien sur de tout un tas d'épice et de copeaux savoureux d'une sorte de viande sèche et torsadée.

La suite ferait l'office des fameuses spécialités du restaurant, les boulettes de viande épicées et naturelles, dans leurs jus bouillant au parfum ennivrant, avec quelques accompagnements. Telle, une pâte comparable au foie gras mais bien meilleure, ou encore ce qui s'apparentait à des œufs de poisson rare. S'en suivrait ensuite le dessert, mais ils avaient le temps pour ça.


-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Sam 27 Jan - 14:35

Au début, l’hybride fut surprise. Dire qu’elle ne s’attendait pas à l’action du président était un bel euphémisme, mais en soit pourtant, le geste ne la dérangea pas, lui tirant même un petit sourire amusé. Ce jeune homme n’était pas des plus conventionnel, c’était certain, mais elle ne trouvait presque pas forcément la chose mauvaise, vu la manière qu’avaient les évènements de se dérouler. Haussant les épaules simplement, elle s’appuya un peu plus contre son dossier, répliquant d’un ton joueur.

Peut-être suis-je femme à serrer des mains et à laisser les gens poser un baiser sur le dos de la mienne ?

Si ce « peut-être » n’était pas forcément suivi d’une proposition entièrement véridique (la semi-vampire faisant rarement une poignée de main puis recevant un baisemain en guise de salutations), elle exprimait pourtant quelque chose de plus profond : la blonde disposait de plus de profondeur et de plus de facettes que … Un certain nombre de personnes, à vrai dire. Elle ne releva pas l’explication sur les terres où poussaient la vigne, ni choqué par ce qu’elle apprenait, ni trop en mesure d’ajouter quoi que ce soit de pertinent, à part peut-être des détails sur son propre monde. Cependant, elle hocha positivement la tête vers le serveur lorsque ce dernier s’enquit du déroulement de la soirée, et attendit qu’il ne parte pour répondre.

Si ce que j’ai entendu dire de vos capacités physiques est véridique, vous devriez faire attention à ne pas l’enlever, en effet … Imaginez le nombre de ces dames et demoiselles que vous mettriez en émois.

Toutes ces petites plaisanteries n’étaient pas réellement dans le « comportement naturel » de l’hybride, si l’on avait pu parler aussi. Mais s l’on se plaçait d’un point de vue objectif, le changement drastique d’apparence et de garde-robe non plus. Elle-même n’aurait su justifier entièrement ces choix, sur ces deux sujets … Mais si elle avait dû, la réponse qu’elle aurait probablement fourni aurait été qu’elle se … « sentait » en mesure de le faire, avec son interlocuteur. Ce dernier n’était pas âgé, possédait de l’humour : il semblait quelque peu délibérément aller à l’encontre des normes sociales qui allaient normalement de pair avec son statut, mais respirait une joie de vivre qui indiquait que son numéro était plus provoqué par l’envie de liberté et de briser des normes que simplement pour se rebeller et contester. Une bonne chose, cela allait sans dire … Mais aussi quelque chose qui entraînait l’hybride de brume à ne pas se montrer aussi sérieuse et « fermée » que d’habitude. Elle hocha négativement la tête pour la cigarette, haussant légèrement ses épaules nues, une fois de plus.

J’ai le nez fin, mais les herbes que vous fumez semblent moins toxiques que le tabac qu’on apprécie tant sur mon monde. Vous risquez de quelque peu vous gâcher le goût des aliments ceci dit, si vous ne pouvez pas vraiment « sentir » en mangeant, mais c’est vous que ça regarde. Quant au tutoiement … Mh. Allez-y si vous le désirez, mais pour ma part, je pense rester sur le « vous ». Ce n’est même pas histoire de protocole …. Simplement de respect. Et comme malgré vos grands airs, vous n’avez pas du tout l’air d’un simple guignol voulant se donner un genre … Je pense que pour l’instant, vous le méritez toujours.

Voyant que les serveurs commençaient déjà, à deux, à déposer des entrées froides sur la table, la semi-vampire haussa un petit peu un sourcil en voyant le choix qui s’offrait à elle. C’était précisément dans ce genre de situations où tout semblait bon qu’elle ne savait plus que prendre … Certes, elle n’avait pas un « petit » estomac, mais de là à pouvoir manger la moitié de la carte à elle seule … Enfin. Elle supposa simplement que le dirigeant entendait redistribuer ce qu’ils ne consommeraient pas ensemble. Se servant donc sans état d’âme de la salade, elle prit tout son temps pour replier une feuille en plusieurs morceaux, la piquer sur sa fourchette, et la porter à sa bouche … Avant de finalement entamer un début de réponse.

J’avoue que je m’étais attendue à des questions plus spécifiques, du style « quelles sont vos aspirations, d’où vous venez », ce genre de choses … Mais si vous désirez simplement me « connaître », autant donner un point de vue général, les questions viendront avec les précisions. C’est souvent ce qu’elles font, d’ailleurs, ça a un côté amusant … Enfin. Saisissant un morceau de viande, elle l’observa un instant, avant de laisser voir ses canines pour le dévorer, sans sauvagerie, mais avec un certain plaisir visible. Pour commencer, je suis née il y a … 780 ans. 82 ? Le passage dans ce monde me fait parfois quelque peu douter, j’ai du mal avec votre calendrier. Enfin, toujours est-il que je suis née dans la noblesse. Mon père était duc, et intentait de faire de moi l’héritière de son titre et de son prestige. J’ai grandis entre précepteurs et nourrisses … Mais à 20 ans, lorsque j’ai effectué le rituel de passage à l’âge adulte des elfes, j’ai tout quitté pour prendre la route et devenir une chasseuse de monstres.

Une tâche difficile, ingrate, supposée équivaloir à une véritable condamnation. Pourtant, elle a mis peu de temps à me plaire. Il faut dire qu’elle était en soit aussi indispensable à la société de mon monde que ne pourrait l’être les paysans agriculteurs, ou éleveurs … le monde d’où je viens, pour l’immense majorité de la population ne possédant que de rares et minces richesses, est un endroit des plus dangereux. Et pour vous dire à quel point … Le seul fait de tuer un monstre peut transférer à celui l’ayant tué une partie de l’énergie corruptrice qu’il possède dans son âme, venant ainsi « teinter » l’infortuné. Et lorsqu’un chasseur de monstre est trop corrompu … Il perd la raison, et devient une créature à abattre. Mais cela, ce n’est que de la bouche d’un « collègue » qu’on l’apprend. Les gens « normaux » pensent pour beaucoup que la majeur partie des chasseurs sont des fous-furieux sans vergogne ni honneur, et dans une bonne partie des cas, ils ont raison. Partant de ce point …Quelle surprise y aurait-il à voir la garde traîner le cadavre de l’un d’entre eux, qui a dû être abattu après avoir massacré une ou deux personnes.

Mais je m’éloigne probablement un peu de ma personne, je suppose … Pour en revenir à qui je suis, j’ai exercé mon métier de chasseuse de façon active durant environ 200 ans. J’ai ainsi rencontré mon premier amour, depuis décédé … J’ai voyagé énormément sur les terres d’Era Necrolia. J’ai traqué et abattu un nombre incalculable de créatures … Même si la plus redoutable de toutes, sans hésitation, était un ange. Une enfant de divinité, nommée Abygaëlle. Mais ce combat a laissé des marques … J’ai préféré me retirer, et retourner vivre dans la noblesse, quelques temps. Au bout de quelques dizaines d’années cependant, la reine m’a confié une tâche particulière … Traquer un autre ange, et le tuer. J’ai accepté. Depuis … Même si je chassais toujours occasionnellement les monstres, ma principale tâche a été de poursuivre cet être. Mais autant, lorsqu’ils ne cherchent pas à se cacher, les rejetons divins peuvent être d’une facilité extrême à confronter … Autant le mien m’a fait courir pendant les quelques siècles qui nous séparent d’aujourd’hui. Le hasard veut qu’il … Disons, détienne un artefact qu’il me tiendrait également à cœur de récupérer. Et le comble … C’est que je sais qu’il a également été amené ici, sur Kosaten, bien que sous l’autorité du dieu Long. C’est en partie pour pouvoir chercher des informations sur lui tranquillement que je me suis à ce point montrée discrète, jusqu’à présent …


L’hybride lâcha un long soupire, avalant une feuille de salade qu’elle avait replié à l’aide de ses couverts. Elle n’avait cessé de manger durant tout ce temps où elle avait parlé – même si bien sûr, elle évitait de cracher des morceaux de ce qu’elle avait dans la bouche ou ce genre de choses – et au final, elle avait déjà avalé des quantités assez conséquentes de nourriture … mais elle avait tout de même l’impression d’avoir monopolisé la parole trop longtemps. Un sourire vint étirer ses lèvres, bien que légèrement las.

Enfin … Je suppose que « me connaître » ne signifiait pas uniquement que je vous raconte mon histoire … Mais j’avoue penser que cela pouvait faire une bonne base. Mes excuses si je me suis un peu étalée sur le sujet. Du reste … Vous me rendez curieuse également, Jaël … Vous dites avoir été élevé par les moines, alors pourtant que tous vous présentent comme le fils du président … Mais vous semblez vous-même avoir votre propre histoire, bien différente de celle de votre paternel. Vous souhaiteriez m’en entretenir un peu ? Histoire que je ne sois pas la seule à parler d’elle ce soir.

La dernière phrase avait été lâchée sur un ton joueur qui, couplé à l’envol de la fatigue sur le visage de l’hybride, confirmait qu’elle était de nouveau d’humeur plus légère que quelques instants plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Lun 29 Jan - 17:07

- Un simple petit dîner ...-



Ambiance (Musicale)

La peau de Valentine était douce, il l'avait déjà comprit en la lui serrant la première fois, mais la lui baisant, c'était une tout autre sensation, qui ne le laissait pas indifférent. Il ne pu contenir son sourire en l'écoutant, avant de calmement reprendre sa place. Le contexte était assez romantique avec le recul.

Un restaurant en tête à tête, la mise en scène prétextait à plus, mais il espérait qu'elle ne se fasse pas d'idée sur son compte, après tout, c'était vraiment pour mieux la connaitre qu'il l'avait invité au premier abord. A présent, en la voyant, c'est vrai que son optique aurait pu légèrement changer. Mais il n'en dit rien pour l'instant.

Quand la prochaine remarque se fit sur sa chemise et sur le fait que l'enlever en émoustillerait plus d'une, encore une fois, elle réussie à lui tirer le sourire, mais ce n'était pas difficile. Jaël n'était pas quelqu'un d’austère, bien au contraire. Il fixa la belle elfe dans les yeux pour ajouter ;

Et de maris jaloux ! De quoi m'excuser auprès d'eux toute la soirée, vous avez raison, autant la garder. Surtout que je ne suis, pour ma part, qu'avec vous ce soir.

En tout cas, il appréciait que le ton de l'hybride soit aussi léger que le sien, et qu'il n'y ai pas de convenance vis à vis de son rôle au sein de Minshu. Il porta la cigarette aux arômes fruités à sa bouche, il est vrai que ce fumet couvrirait le goût des aliments, mais Jaël préférait cela à manger, bien qu'il soit bon vivant par moment. Il trouva un peu dommage qu'elle ne veuille pas le tutoyer, mais comprenait qu'elle ne le puisse pas. Elle le flatta même un peu, en disant le respecter ainsi. C'est qu'il s'en était presque senti gêné de ne pas la vouvoyer du coup, alors, il fit concession.

C'est mon pêché ! Et pour le vouvoiement, je serais gêné de ne pas être sur la même longueur d'onde, alors, vouvoyons nous.

Gagner le respect d'un élu, sans avoir fait autre chose qu'un discours d'election et une invitation à diner, c'était tout de même fort ! Il n'était pas un guignol, c'est vrai, mais elle ne le connaissait pas encore assez pour le respecter vraiment. Enfin, c'est ce qu'il aimait à penser des autres. Mais se sentait forcément flatté de l'être.

Enfin, elle raconta son histoire, pendant qu'il ejectait hors de la direction de la demoiselle, sa fumée épaisse et aromatique. Il ne voulait pas la couper dans son élan et la laissa donc entamer un long monologue, qui monopolisa pour son plus grand plaisir la conversation. Il voulait en apprendre plus sur elle, le voila servit.

Il ne prit peur à aucun moment, que ce soit de l'âge à sa noblesse, en passant par sa nature de chasseuse de monstres. Il apprit ainsi, qu'une autre personne de son monde et de Fuyu visiblement, était arrivée aussi, et stimulait donc la continuité de son but, même après tant de temps. Lorsqu'elle eut terminée et seulement là, après s'être excusée d'avoir autant parler, il s'autorisa une réponse ;

Une longue vie, pleines de rebondissements. Si je peux vous aider pour cet ange que vous traquez, n'hésitez pas à me le faire savoir. Et pour cette histoire de calendrier, c'est vrai que nous n'avons pas vraiment. Les élus connaissent différentes saisons dans leurs mondes, mais ici, Kosaten ne connait pas de cycle saisonnier, il est par région. Je pourrais bien vous dire en quelle année nous sommes, mais les mois ont peu d'importances.

Kosaten avait sa propre manière de fonctionner. Mais à présent, Valentine souhaitait en savoir plus sur lui, c'était normal après tout. Il plaisanta un peu en finissant son verre d'eau, une fois reposé, dit ;

Oh, dans ce cas, je ne vais pas vous laisser étaler votre vie seule. Par ou commencer... Hmm..

Pensif, il souriait tout seul par moment, puis après avoir tiré une bonne latte sur sa clope, il l'a posa entre ses doigts et laissa sa main tomber sur le coté, ne recrachant même pas la fumée qu'il venait d'engloutir. Enfin, tourné vers elle, ce dernier raconta ;

Je n'ai pas vraiment connu mon père, ni ma mère d'ailleurs. Je crois que c'était une native de Minshu, mais elle est morte il y'a longtemps. Mon père à voulu me protéger et aussi m'enseigner, me préparer à l'éventualité qu'il y'a eu il y'a quelques jours. En me mettant de temples en temples, j'ai donc été élevé par les sages et les moines, c'était très formel, stricte, je peux dire que je n'appréciais pas vraiment. Jeong venait me voir une fois par an environs, dans le secret presque absolu. Ce n'est pas une relation très saine et c'est peut être pour ça que je suis plus détaché de lui, que lui de moi.  

Il s'arrêta quelques seconde, mangea une boulette de viande, bu un peu et après s'être essuyé la bouche avec une serviette, reprit doucement.

Je pense que ma vie cloîtré, m'a aidé à comprendre à quel point la liberté est fondamentale, pour chacun de nous. Je pense que j'ai réussi à avoir les valeurs que mon père voulait me voir acquérir. Mais pour être franc, je n'étais pas volontaire pour l’élection. J'ai appris qu'il avait pris les devants en m'y inscrivant bien avant. Je suppose que quand il m'a mit devant les responsabilités du peuple que j'aimais comme une famille, il a su toucher la corde sensible. Un truc de Tékina...  Dit t'il en souriant.


Mais comme vous le voyez, ma vie n'a rien de très palpitante, j'aime vivre comme tout le monde, j'aime la liberté comme tout le monde et mes petits plaisirs quotidiens. J'aurais aimé savoir ce que vous auriez accomplie ou fait, si.. Vous aviez gagnée les élections ? Cela me rend curieux, vraiment.

Peut être qu'il changea de sujet, peut être qu'il évita de s'étaler sur sa vie. Mais Jaël semblait avoir connu une sorte de cloison, régit par les entraînements et l'apprentissage intensif. Peu de liberté et de libre arbitre, jusqu'à ce qu'ironiquement, il ne soit à la place de son père... Et encore, on pouvait sentir que ce coup là, était un énième coup du patriarche sur son rejeton. Encore une fois, décidant pour lui et le cloisonnant à un rôle qu'il avait lui même dit ne pas vouloir... Pourtant, impossible de faire marche arrière et puis, maintenant, il ne le voulait plus non plus. Etre président était la meilleure place pour aider Minshu.

J'aimerais à terme, vous intégrer possiblement dans la politique Minshujin. J'ai des raisons de croire qu'il y'a une corruption. On me croit plus malléable et manipulable que mon père, et c'est très bien ainsi. Je veux compter autant sur mes deux conseillères, que sur une élue digne de confiance et que pour moi, vous interprétez à merveille. Qu'en diriez vous ?

Voila qu'une proposition tombait. La faire entrer dans la scène politique, peut être pas comme une conseillère, mais elle pourrait jouer un rôle pour lui. Qu'en dirait t'elle ?


-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mer 31 Jan - 17:30

A défaut de pouvoir dire que sa cigarette sentait particulièrement bon – l’odeur ne la dérangeait pas, mais autant ne pas se mentir, ce n’était pas non plus vraiment très agréable – l’hybride avait en tout cas apprécié de voir que son auditeur était des plus attentifs vis-à-vis du récit qu’elle avait brossé « rapidement » de son existence. Elle avait passé de nombreux détails sous silence : sa nature vampirique, son lien avec les sorcières, son implication dans plusieurs assassinats politiques de son monde ou tout simplement certaines des problématiques qui agitaient ce dernier, mais elle savait parfaitement que celui à qui elle parlait ne connaissait pas l’endroit d’où elle venait. En conséquence, lui donner trop d’informations d’un coup ne ferait que le saturer, et l’empêcherait de comprendre, à terme.

Ne vous en faites pas, ce n’est pas comme si le passage du temps signifiait encore grand-chose, pour moi … Je suis ici depuis 4 ans, et pourtant, des fois j’ai l’impression qu’hier encore je traquais des scolopendres dans des marais corrompus. Ce qui s’était à la base voulu une plaisanterie avait soudainement un déplaisant goût de souvenir. Qu’importe. Quant à l’individu que je chasse, ne vous en faites pas … Je l’ai déjà croisé, à vrai dire. A l’heure actuelle, mon objectif serait plutôt de le surpasser en puissance, afin de pouvoir le confronter et l’abattre. Je ne sais pas si ma reine l’apprendra de sitôt … Mais la tâche sera faite.

Elle omettait également un point particulier à propos de Morlun, qui découlait directement du fait qu’elle n’indiquait pas son vampirisme partiel … Tout simplement, le fait qu’il était le remède dont elle avait besoin pour guérir son affliction. Ou, plus précisément, que le remède se trouvait dans son cœur … Mais ce détail quelque peu morbide n’avait pas réellement sa place dans un petit dîner tranquille comme celui-ci. Plutôt, l’hybride préféra se concentrer sur ce que lui racontait son vis-à-vis, hochant la tête lorsque nécessaire, et mangeant tranquillement en même temps. Même si elle avait vu des mets bien plus raffinés dans son existence – avoir fait partie de la noblesse elfique aidait un peu – elle pouvait affirmer quelque chose à propos de l’homme face à elle : il savait où inviter des gens. Notant une pause, elle se permit de répondre rapidement, tout en le laissant gober une boulette.

Les relations parents-enfants et la noblesse n’ont pratiquement jamais fait bon ménage, que ce soit ici ou ailleurs … Même s’il est regrettable que vous en ayez fait les frais avec votre père, surtout si vous avez perdu votre mère.

Le laissant reprendre et poursuivre, elle-même se rendit compte qu’ils avaient bientôt terminé la salade, ainsi que la majeure partie du reste des entrées. Et elle dû s’avouer à elle-même qu’elle était un peu surprise. Enfin … Mettant le sujet de côté dans son esprit, elle haussa la tête à ses interrogations, qui firent naître sur ses lèvres un nouveau sourire. Décidément, il avait l’air de poser des questions ouvertes dont les réponses pouvaient durer des heures … Mais ce n’était pas déplaisant de voir qu’il ne feignait pas l’intérêt qu’il portait à la blonde.

Pour être honnête, je ne le sais pas très bien moi-même … Je pense que j’aurais pour commencer lâché un gros soupire de dépit. Rigolant un peu à sa propre plaisanterie – qui avait un gros fond de vérité – elle haussa légèrement les épaules. Non, je ne sais pas … Je pense qu’avant toute décision majeure, j’aurais passé un certain temps à étudier et déconstruire mentalement la politique de votre père pour comprendre ses choix et actions. A part l’alliance avec l’île de Tenshi, qui à mon goût n’a pas été basé sur quelque chose d’assez solide, j’approuvais la majeur partie des décisions du président. Ceci dit, je suis heureuse que vous ayez renouvelé l’alliance entre Minshu et Seika, j’espère que cela portera ses fruits. J’aurais potentiellement fait cela aussi, à terme … Pour le reste, je n’ai pas trop cherché à me projeter. A raison, semblerait-il.

Ponctuant sa phrase d’un léger rire, l’hybride se remit en quête de quelque chose à manger sur la table, laissant à son expression détendue et quelque peu amusée la charge de témoigner son ressenti : elle n’était pas le moins du monde incommodée par sa défaite. Digne élue du serpent, la traqueuse tenait à sa liberté d’action et de mouvement, et même si elle n’aurait pas refusé les rênes du pouvoir si on les lui avait confiés, elle ne les désirait pas vraiment, les voyants en grande partie comme des entraves. Cependant, lorsque le président repris la parole, il piqua tout de suite son intérêt, lui faisant relever la tête. Elle ne masqua pas le nouveau petit sourire qui vint éclairer son visage, mais en tu la raison jusqu’à ce qu’elle puisse prendre la parole sans la couper à son interlocuteur, dont les explications ne manquaient pas d’intérêt … Elle redevient d’ailleurs un peu plus sérieuse avec le temps, joignant ses doigts devant son visage pour poser sa bouche contre, réfléchir un peu en silence.

Pour être tout à fait honnête, j’osais espérer que vous aviez ne serait-ce qu’entendu parler de la lettre que j’ai envoyé lors de ma candidature à la présidence … Car j’y formulais exactement la proposition que vous venez de me faire, ou peu s’en faut. Je suppose que du coup, vous vous doutez de ma réponse … Mais votre histoire de corruption m’intéresse. Prenant son verre, elle le porta à ses lèvres pour le vider quasi d’une traite, soupirant avant de reprendre. La seule question que j’aurais réellement à vous poser donc, ce serait … Qu’est-ce qui vous prouve que vous pouvez me faire confiance ? Qu’est-ce qui pourrait vous le prouver de façon inébranlable ? Un air joueur sur le visage, la chasseuse ne lui laissa cependant pas le temps de répondre. Rien. J’ai eu la chance, si on peut appeler cela ainsi, de vivre dans une société où la corruption des puissants était aussi répandue que les rats en période de peste, et de l’extérieur, j’ai pu en observer un nombre tristement élevé de cas, plus ou moins différents les uns des autres, qui m’ont pour la plupart permit de l’affirmer … Il est à la lisière de l’impossible de prouver, entièrement et sans faille, qu’une personne est « digne de confiance ». Bien sûr, je vous dis cela comme si vous deviez vous méfier de moi … Dans l’absolu, ce n’est pas nécessaire, mais bon … Après tout, de près, vous n’avez même pas encore eu l’occasion de savoir à quoi je ressemble réellement.

Alors qu’elle avait prononcé, en prenant son temps, cette phrase, l’hybride de la corruption s’était lentement laissé aller en arrière sur sa chaise, et s’était quelque peu décontracté … Alors que des points, des aspects de son corps changeaient légèrement. Le teint de sa peau, plein et vif, s’était progressivement éclairci, venant flirter avec la pâleur d’une morte. Les lèvres lisses et séduisante s’étaient, même si seulement très légèrement, desséchés, alors que leur teinte était elle aussi devenue plus terne. Ses mains avaient vu de petites marques, à l’origine discrète, lentement redevenir plus larges et contrastées, vestiges de cicatrices plus ou moins anciennes. Mais le plus choquant de cette « transformation », qui ne dura que le temps d’un souffle, c’était les yeux. Ou plutôt, leur bordure. Les pupilles dorées à la couleur si vive n’étaient pas devenues délavées, et brillaient toujours de la même étincelle … Mais leur contour, en revanche, n’était pas resté le même. Des cernes qui s’étaient marquées de secondes en secondes avaient fait leur apparition, donnant à ce regard d’or un ton fatigué, las. Car au fond, il ne servait pas à grand-chose de s’en cacher ; c’est ce qu’était l’hybride … Lasse. Ancienne, expérimentée … et pourvue des afflictions qui allaient de paire avec ces deux statuts. Elle reprit cependant, à une vitesse plus élevée, son apparence séduisante lorsque le serveur s’approcha, se redressant légèrement sur sa chaise. Inutile de faire paniquer ce pauvre homme, étranger à cette discussion.

Veuillez m’excuser … Tout se passe bien ? Puis-je rapporter les plats des entrées et vous proposer de passer à la suite ?
Avec plaisir, faites donc. Lui adressant un sourire aimable, la semi-vampire remplissait de nouveau son verre, et le portait à ses lèvres. Le repas et la soirée sont très loin d’être terminés, de toute  manière … N’est-ce pas ~ ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Ven 2 Fév - 5:10

- Un simple petit dîner ...-



Ambiance (Musicale)

Les années filaient en Kosaten, c'était normal pour certains élus de perdre la notion du temps. Aucun calendrier particulier n'était fixé dans les nations ou plutôt, chacun avait le sien. En tout cas, ce qu'il fallait retenir, c'est surtout que les saisons n'existaient pas vraiment, et étaient plutôt régis par la géographie.

Mais bon, pour Valentine, se ressasser le souvenir d'une traque ne fit qu'effacer son sourire charmant, l'espace d'un instant. Avant de reprendre et ajouter qu'elle avait déjà croisé sa cible et qu'au lieu de l'éliminer - Ce qui en soit, avec les élus ressuscitant, devait un peu perdre de son panache - elle préférait le dépasser en terme de puissance pure.

C'était honorable, elle avait des qualités de guerrière indéniable, mais Jaël ignorait l'écart que celle ci avait avec son adversaire du moment. Cela le rendait à demi-curieux, elle n'avait peut être pas envie d'en parler plus que ça et puis, donnait la ferme impression de savoir ou elle allait, ce qui était pour lui le principal au final.

C'est une bonne chose de s'accrocher à ses objectifs. J'ignore ce que c'est d'être pris de son monde, mais je n'ai pas l'impression d'y être étranger pour autant.

Puis elle rebondit un peu sur son histoire, l'absence de son père, tout ça... Il faut dire que lorsqu'un parent avait des responsabilités et surtout de ce genre, il n'était pas facile d'avoir une vie de famille. Même si Jeong avait pu accepter d'avoir sa progéniture à ses cotés, il y'aurait eu des problématiques et sa discrétion, sa protection, venait sans doute aussi du fait qu'il était au courant - ou souhaitait le protéger - des corruptions ou du reste. La vérité ne serait probablement jamais clair à ce propos.

La encore, la vagabonde, si bien habillée en ce doux soir, fut plutôt pleine de compassion. Jaël se détendit un peu et termina enfin sa clope, l’écrasant dans sa main, avant de ses les frotter prestement et durement, tout en conservant un visage neutre et même souriant. Il déposa le mégot dans une sorte de cendrier, enfin, en vrai c'était un bol de soupe, mais ça ferait l'affaire. Il n'y avait pas de soupe ce soir et ce bol était là, à attendre de servir à quelque chose. Il écarta ce dernier sur une autre table à coté, ou personne ne mangeait bien sur.

Puis il l'a fixa pour lui répondre, après s'être assuré de n'avoir plus aucune traces sur ses paumes.

Oh, je pense qu'avec le recul, c'est pas plus mal. Je ne déteste pas mon père, il avait ses raisons. Je préfère aller de l'avant, c'est ma force.

Quand il recentra la conversation sur elle, éclipsant un peu son passé à lui, elle dû répondre à la question ou il trépignait de la voir donner une réponse - qu'il ne jugerait probablement pas vraiment - mais écouterait avec grand plaisir.

En toute logique, l'hybride fut donc perdue dans les eventuelles décisions à prendre sur l'immédiat et chercha, réfléchit sur quoi dire, sans doute pour éviter inconsciemment de décevoir le président également, peu importait, vraiment. Puis, Valentine avoua qu'elle aurait bien étudié toutes les possibilités, surtout sur ce qu'avait entreprit Jeong et voir ou cela pouvait mener. Cela permit d'ailleurs de mettre le doigt dans l'engrenage Tenshin.

La Weathley ne trouvait pas que l'alliance avec l'ile volante était la meilleure des idées du patriarche de Jaël, ou sans doute faite un peu vite, avant de terminer et acquiescer sur l'alliance renouvelée avec Seika. Le président se permit aussi une réponse ;

Vous avez un sens logique, je n'en attendais pas moins. Tenshi, oui, c'est une sacrée histoire, c'est même le gros de mon travail qui m'attends dans les prochains mois. Je vais conserver l'alliance avec Reisha, je dois organiser un rendez-vous avec cette Tenshin, je verrais bien. Quand à Karui, c'est une bonne chose qu'il ait accepté, je prévois quand même de renforcer massivement la sécurité du territoire. Sul hei ne fera probablement pas grand chose s'il est au moins comme je l'imagine, mais ses armées et fanatiques ou encore élus, c'est une autre paire de manche...

Soupira un peu Jaël. Les attentats des envoyés de Sul n'étaient jamais loin. Le règne de la terreur du tyran ne pouvait pas amener à de bonne chose. Quoiqu'il en soit, avec une sécurité renforcée et de multiples alliance, l'ennemi commun finirait bien par tomber. La suite ne pouvait cependant pas être une paix, même si souhaité par chacun des dirigeants. Tôt ou tard, une autre guerre éclaterait, pour les artéfacts, pour les Dieux... C'était un peu la destinée et en même temps, la fatalité de Kosaten.

Certains dirigeants repoussaient juste l'inévitable, quand d'autres désiraient s'amener à ses portes sanglantes. Il fallait faire des choix pour vivre longtemps, perdurer et profiter. La politique et Minshu et Seika n'était pas si éloignée en bien des points et même dans Fuyu, certaines racines n'étaient pas mauvaises... Mais sauver ce qui en restait, était une autre histoire.

Pensif quelques secondes, le rouquin se recentra sur elle lorsque celle ci parla de la lettre envoyée pour sa candidature, ou était stipulé le même genre de demande que précédemment, concernant son entrée en politique pour l'aider dans la réduction de la corruption - voir son éradication -

Ou peut être que je désirais vous voir le dire et l'entendre de vive voix.Fit t'il, en la fixant pendant qu'elle buvait et reposait son verre pour faire évoluer la suite, lorsqu'elle lui posa une question, non... LA question. Celle de la confiance ! Et c'est avec le même regard joueur qu'il l'écouta répondre à cette question elle même, en disant que rien ne pouvait l'assurer de cela.

Et après avoir longuement discouru de nouveau, surtout en faisant part du fait qu'il ne connaisse pas son véritable visage, aka apparence, elle changea doucement mais surement. Ses attraits physiques si beaux, devinrent - pour certains - repoussants. Un teint plus pâle, une peau sans doute plus rugueuse, couverte des aléas des combats menés, des cernes aux yeux et des pupilles luisantes et perçantes, plus que jamais, elle évoquait alors une sorte de prédatrice.

Valentine ne mit fin à la transformation, que lorsque le serveur arriva pour demander si tout se passait bien. Tout du long, jusqu'à ce moment, Jaël n'avait pas quitté son regard de l'hybride, sans en changer l'émotion neutre qui découlait de son visage. Il n'attendit que le serveur reparte et aille chercher la suite et changer le bol de soupe pour répondre à son tour. Laissant alors son sourire joueur revenir ;

Pourquoi ? Parce-que vous me plaisez et que je ne me trompe jamais quand je prends une décision importante.  

Cela pouvait paraitre vantard, c'est vrai, mais il ne s'en cachait même pas et croisa les bras derrière sa tête, en laissant voir ses dents en souriant de plus belle. Ajoutant à son dernier commentaire ;

Vous ne croyez pas si bien dire Valentine. Vous avez mordue ma curiosité avec cette transformation. Quand je vous disais de venir telle que vous êtiez, j'étais sincère. Cette apparence, ces cicatrices, ce regard, c'est vous, mais je suis face à un masque actuellement. Je n'ai pas de quoi vous impressionner autant, je suis venu tel quel, mis à part l'habillement sous les conseils de mes conseillères préférées...  Dit t'il en soupirant joyeusement. Si vous voulez conserver cette apparence, ça me va, mais vous me devrez un second rendez vous, avec la véritable Valentine.

La suite des plats arrivèrent et le couple de ce soir pu donc se jeter dessus, avec raffinement - ou pas - Un, deux, trois coups de fourchette plus tard, les assiettes se videraient plus vite que les entrées, le plat de resistance sentait vraiment bon et comme il ne fumait plus à ce moment là, le président pouvait donc profiter pleinement de ses papilles. Reversant un peu d'alcool à son invitée, et l'invitant à trinquer avec lui ;

Je trinque donc à votre insertion dans ma hmm... Maison politique ? Bref, peu importe, bienvenue ! Vous aurez accès au palais présidentiel cela va de sois, un bureau et même une chambre. La plupart des zones vous seront autorisées. Si vous avez des questions à ce sujet, n'hésitez pas.

Et pour finir ;

Je vous fournirais les dossiers pour la corruption, mais profitons de cette soirée pour parler d'autre chose. Depuis quand vous n'avez pas pris du temps pour vous ?

Demandant foncièrement cela, en lien avec la soirée, la détente, un bon diner au chaud, loin des dangers de Kosaten, sans pression, sans objectif de sauver le monde ou autres conneries d'élus...

-
Président Jaël Tekina

 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Sam 10 Fév - 13:07

« Vous me plaisez » ? La formulation était peut-être un peu trop directe, surtout venue d’un homme semblant s’encombrer, de manière générale, d’assez peu de manière et d’étiquette pour pouvoir paraître « trop franc » sur ses sentiments … Mais si la semi-vampire avait un très léger doute, elle n’en laissa pourtant rien paraître, donnant au contraire au président l’opportunité de fanfaronner comme il lui plaisait. Définitivement, son caractère à la fois joyeux et spontané avait son charme, et il s’adressait à autrui avec une manière familière, mais qui pourtant laissait clairement sentir qu’il respectait ses interlocuteurs. Cela changeait beaucoup des « nobles » elfes d’Era Necrolia, dont l’honnêteté discutable et les paroles venimeuses avaient fini par totalement masquer leur bon fond, pour ceux qui en possédaient un. Ici, peu de second sens, une nourriture un brin pittoresque mais ayant bon goût, et quelqu’un à parler sans faire de simagrées : tout ce qu’aurait pu désirer l’hybride … Lorsqu’elle quittait à peine l’adolescence. Mais depuis, son univers, ce qui l’entourait avait changé … et elle aussi. Ça ne l’empêchait pas de se laisser resservir avec un petit remerciement, ou de continuer à profiter de la nourriture : vu les quantités, ils avaient amplement assez de marge … Même si, à vrai dire, elle avait très nettement l’impression qu’elle allait s’en donner mal au ventre, si elle ne se freinait pas très vite.

En revanche, l’honnêteté était une lame à double tranchant … Et si elle pouvait faire plaisir, elle pouvait aussi peiner. En un sens, sa réaction était logique, de même que sa réaction … Mais l’hybride des brumes aurait préféré un autre type de commentaire. Moins par orgueil et envie d’être accepté comme quelqu’un de beau que parce qu’il remettait en question, d’une certaine manière, le fait qu’elle avait suivi ses instructions : elle était venue en usant certes d’artifices, mais de là à dire qu’elle n’était pas elle-même ? C’était une tout autre question … à laquelle elle répondrait dès que sa bouche fut de nouveau disponible. Pour l’heure, le jeune président désirait lever un toast, et l’hybride ne put qu’agréer, quelque peu surprise des modalités de son offre, bien que cela reste en soit de façon plaisante. Faisant tinter son verre contre le sien, elle leva les sourcils à sa question finale, laissant échapper un « pfouuuuu » à la fois très peu raffiné, et qui exprimait pourtant parfaitement l’entièreté de sa réponse … Elle allait fournir quelque chose d’un peu plus construit, bien entendu, mais le sentiment était là.

Environs 200 ans et … des poussières ? Enfin, à vrai dire, une soirée « pour moi » peut simplement être constituée d’un bon fauteuil, d’un livre intéressant, d’une cheminée à côté de laquelle se poser et de plusieurs litres de thé … Mais même ça, ça s’est raréfié depuis mon arrivée. Elle eut un petit rire, regardant son assiette. C’est un peu de ma faute direz-vous : je n’ai acheté un logement que très dernièrement … Dans la capitale, d’ailleurs, je ne sais pas si la chambre au palais sera indispensable. Enfin. Tout cela pour dire qu’une soirée où je sors, rencontre quelqu’un, profite juste d’un dîner en tête à tête … Cela doit faire une éternité. Au moins plusieurs fois le temps d’existence d’un natif ici, en tout cas … Ceci dit, Je suppose que les occasions ne m’ont pas plus manqué que cela, puisque je n’en ai pas provoqué moi-même, au final.

Portant une nouvelle fois un peu de vin à ses lèvres, elle en but une gorgée, pensive … Elle sentait très clairement l’alcool commencer à perturber ses sens surdéveloppés, et quelques rougeurs lui monter au joues, mais elle était encore loin de l’ivresse. Piochant ensuite à l’aide du pic de bois qui était enfoncé dedans une boulette de viande, elle ouvrit grand les lèvres pour la gober, et resta quelques instants à la mâcher en savourant un peu le goût … Avant de sourire, et de hocher un peu la tête.

Vous aviez raison … Les spécialités de la maison sont très bonnes. Et sinon … Désolé de vous contredire, mais … Je pense peut-être être un peu plus au fait de « qui je suis réellement » que vous, non ? Ayant un petit sourire alors qu’elle le pointait un instant avec son petit bâtonnet de bois, comme si elle intentait de le piquer légèrement avec, elle finit par le planter dans une nouvelle boulette. Vous l’avez dit vous-même … Quelque part, je prends un peu la soirée pour moi … C’est l’occasion de vous rencontrer, de faire connaissance … Peut-être n’ait-je pas envie de vous dévoiler toutes les cicatrices que je porte dès le premier soir. Je ne les cacherais pas éternellement, bien sûr … Mais j’aimerais attendre un peu, et qu’on en sache un peu plus sur l’autre en profondeur avant de vous révéler toutes ces marques … et de vous raconter les histoires qui vont avec. Faisant cette fois deux bouchées pour manger la viande, elle mastiqua lentement, le regard un peu dans le vide … puis haussa les épaules. Et puis, ce n’est pas parce que je vous montre le côté droit de mon visage, qui est joli et présentable, plutôt que le côté gauche, plein de plaies et de mauvais souvenir, que le côté droit n’en devient « faux » … à vrai dire, je pense que si j’avais choisi l’existence calme et paisible à laquelle mon père me prédestinait, j’aurais eu l’apparence dans laquelle vous me voyez actuellement en permanence. Mais j’ai choisi une toute autre voie … les occasions d’apparaître comme demoiselle noble et belle se sont faites de plus en plus rares … et la maudite habillée comme une vagabonde est devenue celle que tout le monde connaît comme était réellement « Valentine ».

Ceci étant, ma personnalité n’est en rien affectée par mon apparence, si cette question vous est venue à l’esprit. Et si je parle ou réagit de manière inhabituelle … C’est peut-être le vin, il est très bon, mais plus fort que ce dont j’ai l’habitude.
Ayant un petit sourire à cette phrase, elle continua de manger pendant quelques instants … avant qu’il ne s’assombrisse, et qu’elle ne lâche un soupir. Simuler une émotion quelconque n’avait jamais été son domaine de prédilection, et elle n’avait pas envie de se fatiguer à essayer. Désolée si je … réagis comme ça à vos paroles. Je sais que vous ne vouliez pas me vexer, et que vous désirez simplement avoir l’occasion de me voir telle que je suis dans la vie de tous les jours, mais … Disons que pour cela … il aurait mieux valu ne pas m’inviter au restaurant. Plutôt … venir avec moi, sur les routes, à l’occasion d’une quête ou d’un voyage … mais c’était probablement déjà complexe, en assumant des fonctions présidentielles, de vous dégager une soirée rien que pour moi, alors je ne me fais pas beaucoup d’illusion sur la possibilité d’organiser une telle chose, même dans un avenir un peu plus lointain, quand la situation générale sera plus calme.

Réalisant qu’elle avait, déjà depuis un certain temps, commencé à éviter de regarder directement le jeune homme assit à sa table, elle y remédia en levant les yeux, cherchant à éviter que son expression ne semble trop sombre. Peut-être à sa surprise, elle y parvint sans trop de mal, adoptant donc des traits plus détendus et neutres alors qu’elle reprenait la parole.

A part cela, d’ailleurs … Non pas que je n’apprécie pas la nourriture, je pense que c’est assez facile de constater le contraire … Mais aviez-vous quelque chose de prévu, pour lorsque le dîner sera terminé ? Je ne sais pas, une balade dans la capitale, visiter le palais présidentiel … Elle haussa les épaules, laissant enfin un petit sourire arquer de nouveau ses lèvres. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave, autant simplement rester à table à discuter jusqu’à pas d’heure … mais j’avoue que de mon côté, étant l’invitée, je n’avais rien prévu … En grande partie parce que je me reposais surtout sur vous pour assumer cette partie. Du coup … Quelque chose de prévu, Mr. Jaël ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Lun 12 Fév - 1:10

- Un simple petit dîner ...-




Etait t'elle troublée ? S'était t'il trompé sur quelque chose ? Il n'était pas à l'abris, mais finalement, lorsqu'elle reprit la parole, c'était essentiellement pour répondre à sa question principale, la derniere et seule qui comptait en ce moment. Elle avait passé deux siècles sans passer ce genre de soirée, mais sans vraiment ne pas penser à elle bien sur. Valentine semblait assez indépendante et solitaire mine de rien, ça transparaissait, cependant, il y'avait une forme d'elle, de son tout, qui laissait également entendre que la compagnie de Jaël ou bien d'un autre, ne lui était pas désagréable.

Le président apprit sur le fil de la discussion, qu'elle avait donc acheté un appartement ici, dans la capitale. Il aurait pu se mettre au courant, mais cela lui avait carrément échappé et il sourit donc à lui même, pensant à cette futilité, cette non-observation. Mais après tout, n'était t'il pas ici pour en apprendre plus sur elle ? Il était donc ravis d'en avoir connaissance. Pendant qu'elle finissait la seconde partie de son discours, il se demandait pensivement à quoi pouvait ressembler l'intérieur de son appartement.

Lorsqu'elle finit, et qu'il pu donc répondre, il ne trouva pas grand chose à redire, mais fit part de ses reflexions ;


Je me demande à quoi ressemble votre appartement. Mais, evidemment, la chambre au palais ne semble plus vraiment utile. Quoique, pour vous contacter plus rapidement ça aurait pu l'être, mais je pense que vu votre travail, vous pouvez vous permettre une distance avec les lieux, ce sera peut être même mieux.

L'optique de la croiser dans les couloirs plus souvent ne se ferait donc pas, mais il était de toute manière assez occupé pour la louper dans de tels cas. Puis, elle continuerait à avoir un recul, une indépendance à laquelle la vagabonde tenait sans doute.

De toute manière, la capitale était grande et petite à la fois, envoyer un messager ne serait pas plus compliqué que ça, en cas d'urgence bien sur. Puis, le sujet tourna sur autre chose, un point qui avait vraiment perturbé Valentine, celui de venir tel quel, comme elle était, le point d'insistance de Jaël, qui se répéta même plusieurs fois à ce propos. Il sentit dés les premiers instants, qu'il s'était fourvoyé en la jugeant, alors qu'au fond, elle avait raison.

Il ne pouvait pas la connaitre mieux qu'elle même ne se connaissait, et il avait conclu trop vite qu'elle portait un masque, alors que c'était une partie d'elle même. Il se refusa intérieurement à l'interrompre et encaissa - si on peut dire - sa vexation qui n'en était pas une, mais un peu quand même. Bien qu'il sente également sa gêne quand au fait de le dire, il appréciait totalement sa franchise à ce propos.

Lors du premier silence, alors qu'elle reprit à manger, mâchant lentement, il aurait peut être pu intervenir, il tenta d'ailleurs :

Je...

Mais aussitôt les boulettes engloutis, et un mouvement d'épaule plus  tard, qu'elle ne reprit directement son discours. Cette fois ci, il se força à ne pas la couper, jusqu'au moment d'être certain que ce soit son tour. Son regard n'était ni jovial, ni déçus, un peu neutre pour tout dire.

Elle exposa longuement et minutieusement son point de vu sur son jugement, s'excusa même de réagir comme ça et pointa le vin en porte à faux, ce qui fit esquisser un sourire à Jaël. Le président ne buvait pas d'alcool, mais il pouvait en imaginer les effets. Toutefois, ce n'était pas à elle de s'excuser.  Alors une fois qu'il pu enfin discourir à nouveau, il le fit, en se levant, et en saluant brèvement Valentine, restant ainsi dans cette position (ce qui étonna une partie du personnel du restaurant) Il ajouta ;

Vous n'avez pas à vous excuser. Je n'avais pas à vous juger, ni vous dire comment venir ou non. Je ne peux pas mettre ça sur le compte du vin, alors disons simplement que ma prise de fonction récente m'a... Légèrement perturbé, ou... Peut être est ce vous.

Avant de se rasseoir de nouveau et la fixer dans les yeux, entendant ses paroles au propos du restaurant et du reste de la soirée. Mais il tenait à rebondir et cloturer l 'événement précédent.

J'ai agis comme si je vous connaissais, alors que, je suis ici pour découvrir qui vous êtes. Et je fais l'erreur de croire savoir... Je suis désolé Valentine. Oubliez ce que j'ai dis, j'apprécie votre franchise. Concernant la soirée, vous avez raison, nous avons passés trop de temps dans ce restaurant, fusillé des regards et entourés de gardes. Même moi, je n'y suis pas si à l'aise que ça.
 
A ce moment là, il se leva à nouveau pour interpeller le service.

S'il vous plait, préparez un panier avec le reste des plats pour deux. Donnez le surplus aux pauvres dans la rue, mettez ça sur ma note.  

Ce à quoi acquiesça sans sourciller les serveurs et chefs du restaurant. Puis, il se retourna vers elle, lui tendant sa main.

J'aimerais vous montrer quelque chose, enfin... Vous emmener quelque part. Accepteriez vous de ... Prendre ma main, un instant.  Dit t'il en souriant, face à ce curieux double sens.

Mais bien évidemment, une fois le panier prêt, avec le reste du repas, ainsi qu'une bouteille et de quoi presque partir finir ça tranquillement quelque part, ce dernier attendit patiemment qu'elle accepte, avant de passer à la suite. Il passa simplement sa paume dans le vide et un paysage se dessina dans une sorte de portail dimensionel ressemblant à un miroir brisé, qui reprenait vie lentement.

Suivez moi. Ajouta le président d'une voix douce.

Dans ce portail, on pouvait y voir la destination (plus ou moins clairement) et ça ressemblait à un champ dans la nature, en pleine nuit, le son pouvait même être entendu à qui prêtait bien l'oreille. Il entra le premier dedans (pour disparaitre dedans) ne laissant finalement que son bras dépasser dans le "restaurant" en esperant y tenir à l'autre bout, une Valentine consentante pour le rejoindre. Quand aux bruits du champ, il s'agissait ni plus ni moins que du chant des grillons.

Le theme du champ

Mais oserait t'elle le rejoindre ? Et risquer de salir sa belle robe ? A moins qu'il n'ait tout prévu ? La suite n'était pas écrite, mais le serait sous la plume des agissements de Valentine.


-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mer 14 Fév - 17:31

L’hybride ressentit un plaisir non dissimulé à voir que le jeune homme face à elle consentait à admettre son erreur de jugement, et s’excusait pour cette dernière. Non pas qu’elle soit le genre de femme à aimer voir les autres s’abaisser devant elle, bien au contraire, mais le fait qu’il ait si humblement reconnu sa faute prouvait que, derrière les problèmes de chemise, les discours au-dessus du vide ou le tabac vissé à la lèvre, il y avait quelqu’un de mature et de sage. Certes, entre cela d’un côté, et de l’autre son petit coup de vantardise un peu plus tôt, se faire une idée précise de « qui il était » pouvait sembler un peu étrange, voir compliqué … mais ça n’inquiétait pas le moins du monde la demi-elfe. Elle se savait parfaitement qu’il n’y a parfois rien de plus étrange et illogique que l’esprit d’un être humain, et en avoir une nouvelle confirmation sous les yeux la rassurait, plus qu’autre chose.

En revanche, elle était tout aussi honnêtement surprise par son initiative de se lever pour s’excuser, accueillant le geste avec un peu d’incompréhension, du moins le temps qu’elle ne le comprenne. Décidément, elle ne pouvait pas se plaindre de lire dans son interlocuteur comme dans un livre ouvert … Et même si elle n’était pas du genre à déprécier le manque de respect des conventions – de certaines, en tout cas – elle n’était pas pour autant habituée à cela. Plus troublant encore : la manière dont il l’accusa justement elle de l’avoir « perturbé », pour reprendre ses mots. Un commentaire certainement à même de mettre en émois une pucelle … Dans le cas de l’hybride en revanche, l’analyse prenait trop rapidement le pas sur le ressenti pour qu’elle ne laisse échapper plus qu’un clignement de paupières, sans détourner les yeux du jeune homme. Cela ne l’empêcha pas d’embrayer sur un autre sujet, à savoir la suite de la soirée, mais pourtant, le moment avait laissé une impression dans son esprit.

Oh, trop de temps, je ne pense pas … la soirée a réellement filé si vite ?

Sa question resta temporairement sans réponse, mais elle était quasiment sans arrière-pensée : très peu sujette à la fatigue, la blonde avait vu son esprit tant pris par la conversation que l’idée du temps qui passait ne l’avait pas frôlé. Et dans un environnement clos où la lumière ne variait pratiquement pas … Même s’il était indéniable que les fenêtres ne laissaient plus voir grand-chose, si ce n’était une ville beaucoup plus plongée dans l’obscurité qu’à son arrivée.

Une nouvelle fois, le jeune président voulut lui faire une surprise, que la traqueuse accueillit avec un sourire amusé. « Lui montrer quelque chose » sans préciser quoi ? Même s’il s’agissait visiblement d’un lieu, l’offre restait osée … Mais peut-être que cela justifiait, quelque part, sa soudaine envie de quitter les lieux. Réfléchissant un instant à peine, elle finit par hausser légèrement les épaules, et par poser sa paume sur la sienne, en profitant pour se relever de sa chaise en faisant attention à sa robe. Se demandant où ils pourraient bien se rendre à cette heure alors qu’on confiait un panier repas au jeune homme, elle l’observa ouvrir un portail avec un intérêt certain, haussant les sourcils face à la démonstration d’une telle capacité. Il ne lui fallut qu’un instant pour se rendre compte, aux sensations sur sa peau et aux sons qu’elle percevait, que l’endroit où il voulait la conduire était d’une part tout ce qu’il y avait de plus réelle, et également assez éloigné d’une ville … Le voyant disparaître dans le trou dans la réalité, elle inspira profondément en considérant ses options … Elle lui tenait toujours la main, mais au moins, il ne la tirait pas pour la forcer à venir.

Dans quoi donc suis-je en train de me laisser entraîner … enfin.

Soulevant légèrement sa robe pour que cette dernière ne bloque pas le portail, la traqueuse leva un pied, et le passa à travers l’étrange surface, miroitante, mais reflétant un autre endroit. Prenant une inspiration, elle fit ensuite traverser tout le reste de son corps, et passa en l’espace d’un frisson dans le champ, à côté de son hôte de la soirée. Rouvrant les yeux pour étudier ce nouveau paysage, elle observa quelques instants autour d’elle, lâchant la main qu’elle tenait encore pour faire quelques pas, seule. Quelque part, elle ne regrettait pas, lorsqu’elle s’était changée pour se préparer au rendez-vous, d’avoir réalisé qu’elle n’avait aucune paire de chaussure « élégante », problème l’ayant contrainte à venir dans les mêmes bottes que d’habitude. Ces dernières supporteraient aisément d’être couvertes d’un peu de terre … elle veillerait en revanche à ne pas trop progresser dans les herbes hautes : si ses bottes étaient – malgré un cirage et un coup de brosse récent – assez usées, sa robe en revanche n’aurait supportée d’être salie à cause de cette escapade nocturne.

Laissant son regard se perdre à l’horizon pour voir si elle reconnaissait la capitale, ou une quelconque ville – voir peut-être un village – qu’elle aurait déjà traversé de par le passé, la traqueuse finit par se retourner, un petit sourire en coin sur les lèvres. C’est un étrange endroit où poursuivre un rendez-vous … Mais de ce que j’en vois, il est charmant. Qu’y a-t-il de si particulier à son propos ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Jeu 15 Fév - 16:15

- Un simple petit dîner ...-




Evidemment qu'elle avait filée, en compagnie d'une si belle femme et surtout lorsqu'on ne s'ennuyait pas, les secondes et les heures avaient tendances à se faire la malle. Au final, ce n'était pas plus mal, car ça permettait à Jaël d'embrayer sur quelque chose de nouveau. S'enfuir de ce lieu, ou il se sentait un peu trop épié et puis, pas si naturel que ça. Il comprit qu'elle était comme lui sur certains points et donc, ne se refuserait pas à un moment de liberté loin de la ville.

Mais c'était osé, clairement. Il ouvrit cependant son portail sans hésitation et y entra en attendant de la voir le rejoindre, traverser en ayant confiance en lui. Cela voulait dire beaucoup, si Valentine acceptait cette autre invitation. Il n'eut pas à attendre très longtemps de toute manière, pour la voir apparaître. Fort heureusement pour la vampire, celle ci avait les bottes qu'il fallait dans un tel lieu.

Le champ dans la nuit, s'étendait assez à l'horizon, mais il n'y avait pas, si ce n'est cette clôture en bois, sur laquelle Jaël finit par s'adosser, de représentation d'une quelconque vie native ici. Pas de village, de cheminée fumante, de lumière au loin. Juste le son continu des grillons et les étoiles. Il sorti à nouveau une clope de son paquet en la voyant s'approcher, et ne pu s'empêcher de sourire à sa question. Il se préparait dés lors à répondre, mais avant, souhaitait la remercier d'être venue ;

La soirée filait en votre compagnie, ce qui n'est pas forcément un mauvais point, loin de là. En tout cas je suis content que vous m'ayez rejoins ici.

Laissant craquer une sorte d'allumette et finalement allumer le bout de sa cigarette, il en inspira une bonne bouffée, puis en relâcha la fumée en l'air, en se mettant légèrement en arrière sur la cloture, avant de reprendre sa position initiale et fixer Valentine.

Vous connaissez la disposition de Kosaten je suppose ? Vous avez déjà vu une carte ? Que pourriez vous me dire de Kosaten, l’île, les océans, ses archipels ?

Il attendit d'abord qu'elle réponde à cela, avant d'embrayer pour répondre à sa question précédente. Tout en laissant certainement cette dernière se poser plus de question encore par la suite.

Cet endroit est en fait une île, appelée Hissori. Elle se trouve hors du zawardo, à quelques kilomètres derrière pour être précis.

Mais il voulait être sur de voir si elle savait ce que tout ce qu'il disait signifiait. Il était donc l'heure de savoir si Valentine était au courant du monde dans lequel elle avait émergée et évoluée depuis déjà plusieurs années. Puis il était curieux de sa réaction aussi, c'était un fait !

Il n'y a personne sur cette île sauvage, à part nous. Cette clôture protège un petit terrain, que j'ai moi même construit. Par moment, depuis mon enfant, depuis que j'ai découvert Hissori, j'aimais venir ici me ressourcer ou réfléchir. J'ai même pensé y rester, il y'a quelques années, mais... Ce n'est pas possible.
 
Fit t'il. Laissant alors, consciemment, de nombreuses questions en suspens. Il tira une nouvelle taffe, recracha la fumée et se rapprocha un peu plus de la demoiselle. Il ne faisait pas trop frais en cette nuit, heureusement. Il n'aurait pas aimer la voir mourir de froid, bien qu'il la sache assez résistante, peut être même imperméable à ce genre de faiblesse.



-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mer 21 Fév - 17:22

Vous m’en direz tant ? Pourtant, je passe énormément de temps en ma propre compagnie, et il tend parfois à se faire long … N’y êtes-vous pas vous aussi pour quelque chose ?

Un retour à l’envoyeur classique, mais néanmoins amusant que l’hybride se permit en entendant le compliment à peine masqué de son interlocuteur. En soit, à l’origine, sa question était tout à fait sérieuse, et il avait réussi à la changer en quelque chose à son avantage … Mais elle ne pouvait se plaindre de recevoir des compliments : elle qui n’en avait que très – voir trop – rarement, s’en voir soudainement arroser ne la dérangeait pas plus que cela. Hochant la tête en tirant une petite moue à sa question suivante, l’hybride haussa les épaules, levant un peu les yeux au ciel alors qu’elle réfléchissait.

Mhhh oui, plus ou moins … Qu’en dire. Fuyu se trouve au nord, Seika au sud, Minshu à l’est et les territoires neutres à l’ouest, ou au centre … L’île fait aux alentours de 4000 kilomètres de long et de large, et les climats sont répartis en fonction des positions, et non des saisons … Et un gigantesque cyclone entoure le continent entier, et ce en permanence. Le zawardo, si je ne me trompe pas … Il y a bien quelques archipels ici et là, mais j’avoue ne pas avoir suivi avec une assiduité égale tout ce qui concernait votre … géographie.

Bien sûr, les savoirs de l’hybride étaient plus profonds que cela : ayant exploré elle-même une bonne partie de ce continent qu’elle décrivait, jusqu’au Zawardo qu’elle avait eu l’occasion d’approcher de près, elle pouvait clairement citer des lieux connus, rentrer dans les détails de certaines zones, et autres choses du même genre … mais elle sentait que la discussion, qui risquait d’être sérieusement ralentie si elle commençait, n’était à la base pas supposée lancer un exposé de sa part : en prime, elle n’apprendrait probablement pas grand-chose au président, lui-même natif. L’écoutant cependant parler, elle haussa les sourcils de manière étonnée lorsqu’il révéla leur position géographique, avant de regarder autour d’elle … Mais plutôt que de s’exclamer ou de manifester outre sa surprise, elle préféra se taire, et attendre qu’il ne rajoute plus d’explications. Ce qu’il ne tarda pas à faire, éclaircissant déjà une ou deux des interrogations de la semi-vampire, qui malgré tout resta coi pendant encore quelques instants après qu’il n’eut fini … Pour finalement se reculer un peu, et … Se replier sur elle-même. Pliant les genoux et se penchant en avant à l’extrême, alors qu’elle levait les bras derrière elle, elle se concentra quelques instants, laissant à ses jambes le temps d’accumuler de la puissance … Lentement, des volutes de brumes se mirent à se « dégager » de son corps et de sa robe, nimbant le sol autour d’elle.

Puis, sans un bruit mais à une célérité fulgurante, elle se propulsa du sol pour effectuer un bond qui devait facilement dépasser la dizaine de mètres de hauteur. Lorsqu’on savait la vitesse de pointe qu’elle pouvait atteindre en course à pied – qui pouvait tenir tête à un très bon cheval, et le dépasser sur le long terme – il n’était pas surprenant de la voir en mesure de déployer tant de puissance instantanée. Cependant, elle ne se contenta pas de sauter « droite » : elle pivota en l’air, tournant légèrement sur elle-même pour se retrouver la tête en bas, une main sur la robe pour éviter que cette dernière ne parte dans tous les sens. Durant la brève seconde où la gravité reprenait lentement ses droits, mais la laissait encore pour l’instant en apesanteur, elle observa les alentours, cherchant à voir les plages de l’endroit, la mer, au-dela … Mais la tempête éternelle se déroba à sa vue. Plutôt que de mettre cela sur le compte de la nuit, elle était juste probablement trop loin : elle y voyait comme en plein jour. Achevant de pivoter pour retomber quasi sans un bruit dans la plaine, elle se réceptionna avec souplesse, et se releva en un instant, organisant quelques mèches de cheveux subitement devenues rebelles. Se tournant alors vers le président, elle eut un petit sourire alors qu’elle revenait vers lui.

« Quelques kilomètres », dîtes-vous ? Enfin, ce n’est pas comme si je pouvais voir partout autour de nous, mais j’ai effectivement l’impression que l’endroit n’est pas spécialement proche des côtes … Une île derrière le Zawardo. Elle resta silencieuse un instant, avant de rire doucement. Et dire qu’on m’avait présenté la tempête comme infranchissable … Encore que ceci dit, nous ne sommes pas venus via navire, je suppose. Mais je ne peux m’empêcher de trouver amusant qu’un enfant se soit rendu là où une pléthore de mages probablement compétents et puissants se sont échinés en vain … Je suppose que l’ironie de la chose me touche tout particulièrement.

Et à part ça, d’ailleurs … Vous nous avez « téléporté » ici … Mais comment avez-vous trouvé l’île ? Ce n’est pas comme si vous aviez pu vous déplacer par-delà le cyclone, librement, au-dessus de l’océan … N’est-ce pas ? Et aussi … Je veux dire, ce lieu doit être spécial pour vous, sans quoi vous n’auriez pas voulu y vivre … Même s’il ne me semble pas contenir assez de ressources et d’animaux pour y subsister seul bien longtemps. Mais qu’importe, ce que je voulais dire … C’est que vous avez l’air d’y accorder une importance toute particulière, et que visiblement, personne d’autre n’y a été convié de par le passé …
Finalement, elle remarqua qu’elle avait commencé à observer le paysage autour d’eux, à la recherche de vie animale à portée de vue ou d’ouïe, mais se tourna vers le jeune roux sans perdre son petit sourire. Alors … Pourquoi suis-je une exception ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Jeu 22 Fév - 14:42

"]
- Un simple petit dîner ...-



Musique


Jaël appréciait beaucoup Valentine, c'était peu dire, même s'il ne la connaissait pas depuis si longtemps finalement, il avait découvert des façettes agréables de la demoiselle et l'élue qu'elle était, était tout de même ancienne en ce monde à présent. Jamais trop d'écart, c'était une vagabonde de ce monde, une chercheuse de vérité, qui avait peut être son lot de choses à se reprocher, mais restait assez droite dans son chemin. De toute manière, il faisait largement confiance à son instinct, plutôt qu'au fait de parcourir un tas de paperasses. Rien que penser à ce qui l'attendait sur son bureau, lui donnait l'envie de rester ici avec elle, pendant plusieurs soirs consécutifs.

Mais il savait, qu'il faudrait bientôt abréger cette charmante compagnie, pour retrouver les aléas du travail et des nouvelles responsabilités qu'il avait désormais. Mais ça allait, Jaël aimait son pays, son peuple et surtout, voulait changer les choses à sa manière. Recruter une élue dans les rangs politiques, ça ne se voyait pas tous les jours. Les cas similaires les plus connus, pouvaient êtres deux de Schneiden ou Zayro, des élus très proches de leurs chefs. Tous deux, devenus des personnalités importantes. Valentine allait t'elle suivre cette même évolution aux cotés du président ? Qui sait.

En attendant, il l'écouta parler et lui renvoyer la pareille. Avant de la voir par la suite répondre sur ce qu'elle savait de Kosaten, en gros résumé. Portant la clope à sa bouche, le président sentait qu'elle ne disait pas tout, la vampire ne pouvait pas être ici depuis si longtemps et en savoir si peu, mais attendait certainement qu'il lui en dise plus, ce qu'il fit.

Cela permit donc de la voir un peu en action, suite à ces révélations, puisque cette dernière se propulsa en l'air, pour observer l'horizon et le pourtour de l'ile, peut être en essayant de capter ou voir quelque chose. A ce moment là, Jaël senti qu'elle lui ferait une remarque sur la distance et ça ne loupa pas vraiment à sa descente.

Je n'ai jamais vraiment calculé la distance, mais on doit êtres à cent ou cent trente miles du zawardo et donc un peu plus des côtes de Kosaten.

Quand elle poussa son rictus, il posa sa cigarette sur le rebord de la cloture, dans un endroit assez plat pour qu'elle ne tombe pas et l'écouta une nouvelle fois parler du fait que la barrière si infranchissable, avait été .. Eh bien.. Franchie justement. D'autant plus, que ce petit discours, qui le fit également sourire au début, débouchait bien sur une question. Après quoi, en prenant une courte inspiration et expulsant un tout aussi fin soupir, il se laissa captiver par le regard de Valentine et rebondit sur ses propos ;

Le Zawardo n'est pas si infranchissable. Tenshi par exemple, est une ile à cycle, qui se place au dessus du continent, avant de disparaitre et repartir au dessus du zawardo. Mais, il est vrai qu'il est impossible de le traverser de manière conventionnel. Tout comme j'ai réussi à me téléporter ici avec vous, les Tenshin utilisent certainement la même chose pour se rendre à Kosaten. Toutefois, se téléporter necessite un point ou aller et en dehors de Kosaten, il n'y a qu'un vaste et dangereux océan.

Il finit par récupérer sa clope, la finir, l'écraser et au lieu de la jeter de manière impoli, se contenta de la faire disparaitre en fin grain de cendre dans sa main. Puis, il s'assit vers elle, peu importe qu'elle se joigne à lui ou non, il termina ;

Quand j'étais petit, je découvrais encore quelques pouvoirs que je possédais. Je ne sais pas vraiment pourquoi ou comment, mais je me rappel avoir été assez en colère pour désirer quitter Kosaten. Après ça, je me suis retrouvé dans l'eau, au milieu de nulle part et en pleine nuit. Je pense que j'ai pas mal nagé avant de perdre un peu connaissance, ces souvenirs sont très flous, mais à mon réveil, j'étais sur une plage. Je pensais être à Kosaten, mais le paysage était un peu différent, alors en explorant les lieux, j'ai finalement découvert que c'était une ile. Au début, je pensais être sur un archipel, pas trop loin, mais j'ai rapidement compris. Je devais avoir peut être huit ou neuf ans, et j'ai passé presque une année ici, avant de pouvoir me faire aider... Par mon père. Je ne sais pas comment il m'a trouvé, mais on en a jamais rien dit et on a plus évoqué cette ile. Elle m'a tellement obsédée pendant des mois, que je cherchais le moyen d'y revenir, malgré tout... Ahah

Dit t'il, évoquant alors ces souvenirs avec une certaine nostalgie.

Je n'y suis pas parvenu avant un moment, mais quand j'ai eu la force de pouvoir le refaire, je n'hésitais plus et je m'y faufilait comme un repaire. J'aime le calme de cette ile, j'aime son mystère, son éloignement, le fait qu'on ne sache pas pourquoi elle est ici. Je lui ai même donné un nom. Bien sur, je me suis renseigné pour trouver des informations que mon père aurait pu connaitre, mais je ne peux m'en occuper que maintenant, je n'avais pas accès à tout avant. Pour le moment, j'ai rien trouvé de concret, peut être que je ne veux rien trouver de concret. Cette ile, c'est un peu la cachette de mon enfance, celle ou j'allais pour me sentir bien.
 
Et enfin, il répondit au questionnement de l'elfette, pourquoi elle ?

Pourquoi ? Eh pourquoi pas ! A quoi servirait un tel lieu, si je ne pouvais pas le partager avec quelqu'un que j'apprécie. Dit t'il en la regardant. Laissant un court instant de silence, avant de regarder à nouveau l'horizon.Dites moi, Valentine... Vous pensez que je ferais un bon président ?


-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mer 7 Mar - 7:19

Effectivement … Si l’envie me prenait de rejoindre la tempête cyclique à la nage, je suppose que j’aurais mis un certain temps. Heureusement que ça ne faisait de toute manière pas partie de mes projets.

Riant légèrement à sa propre petite plaisanterie, la blonde plaça une main devant son menton et sa bouche, continuant d’observer l’homme charmant qui l’accompagnait par cette soirée. L’accompagnait … et ici, l’avait fait voyager. Découvrir un lieu purement sauvage était à l’hybride ce que les mordus de littérature pouvaient ressentir, après un nombre considérable de romans plats et bateaux, en tombant sur la nouvelle œuvre de leur écrivain favoris. Mais si la nature était presque une muse pour la belle blonde, cette dernière n’en restait pas moins une femme à la fois prudente et parfois un peu trop réfléchie … Et bien qu’elle n’en montra rien, elle ne put empêcher un horrible point de vue de sa situation de se dresser dans son esprit. Il venait de la téléporter à plusieurs centaines de kilomètres de l’endroit où elle se trouvait, un instant plus tôt … Sur une île déserte, et de l’autre côté, par rapport au continent principal de ce monde, d’une tempête infranchissable par les moyens que la traqueuse avait naturellement à sa disposition. Ors, certes … elle aurait aimé vivre seule sur une île de ce style. Fut un temps, c’était même son rêve inavoué. Mais elle s’était, quelque part, attaché à Kosaten … Et surtout à certains de ses habitants. Et être privée du jour au lendemain de la possibilité de les revoir la peinait … De la même manière qu’elle était peinée de ne plus avoir accès à sa famille, même si elle n’avait jamais visité cette dernière très régulièrement. Ceci étant … il fallait aussi se montrer réaliste : à moins qu’elle ne s’organise très vite pour cela, et ne soit particulièrement chanceuse, elle n’était pas certaine de pouvoir survivre bien longtemps par elle-même, ici. Tenter de rejoindre le continent à la nage lui semblait plus réaliste que de se sustenter bien longtemps à un endroit où elle ne voyait ni cultures, ni faune très abondante – l’heure tardive était celle à laquelle les animaux auraient dû commencer à se montrer, en théorie – sur lesquelles se sustenter. Enfin … Elle écoutait l’histoire du président, et selon lui, la chose était possible … mais cela n’écartait pas totalement les craintes de la traqueuse.

Cependant, elle ne fit pas part de cette inquiétude, pour une simple et bonne raison : jusqu’à preuve du contraire, Jaël la ramènerait avec lui. Il l’avait invité, certes sans lui dire au préalable, mais en attendant de voir si elle le suivrait dans l’inconnu, à venir ici pour s’isoler du reste du monde … Mais l’idée qu’il la garde prisonnière a cet endroit ne trouvait aucune raison logique, pour la blonde. Et les quelques théories qu’elle avait très rapidement formulé dans son esprit avaient au milieu même de leur établissement trouvé des contre-arguments solides, qui rendaient sa légère paranoïa … inappropriée. Se méfier n’avait rien d’inutile, mais comme pour toute chose, il ne fallait pas verser dans l’excès … La traqueuse patenta donc simplement le temps qu’il ne finisse de raconter son passé lié à ce lieu, hochant lentement la tête par moments, amusée de cette histoire atypique. Un enfant qui, en fuguant, se retrouve de l’autre côté de l’océan … ce n’était pas banal. Elle comprenait en revanche son attachement pour le lieu, pour des raisons assez évidente lorsqu’on connaissait son caractère à elle.

Quel enfant n’apprécie pas d’avoir son petit refuge secret où il peut se construire et s’éveiller par lui-même, en solitaire … Les moines qui vous ont élevé ont tout de même dû être drôlement surpris de vos absences à répétition, je suppose.

Elle n’ajouta rien en revanche sur la qualité d’une éducation que l’enfant pouvait couper à loisir : ce n’était pas très distingué de faire ce genre de remarques, et si elle-même pouvait prétendre avoir assisté à chacune des leçons qu’on lui avait prodigué dans sa jeunesse, elle ne pouvait mentir sur le fait qu’elle-même avait, un nombre assez élevé de fois, rêvé de quitter sa chambrette pour aller explorer le lointain … Sa rigueur, outre certains mots de ses précepteurs qui s’étaient gravé dans son esprit dans l’instant, lui venait en grande partie de la contrainte, inutile de chercher à le voiler … En revanche, savoir que le président avait réussi à trouver son enfant unique la titilla également, mais elle choisit de ne pas demander de détails supplémentaires. L’idée de pouvoirs similaires de père en fils n’avait rien d’idiot, après tout : peut-être que Jeong, de même que Jaël, pouvait se déplacer dans l’espace sans réelle évolution dans le temps … une capacité des plus intéressantes, il n’y avait aucun doute.

Ce qui choqua l’hybride, en revanche, lorsque le jeune homme répondit enfin à sa question, ce fut … la simplicité de ses mots. Désarmante. Car après tout, qu’y avait-il à répondre ? Il l’appréciait, ils étaient venus … Le raisonnement ne cherchait pas plus loin, et restait pourtant parfaitement logique. Ce fait colla un petit sourire aux lèvres de la blonde, qui tourna la tête dans la même direction que le jeune fumeur pour détailler l’horizon.

Je suppose que la question est réthorique, formulée comme cela … Haussant les épaules, elle chercha par réflexe à mettre ses mains dans ses poches … avant de se souvenir au doux contact de l’étoffe qu’elle n’en avait pas. Soupirant, elle baissa un peu les yeux, puis les releva vers le nouveau dirigeant lorsqu’il posa une nouvelle question à laquelle elle n’était pas préparée … Même si celle-ci fut bien plus aisée à encaisser, en quelques sortes. Le temps seul répondra de façon ferme et définitive à cette interrogation … Enfin.

Elle prit quelques instants pour regrouper ses pensées, continuant d’observer un peu dans le vague, réfléchissant. Elle trouvait les idées, les mots … Veillait juste à ne pas les présenter de façon trop crue, elle opta enfin pour un certain type d’approche, alors qu’elle plantait ses yeux jaunes dans les siens.

Je vais vous parler en toute honnêteté, vous êtes jeune. Tant en tant qu’individu politique qu’en tant qu’homme, selon les standards de votre race … Pas infantile, mais jeune. C’est une force. Vous avez manifestement la volonté de faire le bien pour les autres, de tenir des engagements … C’est aussi une faiblesse, que de parfois ne pas mesurer ses paroles, en promulguant par exemple des alliances impossibles, ou en laissant l’émotion l’emporter sur la raison. Mais bon. Tant que vous ne vous laissez pas corrompre par le pouvoir, l’argent, ou autre chose, et tant que vous faites des besoin et du bien-être de votre peuple votre priorité … Vous serez certainement un dirigeant atypique. Mais loin d’être mauvais. En tout cas … J’ai envie de croire en vous. Elle eut un petit rire, se replaçant une mèche de cheveux derrière les oreilles avec deux doigts. Et puis, vous avez tout de même une certaine prestance, une bonne manière de discourir, vous laissez une forte impression … Vous donnez envie d’être suivi. Pour un homme de pouvoir, le charisme est important … Et le vôtre conviendra parfaitement, je pense. Et pour ce qui est de la sagesse et l’expérience dont vous ne bénéficiez pas forcément encore … Je suppose que vous avez une triplette de conseillères prêtes à vous donner un coup de pouce lorsque la situation l’exigera … N’est-ce pas ?

Alors qu’elle souriait à cette petite confirmation de son envie d’assister le nouveau dirigeant du peuple du serpent, l’hybride des brumes sentit un vent fort, mais au final pas si frais que cela se lever. La météo sur cette île semblait à mi-chemin entre Minshu et Seika … C’était plaisant. Ecoutant le chant de l’air mouvant qui glissait dans les herbes hautes, soufflait dans les arbres et portait avec lui les sons des flots, la grande hybride ferma ses yeux jaunes, relaxée … Et leva lentement les mains à sa tête. Retrouvant le nœud du ruban dont elle s’était servi pour nouer un peu ses cheveux, elle peina quelques instants … Mais finit par le défaire sans plus de difficultés que cela, laissant tout à coup la cascade blonde coulant de sa tête gagner en volume, s’élargir en venant tomber plus naturellement sur ses épaules et son dos nu … Recouvrir son tatouage, et se soulever à cause de la brise, ondulant de façon asynchrone derrière sa tête. Rouvrant finalement les yeux, la traqueuse, dont le ruban était toujours glissé entre les doigts, fixa pendant quelques secondes l’horizon … Avant de se tourner vers son président.

C’est vraiment un très bel endroit … Lorsque vous vous trouverez une promise, emmenez-là ici pour la demander en mariage. Vous n’êtes peut-être pas à la recherche de cela pour l’instant, je suppose … mais si vous veniez à l’être un jour, et que vous vous demandez dans quel contexte amener les choses, je vous assure qu’il n’y aura probablement pas de meilleur endroit possible.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Sam 10 Mar - 16:55

- Un simple petit dîner ...-



Musique


Répondant à son rire, avec le sien, elle le faisait facilement sourire lorsque ses canines étaient éclairé par les lunes et les étoiles de Kosaten tout entier. C'était presque inconscient, focalisé par moment sur son regard, il écouta ses propos sur la nage. Elle ne manquait pas d'humour en tout cas. Le Zawardo était si puissant, que s'en approcher broyait tout, à l'image d'un trou noir. Aucun bouclier, aucune resistance et aucun élu ou natif ne pouvait le traverser normalement. Tenshi avait trouvé la parade en faisant passer son rayon téléporteur au point le plus "faible" du cyclone, si l'ont puis dire...

Mais il senti derrière cette remarque détendu, une sorte de courte tension, cela ne dura pas. Mais il se demanda quelle en était la raison et ne pensait pas du tout à ce qui avait pu lui traverser l'esprit. Comme le fait de la garder prisonnière dans un tel endroit. Jaël n'avait même pas effleuré cette idée dans son esprit totalement innocent pour le coup. Enfin heureusement, la vampire se recentra à nouveau sur la conversation précédente et répondit aux propos du jeune président. A la fin, il se laissa rire à son tour et fixa le bout de ses doigts, en les montrant également à Valentine ;

Malgré toutes les excuses que j'ai pu sortir, mes doigts s'en souviennent. Ils frappaient le bout de mes doigts avec une sorte de petit bâton magique, c'était pas vraiment mes meilleurs souvenirs, mais au fond, ça valait le coup.

Les moines avaient étés sévères, stricts, mais justes aussi. Il ne tenait pas vraiment rigueur ou rancune de ce passé, il était enfant et même adolescent ou jeune adulte, sa position, son éducation, sa pensée évolua en même temps. Le recul lui permit de comprendre tout ça, avec la facette adulte qui commença à le composer peu à peu. Aurait t'il fait les mêmes choses en sachant la punition ? Certainement. Ce n'était pas forcément de pénibles souvenirs, juste une bien étrange nostalgie.

Concernant l'endroit même ou ils étaient, il était clair que le président voulait le partager avec ceux qu'il appréciait. Ne plus garder son refuge secret, si éloigné de ceux qui comptaient. Valentine était la première à y fouler les pieds, sauf si l'ont comptait Jeong et Jael bien sur. Mais c'était aussi pour lui prouver sa confiance et sa bonne foi, il était certain qu'elle devinerait toute seule cela. Il ne répondit rien de plus, attendant simplement d'avoir à nouveau son tour, lorsqu'elle prit la parole en rapport à sa précédente et importante question.

Etait t'il, serait t'il... Un bon président ? Il retint son souffle lorsqu'elle ouvrit la bouche et que les premiers mots en sortirent.

Le temps hein... Je vous écoute.

Voyant bien qu'elle n'avait pas terminé et cherchait les formulations pour la suite, il prit soin de demeurer silencieux après cela. Il retint tous ses mots, son envie de croire en lui, son envie de l'aider et la pelleté de compliments allant avec. Si bien, qu'il se teint le coeur d'une main, mimant une sorte d'attaque cardiaque, avec le sourire ;

Vous allez faire exploser mon cœur avec autant de compliments. Mais... Merci Valentine. Votre avis compte beaucoup. Il est franc, honnête, droit et expérimenté j'en suis certain. C'est aussi pour ça, que je vous veux à mes cotés, pour garder notre nation aussi... Bonne que possible.

Et concernant les conseillères, il se massa l'arrière du crâne.

Je ne vous le fais pas dire, elle seront mes garde-fou à l'image des moines de ma jeunesse. A cela près, que je ne sécherais pas mon devoir cette fois ci. Plaisanta t'il sur la fin.
 
La suite fut plutôt un spectacle, la regardant dénouer son noeud et laisser libre ses cheveux, volant au gré des brises, qui venait les soulever comme les vagues de l'océan. Une mer dorée qui l'hypnotisa un court instant, avant qu'il ne cligne des yeux lorsqu'elle reprit la parole. Des paroles étonnantes, plus personnelles, touchant à son possible futur. Emmener sa future ici ? Quel bon choix, avisé, c'est vrai. Il fouilla machinalement sa poche pour se sortir une clope... Pas de chance, il n'en avait plus. Il laissa alors sa main dans sa poche et sourit dans le vide, en fixant Valentine ;

Assurément. J'espère que l'endroit lui plaira comme il m'a plu.

Pendant plusieurs minutes, Jaël se laissa rêveur, songeur, en regardant simplement cette femme qui était face à lui, entre l'horizon océanique et montagneux et lui. Une élue ancienne, pas si puissante et pourtant, très intelligente et charismatique, belle et dont l'avis comptait beaucoup. Il ne cessa de la fixer qu'après plusieurs minutes, regardant finalement le sol, puis le ciel et enfin, se rappelant qu'aux cotés de cette vampire hypnotique, le temps passait bien trop vite (malheureusement).

Oh... Le temps avec vous n'a plus aucun sens, les heures ont filés comme des secondes, c'est injuste. Je vais devoir écourter ici notre soirée Valentine. Mais je ne vous laisserais pas repartir à la nage, ne vous en faites pas. Je peux vous déposer quelque part ?

Dit t'il, en sortant sa main et en refaisant le fameux miroir de précédemment, sauf que cette fois, il ne menait pas sur le restaurant, mais sur Kansei, un toit tranquille plus précisément, il attendait peut être qu'elle lui dise son adresse, puisqu'elle demeurait en ville. Autant l'emmener à son pas de porte. De nouveau, il lui tendit sa main, n'attendant plus qu'une confirmation de sa part, sa confiance à nouveau, pour reprendre le chemin du départ !

-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 361
Yens : 691
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 70
Nombre de topic terminé: 22
Exp:
2/6  (2/6)
avatar
Valentine W. ~ Vagabond ~

- En ligne



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Mar 13 Mar - 14:09

Bien malgré elle, la blonde faillit éclater de rire en voyant l’homme le plus puissant – politiquement parlant, mais peut-être aussi en termes de pouvoir pur – de sa nation simuler la crise cardiaque face à elle. Non pas que la chose en soit aurait été drôle … Mais les raisons qu’il invoquait avaient clairement de quoi faire sourire. Se gardant de ne pas trop écarter les lèvres par habitude et pour ne pas lui donner un prétexte pour qu’il se mette à faire comme si elle allait le mordre, l’hybride croisa les bras sur son torse, haussant un sourcil.

Franc, honnête, droit et expérimenté ? Vous êtes sûr que je suis la seule à ne pas me montrer avare sur les compliments ?

La pique était lancée sur un ton amusé, et bien sûr destinée à être perçue comme une boutade et rien de plus : elle servait aussi, quelque part, à l’hybride à camoufler le fait qu’elle-même n’était pas très … habituée à recevoir des compliments. Lorsque le prince enchaîna sur ses devoirs, elle se permit d’en rajouter une autre, se massant le menton comme si elle réfléchissait profondément à la situation.

Mhhh, je suppose que cela veut dire que si vous prenez un jour la poudre d’escampette, la chancelière assurera le côté politique de vos responsabilités, la grande prêtresse se chargera de rassurer les foules, et moi je devrais venir vous chercher par la peau du cou ? Heureusement que vous ne comptez pas vous enfuir alors … Parce que par mes propres moyens, je pourrais difficilement me rendre ici.

Si ses réponses, légèrement moqueuses, contrastaient avec la suite de son discours beaucoup plus poétique, ce n’était pas parce que l’hybride était quelqu’un de particulièrement inconstant … Mais il y avait quelque chose en ce jeune homme qui, malgré leurs positions respectives, la poussait à le titiller légèrement. Rien de méchant, et elle n’avait aucune mauvaise arrière pensé bien entendu … Juste l’envie de suivre son caractère, plus impétueux et divertissant que celui que possédait la vampire de base. Le fait qu’elle ait été grande sœur d’un grand nombre d’enfants, d’adolescents puis d’adultes divers et variés jouait-il son rôle ? Prétendre que non aurait été imprudent. Mais en tout cas, un des objectifs de la soirée avait été rempli … Elle avait senti que ces quelques heures passées en la compagnie du jeune homme avaient été « pour elle ». Bien sûr, ils avaient chacun échangé sur l’autre, parlé d’évolution professionnelle –si on pouvait l’appeler ainsi- et de situation politique … Mais pourtant, elle ne s’était pas autant amusée depuis un certain temps, ou en tout cas pas dans un tel cadre. Sans compter le plaisir de pouvoir bien s’habiller, pour une fois … Bien sûr, elle ne garderait pas un bon souvenir du passage où il avait insisté pour voir la « vrai elle », mais ce geste maladroit de la part du nouveau dirigeant du serpent n’avait rien d’intentionnellement blessant à la base, et elle n’y pensait déjà plus.

Lorsqu’il la ramena quelque peu à la réalité, la sortant des pensées et rêveries dans lesquelles elle avait fini par se plonger sans s’en rendre compte, elle fut presque surprise de savoir que tant de temps avait déjà passé … Mais elle accueillit la nouvelle avec un nouveau fin sourire en haussant simplement les épaules, comme si l’injustice que soulignait le président était malheureusement une fatalité avec laquelle composer, et qui ne pouvait qu’être acceptée, puisque l’ignorer ou tenter de la combattre était impossible. Au moins, ils ne perdaient pas de temps supplémentaire en trajet, songeait-elle en voyant de nouveau la réalité se déformer et se fracturer de la main du jeune fumeur … mais elle remarqua que ce nouveau portail ne conduisait pas au restaurant. Et après tout … quoi de plus logique ? S’il pouvait pratiquement se rendre n’importe où dans la capitale, autant la rapprocher de l’endroit où elle habitait. Lorsqu’il lui demanda d’ailleurs de quelle zone il pouvait la rapprocher, elle prit une mine de réflexion, une main venant se loger sous son menton.

Hmmm … On pourrait se rendre au nord de fuyu ? J’aurais aimé payer une visite à un commandant de là-bas, voir comment il s’est remis de notre dernière confrontation … Faire une plaisanterie à propos de ces évènements qui étaient pourtant vieux de plusieurs mois ( … voir même plusieurs années, désormais ?) n’était pas d’un bon goût absolu, et il y avait peu de chances qu’il comprenne la référence, mais qu’importe. Secouant finalement négativement la tête, elle lui saisit la main, mais répondit d’une voix sans équivoque. Mais non … Contentez-vous de nous ramener au palais présidentiel, Jaël. J’ai du monde à la maison … Et j’aimerais autant avoir droit à quelques minutes pour moi-même avant de les retrouver, même si j’ai passé une excellente soirée en votre compagnie.

Elle ne voulait pas lui donner l’impression d’avoir passé un mauvais moment avec lui – c’était à l’inverse de vrai d’ailleurs – mais certaines choses, comme les goûts et les couleurs, ne se décident pas … Et elle était devenue dès l’adolescence un être solitaire, qui appréciait par moment la compagnie des autres … mais ne pouvait survivre sans de longs moments livrée à elle-même. Le voyant changer le portail qu’il avait créé pour se rendre en un nouveau lieu, elle le suivit sans hésiter lorsqu’il s’avança, confiante. Traverser, de nouveau, des milliers de kilomètres d’un simple pas procura à la traqueuse une sensation étrange … ainsi qu’une certaine sérénité d’atteindre de nouveau ce continent qu’elle n’avait pas tout à fait adopté, mais qu’elle connaissait déjà bien. La capitale minshujin était calme … comme le voulaient les premières heures de la nuit. Lâchant les doigts du jeune dirigeant, elle l’observa une dernière fois avec un sourire, alors qu’elle organisait d’une main sa chevelure blonde.

Et bien, je suppose qu’il va être temps de se quitter pour ce soir … Mais j’ai passé un très bon moment en votre compagnie Jaël. J’espère que c’était réciproque, bien sûr… Et je suppose que je devrais prochainement m’attendre à un messager, ou un nouvel oiseau sur mon balcon, pour que vous m’entreteniez un peu plus en détail de mes rôles et responsabilités vis-à-vis de ce nouveau poste ? Lui laissant le temps de répondre, voire de lui remettre un document ou autre s’il en avait déjà préparé un, elle joignit ensuite les mains devant son ventre, s’inclinant légèrement. Trikya pour cette soirée et pour m’avoir invité … Et à très bientôt, monsieur Tekina.

Alors qu’elle se détournait, et se mettait en marche pour sortir de l’enceinte du palais présidentiel, la grande élue accueillit la fraicheur de cette soirée avec un soulagement perceptible. Non pas qu’il avait fait particulièrement chaud sur l’île, ou que sa tenue était réellement épaisse, surtout comparé à ce qu’elle portait d’habitude … Mais elle trouvait des plus appropriées l’expression « se rafraichir les idées ». Elle était venue sans attentes pour ne pas être déçue, mais elle repartait avec une satisfaction inattendue de ce rendez-vous … Et pour des raisons bien autres que cette politique à laquelle elle consentait enfin à se mêler de près, après des siècles d’existence. Un rendez-vous quasi sans tâche avec un jeune homme à la fois courtois, bon, et bien plus honnête et ouvert que ce qu’elle avait eu l’occasion de côtoyer dans la noblesse … Peut-être ne fallait-il pas s’attendre à grand-chose d’autres dans une nation où la liberté avait une place importante, mais tout de même. Elle marcha d’un bon pas, mais en empruntant des chemins légèrement détournés, prolongeant ainsi la balade nocturne pendant plusieurs dizaines de minutes encore, avant de finalement parvenir à son jardin … Oor’ka, qui y dormait paisiblement dans l’herbe, ouvrit un œil à son approche. L’énorme requin terrestre bleu se leva et s’ébroua un peu avant de s’approcher … La semi-vampire, qui avait progressivement repris sa pâleur maladive habituelle et ses cheveux courts, d’un blond plus sale et à l’aspect moins soigné, l’accueillit avec une caresse sur le crâne, qui se changea progressivement en étreinte alors qu’il pressait son front contre sa poitrine. Fermant les yeux en sentant l’énorme créature respirer tout contre elle, elle ferma les yeux, posant son menton dans sa fourrure en réfléchissant … Oor’ka avait très rapidement perdu ce côté « dépendant » qu’avaient bon nombre d’animaux, et qui les poussait à s’accrocher énormément à leurs maîtres. Mais pourtant, à l’image de sa maîtresse, il savait parfois faire preuve de la profonde affection qu’il ressentait … Remuant légèrement, il finit par se décoller comme il s’était approché, en silence, et par se détourner pour retourner s’allonger au sol. L’élue en eut un petit sourire, le trouvant en quelques sortes mignon à ainsi se placer sous la fenêtre … Mais elle finit par lâcher un soupire, et pousser la porte d’entrée pour pénétrer sa maison.

Testbug, contrairement à ce qu’elle pensait, n’était pas en train de prendre soin de son katana, ou d’une des nombreuses autres armes blanches qu’elle avait acquis depuis son arrivée dans la capitale. Elle ne la trouva à vrai dire nulle part au rez-de-chaussée, et dû atteindre l’étage pour finalement la voir, dans le couloir, à côté d’un des meubles dans lesquels elle rangeait ses vêtements … en train d’essayer une de ses larges chemises de lin blanc. La traqueuse, un peu surprise, croisa les bras en l’observant jusqu’à ce qu’elle ne la remarque, un petit sourire sur les lèvres.

Oh … Déjà de retour ? J’aurais presque cru que tu me laissais seule pour la soirée.
Te laisser seule dans ma maison une soirée entière ? Crois-moi, ça n’a jamais été mon intention.
Les deux eurent un petit rire, alors que la rousse adoptait une position similaire à celle de sa vis-à-vis, croisant les bras sur sa poitrine en l’observant dans les yeux. Et je note qu’en prime, pour lui, tu te laisses pousser les cheveux et tu changes ta teinte de peau en camouflant les cicatrices … Mais pour moi, tu arrêtes ?
… a quoi tu joues, toi ? Un sourcil levé, toujours aussi amusée mais de plus en plus intriguée, l’hybride pencha la tête sur le côté en répondant. Que je sache, tu n’es pas vraiment la personne qui m’a invité au restaurant pour ce soir …
Mhhh … Non, c’est vrai. Lentement, la rousse s’approcha de son amie, pas à pas, jusqu’à se trouver à un souffle d’elle, ou peu s’en fallait. Mais si c’est la condition pour que tu te fasses belle …
… C’est drôle … Mais j’ai comme l’impression que tu es un soupçon jalouse, pour le coup … Tu me préfère avec la peau délicatement rosée et les cheveux jusqu’au creux des hanches ?
Mhhh, peut-être que je le suis. Et pour la peau, pas forcément … La rousse, qui observait sa vis-à-vis de haut en bas, finit par lui poser une main sur la joue … Alors qu’elle la « repoussait » doucement jusqu’au mur, la bloquant légèrement contre en perdant ses yeux verrons dans les siens. pas forcément.
… Est-ce que tu es en train de m’épingler contre un des murs de ma propre maison, en te plaignant que je ne me fasse pas belle pour toi … Et en portant une de mes chemises ? La traqueuse pencha la tête de l’autre côté, observant son amie en frottant légèrement sa joue contre sa main.
Peut-être. Levant l’autre main, Testbug se saisit de la fine bretelle de sa robe, la tirant lentement sur le côté … Elle ne pouvait pas spécialement plus dénuder l’épaule de l’élue. En revanche, le reste … Pourquoi ? Tu voudrais me voir retirer la chemise ?
Il était atrocement aisé de détecter lorsque la peau des joues de l’hybride des brumes s’empourprait. Et pour cause. Elle prit quelques secondes avant de répondre, semblant réfléchir sa décision... Avant de lâcher un simple « Peut-être. Peut-être … ».

Elle n’était absolument pas certaine de ce qu’elle faisait. Elle ne savait pas si cela aurait des conséquences, et lesquelles … Elle ne savait pas si avoir passé la soirée en compagnie de Jaël avait un réel impact, ou si ça n’avait été qu’un élément déclencheur. En y réfléchissant, elle ne savait pas depuis combien de temps quelqu’un qu’elle considérait comme « proche » avait voulu … réduire encore un peu la distance entre elles. Elle ne pouvait pas dire les sentiments de Testbug. Encore moins les siens. Les choses dont elle était à l’instant présent certaine étaient beaucoup plus concrètes … Un corps, séparé à peine par deux couches de tissus fin, contre le sien. Des caresses, d’une tendresse lui ayant manqué ces dernières années. Deux lèvres légèrement humides, mais chaudes, qui se pressèrent contre les siennes. Le tissus de sa robe qui glissa finalement le long de son corps pour rejoindre le sol …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 15
Yens : 31
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : Me flic pas !

Progression
Niveau: 300
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/0  (0/0)
avatar
Jaël Tekina - Pnj -

- http://rp-manga.forum-canada.com



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    Jeu 15 Mar - 16:23

- Un simple petit dîner ...-



Musique


La soirée fut sous de différents et bien agréables auspices. Echange serieux, léger et courtois, rigolade sans trop d'accolade, humour pinçant et familier, sans aucune animosité, en toute amabilité. Jaël et Valentine s'appréciaient, mais n'avaient tout deux durant cette soirée, pas osés ou pas voulus franchir un autre cap que celui de s'apprécier en amis. C'était bien mieux comme ça. Le président prit la pic avec un sourire franc et habituel. Celui ci lui avait rendu les compliments, il n'avait pas été plus généreux qu'elle le fut avec lui après tout. C'était étrange, cette impression de parfois connaitre quelqu'un depuis plus longtemps, alors qu'une seule rencontre s'était organisée. C'était un peu le ressenti de Jaël avec elle, à ce moment là.

Il n'en dit rien, mais son regard et son attitude le trahissait certainement, heureusement pour lui, elle n'était pas devine et télépathe, enfin, pas à ce qu'il sache. Ainsi, le jeune président pourrait encore garder du mystère sous le coude, sur ses pensées envers la belle vampire. Quand elle parla de devoir venir le récupérer s'il fuyait ses responsabilités, il la fixa du regard et rigola un coup, avant d’enchaîner ;

Oh, ne me tentez pas, juste pour voir si vous seriez capable de le faire ! Mais, évidemment, je compte bien servir Minshu, au moins aussi bien que Jeong.

Encore une fois, il appelait l'ex président par son prénom et non le diminutif de patriarche, père ou que sais-je. C'était encore le constat d'une certaine distance maintenue entre eux, pas forcément par le respect qu'il avait pu inspirer, mais par rapport au passé qui les liaient tout deux. Quoiqu'il en soit, il l'écouta de nouveau parler du fait de la ramener à Fuyu, lui renvoyant un sourire malin, comprenant sa petite blague. Là encore, il rebondit sur cela, avec légèreté.

Merci de m'éviter l'incident diplomatique ! J'ai pas encore prévu de voir Sul hei de près ahah... Pas encore du moins.

Ce qui traduisait d'ailleurs la possibilité d'y aller un jour ou de l'accueillir. Les volontés de Jaël n'étaient pas encore certaines à ce sujet. Fuyu était à prendre avec des pincettes, surtout depuis le renouveau de l'alliance entre Seika et Minshu. Mais cela ne voulait pas dire que le président voulait partir ou repartir dans un conflit armé et sanglant entre sa nation et celle du froid. Voir le pire ennemi des nations, le roi tyrannique, pouvait aussi bien être constructif. Il avait dans l'idée de le voir un jour, lui parler et essayer de faire avancer les choses, d'une autre façon, avec son regard, son attitude !

Finalement et sans surprise, Valentine indiqua que la ramener au palais présidentiel serait parfait, qu'elle avait chez elle des invités et tenais à son intimité. Il n'y vit aucun inconvénient et prépara son portail, tout en la remerciant également pour cette soirée.

Oh, merci à vous surtout. J'ai également passé une très bonne soirée, la meilleure depuis mon retour ici, la première aussi vous me direz.

Plaisanta t'il à la fin. Puis ils traversèrent en duo le portail et en une seconde se retrouvèrent en Kosaten, loin de la solitude de cette île perdue derrière le Zaward'o. Inclinant de nouveau la tête à son nouveau remerciement, décidément il était gâté ce soir, il lâcha sa main si douce et lui annonça les derniers mots de cette soirée également.

Votre compagnie était, vraiment rafraîchissante. Je vous ferais parvenir les détails de votre prochain rôle au plus vite. Surveillez donc votre porte ! A bientôt Valentine. Dit t'il, avec une pointe de mélancolie.

La voir se retourner pour sortir, accueillant la brise qui faisait de nouveau voler ses cheveux, lui tira encore une fois un sourire. Il fouilla sa poche, un vieux reflexe pour prendre une clope, qu'il n'avait plus. Soupirant alors un peu, il attendit simplement de la voir quitter l'horizon de son regard, pour cligner des yeux et s'en retourner lui aussi à son humble travail. Celui de veiller sur Minshu.

----

hrp : Tu peux mettre le rp en correction.
-
Président Jaël Tekina

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Un simple petit dîner en tête à tête    

Revenir en haut Aller en bas
Un simple petit dîner en tête à tête
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un simple petit rp dans la forêt, ça vous dit?
» Un petit reportage sur la préparation du jardin pour les PdT.
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Capitale de Kansei-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.