Partagez | .
Le paysan et le noble [PV : Saber]
Invité Invité

-



MessageSujet: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Lun 29 Déc - 16:08

Chaque pas que faisait Engiru dans le sable laissait une trace derrière lui, le temps que l'eau de la mer vienne les remplir et les effacer. En attendant, le jeune homme profitait du bon temps, des embruns marins et de tout ce que la nature avait d'autre à offrir dans le même genre. Il se souvenait à quel point c'était revigorant de faire face à une grande bleue, voir toute cette puissance et cette immensité aussi calme, c'était même apaisant. En tant qu'élu, Engiru ne savait plus vraiment quoi faire, entre les sorties limitées par les agents du gouvernement et la nature qui n'attendait que lui pour qu'il en profite comme au bon vieux temps. Il a fallu seulement un gouvernement avide pour le séquestrer chaque jour dans une immense bâtisse qui regroupait tous les élus. Il n'avait pourtant pas la moindre idée de ce pour quoi exactement on l'avait élu, mais ça devait pourtant bien être pour quelque chose. Une histoire de prophétie ? Engiru serait alors l'un des seuls aptes à pouvoir changer le monde, mais alors pourquoi lui ? Zanark aurait été le meilleur pour sauver ou détruire le monde, vu la puissance qu'il possède, mais voilà, le gouvernement en avait décidé autrement.

Riche de toutes ces réflexions s'en alla alors pour tenter d'en savoir un peu plus, toujours plus, sur ce monde et se spécificités. Heureusement le village n'était pas loin et il ne lui fallait qu'une petite heure pour y parvenir, ce qui lui permettait de faire l'aller-retour rapidement. Le jeune homme était encore une fois en pleine mission, mais elle ne l'intéressait pas beaucoup, à la place il avait juste envie de se détendre pour une fois. La nature ne cessait de l'appeler, et il répondait aussi souvent que possible, mais encore une fois les animaux n'étaient plus les mêmes, il ne pouvait plus les combattre ou vivre en cohabitation avec eux, car leurs points faibles étaient différents. Même les plantes n'étaient plus celles de son monde respectif, il devait tout le temps regarder dans un livre celles à éviter, au lieu de simplement avaler tout ce qui passait à sa portée. Il retenait bien évidemment les toxiques, le reste il pouvait bien les manger sans crainte, il avait développé un bon système immunitaire depuis le temps. Tout avait changé, y compris certains métiers, ce qui le rendait inapte à exercer beaucoup d'entre eux.

Cependant la cuisine était heureusement toujours présente, restaurants, brasseries, ou simplement dans les maisons. Cet art était exercé encore partout, et c'était une bonne chose, Engiru pouvait largement en profiter pour s'enrichir la tête, et l'estomac aussi. L'argent était souvent un problème, alors il se contentait de déployer son odorat et ouïe au maximum afin de mieux percevoir les différents plats. Camouflé, il entrait dans beaucoup de maisons et se contentait d'observer les habitants cuisiner en retenant les composants. Plus le met était délicieux, plus Engiru s'en mettait plein les papilles et le crâne, il pouvait ainsi affamer ses futurs adversaires en retenant l'empreinte olfactive de chaque plat. C'était comme une combinaison de cadenas, il suffisait de retenir la séquence et de la reproduire, c'est notamment pour ça que certains symboles pouvaient apparaître pour des combinaisons différentes, car de nombreux ingrédients étaient communs entre de nombreuses recettes. Bien entendu ce n'était pas limité aux lettres de l'alphabet, il y avait autant d'ingrédients, épices et autres, que de symboles informatiques connus, ce qui donnait des possibilités infinies de combinaisons. Qui pourrait croire qu'en additionnant simplement du curry, du riz et du poulet, on pouvait obtenir un plat succulent à faire lécher les babines de tous les gens alentour ? Un mélange d'une épice, d'une viande, et d'une céréale, peut-être accompagné d'une sauce à base de produits laitiers et de farine d'une autre céréale. La cuisine n'était pas bien compliquée au final, c'était un peu comme des maths.

Une fois sa dose de cuisine emmagasinée, et vu que la période de midi était déjà passée depuis une bonne heure, Engiru sortit de la maison dans laquelle il se trouvait actuellement. Il se dirigea alors vers la plage pour reproduire ces plats et ces odeurs qu'il avait retenus, pour le peu de mets qu'il avait eu la chance de voir se préparer de A à Z sous ses yeux. Il avait tellement l'habitude de jongler avec les odeurs que plus rien ne lui mettait l'eau à la bouche, seulement si il avait très faim et que tout paraissait délicieux, même un marron par terre.

Mais alors qu'il s'exerçait, un groupe d'individus s'approchait de lui dans une intention inconnue, sans doute Engiru avait-il mal choisi de ne pas se camoufler en public. Visiblement leur but n'était pas pacifique, à en croire les armes blanches qu'ils avaient en main, mais pourquoi s'en prendraient-ils à un inconnu qu'ils n'avaient jamais vu, même pas en photo ? Cette question demeurait sans réponse, du moins venant de lui.


-Eh toi, t'es un élu, pas vrai ? Tu dois être bien payé par ton gouvernement, pas vrai ? Combien tu reçois pour tes missions ?

-T'es sûr que c'est bien un élu ? Si ça se trouve il vient juste d'un village.....Où tout le monde porte un masque.........et qui s'habille avec des tenues voyantes...............

-Nan, ça se peut pas, ils l'ont recruté parce qu'il a des pouvoirs, mais il doit pas être du genre puissant physiquement, on a l'avantage.[/color]

-Mais alors, tu sais où il cache son argent ? Il a pas l'air d'avoir des poches dans ses fringues...

-Ouais t'as raison, il doit bien l'amasser quelque part l'argent qu'il gagne, sans doute quelque part en-dehors des bâtiments du gouvernement pour éviter qu'on le lui taxe...

-Et quoi de mieux pour cacher son pognon qu'un endroit où tout le monde marche comme la plage ? C'est la cachette idéale ! Allez sois sympa, tu gagnes quasi autant que nous tous réunis je suis sûr, dis-nous où tu caches ton fric et on t'amochera pas trop.

-Tu peux te brosser.

À en voir le nerf qui venait de gonfler sur son front, l'individu louche n'avait pas apprécié la façon détachée et violente avec laquelle Engiru l'avait rembarré. Celui-ci commença alors à se camoufler en même temps qu'il fit apparaître un clone de lui-même pour le remplacer. Pendant ce temps il reculait doucement pour ne pas se faire entendre, alors que la horde d'agresseurs se ruait vers le faux Engiru. Un des coups dispersa le clone et fit qu'un autre apparut alors par le biais du jeune homme caché dans l'ombre. Malheureusement ils étaient trop nombreux et il se retrouva rapidement surpassé, alors qu'il n'avait que maximum trois yeux pour anticiper les attaques de chacun afin de ne pas prendre un coup perdu. Sans compter que ses illusions ne pouvaient pas pleinement s'épanouir dans un lieu aussi clos, les forbans occupaient tout l'espace qui aurait pu contenir des bêtes bien plus féroces et plus imposantes. Avec son poignard il était risqué de les abattre un par un, alors il ne lui restait plus que la fuite pour s'en sortir face à ces cupides gens. Malheureusement les traces qu'il laissait dans le sable le trahissaient et ne tardèrent pas à alerter un des sbires qui le frappa de plein fouet avec son arme, lui faisant perdre son camouflage. Profitant d'une ouverture, le chef de la bande de civils donna un coup de pied dans le ventre d'Engiru et le prit à la gorge pour qu'il se rende compte qu'il est dans une impasse et que le seul moyen de ne pas se faire briser le cou était de lui donner tout l'argent qu'il possédait. La lueur rouge qui se trouvait dans chacune des trois lunettes de son masque perdait de plus en plus de son intensité en même temps que s'éteignait la conscience du jeune homme. Il n'était pas du genre physique, même pour un élu c'était dangereux de se confronter à autant de gens bien portant, surtout sans arme de distance. Le seul souci, c'est qu'il n'était pas bien payé du tout et que le peu d'argent qu'il avait caché lui servait à vivre de plus que des fruits ou de l'eau. Il n'avait ni l'intention de céder, ni de se laisser mourir, mais ainsi soulevé du sol et emprisonné dans une grande main massive, Engiru n'avait plus le choix, il devait utiliser ses dernières secondes de conscience pour trouver une solution, en espérant qu'elle vienne rapidement pour le délivrer du dilemme et de la main qui l'étreignaient tous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Mer 14 Jan - 17:48

J’étais à nouveau dans les territoires neutres mais dans un autre coin des territoires neutres, mieux fallait agrandir ses connaissances du monde autant de Kosaten que possible quand j’en avait la possibilité avant que les conflits entre les trois grandes puissances ne deviennent vraiment sérieux. Je n’aurai alors plus beaucoup de temps libre

Cette fois-ci, j avais longé le bord de mer toute la journée. Ce fut une journée banale jusqu'à je sympathiser avec une famille des pécheurs accueillants que j’avais aidé a rentrer leurs prises du jours et qui en retour m’avaient proposé de m’héberger pour la nuit avec repas inclus. En digne roi des chevaliers, j’acceptai volontiers l’invitation. J’appréciai grandement le repas composé de produits marins

-Gao! c’est délicieux ! Encore merci, est-ce que tous les gens de la région sont aussi sympathiques ?
Demandai-je en fin de repas

la mère de famille qui avait préparé le repas me remercia tandis qu’elle et son mari emmenèrent leurs enfants se coucher me laissant seul avec le chef de famille, un homme de quatre vingtaine d’années. C’était lui qui m’avait proposé l’hospitalité.En dépit de son age , il se montrait encore fringant.

-Pas vraiment, surtout que récemment des imbéciles ont formé une milice anti élus et dont les miliciens se font appeler « Les Gens Normaux ».
-Une milice anti-élus ? Les Gens Normaux ?
-Ils ont pris les armes et s’organisent pour corriger et racketter des élus, des récents bien entendu vu qu’il est connu que ceux-ci perdent la quasi-totalité de leurs pouvoirs à leurs arrivés dans ce monde.
-Pourquoi font-ils cela ?
-Principalement des crapules qui veulent s’enrichir sans effort et qui rejettent les problèmes sur le dos des élus.
- C’est ridicule!


Enfin cela ne me surprenait pas  dans le fond. On trouvait ce genre de gens partout. L’image de Shinji Mato fit son apparition dans mon esprit. Cependant je regardai autour de moi. La famille vivait heureuse mais son confort était modeste.

-Mais ça ne vous a pas intéressé cette perspective ? Vous qui travaillé dur pour vivre!
-Non mais ils ont essayé de recruter mon gendre. Celui-ci a refusé car c’est un garçon courageux et éduqué qui a justement l'habitude de travailler dur pour vivre commet tu dis! Néanmoins, jeune fille il est vrai que les élus ont tendance à faire peur et que pour certains ce sont de dangers avérés, en particulier ceux de la faction dont tu portes l’emblème.
- Je n’ai pas eu le choix quand on m’a fait participer à cette guerre. Et c’est le cas de tous les élus, qu’ils soient bons...ou mauvais.
-Bien sur. Dans la tribu d’où j’étais originaire, on nous a racontaient les légendes des élus.
- La légende des élus ? Ah tu veux dire la précédente vague. Tu connais beaucoup de choses dessus ?
Demandai-je pleine d’espoir  à la perspective d’en apprendre davantage sur ce mystérieux monde et l’origine des élus.

Le vieillard hocha négativement la tête.

-Malheureusement ces récits remontent à mon enfance et ma mémoire n’est plus ce qu’elle était .Enfin c’étaient des fables. J’ignore quel part de réalité elle contenait. De plus le monde a bien changé depuis. Ne compte pas sur des légendes pour écrire ton histoire si tu espérai que cela te permettre d’apprendre quelque chose
-Je comprends ce que tu veux dire vieil homme bien que dans mon cas ce serait plutôt ironique de les repousser puisque mon existence est devenu une légende.

Le vieux rigola.

-Je vois. J’espère que ton passage ici donnera une belle légende alors. Cependant il est tard et il est temps pour moi d’aller reposer mes vieux os.
-Je vais faire de même. J’ai besoin de mon repos quotidien pour rester en forme


Le lendemain matin j’allai prendre congé de mes généreux hôtes après un petit déjeuner tardif composé d’un porridge et de pickles, quand  le petit-fils arriva en courant après avoir ouvert la porte d’entrée à la volée« La milice a coincé un élu et le poursuit pour s’occuper de son cas. Venez voir »
Sa mère le réprimanda et le fit rentrer précipitamment. Je me levai et partis après avoir demandé dans quelle direction avait lieu l’échauffourée.

-Je vous remercie de votre hospitalité. J’espère avoir l’occasion de vous la rembourser braves gens.Puissent vos jours être longs et paisible sur cette terre.
-Essayes de survivre élue, puis de rendre ce monde moins sombre qu’il est en train de le devenir ! Ce serait de bonnes choses.
Répondit le patriarche.

Je me précipitai dans la direction indiquée par l’enfant tout en matérialisant sur moi mon armure et finis par voir en contrebas sur la plage, le grabuge dont il avait parlé. L’élu en question, un type masqué aux cheveux bleus, était parti pour se faire étrangler par l’une des brutes qui l’entouraient. Je descendis rapidement sur la plage et les rejoignis en saluant d’un coup pied dans les jambes de celui qui tenait l’élu le jetant a terre en lui faisant lâcher sa victime

-Arrêtez ça, bande de lâches.
-Eh ! T’es qui toi ?
-Ventrebleu !C’est une autre élue.
- C’est notre jour de chance! Deux élus d’un coup! On va devenir riche!
- Mais c’est une fille !
-Peu importe que ce soit une femme. Ça reste une élue et elle a commis l’erreur de s’en mêler. Occupons-nous de son cas aussi.


Les hommes étaient sur le point de se jeter sur moi quand je dégainai mon excalibur invisible dans sa barrière pneumatique et fis un moulinet devant eux.Plusieurs de leurs armes volèrent en éclat.

-MAIS MAIS…
-…ELLE LES A TRANCHE SANS LES TOUCHER.C’EST DE LA SORCELLERIE
-NE VOUS LAISSEZ PAS INTIMIDER BANDE D’ABRUTI. NOUS SOMMES PLUS NOMBREUX.CHOPPEZ-LA
Exhorta leur chef en se relevant

Ils passèrent à l’attaque en tentant de m’encercler. Je fis a nouveau tournoyer excalibur, donnant des coups du plat de mon épée en ciblant leur ventre ou leur tête pour les assommer ou en visant bras, mains en jambes avec le tranchant pour les blesser mais sans risquer de tuer quelqu’un. Les quelques coups que je reçus furent sans gravité sur mon armure et à fin de l’échange un bon nombres d’agresseurs gisaient à terre assommés ou blessés. Ils étaient de piètres combattants et leurs armes de mauvaises qualités. Cependant le groupe était nombreux, je pouvais comprendre que l’autre élu se soit fait submerger, il risquait de m’arriver la même chose si l’affrontement se prolongeait du fait de mes capacités actuellement limitées. Heureusement les coquins avaient eu leur compte. Ils récupèrent leurs compagnons mis hors combat et prirent la fuite en me menaçant.

-Sorcière, ne pense pas avoir gagné, les Gens Normaux l’emporteront contre toi et les autres maudits.


J’exhortai le type aux cheveux bleus à se relever.

-Debout ils sont partis, j’espère que tu n’es pas trop mal en point et que tu peux encore marcher? On ferait mieux de s’éloigner avant qu’ils ne reviennent avec du renfort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Ven 16 Jan - 13:46

Plus la main serrée autour de la gorge d'Engiru l'étranglait, plus il sentait ses forces le quitter, alors qu'il se débattait suspendu au-dessus du sol pour sortir de son étreinte. Malheureusement comme il le pensait, l'homme était trop fort pour lui et n'avait pas l'air d'avoir envie de le relâcher avant qu'il ne parle. Cependant il était au moins aussi déterminé à ne rien dire que ses adversaires à le faire parler, ce qui créait un conflit. Ce n'est qu'après quelques minutes qu'il lâcha prise alors qu'il voyait les trois lignes rouges représentant ses yeux commencer à donner des signes d'extinction en faiblissant d'intensité par spasmes comme une ampoule le ferait. Il semblait avoir compris que l'élu allait mourir et il le relâcha pour qu'il soit encore conscient pour leur révéler l'emplacement de son trésor. Cependant il ne pouvait pas, c'était encore son meilleur revenu et il n'avait pas du tout envie de s'en passer. Il tomba alors lourdement sur le sable en toussant abondamment, la gorge entre ses doigts, alors qu'il grognait contre la bande de malfrats.

Par chance tous se détournèrent de leur proie alors qu'une autre personne attirait leur attention de façon efficace. C'était visiblement une chevalière au service de Minshu, vu son accoutrement, elle en avait fait du chemin pour le ramener au bercail, c'en était impressionnant. Cependant elle n'avait pas la même couleur d'armure que ce qu'il avait en mémoire, il pouvait même facilement démentir son appartenance à quelque garde de quelque royaume qu'il avait visité, même dans son monde d'origine. Il semblait à ce moment évident que c'était une solitaire, une justicière en armure qui protégeait les innocents de ceux qui leur cherchaient des noises. C'était clairement le cas ici, mais Engiru ne se considérait pas vraiment comme innocent, cela dit recevoir de l'aide était toujours bien. Surtout une aide aussi musclée et de la part d'une épéiste qui savait se battre comme personne, presque comme si elle aussi trouvait les méchants de ce monde faiblards, comme si elle venait elle aussi du futur, comme si c'était une élue.

Au fil du combat, Engiru retrouvait son souffle, mais il eut peu de temps devant lui avant qu'une partie des brigands ne se fasse dérouiller et que l'autre ne se voit obligée de fuir. Rempli de déception, le jeune homme se releva à son approche en confirmant qu'il n'avait rien, juste des contusions au cou mais qui ne l'empêchaient pas du tout de marcher. Si il ne fallait que ça pour les effrayer, il aurait pu le faire lui-même, si il n'avait pas été pris par surprise et si son physique ne laissait pas autant à désirer. Engiru frotta alors ses vêtements pour en retirer le sable avant de se dresser devant elle, non sans quelques exercices de respiration pour vérifier que tout allait bien. Heureusement il n'y avait rien de cassé, c'était toujours ce soulagement de savoir ce genre de choses alors que la musculature ne protégeait aucunement ses os. Il regarda alors à côté d'elle en baissant la tête, ne voulant pas croiser son regard pour montrer qu'il n'était pas fier de s'être laissé avoir si facilement.


-Je vous remercie de m'avoir sauvé, sans vous je n'avais aucune chance de leur échapper. Que puis-je faire pour payer ma dette envers vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Dim 18 Jan - 0:06

La personne que j’avais secourue se releva. Il avait l’air a peu prés indemne. En l’observant de plus près, je pouvais voir qu’il paraissait léger niveau constitution ce qui expliquait que ces grosses brutes aient pu avoir le dessus sur lui. Il ne devait donc pas être un combattant physique bien que sa combinaison m’évoquait un survêtement sportif. Il me remercia d’une voix métallique. C’était surprenant mais je restai impassible

-Je n’ai fais que ce qui me semble normal dans ce genre de situation, peu importe que tu sois un élu de ma faction ou d’une autre. Tu ne me dois rien cependant on devrait faire un bout de chemin ensemble au cas où ils reviendraient à la charge. Quel est ton nom élu?

Je l’invitai à marcher comme je l’avais dit plus tôt.

-Ces bandits sont s’en pris à toi car tu leur paraissais une proie facile physiquement. Tu n’y pouvais rien. Enfin j’imagine que si tu as été envoyé ici, tu as d’autres capacités, n’est ce pas ? D’ailleurs de quel genre monde viens-tu ??
Dis-je pour le mettre à l’aise et l’inviter à se présenter.

Je n’étais pas curieuse de nature mais son masque m’intriguait.

Et puis-je te demandai pourquoi tu porte cet étrange masque ?
Après un court moment sur la plage, je proposais qu’on remonte sur la route principale

-Ici on laisse des traces sur le sable, ça facilite le travail si ses types voulaient se lancer à notre poursuite.

En remontant, on apercevait à l’horizon un village de pêcheur.

-Je pense qu’on pourra faire halte la…

Je m’interrompis en entendant quelque chose. Ça venait d’une forêt à coté de la route. Je tendis l’oreille. Je me tournai vers Engiru.

-On dirait une chanson mais on n’entend pas distinctement. Qu’est ce que t’en dis ? On va voir de ce coté ou l’on continue vers le village ?

***

En effet une chanson venait de la forêt mais Saber et Engiru étaient trop loin actuellement trop loin pour entendre les paroles évocatrices chantées joyeusement du couplet en cours.

« ON EST LES GENS NORMAUX
QUAND ON CROISE DES ELUS
ON LES TAPE A COUP DE MARTEAU
AVANT QU’ON LES AIT PENDUS…
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Dim 18 Jan - 18:57

De plus en plus, Engiru se sentait honteux de s'être fait avoir, mais heureusement il avait l'intention de se racheter pour effacer cette gêne qui l'envahissait petit à petit. Il les aurait facilement domptés si il avait son pouvoir entier, mais là il n'était encore que l'ombre de lui-même. Comme n'importe qui, la chevalière se posait des questions sur celui qu'elle avait sauvé, et c'était normal, il était loin d'être un monsieur toutlemonde. Il ne pouvait que répondre à ses questions, à commencer par dire son nom et prénom par courtoisie ainsi que son pouvoir qui consistait en les illusions sous toutes ses formes. Ce pouvait être étrange pour une humaine aussi communément habillée, mais c'était bien son pouvoir et il le prouva un court instant en créant un double d'elle devant lui. Il avait déjà mémorisé son apparence quelque peu adapté à ce monde, et il se disait qu'il avait rencontré une personne de qualité, voire même peut-être une élue comme il le pensait. Il se sentait un peu gêné de ne pas pouvoir lui parler du monde dont il provenait avec plus de détails, mais au moins il avait montré son pouvoir et c'était divertissant.

Tous deux se mirent alors à marcher dans la même direction comme l'avait suggéré la demoiselle, ainsi ils ne pouvaient que semer ceux qui étaient assommés au sol, et donc éviter de devoir combattre encore. Au fil de la petite marche sa sauveuse se montrait de plus en plus curieuse, jusqu'à lui demander à quoi servait son masque, chose facile à comprendre heureusement.


-C'est un masque psychique qui renforce mes facultés mentales, c'est à ça que je dois mon pouvoir, je peux reproduire tout ce que je vois ou ce que j'ai vu même une seule fois, comme toi.

L'illusionniste se sentait de plus en plus à l'aise de parler avec sa compagne du moment, alors que tous deux avaient quitté le sable après sa suggestion. Il était vrai que la dernière chose qu'Engiru voulait c'était d'avoir de nouveau affaire à ces brutes, il avait le cou fragile dans son genre. Au moindre signe hostile il se tenait prêt à les camoufler pour leur échapper, heureusement que les chemins de terre ne gardaient pas trace de leur passage, ses illusions avaient de nouveau effet. Un petit village se voyait au loin, c'était enfin l'occasion pour eux d'en connaître plus l'un sur l'autre, en espérant que toutes les questions ne soient pas pour la demoiselle. Il avait déjà remarqué qu'elle parlait avec facilité et abondamment, comme si les mots tournaient autour d'elle sans cesse et sortaient de sa bouche comme sort le dioxyde de carbone de celle de tout le monde. C'était d'un tel naturel que ça devenait plaisant de l'entendre, surtout que sa voix était douce et intentionnée, tout comme son apparence était presque celle d'un ange en armure, sans défaut apparent. Il avait l'impression d'être un paysan modeste face à une noble qui prenait du temps pour son peuple.

Alors qu'une seconde route se voyait, les deux pouvaient entendre une chansonnette poussée par des individus, mais aucun ne pouvait les identifier. Engiru avait encore largement de quoi les camoufler tout le trajet vers le village, mais pour le moment il n'avait pas envie d'induire en erreur la demoiselle qui l'avait sauvé, c'était la moindre des choses. Il continua alors sa route en pressant juste le pas pour devancer les personnes qui chantaient au loin, les faisant bientôt arriver à destination. Heureusement dedans se trouvait tout ce qu'il fallait pour les voyageurs de faire le plein en un peu de tout, se reposer, se ravitailler, revendre leurs objets inutiles, se fabriquer des armes chez le forgeron. Mais le bâtiment qui attira Engiru fut naturellement le restaurant, dormir il pouvait très bien le faire seul et dans la nature, pour le moment il voulait au moins récompenser la chevalière en lui offrant un repas. Par chance il avait toujours une bourse de pièces d'or invisible à la taille, ce qui était enterré dans le sable était le surplus qu'il avait gagné avec ses missions, sa petite banque personnelle.


-Permettez-vous de payer la restauration, c'est le moins que je puisse faire pour me racheter auprès de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Lun 19 Jan - 22:57

Le garçon masqué se présenta sous le nom d’Engiru Tamasa.

-D’accord. Moi c’est Arturia Pendragon…ah zut…enfin je préfère que tu m’appelles Saber en public.

Je m’étais laissé emporter par l’atmosphère tranquille et lui avait donné mon véritable nom instinctivement. Enfin je ne pensais pas que ce soit vraiment préjudiciable comme info dans ce monde.

J’écoutai le reste de ce qu’Engiru répondit. Il resta assez discret son monde d’origine mais celui-ci semblait proche du monde moderne que je connaissais en plus futuriste. Il parut assez fier de me parler de ses capacités démonstration à l’appui. Ainsi donc à défaut d’être un combattant, c’était un caster spécialisé dans les illusions. Je n’aimai pas trop ce type de pratique que j’estimai lâche et indigne mais je m’abstiens de le dire à Engiru pour ne pas le vexer. Après tout, Chacun faisait avec ce qu’il avait, il n’avait pas une carrure de guerrier, et puis je devais reconnaître que ce genre de tour pouvait être certainement bien utile dans ce monde où le danger n’était pas rare. Concernant son masque, il m’expliqua que c’était justement un dispositif pour accroître ses capacités.

-ah je vois cela représenterait ton noble phantasm si tu serais élu comme âme héroïque. J’imagine que quand tu retrouveras ton niveau d’origine, tu seras très fort.



Au croisement, Engiru préféra qu’on continue vers le village plutôt que de s’aventurer dans la forêt. Il faut dire qu’après sa mauvaise expérience avec les bandits, il préférait certainement minimiser les risques et plutôt avoir de la tranquillité. On arriva dans le village qui s’avérait assez grand et bien fourni. Sur la proposition d’Engiru, on entra dans une auberge. On s’installa à une table, face à face. Le garçon déclarât qu’il m’offrait le repas. Je restai impassible mais souris intérieurement.

-Tu es sûr ? Eh bien dans ce cas merci. Je vais commander.


Je fis encore une fois un bon et copieux repas. C’est qu’a mon niveau actuel, mon énergie s’épuisait vite et j’avais besoin de manger et boire pour la recharger à défaut d’avoir le soutien magique de mon master...et puis j'ai bien le droit d'être une gourmet et d'aimer manger.Je fus ravie une fois bien repue me tapotant le ventre avant de m'adresser à Engiru.

-Et donc que faisais-tu dans le coin ? Tu es en mission pour ta faction ? Ne t’inquiète pas même si on ne serait pas de la même faction, je n’ai aucune raison de t’attaquer, je ne suis pas en mission actuellement. Je fais au service de Sul hei, roi du royaume de Fuyu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Jeu 22 Jan - 21:34

Le restaurant semblait quand même bien noté et l'ambiance était calme et harmonieuse, l'endroit idéal pour un repas partagé entre élus. Il était évident que personne n'irait les chercher ici, surtout lui, car il n'avait plus trop envie de se bagarrer après le dernier affrontement. Et puis il n'y avait rien de bien terrible dans un simple échange d'informations, d'ailleurs ce fut Saber qui se proposa en premier à les donner et les demander. Apparemment elle avait dit s'appeler Arthuria, c'était un bien joli nom qui lui allait tellement mieux que certains qu'elle aurait pu hériter. La demoiselle semblait d'une politesse étonnante et d'une culture intéressante, même si les nobles phantasms devaient être un concept de son monde, cela dit ça restait quand même curieux.

Alors qu'il commandait son plat, il jetait des regards à Saber, sans doute par habitude pour savoir si elle n'agit pas de façon louche hors de son champ de vision. Apparemment elle était normale, dans aucun rôle particulier, sans masque, contrairement à lui, même si ce n'était pas un masque sentimental. En réalité il ne se souvenait plus de ce que c'était sans lui, il l'avait toujours eu sur le visage d'après sa mémoire. Cependant il allait bien devoir l'enlever si il voulait manger, c'était quelque chose qu'il en faisait qu'en privé, vu qu'il voyageait souvent seul, mais là il n'avait pas le choix. Heureusement il n'était pas forcé de le retirer en entier, tant que sa bouche pouvait s'ouvrir.

Une fois leur plat arrivé, Saber posa sa première horde de questions pour briser la glace, alors que le jeune homme passait ses mains derrière sa nuque afin de monter la fine tirette dissimulée derrière. Il replia alors son masque trois centimètres après trois centimètres comme un tapis qu'on roulait, laissant sa bouche et son petit nez ressortir, de couleur très claire à cause du manque de bronzage. Il commença alors à boire dans son verre sa boisson, alors que ses lunettes bioniques la fixaient en mémorisant son apparence.


-Je ne suis pas en mission non plus, je suis de Minshu mais je me suis émancipé du gouvernement depuis peu, mais j'ai rejoint un groupe de rebelles. Avec eux je peux aller où je veux, la seule condition étant de ne pas mourir.

Etrangement ce n'était pas étonnant que Saber vienne de fuyu, d'après ce qu'on lui avait dit c'était un pays très froid et ses habits bleus évoquaient facilement la glace. Cependant au fond d'elle c'était une chaleureuse dans le genre, et avec un caractère bien ardent capable de faire fondre les calottes les plus glacées. C'était vraiment un bienfait de l'entendre lui parler, sa voix semblait si passionnée et sa douceur le mettait à l'aise en sa compagnie. Une personne comme elle ne pouvait pas être bien méchante pour l'attaquer, surtout après l'avoir sauvé au péril de...quelques cheveux. Le combat était inégal mais le principal était qu'il était sain et sauf, et c'était tout ce qu'il voulait.

-À mon tour de poser mes questions. Es-tu chevalière dans la garde avec ton armure ? Tu proviens d'une époque médiévale ? Et est-ce que c'est ta tenue par défaut ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Sam 24 Jan - 10:07

Je rigolai quand je vis Engiru ôter le bas de son masque pour manger. Il avait vraiment l’air rigolo comme ça.

Engiru me déclara fièrement avoir rejoint un groupe de rebelles. Je fus intriguée par cette déclaration.

-Comment ça un groupe de rebelle ? Ton sceau de commande ne le permettrait pas.

J’écoutais ensuite les questions de l’illusionniste.

-J’étais chevalier mais aussi roi de Camelot..du moins dans ma première vie…par la suite j’ai été invoqué plusieurs fois a une époque moderne au service de divers mages dans une sorte de guerre ou sept mages s’affrontait, chacun représenté par un esprit héroïque de mon monde dans le but d’obtenir le graal pour permettre au duo victorieux de réaliser chacun un souhait…du moins c’étaient les règles de base mais les faits différaient…

Je demeurai silencieuse le regard baissé en me remémorant les plus mauvais souvenirs tel que la découverte de l’identité de berserker zéro et la confrontation qui suivit, ce qui arriva à Dame Irisviel et l’ordre final que me donna cet enfoiré de Kiritsugu puis ceux de la 5eme guerre du graal. Je me repris cependant en relevant la tête et souris à Engiru en levant trois doigts.

-Donc si je prend en compte que je suis actuellement une soldat pour la faction qui m’a invoqué, c’est oui à tes trois questions. Encore que je peux fort heureusement changer de tenue.


Je déclenchai la dématérialisation de ma tenue de combat me retrouvant civil dans ma classique tenue le chemisier blanc avec un nœud bleu et jupe bleue. Je ne pensais pas qu’Engiru en profite pour faire le fourbe et si c’était le cas, je pensais être capable de le maîtriser au vu de son piètre niveau physique.

-J’ai compris que tes capacités reposent sur ta magie mais je te conseille de t’entraîner physiquement ne serait-ce que pour être plus résistant et endurant. Cela aurait pu te permettre d’échapper à tes agresseurs je pense.


Tout en discutant je mangeai proprement et avec appétit.
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Mar 27 Jan - 21:32

Le moins qu'on pouvait dire est que la nourriture était vraiment alléchante à l'odeur, Engiru ne tarda d'ailleurs pas à en avoir un aperçu gustatif en portant la fourchette à sa bouche sans arrêter de porter son regard dans la direction de Saber. Non pas pour mieux retenir son apparence mais parce qu'il aimait bien l'observer sans raison précise, notamment pour déchiffrer le langage de son visage. Il trouvait d'ailleurs mignon sa façon de rire avec retenue alors qu'il n'y avait pas vraiment quelque chose de drôle. Le fait que pour la première fois en public Engiru avait dévoilé une moitié de visage était certes marquant, mais pas amusant pour autant. Mais il ne prêta pas attention et se contenta de manger en regardant vaguement son interlocutrice sans rien dire. De toute façon le bruit des autres clients en train de causer était bien suffisant pour donner une ambiance de fond; pas forcément agréable.

La jeune femme ne croyait qu'Engiru faisait partie de la rébellion des élus, mais pourtant c'était bien son intention, se rebeller, et pas dans des années. Wolffy avait envisagé que les sorts de commande soient moins efficaces avec la distance, ce pourquoi il était préférable de s'éloigner du château des élus pour le moment, au risque de se faire repérer de toute façon. Elle se plaisait ainsi à lui conter le résumé de son ancienne vie avant d'arriver dans ce nouveau monde, ce qui était divertissant à écouter, surtout provenant d'une voix aussi douce. L'illusionniste avait un peu de mal à imaginer qu'une si puissante jeune femme ait pu être l'objet d'invocations à son époque d'antan, car si elle était un esprit matériel, les invocateurs devaient être encore plus puissants pour avoir de telles cartes en main. Engiru n'avait pas la moindre idée de ce qu'étaient les noms qu'elle citaient, mais son histoire devait être pleine de rebondissements, dommage que la sienne ne soit pas aussi rocambolesque. Mais ce n'était pas bien grave, après tout le minimum qu'il pouvait faire était de l'écouter poliment.

La réponse à ses trois questions était positive, ainsi donc c'était bien ce qu'il pensait. Saber était chevalière pour son pays depuis son arrivée, elle provenait d'une époque qui ne la dépaysait pas du tout car c'était de la même époque, et en plus elle pouvait changer de tenue. Il avait pu observer cet étrange pouvoir lorsqu'elle fit apparaître son armure lors de son combat, c'était pratique pour se camoufler un minimum, même si ce n'était pas aussi efficace qu'avec des illusions comme les siennes.

Le repas avançait de plus en plus et les assiettes se vidaient lentement, alors que Saber avait soudainement changé d'apparence pour quelque chose de très sobre mais pas pour autant dénué de charme. En effet c'était plus plaisant de la voir dans cette tenue, l'armure n'avait pas vraiment quelque chose de relaxant, surtout en public, ça émettait des cliquetis et Engiru avait l'impression que c'était un fardeau pour elle de prendre ce dîner. Heureusement maintenant elle s'était mieux détendue et paraissait déjà plus à l'aise sur sa chaise rembourrée, ce qui allait pouvoir lancer une toute nouvelle ambiance au repas. Après tout il était important de se restaurer, c'était le but premier de sa venue dans la ville.

Alors que tous deux mangeaient avec appétit, Saber souleva un point important en dénonçant sa faiblesse physique, le faisant regarder ses bras et sa taille bien maigres pour un humain normalement constitué. Il haussa simplement les épaules en continuant sa mastication, après quoi il avala avant de prendre la parole. "C'est vrai que je ne suis pas très physique, mais j'ai souvent peur que si je m'entraîne trop les muscles, mon pouvoir en pâtisse, alors je préfère tout mettre dedans, même si ma faiblesse n'est pas palliée.". L'air de rien les deux élus avaient un bon appétit et voyaient déjà leur repas se terminer, alors que le dernier morceau entrait dans chaque bouche avec évidemment leur temps de décalage. Engiru appela alors le serveur sans plus tarder et lui donna une poignée de pièces d'or avant de se lever, le voyant repartir avec une expression de satisfaction minimum. Il se frotta alors la bouche avec une serviette et remit son masque derrière sa tête en prenant soin de le faire passer autour de son cou, sous son haut. Il tendit alors la main vers Saber, lui proposant de poursuivre ce petit tour ensemble, vu qu'ils avaient encore toute une après-midi rien que pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Mer 4 Fév - 19:04

Une fois qu’on eut fini de manger, Engiru me proposa de se balader ensemble. L’illusionniste masqué était-il une sorte de dragueur. Cependant alors qu’il finissait de régler l’addition, on entendait des bruits venant du dehors. J’attirai Engiru qui me tenait la main.

-Allons voir! Dis–je

Avant de rajouter en chuchotant, une fois sorti de l’auberge.

-Tu devrais certainement dissimuler ton masque avec une de tes illusions si tu en as la possibilité pour être plus discret.

De mon coté j’étais en tenue civile donc ma nature était difficilement reconnaissable de prime abord. On s’avança vers la place d’où provenaient les bruits et où il y avait tout un attroupement. Le public était effrayé. Je nous rapprochai pour voir ce qui se passait quand on entendit des cris.

-MWAHAHAHA NOUS SOMMES DES MECHANTS ELUS ! DONNEZ NOUS TOUT VOTRE ARGENT BANDE DE VERMINES OU NOUS VOUS BASTONNERONS COMME CA.


On entendait des coups et quelqu’un qui criait. Avec Engiru, on se fraya un chemin et nous vîmes un homme en tenue de soldats, probablement un gardien de la ville, à terre en train de se faire rouer de coups de bâtons par trois individus. Ceux-ci portaient des costumes comme on en voyait dans les carnaval .Hormis ces trois-là, c’était un véritable de types costumés, allant des superhéros ou représentation classique de sorciers en passant par des minotaures et des types ailés..
Ils étaient une bonne trentaine, certains sur des chevaux et avec des chariots. C’était un véritable petit convoi. D’autres à terres crachaient du feu ou plutôt soufflaient sur des flammes et divers autres tours de bas étages. Un minotaure sur un chariot brisa en deux un rocher juste devant lui dans le chariot d’un léger coup de hache. J’avais cependant des soupçons sur la nature du rocher. D’autres revenaient en transportant de la nourriture et de l’argent. Plusieurs villageois avaient tenté de résister mais avaient subi eux aussi un sort similaire à celui du garde à terre. Les élus avaient aussi saccagé des étals


-Il y a un carnaval? Demandai-je
Un voisin qui m’avait attendu me tapa sur le bras en me faisant signe de me taire avant de chuchoter.
-Ne fais pas l’imbécile, jeune fille. Ces types sont des héros venus d’ailleurs mais chut.

Le leader des « héros » un petit gros  en armure sur un cheval, reprit la parole en tapotant son ventre.

-N’oubliez pas cette journée, primate ! Vous avez eu l’honneur de la présence parmi vous du grand Gorgotaeus le fléau, le plus puissant élu du royaume de Fuyu et de ses compagnons dont Mousdrasked le flamboyant de Minshu, sage parmi les mages.


Il montra un magicien barbu qui faisait surgir des flammèches de sa canne.

-Je n’ai connaissance d’aucun Gorgoquelquechose à Fuyu !Et toi, t’as déjà entendu parler de ce Mousdrasked ? Murmurai-je à Engiru

Les élus se rassemblèrent pour partir. Une fois qu'il furent loin, un débat publique s'engagea sur la place. Je fis signe à Engiru pour qu'on y assiste.

-Les élus sont vraiment des brigands ! Bredouilla un villageois non loin de nous.
-Il faudrait que quelqu’un s’occupe de ces vandales ! Répliqua une vieille femme
-Mais ils sont trop nombreux, trop puissants et protégés par les plus grands dirigeants de Kosaten ! On ne peut pas lutter.
-J’ai entendu parler d’un groupe ! La milice anti-Elus des Gens Normaux. Ils étaient passé dans mon village en nous prévenant du danger que représentent les élus et veulent les affronter mais on ne les pas a crus. Pourtant quand je vois ce qui se passe aujourd’hui.
-ILS ONT RAISON, OU PEUT-T–ON LES TROUVER ?
-Je ne sais pas mais j’ai entendu qu’ils faisaient les tours du village pour recruter.
-Rejoignons-les ! Ce sont eux les vrais héros !
-Ouais, bien dit !
-VIVE LES GENS NORMAUX!


Alors que la discussion publique virait en plébiscite en faveur de la milice ; je m’éloignai discrètement avec Engiru.

-Il faut qu’on fasse quelque chose…contre ces soi-disant élus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Dim 8 Fév - 15:18

-MWAHAHAHA NOUS SOMMES DES MECHANTS ELUS ! DONNEZ NOUS TOUT VOTRE ARGENT BANDE DE VERMINES OU NOUS VOUS BASTONNERONS COMME CA.

Alors que Saber lui conseillait vainement de masquer son apparence pour le commun des mortels de l'époque actuelle, une bande de boute-en-train se donnait en spectacle en vociférant ça et là. Sans plus attendre, tous deux sortirent et virent qu'en effet un groupe de personnes se prétendait se constituer de mauvais élus alors que ce n'était pas le genre de personnes que les élus craignaient. Ce n'était sans doute que des civils en manque d'action et d'argent qui se mettaient à abuser de leur rang pour amasser les deux. Par chance, Engiru avait tout vu et n'allait pas les retenir de sitôt ces énergumènes. Saber trouvait d'ailleurs amusant de demander à haute voix si c'était le carnaval, ce que le jeune homme trouva amusant, même si elle se fit rembarrer par un des civils qui se laissaient avoir. Peut-être étaient-ils juste des zigotos qui se donnaient en spectacle en donnant une mauvaise réputation aux élus. Dans tous les cas c'était inacceptable et Engiru n'avait pas l'intention de laisser passer ce genre moqueries.

Malheureusement c'était exactement ce qu'ils pensaient, ils étaient en train de salir le nom des élus, mais pas uniquement ceux de leur région, Minshu aussi, et Seika, en comptant Fuyu aussi. Les trois possédaient visiblement leurs mauvais élus, et Engiru ne pouvait pas supporter que de tels rigolos se prétendent élus, il en rougissait presque de honte en voyant ces simplets prétendre posséder le même niveau que lui, ou pire, celui de Saber. Il fallait leur apprendre à quel point la vie était dure pour les faibles, et notamment se venger de sa précédente bagarre qui avait mal tourné. Il répondit négativement lorsque la jeune femme désormais habillée normalement lui avait demandé si il connaissait un tel individu, c'était évident que ces noms étaient de simples pseudos.

Les habitants du village réagissaient évidemment très mal et commençaient à se rebeller en les voyant partir avec leur argent, et c'était la meilleure réaction à avoir dans ce cas. Par chance, Engiru passait encore inaperçu à côté de ces clowns, ce pourquoi on ne lui accorda comme attention qu'une simple question."Eh toi, t'es avec eux aussi ? T'es venu pour terminer le travail ?!" - "Je n'ai rien à voir avec ces amateurs cupides, nous ne boxons pas dans la même catégorie...". Il était évident que le masqué n'avait rien à voir avec eux, puisque Saber et lui avaient payé l'addition en sortant du restaurant, au lieu de tabasser le serveur et partir la tête haute. Les habitants ne pouvaient pas voir ce qui se reflétait sur son visage, car son masque empêchait toute reconnaissance, mais à son ton de voix ils comprirent visiblement que ce n'était pas leur ennemi. Après tout ils avaient eu la bonne idée de préciser être de mauvais élus, ils se démarquaient ainsi des gentils élus.

Mais ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'Engiru n'était pas un gentil, ce n'était pas non plus un méchant, il était plutôt neutre et se contentait de vivre sa vie et laisser ses décisions se guider par les situations. Il tira alors doucement sa partenaire du moment par la main et suivit le groupe de très loin afin de leur montrer qui sont les vrais élus et ce dont ils sont capable avec ceux qui les insultent de la sorte.


-Viens, nous allons apprendre la vie à ces clowns en guise de balade, si ça ne te dérange pas.

Peu importait sa décision, le masqué avait bien l'intention de faire un petit carnage avec ce groupe d'idiots arrogants qui s'auto-proclamaient dans la même catégorie que lui. Il n'aimait pas du tout qu'on se compare à lui avec tant de méprise pour le banditisme, c'en était presque parodique. Ils n'avaient aucune classe, ce n'était là qu'une bande de chiens sauvages sans le moindre style, alors que lui au moins savait tuer avec classe. Par chance la fumée des coups de sabot des chevaux était visible facilement de loin et facilitait la filature, de plus le bruit que le groupe faisait les avantageait si ils voulaient étouffer des cris.

Sans plus attendre, Engiru rendit invisible sa personne ainsi que Saber afin qu'ils ne se fassent pas repérer, avant de commencer leur approche. Il fallait avancer avec stratégie, à présent il savait que s'attaquer à toute la bande était une mauvaise idée, le mieux était plutôt de les éliminer un à un pour équilibrer le vrai combat. Et on pouvait dire qu'il y avait matière à éliminer, une trentaine de prétendus élus au nom écorché et à la mentalité idiote et naïve. Engiru fit alors apparaître un gros billet vert devant un des gardes de derrière, le faisant se baisser pour ramasser rapidement. Il ne suffit que d'une dizaine de secondes pour que l'illusionniste attrape son haut et ne le fasse tomber en arrière afin de le poignarder dans le dos de l'autre main pendant que sa première venait étouffer ses cris. Il le traîna alors en-dehors du chemin en recouvrant le sang avec la terre et répéta bêtement l'action pour le second à côté de lui. Engiru avait déjà éliminé deux sentinelles, il ne restait plus qu'à progresser d'avantage vers le peloton de base. Quant à ses victimes, le poison qu'ils avaient dans les veines les empêcherait sans doute de faire le moindre geste avant de longues heures d'agonie.


-Je te laisse les trois prochains ou je m'en occupe ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Sam 7 Mar - 9:36

Engiru partageait mon opinion sur la nécessité de s’occuper des imposteurs. Enfin on avait sans doute des motivations différentes et je le soupçonnai davantage de vouloir se venger de la bastonnade qu’il avait subit précédemment même s’il avait l’air de s’agir de deux groupes différents. Quoiqu’il en soit, il serait un allié précieux.

On s’élança à la poursuite des brigands. Toutefois alors que je suivais prudemment et à distance leurs traces pour les filer prudemment, Engiru parti à une vitesse dont je ne l’aurai pas cru capable.

-Eh, qu’est ce que tu …

Je me tus en voyant qu’il était déjà trop loin pour m’entendre. Il était plus athlétique que ce j’avais pensé à moins que ce soit la soif d’en découdre qui lui donne des ailes.

Je hâtai donc le pas pour le rattraper et ne tarda à pas a le revoir alors qu’il ralentissait un membre de l’arrière-garde du convoi des imposteurs en le distrayant en faisant apparaître de l’argent avant de le poignarder.

Je le rejoignis alors qu’il planquai les corps et me parla sans m’être sûr que j’étais derrière lui. Je le gratifiai d’une claque à l’arrière de la tête

-Crétin ! Ton petit tour de passe-passe à peut-être bien marcher ce coup-là mais en répétant ce petit jeu, on finira bien par se faire repérer, peu importe ton pouvoir. Je crois que tu en as eu la démonstration avec les autres un peu plus tôt. Cette troupe est plus nombreuse est mieux armée que celle qui t’avait attaqué. A mon niveau originel, ce ne serait pas un problème de les battre mais avec mes capacités réduites, je ne suis pas certaine de pouvoir battre tant de monde. Il suffirait que quelques uns soient plus forts qu’ils en aient l’air pour qu’on son retrouve dans une mauvaise situation.

J’observais les corps de ceux qu’ils avaient eux.

-Fais-nous passer pour eux!


Une fois cela fait  on rejoignit le reste du convoi. Celui-ci s’était cependant arrêté.

-Ber Berck

Sans prêter attention à ce mot dont je ne compris pas le sens je m’avançai dans le convoi pour voir ce qu’ils se passaient.

-BER BECK !

Je remarquai que tous les regards étaient tournés sur moi. Se pouvait-il que l’illusion d’Engiru ait été percé à jour. J’avais du mal à le croire. Je me pris un coup de bâton sur la tête qui coupa court mes réflexions.

-BER BECK ES-TU SOURD ? ESPECE D'ORNYTHORINQUE !

Je me passai la main sur la tête en criant et me retournai pour voir un des imposteurs, un moustachu en kimono vert et avec un bâton, qui me regardait avec colère. Je compris alors que Ber Beck était le nom de celui dont j’avais l’apparence. Ils s’étaient aperçus de l’absence de leurs comparses comme je l’avais craint. Je jetai un regard en biais à Engiru. Je m’apprêtai à tirer mon arme quand l’homme au bâton reprit la parole.

-ON AVAIT DIT PAS DE PAUSE PIPI ! LA PROCHAINE FOIS ON VOUS ABANDONNERA SUR PLACE !POUR LA PEINE VOUS SEREZ DE GARDE PENDANT LE PARTAGE DU BUTIN !

Je ne répondis rien mais courbai la tête pour m’excuser tout en réprimant un soupir de soulagement. Je repris ma « place » en queue de convoi avec Engiru et on se remit en route.

-J’ai une idée Engiru mais il va y avoir de tes capacités. Enfin pour le moment contentons-nous de les suivre

Leur camp s’avéra ne pas être loin puisque l’on revint devant la forêt où l’on était passé avant d’aller au village. Ainsi donc les chants que l’on avait entendus à ce moment-là, ce devait être eux. J’avais bien fait de laisser Engiru décidait de nous mener au village plutôt que d’aller nous fourrer dans les ennuis. Même si la situation actuelle revenait quasiment au même.

On s’engagea dans la forêt et on arriva devant une grotte. On m’ordonna à moi ainsi qu’à "Jean Jean", enfin le bandit pour lequel Engiru se faisait passer, et trois autres de nous déployer pour monter la garde.

Je restai à proximité d’Engiru et attendis que tout le reste du convoi ait disparu dans la grotte.

- Bon maintenant j’accepte de m’occuper des trois suivants.Dis-je en partant vers les autres gardes en faction.

En effet,Mieux valait se débarrasser des autres sentinelles pour ne pas risquer qu’elles donnent l’alerte. Cela fut une simple formalité le temps de les approcher et de donner un coup bien placé à chacun pour les mettre hors d’état de nuire puis d’éviter de les laisser en évidence.

Nous pénétrâmes ensuite dans la grotte et on arriva à un croisement. Il y avait une voie principale qu’avait employée la troupe au vu des nombreuses traces de pas et de roues mais également une route latérale qui montait. Je fis signe à Engiru pour qu’on prenne celle-ci.

Sur celle-ci on croisa deux autres hommes en sentinelles. Je m’en débarrassai d’une en me jetant dessus lame en avant et laissai l’autre à Engiru pour qu’on ne les laisse pas donner l’alerte. On était à présent en hauteur derrière un aplomb rocheux. En contrebas, on vit le convoi et les hommes qui s’étaient rassemblé autour du butin au centre. Ils braillaient entre eux et étaient bien excités. Je jetai un coup d’œil aux alentours et vis qu’on pouvait y descendre par une pente plus abrupte.

Je fis alors part de mon idée à Engiru.

-J’aimerais que tu reproduises le même genre d’illusion que tu as fait pour tromper les gardes en faisant apparaître de l’argent. Enfin fais les apparaître sur des membres du groupe, de manière à ce que ça paraisse grossièrement caché. Tu peux également en faire voler pour les exciter encore davantage. Rapproches–toi si tu as besoin mais sois prudent. Je prendrai ensuite la relève pour m’occuper de ceux qui resteront.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   Dim 8 Mar - 12:34

La journée avançait de plus en plus en plus et la clarté menaçait de commencer à diminuer au fil des heures. Engiru avait tué les deux premières sentinelles en attendant que Saber le rejoigne. Il ne faisait aucun doute que c'était une bonne idée, mais au lieu de le remercier, Saber le frappa à la tête avant de lui faire remarquer qu'ils étaient encore une fois trop nombreux. Certes c'était vrai, mais si le jeune mage avait pu tuer deux des ennemis de sa première embuscade, il aurait sans doute pu prendre le dessus d'une manière ou d'une autre. Un petit oeuf de pigeon sur le crâne, Engiru croisait les bras en la regardant, comme pour attendre qu'elle lance une meilleure idée. Si elle avait autant la main lourde, il fallait que son idée soit vraiment bonne.

Elle voulait que tous deux se fassent passer pour les deux gardes que l'illusionniste avait tués, ce qui était une bonne idée, mais néanmoins risquée. En effet, Engiru ne pouvait pas assurer ses illusions pendant des heures et des heures, mais sans doute assez pour tromper le groupe de bandits et les éliminer petit bout par petit bout. Le jeune homme voila alors Saber et sa propre personne de l'apparence des deux sentinelles gisant sur le sol de la forêt, hors des regards indiscrets. Tous deux rejoignirent alors le convoi principal qui s'était arrêté et cherchaient quelque chose. Les deux sentinelles se positionnèrent alors discrètement à la fin du peloton, quand l'un des bandits se mit à crier. Visiblement il appelait Saber, ou le nom de celui dont elle usurpait l'identité, il lui reprochait, à elle et à Engiru de ne pas avoir suivi le convoi d'assez près. Après une petite courbette d'excuse de la part des deux fausses sentinelles, tout le monde repartit de plus belle.

Au bout d'une longue marche sur le chemin principal, le groupe s'arrêta en périphérie et se divisa en deux parties. Les deux fausses sentinelles et d'autres devaient monter la garde tandis que le reste entrait dans une grotte obscure un peu plus loin. Leurs intentions devenaient de plus en plus mystérieuses, mais le but était de les vaincre, pas d'enquêter sur eux. Après tout ce n'étaient pas des journalistes mais bien des élus avides de vengeance envers ceux qui avaient souillé le titre. Par chance les gardes ne se doutaient même pas de l'imposture, ce qui permit rapidement à Engiru et Saber, une fois leur apparence retournée à la normale -pour des raisons écnonomiques-, de les mettre hors d'état de nuire d'un bon coup de lame. Pour Engiru c'était un simple poignard long et empoisonné, et pour Saber c'était une épée ornée, et très jolie d'ailleurs, qui les trancha. Au moins ils auront subi une défaite noble.

Sans plus attendre, Engiru reprit son illusion concernant les deux combattants qu'ils étaient, et entra dans la grotte en sa compagnie. Il y avait deux chemins devant eux, deux cavités qui devaient tromper les éventuels intrus, mais l'un d'entre eux portait des traces de passage. N'importe quel pisteur débutant aurait pu les trouver, c'était vraiment facile de les suivre. Saber proposa alors une idée alléchante à son compagnon, il s'agissait de semer la zizanie dans le groupe et de les faire s'entretuer pour quelques pièces d'or. Engiru n'aimait pas vraiment l'idée qu'une si jolie chevalière puisse avoir des idées aussi sournoises, mais après tout c'était comme tout à chacun il fallait croire. Sans plus attendre, l'illusionniste avança un peu plus pour tallonner le groupe pour qu'il entre dans sa sphère de contrôle. Il créa alors un très faible bruit de pièces qui s'entrechoquaient entre elles, tandis que plusieurs avaient comme des bourses dissimulées dans leur pantalon.

Il allait de soi que le bruit en question s'intensifiait et se faisait reconnaissable de plus en plus aux oreilles des chefs de tribu. Ils ne se souvenaient bien sûr pas avoir partagé le butin avec eux, et sous l'effet du bruit devenu insupportable, plusieurs se mirent à demander son origine. C'es ainsi qu'en voyant les bourses dans les poches, d'autres sortirent de leurs gonds, alors que les bourses tombaient les unes après les autres par terre pour éviter qu'on pense à une illusion. Ainsi c'était déjà la bagarre générale après seulement quelques minutes, si bien qu'il était facile d'en éliminer. Mais ce n'était pas le plan, Engiru devait surtout rester en retrait pour pouvoir récolter les morceaux restant à la petite cuillère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le paysan et le noble [PV : Saber]   

Revenir en haut Aller en bas
Le paysan et le noble [PV : Saber]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le paysan et le noble [PV : Saber]
» Une noble invitation
» [Le paysan] La culture des légumes
» Saber Milena [Terminé] (excusez moi pour la longueur --')
» Les relations d'un faux noble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Bord de l'océan-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.