Le Deal du moment : -33%
Microsoft Manette Xbox One sans fil
Voir le deal
39.99 €

Partagez
SOS princesse en détresse
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyDim 22 Nov 2015, 15:32

Frotte, frotte.
Nettoyer et ranger.
Trier et jeter.

C’est tout ce que la jeune fille faisait depuis plusieurs heures déjà. Ayant besoin d’argent, et refusant d’abuser de l’aide gratuite que voulaient apporter les citoyens aux élus, les deux collégiennes avaient trouvé un village côtier dans lequel du travail était à faire, et s’y étaient arrêtées pour trouver rémunération.

Emily était chargée, avec plusieurs habitants, de nettoyer un navire marchand devant partir le soir même. Le vaisseau n’était pas des plus imposants, mais il restait bien plus grand que la plupart des bâtiments accostés au petit port, et l’entretien demandait plus d’efforts que les simples caraques que les villageois avaient l’habitude de voir.
La jeune magicienne avait comme mission de s’occuper des niveaux inférieurs du navire, là où l’on rangeait les diverses affaires et marchandises. Un peu isolée des autres travailleurs, elle était affairée dans une pièce où ne se trouvaient que des sacs pas trop lourds, tout cela lui laissait le calme et la tranquillité lui permettant de songer à sa situation actuelle.

Est-ce que je retournerais à Mahora un jour ?... se demandait la jeune fille.

Et, perdue dans ses pensées, le sommeil vint pour une énième fois la frapper telle une malédiction. Une malédiction qu’on appelait Narcolepsie.

L’heure qui suivit, le navire déploya toutes voiles dehors. Lassé de son travail et épuisé de sa journée, le garant des équipes d’entretien ne fit qu’une vérification brève de l’état des lieux, ne se donnant pas la peine de recompter toutes les personnes y ayant travaillé pour vérifier qu’elles n’y étaient plus. Et même,  il avait certes bien remarqué l’absence de l’étrange fille aux cheveux violets, mais supposa qu’elle était simplement partie en avance rejoindre son amie qui travaillait au village. Après tout, c’était une élue non ? Elle faisait bien ce qu’elle voulait, ce n’était pas comme s’il y avait un risque pour une personne comme ça.

Et puis, franchement, il n’avait pas que ça à faire.


Sur le bateau, l’équipage était inquiet. Le temps ne se montrait clairement pas amical à leur départ comme en témoignaient les lourds nuages qui se formaient à l’horizon Nord, mais leur capitaine était un homme courageux… ou plutôt devrais-je dire téméraire, qui n’avait peur de rien et était prêt à relever tous les défis que le rivage lui tendait. Ses hommes n’étaient pas toujours d’accord avec cette politique, mais qui trouverait bien le courage de contester ce géant de prêt de deux mètres, avec des mains qui semblaient faites pour écraser le crâne d’un homme s’il refermait ses puissants doigts dessus.
Non, personne ici n’avait envie de contredire le Capitaine.
C’est ainsi que, défiant les esprits de la mer et du ciel, l’Œil de la Tempête leva l’ancre en ce début de soirée venteux, aveugle à la présence de la collégienne assoupie dans ses entrailles.

L’itinéraire lui-même s’avérait audacieux. Leur destination était une ville se situant au Nord-Ouest des Terres Neutres, et plutôt que de choisir une route longue mais prudente en contournant Minshu, puis Seika, l’Œil de la Tempête préféra passer par le Nord, au travers des mers inexplorées puis de celle de l’empire de glace, ne se souciant que peu de la guerre qui faisait rage ou des dangers qui y rôdaient. La rapidité et la puissance, tel était le crédo de ces jeunes marins.

…Ou plutôt, de ces pirates.  En effet, les canons à poudre qui équipaient le navire n’étaient absolument pas là dans un but d’auto-défense, et aucune des marchandises tassées dans la cale ne leur appartenait. Ou du moins, pas d’une manière juste. Leur immatriculation était fausse, mais des petits villages côtiers ne vérifiaient jamais en détail ce genre de choses, ou fermaient les yeux devant la somme généreuse offerte par les « honnêtes marchands » pour qu’ils ne s’embêtent pas « de ce genre de détails lourds et inutiles ». Le Capitaine souriait, observant la mer depuis l’avant du bâteau. Ça marchait à tous les coups.

Mais, alors que leur voyage était entamé depuis à peine une demi-heure, un des hommes vint à la rencontre du chef du navire. Dans sa main, il tenait avec force le bras d’une certaine jeune fille qui affichait un air à la fois apeuré et endormis, peinant à suivre le rythme de celui qui la trainait.

« Capitaine ! J’ai trouvé ça, qui roupillait dans les sacs de bouffe ! » Annonça-t-il d’un air triomphant, comme s’il venait de rapporter un trophée.

Le géant se retourna, intrigué, espérant que son sbire ne l’avait pas dérangé pour rien. Mais quand il vit l’allure de la trouvaille, son attitude changea. Ces airs cette couleur de cheveux, cette tenue… il était clair que cette jeune fille ne provenait pas de ce monde.

« Une élue… » Marmonna-t-il, avant d’afficher un sourire inquiétant. « Très bien. Enfermez-la quelque part et garder un œil sur elle en permanence. On ne sait pas de quoi elle est capable… mais à mon avis, de pas grand-chose si elle s’est faite avoir comme ça. »

Il fit quelques pas en avant, pour observer sa prisonnière de plus près. Celle-ci tremblait de peur. Oui, probablement aurait-elle pu se défendre, mais à quoi bon ? Ils étaient plus nombreux, et ce n’était pas comme si la petite mage était une grande guerrière.

« Je veux voir ton sceau, gamine. De sa couleur dépendra la sauce à laquelle tu vas être mangée. Et si tu refuses… et bien j’irais le chercher moi-même. » Lui ordonna-t-il, un sourire de requin aux lèvres.

Terrorisée, Emily s’exécuta, rabaissant légèrement son col pour afficher l’Ouroboros  vert entourant la base de son cou, comme prêt à l’étrangler à tout instant.

Presque déçu qu’il ne soit pas placé dans un endroit plus intime, le Capitaine explosa néanmoins de rire. Une élue de Minshu. La nation connue comme la plus faible. Pas étonnant que sa capture se soit faite sans aucune difficulté…

« Hahaha ! Et bien ! Nos contacts de Fuyu seront ravis de s’en charger d’eux-mêmes…et nous, on pourra en tirer un bon prix. »

« Mais…Capitaine, on ne devrait pas l’abattre tout de suite ? Les élus, on sait pas trop ce qu’ils peuvent faire... » demanda le pirate, apeuré.

Le géant perdit immédiatement son sourire. Quelqu’un venait de contester ses ordres, à lui ?

« Je ne me répèterais pas… fous-la en cage, ou tu passes par-dessus bord. »

Cette fois le sous-fifre comprit parfaitement le message, et ne tarda pas à emmener la captive dans une pièce inutilisée, qui disposait d’un verrou. Mais avant de la lâcher à l’intérieur, il murmura quelques mots à son oreille :

« Un seul truc étrange, et je viens t’égorger, compris ? »

Emily n’hocha même pas la tête, elle était bien trop tétanisée pour faire un seul geste d’elle-même. Quand on la jeta au centre de la pièce, sombre et humide, elle ne fit même pas un mouvement pour rendre sa position plus confortable, restant au sol, comme inerte.

De longues heures passèrent, durant lesquelles la collégienne, avait finit par s’asseoir, repliée en boule, au coin de la pièce. Elle ne voyait rien. Elle ne savait pas où elle était ni ce qui lui arrivait. Elle ne voulait que retrouver son amie et voyager avec.

Ce n’est pas réel, juste un rêve… se disait-elle. Oui, il arriverait bien un moment où ce cauchemar prendrait fin, où elle se réveillera dans la douceur du matin, au creux d’un douillet lit d’auberge. Il ne pouvait en être autrement.

Mais pourtant, elle ne se réveillait pas. Le grincement du bois, les mouvements de va-et-vient du navire… ils ne stoppaient pas. Et bien au contraire, il semblait même qu’ils devenaient de plus en plus forts à mesure que le temps passait. La raison ? Elle vint bien vite : le bruit des vagues s'enrageait, frappant contre la solide coque en bois de sa prison, et un bruit de tonnerre se fit entendre suivit d’un choc qui fit trembler tout le navire.

Désireuse de se dégourdir les jambes, la jeune fille finit par se lever. Les choses étaient trop réalistes pour n’être qu’un songe, et elle ne comptait pas disparaître comme ça… Dire que sa détermination avait prit le dessus sur sa peur serait un mensonge, néanmoins il lui restait tout de même une petite flamme de résolution qui l’éclairait dans cette salle sombre.

Alors que la magicienne se trouvait à moins de deux mètres de l’ouverture, des déclics effrénés se firent entendre de la serrure,  et la porte s’ouvrit en grand, révélant le pirate qui l’avait enfermée précédemment, un air fou sur le visage et un sabre dans la main.

« C’est de ta faute… c’est toi qui a fait ça… »

« N-non, je !... »

Le marin ne voulait rien entendre.  Ses yeux était gorgés de sang, sa voix rauque, et son attitude celle d’une bête s’enrageant à l’approche de sa fin.

« La foudre a cramé le mât… les vagues vont nous balancer contre la roche… t’as essayé de nous buter, pas vrai ? J’t’avais dit qu’au moindre truc louche je t’égorgerais…  et j’vais tenir ma promesse… SI ON Y PASSE,  T’Y PASSES AVEC NOUS, SALOPE DE SORCIÈRE ! » Hurla-t-il avant de s’élancer vers la collégienne en levant son arme.

Réflexe de survie, la jeune fille créa une barrière aqueuse autour d’elle venant dévier la lame du marin, qui emporté par son élan et un mouvement du navire se retrouva au mur opposé. Il se retourna, l’air encore plus fou…

« Tu vois…un truc de sorcière avec de l’eau… je vais te !... »

Mais ne put terminer sa phrase. Un choc immense percuta le navire et propulsa la collégienne sur ce même mur, néanmoins le bouclier encaissa l’impact. Perdant connaissance durant quelques secondes, elle rouvrit les yeux face à une scène d’horreur : Le corps du marin, empalé par un pic de roche ayant transpercé la coque en même temps que son torse. Son regard haineux rivé vers la jeune fille, sa bouche entrouverte dont s’écoulait un liquide rouge.
Mort sur le coup.

La conscience de la sensible enfant s’était arrêtée. Son corps restait immobile, son regard rivé vers ce qu’on appelait un cadavre. Elle ne parvenait pas à l’accepter. La douleur des autres était déjà une image difficile, mais la mort… C’était trop. Son esprit avait arrêté de chercher à comprendre ce qui se passait autour d’elle, la limite de sa tolérance brutalement dépassée.

Néanmoins l’enfer ne s’arrêtait pas pour autant. Les vagues continuaient de pousser le bâtiment endommagé alors que les griffes rocheuses tentaient de le garder pour elles.  Un conflit entre deux forces naturelles, et au centre de celui-ci un vulgaire navire.

L’océan fût vainqueur de ce duel. Dans un terrible grincement, la coque du vaisseau céda sous la puissance des flux, et un morceau du fier Œil de la Tempête resta accroché surplace tandis que le reste continua rapidement et dangereusement en direction de la côte, déversant ses richesses qui s’échappaient de son corps amputé.

La jeune magicienne était parvenue, par un miracle qu’elle-même ne comprenait pas, à rester à bord en invoquant des plantes sur le mur intérieur qui la maintenaient en place, l’entourant et s’accrochant, peu importe que ce soit douloureux et inconfortable.

Et finalement, la grande collision eût lieu. Dans un vacarme assourdissant, le puissant navire heurta la côte, poussé par la force incommensurable des océans. Sa fière structure se démantela en mille morceaux, son contenu se dispersa entre terre et mer, les membres de l’équipage qui avaient survécus jusque là  s’envolèrent pour certains d’entre eux, quand ils ne se retrouvaient pas écrasés entre le sol et leur vaisseau.
Cela ne dura que quelques secondes, mais qui semblait s’être étirée à l’éternité. Et finalement, le vacarme du choc prit fin, recouvert par la colère des vagues et des cieux qui ne cessait pour autant, bien désintéressée par les dégâts qu’elle avait provoquée.

La collégienne, que l’on pouvait appeler rescapée, avait perdu connaissance à cet instant. Un fragment du mur qui l’avait maintenue la recouvrait à présent, sans pour autant la couvrir réellement contre la pluie ni le froid glacial qui régnait dans cette région du monde. Autour d’elle, les ruines d’un navire, des marchandises en tout genre ouvertes, dispersées, détruites, et bien entendu… des cadavres. Et à ce rythme… elle finirait par les rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 23 Nov 2015, 20:22

Plusieurs jours, peut être une semaine, s'étaient maintenant écoulés depuis mon arrivée en ce monde, qu'était Kosaten. J'avais eu de la chance : rencontrer Rhadamanthys et obtenir l'aide des villageois, que je qualifierai de précieuse, m'avait permis de prendre la route afin de découvrir de mes yeux ce qu'était cet endroit.

Des journées de marche, de vagabondage ou tout autre pénitence aurait été impossible sans les habits chaud que je portais : rembourrés de laine et collant peut être trop à la peau, sans oublier une couverture, ayant été autrefois la peau d'une bien belle bête dorénavant condamnée à me couvrir dans ce blizzard.

J'avais rencontré peu de personne sur ces routes gelé : des marchands, des paysans, parfois des chasseurs ou des soldats en patrouilles, mais jamais hostile en ma personne. C'était bien la première fois que les forces de l'ordres étaient de mon coté. Les bandits se faisaient rares, et c'était surement pour le mieux, le froid étant par dessus tout le plus grand ennemis en ces terres gelés. Et plusieurs jours de vagabondage n'avait pas forcément été du plus grand secours pour l'éviter, sans regret par ailleurs : je devais m'endurcir, retrouvés mes forces, et la nature offraient par elle-même les meilleurs entrainements, bien qu'un bon repas chaud n'aurait pas été refusé.

Je mettais bien éloignés des routes, trouvant refuge contre le froid et le vent proche de l'orée d'un petit bois, au renfoncement d'un petit amas de pierres dressés. J'avais aperçu non loin le bord de l'océan, donnant de nombreux éclats avec le blancs des flocons se comparant aux nombreux astres du ciel. Mais je n'avais pas eu le temps d'observer d'avantage ce paysage, la nuit approchait à grand pas, le début d'une tempête s'était déjà annoncé, et mon ventre criait famine. Il me fallut peu de temps pour ramasser quelques buches, mais les allumer relevaient d'une tout autre complexité. Après de mains efforts, je devais me rendre compte de mon incapacité à me réchauffer devant la difficulté à ne faire qu'apparaitre une braise. Tant pis, le repas allait être cru ce soir, la couverture allait encore une fois me servir, et le sommeil serait le plus dur à trouver. La nuit allait être longue.

La tempête tout comme le tonnerre se déchainait maintenant. Malgré mon abri et mes vêtements chaud, je grelottais presque honteusement devant le soutien des villageois et des autres, essayant de trouver un souffle régulier en me serrant le plus possible devant la parois glacée de la roche, rajoutant en plus le fait que mulot capturé la veille ne m'avait guère suffit à reprendre des forces.

Néanmoins, un grand vacarme me fit sortir de ma torpeur. D'abord identique au tonnerre, il se prolongea pendant plusieurs secondes, avant que le courroux des cieux ne reprennes sa longue complainte. J'eu d'abord cru à un rêve, mais de lointain échos d'agonie m'indiquèrent le contraire. Quelque chose s'était déroulé non loin. Mes yeux s'écarquillèrent : Que devais-je faire ? Allez là-bas et finir gelé ou bien rester ici à l'abris des calamitées naturelles ? Non, dans une pareille situation, j'aurai surement espéré un peu d'assistance, comme celle que m'avait offert les villageois. C'était pour moi l'occasion de rendre une partie de ce que l'on m'avait donné.

Je me releva bien difficilement, avançant vers la direction approximative du bruit, qui semblait provenir de l'océan. La neige obstruait chacun de mes pas, et le manque de visibilité de part la tempête et la nuit rendait encore plus difficile cette progression. Seule une faible lueur orangée m'indiquait le chemin à suivre, tout comme quelques bruits sourd irrégulier par delà le tonnerre.
Et une fois sur place, le spectacle ne fut pas le plus beau à voir. Un navire semblait s'être totalement détruit plusieurs rochers bordant la cote. Le fier bâtiment n'était plus maintenant qu'un millier de débris, dont certains enflammées faisant exploser des barils de poudre noire. Sur la plage s'amoncelait une multitude de débris et de cadavres, baignant encore pour certains dans les eaux glacées pendant que d'autres unifiaient la neige d'une nouvelle couleur : celle du sang.

Je n'étais pas spécialement inconnu à de tel spectacle, en ayant peut être créer de ma main un ou deux, mais, cette fois-ci, j'eu surement plusieurs secondes d'égarement. Je secoua ma tête, déterminer à voir ce que je pouvais faire, essayer de trouver des survivants. Mais... Après un passage, la chose semblait compromise, tous semblait morts, ne poussant aucun râle de douleur ou d'agonie, juste le crépitement des flammes, le souffle de la tempête, le déferlement des vagues et le grondement du tonnerre.

Mais, l'explosion d'un baril sur le navire redonna la lumière le temps de quelques secondes à ce carnage. Le souffle me fit tomber à terre et pousser un petit juron d'énervement contre les flammes et le froid, avant que je ne pousse un soupir et que mon regard ne se fasse captivé par quelque chose d'inhabituel... Quelque chose de violet, sous un débris de bois. En m'approchant et en enlevant le débris, je me rendis compte qu'il s'agissait d'une personne, plus précisément d'une jeune fille, et malgré les événements, elle semblait respirer, grelotant de ses vêtements trempées et du froid constant.

"Qu'est-ce qu'une jeune fille fait ici ? Naviguant sur les eaux ?" Dis-je à voix basse, avant d'arriver à une fausse conclusion devant ses vêtements peu communs ou soignés : "Surement une prostituée embarquée avec ces marins.". Mais qu'est-ce que cela avait d'important ? Yumi, ma rivale en amour était quelqu'un de très bien, et ce malgré son travail que beaucoup considère comme dégradant ! Mais je devais me rappeler que ce monde n'était pas le japon, et que ce qui pour moi était une évidence était ici à prendre avec beaucoup plus de reculs.

Une nouvelle explosion me fit sortir de mes pensées, et me rappela le rude climat qui s'abattait ici. Je pris la jeune fille dans mes bras, et l'emmena jusqu'à mon abri de fortune. Elle semblait être la seule survivante de ce naufrage, chose qu'elle partageait avec moi il y a moins d'une semaine. Drôle de coïncidence après tout, le monde est peut être plus petit que je le crois.

Mais une fois arrivé à l'abri, cette petite n'était pas pour autant sorti d'affaire. Elle risquait à tout moment de succomber au froid, et ses vêtements trempés n'arrangeait pas la chose. Si elle les conservaient sur elle, elle risquait d'y passer. Je fis quelque chose que beaucoup considérerais comme de l'abus charnel en lui enlevant ses vêtements, avant de lui passer la couverture autour. Je fus surpris devant la complexité de ses habits, n'ayant rien de traditionnel, mais là n'était pas la priorité, et puis, quand bien même, ce n'est au Japon que l'on trouverai pareille couture.

La tempête, quant à elle, ne semblait ne jamais vouloir s'arrêter, et le froid allait être encore plus complexe à supporter sans couverture.

Une encore plus longue nuit m'attendais.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 23 Nov 2015, 23:53

Un battement de cœur.
 
Une pulsation timide venait de naître dans la poitrine de la jeune fille, disparaissant aussitôt.
 
Où…suis-je….
 
Un second battement.
 
Malgré ses efforts, elle ne parvenait pas à ouvrir ses yeux. Les ténèbres embrouillaient son esprit, et son corps entier semblait lui supplier de se rendormir.
La douleur serait trop forte. Elle ne pourrait pas l’encaisser.
 
Néanmoins, la rescapée demeurait résolue à reprendre connaissance. Animée d’une  volonté surhumaine, les paupières de la demoiselle s’entrouvrirent, laissant passer une douloureuse lumière blanche qui les referma aussitôt.  Pendant ce temps, les autres sens reprirent non sans mal leur fonction, et plusieurs informations parvinrent au cerveau encore embrouillé des limbes de l’inconscience.
 
Le froid fût la première d’entre elle, et pour y palier le corps de la collégienne se replia sur lui-même, se blottissant dans la chose douce et chaude qui la recouvrait. Ce que c’était ? Elle n’en avait pas la moindre idée, et chercher à comprendre était bien le dernier de ses soucis.
Vint ensuite la douleur. Secoués et renversés, de ses bras, ses jambes, ses muscles et finalement sa tête vibraient tous en chœur d’aigus signaux qui vinrent presque renvoyer la jeune fille dans le coma. Un coma dont elle ne serait probablement pas revenu.
Et arriva finalement, retardataire car négligeable, l’ouïe. Le souffle du vent fouettait les fragiles oreilles rougies par le froid, accompagné des grognements célestes qui semblaient à présent si lointain.
 
Je suis…en vie ?...
 
Elle venait enfin d’en prendre conscience. Et en même temps, les souvenirs de ce qu’elle venait de vivre vinrent tirailler sa mémoire et transpercer son crâne, en rajoutant à la migraine déjà présente. Mais si ce n’était que ça : De ces souvenirs lui revinrent également les pirates l’ayant capturée, la peur de ce qu’ils pouvaient lui faire, l’enfermement… puis la tempête, l’homme qui était venu la tuer, et finalement avait été empalé devant ses yeux.
Ces derniers s’ouvrirent soudainement, dans un souffle de frayeur, comme si sa conscience préférait affronter la douloureuse réalité que de revivre à nouveau cette scène.
 
A présent réveillée, Emily pouvait commencer à observer son environnement au travers de sa vision encore floue. Au cœur d’une tempête de neige, les bruits de la mer enragée lui indiquaient qu’elle en était toujours proche.
Et ce froid. Ce froid strident qui venait mordre chaque parcelle de sa peau malgré la douce et unique couverture en peau de bête qui la recouvrait. Car oui, ça aussi elle ne le remarqua que plus tard, il n’y avait rien du tout entre sa peau et la couette. Cependant cela n’aurait pas été particulièrement gênant s’il n’y avait pas eu quelqu’un juste à côté…
 
Croyant quelques instants à une hallucination, la vision progressivement rétablie de la naufragée lui confirma que, non, il y avait réellement une personne enroulée dans des vêtements épais qui se tenait non loin d’elle, assise à côté de ses propres affaires.
 
Qui ?...
 
Qui était-elle ? Ses traits semblaient indiquer qu’il s’agissait d’une femme, mais la demoiselle ne se souvenait pas en avoir vu d’autre à bord mis à part elle-même, alors ce ne devait pas être quelqu’un de l’équipage. La jeune fille n’avait aucun souvenir de ce qu’il s’était passé depuis l’accrochage avec les récifs, et chaque fois qu’elle tentait d’accéder à sa mémoire ne venait que l’image du pirate empalé contre la roche, l’observant d’un regard mélangeant peur et haine.
 
Je…j’ai tué…
 
Il fallait qu’elle se concentre sur autre chose. Son fragile esprit, son sensible cœur, tout deux n’avaient pas l’énergie de prendre conscience de la chose, et subir un tel choc alors qu’elle se trouvait aux portes de la mort risquerait bien de l’y faire basculer.
 
Sa bouche s’entrouvrit, mais ce furent ses yeux qui parlèrent à la place, laissant passer quelques larmes chaudes qu’elle pouvait sentir couler le long de ses joues irritées par le froid. Penser à autre chose que cette image n’était pas le problème, car tout ce qu’elle venait de vivre était source de  nombreuses émotions. La douleur, l’angoisse, l’horreur, le désespoir…et le réconfort d’être sauve, tous ces éléments se mélangeaient dans un incompréhensible tourbillon qui faisait rage en elle,  la tourmentant tout à la maintenant en vie.
 
« J-..j’ai froid… »
 
Un message provenant de son corps plutôt que d’elle-même, néanmoins cela eût l’effet de la ramener à la présente réalité, comme si quelque chose en elle avait dit : hé, t’es pas sortie d’affaire, tu repenseras à ça plus tard.
 
Son regard glissa le long de la neige recouvrant le sol, et vint se poser sur un petit tas de buches déposé là comme si l’inconnue avait voulu faire un feu. Pas en état de réfléchir au pourquoi du comment le brasier n’était pas présent, son premier réflexe fût de rassembler les quelques forces qui l’habitaient afin de s’en occuper d’elle-même.
 
« Ardescat. »
 
Sa voix résonnant surnaturellement autour d’elle, les esprits répondirent immédiatement à l’invocation et enflammèrent le bois qui se mit à crépiter. Le froid était un danger mortel, et s’en défendre était une priorité intuitive.
 
La jeune fille rampa difficilement pour se rapprocher du foyer, prenant garde à ne pas bloquer la couverture ou en sortir, car elle ne tenait pas particulièrement à entrer en contact avec la neige, ni à se montrer dénudée face à  celle qui l’avait vraisemblablement sauvée. Certes, la manieuse de faux l’avait sans doute vue sans atours puisque elle les avait ôtés elle-même, mais il n’y avait plus vraiment de raison ni de logique dans la tête d’Emily.
Finalement, elle resta assise au coin du feu, observant en silence ce qu’elle pensait être une femme…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 24 Nov 2015, 20:24

Mes yeux s'ouvrirent difficilement. Il semblait que je m'étais assoupi. Quelques minutes ? Quelques heures ? Combien de temps précisément ? Et surtout, est-ce que cela avait une importance ?

Le froid et la tempête continuaient de dominer cette partie du monde pendant que nous, pauvres humains, étions cantonnés à subir ce courroux. De ma bouche s'échappa un petit soupir, qui se condensa presque instantanément, avant de se faire emporter par le vent. Cette situation n'était pas la plus aisée, mais avions nous le choix ? Abandonner maintenant, s'avouer vaincu devant les éléments ? Non, je ne le pouvais pas. J'avais été prévenu pourtant des dangers de ce monde, savant pertinemment que mes forces étaient diminuées, mais... Je ne m'étais jamais senti aussi faible, aussi friable mentalement qu'une simple brindille recouverte de neige, qu'un animal briserait sans s'en rendre compte. Si j'avais été capable d'allumer un feu, j'aurais put au moins améliorer le confort trop sommaire de cet abri, pour moi, mais aussi pour cette petite...

Respirant difficilement à faible cadence, elle semblait être en encore plus mauvais état que moi. Je m'inquiétai pour elle : même tirée d'affaire du naufrage, ses chances de terminer cette nuit était assez basses, d'autant qu'à son réveil il m'incombait la lourde tâche de devoir lui expliquer la situation, et ce alors qu'elle était théoriquement l'une de mes ennemis.

Son sceau, positionné à la base de son cou d'une couleur verte, m'indiquai d'après mes connaissances bien trop basique en ce monde quelle appartenait à un autre royaume. Seika ? Minshu ? Quelle était l'importance, son dieu n'était pas le mien, et en d'autre circonstances que celles-ci, j'aurait put être amener à la tuer. C'était peut être ce que j'aurai dut faire, mais... C'était pour moi l'opportunité de rendre en quelque somme la pareille, à Rhadamanthys et à Yumi à travers cette jeune fille. Si elle avait eu la chance de survivre au naufrage, je n'avais pas à m'interposer à cela. Chaque problème en son temps.

Je me repositionna un peu, essayant de trouver difficilement la position la plus confortable, bien qu'avec ce genre d'endroit il s'agit presque d'une cause perdue, avant de continuer à somnoler, attendant la fin des accalmies pour agir.

« J-..j’ai froid… »

Une voix, presque inaudible, presque intérieure parvint jusque dans mon esprit. Evidement que nous avions froid, ce n'était pas à en douter, cet endroit, ce pays était bercé dans les glaces. A quelles choses stupides je pensais ? Il fallait que je me ressaisisse, il fallait que je lutte contre ce froid, il fallait que je survive.

« Ardescat. »

Cette fois-ci, cette voix, résonnant en moi, fut accompagnée du doux son du crépitement des flammes. Je tourna la tête, observant d'un œil fatigué la scène. La petite s'était réveillée, et avait, à l'aide de chose me dépassant encore, réussit là où j'avais échoué : allumé un feu.

La vue de ces douces flammes me fit sourire. Je m'approcha lentement, me revigorant davantage à chaque ondulation de ce brasier. Je m'assis à coté, non loin de la petite, et tendis mes mains vers les flammes. La chaleur... Une sensation oubliée depuis quelques jours, revenait en moi en même temps que je souffla d'une simple satisfaction, dont je n'en étais même pas la cause. Puis, je tourna vers cette petite, avant de lui adresser un sourire et d'entamer la conversation :

"Comment te sens-tu ?''

C'était simple, peut être trop, mais cela me semblait être la première chose à demander à quelqu'un venant de vivre une telle expérience, surtout lorsque c'est on ne peut plus récent. Si elle avait survécue, c'était probablement par chance, d'autant qu'elle allait encore en avoir besoin pour remonter la pente. Il allait falloir que je lui explique ce qu'il c'était passer, même si cela incluait de briser quelques espoirs...

''Triste histoire que ce naufrage...''

Je pris une grande inspiration, un peu froide certes, avant de soupirer, et de la regarder droit dans ses yeux verts :

''Je préfère être direct avec toi. J'ai été là bas et... Tu es la seule survivante. Le froid et la tempête que connait cette région actuellement se sont chargés de conclure la vie des marins. Il ne reste de ce navire plus que des débris et des corps battus par le vent et la neige. J'espère que tu n'avais pas d'amis ou de connaissance là-bas.''

Le plus dur était passé, je l'espère. Tous n'acceptaient pas de la même manière les tragédies, certains s'illusionnant de faux espoirs pour ne pas voir la réalité en face. Quand à savoir pourquoi elle avait survécu, c'était une autre histoire. Je continua en lui montrant du bout du nez les flammes :

''En tout cas, beau travail pour le feu. J'ai essayé tantôt, sans aucun succès. Il faut croire que les paroles ont ici plus de force que les actes.''

Cette dernière phrase était un peu amère, de la part d'un combattant, mais ce monde était régit des lois plus étranges encore que celles ordonnées par un dirigeant trop éméché .
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 24 Nov 2015, 22:39

"Comment te sens-tu ?''
 
La jeune femme brisa finalement le silence, avec une question d’accroche plus qu’une réelle interrogation. Comment la rescapée allait ? La réponse pouvait paraître évidente, mais dans un certain sens c’était assez relatif. Non, elle n’allait pas bien : traumatisée et frigorifiée, Emily avait vécu des moments bien meilleurs… Mais d’un autre côté, pour quelqu’un venant de survivre à un naufrage, elle s’en sortait plutôt bien compte tenu de sa fragile constitution pour une humaine et encore plus pour une élue, mais surtout du nombre de survivants : Une seule.
 
« Bien…J…je crois… »
 
Au final, elle-même n’en était pas sûre. Encore sous le choc de ce qui s’était passé, elle ne prenait que lentement conscience de sa propre survie, et à l’heure actuelle, pour répondre à la question, se sentait comme un fantôme. Une âme vide et froide, aussi gelée que pouvait l’être son corps. Il s’agissait pourtant d’une fille très émotive, mais la récente épreuve avait déclenché un mécanisme de défense humain : Le renfermement sur soi. Si elle passait la nuit, peut-être qu’au coin du foyer d’une auberge, avec une personne qu’elle connaîtrait un minimum, la demoiselle craquerait… mais pour le moment, ce n’était ni lieu ni heure, car la situation était encore bien instable.
 
  ''Triste histoire que ce naufrage...''
 
Un fait évident, qui ne trouva pour réponse qu’un fébrile hochement de tête. La jeune fille avait besoin de conserver son énergie, et cela impliquait de limiter les dépenses inutiles, entre autre la parole. Ou tout simplement, ne répondait-elle pas car son esprit était encore hanté des violentes images qu’elle avait vécues.
La jeune femme continua, et sans y aller de main morte, lui apprenant que personne d’autre ne s’en était sortit. Il n’y avait qu’elle, parmi la vingtaine de passagers à bord, aucun autre passager n’avait survécu à l’accident. Certes des pirates, ils n’en étaient pas moins des solides gaillards, des loups de mers ayant bravés moult tempête avant de trouver celle qui les surpasserait, et parmi eux seule la petite prisonnière fragile était restée en un seul morceau. Celle-ci était en droit de se demander… pourquoi ?
 
« N..non…je… »
 
La phrase ne trouva pas de fin. La jeune fille se replia sur elle-même, enfouissant son visage dans sa couverture. Aussi gentille pouvait-elle être, une petite voix provenant du fin fond d’elle-même ne cessait de lui murmurer qu’ils avaient certainement mérités leur sort, et savoir ça ne la tourmentait que d’autant plus. Et pour en rajouter, vint à nouveau tourbillonner l’image de son assaillant empalé contre un rocher.
 
Si je n’avais pas été là, peut-être qu’il aurait survécu… Peut-être qu’ils auraient tous survécus…
 
Des pensées irrationnelles la traversaient. Bien entendu, la tempête n’avait été qu’un coup du destin qui n’avait eu aucun rapport avec sa présence sur le navire, mais au final la seule s’en étant sortie était la personne qui n’aurait pas dû y être dès le départ. Y’avait-il une sorte de justice là-dedans ? Y’avait-il une sorte de justice divine dans le meurtre ?
 
Non… peu importe ce qu’ils ont fait, ce qu’ils étaient, ils…ils ne méritaient pas ça, je ne méritais pas plus qu’eux de vivre … Alors pourquoi ?...
 
Rejetant cette fausse hypothèse de justice ou de jugement, la naufragée sortit lentement la tête de la couverture.
 
« J...je ne les connaissais pas… »
 
Elle n’avait rien d’autre à dire. A ses yeux encore humides, préciser la nature des victimes serait revenu à pardonner au destin ce qu’il leur avait fait subir, en lui donnant comme une excuse : « Ce n’est pas grave, ils n’étaient que des pirates, des criminels. »
 
Et ça, la Main de Morphée le refusait catégoriquement : aucune existence bénie du don de la vie ne méritait de la perdre de cette manière. Que les dieux en pensent autrement, ce n’était pas son problème.
 
« M…mais ils ne méritaient pas ça … »
 
Le regard doux mais tourmenté de la demoiselle se tourna vers celle qui vint ensuite la complimenter pour le feu. Était-ce sincère, ou une tentative de la réconforter ? D’un côté les deux choses n’étaient pas incompatibles. Se forçant à sourire, elle rassembla ses forces pour répondre :
 
« M-merci… »
 
Elle aurait bien pu expliquer que c’était de la magie, et parler de la beauté de la chose, mais l’humeur n’y était pas vraiment.
 
Finalement, la rescapée sortit en douceur un bras de sa carapace de laine, l’approchant des flammes. Le membre portait encore des traces de gelure et de chocs, mais la température avait eût tôt fait d’en ôter la sensibilité.
 
« Emily… je m’appelle Emily. E-et vous ?... »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 24 Nov 2015, 23:24

Je fut rassuré en entendant la voix de cette jeune fille, elle était faible et un peu hésitante, mais était bien là. Certaines personnes se noyaient dans un affligeant mutisme après ce genre d'évènement. Sa réponse m'indiqua qu'elle n'avait pas de blessures ou de trop grand problème. Certes, elle était surement encore en état de choc et je n'avais ni les compétences ni l'esprit à pouvoir soigner ce genre de problème, mais je pouvais au moins être un soutien pour elle. Ce genre d'événement n'était facile pour personne, et à son âge plutôt jeune, ce genre d'événement peut décider toute une vie.

Je souffla une nouvelle fois de satisfaction devant les flammes, les approchants tout en les frottant. Cela faisait un bien fou, simple et pourtant si plaisant. Un simple brasier n'avait pas de prix dans cette situation, et le conserver allait être une de mes priorités, même si la jeune fille n'avait eu aucune difficulté à en allumer un.

Puis, elle me dit que non, elle ne connaissait aucun marin. Cela était une bonne chose je pense, moins elle avait de lien vis à vis de cette tragédie, plus facilement elle réussirai à tourner la page. Pas forcément oublier, mais passer à une autre étape de sa vie. C'est parfois difficile, et j'en ai fait l'expérience. Mais... Disons que le naufrage que j'ai subit ne m'as pas beaucoup affecté, n'ayant pas eu la simple impression d'être mouillé dans les eaux glacées du pacifique.

« M…mais ils ne méritaient pas ça … »

Sa phrase eu l'effet de me surprendre. Que ces marins le méritaient ou non, cela ne dépendait que de leur navigation et de la témérité qu'ils ont eu à vouloir passer par cette tempête. Seul des personnes reculé de cet acte et réfléchie sur elles-mêmes pouvaient dire si, oui ou non, c'était insensé de tenter la mort. Cette dernière est un grand châtiment, dur et implacable, frappant sans prévenir, souvent au plus proche de nous.

''Savoir si oui ou non ces hommes méritent ce châtiment ne dépend pas de nous. C'est un fait triste, mais... Ce qui est fait est malheureusement fait."

Puis, la jeune fille vint me dire son prénom. Emily, un nom bien étrange, inconnu à mes oreilles. Venait il d'un monde inconnu ? Probablement, d'autant qu'elle était une élue. Néanmoins, il fallait que je me présente aussi :

''Je me nomme Kamatari Honjo, aussi appelé 'la grande faucheuse'.''

D'un geste de la tête, je désigna mon arme, posé contre les rochers, non loin de moi. Je ne comptais pas m'en servir, mais en cas de nécessité absolue, je n'hésiterai pas un seul instant à l'abattre.

''Pour tout dire, cela fait à peine quelques jours que je parcours ces terres gelé. Une histoire de dieu et de monde, tout cela est assez compliqué, mais surement passionnant pour qui veux s'y pencher.''

J'accompagna mes mots d'un petit étirement au niveau de mes bras, afin d'éviter que le froid ne me rende totalement inapte d'ici la fin de la nuit. Mais, mon esprit me rappela l'état plutôt faible de cette jeune fille.

''Pour le moment, repose-toi un maximum, tu ne crains rien ici, seulement un peu le froid et la neige, mais grâce au brasier...''

Le reste viendra de lui même, avec la fin de la tempête et de la nuit dans les bonnes espérances.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMer 25 Nov 2015, 23:15

Perdue dans ses pensées, la jeune fille laissa son regard se perdre au creux des braises qui rendaient cette situation un peu plus supportable. D’après Kamatari, on ne pouvait pas affirmer que le sort des victimes de ce naufrage était mérité ou non… C’était un point de vue qui se valait certainement, mais la rescapée n’avait pas la force de débattre d’un tel sujet maintenant. De toute évidence, la force de ses convictions sur certaines choses était bien trop grande pour que l’on puisse la faire changer d’avis…
Après tout, malgré son caractère et son jeune âge, elle avait déjà vécu de lourdes épreuves, entre la torture que lui avait infligé le messager des enfers et l’expédition au Royaume funeste, son rejet de ce monde et de l’horreur de la réalité n’en avait pas pour autant été amoindri… pour ne pas dire amplifié. Et probablement que ce nouvel événement allait la rendre encore plus têtue et déraisonnée.
 
La voyageuse se présente finalement, en réponse au nom de la jeune fille. Kamatari Honjo. C’était vraisemblablement un nom japonais,  et maintenant que la collégienne y pensait, la tenue de sa sauveuse rappelait fortement les tenues traditionnelles nippones. Surprise, elle ne put s’empêcher de poser la question :
 
« V-vous venez aussi du japon ? »
 
Cependant, le surnom la laissait perplexe… « La grande faucheuse ».  Avec  l’arme qui allait avec, il s’agissait vraisemblablement d’un titre martial, et avec ce genre d’objet, pas des plus rassurants. La magicienne eût un frisson, et celui-ci n’avait rien à voir avec la température ambiante…
 
Il fût néanmoins adoucit lorsque Emily apprit que la femme guerrière était une récente élue. A priori, son sceau devait être assez fort pour limiter ses capacités, et un second cas Zayro ne se reproduirait sûrement pas, même si, seule et choquée,  la magicienne était encore plus vulnérable qu’elle ne l’était d’habitude.
Mais ce qu’elle retint particulièrement, fût la fin de la phrase : « …mais surement passionnant pour qui veux s'y pencher. »
 
« J…je ne trouve rien de passionnant dans ce monde… E-et j’y suis depuis plusieurs s-semaines… »
 
La réponse avait été immédiate. Il était sûr qu’avec ce qu’elle venait de vivre, la passion pour Kosaten n’était pas le sentiment le plus fort qu’elle devait ressentir. Et même en temps normal, la jeune fille ne parvenait pas réellement à trouver sa place… car cette terre et ses dieux restaient avant tout les coupables de son enlèvement.
Arrachée à ses proches. Arrachée à ses rêves.
Arrachée à sa vie.
 


Même si certains sujets s’avéraient douloureux, discuter avait un effet bénéfique pour la naufragée. Parler à quelqu’un, même à une inconnue, la faisait se sentir un peu moins seule, tout en lui permettant de ne pas se plonger dans ses pensées encore hantées par les récents souvenirs.  Une manière comme une autre de lutter, ou plutôt de retarder  le moment où elle craquerait.
La grand Faucheuse l’invita par ailleurs à se reposer, à reprendre des forces auprès du feu, la rassurant quant à sa sécurité.
 
Un sourire, faible mais bien existant, apparut sur le visage de la demoiselle.
 
« M-merci madame… »
 
Cependant, il restait tout de même une interrogation qui occupait l’esprit de la collégienne :
 
« M-mais au fait…où sommes-nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyJeu 26 Nov 2015, 20:37

Le Japon... Cette petite venait de prononcer le nom de mon pays. Je n'étais donc pas le seul de mon monde à être arrivé ici ? De plus, elle disait en provenir. Cette petite avait donc plus de point commun avec moi que surement beaucoup ! Mais, quelque chose me dérangeait, et je ne tarda pas à expliquer le problème :

''Je viens en effet du Japon, mais là-bas, les gens ne se vêtissent pas de manière si...Extravagante, tout comme la couleur de leurs cheveux, bien souvent sombre. Ils sont de plus incapable d'allumer un feu par la parole, et ton nom n'est pas vraiment de consonance japonaise.''

Puis, je me rappela d'un point qui soulevai l'unicité de ce monde : les élus pouvaient provenir de monde différents, mais aussi de temporalité. La différence entre les Etats-Unis et les nouvelles Indes illustraient bien cela. Je rajouta donc :

''Toutefois, si tu viens vraiment de là-bas, il est possible que nous ne venons pas de la même époque. Je proviens de la dixième année de l'ère Meji, période au cœur de bien de trouble et d'inégalité. Et toi ?''

J'attendais avec un peu d'impatience sa réponse, car il assez peu commun de rencontrer quelqu'un pouvant provenir d'une époque différente, et surtout du même pays. Peut être que le combat de M.Shishio ne fut pas vain. C'est ce que j'espérai au fond de moi.

Puis, cette petite me remercia. Je lui avait sauvé la vie, quelque chose de peu commun pour moi, mais ici, je pense qu'un peu d'entraide dans ce genre de situation ne pouvait pas faire de mal. Et puis, j'avais un feu maintenant. Mais c'est surtout le second mot qui m'interpella. Elle m'avait appelle madame !

Un flocon vint se poser sur mon nez. Je secoua vigoureusement la tête, bien déterminé à m'en débarrasser avant de répondre, mais la petite continua ses paroles, et me demanda où nous étions. Chose difficile à dire.

"Nous sommes actuellement au Nord de... Fuyu. J'ai un peu marché à l'instinct, sans vraiment prendre de repère, et je dois avouer être bien incapable de nous situer sur une carte.''

Je préférai répondre à cette question avant, mais je m'empressai ensuite de corriger cette méprise. Habituellement, j'usai de la vue de mon plus simple appareil afin de prouver aux autres l'erreur qu'ils commettaient par ce terme, mais aux vues des circonstances, je préférai prendre ne serais-ce qu'une pincette pour elle et pour moi.

''Et... Tu te trompes sur un point, je ne suis pas une femme. Je ne pense pas avoir besoin de te le prouver de manière indiscutable, mais il fait froid et loin de moi l'envie d'enlever le moindre vêtement.''
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyJeu 26 Nov 2015, 23:03

Comme la jeune fille l’avait supposé, Kamatari venait bel et bien du Japon lui aussi. Mais d’un Japon bel et bien différent, comme le prouvaient certaines des différences que la faucheuse soulevait…  Emily fut simplement étonnée que sa tenue soit qualifiée d’extravagante. Ce genre de modèle correspondait bien au code vestimentaire habituel des étudiantes japonaises non ? La sienne par contre était clairement un habit traditionnel.
Mais pour le reste, cela n’avait rien à voir avec sa nationalité. Son nom, sa couleur de cheveux, sa magie… Oui, cela avait un rapport avec son histoire et son vécu, et son interlocutrice semblait croire que c’était une norme dans son monde. Enfin… certes, on pouvait voir les choses comme cela pour certains points. Après tout, la magie n’existait sur Terre que pour une poignée de personnes, de ce que la collégienne se souvenait, et pour le reste des humains ce n’était qu’un élément des contes de fées.
Mais elle existait. Après, allez savoir si Kamatari était surprise car chez elle cela n’existait pas, ou simplement car elle ne faisait pas partie de ceux dans le secret ? Comme elle venait de l’annoncer, leurs époques étaient bien différentes.
Rassemblant son souffle, la demoiselle commença à lui expliquer point par point :

« J-je viens d’une époque se situant loin d-dans le futur, dans les années 2000. A-après, beaucoup de choses que vous avez citées n’ont p-pas vraiment de lien avec le Japon ! Par exemple, m-mon nom est comme ça parce que je suis de nationalité anglaise… »

Emily se stoppa un instant.  Un simple moment d’hésitation, provoqué pour une raison simple : Elle n’était pas anglaise, mais avait été élevée par une famille lui ayant inculqué les us et coutumes de ce pays, si bien qu’elle se sentait malgré tout liée à elle. Mais…rentrer dans ce genre de détails compliquerait les choses.
Et de toute façon, la magicienne ne préférait pas parler de ce qu’elle était véritablement.

« …mais ma f-famille a déménagé au Japon, alors j’ai vécu là-bas.  Ensuite, p-pour allumer le feu j’ai utilisé de la magie, et ç-ça n’a pas grand-chose à voir avec ce pays non plus, e-en fait sur Terre c’est même un art t-très secret ! »

Emily commençait de plus en plus à croire que, plus que d’époques différentes, elles venaient toutes deux d’univers différents. Les lieux étaient similaires, mais il était bien probable que ce ne soient que deux mondes alternatifs, ayant chacun leurs propres règles et leurs propres variantes de l’histoire.

Cependant, lorsque Kamatari lui annonça où elles se trouvaient actuellement, la collégienne eût comme l’impression que son cœur s’était stoppé un instant… avant de reprendre son rythme éternel avec force, cognant douloureusement dans sa fragile poitrine.

« Fu…yu ?...»

Ha, ça, on lui avait parlé de cette nation… Le peuple le plus dangereux, aux héros les plus mortels. Elle avait déjà fait affaire au plus terrible d’entre eux, Zayro Jinn, et même si elle ne désignait jamais les élus par leur nation, savoir qu’elle se trouvait en plein sur ce qu’on appelle un territoire ennemi n’était pas la plus rassurante des nouvelles… pendant un instant, la rescapée se demanda si elle n’aurait pas été plus en sureté avec les pirates, mais des flashs du naufrage percèrent alors son esprit, et elle s’empressa de les chasser au plus vite.
Mais, après tout… qu’elle désire ou non participer à cette guerre idiote, les dieux s’en fichaient. La marque de Minshu entachait son corps, et il était plus qu’évident que pour de nombreux élus cela suffisait à la considérer alliée du serpent. Et donc, naturellement, ennemie du dragon.

Une autre information que cela impliquait… était que son interlocutrice appartenait justement au camp ennemi au sien, et il était évident qu’elle n’avait pas pu louper son sceau. Alors que voulait-elle vraiment ?...
Emily tenta cependant de se rassurer :

Si elle avait voulu me faire du mal, elle l’aurait fait pendant que j’étais inconsciente…
Si elle voulait des informations sur Minshu, elle m’aurait sûrement attachée et interrogée…


Mais cela ne suffisait pas. La jeune fille fit de son mieux pour ne pas le montrer, mais son inquiétude était pourtant palpable. Car ce qu’elle craignait, ce n’était pas uniquement la volonté de la Grande faucheuse elle-même, les élus ne cherchant pas toujours à suivre les intérêts de leur faction –Emily en était une preuve- , mais celle de son dieu.

Si jamais son sceau me détecte comme une menace…

Non, elle ne préférait pas y penser.  Mais à présent, il était clair pour elle que prudence était de mise : Si elle faisait ou disait quelque chose qui ne plairait pas au dieu de Fuyu, qui sait si la marque ne réagirait pas ? L’entraide était acceptée, puisque Emily avait déjà porté assistance à un élu du dragon, mais les volontés divines sont parfois capricieuses…

Serrant un peu plus la couverture contre elle, la rescapée fut prise de légers tremblements.

« E-et vous m’avez quand même aidée, alors que nos deux nations ?... »

''Et... Tu te trompes sur un point, je ne suis pas une femme.’’

« …Hein ? »

Oubliant un instant ces histoires de dieux et d’élus, la jeune fille fixa son interlocu…teur ? d’un air surpris. Si ce n’était pas une femme, c’était donc… un homme ?

‘‘Je ne pense pas avoir besoin de te le prouver de manière indiscutable, mais il fait froid et loin de moi l'envie d'enlever le moindre vêtement.''

La demoiselle cligna deux fois les yeux, d’incompréhension.

« D’une manière indiscu-… »

Elle ne termina pas sa phrase, prise d’un soudain rougissement qui recouvrait l’intégralité de son visage. Il lui avait fallu quelques instants pour comprendre comment Kamatari pouvait prouver qu’il était un homme, en enlevant un de ses vêtements… Et son esprit très créatif venait d’imaginer la scène.

« Heu…je…heu… »

Maiiiis… en vérité, ce n’était pas exactement pour ça qu’elle se retrouvait tant embarrassée. Bon, certes, cela jouait, mais la collégienne venait simplement de se rendre compte d’un léger détail : Sous la couverture, elle était nue.
Et si elle l’était, c’était parce que Kamatari, un homme donc, lui avait retiré ses vêtements pendant qu’elle était inconsciente, et vulnérable.

« Un h…h…homme…. ?!...»

Sans même s’en rendre compte, Emily avait commencé à reculer, très doucement, s’éloignant de Kamatari, son regard alternait entre l’HOMME, et ses vêtements posés au sol non loin.

Un homme… m’a déshabillée.

« Et…et…m-mes vê…vê…vêtements…v-vous les…les a-avez en…enlevés…. »

Un homme… m’a vu nue.

C’était la pensée de trop. Le seuil de tolérance émotive de la sensible jeune fille venait d’être dépassé, et en réaction  elle sombra de nouveau dans l’inconscience. Et pour une fois, aucun lien avec sa narcolepsie…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyVen 27 Nov 2015, 20:58

De la magie ? Qu'étais-ce que cela ? Une histoire pour enfant ? J'étais un peu intrigué par ces capacités qui, pour tout dire, semble assez pratique dans ce genre de circonstance, mais j'avais davantage de quoi me préoccuper : Cette petite venait donc du futur. A la vue de sa carrure, de son caractère, et surtout du fait de sa nationalité, il semblait indéniable que le gouvernement de Meji avant brouillé toutes les pistes et détruit toutes les preuves de l'existence de notre combat. Le Japon avait donc décliner, mais jusqu'à quelle point ? Laisser toute notre histoire se faire bafouer par d'ignares singes d'occident ? Cela m'énervait un peu, mais je laissa cela de coté. Après tout, les apparences sont souvent trompeuse, et j'en suis un bon exemple.

Je lui signala d'ailleurs cette partie, préférant jouer carte sur table plutôt que de mentir dessus. Avant d'observer sa réaction avec un peu d'amusement, un petit sourire se dessinant sur mes lèvres. Cela allait sans aucun doute la surprendre, et ce fut d'abord ce quelle fut, surprise, l'entendant tout d'abord relever mes mots, avant de comprendre ce quelle avait éviter, et surtout ce que j'étais. Le rouge lui monta au visage, surprise telle une petite hermine éclairée au milieu de la nuit, s'associant aux couleurs du brasier non loin. Ce genre de révélation avait toujours ce petit effet que j'adorai observer avec grand intérêt. Mon péché mignon, en somme.

Puis, elle mit les mots sur ce que j'étais. Le meilleur est généralement à suivre, de la manière à comment les gens interprète cela, de leur changement de comportement très soudain. Souvent, le geste accompagnant les paroles avait son effet supplémentaire qui ne manquait jamais de gêner les pauvres âmes qui subissaient la révélation soudaine de la grande faucheuse !

Mais cette fois-ci, la gène et la surprise initiale semblaient laisser place à autre chose. La peur, la crainte, une véritable paralysie engourdissait maintenant mon interlocutrice, qui, à peine quelques instants plus tard, s'évanouissait à nouveau, tombant sur la neige et laissant la chaude couverture s'ouvrir, dévoilant ses quelques formes éclairées uniquement par la lumière des flammes.

Qu'est-ce que j'avais fait ?

Mon sourire laissa place à une bouche circonspecte, à moitié en surprise et crainte. Avais-je touchée involontairement une corde trop sensible, étais-ce en rapport au japon ou ce qui aurait put se passer en ce monde ? Beaucoup de questions se succédèrent dans ma tête, avant que je ne comprenne la raison : ses vêtements. Je les avaient enlevé pendant son sommeil avant qu'elle évite de mourir de froid, mais... Cela aurait permis à d'autres d'exercer de sombres pulsions envers une femme, certes jeune, mais inconsciente, inoffensive et fragile. Avait eu-t-elle peur de moi ? De ce que j'aurais put faire ? Il n'y avait aucune raison de craindre cela de moi, car celui que j'aime est un...homme... Ces pensées vinrent me frapper, comme une désillusion. Evidemment que je savais que de tels sentiments n'étaient pas valable au Japon entre homme, mais... L'amour se fiche bien des lois et des barrières.

Je soupira à nouveau. Il semble que cette fois, les fausses apparences avaient mené à une incompréhension de taille. Certes, je l'avais vu nu, mais c'était pour lui sauver la vie, rien de plus. Je m'approcha d'elle, et ferma la couverture sur elle, tout en l'installant près des flammes, avant d'essayer de la réveiller en la secouant doucement. Il fallait que je lui explique qu'il ne s'était rien passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 30 Nov 2015, 23:31

A nouveau tombée dans l’inconscience, l’élue de Minshu ne tarda cependant pas à être réveillée par Kamatari Honjo, celui qui était la cause, probablement involontaire, de ce nouvel évanouissement. En vérité, la véritable coupable provenait plutôt d’un mélange entre le caractère et l’innocence de la jeune fille, ainsi que le récent et tragique  évènement ayant chamboulé le cœur de la collégienne, déjà instable par nature.
 
A son réveil, Emily était encore affectée par la récente découverte que son imagination parfois trop débordante avait dramatisée au point que, lorsqu’elle aperçut la Grande Faucheuse à son chevet, elle se leva presque immédiatement et recula, de peur.
Grelottante malgré la chaude couverture qu’elle maintenait contre son corps, ses pieds se frottaient à présent contre le sol froid, ce qui n’allait pas manquer d’aggraver son état déjà sérieux… Mais n’écoutant plus son instinct de survie, la collégienne se contenta de faire ce qui semblait le moins prudent dans cette situation : partir en courant en dehors de l’abri, seule et uniquement vêtue d’une couverture, en plein cœur d’une tempête au royaume glacé de Fuyu.
 
Encore une fois… il n’y avait pas toujours de sens logique dans les actions de la demoiselle, mais ça ne l’empêchait d’aveuglément suivre les pulsions de son cœur pour autant. Sans se retourner, elle courut donc aussi rapidement que le permettaient ses petites et fragiles jambes affaiblies par le naufrage et le froid. Sa direction ? Elle l’ignorait, mais une chose était sûre : c’était à l’opposé de la mer.
 
Au bout de quelques minutes, l’endurance de la collégienne la rattrapa, et elle fût bien forcée de s’écrouler à genoux, essoufflée, respirant d’un son rauque à en cracher ses poumons. Malgré tout elle refusa de voir la stupidité de ce geste, et s’aventura lentement sur le plancher d’une rivière de givre. Ses tremblements étaient de plus en plus forts, son corps de plus en plus froid, et sa conscience de plus en plus vacillante. Probablement ne tarderait-elle pas à s’évanouir de nouveau, en attendant la naufragée voulait courir le plus loin possible de cet homme… mais surtout des ruines du navire.
 
Quelques larmes froides ruisselaient contre ses joues, tandis que son esprit prenait enfin conscience de ce qu’il se passait. La peur de cet homme n’avait été qu’un prétexte, qu’un évènement déclencheur.
Le fait était, qu’elle ne l’admettait pas. Sa séparation d’Akina, les pirates, le naufrage, le sauvetage… et voilà maintenant qu’elle se trouvait à Fuyu, le royaume réputé pour être le plus dangereux ? C’était impossible. Il n’existait aucun monde pouvant être aussi cruel, et s’acharner à ce point…
Pour la porteuse du monde des Rêves et de l’idéal,  accepter une réalité aussi crue était contre-nature. Alors elle préférait fuir ça, espérant presque s’évanouir de nouveau pour se réveiller à la chaleur d’un feu, d’une auberge de Minshu…
 
Et pourtant. Pour écraser cette utopique image, cette réalité qu’elle rejetait vint lui faire comprendre qu’il n’y avait aucun moyen d’y échapper…
 
Pendant que la collégienne marchait lentement sur le sol glacé, un craquement se fit entendre. Relevant les yeux, la jeune fille s’aperçut qu’une légère fissure était apparue non-loin devant. Elle ne semblait pas dangereuse en soit, mais  Emily préféra rester prudente  -Enfin… s’il restait encore de la prudence possible après sa fuite-
 
Je…vais juste la contourner…
 
Accompagnant geste aux pensées, elle  commença à contourner l’obstacle, mais un nouveau craquement se fit entendre, et la fissure s’était aggravée. Malheureusement, la magicienne n’eût pas l’occasion de réfléchir bien longtemps, car le sol explosa littéralement  en de multiples fragments glacés, dont elle se protégea tant bien que mal en se repliant sur elle-même, jetée à terre par la surprise.
Et, jaillissant de la faille, la créature responsable de tout ceci se montra : Un long serpent marin d’une dizaine de mètres, ornant des longues dents acérées bien plus que ce ne serait nécessaire pour déchiqueter la délicate chair de la jeune fille.
 
SOS princesse en détresse 1438322712-1serpent
 
Et justement, il était bel et bien là pour elle. Ayant sentit ses pas contre le sol de glace, son esprit de prédateur avait vu en la fragile adolescente aux cheveux violets une proie des plus abordables et appropriées : A voir comme elle avait du mal à se déplacer sur ses deux pattes, ça ne devait pas courir bien vite.
D’autant plus que l’une d’entre elles semblait en sale état… en effet, la demoiselle se rendit compte que dans sa jambe droite s’étaient plantés quelques fragments de la glace précédemment brisée, pas assez pour rendre la blessure grave, mais suffisamment pour immobiliser une collégienne affaiblie et sous le choc. Le liquide rouge qui s’écoula des plaies ne fit qu’exciter encore plus la créature aquatique, qui se jeta sur son repas…. Et se heurta à une barrière surnaturelle dressée par la magicienne.
Surpris, mais n’abandonnant pas pour autant une cible si appétissante, le monstre reprit son élan et frappa de nouveau, bien destiné à détruire cet obstacle qui le séparait de son dîner.
 
Emily maintenant la barrière active, tant bien que mal. Elle l’avait invoquée sans réfléchir, et son esprit était maintenant bloqué, forcé, enfin, de faire face à la réalité.
 
Je… vais… ?...
 
Un nouveau coup contre le bouclier. Cependant, celui-ci déviait l’énergie des attaques autour d’elle, dont une partie heurta la glace sur laquelle elle tenait. La fissurant à chaque nouvel assaut de la bête, il ne faudrait plus beaucoup de temps avant qu’Emily ne tombe dans l’eau, ce qui la foudroierait d’hypothermie… et si ce n’était pas le cas, elle entrerait de toute façon sur le territoire de l’Umihebi qui n’en ferait qu’une bouchée. D’un autre côté, elle ne pouvait pas non plus fuir à cause de sa jambe endommagée… et avait bien trop peur de ce qui pourrait arriver si elle abandonnait un instant son bouclier pour porter un sort offensif.
 
La barrière finira par se briser….
 Le sol allait lâcher…
L’un des deux allait s’écrouler. Peut-on se demander lequel tomberait en premier ?
…Peu importe la réponse, car au final… cela mènerait au même résultat:

 
Je vais…mourir ?...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 01 Déc 2015, 21:33

Après avoir secoué tant bien que mal la petite Emily, cette dernière reprit enfin connaissance, à peine quelques minutes après être tombée inconsciente quant au choc qu'avais été de découvrir ma véritable identité. C'était la première fois que j'obtenais une réaction aussi forte et... Je ne savais pas vraiment comment réagir.

Mais ses actions à son réveil ne furent pas celles que j'espéraient. Du tout.

''Enfin réveillée ? Ecoute Emily, je...''

Je n'eu pas le temps de finir ma phrase. Ma défense, ma protestation se heurtait face à un mur, un mur ayant préféré prendre la fuite d'essayer de comprendre la vérité, de comprendre pourquoi j'avais agit ainsi pour la sauver.
Elle ne courait pas bien vite. Je pouvais la rattraper sans trop de mal, mais j'étais encore étonné de sa réaction, entre incompréhension et aussi un peu de colère. Je l'avais sauvé, rien de plus ! Etais-ce une raison de me craindre ? Non !

Mais ma colère s'apaisa rapidement, portée maintenant par de l'inquiétude au fur et à mesure que je la voyais disparaitre. Uniquement vêtue de ma couverture, elle avait préféré combattre la tempête de neige que de se confronter à moi, abandonnant affaires au sort de ma main.

Son esprit était encore sous l'état de choc qu'avait provoqué le naufrage.
Elle devait mourir de froid, et allait probablement périr dans cette tempête.
Il fallait que je lui rende ses affaires.
Je pouvais en apprendre plus sur le Japon de demain.
C'était ma couverture qu'elle avait emporté !
Et surement d'autres dans mon esprit quelque peu bousculée.

A vrai dire, je ne savais pas lesquelles de ces raisons me guidait, mais le geste était fait, je m'étais lancé à sa poursuite. Je suis parti rapidement, mais en gardant tout de même quelques précautions : j'avais pris bien évidement mon arme, ses vêtements, mais aussi un tison enflammé. Ce dernier allait autant pouvoir me chauffer un minimum dans la tempête, mais aussi éclairé mes pas. De plus, si je ne retrouvais pas cet abris, j'aurais au moins de quoi facilement faire jaillir de nouvelles flammes.

J'avançai dans la tempête, suivant avec précaution en trottinant les traces laissées par ses pieds nus . Mon geste était un peu inconsidéré, mais il le fallait. Il le fallait pour elle, comme pour moi. Peut être était-il déjà trop tard, peut être n'avais-je aucune chance de la retrouvée, mais je m'attachais à cet espoir, peut être trop fin, peut être trop fou.

Plus j'avançais, plus la piste devenait flou, plus mes forces me quittaient, plus la chaleur du tison s'effaçait au profit de la glace et de la neige. Mon souffle, haletant, m'indiquais la difficulté que j'éprouvais. Peut être devais-je rentrer et abandonner maintenant ? Mais si j'avais autant de mal, comment elle pouvais le faire ? L'énergie du désespoir ?

Mais un bruit sourd, comme un grand craquement me fit sortir de ma réflexion, suivit de d'autres plus petit, rapprochés, comme des coups successif. J'étais proche ! Je me lança alors dans une course effréné, avant d'arriver sur ce que je n'avais alors jamais imaginé, même dans mes plus rêves les plus sombres :

Un serpent marin, long de plus d'une dizaine de mètres, avec autant d'incisive aiguisées comme des rasoirs que de rage et de colère. A moitié immergé dans l'eau glacé qu'avait libéré à l'air libre les craquements de la glace, elle frappait avec fracas Emily, clouée au sol par une blessure à la jambe et l'inarrétable flot d'attaque de la créature.

Et je dut avouer que j'eu peur. Peur pour ma vie, la simple peur de mourir, de craindre la mort. Je pouvais tout laisser tomber, laisser cette gamine être vaincue par les éléments et la stupidité dont elle avait fait preuve pour fuir ici, mais...

Je souffla. Je n'allais pas la laissée mourir sous mes yeux ! Qu'importe le royaume, ou non, ici, nous n'étions que de simple humains luttant pour vivre. Seul, nous étions condamnés à périr par les forces de la natures, bien supérieur à nous.

Emily semblait épuisé, son corps faible et son esprit troublée jouait dedans, mais de cela la créature se moquait bien. Elle continuait ses attaques jusqu'à ce que sa proie ne puisse plus se défendre, ou que la glace ne se brise, la laissant tombée dans l'eau à la merci d'un monstre aquatique.



Je devais faire vite. Je lança le tison enflammé sur le corps de la créature, qui daigna tourner sa tête dans la direction de ce petit choc. J'en profita pour sauter d'un bond afin de déplacer Emily en la soulevant à peine et en la lançant quelques mètres plus loin sur la glace, l'éloignant de la créature.
Cette dernière, voyant un nouvel adversaire, me chargea à pleines dents.

Il était rapide. Trop pour moi, trop pour que je puisse parer.

Nombres de ses dents me transpercèrent le bras gauche ainsi que l'épaule. J'avais réussi à éviter de me faire entièrement engloutir grâce à ma faux, que je tira d'un geste brusque, détruisant plusieurs dents à la bête, et lui laissant une cicatrice sur la joue gauche. Elle n'avait pas l'air d'apprécier !
Mais moi non plus. Je laissa échapper un grand cri de douleur pendant que la bête secoua sa tête avant de m'éjecter plusieurs mètres plus loin, me libérant certes des crocs plantés, mais aggravant d'autant la blessures, qui, sans mentir, était extrêmement douloureuse.

Je réussi à planter ma faux dans la glace, arrêtant net ma glissade sur ce sol bien trop inadapté pour un combat. J'étais à genoux, serrant les dents pour ne pas hurler de douleur. Mon bras gauche était inutilisable, et c'était par chance qu'il n'avait pas été arraché par la puissance de ce monstre

Etais-ce comme ça que j'allais finir ? Vaincu et manger par une créature, au plein cœur d'une tempête de neige en sauvant une fille ne montrant pas de reconnaissance à un précédent sauvetage ? Triste mort, mais elle ne viendrais pas aujourd'hui, pas pour la faucheuse.

Je me releva difficilement, remettant en place de mon bras droit mon arme, paraissant bien plus lourde prise d'une main, et lança un regard de défi à la créature.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyJeu 03 Déc 2015, 23:57

La résistance d’Emily faiblissait. Chaque attaque du monstre lui semblait plus rude, chaque seconde   qui passait lui semblait plus longue. Le bruit des canines heurtant le bouclier provenait de plus en plus loin, appartenant à un monde que la magicienne commençait à quitter.
La révélation quant à son sort avait achevé son esprit. Bloqué dans cette incompréhensible vérité, qui tournait inlassablement dans sa tête, son cerveau était comme paralysé, ses nerfs figés, et son énergie bloquée dans la création de la petite sphère qui formait la seule barrière entre la jeune fille et sa mort.
Sa jambe blessée ne lui faisait même plus mal. Le froid mordant ne la faisait même plus trembler. Ses sens se brouillaient, sa vue se floutait, sa conscience s’enveloppait dans un voile d’obscurité de plus en plus sombre. Au final, elle mourrait peut-être de gel et de fatigue avant que les éléments ne s’en occupent, et au moins éviterait-elle la souffrance et l’agonie.
 
Ha… ce n’est pas si différent du sommeil en fait...
 
Ses paupières commençant doucement à se fermer, la barrière magique perdit progressivement en intensité, en taille, et les crocs de la créature pouvaient aller si proches…
 
Mais ne l’atteignirent jamais. La créature poussa un cri infernal et stoppa ses assauts sur la mourante l’espace d’un instant. Quand celle-ci trouva la force d’ouvrir les yeux, elle aperçut quelque chose foncer sur elle, avant de la jeter hors de la portée des crocs de l’Umihebi.
 
« Gh !… »
 
Le choc, bien que peu important, fût déjà une épreuve pour Emily qui manqua de perdre connaissance, mais le froid qui la parcourut quand son corps glissa hors de la couverture ranima son système nerveux
 
Que…s’est-il passé?...
 
Sonnée, elle avait encore du mal à comprendre les évènements qui  venaient de se produire… Elle était encore en vie, et bien qu’encore présente la créature ne s’en prenait plus à sa personne.
 
Alors qui ?...


Et un cri de douleur la ramena dans la réalité. L’homme qui venait de la sauver une deuxième fois dans la même soirée avait engagé le combat contre le serpent de mer, et venait de subir une sérieuse blessure au bras gauche.
L’image du sang horrifia la jeune fille.  Initialement, c’était le sien qui aurait dû couler…
Mais surtout, cela lui rappela l’image du pirate qu’elle avait vu mourir devant ses yeux il y a de ça quelques heures. Qu’une personne meure en essayant de la tuer était déjà insupportable. Alors quelqu’un qui tentait de lui sauver la vie ?
Ce n’était même pas envisageable.
 
Kamatari venait de se faire repousser par le monstre. Son bras était en sale état,  probablement inutilisable, et le combattant se retrouvait en bien mauvaise posture. Et tout ça, juste pour la sauver, une nouvelle fois, alors qu’elle s’était enfuie avec la couverture qu’il lui avait confiée.
 
Mais si malgré tout la jeune fille décida de lutter contre elle-même, le froid et la douleur, ce n’était pas pour se faire pardonner, non. Peut-être même que sa stupidité n’était pas pardonnable, mais en vérité cette question ne traversa même pas son esprit : Quelqu’un était en danger devant elle, en danger de mort. Définitivement, elle ne pouvait pas laisser à nouveau la vie d’une personne être fauchée devant ses yeux, encore moins d’une personne qui avait par deux fois veillé à la sienne !
 
[Musique]
 
« Morpheus regis mea manus »
 
Invoquant ce qui lui restait de pouvoir arcanique, la magicienne tendit le bras fébrile vers le combattant blessé, fermant un œil, d’épuisement.
 
« Tui Gratia, Jovis Gratia, Sit Cura ! »
 
La lumière jaillit des doigts gelés d’Emily, et vint se propager jusqu’aux blessures de Kamatari, commençant à les refermer et les apaiser.
Puis, incanta immédiatement un nouveau sort, visant cette fois-ci  le monstre :
 
« Sagitta magica, duos aqualis spiritus ! »
 
Répondant à son appel, deux projectiles aquatiques apparurent à ses côtés, leur création facilitée par l’abondance d’humidité dans l’environnement grâce à la rivière, et fusèrent droit sur la créature. Celle-ci  parvint à en éviter une, mais l’autre la frappa de plein fouet, provoquant à nouveau un cri de sa part. Cependant, cette fois-ci, la demoiselle était hors de sa portée…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 07 Déc 2015, 20:37

« Morpheus regis mea manus »

Une voix vint de derrière moi. Faible, légèrement frémissante et fatigué, mais avec aussi beaucoup de peur, de crainte qu'avait été ces dernières heures. Aucun doute possible, c'était la voix d'Emily. L'entendre me fit sourire un peu, au moins, elle était consciente. Ces mots, inconnus à mes oreilles, provennait peut être d'une autre langue, invoquant peut être cette ''sorcellerie'' dont était capable cette fillette. Mais malgré tout, elle semblait déterminée à se confronter à cette créature maintenant que nous avions l'avantage du nombre. Mais... C'était bien le seul avantage que nous avions. Nous étions tout deux blessés, épuisés et l'environnement donnait un avantage bien trop grand à créature, et ce, sans parler de ma puissance actuelle... Allais-je pouvoir vaincre cette créature ? J'y étais résolu, c'était mon premier combat en ce monde, et il allait être victorieux !

« Tui Gratia, Jovis Gratia, Sit Cura ! »

Les mots d'Emily s'accompagnèrent d'une autre sensation. Mon bras, les morsures qu'avait provoqué le monstre sur ce membre commencèrent à se refermer, tout comme la douleur, s'estompant pour ne devenir qu'un simple picotement. Néanmoins, mon bras était encore faible, et s'il n'était plus en état critique, je restais toutefois incapable de l'utiliser pour manier mon arme comme à l'accoutumée.

Nous n'étions donc pas au bouts de nos peines. Le monstre semblait être maintenant en pleine possession de ses moyens, et répondant à mon défi, il se préparait à me donner à nouveau coup, qui pouvait comme chacun m'être fatal. Mais ce fut Emily qui me démontra sa puissance :

« Sagitta magica, duos aqualis spiritus ! »

Deux petits projectiles fusèrent jusqu'au corps de la bête, qui sous la surprise et la douleur, poussa un grand cri. Un seul pourtant l'avait touché, mais il hurla de tout son être, sa colère semblant atteindre la paroxysme de ce genre de monstre. La bête acculée étant généralement la plus dangereuse, il fallait donc en finir au plus vite avec elle.

D'une impulsion, je fonça, marchant sur la fragile glace qui me séparait de la bestiole, avant de sauter sur un morceau de glace qui s'était relevé sous mon poids à ma précédente foulée. En l'air, je tenta de tourner sur moi même pour compenser la puissance que mon bras gauche me faisait manquer. Encore surpris, le monstre se fit entailler profondément son long cou, le laissant pousser un nouveau cri de douleur. Mais, par chance, le poids accroché à mon arme s'enroula d'un tour au niveau de la blessure de la créature, réussissant partiellement à le maintenir en place. Mais, cela signifiait que mon arme était maintenant fixé à lui, interdisant donc toute fuite ou repli stratégique. La créature me lançant un regard des plus sombre et des plus haineux, ce combat n'allait pouvoir se finir que par une mort.

''C'est maintenant ou jamais !''

J'adressai ses paroles à Emily, espérant qu'elle puisse frapper de toute ses forces malgré le froid, la fatigue et tout ce qu'elle avait enduré jusqu'à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 07 Déc 2015, 22:41

Kamatari n’attendit pas pour profiter de l’ouverture que la magicienne lui avait laissée. D’un habile mouvement de faux, le combattant parvint à sérieusement blesser et temporairement immobiliser le monstre qui poussa un énième cri de douleur, et pourrait-on presque dire d’agonie.
 
''C'est maintenant ou jamais !''
 
Ce furent les mots que prononça la Grande faucheuse à l’égard d’Emily. L’ennemi était vulnérable, mais pour combien de temps ? Il allait sans dire que s’il y avait un instant durant lequel il fallait attaquer, aussi bref soit-il, c’était celui-là.
Mais pourtant… la jeune fille ne réagit pas immédiatement. Accablée de froid et de fatigue, sa vue était brouillée et ses muscles ankylosés, il apparaissait évident qu’elle ne resterait pas consciente  encore très longtemps, son corps commençant déjà à lâcher prise.
Cependant ce n’était pas la principale raison pour laquelle la magicienne ne frappa par immédiatement. Dans la situation actuelle, faire des demi-mesures était impossible : Son sceau lui interdisait encore son sortilège de sommeil, et au vu de la position dans laquelle Kamatari et le serpent étaient, il serait impossible d’utiliser les plantes pour immobiliser la créature ou ramener le combattant vers elle. Sa seule solution était donc de porter une attaque, mais…
L’affaiblir ne suffirait pas. A cette portée même si elle portait un coup décisif, il y avait un grand risque pour que le serpent parvienne à blesser fatalement le combattant.
 
Je…
 
Il n’y avait pas d’autre solution. L’image du marin transpercé lui revint en tête, et fût soudainement remplacée par une vision de son sauveur baignant dans son sang, la gorge arrachée lentement mâchée par l’Umihebi qui la fixait.
 
Son bras se leva doucement. Ses yeux se remplirent de larmes.
 
J…je ne veux pas…
 
Il n’y avait pas d’autre issue. Si Kamatari tombait elle serait la prochaine. Si Kamatari tombait elle serait hantée toute sa vie par la culpabilité de l’avoir laissé mourir en la défendant. S’il tombait…
 
…Non, ça n’arrivera pas !
 
Rouvrant les yeux, elle abandonna un instant ses hésitations et ses doutes. Elles n’avaient pas lieu d’être, et en Kosaten la demoiselle avait pu l’expérimenter plus d’une fois.
 
Des esprits aquatiques formèrent une flèche magique, lévitant à ses côtés, pointant l’animal comme un missile prêt à être mis à feu.
 
Une seule n’est pas assez… s’il esquive ou l’encaisse…
 
Deux autres flèches virent rejoindre la première. La jeune magicienne tomba à genoux sur la glace, endurant douloureusement le dépassement des limites de son état actuel.  Ses bras serrés contre son ventre, elle ne regardait même plus sa cible, il n’y en avait pas besoin : L’arme était déjà pointé vers celle-ci, qui ne pouvait de toute façon pas bouger.
 
Trois… il y a encore un risque… si je lui laisse une seule chance, cet homme va…
 
Deux autres munitions vinrent s’ajouter au chargeur. La demoiselle était maintenant à l’extrême limite de ce dont elle était capable en pleine forme, alors arriver à ce point dans son état actuel était de la folie… Mais il le fallait. Non pas pour tuer le serpent, ce n’était pas ce qu’elle avait en tête. Au contraire il s’agissait même d’une pensée qu’elle rejetait, ayant admis sans l’accepter que c’était la seule option pour parvenir à son but.
Qui n’était autre que simplement sauver une vie. Et s’il fallait apporter un brin de destruction pour ça…
Elle ouvrit les yeux un instant, fixant les flèches l’entourant en arc de cercle, afin de confirmer ce qu’elle était en train de faire.  Les projectiles tremblaient, comme trépignant d’impatience.
Finalement…elle ferma à nouveau ses paupières, puis…
 
 
« Sagita Magica, penta aqualis spiritus ! »
 
Appuyant sur la gâchette, la magicienne relâcha les projectiles qui partirent tous en même temps, comme cinq canons d’une même arme ouvrant le feu. Le serpent n’eût absolument aucune chance : Immobilisé, esquiver était impossible et la demoiselle avait trop l’habitude de ce sortilège pour manque une cible statique. Il n’ý eût même pas de dernier cri, tant la mort avait été fulgurante, le corps blessé du monstre transpercé exactement au même instant par cinq missiles.
Pas de cri de gloire. Pas de sourire pour avoir vaincu.
Un simple cadavre troué s’écrasant au sol, parce que c’était tué ou être tué.   
Elle ne l’acceptait pas, mais pourtant elle avait du appliquer ce principe.
Enfin, ce n’était pas réellement la première fois qu’elle assistait à ceci : Au royaume des morts, lors un affrontement contre les sectaires l’un d’eux était mort suite à l’une de ses attaques, mais depuis cette période la jeune fille avait flouté cette scène de fausses excuses, expliquant cela par la nature malsaine des sectaires qui étaient peut-être des sortes de zombies, ou que le véritable coup fatal avait été porté par ses alliés qui avaient frappés à peu près en même temps, après tout elle n’avait visé que les bras, le meurtre n’avait pas été son but.
 
Mais cette-fois ci… la froide et dure réalité ne pouvait être voilée. Elle avait tué cette créature, employant même toutes ses forces pour le faire, et volontairement ! La raison avait beau être noble, ça ne rendait pas l’acte beau pour autant.
 
S’évadant néanmoins sur d’autres choses l’espace d’un instant, sa pudeur reprit le dessus et lui rappela qu’elle n’avait rien sur la peau. La jeune fille vint alors ramasser la couverture sur la glace, et s’enroula dedans avant de s’approcher de Kamatari, anxieuse de son état… et désirant s’excuser. Sa jambe encore entamée la forçait à boiter, mais le froid avait grandement atténué la douleur, au point où elle ne remarqua pas vraiment sa blessure.
 
« Je… »
 
Tu as tué.
 

Incarnée par une voix rouge qu’elle connaissait bien, la réalité revint en force. Se stoppant en plein milieu de sa route, la jeune fille fit pleinement face à ce qu’elle venait de faire…et perdit à nouveau connaissance, accablée de fatigue morale comme physique.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 08 Déc 2015, 00:06

Tenir...
Je devais tenir...Le plus longtemps...Possible...

Halletant un peu après mon attaque qui, certes avait réussi à sérieusement blessée la créature bien qu'en étant un peu osée, m'avait placée dans une situation bien dangereuse : à portée immédiate du monstre aux dents acérées. J'avais réussi à l'immobilisé grâce à au poids, mais pour combien de temps ? Mes forces, diminuées par la faim, le froid, la fatigue et l'inutilité de mon bras gauche ne me permettraient que de tenir que quelques dizaines de seconde si j'étais chanceux.

La créature se secouait de douleur et de colère, tiraillée entre son appétit et les blessures qu'il avait subit jusque lors. Tenir de mon seul bras droit était très dur, et le sol glacé rendait les choses encore plus complexe quelles ne devraient l'être dans un monde nous ayant déjà bien montré sa grande colère.

Je glissais lentement vers la créature, lançant un regard très inquiet vers Emily, lui montrant bien qu'elle n'avait pas matière à hésiter. Mais, elle fit ce qu'elle dut faire. Elle créa lentement ses projectiles de magie, un, puis trois, puis cinq. La créature quant à elle, semblait considéré que j'étais encore la plus grande menace, tout du moins je l'entravai suffisamment pour qu'il ne puisse presque plus bouger.

« Sagita Magica, penta aqualis spiritus ! »

C'était tout ce que j'attendais, la libération des projectiles qui frappèrent à l'unisson le corps de la créature. Cette dernière ne manqua pas de s'effondrer sans aucun râle d'agonie sur le sol gelé qui avait été notre champ de bataille, me laissant avec l'unique constat qu'elle était morte pour de bon, et donc que nous étions victorieux, mais surtout vivant.

Je souris en lâchant un grand souffle, haletant en sentant peu à peu l'adrénaline quitter mon corps, me laissant uniquement avec le vent glacé de cette tempête. Je commença à ramener le poids, réussissant difficilement à le récupérer et ce malgré l'unique tour qui avait entravé le monstre, avant de ranger mon arme avec le seul espoir de ne pas avoir à m'en resservir cette nuit.

Emily commença lentement à s'approcher de moi, tête basse et mine attristée. Les blessures à sa jambes semblaient être tout de même sérieuse, cela ne la faisait que boiter. Je lui souris en la voyant approchée, cherchant en même temps le tison enflammée jeté tantôt, avant de devoir me rendre à l'évidence que ce dernier avait été englouti par les eaux glacées de cet endroit.

« Je… »

Je tourna à nouveau ma tête en la direction d'Emily, avant de très rapidement me rendre compte que quelque chose n'allait pas. Cette dernière eu comme une paralysie soudaine, avant de lentement basculée.

''Emily !''

Je sauta pour la rattraper, glissant sur la glace en m'amortissant de bras gauche, presque euthanasié par le sort qu'elle avait lancé. Je réussi à amortir sa chute de mon autre bras. La petite avait une nouvelle fois succombée au sommeil et à la fatigue. Je soupira, la puissance de la magie quelle lançait contrastait avec la fragilité quelle m'avait montrée aujourd'hui. Certes, elle n'avait pas eu une journée facile, mais de là à préférer la tempête et ses monstres à moi sous prétexte que je suis un homme... Qu'importe après tout. J'allais devoir transportée cette fillette dans mes bras, encore.

Je commença à quitter la zone, espérant uniquement que les flammes du brasier avaient survécu à notre absence, mais un grand gargouillement dans mon ventre me rappela la diète forcée que je subissais, et... mon appétit tout comme mon regard se tournèrent vers l'opulente pièce de viande vaincue. Au moins, nous aurions le ventre rassasié au prix de ce rude combat. Je coupa donc un morceau de la bête, avant de repartir vers mon petit camp.

Retrouver le chemin fut moins difficile, la tempête semblant parfois donner quelques signe de fatigue et la lumière au loin m'indiquant facilement la direction à suivre. Toutefois, toute les extrémités de mon corps était gelées, et retrouver le feu fut un très grand plaisir, surpassé uniquement par l'excellent gout de la viande grillée un peu trop rapidement au feu de ce monstre. Qui aurait cru qu'une créature aussi terrible pourrait avoir une chair si tendre ? J'avais pris de bon morceaux, les prochains jours allaient se montrer de bonne augure avec de si bon repas.

Mais, une fois le ventre plein, il ne me fallut pas plus d'une minute pour que le sommeil ne me rattrape, sans même que je ne m'installe à coté des rochers.

La nuit avait été longue.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptySam 12 Déc 2015, 17:48

C’est une petite brise de vent matinale qui extirpa Emily de son sommeil perturbé par les réminiscences des évènements de la veille. La tempête, les morts, la créature, ils n’avaient cessé de la hanter durant cette courte nuit, et quand ses petits yeux s’ouvrirent à la lumière du jour traversant les parois de l’abri, on y voyait encore la fatigue accablant la demoiselle.
 
Celle-ci entama alors le mouvement pour se relever, mais fût bien vite rappelée à l’ordre par son corps parsemé de douloureuses courbatures, et sa jambe toujours blessée. Elle s’empressa d’ailleurs d’user de magie curative pour atténuer les dégâts qu'avaient subits cette dernière, puis laissa son regard porter vers Kamatari, qui avait risqué sa vie pour la sauver, une seconde fois, malgré qu’elle ait fuit pour des raisons stupides.
 
Je suis vraiment idiote…
 
Il était assoupit prêt du foyer éteint, lui aussi devait avoir eu une rude journée après tout.
La tempête à l’extérieur s’était semble-t-il calmée, comme pouvait en témoigner la fraîcheur du léger souffle qui se propageait dans l’abri et les quelques rayons de soleil qui illuminaient les lieux. La matinée était calme et silencieuse, tout l’inverse de la veille, et la naufragée n’allait certainement pas s’en plaindre après tout ce qui était arrivé.
 
Profitant du sommeil du jeune homme, elle vint enfin récupérer ses vêtements toujours posés au sol, surveillant à chaque instant que ses yeux restaient bien fermés, sursautant et se cachant dans la couverture au moindre de ses bruits ou gestes. Néanmoins elle semblait être parvenue à se rhabiller sans le réveiller, et rougit quand elle remarqua que la situation était quand même très tendancieuse…
 
Mais elle n’allait pas s’enfuir à nouveau. Il était évident que Kamatari, aussi fuyujin soit-il, ne lui voulait pas de mal, puis entre les deux vies et les excuses qu’elle lui devait, ça commençait à faire de sacrées dettes à rembourser.
 
La magicienne s’assit prêt du foyer, rallumant le feu d’un mot. Son estomac grognait de faim, mais Emily se décida d’atteindre le réveil du combattant plutôt que de prendre dans ses réserves, après tout la jeune fille n’avait rien sur elle, puisque son voyage avait été… involontaire.
Ses pensées se dirigèrent ensuite vers son amie restée à Minshu…
 
Akina… Elle n’a aucune idée de ce qui m’est arrivé, et va sûrement s’inquiéter pour moi !... Je dois vite la retrouver.
 
Certes, si la dragonne s’inquiétait ce n’était certainement pas à tord quand on connaissait les chances de survie d’Emily seule dans un monde aussi hostile, mais cette dernière se retrouvait toujours embêtée quand quelqu’un se faisait du souci pour elle, l’une des raisons pour laquelle la narcoleptique cherchait à dépendre le moins possible des autres dans la vie quotidienne, et durant les crises, malgré son allure –et son titre - de princesse.
Et ce n’était pas gagné !
 
Retourner à Minshu pour retrouver Akina. Son objectif était clair. Néanmoins… il allait d’abord falloir attendre que son sauveur ne se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyLun 14 Déc 2015, 20:04

Un grondement, fort et proche.

Un souffle, suivit lentement du crépitement de quelques flammes, et de quelques pas dans la neige. Il n'en fallait pas plus de bruits pour que je comprenne que le matin était arrivé.

Le grondement retenti à nouveau. Qu'était-il ? Un monstre ? Une nouvelle créature qui profiterait de mon sommeil pour en finir avec moi ? C'était comme ça que cela devait se terminer ? Mourir sans combattre, sans même voir mon assassin ? Non !

Je me redressa, encore peu matinal, et essaya tant bien que mal de repérer au plus vite la source de ce grondement, afin de savoir ne serais-ce que le gabarit de la créature ! J'étais à l'abri, à coté d'un brasier. C'était là où je m'étais posé la veille, sans oublier tout les événements de la nuit. Entre le naufrage, la fille et le monstre, j'avais été bien chargé, plus qu'il n'en faut pour avoir un sommeil de pierre.

Mon regard alterna rapidement entre toute les directions cherchant la provenance de ce bruit, jusqu'à ce qu'un nouveau grondement ne me fasse tout de suite retomber l'adrénaline que j'avais pris de si bon matin : c'était le ventre de la petite, criant famine comme tout un village par temps de grande sécheresse et de mauvaise récolte.

Mes joues se gonflèrent devant la situation : J'avais pris l'appétit d'Emily pour un monstre tueur, un redoutable de plus belle ! Il n'en fallait pas plus pour que je me mette à rire aux éclats, de très bon cœur, à tel point que mes cotes devinrent rapidement douloureuses, sans que cela ne puisse me stopper . Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu un tel rire, et je remerciais intérieurement Emily pour ceci, mais, incapable de prononcer le moindre mot hormis mes cris d'amusement, j'abandonnais l'idée d'exprimer ma gratitude : Elle attendrait surement une meilleure situation.

''Ton estomac semble être un monstre de voracité ! Encore heureux que nous ne soyons pas tomber sur une telle chose pendant la nuit, sinon, qu'est ce que nous aurions put faire devant un tel appétit ?''

Je souriais toujours, rigolant entre chaque phrase, trouvant avec difficulté des pauses où respirer. Mais néanmoins, elle semblait être un peu mieux qu'hier. Le sommeil avait eu son effet, mais il faudrait surement plus d'une nuit pour tourner la page, et probablement des moins agitées que celle-ci.

''Pour ce sujet, sert toi, profite, c'est très bon cru, et délicieux avec un peu de cuisson !''

Je lui indiqua du bout du nez la viande de la créature d'hier, celle qui fut vaincu par nos efforts combinés, certes non sans mal, mais ce fut tout de même une victoire, et nous nourrir de sa chair était la moindre des récompenses. D'autant que j'en pris un morceau, profitant sans réserve d'un si délicieux festin, avant de commencer à le faire dorer au niveau des flammes.

''Sinon, comment va tu ? La nuit fut-elle réparatrice ?''
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMer 16 Déc 2015, 21:01

L’estomac d’Emily grognait de plus fort, et la tentation d’emprunter un peu  des provisions de Kamatari se faisait de plus en plus grande. Elle se mit à imaginer le goût d’une somptueuse pâtisserie fondant sur sa langue, laissa son esprit imaginer son odeur, son goût, sa texture… Son regard se porta en direction du sac du combattant. Peut-être en avait-il une de telle sorte sur lui ?
Mais bien vite, elle gifla le dos de sa main, se réprimandant pour avoir eu de telles pensées.
 
Non ! Ce n’est pas bien !
 
Résister était dur, mais la polie jeune fille comptait bien attendre le réveil de son sauveur pour demander si elle pouvait manger ! Après tout, les provisions ne lui appartenaient pas.
 
Bien vite, Kamatari se réveilla, sur le qui vive, regardant dans toutes les directions comme s’il était attaqué.  Emily s’apeura, croyant réellement à un nouveau conflit, se cachant à moitié en scrutant son environnement.
..Et puis, le combattant la regarda, et se mit à pouffer de rire :
 
''Ton estomac semble être un monstre de voracité ! Encore heureux que nous ne soyons pas tombé sur une telle chose pendant la nuit, sinon, qu'est ce que nous aurions put faire devant un tel appétit ?''
 
Son visage passa par toutes les couleurs : d’abord des restes de peur, puis de l’incompréhension, quelques secondes de honte, puis termina par une mine boudeuse. Comparer son estomac à une créature, ce n’était pas le commentaire le plus galant qu’elle ait reçu !
 
« Mais…mais… »
 
Et puis elle avait vraiment eu peur d’une nouvelle attaque ! Son état s’était amélioré depuis hier, mais la naufragée restait encore choquée par les évènements de la veille, et fatiguée.
Néanmoins, le visage d’Emily changea rapidement d’humeur, quand elle se mit à rire gaiement. Rire et penser à autre chose, c’était justement ce dont elle avait besoin actuellement, et puis Kamatari n’avait probablement voulu que faire de l’humour…
 
Un léger sourire aux lèvres, parler de voracité et de gloutonnerie lui rappela son amie, Akina. Qu’est ce quelle pouvait bien manger ! La dragonne avait un appétit qui, pour le coup, était vraiment monstrueux. Ce souvenir raviva sa détermination : Il fallait la retrouver.
 
« J-j’ai une amie qui a vraiment un appétit effrayant… S-si vous la voyiez v-vous verriez ce qu’est un monstre de voracité ! » rétorqua-t-elle sur un ton joyeux. »
 
Mais son sourira doubla de taille quand on lui autorisa enfin à prendre à manger. La viande que la faucheuse lui montra avait l’air si appétissante ! A l’odeur, ce devait être une sorte de poisson, ou en tout cas quelque chose provenant de la mer… Typiquement le genre de mets préférés de la magicienne.
 
« M-merci ! »
 
Elle n’allait pas se faire prier, n’attendant pas pour prendre un morceau de la douce chair qui lui tendait les bras, pour commencer à la faire dorer au feu. L’odeur qui s’en dégageait était si tentante qu’il fallu que la collégienne se fasse violence pour ne pas baver devant…
En attendant, Kamatari la questionna sur son état :
 
« J-je vais un peu mieux, merci… E-et désolée d’avoir agi si bêtement hier… » Répondit-elle, tête baissée. Ça oui, ça n'avait pas été son action la plus intelligente...
 
« Et vous ?  C-comment va votre bras ?»
 
Un Cura était rarement suffisant pour complètement guérir une blessure profonde, mais dans l’action la demoiselle n’avait pas pu jauger la gravité des dégâts, surtout dans l’état où elle était.
 
Quand la viande fût enfin prête, la jeune fille s’empressa d’en goûter la chair. Et quel délice ! C’était peut-être parce qu’elle était affamée, mais la collégienne se régalait avec son repas qu’elle avala goulument, oubliant un peu de ses habituelles manières délicates. Néanmoins, entre deux bouchées, une interrogation survint :
 
« C’est super bon !... D-d’où est-ce que ça vient ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 29 Déc 2015, 12:46

« J-je vais un peu mieux, merci… E-et désolée d’avoir agi si bêtement hier… »

Si bêtement... C'était le cas de le dire. Par sa faute, nous aurions put tout deux mourir, et même si la créature avait été vaincue, nous n'en n'étions pas moins blessé et épuisé. Et... Pour quelle raison ? Car je l'avais vu nue ? Si elle perd la raison pour ce genre d'incident, comment pouvais-t-elle espérer survivre ?

Advienne que pourra, j'imagine.

« Et vous ?  C-comment va votre bras ?»

''Il a connu mieux, toujours un peu douloureux et engourdi, mais il n'a pas été arraché par le monstre, donc j'imagine que je peux m'en satisfaire.''

A vrai dire, j'ignorai cela. Si j'étais attaqué, cela serait surement compliqué de se défendre avec un seul bras, contre bandit ou créature. Le coin était déjà inhospitalier, donc retrouver un village allait être ma priorité.

Puis, nous commencions à manger. Rien que le fumet de la viande me fit oublier bien des problème, et le goût était toujours aussi bon. Dangereuse créature pour délicieuse nourriture.

« C’est super bon !... D-d’où est-ce que ça vient ? »

Je rigola à sa question, n'étais-ce pas évident ? Qu'avions nous vaincu hier soir de suffisamment grand pour avoir autant de nourriture ?

''Oh, juste de la base du cou d'un serpent de mer à l'appétit trop grand, vaincu la nuit dernière par deux élus dont nous tairons le nom.''


Je rigola à nouveau, profitant de cette relative bonne humeur pour décompresser encore. Puis, je la regarda directement dans ses yeux de manière plus formelle, plus sérieuse.

''Et maintenant ? Ton sceau m'indique que tu es bien loin de chez-toi, que va tu faire ?''
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyJeu 31 Déc 2015, 21:26

Heureusement, Kamatari confirma que son bras allait bien… Peut-être pas entièrement guéris, mais cela viendrait bien vite. Même amoindrie la jeune magicienne demeurait très prometteuse dans le domaine, et toute trace des blessures que le combattant avait subit disparaîtrait certainement dans les prochains jours.
 
Quand Emily demanda la provenance de la nourriture qu’ils dévoraient sans merci, la grande Faucheuse eût un nouveau fou rire, et la demoiselle se mit alors à rougir, persuadée qu’elle avait posé une question idiote.
 
''Oh, juste de la base du cou d'un serpent de mer à l'appétit trop grand, vaincu la nuit dernière par deux élus dont nous tairons le nom.''
 
Cette vérité éveilla des sentiments contradictoires. La demoiselle se sentit d’abord très mal : avoir tué une créature, même dangereuse, s’avérait déjà difficile à supporter pour une jeune fille aussi pacifique, alors apprendre qu’en plus elle se repaitrait à présent de sa chair… Sa langue, qui demandait encore il y a quelques secondes le goût de la viande, fût même parcourue d’un sentiment de dégoût.
Qui fût néanmoins relativement éphémère. La faim était trop grande, l’endroit trop dangereux, et les derniers évènements trop…éprouvants, pour que la jeune fille puisse se permettre de faire la difficile. Ce monde ne lui permettrait pas, et bien que ce ne soit pas la première fois qu’il le lui rappelle, cette série de piqûres –Les pirates, le naufrage, la créature- s’avérait particulièrement traumatisante… Presque autant que le jour où elle fût crucifiée par le messager des enfers.
 
Alors… elle se força simplement à sourire, et avant de reprendre une bouchée prononça :
 
« Au moins, la viande est bonne… »
 
Cependant, quand le repas prit fin, Kamatari abandonna son ton joyeux, pour attaquer des sujets plus importants : Ce qu’elle comptait faire. Mais à cette question, la réponse était plus que claire :
 
« J-je n’aime pas beaucoup M-Minshu, mais… C’est le s-seul endroit où je suis un peu en paix… Et puis, j-je dois retrouver mon amie » lui répondit-elle, les yeux remplis de détermination.
 
Elles s’étaient promis qu’elles trouveraient un moyen de rentrer, ensembles, et Emily avait la ferme intention d’y parvenir. Que ce soit difficile n’y changerait rien, car à ces yeux il existait forcément une solution…
 
« E-et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 05 Jan 2016, 00:04

Il semblait que ma remarque pour détendre l'atmosphère n'avait pas eu l'effet escompté, et à mon plus grand regret, l'inverse s'était plutôt produit : la petite ne s'empêchait de ressasser les événements de cette nuit, incriminant peut être la viande comme preuve de sa faiblesse. Néanmoins, elle continua à manger, avec certes beaucoup moins d'entrain, mais cela me suffisait. Je n'allais pas la laissée ici le ventre vide et les idées brumeuses tout de même !

...

Minshu... Elle venait de Minshu... Mais, où cela était-il ? C'était un autre royaume il me semble, l'un des trois qui se confrontait en ces lieux qu'est Kosaten... Mais quand à ce qui incombait à leurs élus... Je n'en savais pas d'avantage.
Peut être qu'en tant qu'élu de factions opposés, il était de notre devoir de nous combattre, de nous confronter, surement à mort, mais... Avais-je une raison de le faire ? Après lui avoir sauver la vie par deux fois ?

Non.

D'autant que j'avais une autre raison évidente. Le gouvernement actuel était... un peu contre moi, si je soutenais Rhadamanthys, chose que je faisais avec ferveur.

« E-et vous ? »

Et moi ? En effet, c'était une bonne question... Qu'allais-je faire maintenant ? Continuer à vagabonder sans but et sans destination, avec la seule intention que de devenir plus fort en attendant une missive. Autant que je profite de ce monde, et que je l'explore de part en part, quitte à... ne pas être seul. Pour tout dire, je commençais à trouver cette petite bien sympathique, malgré son manque de savoir en matière de survie !

''Je ne sais pas. Je n'ai pas grand chose à faire en ce monde pour le moment, et donc aucun lieu n'a plus d'attrait pour moi qu'un autre...''

Je marqua une courte pause, prenant un peu mon temps et regardant Emily dans ses yeux de menthe :

''Par conséquent, n'ayant rien de prévu dans l'immédiat et dans le lointain, je pourrais t'aider à retrouver ton amie. Je pense que seule, tu aurais bien des difficultés, de par ton corps bien faible et ton esprit encore trop tourmenté, alors qu'à deux...''

Je marqua à nouveau une pause. Mes forces étaient encore faible, et même si j'étais prêt à en découdre, j'ignorai jusqu'à quel point. Le monstre d'hier avait bien faillit mettre fin à mes jours.

''Nous pourrions au moins discuter de nombre de chose sur la route, ce n'est pas une si mauvaise idée, non ?''


Le Japon me vint directement en tête par exemple, de la différence de nos époques, de toutes ces choses, ou quand bien même de Kosaten.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse EmptyMar 05 Jan 2016, 23:15

C’est dans le calme et la quiétude que ce début de matinée touchait à sa fin. La tempête endormie depuis longtemps, il semblait à Emily que la température avait nettement remontée depuis la veille. Mais était-ce juste son imagination, ou est-ce que le climat de Fuyu se montrait plus chaleureux que sa réputation voulait bien le faire croire ?
 
Kamatari semblait en tout cas encore plus perdu que la jeune fille. Il disait ne pas avoir d’objectif, de but, mais qu’est ce qui pouvait bien le motiver pour voyager alors ? C’était une des nombreuses interrogations qui entouraient cet étrange élu portant le titre de Grande Faucheuse, néanmoins elle aurait bien le temps d’en apprendre plus sur lui lors des jours à venir… car bien entendu, la proposition de voyager en duo fût acceptée sans hésitation. A vrai dire elle s’apprêtait à demander ! Dans un monde aussi dangereux, il apparaissait évident que se déplacer seul était dangereux, voire suicidaire pour ceux n’ayant pas eu une vie les préparant à ce genre d’épreuves… des élus moins chevronnés dont Emily faisait partie. D’autant que celle-ci supportait assez mal la solitude en général.
 
La Grande Faucheuse était prête à aider la Main de Morphée dans sa quête pour retrouver son amie, et la magicienne en ferait tout autant pour aider le combattant à réaliser ses propres ambitions, quelles qu’elles soient : C’était naturel de s’entraider, et elle le faisait avec grand plaisir, d’autant qu’elle se sentait plutôt coupable de s’être enfuie  pour une raison aussi… immature.
Rassemblant leurs quelques affaires, les deux élus ne tardèrent pas à quitter leur abri pour aller affronter les terres du Dragon, et bien que leur destination était Minshu, aucun des deux voyageurs de fortunes n’était capable de déterminer la position du Nord… Après tout, qui pouvait repérer l’étoile polaire ou confirmer que le soleil se levait bien à l’Ouest dans un monde complètement différent de la Terre ? Les deux élus allaient devoir suivre leur instinct, décidant simplement de suivre la mer, dans l’objectif de trouver un village côtier dans lequel ils espéraient trouver soins, toit, provisions, et surtout informations sur leur position actuelle.
 
Et en attendant, ils pourraient au moins faire plus ample connaissance durant leur voyage. Qui sait, peut-être que chacun avait à apprendre de l’autre, d’une certaine manière ? Une jeune mage contemporaine et un guerrier de l’ère Meiji avaient certainement beaucoup à se dire,  ne serait-ce que pour comparer leurs époques respectives ou les différences qui pouvaient exister entre leurs deux mondes.
 

C’est donc à l’aube d’une nouvelle journée qu’un nouveau voyage commença, promettant d’être mouvementé dans une période où la Nature se déchaînait…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: SOS princesse en détresse   SOS princesse en détresse Empty

Revenir en haut Aller en bas
SOS princesse en détresse
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: SOS princesse en détresse 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Rivière glacée-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.