Partagez
"On a eut chaud" (+18)
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 04 Aoû 2019, 00:28

Un jeune homme marchait dans le désert depuis déjà deux jours. Quatre jours auparavant, il avait choisi de visiter une capitale de l’autre côté de la mer de sable, et avait loué un chameau ainsi que quelques menues provisions pour la traversée du désert.

Sa traversée ne fut pas vraiment intéressante, mais à défaut, elle fut malchanceuse. Alors qu’il chevauchait à une allure lente et détendue dans l’immense étendue de solitude qui l’entourait, il fut surpris par une tempête de sable.
Oh, il n’y avait pas grand chose à en dire. L’impression d’être en permanence noyer sous des tonnes de sables, l’impossibilité de se diriger et de savoir ou l’on vas…
Il n’en fallut pas bien plus au cavalier inexpérimenté pour laisser s'échapper sa monture et ses vivres, se retrouvant seuls, au milieu d’une tempête de sable en plein désert, avec une unique gourde d’eau vide qu’il n'avait pas jugé bon de changer contre une autre sur sa monture.

Il avait passé presque une journée recroquevillé dans la tempête, puis une nuit contre un rocher glacial, avant de reprendre sa route.
Après deux jours de marche, dans la bonne direction au moins, il en était certain, il s’écroula à moitié, et leva les yeux. Le soleil lui brûlait la peau, la soif le tenais les entrailles, et chacun de ses pas était de plus en plus lourd. Ses yeux, déjà en partie vidés de toute vie, se dirigèrent sur le chemin que le garçon devait prendre, et se posèrent sur une tache verte dans le paysage. La bas, au moins, se trouvait un oasis. Quelques arbres, pas de maisons, mais sans doute un peu d’eau…
Sans doute, le jeune homme aurait-il été enthousiaste en d’autres circonstances, mais plutôt, il réunit ses dernières forces pour réfléchir. L’air chaud faisait trembler l’image de l’oasis devant lui, et malgré que le vent semble en venir, il ne percevait pas d’humidité ou d’odeur particulière. Il jeta un œil au soleil, estima la température un peu au hasard…
Ce n’était pas grand chose, mais il était au moins certain qu’il se trouvait devant un mirage. Il y avait un oasis. Les mirages ne créent pas des arbres illusoires. Cela dit, il lui était facile de deviner que dans son état, il lui faudrait au minimum presque une journée de route pour l’atteindre.

Il se leva, titubant, fit quelques pas, avant de s’écrouler à nouveau. Un rapace rieur passa au-dessus de lui, semblant s'esclaffer de l’infortune du garçon. Il était trop frêle, et trop peut habituer à ce genre d’activités.
Il avait besoin de repos. Juste un peu de repos, avant de reprendre son chemin…

“Juste… Un peu..”

Sa main se serra contre le sable avec force. Il savait bien. Il savait bien, qu’il ne devait pas dormir. Il savait bien que c’était à éviter absolument…
Il ne devait pas dormir.
Surtout pas !

*Je ne pense pas être une personne comme les autres. Depuis toujours, je me suis senti différent de ceux qui composaient cette immonde masse grouillante qu’est l’humanité a mes yeux. Je suis plus malin que les autres, personne ne me reste intellectuellement supérieur bien longtemps, j’apprends vite, je réfléchis bien.. J’avoue m’être senti pendant longtemps supérieur aux Hommes. J’ai fini par calmer ce complexe de supériorité. Je sais que je ne suis pas comme les autres. Mais être différent ne veut pas forcément dire être meilleurs. Mon racisme envers l’humanité se calme petit à petit, au fur et à mesure du temps, parfois ravivé par les injustices et les horreurs que je croise sur ma route.

Malgré tout ça, une chose n’a jamais changé, depuis ce livre que j’ai ouvert il y a vingt-et-un ans. J’ai peur des Hommes. Les humains me terrifient au plus haut point. Leur parler m’angoisse, l’idée d’entrer en contact avec une personne, sans cette carapace émotionnelle dont je me couvre en permanence suffit à me figer d’horreur.

J’ai terriblement peur des autres. C’est pour ça que la solitude me sied bien. Dans une L'humanite est pour moi une mer houleuse et agressive, sur laquelle je navigue dans une embarcation de méfiance, poussé par un vent de peur, grâce à une voile de doute. Une embarcation que j’ai quitté dans une paisible crique à “ce moment”... Et que j’ai pu récupérer, et tristement renforcer lorsque ce court instant me glissa entre les doigts, emporté au large par cette mer qui m'effrayait déjà tant.

J’ai bien tenté de retrouver ce que j’avais perdu. De trouver la même chose ailleurs, mais mon embarcation, c’était, hélas, consolidée. Ma crainte, ma peur, ma haine, étaient plus étanches que jamais.
Je me souviens de ces mots que j’avais échangés avec le psychologue…
“« Si c’était à refaire.. Que feriez-vous ? »
« … J’essayerais d’aimer quelques personnes. De ne pas faire ça tout seul. »”

J’avais lancé ces mots sans grand espoir, mais je ne voulais pas moins avoir cette occasion. Et j’eus cette occasion. Je l’ai toujours. Dans une humanité plus jeune… Qui ne me semblait pas encore, et qui ne me semble toujours pas perdue… Cette idée, cette phrase folle que j’avais prononcée quelques années plus tôt… Elle m’avait semblé atteignable, même pour un cas désespéré tel que moi. Cette envie de sauver l’humanité qui m’avait quittée dans ma cellule était revenue… Et cette idée, de ne plus être seule s'était présentée à moi grâce a cette chance inespérée.
Et maintenant… Maintenant, je crois juste que je vais crever sans même avoir pus aider qui que ce soit… Je suppose que cette chance qu’on m’a donnée.. C’était juste un genre de punition. Si Dieu existe… Il a dû croire que je voulais me prendre pour lui. Et mon châtiment, c’est de perdre espoir. Peut-être que c’est le millième monde dans lequel je parviens, pleins de rêves et de passions, et que c’est la millième fois qu’on me retire ce petit plaisir…
Ce petit espoir…

Putain… Dieu.. Si tu existes… Je te jure que j’me vengerais un jour.
J’suis pas comme les autres. J’suis pas un putain d’être humain. J’suis pas aussi faible…

Pour chaque année de souffrance que tu m’as fait subir… Je t’en infligerais une vie entière...


Sans doute aurait-il laissé couler une larme a ce moment, de rage ou de peine qui sait... Mais il n'avait rien a pleurer.


Dernière édition par Lawrence Von Halmer le Dim 01 Sep 2019, 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Yens : 491
Date d'inscription : 09/06/2018
Age : 21

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue2/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (2/6)
Alexei Noskov
Alexei Noskov ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyLun 05 Aoû 2019, 00:31

Alexei
Noskov

Lawrence
Von Halmer

「 On a eut chaud 」
Une étendus de sables doré et de dune à perte de vue. Quelque oasis paradisiaque. Des nomades entre aperçus au loin. Le désert et un endroit que l'on considère magnifique. Le sable chaud aussi doux que la soie, la joie de trouver un oasis, la voie lactée admirable dans toute sa splendeur. Un ensemble qui forme une alchimie hypnotique. Aidée d'un chameaux, cela faisais un peut moins d'une semaine que je parcourais le désert. Emmitouflé dans des étoffes bleu roi, ne laissant que mes yeux et mes mains au contacte du soleil, je ressemblais au touareg dans les contes que me lisais mon père d'adoption avant de dormir. Aussi pour l'occasion j'avais loué un chameau et tout le nécessaire pour monter une tente digne de ce nom en tissus de coton au couleurs du sol, sable.

Parmi toute c'est nouveauté, expérimentais quelque que chose que je ne pensais jamais arriver. Avoir trop chaud ! Un exploit qui au finale ne me plaisais pas tellement. Je préférait la douce chaleur que mes vêtement habituelle me procurais dans un paysage de neige et de froid. Je m'était tout de même habitué à cette chaleur. Cependant, ce n'était pas le cas de Neige. Elle restait tout le jour dans un grand sac que je lui avais confectionner pour la transporter et lui éviter de trop souffrir du soleil ardent.

Les cinq jours de traversé c'était bien passer. Pas une bestiole vénéneuse, pas un briguant. Tout était calme, beaucoup trop calme. Comme si, la nature voulais nous préserver de quelque chose de plus dangereux, de plus violent. Au départ ce fut quelque bourrasque, puis une tempête nous avais engloutit. Un maelström de violence, de force brut. Par chance, nous nous trouvions à cotée d'un rochet asse grand pour nous protéger des grain meurtrier. Cramponnée contre le flan de ma monture, je protégeais ma louve contre mon ventre, l’enveloppant dans une couche supplémentaire de tissus. Après une journée qui parut une éternité, la nature c'était calmé. Faisant place au hurlement du vent pour un silence religieux. J'avais réussi à protéger le principale. La nourriture, l'eau et Neige. Le reste se fera secouée quand je ferait la pause pour dormir. Cela étant dis, la tempête m'avais fais perdre un temps précieux. J'allais devoirs continuer au moins une journée au moment eu moment ou le soleil serait à son zénith. Mais pour le moment le plus important et de continué avant que le soleil ne se couche puis monté le campement.

Le lendemain fut, comme je m'y attendais, très rude. Il est une très mauvaise de continuer sa route quand le soleil et à son plus chaud. En temps normale j'aurais déjà monter le camps et je serait en train de boire un thé à la menthe en mangeant de la viande séchée. Cependant un retard ça ne se rattrape pas d'un claquement de doigt. Je devais trouver avant ce soir l'oasis qu'un nomade m'avais indiqué. Je pouvais entendre les pleures de Neige qui me fendais le cœur.



désolée ma fille, on est bientôt arriver.




Je plongea la main dans le sac et gela le tissus de l'intérieure pour lui donnée un peu de fraîcheur. Ce fut un élément anormale dans ce paysage monotone mais tellement varier Qui attira mon attention. Une forme noire, floue a cause de la chaleur semblais reposer sur le sol plus loin. Redoutant une hypothèse, j'hella ma monture pour passée au trot. Plus je me rapprochais, plus mon doute devenais certitude. Un homme reposais sur le sable. Probablement mort, mais ma conscience m'en voudrait si je passais à coter sans vérifier. Ma monture couché, je fis enfuir le charognard chantant son chant funèbre en approchant l'homme. Il était couché sur le ventre. Une chose était sur,  soit il était idiot, soit il était suicidaire. Il ne portait pas les vêtement adapté et semblais ne pas avoir de vivre ou d'eau sur lui. Mais trêve de mondanité. Il aurais pus arriver n’importe quoi à cette homme pour qu'il en arrive ici. Une fois retourné je me mis a genoux en prenant c'est main dans la mienne.



esse que vous m'entendez ! Serrez moi les mains !




Dis je d'une voix forte. Aucune réaction. Il est inconscient. Tête en arrière, menton relevé, dos de la main posée au-dessus de la bouche et du nez, les yeux rivés sur le thorax, je guette. Des secondes beaucoup trop lentes, pesantes, je les aperçois enfin. La preuve qu'il respire. Soulagée de ne pas avoir eu, à faire à un cadavre, j’observai les alentours. Dans un battement loupé par la joie, je vis au loin l’osais tant désirer. Je soulevai l'inconscient, avec un peu de difficulté, c'est qu'il pèse sont poids ! Pour le poser sur le ventre et l'attaché solidement sur l'arrière du chameau. Aussi, pour le sauvegarder des rayons du soleil, je le recouvris d'une d'un épais tissu de coton.

Il nous fallut une demie journée pour arrivée à l'oasis. Le temps de monter la tente, le soleil commençais à s’endormir. La tente en elle-même était relativement grande. On pouvait y tenir à deux sans se piétiner dessus. Le sol recouvert de tapis et de tissus en coton épais, on pouvait sentir un courant d'air frais passer au travers des ouvertures laisser entre le toit et les « murs ». Ma première priorité fut de vérifier une nouvelle fois l'état de l'homme. Heureusement, il était toujours en vie. Mais toujours inconscient. Il devait très certainement être déshydraté, je posai le dos de ma main contre sont front. Comme je le craignais il a une hyperthermie.

Bon, premièrement, cette dernière. Étant protégé par la tente, je pouvais sans craindre les coups de soleil enlevé les couche de vêtement qui le recouvrais. Avec quelque difficulté dus à l'hypotonie de l'inconnue, je lui retirai ces vêtements. Non sans un regard pour le corps presque nue face à moi, dévoilant un corps blanc maladif, mince, j’appréciais la courbe des muscles qui se dessinait de façon délicate. Que voulez vous, je suis un homme. J'ai beau avoir un cœur de glace, j'aime apprécier les belles choses ; surtout quand il s'agit d'un corps masculin et ce mal-grès sont teint qui pourrais faire peur n'importe quel médecin ou des quelques cicatrices que j'avais vus par-ci par-là. J'en profitai pour passer un tissu mouiller sur son corps avec le plus grand professionnalisme. Il était de le mettre en PLS comme Nivem me l'avais appris. Tête en arrière, le bras où on veut basculer, plié, la main vers le haut ; on maintient la tête avec sa main proche de cette dernière, ont replis la jambe contre la cuisse et on bascule vers soi.

Je fut bien content une fois ce cas terminer. Un regard dehors me suffit pour voir que le jour était sur le point de finir. La fraîcheur salvatrice arrivant avec la nuit. En un rien de temps avec la force de l'habitude, je fis une bouillie qui me servais de repas depuis le début du voyage, ainsi qu'un thé. Je vérifiais souvent l’état de l'inconnue tout en mangent ma part. Neige collé contre moi, je lisais un livre à l'aide du feux qui crépitait dans la tente à l'endroit pour cet effet. Je préférais rester éveiller le temps qu'il se réveille. Et rien qu'un bon livre pour tenir. Plonger dans les pages, un œil attentif, j'attendais son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyLun 05 Aoû 2019, 02:36

Le cri d’un oiseau. Une voix lointaine, superposée dans un délire assoiffé, sur le regard d’un ami… Puis des enchevêtrements de couleurs et de formes sans sens ni consistances.

Par chance, ou peut être pour autre chose, Lawrence ne semblait pas devoir terminer sa vie dans un désert, ou du moins, pas ce jour-là. Le soleil de plomb épuisant froidement les dernières ressources du jeune homme fut interrompu dans sa sinistre besogne par l’ombre chaude d’une couverture.
La providence avait amené à Lawrence un jeune homme, qui semblait ne pas vouloir le dépouiller. Bien sûr, il ne se réveilla pas, et n’eut pas vraiment de réactions à ce que fit le garçon pour lui venir en aide.Pendant quelques heures, un long silence , auquel s’ajoutaient les conversations du vent et des nobles pas tranquille d’un camélidé, accompagnèrent un jeune homme au manteau de nuit, traversant depuis des jours les colossales plaines ensablées qui formait depuis un moment déjà, son paysage quotidien. Derrière les vastes étendues monotones, se trouvait des villes, des pays, des royaumes… Mais bien idiot, est l’homme clamant ses terres comme les siennes. Le seul roi ici était l’astre brûlant au-dessus des hommes, qui prends la vie de tous ceux qui n’étaient pas près à traverser son territoire, sans distinctions de leurs origines.


Après un moment, l’homme en bleu arrêta sa noble monture près d’une oasis, et installa celui qu’il avait recueilli dans une tente.
Finalement, alors que le roi de l’endroit à quitter son zénith voilà déjà quelques heures, le jeune homme fait un vague mouvement.
Son corps est pris d’un court, et léger tremblement, qui laisse place à un gémissement.

tu m’aura pas comme ça Dieu… J’te laisserais pas faire…
Lève toi..
Ouvre les yeux…

Ouvre les yeux…
Allez.. Allez putain...


dans un effort surhumain le garçon aux cheveux d’argent ouvre les yeux, et dans un souffle, murmure, probablement plus pour lui-même qu’autre chose.
Plutôt.. Creuver.. que d’mourir…
Doucement, il se dresse sur son séant. Ses yeux sont vide, la tempête les animant en général ayant laissé place à une brume figée dans laquelle aucune lueure, aucune malice ne brille plus.
Pendant un moment, il reste assis la, fixant bêtement droit devant lui, tandis que dans son regard commence à nouveau à luire une vague détermination. POurtant, a nouveau, ses force l'abandonne, et il retombe sur son cos, incapable, sur le moment, de se tenir droit.

L’homme semble épuisé, complètement déshydraté, son visage habituellement fin et distingué légèrement creuser par la soif, et de ses lèvres sèches s'échappe un souffle rauque. Finalement, il tourne les yeux vers son hôte, et son visage s’anime finalement. Ses joues rosissent vaguement, et ses yeux se plissent un peu, dans une expression de reconnaissance profonde, qui aurait peut-être étée accompagnée d’une petite larme si le jeune homme avait eut quelque chose à pleurer.


Il regarda autour de lui, puis ses yeux se posèrent sur son propre corps, lui faisant prendre lentement conscience de sa quasi-nudité. Il se redressa a nouveau, s'aidant de ses bras, et ramena péniblement ses jambes à lui, l’air vaguement inquiet, et couvrant autant qu’il pouvait son corps de ses deux bras, il recula doucement. après quelques instant, il manqua de tomber a la renverse tant ses muscles étaient épuisés.
L’habitude de se méfier de tout ? Chez lawrence, se retrouver nus chez quelqu’un ne pouvait pas être une bonne nouvelle, bien que le contexte d’ici soit différent. Pourtant, après quelques secondes de pudeur intimidée, car l’allemand était bien conscient d’être sans défense dans son état actuel, le regard du garçon devant lui fis baisser légèrement sa garde à l'homme aux cheveux blancs… Ce garçon devant lui, qui qu'il soit, n'avait pas l’air dangereux. Lawrence se laissa a nouveau tomber sur le dos, serant un peu les dents.

Sur le moment, on pouvait lire en Lawrence comme dans un livre ouvert. Ça ne lui ressemblait pas, de laisser paraître ses émotions de la sorte, ou du moins, pas ce genre d’émotions. Cependant, que ce soit l’effet de la fatigue, de la soif, du froid ou quoi que ce soit d’autre, le surmoi du jeune homme ne semblait plus aussi efficace qu'à son habitude.

Lawrence voulut déglutir, mais fit une grimace de douleur en essayant. Il regarda le garçon, les yeux encore embrumés, et tendit une main dont il ne parvint pas totalement à retenir les tremblements vers lui, s’adressant donc à l'inconus sur le ton d’une demande ou d’une question.

De.. L’eau.. ?


Dernière édition par Lawrence Von Halmer le Dim 11 Aoû 2019, 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Yens : 491
Date d'inscription : 09/06/2018
Age : 21

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue2/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (2/6)
Alexei Noskov
Alexei Noskov ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 11 Aoû 2019, 13:05

Alexei
Noskov

Lawrence
Von Halmer

「 On a eut chaud 」
J’étais impressionné par l'histoire de ce monde. Ma concentration pour ce chapitre dédié à la géopolitique de Kozaten en était la preuve. J'aimais, ces moments où, crépitement du feux et le son des pages qui tourne son de concert. Une harmonie perturbée par les mouvements de l'invité. Quelques mots marmonnés, des mouvements. Le livre posé sur une de mes jambes plié en tailleurs, je l’observais sans un mot, en train de se réveiller et de prendre conscience de son environnement. C'était presque attendrissant. Si on oubliait le fait qu'il était beaucoup trop maigre et que ces yeux n'exprimais pas grand chose d'autre que le vide. Il est intéressant de voire à quelle point un humain prend du temps à se rendre compte de ce qui se passait dans son environnement. Surtout après une expérience aussi extrême. De voire que le cerveau fais en sorte que les informations vienne petit à petit pour ne pas être surchargé. Il était aussi exquis d’observer les différentes expressions faciales qui allaient avec. J’eus un petit sourire moqueur quand ça presque nudité entra en ligne de mire et de voir la tentative pour ce cacher. Un de mes sourcille se leva quand il se fit tomber en arrière.

De son coté, ma louve regardait avec un intérêt non-fin ce nouvel arrivant. Cependant, elle restât près moi. Je pouvais tout de même sentir qu'elle se retenais d’aller vers ce qui l'intriguait. J’étais fière de ma fille, elle avait fait d'énorme progrès ses derniers temps. Dune caresse, je la félicitais. Félicitation quelle me rendis par une léchouille bien baveuse sur ma main, sa spécialité.

Je gardais tout de même un regard sur l'homme à terre. Je ne loupais aucune miette de la démonstration de force qu'il avait mise en œuvre pour lever son bras et chevroté, ce sont quelques mots. Pendant quelques secondes, je me giflai intérieurement. Bien sûr qu'il voudrait de l'eau, il est déshydraté. Sans plus attendre, je me rapprochais de lui, gourde en main. Arriver à ça hauteur, je plaçai délicatement une main sous ces épaules, je le relevai doucement pour le mettre dans une position semi assise propice pour boire.



Neige, apporte mon manteau s'il te plaît.




Dis-je avec douceur pour qu'elle me comprenne. Une bouffée de fierté m’envahit quand elle revint avec.


c'est bien ma fille !




Je la gratifiais-je d'une caresse sur le crane. Gaga ? Moi ? Absolument pas. Sans le brusquer, je fis passer ses bras dans mon épais manteau blanc fourré, sans lâcher un mot. J’espérai juste que la chaleur magique qu'il émanait pour moi en ferais de même pour lui. Vu que nous étions de la même taille, mon manteau pouvais donc le recouvrir jusque au mollet et recouvrais ses bras jusqu'à la moities de ses mains. Cela lui redondait un peu d'intimité. Je repose son dos contre que j'avais légèrement relevé pour faire passer le tissu contre ma cuisse. Je lui tendis ma gourde en peaux de bête.


bois doucement si tu ne veux pas t'étouffer.



Je la présentais devant lui, ne voulant pas qu'il la tienne tout seul. L'eau et précieuse en ces lieux, il ne fraudait pas qu'il en renverse la moities ou plus par mégarde.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 11 Aoû 2019, 16:15

Sans doute, en d’autre circonstance, Lawrence se serais intéresser a la lecture de son sauveur, ou à ses traits, mais pendant un moment, le jeune allemand fut trop occupé à s'alarmer sans raison apparente, ou à se remettre les idées en place, pour s’occuper d’autre chose, a tel point qu’il lui fallut presque trois minute pour percevoir enfin la présence d’un gros chien au pelage blanc dans la tente.
Lawrence déglutit, fixant la bête un moment, qui ne lui renvoya qu’un regard las luisant tout de même d’un certain intérêt pour le garçon, un peu mal à l’aise sur le moment.
Bien que cela l’ennuyait presque de l’admettre, il semblait qu’il n’y avait pas d'ennemis ici.

Son hôte appuya Lawrence pour le lever légèrement, non sans une douceur bienvenue, et bien qu’il s’attira un regard un peu vexé de la part de son “invité”, dont la fatigue n’avait pas chasser l’orgueil, celui-ci se laissa aider. Le garçon le soutint, et d’une voix calme, demanda à son compagnon à quatre pattes de lui donner un manteau, ce que le chien fit.
Il est probable que Lawrence aurait été amusé de la réaction du garçon devant le chien, si seulement Lawrence avait été en état d’y penser, ou s’il n'avait pas eut peur des chiens, ou des loups, ou quoi qu’ils fussent.

Au final, on prêta un large manteau à Lawrence, qui semblait produire une mystérieuse chaleur douce et réconfortante, dans laquelle Lawrence, maintenant dresser sur son séant, le visage branlant, se blottit, baissant la tête d’un air absent, l’air un peu plus détendus qu’auparavant. Il se mit en tailleurs, laissant seulement ses genoux dépasser du manteau, et lorsque le grand blond lui tendis une gourde, tout en lui indiquant de prendre son temps, Lawrence hocha la tête en silence, sortant les mains des manches du manteau pour la saisir. Malgré le fait qu’il était totalement assoiffé, il parvint à peu près à maîtriser les tremblantes d'excitation de ses mains. Il but doucement, et vida la moitié du contenu de la gourde, pourtant, il eut l’impression d’avoir à peine pu s'humecter la gorge et les lèvres. Bien sûr, il voulait encore. Il avait l’impression de pouvoir continuer à boire pendant des heures sans s'arrêter… Mais pour le moment, il ne devait pas vider complètement la gourde de son sauveur. Il s'arrêta donc, se faisant violence pour ignorer la soif qu’il venait de réveiller.
Son regard, l’air déjà plus “conscient” qu’auparavant, se posa sur le garçon devant lui.

C’était un jeune homme, peut être un peu plus vieux que Lawrence, presque aussi fin que lui, mais vêtus d’une large tenue bleu nuit, et d’une pâleur qui était inquiétante dans un désert comme celui-ci… Bien sûr, ce personnage ne venait pas d’ici. Le regard de Lawrence, qui gardait toujours le silence pour le moment, s'arrêta sur le visage de l’homme en bleu.
Il avait les traits fin et délicat, et un visage plutôt agréable à regarder. Sa chevelure ressemblait beaucoup à celle de l’allemand, et bien qu’il n’y régnait pas la même rage passive que dans ceux de Lawrence, ses yeux avait une teinte très similaire, donnant l’impression d’abriter une toundra glacée sur laquelle une neige tombait en permanence avec une froideur calme.
Oui, bien qu’il semblait bien plus calme que Lawrence, et en meilleure santé, certe, Physiquement, les deux jeunes hommes se ressemblaient beaucoup.
À vrais dire, et bien que cela pouvait faire un peu narcissique de le penser, cet homme était du goût de Lawrence, physiquement du moins. Mais à ce niveau-là, il n’était pas non plus spécialement difficile...

Finalement, après l’avoir dévisagée de bas en haut pendant une trentaine de secondes, Lawrence pris finalement la parole, brisant le silence qui s’était installé jusqu’alors.

Merci beaucoup. Sans vous, je n’aurais sans doute pas survécu.
Il avait essayé de paraître dans la voix, plus consistant qu’il ne l’était vraiment, sans grand succès malheureusement.
Entrant à nouveau les mains dans le manteau, le garçon toujours assis, exécuta une sorte de courbette maladroite, avant de relever la tête, une expression lasse sur le visage.

Ma monture s'est enfuie lors de la tempête de sable, avec tout mon nécessaire pour le voyage… Je suis navré de vous l’annoncer, mais je n’ai pas d’argent à vous offrir pour le moment...
Il releva les yeux, entrant ses genoux dans le manteau en frissonnant, l’air un peu inquiet.

A vrais dire, je ne sais pas vraiment comment vous remercier. S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire, n’hésitez pas..


Lawrence regarda le livre près de son interlocuteur, et leva les yeux vers lui à nouveau. Il s'intéressait à l’histoire ? Il était peu probable de toute façon que ce garçon ne vienne du désert. Pour le moment, Lawrence n’évoqua pas le sujet. Il ne voulait pas prendre le risque de le vexer.”
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Yens : 491
Date d'inscription : 09/06/2018
Age : 21

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue2/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (2/6)
Alexei Noskov
Alexei Noskov ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 01 Sep 2019, 19:17

Alexei
Noskov

Lawrence
Von Halmer

「 On a eut chaud 」
Tu peu le dire, un charognard aurais vite fais un festin de ton cadavre. Les traces disparaissent rapidement dans le désert. Je n'avais tout de même pas fais cette remarque à voix haute, hochant simplement pour lui montrer que j'avais bien entendu son remercient. Ce n'était pas vraiment le moment de s’essayer à l'humour noir... À l'humour tout court à y repenser. Voyant qu'il tenait presque droit tout seul, je me rassis au côté de Neige qui ne bougeais plus, profitant simplement de la quiétude fraîcheur de la nuit. Puis la voix du survivant remplis le silence. Une voix qui sûrement en temps normal serais calme, exposant des fait avec la précision d'un aigle sur sa proie. Donc, ma deuxième remarque interne à son propos était correcte. Il fallait être sacrément malchanceux pour arriver à un tel niveau d’emmerde, pardonné mon vocabulaire. Il était inquiet de ne pas pouvoir me remercier correctement. Ce qui était noble de ça part. Cependant, un réel problème se posait. Je ne savais pas comment le rassurer ! Je veux dire, je ne vais pas et ne veux pas lui faire de mal. J’essayai de trouver dans ma mémoire ressemblante à du gruyère pour le moment, une solution. Puis une idée me vint, me rappelle vaguement un ami de mon ancienne vie utiliser cette technique. Je pris ma voix la plus chaude, oui, c'est possible, un léger rictus aux lèvres, le seul que je réussissais à faire naturellement à volonté. Je pris ma voix la plus chaude, oui, c'est possible, un léger rictus aux lèvres, le seul que je réussissais à faire naturellement. Les yeux fixés dans les siens à un moment ou nos regards se croisèrent.

tu pourrais me payer en nature.



Je ne le lâchais pas du regard, attendant une réaction. Puis je repensai à ma phrase, au contexte, au lieu ou nous étions. Ce n'était peut-être pas l'idée du siècle. J'avais une nouvelle échoué dans une tentative de socialisation. Embarrassé par mon échec et refusant de dire autre chose, je préférai détourner le regard, les joue rosie, le sourire disparut, une main nerveuse dans mes cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 01 Sep 2019, 21:12

Lawrence était le genre d’homme à céder facilement a un problème physique. Son corps n’était clairement pas habitué à subir de lourds supplices. La prison n’avait pas non plus aidé à cela, car en temps que criminel de haut niveau, il n’avait pas été autorisé à sortir avec les autres pour faire du sport. Cela dit, on pouvait tout de même lui reconnaître qu’il récupérait vite. Bien sûr, il ne pourrait clairement pas revenir en quelques minutes d’un jeun de deux jours, mais bien que la faim le tenaillait toujours, il reprenait de plus en plus une expression à peu près tranquille.

Il regarda la tente dans laquelle il se trouvait. Elle était plutôt agréable à regarder de l'intérieur. Le tissu était fin, le sol, contrairement, a la tente que l’allemand avait perdue, n’était pas directement sur le sable, et comportait même des petits tapis aux motifs orientaux typiques des régions désertiques de la terre… Et d’ici aussi, sans doute. Bien sûr, ce n’était pas très grand, mais assez cosy, avec un cadre intime plutôt apaisant.

Lawrence garda un œil sur son sauveur. Il n’avait pas l’air d’un homme bavard. Il avait clairement le genre de visage du garçon timide et réserver. Le genre de garçon silencieux et intelligent, s’installant au second rang d’une classe sans jamais lever la main, mais en sachant tout…
Lawrence avait plutôt été du genre à être au premier rang et à tout savoir mieux que tout le monde. Avant, il n'aimait pas ce genre de gens calmes et timides, mais maintenant qu’il avait vieillis, et qu’il se retrouvait seul avec l’un deux, il se rendait compte que ce silence était agréable. Personne ne disait mot, communiquant par des gestes simples, d’un regard a un hochement de tête, d’un mouvement de la main a un sourire..: Oui, ce n’était pas tout à fait désagréable. C’était comme être seul… Avec plus de chaleur humaine.

Ces réflexions faites, la conversation s’engagea timidement, avant qu’une suite de mots pour le moins incongrue ne vienne secouer brusquement le cerveau encore embué de l’allemand.

-Tu pourrais me payer en nature.

La voix était chaude, douce et très engageante, et le regard froid du garçon avait laissé place à une lueur braisée lubrique, plutôt surprenante sur un visage si délicat. Pourtant, bien que Lawrence fut quelque peu décontenancé, réalisant au passage son jugement de tantôt sur l’individu, il ne fut pas vraiment mécontent.
En réalité, c’était plutôt une aubaine pour le jeune homme à la chevelure argentée. Après tout, il était ici depuis un moment, et bien qu’il était parvenu à noyer efficacement sa nymphomanie sous une tonne de savoir, il savait qu’il ne pourrait pas continuer comme ça indéfiniment. Soucieux de ce problème, et de la réputation qu’il risquait de se faire à payer pour ce genre de services, voilà qu’un beau jeune homme rencontré dans le désert lui demandait de payer un service de son corps?

Lawrence croisa les bras, et leva les yeux aux ciels, pensif. C’était une bonne occasion pour lui, et sa situation, bien qu’un peu clichée, lui semblait bien adaptée à ce genre d’ébats… De plus, il devait admettre que le garçon devant lui ne le laissais pas parfaitement indifférent… Il hocha la tête, sur un ton plutôt satisfait.
Il avança légèrement le visage vers le jeune homme devant lui, les deux mains au sol, sortant à moitié du manteau de ce dernier, le laissant pendre à moitié sur son dos.
Oh, vraiment? C’est vrais que c’est dans mes cordes~
Un grand sourire, lui donnant un air vaguement mauvais lui parcourut les lèvres, alors qu’il déposait un regard glacial luisant d’impudeur sur son interlocuteur… Mais cette étincelle lubrique disparus rapidement. Le garçon avait détourné les yeux, et rougissait comme une pivoine devant Lawrence. Ce dernier, dans le doute, recula, se posant sur son séant, les bras devant son corps, les jambes légèrement sur le côté.

Mhh.. Ôte-moi d’un doute. C’était une blague, ou tu es juste bien trop timide ?

Lawrence eut un léger temps de pause.

J’veux pas te-” Il se racla la gorge avant de reprendre, ramenant ses jambes à lui pour se tenir sur ses genoux de manière plus droite.

Je ne voudrais pas vous mettre dans l'embarras, je suis désolé si je l’ai fait. Mon esprit est encore embrumé, et j’ai réagi un peu vite à mes pulsions, vous m’en voyez navré.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Yens : 491
Date d'inscription : 09/06/2018
Age : 21

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue2/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (2/6)
Alexei Noskov
Alexei Noskov ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 01 Sep 2019, 22:36



Dernière édition par Alexei Noskov le Mer 04 Sep 2019, 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyDim 01 Sep 2019, 23:39

Lawrence, qui avait répondu avec une certaine sensualité au trait d’humour du garçon, fut vaguement perturber par le geste de recul qu'avait eut ce dernier… Et encore plus lorsqu’il vit la suite. Quand il eut fini de parler, Lawrence se retrouva scruté en détail par son jeune interlocuteur. L’allemand n’était pas le premier soumis de fanfiction homo-herotique de jeune fille de treize an random venus. Dans ce domaine, il n’était ni timide, ni réservé. Même si des sentiments forts pouvaient clairement lui donner une attitude moins confiante et provocatrice qu'à son habitude, il n’était pas né de la dernière pluie.
Tout cela pour dire qu’il connaissait le regard que lui lançait l’autre jeune homme. Ce garçon, quel que soit son nom, était probablement autant emplis de désirs et de besoins que ne l’était Lawrence.

Le sourire de ce dernier revint tandis que ses paupières se plissèrent a demis, lui donnant un air étrange emplis d’une satisfaction à la fois un peu inquiétante et bonne enfant. Le jeune allemand était fatigué, ses muscles endoloris peinaient à le supporter, et la faim lui tenaillait toujours les entrailles, mais un autre besoin, plus brûlant, plus profond, plus urgent, venais en un simple frisson, de faire passer ses autres besoin primaires, au second plan.

Il contempla un instant son futur partenaire de jeu, et ne put s'empêcher de laisser échapper un doux ricanement assez court, couvrant sa bouche d’une de ses mains avec élégance, en le regardant. Le garçon qui lui faisait face était passé de la timidité silencieuse au désir ardent en un instant, comme si l’image de premier de la classe qu’il se donnait ne faisait que cacher un vice refoulé qu’il avait enfin l’occasion de laisser s’exprimer. Le jeune homme tremblait légèrement d'excitation, et vint, après un effort pour ne pas sauter sur Lawrence qui sembla colossal a ce dernier, poser sur lui une main délicate.
Le sourire de Lawrence se fit plus doux, afin que sur ses lèvres, puisse se poser aisément le premier baiser partagé avec l’inconnu.

C’est à ce moment là que le premier tremblement de lawrence eut lieu. Un tremblement court, une vibration discrète parcourant son corps, lui donnant l’espace d’un instant l’impression de ressentir des dizaine de fois toutes sensations. L’allemand ferma les yeux en prenant une inspiration saccadée pour garder le contrôle de lui-même. Il y avait trop longtemps qu’il n'avait pas pris le temps de faire ce genre de chose. Il ne souhaitait pas laisser ses émotions l’emporter. Il ne devait ni se laisser aller au souvenir, ni pleinement, pour le moment du moins, s’abandonner à ses envies.

Les lèvres de l’homme se défirent de celles de Lawrence, et celui-ci poussa un soupir trémulant. Peut-être était-ce la fatigue, la faim, l’envie, ou tout simplement le manque, mais le jeune garçon voyait légèrement flou. Il n'avait pas envie de s'arrêter. Il voulait continuer. Il ne supporterait pas d’attendre. Pas maintenant. En un instant lui aussi était passé d’un homme maître de lui-même et plein d’assurance, a un autre, complètement différent, presque brisé par ses propres désirs refoulés…
Il prit quelques inspirations, comptant jusqu'à dix dans sa tête pour occuper son esprit… Il devait retrouver un peu de sang-froid. Entre le temps passer en cellule, et celui passé dans ce monde, cela faisait bien trop longtemps pour lui, qu’il ne s'était pas abandonné à ce genre de danses impudiques… Il n’arriverait pas à garder son calme!
À nouveau, l’étranger vint coller ses lèvres aux siennes, troquant la douceur contre une bestialité pleine de désir, coupant court aux vaines tentatives de l’allemand pour retrouver son sang froid. Ce dernier fut tiré vers le jeune homme, la distance entre leurs corps ne ce limitant plus qu'à la mince épaisseur des vêtements du grand blond. Lawrence posa ses bras contre ce dernier, se cambrant légèrement dans une posture tendancieuse, les deux bras contre le torse de son partenaire, les mains juste sur ses épaules, le visage légèrement plus bas que lui, son insolence naturelle ayant été remplacée par cette bête envieuse.
Il était pris de tremblements d'excitation que la raison qui subsistait en lui ne parvenait pas a inhiber, et tout ce qu’il parvint a faire sur le moment, tandis que tout son corps était désormais tendus, fut de fermer les yeux pour y cacher la douce folie qui s’emparait d’eux, ainsi que de laisser le passage, presque instinctivement, à la langue de son partenaire, tout en y mêlant la sienne.
Ses doigts se serrèrent contre le tissu du vêtement de l'inconnus, le manteau avait chut, dévoilant le corps de l’homme aux cheveux d’argent, et le corps de ce dernier s'était déjà perdus dans les affres de l’envie..
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Yens : 491
Date d'inscription : 09/06/2018
Age : 21

Progression
Niveau: 7
Nombre de topic terminé: 2
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue2/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (2/6)
Alexei Noskov
Alexei Noskov ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyLun 02 Sep 2019, 00:53



Dernière édition par Alexei Noskov le Mer 04 Sep 2019, 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Yens : 524
Date d'inscription : 17/06/2019

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé: 0
Exp:
"On a eut chaud" (+18) Left_bar_bleue1/6"On a eut chaud" (+18) Empty_bar_bleue  (1/6)
Lawrence Von Halmer
Lawrence Von Halmer ¤ Inconnu ¤

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) EmptyLun 02 Sep 2019, 09:46

La langue du jeune inconnu pénétra la bouche de Lawrence sans pudeur, dansant fougueusement avec celle de l’allemand. Ce dernier, se sentant défaillir, avait préféré clore les yeux pour cacher la faiblesse tant physique que mentale qui l'accablait alors de plus en plus. L'expérience qu’il avait était perceptible à travers ses gestes calculer, mais ce désir refoulé depuis si longtemps inculquais en ses mouvements une vague maladresse sensuelle.

Lentement, la main du garçon vint explorer le corps de Lawrence, qui n’eut pour réaction a cela qu’un vague frisson stresser. L’habitude d’avoir son corps parcouru par d’autres l’avait quitté depuis un moment déjà, bien qu’il laissa faire son partenaire. Les doigts de ce dernier parcoururent le fessier, puis le dos de Lawrence. L’allemand se concentra pour ne pas se laisser aller. Il connaissait son corps, et ses points faibles n’allaient pas tarder à tomber sous les doigts de l'inconnu. Il n’aimait pas cette idée, mais ne pouvait pas faire grand chose à cela. Il trembla quand les doigts passèrent dans le bas de son dos, les muscles de son corps se contractant légèrement, et lorsque le toucher a la fois tendre et avide de l’homme parvint au renflement cervical du jeune l’allemand (qui même dans ces situations ne perdait pas ses notions d’anatomie de base.), ce dernier ne pus retenir son premier gémissement de la nuit. Sa voix restait cristalline, presque mélodieuse, laissant s'échapper avec un souffle délicat un son plus aigu que d’habitude. Un glapissement doux, dans lequel on sentait une vague tentative de retenue, et ou le plaisir coupable, presque malvenue du garçon était clairement audible.
Les lèvres des deux hommes se séparèrent finalement, laissant l’argenté haletant faiblement. Son visage fut couvert de baisers enivrants de douceur tandis que la main de l’homme continuait de le parcourir sans retenue. À nouveau, un discret gémissement prit Lawrence quand les doigts vinrent parcourir sa nuque, et il leva la tête en serrant les dents, parcourus d’un frisson de satisfaction honteux.
Il ouvrit les yeux en tremblant légèrement laissant à nouveau sa voix lui échapper lorsqu’il s'aperçut que son cou était pleinement à découvert devant son partenaire… Et que ce dernier commençait à en profiter. Une vague peur s’installa en Lawrence, qui lui était toujours venue. À chaque fois qu’il avait fait ces choses la avec des inconnus. Sa paranoïa prenait le contrôle de son esprit embué.
Et s’il lui voulait du mal ? Il était si facile de se débarrasser de lui lorsqu’il était ainsi, a la merci d’autrui… Même sans arme ! Un simple coup de dents, et c’en était fini pour lui.. Une larme paniqué lui monta aux yeux, et les lèvres de l'inconnu vinrent entrer en contact avec le cou à découvert du jeune homme.

Aha…

Ce son fut court, mais laissa transparaître, dans cette douce voix, maintenant chevrotante, une certaine détresse. Le jeune homme était dans ce court état auquel il n’avait pu échapper qu’avec une personne, durant laquelle il maudissait ses propres failles, haïssant honteusement le frisson de plaisir et d'excitation qu’il ressentait lorsque tout contrôle lui échappait. Lui qui, perpétuellement noyer sous sa propre paranoïa, se sentait vraiment bien lorsqu’il se savait le plus vulnérable. Une ironie cruelle d'où il tirait une excitation délicieusement dégradante.
- J'espère que tu es prêt... Car quoi qu'il arrive ... Je ne pourrais plus m’arrêter...
Lawrence émergea de son délire. Il déglutit, tremblotant doucement, la peur mêlée à l'excitation, et pris conscience de la position dans laquelle il avait été amené. Sa bouche était entrouverte, haletant vaguement, ses yeux légèrement humides, ses sourcils un peu baissés… Pour ainsi dire, il avait plus l’air d’un lapin pris dans un collet que d’un criminel international.
Il poussa un soupir, fermant les yeux, soufflant doucement. Laissant un peu de salive tomber sur le membre de son partenaire, il le parcourut de sa main avec douceur. Ses joues rosissantes étaient parfaitement visible sur son visage au teint maladif, et après avoir senti les palpitations légère du membre, et avoir senti à travers lui l'excitation du garçon, Lawrence déglutit une dernière fois avant de hocher la tête, s’exprimant d’une voix chevrotante, presque implorante.

Oui.. Ça me vas.. Je ne veux…” Il marqua une courte pause durant laquelle il prit une nouvelle inspiration stressée.
Je ne peux pas m’arrêter là.. S’il te plaît.

Sans vraiment attendre les mouvements de son partenaire, il souleva délicatement son séant, bien qu’il n'arrivait pas a savoir depuis combien de temps il avait été mis a découvert lui aussi, et avec délicatesse, se crispant légèrement, il guida en lui le membre de son partenaire. La chaleur qu’il dégageait envahit le jeune Allemand, qui poussa un long gémissement à la fois confus et indécent, jusqu'à ce qu’il fut complètement assis sur la masculinité de son partenaire.

Finalement, pendant quelques instants, il resta la, tremblant toujours, les yeux vaguement larmoyant refusant de s’ouvrir à cause d’une pudeur mal placée, les mains accrochée aux épaules du grand blond, le corps collé contre lui, son propre membre palpitant légèrement contre le torse toujours couvert de l'inconnus.

À cet instant, Lawrence était complètement à la merci de l’autre garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: "On a eut chaud" (+18)   "On a eut chaud" (+18) Empty

Revenir en haut Aller en bas
"On a eut chaud" (+18)
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est ce qui s'appelle avoir chaud au cul...
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]
» Mains froides, coeur chaud.
» ça va être chaud bouillant
» Sentir bon le sable chaud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: "On a eut chaud" (+18) 190103103231202569 :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.