Le Deal du moment :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ...
Voir le deal

Partagez
Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] EmptySam 14 Nov 2015, 18:14



Découvrir son territoire

Finalement, elle y était parvenue à cette fameuse capitale. Elle était assez grande, surtout pour l'époque. La féline avait passé des heures à l'explorer et la visiter comme une bonne vieille touriste de base. A ceci près que les touristes ne retenaient pas les zones stratégiques. Les points sur-élevés qui permettaient de voir à distance, les bouche d'égouts qui pouvaient offrir un point de repli. Les ruelles sombres et peu fréquentées, qui offraient des zones d'exécutions potentielles.... Elle avait également repéré différents commerces qui pourraient lui être utile, que ce soit pour des armes, des équipements ou tout simplement des matériaux divers. Et elle avait aussi constaté la présence omniprésente de la milice. Elle ne pouvait pas se permettre de se trouver un squatte en ville.... Pour l'instant, les forces de l'ordre de la ville étaient trop importantes, et elle préférait ne pas se faire repérer. La criminalité était présente, le contraire eut été impossible, mais remarquablement discrète. Ces malfrats là étaient habitués à se cacher et à œuvrer dans l'ombre.... La tigresse ne douta pas un seul instant que c'était pour éviter d'avoir affaire aux miliciens. Il allait être bien compliqué de pouvoir les approcher et surtout de faire affaire avec eux. Leur méfiance allait être exacerbée, car après tout c'est cette prudence qui leur permettait de survivre.

Patience.... tout ne serait que question de patience.... Il fallait agir avec méthodologie et ne pas se lancer dans cinquante projets à la fois. En premier lieu, la féline avait besoin d'un repère, d'un lieu caché à la vue de tous où elle pourrait se replier ou tout simplement se reposer en toute sécurité. Il lui fallait établir son propre petit QG personnel. Elle se rendit dans ce qui semblait être une bibliothèque, dans l'espoir d'y trouver une carte des alentours. Trouvant son bonheur, elle examina attentivement cette dernière. Elle put enfin se repérer dans ce vaste monde.... pas si énorme que ça finalement. Il lui fallait un territoire froid.... Et outre Fuyu il n'y avait pas grand chose. De toute manière, elle ne connaissait pas les autres territoires et elle ne pouvait pas se permettre de trop s'éloigner de la capital. Elle devait être capable de pouvoir faire le trajet aller-retour Yuki - Qg dans la journée. Ce qui réduisit considérablement son champ d'action. Elle observait les territoires autour de la capital. La Forêt de Givre était certes un lieu magnifique, très agréable pour les balades, mais qui était assez fréquentés. Entre les caravanes marchandes qui passaient par là, et les Dahlia qui s'y faisaient poursuivre par des gardes, elle risquait de se faire rapidement repérer. Sans parler des Rhaegar qui pouvaient potentiellement trainer dans le coin et qui n'attendaient qu'une occasion pour vouloir l'occire. Définitivement non. Non loin de là se trouvait Rin, mais là encore la concentration de population proscrit immédiatement toutes possibilités d'installation dans les parages.

Toujours plus loin, il y avait les Fjord Enneigés. Là aussi un endroit très agréables mais aussi très dangereux. Même quand on trouvait par hasard une étendue d'eau perdue au milieu de nul part, et qu'on décidait d'y prendre un bain au beau milieu de la nuit, on ne pouvait pas y être tranquille ! Il y avait des juges d'essence divine et en armure qui rôdaient à la recherche de pauvres tigresses dévêtues à surprendre pendant leur toilette ! Elle se souvenait encore de la manière dont ses côtes avaient fait connaissance avec lui d'ailleurs.... Ce monde était peuplé de créatures étranges. Dans tous les cas, les Fjords n'étaient pas non plus indiqués pour sa quête. La féline poussa un léger soupire avant de reprendre son cheminement. Elle n'était plus sûre d'avoir déjà mis les pattes dans la Toundra Boréenne, mais de toute manière l'environnement des toundra étaient trop plat et trop à découvert pour lui offrir de bonnes cachettes. Il ne restait alors plus que le début de la chaîne des Sommets Blancs. Les montagnes regorgeaient souvent de coins et recoins escarpés, et voir même de grottes ou fissures dissimulés. Hors des sentiers battues, l'accès pouvait être très compliqué et même dangereux. Les passages devaient y être brefs et ponctuels, tout juste ce qu'il lui fallait pour lui offrir potentiellement des proies. L'endroit semblait idéal, mais il lui fallait se rendre sur place pour constater directement de la réalité des choses.


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] EmptyDim 15 Nov 2015, 15:12



Reconnaissance du terrain

Fleya se dit qu'il lui faudrait soit se procurer une carte, soit recopier cette dernière. C'était le genre d'objet utile, un indispensable si on pouvait dire, surtout lorsqu'on débarquait dans un monde étranger. Néanmoins, ce serait pour une autre fois. Elle quitta les lieux, puis la capitale, prenant la direction des Sommets Blancs. Après plusieurs heures de marches, elle atteint enfin le premier plateau de la montagne. Elle ne devait pas monter trop haut dans les hauteurs, si elle voulait rester relativement proche de la capitale. Rapidement, elle quitta les sentiers et les chemins de montagne, pour se retrouver dans la nature brute et sauvage. C'était là de loin ce qu'elle préférait. Pas d'humains, peu de créatures humanoïdes. Fleya n'avait aucun soucis à vivre en cohabitation avec les animaux et autres créatures plus ou moins primitives. Loin de tout et du monde, elle pouvait presque éprouver un sentiment de quiétude. Il lui était extrêmement difficile de pouvoir se sentir en sécurité quelque part, elle ne savait même pas si cela lui était encore possible. Mais au moins, elle pouvait s'en rapprocher toujours un peu plus. Elle gravit rochers et pierres, évitant les plaques de verglas, et faisant attention où elle mettait les pattes. Les montagnes renfermaient bon nombres de crevasses qui pouvaient être de véritables gorges sans fond pour les malheureux qui y tombaient. Et elle n'avait pas envie d'escalader pendant des heures une paroi.

La neige recouvrait les alentours d'un épais manteau blanc. Se rapprochant des flancs, Fleya les inspecta minutieusement. Elle y allait parfois même au toucher. Le froid pouvait fendre la roche la plus dure, et offrir ainsi des cachettes. La nuit était maintenant tombée, et Fleya décida de faire une pause dans ses recherches. Il était inutile de chercher de nuit, car même si elle y voyait parfaitement bien, il lui fallait être sûr que son abri serait également invisible de jour. Elle se trouva un dôme de neige épais et moelleux et s'engouffra dedans. Farfouillant dans son sac, elle mangea quelques morceaux de viande, prélevé sur une malheureuse victime lors de son dernier repas. De quoi apaiser sa faim. Pour sa soif, sa gourde de sang était amplement suffisante pour la soulager. Cachée sous la neige, sa température corporelle déjà basse se réduisit encore, jusqu'à ne plus menacer de faire fondre la neige. Parfaitement dissimulée, dans un endroit qui ne nécessité cela dit pas tant de précaution, elle passa une nuit calme jusqu'au levé du jour. Dès que le soleil fut suffisamment haut pour éclairer correctement les versants et les flans des Sommets Blancs. Elle y passa encore de nombreuses heures.... Qui s'étaient même changés en plusieurs jours.

Manquant parfois de glisser sur des roches un peu trop lissées par l'érosion, a chaque pas qu'elle faisait, elle balayait la neige de sa queue derrière elle, effaçant toutes traces de son passage. Les habitudes avaient la vie tellement dure. L'après-midi était déjà bien entamé lorsqu'un pan de versant retint son attention. Elle était pourtant déjà passé par là au moins une fois. Mais alors qu'elle avait passé sa main tout le long, elle avait senti une aspérité profonde, qu'elle n'avait pas vu à l’œil nu. S'approchant du mur naturel, elle découvrit derrière sa tranche une longue fissure. Elle était assez étroite, mais la féline pouvait s'y faufiler. Et à l'intérieur.... Une grotte ! Fleya ne pouvait pas mieux rêver. Elle était relativement spacieuse, le fond finissant par un boyau encore plus étroit. Un cours d'eau souterrain y passait, surement l'une des nombreuses infiltrations de la montagne. Il fallait vraiment s'aventurer au fond de cette grotte pour pouvoir le savoir, car aucun son ne s'échappait de ce ruissellement bien sage. Des gros rochers ici et là, une obscurité permanente et quasi totale.... Fleya avait trouvé là un petit QG ! Aucun ours ou autres gros prédateurs ne pourrait passer par là.... Elle pouvait donc revendiquer sans crainte les lieux. Bien sûr, elle n'avait trouvé là qu'un terrain vierge. Il lui faudrait l'aménager un peu. Mais la vampiresse n'avait pas besoin de beaucoup de confort, parfaitement adaptée à la survie et à la vie sauvage. Il lui fallait juste rendre les lieux pratiques.... L'aménager quelques peu.... Mais là encore, cela allait demander toute une organisation. Car elle n'avait rien pour lui permettre ce luxe.....


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] EmptyDim 15 Nov 2015, 20:46



Se donner les moyens.

La tigresse était démunie jusqu'aux outils eux-mêmes, pourtant nécessaires à l'aménagement de sa nouvelle demeure. Il lui fallait une pioche robuste, un marteau, un ou plusieurs ciseaux pour tailler la pierre.... et beaucoup d'huile de coude. Bien plus loin dans la montagne, elle avait repéré des chemins non naturels, qui s'engouffraient directement dans les parties hautes du flan de la montagne. Il n'y avait pas à douter qu'il y avait là une exploitation minière. Elle se décida à faire le chemin pour pouvoir y arriver de nuit. Aucun mineur ne se risquerait à passer une nuit dans des montagnes aussi froides, surtout au milieu de grotte. L'entrée était cela dit obstruée par une sorte de portail de fortune, fait de planches grossières en bois, tenues entre elles par des clous. Le genre de porte faite à la va vite, surtout là pour dissuader les éventuels curieux. Après tout, à la fin de chaque journée, les minerais extraits étaient redescendus en ville, la marchandise n'étant pas laissée sur place, qui pourrait bien vouloir rentrer ? Quelqu'un qui n'en avait pas après la marchandise, mais le matériel..... Plusieurs bons coups de pied, et le bois déjà fragilisé par les température glaciales céda.

La féline pénétra dans la galerie, et elle n'eut guère besoin d'aller bien loin pour trouver son bonheur. Pioches, petits chariots rustiques, pelles, des marteaux, des cordes.... Elle prit une pioche, un marteau, une pelle, et des cordages, avant de repartir. Les ouvriers allaient surement se demander qui pouvait avoir l'idée complètement saugrenue de venir voler un peu de matériel. Ils ne pouvaient pas se douter que l'autre côté de la montagne, bien plus bas, une féline entreprenait des travaux d'habitation. Fleya revint à son point de chute et déposa ce qui était pour l'heure des trésors bien utiles. Seule la Lune fut témoin du larcin. Mais il manquait encore quelque chose pour lui permettre de commencer..... Le lendemain, elle retournerait à Yuki, et elle en profiterait pour chasser par la même occasion. Cela lui permit de faire le trajet de sa cachette jusqu'à la ville une première fois, lui faire une estimation de temps nécessaire, et surtout repérer une première fois les raccourcis, les points de chute, ou encore les cachettes accessibles, des fois qu'il lui fusse obliger de semer quelques poursuivants. Et cela s'était plutôt montré très concluant à son sens. Il y avait là un très bon potentiel.... Mais la voila à présent à Yuki. Le matin était encore jeune, la féline ayant finalement décidé de partir avant le levé du soleil. Les échoppes et différents petits stands de commerce avaient à peine ouvert leur comptoir, et seuls les boulangers s'étaient déjà activés depuis longtemps. Fleya alla errer nonchalamment vers les ateliers de tailleurs de pierre, qui œuvrait à l'entretien, la réparation et la construction des murs de la ville. Les artisans commençaient à peine à arriver, attendant le maître d’œuvre pour recevoir leurs instructions. Fleya passait distraitement aux alentours, comme une passante matinale.... Qui faucha au passage plusieurs type de ciseaux et un maillet. Personne ne faisait attention, chacun étant encore un peu endormi, et personne n'imaginant un larcin aussi saugrenu. La vampiresse avait habilement glissé le tout dans son sac. Et ses emplettes faites, elle quitta la capitale.

Sur le chemin du retour, un marchand n'arriverait jamais à bon port. La féline en profita pour le détrousser, et récupérer ainsi un peu de monnaie locale. Cela pourrait toujours servir. Après s'être repu de lui au maximum, et d'avoir dépecé ses restes pour les conserver pour plus tard, elle rentra chez elle. Elle avait à présent tout le matériel nécessaire. Mais elle décida d'attendre la nuit pour commencer. Il y aurait moins de risque de passage. Inutile de se faire remarqué en étant bruyant de jour. Elle s'offrit donc le luxe d'une sieste, qui dura jusqu'au soir. La nuit tombant, elle s'éveilla doucement, avant de réfléchir à ses futures tâches. Elle n'avait pas besoin de beaucoup, et pourtant avec si peu de moyen cela allait lui demander beaucoup de travail. Elle repéra l'endroit voulu, la forme qu'elle voulait. Elle donna quelques premiers coups de pioche pour vérifier la nature du mur qu'elle entamait. Elle voulait surtout s'assurer qu'il n'y avait pas d'infiltration d'eau là où elle allait travaillé. Mais la chance lui souriait, et la zone de travail se révéla propice à la transformation. Elle pouvait sans crainte piocher à cet endroit. Elle n'avait plus qu'à s'y mettre.




Dernière édition par Fleya le Lun 16 Nov 2015, 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] EmptyDim 15 Nov 2015, 20:46



Chanter Korobeiniki en travaillant....

S'empoignant de sa pioche avec détermination, la féline commença son ouvrage et fendait la roche inlassablement, avec force et vigueur. La pierre était dure et le travail se promettait d'être long. Elle avait la nuit devant elle.... Et une volonté inébranlable. Néanmoins, il fallait bien avouer que la tâche était tout sauf distrayante. D'un ennuie mortel pour être juste. Cela dit le travail n'allait pas se faire tout seul. Tout en piochant comme une forcenée, la féline cherchait un moyen de se passer le temps. Elle s'arrêta un instant, dressant l'oreille, et mettant la truffe à l'air. Cette fois, il n'y avait personne pour la surprendre.... Elle reprit alors sa besogne.... Commençant à fredonner un air.... Qui venait de sa région natale.... Et si au début elle ne fit que chantonnait un air, les paroles lui revinrent en tête.... dans une langue que son père et sa mère parlaient d'ailleurs couramment. Et sans vraiment s'en rendre compte, se laissant emportée par le rythme de la musique, la vampiresse se laissa aller à chanter, pour briser l'ennuie que sa tâche lui inspirait.

Oï palnym, palna maïa karobouchka

Iest' i sitiets i partcha.
Pajalieï, doucha-zaznobouchka,
Maladietskava pletcha.

Vyidou, vyidou v roj' vysokouiou,
Tam da notchki pagajou,
Kak zavijou tcherna-okouiou,
Vsie tavary razlajou.

Tsieny sam platil niemalye,
Nie targouïsia, nie skoupis',
Patstavliaï-ka goupki alye,
Blije k malatsou sadis'.

Vot ouch pala notch' toumannaïa,
Jdiot oudaly maladiets.
Tchou, idiot! — prichla jelannaïa,
Pradaïot tavar koupiets.

Katia berejna targouïetsia
Vsio baïtsia peredat',
Paren' s dievitseï tsielouïetsia,
Prasit tsieny nabavliat'.

Znaïet tol'ka notch' gloubokaïa,
Kak paladili ani.
Raspriamis' ty, roj' vysokaïa,
Taïnou sviata sakhrani!

Oï liekka, liekka karobouchka
Plietch nie riejet remechok.
A vsieva vziala zaznobouchka,
Biriouzovy persteniok

Dal ieï sitsou chtoukou tsielouïou,
Lientou alouïou dlia koss.
Païasok - roubakhou bielouïou
Patpaïasat' f sinakoss.

Vsio paklala nienagliadnaïa
F karop krome piersten'ka:
"Nie khatchou khadit' nariadnaïa
Bies serdietchnava drouchka!" **


Curieux fait qu'il lui ai fallu se retrouver dans un monde complètement étranger pour qu'elle puisse trouver des occasions de chanter. Dans son monde d'origine elle était bien trop occupée à éviscérer de l'ennemi.... Ici les coup de pioche ne servait pas à défoncer les crânes. Ils faisaient des trous, de plus en plus profond. La féline ne s'arrêta qu'au bout de bien des heures, lorsqu'elle parvint à faire ainsi, une cavité dans la roche. Pas tout à fait à même le sol, un véritable placard naturel, dans lequel elle pourrait entreposer ce qu'elle voulait. Mais pour bien faire les chose, il fallait dissimuler sa création. Il fallait une porte à ce placard. Et c'était à cela que le maillet et les ciseaux allaient servir. Des roches ce n'étaient pas ce qui manquait. Il lui en fallait simplement une aux bonnes dimensions. Pour cela, pas besoin de règle ou de mètre ruban. La tigresse usa de sa queue pour prendre des mesures, ses rayures servant même de graduation. Hauteur, longueur, largeur.... Elle avait tout. Il ne lui manquait plus que ce qui lui servirait à faire sa nouvelle porte de placard. Elle usa donc des mesures prises pour sélectionner le rocher idéal, et à partir de là, elle le tailla minutieusement. Il n'avait pas besoin de remplir tout l'espace au contraire. Juste de bien s’imbriquer et de ne pas laisser de démarcation trop visible. Bien qu'au vu de la visibilité, il serait bien compliqué de discerner quoique ce soit dans cette grotte. Là encore le travail fut long et fastidieux. La précision demandait plus de concentration, mais les efforts furent payants.

Fleya admira son œuvre, vérifiant plusieurs fois que sa création épousait parfaitement les formes des contours du renfoncement creusé. Elle alla alors dehors, usant d'une petite pierre pour briser de gros morceau de glace. Elle récupéra les bris de glace pour en faire tout un épais matelas dans le trou. A présent elle pourrait stocker là des réserves de nourriture et de sang en cas de coup dur. Cela lui permettrait de rester dans son repère sans en sortir pendant un siège ou le temps d'une convalescence. Elle passa le reste de sa nuit à creuser un second trou à un autre endroit. Elle le fit tout aussi spacieux, espérant pouvoir bientôt y stocker des armes et du matériel de soin. Une fois qu'elle eu fini de faire la seconde porte de placard en pierre, et qu'elle n'avait plus son dur labeur à faire, elle s'en servit pour ranger les outils avant de refermer le tout. Elle piocha dans les réserves de nourriture qu'elle avait faites plus tôt dans la journée, et alla se coucher. Le jour se levait, plus question de faire trop de bruit, même si les chances qu'un des mineurs l'entende étaient inexistantes. Elle avait bien travaillé de toute manière, et elle ne volait pas son repos. Ce soir, elle aurait encore beaucoup à faire.... A chaque nuit suffisait sa peine.



**:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] EmptyDim 15 Nov 2015, 20:47



Un nid presque douillet.

La féline dormit jusqu'à la tombée de la nuit. Lorsqu'elle se réveille, elle observa son intérieur. D'accord, les aménagements spartiates n'étaient pas du genre à la déranger. Elle avait été habitué à se satisfaire de très peu ou de rien. Mais elle ne savait pas combien de temps elle allait rester ici. Et tout aussi minimaliste que pouvait être son environnement, elle en vint à se dire qu'elle pourrait bien s'accorder le luxe d'un lit. Elle savait d'avance que ce serait là une couche de fortune, digne du plus habile des SDF, mais de toute manière, elle ne se voyait pas monter un lit à baldaquin ici. Juste quelque chose plus confortable que le sol quoi. Mais quelque chose de résistant également. Elle avait autre chose à faire que de s'amuser à construire sans arrêt son mobilier. Ce fut à ce moment qu'elle porta son attention sur ce gros pan de roche plus au fond de la grotte. Il était très volumineux, et à peu près aussi long que large. La féline s'approcha, le mesurant de sa queue, l'examinant, et finalement, elle jeta son dévolu dessus. Elle sortit ses outils de son placard, et empoignant de nouveau sa pioche, elle commença à creuser le rocher. Elle retira le plus gros de la sorte, avant de se saisir de son maillet et de ses ciseaux, et de faire un travail beaucoup plus fin et précis. Le rocher était à présent creusé, tout un courbes, incurver en son centre pour former une sorte de coucouche panier géant en pierre. La féline observa l'intérieur de son lit. Elle avait besoin de poncer un peu les aspérités. Elle chercha au milieu des éclats de roche, une pierre de taille moyenne, et s'en empara. Elle frotta alors l'intérieur de sa couche, avec force, pour user les deux parties, et lisser la roche à l'intérieur.

Une activité qui l'occupa jusqu'aux premières lueurs de l'aube. Mais au moins elle avait à présent une surface presque lisse, qui ne risquerait pas de l'écorcher dans son sommeil. Fière de son travail, elle s'empara de sa pelle et déblaya tous les débris dehors, les déposant plus loin que l'entrée, avant de les recouvrir de neige. Elle était rendue, et aurait bien aimé se coucher, mais alors qu'elle rangeait ses outils, elle se décida plutôt à sortir. Aujourd'hui, elle allait faire des folies, et faire du shooping ! Elle se rendit donc de nouveau à Yuki, mais cette fois pas de vole. A force de détrousser les cadavres avant de les dévorer, elle avait pu obtenir plusieurs petites bourses de Yens. Et elle comptait bien s'en servir. Elle alla dans les rues marchandes, et se dirigea vers un potier. Elle lui acheta ainsi trois grandes jarres qui pouvait accueillir plusieurs litres de liquide, qu'elle noua dans sur dos via la corde. Ces jarres pouvaient être refermées à l'autre de gros bouchons que le vendeur lui avait fournis. Elle alla ensuite voir un tanneur, et lui acheta une très grande fourrure de bête, épaisse et soyeuse. Elle la plia dans son sac, avant de reprendre sa route. Elle arriva finalement dans une taverne où elle demanda au tavernier de lui verser un peu de liqueur au fond de chacune de ses jarres. Un peu surprit, il ne chercha guère plus loin lorsqu'elle déposa l'argent sur le comptoir. Il était à présent temps de partir chasser, car ces jarres il fallait bien les remplir.... Elle quitta la capitale en mi-matinée, et passa tout le reste de la journée à chasser. Elle obtint ainsi de nouveau des Yens, une cape à capuche épaisse, et surtout, elle remplit ses jarres de sang, glissant même plusieurs morceaux de viandes humanoïde dans la dernière. Elle referma le tout et à chaque fois que la jarre était pleine, elle la secouait énergétiquement, pour bien mélanger le sang à la liqueur.

Non pas que la féline était une soularde, car de toute manière à ce stade l'alcool était bien trop dilué pour pouvoir l'affecter. Mais en agissant de la sorte, en mélangeant un peu d'alcool avec le sang, elle empêchait ainsi tout risque que ses réserves ne puissent geler. Ses réserves en cas de coup dur faites, et son repas prit par la même occasion, elle usa de la neige environnante pour se nettoyer du sang, et remonta dans la montagne, retrouver son antre. Elle ouvrit son premier placard, et y entreposa les jarres. Elle tassa de la neige tout autour et par dessus. Non seulement cela les calerait mais en plus la neige couvrirait toutes les odeurs de sang. Elle referma sa cachette, avant de se diriger vers son coucouche panier. Elle déposa dessus la grande peau de bête bien épaisse, en guise de matelas de fortune. Un petit luxe, une petite folie qui lui offrirait un peu de douceur dans ce monde hostile. Confort précaire mais confort quand même. Elle s'affala lourdement dans son lit terminé, savourant le fruit de son dur labeur. La nuit commençait à peine à tomber, mais la féline s'endormit rapidement, complètement épuisée par cette longue journée. A présent, elle avait un petit QG, un petit chez elle ou se réfugier, bien à l'abri du monde extérieur. Un lieu où elle pouvait trouver peu de repos....


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]   Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] Empty

Revenir en haut Aller en bas
Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Vous voulez quelque chose, faites le vous-même. [Solo] 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Sommets blancs-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.