Partagez | .
Sextuple "Je"
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Sam 21 Avr - 23:49

Le mercenaire avait contourné le jeune assassin, et s’était servi de sa lame pour trancher ses liens : une fois ceci fait, il lui avait tendu le wakizachi, pommeau vers lui, puis s’était étiré en baillant alors que le natif récupérait également son katana pour le passer dans sa ceinture.

Bon … Et maintenant ? Quel est le plan, vu que tu ne m’as probablement pas libéré pour me laisser repartir seul ?
Mhhhh … Je trouve un mendiant. Le genre qui manquera à personne. S’il est roux et du bon gabarit, c’t’encore mieux. Je fout le feu à cet endroit, avec le mendiant à l’intérieur. P’têt que je devrais le tuer avant … bref. Le feu alerte les gardes. Ils viennent. Je dis que c’est toi. Je touche ta prime et je lave mon nom. Enfin, le riffleur se chargera de tout ce merdier parce que c’est lui qu’on a confondu avec toi, mais bref. Ensuite, on se retrouve et on voit.


Le natif resta muet durant quelques instants, se frottant les poignets … Avant de se mettre en marche vers un coin de la grange, et un tas de foin. Passant le bras en dessous, il sembla fouiller un instant, puis se mit à tirer quelque chose … qui ne tarda pas à se montrer. Une paire de pied. Accrochés à des jambes. Accrochées à un bassin. Qui lui-même était toujours raccroché de façon tout à fait naturelle au reste d’un cadavre. Posant les poings sur les hanches, le natif se tourna vers le fossoyeur, qui s’était rapproché … Et hocha la tête, l’air de dire quelque chose comme « pas mal ».

J’veux bien te croire quand tu me dis qu’on est la même personne. J’avais déjà tué ce type il y a quelques semaines … Une dispute ayant mal tourné à l’extérieur de la ville. J’ai réalisé qu’à mi-chemin que les élus laissaient rien derrière eux … mais au pire, prétendre que tu n’en étais pas un, ça aurait pas été le plus difficile.
Mouaip. J’pense qu’on va avoir besoin de tes armes, au passage. Tu sais, histoire que le « on t’a battu » sonne cohérent et tout ça. Pas qu’elle soit fausse. Mais yavait pas de témoins.
Mhhh … Vous êtes vraiment 5 ?
6, tu oublies que yen a un juste en face de toi. L’artiste, le dragon, la lame brisée, la dragonne, sadomaso, la fille avec trop de cheveux, le riffleur, le type avec la machette et le hachoir à viande, et moi c’est le fossoyeur. Et le sixième c’est le marchemort … Qui est un peu indescriptible.
Je vois … Intéressant.
Et toi ?
Le fossoyeur avait croisé les doigts, mains derrière la tête. C’était quoi ton but, avec ces assassinats ?
… Tu aurais une … Carte ?


Le fossoyeur hésita à sortir le paquet de cartes à jouer qu’il gardait dans une de ses poches de poitrine, mais se dit que son alter ego natif ne comprendrait pas forcément la plaisanterie tout de suite. Et il n’y avait rien de plus pénible que d’expliquer une blague. A la place, il décrocha l’ordinateur qu’il portait sur son avant-bras, et tapa quelques commandes sur l’interface tactile, avant de faire pivoter un tonneau et de poser l’objet dessus. Une petite ouverture apparut en un instant sur le côté, révélant un mini-projecteur qui s’alluma, et afficha sur un mur de bois une représentation de la région.

Tu as besoin de la ville, la région … ?
… C’est … Intéressant, ça. Le continent. Qu’est-ce que …
Tu vois les ombres chinoises ?
… Vaguement ?
Imagine que c’est une très grande ombre chinoise en couleurs. Continent, continent .. Voilà.
Réglant un peu l’interface, le fossoyeur parvint finalement à afficher une carte de Kosaten dans son intégralité, hochant la tête avec une moue satisfaite. Bien sûr, cette carte était basée sur une « vraie » qu’il avait pu voir dans la bibliothèque Tenshin, et scanner plus ou moins avec précision : le dessin était fidèlement représenté … mais était toujours un dessin. ça fera l’affaire ?
Mhhh, mieux que ce que je pensais à vrai dire.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Sam 21 Avr - 23:50

Le natif s’approcha d’un des murs, et en décrocha une lampe à huile, avant de revenir vers la carte … et de tendre une main vers le fossoyeur en étudiant la représentation projetée des territoires neutres.

Couteau.
Mon couteau ?
Notre couteau.






Pestant dans son absence de barbe alors qu’il sortait son Ka-bar de son étui, le mercenaire se demanda un instant comment l’artiste pouvait connaître ce genre d’hymne sans avoir eu d’empire soviétique dans son monde à lui, et lança sa lame, dont le manche atterrit dans la main ouverte du natif. Ce dernier l’observa un instant … Puis, avec une certaine force, vint la planter dans le bois du mur, tirant une grimace au mercenaire. « Notre couteau » … pas difficile de comprendre pourquoi il ne faisait pas ça avec ses lames à lui. Le plantant deux fois dans le bois de façon perpendiculaire, afin de faire une petite croix, il en fit ensuite au moins 4 autres avec un petit sourire, avant de hocher lentement la tête.

Les choses sont en réalité très simple … Lorsque tu m’as vu, j’en était à mon … Troisième meurtre de dignitaire. Tout à l’heure à la taverne, un homme est venu me voir me dire qu’il me reconnaissait, et que j’avais tué son seigneur dans une autre région … Bien sûr, il n’en a pas fallu plus pour que je l’expédie avec son précieux noble, mais passons. Les territoires neutres sont d’une envergure conséquente, mais pas considérable, comparé aux trois grandes nations. Et on connaît tous l’avarice de certaine …
Mouais, j’aurais mis en cause la stupidité du dirigeant personnellement.
Haussant les épaules, le natif se servit du dos et de la pointe de la lame pour « tracer » des flèches dans le bois, qui partaient de fuyu vers ses croix. C’est du pareil au même. Le pays de Sul hei est rempli soit de gens qui le craignent, soit de fanatiques voulant à tout prix lui plaire … surtout dans son armée. Le plan est simple … Je tue, ici, ici, ici et encore ici des dirigeants des territoires neutre. Daimyo, bourgmestres, chefs de casernes de miliciens … J’envoie par lettre des renseignements sur l’instabilité politique engendrée par mes gestes aux bonnes personnes, dans l’armée de Fuyu. Avec un sourire mauvais, le natif avait ouvert la lampe, et commençait, par de longues traînées, à répandre de l’huile sur le mur de bois. Ensuite, je regarde et je profite. Certains de ces imbéciles, leurrés par la cupidité, lancerons des morceaux d’armée à la rencontre de celle de territoires neutres pour les envahir. Mais les gens d’ici sont vaillants, et la tâche ne sera pas faisable en un jour, loin de là.Au bout d’un moment, Seika et Minshu sont dépêchés sur les lieux pour protéger la région et empêcher Fuyu de croitre côté puissance … Voir, pour profiter de la « faiblesse » provoquée par l’éparpillement de leur armée … Et au final … Se reculant, et se servant d’une des allumettes accrochés à la lampe pour allumer cette dernière, il soupira … Et la balança contre le mur. L’huile répandue prit automatiquement feu, sur … l’ensemble du continent.[color=#990000]La guerre devient totale.

Le fossoyeur resta dans sa position, les bras croisés. Il n’était pas « impressionné », mais réfléchissait à la faisabilité d’un tel plan. Cependant, au milieu de ses réflexions, un flash de lumière l’enveloppa, et il fut … remplacé par l’artiste, qui ouvrit grand bras et ailes. Enfin … Aussi grandement que ce que lui permettaient ses blessures. Néanmoins, ce fut avec un sourire large comme le visage qu’il s’approcha du natif légèrement circonspect, et l’enlaça sans trop lui laisser le choix. Le fait que l’assassin était toujours armé et n’avait précisé aucun manque de désir de tuer celui qui avait pourri sa journée rendait le geste très dangereux, mais l’artiste ne semblait pas en avoir peur … en fait, chez lui, c’était presque au contraire une attitude normale, bien qu’il soit difficile de dire ce qui avait fait naître cette réaction.

.. Heuuuum … Certes ?
Tatata ! Je sens bien que tu cherches à te défiler, mais tu ne couperas pas à cette accolade.
Je me demande surtout ce qu’elle signifie.
Que j’t’aime bien, p’tit con !
Se décollant avec un ricanement, le dragon embrassa le mur en flammes d’un large geste du bras, un rictus mauvais sur le visage. Il m’a fallu presque 60 ans pour foutre ma terre natale à feu et à sang ! En comparaison, t’es un jeune prodige.


N’oublies pas qu’on avait d’autre priorités … Et puis, le contexte jouait beaucoup aussi. Sans Avallieana et Ilda, on aurait difficilement pu embraser le conflit avec l’ampleur qu’il a eu …


Certes mais quand même !
… Je n’ai rien répondu.
Nan, c’pas à toi que je parlais. On est 6, et lorsque l’un est dehors, les 5 autres peuvent commenter dans sa tête. Très chiant. Mais on s’y fait. Le soucis c’surtout de répondre, mais bon, est-ce que j’ai la gueule d’un type qui a envie de faire des chichis ?
Je n’ai aucune idée de ce que c’est, et non. Tu ressembles surtout à un crocodile rouge, au museau trop court et qui a voulu se mettre à marcher.

L’artiste éclata de rire de façon sonore une fois de plus, secouant un peu la tête avec de lui taper sur l’épaule, tirant une plainte de souffrance au natif, dont les plaies n’aimaient pas être secouées de la sorte. Ouais, j’confirme, je t’aime bien. Allez, on sort d’ici avant que les gaz toxiques nous fassent suffoquer et crever comme des rats.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Sam 21 Avr - 23:52

Bon … Passes-moi le katana et le wakizachi.
Plutôt crever.

Le dragon eut un petit sourire alors qu’il croisait les bras. Ils n’étaient qu’à quelques dizaines de mètres de la grange, dont la fumée était encore assez contenue pour ne laisser voir qu’un très léger filet noir … ce dernier s’intensifierait en un rien de temps. Justement collègue, justement. J’aurais pas de meilleure preuve que tu es mort, grâce à ça … Enfin. Je pourrais demander ta tête, mais je ne pense pas que ça passera.

Le natif eut un soupire assez appuyé en plissant les yeux, dévisageant le reptile pendant quelques instants … et finit par décrocher les deux armes de sa ceintures pour les lui tendre. A sa surprise, il les reçue de façon beaucoup plus solennelle que ce à quoi il s’était attendu … de la façon qu’il préférait, en réalité. Plus le rônin « se » côtoyait, et plus effectivement … il se trouvait des similitudes. Et la chose avait quelque chose d’agréable, même s’il était plus habitué à la solitude. Une fois les armes en sa possession cependant, l’artiste plissa un peu les yeux, semblant se rappeler d’un détail.

Au fait … Tu es tenshin, n’est-ce pas ?
… Peut-être.
Ouais, tu l’es. Corrompu ?
Je vois qu’on ne peut rien te cacher. Tu ne l’es pas ?
Nope. J’ai été « libéré » par l’autre fille là, rei … rell … truc.
Le reptile haussa les épaules. Mais bon. J’suppose que tu voulais déclencher la guerre totale à cause de ça ?
Le rônin siffla entre ses dents, aggacé par la question, alors qu’il finissait, au moyen d’un morceau de tissus, de nettoyer un peu ses plaies avant de renfiler son haut. Disons que ça ne faisait pas partie de mes motivations premières … Jusqu’à dernièrement. Mais oui, je sers le dieu corrompu. Et oui, c’est lui qui m’a poussé à faire ce que j’ai fait. Un problème avec ça ?
Naaaaan, c’parfait, au contraire. On expliquera ça aux gardes, ils comprendront que tu étais pas maître de tes gestes. Par contre, on va arrêter. La partie buter des gens.
Pourquoi ? Un cas de conscience vis-à-vis de mes « pauvres victimes » ?
Parce que buter des seigneurs, ça attire l’attention, et que ça, c’est chiant. Et aussi parce que tu n’as pas besoin de faire le sale boulot d’un dieu.
… Tu ne comptes pas me purger ou quelque chose de ce genre ?
Un peu rien à foutre. Je me connais, donc j’ai envie de dire que je te connais, donc j’ai envie de dire que je « sais » que t’as pas non plus totalement perdu ton libre arbitre. Au pire, si tu es vraiment trop corrompu, je te casse la gueule une nouvelle fois. En attendant, j’ai pas de fer blanc sur moi, p’têt qu’on verra ça à la prochaine ville. Fais voir ton cristal ?


Le rônin, perplexe, n’eut même pas envie de résister. Défaisant certaines des attaches de la partie de sa tenue recouvrant son bras, il retira la protection sur le dos de sa main, puis sa mitaine, exposant un cristal tenshin similaire à celui du dragon … encore que plus petit. Et les deux eurent l’occasion de s’en rendre compte : le reptile retira également le gant sans doit qui lui couvrait la main, et le plaça à côté … Les deux teintes de violet n’étaient pas les mêmes. Et celle du non élu semblait troublée, remplie de reflets et de remous sombres … étrange, mais pas surprenant. A ce moment-là, le dragon eut un genre … D’intuition … Et pivota la main pour que son cristal ne touche celui du natif.

Même s’il n’y avait pas eu l’incendie, le flash que provoqua ce geste aurait tout de même été suffisant pour alerter les personnes de la ville. Pas le bruit … encore que.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Sam 21 Avr - 23:58

Ah … Merde, putain …

Le fossoyeur se massa le visage, et prêta attention à ce que lui renvoyait son sens du toucher, histoire de s’assurer qu’il ne s’était pas brisé une côte à la réception, quelque chose du genre … Mais il semblait entier. Sauf que, réalisa-t-il en rouvrant les yeux … il n’était pas supposé avoir ce genre de problème. Dans les profondeurs, il y avait toujours cette sensation diffuse, mais pourtant bien perceptible, du fait que ce n’était pas « vraiment » son corps. Il pouvait sentir, toucher … mais ça n’avait pas plus d’importance que dans un rêve. Alors que là, ce ciel bleu au-dessus de lui, cette boue dans laquelle il avait été projeté et sur laquelle il avait glissé sur quelques mètres, tout ça … c’était réel. Presque aussi réel que le juron – beaucoup plus imaginatif et impliquant un nombre conséquent de bites – du dragon, quelques mètres devant. Se redressant sur les coudes, le mercenaire du futur cligna des yeux à trois reprises. Ils étaient toujours dans le champ. La grange brûlait de façon de plus en plus visible. Le vent était frais, discret mais présent. Et le natif n’était nulle part en vue.


Qu’est-ce que c’est que ce merdier ? Je suis où là ?


Oh, du calme coco, pas la peine de hurl … Attends.
Fossoyeur ? Qu’est-ce que tu branle ici ?
Très bonne quest-


Pourquoi je peux plus bouger ? Je vois quoi là ? On est toujours là, mais moi je suis où ? C’est pas mon corps ça


Rhaaaa TA GUEULE !
Oh, hey, du calme
Aaaah mais pas toi, l’autre empafé ! Il se retrouve dans les profondeurs et il gueule comme un mulet !
… Dans les profondeurs ? Attends, quoi ?


Nope, l’est pas ici. Le fossoyeur non plus d’ailleurs, même si c’est pas surprenant … Tu nous entends monsieur futur ?


… Ya un binz là. Tu as entendu ce que vient de dire lame brisée?
Elle a parlé ? Où sont les autres, d’ailleurs, à part l’autre rônin ?


Tu peux pas m’appeler Haïzen, tout simplement ?


Non connard, parce que c’est comme ça qu’on s’appelle tous et qu’on a mis 20 secondes à réaliser que c’était une mauvaise idée.

Je vais très vite tomber à court de patience. Tu peux me rendre mon corps ?


Attends deux minutes ! On est en train d’essayer de comprendre ce qu’il se passe là !
Se relevant, et s’époussetant les fesses, le reptile plissa les yeux, se tournant vers son collègue. Attends. Tu parles au natif là ?
Tiens. « le natif ». Parfait, ça fera l’affaire. Et oui, il est dans les … enfin … Dans « mes pr » … Non, je vais pas dire ça comme ça.
Non, nan … pas la peine.
Se massant la naissance du museau, le dragon soupira longuement, et posa les mains à plat. Bon, si avec tout ce bordel, la garde se rameute pas dans les 20 minutes, on aura le cul bordé de nouilles, et en imaginant que je prenne une aspirine maintenant ‘va m’en falloir au moins 30 pour arrêter d’avoir mal à la tête. Casses-toi avec le natif. J’ai toujours ses katanas. Je passe ma place au riffleur. On se retrouve dans quelques heures … à l’orée de la forêt là-bas, j’en sais rien. De votre côté essayez de réfléchir à toute cette merde, nous on clean un peu la réputation et on fait en sorte de plus avoir d’avis de recherche placardé partout en ville.
Entendu.
Se massant la nuque, le fossoyeur leva les yeux, même s’il savait que ça ne servait strictement à rien. Des objections toi ?

Plutôt que l’orée de la forêt : il y a un moulin, à quelques kilomètres à l’est. Mais en cette saison, aucune chance que qui que ce soit n’y passe. Ça fera mieux comme lieu de rendez-vous qu’une zone de plusieurs dizaines de kilomètres de long.


Ah, bon point ça. On se retrouve plutôt dans un moulin, à l’est d’ici. Plus pratique.
L’artiste ne répondit rien, puisque dans un flash lumineux, il avait cédé sa place au riffleur, qui semblait tout aussi irrité par la situation… même si ses mains croisées derrière sa tête témoignaient assez franchement d’à quel point il n’en avait rien à faire. Et moi qui trouvait qu’avoir 5 personnes qui peuvent parler librement sans être entendues par personne, mais la sixième qui contrôle tout et qui ne peut pas parler sans que d’autres sachent, c’était pénible … enfin. A tout à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Dim 22 Avr - 0:21

Lorsque le bourreau arriva finalement en vue du moulin, il trouva, au pied de ce dernier, le rônin, qui était en train de sculpter un bout de bois à l’aide d’un couteau mal entretenu. Jetant bout de bois et couteaux en notant l’approche de son alter ego, le jeune natif sauta du tonneau sur lequel il était assis, et fit quelques pas pour réduire la distance qui les séparait à à peine un mètre ou deux, et tendre la main vers lui. Paume vers le haut. Le riffleur haussa un sourcil … Et frappa dedans, la faisant claquer, et tirant un soupire d’exaspération à l’épéïste.

Mes sabres.
S’il-te-plaît.
Même s’il s’amusa de voir son vis-à-vis enrager, il décrocha tout de même les armes blanches de sa ceinture, et les posa dans la main de leur propriétaire. Bon, les nouvelles sont bonnes : ils ont gobé le coup du cadavre pris dans les flammes – de toute façon c’est pas comme s’il était très identifiable – et regrettent sincèrement que tu ait fait ça à cause de ta corruption, blablabla. Ils se sont montrés suspicieux, mais j’me vois mal les en blâmer. Oh, et ils croient aussi que tu étais un changeur de forme ou quelque chose du genre. Tenshin, mais changeforme. Haussant les épaules, l’élu sortit son hachoir, se mettant à le jeter en l’air et à le rattraper. Je suppose que le fossoyeur est là ?
Mhhhh. On a un peu discuté. Il m’a expliqué comment ça fonctionnait, votre système de … « surface », « intermédiaire », « profondeurs » … C’est étrange. Il se sent moins puissant lorsqu’il occupe mon corps.


Le bourreau haussa les épaules, et « flasha » pour laisser de nouveau place à l’artiste, qui regretta de ne pas avoir attendu qu’il rattrape son hachoir : il se prit la lame de son katana dans les doigts, mais dû quand même fermer le poing pour empêcher la lame de chuter à terre. Rengainant, il s’étira bras et ailes, puis posa ses poings sur ses hanches.

C’est définitivement bizarre que les deux ne soient pas reliés … Mais je me demande si ça a un lien avec les sceaux … enfin, cristaux tenshins. Montres à nouveau ton bras ?
Je n’ai pas envie d’être encore projeté en arrière sur trente mètres et privé de mon corps une nouvelle fois par une autre explosion.
Je ne pense pas qu’il y en aura une, cette fois-ci.


Le natif laissa clairement voir sa désaprobation vis-à-vis de cette théorie dans la grimace qu’il tira, sans pour autant provoquer la moindre réaction à l’artiste, qui continua ce qu’il avait commencé : retirer sa mitaine. Voyant qu’il n’en démordait pas, le natif finit par lâcher un petit râle de mécontentement, puis par faire de même, dénudant sa main et son cristal … Il avait l’impression que ce dernier avait légèrement gonflé, à vrai dire. Mais qu’importe. Tendant la main, il alla pour toucher celle du reptile … Mais avant même d’entrer en contact, il s’arrêta, tirant une grimace. Les deux cristaux s’étaient mis à briller, et subitement, une sorte de lumière violette « pulsa » de ces derniers, et un petit pont qui semblait être fait à mi-chemin entre de la lumière et de la fumée se forma entre leurs mains, reliant les deux cristaux.

Oooookay … Qu’est-ce que c’est que ça ?


Fossoyeur ? T’es de nouveau là ?



Eh, j’en ai bien l’impression. C’est moi ou ça a un peu … changé de gueule, par ici ?




Trop bien ! Et maintenant que tu le dis … C’est comme si yavait un genre de … Passage ?



Hum, lâcha l’artiste avec une intonation assez forte pour intimer le silence à tous et toutes. Cependant, quelque peu chagriné par le peu de contenu de son intervention, il décida au bout de quelques instants de la compléter. J’ai aucune foutue idée de ce qui se passe. Sado-maso, tu peux expliquer ?

J’sais pas, c’est comme … si … Heeey … J’arrive à vous voir l’un et l’autre alternativement ! Attends.


Le rônin haussa un sourcil en regardant l’artiste. Pourquoi est-ce que ça sent le coup four-

Mais avant qu’il ne puisse terminer sa phrase, le natif vit son corps totalement masqué par un puissant flash … Et fut remplacé par la jeune sado-maso, qui resta un instant bouche bée … Avant de décocher un sourire plus large que son visage. Lequel ne dura pas bien longtemps, car elle fut elle-même remplacée la seconde d’après par un natif excédé.

FOUTRAILLES, CESSEZ DE FAIRE CA !
Du calme, du calme … au moins on progresse un minimum. Si j’ai bien compris sado-maso, tu sais comment … « traverser » ?


Ouais ! C’est …Bizarre. Mais le pont de lumière permet de passer d’un corps à l’autre … Et ensuite, c’est la même chose que d’habitude pour s’incarner. Vous m’entendez tous les deux au fait ?


Moi oui.
Moi aussi. Ne recommences pas ça.
Oumf, si tu savais à quel point ta requête a peu de chances d’être entendue … Bref. Bon, les enfants ! Briefing.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 187
Yens : 1419
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : Beep, beep, I'm a sheep

Progression
Niveau: 44
Nombre de topic terminé: 11
Exp:
5/6  (5/6)
avatar
Haïzen ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   Dim 22 Avr - 0:24



Les profondeurs.

Un espace onirique, défini uniquement par ceux qui y habitent. En l’occurrence, 5 incarnations différentes d’un être particulièrement fou et violent, répondant au nom de « Haïzen ». Roux. Portant des tatouages. Guerrier. Certains traits divergent, d’autres sont indentiques. On aurait presque pu penser à une étrange famille, en les observant, tous les 5 attablés, en genre de « conseil ». Seul absent : le fossoyeur. Ce dernier, toujours présent « à la surface » (ou dans la réalité), discutait avec le natif, et jouait le relai des informations qui allaient être échangées ici.

Du reste, on comptait les individus suivants. Un dragon et une dragonne, similaires en tout point si ce n’était le genre. Une sacrieur, qui faisait mumuse avec son propre sang pour tromper l’ennui en attendant que le point ne commence vraiment. Un bourreau, qui affichait définitivement une expression reflétant la mauvaise journée qu’il avait passé. Et un soldat antique, debout et adossé à un mur, les bras croisés sur son torse squelettique.

Bon, lâcha l’artiste après un petit soupire alors qu’il joignait mains et doigts. Résumé de la journée. On a découvert qu’un autre Haïzen existe. Il est pas mauvais combattant, vient d’ici, est actuellement corrompu par l’autre dieu à la mords-moi-l’nœud qui a pris le contrôle de « notre » île d’accueil.
- Il a aussi la capacité d’héberger un, ou plusieurs d’entres nous
, rajouta la jeune masochiste en levant le nez du petit squelette de chien qu’elle avait formé avec son liquide vital. Devant le regard du dragon, elle haussa les épaules. ça reste notable, nan ?
- Certes, mais j’aurais préféré le séparer de la suite …
- Pourquoi ?


Le reptile se tourna vers son équivalent féminin, qui lui adressait le plus doux des sourires. Il ne savait pas si elle intervenait pour défendre sa cadette – qu’elle avait tendance à couver un peu -, pour l’embêter lui, ou juste parce que le point était valide. « un mélange des trois » était une bonne réponse, probablement. Bonne, mais désagréable : le saurien secoua la tête négativement, et se massa un peu les yeux.

Parce que c’est tout de même vachement plus métaphysique touti-quanti que de savoir que le gusse sait se battre, et que ça résume pas la journée. Mais bon, prenons-le en compte. La question est : qu’est-ce qu’on sait, qu’est-ce qu’on en déduit, qu’est-ce qu’on fait ? Voyant que la jeune folle levait la main et l’agitait, il lui donna la parole avec un petit rictus, amusé aussi bien de son geste que de sa motivation.
On sait que c’est un Haïzen, combattant, corrompu, ça tu l’as dit. On sait aussi que lorsque son cristal et celui qui nous sert de sceau sont en contact, ou à moins de quelques dizaines de centimètres, il s’établit un « lien » qui nous, « nous » pour ceux qui ne sont pas déjà dans la réalité, nous donc permet de « voyager » d’un corps à l’autre. Le lien dure quelques dizaines de secondes, et peut se maintenir jusqu’à 5 ou 6 mètres de distance. Si une personnalité change « d’hôte », elle peut prendre la place du natif, mais sa puissance varie : le corps élu semble plus puissant, pour le moment. Egalement, lorsque le lien est présent, il est possible de parler à tous les Haïzens à la fois, mais sans, impossible : une personnalité ne peut interagir qu’avec son hôte actuel, et est totalement coupée des personnalités qui ne sont pas avec elle. Le lien a l’air physique, se manifeste sous une forme de brume violette, plus ou moins, mais ne peut pas être touché, juste traversé. Mhhhh … Je crois que j’ai tout dit ?
- C’est bien ma grande.
La reptile tendit un bras avec un sourire, frottant doucement la tête de la jeune femme.

En voyant le ricanement satisfait qu’un tel geste lui tira, l’artiste se demanda si la sacrieur avait réellement, comme elle l’avait dit, 28 printemps … Mais à la réflexion, lui-même n’était pas très bien placé pour faire la remarque. Il en avait plus de 750, presque 80 même s’il n’en était pas sûr, et pourtant, sa fille lui avait déjà reproché de par le passé de se comporter comme un ado. Et pas un très intelligent. Soupirant, il finit par hausser les épaules, et se laisser aller dans son « fauteuil ».

Mouais, ça me semble un résumé cohérent de ce qu’on sait, pour le moment … de ce qu’on peut en déduire, déjà, j’ai envie de dire qu’on est – vraiment – exceptionnels. Qui peut se vanter d’exister dans pas moins de … Mhhh … 12 dimensions différentes ? Pour celles dont j’ai entendu parler ? Mais bref, à part ça, on peut aussi en déduire que des évènements qui nous sont arrivés à nous peuvent également lui arriver à lui … Plus ou moins loin dans le futur. Avoir des gosses. Croiser une blonde avec une tendance à boire le sang. Se bonifier avec l’âge, comme les grands vins.
- Humph. Une déduction qui ne soit pas une perte de temps ?
Le fait que ce soit le Marchemort qui ait prononcé cette phrase fit ricaner l’artiste, qui hocha négativement la tête. Nope. Mais ça peut pas faire de mal de se jeter des roses quand personne d’autre ne le fera, si ? Attends, non … ne réponds pas à cette question. Mais c’est vrai que ça n’aide pas beaucoup pour le « qu’est-ce qu’on fait ».
- J’en ai une idée assez simple.
Le dragon haussa un sourcil à cette phrase, lâchant un petit « ah ? », qui fit souffler du nez d’agacement le ni mort, ni vivant. Vous ne prêtiez pas attention à ce qui se disait autour du riffleur, ce matin, lorsqu’il marchait en ville ?
- Oh heu … même moi, pour être honnête,  j’me souviens de rien de bien précis avant le moment où les gardes ont voulu m’arrêter.
- Comment tu arrives à en savoir moins qu’un type qui est littéralement piégé dans ta tête et limité à tes 5 sens ?
- La ferme, l’artiste. Les gardes de la ville parlaient avec le tavernier. Il va y avoir un nouveau grand conflit dans peu de temps. Avec l’île céleste. Des troupes se mobilisent.
- Oh. Je suppose que le plan d’action est tout tracé, dans ce cas.
- En effet, dragonne … « on se bouge le derrière et on s’y colle ».


L’artiste eut un léger éclat de rire, et se massa l’arrête du museau, avant de taper sur la table en se levant.

Parfait. Et pour le petit con, c’est décidé : on l’emmène !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Sextuple "Je"   

Revenir en haut Aller en bas
Sextuple "Je"
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Les villes et villages marchands-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.