Partagez | .
Les deux passants et l'ignorant
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Les deux passants et l'ignorant   Sam 30 Juin - 18:56

Les deux passants et l'ignorantSOLO

Ce sont donc les vagues chatouillant mes extrémités qui me convainquirent vite de me relever, me lassant de leur contact frais et légèrement agaçant avec le temps. Ce n’étaient cependant pas elles qui me réveillèrent, mais bien la caresse du vent qui me sortit de mon « sommeil », qui n’a alors de sommeil que l’inconscience, forcée dans ce cas-ci, d’ailleurs. Péniblement, je me hissais sur mes jambes légèrement tremblante et pleine de fourmillements, engourdies comme si elles avaient été emmurées plusieurs jours, et faibles comme après un sale coup sur la tête, ce qui n’était franchement pas loin du tout de la vérité. Au moins, dira-t-on, j’avais pu me lever, et je sais alors que trop bien que ce genre de chute ne se finit pas toujours aussi « bien », même si beaucoup meurent de causes bien plus spectaculaires que celle-ci, qui paraîtrait alors très ridicule.


Une fois debout, je sentais la brise me toucher tout entier, moi, mes vêtements encore couverts de sable que j’époussetais calmement, et les quelques bouts de tissus mouillés par l’eau salée lorsque j’étais encore avachi sur le sol granuleux et humide de la plage. Autour de moi ? Des dunes, de l’eau, dans le lointain, bois et monts, mais sensiblement rien de ce que je ne revoyais en ressassant mes souvenirs, et aucun repère familier. Soit, comment en étais-je arrivé là au juste ? Ce n’est pas comme si j’avais pu dévaler une pente jusqu’ici dans ma chute, et j’ai l’air en très bonne santé pour quelqu’un qui se serait fait traîner par une bête… Alors, un humain ? Peut-être, et à vrai dire, je ne vois pas plus plausible que cela, car j’ai l’air bien trop vivant pour pouvoir seulement évoquer la dernière théorie possible.


Tss, véritablement, un sacré casse-tête. En plus, il n’y avait que l’ange de sable difforme que j’avais fait en me remuant par terre, ainsi que mes pas des dernières minutes dans le sable chaud qui recouvrait le sol, rien donc, qui me ferait penser à l’intervention d’une autre personne. M’aurait-il abandonné, il y a un moment ? Pourquoi ? Et pourquoi ne me serais-je pas réveillé ? Non, en définitive, même cette hypothèse-ci s’avère illogique, impossible. Et alors ? Quoi ? Réfléchis bon sang, je dois réfléchir, c’est sûrement quelque chose de tout con à quoi je n’ai simplement pas pensé… Quelque chose de si simple que je n’ai même pas pu imaginer que ça pouvait être ça, mais quoi, quelle foutue bonne question, ça.


Mais inutile de m’énerver, de m’exciter, ça ne me fera pas penser plus vite ou plus efficacement, et ne me fera perdre que temps et énergies, deux ressources vitales en ces derniers temps, pour rien, tout bêtement. Autant chercher ailleurs, quelque chose qui m’aurait échappé sûrement, mais sur cette plage, je ne voyais pas quoi… Le sable ne renfermerait sûrement pas de réponse, et je pouvais le tâter dans le sens que je voulais, il n’y avait là que mes empreintes, pour le moment. L’eau, quant à elle, ne semblait rien me cacher sur les profondeurs les plus proches, donc encore une fois, je doutais y voir quoi que ce soit, et le reste était bien trop loin pour que je puisse seulement l’envisager. Autant poursuivre, et avec un peu de chance, tout ça s’éclaircira en temps voulu… Et autant ne pas rester statique en vain.


J’avançais, tranquillement, tâchant d’observer les alentours en quête de l’inconnu, avec un maigre espoir de me situer ou de comprendre ne serait-ce qu’un tout petit peu mieux ce qui m’arrivait ainsi. Je ne pouvais pas être arrivé comme par magie en dehors de tout monde, pas vrai ? Je veux dire, toujours en vie, toujours debout, et bien entouré de matière palpable, de vie, alors quoi ? Un casse-tête, une énigme sans réponse, et moi, je désespérais lentement. Lentement, mais sûrement. Le mystère restait toujours si grand, et comment pouvais-je me le sortir de la tête quand il était tout ce que je pouvais voir en ces lieux ? J’avais beau rechercher à refaire mes marques, visualiser les environs en quête de nourriture, d’eau potable, d’abri, rien que ça pour assurer mes arrières au cas où je me retrouve seul le soir, rien ne faisait sortir mes innombrables questions de mon esprit tourmenté par le doute.


Et alors, je parcourais la plage, m’éloignant inlassablement de mon point de départ en quête de tout et de rien, quand je pus distinguer de très vagues traces dans le sable, et, plus précisément, ce qui me faisait bien penser à des empreintes. Incapable de dire si elles étaient fraîches, je supposais à leur forme allongée et non-naturelle qu’il s’agissait probablement de chaussures ou de bottes, de quoi attirer ma curiosité, rien que pour trouver quelqu’un à qui demander de l’aide, et peut-être élucider un peu de mystère. Faute d’autre piste ou d’autre meilleure idée sur le moment, je commençais par étudier le sens et la direction des pas, me mettant en tête de remonter à celui ou celle qui les avait laissé là.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   Dim 1 Juil - 15:53

Les deux passants et l'ignorantSOLO

Plus je suivais, plus je sentais que les pas disparaissaient, comme devenant de moins en moins profond, jusqu’à me rendre à l’évidence, quelqu’un, ou quelque chose, avait prit soin de les effacer, et par inattention en aurait laissé une partie de l’autre côté de la dune. Cela dit, si tel était le cas, cela pouvait bien avoir été mené jusqu’à ma position initiale, bien que la distance rende l’affaire légèrement improbable. Le doute demeurait, et dans mon état d’incompréhension, aucune piste n’était à écarter du fait que chacune paraisse aussi peu plausible qu’une autre, en parlant d’un point de vue logique et calculé, je dirais, mais avais-je bien tous les éléments ? Sûrement pas.


Quoi qu’il en soit, que les pas me soient liés ou non, l’affaire m’intriguait, car le simple fait de cacher sa piste, aussi soigneusement, signalait d’office qu’il y avait plus que de simples traces à cacher. Un secret à protéger, une présence à ne pas dévoiler, donc de quoi attirer ma toute curiosité. Je scrutais les environs, mais m’apercevais vite que la maigre et courte piste de l’autre côté de la dune était la seule étourderie laissée là par ces gens. Le reste ? Volatilisé, si seulement il y avait.


J’arpentais les reliefs, qui, juste à côté, faisait alterner la plage avec un peu de roche et de végétation, mais surtout, permettaient un point de vue surélevé qui pourrait alors m’en dire plus. J’étais hésitant en posant les pieds sur des amas de caillasses trop souvent instables, me hissant lentement, progressivement, plus haut, veillant à ne pas me couper sur le bord des murs de granite taillés par les vagues, et à ne pas lâcher prise sous l’effet des prises se dérobant sous mes appuis. Une ascension lente, mais prudente, me laissant finir par toucher le haut de cet amas isolé au milieu des dunes de la plage, et d’en haut, je tâchais de me tenir debout sans fléchir, la tête haute et le regard fuguant au gré des contours environnants.


Toujours du sable, à perte de vue, mais de l’eau aussi, de l’autre côté. Un léger air marin, porté par la brise, le son des vagues s’écrasant sur le continent et le bruissement de l’eau remuant. Par endroits, les dunes de la plage laissaient place à quelques petits massifs comme celui où j’étais posé, promontoires de terre et de roche au milieu du drapé granuleux d’or bercé par l’océan et baigné de soleil, cerné uniquement du bois qui s’étendait plus loin à l’horizon. D’ici, je voyais ce qui m’entourait, comprenant toujours davantage que je n’étais vraiment plus dans un quelconque lieu familier, et surtout, je me sentais bien seul.


Et ainsi, ma vue d’ensemble me fit vite comprendre que ma maigre piste ne se montrerait pas à moi aujourd’hui, du moins pas de cette manière. C’est en tout cas ce que je me disais lorsque je songeais à ce que mes yeux dévisageaient des alentours, jusqu’à ce que, tandis que je me couchais sur des rochers aplatis, accablé par une fatigue venant de plus en plus intensément en moi, je n’entende comme une irrégularité dans le chant du vent, celui même qui, omniprésent, m’accompagnait ici depuis mon éveil, seul compagnon, seul semblant de mouvement ici avec le pas des vagues roulantes plus bas.


La monotonie se ponctuait donc d’un murmure, bien différent de celui que la nature du vent créait en soufflant dans les cavités des rochers, et bien distinct de tout ce qu’un animal pourrait produire. Le murmure était celui de la présence humaine, des voix cachées, discrètes qui vivaient par-là, très près, mais dont je ne pouvais voir la source. Réflexe de survivant, je restais à terre, veillant à me tapir sur mon ventre pour réduire l’ampleur de ma silhouette, calmant ma respiration et aiguisant mes sens pour entendre… Je me disais que si une âme vivait et venait, alors je saurais qu’elle arrive, bien avant qu’elle-même ne me repère. J’étais sur mes gardes, et sûr de la sentir.


Hélas, je ne sais quelle faille, j’avais dans ma posture, quelle distraction troubla mon attention, mais c’est bien la froide sensation d’être épié, surveillé, qui me fit me tourner, pour comprendre que j’avais échoué. Face à moi, se tenaient deux hommes, tous deux en tenues de voyage renforcées, comme usées de combat et de pèlerinages, et, armes en main, le premier doté d’une lance à la pointe menaçante et le second maniant une épée à la lame aussi fine que tranchant l’air même, ils menaçaient très visiblement mon être si tant est que je ne sois pas ce que je devais être. Aucun mot ne sortit de ma bouche, la surprise me prenant de stupeur, et cette confusion face à mon échec m’emplissant du sentiment de vulnérabilité. Voulaient-ils me tuer ? Mais pourtant, s’ils le voulaient, ils auraient déjà pu le faire mille fois, alors quoi ? Et surtout, pourquoi n’ai-je pas pu les voir ou entendre venir ?

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   Lun 2 Juil - 15:56

Les deux passants et l'ignorantSOLO

Que me voulaient-ils, qu’attendaient-ils de moi ? On était là, à se fixer, tous les trois, sans un mot. Leur posture dégageait l'hostilité et la cruauté, tandis que la mienne n’avait rien d’agressif. Peut-être attendaient-ils un signal, ou un geste de ma part, avant d’agir ? Ils avaient des tenues de vagabonds, un peu de guerriers ou de soldats sur les bords, mais plus de voyageurs, tout compte fait, et, simplement armés, ils n’avaient pas grand-chose qui se dégageait et pouvait trahir quoi que ce soit de leur identité, leurs intentions, ou leurs pouvoirs. Mystérieux, silencieux, ils demeuraient là, et nul doute qu’ils en avaient après moi, au moins sur le moment.


- Hem, je crois que je suis supposé dire… Bonjour ? En fait, je crois qu’il se passe quelque chose entre nous là, et je ne sais pas trop quoi, mais… On peut s’expliquer sans les trucs qui piquent et coupent, s’il vous plaît ?


Un peu trop déboussolé pour être véritablement convainquant, je me contentais de garder les mains ouvertes et en évidence en preuve de bonne foi, et laissais se dessiner un sourire inquiet et maladroit sur mon visage. Leur réponse ne se fit pas attendre, tandis qu’un deux me siffla dessus avec une agressivité non camouflée en pointant son arme plus près, et l’autre sembla songer quelques brèves minutes avant d’oser dire quoi que ce soit.


- On t’a vu fouiller les environs, parles, chien. On décidera de ton sort selon ce que t’as à dire, et t’as intérêt à te montrer aussi courtois que clair et compréhensible si tu ne veux pas une ou deux grosses balafres sur la tronche.


J’hésitais un instant, partagé entre la surprise, la gêne, et quelques effrois que je me faisais en m’imaginant toutes sortes de destins. Évidemment, je m’étais encore plongé dans une vaste embrouille, et j’allais devoir tirer mon épingle de la botte pour m’en sortir… Mais comment ? Je ne sais même pas de quoi on m’accuse à part chercher et trainer à proximité, ils croyaient que j’espionnais un truc ou quoi ? Ah, mais oui ! Ils ont sûrement quelque chose à cacher dans le coin, quelque chose que je ne devais pas voir, et comme je cherchais tout et rien à proximité, ils m’ont pris pour un voyeur, un espion !


- Je crois que je sais de quoi vous me suspectiez, et j’aimerais vous assurer qu’il n’en est rien ! Enfin, vous n’allez peut-être pas le croire, mais je suis juste perdu par ici, je ne sais pas trop comment je me suis retrouvé là ou quoi, mais j’ai rien à faire là et je voudrais juste partir, retourner d’où je viens ! Vous savez, si vous cachez un truc, je n’ai rien vu du tout et j’en parlerais à personne, il suffit de me montrer la sortie…


Je me rendais compte qu’après coup que j’avais surtout risque d’aggraver mon cas en faisant ainsi, et leurs mines énervées non cachées confirmaient vite mes doutes. Je ne suis toujours pas sûr que ce fut pour ça qu’ils m’en veulent, mais ça semble très probable, et surtout, mes explications vaseuses n’ont pas calmé le jeu le moins du monde. Le plus calme des deux, si je puis dire ainsi, se frotta alors le visage avec lassitude, avant de reprendre.


- Je vais te laisser une dernière chance de trouver mieux, avant qu’on en finisse avec cette affaire. T’es peut-être doué en plein de choses, mais ton jeu d’acteur laisse vraiment à désirer.



Qu’étais-je supposé dire, faire, maintenant ? Plaider coupable peut-être, alors que j’ai aucune foutue idée de ce qui se passe vraiment ici ? Non, rien que par principe, impossible, mais en même temps, je ne vois pas à quel moment continuer sur ma lancée m’aidera, vu comme ça va.


- Hey, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, je me suis réveillé sur cette plage sans repères, alors j’ai cherché ? Ce n’est pas ma faute si je tombe sur vos affaires comme ça !


Je n’allais pas les laisser me tenir ainsi, surtout me sachant innocent, pour une fois. Je me lançais alors sur une roulade sur le côté, évitant de justesse par je ne sais quel coup de chance la vive lance que l’autre avait propulsé dans ma direction par réflexe. L’autre soupira simplement, et prit à nouveau son épée bien en main dans une garde de combat, faisant bien signe à son camarade de tenir ses distances pour ne pas le gêner. Moi ? Je n’avais rien, pas même un bâton, et, si je pensais pouvoir chercher à éviter un ou deux coups, je me sentais bien mal tous les esquiver, surtout au vu de la vitesse et de la force que l’autre avait su mettre dans son attaque à la lance alors même qu’il ne s’agissait que d’une vague réaction. C’était mal parti…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   Mar 3 Juil - 16:13

Les deux passants et l'ignorantSOLO

C’était tendu, très tendu. Je n’avais absolument pas prévu d’en arriver là, et, maintenant que c’était fait, je regrettais très amèrement de m’être levé de là où je comatais sur la plage. Un coup d’œil à droite, un à gauche et derrière moi, j’analysais rapidement les alentours, cherchant une voie de fuite avant que le pire ne vienne à arriver. Dans mon état, nul doute que je ne serais pour eux qu’une formalité à abattre, et inutile de dire que je préférais éviter cette fin tragique. Mais ce n’est pas en m’apitoyant que j’arriverais à quoi que ce soit, il fallait réfléchir, et vite.


Derrière, je tomberais rapidement sur la fin de cet amas de rochers, donc le sable, mais à une hauteur peu confortable qui ne me faisait pas très envie. Sur la droite, les rochers escarpés n’offraient que peu de place pour se mouvoir et, en rendant ainsi l’esquive plus ardue, pénaliseraient toutefois tout autant les mouvements d’attaques, mais ne me permettraient pour autant peut-être pas de m’enfuir à toutes jambes. Sur la gauche, enfin, c’était plus plat et dégagé, plus facile donc pour les pas rapides, dans les deux sens, et enfin, en face, les ennuis en la présence de deux hommes patibulaires et armés.


Je n’eus pas le temps d’aller plus loin dans ma réflexion, ni même de faire un choix pensé et conscient, avant que la lame menaçante de mon adversaire ne plonge vers le flanc droit de ma silhouette élancée, me forçant à rapidement me jeter sur la gauche pour un mouvement d’évasion in extremis. Ce n’était que le début, et je sentais vite monter la fatigue troublant ma concentration, n’y avait-il donc aucune issue ? Il s’apprêtait à repartir de plus belle, prenant un simple temps de réflexion comme pour étudier mon jeu de jambes et calibrer la suite.


Cette fois-ci, je n’eus même pas le temps d’observer mon entourage avant qu’il ne se lance à l’assaut en un mouvement de tranche horizontal, coupant ainsi toute fuite sur les côtés et m’incitant à reculer. Je sentais le sol se dérober sous moi avant de garder un appui instable, sûr d’avoir un vide vers la plage juste derrière mes jambes. Il allait revenir, devant juste s’avancer pour toucher, et je ne pouvais me dérober beaucoup plus longtemps sous ses frappes répétées dont la précision ne faisait que croître. Sur le long terme, il m’aurait, le combat était perdu, mais je pouvais encore chercher une astuce.


Me rappelant une expérience passée aussi lointaine que désagréable avec un assassin à la lame aiguisée et mes bras tout aussi désarmés, j’arrachais rapidement mon manteau léger de mes épaules pour en entourer l’avant de mon bras droit, et surtout mon poignet, cherchant à l’envelopper d’un bricolage protecteur à l’efficacité on ne peut plus médiocre. C’était toujours ça. Je me dévoilais ainsi le torse nu à mon opposant, qui ne prêtais que peu attention à mon corps meurtri par les années, se concentrant plus sur le geste rapide et se refusant à se relancer avant d’avoir repensé un schéma d’attaque.


Nous passâmes quelques minutes à se fixer, et il dut rappeler la notion de duel à son frère d’armes pour éviter que celui-ci ne prenne le silence pour une invitation à nous joindre. Ses yeux se rivaient alternativement sur les miens, sur mes jambes qui se déplaçaient légèrement, puis sur mon bras tendu en posture de blocage. Les miens, eux, bougeaient plus aléatoirement sous la peur, cherchant en vain une faille dans sa garde, un instant d’inattention, une opportunité d’action, et surtout, de fuite, mais rien n’en fut trouvé. Pas la moindre chance.


Le calme fut rompu par son premier pas, et son corps s’élança vers le mien pour une attaque en estoc, une que je ne pourrais certainement pas parer sans y sacrifier mon bras, même avec son armure de fortune, et j’étais bien contraint au mouvement. Désespéré, je dus alors changer de place avec lui en m’élançant vers son flanc gauche, là où son épée ne pourrait me trouver sur le moment. Ainsi, je passais dans son dos, lui laissant malheureusement le temps de se retourner l’action faite. Je n’étais alors plus menacé par la chute, mais maintenant bien à portée des deux opposants, et, même si l’un d’eux était resté de côté, je ne pouvais qu’imaginer qu’il profiterait de cette occasion.


À ma grande surprise, il n’en fit alors rien malgré mon dos nu qui lui était alors bien exposé, et, bien au contraire, abaissa même son arme avant d’intimer à son coéquipier de faire de même. J’étais surpris, je ne comprenais pas, je regardais vers lui, puis vers l’autre, qui, tout comme moi, semblait bien ébahi par le geste de son allié. Ce dernier, plus pressant et insistant, ne laissa que retentir sa voix.


- Cesse, c’est un Elu !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   Mer 4 Juil - 16:06

Les deux passants et l'ignorantSOLO

En entendant ces mots, c’est comme si la tension se calmait, très vite, presque en un instant. L’homme à la lance fichait son arme dans un coin et croisait les bras en signe de non-hostilité, alors que son compagnon rangeait sa lame dans son fourreau pour s’approcher calmement. Tour à tour, je me tournais vers l’un et l’autre, sans comprendre, regardant leurs yeux curieux et leurs expressions de surprise maintenant dénuées de toute haine. Ils échangèrent alors quelques regards face à mon incompréhension, pour que celui qui, il y a alors quelques minutes, tentait de m’embrochait comme un animal, décide de prendre la parole.


- Je crois qu’on s’est trompé sur ton compte, mais le sceau ne ment pas. Tu es donc bien perdu ici ?


- J’ai peur de ne pas comprendre, vous vouliez me tuer parce que ma version des faits ne tenait pas la route, et maintenant que je suis torse nu, vous changez d’avis comme si tout tombait sous le sens !


Il prit alors un air pensif en me faisant signe de me calmer de la main. Honnêtement, je ne comprenais rien à rien de cette situation, on ne peut plus confuse, mais je n’allais pas refuser l’invitation à la trêve qui m’était proposée, puisqu’au final, c’est ce que j’espérais dès le début de cette scène rocambolesque. L’homme à la lance restait debout, semblant scruter le lointain et se désintéressait, visiblement assuré à l’idée que son « ami » prenait les choses en main. L’autre s’assit alors calmement en m’invitant à faire de même, geste que je suivis donc avec aise, profitant de ce calme pour me relâcher et reposer mes membres, que j’avais particulièrement sollicité auparavant.


- Tout d’abord, moi, c’est Lens, et lui Seyn, pour les présentations. Je pense qu’on est parti sur un malheureux quiproquo dès le début et je te présente nos excuses, en échange du pardon nous allons faire de notre mieux pour éclairer ta lanterne, alors prépare-toi bien, parce que ça va sûrement être long. Pour commencer, dis-moi simplement ce que tu sais sur cet endroit ?



J’appréhendais ses paroles, incertain de la confiance que je pouvais leur donner, mais après un tel bouleversement de situation, je ne pouvais plus croire en rien. Je choisis donc de me lancer et de voir où tout ça allait me mener sur le moment.


- Je me nomme Eruu. Tout ce que je sais, c’est que je me suis réveillé d’un lourd sommeil non loin d’ici, sur cette plage que je ne reconnais pas. Je me sens faible comme si j’avais raté plusieurs semaines de repas, et je n’ai aucune idée d’où nous nous situons, peut-être pouvez-vous au moins me dire en quelle région nous sommes ?


- Tu peux me tutoyer, tu sais, on n’est plus à ça près. Et sinon, ce sont ici les Territoires Neutres, en Kosaten, j’ai bien peur pour toi que tu ne reverras plus jamais ton foyer. Mais laisse-moi t’expliquer un peu plus les détails.


Le récit commençait mal, très mal. Au moins, la tension n’était plus, et je sentais une certaine empathie, sympathie même, de la part de Lens, mais malgré cela, je n’en oubliais pas ce qu’il disait. Non seulement, je n’avais jamais entendu parler de cette région, malgré mes innombrables voyages, mais le fait que nous soyons apparemment bloqués ici, que j’en déduisais de sa dernière affirmation, n’était vraiment pas de bon augure. J’allais déjà poser une question, mais me gardais de le faire, préférant attendre la suite de son discours pour juger.


- Tu es ici parce qu’un être supérieur, un Dieu, t’as amené. En l’occurrence, tu es marqué du sceau de Manshe, le dieu serpent. S’il t’a ramené, c’est pour que tu le serves, et il t’a donc placé un sceau dans le dos, en forme de serpent, et vert. Cette marque ne t’empêche pas de vivre comme cela te chante, mais si tu dois agir de sorte à déplaire à Manshe, le sceau te punira et te forcera à changer ta conduite, tu suis ?


Comme cela fut présagé, rien n’allait comme je l’aurais voulu, et dès le début, j’étais annoncé comme esclave d’un être supérieur. Un Dieu ? Quelle plaisanterie, sûrement un puissant sorcier ou une créature du même gabarit qui a acquis assez de puissance pour se faire passer pour une étoile. Manshe ? Je devrais me renseigner davantage pour y coller un vrai nom, mais en attendant, je notais la symbolique du serpent ici. Pour le moment, je n’avais pas expérimenté ce qu’il disait, mais rien ne me poussait à croire le contraire, aussi dur que ces premiers éléments puissent l’être à assimiler. Je digérais assez mal ce qu’il me lançait déjà, mais me contentais alors d’un hochement de tête hésitant pour l’inviter à poursuivre.


- Je te poserais mes questions quand tu auras fini. Pour le moment, j’écoute.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30
Yens : 210
Date d'inscription : 23/06/2018
Age : 19
Localisation : Bien caché !

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Eruu Aalm Kuro ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   Jeu 5 Juil - 14:55

Les deux passants et l'ignorantSOLO

C’est fou à quel point la situation de crise précédente s’était changé en une conversation banale et posée. La tension s’était tellement dissipée que je ne me serais pas étonné de voir Seyn pisser au vent et Lens sortir gâteaux et thé pour prendre le goûter ici en récitant de la poésie et débattant de l’art des armes. Ceci dit, si la discussion était mille fois plus paisible que la course-poursuite arme en main avec la volonté de tuer, les faits évoqués n’avaient rien de réjouissants, et je retrouvais vite la tension en moi, au cœur de mes pensées, lorsque mon interlocuteur reprit ses paroles.


- Ainsi donc, tu ne pourras désobéir sans sentir des désagréments, voir beaucoup de douleur à l’endroit du sceau. Normalement, tu perdras cet aspect en gagnant de la puissance au fil du temps, mais pour le moment, tu vas être contraint d’agir en faveur de Minshu et Manshe, que tu le veuilles, ou non. C’est d’ailleurs ce même sceau qui te rend si fatigué, et t’as sûrement fait perdre tes pouvoirs pour le moment.


La répétition de certaines paroles allongeait alors bien vite le dialogue, mais je ne pouvais que trouver très pédagogue la manière qu’il avait de m’expliquer clairement les choses. Je ne sais pas si ces informations sont ici connues de tous aussi bien pour qu’il me l’explique avec une telle aisance, ou s’il a déjà eu cette expérience par le passé, mais je trouvais fort convenable qu’il soit là aujourd’hui pour me raconter tout ça. Son camarade, alors plus ennuyé par la chose, semblait totalement détaché de notre échange, pour scruter les environs, à la recherche de je-ne-sais-quoi. Je notais d’ailleurs que si c’est le sceau qui me coupe de la Wansan, et que ce dernier sera amené à faiblir, il est fort à parier que je finisse par récupérer ce lien avec le « Cauchemar » aussi.


- Minshu, c’est donc la nation que tu devras soutenir, et soutiendra peut-être par toi-même, selon tes choix futurs. C’est celle sous le signe de Manshe. Il y a alors aujourd’hui trois grandes nations, du nom de Minshu, Fuyu et Seika, avec une de plus bien en retrait, Tenshi, dont tu apprendras les détails par la suite. Pour le moment, t’en dire plus risque de te noyer sous les informations.


Silencieusement, je notais à mesure qu’il les disait les noms, les éléments, au creux de ma mémoire, établissant les liens que l’on m’apprenait et me préparant à ce qui suivrait. Au final, ce n’était pas si différent de lorsque j’allais d’une région à l’autre, enfin, si l’on exceptait le sceau, et ces petits détails en plus…


- Tu devras d’ailleurs faire attention, car les rapports entre ces derniers ne sont pas toujours des plus joyeux, et comme chacun a ses Elus et ses guerres, fais attention en qui tu places ta confiance et à qui tu dévoiles ton identité.


Je ne pouvais qu’acquiescer, une fois de plus, mais tiquait sur ce mot qu’il prononça, « Elu », le répétant alors à voix basse comme pensant en parlant sans y réfléchir, ce qui eut pour effet de le faire réagir plutôt rapidement au final.


- Oh, oui, « Elu » est le nom donné à ceux qui, comme toi, portent un sceau. Ce sont ceux que les Dieux ont élus, donc les « Elus », simplement. Comme chaque Dieu et chaque nation a les siens, tu verras que certains risquent de devenir tes alliés, ou tes ennemis.


Oui, donc comme on pourrait s’y attendre, je n’étais pas si unique dans l’histoire, et je pouvais imaginer que pour en savoir autant, le phénomène n’était pas si jeune que ça, et a bien eu l’occasion d’être étudié dans le détail. Cela faisait alors déjà beaucoup de termes à assimiler, en peu de temps finalement, mais le fait qu’on y aille lentement m’aidait au moins à ne pas perdre le fil trop facilement.


- Je pense que j’arrive vite au terme de la chose et, je t’aurais bien donné une carte de Kosaten, notre monde, pour t’aider et t’expliquer les choses, mais n’en ais pas sur moi, alors tu devras probablement en récupérer une toi-même dans un hameau proche. Tu as déjà des questions ?


Des questions, en avais-je ? Oui, beaucoup, mais lesquelles pouvais-je seulement lui poser, et comment ? Déjà, je ne pouvais que me demander pourquoi moi, pourquoi maintenant, pourquoi ici, mais ce serait une perte de temps, car je ne voyais pas comment Lens en aurait la réponse. Alors je réfléchissais, un peu plus. Quels sont ces Dieux, à la rigueur, qui, ils sembleraient, arrachent les gens de leur monde pour les amener ici en tant qu’esclave ? Là, déjà, je pourrais sûrement en savoir plus.


- Oui, j’aimerais en apprendre davantage sur ces Dieux dont tu parlais, en évoquant les nations et leurs Elus.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Les deux passants et l'ignorant   

Revenir en haut Aller en bas
Les deux passants et l'ignorant
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.