Partagez
Nouvelle Mission - Erudit Fou
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyJeu 22 Fév 2018, 05:00

Quête:
 












• Mission •





Les érudits. Leur nature, bien que peu importante à mon égard, m’avait été communiquée avec assez de détails. C’était certainement parce que ma mission cette fois-ci avait changé. Au lieu de prendre un masque qui aurait été dissimulé quelque part après avoir été dérobé, c’était plutôt une personne que je devais trouver et ramener. Comme toujours, le misérable vieillard – vieux Chô – avait un plan derrière la tête. Cette manœuvre n’allait certainement pas être inutile. Si en tout cas je m’en tenais à ce qu’il m’avait dit, ce qu’il attendait de tout cela, était assez surprenant.

FlashBack


Toujours dans la cabane où tout avait commencé – là où j’avais signé le contrat oral avec ce vieux vicieux – le vieux occupait sa chaise et moi, j’étais assis au bord du lit, mon masque posé sur ce dernier. La mission qui avait précédé avait été un succès et désormais, une autre s’impatientait de venir à moi.

Vieux Chô : Tu as fait du bon boulot avec le masque, et désormais nous avons les faveurs de ce groupe mafieux. Chose qui pourrait nous être utile plus tard. Mais pour la suite, on va devoir agir pour une autre personne. Et l’issue de cette mission est cruciale.

Le soixante treizième noble de Minshu est un noble mineur, donc qui n’influence pas directement les décisions de la république. Gros et insoucieux, il ne pense pas plus loin que le bout de sa fourchette. Mais ça ne veut pas dire qu’il est dénué d’ambitions. Bien au contraire. Il est affilié à un autre noble, le douzième, qui est assez influent politiquement. Et le soixante treizième a pour ambition d’attirer les faveurs du douzième pour entrer dans le cercle politique.

Tristement, le soixante treizième ne sait pas s’y prendre. Nous allons donc nous en charger pour lui.


- Pourquoi dois-je aider une personne que je ne connais pas à faire une chose pareille ?

Vieux Chô : Parce que notre contrat stipule que tu dois faire tout ce que je dis. Si je te dis de l’aider, alors tu l’aides, tout simplement. Donc, voici ce que tu vas faire. Tu iras convaincre un de ces fameux érudits de revenir à Minshu. Et compte tenu de leur rareté, tu ne seras pas le seul sur leur trace. Je vais te donner quelques outils pour avoir une plus grande facilité pour les trouver, mais ça sera à toi de faire la plus grosse partie du travail. Une fois que cela est fait, tu le ramène aux portes de Minshu.

Quand il est confortablement installé à Minshu, tu cherches à rencontrer le noble peu influent, et tu lui propose un arrangement. Tu deviens son bras droit, ou bien son conseiller secondaire pour lui donner la localisation exacte de l’érudit. Ainsi donc, il récoltera les lauriers d’avoir ramené l’érudit. En gagnant l’estime du douzième, il aura un peu atteint son objectif. Et pendant ce temps, tu te serais déjà fait une place à ses côtés.


- Bien.

Mon visage cachait mon mécontentement derrière ma passivité. Un regard sombre et dénué de sentiment, dont les pupilles bouillonnaient de rage à l’encontre de vieillard qui m’utilisait selon son bon vouloir. Mais pour l’heure, je ne pouvais encore rien faire, si ce n’était bénéficier de son aide magique pour localiser et trouver lesdits érudits. Comme une résignation à contrecœur, j’avais accepté les conditions du jeu. Mais je savais que cette situation n’était que temporaire. J’aurais un jour eu le moyen d’ôter le sortilège que le misérable m’avait lancé. Et une fois que je l’aurais fait, je le tuerais.

- Je le ferais.


Fin du FlashBack


Il était difficile de deviner que de telles manigances naissaient dans l’esprit d’un être aussi aigri que souriant. La malice de ce jardinier semblait ne pas avoir de limites. Bien évidemment, bien que son côté assez malicieux était quelque peu surprenant, et bien que j’admirasse cette facette de son être, son sort n’en n’était pas moins modifié. Il était destiné à mourir, et par ma main.






Dernière édition par Hei le Mar 20 Mar 2018, 07:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyJeu 22 Fév 2018, 05:18











• Carte •




Une secousse supplémentaire m’extirpa du gouffre profond de mes pensées, rappelant à la fois au vieil homme qui conduisait la charrette, et moi-même, qui m’était trouvé une place dans le fond de cette dernière, que les voyages de Kosaten n’étaient pas de tout repos. Il s’en suivit un raclement de gorge qui précéda un crachat de la part de mon hôte. Son sourire qui contrastait avec mon mécontentement interne, dessinait bien la toile bicolore de nos émotions. Le vieil homme fier d’arpenter ses habituelles roues abîmées chantonnait à l’unisson avec les joyeux oiseaux. Il devait certainement être armé d’expérience, pour le faire entre deux crachats sans briser le rythme ; si rythme il y avait. Dommage que sa voix ait été loin d’être mélodieuse.

De mon côté, je regrettais le bitume plat et sans faille des ruelles de mon monde, qui s’était aujourd’hui changé en champ de combat, riches en crevasses et en fossés. Au lieu d’une radio ou bien d’une musique relaxante qui aurait accompagné un voyage de détente, j’avais un vieil homme qui me brisait les oreilles tout en m’empêchant de lire et même de réfléchir. Il était vrai que les pactisants – noms accordés aux personnes ayant des pouvoirs dans mon monde d’origine – ne devaient ressentir aucune émotion, mais sur le moment, c’était un agacement incroyable que de vivre dans de telles conditions.

La route allait être longue, et mon supplice également. Mais n’ayant aucun autre choix, je devais m’y plier.

Pour résumer l’actuelle situation et la raison de mon déplacement, j’avais eu, via les quelques bribes d’informations soutirées – de force – par le biais des membres du Kamido – mafieux à qui j’avais remis le masque il y avait peu de temps –, une rumeur qui n’atteignait que ceux qui s’en intéressaient. Cette dernière parlait d’un des neufs érudits fous. Selon elle, un érudit sage, demeurait dans une petite contrée dans un village au cœur des grands lacs. La difficulté aurait donc été de trouver le bon endroit, et surtout la bonne personne. Une tâche bien difficile pour une personne qui ne connaissait ni le visage dudit érudit, ni même son aspect.

Mais il semblait que le vieux Chô ait pensé à tout, même à l’impensable. Il m’avait donné bien des choses pour m’aider à trouver l’érudit, parmi lequel, une pierre qui scintillait légèrement.

FlashBack


- Qu’est- ce que c’est ?

Demandais-je toujours assis sur le lit, en tenant une sorte de pierre qui semblait anodine. Elle était précieuse, à vue d’œil, mais totalement inutile au premier abord. C’est alors que, le deuxième acteur de la scène, qui feuilletait un livre, et qui était toujours armé de son sourire sempiternel, répliqua.

Vieux Chô : Une pierre, ou plus exactement une pierre ornée de symboles runiques dessinés avec de l’eau magique issue d’un des prêtres de Minshu. Quelque chose de pas très courant sur le marché classique.

Sa réponse me fit comprendre un moment que je devais me méfier de cet outil. Toutefois, il était certain que ce vieil homme souriant ne voulait rien me faire de mal. Il m’avait déjà piégé par le passé, et j’étais à sa botte. Donc, cette pierre étrange allait m’aider d’une certaine façon.

- Et à quoi sers-t-elle ?

Fermant totalement son livre, il releva la tête dans ma direction avant de pointer la pierre du doigt.

Vieux Chô : Elle est la carte qui te permettra de trouver l’érudit.

- Tu sais bien que je ne connais rien de la magie de ce monde. Soit plus clair.

Toujours en souriant, il me jeta le livre dans les mains sans se lever de la chaise sur laquelle il était toujours assis. Ce livre n’avait aucun titre, ni à l’avant, ni à l’arrière, mais comportait bien des choses. J’attendais avec impatience ce qu’il avait à dire à ce sujet.

Vieux Chô : Dans ce cas, je vais t’expliquer ça dans un langage que tu comprendras, élu. Chaque personne dans ce monde a une énergie particulière. Et cette dernière a une fréquence qu’on peut estimer. Les élus ont des fréquences qu’on ne peut pas aisément cerner, étant donné qu’ils sont la manifestation directe de l’énergie des dieux. Mais plus ils vivent dans ce monde, plus cela devient possible d’identifier leur fréquence énergétique.

Les gens ordinaires également ont une fréquence particulière de magie, et les personnes spéciales ont également une fréquence particulière d’énergie. En bref, tout le monde en a une. Et les érudits n’échappent pas à cette règle. Ils ont une puissance magique à nul égal. Leur fréquence étant unique, il n’est pas difficile de les retrouver si on a le bon détecteur.



- Je suppose donc que ce que j’ai dans les mains est un détecteur, qui permet de trouver la fréquence de ces érudits-là. Mais comment être certain que cela ne me conduira pas à une personne qui a juste une grande quantité d’énergie ?

Vieux Chô : Tu supposes bien, c’est le radar. Il scintille de plus en plus fort quand tu te rapproches d’un certain périmètre de la cible. Et ce qui t’empêchera de te perdre, c’est bien l’ensemble des prières qui ont été faite sur cette eau. Il a été réglé pour pouvoir détecter la puissance se rapprochant le plus d’un dieu. Les chances donc que tu te trompes, sont extrêmement faibles.

- S’ils sont si puissants que ça… que dois-je faire au cas où ils m’attaquent ?

Vieux Chô : Essaie de faire que ça n’arrive pas, tu vivras plus longtemps

-

Fin du FlashBack


Cette pierre était bien au creux de ma main, et je savais que ça aurait été la seule et unique piste que j’aurais eue, pour trouver l’érudit. Avec mes compétences seules, je n’aurais jamais pu le faire. Cela n'empêchait toutefois pas, que je lise le livre que m'avait confié le vieux Chô. Il m'apprendrait certainement les bases de cette science dont j'ignore tout

- La magie hein...





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyJeu 22 Fév 2018, 05:30











• Monture •




Le temps passa, mais on arrivait peu à peu de la zone des grands lacs. Ne sachant pas ce que je devais faire – étant donné que la lumière de la pierre n’avait que faiblement augmenté – je descendis de la charrette, remerciant chaleureusement le généreux porteur de paille qui m’avait pris avec lui, avant de me retrouver en face d’un petit hameau. Ce n’était pas vraiment grand, mais au moins, il semblait y avoir des chevaux, de nombreux chevaux.

Ayant actuellement besoin d’un d’entre eux, je m’avançai au sein de ce groupe d’habitations, jusqu’à ce qu’une petite taverne m’apparaisse de plus en plus clairement. Peu de temps après, et je traversai déjà les battants de la porte. Aussi surprenant que cela aurait pu sembler dans ce monde, il y faisait bon vivre, et les habituelles odeurs nauséabondes qu’on trouvait partout ailleurs, n’existaient pas ici. Le peu de personnes qui y étaient, restait posé, même si leurs verres contenaient pas mal d’alcool. Et à en juger par la musculature et les vêtements des trois seules personnes qui occupaient une table dans la pièce, il s’agissait tous trois d’agriculteurs fiers et joyeux. Ne prenant pas vraiment en compte leur présence, je m’avançais doucement, le visage toujours aussi froid jusqu’à ce que je surplombe le petit gérant qui était derrière le comptoir.

Ce dernier semblait également joyeux, en dépit de la froideur et la lourdeur de mon regard. Il osa me demander en premier avec une certaine confiance en lui :

gérant : Que puis-je faire pour vous, bien heureux voyageur ?

- J’ai vu des chevaux à l’entrée de votre contrée, et je voudrais s’il vous plaît savoir à qui je dois m’adresser pour les acheter.

C’est alors que, les rires et murmurent qui régnaient derrière moi, s’interrompirent soudainement après ma demande. Suite à cela, ce fut le bruit d’une chaise qui se tirait en arrière, annonçant l’intervention future d’une personne dans la pièce. Quelqu’un voulait clairement dire quelque chose, je le savais. C’est d’ailleurs pour ça que je fis un pas sur le côté, pour tourner légèrement mon torse dans le sens de cette personne là qui venait de se lever. Brisant le nouveau silence qui régnait en maître, il reprit :

???: C’est moi qui les vends ces bêtes. Pourquoi une personne comme moi, vendrait un cheval à une personne comme toi ? Que veux-tu vraiment en faire ?

Mon visage se transforma légèrement, esquissant un sourire enfantin. Actuellement, il me fallait gagner la confiance de ces individus et m’approprier une monture. Sans pour autant qu’ils ne sachent vraiment, pourquoi j’en avais besoin. C’est pourquoi, avec une voix un peu hésitante, je repris :

- Euh…. J… Je voulais visiter un peu les parages ha ha ha. Étant un nomade amateur, je passe ma vie à écrire des comptes et à visiter des lieux pour m’en inspirer. Et rien ne pourrait davantage m’inspirer que la fraîcheur du paysage des grands lacs.

Le paysan m’observa un instant avec méfiance, laissant planer le doute dans mon esprit quelques secondes. Puis il s’avança, doucement, jusqu’à venir se planter droit devant moi pour dire :

???: Vous voulez un cheval normal, ou un cheval de course ?

Dans son regard, je ressentais tout le poids du doute et de la méfiance, tandis que mon faux sourire toujours accroché à mon visage et ma main gardée à l’arrière de mes cheveux, je répondis :

- Normal. Si c’est trop rapide… je pourrais peut être passé à côté de bonnes choses.

Comme si ma réponse passait à un test d’examen, il ne dit rien un moment, laissant le poids du temps peser sur mes épaules. Une fois qu’une dizaine de secondes passa, il me dit une fois de plus, après avoir avancé d’un pas

???: Et combien monsieur est-il prêt à dépenser pour un cheval… normal ?

Un soupçon d’ironie était perceptible dans le ton de sa voix.

- deux cent yens ?

C’est alors que, le marchand se mit soudainement à éclater de rire, avant de me prendre solidement dans ses bras, au poing de me soulever légèrement au-dessus du sol. On pouvait dire qu’il en avait dans le muscle, ça en était certain. Il me reposa par la suite, avant de continuer dans son fou rire avec ses autres compagnons. On dirait qu’ils venaient de se payer ma tête. Une goutte de gêne se dessina alors sur mon front, après quoi, il commença à se présenter :

Ururugi : Pardonne moi pour tout ce cinéma, on le fait à tous ceux qui passent par là pour voir comment ils réagissent. Mon nom est Ururugi Shika. Allez, viens t’asseoir avec nous, on va discuter un peu avant que tu t’en aille. C’est moi qui invite, ne t’en fait pas.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyJeu 22 Fév 2018, 05:43











• Trouvé •



C’était vraiment une suite bien surprenante d’évènements, que je n’avais pas vraiment sous mon contrôle à ce moment-là. Mes paroles allaient devoir être très surveillées, et tout ce que je ferais également. L’humeur et l’inspiration d’un poète, devaient se lire en moi, bien que le talent n’y était pas. Mais au final, tout se passa plus ou moins bien. Les rires s’échangeaient, les pièces et billets de yens changeaient de mains, et surtout, des informations sur les évènements étaient communiquées subtilement. Mon esprit aussi affûté que mes réflexes assassins, je décelai toutes les paroles qui m’auraient aidée dans l’accomplissement de ma mission. Et en combinant toutes les parties rassemblées, j’avais une sorte de petite carte mentale et si je ne me trompais pas, la localisation exacte du lieu où l’érudit avait le plus de chances de demeurer.

Selon les indications qui m’avaient été données, au sein même de la région marécageuse que constituaient les grands lacs, plus à l’Est, demeurait une contrée oubliée, qui n’était plus visitée depuis un moment. Ils m’avaient dit également, qu’une sorte d’ombre planait continuellement sur cet endroit, dissuadant toute personne courageuse, rémunérée ou pas, de faire cavale dans un endroit pareil. C’était là que je devais me rendre, pour commencer mes recherches. Ce n’était certainement que mon opinion propre mais, il était certain que ces érudits ne se seraient pas dissimulés en plein cœur d’une cité peuplée. Ils étaient très certainement dans les tréfonds de Minshu, ou bien même en dehors, dans les lieux les plus inattendus, là où les regards n’allaient pas être posés.

Certain que la discussion était déjà arrivée à son terme, les heureux paysans et moi, nous séparions le sourire jusqu’aux oreilles. Ma monture acquise, je repris mon chemin, arborant les terres humides des grands lacs, prêt à visiter et explorer cette partie du monde que je n’avais encore jamais visitée. Pendant mon trajet, quand je visitais les prairies et la verdure, quand le bétail surveillé par ses bergers ainsi que de jeunes châtelains courraient devant leurs immenses demeures, j’observais la pierre magique qui luisait au fur et à mesure que ma monture s’enfonçait vers l’Est. Cette dernière m’indiquait via l’intensité de son rayonnement, que j’étais sur le bon chemin. Les oiseaux chantaient, et le soleil aux rayons adoucissants, se reflétait sur les lacs qui passaient ci et là, rendant le décor le plus magnifique possible. Après les grandes demeures, furent les moyennes qui se firent apercevoir. Les enfants imitant les chevaliers de la milice, et les plus âgés qui s’occupaient de leurs plantations, des champs et autres cultures. A ce moment-là, j’étais encore au centre de la zone.

Doucement, mais sûrement, au fur et à mesure que l’Est s’approchait, les personnes diminuaient sur mon chemin. Il n’y avait moins de bétail, plus aucun châtelain. Aucune plantation, ni même aucune verdure. J’approchais d’un endroit dépourvu d’herbes, de vie, mais qui présentait quelques arbres aux alentours pour maintenir la forme. Plus je m’enfonçai dans cette direction, plus le ciel semblait s’assombrir et plus forte était la lumière du cristal. A un certain moment, elle rayonnait tellement fort qu’elle commença à trembler.

- Il est là…

A un moment donné, elle se fissura même, avant de se briser en mille morceaux.

- ??!!!

S’il fallait tirer une conclusion de l’extrémité de cette réaction, c’était bien le fait que, ce mage, était bien plus puissant que ce à quoi avait pu s’attendre le vieux Chô. Bien que ce n’était pas son genre de se tromper, il avait réellement mal estimé la puissance réelle de la personne que je devais venir chercher, ce qui n’était pas quelque chose de rassurant. A chaque pas que je faisais avec cette monture, je comprenais un peu plus, que même l’animal qui m’accompagnait, ne voulait plus avancer. L’air était étouffé, et l’atmosphère était tellement lugubre, qu’il aurait fait vomir n’importe quelle personne normale.

- Avançons, fière monture, nous aurons ce que nous voulons.

Cette parole n’atteignit même pas l’esprit de l’animal, pour la simple et bonne raison qu’il me jeta contre le sol, quelques secondes par la suite, avant de fuir dans le sens contraire. Mon dos ayant violemment heurté la dureté de la terre, j’ai été étourdi un bref instant.

Tout mon corps était engourdi par l’effet du choc qu’avait reçu mon corps quand il se heurta sur le sol, mais aussi, le malaise continuel qui régnait me fit rejeter le peu d’alcool que j’avais ingurgité plus tôt sur le sol. Mes paupières alourdies à la fois par le malaise et la fatigue, mon corps n’était plus en phase avec ma volonté. Il n’était pas étonnant de savoir que personne n’ait voulu venir aussi loin dans cette direction. De telles conditions ne pouvaient que repousser quiconque s’aventurait dans les parages. Avec un effort surhumain, je me remis sur mes jambes, essayant d’avancer un pas après l’autre.

Mais l’avancée était rude, avec ma poitrine qui s’alourdissait à chaque pas que je faisais, et la force de la gravité qui augmentait suffisamment vite, pour me contraindre à m’étaler au sol. Sa magie était aussi puissante que nocive. Mais je ne pouvais pas me laisser aller.

Les pupilles injectées de sang, et la bouche entre ouverte, qui semblait chercher toute trace d’oxygène, mes genoux se fléchissaient de plus en plus au fil de la distance, jusqu’au moment où elles se heurtèrent sur le sol. Incapable de soutenir tout cela sur le long, je m’effondrais complètement, perdant ainsi totalement conscience. Qu’allait-il m’arriver ? Je l’ignorais moi-même. Tout était noir, et invivable, mais cela n’allait heureusement pas se terminer ainsi.







Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyDim 18 Mar 2018, 09:02











• Protagoras •




Comme sortant d’un profond coma, j’inspirais grandement, à la recherche désespérée de l’oxygène qui m’entourait. L'air semblait désormais pur, meilleur qu'auparavant, plus ingérable mais plus que tout, plus adéquat pour un être humain. Mon corps encore étalé sur le sol, mes iris avaient la chance de contempler la plus vaste merveille de la nature:le ciel. Un ciel d'un bleu éclatant, rempli de petites lucioles jaunes qui rendait soudainement l'endroit paradisiaque. Les nuages bien nombreux et espacés, étaient tous d'un blanc pur, rappelant les ailes d'un ange. L’odeur de l’herbe fraîche parvenait jusqu’à mes narines, si bien que je n’avais plus aucune envie de quitter ce lieu édénique, qui contrastait avec l’enfer dans lequel j’étais plongé quelques secondes auparavant…

En parlant d’enfer, où étais-je ? Et comment avais-je fait pour arriver ici ? Le manque de réponse logique à ces questions, me poussa à me relever du tapis d’herbes sur lequel j’étais couché. L’arrière de ma tête me faisait un mal incroyable, alors que, je voyais juste en face de moi un étang d’eau incroyablement grand. Nul doute qu’il s’agissait d'un des nombreux lacs de la région. Je me remis quelques secondes après sur mes pieds, contemplant depuis la rive – qui était légèrement au-dessus de l’eau – Le bleu clair de l'eau ainsi que les poissons qui sautaient par moment pour capturer les lucioles qui s'approchaient trop près de l'eau. Mon regard se perdait dans la beauté du paysage quand soudainement une vieille voix arriva à mes oreilles.

???: Alors ainsi tu es réveillé. Tu n’as vraiment pas froid aux yeux pour t’enfoncer aussi loin.

Soudainement mon attention se tourna vers l’origine de la voix, tandis que simultanément ma main empruntait le chemin le plus rapide pour chercher mon arme, qui était habituellement à l’arrière de ma ceinture. À ma grande surprise, ça ne fut qu’un vieil homme qui semblait ailleurs dans ses pensées, que je vis. Tenant entre ses mains une canne, il maintenait ses yeux dans le lac, à la recherche certainement d’un poisson à pécher. De son regard las et de sa barbe longue et argentée, rien de bien particulier n’émanait de lui, si ce n’était la fragilité.

- Qui êtes-vous ? Et où sommes-nous ?

Encore accroupi à cause de mon réflexe - celui de prendre l'arme - je me redressai alors légèrement, tout en fixant le vieil homme quelques instants avant de faire un tour complet sur moi-même pour observer les alentours. Là encore, je fus surpris de constater que, dos à moi, se trouvait une sorte de voile invisible qui dansait dans l’espace distordant les choses qui étaient en dehors. Le voile était large, très large, formant comme une parcelle de dôme, délimitée par l’étang d’eau. Les questions s’entassaient dans mon esprit alors même que mon interlocuteur répondit simplement.

???: C’est toi qui est venu jusqu’ici. C’est donc à moi de te demander qui tu es, même si, d’une certaine façon, je connais déjà la vérité.

Se pourrait-il que je sois devant un de ces érudits ? Non, cela était impossible. L’homme en face de moi était vieux, faible et à son regard, on pouvait lire les années d’expérience qu’il avait acquis, au dur prix de sa jeunesse. Il n’aurait été une menace que pour les poissons qu’il pêchait. Mais dans un élan de méfiance, je m’avançai vers lui pour le questionner. Peut-être était-ce une personne qui savait bien où se trouvait un des érudits. La seule certitude indéniable, était la présence d’un érudit proche de ce lieu.

- Connaissez-vous la localisation d’un des érudits de Minshu ? Je dois impérativement les retrouver.

???: Et qu’est-ce que vous les voulez à ces érudits ?

Il savait… Il savait parfaitement où je devais les trouver. Une question pareille dans un contexte de cet ordre, ne pouvait être interprété autrement. Comme une bête qu’on venait de déchaîner, je me jetais sur le vieil homme par l’arrière armée de mon couteau. J’étais encore en l’air quand il se retourna pour la première fois dans ma direction, m’observant du coin de l’œil par-dessus son épaule.

???: Oh…. ?

- Vous parlerez.

Mon aura était remplie d'une intention meurtrière, si bien que l’homme en face de moi pouvait voir se dessiner de la source de mon énergie, un tigre enragé aux crocs acérés. Était-ce une compétence qui lui était propre ? Ou encore un pouvoir dont lui seul avait le secret ? Rien n’était certain pour le moment. En tout cas, il se contenta de fermer sa paupière. Soudainement, le temps semblait se figer. Une aura aussi sombre que les ténèbres émana de mes pores pour la suite emprisonner mes bras.

Aucune feuille autour de moi ne bougeait. Les gouttes d’eau semblaient être figées dans les airs, et je voyais bien un poisson qui avait émergé de l'eau, statuer dans l'espace. Seule l’aura noire qui venait de mon corps pouvait se mouvoir, me donnant la désagréable impression de m’enfoncer dans les profondeurs de la mort. Cette poussière alla s’engouffrer dans ma poitrine pour serrer mon cœur avec une pression légère, mais suffisante pour me faire perdre toute lucidité.

Le temps se remit à bouger alors que, je m’effondrai sur le sol, roulant sur ce dernier avec fureur, toussant à la recherche d’oxygène. Je connaissais cette sensation, cette désagréable sensation. C’était celle que j’avais ressentie quand je venais par ici. Me retenant de vomir une fois de plus, je m’allongeais sur le dos.

Le vieil homme n’avait même pas bougé, que j’étais déjà entre la vie et la mort.

???: Une personne ordinaire aurait succombé à ce sort. Mais il semblerait que j’ai vu juste, et que vous ayez en vous le sceau de Manshee. Votre destin ne réside pas entre mes mains, mais plutôt celui du dieu que vous servez. Rendez lui grâce, parque sans votre marque, vous aurez disparu. Je suis un de ces érudits. Et je suis connu sous le nom de Protagoras, l'érudit qui châtie par la mort.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyLun 19 Mar 2018, 07:51











• Devoir •




Je l’avais trouvé, enfin. L’érudit était là, juste devant moi à quelques mètres d’écart. Le problème, était bien le fait que je ne pouvais absolument rien faire contre lui. Pour l’instant, je devais ma vie à ce moment exact, qu’à mon statut d’élu. Qui aurait cru que j’allais être reconnaissant d’avoir cette marque un jour ? Quoi qu’il en soit, ma mission était loin d’être terminée, et je devais le ramener à Minshu, à la capitale. Cela était d’une importance capitale. Les mots que j’allais donc utiliser allaient devoir être d’une minutie et d’une précision chirurgicale. Sans quoi, ma vie aussi légère qu’elle était en ce moment, allait être réduite à néant. Chose bien sûr que je ne voulais aucunement.

Avec une légère peine, je me remis d’abord sur mes genoux me maintenant au-dessus du sol en prenant appui sur mes mains, avant de me lever complètement, haletant et en sueur. Le vieil homme ne semblait même pas vouloir quitter son siège de bois. De même, il ne se gêna pas non plus à continuer ce qu’il faisait comme si de rien n’était, comme si une mouche bourdonnait à ses oreilles et qu’elle allait s’en aller d’elle-même.

- Minshu a besoin de vous. Vous et tous les autres.

Protagoras : Minshu n’a jamais eu besoin de nous. Jeong Tekina a été très clair. Bien que son jugement fût légèrement exagéré, il n’avait pas totalement tort. Minshu s’en sort plutôt bien sans nous. Certes il y a quelques destructions ci et là, mais rien qui ne nécessite une mesure radicale.

- Jeong Tekina n’est plus à la tête du pays.

Une surprise notable arracha la passivité qui était accrochée sur le visage de l’érudit. Il lâcha alors sa canne, et se retourna sur son banc pour me faire face.

Protagoras : Ce jeune homme est mort ? Comment est-ce possible ? Sa puissance n’avait d’égale que son sens des affaires. Comment a-t-il pu périr ? Qui est à l’origine de cela ?

- Non, il n’est pas mort, mais il est dans l’incapacité de diriger un pays actuellement. Selon les informations que nous avons reçues, il est gravement malade et donc, se retrouve incapable de penser correctement. La maladie n’a pas été révélée au grand public certes, mais il est clair que sa décision, le bannissement des érudits, n’a plus d’effets.

Mon accent se voulait sobre, pour faire passer le message avec le moins d’émotions possibles. Le vieil homme devait comprendre qu’aucune intention particulière n’émanait de moi à ce moment-là, si ce n’était une description verbale de ce qu’il s’était passé ces derniers temps à Minshu…

Protagoras : Et je suppose donc que si vous êtes ici, c’est dû au fait que le nouveau président a autorisé notre retour. Mais le déshonneur que nous avons subis est bien trop grand pour revenir ainsi. Bien que la volonté d’aider Minshu soit grande, je ne peux pas embrasser à bras ouvert cette politique qui m’a jadis mis à la porte comme un paria.

Une certaine tristesse ou même encore, une certaine frustration, témoignant bien du doute dont faisait preuve l’érudit, était perceptible sur son visage. Et à ce moment exact, je ne pouvais qu’exploiter cette faille là pour essayer de le convaincre, pour l’amener à rentrer. Cette mission n’avait rien de physique comme mes missions habituelles. Elle était psychologique. Un jeu d’idéaux et de mots qui devait déboucher sur le retour ou le non-retour du puissant mage.

- Non, si je suis ici, c’est parce que le nouveau président a demandé à tous les élus d’aller demander de l’aide aux valeureux érudits, au pouvoirs si puissants que son prédécesseur dût les mettre à l’écart, et à tort. Il a reconnu clairement le manque de confiance de son géniteur et ne veut qu’une chose, protéger Minshu avec votre appui.

L’île volante s’est mise en mouvement. Elle a déjà rasé le temple de Fuyu, et on ignore ce qu’elle fera encore. Ce qui reste toutefois certain, c’est que sa puissance de frappe est impossible à contenir. Elle ne fera donc que détruire encore et encore tout ce qu’il sera possible de détruire, sans que l’on ne puisse rien faire.


Protagoras : Son géniteur ? S’agirait-il de Jaël Tekina ? Ce jeune garçon aurait-il été plus mature que son père ? À moins que ça ne soit sa folie qui soit à l’origine de tout cela. Quoi qu’il en soit, bien que l’île volante soit une menace réellement grande… Il n’est pas certain qu’elle en veuille réellement à Minshu. Et quand bien même ça serait le cas, Minshu n’est pas faible. Elle dispose des mages aptes à combattre. Pour ma part, je n’ai plus rien à voir avec la politique Minshujin.

Sur ces mots, il se retourna une fois encore reprenant sa canne entre les mains pour continuer sa pêche. Ses paupières se serraient légèrement de frustration, mais le seul problème était la peur du rejet. La honte qu’il avait subie, en tant que pilier de Minshu était sans égale. Et même si c’était pour une cause générale, il ne pouvait plus prendre un risque pareil de nouveau.

- Les terres Minshujins comptent environs vingt millions de personnes. Vingt millions de vies qui sont à votre charge vous aussi. Décider de ne pas les aider, décider de les mettre de côté par peur, ou par honte, pour venir vous réfugier ici pour pêcher, n’est pas signe d’une grande sagesse. N’êtes-vous pas un défenseur de Minshu ? J’ai bravé la mort pour mener à bien ma mission, pour essayer de sauver ces vies du désastre. Mais vous avez peur d’affronter vos démons, qui vous chuchotent quelque chose d’insensé. Venez avec moi… Allons sauver le peuple auquel nous tenons tous les deux.

Quelques secondes passaient encore, mais plus rien ne se disait. L’érudit resta figé, m’ignorant encore certainement. Et comprenant qu’il n’y avait plus rien à faire pour lui, je fis volte-face en me retournant.

- J’étais à la recherche d’un sage et d’un mage redoutable qui ne craignait rien… Mais je ne suis tombé que sur un vieil homme immature et irresponsable. Il est certain que Jeong avait eu raison de vous jeter à la porte. Vous êtes totalement inutile ainsi. Adieu… Protagoras

Sur ces mots, je m’avançais un pas après l’autre vers la sortie. Il me fallait tout reprendre à zéro désormais pour trouver un autre érudit… Non, la mission même était un échec, mais cela n’était pas bien grave. La localisation de l’érudit aurait très certainement suffit au noble. J’étais à un pas de la sortie, quand soudainement, le vieil homme se mit à parler :

Protagoras : Attendez… Je reconnais bien que je n’ai pas été très mature, mais vous m’avez rappelé ce qu’est le sens du devoir. Et pour cela, je vous en suis reconnaissant.

- Cela signifie donc que vous viendrez avec moi à Minshu ?

Protagoras : Oui, mais mieux encore, je pourrais vous offrir quelque chose d’autre. Une connaissance poussée en magie de la mort. Cela pourrait être utile à un élu comme vous, de savoir comment la mort fonctionne.

- Ah… Je pense que si vous voulez m’aider, il y a bien quelque chose que vous pourrez faire pour moi.

Protagoras : Oh ?




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyMer 21 Mar 2018, 19:48











• Aux portes •


De retour à Kansei


Quelques heures plus tard, nous étions déjà à Kansei. Le vieil homme avait gracieusement accepté de rester dans un établissement de massage qui disposait des jeunes femmes les plus savoureuses de la capitale, me permettant donc de partir voir le soixante treizième noble de Minshu. Bien que je résidasse pour la plupart du temps dans sa demeure – plus exactement dans celle de son jardinier, le vieux Chô – je devais entrer cette fois-ci par la grande porte et le voir en personne.

Afin de ne pas se perdre dans le fil des évènements, il était important de faire un bref rappel sur les évènements antérieurs. J’avais été capturé dans la cabane du vieux Chô par ce dernier seulement. C’est là qu’il me soumit à sa volonté à l’aide d’un stratagème bien étrange. Depuis lors, à l’insu de presque l’ensemble du personnel, je vivais là-bas, et y restais pour dormir de nuit. Quand le soleil brûlait dans les cieux, à défaut de m’entraîner pour affiner mes capacités, j’étais généralement en mission, cherchant toujours à étendre l’influence du personnage que le vieux Chô voulait créer. Aujourd’hui, contrairement aux passages les plus douteux, aux mascarades les plus élaborées que j’utilisais pour entrer au manoir, j’allais entrer par l’entrée principale. Les choses changeaient vites… Et il fallait reconnaître que, il y avait du bon.

Selon les dires du vieux jardinier, le noble était aisément manipulable, du moment où on savait bien ce qui l’intéressait. Après donc avoir demandé aux gardes de passer un message fort à l’encontre du propriétaire du manoir :

Code:
J’ai quelque chose de très précieux, en ma possession, qui intéresserait la plus haute sphère politique Minshujin. Et je suis prêt à vous l’offrir gracieusement.

Il était certain qu’avec une information pareille, la réaction allait être immédiate. Qui n’aimait pas recevoir les présents '’gracieusement’’ ? Pour ma part, j’avais toujours su qu’un présent, n’était qu’un service que l’on donnait en échange d’un autre. Une redevance qui aurait été présente ou future. Un noble, qui nageait dans une certaine sécurité, ne pouvait certainement pas penser ainsi. L’ensemble de mon corps recouvert d’un Kimono bleu assez épais, les yeux fermés et un sourire enfantin dessiné sur mon visage, j’attendais le retour du garde avec la plus grande des patiences.

Quelques minutes après, le garde porteur du message revint pour ouvrir les grandes portes. Le noble avait accepté de me recevoir, et allait désormais devoir m’écouter. Escorté par quelques gardes qui prirent le soin de me fouiller au préalable, je me dirigeais doucement vers la demeure principale. Alors même que je parcourais la grande cours avec une telle prudence qu’on aurait cru à de la timidité, je perçus le regard enfantin du vieux Chô. Ce dernier se fondait bien dans le décor, toujours muni de son outil de travail, tailladant les herbes du jardin. Ça ne fut que furtivement qu’il élargit son sourire, certainement de fierté de voir son plan aussi bien marcher. J’allais le tuer, très certainement, quand j’aurais su comment me débarrasser de la malédiction qu’il m’avait jeté. Mais d’ici là, je ne pouvais que faire selon ses exigences.

Peu de temps après, nous traversâmes les portes du manoir, et ainsi je découvris la grande demeure dans laquelle vivait le propriétaire. Les couloirs semblaient sans fin, les gardes et femmes de ménage également. Mais quelques marches et pièces de traversées et j’étais déjà à destination. Le noble quant à lui, imposant de son corps, était installé avec une désinvolture propre à ceux qui se disaient être des dieux. Et maintenant que j’y pensais, je ne l’avais jamais vu de près. C’était pour moi la première fois de véritablement voir qui j’allais devoir supporter les prochaines années.

De mon côté, je pris place assise devant lui, ne perdant rien de mon calme habituel. Mon aura lui-même n’évoquait rien. Il n’y avait que mon sourire, qui me rendait particulièrement sympathique à ce moment-là. Une phase cruciale était annoncée, la négociation.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 76
Yens : 59
Date d'inscription : 12/05/2017

Progression
Niveau: 22
Nombre de topic terminé: 7
Exp:
Nouvelle Mission - Erudit Fou Left_bar_bleue0/6Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty_bar_bleue  (0/6)
Hei
Hei ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou EmptyMer 21 Mar 2018, 19:55











• Bras droit •


Un silence sans pareille reignait, et la conversation était écoutée par quatre gardes situés aux quatre extrémités de la pièce. Une seule table séparait le siège sur lequel j'étais assis du presque trône sur lequel était assis le noble. Enfin face à face, le plus imposant de la pièce commença par se présenter.

Noble : Je suis Kamina Fumin, soixante treizième noble de Minshu et seigneur de ces terres. Qui es-tu jeune garçon ?

- Je suis Li Shenshun mon seigneur… un piètre homme devant votre grandeur, mais qui n’est pas dépourvu d’ambitions.

Noble : Ho ho… Je dois reconnaître que je tiens les ambitieux en haute estime. Pour peu que leurs ambitions soient suffisamment délimitées.

- Il serait fou, ô Grand noble, de chercher à outrepasser votre seigneurie. Tout homme sage sait fixer ses limites. Et tout homme intelligent, sait contrôler la folie de son ambition. Par la grâce divine, je suis aussi sage qu’intelligent.

Un sourire se dessina sur le visage de mon interlocuteur, qui semblait avoir bien établi les bases avant toute négociation. Mais maintenant, nous allions pouvoir discuter.

Noble : Trêve de bienséances, mon garde le plus dévoué m’a chuchoté que vous avez apporté ici un présent pour moi. J’aimerais bien le voir.

- Votre garde le plus dévoué ne vous a en rien trompé mon seigneur. J’ai en ma possession un trésor des plus importants, qui pourrait améliorer considérablement votre position. Comme tout homme sensé, je sais ne pas me tromper en voyant en vous une ambition aussi grande que les hauts guerriers de Minshu. Je pourrais donc, vous aider potentiellement à agrandir votre influence, à améliorer votre visibilité au sein des hautes sphères, augmentant ainsi, vos chances de siéger parmi les nobles à influence politiques.

Le vieil homme qui était dans un premier temps détendu, se redressa bien pour faire face à ce que je disais. Il était certain que mon offre l’intéressait. Toutefois, je voyais encore un léger doute accroché à son visage, un doute qui relevait du mystère.

Noble : Votre proposition est alléchante, mais ce que vous avez en votre possession m’est encore totalement inconnu. Comment pouvez-vous être certain que cela me permettra d’aboutir au résultat que vous avez énumérer ?

Malgré l’innocence apparente qui était visible sur mon visage, une certaine tension était perceptible. Bien sûr, sa question me surprit un peu dans un premier temps. Pas pour longtemps d’ailleurs fort heureusement.

- Vous avez certainement entendu parler des neuf érudits fous, dont la puissance était telle, que Jeong lui-même, de peur de ne pas pouvoir les contrôler, leur a demandé de s’en aller de Minshu. Le nouveau président, Jaël Tekina, a ordonné leur rappel et a instauré une mission générale incitant donc toute personne à aller les retrouver. Leur présence pour les terres du serpent est capitale. Et connaissant leur puissance et leur rareté, même les guerriers les plus puissants auront du mal à les capturer vivants. Imaginer, si vous, laissez entendre que vous avez été en mesure d’en avoir un. Votre notoriété n’en sera que plus grande, et ainsi même, les yeux des plus grands seront rivés sur vous. Vous allez sortir de l’ombre dans laquelle vous vous terrez depuis trop longtemps.

Une remarque un peu cruelle sur la fin, pour rappeler à notre noble qu’il était avant toute sa richesse, un simple humain. Il froissa le poing, remarquant bien la réalité de mes paroles, avant de dire.

Noble : Vous voulez me faire croire que vous avez un érudit en votre possession, et que ce dernier pourrait être à moi ?

- Exactement mon seigneur. Mais, je suis un homme ambitieux, tout comme vous l’êtes également. Pourquoi ne pas s’aider mutuellement ? Faîtes de moi votre bras droit à partir d’aujourd’hui, et enseignez-moi la politique. Ainsi, je vous donnerai l’érudit, son exacte localisation.

Noble : Pourquoi vouloir devenir mon bras droit ? Vous pouvez demander de l’argent, des terres. Mais vous venez jusqu’ici, me livrer quelque chose d’aussi précieux, juste pour être le bras droit d’un homme ? Cela dissimule quelque chose.

- Mon seigneur… des milliers d’hommes viennent à vos pieds chaque jour, réclamer un peu de votre clémence. En votre absence, c’est votre bras droit qui gère tout cela en votre nom. Le pouvoir de décider de ce qu’il peut ou ne peut pas se produire sur un territoire, est plus grand que tout l’or ou toutes les terres du monde. Le pouvoir est ce que je cherche, un pouvoir limité bien évidemment. Et pour cela seulement, en offrant à un piètre individu l’occasion d’être important, vous avez également l’occasion de devenir plus important encore.

Il me fixa encore un instant, avant d’appeler avec une voix très forte, son bras droit qui était dans le manoir. Une fois ce dernier venu, il fut viré à la seconde, sans qu’il n’ait même le temps de comprendre pourquoi. Quand il tenta d’obtenir des explications, les gardes présents le saisirent l’emmenant doucement et sûrement vers la porte.

Noble : Désormais donc… vous êtes mon nouveau bras droit, Li-Shenshun. Maintenant… dîtes moi où se trouve l’érudit.

- j’aimerais bien vous le dire maintenant mon seigneur, mais par prudence, j’aimerais mettre tout ce qui a été convenu par écrit. Et n’ayez crainte, je suis venu avec 3 exemplaires du contrat. Une fois que je serais parti, je vous enverrai un courriel pour vous indiquer le lieu où vous le trouverez. Mais n’ayez crainte, il est inscrit que je ne prendrais la fonction de bras droit que lorsque vous ou vos hommes trouveront l’érudit.

La méfiance. La méfiance planait encore et toujours dans la pièce. Elle était le résultat de ma prudence exagérée qui était confrontée au pouvoir quasi-absolu de l’homme en face de moi. Quand l’information était la seule arme que l’on avait en sa possession devant tant de puissance, ‘’la jouer finement’’ était hautement recommandé.

Les papiers furent peu de temps après signés, et le processus se mit en marche. Quelques heures après, l’érudit fut trouvé. Il n’hésita pas à coopérer, alors même que de mon côté, je pouvais déjà brandir le titre de bras droit du soixante treizième noble de Minshu.

C’était donc ainsi, que l’histoire de Li Shenshung commença véritablement. Bien que je n’eusse jamais aimé être devant les feux des projecteurs, j’allais devoir commencer à m’y habituer.

Fin.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Nouvelle Mission - Erudit Fou   Nouvelle Mission - Erudit Fou Empty

Revenir en haut Aller en bas
Nouvelle Mission - Erudit Fou
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Première mission
» Discours du PM lors de la Mission Economique Canada-Haiti
» Vers une école nouvelle dans les Nippes
» Quantico: Mission FBI
» Mission Sangrave [libre] [fini] :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Nouvelle Mission - Erudit Fou 190103103231202569 :: République de Minshu :: Grands lacs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.