Partagez | .
Homunculus en détresse
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Homunculus en détresse   Lun 10 Sep - 20:54

Ft. Svenja

Homunculus en Détresse
Plusieurs jours semblèrent une éternité depuis que bel Aalm devint Kosaten. Et alors, au lieu de Mas-Cersa, l’on trouvait Chikai, et en remplacement de Kor-Venye, c’était Tokonatsu, tant de noms qui changeaient du tout au tout de par les lettres et sonorités, un monde tout entier, sa culture, ses lois, qui viraient d’un bord à l’autre. Des regrets ? Non, pas le moindre. Jamais elle n’avait été aussi proche de sa liberté d’être, de vivre, d’exister, jamais elle n’avait aussi peu craint de rencontrer un commissaire au coin d’une rue pour lui dire que tout n’avait trop duré, et pourtant, était-ce un salut ? Le sceau n’était qu’une toute autre laisse, toujours si douloureuse, si contraignante, une chaîne sans acier que la clouait et la forçait à obéir. Cette même chaîne qui se fut rétractée jusqu’à la porter à son nouveau propriétaire, maître, l’empereur de Seika, avant de se détendre comme pour lui dire « Va, va et obéis, suis la voie qui t’es montrée. ».


Et il n’y eut besoin de longs mots ou regards pour comprendre quelle soumission se devait être, car les faits seuls, la vérité des alentours, les pas, tout du monde inspirait sa place à l’Elue qui ne voyait en ce terme qu’une énième malédiction de servitude. Elle l’honorerait, comme toujours, sans daigner se plaindre à défaut d’y trouver une quelconque oreille attentive de toute manière. Elle obéirait, oui, et se rangerait du côté de ceux qu’elle avait joint sans qu’on ne lui demande un quelconque avis, puisqu’après tout, sous quel prétexte ce dernier aurait-il jamais eu une quelconque importance ? L’Ange n’avait qu’à être reconnaissante de sa simple survie, et, à ce titre, qu’importaient les tourments, tant qu’elle obéissait. Obéir pour vivre, comme le disaient ceux d’en eux, touchés par la lumière de Syn-Mazaar.


Un discours ne fut point, et elle savait quoi faire. Les ordres directs n’avaient pas lieu d’être, puisque tout bon chien bien élevé et maté qu’elle était, elle savait pertinemment où se rendre et comment se comporter pour se faire oublier des regards qui n’avaient pas à supporter sa présence, et se montrer suffisamment pour avoir une quelconque utilité. C’était comme de l’autre côté des étoiles, ici, la seule différence était la nature de l’arme pointée contre la tempe pour faire obéir. Là-haut, tout était bon, passant par les pires formes de violence, et ici, on préférait l’art subtil d’une marque bien dissimulée, mais néanmoins si présente et permanente… Était-ce vicieux d’y voir une forme d’hypocrisie ?


Sa route la menait donc à Tokonatsu, un des noms qu’elle gravait déjà dans sa mémoire de brave petit soldat, déjà châtié mille fois pour s’être laissé allé à l’oubli des noms de dignitaires par le passé, et ses pas ne trahissaient pas l’entrave que son esprit se sentait imposé, bien au contraire. Le rythme de déplacement était satisfaisant, profitant du couvert de la nuit pour se reposer, à l’abri des autres populations de Seika qui, bien que non-haïe, était préférées dans leur absence aux yeux de Rafael. Comme à l’habitude qu’elle se faisait donc depuis son arrivée, L’Ange marchait depuis le coucher de l’astre du jour, jusqu’à ce que ce dernier se lève, préférant passer les moments les plus éclairés à dormir dans un coin et profiter des instants de la Lune pour les activités plus éveillées, trouvant cette ambiance bien plus reposante pour ses yeux trop habituées aux fumées occultant les cieux de sa planète natale. Il était alors amusant de constater qu’à ce rythme de marche, elle ne perdait pas vraiment de temps en comparaison aux autres voyageurs plus diurnes, mais ce qu’elle n’avait que peu à l’esprit, c’est qu’elle s’en faisait bien plus visible.


Tokonatsu était déjà bien visible, annonçant une arrivée en ville imminente dans les 24 heures et présageant une halte bien méritée pour celle qui se mettait en route vers le temple de sa nation. L’allure du trajet se dévoilait donc comme une forme de pèlerinage, si l’on en oubliait le manque flagrant d’idées spirituelles au profit d’un certain sens du devoir encore très flou. Mais le but final de ses pas n’était pas le sujet du jour, puisque ce serait donc une péripétie bien précise qui attirera l’attention. Cela commença par quelques pas, les pas d’une demoiselle encore bien jeune, tapant le sol pavé d’une allure vive, surmontés par une silhouette bien humaine éclairée par la lune. Le soir venait de se coucher sur cette région de Kosaten et, déjà, les voyageurs s’étaient pressés de quitter les routes, peu envieux du sort que pourrait leur réserver le destin s’ils faisaient chemin la nuit. Celle alors qui troublait le silence de la nuit fut finalement lentement rejointe par l’une de ces choses que craignaient souvent les nomades, annoncée par d’autres pas. Des pas encore invisibles, à peine audibles. Plus nombreux qu’un seul, et, étrangement, dégageant une hostilité manifeste…


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 64
Yens : 465
Date d'inscription : 27/08/2018

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Svenja de Maribor ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   Lun 10 Sep - 22:22

Homunculus en Détresse
FEAT : Rafael
Croquant à pleines dents dans une pomme, la sorceleuse observait les étoiles apparaître petit à petit dans le ciel de Kosaten qui lentement s’assombrissait. Allongée sur une botte de foin à l’arrière d’une charrette marchande, elle repensait à cette nuit passée à l’auberge avec Eleanor. Elle avait quitté à regrets la jolie rousse, mais leurs destinations respectives étaient à l’opposé l’une de l’autre ; et c’est après des adieux fort douloureux que Svenja prit la route pour la ville de Tokonatsu, prochaine étape de son périple vers la capitale.

La route s’annonçait longue mais, fort heureusement, notre amie savait se débrouiller lorsque cela était nécessaire. Allant de charrette en charrette, elle proposait de louer ses services en tant qu’escorte mais tout les commerçants avaient déjà acheté les services de mercenaires, tous sauf un. Il s’avérait que le pauvre homme ne pouvait s’offrir les services d’un protecteur, sa bourse malheureusement fort maigre. Qu’à cela ne tienne, Svenja se mit bien vite d’accord avec le bougre ; elle proposa d’assurer la sécurité des marchandises et de leur propriétaire en échange de nourriture, rien de plus, rien de moins, inutile de préciser que l’offre fut acceptée sans la moindre hésitation.

Et, depuis déjà maintenant bientôt cinq jours que le voyage avait commencé, aucun incident n’était survenu ; pas le moindre brigand, pas la moindre menace potentielle. D’abord totalement aux aguets, Svenja avait passé tout le premier jour de voyage installée aux côtés du marchand à l’avant de la carriole, scrutant sans cesses les alentours ; et durant la deuxième journée, elle avait décidé de prendre place au milieu des marchandises, confortablement installée sur le foin qui traînait dans le seul espace libre de l’arrière de la charrette, assez spacieux pour s’y allonger sommairement si l'on pliait un peu les jambes. Qu’importe si une personne mal-intentionnée venait à surgir d’un buisson, elle serait assez prompte que pour honorer sa part du marché.

Histoire de tuer un peu le temps, la conversation s’engagea bien vite avec le marchand, qui plutôt que de raconter sa vie à l’élue, lui demanda de lui expliquer comme était le monde d’où elle venait ; pour le coup il n’allait pas être déçu, elle avait de quoi raconter pour un trajet au minimums trois fois plus long. Et c’est ainsi que se déroula le reste du trajet, jusqu’à arriver en cette soirée déjà bien avancée. Le soleil avait à présent disparu, laissant la place à la lune, lorsque la sorceleuse arqua un sourcil, interrompant l’histoire prenante d’une de ses chasses les plus mémorables.

- On ne s’arrête pas pour la nuit ? Il y a un problème ?

D’ordinaire, le marchand arrêtait la charrette sur le bas-coté de la route et installait son couchage sous la charrette, laissant à Svenja la place dans le véhicule de bois. Le marchand la rassura aussitôt alors.

- Non aucun problème m’dame, c’est juste que Tokonatsu n’est plus très loin, alors plutôt que de dormir à la belle étoile, autant continuer et trouver une auberge !

En voilà une idée qu’elle était bonne ! Svenja croqua à nouveau dans la pomme et allait reprendre son histoire, lorsqu’un son ne vienne titiller ses oreilles. Sans dire un mot, elle se redressa et bondit pour se retrouver sur ses pieds, scrutant déjà le chemin en avant de la charrette. Difficile de voir quelque chose maintenant que le soleil était couché, mais pas pour la sorceleuse qui, en élargissant ses pupilles félines, pu apercevoir du mouvement ; deux silhouettes, une grande et une petite, qui semblaient lutter de manière bien inégale l’une contre l’autre. Pas besoin d’en voir plus pour savoir ce qu’il se tramait.

- Arrêtez la charrette… Et attendez-moi là.

Sautant alors de l’attelage alors même que le marchand ne l’avait pas arrêté, la sorceleuse se réceptionna en douceur en pliant les genoux jusqu’à se retrouver presque accroupie au sol ; s’élançant ensuite vivement vers les deux personnes en conflit tout en portant la main à sa lame d’acier. Plus elle s’approchait et plus la situation devenant claire ; un homme massif et à l’allure peu avenante tenait fermement les poignets d’une personne bien plus frêle dont elle n’arrivait pas encore à déterminer si il s’agissait d’un homme ou d’une femme ; peu importe que ce soit l’un ou l’autre, elle n’allait pas laisser passer ça.

- HEY TOI !

Surpris, le gaillard tourna la tête en direction de la sorceleuse qui venait de dégainer son épée, venant ensuite abattre violemment le plat de la lame sur le visage patibulaire de l’homme qui, sous le choc, fut forcé de relâcher sa victime pour porter ses mains à son visage ; son nez fraîchement cassé commençait déjà à déverser d’épais filets de sang. Toute menace écartée temporairement, Svenja s’approcha alors de la personne qui venait d’être agressée, et qui portait une tenue des plus singulières, en lui tendant la main pour l’aider à se relever.

- Est-ce que ça va ? Il ne t’a pas fait de mal ?


Codage @Papy Reika
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   Sam 15 Sep - 20:54

Ft. Svenja

Homunculus en Détresse
Une ombre se détacha de la nébuleuse nocturne, émanant du noir d’encre de ces côtés de la route épargnés par la lueur sinistre de la Lune pour laisser place à cette imposante silhouette humaine, celle d’un homme même, bien en chair, avec la stature d’un chêne, si la comparaison fut permise. Ses pas trahissaient de manifestes intentions de nuire, tandis que ce qui se distinguait de ses vêtements ne présageait rien de bien riche. Son visage, alors légèrement rendu visible d’une faible lumière lunaire, montrait une belle balafre sur la joue gauche, cicatrice de guerre d’un vétéran des grands chemins, que ses yeux perçants d’une grande malveillance rehaussée de cruauté ne faisaient qu’empreindre d’une aura intimidante bien certaine. Voici les premières couleurs du hors-la-loi, un tire-laine de la pire espèce, qui se donnèrent à la vue de L’Ange, lorsqu’elle se retourna, remarquant enfin la présence inhospitalière qui lui emboîtait le pas.


Avec plus de temps, elle remarqua que de près, sa taille imposante ne lui annonçait rien de bon. Elle, qui n’avait jamais été une athlète de haut niveau, palissait d’une certaine frayeur à la vue du colosse de chair et de muscles, que sa vision biaisée par sa faiblesse surestimait peut-être, mais sans grand tort : qui pourrait se passer de prudence, au stade où cette « Elue » fut placée, depuis son arrivée, et pour sûrement trop longtemps à venir encore ? Une chevelure brune rappelant l’écorce, noircie par les reflets de ténèbres de cette heure avancée de la soirée, surmontait alors son crâne comme une crinière, et l’on pouvait remarquer un faible éclat au niveau de sa ceinture, l’acier tranchant d’une lame de poing, digne d’un grand détrousseur, qui reflétait les lointains rayons de l’astre.


- Ta faiblesse ne te portera pas assez loin.


Elle recula, de quelques pas hésitants, pensant bien courir de peur d’être dans une bien lugubre situation, à raison, mais s’en passa bien vite. Cette voix, qui retentissait silencieusement en son crâne, avait bien raison, lui affirmant son incapacité à distancier son opposant, que ce soit en termes de vitesse ou d’endurance. Les derniers jours, rudes, lui démontrèrent qu’elle ne valait pas mieux qu’un bambin, alors à quoi bon ? Lui, avançait, plus certain, raccourcissant l’écart de plus en plus, entre elle et lui. Il était certain de sa domination, que ce soit par expérience, ou simplement en le lisant dans ce qu’il distinguait des yeux de celle qui lui faisait face. Très vite, il était à portée de bras, et n’avait plus qu’un geste à faire.


- Pas bien prudent de se promener la nuit toute seule, hmm ?



Un sourire carnassier accompagna sa moquerie pleine de cruauté et de sadisme, ce qui ne laissa que le choix d’agir par le désespoir à Rafael. Un pas de côté, l’envie de partir, puis cette même fatalité qui revenait, et l’on choisit un coup plus bas, se baissant et propulsant des poussières vers le visage de l’agresseur. Manœuvre à la va-vite, finalement plutôt inefficace, puisque se frottant le visage d’une main en pestant, il n’avait qu’à jeter l’autre en avant pour retenir le poignet de celle qui ne voulait plus que se faire la malle. Raté, et au plus au point. Elle était prisonnière de son emprise ferme, alors qu’il resserrait l’étau en la saisissant des deux mains, brisant tout espoir de fuite et épuisant le peu de forces qu’il lui restait alors qu’elle voulait se débattre, même si toute la conviction du monde ne la menait plus nulle part.


Un cri, suivi d’une nouvelle forme de violence, fut finalement le salut de la jeune demoiselle en détresse. L’homme surpris n’eut pour réponse à ses inquiétudes en entendant cette présence se rapprocher qu’un coup de métal au visage, heureusement pour lui sans tranchant, mais de loin avec tout ce qu’il fallait pour ruiner plusieurs jours à venir, et au moins cette nuit-ci. Alors que l’écarlate s’échappait comme il pouvait, et que ses gros doigts sales peinaient à le retenir, il grommelait encore et maudissait l’auteur de cet affront, menaçant sans que cela soit trop compréhensible qu’il n’en finirait pas là, et s’écartant en titubant comme il le pouvait. Reviendrait-il à la charge, armé de ce qu’il avait sur lui, pour prendre sa revanche ? Profiterait-il de l’occasion pour se faire oublier comme il le pouvait ? L’Ange ne s’en soucia pas, et se contenta d’accepter cette aide bienvenue.


- Merci, mais elle va bien.



C’était tout ce que la gratitude put alors lui arracher, des mots qu’elle prononçait presque comme un soupir les yeux fatigués et désolés. Elle était encore légèrement secouée, et se contentait encore de se relever, pleine de poussière. À ce moment, elle aurait pu donner beaucoup pour être un peu n’importe où, mais ailleurs, la seule envie de disparaître en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 64
Yens : 465
Date d'inscription : 27/08/2018

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Svenja de Maribor ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   Lun 17 Sep - 20:33

Homunculus en détresse
FEAT : Rafael
Bien que légèrement étouffée par le masque se trouvant sur la bouche de la pauvre victime, Svenja pu reconnaître sans mal une voix à la sonorité féminine ; elle n’eut cependant pas le temps d’engager plus la conversation, car déjà dans son dos, elle pouvait déjà entendre le pas lourd et menaçant du brigand qui s’était apparemment remit du choc de l’acier froid sur son horrible tarin. Resserrant ses doigts sur le manche de son épée, la sorceleuse se mit à sourire, cela faisait un petit temps qu’elle n’avait croisé le fer avec un humain, et l’occasion se présentait d’elle-même, que demander de plus ? Un dernier regard vers celle qu’elle venait de sauver, ainsi qu’un petit conseil d’amie.

- Restes à l’écart, et si tu n’aimes pas la violence, détournes les yeux.

A ces mots, elle fit volte-face pour observer le bandit de grand chemin qui, la moitié inférieure du visage recouverte de sang, dégainait ce qui semblait être une épée courte, en invectivant de manière fort peu courtoise notre amie en armure sombre. Le ton était énervé, on pouvait y déceler de la colère, et surtout de la rage envers cette femme aux cheveux blancs qui venait interférer dans ses petites affaires.

- Espèce de salope ! Je vais te saigner comme une truie !

Toujours le même genre de discours avec les voyous, bien que certains savaient se montrer plus imaginatifs et employaient des mots assez fleuris. Se déplaçant sur le côté sans quitter l’homme du regard, Svenja faisait quelque peu tournoyer son épée dans sa main tout en analysant son adversaire. Il était massif, signe d’une force importante, mais ses mouvements trahissaient déjà son point faible ; ce type était lent, et c’est ce qui allait causer sa perte, à coup sûr.

- Eh bien, je suis curieuse de voir ça, approches donc !

Il n’en fallut pas plus au brigand pour s’élancer de toute sa masse en direction de Svenja qui n’eut aucune difficulté à esquiver l’assaut, une simple pirouette sur la droite et le tour était joué. Elle laissa échapper un petit rire moqueur, posant ses yeux ambrés sur son adversaire avec mépris.

- Eh bien ? Un problème ?

- CATIN !

Un nouvel assaut, accompagné cette fois de plusieurs coups d’épée lancés en direction de la sorceleuse avec une certaine vivacité ; mais rien de compliqué une nouvelle fois. Elle se contentait en effet d’esquiver la lame à chaque passage de cette dernière, faisant un pas en arrière, un sur le côté ; aveuglé dans sa colère, le malandrin ne remarquait pas qu’il était en train de jouer le jeu de Svenja qui cherchait à l’éloigner de la jeune femme le plus possible ; une fois cela fait, un nouveau sourire, plus carnassier celui-ci, se dessina sur les lèvres de la louve.

- Bien… A mon tour.

Ce fut au tour de la sorceleuse de passer à l’attaque, avançant tout en se montrant plus agressive dans le combat qu’elle ne l’avait été il y a encore quelques instants. On pouvait voir qu’elle prenait son temps, qu’elle jouait avec l’homme comme un chat le ferait avec une souris ; elle virevoltait aisément pour éviter les rares contres-attaques de son adversaire, on aurait presque pu penser qu’elle exécutait là une danse mortelle dont le pas final allait bientôt arriver.
Un cri atroce retentit alors, mettant fin au combat car l’homme tomba à genoux sur le sol, tenant contre lui son bras droit en gémissant de douleur, accompagné du tintement métallique de sa lame tombant elle aussi sur la route.

- Ma… MA MAIN ! ELLE M’A TRANCHE LA MAIN !

Sans dire un mot, elle vint se placer aux côtés de l’homme, toujours debout, avant de lever sa lame qui brillait sous l’éclat de la lune, laissant voir un liquide aux reflets carmin couler le long de l’acier. Trop concentré sur le moignon de son bras, le brigand ne vit pas la lame se lever, et il ne la sentit pas s’abattre sur sa nuque, faisant rouler sa tête au sol et mettant une fin définitive à ses cris de douleur. Immobile et silencieuse pendant de courtes secondes, Svenja essuya la lame de son épée sur le vêtement du cadavre afin d’en ôter le sang, la rengainant ensuite dans le fourreau accroché dans son dos.

- Tss… Minable…

Elle s’accroupit auprès du corps et commença à le fouiller sommairement, mais elle ne trouva rien de très utile, à peine une poignée de yens et c’était tout, rien de plus ; même l’arme de feu le brigand ne valait rien, autant la laisser là et ne pas s’en soucier. Soupirante, elle se remit debout pour s’approcher à nouveau de la jeune fille, lui adressant un sourire des plus amicaux qui pouvait paraître malsain, vu que son visage avait été éclaboussé par plusieurs filets de sang lorsqu’elle avait tranché la tête du sombre individu, et elle s’en était à peine rendue compte. Se penchant légèrement en avant pour fixer la demoiselle de ses yeux félins, Svenja esquissa un autre sourire, plus doux celui-ci.

- C’est pas très prudent de se promener seule en pleine nuit, tu a eu de la chance que je passe par là.

La sorceleuse se redressa alors tout en étirant ses bras au-dessus de sa tête et en laissant échapper un  léger soupir, sans savoir qu’elle venait d’utiliser les mêmes mots que l’homme qu’elle venait d’abattre lorsque ce dernier s’était adressé à sa potentielle victime. Elle tendit ensuite sa main en direction de la demoiselle pour échanger une poignée de mains, tout en se présentant.

- Moi c’est Svenja, et toi ? Tu allais quelque part en particulier ?


Codage @Papy Reika
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Yens : 409
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 19
Localisation : Encore inconnue

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
0/6  (0/6)
avatar
Rafael ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   Lun 24 Sep - 19:55

Ft. Svenja

Homunculus en Détresse
C’était déjà reparti. L’homme avait de l’esprit combattif, et la douleur comme le sang ne surent faire cesser ses envies de violence, qui, au contraire, se trouvaient d’autant plus amplifiées par la rancune. Sous le geste bienveillant de sa « sauveuse », Rafael s’exécuta et recula pour se placer un peu de côté, et regarder tranquillement le spectacle. Elle n’était pas particulièrement fière de laisser une autre se battre pour elle, mais elle n’allait pas râler si on lui épargnait des dangers inutiles. Cependant, elle ne prit pas la peine de détourner les yeux, relativement… Intéressée, à l’idée de voir le sang couler un peu plus.


Quelques injures plus loin, prouvant la bienséance débordante du bandit, et il s’approchait d’une allure patibulaire et un peu balourde. Il était bien du genre armoire à glace, tout en taille et en force, et pas grand-chose dans le jeu de jambes. L’Ange ne saurait alors pas dire si son « amie » du moment était vraiment enjouée par l’affaire, mais il était certain que l’on pouvait presque voir une sorte de jeu dans sa manière de narguer son opposant et dans la façon dont elle maniait la lame et esquivait sans problèmes la colère du bandit.


Tel quel, l’on voyait mal le gros colérique un peu empâté ne serait-ce que blesser sa cible, tant ses mouvements hargneux et imprécis taillaient le vent à défaut de toucher celle qui se contentait d’une sorte de léger pas de danse. Et les insultes n’y firent rien, tant il enrageait seul de son impuissance et s’excitait en futilités, et tant elle poursuivait son cours, totalement sur la défensive sans nul besoin de plus que de simplement se décaler un peu. C’était amusant, comme regarder danser une petite flamme d’une bougie. Il n’y avait pas le charme de l’incertitude, à voir comment avançait la chose, mais il y avait un petit intérêt à observer ce qui se passait, une curiosité enfantine presque morbide.


On aurait pu lui parler, lui taper sur l’épaule, la bousculer, même, que rien n’en aurait fait, tant Rafael était captivé par le spectacle, plus enfouie encore dans ce qu’elle observait lorsque le retournement tant attendu, l’offensive de la dame, se présentait. Elle avait vu bien plus mouvementé, principalement en son & lumières, comme combat, mais ce petit échange au clair de lune, si proche et lointain, lui inspirait quelque chose de neuf, d’inédit, par rapport à ce qu’elle avait déjà vécu. Le clou vint alors, après quelques enjambées de plus, lorsque le cri de l’antagoniste retentit pour troubler la paix de la nuit, elle-même que l’éclat des lames n’avait alors pas su troubler.


Le lever de rideau, amorcé alors par la lame qui heurtait le sol et le flux écarlate qui coulait en torrent sur les pavés poussiéreux de la route, s’abattit sur la scène en même temps que l’épée sur la nuque, tranchant avec la vivacité d’un éclair et la douceur d’une brise du soir. Hélas, si le cadavre puant et la tête paralysée dans la peur et le rictus de douleur ne périssaient pas la beauté de l’acte, l’on aurait bien pu croire à une œuvre théâtrale comme celles de Mas-Cersa, brillant dans une grande simplicité, accompagné de suffisamment de sang pour captiver la foule. L’Ange dut se retenir avec vigueur pour ne pas applaudir.


S’approchant un peu tandis que la meurtrière fouillait sa victime avec visiblement une certaine curiosité, elle demeurait bien silencieuse, observant toujours -ce qu’elle a toujours fait le mieux et avec grande ferveur. Lorsque l’attention de la dame se reporta sur la demoiselle, avec déjà la clarté de la Lune en opposition avec ce tranchant macabre qu’elle arborait lorsqu’elle exécutait sa besogne, c’était un autre sermon qui lui fut adressé, ironiquement bien similaire au salut que lui avait imposé le défunt, peu avant sa mort non-naturelle. Répondant alors à la main tendue, elle allait pour répondre.


- Elle n’aime pas voyager le jour, la nuit lui est plus confortable… Elle ne l’a juste pas vu venir, sinon elle se serait cachée. C’est Rafael, mais son ami l’appelle « L’Ange », elle va vers la ville à quelques pas d’ici.


Tout était dit. De l’accident du soir, qu’elle aurait habituellement évité en détalant comme un lièvre à travers les aléas du paysage et en se terrant comme un insecte où elle l’aurait pu, jusqu’à sa destination, qui était parfois visible déjà à l’horizon, selon les reflets de la Lune, passant par son nom, celui qu’elle porte, et celui que son « ami » lui donne… Lui, et de plus anciens souvenirs. Un peu enthousiaste, que ce soit par cette étincelle qu’elle ressent depuis ce qu’elle a vu, ou par la venue de quelqu’un qui lui paraissait finalement plus amicale que beaucoup d’autres, elle ne relâchait pas sa mine abattue habituelle, comme si son chien avait été écrasé à l’instant sous ses yeux, mais se sentait déjà assez lancée pour continuer.


- Et vous ? Y allez-vous aussi ? Ce n’est pas loin, et l’on marche mieux en groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 64
Yens : 465
Date d'inscription : 27/08/2018

Progression
Niveau: 3
Nombre de topic terminé: 1
Exp:
4/6  (4/6)
avatar
Svenja de Maribor ¤ Inconnue ¤

- En ligne



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   Jeu 4 Oct - 19:46

Homunculus en détresse
FEAT : Rafael
La sorceleuse serra alors amicalement la main de la dénommée Rafael, qui se présenta de manière un peu particulière, parlant d’elle-même à la troisième personne ; vu qu’elle avait tout l’air d’être une élue, c’était certainement là la manière de parler dans son monde d’origine, c’est pourquoi la louve n’allait pas faire de remarque à ce sujet, elle sourit au contraire en apprenant le nom de la demoiselle, mais aussi comment elle s’était retrouvée dans cette situation.
Voyager de nuit avait effectivement certains avantages, mais également des inconvénients, la preuve en était le cadavre qui se vidait de son sang à quelque pas de là.

- Enchantée de faire ta connaissance Rafael ; la ville dont tu parles, c’est Tokonatsu ?

Il s’agissait effectivement de cette ville, lorsque Rafael ajouta qu’elle était toute proche, cela ne pouvait pas être un autre patelin. Relâchant alors la main de la demoiselle, Svenja allait lui faire une proposition, mais elle fut coiffée au poteau, son interlocutrice ayant eu la même idée bien plus rapidement qu’elle. Elle eut alors un petit rire amusé par le cocasse de la situation, tout en hochant la tête.

- J’allais justement te proposer la même chose ! Et en plus de ça, on aura même pas besoin de marcher pour y aller.

C’est après lui avoir adressé un petit clin d’oeil que Svenja se tourna pour faire face à la direction par laquelle elle était arrivée quelques instants plus tôt. Se doutant que le marchand avait certainement entendu le bruit du combat et les cris du bandit, il devait se demander quelle était à présent la situation. Elle héla son compagnon de route en parlant fort, criant presque, pour être sûre d’être entendue.

- C’EST BON, VOUS POUVEZ VENIR, TOUT VA BIEN !

Quelques instants plus tard, le bruit des sabots d’un cheval martelant les pavés de la route commença à se faire entendre, suivit bien vite par le son caractéristique des roues d’une charrette qui se déplace à une allure lente. Les mains sur les hanches, la sorceleuse fit de nouveau face à la demoiselle, un petit sourire aux lèvres, alors qu’elle désignait d’un mouvement de tête l’attelage qui approchait tranquillement.

- Je sers d’escorte à un marchand qui se rend justement à Tokonatsu, et je suis sûre qu’il ne verra pas d’objection à ce que tu nous accompagne dans sa carriole, ça ira plus vite pour atteindre la ville plutôt qu’à pieds.

- Que s’est-il passé ici ?

Le marchand était arrivé à leur hauteur ; petit monsieur d’un certain âge au visage rond et jovial, garni d’une épaisse moustache de grand-père, il observa le corps inerte sur le sol dans un premier temps, avant de poser ses yeux pétillants de bienveillance sur la jeune femme qui ne lui avait pas encore été présentée. Levant la main dans un geste rassurant afin d’éviter toute mésentente, la sorceleuse prit la parole pour expliquer le tout.

- La jeune fille ici présente, Rafael, était en train de se faire agresser par l’homme qui est au sol ; je me suis juste contentée de lui porter secours.

Elle termina sa rapide explication en souriant, avant d’ajouter presque aussitôt.

- Elle se rend également à Tokonatsu, est-ce qu’elle pourrait nous accompagner ? Je ne voudrai pas qu’il lui arrive d’autres mésaventures.

Pensif pendant un petit instant, le marchand itinérant esquissa un sourire en hochant la tête.

- Evidemment ! Je vais faire un peu de place à l’arrière, vous pourrez vous y installer toutes les deux.

Sur ces bonnes paroles, il passa à l’arrière de son véhicule, réorganisant les marchandises afin de gagner un maximum de place.
Svenja grimpa avec aisance pour donner un petit coup de pouce à l’homme, avant de tendre une main gantée de cuir en direction de Rafael, pour l’aider à la rejoindre dans la charrette, un nouveau sourire aux lèvres.

- Allez, monte… Il y a de quoi manger si tu as faim, et à boire si tu a soif.


Codage @Papy Reika
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Homunculus en détresse   

Revenir en haut Aller en bas
Homunculus en détresse
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Empire de Seika :: Ville de Tokonatsu-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.