Partagez | .
The Old Ways
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: The Old Ways   Dim 2 Sep - 22:15

Ft. Tac

The Old Ways
Kosaten était un nom qui, en définitive, sonnait horriblement mal. Qu’on s’entende alors : il ne valait pas mieux que Bel-Aalm ou Syn-Mazaar, et présageait déjà de meilleurs augures que Cael-Noztra, mais malgré tout, il n’en restait pas moins une sombre image aux yeux de L’Ange, et ce, pour bien des raisons. Rien que visuellement, le Soleil lorsqu’il s’élevait dans le ciel n’était qu’une nuisance pour les yeux accommodés aux fumées de l’ancienne missionnaire, et inutile de s’attarder alors sur les évidences liées à ce qu’on lui a conté sur les Elus, car elle en avait déjà bien assez entendu, si ce n’est bien trop.


Sous le couvert alors de la nuit, elle devenait lentement une bête nocturne, gagnant les traits d’un chien errant allant doucement vers là où l’attendait son maître, tant elle avait l’allure d’une sauvage lorsqu’elle guettait et traquait les reptiles du grand canyon, qui, s’ils n’avaient pas toujours bon goût, lui fournissaient toute la nourriture qu’elle recherchait. Des fois, des souvenirs peu charmants de l’époque où elle devait dévorer les corps de ses anciens camarades et professeurs refaisaient surface, alors que son esprit faisait un parallèle dans sa mémoire entre ces sinistres éléments du passé dans la décharge et ce présent bien peu digne qu’elle était en train de vivre. Des souvenirs qu’elle cherchait alors à chasser, sans succès, puisque leur départ n’était après tout que l’arrivée d’autres parfois moins agréables encore, comme si sa vie n’avait jamais connu d’euphorie ou de repos.


Comme à l’accoutumée donc, ce quotidien qu’elle érigeait lentement depuis son arrivée et sa première rencontre avec ces gens de « Seika », ce nom qu’on lui avait aussitôt collé sans lui demander son avis, elle se réveillait avec l’ascension de la nuit dans le ciel, celui même qui voilait les lumières du Soleil pour laisser place à la voûte d’obscur parsemée d’étoiles, presque dénudée de tout nuage. Quelques étirements accompagnaient alors l’animation subite de son corps, auparavant tant avachi entre deux rochers à l’ombre qu’on l’aurait presque cru encastré, voir complètement inanimé, tel un cadavre oublié là. Un léger bâillement pointa le bout de son nez, et aussitôt fait, il était l'heure de passer aux choses sérieuses.


Il était plus que temps de sillonner à nouveau les routes étant donné la destination prévue pour ce grand voyage, mais rien de tout ça ne se ferait ventre vide, et il était temps pour Rafael de se remettre en quête de ses reptiles préférés. Si la chasse était toujours si chronophage et pas nécessairement joyeuse, elle demeurait une étape obligatoire, vitale, et c’est sans plus tarder qu’elle eût déjà ajusté son masque sur son visage. L’effet de ce dernier était des plus contestables d’une manière pratique, cela dit, il gardait ce poids très psychologique, et puis sait-on jamais… Ses lunettes, quant à elles, trouvaient leur place au fond d’une poche, devenant donc inutiles lorsque l’astre du jour dormait.


Un peu de patience, quelques instants d’immobilité et le regard à l’affût, et c’était au bout de bien longues minutes que la première proie était en vue. En terme général, peu suffisait à contenter le corps plutôt petit et peu imposant de L’Ange, alors un seul était déjà un sacré pas en avant, et, si elle pouvait bien se dire gagner en expérience à force, elle s’estimait tout de même bien chanceuse d’en avoir trouvé un si vite. Un petit lézard, relativement petit en fait, si l'on considère qu'il avoisine un gros rongeur, qui fourmillait entre les rochers, peu soucieux de son environnement, mais toujours très vif.


D’abord, elle le suivait, lentement, contournant les obstacles, mais ne le perdant pas de vue, et attendant le moment le plus opportun pour agir : celui où elle se sentirait le plus à même de le saisir avant qu’il ne parvienne à lui fausser compagnie. Pour sûr, il n’était pas bien énorme, et avait une marge de mouvement assez déconcertante lorsqu’il s’agissait de chercher à l’attraper, mais il demeurait de la taille d’un bon rat, ce qui limitait vite ses possibilités de fuite dans les fissures les plus étroites, de quoi donc le piéger, n’est-ce pas ?


Il zigzaguait donc entre deux fissures, se terrait par ici pour surgir par-là, alternant entre l’ombre et les espaces éclairés par la Lune, ce qui rendait parfois son suivi plus ardu, mais ne trompait pas l’œil d’un chasseur aguerri. Finalement, il grimpe, escalade un petit amas de caillasses, et c’est là, lorsqu’il marque son arrêt, que la prédatrice choisit son instant pour frapper. Elle n’attendit alors que le dernier moment, en s’approchant toujours plus et en silence, pour plonger sa main vers le corps qu’elle pu immobiliser et, d’une pierre qu’elle avait saisi de l’autre bras, elle heurta la tête de l’animal plusieurs fois, broyant sans peine le crâne fragile de la petite bestiole. Sans plus tarder, elle emportait sa victime, maintenant incapable de fuir d'aucune manière, avec elle pour s’installer un peu plus loin, sur une pierre plus lisse, où elle prévoyait de dévorer le petit corps, commençant d’abord par les pattes que sa mâchoire broyait sans réelle peine, malgré les os et la peau.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 624
Date d'inscription : 24/08/2018

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Tac ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Lun 3 Sep - 22:21

Je n’arrive pas à dormir. Voilà quelques jour que je suis ici.. Difficile de dire combien précisément. Mais bon. Je suis là. Je ne sais pas pourquoi, j’ai du mal a dormir depuis que je suis là… Le changement d’habitude, je suppose. On ne change pas 7000 années d’habitude par une simple envie… D’autant plus que je ne sais pas combien de temps ça durera. Ou peut-être que je ne suis pas aussi confortablement installé qu'à Mihari.. C’est ridicule. J’ai eut bien pire…
Finalement, j’abdique. Le sommeil ne viendra pas. Du moins, pas tout de suite. Mes yeux s’ouvrent lentement, et mes sens s’éveillent. Alors que je me dresse sur mon séant, ma main se pose instinctivement sur ma sœur, endormie à mes côtés. Je passe un moment a la caresser distraitement, observant son visage pâle tenter avec une arrogance involontaire de rivaliser avec l'éclat lunaire. Elle est belle, mais sœur…
Enfin, je décide finalement de me lever pour faire quelque pas. Je m’étire, et mon ombre suit mollement mes mouvements à la clarté d’une belle lune sans nuage, presque comme celles que nous avions chez nous.

“Chez nous”... Voilà un terme qui ne prend réellement de sens que depuis que nous avons quitté notre prison.
Plus nous nous en éloignons, et plus ma manière d’y penser change …
Avant, c’était une sorte de violente obsession dont je ne pouvais me défaire… Maintenant, il s'agit plus d’une sorte de déprimant souvenir qui, en plus de ne point se soustraire a moi, semble prendre petit à petit une place plus importantes dans mon esprit. Comme s’il s’agissait d’un court moment que j'avais le pouvoir de changer, et que j’ai finalement laissé sombrer. Comme un meurtre abominable que j’aurais commis sans le vouloir. Par une inexplicable maladresse. Inexplicable, parce qu’elle a été préparer pendant des milliers d’années, pour tomber pile a un certain moment.
Juste… Comme ça. Un hasard organisé.

Mes yeux parcourent les environs. Un peu plut loin se trouve un rock plus élevé, comme poser la, jouxtant un chemin étroit dont les bords lèchent paresseusement la falaise abrupte du canyon. Plus loin, quelques roches plus ou moins hautes forment une sorte de champs qui s’étend sur une longue distance, forêt millénaire et immobile que le vent use lentement, a une allure tranquille que les vivants de notre espèce ne peuvent percevoir. Si les bourrasques ne font nullement mouvoir la cime rocailleuse de ces pics, le temps, lui, les fera voyager bien plus loin que n’importe quel arbre. Au loin, je crois apercevoir une cheminée de fée, et je décide de m’en approcher. Il n’y en avait plus sur terre, a mon époque.

J’avance distraitement entre les rochers, flânant silencieusement, mon ombre déformée par les roches et la pâle lueur de la lune, comme unique compagnie. L’air sec et aride que je sens est plutôt chaud, et je devine a sa température et a son odeur qu’il doit venir du désert à l’est.
Il fait calme . Pas un bruit, hormis quelques rares créatures du désert, qui détalent sans demander leurs restes quand je passe près d’elle, ou que mon ombre les traverse avec espièglerie.

Au bout d’un moment, je m'installe sur un rocher et je scrute la lune d’un air absent. Un sourire me parcourt brièvement le visage.
Haha… Je dois avoir l’air d’un putain de cliché sur pâte… Mais au moment où je compte partir retrouver la charrette, un bruit attire mon attention. Encore. Et encore… Quelqu’un semble taper une pierre contre une autre…
N'ayant pas vraiment entendu parler d’un quelconque peuple primitif dans les environs, je passe discrètement ma tête par-dessus une pierre, pour apercevoir un dos humain… Ou qui semble humain. Je prends un moment pour examiner la silhouette… C’est quoi ce truc? Une femme, ça, je veux bien. Mais.. Elle est en train de bouffer un lézard ?

Beurk… Et crus en plus… Mais fait le cuir ! c’est pas vraiment la joie ici, mais il y a quand même quelques arbustes!
Aw.. C’est franchement crade.. Cette meuf est immonde.
Je m'apprête à repartir quand je remarque quelque chose.. Ses vêtements.. Ils ressemblent beaucoup à ceux des habitants sous-terrains…
Et ça ne m’étonnerais pas d’eux qu’ils mangent ce genre de chose aussi… Vu l’endroit et les meurs auxquels on est habitué… Je me demande s’il s'agirait d’un élu ça aussi… Peut-être que mon époque lui est familière ? Après l’avoir regardée un moment avec dévorer son lézard, je décide de sortir de ma cachette, en faisant un peu de bruit, simplement histoire de ne pas l’effrayer à parler soudainement dans son dos. Je prends un instant, et, mais dans les poches, le regard à la fois curieux et hautain, je m’avance…

Salut… Beau temps pour la soirée hein?... Dit moi… T’es pas un PNJ toi… J’me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Dim 9 Sep - 17:32

Ft. Tac

The Old Ways
Les os les plus fins qui craquaient sous la dent ajoutaient une texture intéressante au tout, accompagnant avec une touche de croustillant les muscles plus filandreux et les organes plus spongieux qui forment les tissus de la chair de l’animal défunt. Pour autant, tous les os n’étaient alors pas dévorés et engloutis de la même manière, le crâne, notamment, et d’autres parmi ceux les plus épais, étaient simplement dépouillés de toute chair comestible par L’Ange, avant d’être légèrement rongés puis jeté d’un revers nonchalant de la main, tombant silencieusement dans la poussière, un peu plus loin. Si la bête n’était donc pas bien grosse, le festin serait malgré tout porté sur la durée, la prédatrice n’étant pas une gloutonne spécialement rapide, et ne se sentant pas non plus si pressée que ça de lever le camp.

Elle était en train de finir, lorsque du bruit, et finalement du mouvement, attira son attention. Elle ne détourna pour autant pas la tête, mais se contenta de jeter quelques regards attentifs, sans plus d’intérêt que cela, si ce n’est une très légère curiosité quant à savoir qui avait l’audace d’arpenter les horizons à un horaire pareil. Ami, ennemi ? Rien ne le trahissait, mais son attitude démontrer une certaine passivité, ce qui lui laissait placer l’individu dans la catégorie des éléments non-hostiles pour le moment. Lorsqu’il se mit à parler, elle n’accompagna sa réponse de pas plus de gestes qu’un regard fixe et livide, alors qu’elle balançait la carcasse restante plus loin, remettant son masque sur la gueule par la même occasion.


- Salut.

Une pause ponctua son maigre discours d’un temps de latence non-négligeable, pendant lequel elle se permit très ouvertement de dévisager l’étranger, scrutant sa silhouette de haut en bas pour tenter de le rattacher, sans véritable succès, à quelque chose d’un tant soit peu connu. De ce qu’elle savait donc, il était d’ici ou d’ailleurs, mais certainement pas de chez elle, à savoir donc s’il pouvait être un local, ou un de ces Elus dont on lui avait parlé auparavant. Comment le savoir ? Demander était évident, mais peu fiable, et puis ce n’est pas comme si l’information lui semblait encore vitale, au final. Gardant ces quelques idées dans le crâne, elle poursuivit alors avec quelques mots de plus.

- Non, et toi ?

Elle était à peu près sûre d’une chose : elle n’était pas un PNJ. En fait, elle saurait ce que c’est, si elle en était un, pas vrai ? Pour le coup, quelques acronymes supposés lui venaient à l’esprit, sans qu’elle ne puisse savoir si l’un ou l’autre avait la moindre chance de correspondre : Professionnel Non Joignable ? Petit Nihiliste Joyeux ? Pathétique Nabot Jongleur ? Rien ne faisait sens. Devait-elle demander ce que c’était ? Il devrait le savoir, s’il demande, ou alors serait-il à la recherche de quelque chose d’inconnu… Avait-il entendu ce nom quelque part, et voulait-il trouver quelqu’un qui y correspond pour savoir ce que c’était ? Elle commençait à se poser beaucoup de questions, de quoi laissait songeur.

- Tu es perdu ?

Mais ainsi, elle choisit de garder ces fouillis incompréhensibles pour elle-même, préférant s’en tenir à ce qu’il y avait de plus élémentaire et de plus légitime : que faisait cet homme ici, au milieu de la nuit, et qu’attendait-il d’elle à venir aussi ouvertement la voir ? Depuis le peu qu’elle traînait aux environs, il lui avait semblait que ces canyons secs se vidaient du peu de population qu’ils abritaient dès lors que le Soleil se couchait… Mais peut-être y avait-il plus de voyageurs nocturnes, comme elle, qu’elle ne le soupçonnait.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 624
Date d'inscription : 24/08/2018

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Tac ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Mar 11 Sep - 22:20

Le jeune fille à laquelle j’avais commencé à parler me semblait bien singulière. - et j’était dans une période ou la singularité me mettait facilement de bonne humeur.- Elle n’avait pas semblé manifester de crainte à mon égard, et j’en fus presque (presque) étonné, après avoir vu ses manières et son manque cruel de raffinement. Oh, c’était un beau morceau de femme, mais assez répugnante.
Ah. Certain pourraient me prendre pour une petite princesse précieuse et craintive aux manières distinguée? Ce n’est rien de plus qu’une apparence que je me donne. Non. Ce qui me répugnait chez elle, c’était cet immonde regard vide, fixé, curieux, qui me dévisageais, reflétant une lune assez haute et leur donnant une lueur bête. Presque les yeux d’une enfant. Une enfant bête.
Cette dernière me répondit d’une voix assez simple, répondant à mon salut de la manière la plus sobre qui soit. Je restais la, mains dans les poches, sans quitter du regard la jeune fille. C’était… Particulier, comme sensation.
Non pas que j’ai quelque chose contre les originaux. Comme je l’ai mentionné, j’aime la nouveauté. Mais… Mh. Celle ci me semblait, aux premiers abords, bien fades. Alors que je haussais les épaules, m'apprêtant à rebrousser chemin sans plus de cérémonie ou d’aurevoir qu’un regard hautain lâcher au passage, la jeune fille, visiblement las de me dévisager bêtement, continua sa phrase. Je me retournais, un sourire amusé aux lèvres, sourcils lever… Elle était… Lente. Et ne semblait pas avoir fini. J'attendis patiemment la fin, pensant probablement à raison, que cette personne pourrait me faire perdre un peu de tout ce temps dont je n’avais que faire.
- Tu es perdu ?
Elle ne semblait pas vouloir une réponse à cette question. Ou plutôt, elle ne s’attendait probablement pas à ce que je sois perdu. C’est vrai que chez moi aussi, parler à quelqu’un d’inconnus, sans raison, c’était un peu bizarre. Sans prendre assez de temps pour me décider quant au fait que cette fille soit, ou non, intelligente, je décidais de m’asseoir sur ma pierre en soufflant du nez, décortiquant dans ma tête quelques hypothèse peut concluante quand à l’identité - psychologique, j’entend bien - de cette personne.
Je pris un moment avant de répondre, durant lequel je la jaugeais de haut en bas… Visiblement, elle ne devait pas manger souvent, mais ses vêtements étaient ceux qui m'intriguaient le plus. Les habitant sous terre en avaient eu, des comme ça, et ils ressemblaient beaucoup au style steampunk futuriste, très à la mode une petite cinquantaines d’année après l'effondrement écologique du XXI eme siècle. Mais elle ne semblait pas habiller comme pour “suivre une mode”... Et elle ne m’avait pas fait de remarque sur le terme de PNJ. Je supposais alors qu’elle devait en connaître la signification, et d’être un minimum civilisé.

Cessant mes tergiversations mentales, je pris finalement la parole d’une voix tranquille, estimant que mon temps de réponse avait déjà été trop long. (je ne suis pas quelqu’un de très patient.)

Je ne suis pas un PNJ non. Et pour ce qui est d’être perdu…
Je l’examinais avec dépit ruminer les organes spongieux de la pauvre bête.
Tu as l’air de l’être plus que moi. Non, je sais où je vais. Dans le nord. En voyage, en quelque sorte.

De nouveau, je marquais une pause, levant vaguement la tête sans quitter la jeune fille des yeux, dans une posture détendue peut-être, je l’avoue, un peu prétentieuse… Une habitude, sans doute, que de m’adresser au gens de manière hautaine.

Tu sais où tu vas? Et déjà… Ou tu es? Tu n’es pas d’ici toi non plus hein?

Finis-je par déclarer, quittant finalement mon observation de la fille pour m'intéresser aux bruits du désert rocailleux auquel semblait se mêler quelques souffles chaud portant une odeur de viande grillée, ainsi qu’un cliquetis anormal, discret. Régulier. Presque imperceptible...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Sam 22 Sep - 15:26

Ft. Tac

The Old Ways
Il avait quelque chose de finalement bien agaçant dans sa manière d’être, une teinte de mépris qu’on ne prenait que trop peu la peine de cacher, que ce soit dans l’intérêt vicieux qu’il semblait montrer à L’Ange en la regardant de cette manière, ou plus simplement dans son attitude témoignant d’un grand sens de l’ego qu’il ne prenait visiblement pas la peine de masquer. Qui était-il, pour se montrer de la sorte ? Avait-il seulement l’once d’une raison d’en faire ainsi ? De nombreuses fois, elle avait pu rencontrer de ces gens qui dégageaient cette même impression, mais jamais cela n’avait donné d’heureux évènements. Sans dire mot, elle s’attendait, encore, à un oiseau de malheur, sans le penser plus que ça, toujours l’esprit bien ennuyé, las et vide.


S’il confirma ne pas être un « PNJ », comme l’on avait pu s’en douter, il ne prit pas le temps de détailler sur cette appellation, se disant sûrement qu’elle en connaissait donc le sens, ce qui ne la dérangera alors pas plus que ça… Inutile de poser la question, jugea Rafael, elle en connaîtra le sens lorsque cela sera nécessaire. Mais, contrairement à ce qu’elle aurait pu attendre, non, il n’était pas perdu. Que faisait-il alors ici ? Ce n’est pas comme si la civilisation abondait en ce canyon, et à cette heure-ci, tout portait à croire qu’il n’était ni au bon endroit, ni au bon moment. Mais voyageait-il donc aussi de nuit, comme elle ? Cela paraissait plausible, bien qu’assez difficile à croire. Il n’est ici que peu de gens qui semblent arborer les mêmes habitudes qu’elle, et, si l’on ne subit pas les mêmes contraintes que L’Ange avec ses yeux, pourquoi s’embêter de se déplacer la nuit, lorsque le jour est si chaleureux et bien éclairé ?


- Elle n’est pas perdue, non.


Comment pourrait-on dire qu’elle l’était ? Elle n’avait vraisemblablement nulle part où aller, ou presque, et n’avait que peu d’idées de là où elle se trouvait, mais ce n’est pas comme si elle avait ce sentiment de venir quelque part. En fait, considérant que le titre de n’être personne lui correspondait mieux que n’importe quoi, n’était-ce pas sa juste place, que de n’être nulle part ? Ainsi, en définitive, elle n’était pas perdue, mais plutôt, là où elle devait être, et puis, en soi, elle savait déjà où ses pas la porteraient. Toujours peu encline à s’essouffler par la parole, elle prit donc la suite pour lui « répondre ».


- Elle sait où ses pas la portent, et elle sait ce qu’elle a à savoir sur là où elle se trouve.



Gardant une expression plus blasée qu’autre chose, arborant presque un soupçon de mépris sarcastique dans son ton comme pour se calquer sur l’image prétentieuse dégagée par son interlocuteur, elle n’allait pas trop en dire, pas après ce qu’on lui a appris.


- A-t-elle seulement l’air d’être née ici ?



Quelque chose troubla bien vite le peu d’attention qu’elle portait à leur discussion pas bien garnie. Une odeur, plutôt alléchante si on la comparait à ce que ses papilles avaient récemment connu, pas si lointaine, accompagnés de bruits bien anormaux. Loin du bruissement des arbustes et du roulis des pierres bercées par la brise nocturne, c’était à l’inverse presque un vacarme. Elle qui était habituée au calme de l’endroit, et avec l’affût d’une bête sauvage, n’avait pas manqué de remarquer ce qui aurait pu sembler négligeable, par ce que cet élément étranger pourrait représenter. Était-ce seulement une menace ? L’esprit alors un peu lointain, elle scrutait l’horizon comme le ferait le chien d’un chasseur, sentant quelque chose de proche.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 624
Date d'inscription : 24/08/2018

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Tac ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Lun 1 Oct - 22:28

Je ne pensais pas vraiment avoir fait bonne impression a cette personne, bien qu'elle n'en montra rien. J'avais fréquenté suffisamment de gens dans ma vie, ou en tout cas, suffisamment de fois les mêmes, pour me douter que je ne devais pas lui paraître agréable. Pour dire vrais, je ne cherchais pas vraiment à l'être. La plèbe n'avait rien à faire dans mon carnet d'adresses, et j'admets ne pas vraiment savoir pour quelle raison j'avais décidé de parler à cette créature à l'apparence aussi futuriste que ses manières était primitives. Je ne baissais pourtant pas ma garde. Pour le moment, j'étais simplement en attente. J'avais déjà vu des situations étrange se transformer en flag important a mon histoire, et je ne comptais pas en laisser passer un par simple mépris. Elle était possiblement plus maligne, ou au moins plus cultivée qu'elle ne voulait le faire croire.

Elle ne sembla pas avoir de problème avec le terme de PNJ, et cela me confirma sur le coup qu'elle venait probablement d'une époque inventée... Ou qu'elle ne voulait pas perdre de temps à me demander ce dont il s'agissait. Mais je penchais plutôt pour la première option. Le regard idiot de cette fille m'énervait cela dit. Elle était... Vide. Ses yeux étaient bêtes. Bête. C'était un mot qui lui correspondait bien. Elle semblait très vaguement curieuse, mais je n'étais pas certain -Et je ne le serais sans doute jamais - qu'il s'agisse bien d'interrogation à mon égard. Elle semblait plutôt penser tranquillement, a des choses et d'autre, revenant à moi de temps à autre. Je crois que j'étais une sorte d'élément de décors avec lequel elle interagissait, a ses yeux.
"Elle n'est pas perdue, non." Me répondit-elle simplement. Je ne dis rien de plus. Il n'y avait rien a dire, et je me contentais de réprimer un sourire lorsque je l'entendis parler d'elle a la troisième personne... C'était un peu ridicule, même si j'avais fait ça pendant une ou deux centaines d'années, pour me donner un genre.
Je continuais d'observer cette personne singulière avec un mélange d'amusement et d'agacement, partager entre l'envie de lui parler, et celle de ne plus avoir à m'occuper de cette chose. Elle continua cela dit après une petite pause, et j'eus un étrange sourire en entendant ces mots. Non pas qu'ils furent spécialement bien choisis, mais je ne pouvais nier qu'ils retranscrivent bien la sensation que nous avions pu ressentir a notre arrivée, Tic et moi. Je peinais un peu à voir dans l'obscurité. Mon corps semblait avoir perdu bien des capacité, et celle de voir dans la pénombre semblait être l'une des nombreuse qui m'avait été, sinon retirée, au moins considérablement amoindrie. Pourtant, le ton de sa voix et les quelques traits de son visage que je parvenais à distinguer me donnait l'impression d'être devant un genre de contrefaçon de ma propre attitude, et je me demandais si c'était par ironie, par moquerie, ou tout simplement par simple imitation, que mon interlocutrice prenait cet air la. Elle finit par me demander si elle avait l'air d'être née ici, et je décidais de ne pas prêter attention à cette piètre singerie.

"Nan, z'en avez pas l'air." Répondis-je tout d'abord, laissant un peu de côté, je l'avoue, ma belle langue, que je gardais pour de meilleures occasions.
"Par contre j'suppose que vous.."
J'eut un vague tic en tournant ma tête, attentif moi aussi. Mon interlocutrice avait entendu la même chose que moi, et ne semblait pas percevoir l'origine du son. Mes yeux ce plissèrent, et je me mis a scruter les ombres immobiles, méfiant... Une seconde avant que cela n'arrive, je vis l'image d'un homme littéralement apparaître, et alors que je me retournais dans la direction où il semblait devoir se trouver, j'eu la vision d'un second... Trop tard, car le premier avait déjà saisi mes mains, apparaissant devant moi, comme s'il avait été parfaitement invisible jusqu'à présent.

Je commençais instantanément à me débattre, écrasant le pied d'un de mes agresseur, frappant de la tête le menton de celui, plus grand, qui se trouvait derrière moi, avant de me rendre compte qu'au moins autant de type étaient apparus de nulle part, la vue que l'odeur, sans doute cacher jusque la, par une magie ou un objet quelconque. La jeune fille était aussi aux prises avec deux hommes et quelques personnes vinrent à leur aide... Finalement, je décidais de cesser de me débattre. Je ne pourrais pas vaincre ces gens pour le moment, alors il valait mieux ne pas leur donner de bonne raison de vouloir m'assommer, ou pire...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Dim 14 Oct - 15:19

Ft. Tac

The Old Ways
Elle ne regardait déjà plus vraiment l’homme qui lui tenait compagnie, comme si ses formes s’étaient effacées dans l’ombre. Tout le peu d’intérêt qu’elle lui avait un instant consacré s’était déjà envolé, alors qu’autre chose d’inconnu troublait sa tranquillité, au point de l’inquiéter peut-être, tant qu’elle ne savait dire ce dont il retournait. Ses yeux fuyaient donc l’homme comme un élément de l’environnement, un rocher, par exemple, et scrutait frénétiquement les environs, comme s’ils furent ceux d’une proie à l’affût, voulant se voir prête à bondir pour détaler à toute jambe. Elle se sentait lasse d’ici, et voulait bien s’en aller, mais il semblerait qu’un évènement s’apprêtât à rendre la tâche plus ardue qu’elle n’aurait dû l’être.


Il ne relâcha que quelques mots, eux aussi ignorés avec la même nonchalance, mais comme s’ils faisaient l’introduction d’une nouvelle étape, ils ouvrirent les rideaux de la scène à l’arrivée presque instantanée d’individus, visiblement bien mal intentionnés. Elle ne saurait pas dire comment ils purent si longtemps se dissimuler de ses sens, peut-être avec l’aide d’un artifice quelconque, cela dit, mais ils y parvinrent bien, et ce fut alors trop tard pour fuir d’une quelconque manière, tant la proximité forçait l’usage du pugilat avant l’évasion. Malgré cela, ses réflexes lui firent se jeter sur le côté, avant d’être interceptée par la jambe et de chuter au sol non sans violence, et ce fut vite la débâcle.


Du côté de l’homme, la lutte sembla vite laisser place à de la résignation, que ce soit par lâcheté, ennui, ou simplement par raison au vu du surnombre écrasant et d’un écart de force malgré tout. L’Ange ne l’entendait pas de cette oreille cependant, et c’est comme si son calme laissait place à une furie sauvage, à l’image d’une bête acculée motivée par la hargne et le désespoir. À terre, elle gesticulait encore, sans réussir à se relever, mais parvint à asséner un coup de pied avec suffisamment de force pour se libérer d’une première étreinte trop pressante.


Il ne la tenait plus alors, se frottant l’épaule des suites du coup qui, bien que n’étant pas du calibre d’un mastodonte, avait pour lui la force d’une certaine haine et ce petit effet inattendu, de voir quelqu’un de si humain se comporter finalement bien plus comme une bête. Un suivant la serra par-derrière, immobilisant assez efficacement ses bras, mais ce câlin bien lugubre ne dura qu’un temps avant qu’un coup de tête dans le nez et un revers du pied vers l’entrejambe ne puisse détendre la prise. Le cercle d’agresseur se resserrait alors un peu, malgré les mouvements brusques cherchant à dissuader ou éloigner, à défaut de trouver l’élan pour mettre véritablement à terre.


Une main plongea vers la tête de Rafael, que la sauvagesse accueillit d’une morsure féroce, croquant jusqu’à ce que sang soit senti et laissant un cri de douleur s’échapper du côté du pauvre bougre. Mais d’autres poignes se jetèrent vers ses bras qui griffaient et s’agitaient, limitant vite leur champ d’action, et lorsque les deux furent pris chacun à droite et à gauche, les jambes ne tenaient plus la posture, pliant et se posant à genou. Neutralisée lentement par la soumission imposée par les assaillants nocturnes, elle tentait encore de tirer de part et d’autre de son corps, en vain, remuant sa tête comme un poisson hors de l’eau, jusqu’à ce qu’une matraque vienne cueillir son crâne, et l’accueillir dans l’inconscience, le black-out.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 25
Yens : 624
Date d'inscription : 24/08/2018

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Tac ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   Dim 28 Oct - 20:15

Je ne crois pas qu'elle ne fit vraiment attention a mes mot. A vrais dire, moi non plus, je n'offrait pas à mon interlocutrice, toute mon attention. Je mentirais si je disait que ma prudence m'avait déjà averti de la présence d'intrus à la conversation tant qu'au paysage, mais je puis au moins affirmer que je n'étais plus tout à fait serein, lorsque je finit par porter de nouveau mon regard vers l'étrange femme. Elle ne semblait pas faire attention a moi. Du tout. Vexante. c'est le premier mot qui me vint. Impertinente, fut celui dont je me servis pour la désigner. Que dirais Tic si elle savait que j'avais été vexé par l'attitude d'une bête cuistre et ignare?
ignorans tant bien que mal la provocante bêtise de cette femme, c'est cet instant que j'avais choisis pour m'éclipser, et aussi le même moment que ceux dont j'ai parlé plus tôt, choisirent pour passer à l'action. Je n'avais pas cherché à me débattre longtemps, préférant sauvegarder mon énergie pour un moment plus propice. Ces gens devait avoir une raison de s'en prendre à nous, je n'allais pas leur en donner une de se montrer plus violent que nécessaire. Mon regard se tourna vers la petite sauvage avec laquelle j'avais gaspillé, dans l'espoir de tomber sur quelqu'un d'interessant, beaucoup de mon précieux temps. Un sourire discret parcourus mes lèvre. "sauvage". C'était le mot parfait pour la désigner. Elle ne montrais nis signe de reddition, ni signe de fatigue face à ces hommes plus fort et plus nombreux qu'elle, et je dois admettre avoir été agréablement surpris de l'efficacité avec laquelle la rustre se débattait. Aucun doute qu'elle avait l'habitude de faire face a des humains, et il me sembla probable qu'elle n'en fut pas à sa première joute... Et sans doute pas à sa dernière. J'eus le temps de me traiter moi même d'abrutis pour m'être demander a quoi ressemblerait cette fille avec une laisse, des oreilles de chat et en train de faire "nyan". Mon cerveaux de saloperie de croisé japonais j'imagine? Enfin. ça lui irait sans doute bien mine de rien.

Il ne falus cependant pas longtemps pour que les agresseurs, las de ce comportement, en viennent à assumer la jeune fille. Par chance, elle m'avait provider la distraction attendue, et même plus, car en plus du bruit provoquer par cette amusante joute, les agresseur étaient méfiant, et en colère. Et l'adrénaline, c'est pas bon pour la stat de mental.

le gros bourrin qui avait pris un coup dans l'épaule s'approcha de moi, et je fis de mon mieux pour paraître petit et frêle. Mon regard devint fuyant, on air paniquer, et je me débattait très légèrement, faisant mine de ne pas pouvoir faire opposition au deux gringalets qui me tenait depuis que les autres étaient partit aider leurs camarade. Il approcha son visage de moi, prenant un air intimidant qui ne fonctionna d'ailleur, pas du tout chez moi, malgré le fait que, toujours dans l'optique de ne pas avoir l'air dangereux, je me mis à reculer légèrement mon visage.

"Toi, tu vas pas bouger, et nous dire ce qu'on veut.. ok?"
J'eu un tic en entendant cet anachronisme.

*On est dans une asie moyenâgeuse... Pourquoi tu dit "OK" pauvre clodo? mdr le pokemon pitié quoi...*
"O-Oui monsieur.. S'il vous plais, je suis rien moi.. J'suis personne!"
"exactement."
conclut-il, semblant satisfait de cette apparente soumission. Je savait ou était ma place d'après lui. Ce qui n'était pas foncièrement faux, même si la place à laquelle lui et moi me voyions était sans aucun doute très différente. Pour ma pars, ce type, je pensais, et je pense encore d'ailleurs, que sa place est dans un caniveau morbide, sous la place d'un quelconque tat de chair informe.
Un autre homme derrière le colosse fis signe de ligoter fermement la sauvage a leurs pieds, précaution que je ne pouvais leurs reprocher. Ceux qui avaient la corde finirent par s'approcher de moi. Je retin ma respiration, écartant légèrement les bras, de manière à prendre plus de place que la normale, et s'il sererent aussi la corde autour de moi, je savais que relâcher mon souffle me laisserais un peu de place. Peu, bien sur. Mais assez pour être facile à détacher.
Jusqu'à maintenant, je n'avais pas opposer de résistance, et je n'en présentis pas non plus lorsqu'ils me placèrent, avec la fille, contre un rocher plutôt large.
"Vous.. Vous n'allez pas nous tuer hein?..."
demandais-je, toujours dans mon rôle de victime, ce a quoi le plus grand, qui semblait bien s'amuser, répondit sous le regard fatigué de celui, plus maigre, qui avait demandé à ses compagnon de nous attacher.

"Tout dépend de ce que vous nous dites."
"Je vous dirais ce qu'il faudra! "m'exclamais-je immédiatement.
je comptait rapidement ceux qui nous entouraient. Il y en avait sept, tous équipés d'armes orientale de piètre facture, contrastant avec la manière impressionnante avec laquelle ils nous étaient tomber dessus.
"Vous avez un magicien avec vous?..."
Le grand m'attrapa par les cheveux pour lever ma tête vers lui.
"C'est moi, qui pose les question ici..."
J'eut, je l'admet, du mal à ne pas lui renvoyer un regard assassin, mais je parvint finalement a me contenter de hocher la tête, les larmes aux yeux.
*j'te f'rais bouffer l'cul par tes potes fils de pute..*
"Oui monsieur, pardon..."
après quoi il recula, satisfait. Son collègue demanda à l'un des bandit de "réveiller" la jeune fille a mes cotés, mais la position dans laquelle j'étais ne me permis pas de voir si elle réagit instantanément a l'approche d'un agresseur, ou si elle dut, comme le bruit le suggéra, attendre une claque ou deux… Mais j'étais en confiance. Je savais que tout ce passera bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: The Old Ways   

Revenir en haut Aller en bas
The Old Ways
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ten thousand promises, ten thousand ways to lose... ♠ Oktavia
» Una • ❝People don't change, they just find new ways to lie.❞
» Fifty ways to say goodbye - LUCIEN
» [M] ▲ JOSH HUTCHERSON - There are plenty of ways that you can hurt a man
» (F/PRISE) JENNA COLEMAN • save you from your old ways.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Grands canyons-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.