Partagez
Voleur de coeur
Messages : 315
Yens : 480
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 24

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
Voleur de coeur Left_bar_bleue1/6Voleur de coeur Empty_bar_bleue  (1/6)
Genkichi Hoda
Genkichi Hoda ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Voleur de coeur   Voleur de coeur EmptyJeu 28 Mar 2019, 17:31







Voleur de coeur



J’avais quitté le territoire de Minshu depuis plusieurs semaines et je me suis aventuré sur le territoire de Seika. J’avais besoin de voir du pays, rencontrer de nouvelle personne et ne pas rester enfermé dans le territoire de Minshu. Juste avant de quitter le territoire du serpent, j’avais rencontré des voyageurs en caravane et je leur demandais si je pouvais les accompagner. Quand ils apprirent que j’étais un élu, ils acceptèrent aussitôt. Il ne savait pas encore que je n’étais pas suffisamment puissant pour utiliser mes pouvoirs. Si j’en avais! Au moins, j’allais avoir de la compagnie durant le voyage plutôt que de marcher seul dans les contrés sauvages de Kôsaten.

C’est ainsi que je me retrouvai dans le désert de Seika. Assit dans la caravane, j’observais le paysage défilé devant mes yeux. Il n’y avait pas grand-chose à voir malheureusement. Du sable à perte de vue, quelques cactus par ci et par là. Et cette chaleur! J’avais dû détacher ma chemise de quelques boutons pour me permettre de respirer et celle-ci collait à ma peau à cause de la sueur. Heureusement, j’avais une gourde pleine d’eau pour me déshydrater. Bon, c’était les aléas de voyager. Je ne pouvais pas m’attendre à ce qu’il fasse beau tous les jours et que le climat soit tempéré comme à Minshu. Je tournais les yeux vers les voyageurs. Je ne portais pas attention à leurs discussions. Cela ne m’intéressait pas plus que ça. Je leur étais reconnaissant malgré tout de leur hospitalité et pour les remercier, c’était moi qui avais la charge de récupérer de l’eau quand nous étions en manque. Je pouvais effectuer cette tâche sans problème, mais je savais que ces voyageurs s’attendaient à ce que je les défende si nous venons à être attaqués. Heureusement, nous ne rencontrâmes personnes, mais cela n’allait pas durer malheureusement.

La nuit commençait à tomber et nous décidâmes de nous arrêter à côté d’une petite oasis pour remplir nos provisions en eau et nourriture. Je descendis de la caravane, pris toutes les gourdes et m’approcha de l’oasis pour les remplir. La chaleur avait beaucoup diminué maintenant que le soleil avait disparu à l’horizon. Une fois les provisions en eau faites, j’allais aider les voyageurs à monter les tentes pour la nuit. Quelques heures plus tard, je pus enfin m’écraser dans ma tente. Ce n’était pas mon tour de garde. En effet, bien que je fusse un élu, les voyageurs avaient fait appel à des mercenaires novices pour les protéger. Disons qu’au départ, ce n’était pas prévu que je fasse partit du voyage. Bref, le sommeil me gagna rapidement et j’en fus plus qu’heureux. Depuis plusieurs jours, j’avais le sommeil difficile à cause de cauchemars où je revoyais toujours et sans cesse des hommes sous mon commandement mourir alors que je ne pouvais rien faire. Mon entraînement avec Sayo presque 1 mois plus tôt avait laissé des séquelles qui resteraient sans doute pour un long moment.

- NOUS SOMMES ATTAQUÉS!


Le cri d’un des mercenaires me réveilla par surprise. Je me redressai d’un bon, enfila vite fait ma chemise et sortie de ma tente. Quand je me retournais, je pouvais voir un groupe de bandit bien armé s’attaquer au convoi. Les mercenaires se défendaient bien, mais le groupe de bandit était plus nombreux. Je ne pouvais pas les laisser faire!

- Vous! Occupez-vous de défendre la caravane! Criai-Je à quelques mercenaires.

Malheureusement, ceux-ci ne m’écoutèrent pas et continuèrent de foncer vers des bandits alors qu’ils auraient pu protéger la caravane! Bon sang! Je n’avais pas le choix que d’agir! J’attrapais un couteau qu’un des voyageurs avaient laissé tombé et fonçait vers les deux bandits qui tentaient voler la caravane. Sayo n’aurait pas été d’accord à ce que je fonce tête baissée, mais je n’avais pas suffisamment d’autorité pour qu’on m’obéisse. Bon, je ne fonçais pas totalement tête baissé. Je me faufilais dans l’ombre et quand l’un des bandits fut seul, je sortie de l’ombre pour l’attaquer par surprise. Je parvins à planter mon couteau dans son bras. Celui-ci jura de douleur avant de me repousser violemment me faisant lâcher mon arme au passage. Le deuxième bandit avait pris les commandes de la caravane! Je fonçais vers lui, sans arme, pour tenter de le jeter au sol, mais le premier bandit que j’avais attaqué me planta le même couteau dans la jambe et me tira vers le sol.

- Aller les gars! On rapplique!


Le bandit en possession de la caravane pris la fuite, suivi de près par ces compagnies. Bon sang! J’avais encore échoué!

- Hey! On en a capturé un!


Je me tournais vers le regroupement de mercenaire qui avait réussi à capturer un des bandits. Je me relevais avec difficulté et tituba vers le groupe de mercenaire. Je me faufilais jusqu’à apercevoir le prisonnier. Un jeune homme qui devait avoir mon âge, cheveux brun long en bataille et les yeux dorés. J’eus soudainement un sentiment étrange dans le creux de l’estomac au moment où nos regards se croisèrent, mais je détournais rapidement le regard pour reprendre sur moi. Ce gars faisait partie du groupe de bandits! Une fois que j’eu repris mes esprits, je me retournais vers lui et le fixait d’un regard froid.

- Tu vas répondre à nos questions! Qui es-tu et qui est ton groupe?

- Je m’appelle Fenris et ce groupe se nomme les Skulls … une bande de bandits redoutée de la région.


Je levais un sourcil, surpris qu’il réponde aussi facilement à mes questions. Il y avait sûrement anguille sous roche. À moins qu’il se sentait trahi par son groupe et désirait collaborer? Difficile à dire …

- Où se situe le campement de ces Skulls?


- Tu ne crois quand même pas que je vais tout te dire aussi facilement? Il va falloir me forcer un peu. Dit-il en me souriant.

Je fronçais les sourcils. Ce Fenris me cherchait et voulait me faire sortir de mes gongs, mais il n’allait pas réussir. De toute façon, j’étais trop épuisés sur le moment pour tenter quoique ce soit pour cette nuit, malheureusement, les voyageurs étaient désespérés et pleuraient leur perte. Je devais à tout pris faire quelques choses! Je me rapprochais du chef de l’expédition et tentait de le rassurer :

- Je vais récupérer votre matériel, laissez-moi le temps de récupérer les informations que j’ai besoin et je vous les ramènerais.

- Pourquoi n’as-tu pas arrêté ce bandit avant qu’il ne s’échappe? Tu es un élu, tu es supposé avoir des pouvoirs et être plus puissant que ces mercenaires.


- Je … Hésitant. Je n’ai pas la puissance d’un élu comme vous l’entendez … mais je suis un élu et en tant qu’élu je me charge de récupérer votre matériel.

Je ne pense pas avoir réussi à le convaincre. Celui-ci me cracha presque au visage, mais il semblait se retenir et alla rejoindre les autres voyageurs. Heureusement, ceux-ci avaient de la nourriture en réserve et de l’eau. Cela me laissait un peu plus de temps pour récupérer le matériel. Je retournais au près de ma tente et entoura ma jambe de tissus pour panser la blessure. Entre temps, les mercenaires avaient enfermé le bandit dans une cage rudimentaire et l’un d’eux faisait le garde. Je soupirais de découragement alors que mes yeux se posèrent sur le prisonnier qui me jeta un coup d’œil à son tour. Bon sang! La nuit allait être longue.

Apparence de Fenris:
 



©️ Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 315
Yens : 480
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 24

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
Voleur de coeur Left_bar_bleue1/6Voleur de coeur Empty_bar_bleue  (1/6)
Genkichi Hoda
Genkichi Hoda ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Voleur de coeur   Voleur de coeur EmptyDim 31 Mar 2019, 00:46







Voleur de coeur



Deux mercenaires faisaient le guet devant la prison de Fenris. Les mercenaires s’assuraient qu’il n’y avait pas de blessé et gardaient la zone. De mon côté, je regardais Fenris de loin en réfléchissant au moyen de le faire parler. Les mercenaires prêchaient la violence et désiraient le faire souffrir jusqu’à ce qu’il parle, mais j’avais des doutes sur cette méthode. Après tout, j’avais un peu cerné le comportement de Fenris en le regardant. Il cherchait à nous mettre en colère avec son attitude, mais je n’allais pas le laisser gagner. C’était un jeu contre la montre … en effet, les bandits n’allaient sans doute pas rester longtemps au même campement et je devais à tout pris retrouver la caravane sans quoi les voyageurs ne pourraient pas vivre voir survivre en ce milieu aride. Heureusement, il faisait nuit et il ne faisait pas une chaleur étouffante comme en plein jour, mais je devais me dépêcher avant que le soleil se pointe à l’horizon.

Bon sang! Je dois arrêter de réfléchir et d’agir! D’un pas déterminé, je me rapprochais de la cage de Fenris et demanda au garde de me laisser seul avec lui, mais ils refusèrent, prétextant que j’étais trop faible et que si le bandit tentait quoi que ce soit, je n’arriverais pas à l’arrêter. Je serrais les dents, frustré de ma faiblesse actuelle.

- Très bien! Je vous demande seulement de vous éloigner un peu! Si vous voyez quelques choses de louche vous interviendrez, mais laissez-moi parler seul à seul avec lui … vos méthodes n’ont servi à rien pour l’instant!

- Tcht! Il aurait fini par parler de toute façon…


Dit l’un d’eux alors qu’ils s’éloignaient. Je me retournais ensuite vers Fenris recouvert d’ecchymoses et de blessures. Il avait encaissé les coups sans dire quoi que ce soit. Je me demandais à quoi il jouait?! Après tout, les bandits l’avaient abandonné… J’allais décider de jouer cette carte dans l’espoir de le faire parler.

- À quoi tu joues? Tes coéquipiers t’ont abandonné ici! Tu pourrais les trahir, te venger, mais à la place, tu préfères te laisser tabasser par les mercenaires et être enfermé ici! Tu es masochiste ou un truc du genre? Ces bandits sont-ils si importants pour toi au point que tu leur sois fidèle alors qu’eux ne semblent pas s’intéressé à toi?

Le prisonnier éclata de rire. Je fus surpris et il le remarqua sûrement, car il continuait de rire aux éclats. Qu’est-ce que j’avais bien pu dire pour le faire rire? Je ne pense pas voir conté une blague ou quoi que ce soit! J’entendais les mercenaires qui s’apprêtait à intervenir, mais je levais ma main pour leur faire savoir de ne pas s’interposer. Je voulais savoir ce qui le faisait tant rire.

- J’ai dit quelques choses de drôle? Dis-je d’un ton froid.

- Est-ce que tu sais t’arrêter de parler? Bla, bla, bla, un vrai moulin à parole. Premièrement, vous pensez m’avoir capturé, mais qu’est-ce qui dit que je ne me suis pas laissé capturer? Et pour ces bandits, ils ne sont rien pour moi. J’adore vous voir vous tirer les cheveux dans l’espoir de me faire parler. Je ne vous donnerai pas la tâche facile, ce ne serait pas amusant. Hahahaha!

Il ne faisait que jouer avec nous! Bon sang! Il le faisait vraiment exprès! Il voulait vraiment que je me mette en colère comme ces mercenaires et que je lève la main sur lui, mais je ne ferais rien. Je ne le satisferais pas là-dessus. Par contre, il riait du fait que je parlais trop … ça l’amusait de me voir aussi sérieux. J’allais devoir changer de tactique, car il n’avait aucun intérêt à retrouver les bandits. Qui était-il réellement?! Pourquoi se laisser capturer? Si c’était comme ça! J’allais m’asseoir devant la cage et j’allais attendre qu’il parle! Il ne pouvait quand même pas attendre indéfiniment en silence! Si?

- Mais qu’est-ce que tu fais?! On n’a pas de temps à perdre!


J’ignorais le commentaire du voyageur et plongea mon regard dans celui de Fenris qui n’effaçais pas son sourire arrogant de son visage bien dessiné, quelques mèches brunes tombaient devant son visage et son regard doré et perçant brillait d’une douce lueur. Bon sang! À quoi je joue? Je devais rester concentré!

Le temps s’écoula lentement, mais le soleil ne se voyait pas encore à l’horizon. Et jamais Fenris ne réagit. Il continuait de me regarder avec ce regard malicieux. Je savais qu’il tentait de m’impatienté, mais je restais là à le fixer. Que cherchait-il au fond?

- Bon! Sa suffit! Je vais lui régler son compte!

Je sursautais alors qu’un des mercenaires s’approchait de la cage, l’ouvrit et s’approcha de Fenris pour lui donner une bonne leçon. Nos regards se croisèrent et une lueur étrange brilla dans son regard. Un sourire apparu sur son visage puis tout ce fit très rapidement. Il arrêta le coup de poing du mercenaire aisément et lui retourna le poignet avant de le repousser hors de la cage. D’autres mercenaires approchèrent en dégainant leurs armes. Fenris s’était relevé et regarda tout le monde avant de poser son regard sur moi. Mon cœur battait fort dans ma poitrine alors que ses yeux de chat semblaient me traverser l’esprit. J’avais le coup de foudre!

- Fini de jouer, je commence à en avoir marre de vos têtes d’enterrement. Je vais vous aider à les retrouver. Ils ne quitteront pas leur campement de si tôt, nous avons amplement le temps de les retrouver.

Il s’avança vers moi nonchalamment et s’arrêta à moins d’un bras de distance. Je ne bougeais pas, je ne le pouvais pas. Si Sayo avait été présente, elle aurait eu honte de mon comportement actuellement. Fenris avait la chance de me tuer sur le champ s’il en avait envie, mais il ne fit rien mis à part lever ces bras devant moi en tendant ces poignets. Il attendait qu’on l’attache? Je ne bougeais toujours pas. Les mercenaires nous entourèrent et l’un d’eux s’approcha et projeta Fenris au sol et lui ligota les poignets avec tant de force que la corde laisserait aisément des marques sur sa peau. Je ne quittais pas la scène des yeux. J’étais dans l’impossibilité de réagir.

- Aïe! Doucement … Si j’avais voulu vous faire quelques choses, je l’aurais déjà fait et vous n’auriez eu aucune chance.

Le mercenaire qui l’avait attaché le releva brusquement. Je devais dire quelques choses! Je devais donner les ordres, mais j’avais du mal à articuler, comme si son regard m’avait rendu muet. Après un long silence, je parvins à détourner le regard et reprendre mes esprits. Je devais me concentrer et revenir sur le droit chemin! Mes sentiments feraient échouer la mission! Je pris une grande respiration et me retournait vers les hommes sans regarder Fenris.

- Vous trois! Vous allez m’accompagner jusqu’au campement des bandits. Les autres, vous resterez avec les voyageurs pour les protéger. Et toi!
Dis-je à l’intention de Fenris. Tu ferais mieux de nous guider au campement!

- Sinon quoi?! Tu vas me frapper? J’aimerais bien voir ça!

Je me retournais sans répondre à sa question. Les mercenaires le tirèrent vers l’avant et c’est dans cette situation tendue que nous laissâmes les voyageurs derrière nous pour retrouver le campement des bandits. Je devançais légèrement le groupe. Fenris et un des mercenaires tout juste derrière pour que je puisse entendre les indications du bandit. C’est ainsi que nous, nous aventurâmes dans le désert sans fin de Seika avec quelques provisions dans l’espoir de retrouver le campement des bandits.


©️ Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 315
Yens : 480
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 24

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
Voleur de coeur Left_bar_bleue1/6Voleur de coeur Empty_bar_bleue  (1/6)
Genkichi Hoda
Genkichi Hoda ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Voleur de coeur   Voleur de coeur EmptySam 06 Avr 2019, 02:30







Voleur de coeur



Je ne sais pas depuis combien d’heures nous marchons, mais je suis épuisé! J’ai mal au pied, j’ai chaud et je suis fatigué. Le soleil commence à pointer le bout de son nez à l’horizon et la chaleur monte graduellement. Les mercenaires ne semblent pas être affectés par tout ceci alors que de mon côté je prendrais bien une pause! Je tente malgré tout de ne pas montrer ma faiblesse, je garde la tête haute et je regardais au loin. Du sable à perte de vue.

- On devrait peut-être prendre une pause, l’élu risque de tomber dans les pommes.


- Tait toi et avance! Ordonna un mercenaire.

Pour une fois, j’étais d’accord avec Fenris. J’avais bien besoin d’une pause, car je sentais que mon corps allait lâcher d’une minute à l’autre. Par contre, on ne pouvait pas se permettre de perdre du temps! On devait absolument atteinte ce campement avant que les bandits ne décident de prendre la fuite! Je devais continuer et leur montrer que je pouvais servir à quelques choses! Que je n’étais pas fai…

Je sentis la force me quitter. Mon corps s’affala dans le sable tiède. Je n’arrivais plus à bouger et je sentais que mon cerveau allait se déconnecter de la réalité. Je pouvais voir des silhouettes autour de moi et des voix me parvenaient aux tympans.

- Et on appel ça un élu?

- Laissons le crevé là … il sert à rien de toute façon.

- Aller! Avance-toi! On n’a rien à faire de ce mioche.

Le noir envahi mon esprit et je tombais dans un profond sommeil … à moins que ce ne soit la mort qui venait me chercher? Je ne sais pas depuis combien de temps j’étais inconscient, mais je sentis un liquide froid couler dans ma gorge, mais je n’avais pas encore la force d’ouvrir les yeux. Je sentis un souffle chaud contre mon visage, puis mes lèvres. C’est à ce moment là que j’entrouvris les yeux pour apercevoir un visage à quelques centimètres du mien. Il ne manquait pas grand-chose pour que les lèvres de cette personne ne touchent les miennes. Pris par surprise, je poussais un petit cri et la silhouette se releva aussitôt. Mon cœur battait vite et je sentais mes joues devenir rouge. Lorsque ma vision s’habituait je reconnu Fenris. Je me redressais lentement et je regardais autour de moi. Les mercenaires étaient au sol ensanglantés. Je me retournais vers Fenris qui nettoyait un long katana.

- Bon sang! Qu’est-ce que tu as fais là! C’est mercenaire devait nous aider à vaincre les bandits!

- Tu es stupides ... ils s’apprêtaient à te laisser tomber. Tu serais mort si je n’étais pas intervenu. Pour des mercenaires, ils ne sont pas très doués.

- Et tu crois sincèrement que ma présence sera nécessaire à vaincre tous ces bandits?! Dis-je complètement désemparé.

- Tu pourras m’être utile. Dit-il en me tournant le dos.

C’est à ce moment là que je remarquais pour la première fois le long tatouage sur son bras gauche qui remontait jusqu’à son omoplate gauche. Ce tatouage avait la forme d’un dragon et aussitôt je pensais à Fuyu et les élus. Hésitant, je tandis la main vers une arme ensanglanté d’un des mercenaires tout près de moi, mais je n’eus pas le temps de l’atteindre que la pointe du katana de Fenris se déposa contre mon cou.

- N’essaie même pas de me prendre par surprise. Tu n’as aucune chance … De plus, tu ne voudrais quand même pas tuer ton sauveur non? Dit-il en souriant.

- Je… euh … Ce tatouage… Tu es un élu de Fuyu?

- HahaHahaHaha … tu rigoles j’espère?! Nan, je ne suis pas assez important pour être un élu envoyé des dieux … je suis un natif. Par contre, je viens bien de Fuyu, mais j’ai quitté la province pour vivre ma vie autrement.


- Et tu n’as pas peur que les forces de Fuyu te retrouvent?

- Ça fait déjà 2 ans de ça et ils ne m’ont pas attrapé. Soit qu’ils me recherchent ou ils sont incompétents. Dit-il en souriant. Bon … tu souhaites toujours retrouver la caravane ou tu abandonnes?

Sur le coup j’étais hésitant. Je ne savais pas me battre et je n’avais aucune chance face à ces bandits. Je m’attendais à avoir le soutient des mercenaires, mais maintenant nous n’étions que deux face à un camp de bandits. Je pouvais très bien abandonner et retourner sur mes pas, mais j’avais fait une promesse à ces voyageurs. J’attrapais la main tendu de Fenris qui m’aida à me relever. Il tira peut-être un peu trop fort que je me retrouvais presque contre lui. Ça semblait l’amuser, car il me jetait un regard provocateur et un sourire pervers se dessinait sur son visage. Je le repoussais et détourna le regard pour observer l’horizon. Par où devions-nous aller maintenant. Fenris pris les devant.

- Nous sommes à quelques heures de marches, ça te laissera le temps de réfléchir à ce que tu feras là-bas.

J’acquiesçais de la tête et je lui emboitais le pas. Nous marchâmes ainsi pendant quelques heures jusqu’à ce que le soleil soit au plus haut. Devant nous, le campement des bandits se dessinait tranquillement au loin. Nous approchions bientôt de notre destination et je n’avais pas décidé encore ce que j’allais faire et encore moins à quoi j’allais bien pouvoir servir! Je n’avais personne à diriger!

Tatouage de Fenris:
 



©️ Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 315
Yens : 480
Date d'inscription : 17/01/2017
Age : 24

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 3
Exp:
Voleur de coeur Left_bar_bleue1/6Voleur de coeur Empty_bar_bleue  (1/6)
Genkichi Hoda
Genkichi Hoda ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: Voleur de coeur   Voleur de coeur EmptyMer 10 Avr 2019, 04:30







Voleur de coeur



Le soleil était à son plus haut dans le ciel et la chaleur commençait à être étouffante. Agenouiller sur une dune, nous observions le campement des bandits. Je ne savais pas comment nous allions nous y prendre pour entrer dans le camp et je doute qu’ils s’attendaient à ce que Fenris revienne tout bonnement au camp. Je me tournais vers le bretteur qui dessinait dans le sable. Lorsque je posais le regard sur sa création, je vis qu’il dessinait un plan du campement. Il avait sans doute une idée, mais je me demandais toujours pourquoi il ne l’avait pas seul alors qu’il avait déjà un pied dans le campement parmi les troupes.

- Tout simplement parce que je n’aurais certainement pas pu sortir de là avec leurs richesses.

Je sursautais! Pendant un instant, j’eus l’impression qu’il pouvait lire dans les pensées! Il tourna sa tête vers moi et un large sourire se dessinait sur son visage avant d’éclater de rire. Il poursuivi d’un ton rieur.

- Tu devrais voir ton visage, tu as un regard interrogateur depuis tout à l’heure! Comme je te disais, impossible pour moi de sortir de là avec leurs richesses. Je vais avoir besoin de toi pour faire diversion.

- Tu veux donc me jeter en pâture au loup alors que toi tu t’incruste en douce? Dis-je offusqué!

Il continuait à rire de moi! Je serrais les dents. Je ne sais pas ce qui me retenait pour ne pas le frapper. Peut-être ces yeux dorés qui venaient faire battre mon cœur chaque fois que nos regards se croisaient. Bref, il commença à m’expliquer son plan. Il me montra sa carte de sable et pointa en même temps les différentes tentes que nous pouvions voir de notre position. Il m’expliquait que mon rôle serait de détourner l’attention des gardes en faisant exploser la tente d’armement des bandits.

- Une fois cela fait, tu auras seulement quelques minutes pour atteinte la caravane et fuir! De mon côté, je vais m’occuper des bandits et du chef. Et ne t’inquiète pas pour ceux qui font la ronde, à cette heure, la plupart picole sûrement déjà. Il n’y aura que quelques bandits qui feront des rondes, mais je vais m’en occuper. Tiens, utilise ces bombes à retardement, dès qu’elles exploseront tu n’auras pas beaucoup de temps. La caravane devrait se trouver là et avec un peu de chance, ils ne l’auront pas dévalisé. Tu es prêt? Me demanda-t-il.

- Non, mais il semblerait que je n’ai pas le choix. Allons-y!


Sans attendre, nous descendîmes la dune  et comme l’avait mentionné Fenris, il y avait très peu de bandits qui se promenaient dans le campement. Il me montra une entrée en contre bas qui n’était pas gardée. Nous pénétrâmes dans le camp et aussitôt je me cachais derrière deux grosses caisses. Fenris me fit signe d’aller en direction de la tente des armes Je lui fis un signe de tête affirmatif et je m’avançais vers la tente lorsque la voie fut libre. Avant d’y entrée, je me tournais en direction de Fenris, mais celui-ci avait déjà disparu! Bon sang! J’allais devoir me débrouiller seul pour la suite!

J’entrepris donc de déchirer le rideau avec un couteau que m’avais remis Fenris. Ensuite, j’entrouvris doucement le rideau pour regarder à l’intérieur. Malheureusement, il y avait un bandit à l’intérieur. Il me serait donc impossible d’entrée sans me faire repérer. De plus, ce serait du suicide de foncer vers lui pour le mettre hors d’état de nuire. Puis, il me vint une idée. Comme dans bon jeu d’espionnage, il fallait savoir détourner l’attention de l’ennemi et le meilleur moyen s’était de lancer des objets pour attirer leur attention ailleurs. Je récupérais donc une petite pierre et la lança dans la tente en direction de la sortie pour attirer l’attention du bandit. Celui-ci ne réagi pas tout simplement parce que la pierre ne fit pas de bruit en tombant dans le sable! Bon sang! Ces méthodes ne fonctionnaient que dans les jeux vidéo. Un bruit se fit entendre et le bandit se releva et sortie de la tente pour voir ce qui se passait. J’étais aussi curieux de savoir ce qui avait causé ce vacarme, mais je n’avais pas le temps! Je m’infiltrais aussitôt dans la tente et déposa les petites bombes un peu partout et activais le détonateur avant de fuir par la fente que j’avais créé.

Je me dépêchais pour m’avancer vers la caravane et au même moment il eut de violente explosion provenant de la tente des armements. Les bandits sortirent de leurs tentes pour voir ce qui se passait, mais je ne restais pas plus longtemps pour voir ce qu’ils faisaient. Je m’élançais vers la caravane qui était dans mon champs de vision, mais au même moment, j’aperçu Fenris au-dessus du chef des bandits, son katana sur sa gorge. Je n’entendis pas ce qu’il lui dit, mais je fus témoin de la scène qui suivi. Il transperça la gorge du chef des bandits lentement se réjouissant de le voir souffrir. Les explosions couvraient les cris du chef. Je ne devais pas me laisser déconcentrer! Je secouais ma tête de gauche à droite pour reprendre mes esprits. Je parvins à la caravane, vérifia rapidement son contenu et grimpa sur le cheval qui était attelé à la caravane. D’un coup de pied, je m’élançais dans la foule de bandits qui ne savaient plus où donner de la tête. Je parvins à sortir indemne du campement avec la caravane.

Je m’étais dirigé vers le point de rendez-vous donné par Fenris. Je descendis du cheval et m’avançait vers le bord de la dune où je pouvais apercevoir le campement brûler. Les bandits étaient hors d’état de nuire. Dans la cacophonie, leurs chevaux s’étaient enfuis et leurs armes étaient détruites. Ils ne feraient plus de mal à personne! Par contre, le temps s’écoulait et Fenris n’apparaissait toujours pas. J’étais persuadé que rien ne lui était arrivé, mais je me demandais pourquoi ne m’avait-il pas rejoint. Alors que je m’apprêtais à remonter en selle, j’aperçu Fenris.

- Bon sang! Je t’attendais depuis tout ce temps! Qu’est-ce que tu faisais?

- Je me suis permis de récupérer quelques richesses de leur chef.

- Et le tuer comme tu l’as fait … tu ne voulais pas abréger ses souffrances plutôt que le torturer? Ça semblait te faire plaisir.

- Je viens de Fuyu ne l’oublie pas, je n’ai pas perdu ce goût du sang et j’ai toujours aimé voir la souffrance et la peur dans les yeux de mes victimes.


Je serrais les dents. J’étais contre ce genre de comportement, mais qu’est-ce que je pouvais bien faire de plus! Je ne pouvais quand même pas me plaindre! Il ne m’écouterait même pas de toute façon. Alors que je m’apprêtais à lui dire que nous partions, celui-ci était entré dans la caravane. Alors que je m’avançais pour voir ce qu’il faisait, je vis qu’il commençait à fouiller et mettre des objets dans ses poches. Ces mêmes objets qui allaient servir aux voyageurs durant leur voyage. Je ne pouvais pas cautionner le vol en plus! Cette fois s’était trop!

- Sors de là et remet ce que tu as pris à sa place.


Il ne m’écoutait pas.

- Hey! Je t’ai dis de remettre ce que tu as pris à sa place et …


Au même moment que je finissais ma phrase, je lui agrippais le bras pour le faire sortir de force, mais celui-ci se retourna et me frappa dans le ventre suffisamment fort pour me faire tomber dans le sable devant la caravane. J’avais le souffle coupé. Lorsque je levais les yeux vers Fenris, celui-ci me regardait de haut, toujours dans la caravane avec des colliers d’or autour du cou. Il avait un sourire hautain qui fit monter ma colère.

- Tu m’as été d’une grande utilité, mais maintenant je n’ai plus besoin de toi!

Utilisé? Plus besoin de moi?! C’était comme ça qu’il traitait les gens avec qui il faisait affaire? Il les utilisait comme de vulgaire objet avant de s’en débarrasser?! Cette fois, ces paroles furent la goutte qui fit déborder le vase. Je sentis l’adrénaline monter en moi et mon souffle devint de plus en plus court. Je sentis une grande énergie m’envahir à un tel point qu’une fumée bleutée commençait à sortir des pores de ma peau. Des larmes de rage coulaient sur mes joues alors que je me relevais lentement et sans pouvoir me retenir, je criais de rage alors que cette même fumée pris de l’ampleur pour complètement m’entourer.

Vous connaissez ce moment où nous avons l’impression de se retrouver face à nous même ou à notre subconscient? Nous pouvons le voir souvent dans les animés japonais où le personnage rencontre sa part maléfique ou un démon qui l’habite? C’était la même chose qui se passait pour moi à ce moment-là mis à part que ce n’était pas tout noir autour de moi. Non, autour de moi, il y avait plusieurs nombres, des 0 et des 1 en quantité infinité qui défilait tout autour de moi. Puis, une rangée de 0 et de 1 commencèrent à prendre une forme humaine avant de prendre l’apparence de … V1XX! Mon avatar dans Glory que j’utilisais durant mes parties en ligne! Je tandis ma main vers lui et comme un miroir il fit de même. Nos doigts se touchèrent et je fus attiré vers mon avatar où nous fusionnâmes à ce moment là.

Citation :
Connexion en cours…



Connexion réussi…


Bienvenu V1XX…


Êtes-vous prêt à démarrer la partie?



Oui…

Le nuage de fumée bleuté qui m’entourait se dissipait dans un coup de vent laissant place à l’apparence de mon avatar. Par contre, c’était moi qui en avais le plein contrôle! Des veines bleutées parcouraient tout mon corps. Mes cheveux étaient maintenant blanc, mes oreilles étaient devenues pointues comme ceux des elfes et je portais une armure noire avec des plumes de corbeau sur les épaulières.

Fenris ne semblait pas du tout surpris par ma nouvelle apparence. Il semblait presque heureux de me voir ainsi. Il descendit de la caravane en jetant les quelques richesses qu’il avait récupéré à l’intérieur de celle-ci avant de prendre de la distance. Il semblait émerveillé par ma nouvelle apparence, mais mon regard n’avait pas changé. J’étais toujours aussi en colère et j’avais bien l’intention de lui donné une leçon. Il avait réussi à me mettre hors de moi.

- C’est le moment d’en finir Fenris!

- J’avais hâte que ce moment arrive et le voilà enfin! J’ai hâte de voir ce que tu vaux!

Je sentais la force coulée dans mes veines. Avec cette apparence, j’avais vraiment l’impression que je pouvais tout accomplir. C’était sûrement la colère qui me faisait penser ainsi. Pour le moment, mon seul et unique but était de donner une leçon à Fenris pour qu’il arrête de se penser supérieur à tout le monde. Le vent se leva et balaya le sable du désert dans une énorme bourrasque et c’est à ce moment que nous décidâmes ne nous foncer dessus. Le combat pouvait commencer!

Apparence de V1XX (Genkichi mode combat):
 



©️ Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Voleur de coeur   Voleur de coeur Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voleur de coeur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le voleur qui se fait voleur son coeur (PV Luna)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» Jud [ Voleur ]
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Voleur lvl 10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Voleur de coeur 190103103231202569 :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.