Partagez | .
Utopie [Ft.Morgi]
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Utopie [Ft.Morgi]   Sam 14 Avr - 17:21



Utopie...
Feat. MORGI-CHWAAAAN



Il faisait si chaud… Si… Chaud…

Tout mon corps suait, et je marchais avec un air anémique. Mes yeux étaient mis-clos, et ma bouche entrouverte. Je tenais ma cape rouge sur mon épaule, et j’avançais avec le dos légèrement courbé vers l’avant. Je n’en pouvais plus… Je commençais à imaginer des sources d’eau, et je me bouffais le sable. C’était répugnant… J’étais si fatigué… Et si j’allais mourir ainsi ?

Que faisais-je à Seika ? Tout simplement parce que je souhaitais retrouver Chikai, parce que c’était une ville importante à mes yeux. En effet, j’avais beaucoup aidé les habitants de cet endroit, et ils me voyaient comme un être sage, alors que Minshu me traitait de criminel, et Fuyu me rabaissait au rang de punching-ball soumis… Je me demandais si, sur ce territoire, j’allais pouvoir réaliser mon rêve… Celui d’être justicier. Je voulais faire honneur à mon clan, mais je n’avais jamais eu cette chance… Maître Glen, Lottie, Fang, Doug, Vincent, Gilbert, Lily… Je voulais qu’ils soient fiers de moi. Je voulais prouver au monde entier que j’étais quelqu’un de bien. Que je ne voulais que la paix et rendre Justice… Mais il semblerait que j’ai fait trop de conneries pour ça… Mon caractère de sale bagarreur me forçait à devenir l’ennemi de tous… Mais je ne perdais point espoir. J’avais toujours foi en moi. Je voulais… Devenir un héros.

C’est pourquoi je ne me laissais pas abattre par la chaleur. Je continuais de marcher. Et, à mon plus grand bonheur, je réussis à atteindre un petit village. Tout heureux, je courus vers ces lieux, mais, maladroitement, je tombai sur le sable, visiblement trop faible pour continuer. Haletant, je ne pus me retenir de m’endormir…

Mist…

Quelle idée de traverser le désert... Alors qu'on était habitué au froid...

 


Dernière édition par Zwei Baskerville le Lun 16 Avr - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 127
Yens : 310
Date d'inscription : 02/10/2016
Localisation : Dieu seul sait où

Progression
Niveau: 2
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Morgiana ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   Lun 16 Avr - 1:07

utopie

— « j'ai toujours aimé le désert. on s'assoit sur une dune de sable. on ne voit rien. on n'entend rien. et cependant quelque chose rayonne en silence. » —



Nouvelle destination à atteindre aujourd'hui, ayant quitté les lacs de Minshu pour un petit détour chez l'allié !

Il y en avait marre de te voir te morfondre inlassablement sur ta situation, sur tes mauvaises expériences passées, sur tout ce qui ne devrait pas avoir une telle importance ! Tu avais perdu ce qui te caractérisait au gré de ta malheureuse existence en ce monde qui, l'on pouvait bien l'avouer, n'était guère clément ; ta force de caractère et ta puissance légendaire... et bien que la seconde prendrait inéluctablement du temps avant de revenir, la première ne te demandait nullement de prérogatives pour la récupérer. Tu le savais bien au fond de toi, pas vrai, Morgiana ? Ta faiblesse actuelle ne dépendait pas de Kosaten en lui-même, que tu accusais à tort et à travers, mais de toi et de ton manque de combativité récent. Tes précédentes rencontres te l'avaient bien prouvé et, honnêtement, t'avaient redonné un regain d'énergie et de confiance en toi qui manquaient à l'appel depuis bien longtemps ! Tu te sentais prisonnière des actes que Zayro Jinn t'avait forcé à commettre ainsi que de tout ce dont ton être abject avait, directement ou indirectement, impliqué, mais, en réalité, la seule chose qui te retenait dans ce sempiternel cercle vicieux n'était que ces barrières que tu te posais à ta propre encontre. Et ta prise de conscience récente à ce sujet t'ôtait un poids énorme des épaules !

Bref, passons ces futilités sans intérêt ; tu avais décidé de faire une petite escale à Seika, ayant déjà visité l'Empire il y a bien longtemps, pour la simple et unique raison que cet endroit te rappelait imperturbablement tes terres d'origine... tu sais, ce monde dont on t'a extirpée il y a plusieurs années de cela désormais et dont il ne te reste qu'une poignée de souvenirs brumeux, hein ? Et bien ce désert croulant sous une chaleur atroce et dont le sable ardent te brûlait les pieds – bien que ce ne soit pas si insurmontable que cela, puisque premièrement, tu étais très solide et deuxièmement habituée à ce genre de climat, car légion sur ta terre mère – possédait tout pour t'amener à croire que tu venais de retourner dans cet univers si cher à ton cœur. Bien entendu, il ne s'agissait que d'un prétexte pour sombrer dans la nostalgie et, en soi, pas de réel objectif autre que celui-ci ne t'attendait réellement ici. Cela dit, bien que tu regrettais beaucoup de choses, tes voyages en cet endroit te remontaient paradoxalement beaucoup le moral : au moins, tu parvenais à t'y sentir chez toi bien plus que tu n'en étais capable nulle part ailleurs en Kosaten.

Parfois, tu songeais vraiment que tu avais tout d'une Seikajin déguisée en Minshujin.

Donc, te voilà errante dans ces étendues sablées à perte de vue... bien qu'un petit détail lointain attira ton attention. Supposément un petit amas d'habitations ? On en trouvait vraiment partout, après tout ! Peut-être que tu y rencontrerais une modeste auberge ou une quelconque structure de ce genre destinée aux voyageurs de passage, avec un peu de chance... même s'il te faudrait certainement plus compter sur l'hospitalité des quelques résidents qu'autre chose. Enfin ! S'il était question là de l'unique élément retenant ton regard... mais non, une tâche rouge au sol, très informe de prime abord, se dessinait plus précisément sous tes yeux à mesure que tu t'avançais : au final, tu finis par constater qu'il s'agissait d'une personne allongée par terre, supposément évanouie et partiellement recouverte d'une cape pourpre. Tu t'accroupis à proximité, suspectant naturellement un coup de chaud au vu du lieu et après une rapide inspection visuelle de son état, pour constater qu'elle respirait encore. Enfonçant doucement ton doigt dans sa joue deux ou trois fois en soufflant un « hé oh ? », tu finis par en conclure qu'elle n'ouvrirait certainement pas ses paupières de cette manière.

—Est-ce que tu m'entends ? Si tu m'entends, fais-moi un signe, dis-moi quelque chose ou ouvre les yeux... Je suis là pour t'aider, tentas-tu premièrement en secouant les épaules de l'endormie.

Si elle était inconsciente, la tâche s'avérerait un petit peu plus ardue que prévue.

En tout cas, si jamais l'inconnue ne répondait pas à tes appels, alors sûrement que tu la transporterais sur ton dos jusqu'à trouver un endroit à l'ombre ou une habitation qui accepterait de vous accueillir... et tu attendrais patiemment qu'elle se réveille à ses côtés. Après tout, cela te faisait tellement plaisir de pouvoir venir en aide à une âme en détresse de ton plein gré, sans arrière-pensée ni négativité ! Peut-être même que tu lui sauvais la vie ou que tu changerais, par cette minuscule action, le cours même de son existence. Qui sait ce qui serait arrivé si ce n'était pas toi qui l'avait trouvée et quelqu'un d'autre ou, pire, personne ?

HRP:
 

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   Lun 16 Avr - 11:13



Utopie...
Feat. MORGI-CHWAAAAN



Mist… Mist… Mist…
Elle était morte, dans l’une des plus horribles manières… Voire la pire, peut-être… Sûrement…
Et je n’avais pas été là pour la sauver. Je n’avais pas été là pour l’aider… J’étais loin, parti voyager pour soi-disant devenir un héros… Changer pour elle… J’aurais dû rester à ses côtés… Peut-être que grâce à cela, rien de tout ceci ne se serait produit ? Moi qui me disais que revenir au passé était pour les faibles… Me voici actuellement en train de le faire… Honte à moi…

La température était trop élevée pour moi. Tellement que je m’en étais évanoui. Imbécile… N’importe qui pouvait venir et me faire du mal… Sachant que j’étais totalement vulnérable. Mais je n’arrivais pas à sortir de ce noir, de ces ténèbres étouffantes… Et épouvantables. Mon corps avait perdu cette adaptation à la chaleur, et maintenant me voici misérable, médiocre être forcé à manger le sable. Je transpirais, je pouvais le sentir. Des gouttes ruisselaient le long de mon front, de mes joues, jambes et bras. Ma respiration était saccadée, forte et bruyante. Mais je ne voyais toujours rien…

Je pouvais néanmoins sentir ma joue se faire écraser par une chose, petite chose que l’on pourrait comparer à un doigt humain par la sensation qu’elle procurait. Frissonnant d’un coup, je n’appréciais guère être ainsi touché par quelqu’un que je ne pouvais point apercevoir. Puis, une voix féminine… Que je ne connaissais pas. Est-ce qu’elle avait été déformée par mon affaiblissement ? Non… Elle paraissait trop… Naturelle pour. Mes paupières oscillant, je n’avais encore pas assez de force pour ouvrir les yeux. La femme, ou ce qui semblait en être une par le ton vocal qu’elle avait, m’avoua vouloir m’aider, et me demandait de lui faire un signe, pour montrer que j’arrivais à l’écouter… Mais je n’y arrivais point. Me calmant lentement, je décidai de lui accorder ma confiance, sa voix me rassurant étrangement, et c’était tout ce que je pouvais faire...

Elle me souleva donc. Je fus bien surpris de penser qu’une femme arriverait à me porter aussi facilement. Je veux dire… Je n’étais pas lourd, certes, mais il fallait tout de même avoir une endurance physique assez grande pour arriver à mettre un autre humain sur ses épaules, généralement. Je pouvais entendre le sable s’écraser sous ses pas de manière régulière, confirmant ainsi le fait qu’elle avançait. Où allait-elle m’emmener ? Je me le demandais… Espérant grandement qu’elle n’allait pas me jeter dans un piège…

Finalement, je pus sentir un léger froid me parcourir entièrement. Frémissant, j’arrivais enfin à me réveiller, et découvris, agenouillée à mes côtés, une demoiselle aux cheveux roses, ou rouges, j’avais du mal à faire la différence. Elle portait un médiocre vêtement en tissu unique, qui lui donnait l’air pauvre, voire d’esclave. Son visage, et le sorte de maquillage qu’elle avait me donnait l’impression qu’elle était égyptienne. Plissant des yeux, je me donnai vite l’hypothèse qu’elle était une élue. Rien que son accoutrement confirmait cette idée. Mais je pouvais me tromper…

Merci…

Soufflai-je d’une voix fragilisée. Je me mis à tousser, et, aussitôt, je me mis le poing devant ma bouche. Je me redressai et me frottai le cou mouillé par de la sueur. Légèrement répugné, je soupirai, puis me mis en position tailleur face à la supposée élue. La regardant droit dans les yeux, je me sentais un peu embarrassé de l’avoir forcée à me porter jusqu’à l’ombre. J’avais remarqué qu’on était arrivé au village. Le soleil était caché par les maisons typiquement arabesques. L’inconnue s’accordait plutôt bien à l’ambiance qui s’en dégageait…

Souriant avec un semblant explicitement gêné, je me mis à gratter mes cheveux trempés, en détournant le regard.

Hum… Mon nom est Zwei… Zwei Baskerville…, balbutiai-je avec un rictus esquissé sur mes lèvres. Je poursuivis, en prenant courage de recroiser son regard. Et… Vous ?

Ses traits faciaux étaient si doux et juvéniles… Elle devait être jeune, mais elle ressemblait à une adulte… C’était pourquoi j’avais choisi le vouvoiement pour converser avec elle…
Ma cape me donnait trop chaud, alors je l'avais retirée, et posée à mes côtés, assez proche pour avoir le bon reflexe de la prendre en cas de tentative de vol. Car je restais méfiant. Nous nous trouvions dans un petit village de certains nomades. Et vu la réputation que ces types avaient, mieux valait rester vigilant...

Et si... Cette dame en faisait partie ?

 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 127
Yens : 310
Date d'inscription : 02/10/2016
Localisation : Dieu seul sait où

Progression
Niveau: 2
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Morgiana ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   Mer 18 Avr - 0:34

utopie

— « j'ai toujours aimé le désert. on s'assoit sur une dune de sable. on ne voit rien. on n'entend rien. et cependant quelque chose rayonne en silence. » —



petite musique d'ambiance posée

Finalement, tu fus contrainte de transporter la demoiselle jusqu'à un endroit ombragé créé par la structure des habitations en opposition au soleil. Fort heureusement, celle-ci ouvrit les yeux, te soulageant et annulant l'éventualité de la recherche d'aide extérieure. Tu en profitas pour l'observer un peu plus précisément : une tignasse immaculée et des yeux d'un bleu profond, mais aucun signe de la marque d'un Dieu au prime abord, même si tu ne concentrais pas non plus de grands efforts dans la recherche de ces tatouages. Qu'on soit élu d'une nation différente ou natif de Kosaten, peu t'importait réellement. En tout cas, l'individu semblait bien mal supporter la chaleur étouffante de l'endroit ; bien entendu, rien d'étonnant à cela, mais tes possibilités pour arranger sa situation se comptaient sur les doigts de la main. Avec tout ceci, tu en oublias de prononcer le moindre mot, mais la personne qui te faisait désormais face en prit l'initiative.

Son « merci » te surprit positivement tout en te réchauffant un petit peu le cœur dans le sens où cela faisait bien longtemps que tu n'en avais pas entendu un te concernant directement, mais tu ne laissas rien transparaître – à ton habitude – et te contentas de détourner simplement légèrement le regard.

— Pas la peine de me remercier, j'ai fait ce que tout le monde aurait fait à ma place, haussas-tu les épaules.

Bien sûr que non et tu étais bien à même de le savoir, des monstres rôdaient en Kosaten, mais il s'agissait de la phrase bateau que tout le monde utilisait après une bonne action. À vrai dire, tu avais tout simplement agi de la manière juste et morale, cependant ta modestie naturelle t'empêchait de le préciser en couvrant le tout de cet air innocent de « c'est normal ».

Au moins, la jeune femme apparaissait encline à la discussion et pas trop difficile à gérer, contrairement à certains personnages un peu plus belliqueux et ne possédant pas la moindre once de gratitude ou de sympathie. Comme pour appuyer cette pensée, l'étrangère enchaîna en te dévoilant son identité : Zwei Baskerville. Un nom complètement inconnu au bataillon, bien évidemment ! Tu ne pouvais pas réapparaître ainsi depuis quelques semaines seulement après un vide de plusieurs années et t'attendre à rencontrer des noms familiers comme par magie.

Ton regard sûr recroisa le sien alors qu'elle énonçait son petit « et... vous ? » qui, pour le coup, t'étonna délicatement de cette politesse inattendu à ton égard :

— Ah, non non, pas besoin de me vouvoyer non plus. Le tutoiement me suffit. Petite pause. Je m'appelle Morgiana.

Tu ne précisas pas que tu représentais Minshu puisque le sceau qui trônait sur ton front devait bien indiquer à lui seul ce fait de par sa couleur et sa position à peine camouflée par tes cheveux de feu. Cependant, concernant ton interlocutrice, la question méritait de se poser puisqu'elle ne semblait pas vraiment native du lieu... le contraire te surprendrait énormément, mais bon, tout pouvait arriver. Néanmoins, aucune question à ce sujet ne sortit de ta bouche puisque l'appartenance à telle ou telle faction ne t'intéressait pas plus que cela. Tu soupiras négligemment à l'idée des complications de la plupart des rapports en Kosaten par le simple fait que la question des Dieux et de leurs choix demeurait problématiquement et incompréhensiblement primordiale.

Quelques secondes s'écoulèrent tandis que tu priais silencieusement pour qu'une petite brise se lève et rafraîchisse un petit peu l'air, mais finissant par douter qu'il en soit de la meilleure des choses dans un tel endroit sablée, tu optas pour un choix plus accessible que celui de contrôler le vent pour un tel réconfort : tu pris ta gourde entre tes mains et l'ouvris pour constater que son contenu restant devait bien représenter une petite moitié seulement du contenant, mais puisque vous vous trouviez dans un village, il devrait bien y avoir un puits quelque part et, donc, la possibilité de recharger tes vivres, pas vrai ?

Alors, après en avoir pris une gorgée et sans réflexion supplémentaire, tu tendis ton eau à ton interlocutrice – en réalité interlocuteur, mais tu ne pouvais pas le deviner comme ça, uniquement visuellement – :

— Tiens, tu peux la finir si tu veux, lui proposas-tu.

Bien que ta petite personne se soit aventurée dans ce lieu peu accueillant pour des raisons particulièrement futiles, tu supposais que concernant la jeune femme, il devait certainement en être autrement ; éventuellement une mission importante ou la moins excitante possibilité de la simple halte de passage d'un itinéraire plus conséquent. Impossible pour toi de présumer qu'autrui puisse être aussi bête et inutile que toi, n'est-ce pas ? Peut-être était-il question là d'une des raisons pour lesquelles tu t'intéressais tant aux autres beaucoup plus qu'à toi... même si, cela dit, tu étais actuellement de très bonne humeur et relativement bien dans tes – inexistantes – baskets !

Trêve de tergiversations insignifiantes, ton regard rutilant se planta dans celui de la dénommée Baskerville (ton panel d'expressions faciales toujours si peu développé), avant de lui demander – sans vouloir ni la froisser, ni la brusquer :

— Bien, Zwei, loin de moi l'idée de me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais qu'est-ce que tu fais par ici ? On ne peut pas vraiment dire que cet endroit soit le plus touristique qui soit, ni le plus intéressant, d'autant plus que mal préparé il est facile de mourir dans ce désert... ou alors peut-être que tu es perdue ? tentas-tu doucement, sans vraiment savoir à quoi t'attendre.

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   Lun 23 Avr - 17:16



Utopie...
Feat. MORGI-CHWAAAAN



Cette femme… Le temps qu’elle vienne à me répondre, je la fixais intensément, cherchant à voir si je l’avais déjà vue quelque part. Aussi, elle m’intriguait beaucoup. Une légère brise souleva alors sa chevelure enflammée, et je pus percevoir ce que sa frange cachait : un serpent vert. Une élue de Minshu… De douloureux souvenirs me revinrent en tête : j’étais coupable de la destruction d’un village entier, et de meurtres multiples. Ainsi, j’étais recherché pour plus de 100 000 yens. Le comble pour un justicier ! Je me sentais véritablement honteux de ce que j’avais pu faire. Le poids de mes péchés me faisait souvent resserrer le cœur, et agoniser en silence.

L’inconnue semblait très modeste. En effet, ce qu’elle dit me fit sourire : elle disait que “tout le monde l’aurait fait à sa place”. Cela m’étonnerait grandement. Il y avait tant d’exemples à citer… Ce qui montrait bien à quel point elle était polie. J’aurais sûrement dit la même chose à sa place, c’est pourquoi je la comprenais parfaitement.
Elle me dévoila ensuite qu’elle préférait le tutoiement. Je croisai les bras sous ma poitrine, et acquiesçai en guise d’approbation. Après quoi elle se présenta : Morgiana.
Un joli nom qui ma foi. Très féminin. Bien plus que le mien. D’ailleurs, en y songeant, je me demandais si… Elle savait que j’étais un homme. Je veux dire… Généralement personne ne le remarquait au premier regard. Alors, un peu gêné, je lui dis, timidement, la tête un peu penchée vers l’avant :

Je… Je suis un homme, au cas où...

Le dire de manière aussi inattendue pourrait potentiellement choquer la femme que j’avais en face de moi. Je disais bien potentiellement, car il semblerait qu’elle ne soit très réceptive, ou du moins, ne le montrait point. Son visage gardait la même mine neutre, ce qui me poussait à me demander naïvement à quoi elle pouvait ressembler si elle souriait. Je me sentis encore une voix stupide de me poser des questions sur ce genre de choses… Des… Détails futiles, qui finalement, ne me serviraient pas à grand chose dans l’avenir…

Peu de temps passèrent, et elle sortit une gourde, visiblement pas très remplie, vu la manière dont elle l’agitait, et le comment elle s’abreuvait. Je déglutis, essayant d’humidifier ma gorge avec de la salive… J’avais très soif. Mais je ne pouvais pas lui demander de partager… Et pourtant…
Et pourtant elle m’offrit un peu d’eau. Ne pouvant me retenir, je m’empressai de prendre la gourde et de tout vider d’une traite. Cela fait, je poussai un long “Ahhhh !” de satisfaction, puis m’essuyai la bouche du revers de la main.

Merci… J’ai bien cru que j’allais mourir de soif !

M’exclamai-je gaiement.
Puis, ladite Morgiana posa à nouveau ses yeux rouges sur moi, me demandant ce que je pouvais bien faire là. Je ris un peu avant de lui répondre, en me frottant la nuque :

Eh bien ! Je cherchais à rejoindre la capitale. Je suis en quelque sorte un justicier vagabond… Puis-je te retourner la question ?

Une élue de Minshu à Seika... Vraiment étrange...
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 127
Yens : 310
Date d'inscription : 02/10/2016
Localisation : Dieu seul sait où

Progression
Niveau: 2
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Morgiana ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   Sam 12 Mai - 14:49

utopie

— « j'ai toujours aimé le désert. on s'assoit sur une dune de sable. on ne voit rien. on n'entend rien. et cependant quelque chose rayonne en silence. » —



petite musique d'ambiance posée

N'empêche, c'était vrai qu'il faisait vachement chaud ici ! Suffisamment pour que ta peau soit brûlante, que ton souffle soit lourd et que ton regard soit plissé en direction du ciel, re-songeant aux dernières bribes qui te restaient du passé. Tu en oubliais presque la présence de ton acolyte du moment, comme ça, en quelques secondes seulement. Presque, parce que celle-ci s'avança de manière infime, tu sais, comme pour prononcer un secret ; d'ailleurs, c'est un petit peu ce qu'elle... ou plutôt « il », fit. Paf, sans prévenir. Forcément, ton erreur qui durait depuis le début de votre rencontre te retombait dessus et l'idée que tu puisses t'être trompée à ce sujet ne t'avait même pas ne serait-ce qu'effleuré l'esprit. 

La seule transparence de ta petite décontenance passagère consista simplement en ton bien trop long temps de réflexion avant d'oser prononcer ces quelques mots :

— Oh. Silence. Un homme. Je suis désolée, je n'avais pas remarqué...

Non, mais comment l'aurais-tu seulement pu ? Peu importe la manière dont tu l'observais, il ressemblait en tout point à une femme ! Physiquement, en tout cas, mais bon, pas la peine de t'évertuer à ce sujet, ce genre de questions t'importait sincèrement très peu. Même si cela t'étonnait, tu n'étais pas vraiment le type de personne à faire preuve de discrimination pour x raison ou vraiment t'intéresser aux problèmes de genre, alors... tu laissas juste couler le sujet. Maintenant, tu savais, voilà. Ce n'était pas comme si cela allait changer quoi que ce soit à la situation, hein ! 

Bon, ellipsons les détails sans importance pour en venir au point important te concernant : tu vois, Morgiana, il le dit lui-même, il a bien cru mourir de soif ! Tu fais une bonne action, tu agis bien, c'est super, si tu continues comme ça, si tu continues comme ça... peut-être que tu parviendras à te pardonner un jour ? Ah, mais chassons donc ces vilaines pensées ! Mieux valait écouter ce que ton interlocuteur avait à te répondre, pas vrai ? 

— Un justicier vagabond, hein ? J'ai bien fait de t'aider, alors. J'ai toujours cette appréhension de venir en aide à la mauvaise personne et, au final, d'avoir une part de responsabilité concernant ses actes, tu sais...

Oui, comme par exemple ce soldat Fuyujin que tu avais souhaité épauler à Shiryoku il y a un bon moment maintenant ; en l'instant présent, tu regrettais plus que jamais cet égarement. Pourquoi avais-tu agi ainsi ? « Parce que j'étais perdue », répondrais-tu sûrement, même si tu sais parfaitement que si tu l'avais voulu, tu aurais pu tout simplement ignorer leur situation et jeter ton dévolu sur une autre activité. Comme celle-ci actuellement ! Discuter, assister, voilà de bons divertissements bien plus rentables. Tranquille et sympathique, que demander de mieux ? Peut-être que tu déclines la raison de ta présence ici avant de demander à autrui qu'il s'en explique de but en blanc ?

— Ah... je suppose que j'aurais dû commencer par ça, soupiras-tu. Je suis juste venue ici pour me rappeler certaines choses du passé, rien de bien intéressant. J'aurais peut-être dû me renseigner sur la situation entre les pays avant de venir, cela dit, je ne sais même pas s'il y a un quelconque conflit actuellement... et tu ne savais, à vrai dire, vraiment plus grand-chose concernant ce Kosaten. Enfin, c'est pas très important, tout ça, pas vrai ? et, par là, tu sous-entendais clairement qu'il n'y avait pas la place aujourd'hui pour une quelconque guéguerre de factions ; parce que tu ne savais même pas ce que ton interlocuteur en pensait ou s'il te préparait un mauvais coup à cause de ton appartenance – peu discrète – à Minshu.

Tu voulais sincèrement croire en sa personne, mais, ici, on était jamais trop prudents, trop sur ses gardes et, honnêtement, tu ne désirais pas le moins du monde perdre ton temps à ce sujet. 

HRP:
 

©MangaMultiverse
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Utopie [Ft.Morgi]   

Revenir en haut Aller en bas
Utopie [Ft.Morgi]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. L'utopie du "pas d'élèves"
» La Comté, une jolie utopie ?
» Joyce § Un monde sans fausse note : c'est une utopie qui chante
» L'Utopie de Gotham
» Haïti - Politique : L’avocat d’Aristide doute de la volonté des gouvernements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.