Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | .
Le Lézard Jaune
Invité Invité

-



MessageSujet: Le Lézard Jaune   Jeu 5 Avr - 18:39

Le Lézard Jauneft. Ellen

Lorsque je quittai le hameau de Fuki, c’était alors l’esprit plein de préoccupations en raison de mon objectif de l’instant. En effet, la vie en Kosaten me forçait bien la main à la pâte, et je devais m’activer pour donner un sens à ma présence. Je souhaitai plus que tout retrouver celui que j’étais, mais encore joindre Tenshi dans les cieux pour vivre sous sa lumière bienveillante, cependant, cela ne serait pas fait sans sa masse d’encombres. Ici-bas, j’étais bien seul si l’on me regardait avec toute l’objectivité que l’on se devait d’avoir. Seul, faible, démuni. Je comptais encore beaucoup sur mon caractère discret pour tenter d’être invisible aux yeux des puissants, mais je ne pourrais rester caché comme un rat éternellement, et je ne pourrais me contenter d’immobilité, surtout avec mes projets de voyage. Ainsi, je m’étais engagé dans une nouvelle aventure, mission, appelez cela comme ça vous chante, bien malgré moi.


Le goût du sang versé, l’adrénaline de la poursuite, la traque, bien des éléments qui ne me passionnaient guère. La chasse avait pour moi cette image de plaisir bien fugace pour tout l’effort qu’il impliquait, et finalement, ne m’amusait pas longtemps au prix qu’elle m’imposait. Le temps fait alors les besoins, et les solutions à ces derniers se présentent sans parfois trop de choix. Aussi, je dus, bien vite, me porter volontaire pour chasser le « dragon de topaze », en échange d’une rémunération des plus intéressantes, qui ferait sûrement les frais de mes prochains déplacements et actes.


Je n’avais alors entendu que suffisamment d’histoires sur ces bêtes que j’avais grand espoir de trouver dans la forêt. Des animaux merveilleux aux teintes charmantes, proies des hommes pour cette qualité bien malheureusement pour eux. Des cousins de noms en soi, mais rien qui n’égale les Dragons tels que je les connais, ou tels que j’en suis, simplement, sûrement un nom donné à cause de leurs écailles et formes reptiliennes. A priori, ils sont dotés d’une intelligence les rendant imprévisibles et difficiles à capturer, mais pas assez développée pour échapper durablement à leurs prédateurs on dirait.


Suite à mon engagement, j’avais reçu un bref état des lieux, décrivant mon rôle au sein d’un petit groupe de chasseurs. J’étais là en tant que freelance, si on veut, et me devait de suivre mes compagnons et de donner ce que je pouvais pour mener notre tâche à tous à bien. Je n’avais pas spécialement de compétences en pistage ou en combat, surtout après mon arrivée si brutale qui m’avait coupé de mes moyens, mais j’avais plus ou moins réussi à me faire passer pour quelqu’un d’utile, et restait confiant en mes aptitudes d’orientation dans la forêt que je commençais à connaître.


Nos pas quittèrent alors les pavés solides du village pour suivre des sentiers de terre, avant de fouler l’herbe et les feuilles de l’épais bois dans lequel nous nous engouffrâmes sans plus de cérémonie. Nous bravions alors l’obscurité des coins les moins accueillants, garnis d’épais branchages et de hautes racines leur donnant vite des allures de dédales. Nous parcourions alors les recoins les plus profonds de la forêt, nous éloignant définitivement de ce qui aurait été ma route de voyageur. Aucun d’entre nous n’avait vraiment l’expérience d’un expert dans le domaine, mais nous avions bien deux vétérans qui avaient déjà participé et mené à bien de telles excursions, aussi, j’étais de ceux qui se destineraient plus à un rôle de main d’œuvre guidée par les deux « chefs de groupe ».


Les secondes, minutes, puis les heures, passèrent bien vite, trop vite même, selon les plus impatients. Je savais que notre quête ne se résoudrait pas aussi vite que nous aurions pu l’espérer, et prenait mon mal en patience, mais ce n’était pas le cas de tous ici, et des jurons troublaient de temps à autre l’atmosphère calme de la forêt. Aucun bruit d’une des bêtes recherchées ne nous fit nous activer, et nous continuions à patienter, jusqu’au moment où nous pourrions agir. Nous avancions alors, plus profondément au cœur de la flore.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2073
Yens : 220
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 173
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

- En ligne



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Jeu 19 Avr - 14:56



Feat. Vahl ~
Le lézard jaune...
TOC TOC TOC.

OUVREZ ! Nous avons une lettre pour vous, Grande Dévoreuse !

Je pouvais entendre sa voix d’ici, forte et désagréable. Un humain, visiblement soldat minshujin, venait pour m’offrir un grand rouleau, visiblement une demande à exécuter de la part du président, Jaël Tekina. Assise sur mon trône, je ne fis que lever indolemment le bras, avertissant l’alpha gargouille Zarmowell, le poussant à aller voir. Je me sentais trop lasse de venir par moi-même…

La créature de pierre se retira donc de sa place, faisant tomber plusieurs morceaux de pierre. Il battit des ailes, pour finalement tomber devant l’homme, menaçant :

Que voulez-vous ?! Que souhaitez-vous donc de notre reine ?!

Demanda-t-il d’une voix typiquement démoniaque. L’humain recula, effrayé, faisant donc tomber, par ce mouvement trop brusque, le parchemin qu’il avait entre les mains. Paniqué, il s’empressa de se baisser pour le reprendre, puis s’éloigna à nouveau de quelques pas, en chuchotant un “Un monstre…” si bas que mon sbire ne put l’entendre. Mais moi, je le pouvais via ma magie exercée sur la forêt toute entière.

Je… Le président souhaite que la reine s’occupe de neutraliser le dragon de topaze qui nuit aux villages de Minshu ! Tenez, donnez ceci à votre reine !

Il tendit le papier au démon de roche, qui le prit brutalement de sa gueule. Suite à cela, le militaire prit ses jambes à son cou, visiblement traumatisé par ce qui venait de se produire. Par ce qu’il venait de voir…
La garde du palais démoniaque entra alors, volant rapidement et étonnamment gracieusement vers moi. Arrivé, il s’agenouilla, tête baissée, me tendant la quête, humblement.

Pour vous, ma reine…

Murmura-t-il. On pouvait sentir une légère peur de son ton, comme d’habitude. Un sourire se dessinant sur mon visage ivoire, je me levai et le pris volontiers, l’ouvrant avant de commencer ma lecture brève. Cela fait, je poussai un long soupir, puis jetai le rouleau à Morgan qui traînait par là.

Tâchez de bien garder le château., ordonnai-je de ma voix sensuelle, Je m’en occupe. Je reviendrais vite.

Puis, sans rien ajouter, je quittai mon magnifique domaine royal, ne m’empêchant point de prendre mon cheval à huit pattes, parfaite copie de Sleipnir le légendaire équidé, au passage. Élégamment juchée sur mon destrier noir, je m’avançais dans les bois jusqu’à entendre des voix : une troupe d’hommes venait d’arriver sur mon territoire. Intriguée, je remarquai bien vite qu’ils étaient proches. Me dirigeant donc vers eux, je m’arrêtai lorsque je les vis. Il semblerait qu’un homme, devant les autres, soit leur chef. La tête haute, je pris la parole, m’adressant à lui et à ses hommes :

Qui êtes vous ? Et que faites-vous sur mon territoire ? Vous souhaitez aussi tuer le dragon topaze, je présume ?

Tout cela dit avec un sourire sarcastique, me rendant toujours aussi malveillante.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Mer 25 Avr - 18:53

Le Lézard Jauneft. Ellen

Notre longue attente vit très vite son silence se troublait aux sons des voix se plaignant du temps et se pressant d’en finir. De nombreuses discussions, toutes aussi contre productives les unes que les autres, puisque pouvant attirer l’attention là où elle n’était absolument pas souhaitée, germaient et se lançaient, avant de lentement s’éteindre lorsque les mots manquaient, ou lorsque des sifflements agacés rappelaient les voyous à l’ordre. Je doutais de plus en plus de nos chances de succès, et regrettais de m’être laissé entraîner là-dedans auprès de ces incapables, mais que pouvais-je y faire maintenant ? Espérer un miracle à la rigueur, une intervention extérieure.


J’imaginais facilement que notre vacarme des moins discrets allait au moins tenir la bête, notre proie, à distance raisonnable pour le moment, mais je m’attendais moins à ce que cela nous attire la visite d’une personne des plus inattendues. Une dame d’allure propre et noble se tenait droite et haute sur une bête, un équidé des plus inhabituels, et venait alors vers nous pour s’arrêter non loin. Son visage, sa silhouette, elle, dans son ensemble, ne me disait pas grand-chose. Je n’avais pas ouï de cette personne, ou n’y avais pas fait attention peut-être, mais osais imaginer qu’elle n’était pas n’importe qui pour s’avancer comme ça dans cette forêt en se proclamant maîtresse des lieux. Je me rappelais alors l’infortune que j’avais subie lors de la dernière rencontre d’un être étranger dans cette forêt, et osais imaginer le pire sans que cela ne se justifie forcément.


Coupant alors l’élan d’un camarade prêt à répondre à cette dame, je me mis tranquillement en avant pour lui faire face et m’adresser à elle, préférant ne faire confiance qu’à moi-même pour ce qui est de dialoguer avec ceux dont je ne suis que peu certain. Quand bien même restais-je sur mes gardes, je pouvais remarquer que ses phrases ne ternissaient pas son allure noble, ce qui présageait le mieux, sans exclure le pire, puisque Zayro, par exemple, parlait lui aussi de manière soutenue en fait.


- Nous sommes des… Mercenaires, de passage seulement. Nous, ou en tout cas moi-même, n’avions pas conscience de pénétrer en votre propriété privée.



Considérant un instant l’état actuel, et me disant que la courtoisie ne me coûtait rien et pourrait peut-être aider la situation en cas de pépin, je me décidais à rester le plus poli possible, envisageant tout de même l’un ou l’autre inconvénient au vu du ton et de l’expression de mon interlocutrice, qui, à défaut d’inspirer le mépris, n’inspirait que peu la confiance.


- Mes excuses si nous troublons votre tranquillité, ce n’était nullement notre intention. Nous sommes, en effet, en quête de cette bête, que nous espérions débusquer et emporter avec nous.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2073
Yens : 220
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 173
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

- En ligne



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Lun 30 Avr - 20:15



Feat. Vahl ~
Le lézard jaune...


Un homme vint s'avancer. Ses mimiques étaient si étranges... En effet, il semblerait qu'il y ait quelques problèmes au niveau de son visage. Quelque chose me disait qu'il n'était point comme les autres. En tout cas, l'aura qu'il dégageait me donnait l'impression qu'il y avait une certaine énergie noire. Je plissai des yeux, curieuse, mais ne dis rien à ce sujet. Le mâle parlait avec agréable courtoisie, ce qui me plut beaucoup. Il confirma mes dires : il cherchait bel et bien le même dragon topaze que je devais neutraliser. Relevant un peu le menton avec un sourire en coin, je m'exprimai à nouveau :

N'ayez crainte, je ne vous en veux point. Je pense vous accorder mon aide pour cette mission, en guise de remerciement pour votre politesse. Cela fait un moment que je n'ai plus conversé avec quelqu'un d'aussi aimable.~♡

Poussant mon cheval à huit pattes à se retourner, je tournai mes prunelles dorées vers ces messieurs, avec un air plutôt narquois. Mon sourire devint alors carnassier : je sentais que cette journée allait énormément me plaire...
Ordonnant à mon destrier d'avancer, j'élevai la voix encore une fois pour mes compagnons :

Suivez-moi, je peux sentir son énergie d'ici...

Non. Je ne la sentais point. Ma magie m'offrait tout simplement la capacité de voir tous ceux présents dans ma forêt. Et je pouvais l'observer, cette bête jaune, en train de voler et oser cracher des flammes sur mes arbres. J'allais l'anéantir... Et très vite.



Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Mer 2 Mai - 19:23

Le Lézard Jauneft. Ellen

Une discrète réaction chez la dame me mena à penser qu’elle aurait vu quelque chose d’inattendu, quelque chose qui ferait « plisser les yeux », justement, mais, sans savoir quoi, et songeant légèrement qu’il pourrait s’agir de mon allure inhabituelle, je décidai de ne pas y prêter une quelconque attention, étant donné qu’elle ne dégagea alors pas d’animosité particulière en réponse, et semblait finalement plutôt amicale, ou du moins, non-hostile. Le bon point est alors que si nous étions les intrus d’une certaine propriété privée, il ne nous en était apparemment pas tenu rigueur, et cela me rassurait de savoir que j’avais peut-être sans le vouloir déclencher le courroux d’un tiers. Je ne savais pas ce dont cette personne serait capable, mais j’osais penser que si elle se permettait de se déplacer seule ici, et si elle possédait du territoire, elle n’était probablement pas n’importe qui. Le moment venu, je trouverais mes ennemis sans peine, mais en attendant, autant rester pacifique et tenir en neutralité ce que je ne pouvais compter comme alliés.


Pour le coup, je supposais donc classer cette personne dans la seconde option, au moins pour le temps de cette chasse. Dans le meilleur des cas, son aide pourrait nous être précieuse, et considérablement réduire la difficulté de la chose, mais malgré tout, je tâchais de ne pas m’emporter et gardais une certaine réserve. J’inclinais ensuite légèrement la tête en signe de remerciement et de politesse à la suite de son compliment, et faisait un signe discret aux hommes non loin pour qu’ils fassent passer le message.


Sans souligner davantage les expressions parfois assez étranges de l’inconnue, je lui emboîtais alors le pas en suivant les autres, parfois plus rapides à se remettre à la marche. Nul doute que la nouvelle venue provoquerait peut-être des ambiguïtés quant au partage du butin, mais qu’importe alors : si elle nous permet d’y arriver plus facilement, je ne verrai pas d’objection à ce que l’on refasse la répartition… La piste alors de la bête « sentie » par l’étrangère nous était dévoilée par notre guide de fortune, qui, en définitive, avait de grandes astuces des plus pratiques en réserve. Ralentissant alors au besoin lorsque la distance se voyait raccourcie, nous armions, tous, nos armes et nous mîmes à l’affût, prêt à attaquer au moment venu. Du coin de l’œil, ma curiosité me faisait suivre les actions de la dame, mais je restais rivé sur l’objectif, et guettais les mouvements de notre proie du moment.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2073
Yens : 220
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 173
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

- En ligne



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Jeu 3 Mai - 17:07



Feat. Vahl ~
Le lézard jaune...


J'avais déjà entendu parler de ces dragons-là. On disait que leurs écailles étaient si belles et étincelantes qu'elles pourraient rappeller à quiconque le topaze, une pierre précieuse qui ma foi, me plaisait bien. Il semblerait qu'on m'ait demandée de le tuer pour sa peau qui valait très cher... Mais pas seulement. N'étais-je point suffisamment forte, selon eux, pour m'occuper seule de cette bête ? Ou était-ce une demande d'un autre gentil monsieur ? En tout cas, que Jaël me demande lui-même d'avoir ce genre de chose me semblait un peu tiré par les cheveux. Est-ce que ce soldat était un imposteur ? Sûrement. Mais cela ne me dérangeait point tant que ça... Tuer n'était point un problème pour moi, mais une sorte de loisir, et puis... Il était nuisible à ma forêt... Une pierre deux coups ?

Il est là...

Murmurai-je en descendant prudemment de mon cheval, me glissant entre les buissons pour admirer cette belle créature qui s'offrait à nous. Un reptile tout brillant, tout resplandissant, qui semblait bel et bien très rare. Quel dommage... Mais il allait périr et finir au marché. Je n'aurais aucune pitié envers lui. Il n'avait qu'à pas s'attaquer à mon territoire...
Mais j'avouais être plutôt attristée de devoir supprimer une telle beauté sauvage.

Il se coucha sur ses propres flammes, fermant les yeux pour sommeiller, visiblement. Ricanant discrètement, je me faufilai près de lui et...
Lui assénai un violent coup de poignard dans dans sa chair. Du sang gicla, et le monstre hurla. Il se mit à s'agiter dans tous les sens, et s'enfuit dans les airs. Assez éloigné, en pensant être plutôt en sécurité ainsi, il lança une immense boule de feu sur moi qui explosa et désintégra une bonne partie de la nature environnante. Furieuse, je m'étais protégée avec mon bouclier de roses géantes magiques, et rugit en prenant ma forme démoniaque. Mes yeux étaient éclatés, et j'en saignais. Mes jambes et bras étaient trempés de sang, mes doigts étaient devenus longues griffes acérées, et toutes mes dents étaient aiguisées. Ma peau était dépecée d'un peu partout également, et nécrosée. Enragée, je sautai très haut et tombai sur le dragon pour le dévorer vivant. Se dandinant comme il pouvait, il me rejetta au sol. Frappant la terre d'un puissant coup de poing, je fis sortir des lames titanesques qui tentèrent d'empaler la créature jaune qui réussit à tout esquiver, mais point sans égratignure. Je me tournai vers Vahl qui m'avait suivi, et hurlai ceci :

Vous là ! Aidez-moi !

L'animal légendaire cumula alors assez d'énergie pour faire pleuvoir d'autres boules de feu bien plus ardentes. Par chance, je réussis à toutes les dévier, en espérant que mon allié aussi...




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Sam 5 Mai - 20:00

Le Lézard Jauneft. Ellen

Je pouvais bien me demander alors ce que la dame cherchait en traquant la bête à nos côtés, mais, en partant du principe que cet endroit était sa possession, il était finalement très logique de voir son intervention comme une chasse aux « nuisibles », à moins qu’elle soit bien sûr intéressée par la matière première à en tirer, ce que nous cherchons nous. Difficile de penser qu’elle est à elle-même un groupe de chasseur cela dit, elle n’a pas l’air d’être de ces gens qui passent leur vie à pister des bêtes pour les abattre et dépecer avant de les revendre au marché.


À son signe, nous nous arrêtâmes et prîmes une posture plus basse et discrète, de peur de le faire fuir : il était suffisamment ennuyant à suivre comme ça pour que nous rajoutions encore en difficulté à sa capture, ou plutôt, à son meurtre, puisque la cible n’était pas à récupérer vive. Je pus alors voir l’inconnue en action, qui semblait bien expérimentée en matière d’approche silencieuse pour quelqu’un d’aussi noble que ce qu’elle paraissait être, on aurait presque dit un assassin en mouvement, et cela laissait facilement des sueurs froides parcourir l’échine des spectateurs qui ne s’attendaient pas à une telle vision, mais soit, Kosaten regorge de bien des folies, on dirait, et comme le proverbe le soutiendrait, les apparences sont trompeuses.


Attendant le plus grand moment de faiblesse, celui où l’âme apaisée et confiante se laisse aller au sommeil et ouvre les portes des rêves, la dame s’avança sans un bruit, avec les pas d’un tueur, et lui asséna un redoutable coup d’une lame courte, perçant sans peine la viande reptilienne de la bête, et laissant un flot rougeâtre s’échapper comme un torrent sauvage pour inonder doucement la terre fraîche. Un cri comme un grincement de douleur, surprise et colère s’échappa alors qu’il s’en alla dans les cieux, projetant les flammes de sa haine vers ses ennemis, brûlant la flore et les plus imprudents, ne laissant au plus vigilant que le temps d’esquiver en justesse. J’ai bien dû sacrifier une part de mon manteau pour épargner ma peau et mes cheveux du contact chaleureux de ces feux. Ce qui était en bas n’était alors pas plus rassurant, car l’inconnue n’avait d’humain plus que sa silhouette, si l’on plissait les yeux en la regardant de loin, et semblait maintenant plus monstrueux que les monstres eux-mêmes. Une autre de ces surprises du jour, dirait-on.


Malgré l’apparence hideuse et terrifiante de la dame, elle semblait toutefois rester consciente de ces actions, et visait bien le démon qui peinait à éviter sans subir de blessures. M’étant alors emparé de l’arc d’un chasseur défunt, trop peu attentif pour ne pas subir les premières flammes de plein fouet, je m’étais approché de notre alliée de fortune pour tenter de tirer, avec un succès très modéré du fait de mes piètres talents d’archer, sur ma cible, bien trop en mouvement à mon goût, mais assez distraite par les attaques plus hautes en couleur du monstre pour être blessée par quelques rares flèches. Sans un mot, je déployais le plus d’effort possible pour toucher ma cible, mais surtout, pour éviter ces attaques. Quelques brûlures firent bien effet tandis qu’une partie de mon manteau et le bout de ma jambe gauche furent rongés par les flammes. Je n’étais pas indemne à l’issue de l’affrontement, mais au moins j’étais en vie…


Il ne restait alors plus qu’à profiter d’une fenêtre de tir satisfaisante pour mettre le dragon à terre, le dépecer et s’occuper du partage de la matière n’était alors que de simples formalités.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2073
Yens : 220
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 173
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
5/12  (5/12)
avatar
Ellen † Satan impitoyable †

- En ligne



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Sam 12 Mai - 14:31



Feat. Vahl ~
Le lézard jaune...


Il y a quelque chose qui n'allait pas chez elle.

Son cœur battait fort, ses yeux s'agrandissaient d'exaltation. Un sourire carnassier, effrayant et malsain. Tout son corps tremblait d'envie meurtrière, et ses joues se déchiraient à cause de cette expression trop exagérée qu'elle avait. Un rire. Que dis-je ! Un ricanement résonnant depuis sa bouche, sa tête bougeait tout le long, comme si cet amusement était trop intense pour elle.

Elle venait de retrouver son apparence originelle.

Un corps humain. Rien de monstrueux. On pourrait dire que c'était une beauté. Jusqu'à-ce qu'on voit à quel point elle était animée d'une terrible frénésie en croisant son regard assassin. Ses yeux avaient pris une couleur rouge foncé, rappelant celle du sang qu'elle venait de verser. Ses iris brillaient, et le liquide vif qui enveloppait une majorité de la lame de son couteau dégoulinait encore. Les flèches qu'avaient tiré Vahl Viiront avaient touché la bête qui, malheureusement pour elle, était tombée. Elle gémissait, tentait désespérément de se relever. Mais lorsqu'elle sentit son prédateur s'approcher de pas lourds, ses cris devinrent plus courts et aigus, reflétant parfaitement la panique de la créature. Elle ne voulait pas mourir. Elle avait peur de cette personne, non, ce démon qui s'avançait vers elle. Elle savait qu'elle lui voulait du mal. Et elle craignait la douleur. Mais le démon n'en était que réjoui. Entendre ce pauvre dragon hurler d'effroi provoquait en lui un sentiment de désir profond. Une sorte d'extase qui lui donnait la même sensation qu'un orgasme à son paroxysme.

Arrivée bien assez près, elle leva son couteau déjà bien trempé, et le planta impitoyablement dans la chair de la bête.

Voir tout ce sang jaillir sur elle la faisait rire davantage. Ses tremblements s'accentuaient, et devenaient bien plus remarquables. Elle ne s'arrêtait pas. Elle continuait d'enfoncer sa lame dans la peau de l'animal dont les gémissements devenaient plus graves et discrets. Puis finalement, lorsqu'il prononça son dernier souffle, elle se redressa fièrement, les yeux assombris par sa frange. Que lui avait-elle pris ? Il semblerait que son instinct de tueuse avait ressurgi, après tant d'années... Elle avait pourtant promis. Mais elle avait encore menti.

Se retournant de trois-quarts vers son compagnon de quête, elle ricana encore une dernière fois, plus gravement, et décida de s'en aller, dans une démarche molle et similaire à celle d'un fou sorti d'asile. Son expression était figée et épouvantable.

Prions pour que ce monde ne subisse point l'hystérie d'un monstre qui devait être exterminé depuis longtemps.




Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   Dim 13 Mai - 11:21

Le Lézard Jauneft. Ellen

Le spectacle bête contre bête n’avait rien de noble dans toute cette sauvagerie, et serait bien facile et rapide à décrire. Une effusion de sang entre des tempêtes de coup, une de ces danses létales qui faisaient bien le charme des chasses, ce qui me rappelait une fois de plus pourquoi je n’étais pas amateur des chasses. Lorsque tout alla encore plus à sa fin, l’allure monstrueuse de la dame s’évapora pour reprendre l’apparence originelle et humaine avec laquelle elle s’était présentée à nous. L’exécution, ensuite, relèverait plus de l’assassinat que de l’achèvement d’une bête à terre, tant la scène inspirait un sentiment lugubre entre l’effroi et le dégoût.


Pourtant, nous nous contentâmes d’observer sans trop de bruit ou d’acte, moi et les quelques autres survivants de ce chahut, tout comme nous l’observèrent partir sans un mot, esquissant une légère courbette de remerciements à la rigueur, encore troublé par ce qui s’était passé et par son allure de départ. Elle disparut donc, nous laissant là seuls, et de lourdes minutes passèrent avant que je me décidasse avec deux autres à découper notre proie. De nombreux coups de couteau pour dépecer, dans un labeur peu charmant, mais assez propre comparé au combat précédent, et nous avions notre butin, prêts à rentrer en ville pour faire valoir notre droit à la récompense.


Nous prîmes alors le temps d’emporter quelques corps que nous trouvâmes, pour leur offrir une sépulture correcte de retour à la maison, nous disant qu’il serait malvenu de creuser des tombes sur la demeure privée de la dame qui nous avais bien aidé. Le retour alors fut très silencieux, sous un silence de mort même, si l’on se permettait un trait d’humour noir, et nous marchâmes dans cette atmosphère sombre en levant à peine la tête. Rentrés au milieu des habitations, nous avions honoré du peu que nous pouvions le corps de ces camarades d’un temps, défunts, et nous avions touché notre prime. L’argent était bienvenu et conséquent, puisque trop peu étaient revenus, laissant leur part, et une fois cela fait, nous nous séparions sans plus de cérémonie, pratiquement sûrs de ne jamais se revoir à l’avenir.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le Lézard Jaune   

Revenir en haut Aller en bas
Le Lézard Jaune
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Primer jaune army painter à vendre [vendu]
» La flamme jaune
» Bombe de peinture jaune adéquat ?
» problème avec le jaune.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: République de Minshu :: Forêt luxuriante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.