Partagez | .
[Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Jeu 19 Fév - 0:11



   
«À la recherche du Malheur»


   
Neutre - Rocheuses - Privé




   

Day 07 – H+8

----------------------------


Une semaine, 7 jours, 168 heures, c’était le temps passé par « Empty » dans ce nouveau monde. En autant de temps, il n’avait pas réalisé de choses réellement importantes ou significatives dans cette dimension, ce qui était d’ailleurs, assez étrange de sa part ... Dans notre univers, sa première action fut de raser la plus grande forêt de la planète, et il ne lui fallut que quelques heures pour être « ennemi public numéro 1 », ici, il était là, vivait une vie de citoyen plus ou moins normal, et ne semblait pas s’en plaindre. C’était assez frustrant de se dire, qu’à une dimension près, nous aurions pu vivre en paix avec lui … Mais la véritable question était, « était-ce une paix voulue, ou forcée ? » En effet, depuis son arrivée en Kosaten, Kara n’avait pas, ou très peu utilisé ses pouvoirs. Ce qui laissait à penser, qu’il ne les avait plus, ou n’était plus capable de les utiliser, ce n’était pas la seule option, mais c’était la seule que je voulais retenir.

6 heures 30, un oiseau se mit à chanter. Comme à son habitude, il ne fallut qu’une minute à l’enfant pour ouvrir les yeux. En réalité, lorsque le premier oiseau se mettait à chanter, Néo’ écoutait avec attention et concentration, le chant en question. Il lui fallait ensuite en général une trentaine de seconde pour émettre des hypothèses sur la taille, le type, et parfois même le sexe et la couleur de l’oiseau en train de chanter. Lorsqu’il était sûr de son choix, il ouvrait les yeux, mais ne vérifiait jamais si l’oiseau qu’il avait proposé mentalement était le bon, il en était sûr. Ce petit jeu mental et matinal n’était rendu possible que par la grande connaissance du monde de l’ancien « Empty », c’était peut-être, une des seules choses dans lesquelles il excellait. Heureusement pour lui, son savoir presque sans faille allait lui servir plus d’une fois dans ce monde qui n’était en réalité, pas si différent de l’ancien.

Ce matin-là ne fut pas vraiment différent des autres, après avoir ouvert les yeux, Kara se redressa, toujours très présentable. Il ne présentait comme d’habitude, aucun signe extérieur de fatigue. Il ne passa que très peu de temps dans son lit ce jour-là, il se leva et gratta le morceau de combinaison qui se trouvait sur lui, et qui, accessoirement, lui servait de sous-vêtement à ce moment-là. Ce mouvement à l’air anodin et assez grossier était en faites, la façon de « réveiller » sa combinaison, qui se trouvait elle aussi, être une entité vivante et organique, mais démunie de toute conscience ou forme d’intelligence. En quelques secondes, la combinaison vibra, puis se « répandit » sur tout le corps du garçon.

Environ 2 heures plus tard, Néo’ était en train de prendre congé de ses hôtes, sans les remercier, ni les saluer, chose à laquelle ils s’étaient habitués depuis le temps. Le physique et le comportement anormal du garçon ne les dérangeaient plus et son visage angélique et jamais véritablement fermé attirait les jeunes enfants et parfois les adultes de la région. Ce qui leur apportait à eux aussi, un petit bénéfice non négligeable et une publicité pour leurs auberge. Habillé en citoyen lambda, ses vêtements au-dessus de sa combinaison, Néo Kara prit la route, sans vraiment savoir où il partait, du moins, c’est ce que son regard laissait croire. En réalité, il avait besoin d’être seul, seul avec lui-même pour retrouver quelqu’un … Se retrouver.
   


   
(c) MEI

   

   


Dernière édition par Neo Kara le Mar 17 Mar - 10:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Jeu 19 Fév - 0:48



   
«À la recherche du Malheur»


   
Neutre - Rocheuses - Privé




   

Day 07 – H+9

----------------------------


Une semaine, 7 jours, 178 heures, c’était le temps que j’avais passé dans ce nouveau monde, sans ma mère. J’avais décidé de prendre la route vers la montagne de mon arrivée, ou une autre montagne, peu importait. C’est dans la montagne, la roche, que j’avais perdu maman. Cela faisait bien une semaine que je n'avais rien détruit. Non pas que l’envie ne m’en avais pas pris, mais le pouvoir m’avait manqué. Je ne savais pas si j'appréciais ce mode de vie, il me fallait maman, pour savoir si, j'avais besoin. Si je pouvais vivre sans détruire.

Cela faisait désormais une heure que je marchais sans m’arrêter, je traversais des petits chemins, croisais des vagabonds parfois. J'appréciais cette sensation, fouler la terre, c'était agréable. Ces chaussures commençaient à m’agacer … Voilà je me sens mieux. Tiens, un autre groupe d’enfant, si bête, mais pourtant si proche de moi.

« Hé salut ! Il nous manque quelqu’un pour un foot’ ! C’est un sport tout nouveau ! Tu veux jouer ?

-Bonjour, je m’appelle Kara, je vais bien, et, pour répondre à votre question, non merci.

-Hein ? Allez ... ! Je peux te prêter des chaussures si tu veux ... Et, c’est ma mère qui a cousu la « balle » ! »

*Est-ce une blague ..? Ma mère a moi peut détruire le monde, la tienne ne peut que coudre des balles .. ? Et tu en es fier ? Pathétique.*

« Et alors ? Ça me fait pas changer d’avis : non merci. »

-Ah oui … Tu es vraiment aussi ennuyeux qu’on le dit ..! À jamais ! »

Je reprit ma route, ces enfants, malgré le fait qu'ils avaient le même âge que moi, se comportaient en véritables nourrissons. Ils ne pensaient qu’à jouer et à manger, quelle tristesse … C’est la fin du petit chemin, je décide de me situer.

Depuis la cime de cet arbre, je pouvais voir mon objectif, une montagne se trouvait au Nord-Est de ma position, à environ 1 heure de marche, elle était étrange et pointue, d’ici, elle avait l’air noire. Ce n'était probablement pas la montagne de mon arrivée, mais elle devrait me permettre de communiquer. Je crois que je vais courir, j’ai besoin d’exercice.

Très bientôt, j’aurais un choix décisif à réaliser, pour le reste de mon existence. Je ne suis pas humain, j’ai des pouvoirs surhumains, jamais je ne pourrais vivre comme eux. J’ai besoin d’exprimer cette partie surhumaine de mon être, et de prouver à tous ceux qui ne veulent pas l’entendre, que je ne suis pas humain.


   
(c) MEI

   

   


Dernière édition par Neo Kara le Jeu 5 Mar - 0:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Jeu 19 Fév - 1:11



   
«À la recherche du Malheur»


   
Neutre - Rocheuses - Privé




   

Day 07 – H+10

----------------------------

 
Néo’ avait sprinté une bonne demi-heure, puis reprit une vitesse de marche habituelle. Il ne semblait pas vraiment essouffler, mais transpirait. Malgré ses petites jambes et son corps de pré-adolescent, Kara faisait preuve d’une rapidité et d’une vivacité autant, voire plus accrue que celle d'adultes. Ses petites foulées lui permettaient de maîtriser avec plus d’aisance ses changements de direction et son petit gabarit, de passer sous des obstacles, sans réaliser d'effort. Cependant, même s’il ne le montrait pas clairement, j’avais appris à déceler chez lui, quelques réactions et sentiments humains. Là, il semblait épuiser et assez déçu de lui. Son corps d’enfant ne lui correspondait probablement pas à ses attentes, il était toujours intimement persuadé qu'il pouvait changé tout ce qui était réel, au gré de sa volonté ... Malgré la vitesse et l’agilité améliorées qu’il possédait, l’endurance restait un facteur important lors d’un combat, ou d’une retraite. Il ne le savait pas encore, mais ce n’était pas la dernière fois que son gabarit allait lui jouer des tours en Kosaten.

Arrivé au pied d’une chaîne de montagne, l’enfant s’arrêta de marcher et prit un temps pour observer les alentours, ce désir permanent de se familiariser rapidement avec son environnement était une qualité dont par expérience, il pouvait tirer parti dans n'importe quelle situation. Dos à lui, la petite forêt qu’il venait d’emprunter pour arriver au pied de cette montagne, celle-ci faisait ceinture à la chaîne de montagne et rendait probablement la vue depuis la montagne vers le pied de celle-ci, assez difficile. Devant lui, se dressait l’imposante chaîne de montagne où il était venu chercher demeure. Cette chaîne de montagne se composait de sommets pointus et grisâtres, la couleur de certains d’entre eux virait cependant parfois au noir, donnant un aspect de « cimetière de géants » au lieu. L’on pouvait aussi voir ces rocheuses comme des cornes, des cornes de diable inspirant ainsi une impression d’enfer à l’endroit, plus ou moins fondée. Ce ne sont pas ces détails qui captèrent l’attention de l’auto proclamé Fils de la Foudre, mais ceux qui vont suivre.

Les sommets de ses montagnes se trouvaient être recouverts de neige, ce qui laissait présager que de l’eau devait s’y trouver. Cela permettrait à l’enfant de vivre plus longtemps sur ces sommets s’il devait y être contraint. Mais aussi d’utiliser cette eau pour amplifier les pouvoirs de ses éclairs face à une menace quelconque mais plus important encore, au pied de cette montagne se trouvait une petite cabane, assez vétuste et légèrement délabrée, avec cependant, de la lumière en son sein. L’enfant, curieux de par son âge mais aussi désireux de connaitre son environnement de par son expérience avança jusqu’au-devant de la cabane, puis, par respect des codes sociaux dont il avait si bien appris les fondements, frappa 3 fois à la porte en disant d’un air enjoué. « Toc-toc! » Il patienta une minute complète, comme il était de mise, avant de frapper une nouvelle fois les 3 coups, et en répétant les mêmes mots. Au bout de la quatrième série, il se décida à entrer de lui-même.

L'intérieur était aussi vétuste et délabré que l'extérieur, le tout étant en bois. A l’intérieur, l’unique pièce devait mesurer environ 4 m². Le sol n’était pas couvert, et rien ne protégeait cette petite cabane d’éventuelle agression ou infiltration extérieure, d’ailleurs Néo’ avait pu entrer dans la demeure sans que celle-ci ne soit verrouillée. En face de lui, une petite fenêtre, dont les vitres avaient étés remplacées par des peaux de bête, se dressait en seule source de lumière de la cabane. A gauche, dans le coin de la chambre un lit visiblement dessiné pour un homme adulte siégeait, sans drap et sans matelas à proprement parlé, c’était de la paille qui substituait le matelas en question. Enfin, une petite table, sur laquelle Kara avait inconsciemment posé la main, se trouvait à sa gauche. Sur celle-ci était posé une petite assiette, où l’on avait visiblement mangé quelques heures plus tôt, enfin, près de la petite assiette, une photo sur laquelle Néo’ ne posa même pas les yeux trônait. L’enfant ne traîna pas trop, il chercha des yeux une information quant au propriétaire des lieux, et décréta, intérieurement bien sûr, que celui-ci devait être un chasseur solitaire au vue des peaux de bêtes qui servaient de fenêtre. Il était environ 10 heures 20 lorsque l’ancien « Empty » décida de prendre la direction de la montagne. Il avança un peu, une petite route sinueuse commencée au pied de la montagne était présente probablement pour faciliter sa montée. Il avança en sa direction, et disparut un peu plus haut. Le regard en l’air, le visage fermé. Je ne le savais pas encore mais ainsi débuta, sa recherche du malheur.


   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Jeu 5 Mar - 1:55



   
«A la recherche du malheur»


   
Neutre - Rocheuses - Privé




   

Day 07 – H+11

----------------------------


Quel endroit étrange … Cette cabane vide m’occupait l’esprit depuis que je l’avais quitté … Quel genre de chasseur laisse sa tanière sans protection ni avertissement ? Un autre humain avec pour projet de le violenter aurait pu aisément le piéger ainsi, ou, plus fâcheux, un animal aurait pu y élire domicile et le surprendre à son retour, mais visiblement, la mesure du risque n’est pas propre à toute l’espèce …

Cela faisait environ 15 minutes que je marchais, toujours pieds nus. Je marchais sur un petit chemin creusé à même la montagne pour en faciliter l’ascension. Je ne savais pas jusqu’à quel hauteur il me mènerait mais pour le moment, il m’évitait d’avoir à gravir la montagne. Plus j’avançais sur ce chemin, plus je me rendais compte du travail important qu’il a représenté … Il faisait le tour de la montagne tel un escalier et le sol se trouvait être assez lisse sous mes pieds. Les humains étaient peut-être fragiles, mais leurs paresse leurs permettaient parfois de réaliser de grandes choses …

Je ne savais pas quelle heure il était présentement, mais le soleil commençait à se lever à l’horizon, ou alors était-il masqué par une de ces grandes montagnes pointues … Je me demandais bien ce qu’elles pouvaient abriter, elles étaient noires, abruptes, et probablement encore plus noires la nuit, je ne savais pas quel genre de chose pouvaient s’abriter dans un lieu comme celui-ci. Mais je supposais … Des chauves-souris.

Etrange, depuis que j’avais commencé à marcher, je n’avais pas vu signe de vie, et voilà qu’en face de moi, se tenait une petite plante, dont les racines commençaient à « escalader » la montagne elles aussi. Quel genre de plante cela pouvait-il être ? J’y pensais un peu tard, mais … Je n’avais toujours pas mémorisé les différentes espèces de plantes et leurs propriétés … La faune m’avait vraiment pris trop de temps, surtout les insectes, d’ailleurs, je ne savais même pas si j’avais fini ni où je m’étais arrêté, ce qui ne m’était jamais arrivé … Je n’arrivais pas à me souvenir de quelque chose. Impossible. Comment avais-je pu oublier cela ? Ma mémoire me jouait-t-elle des tours ? Impossible, je n’étais pas assez âgé pour être atteint de sénilité et j’exerçais ma mémoire tous les jours … ! C’est à ce moment que pour la première fois de mon existence, je perdis mon Self-Control. Je venais de frapper le sol … Je n’avais pas su me maîtriser ? Je m’inquiétais de savoir si quelqu’un m’avait vu mais mon regard ne me désigna pas homme qui vive. Cet univers commençait à affecter mon esprit … Je ne devais pas oublier ce que je faisais ici : retrouver ma mère.

Me voilà arriver à environ 30 mètres, l’air se faisait de plus en plus rare … Je pris la décision de me reposer un instant et admirer le paysage. Un petit groupe de maison en briques avec un air de village se trouvait en contrebas de ce côté-là de la montagne. Je me promis de peut-être y faire une visite toute à l’heure. La fatigue commençait à me submerger, mes yeux se fermèrent avec lenteur … Quelques minutes …  

Ils se rouvrirent tout seul, j’avais perçu quelque chose. J’avais assurément, toujours le sommeil aussi léger, je ne voyais pourtant rien autour de moi … Je ne savais pas comment mes sens pouvaient me réveiller ainsi, et ma vue se trouvée toujours aussi en retard. Je ne savais pas combien de temps avait duré ma sieste … J’avais senti une présence … Quelque chose m’épiais … Je ne savais pas quoi … C’était lourd … A quel point fallait-il être faible pour se comporter ainsi ? Par vitesse, ou précipitation, Je pris la décision de continuer mon ascension en me disant de rester sur mes gardes. Je regrettais à présent de ne pas savoir manier d’arme.


   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Jeu 5 Mar - 3:10



   
« À la recherche du malheur »


   
NEUTRE - ROCHEUSES - PRIVÉ




   

Day 07 – H+12

----------------------------


Il était environ 11 heures 30, depuis plusieurs jours, mais surtout cette journée-là, l’ancien « Empty » se comportait de façon étrange. Tous ses repères avaient plus ou moins disparus … Il avait vécu plusieurs années sans jamais penser à des choses dont il était submergé aujourd’hui. Sans famille, sans amis, sans parents, il avait développé plusieurs pathologies dignes des plus grands psychopathes ; Malgré son jeune âge, la vue du sang ou de cadavre ne le touchait pas, il avait déjà fait plusieurs meurtres de façon plus ou moins volontaires et on pouvait le répertorier comme « Tueur de masse » … Malgré cette insensibilité incroyable pour la souffrance de l’autre et son manque d’empathie mémorable, l’ancien « Empty » n’était pas devenu violent ou agressif, il considérait le meurtre comme une des différentes façons de régler un problème ; On l’attaquait ? Il tuait pour ne plus être attaqué. De plus, n’ayant jamais eu l’occasion de converser avec qui que ce soit, l’enfant avait personnifié ce qui lui était de plus cher si encore, il évaluait les choses : ses pouvoirs. En effet, le garçon s’était mis en tête que ses pouvoirs étaient sa mère, et avait parfois un comportement amoureux avec eux … Comment avait-il pu apprendre de telles notions en grandissant seul ? Si quelque chose avait bien pu le « passionner », ça n’aurait pu être que la lecture.

Néo’ appréciait lire, il lisait tout, les livres historiques, mythologiques … Il avait lu peu de roman, mais énormément d’encyclopédie, il appréciait aussi la lecture du dictionnaire mais en bonne enfant ( ?!), il préférait les livres illustrés. Cette passion pour la lecture fut limitée par le fait qu’il tuait la population d’une ville, avant de s’enfermer dans la bibliothèque de celle-ci, ou tout simplement rechercher les livres s’y trouvant avant l’intervention, inefficace toujours, dérisoire parfois, des forces armées.

Mais le véritable problème, résidait dans le fait, qu’un enfant aussi doué, soit capable de masquer ses émotions. Malgré le fait qu’il n’ait jamais eu de conversation, Kara s’était préparé toute sa vie à en avoir une, il s’était consacré à apprendre tous les codes sociaux, les mimiques, les règles relationnels que les livres de psychologie lui avaient offert. Il avait étudié et analysé chacun d’entre eux, les avaient répétés et aurait été capable de choisir le caractère qu’il voulait dans tel ou tel situation … Cependant, il ne se transforma pas en « caméléon » humain, au contraire, il devint plus vide qu’il ne l’était déjà, il ne réagissait plus à rien, et se contentait d’étudier les autres. En apprenant tout, il était devenu rien, il avait perdu son propre caractère si un jour il en avait eu un et l’avait probablement tellement masqué, que le masque était devenu son visage. Dans une logique de méfiance et d’affrontement permanent, cette capacité était plus une qualité qu’un défaut, en effet, personne ne pouvait réellement savoir ce qu’il pensait, ou ce qu’il allait faire avant qu’il ne se décide à le faire, en revanche, lui, pouvait aisément choisir en une phrase, ou en une question à quel groupe de personne appartenait son interlocuteur et décider, que faire dans tel ou tel scénario, il avait enfin, une aisance accrue pour déceler les menteurs.

Mais désormais, il se trouvait être rallié à un groupe, à une cause, à une famille et ses actes avaient étés « effacés », son statut remis à zéro. Des personnes venaient s’adresser à lui sans crainte et on avait même tenté d’avoir une conversation avec lui. Ces choses avaient plu à l’enfant, mais par précaution, ou de façon instinctive il était resté froid. Plus le temps avançait, plus il changeait, il avait de plus en plus de mal à masquer ses émotions et plusieurs fois, il avait même failli se trahir. Cette situation l’agaçait car il considérait que ses émotions l’humanisaient et le rendait par conséquent aussi fragile qu’eux. Il n’avait aussi, pas eu le loisir d’utiliser ses éclairs depuis une semaine, ce qui l’avait laissé croire que l’absence de sa « mère » était le motif de ces bouleversements. Cela l’amena à tenter de retourner « aux sources » et de revenir aux lieux de son arrivée, pour tenter de retrouver sa « mère ».

Jusque ici, un chemin artificiel lui avait permis de réaliser l’ascension de la montagne sans effort mais au bout d’une quarantaine de mètres, le chemin s’arrêta. La neige commençait à tomber, et le chemin n’avançait pas plus loin. Une pioche, une corde et un casque étaient posés sur la route. Ces éléments laissaient suggérer que ces outils avaient permis la réalisation de ce chemin, et que le propriétaire s’était absenté. Le garçon resta planté devant les outils pendant une dizaine de secondes d’un air assez dubitatif. Il regarda ensuite en direction de la montagne, celle-là était la plus haute de la chaîne. Il avait l’air hésitant, ou pensif, il s’accroupit, une main au sol, prêt à s’élancer, puis il bondit, dans un saut impressionnant, d’environ 3 mètres pour finir agripper à la montagne, environ 2 mètres 50 plus haut. Kara était visiblement décidé à aller au bout de son aventure, même si la scène était assez insolite, un jeune garçon d’environ 14 ans escaladait la montagne sans protection aucune, à mains nues. En vérité, la neige rendant la vision assez difficile, l’auto-proclamé « Fils de la Foudre » ne savait pas à quel moment de son ascension il trouverait un rebord où se reposer, ni s’il avait assez de force et d’endurance pour gravir la montagne, il commença tout de même à grimper sans se poser ces questions, pieds et mains nus.

Il grimpait sans ralentir, sans hésitation, il avait réduit sa combinaison à son bassin, car celle-ci étant organique, les parois rocheuses de la montagne auraient pu la blesser voir la tuer, ceci au détriment de son propre corps, qui subissait éraflure sur éraflure, la neige tombait de plus en plus violemment, et son corps d’enfant, commençait à trembler de froid, lui, serrait les dents. Mais il n’était pas totalement bête, il se rendit compte qu’il ne pourrait pas grimper tout en haut mais malheureusement, cette décision arrivait un peu tard … Il se remit à penser à ce qui l’avait fait monter sans se poser de question, ses muscles se raidissaient, ses doigts et ses oreilles commençaient à geler, lui, commençait à perdre connaissance … Il secoua la tête pour essayer de garder le contrôle, puis tenta d’entreprendre le chemin inverse, mais ses articulations commençant à lui faire défaut, il ne bougea pratiquement pas. La seule option qui lui restait était un appel à l’aide, mais au moment où il allait prendre sa décision, un bras s’enroula vigoureusement autour de sa taille.

« Tiens bon fiston ! »

L’étreinte fut tellement vigoureuse, que le garçon faillit régurgiter ses tripes.


   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1727
Yens : 2485
Date d'inscription : 30/01/2015
Localisation : Avec Roza

Progression
Niveau: 105
Nombre de topic terminé: 35
Exp:
2/12  (2/12)
avatar
Neo ¦ Justicier ¦

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   Lun 16 Mar - 21:40



   
«À la Recherche du Malheur»


   
Monologue




   

Day 07 – H+13

----------------------------


Ses yeux se rouvrirent lentement, une chaleur agréable l’enveloppait depuis la tête jusqu’aux pieds. Cette sensation était celle de ses pouvoirs ... Lorsqu’il en faisait usage, l’air autour de lui se chauffait : phénomène chimique nécessaire à la formation de foudre. Il était né dans cette chaleur et cette sensation lui rappelait toujours le jour où il avait foulé la Terre. Il était allongé dans un matelas assez rugueux qui commençait d’ailleurs à lui piquer le dos, ce qui lui prodiguait autant de chaleur, était l’épaisse couverture en fourrure qui le recouvrait. Il regarda autour de lui sans bouger la tête, à ses pieds se trouvait une table et à sa gauche, une fenêtre dont les vitres avaient étés remplacés par une peau de bête. Il se redressa d’un bond et sauta du lit, comme il l’avait deviné, il avait dormi sur le matelas en paille de la « maison du chasseur ». En face de lui, un homme était assis sur un petit tabouret, entièrement habillé en fourrure et dos au garçon, il ne bougeait pas comme pétrifié :

« Vous êtes qui ? » dit le garçon.

Aucune réponse ne lui parvint, il s’approcha avec discrétion de celui qui devait probablement être le chasseur et une fois arrivé à sa hauteur, il se mit en face de lui, pour l’observer de son regard enfantin.

L'homme avait une carrure plutôt conséquente du fait de son métier, il avait les cheveux blonds et courts mais en bataille sur le haut du crâne, sa barbe quant à elle, était noire mais n’était pas très importante, l’on pouvait encore y déceler les traces de ses repas précédents. À cet instant, l’Homme en Fourrure dormait probablement profondément, il respirait avec lenteur et ses paupières bougeaient rapidement, preuve de son assoupissement complet. Il avait la tête baissée, les coudes sur les cuisses et un petit livre de poche dont la couverture était en peau tannée et les pages en « papier sale » entre les mains. Sa tenue enfin, était uniquement composée de fourrure, son haut était un gilet à capuche découvrant ses bras musclés et poilus au niveau des avant-bras, le reste de son accoutrement était assez classique pour un chasseur, avec des bottes en guise de chaussures.

Néo le regarda un moment, puis prit la décision de quitter les lieux, il n’avait nul besoin de conversation et ne le remercierait pas car il n’avait pas demandé son aide.

Il ouvrit la porte, quitta la cabane, et retourna au niveau de la montagne. Il recommença l’ascension du chemin creusé, mais cette fois, il alla moins vite que toute à l’heure. Son ventre commençait à crier famine et son énergie à manquer. Il continua tout de même pendant environ 5 minutes, puis dut se rendre à l’évidence : il devait manger quelque chose. Il s’accroupit un instant pour réfléchir à un moyen d’opérer mais fut interrompu par un :

« DÉJÀ FATIGUÉ ? »

En provenance du pied de la montagne. Il regarda en contre-bas, c’était le chasseur qui l’avait appelé, il réitéra son appel :

« JE DOIS REVENIR TE CHERCHER ? »

L'enfant sauta depuis l’endroit où il se trouvait, il atterrit sans difficulté en bas puis leva les yeux vers le barbu, malgré sa petite taille d’enfant de 13 ans, Néo semblait apte à réaliser ce genre de cascade sans mettre en danger son ossature « en développement ». Etrangement, le chasseur ne montra pas de signe de surprise face à ce qu’il venait de voir. Néo engagea la conversation :

« Bonjour, je m’appelle Néo Kara et non merci, je n’ai pas besoin d’aide.

Le chasseur sourit et lui répondit en lui tendant la main et en l’imitant bruyamment :

─ Bonjour ! Je m’appelle Craig Lalante et pour te parler franchement, tu es un des Élus les moins étranges que j’ai vu, ha ha ! »

L’ancien « Empty » ne perçut pas le sarcasme, il serra la main de son interlocuteur avant de tourner les talons et de se refaire interpellé cette fois avec un ton plus calme :

« Pourquoi veux-tu aller au sommet de cette montagne ? Je ne doute pas que tu ais tes raisons Néo, mais je ne pense pas que tu puisses y arriver sans moi.

Néo se retourna, titiller par le défi lancé par Lalante :

─ Pourquoi ?

─ Cette montagne est bien trop haute, la neige empêche de voir jusqu’en haut lorsqu’on est en train de la grimper, elle rend aussi la paroi glissante et la roche lacère la peau …

Sur ces mots, il montra ses mains, Kara n’avait pas pu le voir, mais l’intérieur de sa main était parsemé de nombreuse entailles et cicatrices. L’enfant s’agaça et son ton jusque-là puéril se durcit un peu :

« Je ne suis pas un humain, je …

─ Je sais, aucun enfant normal n’entreprendrait une telle montée. Moi non plus, je ne suis pas totalement humain ... »

Néo ne répondit pas, Lalante avança vers lui :

« Ton passé comme ton futur ne m’intéresse pas, vis simplement cet instant avec moi, et tu pourras reprendre le cours de ton existence. »

Les mots de Craig raisonnèrent en Néo, il semblait les avoir appris par cœur mais ils furent dits avec un mélange de douceur et de fermeté qui sut saisir l’enfant. Était-ce de la solitude ? Un besoin d’information ? De discussion ? Le ton du chasseur suggérait tout cela à la fois. Sans attendre sa réponse, le barbu lui proposa de l’aider à chasser pour que tous deux, puissent se nourrir. L’Angélique n’accepta pas officiellement, mais il suivit tout de même le Barbu dans son activité. Ils allèrent dans le petit bois qui se trouvait au pied de la montagne, Lalante parla seul la majorité du temps, l’ancien « Empty » se contentant de l’écouter avec une attention masquée. Ils mirent environ 2 heures avant de trouver une proie, car Craig s’avéra être un chasseur plein de bonne volonté mais avec une expérience assez médiocre … Il savait tout faire, mais n’excellait en rien … Leur éventuelle dîner se révéla être un sanglier de taille moyenne fouillant le sol de son groin à ce moment-là. Craig s’accroupit et força Néo à faire de même, le garçon se laissa faire presque inconsciemment. Le Chasseur commença à parler en sortant une lance dont la pointe était en silex :

« Tu vois, il faut agir avec précision car si on le blesse, il va, ou nous charger, ou s’enfuir et je ne pense pas que tu puisses rattraper un sanglier fiston. »

Lalante, toujours en position accroupie attendit un peu, puis il se rapprocha vers l’animal. Le Barbu n’avait cependant pas fait attention à la direction du vent qui porta son odeur à l’animal : le sanglier regarda en sa direction, prit de panique, l’homme projeta sa lance avec maladresse … Pour la même raison, le sanglier se mit à courir dans la direction opposée. Avant même que Craig eut le temps de se retourner, Néo passa à côté de lui à toute vitesse à la poursuite du sanglier.

« Qu’est-ce que ..! Bordel !»

Le chasseur récupéra sa lance et tenta de suivre le garçon, l’abondance des arbres l’empêchait d’aller aussi rapidement qu’il l’aurait voulu puis quelques secondes plus tard, il entendit :

« JE L’AI ! »

Il accéléra le pas et aperçut finalement le garçon, les mains sur le sanglier et le regard brillant, l'animal était en proie à de violentes contractions musculaires, il était en pleine électrocution.

« Ha ha ! Bien joué ! Ne le lâche pas Néo, j’arrive ! »

Au son de son nom, le garçon se figea. Il relâcha légèrement l’animal qui tenta de reprendre sa fuite, chancelant, heureusement, Craig réagit au quart de tour et projeta sa lance avec vigueur et précision cette fois. Un bref « Tchack » se fit entendre, le sanglier avait littéralement été « troué » par la lance du chasseur. Il alla chercher sa prise et l’amena au garçon qui se relevait lentement, Craig lui fit une tape dans le dos et le félicita :

« C’était un joli coup ! J’me suis trompé, tu cavales bien ! »

Néo ne répondit pas, ce fut les derniers mots qu’il dit à Craig. Ils retournèrent devant la cabane du chasseur, c’est là qu’ils mangèrent le sanglier, cuit par le chasseur qui en profita pour raconter sa vie avec une étrange excitation.

« Tu sais, je vis ici car j’ai honte de moi … J’ai abandonné mon but et je ne veux plus que mes anciens camarades me voient ... J’ai beaucoup voyagé et désormais, je vis dans ces cailloux, je chasse, je creuse ce chemin que tu vois là-bas quand je n’ai pas faim, et je me nourris pour le creuser, ha ha !

Il avala et reprit :

Ça fait longtemps que j’ai pas été aussi heureux et voir les Élus qui passent, les saluer … J’ai même fait quelques combats tu sais ?

En l’absence de réponse, il continua :

Si j’avais une devise, ce serait … Ressens et apprécie chaque seconde de ta petite vie … Ha ha ! »

L’Angélique le regarda du coin de l’œil, puis se remit à regarder devant lui, pensant aux mots qu’il venait d’entendre. Craig s’allongea sur le sol, poussa un soupir de soulagement et continua :

« T’a pas froid avec ce maillot de bain ? »

Par « maillot de bain », il désignait la combinaison de l’ancien « Empty », il se leva d’un saut :

« BON, je te laisse mon lit, demain matin je te ferais une petite tenue en fourrure, tu me fais de la peine à te promener comme ça, ha ha ! »

Ce rire nerveux à chaque fin de phrase agaçait Néo qui n’en fit cependant pas état, en fin de compte, il avait lui aussi besoin de dialogue mais par prétention, il refusait de dialoguer avec Craig. Sur ces mots, Lalante se leva et entra dans la cabane. Comme il l’avait fait toute la journée, ce soir là, il laissa la porte entre-ouverte, pour Néo ...


   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: [Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
[Solo]I - À la recherche du malheur [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SORTIE] Fissure du Malheur [Terminé]
» Solo - Modéré - Dorion Volk - Neutre Mangemort [Terminé]
» Recherche Prismillon (collection terminée/sujet clos)
» [recherche] baie frista [Terminé]
» [#18] A la recherche du feu [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse ::  :: Territoires neutres :: Rocheuses-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.