Partagez
Défendre son bout de gras
Messages : 1694
Yens : 46
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 203
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue16/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (16/18)
Roronoa Zoro
Roronoa Zoro ☠ Le pirate perdu ☠

-



MessageSujet: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyJeu 04 Avr 2019, 20:41





同盟国や敵

feat. Zayra Jinnette



Qu'est-ce que c'était que cette ville de merde ? Elle ne ressemblait pas à Bashô Tokai, le marimo venait-il de s'égarer une nouvelle fois ? Et pourtant, il lui fallait rentrer au bercail pour reprendre le flambeau de l'armée un de ces jours, l'expédition avait assez duré.

La ville fourmillait de vie, des stands se présentaient à chaque coin de rue, des marchands de poisson gueulaient comme des chameaux en rute pour attirer la clientèle, des femmes proposaient des soieries aux couleurs extravagantes, mais ce fut dans l'allée florale aux parfums assourdissants que la journée du sabreur changea du tout au tout.
La ville se démarquait pour sa sécurité renforcée, un soldat était posté à chaque intersection ou patrouillait à travers une rue marchande. Une observation que le pirate nota en premier lieu. Il s'agissait d'une ville fortunée, construite sur un point commercial stratégique, alors l'argent et les marchandises circulaient et s’échangeaient comme des petits pains. Il n'était donc pas étonnant que le quartier jouisse d'une telle protection, bien que l'épéiste se posait quelques questions quant à leur présence abusive. La ville était presque aussi surveillée qu'une capitale ! Dans un sens, ce n'était pas si incohérent, elle représentait la nouvelle fierté pour les territoires neutres, qui y percevait une occasion de renflouer les caisses.

Quoiqu'il en soit, ce fut donc dans une rue fleurie qu'un garde interpella le cheveux vert de manière sèche et autoritaire :

- Vous !

S'exclama-t-il en s'interposant dans sa trajectoire. Le sabreur répliqua un simple " hm " mi interrogatif, mi nonchalant, avant de jauger le bonhomme de la tête aux pieds. Un ptit gaillard d'une trentaine d'années au visage qui se voulait sévère. Ils demeurèrent quelques secondes planter au milieu du pavé, sans rire dire, comme des pequenauds jusqu'au moment où le faciès du garde se détendit subitement en un sincère sourire :

- C'est bien vous Monsieur Roronoa... ! J'ai combattu à vos côtés lors de la récupération de Shiryoku.. Vous ne vous souvenez certainement pas de moi, je n'étais qu'une recrue inexpérimentée parmi d'autres mais en ce qui me concerne, je me rappelle bien de vous... et de vos camarades.. Vous nous avez sauvé d'une sac...

- Ok je vois, inutile de me raconter toute ta vie...  


Le coupa-t-il barbé, ne souhaitant pas entendre une liste d'éloges chiantes et rébarbatives à son sujet, bien que son ego s'avérait considérablement flatté. C'était des choses qui se savouraient à petites doses.

Quelques heures plus tard

La sentinelle avait ramené le sabreur au poste principal pour une mission classée secret défense. Le soldat avait appaté l'ours maléché avec de l'alcool, et on lui expliqua la situation une fois sur place. Aux yeux des representants de la loi, le bretteur était digne de confiance après que le jeune soldat eut conter à tous ses exploits pour épargner Shiryoku de la boucherie sanguinaire qui la guettait, et combien il avait repoussé les envahisseurs avec un sang-froid exemplaire.

A la clé, des yens et de l'alcool à volonté gratos pendant un mois dans toutes les tavernes de la ville. Finalement, Basho Tokai allait attendre encore un peu son retour, il comptait bien prendre du bon temps ici après avoir récupéré la tête du bandit, qui terrorisait les habitants de manière irrégulière. Deux options se présentaient à eux :
1) Attendre le prochain assaut et improviser sur le moment
2) Trouver leur repére et s'y rendre.
En sachant qu'il était peu probable que le chef de meute se déplace lors des braquages de la cité, au vue de sa description mystérieuse, il semblait être une sorte d'oracle charismatique qui tirait les ficelles confortablement dans son fauteuil, pendant qu'une bande de degénérés écervelés faisaient le sale boulot.

A l'aide d'une petite troupe, le général de Bashô Tokai commença son travail de patrouille autour de la cité, n'hésitant pas à elargir le périmètre plus ou moins volontairement... Zoro et le sens de l'orientation... .


.


Défendre son bout de gras E911f622f6d8e15ab7042e71e95e174f-d6o7gwz

† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique


Dernière édition par Roronoa Zoro le Mar 30 Avr 2019, 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 275
Yens : 363
Date d'inscription : 22/08/2018
Localisation : Loin de tout

Progression
Niveau: 272
Nombre de topic terminé: 148
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue7/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (7/18)
Zayro Jinn
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

- http://rp-manga.forum-canada.com/



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptySam 06 Avr 2019, 13:46



Get Over Here

feat.Zoro



Après ce qui avait été vécu à Tenshi, rien ne serait vraiment pareil. Noria, Zayro... Quelle identité prendre pour continuer le chemin ? Jinn décida, d'utiliser Noria pour cette seconde chance, tout mettre en adéquation avec ce qu'il ressentait au plus profond de lui. Une peur de l'echec, là ou il n'y avait avant aucune peur, une peur de ne pas être pardonné ou accepté, là ou avant ne régnait que le silence et l'ignorance de ces états. Quoiqu'il en soit, après le meurtre d'Hatô, mieux valait rapidement quitter les lieux et Jinn fini par se téléporter à nouveau sur Kosaten, après avoir tout accompli de ce qu'il voulait en haut. Le jeu en valait la chandelle ? Pas sur...

Mais cela permit donc à Noria de débarquer en plein village, enfin, non, en pleine forêt aux abords du village. L'éclair vif de la téléportation avait eu lieu vers midi et ne se vit quasiment pas en plein jour. Mais une chose avait clairement changé, au dela du physique, pour Zayro. Dans ce corps, avec ces émotions ressenti, il pu pour la première fois s’émerveiller de ce monde, le contempler avec des yeux humains et non ceux d'une machine ou d'un démon. Il pu sentir les écorces d'arbre, l'odeur de la mousses verte après la pluie, entendre les racines pousser, ou les feuilles crisser au bruit du vent. Des petites choses, dont il était difficile de se dire qu'elles étaient si importantes... Toutefois, si vous aviez été aveugle toute votre vie et que vous voyiez pour la première fois, quel serait votre propre ressenti ?

Noria ferma un peu les yeux, humant l'air autour en laissant un sourire naitre sur son faciès. Un visage qui se voulait doux et n'avait donc plus rien à voir avec le tueur sans coeur et sans émotions de jadis. La situation était complexe, son esprit pourtant si serein. Ce jutsu ne l'avait pas vaincu par la violence, mais par l'amour, c'était tout de même assez ironique. Aucun élu n'avait jusqu'alors réussis à effleurer Jinn par la violence, du moins durant les dernière années de montée en puissance de ce dernier. Asura et Schneiden étant les seuls à l'avoir vaincus, mais pourtant... L'avaient t'ils vraiment vaincus ? Le colosse était revenu toujours plus violent et déterminé que jamais après ses echecs ou sa mort.  

Noria se décida à descendre le petit chemin de terre, avant que deux types en capuche, apparemment pas des gardes, ne l'accoste. Ils avaient dû voir la téléportation Tenshijin. Etaient t'ils positionnés dans la forêt ? Dans les arbres ? Noria n'avait pas utilisé sa vision atomique, ses pouvoirs retournaient non pas en sommeil, mais demeuraient bien plus passifs...



??? ... Qui êtes vous ? Que voulez vous ?




- Vous êtes... Une tenshijin ou une élue ? Nous avons vu la téléportation tenshijin... Mais vous ne ressemblez pas à une Tenshijin.
- Nous ne devrions pas prendre autant de risque..
- Laisse moi décider de ça, et puis le chef veut qu'on soient plus efficaces non ?



Non, je suis une élue de Fuyu, mon nom est ... Noria. Mais vous n'avez pas l'attitude de gens honnêtes, je sais les reconnaitre.




Zayro, en dépit de tout, gardait une trace irréversible de toute son experience passée, de l'être qu'il était ou de ce qui avait fait de lui, ce qu'il était. Les émotions ne rajoutait que de l'humanité, des pensées, du libre arbitre, du ressenti à son être, elles le complétait en somme et pourrait aussi faire de lui... De Noria... Un être abjecte, sadique, aimant faire le mal, ce qu'il n'était pas avant. Ou bien, prendre aussi un autre chemin, la rédemption, le bien... Pour le moment le flou palpable empêchait de connaitre quels prochains pas seraient effectués.


- Fuyu, votre nation n'a pas très bonne réputation, mais laissons les "on dit" de coté. J'ai une proposition à vous faire.
-Elle pourrait être..
- Silence ! Bref, je disais avoir une proposition, mais avant, j'aimerais vous montrer quelque chose, venez, montons sur la crête qui domine un peu le village la bas.

Intrigué et transcendé par ce sentiment de curiosité poussant en lui, Noria suivit le duo, malgré leurs airs patibulaire. Il y'avait un certains stress, mais la peur était amoindrie par le fait qu'il savait sa propre force et efficacité. Se défaire de deux bandits n'aurait pas été un soucis, mais pourtant, Jinn voulait savoir le fin mot de l'histoire. Une fois sur la crête, caché par quelques arbres, le duo reprit la parole en montrant du doigt le village et quelques routes marchandes ;

- Ce village est desservit par trois grandes routes marchandes, il a fleurit il n'y a pas si longtemps et prospère bien depuis. Ce n'est pas pour rien. Ce dernier s'est installé sur un lieu sacré d'une tribu des territoires neutres. Il y'avait quelques habitation avant et les trois routes étaient les symboles d'une alliance forte des trois tribus respectées dans tout le territoire. Deux d'entre elles ont rejoins la coalition de Basho tokai, nous laissant seul. Ce village à vu le jour en rasant nos maisons, en se batissant sur la crypte de nos ancêtres, pillant les fortunes enterrés pour payer les nouvelles maison. Nos lieu de cultes ont disparus, alors nous avons jurés vengeance, notre chef, l'ancien chef du village et de l'alliance, les fait payer pour leurs actes. Nous les maudissons et à chaque fois qu'ils se pensent en paix, nous les pillons comme ils nous ont pillés, nous détruisons, comme ils ont détruits et nous tuons quelques fois, comme eux ont salis nos ancêtres....
- Mais elle n'a rien à voir avec nous. Elle va peut être même nous balancer ! Crétin.
- Peu importe, nous n'avons plus rien à perdre et même si elle nous balance, nous disparaitrons pour mieux réapparaitre. Mais je préfère vous laisser le choix à vous. Si vous avez une conscience, aidez nous à reprendre ce village pour de bon, les affronter.

Et voila donc qu'un curieux dilemme naissait. La conscience de Zayro était partagée, mais il n'avait jamais été du coté de la loi, bien sur, avant, c'était sans le vouloir ou chercher à l'être, il faisait juste ce qu'il voulait. Mais maintenant, il pouvait voir de ses yeux avec sa vision atomique, que sous ce village actuellement prospère et grandissant, se cachait la mort d'une tribu. En guise de preuve, l'homme qui avait mené à la crête noria, montra une pierre sur laquelle était gravée le paysage juste avant la naissance du village. Il était normalement impossible de dater quelque chose comme ça, sauf pour Jinn. Dater le carbone, les atomes, c'était son rayon. La dalle en pierre n'avait pas été faite immédiatement, ni par magie et datait de plusieurs années mais pas de siècles non plus... Disons peut être cinq ou six ans...



Une partie de moi comprend maintenant, la colère, l'injustice éprouvé et le sentiment de vengeance. Mais une autre partie comprends ces hommes et femmes qui ont bâtis quelque chose de nouveau sur quelque chose d'ancien, pour peut être se transcender. Le choix que vous me demandez de faire est ... Difficile.





C'était une drôle de sentiment, que le dilemme. Ne pas savoir choisir. Une forme de logique restait en Jinn, il continuait encore d'analyser les choses sous un angle précis, mais les émotions entremêlés rendait le choix moins évident. Comment apaiser leurs colères et leurs conscience s'il ne fallait rien faire. D'un autre coté, ce village marchand méritait t'il en totalité leurs vengeance ? Le diplomatie et la discussion aurait pu être un allié efficace, mais eux voudrait récupérer leur village, leur lieu de culte tel qu'il était, et le nouveau village n'irait pas se délocaliser pour quelques types motivés.

Il y'avait une possible idée de laisser un coin pour eux dans le village, mais ils n'avaient pas non plus l'air de vouloir négocier ou accepter cet genre d'idée. Un chef visiblement bien prudent se cachait derrière eux, n'était pas là pour l'accueillir ou lui proposer cela. Que faire ?

- Notre chef est un guide, il sait exactement quand frapper, il ne se trompe pas, jamais. Il avait dit que nous avions besoin d'une aide qui ne ressemble à aucune autre et pensait déjà à joindre un ou une élue. Votre arrivée n'est nul autre qu'un signe du destin. Celui de notre vengeance à tous. Notre passé ne mérite pas d'être démoli, pour un peu de yens en plus. Si nous effaçons ce que nous sommes, ce que nous étions, nous nous perdons.

Cet homme avait de sage paroles, faisant tout à fait écho avec le vécu récent de Zayro.

- Si vous êtes intéressés par le coté financier, nous pourrons vous récompenser pour votre aide et nous vous reconnaîtrons légitimement envers nos tribus. Ce village prospère, peut être a t'il une bonne gueule, mais il arme les autres nations, il participe à la guerre, il est plus dangereux que nous ne le seront jamais.

En plus de bonne parole, d'une récompense, il ajoutait que le village servait de carrefour marchand important pour les armes. Il armait les nations, et le coup des "trois" routes devenaient soudainement plus clair. Chaque nations étaient individuellement armés par ce village ou par des marchands passant par ce village. En plus d'avoir détruit le passé peut être pas innocent, mais sans nul doute tranquille d'une alliance de tribus, ce village semait la mort dans le monde avec le sourire et la prospérité. Ce types à coté n'étaient pas des amateurs, ni à leurs premières attaques, pourtant la situation n'évoluait guère...

Fallait t'il mettre un point final à tout ça ? Sans doute. Tournant sa vision atomique vers le village, Noria ressenti alors une aura et des atomes connus... Oh oui, il était là...




Je pense vous apporter mon aide, ma décision ne vient pas réellement de votre discours, mais plutôt d'un élément que j'ai remarqué dans ce village. Un élément qui a clairement le pouvoir de mettre en déroute votre plan, si ce dernier ne part pas. J'aimerais aller dans ce village d'abord, je ne dirais rien de vous.




-Tu vas pas.. On va pas la laisser partir quand même ? Elle pourrait..
- Chut ! J'ai confiance, j'ai foi en mon, en notre chef. Noria, nous comptons sur vous, prenez vos dispositions et lorsque vous serez prête, rejoignez nous sur la crête. L'attaque finale aura lieu bientôt.
-Tch'... Mauvais plan de tout dire ainsi...
- Il faut savoir croire en sa bonne étoile, lorsque la cause est noble !

Les bandits laissèrent donc Noria quitter l'endroit et rejoindre le village. Un village qui sentait bon la nourriture, cultivait l'art du commerce, des stands remplis et une étrange sécurité de partout. D'ailleurs l'arrivée de la jeune femme fut très surveillée. Je veux dire, avec son air de guerrière, son mètre 83, ses cicatrices sur la poitrine, elle avait l'air d'être quelqu'un de fort, à minima. Que c'était bon tout de même, d'y découvrir les effluves d'odeur de viande et une certaine ambiance à laquelle il n'avait jamais ô grand jamais prêté une seule attention. Toutes ces choses si futiles, si inutiles, qui rendait le tout si vivant.

Dire que tous ces gens étaient des coupables en puissance... Personne n'était innocent ici bas. Mais le plus interessant n'était au final pas tout cela, bien que Zayro finisse par s'arrêter pour s'acheter une brochette de viande et la déguster, l'aimer, comme il n'avait jamais aimé la nourriture auparavant. C'était croiser le bretteur que Jinn voulait, savoir s'il le reconnaîtrait. Avec une idée en tête, Noria se dirigea vers un marchand d'arme, il y'en avait quelques uns... Puis l'un d'eux vendant des épées.

- B'jour m'damoiselle ! R'gardez les épées ! Vous savez vous en servir ? J'ai d'Tout ! Epées, K'tanas, Sabre, Dague 'tcétéra ! P'tits prix ! Pas trop lourd pour les jeunes et jolies femmes comme vous ! Prenez, essayez !

Un lourdeau s'était mit en tête de vendre (ou d'arnaquer) une femme, cible sans doute plus facile pour lui. Omettant son allure guerrière, la prenant peut être pour une amatrice du milieu. Un sceau dans lequel se trouvaient de multiples armes contondantes, ou un stand remplis lui faisait face.



Malheureusement vos armes sont de piètres qualités, la plupart sont émoussées, certaines faites avec du fer ou un acier pauvre, mal forgé, regardez celle ci, clairement mal équilibré, elle briserait sous trois ou quatre assauts bien placés. Ces katanas ne couperaient même pas une feuille et ces dagues, vous avez rempli les manches de sève et de gravier pour les alourdir, afin d'en tronquer la qualité...





- hEY HEy hum, moins fort s'il vous plait, ça va, hé, c'est un rôle que je joue pour les touristes ok ? Vous avez l'air de vous y connaitre, passez derrière le stand, j'ai mieux à proposer, je vous jure.


En effet, après être passée derrière le stand, Noria découvrait dans une grosse malle, des armes d'une tout autre qualité. Loin de celles que Zoro pouvait porter, on se rapprochait tout de même de Katana artisanaux fait main par des maitres en la matière, ou des épées spécialement demandées, uniques et bien entretenues.

- Alors ? Mieux non ?




Qui aurait cru que la vision de simples armes, me fascine autant et me fasse plaisir ainsi ? Etrange, comme sentiment. Très bien, je prend celle ci.





Après un choix court, une transaction banale, Noria repartait armée d'une épée au manche plutôt occidentale, plus large qu'un katana, plus droite et lourde aussi, mais dont l'équilibre, le tranchant et la solidité n'avait rien à envier. Elle le mit dans son dos et continua sa recherche dans les rues, arrivant à un angle, tournant pour rejoindre une large allée ou se trouvait juste devant elle, Zoro Roronoa. Traçant une ligne sur le sol avec l'épée elle ajouta ;



Que celui ou celle qui veut m'affronter à l'épée s'approche de cette ligne. Sauf si vous vous pensez trop mauvais pour le faire.






Quel était cette excitation, ce sentiment de vouloir combattre. Avant, en bonne machine à tuer, il ne ressentait rien, si ce n'est parfois une certaine impatience d'en terminer rapidement. Mais là, c'était tout autre. Zoro était un adversaire fort, têtu, borné, doué, qu'en tant que Noria, elle voulait affronter. Mais il était probable connaissant l'individu, qu'il l'a snob, ne réponde pas à son appel. Elle le connaissait assez pour savoir qu'il fallait titiller la fierté de l'homme pour l'amener à lui.



 Le vainqueur, aura droit à une tournée d'alcool. Mais bon, je doute qu'aucun de vous ne puisse me vaincre.





S'il y'avait une sorte de chose que les deux hommes avaient pu partager en commun, c'était le goût de l'alcool, pas le même bien sur. Jinn avait toujours aimé le vin, la qualité, une sorte d'alcool noble, et beau aussi dans sa couleur rougeoyante. Plus rustre, Zoro était un buveur de Sake... Mais bref, restait à voir comment se déroulerait les choses, surtout que les gardes étaient proche de s'intéresser à la situation eux aussi.





 


Défendre son bout de gras 989615banzayzay
Chronologie / Fiche Technique
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1694
Yens : 46
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 203
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue16/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (16/18)
Roronoa Zoro
Roronoa Zoro ☠ Le pirate perdu ☠

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyDim 07 Avr 2019, 18:18





同盟国や敵

feat. Zayra Jinnette




Par groupe de deux, les soldats se déployaient autour de la ville, surveillant les allées venues de la population avec minutie. Cependant, le duo composé du bretteur et d'un représentant de la loi lambda pataugeait dans la semoule à cause d'un marimo difficile à gérer, et surtout à guider. En effet, à chaque fois que les hommes changeaient de position pour analyser les environs, le sabreur partait seul dans une direction opposée. Parfois, il échappait même à l'oeil de son collègue qui se retourna maintes fois pour s'apercevoir que le pirate avait disparu. Au final, il passait plus du temps à le chercher qu'à rechercher des indices, il était pire qu'un gosse.

Dans un ras le bol intérieur, car le soldat se devait de se contenir pour ne pas froisser le précieux chasseur de prime, il proposa d'un ton semi agacé de redescendre en ville. S'il se perdait en dans la cité, ce n'était pas grave, il y avait toujours un soldat posté quelque part pour le guider contrairement à la forêt.
Le soleil organisait ses couleurs crépusculaires, peinturant le ciel avec une exquise chaleur, tandis que le sabreur s'arrêta à une taverne pour commander une bouteille. Il ressortir du bâtiment, rejoignant son collègue qui l'attendait avec sa gueule de furieux :

- Monsieur Roronoa, avec tout le respect que je vous dois, vous n'êtes pas au-dessus des règles et je vous informe que boire pendant un service est interdit !

Le soldat perdait patience, éprouvant des difficultés à contenir sa frustration face à ce personnage grossier et indomptable. Ses petites rougeurs sur le visage trahissait son mécontentement, qui se remplissait comme une cocotte minute.
La réaction du bretteur n'arrangea guère la situation, puisqu'il démontra un certain mépris envers cette remarque de mauvais goût. Il adressa un furtif regard condescendant à son partenaire, et le snoba insolemment en buvant goulûment, la tête bien en arrière pour pouvoir déglutir bruyamment, dans le but de montrer combien il s'en branlait des règles à suivre. Une fois sa gorgée terminée, il émit une râle de satisfaction, puis donna la bouteille à son binôme avant d'entamer la marche :

Tu devrais boire un coup, ça te ferait du bien. 


De plus, contrairement à lui, Zoro ne portait pas l'uniforme de service, ce qui ne le pliait pas aux mêmes règles que cet homme, qui avait choisi sa vocation. Le Roronoa n'était pas un représentant de la loi, mais un simple chasseur de prime à ses heures perdues qu'on avait supplié, ce qui le plaçait à un statut spécial. Jamais il n'avait signé de contrat pour être un soldat comme cet homme, en acceptant de renoncer à l'alcool pendant ses services. Là était toute la différence, mais elle semblait si évidente que le bretteur ne se donna pas la peine de la justifier. Ce type ferait mieux de réfléchir au lieu de juger et râler comme un ragondin puant.

- Si je n'avais pas reçu l'ordre de....

Un début de phrase qui ne connut aucune fin, mais qui suffit à intriguer assez le sabreur pour le pousser à se retourner vers on interlocuteur aigri.

Si tu n'avais pas reçu l'ordre de... ?


Il le toisa d'un oeil aussi hautain que terrifiant, pendant une poignée de secondes le soldat se pétrifia sur place, face au regard de cet élu qui le regardait comme un insecte à écraser sur le champ s'il ne lui offrait pas la réponse attendue. Cet abruti voulut jouer au plus malin, il tombait dans son propre piège. Maintenant, il n'assumait plus ses élans rebelles contre les manières du marimo, et bégaya comme un trou du cul mal épilé :

Si tu n'es pas capable de finir tes phrases ou de dire quelque chose d'intéressant, tu ferais mieux de la fermer, ça t'économiserait des forces.


Sur ce gentil commentaire ruisselant de bienveillance, les deux hommes reprirent leur patrouille tranquillement durant une quinzaine de minutes. Pourquoi quinze minutes ? Car un curieux bordel se fit entendre à une rue d'ici. Une voix de femme s'élevait au-dessus du reste de la foule, l'air de provoquer les passants alors qu'elle s'appliquait à faire traîner la pointe de son sabre sur le pavé poussiéreux afin de tracer une ligne, ce qui fit grincer les dents de certains, mais au moins la tentative d'attirer l'attention était un réel succès. La p'tite dame, malgré tout toujours plus grande que le sabreur d'1m81, s'amusait à provoquer les villageois en duel. Quelques soldats de coins de rue se retournaient pour observer ce drôle de piaf excentrique, tandis que le pirate la jaugeait de la tête aux pieds. Il la snobait dans un premier temps, ne la percevant que comme une extravagante en manque d'attention, mais un détail retint subitement son regard. S'il portait de l'intérêt à cette provocatrice de mauvais goût, c'était à cause de l'arme tenue dans sa main, qui étincelait à la lueur du soleil jusqu'à la rétine du fou des katanas. Il ne ressemblait pas aux siens, possédant une allure moins traditionnelle mais cette différence ne l'empêchait pas de repérer son immense qualité à vue d'oeil. Plus intéressé par sa lame que par ses provocations, l'homme interrompit sa marche quelques secondes pour contempler le sabre.
Quant à son partenaire, il n'émit qu'un simple commentaire inutile :

- Encore une qui veut s'la donner en public. Si un type accepte son duel, prépare-toi à les intercepter, le combat de rue n'est pas toléré ici. Il cause le trouble en effrayant les voyageurs et les marchands. Le gouverneur tente de bâtir une ville propre, fleurissante où il fait bon vivre.

Cette explication rentra dans l'oreille du balafré pour ressortir de l'autre. Il n'écoutait plus ce péquenaud. Par ailleurs, il s'avança vers la femelle armée jusqu'aux dents, avec l'intention de tester la lame qu'elle maintenait dans sa main. Il souhaitait voir si son flair ne le trompait pas quant à la valeur de ce katana exotique. Et il désirait aussi découvrir s'il méritait sa porteuse, qui tenait ce sabre d'une manière étrange. Un manieur de sabre expérimenté se conditionnait à une certaine façon de tenir et porter son arme alors qu'elle... Elle semblait à la fois confiante et forte, expérimentée dans l'art du combat, mais non spécialisée dans le domaine, même si elle détenait très certainement les bases. Peut-être avait-elle changé de vocation... En tout cas, ce contraste d'expérience dans l'allure, mais non dans le port du katana interloquait monsieur le cactus.

Des paroles sexistes se distinguèrent de la foule, à l'encontre de la femme. Des paroles dignes des plus gros beaufs de la région telles que : " Viens par là ma mignonne, je vais te botter les fesses ! " ou des " Je peux te montrer mon katana ", " J'te prends quand tu veux, mais je préférerais dans une chambre". En même temps, du point de vue d'un homme constitué normalement, cette femme était sacrément bien gaulée avec tout là où il fallait. Mais revenons à nos moutons.
L'homme se démarqua des villageois, rejoignant la ligne tracée au sol, sous le visage ahuri du soldat :

- Oh ! T'as écouté ce que je viens de te dire ?! Pas de combat dans la rue ! .... Je rêve.... Cette tête de mule... Et puis zut, pourquoi je m'obstine encore à le raisonner moi...


Commença-t-il en colère pour finir désespéré par ce vagabond fuyujin à la con ! Fuyujin qui continua à ignorer méchamment les propos de son partenaire.

Sympa ta lame, viens échanger quelques passes et si tu parviens à me convaincre, j'accepterai ton duel..


Mais seulement si le duel s'annonçait intéressant. S'il captait qu'il avait affaire à une imposteur, il l'enverrait chier en beauté. Mais alors qu'il dégaina Shusui, considérant qu'un seul katana suffirait à s'échauffer et tester la femme, un représentant de la loi d'une quarantaine d'années s'interposa :

- Madame... Monsieur.... Je vous invite fortement à régler vos affaire en dehors de cette ville, ou je me verrai dans l'obligation de vous embarquer.

Au moins, ce recadrement en bonne et due forme en fit sourire un ; le partenaire du bretteur qui n'attendait qu'une chose : que ce foutu sabreur effronté soit remis à sa place. Il en profita pour ramener sa poire aux côtés de Zoro, afin d'ajouter un fier :

- De plus, cela n'en a peut-être pas l'air parce qu'il l'oublie assez souvent, mais cet homme est actuellement entrain de travailler et il serait bon pour lui de ne pas s'éparpiller dans tous les sens. Je vous conseille donc de remettre cet affrontement à plus tard...

Il rêvait ou ce petit cafard de merde venait de lui parler comme un gamin attardé en toute courtoisie ? Et en plus, il était content de lui ce merdeux. Ce sourire de fourbe énerva le bretteur qui songeait à le lui arracher sur le champ :

FERME LA TOI ! ....


Vociféra-t-il un grand coup, impressionnant ce boulet de première, avant de se raisonner et d'annoncer calmement par lui-même avec suffisance :

T'as du bol.. Tout porte à croire que le jour de ta défaite n'est pas encore venu... Nous remettrons ça à plus tard. Tu restes dans le coin dans les prochains jours ?


.


Défendre son bout de gras E911f622f6d8e15ab7042e71e95e174f-d6o7gwz

† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 275
Yens : 363
Date d'inscription : 22/08/2018
Localisation : Loin de tout

Progression
Niveau: 272
Nombre de topic terminé: 148
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue7/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (7/18)
Zayro Jinn
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

- http://rp-manga.forum-canada.com/



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyLun 08 Avr 2019, 15:22



Get Over Here

feat.Zoro



Eh oui, avec cette tentative, Noria était certaine, enfin, il était certain, de capter l'attention de Zoro. Tiens, c'était de plus en plus étrange. Le fait d'avoir changé de corps, le fait d'avoir emmagasiné les émotions à cause de la technique d'Hatô, Jinn se sentait de plus en plus "autre" et de moins en moins "lui". Etait ce un effet temporaire ? Dans ce cadre, ainsi, il n'arrivait plus à se poser la question et se disait même, que c'était impossible d'avoir été sans émotions auparavant. Elles remplissaient clairement un individu et lui permettaient tellement de voir les choses sous un autre angle.

Auparavant il fut si vide, ne ressentant ni colère, ni haine, ni joie, ni peur, rien... C'était simplement clair d'un point de vu de l'assassin qu'il était. Une tâche, un objectif, une durée, son accomplissement et passer au suivant. Cependant, même avant, n'étant pas une machine de guerre au sens mécanique, il lui était arrivé de ressentir une légère frustration ou rivalité, surtout envers Schneiden. Ainsi qu'un certain respect pour quelques élus méritants. Mais on était bien bien loin de ce qu'il ressentait à présent. Tel un nouvel horizon entre ouvert sur l'inconnu. Connaitre le vide à nouveau pouvait être effrayant et actuellement, Zayro ne savait plus vraiment s'il voulait être efficace et réussir ce qu'il avait mit huit années à entreprendre, ou bien... Commencer une nouvelle vie, tenter autre chose. C'était peut être le moment, c'était peut être la clé qu'il attendait depuis si longtemps ?

Pour l'instant, il s'était mit à tracer cette ligne dans le sol, avec la pointe de son épée au look certes exotique, mais qui était de bonne qualité, surtout en comparaison des autres du vendeur. Elle avait dû appartenir à une guerrier potable. Mais il est vrai que Jinn ne combattait pas à l'épée, bien que sa connaissance des armes blanches, comme les lames qu'il utilisait jadis avec sa cape, soit assez elevée. Il connaissait aussi assez de base d'art martiaux pour varier les mouvements. Mais la technique de Zoro était plus haute que la sienne dans ce domaine, il le savait.

En revanche, il avait un grand avantage comparé à un individu lambda qui l'aurait provoqué pour rien. Lui, il avait vu le bretteur évoluer et l'avait affronté maintes et maintes fois, connaissant ses mouvements, ses coups, ses techniques, ses positions. D'ailleurs trop focalisé sur l'avancée de ce dernier, Noria n'entendit pas vraiment les insultes sexistes à son encontre, ou plutôt, à l'encontre de l'enveloppe charnelle feminine qu'il avait atomiquement revêtu.

Le fuyujin approcha, prit la parole, elle répondit fermement ;



Sans problème, mais on dirait que tu es retenu par des obligations professionnelles... Franchement, j'espérais mieux.





La petite provocation aurait peut être son effet. Zoro était un chien fou, il le savait, il n'obéissait a rien, ni à personne, faisait ce qui lui plaisait. Oui, Jinn se souvenait à quel point il était têtu et difficile de s'en débarrasser. Mais ces soldats semblaient tout autour le voir comme un sauveur ou un soldat du village. Il était possible que ça ait même un rapport avec les types rencontrés dehors, qui prévoyaient une attaque dessus. Peut être qu'ici, le Roronoa voulait "protéger" le village, c'était intéressant, même si le duel n'avait pas lieu maintenant, ils allaient donc forcément se revoir après coup.

Un type armé vint les stopper avant qu'ils n'aillent plus loin, surtout en voyant Shusui la lame noire du bretteur dégainée. Tiens, il ne prenait qu'une seule épée ? Il n'avait vraiment pas reconnu Zayro, de mieux en mieux, il sous estimait son adversaire, mais il reconnaissait là l'assurance de son adversaire. Cela fit sourire Noria, oui, sourire. Le ressenti était une sorte d'état de fait, comme s'il savait qu'il aurait agit ainsi.

Mais se faire rappeler à l'ordre n'était pas à son goût et il le cria bien fort dans les oreilles de l'autre. A ce moment là, Noria ne pu s'empêcher de trouver la scène amusante. Mais contint son rire, par respect pour la demande de duel précédente.



pFF...





Lorsqu'il se tourna à nouveau vers Noria, c'était pour lui demander si elle restait dans le coin. Oui, c'était bien ça, il restait lui aussi dans ce village, cela aidait à prendre une décision quand au camp à venir. Rangeant alors son épée dans son dos, Jinn répondit ;



Ma défaite hein ? Nous verrons bien. Mais ne me sous estimes pas trop en ne prenant qu'un seul katana la prochaine fois, sinon je risquerais de te blesser trop facilement. Et pour t'éviter de croire que je bluff...




Ressortant sa lame de son dos à une vitesse de 300km/h voir bien plus, que seul Zoro était ici en mesure de voir, Noria découpa une maison et rangea aussitôt sa lame, puis fit comme si de rien n'était, alors que celle ci glissait de haut en bas, tranché à l'horizontale. Les habitants et les gardes tous surpris, se demandant ce qui venait d'arriver. Ne remettant pas tout de suite la faute sur l'un des deux épéistes, mais pensant plutôt à un accident, un éboulement, ou un truc du genre. Maintenant, Zoro savait.



Nous nous reverrons bientôt, pour plus que quelques passes si tu le veux bien. Donc toi aussi, reste dans le coin.




Puis Noria repartie en direction de la sortie du village, sans être stoppée à aucun moment par les gardes. Mais la scène n'avait pas échappé à quelques individus nichés dans la forêt, ou bien au chef de la tribu, cherchant vengeance et qui était là, quelque part, au coeur même du village à ce moment là... Tout fut vu, tout fut analysé. Les choses allaient bientôt bouger...





 


Défendre son bout de gras 989615banzayzay
Chronologie / Fiche Technique
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 546
Yens : 1670
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 28
Localisation : Bientôt dans les grands lacs

Progression
Niveau: 106
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue10/12Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (10/12)
Eleanor Burns
Eleanor Burns ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyVen 12 Avr 2019, 00:01





Défendre son bout de gras.



Feat.Zoro/Zayro


Pour établir de bonnes relations, il faut soigner les personnes avec qui on travaille. Cherchant un restant de fond pour construire enfin mon domaine, je cherche un travail qui peut m'apporter autant des yens que de l'aventure. Trouvant facilement mon bonheur, j'aperçois une demande particulière, celle de défendre un village des territoires neutre contre les assauts à répétitions de bandits. Pourquoi une quête venant de l'extérieur est postée ici, à Minshu ? La raison est simple, le gouvernement a peur que ses bandits franchissent la frontière dans l'idée d'étendre leurs zones de pillage, et c'est dans ce but qu'il demande à toutes bonnes âmes d'aider à défendre autant l'économie locale, que les relations entre nations.


Partant accomplir mon travail, j'effectue plusieurs heures de vol avant de me retrouver dans le fameux village des territoires neutres. Une surveillance accrue est présente par des gardes et je me demande bien pourquoi, ils ont fait appel à des élus pour terrasser ses mercenaires. Ils ont l'air d'être assez nombreux et fort pour défendre un village de cette taille ! À moins que... Peut-être que des élus ont pris parti du côté adverse ! Possible, mais sans preuve, je ne peux pas m'appuyer sur ce fait. Je rabats ma capuche en soie blanche sur la tête et avance à travers la foule pour examiner les lieux, quand soudain, une exclamation se fait entendre.



-"Allons bon... Que se passe-t-il à la fin ? À peine arrivée et déjà du bordel !"


Je me faufile dans la foule, et essaie de rester en son centre, afin d'observer l'origine de tout ça. Une femme se présente avec une grande épée, défiant celles et ceux qui voudraient la combattre, le gagnant se voyant offert une tournée d'alcool. J'aurais pu partir, tant la suffisance, de la nana, est superflue voir inutile, mais ses yeux... Plus je l'observe, plus ça me dit quelque chose, ou plutôt quelqu'un. On dirait.... Zayro Jinn ! Je connais qu'une seule personne avec de tels yeux mauves, mais de mémoire, ils appartenaient à un homme et non une femme. Je suis intriguée par cette découverte, serait-ce réellement LE Zayro Jinn que j'ai rencontré il y a quelque temps, ou est-ce une nouvelle élue que je ne connais pas ? En tout cas, et surtout dans ce cas de figure, il me semble judicieux de garder un œil ouvert sur elle.

Dans le même temps, une tête connue fait son apparition, celle de Zoro, ou Tacitus Kilgore, général en chef des armées de Bashô Tokaï. Franchement... Je le vois souvent ces temps-ci, ça en deviendrait presque à une relation cachée entre lui et moi. Mais passons... Le sabreur s'avance vers la jeune femme et sort un sabre pour débuter le duel, avant que celui soit totalement stoppé par un homme dans la force de l'âge, sans doute un haut gradé parmi les soldats ou un représentant de la loi. Dommage, ça commence à devenir intéressant cette petite querelle guerrière !

Le calme ayant repris place, la guerrière range son arme avant de dire quelque chose à Zoro, et dans un geste inouï, dégaine à nouveau à une vitesse surhumaine, son épée, coupe une maison et range l'arme dans son fourreau. Pour la quasi-totalité des natifs, oui, il semble qu'une catastrophe hors du commun ait pu détruire une habitation, mais pour moi, et aussi pour Zoro sans doute, nous avons vu ce qu'il s'est réellement passé. Je reste interdite tout en étant sous le choc quand même. Ce n'est pas une native, c'est certain ! Une élue alors ? Et cette force... Si elle est si puissante, j'en aurai entendue parler non ? Ce sentiment qui m'habite, ce malaise qui me tiraille, cette hypothèse que je dois vérifier maintenant, et si c'était Zayro Jinn finalement ? Mais... Comment ? C'est un homme ! Et là... C'est...




Pas le temps de réfléchir, je dois agir prestement. Poussant légèrement les gens afin de quitter la foule, je me cache dans une petite ruelle déserte avant de me changer en chauve-souris et de voler à travers le village pour surveiller et suivre cette guerrière aux yeux mauve. M'agrippant sur les gouttières des maisons, tête en bas comme une vraie chauve-souris, je la suis d'assez loin pour ne pas me faire remarquer. Tout ceci n'est pas une coïncidence, j'en suis convaincue !



Contextuelle:
 




Défendre son bout de gras Signature
FP / FT / Fiche relationnelle / Chronologie / Theme personnage / Theme battle

Couleurs:
 


Dernière édition par Eleanor Burns le Jeu 02 Mai 2019, 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1694
Yens : 46
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 203
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue16/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (16/18)
Roronoa Zoro
Roronoa Zoro ☠ Le pirate perdu ☠

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyVen 12 Avr 2019, 13:06

Roronoa Zoro a écrit:




同盟国や敵

feat. Zayra Jinnette



Le vent tournait en faveur de cette jeune femme, que le karma épargnait d'une humiliation publique. Elle s'empressa de commenter la situation, constatant ouvertement les engagements du bretteur vis-à-vis du service qu'il rendait avec déception.


Ne te fais pas de bile, une fois le job fait, plus rien ne me retiendra pour te trancher.
 


Le compagnon du pirate esquissa un sourire satisfait, songeant au fait que cet imbécile surpuissant avait enfin revu ses priorités. Mais il sous-estimait la sauvagerie de l'élu, contrairement à Zayro qui connaissait l'immense caractère indomptable de son futur adversaire. Par ailleurs, il s'autorisa un regard plus appuyé sur la jeune femme qu'il avait jusqu'ici observé partiellement. Cette fois-ci, il se permit de soutenir ses yeux, action qui lui valut une sordide sensation tout aussi imprévisible qu'étrange. Ce regard violacé lui rappelait quelqu'un mais il ne parvenait pas à faire l'association avec Zayro.

L'oeil émeraude du jeune homme s'emplit de confusion, et pour les plus attentifs, l'on pouvait remarquer ses lèvres légèrement bouger comme pour révéler quelque chose, mais l'incertitude le contint. Cette femmelette était a la fois familière et inconnue, ce drôle de mélange le perturbait, il n'oubliait jamais un visage alors pourquoi cette impression de déjà-vu ? Où l'avait-il croisé ?

D'ailleurs, durant son instant dubitatif, elle en profita pour le mettre en garde contre sa négligence à n'utliser qu'un sabre lors de leur duel sous peine d'être blessé. Cette réflexion prétentieuse eut le don de l'arracher à sa confusion pour émettre un rictus sarcastique. Cela dit, il nota le ton sérieux avec lequel elle venait de prononcer ces mots, sans une once d'arrogance. L'assurance dégagée démontrait qu'elle était plus qu'une simple petasse provocatrice.. Il le releva, mais on connaissait la confiance surdimensionnée de l'epeiste, ainsi que son amour pour le challenge. Cette femme gagnait en intérêt en suscitant sa curiosité par son attitude peu commune, elle s'amusait même plus ou moins inconsciemment à titiller la fierté du marimo. L'heure du combat se faisait douloureusement attendre, il se haterait d'en finir avec cette affaire pour botter les fesses de cette petite joueuse.

En guise d'assurance, elle enflamma un peu plus son désir croissant de l'affronter en déchirant une maison en un coup éclair, avec la puissance de l'éclair. Elle rigolait zéro celle-là, mais cette prouesse que seuls les plus aguerries pouvaient contempler l'interloqua davantage. Qui était elle ? Rares étaient les civiles capables d'une technique aussi remarquable, et quand on y pensait, elle ne ressemblait pas à une native. La théorie de l'élu se construisait mais une question le tarraudait ; pourquoi n'avait-il jamais entendu parler d'une telle force ?  Ce n'était pas comme si ce genre de spécimens courrait les rues..

Cette destruction gratuite autour duquel la population s'agitait avec surprise, dans le but de garantir sa puissance, lui fit écho à ce grand nigaud de Zayro. Seul un pauvre type inconscient s'amusait à tout atomiser pour impressionner ou éliminer les obstacles sur son passage. En parlant d'atomes, ce fut ici que le lien entre les deux personnages prit son origine... Elle ressemblait à ce foutu Jinn tonic, avec ses iris d'un violet ardent et son aura désinvolte. De plus, la force de frappe depourvue d'efforts correspondrait à son niveau. Il fut à deux doigts de demasquer son rival jusqu'à ce qu'un detail de merde brisa toute sa réflexion : "Non. Impossible. Zayro me vouvoie.
En effet, tutoyer une personne, c'était  casser les barrières sociales et assumer une proximité ou un lien, quel qu'il soit, avec un individu. Zayro était un eternel frigo au coeur mort et enterré depuis toujours, il ne se nouait à personne, chaque être vivant était un parasite quelconque potentiellement utilisable avec lequel il était contraint d'interagir pour les affaires. Il savait donc pertinemment pour quelle raison il était impossible que Zayro se mette à tutoyer un beau jour, sans subir un changement drastique

Mais il ne croyait pas au changement avec ce type de profil, le mal était si profondément ancré que l'âme s'avérait scellée à jamais dans un monde de silence, de mort et de glace.
Pourtant, maintenant qu'il avait supposé pendant quelques secondes l'identité de Zayro sous celle de cette femme, il ne parvint plus à se defaire de cette idée. Plus il la regardait, plus ses sens lui confirmaient sa théorie mais sa raison le ramenait au point zéro en criant à l'impossibilité d'un tel énoncé.

C'était sa soeur !!

Face à cette révélation divine qui prenait tout son sens, et qui était la moins refutable, le soulagement remplaça la frustration de ne pas savoir sur son visage. Il l'interrogerait à propos le moment venu. En attendant, il essaya de se convaincre pour ne pas laisser son esprit le tourmenter, puis reprit la surveillance de la cité, fier du travail de ses neurones. Ils n'avaient pas chômé.

La prochaine étape consistait à calmer la foule excitée après la destruction incompréhensible de la maison. En effet, sous la panique, un homme avait hurlé : " LES BANDITS ATTAQUENT !!! ", de quoi créer un bordel monstre dans les multiples esprits ici présents en sueur. Les gens se mirent a courir dans tous les sens avec des cris exagérés comme si l'on egorgeait leurs fils. Pour Zoro, ces reactions démesurés temoignaient d'un traumatisme méchamment planté dans leur mémoire, il était temps qu'un homme mette un terme à la peur permanente de ces pauvres existences.

Le soldat partenaire n'était pas non plus très serein puisqu'il expliqua que la dernière attaque des bandits ressemblait à ce phénomène. Ces derniers s'étaient occupés à faire exploser une baraque lambda pour distraire la foule et entamer un pillage royal. Ces restes demeuraient dans les souvenirs de chacun alors rapidement, on ordonna au Roronoa et à d'autres de se déployer à travers toute la cité. Quant aux villageois, ils furent consignés chez eux jusqu'à nouvel ordre.

.


Défendre son bout de gras E911f622f6d8e15ab7042e71e95e174f-d6o7gwz

† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 275
Yens : 363
Date d'inscription : 22/08/2018
Localisation : Loin de tout

Progression
Niveau: 272
Nombre de topic terminé: 148
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue7/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (7/18)
Zayro Jinn
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

- http://rp-manga.forum-canada.com/



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyVen 12 Avr 2019, 21:11



Get Over Here

feat.Zoro



Peut être trop focalisé et concentré sur Zoro et son aura, il se peut donc que Zayro ait zappé Eleanor, pourtant la vampirette déjà croisée auparavant semble avoir fait du chemin, mais ceci sera remarqué plus tard, sans aucun doute. En attendant, le bretteur est à la fois curieux et bien plus silencieux qu'à l'accoutumé, même s'il l'a mit au défis sans le reconnaitre. C'est intriguant, mais au delà de ça, c'est cette sensation qui ne le quitte pas, cette excitation du combat, de l'adversaire, de la victoire. Il n'avait jamais ressenti ça dans les échanges précédents et d'ailleurs se fichait bien de le tutoyer désormais ou que lui fasse de même. Ce jutsu de Hatô l'avait vraiment changé... Mais il se souvenait que c'était temporaire. Il se souvenait que c'était peut être plus une malédiction qu'une chance.

Pourtant avec tout ce recul, qu'est ce que sa vie d'avant, d'assassin froid et sans nuances lui avait apporté ? Si ce n'est bien sur beaucoup de destruction sur une montagne d'échecs. Echecs face à son rival d'antan Schneiden, echec face à tout seika au royaume des morts, echec face à la mort, echec mais jamais mat... Si ce n'est de peau. En tout cas, peut être que devenir Noria, c'était tenter autre chose, ressentir autre chose, devenir quelqu'un d'autre et tout recommencer... En mieux... Comme l'avait dit Hatô ? Il était étrange que ce mort ait finalement raison. Ou alors était ce ces émotions qui parlaient dans sa tête. Outre quelques pensées, auparavant son esprit était bien souvent silencieux, ce n'était plus le cas maintenant;

Les questions, les ressentis, tout se mélangeais a mille à l'heure et à dix mille pour cent. En attendant l'attaque qui aurait lieu bientôt, Noria Jinn ressortait donc du village, sa nouvelle identité bien en main, remontant un peu plus haut dans la forêt, sans se douter d'être suivit par une curieuse chauve souris. Non, ses pensées étaient encore trop mélangées pour se concentrer sur sa vision atomique. Retrouvant rapidement les hommes à l'orée des bois, toujours encapuchonnés, ces derniers lui demandèrent ;

- Alors, vous avez réfléchie ?
- Tss..



En effet, en effet. Je vais vous aider, à ma manière. Un homme la bas, dans ce village, un élu que je veux combattre. Ne perdez pas de temps et lancez l'attaque, attendre ne changera plus rien.



- Je suppose. Notre chef vous observait la bas, dans le village. C'est..
- no.. NON ! Dis rien, on la laisse s'occuper de l'élu d'abord, on attaque et si elle remplit son contrat on lui dira, pas avant, par pitié !
- Tu as raison pour une fois héhé... Bien, nous allons lancer l'attaque, je vais lancer le signal. Nous avons tout de même une requête.



Je verrais, dites toujours ?


- Nous voulons que la tête du responsable de la sécurité, c'est lui qui a organisé la destruction de notre tribu. Votre prime sera à la hauteur.




Je ne vous promets rien, cette vie là... C'est du passé. Mais s'il se met en travers de mon duel que je prévois, rien ne le sauvera.


- Alors nous ferons en sorte qu'il soit au milieu, le moment venu.

Les deux types se regardèrent, comme s'ils avaient un plan. L'un d'eux fila une description assez détaillé du chef de la sécurité du village. Puis il laissèrent Noria vaquer à ses occupations, tout en lançant un signal à l'aide d'une torche agitée. Très vite dans le village même, la panique grimpa. Quelques bandits étaient déjà présents, déguisés en vagabonds ou en marchands. Poignardant de vrais passants, commençant à mettre le feu à diverses étales, tout ceci était le début. Une mise ne bouche et une grande diversion pour que le plan final ait lieu.



Zayro se retourna, un sourire sur le visage en redescendant la vallée. Un vent soufflant derrière ses longs cheveux blancs, Noria naissait, avec ses propres principes, ses idées, ses sentiments et désormais envies. Celle de vouloir combattre un véritable adversaire. Chaque pas soulevant la terre et la poussière. Ramassant un brin d'herbe pour le mâchouiller un instant dans la bouche, puis prenant son épée pour la faire tourner un peu dans sa main, tranchant quelques arbres en s'essayant avant de rencontrer une vraie lame. Celle qui l'attendait fièrement dans le centre de ce village.

Reprenant de son autre main le brin d'herbe pour le jeter sur le coté, tout en gardant son air à la fois serieux, mais un sourire fixe sur le visage, un sourire d'excitation. La grande porte du village lui faisait face. Deux gardes en fermaient les battants de bois sous l'attaque en cours, sans doute pour éviter une prochaine, et contenir la précédente. Les cloches sonnaient comme une alarme, juste trois ou quatre fois avant que ça ne cesse... Puis le silence de celles ci, tandis que la porte fut tranchée en deux. Les gardes eux, n'avaient rien, si ce n'est qu'étant encore proche à ce moment là, leurs armures tomba en morceaux.

Mais ils vivaient...

Noria entra dans le village sans être une seule fois stoppée, jusqu'à revenir à l'endroit de la demande du duel. Sa ligne sur le sol était encore là, tracée. Elle s'arrêta donc juste devant, avant de lancer ;



ON REPRENDS !?









 


Défendre son bout de gras 989615banzayzay
Chronologie / Fiche Technique
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 546
Yens : 1670
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 28
Localisation : Bientôt dans les grands lacs

Progression
Niveau: 106
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue10/12Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (10/12)
Eleanor Burns
Eleanor Burns ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyJeu 25 Avr 2019, 18:01





Défendre son bout de gras.



Feat.Zayro/Zoro


Toujours entrain de survoler la zone en suivant cette femme si étrange, je laisse une bonne distance entre nous dans la crainte d'être repérée. Quittant le village, nous nous retrouvons aux abords de la forêt et la demoiselle arrive à hauteur de deux autres personnes. Mmmmhhhh... Ça sent la magouille ça ! Écoutant quelques bribes de paroles, j'arrive à comprendre peu de choses, cependant, il y a un rapport avec le chef de la sécurité du village apparemment. L'un des hommes file à toute allure tandis que l'autre agite une torche et que la guerrière retourne en direction du village.


Il ne faut pas longtemps avant que les cloches sonnent pour avertir d'un danger en cours. Entendant de loin, les exclamations de la foule en panique, je comprends qu'il se passe quelque chose d'important, cependant, Zoro n'est-il pas dans la ville aussi ? Il n'y aurait pas dû avoir de problèmes non ? Tant pis pour la couverture, je dois revenir rapidement, alors fonçant à ma vitesse maximum au village, j'aperçois dès lors la pagaille qu'a provoquée le signal lumineux. Observant des hommes assassiner des villageois, détruire la ville par le feu, je bous intérieurement de colère.



-"Très bien, vous voulez la jouer comme ça hein ? Ok !"


Allant sur le toit le plus haut de la ville, je reprends ma forme humaine et invoque mon sniper magique afin d'écarter au maximum la menace que représentent ces bandits. Dès que j'arrive à apercevoir un méfait commis, je n'hésite pas à tuer, sans états d'âme, les assassins et à neutraliser correctement ceux qui pillent, détruisent les habitations, les étales marchandes et tout ce qui s'ensuit.

Cependant, peu de temps après, un grand bruit résonne quand une des portes explose sous un coup puissant. Tournant rapidement la tête, je constate que c'est la fameuse guerrière, et dans une réflexion rapide, décide de laisser Zoro s'en charger, si du moins il veut s'en occuper, auquel cas, je devrais la combattre malgré le doute qui m'envahit sur mes chances de réussite.

Au vu de la situation, je me dis que la mobilité est une bonne initiative afin de trouver ces scélérats et de rester en vie plus longtemps, un coup est si vite arrivé quand on reste statique. Lévitant à pleine vitesse à travers les rues et ruelles, je sais que je n'aurais pas le temps d'attaquer avec mon sniper, alors je le révoque et utilise ma magie du sang qui sera plus adaptée dans cette situation. Appliquant le même traitement qu'auparavant sur les mercenaires, j'essaie aussi de chercher et de découvrir qui est à la tête de la sécurité du village afin de le protéger, puis qu’apparemment, j'ai entendu parler de lui par les deux hommes en forêt.




Comment va se dérouler la suite ? J'espère qu'on pourra repousser l'attaque et renforcer notre dispositif de défense si une prochaine vague doit arriver.



Contextuelle:
 




Défendre son bout de gras Signature
FP / FT / Fiche relationnelle / Chronologie / Theme personnage / Theme battle

Couleurs:
 


Dernière édition par Eleanor Burns le Jeu 02 Mai 2019, 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1694
Yens : 46
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 21
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 203
Nombre de topic terminé: 89
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue16/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (16/18)
Roronoa Zoro
Roronoa Zoro ☠ Le pirate perdu ☠

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyMar 30 Avr 2019, 13:19





同盟国や敵

feat. Zayra Jinnette



A peine fut-elle partie que la zizanie au village commença, on se demandait si tout ce cirque n'avait pas été organisé. Cette fois-ci, le stratagème de l'ennemi était de se déguiser en bonhomme de tous les jours, ainsi les premiers coups de couteaux surprirent les mourants, et les passants. Bientôt, la ville ne ressemblait plus qu'à une cour de récréations pour enfants, où tous les individus courraient, criaient ou se tabassaient. Zoro dans tout ça ? Il intercepta quelques tentatives de meurtre, tout comme les collègues à ses côtés. L'un d'eux, le plus expérimenté, mais aussi celui qui s'était interposé dans le duel du sabreur et de la soeur Jinn, ordonna de capturer un individu pour l'interroger.
Ce ne fut pas bien compliqué pour le sabreur qui s'empressa d'en cogner un à la va vite, puis de le traîner dans une maisonnette du coin que le vieux lui indiqua. Une fois dans la pièce, à l'abri des regards, tandis que la milice extérieure agissait, Zoro assista à une curieuse scène d'interrogatoire. Ils attachèrent le type dans sur une chaise, puis lui retirèrent sa capuche pour constater son visage. Un jeune garçon, chauve, que deux prunelles verdoyantes habillaient, un pur beau gosse qui devait faire chavirer quelques coeurs.

Mais aujourd'hui, sa beauté ne le sauverait pas. En effet, ils étaient trois dans cette baraque, mais leur petit nombre ne les empêcha pas d'ébouillanter la pièce. Le vieux gardien posa ses questions. Des questions classiques, de type " Où se trouve ton chef ? ", mais évidemment le prisonnier ne répondit pas, bien qu'il offrit un sourire carnassier et provocateur histoire de ne pas se ramener les mains vides. Un sourire qui titilla l'ego du vieux gardien. On disait " vieux gardien " mais son âge ne le privait pas d'être stock comme un Clint Eastwood dans Gran Torino. Et par ailleurs, il lui fourguait quelques paires de claques avec un charisme similaire, dans le but de lui faire cracher le morceau. Le sabreur observait la scène d'un air indifférent avant que l'attaché ne pète les plombs, déferlant toute sa haine avec l'hystérie d'une femme enceinte. Il insulta la brigade de voleurs, d'assassins, d'erreurs de la nature, tout en les accusant de génocide et autres détails de ce genre. Le marimo comprit entre deux trois lignes confuses qu'il y avait une affaire de cité culte totalement rasée afin de fortifier la ville actuelle. Visiblement, tout n'était pas si blanc du côté de la "justice".

Toutefois, le bretteur ne se laissa guère démonter, et tint ses positions. Il s'était rangé auprès de la population terrorisée, alors ce n'était pas le moment pour se détourner de son engagement. La rage de l'homme noué à la chaise ne faisait aucun doute, ce n'était pas du cinéma, son cri provenait du coeur. La colère le rongeait, tout comme le reste de sa bande probablement. Il se déchaînait sur sa chaise, manquant de se faire chuter à plusieurs reprises mais le vieillard expérimenté lui colla quelques beignes pour le calmer. Des boursouflures sanguines arpentaient sa tête de part et d'autre, tandis que son nez, en plus de ruisseler était probablement pété. Après plusieurs longues minutes qui parurent une éternité, le sabreur comprit que le jeune homme ne trahirait pas les siens. Mais le garde ne démordit pas, il agissait cruellement au nom de la justice, fidèle à son poste.. Quelque part, il lui faisait penser à Akainu. Apparemment, ce n'était pas la première fois qu'ils étaient parvenus à en choper pour les interroger mais aucun ne se décidait à parler, alors cette fois, le garde ne comptait pas abandonner, en ayant ras le cul de ne pas avoir récolté la moindre information en l'espace de plusieurs mois. Par conséquent, il passa par des méthodes peu éthiques, se servant du four artisanal de la maison pour faire chauffer de l'eau. Il la fit bouillir jusqu'à ébullition, puis laissa une dernière chance au garçon de parler. Bien entendu, ce dernier refusa et le garde versa le liquide brûlant sadiquement et doucement sur le crâne lisse de l'individu, qui hurla à s'en déchirer la gorge.
Le sabreur, qui jusqu'ici était resté muet comme une carpe, les bras croisés, se redressa en guise de réaction, peu convaincu par les manières employées. Quand les cris se calmèrent, que la tête de l'homme fumait de toute pièce, rougie par la brûlure, le gardien interpella l'homme :

- Toujours pas ?

A moitié capout, le jeune homme eut assez de force pour mouver son visage de droite à gauche en guise de non. Le gardien se contenta d'un " bon ", semblant satisfait de cette réponse, et sortit un couteau particulièrement aiguisé de sa poche. Il étala les doigts de son martyr sur l'accoudoir de la chaise, et coupa une première phalange de son index. Il expliqua sa méthode à son auditoire : à chaque fois que l'homme refuserait de répondre, il lui trancherait une phalange.

Oi oi oi !! C'est ça qu'on vous apprend dans vos écoles de formations ??
 


Le vieil homme, semblant pourtant très serein et saint d'esprit en apparence rétorqua une nouvelle fois que sa patience avait des limites, qu'il avait essayé mille et une fois d'engager le dialogue et d'ouvrir les négociations, mais qu'aucun d'eux ne faisait le moindre effort en retour, préférant massacrer une population innocente. Son raisonnement tenait, mais l'instinct du sabreur présageait que ce n'était pas qu'une simple perte de patience.. Ni la première fois que ce type s'adonnait à ces pratiques de torture. Il semblait même plutôt expert dans l'art, ne masquant pas le plaisir qu'il en récoltait. Une fois que les phalanges de la main droite furent toutes tombées au sol comme des bouts de knackis, Zoro en eut assez et se tira de la baraque. Il ne pouvait pas tuer ce fils de chien sadique tout de suite, il lui fallait être plus malin pour remplir sa mission. Tous les gardes de cette ville n'étaient pas de pareilles ordures, et le comportement d'un trou du cul ne devait pas l'empêcher de sauver la vie de ces villageois. S'il y avait bien une chose qu'il eut appris dans son monde, c'était que les enculés, il en existait de toute sorte et partout : autant chez les pirates que chez les marines.

Une fois dehors, il respira un grand coup, puis attrapa un nouvel individu, un peu plus âgé mais aussi plus frêle que le torturé à l'intérieur. Il le placarda contre un mur, le soulevant par la gorge tandis que le trentenaire barbu se débattait. Il lui posa l'ultime question, à savoir la localisation de son chef, mais comme prévu, il l'envoya chier. L'épéiste s'y attendait, alors il n'afficha aucune colère particulière. Au contraire, il saluait cet acte profondément, il en ferait de même à sa place mais il se devait de le faire craquer psychologiquement. Il le traîna de force, et avec fermeté vers la maisonnette d'où provenaient des cris déchirants. Déjà, les premiers signes de la peur purent se lire sur son expression, mais ce ne fut rien à côté du moment où le bretteur scotcha la tête du bandit sur la vitre où l'on y apercevait un bain de sang, avec un boucher qui coupait du saucisson froidement.

- Ayrs !!!!!!!!!

S'exclama-t-il, tout chagriné. Le pirate l'arracha en quatrième vitesse de la vitre pour pas qu'il se fasse remarquer par le gardien sadique, puis le placarda à nouveau contre le mur :

Ton ami est foutu.. Et tu es le prochain. Crois-moi, le garde à l'intérieur est très créatif..
 


Il démontra de la résistance, mais Zoro recolla son visage contre la vitre à chaque négation, il le sentait beaucoup plus fébrile que l'homme à l'intérieur. Si ce barbu était prêt à mourir pour protéger son chef, il semblait moins enclin à subir ces tortures malsaines. Il finit alors par balbutier un début de " gro... grott" ... complètement tétanisé. Allez savoir si c'était du lard ou du cochon mais ça valait le coup de vérifier, dans tous les cas personne d'autre n'avait récolté la moindre information. Il relâcha le trentenaire, puis lui trancha la gorge avec un sabre car il restait une menace pour la population, mais au moins il recevait une mort rapide.

Mais alors que l'homme s'apprêtait à se diriger vers le poste de sécurité pour apporter l'information, la guerrière de tout à l'heure s'était à nouveau ramenée, quémandant de reprendre lorsqu'elle aperçut le pirate marcher précipitamment.  Certains villageois vociféraient en panique son exploit : elle avait tranché la porte de la ville. Bordel, cette femme... Cela ne l'étonnerait pas qu'elle fasse partie du plan d'attaque, et de la situation actuelle. Elle risquait fortement de mettre des bâtons dans les roues, Zoro devait s'occuper de son cas dés maintenant, mais il prit le temps de transmettre l'information à un garde random qui se trouvait dans le coin. Le garde courut à toute foulée vers le poste afin qu'une escouade démarre les investigations à l'endroit indiqué.
Des cris étouffés parmi ceux de la foule en panique résonnèrent jusqu'aux oreilles du sabreur, il s'agissait de la victime que le vieux torturé dans la maisonnette à côté de leur duel. Si la femelle Jinn tendait l'oreille, elle l'entendait très certainement mais elle interprétait sûrement cela comme un cri lambda, faisant partie du décor. Quand on savait à quoi ils étaient associés, ils se démarquaient particulièrement et on n'entendait plus que ces putains hurlements

Faisons ça vite, tu n'es pas ma priorité aujourd'hui !
 


Bougonna-t-il en dégageant deux sabres cette fois-ci, il avait écouté son conseil mais pas totalement. Il savait qu'elle valait terriblement plus, surtout si elle faisait partie de la famille Jinn, mais en bon provocateur, il désirait la taquiner encore.

.


Défendre son bout de gras E911f622f6d8e15ab7042e71e95e174f-d6o7gwz

† Que ce soit en bien ou en mal, tout le monde connaîtra mon nom †
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 275
Yens : 363
Date d'inscription : 22/08/2018
Localisation : Loin de tout

Progression
Niveau: 272
Nombre de topic terminé: 148
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue7/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (7/18)
Zayro Jinn
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

- http://rp-manga.forum-canada.com/



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyMer 01 Mai 2019, 04:32



Get Over Here

feat.Zoro





Pendant qu'Eleanor reprenait sa forme humaine et cherchait le chef de la sécurité pour le protéger, Zayro alias Noria Jinn à présent, entra dans le village en tranchant les portes et leurs battants de bois. Les gardes s'étaient écroulés devant la grande femme. Quelques uns tentèrent de l'approcher en vain, une sorte d'aura eu l'effet du haki des rois sur eux et ils s'écroulèrent bien vite. Oups... Utiliser ses pouvoirs pouvait vraiment lui faire révéler son identité... Alors de ceux qui passèrent, assez courageusement, un bon coup de manche d'épée suffisait à les faire vaciller dans un bon coma des familles.

Au dehors, du feu, des cris, des explosions même ! Serieusement ? Ils avaient ramené un arsenal ou quoi ? Ils voulaient vraiment raser ce village, mais ils ne récupéreraient même pas l'ancien, c'était une vendetta sanglante sur des vieux principes. Au fond, peu importait à Jinn, ce qu'elle voulait maintenant c'était le combat. Faisant alors tournoyer son arme blanche dans sa main, avec aisance et dexterité, Noria s'imaginait les prochains coups durant le duel, visualisant le combat avant même qu'il ait lieu. Connaissant pas mal des coups et du panel technique du bretteur pirate, c'était assez facile. La lame dansait dans le vent et le vent lui, faisait danser ses longs cheveux blancs.

Finalement, plus personne n'osa interférer, les volets de quelques réfugiés survivalistes se fermèrent sur la rue, les portes se barricadèrent et les autres gardes évacuèrent les plus miséreux, les orphelins, les nouvelles veuves, les faibles et les opprimés. Zayro ne savait rien des sévices et tortures à l'intérieur du village, mais Zoro s'avança enfin, sortant cette fois un katana de plus. Toujours pas à fond à priori ? Tant pis, il regretterait de ne pas prendre ce nouvel adversaire au serieux. Mais enfin, après tout ce temps, Noria pouvait répondre à l'exaspération de sa nonchalance et son comportement plus qu'irrespectueux, avec audace !



Encore à me sous estimer à ce que je vois... Très bien, si tu penses y arriver si rapidement.



Le poing de Noria se ressera sur les lanières de tissu entourant le pommeau de son épée, faisant quelques mouvement dans le vent, avant de fermement la maintenir en position de combat. Un duel d'une certaine grandeur était sur le point d'éclater. Quelque part dans un coin, sur un toit également, des hommes en capuches assistaient à la scène, c'était ceux de la forêt, ayant rapidement rejoins leurs troupes à l'intérieur, mais surveillant surtout si Noria accomplissait sa tâche, son devoir. C'était aussi un moyen de savoir quand faire agir les assaillants pour amener le chef de la sécurité à cet endroit.

- Elle se débrouille bien en provocation. Cet élu nous aurait posé problème, elle avait raison, je reconnais cette tête, c'est pas la lame de Fuyu ?
-La lame de fuyu ? J'en sais rien, mais en tout cas ce type à l'air d'être doué, mais elle ?
- Je ne sais pas, mais l'assurance qu'elle dégage aurait plu au chef, d'ailleurs ou est t'il ?.
-A cet instant ? Comme prévu, il doit être au point C. Avec le chef de la sécurité non loin. Si tout se passe bien, il le fera passer par ici avec les autres gardes, ensuite on aura qu'a éliminer les troupes et le chef, ou le faire se faire tuer dans le duel d'élus.
- Attends, la bas ! Sur les toits !
-Quoi ?!
- Non.. Je sais pas... J'ai cru voir quelqu'un se diriger vers le point C, mais ça ressemblait pas à quelqu'un de chez nous, une silhouette feminine.. J'en suis sur, mais je la vois plus, merde ! Faut aller prévenir le chef, s'ils ont des renforts, on peut pas les laisser faire. Je reste ici à surveiller, toi va prévenir le chef.
-Je fonce, mais heu, si je suis suivis ?
- Comme prévu, fais comprendre le danger sans fixer ! Si tu es pris.. Alors puissions nous nous retrouver dans l'au delà mon frère !

Les deux hommes, déterminés visiblement, avaient sans doute aperçus l'ombre de l'assassine vampire au loin sur les toits. Mais comment étaient t'ils arrivés en ville alors qu'elle, avait mis les bouchées doubles pour revenir sous sa forme de chauve souris jusqu'à la ville ? C'était simple, un sceau magique posé à divers endroits en ville et visible au sol par des marques et autres kanjis, permettaient aux assaillants d'aller et venir sans êtres trouvés, dérangés et perturbés.

Des moyens qui avaient étés préparés au préalable bien avant l'attaque, naturellement ! D'autres attaquants ne tardèrent pas à apparaitre à quelques endroits en ville, des ruelles, des toits, des maisons abandonnées. Sortant comme des fourmis par centaine au moins, mais pas plus. L'effectif complet devait être de deux cent ou deux cent cinquante individus maximum... Pas mal pour cette revanche de territoire.

Au point C, le chef de la sécurité du village était là, c'était une place forte du village, une petite prison récemment inaugurée mais encore vide. Elle servait de QG solide en cas d'attaque, la position était forte de par ses murs épais, sa sécurité renforcée et des armes à l'intérieur. Une seule grande sortie, des portes solides en fer, autant dire que c'était un rempart non camouflé. Dans un bureau de la petite enceinte fortifiée, le chef de la sécurité Ijamon était bien accompagné. L'adjoint de sécurité Otzu, la gardienne Merumi et le gêolier Hayabusa faisaient tous offices d'alliés et de conseil d'urgence. Une cinquantaine de gardes étaient restreint au lieu et en sécurisaient l'accès.

Mais peut être était t'il temps de revenir à l'une des entrées de la ville, ou Noria avançait en tenant le bout de son épée en direction de Zoro roronoa.



 Je vais essayer d'y aller doucement.



Tout en disant cela, Noria s'essaya donc à une première attaque, puisqu'il lui laissa ouvrir le bal, autant en profiter non ? C'est donc ainsi, que la lame se mit alors à briller et à chauffer, mais ce n'était pas aussi simple, elle était également renforcé par le pouvoir de Jinn et son aura tout autour. Courant frontalement vers Zoro et s'élevant d'un bond dans les airs pour s'abattre alors sur lui, il était tout à fait possible d'être contrée et c'était là toute son attention.

Au moment ou Zoro voudrait contrer Noria et il le ferait, vu qu'il sous estimait son adversaire, alors Jinn prévoyait déjà son prochain coup. Mais il ne devait pas user de ses atomes corrompus, pas ici, pas contre quelqu'un le connaissant que trop bien, sinon il serait demasqué. Non, il fallait utiliser son pouvoir autrement.



" Une fois que je le frapperais et qu'il contrera, je lui enverrais un coup de pieds dans le menton, puis un coup de poing par le haut, avant de le planter en redescendant.."



Pensait Jinn en attaquant, sa lame s'abattit en direction de Zoro... Stopperait t'il ? Esquiverait t'il ? Contrerait t'il ? Quelques secondes de suspens insoutenable ... Donnait au duel, sa pleine excitation. Le regard de Zayro... Non... De Noria, se mit à briller ! Un sentiment d'extase, mêlé à l'inconnu, ne fit qu'augmenter la joie de cette action. Un râle de guerrière vint appuyer le coup, qui serait à la hauteur de la force de Zayro et de la resistance de son adversaire. Le sol allait craquer avant leurs os.


Mais du coté de la prison et sans doute d'Eleanor, à l'intérieur des murs, le chef de la sécurité déployait ses hommes et formait la contre attaque idéale.

chef de la sécurité Ijamon : Mes hommes sont postés ici, ici, ici et ici, l'élu Zoro aide nos troupes à l'entrée. Je veux également un renforcement là et là. Des avis ? Des questions ?

L'adjoint de sécurité Otzu : Peut être utiliser le nouvel armement en acier ?

la gardienne Merumi : Restons en sécurité pour planifier le tout ici. Relayons nos ordres à l'élu et attendons des renforts.

le gêolier Hayabusa : Mettons en prison ces truands, gardons en quelques uns en vie pour les torturer comme il faut, j'en prend la responsabilité.

chef de la sécurité Ijamon : Tch, cet élu à l'air entêté d'après le rapport des gardes, pas sur qu'il aide, il nous faudrait un élu plus compréhensif, mais ça pousse pas partout ! Puis tant que nous ne savons pas qui est Mizuto, enfin leurs chef, qui qu'il soit, tout ceci est risqué, nous devons tout faire nous mêmes !



 


Défendre son bout de gras 989615banzayzay
Chronologie / Fiche Technique
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 546
Yens : 1670
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 28
Localisation : Bientôt dans les grands lacs

Progression
Niveau: 106
Nombre de topic terminé: 34
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue10/12Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (10/12)
Eleanor Burns
Eleanor Burns ❥ Charmeuse ❥

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyJeu 02 Mai 2019, 16:24





Défendre son bout de gras.



Feat.Zoro/Zayro-


La contre-attaque se met en place parmi le chaos ambiant, tandis que je continue de traquer un maximum de bandits au sein de la ville. J'aperçois enfin l'affrontement proche entre cette guerrière et Tacitus, comme si de rien n'était. À force de bouger, je me retrouve, bientôt, dans une zone plus que fortifiée, d'où j'entends alors des hommes donnant le nom de Zoro. Tiens ! Intéressant ça comme information. Lévitant pour rejoindre l'autre côté du mur, j’atterris dans la cour intérieure et lève les mains en signe de non-agression.

-"Et là, et là... Doucement, je ne suis pas une ennemie ! Je m'appelle Eleanor, je suis alliée avec le dénommé Zoro, en ce moment, il combat une femme guerrière aux cheveux blancs gris. Vous avez besoin d'aide pour enrayer cet assaut ? J'en suis ! Surtout, qu'après m'être renseignée, j'ai entendu dire que l'attaque avait un rapport avec le chef de la sécurité de ce village. C'est sans doute, vous n'est-ce pas ?" Dis-je en pointant du doigt Ijamon.

Armure finement décorée, un air autoritaire, je pense que je ne me trompe pas de bonhomme. Alors que la méfiance règne, et ce, pour de bonnes raisons, j'attends patiemment qu'ils veuillent tous me donner du crédit à mes paroles. Vont-ils accepter que je les aide ou vont-ils essayer de me capturer ? Avant toute chose, je dois leur dire ce que je pense faire.



-"Sinon, avant de décider quoique ce soit, je pense que si le chef de la sécurité est menacé, il doit, en aucun cas, sortir de cette zone fortifiée. Et dans le pire des cas, je resterais dans les parages afin de le protéger en tant qu'élue. Alors ? Qu'est-ce que vous en dîtes ?"


Ce n'est plus à moi de décider, mais j'espère qu'ils prendront la bonne décision. Si la cité tombe, nous serons tous victimes de ces mercenaires pillards.






Défendre son bout de gras Signature
FP / FT / Fiche relationnelle / Chronologie / Theme personnage / Theme battle

Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 275
Yens : 363
Date d'inscription : 22/08/2018
Localisation : Loin de tout

Progression
Niveau: 272
Nombre de topic terminé: 148
Exp:
Défendre son bout de gras Left_bar_bleue7/18Défendre son bout de gras Empty_bar_bleue  (7/18)
Zayro Jinn
Zayro Jinn ✚ Messager de l'enfer ✙

- http://rp-manga.forum-canada.com/



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras EmptyDim 12 Mai 2019, 12:29



Get Over Here

feat.Zoro





Zoro et Zayro se revoyaient sans savoir pour l'un, qu'il s'agissait de l'autre et le duel ne tarda pas. Un duel puissant et entrainant, des coups qui devaient surprendre le bretteur. Si Jinn manquait de technique ou de mouvement, Noria ne manquait cependant pas de rapidité, de fluidité et de puissance. Assez pour que la force des coups s'annulent l'un à l'autre et que le pirate prenne son adversaire au serieux, enfin ! Ce duel dura dans les rues, faisant crisser les épées et les auras. De plus en plus vite, de plus en plus intensément, sans interruption. Mais aucun ne prenait le pas sur l'autre, c'était donc ça, l'excitation d'un rival à la hauteur ? Du moins sans utliser aucun pouvoir.

De cet échange mythique résultat des blessures égalitaires, mais Jinn se régénérait, là ou le bretteur lui, ne faisait que ses cicatrices lui apporte une motivation supplémentaire à frapper. C'était un duel au sommet, pourtant tût dans la narration... Qui avait lieu loin du centre et près de la sortie, comme si, il était fait dans un coin du village. Il méritait un plus grand public pour sur, mais personne ne pouvait rester dans les environs sans se voir envoler sous la rafale de coups. Alors seuls les impacts tonnèrent à l'autre bout.



Yaaaah !



- - -

Mais en revanche, du coté d'Eleanor, celle ci approcha la prison et tous les gardes la mirent en joue évidemment. Elle pouvait être n'importe qui, même un ennemie, une espionne ou que sais je ? Les soldats étaient déjà très tendus, mais le chef de la sécurité regarda par la fenêtre grillagée avant de sortir avec ses subalternes gradés. Elle connaissait Zoro et indiquait la situation, comme quoi il se battait avec une femme à l'entrée est de la citée. Mais le plus important arriva à la fin, en annonçant que l'attaque avait rapport ou visait le chef de la sécurité.

Le chef de la sécurité Ijamon se rapprocha donc d'Eleanor en indiquant aux autres de baisser leurs armes. L'adjoint de sécurité fixa l'élue de bas en haut, se questionnant plus intensément à son propos, cela se voyait à son visage inquiet. Otzu, la gardienne Merumi faisait tourner ses clés et avait un air plus neutre, elle regardait l'élu et le chef de la sécurité à chaque fois qu'ils parlaient et le gêolier Hayabusa avait les sourcils froncés en direction de l'élu, un regard froid, peut être habituel. Chacun y allaient alors de leurs avis concernant cette arrivée et les infos dévoilées ;

chef de la sécurité Ijamon : Que savez vous à propos de cette attaque, pourquoi cela aurait t'il à voir avec moi ? Ce n'est pas la première fois que ces sauvages interviennent, mais c'est la première fois qu'ils le font de manière aussi chaotique.

L'adjoint de sécurité Otzu : Hmm, monsieur, cette femme dont nous ne savons que le prénom pourrait être une ennemie. Je propose de vous déplacer ailleurs dans le doute, ce point n'est plus sécurisé.

la gardienne Merumi : Si vous partez, je reste, il y'a encore des prisonniers dans les cellules.

le gêolier Hayabusa : Hmphf je resterais bien pour les torturer aussi.

Tandis que Eleanor elle, préférait calmer les choses et dire au chef de ne pas se déplacer d'ici. Se proposant de protéger les lieux.

L'adjoint de sécurité Otzu : Elle veut vous garder en ces lieux chef, pour mieux permettre une attaque. Nous devons évacuer maintenant si vous êtes en danger, prenons les tunnels, nous ressortirons à un autre point.

chef de la sécurité Ijamon : Hmmm manquait plus que ça... Merde ! Mademoiselle, nous ne vous connaissons pas, j'aimerais vous faire confiance, mais votre comportement reste un peu suspect et trop direct à mon goût. Si vous êtes vraiment venue aider, alors sauvez les villageois et mettez hors d'état de nuire les opposants. Moi je vais suivre mon adjoint dans les tunnels. Merumi, Hayabusa gardez la prison, ça fera diversion si je suis une cible. Otzu avec moi et je prends quatre soldats, allez en avant !

Mais les choses semblaient déjà décidées et les ordres donnés. Le chef et son adjoint s'en allèrent dans la prison, rejoindre des tunnels de mines qui traversait de longs en larges le village en souterrain, pour ressortir à plusieurs points possibles. Ces tunnels étaient aussi des catacombes, témoignage du massacre qui fut fait pour faire de ce lieu une ville potable, en éradiquant les anciennes tribus s'y trouvant auparavant, mais dont les ossements, quelques sépultures et autres étaient conservés dans les mines...

Mais que ferait la vampire ? Suivrait t'elle le chef, son adjoint et ses soldats ? Resterait t'elle à la prison ? Ou bien aiderait t'elle comme ordonné, les villageois ? La panique continuait et pourtant, le dernier acte n'était pas loin de sonner.


 


Défendre son bout de gras 989615banzayzay
Chronologie / Fiche Technique
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Défendre son bout de gras   Défendre son bout de gras Empty

Revenir en haut Aller en bas
Défendre son bout de gras
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
» Sans magie pour se défendre.
» Le Chamane du bout du monde
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Joe Jack-La vie au bout des doigts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Défendre son bout de gras 190103103231202569 :: Territoires neutres :: Les villes et villages marchands-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.