Partagez | .
Mauvaise impression [PV.Mist]
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Mauvaise impression [PV.Mist]   Sam 24 Fév - 0:14

WAYAAAAAAAA !!!

Quel merdier, mais quel merdier ! A peine étais-je arrivé à la fameuse « forêt de givre » que me voici poursuivi par une armée de bonhommes de neiges ! Ridicule, vous dîtes ?! J’aimerais bien vous y voir, parce que d’où je viens, moi, les bonhommes de neiges ne sont pas vivants, et encore moins capable d’agresser des êtres humains ! Quoi ? Vous voulez savoir comment j’en étais arrivé là ? Ok, revenons donc quelques heures en arrière.

Après avoir débarqué dans ce monde, sans un rond et privé de mes pouvoirs, j’avais décidé de me rendre à la capitale de ce patelin pour obtenir plus de renseignements sur ma situation, récupérer mon alter, et potentiellement trouver un moyen de rentrer chez moi. Un marchand, ou plutôt devrais-je dire, un escroc, avait accepté de me transporter à bord de sa calèche, puis, une fois arrivé à destination, voulût me soutirer de l’argent « prime de risque, ça craint dans les environs en ce moment», disait-il. T’aurais pas pu le dire dès le début qu’il fallait payer, pauvre taré ?! Voyant que je n’étais certainement pas disposé à lui donner rémunération, l’imbécile se mit à me menacer avec un couteau, me demandant mes vêtements si je ne voulais pas finir avec un grand trou dans l’estomac. Vous connaissez la suite…

Quelques dizaines de secondes plus tard, mon nouveau copain, le visage boursouflé, m’adressait ses milles excuses à genoux, excuses qu’en ma grande bonté, j’acceptais bien évidemment ! Enfin… Si l’ami voulait bien me laisser son manteau, son écharpe et ses moufles… Lui exprimant ma requête avec un large sourire, bien qu’un sourire sur mon visage peu commode ressemblait plus à une menace qu’autre chose, l’homme s’exécuta et repartit avec sa calèche, désormais en caleçons, tout en m’adressant ses salutations les plus amicales.

Bon, c’était bien beau d’être arrivé jusqu’ici, mais la vérité, c’est que je n’étais pas plus avancé qu’au départ. En effet, je vais pas vous mentir, ces derniers jours, j’étais plus proche que du clodo que du héros. Pour vous raconter la galère que je vivais, mon premier réflexe avait été de chercher ce qui pouvait s’apparenter à un soldat, à la police ou quelque chose du genre pour aller droit au but : rencontrer le roi et résoudre une bonne fois pour toutes mes problèmes ! Voilà que dans ce qui semblait être la rue principale, je vois un groupe d’hommes en armure, une huitaine, marchant droit, et armés jusqu’aux dents. Bon, si je voulais avoir ce que je voulais, il allait falloir que je fasse un effort de politesse, pour une fois !

Hey, vous là ! Emmenez-moi voir votre chef !

De la manière la plus synchronisée qui soit, les hommes se retournèrent dans ma direction en entendant ma voix. Honnêtement, ils n’avaient pas l’air très content de me voir. Pourtant, il me semblait avoir été très courtois… Bon, peut-être n’avaient-ils pas bien entendu.

Vous êtes bouchés ou quoi ? Lavez-vous les oreilles ! J’ai dit que je voulais voir votre boss ! Et rapidement !

L’un des soldats s’avança vers moi, l’air colérique, et me bouscula d’un coup de bouclier. Tombant à la renverse, il ne m’en fallut pas plus, vous l’aurez deviné, pour me faire péter un câble à mon tour.

Tu me cherches, enfoiré ?!

Me ruer sur un soldat de ce royaume fût une très mauvaise idée. Très rapidement, tout le groupe m’avait encerclé et s’était mis à me ruer de coups. Avec le recul, je me dis que j’aurais pu avoir de graves problèmes, mais mon jeune âge et mon allure de SDF avait sûrement joué en ma faveur. Ainsi, ils continuèrent simplement leurs routes après m’avoir tabassé. Minable… J’étais devenu vraiment minable depuis que j’avais perdu mes pouvoirs… En temps normal, j’aurais explosé la face de ces types en un rien de temps, et pourtant, je m’étais fais laminer en moins de de deux….

Toute ma vie m’avait destiné à accomplir mon rêve : devenir le plus grand des héros. A l’âge de quatre ans, j’avais développé un pouvoir très puissant me permettant de générer des explosions. Toute ma vie, les autres enfants m’avaient pris pour quelqu’un d’exceptionnel, un exemple à suivre. A force, mon immaturité m’avait amené à croire en cette idée, à croire que j’étais quelqu’un de génial, de supérieur aux autres, pour qui rien n’était impossible. Pour la première fois que l’on m’avait enlevé mon pouvoir, je commençais à douter quant à cette vérité. L’espace d’un instant, j’en venais même à croire que finalement, ce n’était peut-être pas moi qui était si génial. Peut-être que sans mon pouvoir, il n’y avait rien en moi de véritablement exceptionnel…

Non mais qu’est-ce que tu racontes, Katsuki ?! Tu débloques complètement, remets-toi les idées en place ! C’est pas ton genre de faire ta chialeuse ! Bon, allez, il me faut un plan : Dans un premier temps, trouver de la tune. Je peux pas rester dans la misère indéfiniment. J’ai pas envie de ressembler à ce looser de Deku ! Dans un second temps, trouver un moyen de me réapproprier mes pouvoirs ! Enfin, lorsque je serais en pleine position de mes moyens, je taille chez moi ! J’ai un but à accomplir. Je ne peux donc pas perdre mon temps dans ce monde !

Me baladant dans la ville, titubant à cause de mon ventre vide depuis des jours, je cherchais définitivement un moyen de me sortir de la misère. Le grand confort ne m’intéressait pas spécialement, mais si je pouvais au moins avoir un repas copieux et un toit ou dormir, ce serait déjà pas mal. Mon amour-propre ne m’autorisait pas encore à fouiller les poubelles, mais je crois qu’un jour de plus serait susceptible de me faire craquer…

Alors que je commençais à tomber dans le plus grand des désespoirs, mon oreille indiscrète entendit une conversation des plus intéressantes : Des monstres non loin de la ville semblaient poser des problèmes ces derniers temps en attaquant les voyageurs. Pourtant, d’habitude, ces créatures n’étaient actives que la nuit et n’importe quel individu prudent et préparé était capable de les éviter. La forêt de givre étant un passage obligatoire lorsque l’on vient des villes marchandes, le commerce de la capitale s’en retrouvait fort embêté. Plusieurs personnes étaient prêtes à payer quiconque s’occuperait de la menace. Katsuki, voilà l’opportunité rêvée de te reprendre en main !

C’est ainsi que je m’étais retrouvé dans cette fameuse forêt, à la recherche de mon gagne-pain. Oui je sais, je n’ai plus mes pouvoirs, pas une seule arme et en plus, j’étais considérablement affaibli. Mon projet pouvait donc vous sembler fou, à vous autres, qui être en train de me lire actuellement. Cependant, me battre avait été jusqu’à maintenant la chose pour laquelle j’avais été vraiment douée. C’était donc avec une confiance nouvelle que j’étais parti à l’aventure.

La tombée de la neige était calme ce jour-là, si bien que l’on ne sentait à peine les flocons se déposer sur son visage. Seul, ne distinguant aucun signe de vie à l’horizon dégagée par les arbres dépourvus de leur feuillage, voilà plusieurs heures que j’errais dans un long silence qui n’était perturbé seulement par le bruit de mes pas. Désespérant dans ma quête, je remarquais que plusieurs bonhommes de neiges sur mon chemin. Pourtant, le sol blanc ne manifestait aucun signe de passage depuis au moins le début de la journée, ce qui suscita ma plus grande interrogation. Qui pourrait bien prendre le temps de créer autant de bonhommes de neige alors que les lieux avaient la réputation d’être devenus terriblement hostile ces derniers jours ?

M’approchant de l’une de ces créations, je remarquais le soin apporté à leur conception. La carotte qui lui servait de nez semblait relativement fraiche, et les rondeurs qui composaient son corps ne démontrait aucun signe de fonte en plus d’un certain savoir-faire. Pourtant, j’avais passé le clair de ma journée dans les environs, et je n’avais pourtant croisé personne. Il était donc d’autant plus étrange de réaliser que la fabrication de ces bonhommes de neige était plutôt récente. Sachant que la nuit me laisserait dans l’obscurité totale et que je n’avais aucun matériel pour camper, il allait me falloir résoudre ce mystère très rapidement. Rester en cet endroit la nuit risquait d’être vraiment très dangereux.

Etudiant l’être inanimé, je tentais de retirer les branches qui lui servaient de bras. C’est à ma grande surprise que je ne parvins pas à le démanteler. Cette histoire devenant de plus en plus étrange, je m’attaquai alors à la carotte, mais le résultat resta le même.  Abandonnant tout espoir, je décidais de regagner la ville lorsqu’il me sembla entendre un bruit derrière moi. Tiens ? Bizarre, je pensais avoir parcouru plusieurs dizaines de mètres, et j’ai à peine distancé le bonhomme de neige. La faim commence à te faire délirer ! Me dis-je. Rebroussant une nouvelle fois chemin, le bruit semblait persister malgré tout. Me retournant une nouvelle fois, ce n’était pas un, mais deux bonhommes de neiges que je trouvais derrière-moi. Bon, là ça commence à devenir vraiment flippant. Je décide alors de taper une petite course pour vérifier si je suis vraiment parano ou pas. La suite, vous la connaissez, et quand on voit à quel point je suis loin de la ville et que ma faim m’affaiblit au point que la seule montée d’adrénaline me fait détaler comme un lapin, je ne donne pas ma chère de ma peau !
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Sam 24 Fév - 10:58



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Il faisait vraiment froid ce jour-là… Mais genre, pas un simple froid de canard… Non, un vrai froid de Fuyu, capable de vous geler instantanément les os, de vous figer en une rafale dans la tronche… Même Mist, qui d’ordinaire, se sentait dans son élément, là où les autres se les pelaient, n’appréciait guère cette brutale chute de température… La chaleur était allée se réfugier à Seika… À croire que Long avait décidé de gonfler sa propre nation…

Quoiqu’il en soit, c’est par ce temps pourri que commença cette aventure. Aujourd’hui, Mist s’était paumée, mais genre bien méchamment. En fait, elle avait pénétré dans la forêt de givre, en espérant rusher à travers, et en être sortie d’ici au soir, ses pouvoirs plutôt badass aidant grandement… Cependant, les choses ne s’étaient pas passées ainsi… Même carrément le contraire… Tous les sentiers se ressemblaient, la neige au sol embrouillait les pistes, et la visibilité était fortement réduite à cause du brouillard… Concrètement, toutes les conditions étaient réunies pour pourrir la journée de la fille aux cheveux noirs… Peu importe qu’elle soit déjà passé par ici un milliard de fois, c’était toujours autant le bordel pour s’y retrouver…

Au bout d’une petite heure d’alternance marche-vol aérien (car, on a beau s’extasier devant la maîtrise de l’air, au bout d’un moment, cela devient assez chiant de planer sans rien glander), Mist arriva dans une vaste clairière, au milieu de laquelle se tenait une course-poursuite des plus débiles qu’elle ait jamais vue. Imaginez un peu : un môme blondinet, à la gueule de déterré de guerre et chouinant comme une fillette, pourchassé par de redoutables, terrorisants, abominables, super balèzes (j’arrête ici, je suis déjà plus crédible…)… bonhommes de neige… Ouais, vous avez bien capté, des putain de bonhommes de neige… La tueuse ne voulait pas savoir quel genre de vie de merde le mioche pouvait bien se coltiner pour se retrouver dans pareille situation.

En temps normal, Mist se serait marrée quelques secondes, insultant le gamin au passage, avant de poursuivre sa route. Sauf que là, elle était un peu perdue et avait carrément la flemme de s’embêter à chercher plus longtemps. Le môme devait être un petit cassos d’un bled pas loin, il saurait sûrement la renseigner pour se tirer d’ici. Sur ce constat, la manipulatrice d’air tendit le bras devant elle, et une rafale de vent inouïe se chargea aisément de souffler les stalkers de neige. Le truc cool avec cette attaque, c’est que non-content de vaincre ces ennemis, elle fut aussi suffisamment puissante pour que le p’tit con se retrouver cul par terre, et ainsi reste bien sur place.

La demoiselle se posa devant lui, un air neutre sur le visage, un léger rictus un peu froid, comme à son habitude. Son gestuelle ne trahissait aucune émotion, mais son ton évoquait le plus grand sarcasme. L’assassine s’exprima ainsi :

« Hey gamin ! Comment tu t’es démerdé pour te faire courser par des bonhommes de neige ? »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Sam 24 Fév - 16:45

Bon, je vais pas vous mentir, j’étais dans la mouise, mais genre vraiment dans la mouise. Tout ne s’était pas vraiment passé comme prévu jusqu’à maintenant, et là, tout de suite, je n’avais pas vraiment d’idée de comment me sortir de ce pétrin ! Bon, réfléchis Katsuki, réfléchis… T’as ptet plus de pouvoirs, mais t’as toujours ta caboche ! Il me faut une idée, vite, viiiiiiiite !

Alors que la situation devenait de plus en plus critique, une subite tempête vint tous nous balayer, aussi bien mes agresseurs que moi-même. Les hommes des neiges voyaient alors leurs corps se désagréger sous la puissance de la bourraque tandis que je m’effondrais en plein dans la neige la tête la première, postérieur vers le ciel. La tornade étant passée, je dégageais tant bien que mal ma tête du sol enneigé, tombant alors à la renverse sur mes deux fesses, pour découvrir que mes ennemis avaient désormais disparu. A la place, se tenait devant moi une meuf, d’apparence un tout petit plus âgée que moi. La garce semblait bien se foutre de ma gueule !

Le laideron, d’un ton des plus provocateurs, me demanda d’expliquer comment j’avais bien pu faire pour me retrouver dans pareille situation. Aussi, elle m’avait appelé « gamin », comme si elle était bien plus âgée que moi ! Je vous le dis, entre vous et moi, je ne la connaissais pas, mais je ne pouvais déjà pas la saquer. Après tout, elle devait bien savoir qu’est-ce que j’étais en train de foutre dans les parages, puisque la zone était présumée à risque depuis des jours. Aucun doute, s’intéressait à la récompense, elle aussi. Me relevant brusquement tout en la pointant du doigt, je me mis à hurler, la bouche encore plein de neige :

Tfu fé té bien fke sfé Ifi ! Tfu ve m’voler ma récompenfe ! (Tu sais bien ce que je fais ici, tu veux me voler ma récompense !)

Puis, crachant la neige :

Je te préviens, j’ai pas l’intention de me laisser faire, pov’meuf ! J’étais là en premier !

Enlevant mon manteau, je me tenais prêt à en découdre, montrant les crocs tel un animal sauvage prêt au combat. Cet argent offert pour avoir débarrassé les lieux des monstres du coin était mon dernier espoir avant de véritablement sombrer dans un état que ni vous ni moi n’avons l’envie d’en connaitre les conséquences. Bon, mes tremblements et mon ventre qui se mit à crier famine, manifestant mon état de faiblesse critique, semblait contradictoire avec la menace terrible et imminente que je souhaitais exprimer. Il allait donc me falloir un plan… un plan ingénieux… infaillible… le genre de truc tellement machiavélique que même l’antagoniste principal de ta série préférée n’oserait aller aussi loin.

MERDE ! DERRIERE-TOI, IL EN RESTE UN !

Profitant de cette diversion, je me mis alors une nouvelle fois à détaler avec la plus grande des déterminations, hurlant d’un rire démoniaque, ma longue langue ondulant en dehors de ma bouche tel un reptile.

A MOI LE PACTOLE ! BON COURAGE POUR ARRIVER A LA VILLE AVANT MOI !!!

Je vous préviens, oui, vous, là, qui me lisez. Je vous interdis de me juger, vous qui n’avez jamais connu ce qu’est véritablement le désespoir ! Quand on est au fond du gouffre, l’honneur, le respect, etc, tout ça n’existe plus ! Je n’ai qu’à suivre mes traces de pas pour rentrer et… hein ? Mes traces de pas ? Elles ont disparu ? Bon bah, c’est officiel, je vais mourir ici…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Dim 25 Fév - 13:40



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Le pauvre gosse s’effondra comme une merde dans la neige, le cul en l’air, la tête à bouffer de la poudreuse (ne jugeons pas cette gastronomie décalée). Mist aurait évidemment pu défoncer les tas de bouboules de neige sans faire morfler le fuyard, mais c’était sacrément fun de l’intégrer dans sa bourrasque. Vu comment ce pétochard détalait la queue entre les jambes, il avait probablement fait dans son froc trois-quatre fois, mais en plus, si on intégrait la glace fondue, le calecif était probablement foutu, et je vous parle même pas de l’état de la queue de ce môme. Bref, l’aérokinésiste l’avait envoyé valdinguer pour la déconne et aussi afin de l’arrêter, pour le forcer à l’aider dans sa recherche du bon chemin.

Mist l’interrogea donc plutôt poliment (car ouais, ça c’est une approche vachement polie pour elle), ne cherchant même pas à l’intimider pour obtenir ce qu’elle désirait. Après tout, même si elle l’avait refroidie, elle venait quand même de lui sauver la peau, donc bon… Cela semblait logique que l’Esper ait droit à une petite rétribution, qui, pour une fois, ne serait pas financière. Si le mioche était du coin, il devait bien connaître le chemin pour Yuki, et ainsi ça lui prendrait dix secondes, ce qui fait que dalle dans toute une vie, pour le lui indiquer. Mais non, ce petit connard se releva brusquement, et marmonna quelques mots incompréhensibles, tellement il lui restait de neige dans la bouche. La tueuse lui jeta un regard froid.

« Avale ou crache, sinon ferme ta putain de gueule !!! »

Finalement, dans une élégance inouïe, l’enneigé éjecta le blanc de sa bouche, n’étant apparemment pas de ceux qui aiment les gorges profondes et tout ce qui s’ensuit. Dans un intense effort d’élocution, il baragouina à nouveau quelques merdouilles, clairement mieux compréhensibles, bien que les banlieusards du 93 soient des fanas du Bescherelle en comparaison de ce type. Mist, un peu surprise par cette réponse, ne cacha pas son étonnement :

« Eh… De quoi tu parles, gamin ?! »


L’autre commença à se déshabiller, avant de se raviser, se rappelant probablement qu’il se trouvait à Fuyu, la zone où, par définition, tout le monde a froid, tout le temps, en tout lieu. Mist attendait donc que cette chouineuse de première daigne lui répondre, baillant une ou deux fois durant cette durée trop longue à son goût. C’est alors que la blondinette fit mine d’avertir la manipulatrice d’air de la présence d’un nouvel ennemi, juste derrière elle, avant de se tirer en courant (encore). La belle aux yeux d’azur avait jeté un regard blasé en retrait, en sachant pertinemment qu’il n’y avait rien.

Notant alors la nouvelle fuite du gamin, qui au passage, avait l’air de retourner en ville, l’assassine soupira, n’ayant aucune envie de perdre la piste de ce gland. Aussitôt, elle prit son envol, flottant tranquillement à une dizaine de mètres d’altitude, rattrapant rapidement la tapette. Une lame d’air dans les jambes pour le faucher et le faire tomber, et la Fuyujin se posa. Elle dégaina sa dague pour la poser sur la gorge de l’autre, faisant couler un peu de sang. Son regard ne trahissait aucune émotion, si ce n’était le fait qu’elle le tuerait s’il faisait le con.

« Alors, tu vas bien gentiment te calmer si tu ne veux pas crever comme une petite merde. Qu’est-ce que tu foutais ici à part fuir face à deux ridicules bonhommes de neige ? Je te préviens, si ce que tu dis ou fais me convient pas, je te coupe le peu que tu as dans le froc. »


Capas contextuelles:
 


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Dim 25 Fév - 18:17

Ok ok, tout ne s’est vraiment pas passé comme prévu jusqu’à maintenant, ma tentative de fuite également. Alors que j’espérais parvenir à semer celle qui en voulait certainement à mon pognon, je perdis subitement l’équilibre et me cassa la gueule une nouvelle fois, encore une œuvre des pouvoirs de la voleuse ! A peine avais-je essayé de me relever, que je me rendis compte que l’opportuniste souhaitait changer de manière pour prendre ma récompense. Très vite, une lame s’était retrouvée en dessous de mon visage, étant à deux doigts de faire tomber ma tête. Les yeux de la jeune femme se plongeait alors dans les miens, démontrant clairement qu’elle n’avait pas vraiment envie de perdre son temps et qu’elle n’allait certainement pas hésiter, si je ne voulais pas communiquer, à me faire taire à jamais.

Bon, là, j’avoue, la situation commençait à devenir compliqué en ce qui me concerne. J’avais chaud. Une goutte de sueur commençait à couler le long de mon visage, et un sentiment de pression pesante parsemait mon corps malgré mon sang-froid encore présent. La tarée me demanda alors une nouvelle fois des explications, non pas sans oublier de me menacer de mort. Le problème, c’était que mes pouvoirs disparus accompagnés de mon ventre vide rendaient ma combativité proche du néant. Bon, après tout, sa double interrogation témoignait qu’elle n’était finalement pas au courant de cette histoire de récompense. Autant la jouer franc jeu. Ne pouvant m’empêcher malgré tout de manifester une pointe d’arrogance, fierté oblige, je déclarais, un sourire aux lèvres et des sourcils froncés contrastant avec la tension qui raidissait mon corps tout entier :

‘Y a une prime à la capitale pour celui qui parvient à chasser les monstres du coin qui embêtent les voyageurs en ce moment. Je ne suis rien d’autre qu’un homme venu tenter ma chance. Et toi ? Si tu n’es pas là pour l’argent, pourquoi m’as-tu couru après ?

Il est vrai, je n’étais pas forcément en posture de poser des questions, mais il était tout à fait étrange que cette femme ne me laisse pas tout simplement tranquille si elle n’avait aucune idée de la raison pour laquelle j’étais venu ici au départ. De toute façon, je laisse tomber… la faim m’a fait perdre la raison l’espace d’un instant. Quand bien même cette nana se fichait pas mal de l’argent de la récompense, je n’allais certainement pas m’abaisser à mentir pour obtenir la tune à sa place.

Mon ventre se mit à gargouiller de nouveau, ce qui manifesta sur mon visage un soupir de douleur tellement l’absence de nourriture me faisait mal au niveau de l’estomac, et mes muscles tendus se relâchèrent un à un, m’abandonnant complètement au sort qui m’attendait. Seul mon regard restait vif, affrontant ceux de la jeune femme qui prenaient petit à petit l’apparence de la mort. Je n’avais plus la force de lutter et j’étais au bord de l’évanouissement. En fait, je crois même que le faible espoir de posséder de quoi acheter de la nourriture maintenait jusqu’alors mon corps debout, mais que le sursaut d’adrénaline que je venais d’avoir lorsque je me suis mis à détaler, accompagné de la vision d’un dernier échec, avait absorbé le restant de mes forces que seul ma volonté m’avait permis de mobiliser.

Ma vision commençait à se troubler petit à petit. Bientôt, je ne distinguais même plus le visage stoïque de mon agresseur. Tandis que mes poings se desserraient lentement, je déclarais alors, approchant ma gorge vers la lame qui était pourtant déjà bien appuyée sur celle-ci :

Pff, de toute façon, tout cela n'a plus aucune importance. Je t’en prie, vas-y, fais ce que tu as à faire si tu l’oses, sale mocheté ! Je suis à ta merci, après tout ! Mais sache juste une chose : si je ne suis pas capable aujourd’hui de me défendre, une fois parmi les morts, je viendrais te hanter jusqu’à ce que tu me clamses à ton tour !

Quel abruti ! vous dîtes vous sûrement. Qui donc, alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil et qu’il n’a aucun moyen de se défendre, oserait donc provoquer celui ou celle qui est prêt à lui ôter sa tête à n’importe quel moment ? Je ne saurais qu’approuver vos dires, je ne suis effectivement qu’un abruti. Cependant, je m’interdisais à perdre la face devant qui que ce soit, et si je ne pouvais pas vaincre mon adversaire, le maudire jusqu’à la fin était alors pour moi la meilleure opportunité qui me restait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Lun 26 Fév - 13:28



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Trop facile, comme toujours… Mist en était arrivé à un tel stade de puissance qu’elle pouvait faire ce qu’elle pouvait des gens qu’elle croisait. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas rencontré quelqu’un capable de lui tenir tête… En fait, cela datait carrément de sa méchante défaite du côté de Minshu… Cette connasse qui un jour souffrirait des mains de l’aérokinésiste… Malgré toutes les recherches effectuées à son sujet, et une patience que l’on pourrait qualifier de légendaire en connaissant son tempérament, elle n’avait rien trouvé au sujet de cette salope… La tueuse se souvenait très bien de ses pouvoirs et de son chara design, et même de ce manoir démodé qu’elle avait partiellement défoncé, mais pas plus… Bref, à nouveau, elle avait fait tomber ce môme instable, qui put savourer une seconde fois la douceur froide de la neige.

Au final, la tarlouse de blondinette, se pissant encore davantage dans le slibard, finit par comprendre qu’il risquait vraiment d’y passer s’il continuait de jouer les kékés. Mist afficha un sourire de satisfaction en notant cela. Donc, cette flipette avait essayé de dégommer un peu de mob dans le coin, mais, trop faible, il s’était aisément fait latter, d’où cette fuite stupide et qui aurait certainement fini par un autre cassage de gueule, voir sa mise à mort, tout ça pour se faire un peu de tune. La Fuyujin ne put s’empêcher de ricaner en entendant cela, se moquant ouvertement de la détermination de l’autre. Peu après, ce dernier voulut savoir pourquoi il se faisait à ce point menacer par l’Esper, qui lui jeta un regard sadique.

« Parce que ça m’amuse ! »

Quelques secondes à garder un sérieux, avant que la dégaine de son interlocuteur la fasse exploser de rire. De nouveau, quelques secondes et Mist redevint plus calme.

« C’est à moi que cette récompense devrait revenir vu que c’est moi qu’ai buté ces machins… Mais bon, si tu me montres où se trouve la ville, je consentirai peut-être à te laisser les sous… »

L’assassine l’écouta ensuite tenter de faire preuve de courage, là où elle ne voyait rien de plus qu’une lâcheté et une acceptation de son sort. Clairement, l’abruti de service ne savait pas de quoi il parlait en évoquant la mort comme ça, avec légèreté. Agacée par cette attitude, tout en repensant à ce qu’elle-même avait failli subir et ce que Zwei avait enduré pour obtenir son pardon, la manipulatrice d’air le gifla, avant de lui adresser un regard noir.

« Ferme ta gueule ! La mort est pire que tout ce que tu peux imaginer avec le pois chiche qui te sert de cerveau !!! »


Mist soupira, se calmant un peu.

« T’es vraiment faible… Comment peux-tu être con au point de te lancer dans ce genre de mission suicide ? »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Lun 26 Fév - 16:04

Ça… l’amusait ? Je rêve ou elle se foutait de ma gueule ouvertement ? Me la faire… Je vous jure que si je la retrouvais lorsque j’aurais retrouvé mes pouvoirs, je me ferais sa sale tronche ! Quel genre de problème psychologue pouvait-on avoir pour se comporter comme une connasse pareille ? Laisse tomber Katsuki, le genre d’individu qui se sert de son pouvoir pour malmener autrui par simple amusement ne méritait rien d’autre que ton mépris. Débarrasse-toi d’elle et taille la route, c’est le mieux que tu puisses faire !

Après avoir cessé de se payer ma tronche dans un élan de fou de rire, la folle s’intéressa ensuite à cette histoire de récompense. Comme je m’en doutais, cette salope se mit dans la tête de l’idée de me voler l’argent que j’étais venu gagner alors qu’elle n’était même pas au courant de cette histoire à la base ! Qu’elle aille au diable… Cependant, dans un « geste de bonté », la garce voulût marchander avec moi. Si je lui indiquais comment aller en ville, elle voulait bien partager avec moi. Croyez-moi, à ce moment précis, je lui aurais bien fait un doigt si j’étais en position de le faire. Je m’étais alors contenté de répondre, avec la plus grande des délicatesses dont je pouvais faire preuve :

Et puis quoi, encore ?! Tu me menaces et après, tu crois que je vais accepter gentiment de t’aider pour quelques pièces ? Plutôt crever, oui !

Il semblait bien que mon comportement était en train d’agacer de plus en plus la guenon, qui profita de sa position de force pour me gifler et me hurler dessus. Je me mis alors à l’écouter, non pas sans montrer mon mécontentement, l’expression de mon visage voulant clairement dire : « si je trouve un moyen de te buter à n’importe quel moment, crois-moi que je saisirais l’occasion ». La râleuse me reprocha alors de parler de mourir aussi facilement, mais sa réaction me semblait vraiment démesurée. L’espace d’un instant, je m’étais demandé ce qu’elle avait bien pu vivre pour réagir d’une telle manière, mais dans le fond, j’en avais vraiment rien à foutre.

Après s’être calmée, mon agresseur me demanda alors, sans jamais oublié de m’envoyer un juron, si j’étais tout simplement stupide pour me lancer dans une telle opération en sachant très bien les fortes probabilités que j’avais d’échouer, si ce n’était y laisser la vie. Aussi, elle ne put s’empêcher de souligner ma faiblesse. Devenant de plus en plus agité, en ayant marre de me faire insulter gratuitement, je rétorquais :

Parce que tu crois que j’étais pas au courant du danger, ptet ?! Vois-tu, ‘Y a des gens qui n’ont pas forcément, ou du moins qui n’ont plus des pouvoirs comme les tiens et qui n’ont pas forcément le temps d’aller emmerder le premier inconnu qui passe en voulant satisfaire son besoin de se sentir puissant ! Alors entre crever de faim et crever tout court, autant tenter ma chance ! Donc t’es bien gentille, mais la vérité, c’est que je suis aussi paumé que toi dans cette forêt. Y a plus que deux solutions : soit tu fais ce que t’as à faire avec moi pour satisfaire tes pulsions sanguines, soit tu me laisses tranquille et tu traces ta route !

Mon menton était venu se replier sur la lame de la jeune femme, tandis que je la dévisageais d’un air de défi. Il était rare que je tombe sur quelqu’un d’aussi têtu que moi, prêt à tout pour avoir le dernier mot. Plus que jamais, je n’avais clairement pas envie de céder, surtout face à elle. Lorsque l’on était fort, notre pouvoir devait servir à protéger autrui, à venir au secours des autres, pas à en abuser pour faire plier plus faible que soit sous sa volonté. Les gens comme elle étaient la catégorie de personne que je méprisais le plus au monde. M’écraser devant elle, ce serait pour moi pire que tout, et même pire que la mort. Peu importe ce quel message elle voulait me faire passer, mes principes avant tout.

En dehors de cette prise de tête entre elle et moi, ma dernière phrase était loin d’être dépourvue de sens. Cette discussion était dans une impasse, et plus le temps passait, plus la nuit se rapprochait. Dans mon état actuel, je savais très bien que je n’avais aucune chance de survivre avec les monstres du coin qui devenaient beaucoup plus dangereux une fois le soleil couché. La suite des évènements dépendait entièrement d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Mar 27 Fév - 9:59



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Depuis qu’elle avait menacé le mioche de le buter, Mist n’avait pas bougé la lame de sa gorge, si bien que le petit filet de Ketchup continuait de prendre l’air. En plus, l’autre, étant vraiment con, avait davantage appuyé son cou contre la dague, cherchant sûrement à se suicider en constatant que sa vie ne servait à rien. Chacun ses bails, mais l’aérokinésiste voulait au moins l’exploiter un maximum avant de le laisser se trucider lui-même. Ce gland tirait des tronches pas possibles, la haïssant sûrement à donf, même si elle n’en avait strictement rien à foutre. La loi du plus fort était celle qui régnait à Fuyu : le plus balèze imposait son autorité à la merdouille incapable de se défendre, qui devait simplement la fermer, si elle tenait un peu à la vie… L’Esper était passée par le stade de mauviette incapable, s’était faite insulter et écraser par des gars un cran au-dessus… Mais, désormais, c’était du passé, et elle avait abattu un par un tous ces connards qui s’étaient un jour permis de lui cracher dessus. À la blondinette d’en faire de même si elle voulait un jour être respectée.

Apparemment, la proposition totalement honnête de Mist ne le branchait pas plus que ça, étonnamment… Pourtant, elle lui laissait le choix de garder les sous et de s’attribuer les couilles qu’il n’avait pas eues durant cette bataille, simplement en échange d’une petite visite guidée des environs. Bah, tant pis pour lui… Il venait probablement de refuser sa plus belle opportunité…

« T’es vraiment qu’un stupide sac à merdes… »


Mist s’en voulait d’avoir compté sur ce pauvre cassos pour quitter cette maudite forêt moisie. Celui-ci continuait de se la raconter, d’évoquer la mort d’un ton léger, de se rapprocher de la lame qui lui prendrait la vie, de provoquer pour pas grand-chose, tout en tirant la tête d’un type constipé cherchant désespérément à se retenir en attendant les prochaines chiottes qu’il croiserait. Sa voix criarde et ses commentaires inutiles irritaient la Fuyujin au plus haut point.

« Si t’es naze, je m’en contrefous… Tu restes une brêle incapable de se défendre par elle-même et apparemment incapable de se nourrir ou de vivre… »

La tueuse marqua une pause.

« T’es aussi un sacré gamin dans ta tête pour refuser du pognon facile dans ton état de dèche… »

Enfin bon, Mist comprit finalement que ce sale gosse était aussi paumé qu’elle, ce qui n’arrangeait pas franchement ses affaires. Toutefois, il souhaitait à la base rentrer en ville, donc il devait sûrement inconsciemment avoir une petite idée de la direction à prendre. Sur ce constat, la fille aux cheveux noirs rangea sa lame, s’écartant du gamin. Sans même lui laisser le temps de se réjouir, elle lui lança quelques rafales d’air tranchantes, déchirant l’intégralité de ses vêtements, sauf son slibard, l’assassine ayant quand même un minimum de décence. Toujours un sourire sadique sur son visage et sans aucune compassion pour l’autre, elle ajouta :

« Dans ce froid, tu seras mort d’ici quelques heures, si tu ne trouves pas d’endroit où t’abriter. Et je doute qu’il y ait quoi que ce soit de plus proche que la ville pour ça… Démerde-toi comme tu veux… Ah, et si t’as déjà les chocottes, tu peux toujours te prosterner devant moi et rentrer à mon service, si tu veux la vie sauve ! »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Mar 27 Fév - 15:17

Nous étions tous deux aussi têtus l’un que l’autre, aucun d’entre nous ne voulant lâcher l’affaire jusqu’au bout. Le problème, c’était que cette hystérique possédait un atout qu’il me manquait : la force, et cela, j’en avais bien conscience. C’était dans ce genre de moment précis que la perte de mes pouvoirs m’irritait au plus haut point. Si seulement j’étais à 100% de mes capacités, cette sale pute aurait fermé sa grande gueule depuis bien longtemps, j’en étais certain !

La connasse décida finalement de lâcher prise, mais elle n’en avait pas fini avec moi pour autant. Ainsi, alors que j’étais en train de toussoter après que le poids de la lame se soit retiré de ma gorge, celle-ci utilisa son pouvoir son pouvoir afin de… me foutre à poil ! Mais elle joue à quoi, cette timbrée ? En quoi ça l’avance de me foutre en calbar ?! A moins qu’elle essaye une fois de plus de se foutre de ma gueule ?

Face à ma situation, mon agresseur me fit une dernière proposition, comme un ultimatum : Dans ma tenue actuelle, il ne me restait plus que quelques heures à vivre étant donné le froid présent dans la région. Mes chances de survie étaient donc faibles, et si je m’entêtais à ne pas coopérer juste pour la faire chier, elles se rapprochaient de zéro. Ça m’énerve… ça m’énerve tellement de pas pouvoir lui faire mordre la poussière ! Qu’est-ce que je donnerais pour retrouver mon alter, ne serait-ce qu’un instant. Crois-moi, un jour viendra... Tu ne perds rien pour attendre, sale chienne !

Quelqu’un qui tape une colère dès lors que quelqu’un prend un peu trop sa vie à la légère, mais qui n’éprouve pourtant aucun scrupule à jouer avec celle d’autrui… Faut vraiment être salement dérangé pour faire preuve d’autant de contradictions en l’espace de quelques minutes…

Toute sorte d’émotion semblait avoir disparu en moi. Plus de douleur, plus de tremblement, pas même une once de colère. Je regardais un instant la sorcière du regard le plus neutre qui soit, avant de marcher en titubant devant elle et de la dépasser dans la plus grande indifférence. Ma résolution était prise, j’irais de l’avant peu importe les enfoirés qui essaieraient de me marcher dessus. Je suis un faible incapable de se défendre lui-même, et alors ? Mes pouvoirs d’antan ne sont pas les seules choses qui me définissent et qui font de moi un homme. Cette façon qu’elle a, à vouloir imposer son point de vue par la force, comme s’il n’y avait que ça d’important… Cette façon de penser, je la rejette. Tant que je n’oublierais pas la raison pour laquelle je me bats réellement, ce pourquoi je veux réellement devenir fort, jamais je n’aurais à avoir honte de m’en prendre plein la face. C’est même une étape nécessaire si je veux réellement un jour devenir le plus grand des héros, le numéro un.

Comprenant qu’étant donné la situation, il m’était devenu inutile de mentir (car de toute façon, elle me suivrait certainement), j’annonçais alors à haute voix, tout en continuant ma route, sans témoigner ne serait-ce qu’un signe de considération à la sorcière :

Si on retourne là ou les monstres m’ont attaqué, on devrait tomber sur un arbre mort, un peu plus gros que la moyenne. Il penche légèrement, je venais de la direction inverse à son inclinaison lorsque je me suis retrouvé nez à nez avec les créatures. En continuant, sur ce chemin, on devrait, si on a de la chance, retrouver un sentier que prenne normalement les voyageurs pour traverser la forêt. On ne peut en revanche le distinguer qu’à proximité de la ville, ayant été recouvert par la neige. Par contre, si tu crois que je vais gentiment m’agenouiller devant toi, tu peux toujours crever ! Je peux marcher seul.

J’avais beau me la jouer, la faim et la fatigue qui durait depuis des jours devenait de plus en plus contraignante. Alors que je marchais, je me rendais compte que mes pieds trainaient de plus en plus dans la neige, et ma vue était tellement trouble que tout seul, il allait être difficile de retrouver le sentier. J’ai mal à la tête, je sens que je suis sur le point de m’évanouir… Je… Putain… Craque pas maintenant, Katsuki. Cela lui ferait trop plaisir que tu lui demandes son aide, à l’autre folle… Marche sans t’arrêter… Ne perds pas espoir… Les gens qui flanchent, ce ne sont que des gros nazes…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Mer 28 Fév - 22:27



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Évidemment, le petit kéké aux veuchs incoiffables n’avait pas kiffé se retrouver à oilp en moins de temps qu’il ne fallait pour l’insulter de sous-race. Forcément, c’était déjà une sacrée humiliation pour lui qui ne possédait déjà pas grand-chose et venait en plus de se faire niquer ses fringues. Sans parler du fait qu’il avait l’ait pas mal en galère de pépouze et que ce serait un peu compliqué pour lui de s’en racheter… Mais le pire de tout ça, c’était bien ce putain de froid de bâtard (canard étant ici jugé trop faible pour qualifier l’expression de manière cohérente) qui s’infiltrer un peu partout dans les habits les plus chauds… Alors, imaginez un peu le calvaire que ce sale bougre devait vivre sans rien porter sur lui. Il y réfléchirait désormais à deux fois avant de provoquer Mist à nouveau.

Malgré tout, cette tête de gland faisait comme si rien n’avait changé, continuant d’ouvrir sa grande gueule pour pas grand-chose, évoquant ce coup-ci les sautes d’humeurs jugées (parfois) insupportables de Mist. Mais, comme toujours, ce genre de répartie puérile n’intéressait pas celle-ci, qui les ignorait royalement, en laissant bien paraître son “jemenfoutisme” le plus total. Ce gamin avait clairement une éducation de branleur et s’épuisait déjà sûrement à retenir plus de vingt mots de vocabulaire… Mieux valait ne pas trop en attendre de lui dans ce domaine.

« Cause toujours, je m’en tape ! »

S’il y a bien une règle que les admins ont oublié de noter dans leur fucking règlement de dix mille pages, c’est la suivante : Mist obtient toujours ce qu’elle veut. Réparons maintenant le quatrième mur (et les trois autres par la même occasion) pour en revenir à notre Baskerville qui prouvait une fois de plus que la force était ce qu’il y avait de plus important pour survivre en Kosaten. Face à elle, le mioche finit par obtempérer, comprenant (enfin !) qu’il n’avait aucune chance d’avoir raison ou de prendre le dessus, et marmonna quelques explications, dont la tueuse n’avait en fait rien à foutre. Tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était que ce môme s’épuise et se les pèle en la ramenant en ville, ou sinon qu’il crève comme une merde en chemin.

« Bouge ton cul, j’ai pas toute la journée !!! »

J’ai oublié de vous préciser que ce jeune clampin venait une fois de plus de jouer au caïd rebelle en faisant le fiérot alors qu’il tenait à peine sur ses gambettes. Mist eut d’ailleurs un rictus sarcastique :

« Si je le voulais, tu serais déjà en train de me lécher les bottes… Mais t’en fais pas, tôt ou tard, tu t’écraseras devant moi. »

Un genre de lapin des neiges gambadait pas très loin de leur position. En le voyant, Mist eut une nouvelle idée, que son sourire sadique confirmait. Toujours en usant de ses pouvoirs, elle fit flotter la bête jusqu’au gamin, la stabilisant au-dessus de sa tête, avant de la piéger dans une bulle d’air dont la pression s’intensifiait à chaque seconde, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un vulgaire tas de poils et de sang, que l’Esper laissa chuter sur la tronche de la blondinette.

« Tu n’es pas de taille face à ce monde. »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Jeu 1 Mar - 0:23

Cela faisait maintenant combien de temps que je marchais ? Le froid et la douleur m’avait fait perdre complètement la notion du temps alors que l’on apercevait maintenant le soleil en train de se coucher. Marchant encore et encore sans jamais m’arrêter, étant devenu incapable de réfléchir correctement, j’errais dans la forêt, ayant pour seule compagnie cette sorcière responsable de mes maux.

La souffrance était telle que tout mon corps semblait engourdi, la température glaciale gelant la moindre partie de mon anatomie. Je n’étais même plus capable de plier correctement n’importe laquelle de mes articulations, ceci jusqu’au moindre petit doigt. Bientôt, la douleur était telle que j’avais l’impression de ne plus ressentir quoi que ce soit, si ce n’était cette gorge irritée et cette respiration au combien difficile. Mes yeux me piquaient tellement… Il était tellement difficile de les maintenir ouvert… Je…

Tandis que mes pensées devenaient de plus en plus obscures, une gerbe de sang m’éclaboussa tout à coup. Encore l’œuvre de cette maudite sorcière qui prenait un malin plaisir à me torturer… De toute façon, ces provocations n’avaient plus aucune importance à mes yeux… Elle pouvait me jeter n’importe quoi, me cracher dessus et piétiner sur mon visage, plus rien ne pouvait m’affecter arriver à ce stade, à la frontière entre la vie et la mort. Tout ce que je pouvais faire, c’était avancer, continuer d’avancer aussi longtemps que j’en étais capable…

M’enfermant dans un mutisme, à la fois par choix de ne pas rentrer dans le jeu de la sorcière, mais aussi parce que même ouvrir mes lèvres devenues bleues me faisait terriblement souffrir, je continuais mon chemin avant de trébucher une première fois. Les deux genoux plantés dans la neige, j’essayais de pousser sur mes mains pour me relever avant de me rendre compte que je n’avais plus la force de supporter mon poids avec les bras. M’appuyant sur mes jambes tant bien que mal, les seuls membres de mon corps encore véritablement valide, je reprenais ma route, le regard droit vers l’horizon.

Cela ferait bien trop plaisir à la jeune femme que j’en vienne à la supplier de m’épargner… Si mon heure était venue, plutôt mourir en silence plutôt que de lui accorder ce dernier plaisir… Allez, Katsuki… continue… tu peux le faire…

Une branche d’arbre dépassant légèrement de la neige me fit trébucher. Roulant légèrement, je m’adossais au tronc, l’air à moitié éteint, signe que je n’en avais plus vraiment pour longtemps. Rassemblant mes dernières forces, j’appuyais sur mes pieds en m’aidant du bois sur lequel était déposé mon dos pour me relever encore une fois. Un souffle de vent failli me faire tomber une énième fois. Perdant l’équilibre sur la route en pente, je me rattrapais en me cognant l’épaule sur l’arbre qui se situait quelques mètres à côté. Puis je me remis à avancer, encore et toujours.

Soudain, l’image d’un homme se profilait au loin… Je reconnaissais cette silhouette… All… Might ? Qu’est-ce qu’il foutait ici ? Lui aussi était arrivé à Kosaten ? C’est impossible… Reprenant l’espace d’un instant un semblant de vitalité, j’accélérais le pas pour le retrouver. J’essayais de hurler son nom, mais la douleur était telle qu’aucun son ne sortait de ma bouche. Alors que je dépassais petit à petit les sapins morts, je remarquais que je ne parvenais pas à rattraper l’homme. C’est pas possible… Une hallucination ? Tu perds complètement la tête, mon pauvre Katsuki…

Alors que je continuais ma marche sans jamais dévier de ma route, cette hallucination m’amena à réfléchir sur mon passé avec le peu de conscience qu’il me restait… Une vie d’adolescent plus ou moins normal, allant au lycée à Tokyo, travaillant énormément pour atteindre l’objectif auquel il aspirait : surpasser All Might, le plus grand des super-héros. J’avais intégré le lycée Yuei, en filière héroïque, car oui, chez nous, être un super-héros était une véritable profession. Mon bahut était par ailleurs le plus réputé du coin pour cette formation, ayant fait naitre les plus grands héros que connaissait mon monde d’origine, dont All Might lui-même.

Quant à moi, j’avais fini premier à l’examen d’entrée de ce lycée d’élite. J’avais également fini premier lors du championnat du lycée confrontant les élèves entre eux. Je ne me reposais pas pour autant sur mes lauriers et je continuais de travailler dur, aussi bien à l’école qu’au combat, afin de réaliser cette grande ambition qu’était la mienne. Malheureusement, lorsque je suis arrivé à Kosaten, j’avais tout perdu… mon quotidien paisible, mes pouvoirs, mon avenir, mes rêves…

Alors que je me perdais dans mes pensées, je m’écroulais une nouvelle fois dans la neige, couché sur le ventre. Je n’étais plus capable de me relever, plus capable de continuer. Alors, c’était la fin ? C’était comme ça que j’allais mourir ? Quelle vie gâchée… Mes paupières s’alourdissent. Etonnamment, mon corps se détendait petit à petit. Je suis fatigué… Mes yeux se ferment… Cela devait faire des heures que je marchais… La nuit était d’ailleurs tombée. Si je ne mourrais pas de froid, des bestioles allaient sûrement me bouffer avant. « Tu es un élu choisi pour combattre au service du royaume de Fuyu », qu’il disait. Tss, qu’est-ce que cette histoire était ridicule ! Ils font venir des mecs venus d’autres mondes pour au final les laisser clamser. Pas très futé, ces dieux… Alors que ma mort était imminente, un sourire se dessina sur mes lèvres à cette pensée. Rois, Dieux et sorcières, qu’ils aillent tous se faire foutre…

Deku…

Non mais, attendez… Si je ne reviens jamais dans mon monde, ça veut dire que… c’est ce putain de nerd qui va devenir le successeur d’All Might ? JAMAIS DE LA VIE, VOUS M’ENTENDEZ ? C’EST PAS UN DIEU DE PACOTILLE OU QUI QUE CE SOIT D’AUTRE QUI ME FERA ACCEPTER UNE TELLE CONNERIE !!!
Cela faisait bien plusieurs minutes que mon corps était inerte, et la sorcière devait sûrement avoir pensé que j’étais passé de l’autre côté pour de bon. Vu que je n’y voyais plus grand-chose, je ne savais pas si elle avait taillé sa route et si elle avait attendu de voir si j’étais encore vivant, mais cela n’avait aucune importance. Relevant la tête, le menton prenant appui sur la neige, je gigotais mes épaules, mes hanches et mes genoux pour ramper tel un serpent. La capitale ne devait plus être très loin, et je n’abandonnerais pas jusqu’à ce que je rende mon dernier souffle, croyez-moi !



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Ven 2 Mar - 18:10



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Mist avait assez joué avec la blondinette, donc le corps était en train de devenir aussi froid qu’un congélo. Elle était sadique et détestait qu’on se moque d’elle, encore plus qu’on lui soit inutile. D’où le fait que l’Esper se soit énervée après ce mioche, le fasse actuellement souffrir pour lui découvrir un nouvel intérêt. Car, au bout de sa vie, se gelant les miches, seul son instinct de survie le guidait, probablement vers l’abri le plus proche, qui se trouvait être la ville. C’était un train indéniable propre aux faibles humains soucieux de leur propre tronche. D’ailleurs, à ce propos, il fallait bien reconnaître une certaine fierté à ce môme qui, malgré sa mort imminente, ne se retournait pas, n’implorait pas l’aide la tueuse. Après bon, avec ou sans honneur, un mec qui clamse reste un mec qui clamse…

Au moins, cette petite tafiole n’ouvrait plus sa gueule comme avant, se contentant de grelotter dans son coin, un peu plus en avant, marchant à pas lent. Il se vautra plusieurs fois, sous le regard amusé de Mist, qui le suivait à une allure tranquille, sans chercher une seule fois à venir lui porter secours. Cette misérable larve ne l’aiderait clairement pas à regagner Yuki, puisqu’elle faiblissait à vue d’œil, se ramassait de plus en plus souvent, restait bien longtemps à terre, galérait à se relever. La fin semblait venue pour ce gosse, dont l’erreur avait simplement été celle de croiser la Baskerville sur son chemin et de l’agacer quand il ne le fallait pas.

« Pitoyable. »

Encore une fois, le Mister Freeze se gamella sans se relever, bouffant la neige à profusion, le corps meurtri par le froid. Mist le rattrapa sans se presser, en fit le tour en prenant soin de piétiner le bras et la jambe sur son chemin, avant de s’accroupir face à lui. Elle voulait que l’humiliation soit totale, c’est pourquoi elle agrippa la chevelure du môme férocement, presque comme si elle allait lui arracher la tignasse, avant de lever son visage face au sien et de lui cracher à la figure. Ceci étant fait, elle se releva en ajoutant quelques mots sur un ton qui se voulait chaleureux :

« Il fait froid, pas vrai ? C’est comme ça que tu veux crever ? Comme une merde, sans avoir rien pu faire de ta vie de bouseux ? Allons, je parie que non… Supplie-moi de t’épargner et je te permettrai de te réchauffer et de manger. »

Mist aperçut alors le sceau de Fuyu sur l’épaule dénudée du gamin, comprenant rapidement qu’il s’agissait d’un élu fraîchement arrivé, au vu de sa faiblesse. Elle ricana, avant de lever les yeux au ciel, prenant un ton sarcastique :

« T’es vraiment un dieu de pacotille… Récupérer une merde pareille pour en faire un élu… »


L’aérokinésiste souffla un peu, avant de fixer le petit con encore à terre, qui essayait de ramper, mais se serait fait fumer à la course par un escargot.

« Tu as dix secondes pour faire ton choix, le mioche ! Sinon, tu pourras dire adieu tout ce que t’avais en tête… »


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 170
Date d'inscription : 18/11/2017

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Katsuki Bakugou ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Sam 3 Mar - 14:18

Malgré tous mes efforts, malgré ma résolution à me battre jusqu’à mon dernier souffle, il semblait finalement que l’heure était venue pour moi. Je n’avais cependant pas à me sentir honteux, après tout, j’avais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour survivre sans jamais perdre mon intégrité.

Peut-être aurais-je pu réussir, si cette maudite sorcière n’avait pas décidé de me mettre des bâtons dans les roues jusqu’à la fin. Seulement, je ne m’étais rendu compte bien trop tard qu’elle n’avait jamais eût l’intention de me laisser la vie sauve quoi qu’il arrive, du moins, pas tant que je m’entêterais à lui désobéir et à refuser de me soumettre. Au final, elle n’avait jamais vraiment eu besoin de moi. Toute cette histoire n’avait été qu’un simple jeu pour elle. Un jeu où l’on s’amuse du malheur d’autrui jusqu’à le tuer, pitoyable…

Alors que j’essayais d’avancer quoi qu’il arrive, la sorcière prenait un malin plaisir à me ruer de coups, chose que je tentais d’ignorer tant bien que mal tout en continuant ma route. Elle semblait n’avoir toujours pas compris qu’elle pouvait m’insulter autant qu’elle le souhaitait, cela faisait maintenant longtemps que j’ignorais toutes ces piques qui étaient censés m’atteindre et me rabaisser. Celui qui était à plaindre à mes yeux de nous deux, c’était bien elle, car si ce n’était pas moi qui en était capable, à force de se comporter comme la pire des ordures, viendra un jour où elle tombera forcément sur plus fort qu’elle, quelqu’un qui lui fera endurer mille fois pire que ce que je vivais aujourd’hui pour la punir de toutes les horreurs qu’elle aura pu connaitre dans sa vie. Mon regret le plus grand en ce moment était devenu de ne pas pouvoir assister à ce jour rien qu’en imaginant cette possibilité.

Le temps était maintenant venu d’affronter mon destin. Mon corps ne témoignant presque plus aucun signe de vie, inerte, seule ma conscience encore active prouvait que je n’étais pas encore passé de l’autre côté. Alors, la sorcière me proposa un ultimatum : soit je la suppliais et elle m’épargnait, soit je mourrais. Ridicule… Pourquoi elle s’entêtait à ce point à essayer de me soumettre. Quel genre de complexe de supériorité avait-elle développée pour vouloir à ce point dominer autrui, peu importe la manière ? La réponse me semblait pourtant évidente, cela depuis que nous nous étions rencontrés…

Relevant la tête, le menton enfoncé dans la neige, mon regard se plongea dans celui de la sorcière pour la énième fois. Jamais, depuis tout ce temps, jamais, malgré le froid, la douleur, les coups, les blessures et les crachats, la lumière dans mon regard ne s’était éteinte. Pour elle, il valait donc mieux s’écraser pour protéger sa vie coute que coute ? Quelle façon de voir les choses pitoyable… Peu importe si je meurs aujourd’hui, au moins, je mourrais fier, fier de ne pas avoir abandonné ni mes valeurs, ni mes principes jusqu’à la fin. Un vrai héros ne plie jamais devant celui qui emploie ses pouvoirs à de mauvaises fins, peu importe les supplices qu’il doit subir.

Les dix secondes étaient maintenant terminés. Privé de la parole à cause de mes lèvres complètement gelées, mes yeux perçants suffisaient cependant à exprimer mon choix, comme si l’on pouvait lire à travers eux « va crever ». Qu’on en finisse. Si je devais en revanche avoir une dernière volonté, ce serait que cette sorcière survive. Qu’elle survive des années, des décennies, voir des siècles, afin qu’elle ne rencontre un jour ma réincarnation, et que je connaisse le plaisir de lui faire connaitre le même sort que moi. Gardant cette précieuse pensée comme dernier souvenir, témoignant d’un sourire exprimant ma fierté, celle d’un homme qui a préféré son honneur à la vie, j’attendais désormais à bras ouverts mon châtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   Jeu 8 Mar - 9:56



feat. Bomberman
Mauvaise impression

Ce mioche… Mist ne connaissait même pas son nom, ni le bled d’où il venait. Ce n’était de toute façon qu’un pion à ses yeux, un jouet avec lequel s’amusait un petit peu et à jeter une fois qu’il serait cassé. Ce qui était à peu près en train de se produire maintenant, vu que celui-ci n’avait plus l’air en train bon état du tout… Détruit, refroidi, humilié, le môme n’avait même plus l’air d’avoir assez de forces pour ramper ou pour parler… Tant pis pour lui, après tout. La tueuse lui avait laissé le choix de vivre, mais ce petit con avait préféré refuser cette opportunité immense et parfaitement honnête qui s’offrait à lui… Le froid le faisait délirer très clairement. Ou alors, c’était encore un coup de l’âge bête… L’aérokinésiste prononça alors son ultimatum, attendant la réaction de l’autre.

Au départ, comme prévu, il ne se passa rien. Rien du tout. Juste le vent soufflant qui faisait un boucan pas possible. L’autre devait avoir la langue gelée à force de se la boucler. Peut-être était-il déjà mort d’ailleurs ? Mist attendit un peu, toujours avec un sourire sadique sur le faciès. C’est alors que, dans les derniers instants, puisant probablement dans le peu de carburant qu’il lui restait, le gamin releva la tête, jetant un regard de défi  à l’Esper, qui plongea ses propres yeux assassins dans ceux de l’autre. Cet air-là… Zwei l’avait eu, pendant un temps… Il l’avait vite perdu à force de la côtoyer… D’ailleurs, la blondinette ne l’assuma guère longtemps…

« J’imagine que ça veut dire non. »


Mist soupira, avant de donner un coup de pied à la tarlouse encore à terre. Après quoi, elle lui écrasa la tête avec sa botte, lui faisant bien bouffer la neige comme il se devait, sûrement étouffer d’ailleurs aussi. On s’en foutait après tout, le bail, c’était de l’humilier jusqu’à la mort, tout simplement car c’était drôle. Ce type avait une dégaine de victime, pourquoi se priver ?

« Tu es faible. »

La demoiselle cessa alors de le piétiner, avant de s’écarter. Elle fixa le congelé un court instant, avant de lui couper les tendons de ses mollets de deux lames d’air bien placées. Ainsi, il ne pourrait pas se servir de ses jambes tant qu’elles ne seraient pas soignées. Et puis, le sang qui s’écoulerait…

« Je te conseille de pas rester planté là longtemps. Avec le sang, des loups risquent de se pointer. Si t’es pas encore mort de froid, tu vas morfler… »

Ceci étant dit, la belle aux yeux d’azur se barra de la zone, n’attendant pas de voir si le martyrisé survivrait ou pas. Elle s’en foutait complètement de son existence, avait juste voulu égayer un peu sa journée, en vain… Cette dernière avait vraiment été pourrie. Mist soupira, s’envolant en direction de la ville qui n’était plus si loin que ça désormais.


HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Mauvaise impression [PV.Mist]   

Revenir en haut Aller en bas
Mauvaise impression [PV.Mist]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sidney est une mauvaise fréquentation.
» Xylographie, Sérigraphie et autres techniques d'impression.
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» [abandonné]En bien mauvaise posture [PV : Ezekiel]
» Une drôle d'impression [E. Raft]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.