Partagez | .
Réponse aux despotes
Messages : 1417
Yens : 1902
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 137
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Réponse aux despotes   Sam 9 Juin - 17:22



Premières mesures


Bashô Tokaï, quelle belle démonstration du raz-le-bol des peuples envers l'oppression dont faisaient preuve les dirigeants. Cette cité s'était montée en un jour et avait pour seul but d’aider et d’héberger la rebellion qui ferait vaciller les pouvoirs déjà en place pour les mettre au service du peuple. Le seul défaut qu'il lui trouvait était le nom, "Bashô Tokaï". Un nom bien pompeux qui lui rendrait la tache plus difficile pour faire comprendre aux siens qu'il ne voulait pas se placer en dirigeant. Il ne voulait pas se risquer à être comparé à ses ennemis, à un tyran.
 
Lorsqu'il était arrivé en ville, il fut acclamé comme un prophète, celui que tous attendaient. Dire que cela ne lui faisait pas plaisir serait mentir, mais cela montrait bien que tous attendaient l'espoir qu'il représentait depuis bien trop longtemps. Sa tache était grande et serait longue à accomplir. En attendant, il prit connaissance des principales caractéristiques de sa ville, et nombre d'entre elle étaient des plus étonnantes. Déjà la ville avait amassé plus de 60 000 yens d'économie, ce qui était finalement peu étonnant si l'on savait que près de 30 000 natifs l'occupaient. Parmi eux, 18 000 seikajins, 9 000 minshujins et 3 000 fuyujins. Ces derniers étaient venus en petit nombre, craignant certainement les représailles de leur souverain.
 
Les citoyens avaient déjà construits les infrastructures nécessaires pour se sustenter, se protéger et même se divertir. Pour le moment leur moral était au plus haut, contrairement à leur stress. Ils étaient conscients qu'ils allaient devoir se battre, mais ils savaient pourquoi. Ils étaient tous ici de leur plein gré. Les premières mesures prise pas Bashô furent:
 
-Pour la sécurité de sa ville d'instaurer un service de protection: tous les citoyens devaient revêtir l'habit de milicien une fois par mois. Cela permettait à la ville de se doter d'une milice permanente d’un millier d'hommes et ce sans que la participation de chacun ne leur pèse. Évidemment l'entrée dans la cité serait contrôlée pour se prévenir des attentats basiques. De plus des éclaireurs seraient placés à plusieurs kilomètres à la ronde de la cité pour la prévenir d'attaques de masse.
 
-Pour faciliter la vie économique de la cité et en finir avec le système d'asservissement par le travail du peuple: un système de crédits est mis en place. Chaque habitant devra valider un certain nombre de crédits par mois et en gagnera en travaillant. Par exemple un pain rapportera 1 crédit et chaque mois chaque habitant devra valider 500 crédits. Cela lui donnera le droit d'avoir accès à toutes les installations de la ville, les soins, les repas quotidiens et les rations en eaux gratuitement. Les invalides ou les personnes souffrant d'handicaps ne seront pas mis de côté et s'occuperont des taches administratives. Ces crédits ne se perdent pas. Si une personne amasse 600 crédits en un mois, alors elle sera libre d'en amasser seulement 400 le mois d'après, ce qui permet également de réguler le système de congés de la cité. Cette personne pourra également demander à ce que ses crédits en surplus soient reconvertis en yens (1 crédits = 1 yen).
De plus des émissaires seront envoyés à l'île marchande d'Irado, non loin de Bashô Tokaï, leur autorisant de vendre leurs produits dans la cité sans subir de taxe, à conditions que les prix de leurs produits ne dépassent pas la moyenne nationale. Cela devrait leur permettre de s'y retrouver et les habitants de la cité aussi, même si cela a le défaut de ne rien rapporter à la cité en elle-même.
 
-Pour assurer la sécurité relative de Bashô et ainsi éviter qu'un simple assassinat ne réduise à néant leurs projets: ce ne serait pas Bashô mais Méphisto qui siègerait constamment à sa place avec son apparence. Cette mesure est bien évidemment non-officielle. Pouvant communiquer à distance, Bashô donnerait simplement ses directives par télépathie. Ce dernier logerait en périphérie de la ville, tout en prenant bien soin de protéger son identité. Seuls les deux intéressés sont au courant de cette manœuvre. Et puis Méphisto ne risquerait pas de mourir, juste de perdre son hôte.
 
-Pour s'assurer d'un meilleur niveau de vie de la part des habitants de la ville: la mise en place de plusieurs postes sanitaires pour essayer de faire de Bashô Tokaï une ville salubre et respectant tous les critères décents de l'hygiène.
 
-Afin de commencer dès maintenant à œuvrer en ce pourquoi la cité a été créée: le recrutement d'un maximum d'élus a déjà commencé ainsi que de personnes possédant des compétences en diplomatie. Le recrutement des premiers se fait par des lettres écrites par Bashô lui-même et remise en main propre par des messagers volontaires de la cité, celui des seconds par simple demande de candidature. Celles-ci seront soigneusement étudiées et l'évaluation prendra grandement en compte la motivation et l'engagement de la personne dans la cité.
 
-Et enfin, pour immuniser la cité à une prise de pouvoir despotique de la part de l'élu des trois dieux Bashô, un référendum approuvé par plus de 50% de la population le destituera de ses pouvoirs, que cela tienne lieu de constitution. De plus tous les lundis matins une séance de doléance sera tenue où chacun pourra venir se plaindre ou émettre des conseils directement au maire lui-même, Bashô.
 
Ces mesures seraient les premières qui permettraient l'élaboration de la cité libre. Malheureusement beaucoup devraient certainement s'ajouter à elles car la pratique est bien plus compliquée que la théorie. Tant que Bashô serait en vie, alors il serait là pour parer à toute éventualité. En attendant il gardait constamment son En activé pour sentir venir arriver un éventuel assassin. Quant aux lettres qui arriveraient dès demain à la mairie, il y répondrai avec joie...

Résumé:
 

©️MangaMultiverse



Dernière édition par Bashô le Mer 27 Juin - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1417
Yens : 1902
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 137
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Réponse aux despotes   Dim 10 Juin - 14:55



Cher Karui...



Le lendemain de la proclamation de ces premières mesures, soit une semaine après que Bashô soit arrivé en ville, la mairie de Bashô Tokaï reçut deux missives de la plus haute importance de la part des instances de la république de Minshu et de l'Empire de Seika. Mieux que ça même, elles avaient été rédigées par les souverains même de ces deux nations. Ils n'avaient pas perdu de temps, il était clair que les différents pouvoirs politiques de ce monde ne pouvaient plus l'ignorer. Ne pas réagir à ses actes serait de l'inconscience, chacun de leurs pouvoirs était menacé. D'ailleurs, l'absence de réaction apparente de la part de Sul Heï n'était pas signe de passivité, certainement juste que le tyran n'avait pas daigné accorder du temps à la diplomatie.
 
Dans la petite maison de fortune où il se cachait et qui changeait régulièrement, Bashô lisait attentivement les deux lettres que venait de lui apporter Méphisto. Le maffieux ne put retenir un ricanement avant de donner ses premières directives:
 
-Je ne pensais pas ce Jaël si peu diplomate, il m'amuse... avoua-t-il. Toutefois je pense qu'il manque quelque peu de clairvoyance sur sa situation, c'est pourquoi je vais me faire une joie de lui expliquer, à lui et à tous les autres. Annonce qu'un discours sera fait ce soir, tu le prononceras à ma place comme pour tout le reste pendant que je te communiquerai ce que tu as à dire par télépathie. Quant à Karui, sa fausse attitude passive ne trompe pas, si jamais il voit que Jaël et Sul Heï ne font rien pour m'abattre ou en sont incapables, il tentera sa chance comme les autres. Beaucoup de mes partisans sont seikajins, je comprends qu'il ne veuille pas se risquer dans un combat frontal pour ne pas détériorer gravement son image.
 
-Je me réjouis de voir que tu n'as pas l'air paniqué
, répondit le parasite, mais garde bien à l'esprit qu'une fraction de leur armée suffirait à raser cette ville que nos partisans ont mis tant d’efforts à construire. Ce serait fort regrettable.
 
Le hunter était bien conscient des risques qu'il encourait. Mais raser la ville serait bien plus simple que de le tuer lui, et tant qu'il serait encore en vie alors les trois monarques ne pourraient dormir sur leurs deux oreilles. Mieux que ça, il utiliserait la destruction de la ville comme étendard de ralliement, comme marque de leur despotisme. Et puis même s'il tombait, il était allé trop loin pour que personne ne prenne la relève. Rien que Sherkhan, son propre frère, ne laisserai pas sa mort impunie. Et il pouvait se montrer tout aussi intelligent et fourbe que Jemial, lui et tous les natifs qui continueraient de se battre suffiraient à leur faire comprendre que tuer le poète ne servait à rien. Après tout il était un élu du phénix, il finirait toujours par renaître de ses cendres...
 

***Le soir même***

 
Méphisto avec l'apparence de Bashô se tenait sur la place publique sur-élevée par une simple caisse en bois. Il aurait pu faire son discours du balcon de sa mairie mais non. Cela montrait l'humilité dont il faisait preuve, ou du moins l'idéologie qu'il voulait véhiculer. Tout autour des centaines de personnes s'amassaient, à une distance d'une dizaine de mètres de l'orateur définie par les gardes. Tous ne pourraient pas entendre, mais ceux du milieu relaieraient ses propos à ceux du fond.
 
-Peuple libre! Avant que je commence mon discours, je me dois de vous expliquer ce qui l’a rendu indispensable. La raison est ceci! s'exclama-t-il en brandissant les deux lettres reçues tantôt. L'une m'a été envoyée par Karui Hanja et l'autre par Jaël Tekina. Je vais commencer par vous lire celle du futur ex-empereur, je pense que ses propos vous intéresseront.
 
Bashô se mit alors à lire la lette de l'empereur d'une voix puissante et intelligible pour qu'elle puisse être comprise par tous (lettres ici).
 
-Ce souverain me banni de Seika...? Mais ais-je demandé une seule seconde d'en faire partie moi, de Seika? D'ailleurs qu'à fait Seika pour moi? Pour ce monde? Fenghuang m'a amené ici pour faire de Kosaten un monde meilleur et Long et Manshe ont également fini par s'en remettre à moi. Alors que je dois m'occuper des problèmes majeurs de Kosaten je vois des guerres, des guerres incessantes perpétrées au nom des trois nations. Seika n'est pas une bénédiction loin de là, mais juste un cancer en Kosaten, une nation construite au nom d'un dieu qui n'a jamais voulu ça, mais seulement la paix. Arrêtez de pervertir ses dires.
 
Quant à ma prétendue mégalomanie, qu'il sache tout de même que le système que j'ai mis en place m'est bien moins profitable que le siens. Qui a un palais? Qui as une simple maison? Qui a des centaines de serviteurs? Qui a des centaines de compagnons? Qui règne en despote? Qui a instauré une constitution juste? Non, je ne fais pas cela pour le pouvoir Karui, sinon j'aurai plutôt essayé de devenir ton ami et partager le tiens.
 
Puis il a mis une prime sur ma tête? Se vante de m'offrir une vie de fuite à la place de la paix? Décidément, pour lui remplacer la paix par la guerre est d'une facilité déconcertante, ça doit lui venir de l'habitude je suppose. Oh oui nos chemins se recroiseront Karui, mais je ne pense pas que ce jour soit réjouissant pour toi. Tu me relègues au rang de criminel notoire? Mais quel criminel prône la paix? Toi-même tu n'y crois pas, d'ailleurs je ne pense pas que tu aies déjà écrit une lettre à un quelconque criminel. Au passage, si l'on compte les famines, les misères et les guerres que tu as engendrées, je pense que Zayro Jinn fait pâle figure face à toi, tu as du tuer bien plus que lui...
 
D'autres points restent à éclaircir mais je préfère d'abord vous lire la lettre de Jaël Tekina avant d'y répondre
, dit-il en prenant l'autre lettre.

Le peuple de Bashô Tokaï n'était pas au bout de son émoi...

Contextuelles:
 


©️MangaMultiverse



Dernière édition par Bashô le Dim 10 Juin - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1417
Yens : 1902
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 137
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Réponse aux despotes   Dim 10 Juin - 15:00



Cher Jaël...


Alors que le silence s'était de nouveau installé, Bashô déplia la lettre du président pour la lire. Celle-ci était d'une importance encore plus primordiale que la précédente. Il la lit alors elle aussi à voix haute, la plume du président ne manquant pas de susciter quelques rires mais aussi quelques indignations et peurs dans l'assemblée, brisant par la même occasion le silence précédemment acquis. Que ces derniers soient rassurés.
 
-Je laisserai la première question en suspens, à savoir "T'es qui?" pour une raison simple: nous ne tarderons pas à faire connaissance, j'ai bien peur que la presse minshujin continue de parler un peu de moi dans les prochains jours. A part ça il semble, comme son confrère, faire allusion à une illusion que j'aurai projeté dans le ciel. A cela nous penseront tous à l'image des trois dieux me désignant comme leur élu commun. Outre le fait que j'en suis proprement incapable et que je doute que quelqu'un d'autre que les dieux eux-mêmes puissent réaliser une telle prouesse, je n'ai certes aucune preuve tangible de la véracité de leur dire si ce n'est ceci, dit-il en enlevant son T-shirt dévoilant les trois sceaux des nations. Quant à eux je n'ai jamais vu aucun sceau sur l'un d'eux. Les dieux ont par un accord tacite juré de ne pas intervenir directement dans les affaires humaines ce qui se comprend parfaitement, ils sont donc incapables de venir confirmer l'une ou l'autre version des faits. Mais si vous êtes croyant, pensez-vous réellement que votre dieu que vous chérissez soit dans le camp des despotes qui asservissent le peuple plutôt que dans celui qui les combatte?? Ce serait absurde.
 
A l'entendre on a l'impression que j'ai kidnappé tous ses citoyens, mais j'ai bien peur qu'ils ne soient ici de leur plein gré, n'est-ce pas? demanda-t-il avant qu'une ovation ne lui réponde. C'est bien ce qu'il me semblait. Je n'ai jamais demandé cette ville mais elle a été construite et me permettra d'apporter la paix en Kosaten plus facilement, pour cela je dois tout aux habitants de Bashô Tokaï, notamment aux minshujins. Maintenant si des gens regrettent de m'avoir suivi alors qu'ils partent, je ne retiens personne! Pire, je défends toute personne d'empêcher quelqu'un de partir de cette ville, que tous ceux qui sont ici le soient de leur plein gré, pour les autres la porte est grande ouverte! Jaël, tu t'apercevras vite que tes citoyens sont ici par choix et que si c'est cette option qu'ils ont choisie c'est parce que ton pays souffre encore d'inégalités. Tu devrais d'ailleurs te servir des statistiques de chute démographique pour constater quelles sont les régions que tu as le plus laissée de côté. Simple conseil
, dit-il d’un ton grave.
 
Et finalement tu me laisses deux options, forcer tes pauvres citoyens à rejoindre une nation qui les oppresse, ou mourir. Drôle d'ultimatum pour le président d'une démocratie. Mais j'ai moi-même mes torts. En effet je suis bien à l'origine de l'attentat raté à son encontre et à l'encontre de chaque dirigeant. L'on ne peut que me comprendre, sans eux leurs nations ne tarderaient pas à chuter et c'est elles qui gangrennent Kosaten. Mais une vision des dieux m'a été accordé à moi et à tous les élus récemment. Dans celle-ci on pouvait clairement y voir que Sul Hei et Karui Hanja étaient des êtres abjectes au delà de ce que l'on pouvait penser, et pourtant je n'en avait à l'époque pas une image très flatteuse. Mais dans celle-ci on pouvait voir que Jeong Tekina était du côté des élus, de ceux qui se battaient pour le peuple. J'ai bon espoir que son fils tienne de lui. Quant à l'avis que tu te fais de moi, je te conseille de chercher de plus amples informations auprès d'une élue avec laquelle j'ai entendu dire par tes propres citoyens que tu étais intime: Valentine Weathley. Elle a eu l'occasion de me côtoyer et a certainement elle aussi reçue la vision des dieux. Tu confirmeras donc mes propos par quelqu'un de confiance.
 
Tout cela pour dire que si ton pays n'est pas parfait, sinon 30% de la population de cette ville ne serait pas minshujine, tu peux encore devenir un dirigeant modèle, encore meilleur que ton père. Nous ne te voulons pas de mal, juste le bien de tes habitants, comme toi. En revanche si tu viens t'imposer en despote, alors c'est que tu auras fait ton choix. Je doute dans ce cas qu'ici quelqu'un cède à tes exigences. D'ailleurs je parle en tes mots pour que tu comprennes, mais je ne vois ni seikajin ni fuyujin ni minshujins ici. Seulement des hommes et femmes libres. Si tu viens récupérer tes ex-citoyens par la force, il ne fait aucun doute que beaucoup d'autres se feront la malle, dégoûtés à juste raison par une barbarie dont ils ne te pensaient pas capable.
 
Voilà ce que je te propose donc, passe des traités avec nous, ceux-ci agiront tous pour le bien commun, et j'encouragerai mes partisans à rejoindre Minshu. Malgré ton tempérament de prime abord explosif, je suis sûr que tu sauras faire preuve d'assez de sagesse pour faire le bon choix et ne pas te transformer en despote.

 
Puis il se racla la gorge et reprit en guise de conclusion:
 
-Que tout mon discours soit retranscrit et remis à Karui Hanja et Jaël Tekina, ordonna-t-il. Je demande également à ce que nos éclaireurs les plus entrainés munis de nos chevaux les plus endurants se rendent aux abords de la frontière fuyujin. Lorsque l'armée de Sul Hei se mettra en branle, je doute qu'il envoie une lettre juste avant comme l'a fait Jaël. Ils sont peut-être déjà en route.
 
Si ce dernier se pointait réellement aussi tôt cela serait un problème, mais il trouverait bien une solution pour le gérer. En attendant il doutait de voir Jaël raser Bashô Tokaï. Après tout il faisait cela à cause de sa chute démographique, après un tel discours continuer en ce sens ne ferait qu’aggraver sa situation, il serait donc stupide de chercher l'affrontement. Et puis, il n'avait pas si mauvais fond. Il avait hâte de le revoir pour parlementer.

Contextuelles:
 


©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1417
Yens : 1902
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 137
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Réponse aux despotes   Mar 26 Juin - 15:04



Cher Sul...



Plusieurs jours plus tard, alors que le maire de la ville gérait activement les affaires internes de la ville assis dans son bureau, un intendant entra dans la pièce. Méphisto le reconnut de suite, c'était celui en charge des sentinelles, sa venue n'annonçait donc rien de bon, pourtant son air ne trahissait aucune peur. Sans perdre plus de temps en spéculation, le parasite l'invita à faire part des raisons de sa venue ainsi que de s'assoir d'un même geste de la main. L'intendant s'exécuta alors et sortit un rapport de sa sacoche pour être sûr de n'oublier aucun détail.

-Apparemment, à quelques centaines de kilomètres d'ici au Nord Nord-Est arrive un convoi escorté par des soldats du Royaume, il aurait été commandité par Sul Hei en personne, commença-t-il. Les éclaireurs sont formels, ils se dirigent sans l'ombre d'un doute vers notre cité!

-Allons bon, je me doutais bien qu'il n'allait pas tarder à faire parler de lui celui-là... soupira-t-il en en se massant le front. Heureusement notre réseau de surveillance a été efficace, ils sont suffisamment loin pour que nous puissions nous préparer. De combien d'hommes parlent les éclaireurs?

-Il y a méprise monseigneur, ce convoi n'est certainement pas militaire mais bel et bien marchand, expliqua-t-il. Une quinzaine d'hommes armés l'accompagnent, tout au plus. Leurs intentions sont encore inconnues.

Méphisto ne réagit pas à cette révélation, pourtant il y avait de quoi. Que préparait Sul Hei, il était impensable que ce tyran viennent simplement jouer à la marchande avec eux, la dinette ne devait certainement pas être son passe-temps favori. Ce convoi pouvait-il renfermer une bombe? Peu probable également, les chances qu'elles ne parvienne pas à destination était élevée, le Roi devait bien se douter que Bashô avait pris ses précautions. Bon, dans tous les cas il devait prendre les mesures de base de lui-même, son acolyte comptait sur lui pour le suppléer au mieux.

-Très bien, d'après leur position je pense qu'ils vont prendre la route marchande principale de Fuyu jusqu'au bout et bifurquer au dernier moment comme le font tous les marchands s'arrêtant ici et venant de Fuyu. Tu vas demander à l'un de nos sergents les plus compétents de prendre une trentaine d'archers et d'aller intercepter le convoi à huit kilomètres de la ville sur cette route, au niveau de la plaine. Ils s'assureront eux-même des intentions de ces marchands, s'exclama-t-il avant de replonger dans sa réflexion.

Était-il bien prudent de confier une telle tâche à de simples soldats? Après tout la ville était encore récente et il ne savait pas encore vraiment à qui ils pouvaient faire confiance. Au moindre impair ils pouvaient être accusés d'envoyer de pauvres soldats au casse-pipe, il fallait faire attention.

-Écoute, oublie ce que je viens de dire, je vais me charger moi-même de superviser l'opération. Je te remercie franchement pour ton efficacité, tiens-moi au courant s'il y a du neuf, lui demanda-t-il. Vous pouvez disposer à présent.

Il ne changea pas son plan, mais à la place d'un sergent compétent ce serait Bashô en personne qui irait à leur encontre, dans l'accoutrement d'un simple officier de Bashô Tokai. Cette opération pouvait être dangereuse, mais il doutait qu'ils pourraient avoir sa peau si facilement. Et s'ils l'avaient il n'y avait rien à regretter, cela veut dire qu'il aurait fini par clamser à un moment ou un autre. Méphisto s'absenta alors pour rejoindre la planque de l'élu et lui expliqua la situation. Ce dernier était d'accord avec lui et soutint ses mesures, dans quelques jours il partirait avec une trentaine d'archers à l'encontre de ce convoi.

***Le jour J***
[font][color]

Bashô et ses hommes arrêtèrent le convoi à une trentaine de mètres d'eux. L'Ayns n'était accompagné que de cinq hommes, les autres l'attendant caché plus loin derrière un piton rocheux. La raison de cette manœuvre était simple: vérifier si les fuyujins avaient la consigne de résister ou non. Apparemment ce n'était pas le cas, même trois fois plus nombreux qu'eux il ne firent pas de zèle et déchargèrent les caisses à l'attention des habitants de Bashô Tokaï. Doutant réellement qu'elles représentent un quelconque danger, le maffieux laissa ses hommes en arrière pour ne pas les mettre en danger au cas où et s'approcha du convoi.

-Que contiennent ces caisses? Ouvrez-les moi, ordonna-t-il d'un ton ferme.

Quelques hommes s'exécutèrent alors à satisfaire sa requête, dévoilant plusieurs dizaines de têtes d'hommes, femmes, enfants parfois défigurés par la torture. Le spectacle était abominable, l'odeur infecte de la chair faisandée transperçait ses narines par des effluves des plus pestilentielles. Un petit mot avait également été écrit à son attention: "Je joins à votre cité les familles, cousins, tantes, oncles, parents ou enfants restés derrière, appartenant à ceux qui vous ont rejoins. Amicalement, Sul Hei." Ce fumier avait fait son choix, mais il ne tarderait pas à le regretter.

Il prit alors possession du convoi dans faire de mal aux gardes, et ils rentrèrent à Bashô Tokaï sans qu'une autre personne n'ait vu ce que contenaient les caisses. Le lendemain matin une annonce publique expliqua ce qu'il s'était passé et annonça que la réponse publique de l'élu des trois dieux serait rendue le soir-même. La reconnaissance de toutes les personnes mortes se fit par portraits robots uniquement pour ne choquer personne. Une tombe fut creusée pour chacun d'eux et un cérémonial en leur honneur fut rendu. Ils étaient morts pour la rébellion en quelque sorte, ils mourraient avec les honneurs. A la fin du cérémonial, Méphisto avec l'apparence et le texte de Bashô proclama un petit discours. Un de plus qui promettait de remonter jusqu'aux oreilles de Sul Heï à qui il était indirectement adressé.

-Bonsoir à tous, habitants de Bashô Tokai. Je suis aujourd'hui accablé de devoir pleurer la mort de gens qui n'avaient aucunement choisi de se battre ni de s'opposer d'une quelconque manière à Sul Heï. Ils ont décidé de lui être fidèle et pourtant ils en sont morts. Pourtant ceux qui ont décidé d'arrêter de le servir sont toujours en vie et se portent bien mieux que jamais, je pense que le constat est évident. Rester sous la coupe de terreur des dirigeants est inutile, se placer sous la mienne est à la fois la meilleure des protections mais aussi le meilleur moyen d'espérer un futur meilleur! Il a tué toute votre famille et il espère que vous reviendrai à ses pieds? Mais vous n'avez plus rien à perdre, prouvez lui qu'ils n'aurai pas du vous faire cela! Faites-le-lui regretter! Qu'il s'en mordre les doigts, on ne s'en prend pas au peuple du Nord sans s'attendre à de lourdes représailles!!! Je ne vous demande pas de céder à la haine et à la colère, reprit-il, seulement de penser dans chacune de vos tache aidant cette ville et ses habitants pour quoi vous le faites, pour qui. J'invite d'ailleurs tous les fuyujins orphelins à venir me rejoindre, ou encore tous ceux étant prêt à venir avec leur famille entière! Je leur promet un foyer, de l'eau et de la nourriture en quantité suffisante s'ils savent se montrer utile, et je sais déjà que ça sera le cas. 


Vous n'êtes pas obligé de vous soumettre, vous pouvez encore vous battre. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour eux... finit-il en désignant le cimetière qui venait de s'ériger.

Son discours fut accueilli par une ovation guerrière. S'ils étaient nombreux à avoir quelqu'un à pleurer ce matin, il étaient tout aussi nombreux à avoir quelqu'un à venger désormais. Ils n'auraient plus peur de la mort. Rien n'était encore joué d'avance, mais Bashô pariait gros sur le fiasco tactique de la mesure prise par Sul Hei. De plus un tel acte ne pourrait être cautionné par Jaël ou Karui, il n'aurait aucun allié.

La politique n'est pas faite
Pour les sauvages ou bien les bêtes,
Il faut en avoir l'expérience
Et faire preuve d'omniscience...

[/color][/font]©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1417
Yens : 1902
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 18
Localisation : A Bashô Tokaï

Progression
Niveau: 137
Nombre de topic terminé: 54
Exp:
11/12  (11/12)
avatar
Bashô ¤ Recherché mort ou vif ¤

-



MessageSujet: Re: Réponse aux despotes   Mar 26 Juin - 23:17



Chers élus...



De quoi se composait une journée lambda d'un maire d'une ville en révolution religieuse et politique? Certainement de choses palpitantes et d'autres moins. Aujourd'hui Méphisto dans une apparence un peu trop pileuse à son goût, devait gérer plusieurs points qui demandaient à l'être au plus vite. Tout d'abord, et comme chaque semaine, il éplucha une tonne et demi de dossiers de tous les faits plus ou moins importants relatés par les journaux de Kosaten. A la moindre chose intéressante, il bondissait dessus et essayait de l'exploiter au mieux pour servir leurs intérêts. Il venait d'ailleurs d'en trouver une, de chose intéressante.

-Tiens tiens tiens... murmura-t-il d'un ton intrigué, alors comme ça Tenshi entame la grande reconstruction de Shiriaï? Tenshi qui est donc je résume la seule grande nation à n'avoir aucune intention belliqueuse à notre égard, a besoin d'aide et lance un appel de main d'œuvre? De plus nous sommes la ville qui aide les opprimés et répare les dégâts que les guerres ont causées! Cela sonne bien, c'est exactement l'opportunité qu'il nous fallait... jubila-t-il.

En effet il ne pouvait espérer mieux pour lui et son associé. Cet acte allait prouver non seulement aux habitants de Bashô Tokai mais également aux monde entier qu'ils tenaient leur promesse et étaient fidèle à leurs idéaux. Alors qu'on ne leur avait même pas demandé d'aide, ils se présentaient maintenant auxiliaire et cela totalement bénévolement. Un tel acte allait augmenter considérablement leur soft power, seul pouvoir efficace contre les armées puissantes et supremassistes des trois nations. En quelques minutes le parasite donna les consignes pour dépêcher la trentaine de maçons raisonnables qu'ils pouvaient envoyer en renfort sur Shiriaï et pour envoyer un émissaire les proposant et demandant de les téléporter, lui-même téléporté par le galet de Bashô. La seule contrepartie demandée à la nation de cristal était de loger et nourrir ces travailleurs le temps de leur séjour, ce qui était une bien piètre compensation en comparaison du travail fourni. Et une bonne chose de faite.

Mais que faisait Bashô pendant ce temps dans sa planque? Et non il n'avait pas le beau rôle, il y avait bien trop à faire ici pour qu'il puisse se tourner les pouces. Lui s'occupait plus de gérer les problèmes grandissant de la ville. La majeur partie du temps cela avait attrait aux décisions politiques de la ville, où aux mesures prises au niveau de la communication et de leur image. Étonnamment, il se débrouillait vraiment bien dans ces domaines d'ordre capital lorsqu'on veut s'insurger contre un monopole politique et militaire, quand bien même il n'avait encore jamais eu l'occasion de s'exercer sans jouer la vie de milliers de personnes. Peut-être justement parce que c'était un homme de terrain, cela lui donnait l'occasion de savoir de quoi il parlait, d'être bien plus terre-à-terre que la plupart des politiques et ainsi de viser bien plus juste. Pour l'instant ses résultats parlaient d'eux-mêmes.

Aujourd'hui le problème du jour était démographique: on ne savait absolument pas combien de personnes résidaient à la ville de l'espoir et aux alentours. Cela pouvait poser de grave problème d'anticipation de la surpopulation notamment. Et si on ne savait pas combien de personnes y résidaient, on ne savait pas non plus qui. Certes des plus basiques, cette épine dans le pied de notre élu ne pouvait être ignorée plus longtemps.

C'est pourquoi dans une lettre qu'il remettrait en personne à Méphisto, il décrivit les mesures qu'il préconisait et que son acolyte prendrait à sa place. Tout le monde devrait se faire recenser et ainsi que remplir un questionnaire court lors de son installation en ville après laquelle une plaque d'identité nominative lui serait remise. Sur chacune de ses plaques était indiqué l'emplacement de la tâche de naissance de la personne, de manière à ce qu'elles ne puissent être emprunté par quelqu'un d'autre. Les rares n'ayant pas de tâches de naissance recevraient un léger de coup de poinçon à l'endroit de leur choix. Ils présentaient les quelques failles du systèmes, mais ils seraient plus facile à surveiller.

Le questionnaire comprenait trois questions simples: "nom", "prénom" et "motivations". Aucun problème de compréhension pour les deux premières questions, quand à la dernière elle visait à comprendre ce que les gens faisaient ici. En effet ils ne venaient pas tous par idéologie, certains venaient également par but simplement commercial ou financier en espérant y trouver une vie meilleure, d'autres plutôt en tant que réfugiés politiques, certains par regroupement familial, etc. Cela permettait déjà de faire un tri entre les gens et voir quels liens liaient la ville à ses habitants. Une chose primordiale pour tenter de les contenter et de les garder.

Bien sûr ces mesures étaient inefficaces pour filtrer les gens voulant nuire à la ville -ces derniers n'ayant qu'à mentir- mais la milice les protégeait des simples brigands et des mesures antérieures d'éventuels assassinats à son encontre. Et puis ses questions de démographies seraient envolés suite à l'application de ces mesures. De plus, un autre avantage se profilait. Maintenant qu'un contrôle systématique serait rendu à l'entrée de la ville, ils pourraient également en profiter pour vérifier si un nouvel arrivant est un élu ou non. A chaque fois qu'un élu ferait son entrée par la grande porte, le grand patron serait au courant. Ce serait plus qu'utile.

En parlant d'élus, certains avaient répondus à son invitation. Vahl  lui avait renvoyé sa lettre disant qu'il se rendait vers la ville sur le champ, Zoro qu'il ne comprenait pas tout et qu'il venait lui aussi aussi prestement que possible éclaircir ce qui entachait sa compréhension, et Frisk un message de haine profonde. Si ce dernier comptait lui nuire, alors il serait malheureusement contraint de lui rendre la pareille. Il avait déjà sa petite idée sur comment s'y prendre pour mettre un élu gênant hors jeu, mais il espérait sincèrement ne jamais avoir à l'appliquer à Frisk. Après tout il n'avait encore jamais vu son plein potentiel et il espérait ne jamais le voir.

Une autre lettre avait été écrite de la main d'Ellen, ou du moins signée par son nom. Il ne savait pas qui cherchait à lui faire une farce mais ses services de renseignement laissez à désirer. Ellen était morte il y avait maintenant plusieurs semaines de cela. Il était bien placé pour le savoir puisqu'il l'avait vu mourir sous ses yeux. A moins que les élus puissent ressusciter...? Non, c'était absurde. Et puis jamais quelqu'un d'aussi hystérique parlerait sur un ton aussi mielleux à son assassin. La trace de rouge à lèvres était presque faite pour l'amuser. "Cela aura au moins eu le mérite de me divertir" se dit-il en la jetant à la poubelle.

Il n'avait pas une seconde à perdre à jouer avec quelqu'un se faisant passer pour une morte.

©️MangaMultiverse

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Réponse aux despotes   

Revenir en haut Aller en bas
Réponse aux despotes
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» J'ai posé la question..en sachant la réponse
» [JEU!] Question bête...réponse idiote!! xD
» Réponse Rapide
» En réponse à votre demande de partenariat !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Les villes et villages marchands :: Bashô Tokaï-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.