Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
395 €

Partagez
Réveil carnivore
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyMer 13 Jan 2016, 17:52


Étranges odeurs... Quelques bruits de pas... J'ai chaud... Yasuu, je suis Yasuu.

Bien que je n'avais pas encore ouvert un œil, la conscience me revenait peu à peu. Je me rappelais les derniers instants où mon esprit était encore présent. D'abord la boue de la toundra, puis l'homme aux cheveux longs, et enfin l'engin de transport humain... Où m'avait on emmené ? Cette question fut vite effacée par une nécessité mise de côté depuis trop longtemps. J'avais faim... A part ce petit animal chétif aux longues oreilles trouvé dans la forêt de givre, je n'avais rien pu me mettre sous la dent depuis quelques temps. Des bruits se firent alors entendre... Non, ce n'était pas des bruits, il s'agissait d'autre chose : Des aboiements... Ceux d'un chien. Cet animal je le connaissais, il avait été ma première proie à mon arrivée en Kosaten. De plus, sous terre nous affrontions souvent ce genre de bête, ceux de chez nous n'avaient rien à voir avec ceux de ce monde : Bien plus massifs et agressifs. Mais à mon niveau de puissance actuel, je ne donnais pas cher de ma peau face aux molosses des cavernes.

Alors que les aboiements cessèrent, j'ouvris difficilement un œil, puis le second. L'on m'avait allongé sur le côté gauche. Je me trouvais sur une sorte de support moelleux. En face moi se trouvait quelques étagères, comme celles qui se trouvaient en face de nous dans les cavernes, garnies d'étranges choses à forme rectangulaire et autres ustensiles ésotériques dont l'utilité demeurait pour le moins obscure à mon sens. Sans bouger de ma position, je regardais autour de moi. Je ne voyais pas le ciel, un nouveau plafond l'avait remplacé. Celui ci paraissait composé de bois, de plus il semblait être maintenu en l'air par les 4 murs dont l'un d'entre eux était parcouru de ce qui me paraissait être une porte. J'étais dans une pièce, elle faisait au moins deux fois la taille de nos cages.

Je jetais alors un coup d'oeil vers le bas. Il s'agissait bien d'un chien de Kosaten : Deux oreilles tombantes, une langue pendue et un regard vide d'intelligence. J'avais faim... Malgré mon état et mon manque de ressource, je n'eus aucun mal à trancher la gorge d'un coup vif d'une proie qui ne s'y attendait pas. Toujours immobile, j'attendis quelques secondes qu'il finisse de se vider de son sang tout en léchant mes doigts imbibés par le précieux liquide. Au bout de quelques instants il arrêta de se mouvoir et d’émettre ses petits cris de douleurs. J'attrapais alors le cadavre de l'animal pour l'amener jusqu'au niveau de ma gueule afin d'y planter mes crocs.

Je me sentais revivre alors que je déchirais sa chair avec appétit. Chaque bouchée me revigorait un peu plus. Mais obsédé par mon repas, je n'entendis pas cet humain rentrer...

[HRP]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyJeu 14 Jan 2016, 10:10




Je retourne le chercher. Je me rends compte que sans lui, je ne peux rien. J'ai besoin de sa force. J'espère qu'il est toujours là. Mon pouvoir, mon cher pouvoir, comment es-tu parti ? Sans toi, comment…? Non ! J'y arriverais, même si il faut que je persuade une armée de mercenaires, je le ferais. Parce que dorénavant, c'est le seul but de ma vie. EXISTER.

J'ai trouvé un brave pour me mener jusqu'à la ville. Etrange comme elle semble isolée de toutes ces catastrophes, comme si un dôme la protégeait. Tout autour, il n'y a que tempêtes, inondations, paysages bouleversés, mais elle, semble indifférente à tout ça. Et si c'était un signe ? Que dans cet endroit préservé, commence ma nouvelle vie ? Avec lui.

Je reconnais la demeure du soigneur. J'hésite. C'est maintenant que mon destin bascule. Je suis devant la porte. J'attends. L'ouvrir ou pas ? Soudain, des pas. Je me cache et j'observe. Je le reconnais, c'est lui, le soigneur, celui qui a remis mon pion sur pied ou qui l'a perdu, qui sait ? Il rentre chez lui.

Je suis de nouveau derrière la porte, la main sur le heurtoir. Des cris, des cris horribles. Mon cœur s'emballe. Je regarde autour de moi, personne. Que se passe t-il à l'intérieur. Des bruits de succion et de mastication me parviennent, ce n'est pourtant pas l'heure du repas. Mais ici, les indigènes doivent manger à n'importe quelle heure.

Le silence soudain. Plus angoissant que les bruits. Le silence ne décrit rien, silence de joie, de peine, de mort …Tout est calme maintenant. Je frappe. Aucune réponse.
J'essaie d'ouvrir la porte, elle cède sans problème. Je la pousse et passe la tête à l'intérieur.

- Il y a quelqu'un ? C'est moi, le monsieur qui vient chercher le mons…l'étranger blessé. Oh ?  

Aucune réponse. Je pénètre dans la pièce. Vision d'horreur. Du sang, partout. en face de moi, il est là, il me regarde.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyVen 15 Jan 2016, 14:52


Il venait de rentrer dans la pièce, cet humain. Pas celui aux cheveux longs non, l'autre. Celui que j'avais brièvement vu lorsque je me trouvais à l'arrière de l'engin boisé. Toujours en position latérale sur ce fameux support confortable et le chien dans ma patte avant-droite, je l'observai quelques instants. Puis je me décidais à interrompre mon repas afin de reprendre une position plus naturelle. Je lisais dans le regard de cet humain quelque chose qui ressemblait à de la stupéfaction, puis ce quelque chose devint de la peur, puis de la haine. Il se mit à hurler à plein poumon. Je lâchais alors ma proie, afin de reposer sur mes quatre pattes. S'il ne fuyait pas c'est qu'il allait tenter quelque chose. Tant mieux. Ce pauvre animal ne suffirait pas à combler ce qui semblait être devenu le trou sans fond qui me servait à présent d'estomac.

Avant qu'il ait le temps d'agir, je me décidais à attaquer le premier. En quelques secondes j'avais traversé la pièce et je m'apprêtais à lui porter un coup meurtrier. C'est alors qu'une vive douleur à la tête me stoppa tout net. Bien qu'habitué à me prendre des coups, je n'avais que très rarement ressenti autant de souffrance. Je m'écrasais au sol me tenant le visage à deux pattes. Sans perdre un instant mon nouvel adversaire s'empara d'une lame qui se trouvait à ses côtés et se jeta sur moi avec l'énergie du désespoir. Je libérais l'une de mes serres afin de venir lui attraper la main armée, s'ensuivit une lutte de quelques secondes pour ma survie. Malgré la douleur je finis par prendre le dessus et l'envoya valdinguer contre ses étagères qui se brisèrent à son contact faisant s’effondrer la totalité de son contenu sur lui. Un bruit sourd, puis il s'arrêta de geindre. Il paraissait inconscient. Très bien.

Encore sous le choc de cette violente douleur, je ne préférais pas tenter ma chance de nouveau avec lui. Je me rabattais donc sur ma première victime. Je me défoulais sur ce qu'il restait du chien, lui arrachant joyeusement les membres et déchiquetant violemment son corps. Son sang recouvrait maintenant les murs. Cette odeur de mort et cette ambiance chaotique, elle me faisait presque me sentir chez moi ici. Tout en fixant les lambeaux de chair que j'avalais goulument je cherchais à comprendre la raison pour laquelle ce vieux fou avait agit ainsi. Lui, il ne semblait pas être un élu d'après ce que m'en avait dit Shin Tsuki. Il était faible, très faible même en comparaison avec ceux que j'avais pu rencontrer auparavant. Alors pourquoi avait-il semblé si désarçonné de me voir ainsi ? C'était pourtant lui qui m'avait soigné non ? Était-ce en lien avec ce que j'avais fait à ce chien ? Ces humains, ils étaient pleins de surprise.

J'entendis le grincement de la porte du fond, quelqu'un ouvrait à nouveau la porte. Alors que je m'apprêtais à charger de nouveau, j’aperçus dans l'encadrure de la porte une silhouette connue : L'homme aux longs cheveux et à la peau nette. Je n'avais aucune intention de lui faire du mal à celui-ci, non pas parce qu'il m'avait sauvé mais bien parce que j'avais décidé de m'en servir pour que ce genre de situation ne se reproduise plus. Cependant, quelque chose me fit tiquer : Son regard, il était aussi effrayé que celui de cet humain qui m'avait soigné. Allait-il m'agresser lui aussi ?

Je m'approchais alors de lui doucement, trainant ma proie derrière laissant derrière moi une trainée d'hémoglobine. Une fois que je fus assez proche, un mètre ou deux tout juste, je l'observais sous toute les coutures. D'après mon expérience personnelle ici, j'avais cru comprendre que la conversation était signe de paix avec eux. Je pris alors une inspiration puis je tentais de m'exprimer.

"- Yasuu, toi... ton nom ?"

Attendant sa réponse, je ramenais ma proie au niveau de mes crocs pour terminer une bonne fois pour toute ce que j'avais commencé.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyVen 15 Jan 2016, 21:19




Du sang, partout. Les traces d'un drame épouvantable. Il est là, en face de moi. Il me regarde. Je ne lis pas la haine ni la folie dans ses yeux. Il traîne la carcasse d'un chien. Il a du vouloir se défendre contre lui, alors que l'animal voulait le mordre. Légitime défense. Il n'a pas senti sa force. Tout ce sang. Aucune trace du soigneur, est-il mort lui aussi ?

Soudain, un son rauque, profond, comme venu d'outre tombe. Il parle. Il a un nom, le monstre a un nom, Yasuu.

Et puis l'horreur. Pire que ce que mon esprit aurait pu imaginer. Le chien n'est en fait que son repas.  Ces bruits d'arrachements de chair, de mastications, de succions, sont insupportables. Pourrais-je retourner en arrière, est-il encore temps ? Cet être est la chose la plus ignoble que je n'ai vue. Je pensais à un être primitif, genre Cromagnon retardé mais c'est un loup sauvage. Pourtant, il parle. Son cerveau est assez évolué pour parler. Je dois choisir mes mots pour me faire comprendre.

- Moi Sven, je sauvé toi. Venir avec moi. Toi aider moi pour tuer les méchants.  

Je lui indiquerai les méchants, ceux qu'il faudra éliminer pour me hisser sur la première marche du podium. Il pourra même les manger, s'il le veut, tiens bonne idée!

- Toi manger les méchants tués, très bonne viande pour toi. Nous amis, toi tuer pour moi et moi te donner viande.

J'ai l'impression de parler à un noir africain fraîchement débarqué de sa plantation de coton. Rosalie, notre bonne, était noire. Elle ne comprenait rien, sauf en lui parlant avec un minimum de mots. Pas de secret, petit cerveau, peu de vocabulaire.

Je le regarde de haut en bas. Sa masse musculaire est impressionnante. il n'a pas du beaucoup forcer pour venir à bout du corniaud. Les pattes arrachées démontrent sa force. J'imagine déjà les lieux où nous irons, juste après notre passage. Des cadavres écartelés, vidés de leur sang et de leurs entrailles.

* Oui, c'est l'instrument de revanche parfait. Me restera à connaître son point faible pour m'en débarrasser une fois parvenu. *

Allez, Yasuu, en route !

Je lui fais signe de se rincer un peu dans le bassin dédié à cet effet. L'eau rougit, prend une teinte foncée.
Le voilà à peu près présentable.
Les restes canins sont jetés par terre, rien ne doit effrayer les passants à l'extérieur.

Nous passons la porte, mon destin se joue à deux maintenant. Qu'ai-je fait …?



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptySam 30 Jan 2016, 13:13


Désormais propre et l'estomac légèrement moins vide qu'à mon réveil; j'étais resté immobile devant mon interlocuteur depuis maintenant plusieurs minutes qui avaient pu sembler des semaines. Sortir ? Beaucoup de bruits se faisaient entendre à l'extérieur : Des éclats de voix, des cris d'animaux, et tout ceux ci s'entremêlaient pour créer un chaos auditif qui m'effrayait. Ce Sven cherchait-il à me piéger ? Il avait cherché à me convaincre en me proposant qu'en échange de mes talents au combat je pourrais me nourrir. Proposition certes intéressante mais comment pouvais-je lui faire confiance ? Une autre question me parvint alors, effaçant certains doutes, s'il souhaitait me faire souffrir pourquoi ne l'aurait-il pas fait lorsque j'étais au plus mal ?

Je l'observais suspicieusement, j'avais moi aussi besoin de lui il me fallait parfaire mon déguisement d'homme  pour me fondre dans l'arrière plan de ce monde. Mais lui ne souhaitait visiblement pas attendre avant de me jeter dans la fosse. Il ne semblait pas comprendre mon appréhension à tout ça et semblait s'impatienter. Si bien qu'il partit avant même que je n’eus le temps d'objecter, disparaissant dans la lumière de la "ville". Je ne pouvais le laisser partir ainsi ! Une telle occasion ne se reproduiraient pas de sitôt. J'abaissais ma capuche encore plus bas sur mon visage afin que celui-ci demeure encore dans l'ombre et je lui emboitais timidement le pas. Une fois que j'eus passé le seuil de la porte, dans un premier temps, la lumière du soleil m'aveugla fortement puis mes yeux se réhabituèrent lentement.

Je découvrais un tout autre spectacle autour de moi. Des humains, absolument partout, aux traits divers et variés et à l'habillement incongru. Toujours sur mes quatre pattes, je suivais ce fameux Sven au plus près que je le pouvais, il était mon seul point de repère dans ce monde étrange. Certains de ces êtres étranges derrière des stands de bois sur lesquels reposaient diverses nourritures ou objets criaient de tout côtés, attirants d'autres curieux. Les chariots de bois comme celui qui m'avait amené ici, tractés par des longues cornes passaient sur le même chemin que nous. Aux deux extrémités de cette fameuse route, divers bâtiments cernaient la situation comme pour me prouver qu'il n'y avait aucune issue. Où allions-nous ? Je l'ignorais mais mon cœur battait plus vite que lorsque je me battais à mort, j'avais peur.

"- Hé ! Maman regarde !"

Un petit être au regard naïf, à un ou deux mètre de moi, me désignait du bout du doigt, il tenait un autre humain par la main. J'arrêtais alors de suivre mon guide pour mieux observer ce petit bout d'homme. Qu'avait-il à me montrer ainsi..? Je m'approchais pas à pas de lui, jusqu'à me retrouver à quelques centimètres de sa main. J'avais encore faim, et ce petit bien qu'il soit accompagné de ce qui semblait être une femelle, je n'aurais aucun mal à happer le bout de son bras. J'ouvris alors grand ma gueule et tenta de lui arracher ce qu'il me tendait, mais mes crocs se fermèrent dans le vide produisant un claquement sourd. La femelle venait de le tirer de l'autre côté. Elle se mit alors à crier. Presque aussitôt un cercle se forma, plusieurs humains vinrent se masser autour de moi. Je me retrouvais piégé. Certains brandissaient ce qui semblait être une arme.

"- Ce monstre vient d'essayer de manger mon fils !"

"Monstre" ? Comment pouvait-il m'appeler ainsi ? Alors que les plus étranges c'était eux ? Un coup vint alors me percuter sur le flanc, puis un second, puis un autre. Je tentais alors de balancer mes griffes autour de moi, me permettant d'interrompre quelques seconde l'attaque que je subissais et d'en blesser assez un ou deux afin qu'il ne s'y réessaye plus. Mais ce ne fut que temporaire et un violent coup de barre métallique dans mon angle mort me fit goûter au sol. Alors que je tentais de me relever un second me fit retomber violemment par terre... Et un flot de coup s'abattit sur moi...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyMar 02 Fév 2016, 14:13



Je regrette, oh combien je regrette ! Ce n'est pas un humain, il se déplace comme une bête, à quatre pattes ! Que vais-je pouvoir faire avec lui ? Attirer le regard des autres sur moi. Certes, c'est ce que j'aime mais pas de cette manière. Que vont-ils penser de moi, traînant ce boulet sauvage derrière moi ? Comprend-t-il au moins ce que j'attends de lui ? Je regrette…

J'essaie de garder une distance entre lui et moi, pouvant laisser croire qu'on ne se connait pas. Mais il s'accroche l'animal, comme un naufragé à son radeau. Je ne me retourne pas. Faire illusion. Ne rien avoir à faire avec lui, mais s'en servir dans l'ombre. Paraître mais ne pas apparaître.
La foule est attirée. La curiosité. Toute différence dérange, toute différence fait peur. La mienne n'était pas visible et pourtant elle a gâché ma jeunesse. Ils ont peur et aiment cette sensation, s'approcher de la bête assez près pour recevoir leur dose d'adrénaline mais pas trop, ne pas prendre de risques.

Soudain, un cri. Je me retourne. Il est encerclé. Ils croient qu'il veut manger les enfants, comme on accusait les vautours de le faire en des temps si obscurs. L'obscurantisme. S'opposer au savoir pour le soi-disant bien de la communauté. Et l'ignorance ? Ignorer protège mais peut aussi tuer.

Ils l'ont classé dans la même catégorie que moi, monstre. Il n'y a rien d'humain en lui, pas de sourire ou de larmes donc aucun sentiment. Il ne sait pas aimer, il ne sait pas détester, juste subvenir à ses besoins. Et comme le chien qui apprend des tours pour avoir son sucre, je dois le dresser à tuer pour moi en échange de nourriture.

Ils sont en train de le lyncher. La différence fait peur, la différence peut tuer.

Je m'approche.

- Allons écartez-vous donc de mon animal, qu'a donc t-il fait pour mériter pareil châtiment ?  

Ils me regardent, essayant de comprendre mon langage.

- C'est-y ta bête ?

- Il est en effet mon fidèle compagnon, un peu sauvage encore mais je le dresse. Qu'est-ce qu'il a encore fait ?  

- L'a voulu bouffer le Martin, le ptiot de la Myrlène. L'aurait choppé sa main si l'avions pas retiré d'là !


- Vous vous méprenez, mon cher, je doute qu'il soit capable de faire mal. Il a simplement voulu lui lécher la main en signe d'affection. Allons, laissez-le moi, je vais lui apprendre à réfréner ses envies. Il ne vous fera plus peur, soyez-en sûrs.

Ils me laissent l'aider à se relever. Il n'est pas vraiment en pleine forme. Je l'entraîne à l'écart, près de la fontaine. Je lui montre l'eau, qu'il puisse boire.

- Si tu veux vraiment qu'on fasse équipe il va falloir changer d'attitude !

Ses yeux inexpressifs me révèlent qu'il ne comprend rien. Changeons de registre linguistique. Souvenons nous de la soubrette africaine.

Toi tu dois marcher sur les pieds, et les mains en haut, comme ça ! Toi, tu ne dois manger personne dans la rue, tu dois regarder tout droit, comme ça ! Et toi tu dois faire pareil que moi.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyJeu 04 Fév 2016, 15:14


J'avais cru ma dernière heure arrivée... Mais encore une fois l'humain aux cheveux longs s'était interposé. En quelques mots il avait réussi à me sortir de ce mauvais pas. Je m'attendais à ce que tout ceci finisse dans un bain de sang mais ces humains semblaient préférer la parlotte à la violence. Il m’appelait afin que je le suive à nouveau, et je m’exécutais sans un mot sous le regard inquisiteur de mes agresseurs. Bien que j'avais essuyé très peu de dégâts, je ne pouvais m'empêcher de jeter un dernier regard furtif envers eux, un regard de haine. J'étais terriblement faible et cela me frustrait au plus haut point. Nous nous arrêtions alors une trentaine de mètre plus loin, à proximité d'un bassin d'eau pour le moins étrange. Il m'indiqua de boire dedans, et il était vrai qu'en dehors du liquide vital du chien je n'avais pu m'abreuver depuis mon réveil. Je comblais alors mes besoins puis me retournais vers mon interlocuteur qui me parla en des mots que je ne pu comprendre. Il saisit alors que je nageais dans l'incompréhension la plus totale et se repris, me parlant plus simplement.

Il évoqua alors plusieurs problèmes par rapport à mon comportement que je me devais de changer afin de pouvoir marcher parmi les humains. La plupart de ses remontrances pouvaient être discutées mais le fait de me mouvoir sur deux pattes était un point physiquement impossible à réaliser. Les années passées à marcher sur mes quatre membres et à dormir dans une cage trop petite avait modelé mon corps à jamais. Je pris une inspiration afin de m'exprimer puis je me lançais :

" - Regarder devant... D'accord. Pas manger les gens... D'accord, mais nourri moi. Marcher comme toi... Pas d'accord."


Afin d'appuyer mon propos d'un exemple, je tentais alors de me relever comme je l'avais fait avec Shin Tsuki. J'accrochais l'une de mes serres sur le bord du bassin d'eau puis je m'élevais lentement. Je n'étais qu'a moitié debout, le dos complétement courbé vers l'avant. Je tenais la position encore quelques secondes puis retournait à ma posture originelle afin de soulager la pointe de douleur dans l'échine.

"- Faire tout comme toi... D'accord. Mais pas ça."

Alors que nous avions repris notre route, j'observais attentivement le Sven. Bien qu'il n'ait rien avoir physiquement avec les maitres je reconnaissais en lui plusieurs postures et traits de caractères qui m'évoquait la seule figure parentale que je n'avais jamais connu. Ce qui quelque part me rassurait. Il marchait comme s'il était le roi de ce monde en comparaison avec les autres humains au visage usé et à la mine déconfite. Il snobait tout ses semblables et avançait avec détermination. Même pour quelqu'un de sa race il semblait être un spécimen pour le moins étrange. D'ailleurs, une question ne m'était pas encore venue à l'esprit : où allions-nous ainsi ? Sans stopper la marche je m'adressais alors à lui :

"- Longs-cheveux... où allons-nous..?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyVen 05 Fév 2016, 10:31



Je regrette…De nouveau, je réalise que j'ai pris le premier venu sans réfléchir. Il est même incapable de se tenir debout. Je peux toujours essayer de le faire passer pour un animal de compagnie mais je n'ai pas de laisse. Avec lui, je suis sûr de ne pas passer inaperçu. Je dois lui inventer une histoire. Je dirais qu'il s'agit de mon frère. Oui…mon frère, brûlé gravement dans une incendie de notre maison…ah ah quelle ironie ! Ce serait le seul rescapé du feu que j'ai allumé pour cramer Père et Mère. Ouiiii, le seul rescapé de cette …effroyable tragédie. Et ses muscles et ses tendons ont tellement séchés qu'il ne marche plus. J'ai presque envie de lui mettre un écriteau autour du cou. Rescapé d'un terrible incendie. Pour peu, on lui jetterait des pièces…

- Toi dire Yasuu frère de longs-cheveux. Et longs-cheveux, son nom est Sven, toi dire Sven.

Il va falloir que je rencontre des gens civilisés. Seul avec lui trop longtemps, mon vocabulaire va s'appauvrir. Il essaie de m'imiter, pauvre singe savant. Le seul dressage que je veux lui imposer est de ruer quand je lui désigne. Ma machine à me débarrasser des encombrants.
Il veut savoir où on va. C'est vrai ça, je n'y ai pas réfléchi. Voir le chef de mon royaume. Deux fois, on m'a dit cela. Mon royaume, j'y suis d'après le prétentieux que j'ai rencontré dans les rocheuses. Mais où trouver le chef ? Je dois me renseigner mais pas avec ce…boulet.

- Toi rester ici, à l'ombre. Moi partir mais revenir, d'accord ?.

Sans attendre une hypothétique réponse, je le plante là. J'avise une femme assez bien mise, une commerçante sans doute.

Dites, ma très chère, où pourrais-je trouver le grand chef de ce royaume ?

Elle me regarde éberluée. Elle m'explique que le seul chef qu'elle connaisse est le roi Sul Hëi, dans la capitale. Je la remercie d'un hochement de tête. Je reviens vers mon Yasuu.

On va dans une grande ville. Il faudra être sage, pas mordre.

A voir son regard, je ne suis pas certain qu'il tiendra longtemps son rôle d'à peu près civilisé.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyVen 05 Fév 2016, 14:16


"Grande...ville" ? Grâce à Shin Tsuki ces mots n'avaient déjà plus de secrets pour moi, en revanche, il me semblait que nous nous trouvions déjà dans ce genre d'endroit. Il y avait beaucoup d'humains, des bâtisses qui faisait au moins quatre fois ma taille les pattes en l'air et diverses choses étranges comme ces "stands" derrière lesquels se tenaient ces hommes. Si ce n'était pas une grande ville, alors à quoi ressemblaient l'une d'entre elles ? Cette perspective m'effrayait. J'avais déjà risqué ma vie pour quelque chose d'aussi élémentaire que de me nourrir, alors qu'allait-il en être lorsque je serais cerné par ces bipèdes aux coutumes obscures. Pour le moment, je commençais à regretter ma décision d'avoir suivi longs-cheveux. Bien que cet investissement serait probablement payant, la tranquillité de l'extérieur me manquait déjà. Parmi les bêtes comme moi, seule la loi du plus fort comptait. Mais tout ça je le savais déjà lorsque je m'étais décidé à suivre le Sven. Je cherchais à accéder à un monde qui n'était pas le mien. Je comprenais désormais mieux que jamais les leçons de Yasei : nous ne sommes pas comme eux.

Longs-cheveux ne semblait pas rassuré à l'idée de m'amener là bas. Mais peut-être y aurait il enfin de quoi se rassasier là bas. Peut-être même que je rencontrerais l'un des fameux ennemis de ce qui semblait désormais me servir de maitre. Un ennemi sur lequel je pourrais enfin m'en donner à cœur joie. Cela faisait tout au plus une heure que j'avais déchiré le corps de ce chien, mais l'odeur du sang et le bruit des os qui craquent me manquait déjà. Probablement du fait que mon estomac ne cessait de crier famine, émettant ses bruits si caractéristiques.

Bien que le chemin soit encore long, j'avais déjà fait quelques pas en direction de mon objectif : Je remarquais alors que le soleil ne me brûlait pratiquement plus la peau. Je pouvais désormais me mouvoir dans ce monde en pleine journée sans le moindre problème. Cela s'avérait être un point extrêmement positif notamment pour la chasse je distinguais nettement mieux les formes et je voyais bien plus loin que de nuit. A mesure que le temps avançait je disposais de plus en plus de points communs avec ces humains. Et peut-être que bientôt, à l'aide de Sven, je pourrais me mêler parmi eux et j'attendais avec impatience ce jour. Le jour où j'aurais de nouveau mérité mon titre de mâle alpha.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyMar 09 Fév 2016, 17:38



Je marche d'un bon pas. Il me suit toujours. Nous n'avons pas beaucoup à faire, le soigneur habitait en périphérie de la capitale et nous allons au centre. A mesure que nous avançons, il y a plus de monde, plus d'agitation. Je suis nerveux. Les réactions de mon accompagnateur me sont inconnues. Je crains encore qu'il ne se fasse remarquer. Il va falloir lui trouver à manger.

- On arrive bientôt.

Je ne sais pas comment je vais faire. Je dois avoir une entrevue avec le roi. Où ? Comment ?
Et lui, comment le nourrir ? Il ne faudrait pas qu'il se serve seul, un steack de garçonnet ou une cuisse de fillette….Fillette de lupanar…En voilà qui se servent à rien et qui ont la chair tendre.

J'entraîne Yasuu dans un coin, derrière l'auberge.

- Toi attendre sage ici, je vais chercher manger pour toi.

J'entre dans l'auberge. Elles sont là, souriantes et aguichantes. Horrible. Perversité, démons. La brune vient vers moi, je baisse le regard. Trop de chair dénudée. L'aubergiste me regarde du coin de l'œil et me sourit. Je lui fais un signe de la tête, signifiant que j'emprunte la fille quelques temps. Elle me montre l'étage, lieu de sa dépravation. Je lui indique que j'aimerais d'abord prendre l'air avec elle. Elle me suit. J'ai encore un certain talent de persuasion.

Elle sourit béatement. Elle doit être heureuse d'avoir levé un pigeon aussi facilement. Et bel homme, en plus. Nous contournons l'auberge. Dans l'obscurité de l'arrière cour, mon pion attend. La fille me regarde étonnée, elle ne s'attendait pas à un rendez-vous à trois. Apparemment, cela ne la dérange pas plus que ça. Plus de clients, plus d'argent. Elle ne l'a pas vu en pleine lumière, heureusement.

- Yassu, tu t'occupes de la demoiselle, je vais chercher de quoi la payer.

Je pars sans me retourner. A lui de faire ce qu'il a à faire.

Je retourne à l'auberge, jouer la scène de la disparition. Je prends un air de bourgeois en colère.

- Patron, votre fille là, elle vient de me laisser seul sans explications. Besoin de changer d'air, voilà son explication. Elle prétend que vous la retenez contre son gré et qu'elle en a profité pour s'enfuir. La prochaine fois,  j'irais ailleurs, vraiment ce n'est pas sérieux votre affaire !

Je le laisse là, stupéfait.  Je vais m'asseoir plus loin, à l'ombre d'un grand arbre et j'attends.

Que la volonté de Yasuu soit faite !



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyLun 15 Fév 2016, 15:17


Désormais tapis dans l'ombre à l'arrière de ce grand bâtiment, j'attendais. J'étais à mon aise ici, bien qu'au loin résonnait encore le chaos ambiant de la "ville", je n'avais au moins pas à subir le regard interrogateur de tout ces humains, ni même a renifler toute cette viande sans pouvoir la toucher. Perdu dans mes pensées, je regardais en face de moi, fixement, grinçant des dents. Attendre... Toujours il me faisait attendre... Mes griffes acérées grattait le sol de frustration. J'avais faim... Cette pensée m'obsédait, tournant en boucle dans mon esprit. Était-ce normal de réfréner à ce point ses pulsions chez eux..? De toute manière si le Sven ne me nourrissait pas très vite ce serait ses os que je briserais, son crâne que je fracasserais, ses yeux que j'arracherais. Rien que cette pensée me fit frissonner dans tout mon ensemble. Il devait avoir bon goût avec sa peau toute propre... Après tout, avais-je vraiment besoin de ressembler à ces humains ? Des proies, il y en avait partout dehors. En plus lui semblait me faire confiance, je pourrais lui trancher la gorge sans même qu'il se doute de quelque chose...

Des bruits de pas ! Sven ? Oui, c'était lui avec son allure bouffie d'arrogance et son regard impérieux. La faim me tordais le ventre et l'esprit, je ne pensais plus qu'à une chose : manger. Bien que je demeurais impassible vu de l'extérieur, l'intérieur lui était à l'extrême opposé.
Soudain : Une femelle vint, le suivant de près. Elle était là, le visage animé par un grand sourire. Longs-cheveux m'avait compris. Je ne le mangerais pas, pas lui en tout cas... Il me souffla quelques mots, puis s'en alla, me laissant seul avec elle. Elle me parlait mais je n'écoutais pas. Désormais, c'était elle que je fixais avec insistance. Elle s'approcha. Un grand rictus dévoilant toute ma dentition abimée et acérée me déformait maintenant le visage. Elle ne prit pas peur et continua de rallier les quelques mètres qui nous séparait.


Quand elle fut assez proche pour distinguer les traits de ma face, elle n'eut que le temps d'écarquiller les yeux et d'ouvrir la bouche, avant de voir arriver ma patte avant-droite qui lui déchira violemment la gorge, la décapitant presque et l'empêchant de hurler. J'avais compris ma leçon et je ne souhaitais pas que ses cris de douleurs ramènent une nouvelle fois ses congénères. Après être demeuré stoïque pendant un bon moment, je relâchais enfin toute ma frustration. Ce que j'avais fait au chien de tout à l'heure n'était qu'une mise en bouche. Je pouvais enfin goûter à l'être humain de Kosaten. Son sang giclait de tout les côtés, recouvrant la paroi derrière moi et rougissant la terre. Il y avait quelque chose d'étrange : la composition de ses organes ressemblait à s'y méprendre à ceux de la meute. Peut-être que ces humains, était plus proches de moi que ce que je pensais... En tout cas, cela me facilitait grandement la tâche.


Une fois repu, je rejoignis mon "guide", l'esprit désormais tranquille. Ne laissant derrière moi qu'un amas de chair et d'os informe, une immense flaque de sang ainsi que quelques morceaux divers ici et là. Si la composition du corps ressemblait à la nôtre, le goût de la chair n'était pas le même, loin de là et leur peau était bien moins solide que la notre, donc bien plus facile à mâcher. J'étais à nouveau sale, couvert du précieux liquide vermeil de la femelle. Profitant du fait qu'il ne soit pas encore sec, j'attrapais quelques feuilles de l'arbre sur lequel s'appuyait le Sven, puis tenta d'enlever un maximum de traces afin de paraitre le moins suspect possible. Bien que mes haillons portait encore les marques de mon repas, ma peau elle, avait en grande partie retrouvé sa couleur blanche d'origine. Il n'y avait désormais plus de raisons de s'arrêter de mon côté et je le suivrais sans poser de questions. Du moins... Jusqu'à la prochaine fois...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore EmptyVen 19 Fév 2016, 14:04




Il revient. Il a l'air satisfait. Il porte sur lui les traces de l'horrible festin qu'il vient de s'octroyer. L'odeur âcre et ferreuse le suit. Il va attirer les mouches avant les curieux. Il tente de s'essuyer avec des feuilles d'arbre, comme un singe. Je ne sais vraiment pas de quelle espèce il est. Sans doute issu d'une manipulation génétique quelconque.

Ses vêtements sont atroces, sales, révulsants. Je dois lui trouver un lieu pour se laver, je ne pourrai supporter davantage sa vue et son odeur. Je me lève et lui fais signe de ma suivre. Rasant les murs et allégeant mes pas pour me faire discret, Yasuu essaie de m'imiter. Au coin d'une ruelle, un bac empli d'eau douce, récolte patiente des pluies destinée à la consommation. Personne en vue.

- Tu vas enlever ta veste.

Je lui montre du doigt.

- Tu vas frotter dans l'eau, tu vas tordre bien fort et tu vas remettre sur toi. Après pareil avec le pantalon.

C'est une perte de temps que d'être accompagné de lui. Pire qu'un enfant, voire même qu'un animal. Il ne se contente pas d'eau, il lui faut ses kilos de viande fraîche.
Je ne veux pas assister à son toilettage, il me faut trouver de quoi me restaurer. Pas dans l'auberge, trop risqué. La disparition de la fille doit sembler suspecte.
J'avise une petite échoppe, où quantité de mets sont exposés. Je n'ai pas beaucoup d'argent sur moi. Entrons en action de séduction…

- Bien le bonjour, gente demoiselle.

Elle glousse, bon signe. Je lui adresse une œillade charmeuse.

Tout ceci a l'air fort délicieux, bien moins que vous certes. Je ne suis pas bien riche mais si vous aviez la bonté de me faire un prix ? Et par la même, me dire à quelle heure vous finissez ce soir, je serais bien aise de venir vous quérir et vous menez en promenade.

Elle baisse les yeux, rougissante. Conquise. Elle enveloppe quelques délicates bouchées dans un torchon et me les donne, regardant autour d'elle qu'il n'y ait aucun témoin de cette scène éhontée.

- Prenez, c'est offert. Ce soir, 20heures, soyez à l'heure

Je lui adresse un dernier sourire en la remerciant. A 20 heures, je serai loin…



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Réveil carnivore   Réveil carnivore Empty

Revenir en haut Aller en bas
Réveil carnivore
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Réveil carnivore 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Capitale de Yuki-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.