Partagez | .
Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]
Messages : 41
Yens : 150
Date d'inscription : 20/11/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Rachel Gardner ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Dim 24 Juin - 22:34

Bienvenue dans le monde de Kosaten. Vous avez gagnez un ticket fabuleux. Un aller simple pour la mort. Un aller simple pour de nouvelles aventures… Un aller simple pour la solitude, la rage et la peine et la guerre.

C'est stupide. Ces pensées me hantent. Je n'ai pas voulu me retrouver ici à être une marionnette pour un Dieu. Ni moi, ni Zack n'avons rêvé d'un monde comme celui-ci. Avec un soupir, je me serre contre le hoodie d'Isaac pour humer son odeur. Cette odeur de sang, de poussière et de sueur me réconforte et me fait sombrer. C’est le seul objet qu’il me reste de lui. Il a disparu de ma vie sans crier gare. Comme ça... Ce matin. Sans un Au revoir, sans lettres, sans rien. Je suis encore seule comme toujours. Abandonnée comme une poupée qu’on ne veut plus. Ma vision s’embrume et je mords mes lèvres. Putain Zack, je te déteste de m’avoir laissé ici. Tu aurais au moins pu m’emmener avec toi ! Je ravale mes larmes alors que je tremble. Je suis dans un mauvais rêve. Reviens-moi. Fais quelque chose, mais ne m’abandonne pas. Tu sais que je…

- Je vais…
Son rire stupide qui résonne dans le vide. En écho dans mes oreilles.

- Je peux t’aider. Raconte-moi tout, Rachel.

C'est stupide. Je me retourne. Je détourne le regard derrière moi. Un homme se tient assis. Les rayons du soleil le traversent, de même que les zébrures du plancher. Cet homme : il annote des papiers sur ces jambes croisées. Du sang sur son visage, sur ces mains et son sarrau de médecin. Je m’assois en indien, tenant le hoodie comme un doudou pour me sécuriser.

Tout ce que je désirais c'était de vivre. Simplement. S'amuser sans penser aux conséquences... J’aimerai tuer pour effacer cette douleur. Il a un large sourire. Ça l’amuse ? Il acquiesce comme s’il pouvait lire dans mes pensées, puis son sourire se déforme en un rictus. Ça me fait quelque chose ? Peut-être Docteur. C’est frustrant de ne pas pouvoir se défouler. Avez-vous des seringues hallucinogènes ? Que je puisse me piquer pour rêver d’autre chose ? Rêver qu'Il soit encore à mes côtés ? Il secoue la tête. Je le supplie du regard de ne pas aller sur ce sujet-là. Je le supplie de me venir en aide et il me sourit avec ce même sourire qui me fait froid dans le dos.

-  Je suis malade, Danny. Il était ma... famille. Je ne veux plus être seule…
- Quel dommage. Vois-tu, Rachel, personne ne peut t’aider. Il ne reviendra pas et tu le sais bien.

Son regard sérieux. Il se penche et je sens sa main fantomatique contre ma joue. Une caresse froide d’une illusion que j’invente. Son visage s’embrume alors que mes larmes coulent sur mes joues. J’enfonce mon visage dans le sweater en reniflant. Non, non et encore non. J'ai demandé à ne plus souffrir, Danny. Maudit docteur... Je déteste Danny. Ça doit le faire rire de me voir pleurer ainsi la disparition de mon seul ami.

-  Je suis ton ami, Rachel. Dis-moi ce que tu désires.

Une voix enfantine qui résonne à mes oreilles. Un garçon roux en salopette boueuse est assis à mes côtés. Une pelle rouillée sur l’épaule. Je soupire et j'essuie mes larmes. Oui, Eddie. Le bon fossoyeur de la tour. Il va pouvoir m’aider ? Probablement ? Je suis perdue. La souffrance disparait en mourant, n’est-ce pas. Ça peut être une solution ?

- Mourir ?
L’enfant éclate d’un faible rire et je sens une main fantomatique sur mon épaule.  
- Personne ne va te pleurer et se souvenir de toi si tu meurs... Tu crois vraiment que c’est la solution à ton problème ?

Il me donne un large câlin. Le froid me fait trembler et les poils de mon corps se relèvent. Non, je ne veux pas mourir seule. Je désire avoir quelqu’un à mes côtés… Non, je dois me montrer forte sans lui ? Mais comment ? Je secoue la tête. Danny avait raison, mais je ne veux pas lui donner ce point. Zack ne m’aurait jamais abandonné… Non, il doit avoir des explications, mais je ne pourrais jamais les savoir. C’est vain et pitoyable. Ni la mort, ni les drogues... Non, rien de tout ceci ne peut m’aider à surmonter sa disparition.
Un coup de cravache fend l'air. Je distingue une silhouette féminine. Des talons hauts qui frappent sur le plancher. Cathy... Eddie soupire, le câlin se rompt. Je me sens mieux.

-  Elle veut se tuer pour Isaac. Il ne la mérite pas.

Je resserre mes mains contre le tissu. Non. Mais, il a brisé notre promesse. Je pouvais bien la briser à ma manière ? Ou bien, je devais continuer à vivre et abandonner tout ce que j’ai connu de lui ? Elle joue avec sa cravache, la faisant claquer dans le vide avec un regard enjoué.

-  Ce vieux Révérend pensait que tu avais une place spéciale partout où  tu allais. Qu'en penses-tu ? Tu ne vas pas pleurer éternellement ce garçon, tu es plus maligne que cela. Bon, oui, tu as raison de vouloir te morfondre, mais arrête de pleurnicher bêtement.

C’est vrai que je me sens frustrée de se sentir ainsi vulnérable. Parce que je n’arrive pas à trouver une solution pour me relever de la disparition de ma ‘’famille’’. C’est nul. Je soupire et j’enfile le vêtement par-dessus mon t-shirt. Comme ça, il sera un brin avec moi… J’essuie les sillons de mes larmes sur mes joues et les illusions disparaissent. Ça ne valait pas la peine de… faire cette crise. Il fallait que je me battre à nouveau... Même si ça me faisait énormément mal de perdre Zack. Je me relève et je décide de prendre l’air pour chasser mon blues. Le soleil me fit cligner des paupières. J’arpente les rues et sans savoir pourquoi je me dirige vers la plage. L’écume lèche mes pieds, alors que j’observe le mouvement lointain des vagues avec mes yeux ternes et quelques bestioles sur la plage qui semblent dormir.


Dernière édition par Rachel Gardner le Ven 28 Sep - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël R. Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Ven 6 Juil - 16:24



Le visage d'un nouveau horizon...
Feat. Rachel~ <3



"Maître, nous vous expliquerons tout cela plus tard..."

Ouais, vraiment terrible de savoir qu'on avait perdu une grande partie de not' mémoire. Des tas de choses importantes oubliées, jetées à la poubelle. Le Baskerville était furieux, du moins, encore plus que d'habitude. Avoir tant de questions en suspens dans son esprit le tourmentait, et cela le rendair excessivement nerveux. Il n'aimait pas se sentir autant perdu. Il avait besoin de réponses, mais aller dans les Abyss pour parler tranquillou avec ses chains s'avérait être vachement compliqué. Après tout, à côté, t'avais un clone de lui-même, alors qu'il se trouvait en taule, et t'avais une marionnette parlante, qui lui donnait des flashs d'une fille à couettes, et aux yeux azurs.

Pour se rafraîchir les idées, le louloup avait décidé de se promener un peu au bord de la plage. Sentir le vent souffler sur sa peau et ses vêtements était assez agréable. Le bruit des vagues qui tombaient sur le rivage était plutôt reposant aussi. Sa cape écarlate volait un peu, et ses chaînes accrochées au bijou doré dans ses cheveux tintaient en s'agitant sans arrêt. Le néo-seikajin s'assit donc sur le sable chaud, en tailleur, admirant l'horizon bleu clair sans un mot, les yeux mis-clos. Il savait pas trop quoi faire dans ce monde. Il chassait les hors-la-loi, il gagnait de l'argent en rendant quelques services... Et ? Quoi d'autre ? Il s'ennuyait. Être seul, sans ses potos Baskerville était déprimant.

"Lottie... Fang... Doug..."

Ouais, ils lui manquaient beaucoup. Vraiment beaucoup.
L'ex-fuyujin décida de fermer ses paupières, se reposant quelques instants avant d'entendre des bruits de pas s'approcher dangereusement de lui-même. Intrigué, il se releva en sursaut. Il était connu comme étant un justicier dangereux pour les criminels. Alors il n'était pas surprenant que l'un d'entre eux tente quelque chose... Mais Zwei ne trouva rien d'autre qu'une pauvre petite fille, blondinette, qui regardait les animaux couchés sur la plage. Haussant un sourcil, et assez gêné d'avoir fait tout un spitch juste pour une gamine, il se frotta la nuque avec un sourire nerveux.

Hum... Hey ! Tu fais quoi toute seule ? Où sont tes parents ?

C'était pas la première fois que notre héros rencontrait des fillettes isolées... Ça commençait à être assez creepy...

 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 41
Yens : 150
Date d'inscription : 20/11/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Rachel Gardner ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Mar 10 Juil - 20:50

Je soupire. Il n'y a rien à faire sur cette plage. Une longue étendue de sable blond ornée de débris de bois, de coquillages, de bestioles étranges, de vieilles carcasses de barque et de filets de pêche. Non, cet endroit n'offre vraiment rien pour me stimuler. Au contraire, il m'endort.

Je m'assois sur un des rochers plats qui surplombent l'étendue des vagues en soupirant. La douce brise s'infiltre sous la veste de Zack. Je ne sais pas quoi faire. Je suis à nouveau désorientée dans ce monde que j'essaie d'apprivoiser. J'entends quelqu'un me parler et me demander ce que je faisais ici et où étaient mes parents. Au début, je ne pensais pas que ces mots étaient pour moi. Je tourne mon visage vers une fille à la chevelure argentée et qui porte un manteau rouge. Je ramène quelques mèches blondes derrière mon oreille et je baisse mon regard terne. Un faible éclair de réflexion y danse. Qu'est-ce que ça change que cette personne saches que je n'aie plus rien du tout. Pas grand chose. C'est des choses qui arrivent à tout le monde n'est-ce pas ? Oui, sauf que dans mon cas, j'ai tué mes parents. Je pense qu'il est inutile d'ajouter ce détail à la conversation. Je mordille mes lèvres et je darde mon regard dans le sien. Je sens ma gorge se nouer, mais je prend un ton banal comme si cela ne m'affecte pas.


- On m'appelle Rachel. Mes parents sont morts devant moi et la seule personne que je considérais comme mon grand frère a disparu ce matin...  Cette veste trop grande est la seule chose qu'il me reste de lui.


Je prends une courte pause et je plonge mon regard vers l'horizon. C'est tout. Il n'y a pas un pire résumé que celui-ci. De plus, parler de tout ceci n'a rien de réjouissant. Je soupire et je secoue la tête. Je fais éclabousser les vagues en bougeant mes pieds dans l'eau. Un geste enfantin, mais qui me rend heureuse momentanément. J'esquisse un faible sourire et je tourne mon minois vers la femme, lui faisant signe si elle le désirait de venir s’asseoir à mes côtés.

- Je me suis dit... que la plage apaiserait ma peine, mais ce n'est pas le cas... Je ne sais pas quoi faire et je ne viens pas d'ici. Et toi ? Que fais-tu ici ?

Je ne sais pas quoi répondre de plus intelligent et de plus juste. J'ai répondu à ces questions, c'est déjà un petit plus, considérant mon humeur oscillante et ennuyée depuis le départ de mon ami. Après tout, les gens n'ont jamais fait attention à qui je suis parce que j'ai toujours été un peu morte dans mon âme et un peu spéciale... Mais peut-être que cette jeune fille va rester. Elle semble gentille et se souciait de moi après tout... Je ne sais pas, mais j'espère un brin que ça soit le cas. Il doit bien avoir quelque chose à faire ici. Cette idée me fit proposer à tout vent, comme une bouée de sauvetage à la mer.

- Peut-être que je pourrais fabriquer des colliers avec des coquillages... Tu en penses quoi ?

Une immense bouée de sauvetage et pas subtile, mais je n'ai pas envie de me morfondre ici. J'ai envie de discuter et de faire autre chose, peut-être en compagnie d'une personne qui saura me comprendre ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël R. Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Mar 17 Juil - 18:55



Le visage d'un nouveau horizon...
Feat. Rachel~ <3



Not' louloup avait remarqué la grosse veste sur les épaules de la gamine qui venait tout juste de s'assoir sur un rocher qui surmontait un peu. Le traître de la nation des adorateurs du dragon bleu la regardait avec curiosité. Elle semblait... Vide ? C'était trop bizarre. Les enfants étaient généralement tout souriants, tout énergiques... Là, elle était molle. Elle ne tirait pas la gueule, elle avait seulement une tronche de blasée. Totalement stoïque. C'en était perturbant. Un peu trop pour le lieutenant du clan des dieux de la mort écarlates. Le lycanthrope se releva, et écouta la petite fille blonde lui parler.

Elle se dénommait Rachel, elle avait perdu ses parents, et un mec qu'elle considérait comme son grand-frère, dont il ne restait plus que la fameuse veste qu'elle arborait. C'était bien triste. Mais ne devait-elle pas être en larmes ? Le néo-seikajin se gratta les cheveux, un peu pris au dépourvu. Il s'attendait clairement pas à ce genre de révélation. Il se demandait si c'était une blague pas drôle, mais il n'y avait personne aux alentours pour rire. Sinon, il l'aurait senti, avec son odorat surdéveloppée. Haussant des épaules, il la laissa continuer, sans un mot.

Elle fixait l'océan avec un petit côté nostalgique. Elle souffla longuement, même, juste avant de sourire à notre protagoniste aux cheveux argentés. Elle l'invita même à s'assoir près d'elle d'un simple geste de la main. Le faux-mâle acquiesça timidement, puis se mit près d'elle, un peu perplexe. Elle voulait se calmer en se promenant à la plage, un peu comme not' fidèle justicier. Celui-ci fut plutôt intrigué par la remarque du "je ne viens pas d'ici". Se dire tout de suite que cela pouvait être une élue pouvait sembler ridicule, mais la veste et sa tenue n'allaient pas avec l'époque de Kosaten. Il resta néanmoins silencieux, préférant la laisser parler encore un peu, avant de pouvoir lui répondre, et lui poser la question.

Elle voulait faire des colliers avec des coquillages ? Pourquoi pas, ça avait l'air amusant. Et puis, ça fera passer le temps. Le maître des fils savait qu'elle tentait de créer une discussion. C'est pourquoi il lui offrit un charmant sourire, avant d'enfin reprendre la parole, d'une voix tendre :

Je suis venu comme toi pour me reposer. En fait, je suis amnésique, et je cherche à retrouver la mémoire. À repondre à toutes ces questions qui me hantent l'esprit..., en effet, il était très difficile de vivre en sachant avoir oublié tant de choses de son passé... Une mauvaise sensation de déjà vu constante. Surtout que ce n'était pas la première fois qu'il perdait la mémoire... Sinon... Je m'appelle Zwei. Zwei Baskerville. Et je pense que oui, ça serait plutôt cool de faire des colliers. Bon, j'sais pas trop en faire, donc je suppose que tu pourras m'apprendre ? Hehe...

Il marqua une pause, pour après regarder l'horizon, comme l'enfant à ses côtés avait pu le faire. Il se souvint qu'il devait lui poser la question, au sujet de la nation dans laquelle elle pouvait être potentiellement assignée... Reprenant un regard plus sérieux, il se lança :

Est-ce que tu as trouvé une marque sur ton corps ? Un phénix ? Un serpent ? Un dragon ? Quelque chose que tu n'avais jamais avant. C'est important.

Lui demanda-t-il calmement. Il pourra lui expliquer certaines choses...

 


Dernière édition par Zwei Baskerville le Dim 5 Aoû - 17:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 41
Yens : 150
Date d'inscription : 20/11/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Rachel Gardner ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Mar 24 Juil - 1:15


  Le visage d'un nouveau horizon - Zwei  


Je reste silencieuse, le temps que mon interlocutrice prenne sa décision. Elle s'avance vers moi et s'assoit à mes côtés. Ça me soulage. Il fallait dire que je n'aie pas eu grandes occasions de pouvoir me lier avec les villageois. En fait, avec personne tout court. Il y a bien eu cette étrange dame, le jour de mon arrivée et les quelques personnes qui louent une chambre à l'auberge, mais c'est tout, je n'ose pas approcher les autres.

Alors comme ça la personne à mes côtés était amnésique ? Je baisse le regard et je croise mes mains ensemble comme pour prier. Ça ne doit pas être très facile pour celle-ci. C'est différent de faire semblant d'oublier et d'avoir perdu ses souvenirs. J'esquisse un sourire agréable envers elle. La jeune fille se prénomme Zwei. Je me dis que c'est un drôle de prénom pour une fille, par contre son nom de famille me semble familier. Où j'ai pu l'entendre ? Dans un livre ? Voyons... Ah, c'est ça le chien des Baskervilles. Mais, je doute réellement que Zwei ait un quelconque intérêt pour ce type de roman ou qu'elle soit reliée à cette histoire. Je préfère taire la comparaison pour ne pas l'offusquer.

« Ça ne doit pas être facile de récupérer tes souvenirs... Je suis désolé de l'apprendre. D'ailleurs, tu n'as pas un lien avec quelque chose qui se nomme le chien des Baskervilles ? »

Malgré mon visage stoïque, il y a une pointe de compassion dans ma voix. C'est certain que Zwei a perdu plus que moi, mais elle semble forte et ça m'impressionne. Sombrement, d'une certaine façon, elle me rappelle mon ami. Elle m'informe qu'elle désire apprendre à filer des colliers. Une discussion anodine, mais ça me convient. Ça fais longtemps que je n'ai pas pu m'amuser. Juste quelque chose de simple qui ne met pas ma vie en danger, ni celle d'autrui. Alors que je regarde également l'horizon, mon regard s'assombrit. J'essaie de me raisonner que ne pas lui avoir confié plus que le nécessaire sur mon passé lui permet de ne pas prendre mon propre fardeau. Mais le brin de confiance qu'elle a à mon égard me rend désorientée. Je tourne ma tête vers elle, la questionnant du regard, mais je ne pose pas les questions qui me brûlent sur le bout de la langue.

« Oui, je te montrerai comment coudre. »

J'agite mes manches et les remonte jusqu'à mes coudes où je les roule plusieurs fois pour éviter qu'elles se défassent lors de mes recherches. Je saute en bas du rocher et fixe le sol. Le vent s'engouffre sous mes vêtements et soulève ma chevelure. Je m'assois contre le sable et je semble indifférente à l'eau qui infiltre mon short et le pan de ma veste. Je fais un geste pour retirer mes bottines, mais je m'arrête dans mon mouvement lorsque Zwei évoque les ''marques''.  

« Une marque ? »

Je semble surprise et j'écarquille les yeux. Du calme, Ray. Elle ne te veut pas du mal... Je me rappelle la conversation que j'avais eue. Enfin, si on pouvait nommer cela une conversation. J'avais cru ce jour-là que c'était une divinité. En espionnant les conversations des clients de l'auberge, j'avais appris qu'il s'agit d'un territoire. Bref, pour moi, une divinité ou un territoire. Qu'est-ce que ça peut changer dans ma vie ? Je baisse le regard vers mes bottines. Mon fameux serpent est sur ma cheville droite. Si j'ose les enlever devant Zwei, elle va la remarquer facilement.

« Hum... »

Dois-je lui révéler que j'en ai une ? Si elle me le demande, c'est parce que... La jeune fille doit avoir des informations à ce sujet ? Qu'elle s'inquiète pour moi ? Zwei a bien mentionné le mot ''Important", mais je commence à avoir peur. Je crains que d'avouer que j'en possède une va m'attirer des ennuis. Mes fantômes me suivent encore ici et j'entends le vent siffler à mes oreilles, les mots méchants de mon Danny imaginaire. Personne ne peut m'aider... Je me redresse. Non. Non... C'est faux. Je m'enfonce dans les vagues jusqu'à mes genoux. J'enlève mes bottines et les lancent vers la plage. Elles s'écrasent mollement près du rocher où est assise Zwei. Voilà, comme ça, la jeune femme ne peut pas voir mon tatouage.

« J'ai entendu dire que les ''élus'' les possèdent pour les différencier des habitants et... »

Je réfléchis. Ma première impression me revient en mémoire et d'une tonalité hésitante, je continue ma
phrase :

« Qu'ils sont ici à cause des ''divinités ?'' »

Je me promène en scrutant les pierres et rochers qui miroitent comme des trésors. Je remonte mes mèches qui obstruent ma vision derrière mes oreilles. Quelques petits poissons s'éloignent sous mes pas, tandis que d'autres s'agglutinent et nettoient mes pieds. Ça me chatouille...  Je ne peux pas tenir mon déni, ni mes mensonges. J'en ai marre de devoir faire semblant, de mentir et de dire la vérité en même temps. C'est peut-être la seule personne qui va pouvoir me m'expliquer cet environnement. Je me penche et extirpe un coquillage d'entre deux roches. Je secoue la tête et l'observe sous les rayons du soleil. C'est rond et marbré. Une bille surement. Je la range dans ma sacoche et je me tourne vers Zwei, les mains jointes en prière.

« Je ne sais pas à qui faire confiance, mais tu sembles être quelqu'un de bien. Quand, je disais ne pas venir d'ici. C'est que je ne me rappelle pas comment j'ai fais pour... arriver dans ce monde. Tout ce que je me rappelle, c'est que j'ai sauté d'une fenêtre d'un asile et je me suis réveillée dans l'auberge de ce village avec une cheville qui me faisait boiter. Quelques jours plus tard, une femme m'a dit que je devais être une élue de Minshu... Mais, en vérité, je ne sais pas si je dois avoir peur de tout ceci et si ça doit me concerner. »

À vrai dire, je ne sais même pas si elle va me croire. Surtout à l'évocation de l'asile, Zwei va probablement se demander si je ne suis pas une personne dangereuse... Mais, il est désormais trop tard pour reculer, maintenant que je lui ai confié mes pensées.


Dernière édition par Rachel Gardner le Mer 26 Sep - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 569
Yens : -400
Date d'inscription : 07/01/2017
Localisation : ...

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Anaël R. Amitiel ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Dim 5 Aoû - 18:11



Le visage d'un nouveau horizon...
Feat. Rachel~ <3



Oh non, ce n'était pas facile. Lorsque cela lui revenait, pour X ou Y raison, souvent en s'approchant d'un lieu familier, ou vivant une situation similaire, il se sentait mal, une migraine le torturant pendant plusieurs longues minutes qui pouvaient paraitre jours, tant la douleur semblait lente. Le Baskerville souhaitait bien connaitre tout ce qu'il avait pu vivre. Et pourquoi il subissait tout cela. Il devait sûrement y avoir une raison pour ainsi tout perdre tout à coup. Une attaque magique d'un vilain sorcier tout pas beau ? Un choc, suite à un traumatisme ou un accident ? Il n'en savait rien et cela le perturbait. Serrant les dents à cette pensée, il poussa un lourd grognement sourd. Il ne supportait pas ces conneries. Il voulait que tout ceci se termine, et très vite, parce qu'il en avait ras le bol.

Mais quand la petite gamine aux cheveux dorés se décida de le comparer au chien des Baskerville, un petit livre de la saga Sherlock Holms, Zwei plissa des yeux. Il les tourna vers l'enfant comme pour lui balancer un "Are you serious, kid ?", et remit bien sa cape, quelque peu vexé par cette petite remarque. Il n'était pas un chien, mais un loup ! Un animal sauvage, indomptable...! Bon, la blondinette ne le savait pas, so, il ne pouvait pas se permettre de la malmener !... Wow, dit comme ça c'est sacrément chelou, surtout lorsqu'on est dans un univers où les trucs louches, y en avaient masse ! La pédophilie était quelque chose de, malheureusement, très populaire dans ce p'tit monde. En y pensant, il se figea, son visage devenant même pâle. Comment pouvait-il oser songer à ces choses aussi crades ? Et depuis quand il était attiré par les gosses, ce fuyujin indigne ?! Il se frotta la nuque, tout honteux, et dit, presque en grommelant :

Non... Je n'ai aucun lien avec... À vrai dire j'ai jamais lu ce livre. Je viens d'un clan qu'on appelle les Baskerville. Un peu compliqué de tout expliquer, mais j'étais le lieutenant. On peut être comparé à des justiciers...

Des... Justiciers... Ouais, c'était ça, en quelque sorte. Malgré les grosses conneries qui s'étaient passés, les dieux de la mort, comme ça qu'ils étaient surnommés, cherchaient à faire le bien. Ayayay, se souvenir de tous les moments passés là bas... De son décès bien plus que médiocre, lui faisait à la fois du bien et du mal. Il avait eu des passages joyeux, mais aussi de mauvaises phases. Après tout, n'était-il pas un criminel, à l'origine ? Un tueur impitoyable, qui avait vécu enfer et prison ? Il soupira, puis sourit à nouveau lorsque la jouvencelle se accepta de lui apprendre comment s'faire des colliers en coquillages. Il était tout de même vachement intrigué par ce côté impassible qu'elle avait, quand même. Elle ressemblait un peu à Echo, sa servante, mais aussi son double sans émotion, dans le regard. Alors, quand elle se jeta par-terre pour remonter ses manches et enlever ses bottines (pour certainement aller dans l'eau), le lycan se laissa doucement plonger dans la réflexion. Cette fille le rendait curieux, vraiment curieux.

Dès que ce dernier lui posa la question au sujet d'une quelconque marque sur le corps, Rachel fut en quelque sorte... Paralysée subitement ? Elle resta dans cette torpeur quelques instants avant de répéter ce mot. Perturbé, le néo-seikajin la fixa, ne comprenant point ce qui lui arrivait. Quand elle lança ses chaussures, le transgenre eut un petit sursaut, ne s'y attendant guère. Elle se déplaça un peu en reprenant la parole. Exact. Elle savait donc comment ils étaient arrivés ici. Se mettant en tailleur sur le rocher, et soutenant sa tête, il la scrutait du regard. Il lui accorda le temps de prendre une petite bille dans l'eau, toute brillante, et de se retourner pour terminer son tour de parole. Une élue de minshu, donc ? Une petite fille originaire d'asile... Non, il n'y avait jamais pensé. C'était plutôt décontenançant, mais il était bien le dernier à pouvoir la juger pour cela, avec tout ce qu'il avait pu vivre... Croisant les bras, il redressa son dos, et s'exprima avec un faciès chaleureux pour la rassurer :

Asile ? Eh bien, eh bien ! Ça, je m'y attendais pas !, il rit un peu, avant de poursuivre gaiement, C'est ça. Les élus ont été choisis par les dieux. Dans ton cas, c'est Manshe, le dieu serpent, qui t'a balancé ici. Le but ? Faire la guerre pour lui, lui rendre des petits services... Jamais encore on a pu trouver le moyen de rentrer chez nous, néanmoins. Personnellement, je suis un élu de fuyu. Mais j'ai réussi à trouver la force de me rebeller contre le sceau de Long, pour aider la nation que mon cœur a choisi, Seika ! Ne t'inquiète pas, nous ne sommes pas ennemis. Seulement Fuyu est la nation que Minshu et Seika craignent. Avec un roi dictateur, c'est tout à fait normal... Bref. Tu es un peu loin de ta nation ! Faut que tu te diriges vers l'Est. Je te montrerai. Des gens pourraient t'expliquer mieux que moi ce que tu as à faire, hehe.

Et il montra toutes ses dents en fermant joyeusement les yeux. N'était-il donc pas un bon sensei ? Il ne laissera pas cette gamine partir seule néanmoins. Cela serait une honte pour un protecteur tel que lui.

Par contre, tu sais pourquoi ils t'ont balancé en asile ? C'est rare d'avoir des enfants là bas, nan ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 41
Yens : 150
Date d'inscription : 20/11/2017

Progression
Niveau: 6
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
3/6  (3/6)
avatar
Rachel Gardner ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   Mer 26 Sep - 21:24


  Le visage d'un nouveau horizon - Zwei  


Un peu plus tôt, Zwei m'a informé qu'il n'a aucun lien avec le livre de Sherlock Holmes et était un justicier. En vérité, je doutais de la véracité de mes propos. Ce n'était qu'une question pour passer le temps. Quelque chose pour faire connaissance, mais qui étais-je pour le juger. Comme ça, il était quelqu'un qui se bat pour la justice ? Je penche la tête sur le côté et le dévisage. Je remonte une de mes mèches et rapidement, je finis par tresser sommairement ma chevelure. Je détache mon bandeau sur mon cou et je lui fais un double nœud pour retenir le tout. Alors comme ça... Ces divinités désirent vraiment qu'on leur obéir. C'est vraiment nul tout ceci. Je reprends mes pas et scrute le rivage à la recherches de ces fameux coquillages. Mon regard se fait sombre à mesure que Zwei m'informe qu'il n'y a aucun moyen de retourner dans mon monde d'origine. Il essaie de me rassurer probablement ? Je ne désire pas retourner dans mon monde décoloré et malsain. Est-ce qu'il essaie de me dire de ne pas pleurer ? Ce n'est pas comme si... Je suis consentante d'avoir ce sceau et d'être dans cette situation. Il m'annonce une histoire où lui, il a pu se déroger aux ordres de sa marque... Mais probablement après de longues aventures... Une chose que je ne désire pas en ce moment.

Je me redresse et je pose une main sur ma joue. Pensivement. Sombrant... Il sourit et rit. Il m'explique une histoire d'alliance entre les différentes nations que je ne comprends pas vraiment. Une guerre entre ces divinités qui règnent ici... Je mords mes lèvres. Non. Simplement non. Quelques phrases du révérend me résonnent en mémoire : «Si ta croyance va à l'encontre de la mienne, je dois t'éliminer, car tu parjure mon Dieu.» Je tais un soupir. Ça semble être le cas de ce monde-ci.

«...Différents dieux ne peuvent pas coexister ensemble... J'aimerais te croire, mais... Mon coeur n'appartient pas à cette divinité que tu m'associes. Le seul dieu que je sers...»

Je me retourne pour lui faire dos. Je sens mon cœur lourd et je tais mes pensées. Le seul dieu que j'ai prié... Que je souhaite, c'est la mort. C'est lui. Cet individu qui ne m'a laissé que cette veste tâchée de sang. Ce garçon imbécile et sauvage. Zwei me demande pourquoi j'ai été enfermé. Comme si tout ça n'était qu'une saveur ou le titre d'un livre. J'ai envie de hurler. Je sens ma colère infiltrer chaque parcelle de mon être. Je marche entre les vagues jusqu'à ne plus toucher le sol. Je revois les flammes m'entourer et cet homme de foi devant moi clamer qu'il était le seul et unique être qui représente Dieu. Je suis affiliée au serpent vil... Le serpent vil qui a suivi chaque pas dans cette chapelle pour me dévorer. Ces récits que je porte sur mon cœur pour me prouver que je suis vivante. Ce monde est voué à la destruction... Je n'en ai rien à cirer de ce Manshee, de ce monde, de cette guerre. De ce dieu qui se moque de mes sentiments depuis le début.

Je plonge. Si je suis vraiment une élue... Je reste en suspens, me faisant bercer et porter dans le courant. Dans la noirceur. Contre ces flammes. Ce sourire et ce rire qui résonnent à ma mémoire. Cet être divin ne m'aurait pas enlevé ma raison d'être. Au lieu de cela, j'erre et je fabule, récupérant des morceaux éparpillés de mes hantises et de mes rêves brisés. Je regarde le bûcher m'engloutir et j'ai envie de hurler alors que je rejoins la surface de l'eau. Hurler jusqu'à ce que ma voix se fatigue. De crier ma douleur, de me torturer l'esprit, encore et encore jusqu'à ce que je perds encore pied dans ce bûcher. Je vois le révérend esquisser un sourire et ouvrir ces bras à travers les nuages, me disant : Ton dieu n'existe pas.

«Non, révérend... Il n'a jamais existé... Même pas ici...»

Un murmure qui me fait reprendre conscience que cette mer de flammes n'est que l'océan qui m'a engloutie alors que je nie tout ce qu'on daigne m'apprendre. Me voilà complètement mouillée. Je me retourne, Zwei est toujours sur son rocher. Qui m'attend. Qui doit avoir peur de m'avoir vu sombrer sans raison dans cette océan. Je ne veux pas servir ce Manshee, je ne veux pas maintenant. Je rejoins la rive en quelques brassées. Le sable tiède qui se colle à mes pieds.

Mon regard est blasé. Cette jeune fille veut vraiment savoir qui je suis où ce n'est qu'une curiosité désintéressée ?  Je retire ma veste et l’essore. L'eau salée s'égoutte sur mes pieds. Je fixe Zwei et j'esquisse un mince sourire.

«Le seul dieu, celui... de la mort... Que j'ai servi n'existe même pas et ne sera jamais reconnu ici. Je pense que je vais suivre ton conseil, même s'il ne m'enchante pas. Et, ce qui importe dans les asiles, se sont les fous, n'est-ce pas ? Qu'importe s'ils sont enfants ou adultes. »

Je remets la veste autour de mes épaules comme une cape. Je ne suis pas cinglée. Enfin peut-être... Je ne veux pas comprendre le bien et le mal... Je n'agis que par mes instincts. Je viens m'asseoir à ces côtés, tremblotante un peu, mais je m'en fiches. J'ai envie de sentir mon cœur battre, le sentir se contracter sous le froid. Laisser les gouttes glisser sur mon corps, car j'en ai besoin. Me sortir de mon état.

J'entends dans le murmure du vent, la voix de Zack qui me gueule un bon : «Tu n'es pas cinglée... Tu es extrêmement PLATE.» Je m'empêche de rire et je lèves mon regard vers le ciel. Imaginer mon ami meurtrier à mes côtés comme s'il ne m'avait jamais quitté, va m'aider ? Je l'espère. Je ravale ma salive. Je cherches mes mots pour répondre à cette question d'asile... Je tourne ma tête vers l'albinos. Elle doit souffrir de son amnésie, je ne désire pas l'importuner avec mes histoires. Je me mordille les lèvres et je laisse un soupir. Qu'est-ce que ça peut bien faire, je ne suis qu'une orpheline désormais.

«... Mes parents... sont morts à cause de moi. J'ai provoqué leur mort. Puis après j'ai été enlevé et dans un bâtiment... j'ai rencontré la seule personne que je considère comme mon frère, Zack. J'ai décidé de m'enfuir avec cette personne... Nous avons tué des gens, car nous pensions que c'était notre seule option pour atteindre la sortie de cette tour. Enfin plus lui que moi.»

Je reste silencieuse quelques moments. J'ai l'impression que mon histoire sonne comme un tissu de mensonges, mais elle est véridique.

«Quand nous avons réussi à nous enfuir, Zack a été arrêté et accusé de la peine de mort pour les crimes qu'il a commis. J'ai été placé dans une sorte d'asile ou hôpital pour soigner mes traumatismes. Je sais que je suis une criminelle et que je ne pouvais que vivre avec lui... C'était pour m'enfuir à nouveau avec lui. Et je me retrouve encore privé de lui, dans ce monde.»

Je sens mon regard se troubler. Je doute que cette personne accueille ce récit avec un sourire. Peut-être qu'elle a raison de me dire que je devrais rejoindre là où vit ma divinité. Errer dans ce village ne peut pas m'apporter grand réconfort avec tout ce qui s'est produit depuis mon arrivée. De nier me fera encore plus mal... Mais sans LUI, je me sens à nouveau désorientée. J'ai besoin de quelque chose à quoi m'accrocher.

«Je sais que ça parait... improbable, mais c'est la vérité. Et si tu ne me crois pas, ce n'est pas quelque chose qui va me mettre en rogne. Je me sens incapable de pouvoir servir ma divinité, à cause de tout ça. Il m'a enlevé la seule raison que j'avais d'être vivante à l'intérieur de moi-même... Mais, si tu dis que j'aurais une autre raison à Minshu, j'aimerais bien que tu m'accompagne pour y aller. Merci.»

J'esquisse un sourire en coin pour le rassurer et lui tapote la main. Comme pour lui dire que je suis capable de faire ce qu'il me demande.. Qu'en vérité, je ne suis qu'une enfant qui a trop peur de l'inconnu et qui s'accroche bêtement aux gens pour survivre. Un peu comme en ce moment avec mon cœur détruit et ma rage contre cette entité que j'apprendrais probablement à accepter.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
Le visage d'un nouveau horizon [pv Zwei] [terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouvel emploi, nouveau mode de vie (TERMINÉ)
» Un nouveau voyage [ feat. Hakuryuu ] [terminé, suite archipels]
» Kit pour le nouveau Sagittaire -> Commande terminée
» Affaire DSK: Le nouveau visage de Nafissatou Diallo
» Nouveau jeu : stargate horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.