Le Deal du moment : -50%
Promo sur un arbre à chat géant – ...
Voir le deal
68.99 €

Partagez
Songes bleus&voix grise
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 26 Jan 2016, 21:06

[HRP] Zzz... :
 

[HRPbis] Zzz... :
 




Le bruit du vent s’engouffrait dans la grotte.

Quelques peu perdus en Fuyu, Kamatari avait proposé de revenir à un village qu’il avait déjà visité avant de rencontrer Emily. Néanmoins la nature semblait tout faire pour empêcher les voyageurs de progresser, se déchaînant jours et nuits : Tempêtes, ouragans, innondations… la jeune fille aurait même juré avoir vu une tornade au loin.  
Cette soirée ne faisait pas exception. Le duo était parvenu à se réfugier dans une petite caverne, -heureusement vide-, avant que l’orage ne se déclenche, et maintenant ils se retrouvaient condamnés à passer la nuit ici, dans le seul espoir que les éléments se soient calmés au petit matin. Mais il était difficile de se plaindre : Ça aurait pu être pire. Ils auraient pu se retrouver bloqués à l’extérieur, au milieu du vent, de la pluie, et de la foudre.

Ayant des difficultés à trouver le sommeil, la jeune fille s’était assise contre un mur. Malheureusement, entre les souvenirs de son naufrage qui la hantaient encore, et le grondement du ciel à l’extérieur, trouver le sommeil était une tâche difficile. Cela dura de longues minutes, jusqu’à ce que sa narcolepsie vienne l'aider...

[Musique générale du rêve]

Le doux son des vagues vint caresser mes oreilles. Calme et reposant, je me laissais bercer par leur léger murmure, venant et revenant,  seul bruit que l’on pouvait percevoir au milieu de cette pièce sombre. Peut-être y avait-il un moyen de l’éclairer ? Je regardais tout autour de moi, discernant peut-être la forme de ce qui pouvait être des meubles, mais dans la pénombre c’était difficile à dire… néanmoins, j’aperçus quelques filaments lumineux percer au travers de ce qui devait être des rideaux.
Mes pas franchirent les quelques mètres qui m’en séparaient, mais quand ma main s’approcha d’eux un autre son se fit entendre, à la fois lointain et proche, et mon mouvement s’arrêta. Tendant l’oreille pour mieux discerner de quoi il s’agissait, me concentrant dessus entre deux échos de vagues, il me parvint de plus en plus clair.
C’étaient des pleurs. Provenant de je ne sais où.

Mais dès alors, la porte s’ouvrit et ils stoppèrent net. Deux femmes, la première d’âge mûr et la seconde sortant à peine de l’adolescence, entrèrent. A leur tenue j’en déduisis qu’il s’agissait de servantes, qui ne semblaient pas conscientes de ma présence ici.
Directement, elles vinrent ouvrir en grand les rideaux qui masquaient jusque ici  la vue de l’océan,  mais surtout permirent à la lumière de révéler… une grande et spacieuse chambre, marbrée de pierres bleues. Il s’agissait de la première fois que je la voyais, cependant… cela me fit comme un choc. La sensation d’être revenue dans un lieu que l’on avait chérit, après l’avoir quitté des années.
Mes yeux émerveillés s’arrêtaient sur chaque petit détail, je ne voulais sous aucun prétexte manquer le moindre centimètre carré de cette pièce si familière et pourtant si méconnue.  Au centre de quatre murs aux reflets saphir se trouvaient plusieurs meubles en bois massif: Une somptueuse bibliothèque presque vide, une large armoire devant servir de garde-robe, un grand lit à baldaquin aux draps assortis aux teintes de la chambre, ainsi qu’un étrange bureau équipé d’outils de dessins aux airs aussi anciens qu’exotiques, au dessus duquel étaient accrochés de nombreux dessins représentant des paysages, si perfectionnés que je me demandais un instant s’il ne s’agissait pas de photographies.

Mais le plus impressionnant restait l’œuvre d’art qui recouvrait la quasi-totalité du mur face à la porte. Une véritable cartographie composée de nombreux dessins, qui représentait un monde que je désirais tant découvrir : Le monde magique. Ma terre d’origine, dont les souvenirs m’avaient été ôtés.
Formant un escalier qui avait dû permettre à l’artiste d’accrocher les morceaux supérieurs de l’œuvre, des piles de livres étaient placées devant la fresque, organisées avec soin. Néanmoins une petite dune d’écrits était restée en pagaille, et pour cause une fillette dormait sur elle.

Mon cœur se stoppa une seconde quand je la vis. Enroulée dans de simples mais soigneux vêtements aux motifs bleus avec de multiples fleurs dorées,  l’innocence de son visage assoupit était attendrissante. Néanmoins… ses longs cheveux violets ne laissaient aucun doute sur son identité. Non, cela aurait pu être quelqu’un me ressemblant, mais… je savais qui elle était, au fond de moi.

Et comme pour répondre à mon intuition, la plus âgée des servantes s’approcha alors d’elle, ne lui murmurant que deux mots qui dissipèrent toute possibilité d’erreur :

« Princesse Tsira. »


Dernière édition par Emily Grimbald le Mar 01 Mar 2016, 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 26 Jan 2016, 23:31

[HRP] ::
 


Encore une fois, les conditions climatiques ne jouait pas en notre faveur : une tempête nous avait surpris, et entre ces dernières, les inondations et autre calamités de la nature, mon agacement commençait à être rempli. Je ne commençai à jurer que par un bon repas chaud et un lit douillet ! Si le repas pouvait être constituer d'Umihebi, la créature à la viande si délicieuse malgré les difficultés de conservations qu'Emily et moi avions terrassé il y a quelques jours, le gite allait être aujourd'hui une petite grotte, l'entrée à peine plus haute que l'eau ayant déjà refroidie mes orteils.

Mais sans tout ce confort là, le plus dur était de trouver un peu de bon dans ce calvaire, pas pour moi, ayant l'habitude des situations délicates, mais pour Emily justement, beaucoup plus à-même de pleurer pour des frivolités ou de subir les contrecoups d'un tel temps. Je les subissaient aussi, mais faisais au moins l'effort de paraître intouchable, de paraître fort, simplement pour quelle trouve un peu de force en elle pour avancer.

Le tonnerre claqua. Bien que notre abri de fortune était une aubaine à travers cette tempête, je ne pouvais m'empêcher de penser à un meilleur refuge qu'aurait put être une grange ou une simple cahute à la place de cette grotte humide et suintante. Toutefois, cela n'a semble-t-il pas empêché Emily de trouver le sommeil, avec je ne sais quel malédiction. Elle m'avait expliqué que cela était dut à une maladie appelé narcoleup... narcoleptouille il me semble. Et sur ce point, elle avait inconsciemment raison, il fallait se reposer, car la tempête ne s'en irait que d'elle même, et non pas par la meilleure volonté du monde. Je m'allongea donc, et trouva le sommeil uniquement grâce à la fatigue accumulée.



La sensation d'un courant d'air glacial vint à moi, et m'extirpa lentement du sommeil. Je tremblotais légèrement, mais tout mes membres étaient engourdis, presque tétaniser. Ouvrir les yeux s'apparentait à l'impossible, tout comme bouger, mais mon ouïe elle était encore présente, et m'indiquai de bien étrange chose : une goutte tombant l'une après l'autre sur une parois rocheuse, de plus en plus espacés, avant que cet égouttement ne devienne des larmes et des sanglots. J'avais eu le temps de reprendre peu à peu mes sens, excepté la vue, mes yeux refusant de s'ouvrir.
J'étais néanmoins intrigué par ces pleurs, me semblant être ceux d'une fillette perdue. Et à vrai dire, je ne connaissais pas beaucoup, hormis Emily, mais même sa voix d'enfant était trop âgée pour correspondre à ces cris, à ces lamentations.
Je me dirigea à l'aveugle, uniquement dirigé par ces sons, tout en ressentant au fur et à mesure de mes pas une oppression grandissante, comme si chaque parcelle de mon corps était à la fois attiré par ceci et me hurlait pour s'enfuir. Néanmoins, je refusais de les écouter, réussissant après quelques minutes proche de la fillette. Je ne pouvais l'identifier, dut à mon étrange cécité, mais j'allais devoir trouver un moyen de pouvoir calmer cet enfant.

''Tu...Vous... N'êtes pas mon amie ? Ce sont les rêves, les songes de mon amie !''

Au début tremblotante, pleurnichante, sa voix devint rapidement très calme, très monotone, mais toujours on ne peut plus enfantine. malgré tout, je percevais quelque chose d'étrange avec elle, comme si... Comme si elle était source de tout ce qui me haranguait en ces lieux, alors quelle n'était qu'une enfant.

J'étais circonspect, ne sachant que penser de tout cela, mais très rapidement une extrêmement vive douleur me transperça le crane, me faisant perdre tout équilibre, tout mes sens, pendant que mes deux mains se collèrent à mon visage et que ma tête ne frappe le sol à plusieurs reprises !

''Vous n'êtes pas mon amie... Vous êtes là... Pour me prendre... amie...''


Plus elle parlait, plus la douleur était insupportable, devenant un véritable plaidoyer en faveur d'une exécution sommaire et rapide, qu'importe la manière, qu'importe le bourreau, qu'importe tout, seul le résultat comptait : la fin de cette atroce douleur me réduisant à l'état d'agonie ! Rassemblant le peu de lucidité qu'il me restait, je réussi à hurler quelques mots :

''Sort... Sortez de... Arrêtez cela !"

Puis, je perdis conscience, tombant dans le coma par la pression qu'avait exercé un sortilège d'une petite fille. Je devais être bien bas.

Toutefois, je me réveilla quelques secondes après dans mon esprit, en sueur, haletant à haute voix pendant que mes yeux se réhabituait petit à petit à la lumière environnante. Mon corps semblait avoir retrouvé tout ses sens, toute ses fonctions, et aucune douleur ne s'en échappait. Mon esprit était un peu embrumé, mais rien d'autre ne m'empêchait de lentement reprendre possession de mes moyens, qui m'indiquèrent tout de suite que quelque clochait :
La grotte était devenu une grande salle, façonnée presque directement dans une pierre bleutée à la vue de l'unicité et du surréalisme qu'offrait cet endroit. Les murs partageait la même couleur que le sol, pavé de marbre et de tapis aux couleurs d'abysses, s'élevant sur plusieurs mètres de hauts, peut-être huit, finissant par une voûte.
Une grande fenêtre illuminait l'endroit, le soleil étant déjà haut, et que dire de tout les meubles, si imposant que même les dirigeants du Japon peuvent se permettre de rêver : Une armoire si grande que tout un mur ne suffit pas à le contenir, et que par conséquent cette dernière est sur mesure et comble un coin de cette gigantesque pièce, une bibliothèque vide de livre mais dépassant ce que pouvait lire un érudit en toute une vie, un si imposant lit, dépassé uniquement par les personnes pouvant dormir à l'intérieur, recouvert de soie et autre plumes aux reflets précieux, ainsi que d'autres meubles encore plus étranges qu'inattendu, et ce sans parler de toute les décorations présente à l'intérieur : des images, si belles, si ressemblantes que la réalité semble avoir été découpée et mise sur papier pour décorer cette chambre, pour finir sur l'imposante maîtresse des lieux : une carte d'un monde inconnu, rempli de tant de ces fragments de réalité que je tomba sur mes fesses devant une telle œuvre. C'était.... Surréaliste, si bien que qui pouvait dormir dans une telle pièce ?

Mais je réalisais seulement maintenant que je n'étais pas seul, 2 femmes étaient entrée bien avant mon réveil, et se préoccupait de la chambre sans se soucier une seule seconde de moi. L'une, d'à peine l'âge d'offrir sa main à un mari plus vieux qu'elle, chantonnait avec allégresse une petite chanson en commençant à sortir plusieurs affaires et vêtements pendant que l'autre, plus âgée, peut être ayant dépassé de peu l'âge d'enfantée, s'approche d'un vaste tas de livre sous la carte du monde, organisé en escalier ou en une miniature d'une très vaste fortification, et prononce en se penchant deux mots :

"Princesse Tsira"


Princesse ? Une princesse était dans le tas de livre ? Je m'approcha discrètement, voulant jeter ne serais-ce qu'un coup d’œil, pour voir qu'il s'agissait d'Emily ! Enfin, pas vraiment, il s'agissait d'une fillette plus petite qu'elle, mais possédant les mêmes attributs physiques que cette fille rencontrée quelques jours auparavant m'accompagnant, excepté peut être pour les seins, mais c'était une version plus petite et plus jeune d'elle !

L'autre femme s'approcha, portant sur ses bras plusieurs robes de très haute qualité. J'avais beau être tout de même bien visible, elle ne daignait m'accorder de l'importance, comme si... je n'existais pas.

"Princesse Tsira, les livres ne font guère bonne couchette ! De plus, il grand temps de vous préparer, votre mère vous attends avec impatience !"

Oui, j'étais vraiment de trop à cette scène...Leur absence totale de réponse, de gène ou d'intérêt pour ma personne alors qu'il y avait quelqu'un de haute importance ici semblait dire que je leur étais totalement inconnu, ou alors que leur moyens de sécurité était totalement inexistant.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMer 27 Jan 2016, 20:43

Tsira.
 
Je savais que ce nom était l’un des miens, néanmoins l’entendre être utilisé me faisait étrange. Quand  une partie  de mon passé m’avait été révélée, toutes ces choses paraissaient comme un mythe, une vérité si invraisemblable qu’elle était dure à avaler. Ce n’est pas que je n’y croyais pas, c’était juste que ça paraissait… irréel.
 
Mais entendre ce nom, employé tel quel, en situation, le rendait…tangible. Concret. Et me rapprochait un peu plus de mon « véritable » moi.
 
Et je…enfin, elle, se réveilla. Son visage ne montrait aucune trace de son sommeil récent, aucune marque de ce flou qui nous embrume généralement dès que l’on sort du sommeil, aucun œil plissé ou incertain. Rien. C’était comme si, pour elle, dormir ou être éveillée, n'était pas différent.
Sans prononcer un seul mot, la petite fille salua les deux servantes qui lui rendirent avec courtoisie. La plus jeune lui présenta la sélection de robes qu’elle avait faite, mais la princesse ne sembla même pas y prêter attention, se contentant de prendre la première venue, s’inclinant à nouveau pour remercier l’adolescente.
 
Après s’être rapidement changée, Tsira franchit la sortie de la chambre, accompagnée des deux servantes. Je leur emboîtais alors le pas, guidée par ce profond désir d’en apprendre plus sur elle… et donc, sur moi. Qui étais-je ? Qu’est ce que je faisais de mes journées ? Comment je me comportais ? Quel genre de personne je côtoyais ?
 
Car il m’apparaissait clair que cette exploration était un souvenir. A force de rêver et de parcourir le monde onirique, il m’était facile de deviner ce qui en était une création originelle, des songes étranges au sens symbolique et souvent prémonitoire, ou des fragments de mémoire, reproductions fidèles d’évènements que l’explorateur avait vécu, privilégiant néanmoins  la plupart du temps les parties occultées de la mémoire.
 
Le trio s’avança donc dans des couloirs…époustouflants. Ce lieu était un véritable palais de marbre bleu comme l’océan, décoré de mille et un ornements en tout genre : Vitraux, peintures, statues… Le tout centré autour de thématiques liées à l’eau, à la royauté –plus spécifiquement, aux reines-, ainsi qu’aux fleurs d’or, symbole du royaume que l’on voyait sur de nombreuses broderies.  Ce que je voyais ne pouvait être qu’une chose : L’intérieur du château de Zephyria, un royaume côtier dans lequel j’avais vécu… quelques siècles, m’avait-on dit.
 

Néanmoins, quelque chose attira soudainement mon attention. D’une manière similaire aux pleurs que j’avais perçus au début, un son très lointain se fit entendre, comme la fin d’un écho étouffé. Cela ressemblait à du vent. Ou peut-être une sorte… de cri ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyLun 01 Fév 2016, 22:29

La petite fille, encore enfantine, se réveilla, ouvrant petit à petit ses yeux du même vert que ma camarade de voyage. C'était un élément de plus se rajoutant à mes suspicions, d'autant qu'elle maitrisait un art appelé ''magie'', et que donc changer de taille devait être aussi simple que de rendre sobre un ivrogne des tavernes de Tokyo !
Personnellement, un simple coup me suffisait pour cela, mais à l'optique un peu trop définitive pour son application.

Cet enfant, à peine réveillée, pris la première robe qu'une des deux demoiselles lui tendait, et commença à s'habiller. Devant la scène, j'eu la politesse d'écarter mon regard, entre la politesse que se devait être une telle situation devant une fille, mais principalement par son rang, d'un simple geste, peut être que tout un pays allait se jeter à corps et à crocs sur moi.
A la place, mes yeux s'immobilisèrent sur la grande carte fixée au mur, constituée de nombreux fragments de réalités. Même en fermant les yeux, je n'arrivais à obtenir d'image aussi précise que cela, quand bien même elles furent de mon passé. Le japon, Kyoto, la grotte où nous étions, aucun de ces endroits ne pouvait être retranscris aussi bien que la composition de cette carte.

Seul le bruit de la porte se fermant me fit sortir de mon observation. La jeune fille était parti, très probablement rejoindre sa mère comme l'avais mentionné l'une des servantes. Je commença à leur emboîter le pas, m'approchant de la porte, mais cette dernière semblait être scellée, comme si elle n'avait jamais put s'ouvrir, et toute ma force ne la bougeait même pas.

''Le royaume...''

Je me retourna, cherchant du regard la fillette qui m'avait percé l'esprit d'une immense douleur, mais... introuvable, sa voix résonnait juste dans la pièce, alors que je commençais à sentir une montée d'adrénaline. Cette fois-ci, elle n'allait pas pouvoir exercé une telle pression sur moi !

''Montre-toi ! Tes intentions !'' hurlai-je dans la pièce, prenant en main mon arme. Ne jamais s'en séparer étais vraiment indispensable.

''Le royaume des songes n'est pas à ta merci ! Disparaît !''


En disant ces mots, la pièce toute entière se mit à trembler, les armoires montrant les signes du temps, les images tombants aux sols des murs se fissurant, alors que desquels d'inquiétante masse informe de... membres invertébré ? Des tentacules ? Qu'importe, ces choses sortaient des murs, remuant dans tout les sens avant de me désigner, et de s'étendre uniquement pour me frapper. De mon arme, je réussi à me défendre, en tranchant les plus téméraires, mais en était tout de même repoussé dans un coin.

Toutefois, un coup de dos me projeta à travers la pièce, me faisant atterrir sur un meuble, le détruisant d'un seul coup. Quelques bouts de bois m'écorchèrent au passage, mais j'étais encore apte au combat, juste en mauvaise posture, d'autant que d'un membre coupé en repoussait deux.

Mais... Une question me traversa l'esprit : Une telle chose est-elle seulement possible ? Cette voix l'avait déjà mentionné, le royaume des songes... Était-ce un rêve ? Pourquoi ferais-je un tel cauchemar ?

Je secoua la tête, la priorité était de survivre, et pour cela, j'allais devoir fuir. Et je n'avais qu'une seule possibilité : la fenêtre. Je l'enfonça d'un grand coup de mon arme, et sauta inconsciemment dehors. Qu'allais-je obtenir, si ce n'est une chute vertigineuse vers le sol, la mer ou un toit moins élevé ? Par chance, une possibilité s'offrait à moi : un balcon.

De toute ma force, je saisis mon arme, priant pour qu'elle ne m'échappe pas, et la mis pour tenter d'accrocher cette seule chance. Le choc fut très rude, et à la place d'arriver sur ce balcon, je ne put que passer par la fenêtre de l'étage en dessous dans un étourdissant vacarme, avant de rouler au sol, très sonné, et de me faire écorché par les nombreux débris de verres qui jonchait maintenant la pièce. Encore une journée compliquée...



*****


Sans un mot, sans un bruit, la princesse Tsira et son cortège continuait de déambuler dans les immenses allées du palais, imposant à chaque rencontre le respect, les égard et les plus courtoises salutations. Tous des servants, des gardes, parfois des courtisans, mais jamais de la famille dirigeante, jusqu'à l'intersection entre l'aile ouest et le nœud central du château...

La princesse Tsira se cogna dans quelque chose de dur et métallique, et tomba fesses contre terre, jamais une telle armure n'avait osé se mettre en travers du chemin de la princesse, cela était comme une hérésie, une crime contre la famille royale, et donc contre le royaume tout entier ! Si l'une des servantes s'empressa d'être au coté de la princesse, l'aidant à se relever, pendant que l'autre, la plus jeune, semblait être presque paralysé, avant de s'incliner platement, et de s'excuser platement par ces termes :

''Votre altesse ! Puissiez-vous dans votre infinie bonté nous pardonnez d'avoir été si négligente !''

L'homme regarda le trio, un peu surpris d'une telle scène de si bon matin. Le choc ne l'avait même pas fait sourciller, et si cette jeune servant ne lui avait pas fait remarqué une telle action, il ne l'aurait probablement jamais ressenti. Toutefois, il s'emplit d'un profond rire, amusé par cela. Il fit un signe de main aux servantes, en dessinant sur son visage un sourire chaleureux et empli de confiance, avant de s'agenouiller devant la princesse, encore sur ses arrières et quelque peu sonnée.

''Il semble que j'étais sur la route de ma petite princesse ! Viens, ta mère t'attends, et elle n'est pas seule !''

Sur ces mots, il prit Tsira dans ses bras, salua d'un signe de tête et d'un sourire les deux servantes, avant de s'en retourner vers sa nouvelle destination, transportant cette inflexible petite princesse vers sa mère.

D'à peine plus d'une trentaine d'année, les cheveux orangés et indomptable, le visage et la carrure d'un grand guerrier et toujours à l'humeur sympathique, cet homme n'était simplement que le roi de Zephyria.


Dernière édition par Kamatari Honjo le Lun 08 Fév 2016, 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyLun 08 Fév 2016, 02:17

« Toutes mes salutations, Princesse Tsira »
 
Détournant mon intention du bruit que j’avais cru entendre, je me retournais vers la « moi miniature » accompagnée des deux servantes, qu’un passant venait de saluer. Probablement un autre serviteur ! En tout cas, ce ne fût pas le seul que nous croisâmes durant notre progression dans les interminables –mais magnifiques- couloirs du château, et chaque personne s’arrêtait pour saluer Tsira, qui leur rendait en s’inclinant, sans un bruit de sa part. C’était presque… déroutant, de me voir aussi silencieuse. J’étais consciente d’être une personne discrète, et ma voix ne portait pas très loin, mais tout de même…
 
Non, il fallait que je réfléchisse autrement…  Mes souvenirs avaient été effacés. Mais pas ceux de la moi que je voyais vivre ici. Elle avait donc subit le sort réservé aux réceptacles, elle n’avait pas de sceau pour contenir sa nature, ce soi-disant « pouvoir gigantesque», ni pour lui faire oublier les deux ou trois millénaires passés seule, enchaînée dans une tour. Il y avait de quoi sombrer dans la folie, alors le mutisme était une bien faible tare au final, pour ce qu’elle avait vécu.
 
*Bonk*
 
Un bruit métallique vint me sortir de mes pensées. La princesse était assise par terre, son visage toujours aussi inexpressif, face à un véritable mur de métal qui formait en vérité une armure. Une de servantes aida Tsira à se relever, tandis que l’autre  prononça des excuses légèrement paniquées. Ce qui attira mon attention néanmoins, fût le fait qu’elle le décrive comme étant… le roi.
 
Mes yeux passèrent le long de son imposante armure, mais lorsqu’ils arrivaient devant son visage, celui-ci était partiellement recouvert d’une ombre m’empêchant d’en discerner les moindres traits.
Déception…
 
Celui-ci pardonna chaleureusement les servantes, et prit la princesse dans ses bras, pour l’emmener voir la reine, comme il était prévu. J’étais… « impatiente », mais le mot était bien trop faible.  Kiara, une des plus grandes reines que Zephyria ait connues, ayant dirigé le royaume pendant plus de huit siècles en m’adoptant au tout début de son règne, avant de choisir de se sacrifier pour me permettre de vivre… Je ne l’avais jamais vue. Je n’avais que vaguement entendu le son de sa voix lors de mes songes. Et pourtant, j’étais en admiration totale devant cette si grande femme, qui avait permis à quelqu’un… comme moi, d’avoir sa chance…
 
Un bruit de verre brisé atteint mes oreilles, très profond, très lointain. C’était la troisième fois dans ce songe qu’un son aussi distant me parvenait, y’avait-il une raison précise à cela ? Je n’eus pas l’occasion d’y réfléchir plus longuement : Le Roi venait de passer une porte qui s’ouvrait sur une très grande salle, pourtant seulement équipée de deux canapés. Une sorte de salle d’audience, si elle ne se situait pas dans la salle du trône ? Néanmoins, mon regard se dirigea en direction du balcon, où deux femmes discutaient… dont Elle.
 

Musique !

 
Le temps semblait s’être arrêté, face à la beauté et la grandeur de cette femme. Il fût facile de la reconnaître, par son diadème royal aux couleurs de Zephyria, bleu orné d’une pierre d’Or. Celui-ci était installé dans des cheveux châtains impeccablement coiffés, encadrant ses joues et se prolongeant en une longue que de cheval se prolongeant jusque au bas de son dos. Ses yeux marins décoraient à merveille un visage aussi doux que fort, leur teinte s’accordant avec perfection à l’ambiance de Saphir dans lequel baignait le château. Son corps était recouvert d’une magnifique robe bleue drapée de fleurs dorées, officielle sans être pompeuse, légère sans être vulgaire. L’équilibre parfait entre noblesse et humilité.
Son allure était celle d’une reine, sa silhouette la révélait comme une combattante, mais avant tout… c’était une femme. Une femme d’une beauté à couper le souffle,  et je ne disais pas cela car il s’agissait de ma mère, non… Elle était réellement ravissante, épargnée de la moindre tache d’imperfection, que ce soit dans son visage ou ses formes, dans ses cheveux, dans son regard, dans sa posture.
 
Le temps revint à la normal, me permettant de détacher mon regard de la Reine, pour observer son interlocutrice. Il s’agissait d’une femme beaucoup plus petite, à l’air enjoué. Les couleurs de ses vêtements, verts et noirs, ne correspondaient pas à ceux du royaume, mais elle semblait très bien s’entendre avec Kiara, comme une amie et non une diplomate ou autre envoyé d’une nation étrangère.  Sur ses cheveux roux mi-longs se tenait un chapeau de sorcière, qui lui donnait une allure rigolote ! Étrange, mais rigolote.
 
Toutes deux se retournèrent pour saluer le Roi, qui leur rendit avant de déposer la princesse :
 
« Je vais aller surveiller l’état de la cité, et j’irai ensuite m’entraîner avec les troupes. Portez-vous bien, toutes les trois ! » Dit-il en souriant, avant de quitter la pièce dans le lourd fracas de son armure.  
 
Tsira se mit alors à avancer, vers notre mère, venant s’agripper à sa jambe, sans pour autant abandonner son expression neutre. Kiara la prit alors dans ses bras, la plaçant de façon à ce qu’elle puisse contempler l’infinité de l’océan à l’extérieur, et l’incita à saluer la petite femme à ses côtés, qui parla alors :
 
« Tsira, tu dis bonjour à Marraine ? »
 
L’enfant l’observa, sans abandonner son expression neutre, puis je vis ses lèvres s’entrouvrir, prête à prononcer quelque chose… mais elle abandonna, comme si l’effort était trop important, et s’inclinant poliment à la place. Cela déclencha un rire léger, sans être moqueur, de la part des deux femmes.
 
La sorcière était donc ma marraine… Si j’avais été un petit peu curieuse jusque là, car la première vision de ma mère m’avait bien plus marquée, la petite dame vint soudainement m’intéresser beaucoup plus ! Qui était-elle ?
 
« Tu as l’air de bien te porter, non ? » continua-t-elle, en souriant.





Des chibis pour le dieu des chibis :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyJeu 11 Fév 2016, 00:41

Tss...

Je laissa échapper un soupir devant ma situation : Certes mes blessures étaient légères et superficielles, mais elles ne se privaient pas d'être douloureuses. Pour tout dire, j'aurais presque préféré resté allongé dans cette salle, entre deux éclats de verres plantés dans mon corps, mais je pressentais que l'esprit n'allait pas vouloir me lâcher de si tôt, et donc que resté ici convenait à attendre patiemment la mort.

Face à autant de fourberie, de sortilège, de maléfice, je préférais une approche plus évasive de la situation. Il fallait que je mette fin à cette supercherie, quelle soit songe ou très mauvaise histoire. Emily par ailleurs était peut être en danger: si j'avais du mal à contenir un tel esprit, qui sait ce quelle pourrait faire contre ? Il n'y avait une seule seconde à perdre !

Je me redressa bien vite, et reprenant une grande inspiration, je commença ma course à travers le palais, sans prendre le temps d'admirer les vitraux, les statues, les tableaux et tout autres armures qui jonchaient les couloirs de cet endroit, tapissé toujours des deux mêmes couleurs : Bleu et or. Les propriétaires de ce fief devait posséder de très bon moyens, du fait que ce sont des couleurs naturelles très rares.

Secouant la tête, j'arriva au terme d'une course assez longue à une salle beaucoup plus grande, très décoré, parsemée de colonne et de lumières. Au fond se dressait un grand trône, surélevé de quelques marches vis à vis des différents paliers de hauteurs qui composait cette pièce, donnant une impression de dominance sur les autres j'imagine, comme ce doit être le cas pour ceux qui siège en ces lieux.

Fait toujours étrange, cet endroit regorgeait de personne, de serviteurs et de garde, mais aucun ne me distinguait, ne s'apercevait de ma présence. Etais-je devenu une sorte de spectre ? Vis à vis de la situation, ce ne rajoutait qu'une de plus vis à vis de la possibilité du rêve... Alors pourquoi étais-je traqué dans le mien ? Pourquoi n'avais-je aucune influence sur celui-ci ?

Me connaissant, j'aurais été bien incapable d'imaginer un tel endroit, avec ces costumes, ces lieux et cette architecture. Tout cela était de trop pour moi, ma culture se limitant au Japon et de manière très limitée aux Etats-Unis. Un tel endroit était inconnu... toutefois, pour moi.

Car si après tout je n'étais pas le rêveur, pouvait-il s'agir de celui de quelqu'un d'autre ? Et cette autre personne serait...Emily ?

Ce ne serait pas incohérent, après tout, au début de ce songe, j'avais vu une fillette lui ressemblant étrangement. Elle possède un esprit plutôt créatif, et ce n'est pas improbable que toute ces choses magiques dont elle est capable lui permettent à défaut de faire des choses comme ceci. Quoi qu'il en soit, j'allais devoir retrouvé cette fillette, et essayer d'interagir avec elle afin de stopper ce songe. je risquais probablement beaucoup si je me laissais attraper par ma traqueuse.

Mes pensées furent interrompues par un fort rire non loin, un peu surpris, je tourna ma tête dans cette direction : Un homme était en train d'arriver dans la pièce, suivit par les sons métallique émanant de son armure. Dans la seconde, tous les domestiques s'inclinèrent devant l'homme, qui, d'un sourire accompagné d'un geste calma ce peuple. Qui pouvait avoir autant d'autorité et de prestance qu'un seigneur pour pouvoir faire ainsi ?

J'examina plus amplement cet homme. Son visage, d'un teint légèrement plus foncé que la moyenne des domestiques était droit presque dur, mais son sourire chaleureux et complice indiquait qu'il préférait mille fois rire que d'user d'autorité. Ses yeux luisaient à travers deux pupilles vertes d'une forte volonté, et ses cheveux, d'une couleur orangée peu commune et tout simplement indomptables, ne cachaient même pas une vieille cicatrice sur son sourcil gauche. Enfin, entièrement équipé d'une lourde armure métallique, rajoutant encore plus de prestance et de force à son aura pourtant garnie en la matière.

J'étais plutôt impressionné devant un tel homme, mais toutefois, une secousse proche me rappela à la réalité : Il fallait au plus vite que je trouve Emily !


*******


''A vrai dire, c'est plutôt moi qui la porte actuellement." Répondit la reine Kiara avec douceur et gentillesse, réussissant en une seule phrase à faire pouffer de rire son interlocutrice, qui n'était pas cliente difficile en la matière.

Reprenant peu à peu son souffle, elle s'appuya contre la rambarde du balcon, décollant ses pieds du sol en tenant en équilibre à la force de ses coudes, regardant l'océan, avant de dire :

"Cela fait tout de même... Pfiouuu... 6 ans qu'elle est ici ? Et bientôt 25 ans qu'on se connait, non ?'' Elle tourna sa tête en direction de Kiara, la regardant dans les yeux : ''J'avais raison en tout cas, elle s'accommode bien à la vie du palais ! Et de plus, elle à l'air de t'adorer !''

La reine tourna son regard vers l'océan et ses abysses, dominé en tout point par le somptueux palais, puis dit, presque soupirante :

''Tu as raison pour les années, bientôt 25 ans de règne, mais quant à elle...Elle est toujours avare en mot, mais par ses gestes, elle semble apprécier la vie ici. J'aimerai juste pouvoir avoir plus de temps avec elle, mais gérer le royaume en plus est difficile."
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyLun 15 Fév 2016, 23:38

Les deux femmes continuaient leurs discussions, tandis que je ne pouvais détacher mon regard de celle qui fût ma mère. Néanmoins, ma marraine –dont je n’avais jamais entendu parler jusque là- évoqua des informations qui me permirent de situer ce souvenir dans le temps.
Six ans. Cela faisait six ans que Tsir-…que je vivais ici. Ce rêve était remonté très loin...

De ce que j’en savais, Kiara m’avait adoptée au début de son règne. Car oui, c’était le début de son règne, et le début de ma vie en tant que princesse du royaume de Zephyria. La lignée particulière des souveraines de ce pays leur permettait de vivre plusieurs siècles, jusqu’à près d’un millénaire pour les plus chanceuses. J’ignorais les années exactes, mais Mère vécu pendant près de 800 ans avant… d’être gravement blessée dans une bataille, et de faire le choix de se sacrifier, avec deux autres personnes, afin de me sceller.

Sceau qui limita mes pouvoirs en tant que « Réceptacle », effaça ma mémoire, et me permit de parler à nouveau. Je ne possédais que de vagues suppositions sur la raison, mais… j’en étais profondément désolée pour Kiara, ainsi que pour ma sœur qui verra le jour bien plus tard, Tsira ne parla jamais durant les huit siècles qu’elle passa au château. Que ce soit pour une raison magique, ou simplement le résultat de trois millénaires à être isolée, dans la solitude, du reste du monde, ma famille n’entendit jamais le son de ma voix…
Alors que le sceau m’ait permit de le faire en enfermant la muse des rêves, « Maevea », profondément dans mon esprit, ou simplement en masquant ces indésirables souvenirs, cela restait un mystère.

Ce fût la voix déterminée de la petite sorcière qui me sortit de mes pensées :

« Tu réussiras ! Les personnes comme toi ne peuvent simplement pas échouer ! Tu es juste parfaite. »

Je souris. Parfaite… C’était aussi comme ça que je décrivais Kiara, de ce que je savais d’elle, et surtout après l’avoir vue ! C’était bien parce que mon carnet n’était pas accessible pendant mes songes que je n’avais pas commencé à la dessiner, maintenant et tout de suite.

« C'est gentil, mais... »

Mère observa l’océan en commençant cette phrase, comme pensive.

« Je doute que ce soit vrai. Cependant, seul le temps nous dira la vérité. »

Elle reposa son regard sur la petite qu’elle tenait dans ses bras, fixant l’océan de son air éternellement inexpressif.

« Et le temps… cette petite l’aura. »

« Oh, allez, ne commence pas à partir dans tes grands discours ! J'ai vécu déjà bien plus longtemps que toi, et ça ne prend plus avec moi ! » Contesta vivement ma marraine. Elle semblait porter une grande foi en la dirigeante de Zephyria… et j’y croyais tout autant ! Même en connaissant l’avenir…

« Parce que ça à déjà réussi ? » Rigola Kiara. « C'est plutôt rare que tu arrives à venir dans un palais autrement que par effraction. »

« Mais…Mais… » Réagit-elle. Marraine avait vraiment l’air d’être une personne amusante. Très enfantine, malgré qu’elle dise avoir vécu plus longtemps que Kiara. Je n’étais d’ailleurs pas spécialement surprise de l’apprendre : Dans le monde magique, on pouvait trouver de tout ! Y compris des personnes qui ne vieillissent pas. J’en… suis un exemple, après tout.


« Et cette fois-ci ne dérogeais pas aux habitudes. J'ai dut prévenir les gardes qu'il s'agissait de la célèbre Noraa Brindesource, et pas d'une adolescente suffisamment casse-cou pour pénétrer ici. » Conclut Mère, en souriant.

« No…raa ?! » laissais-je échapper, presque en criant. Bien entendu, j’étais seule dans mon rêve, et les souvenirs ne pouvaient entendre, mais je n’avais pas réussis à me retenir. Noraa était un nom que j’avais déjà entendu, mais je n’avais jamais imaginé qu’elle soit ma marraine ! On m’avait juste dit qu’elle était une amie très proche de Kiara…

Et surtout, qu’elle était la mage ayant placé mon sceau. Une des plus puissantes mages que le monde ait connus.

« Tu es méchante quand tu as raison... » répondit-elle, baissant la tête et croisant les bras, boudeuse.

Il était vrai que ça ne se voyait pas vraiment… mais pourtant, c’était vraiment une sorcière très douée ! M’avait-on dit.
A nouveau, un son lointain se fit entendre. C’était une secousse. Peut-être un signe annonciateur de la fin de ce rêve ?...
J’observais mère. Elle ne bougeait plus. Noraa non plus. Cette fois-ci, le temps s’était vraiment arrêté, comme si ce souvenir n’allait pas plus loin. Ou que quelque chose avait interféré avec… comme si on avait appuyé sur un bouton « Pause » d’un film, ou que l’on empêchait  le lecteur de tourner.

C’était un autre signe annonciateur de la fin prochaine. Mais je ne pouvais pas laisser les choses se clore ainsi. Mère était là, devant moi, je pouvais la voir, l’entendre…  Non, je ne voulais pas me réveiller maintenant !
Je courrais vers elle. Au moins, si je pouvais serrer Mère dans mes bras, pour une fois, ce serait déjà…

« Idiote. »

Un coup dans le ventre intercepta ma  course, et me propulsa plusieurs mètres en arrière, me coupant le souffle quelques instants. Cette force était surhumaine. Il était impossible de se tromper sur l’identité de l’attaquant…
Mon regard, encore flouté, se posa sur lui : Ce que j’appelais la Voix Rouge. Une entité brumeuse aux couleurs écarlate, ayant une forme vaguement humanoïde –et, aux formes, masculine- lorsqu’elle ne bougeait pas, et l’étrange apparence d’un nuage sanglant imitant des flammes, pendant ses gestes.

« Tu veux la prendre dans tes bras ? Idiote.»

« L-laisse-moi, je veux juste… »

« Elle est morte. Celle que tu vois n’est qu’un souvenir. La vraie a péri, par ta faute, et ce depuis plusieurs années. »

C’était la réalité. La triste, et cruelle réalité. Il était toujours celui qui l’amenait. Mais est-ce que cela voulait dire que je devais l’accepter pour autant ? Non !

« L…laisse-moi passer, je veux juste la prendre dans mes bras… » Répondis-je, les larmes aux yeux. Et armant ma magie, car l’affronter était le seul moyen de le faire partir.

« Toi, tu veux te battre, alors que tu es aussi inoffensive qu’un agneau ? »

Oui, je détestais la violence, mais nous étions dans un rêve… Les choses étaient différentes. Tout ce qui allait se passer n’aurait aucune conséquence dans le monde réel. La douleur, les blessures… tout disparaîtrait.

Deux flèches magiques fusèrent dans sa direction, mais il les dévia avec une facilité déconcertante. De ce que j’en savais, il représentait « l’épreuve », l’ « obstacle ». Indirectement, il était le concept le plus représentatif de l’effet du sceau : Bloquer. Mais à présent que j’étais en Kosaten… la marque de Manshe avait affecté mon monde. Alors il était probable, que plus l’emprise du dieu-serpent était grande, plus les pouvoirs la Voix Rouge en étaient amplifiés… et ceux de la Voix Violette, sa rivale, son opposée, affaiblis.

Je préparais un autre sort, ne comptant pas me laisser abattre pour autant. Néanmoins, en un éclair, il s’approcha de moi et m’attrapa à la gorge, me soulevant du sol.

« C’en est risible. »

Puis, il se retourna, et me lança sans le moindre effort vers Kiara, me faisant m’écraser douloureusement à ses pieds.
C’était étrange. J’avais comme l’impression… qu’il venait de m’aider ?

*Kof* « P…pourquoi ?.. » *Kof*

Je me retournais dans sa direction, néanmoins il s’était volatilisé.
Je n’allais pas me faire prier. Observant Kiara quelques instants, je souris… d’aussi près, même immobile, elle était toujours aussi belle. Une statue ne souffrant d’aucun défaut.

De peur qu’une autre interruption ne survienne, je me mis sur la pointe de mes pieds, pour entourer son cou de mes bras, et poser ma tête sous son épaule. Bien sûr, il n’y avait pas réellement de chaleur, comme il n’y avait pas réellement de contact, mais…

J’avais pu prendre Mère dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyJeu 25 Fév 2016, 19:15

Les secousses reprirent et commencèrent peu à peu à devenir de plus en plus puissantes, de plus en plus violente. L'endroit semblait vouloir s'effondrer sur lui même, et ce malgré les grands murs et les voûtes que contenait ce palais.

Il me fallait faire au plus vite, il fallait que je m'empresse de mettre fin à ce rêve, et cela allait devoir se faire en trouvant Emily au plus vite.Mais où devais-je chercher ? L'endroit était immense et je n'avais guère énormément de temps pour nous sauver de ce danger. Devais-je suivre mon instinct ? Titiller la chance plus que raison ?

Toutefois, un bruit de pas très proche me fit me retourner d'un geste vif : un des gardes du palais semblait s'approcher de moi tel un décharné, pendant que l'endroit semblait peu à peu s'assombrir. Je voyais même dans le coin de la pièce sortir de l'ombre les précédentes tentacules qui m'avaient quelque peu malmené. Et toutes les autres personnes de l'endroit semblait connaitre le même sort que ce garde : s'avançant vers moi d'un pas lourd et maladroit, comme des possédés.

Je dégaina mon arme, prêt à en découdre, malgré que mon état ne soit pas au mieux. Survivre aux tentacules étaient une chose, mais de là à combattre en plus tout les serviteurs du palais, j'allais devoir user de bien des stratégies... Mais ce fut une voix derrière moi qui créa la surprise :

''Mies Miaï Mades, Sagita Magica, duo aqualis spiritus !"

Deux traits aquatiques passèrent le long de mes joues pour toucher le corps du garde, qui tomba en arrière, vaincu ou assommé par l'attaque magique qu'il venait de recevoir. Une goûte de sueur glissa le long de mon front, avant que je ne m'écarte d'un mouvement rapide et ne constate qui était cette personne, et ce fut une grande surprise :

Une femme, assez petite et maigre, suffisamment pour se confondre avec une adolescente, était à coté d'une des sorties, derrière moi. Et que dire d'elle, hormis que j'ai trouvé encore plus étrange qu'Emily : Elle partageait déjà une couleur d'améthyste en ces cheveux, bien que ces derniers soient moins foncé, plus cour et plus désorganisés, couvrant une bonne partie de son visage, mais mettant en valeur deux petites perles violette cerclée de blanc.
Ses habits, constitués d'une robe violette assez claire, et d'un manteau plus foncé, n'était orné que par un peu de fourrure au col et d'un ruban jaune.
Elle portait en plus à la main un étrange livre, à l'air ancien et poussiéreux, griffonné de note et de marque page.
Et surtout, que diable, au dessus de ses cheveux trônaient deux petites excroissances triangulaires de fourrure noire et blanche, s'agitant rapidement, ainsi qu'une queue de même fourrure sortant de sous la robe, le tout rappelant étrangement un petit félin...

Emily a de bien étranges rêves...

Toutefois, je n'étais pas sorti d'affaire, à la vue toutes ces masses se dirigés vers moi. Cette femme me lança un regard assez inquiet, presque inquisiteur de ma personne, avant de m'indiquer d'un geste de son bras gauche l'escalier, tout en commençant à prononcer une nouvelle incantation :

''Mies Miaï Mades, Sceptrum Neptuni , divina manus , non ultra litora pascua seducere ! Unda torquentia !"


Alors que ses mots se finirent, une gigantesque vague vint déferler dans la salle, n'épargnant ni garde, ni tentacule, ni tapisserie et autre mobilier. Toutefois, je n'avais pas d'avantage de temps à perdre, et fonça à travers un escalier, pour arriver après une petite course sur un couloir à une grande salle, presque vide, orné de deux grands canapés bleu et or, ainsi que d'un balcon, actuellement occupé par un trio de personne, composé d'une grande femme en robe bleu et dorée, rayonnante même de loin, d'une plus petite en vert foncé et noir, et d'une troisième, qui s'agissait d'Emily, dans les bras de la première personne.

Mais les secousses continuaient, et je ferma les yeux, courant l'épaule en avant afin d'entrer en contact avec Emily. Ça n'allait pas être la méthode la plus douce, je risquais peut être de blesser ces personnes là, mais peu m'importait, plus rien, car...

C'était un rêve.

Mes pas s'enchainèrent, l'un après l'autre, résonnant contre la pierre de ces lieux. Je ne ressentais plus rien, pas même les éclats de verres incrustés dans mon dos. Je voulais juste que cela cesse.

Je senti le contact s'effectuer, et avant même que je ne ressente la douleur, je me réveilla en sursaut au beau milieu de la grotte, frigorifié et exténué. Il allait encore falloir faire un feu...

Chibi Time, l'étrange femme chat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 01 Mar 2016, 18:10

Un violent choc mit immédiatement fin à ce pourtant si beau songe. Le contact maternel, figé dans le temps, se stoppa net, et fût remplacé par le froid et l’humidité  de la caverne dans laquelle la jeune fille s’était assoupie précédemment. Elle resta ainsi immobile durant de longues minutes, les yeux ouverts et fixant l’obscurité parfois brisée par le flash d’un éclair traversant le ciel au dehors.
Ce rêve. Il avait été l’un des plus forts qu’Emily n’ait jamais fait. Des images de son passé lui étaient revenues parfois, sous forme d’éphémères souvenirs, souvent brumeux. Mais un tel film aussi précis et aussi long ? C’était une première. Une première qu’elle ne risquerait pas d’oublier !

S’apprêtant à ouvrir son carnet de dessins, elle se souvint alors d’une chose : Il avait été noyé dans le naufrage. Lui et tout ce qu’elle y avait graphé durant ce voyage en Kosaten. Accablée par cette compulsion qui ne pouvait être apaisée, la dessinatrice se mit en boule pour tenter de retrouver le sommeil. Pour elle, donner forme aux choses qui brulaient dans son cœur et son esprit était un besoin quasiment vital. L’art du dessin conditionnait toute sa vie, tout son monde tournait autour des feuilles, crayons, traits et couleurs. En être privé, c’était perdre une partie d’elle-même. Et une partie importante. Sans aucun moyen d’exprimer ses sentiments, surtout après un songe comme celui-ci, la jeune fille avait comme l’impression de brûler de l’intérieur, ses émotions faisant tout pour sortir.

Au bout de quelques minutes elle laissa son regard se diriger vers Kamatari, qui semblait réveillé… mais surtout, gelé, comme en témoignaient ses faibles tremblements et la légère brume expirée à chaque respiration. Et quand elle le remarqua… la jeune fille se rendit compte qu’elle aussi, était frigorifiée.
D’un mot en latin, l’apprentie magicienne ralluma magiquement le bûcher au centre de la caverne. Certainement que la grande faucheuse ne lui en voudrait pas…

« V-vous n’arrivez pas à dormir ?... » demanda-t-elle, avant de prendre nerveusement une pierre non-loin, et de commencer à gribouiller sur le sol rocheux.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 01 Mar 2016, 20:35

Mes yeux oscillaient entre épuisement et grande fatigue. A vrai dire, je manquais presque de m'assoupir de nouveau, éreinté par le climat et principalement les derniers jours, mais le froid de la nuit au milieu de cette caverne ne jouait pas au bon vouloir d'un repos. Mais le pire était l'incompréhension dans laquelle je flottais : Je voulais savoir ce qui s'était passé précédemment, ce qu'était ces lieux et... Pourquoi tout ceci ?

Une faible lueur précédée de quelques mots me firent sortir de ma légère torpeur : Emily venait à l'aide de ses capacités de rallumer le feu. A vrai dire, cela devait être la chose quelle faisait le plus... C'était pratique, mais... parfois même trop simple.
Je m'approcha un peu du foyer, profitant tout de même de l'agréable chaleur, tout en entendant Emily m'adresser la parole.

Je leva les yeux au plafond, m'appuyant au sol de mes main pour éviter de tomber en arrière, avant de dire :

''Je dormais, je dormais, mais... Disons que j'ai simplement cauchemardé, et c'est plutôt rare pour moi...''


C'était vrai dans un sens, mais cela allait beaucoup plus loin qu'un simple cauchemar... Mais je doutais de tout, est-ce que tout ce que j'avais vu s'était passé ou étais-ce simplement que mon esprit ? Emily était-elle liée à cela ? Il allait falloir que j'amène le sujet.

"Un bien étrange songe tout de même... Je n'ai jamais rêvé de tel palais, bleu et doré, tout comme je n'ai jamais rêvé d'autant de domestique ou de gravure, de roi en armure ou de magicienne aux étranges abribus félins..."


Assez vague comme descriptions, mais c'était dans quoi j'avais évolué... Mais il manquait quelques détails encore...

''Et si on oublie que j'ai subit l'assaut d'un esprit bien agressif utilisant toutes les ressources d'un tel endroit, quelles soit immatérielles, diaboliques ou humaines, pour tout simplement me neutraliser et faire poursuivre le songe à un rêveur..."

Ça avançais bien, partie par partie, mais il manquait vraiment l'information la plus cruciale à mes yeux. Je tourna mon regard vers Emily, et lui dit sans retenue :

"Tu étais dans ce rêve, plus jeune, plus petite et avec un peu plus de retenue. Compte tenu de ce que j'ai put voir, sentir et subir, je doute fortement que ce rêve soit le mien..."

D'ordinaire, c'était peu crédible, mais... Les capacités d'Emily était surnaturelle, alors pourquoi pas une telle chose ? N'aurait-elle pas put modifier mes rêves ? Les altérer ? Ou autre ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 01 Mar 2016, 22:25

La jeune fille écouta avec attention les dires de son compagnon de route. Plus il parlait, plus la vérité paraissait évidente à la muse des rêves : Kamatari venait de connaître sa première expérience du monde onirique. Il avait été témoin du songe qu’Emily venait de faire. Il avait vu les projections de son subconscient et de sa mémoire perdue, qui représentait le palais de Zéphyria et ses habitants, il y a quelques siècles de cela.

Mais il énonça aussi des choses  plus étranges. Une magicienne aux attributs félins ? Un esprit attaquant le rêveur ? C’était quelque chose que ferait la voix rouge, comme il l’avait fait pour Emily, mais… son « rôle » était au contraire de mettre fin au rêve, pas de protéger qui que ce soit. Quant à la voix violette, la jeune fille ne l’imaginait pas particulièrement offensive envers les autres rêveurs… quoiqu’après tout, elle ne s’était pas beaucoup manifestée en Kosaten, et avec cette étrange propriété de « rêve partagé » son comportement avait peut-être changé ? Et encore, il n’était pas dans son style d’user de moyens détournés comme le décor : Son truc était plutôt de broyer ses ennemis sous de puissants assauts de magie aqueuse.
Mais  le monde onirique était de toute évidence un véritable mystère, même pour celle qui en avait les clés.

La jeune fille se mit à réfléchir à comment expliquer le sens de ce qu’avait vécu Kamatari. Il avait semblé surpris de voir les simples sortilèges que la magicienne lançait, alors s’attaquer à une énigme aussi complexe que cet univers de songes…
Ou peut-être, que tout simplement, il fallait lui raconter depuis le début. La jeune fille vint à son tour se rapprocher du feu et de son interlocuteur, se laissant hypnotiser par le brasier tandis qu’elle tachait de clarifier les choses :


« C-ce que vous avez vu… était bien mon rêve. C’était un s-songe partagé. »

Elle laissa quelques secondes s’écouler, le laissant assimiler l’information, et certainement se poser des questions, avant de tâcher d’y répondre :

« D-depuis aussi longtemps q-que je m’en souvienne, j’ai toujours eu des rêves étranges… A chaque nuit, emportée dans un monde qui change de forme à chacune de ses explorations. C-ces rêves sont trop réalistes pour être normaux, et possèdent des sortes de pouvoirs. Ils montrent parfois le passé, parfois l’avenir, parfois aucun des deux, d’une manière figurée ou d’une manière directe comme ce que vous av-…vez pu voir cette nuit. Mais j-jamais un de mes rêves n’a manqué de sens, de chose à apprendre, que ce soit sur moi-même, sur les autres, sur le monde, sur mes souvenirs effacés, ou sur des évènements qui ne se sont pas encore produits. »

La magicienne fit une petite pause pour reprendre son souffle, et laisser le temps au guerrier féodal de cerner tout ce qu’elle venait de dire, ce qui devait représenter un sacré nombre de choses. Néanmoins, elle n’avait pas terminé, et se tourna vers Kamatari avant de reprendre :

« Mais… S-sur Kosaten, ils ont changé… J-je crois qu’ils peuvent s’étendre. Avant, j-j’étais la seule à y avoir accès, mais il arrive que les personnes dormant proche de moi s’y retrouvent comme connectées. Ses propriétés s’appliquent alors à eux…  C-c’est ce qui vous est arrivé. »

Néanmoins il restait des questions. Le fait que chacun d’eux ait été témoin du même songe, sans pour autant se percevoir était peut-être une propriété voulue de ce rêve ? Il était parfois à croire que ce monde avait sa volonté propre.
Cependant, il y avait eu des différences entre les deux explorations… c’était étrange :

« M-mais par contre, j-je ne me souviens pas de votre présence, ni de celle d’une m-magicienne féline, ou d’un esprit aussi agressif. C-c’est bizarre, p-parce que ça voudrait dire que n-nous avons eu deux rêves différents. V-vous pouvez me p-parler de ce que vous avez vu… ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMar 01 Mar 2016, 23:15

Voyant qu'Emily semblait préparer une réponse assez...Complexe, je me tourna vers elle, prêt à entendre toute l'histoire. A vrai dire, je n'espérais pas forcément vouloir tout comprendre, toute cette histoire s'étant déroulée peut être bien vite pour moi. Je voulais juste savoir ce que pouvais être les choses dont elle était capable, et s'il y avait une raison de la craindre... Savoir si je devais prendre des précautions au quotidien, simplement.

Et elle m'expliqua tout. Au moins, je ne m'étais pas trompé sur ça, c'était bien son rêve, mais... Tout ces liens, toutes ces choses complexes... Voir par le biais de rêve... Ce que pouvait espérer les meilleurs médiums du Japon et probablement du monde, une fille à peine sevré en était capable !

J'exagérai, elle l'était depuis longtemps, mais restait trop infantile pour être une adulte.

D'autant que l'arrivée en ce monde modifiait en plus cela pour que d'autres puissent assister à de tel vision. C'était inimaginable... Inconcevable pour moi, alors que je venais d'en être le témoin et la victime. Mais il fallait que j'ouvre mon imaginaire à de tel chose, sinon, j'allait être bien limité quand à apprendre ou bien combattre quelqu'un possédant des capacités similaires.

Toutefois... Je réagis presque instinctivement à une phrase, quelques mots à peine, perdue dans toute son explication... ''Sur mes souvenirs effacés"... Comment cela ? Quelqu'un avait... Enlever ses souvenirs ? Combien d'année ? Pourquoi ? Et com... Par une sorte d'étrange magie... Tout semblait pouvoir se justifier avec cela...

Mais une seconde arriva, plus globale, le songe, le rêve, représentait-il le passé, ou bien l'avenir ? Aurions nous à entrer dans un tel palais en Kosaten ? Ou bien Emily venait-elle en son monde d'une telle bâtisse ? Ce n'était pas improbable, vu que j'avais vu une version plus jeune d'elle, mais... Cette magie pouvait probablement tout faire, donc je n'en savais rien, à s'en arracher tout les cheveux !

Puis, ce fut à mon tour d'expliquer ma vision du songe. Il est vrai que j'avais un peu divergé de la route de cette Emily miniature, donc que j'avais put voir le vie du palais, bien étrange il faut l'avouer. Je pris donc une grande inspiration, tout en me grattant le menton avec le bout de mon pouce.

"C'est plutôt compliqué, et j'espère pouvoir décrire avec...Justesse ce que j'ai put voir là bas... Tout à commencer une fois que je me suis assoupie, un peu après toi. Avant même d'arrivé dans le palais, j'ai fait la 'rencontre' d'une étrange voix d'enfant. Il s'est avéré qu'elle s'est montré très...hostile envers ma présence. Elle me fit ressentir une forte douleur à travers mon crane, et puis... Je me suis réveillé, mais dans le palais."


Je repris une bonne inspiration, tournant mon regard vers le feu, se montrant presque... rassurant. On ne risquais rien en ces lieux.

"Dans le palais, j'ai put observer rapidement une fillette et des servantes... Comment se prénommait-elle déjà... Je ne sais plus, mais c'était une princesse ! Toutefois, elles partirent, mais alors que je me décidait à les suivre, la voix revint, et m'attaqua à l'aide de très nombreux esprits, sortant des murs et du sol. J'ai réussi à la semer, en passant par une fenêtre, non sans douleur."

A vrai dire, j'avais encore un peu mal partout, comme si les bouts de verres étaient encore là, sans être présent. Et ce sans compter tout les coups reçus...

"Après... Et bien, je profita de ceci pour visiter l'endroit, cherchant la princesse que j'avais perdue tantôt, et j'ai rencontré des personnes singulières, dont une que je soupçonne d'être le seigneur d'un tel endroit. Tu aurais vu son armure ! Et ce sans compter tout les serviteurs que l'endroit comportait."

Du seigneur au final, je n'avais retenu que son visage et le fait qu'il portait une armure. Je serais bien incapable de la décrire maintenant...

"Enfin, une grande secousse me rappela à la réalité. Il y en avait eu plusieurs avant, et c'était signe que la voix m'avait retrouvé. Tout les serviteurs se mirent à marcher vers moi tel des possédés, mais c'est là que la magicienne féline intervenu, et en utilisant une magie semblable à la tienne, me permit de te retrouver. Elle nettoya l'endroit d'un violent raz-de-marée ! Donc, je réussi à retrouver la trace de la princesse, et réussi à sortir du songe. C'est à peu près tout."


Je pense que c'était mieux de ne pas parler du fait que je suis rentrer à grand coup d'épaule dans une version miniature d'elle même, par simple doute. Si c'était elle, je risquais probablement d'avoir offensé une princesse, et ce n'est pas rien, des hommes sont mort pour moins que ça !

"Toutefois, j'ai des questions, ce songe appartenait-il au passé, ou au futur... Et surtout, tu as parlé de souvenirs effacés... T'as ton... effacé une partie de ta mémoire ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyMer 02 Mar 2016, 20:52

Emily réfléchissait à la version du rêve qu’avait eu Kamatari, à la fois curieuse et inquiète. Certains éléments étaient explicables quand on avait l’habitude d’expérimenter certains caprices du monde onirique, mais d’autres… Enfin, surtout UN autre, en vérité : Cette « petite fille » qui l’avait attaqué. Il l’avait décrie comme une voix, mais aucune de celles que la jeune fille n’avait rencontré jusque là ne s’était comporté d’une telle manière. Peut-être était-ce là une défense pour éloigner les intrus du songe de la véritable rêveuse ? Après tout, qui sait à quel point le monde onirique avait changé depuis l’invocation d’Emily ? Ce nouveau pouvoir de se partager entre plusieurs rêveurs, était peut-être accompagné d’une sorte d’alarme pour éviter qu’ils ne perturbent le fonctionnement des songes ?
 
Mais dans ce cas là, ça n’avait aucun sens. Pourquoi s’ouvrir à d’autres esprits, s’il s’agit de les repousser après ? C’était la première fois que cela arrivait, et également la première fois qu’un rêve « souvenir » était aussi détaillé… On pouvait aussi très bien imaginer qu’il s’agissait d’un mécanisme pour éviter que quelqu’un ne découvre le passé de la jeune fille. En fait, ça pouvait être énormément de choses, le monde onirique était entouré de trop de mystères… qui n’avaient jamais dérangé la rêveuse jusqu’à présent, mais là il s’agissait de la sécurité des autres. Elle se souvenait de la douleur parfois présente,  aussi réelle que si elle avait été physiquement infligée, après certains songes brutaux. Et si ça pouvait aller plus loin ? Et s’il pouvait… ?
 
Il s’agissait là de questions importantes. Mais l’heure était à répondre à celles du guerrier, qui avait le droit de connaître la vérité après une telle expérience. Une vérité que même Akina ignorait. C’était gênant, mais maintenant qu’il avait vu Zephyria et la version passée d’Emily, lui cacher n’avait plus vraiment de sens… d’autant qu’elle ne s’imaginait pas pouvoir lui mentir après qu’il lui ait sauvé la vie deux fois, et risqué la sienne.
Emily décida donc de couper court à tout doute concernant cette version miniature d’elle-même :
 
« E-elle s’appelait…Tsira. Tsira Ripona, princesse de Zephyria. E-et même si elle ne se présente pas de cette manière, elle est juste ici…»
 
Elle laissa couler quelques instants, pour se laisser à Kamatari et à elle-même le temps d’accepter la révélation. Ce n’était pas quelque chose d’anodin. Ce n’était pas comme si elle lui avait mentit, ni comme si elle avait voulu cacher son identité. Le fait est, que le nom d’Emily Grimbald était un mensonge dans lequel elle avait vécu, et vivait encore.
 
« T-tout ce que v-vous avez vu… étaient des images du passé. Le décor, les personnages, i-ils ont tous existé. E-et je les ai tous connus. Mais je ne m’en rappelle pas… c-car ma mémoire concernant une grande partie de ma vie est bloquée par un sceau.»
 
C’était une des majeures raisons à pourquoi elle désirait tant quitter Kosaten. Dans ce monde, la princesse ne pouvait partir en quête de son passé perdu. Il lui paraissait si lointain, et inatteignable, mais pourtant nécessaire afin qu’elle connaisse sa véritable identité, qu’elle retrouve son véritable « moi ».
Et encore…La princesse de Zephyria n’était que l’une de ses identités. Une partie de son être. Et pas la plus « grandiose ».
 
« V-vous êtes le premier à qui je révèle ça…. Même parmi mes proches. »
 
La jeune fille n’avait jamais voulu paraître plus importante que les autres, ou changer sa relation avec ses amis, alors elle avait préféré garder ce secret pour elle le plus longtemps possible. Et même à Kamatari, elle ne révélait que son titre… pas sa nature, qui expliquait pourtant l’existence du monde onirique.
 
« N-néanmoins je… ne sais pas ce qui vous a attaqué. J-je n’ai pas eu beaucoup de rêves partagés, et c’est la première fois que ce genre de choses arrive. Je… »
 
Elle détourna le regard, honteuse. Ce qui était arrivé était sa faute, et elle ne pouvait même pas lui expliquer ce qu’était son assaillante, car elle-même n’en savait rien.
 
« J-je devrais peut-être, ne p-pas dormir en même temps que vous, j-je ne sais pas à quel point ça peut affecter les gens. C-car ce qui arrive dans le monde onirique est parfois… éprouvant, même après le réveil. »
 
Néanmoins il subsistait une interrogation à laquelle seul son compagnon de route pouvait répondre. La magicienne qui l’avait aidé à repousser cet étrange esprit. Elle avait utilisé des sorts d’eau, et, si la jeune fille comprenait bien le fonctionnement des choses, avait affecté directement le rêve avec ses pouvoirs. Dans une instance du monde onirique, il n’y a que deux types de personnages qui peuvent interagir sur le songe et le modifier : Les rêveurs, et les voix.
Personne d’autre ne dormait dans les environs. Que ce soient l’attaquante ou la sauveuse, les deux rentraient donc dans la seconde catégorie. Si l’identité de cette « petite fille » restait inconnue, pour ce qui était de l’autre, la magie aqueuse était un indice… Mais pourquoi Kamatari l’aurait-il alors vue autrement que sous sa forme habituelle ?
 
« C-celle qui vous a aidé… e-est ce qu’elle avait une couleur particulière d-dans ses habits, comme… du violet ? »
 
Après tout, le meilleur moyen de s’en assurer était de demander directement.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyVen 04 Mar 2016, 22:25

Je regardais fixement Emily pendant qu'elle réfléchissait. J'imagine que je la prenais quelque peu au dépourvu, alors il était normal qu'elle puisse assembler les morceaux dans sa tête, entre son rêve et le mien, j'imagine que nous n'avions pas du tout vécu la même expérience.

Puis, elle reprit la parole, pour m'annoncer le nom de la fillette que j'avais vue en rêve, ressemblant très étrangement en une version plus jeune d'Emily... Et ce que j'avais pu prévoir et comprendre se réalisa : Emily était cette petite fille, mais surtout, Emily était... Une princesse... Et de ce que je connais des titres de noblesse, une princesse est plutôt très très bien placée.

J'écarquilla un peu les yeux, pas extrêmement choqué de ce fait que j'avais un peu anticipé, mais... c'était tout de même quelque chose qui était... Plutôt important... Toutefois, si elle ne m'en avait pas parlé auparavant, c'est que j'imagine qu'elle préfère garder ça secret. Chose bien étrange j'imagine, mais... Pas pour autant impossible. Toutefois, je ne vais pas changer ma manière d'être avec elle pour ça. Princesse ou non, de ce que j'ai pu voir, seule, ce serait très dur pour elle d'arriver jusque Minshu.

Et dire qu'à notre rencontre je l'avais prise au départ pour une prostituée... Si jamais elle l'apprenait, j'imagine qu'elle pourrait déverser toute l'armée d'un royaume sur ma tête. Mais, faut-il encore que ce royaume soit en Kosaten, chose que je doute.

Puis, elle reprit la parole, m'expliquant que ce rêve appartenait à son passé et qu'elle ne s'en souvenait pas à cause d'un...Sceau ? Bon, encore une de ces choses magiques trop complexes pour moi. Vraiment, cela justifiait tout. Mais... Vivre avec ses souvenirs effacés... Tout ce royaume... Elle ne s'en...Souvenait pas ? Étrange tout de même, alors, comment vivait-elle ?

Puis, elle avoua que j'étais la première personne à savoir ceci. Cela me gênait un peu tout de même... Il y avait des personnes plus proches d'elle, des parents, des amis, des camarades, pas simplement un combattant d'une faction ennemi.

"Je suis désolé..." murmurai-je en baissant le regard vers les flammes.

Toutefois, elle reprit son explication, et donc, elle ne savait pas elle-même ce qu'était cette chose... Aurais-je vraiment une réponse à cela un jour ? J'en doute, mais si cela se reproduit, j'essaierai de demandé à l'incriminée avant de surement me refaire agressé.

Enfin, elle proposa le fait de ne pas dormir en même temps. J'écarquilla une nouvelle fois les yeux, assez surpris d'une telle proposition. Pourquoi ?

"Je ne pense pas que ce soit nécessaire. Déjà... Tu t'endors plus que régulièrement, donc rester éveillée durant mon sommeil risque d'être dur. De plus, nous risquons de prendre trop de retard lors de voyage, ce n'est pas envisageable."

Je secouai vigoureusement la tête, c'était de base une mauvaise idée.

"De plus, c'est la première fois que cela arrive en plusieurs jours, il possible que ce soit même la seule fois. Et si cela se reproduisait, et bien, je ne partirais pas en terrain inconnu ! Je suis un combattant, ce n'est pas quelques petits coups qui m'arrêteront !''


Je repris une inspiration, je mettais peut-être une nouvelle fois emporté un peu trop, mais... C'était vraiment une mauvaise idée !

Après, Emily posa une question vis-à-vis de la femme féline qui m'avait aidée. De mes souvenirs assez récents, oui, cela lui correspondait même très bien.

"C'est exact, du violet de la tête aux pieds, tout comme ses cheveux ! Elle était un peu loin, pas exactement à portée de bras, mais les seules choses que j'ai pu voir qui n'étaient pas de cette couleur était quelques détails dans ses habits et ses attributs félins. C'est quelqu'un dont tu as des vagues souvenirs ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyLun 07 Mar 2016, 19:20

Un long moment de silence se posa après la révélation. C’était compréhensible… apprendre que sa camarade de voyage possédait en vérité un titre de noblesse devait être un peu perturbant. La collégienne n’était pas vraiment à l’aise avec cette impression de lui avoir mentit, mais après tout était-elle vraiment Tsira si toute sa vie encore en mémoire avait été en tant qu’Emily ? En vérité, la jeune fille était la première dépassée par toutes ces histoires de royauté et de réceptacle. Tout ça paraissait…si grand. Peut-être même trop.
 
« N-non… vous n’avez pas à vous excuser. C-ce n’est pas votre faute, e-et vous le cacher après c-ce que vous avez vu n’aurait pas été gentil ! J-j’aimerais juste que vous ne changiez pas votre façon d’être par rapport à ça, s’il vous plaît. »
 
 
Kamatari ne fût pas d’accord avec l’idée de décaler leurs périodes de sommeil. Emily acquiesça après avoir entendu les arguments de la grande faucheuse, qui avait la tête plus froide que la sensible demoiselle. Celle-ci avait amené cette proposition sans vraiment y réfléchir, poussée plus par peur et honte que par logique et raison. Etre en compagnie de quelqu’un ayant la capacité de ne pas céder à ses sentiments et de faire la part des choses était rassurant, dans ce genre de phases… En fait, Kamatari était en général quelqu’un de rassurant, qui savait rester calme et ne se prenait pas la tête pour des broutilles. Sur ce point, tout l’inverse d’Emily.
 
« V-vous avez raison, oui, j-j’espère juste que ça ne se reproduira plus… »
 
Après tout, il y avait encore une infime possibilité qu’il ne s’agisse que d’une loi particulière de ce songe et non une propriété du monde onirique en lui-même. Une infime…
 
Et puis, arriva la description de la magicienne féline. Une sorcière utilisant l’eau, habillée tout en violet, capable d’interagir avec le songe au même niveau qu’un rêveur… Emily demeurait stupéfaite. Son identité ne faisait aucun doute.  Et en même temps, lui était bien inconnue.
La « voix violette ». Entité mystérieuse guidant la rêveuse vers la magie et la puissance, oubliant parfois les conséquences et contrecoups d’une telle voie.  Mais… de là à penser à ce qu’elle ressemble à une féline… Et surtout, que sa vraie apparence serait révélée à quelqu’un d’autre que la « propriétaire » du monde onirique ? Ce rêvé était de plus en plus mystérieux.
 
Car oui, c’était la véritable forme de la magicienne. Bien entendu, symbole de sorcellerie, elle était capable de prendre divers visages lors de certains songes, mais quand son camarade de route lui en avait donné la description, il n’y avait eu aucun doute dans le cœur d’Emily : Il ne s’agissait ni d’un déguisement ou d’une illusion. Cela lui avait fait l’effet d’une évidence égarée,  comme lorsque l’on s’en veut d’avoir oublié un détail pourtant immanquable. Un souvenir d’autrefois ravivé par les dires d’un homme qui n’avait pourtant rien à voir avec toutes ces histoires de sceau, de songes et de magie.
 
Balbutiant sous la surprise, cherchant ses mots quelques instants, elle finit par amener une phrase constructive :
 
« C…c’est bizarre, j-je suis sûre que … »
 
Tenant sa tête entre ses mains, la jeune fille prit de nouveau une poignée de secondes pour rassembler ses esprits :
 
« E-elle est dans mes rêves…sous forme d’entité…m-mais n’apparaissait pas comme ça. M-maintenant que vous me l’avez d-décrite, j’ai l’impression d-de l’avoir connue… »
 
Elle n’arrivait pas à la retrouver. C’était comme si les souvenirs étaient juste devant elle, mais masqués par une vitre opaque indestructible.  Si frustrant…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise EmptyLun 07 Mar 2016, 23:23

J'eu la surprise de voir qu'Emily avait entendu mon murmure. C'était vrai que cela me gênait un peu d'être le premier dans la confidence, mais... à chaque situation d'exception ses réponses.
Mais... Elle le faisait, parce que selon elle, ''ce n'aurait pas été gentil."
Je souris quelque peu, très légèrement. Posséder une telle naïveté, une telle candeur et une telle innocence dans son comportement était dangereux et immature, mais c'était aussi très louable.

Une preuve de plus que malgré ses pouvoirs, ses capacités, son titre, elle ne restait au final qu'une enfant, qu'une femme en devenir.

Dans tous les cas, elle ne voulait pas que je la traite différemment par son titre. Cela tombait bien, je ne comptais pas agir d'une autre manière. Je me contentai donc d'accentuer mon sourire en la regardant et de faire un signe de tête.

Toutefois, elle semblait bien plus troublée par la description de cette féline rencontrée dans mon rêve, comme si elle possédait une importance toute particulière. Emily la décrivit comme une...Entité ? Inconnue jusque lors, mais présente malgré tout ?

Encore une fois, c'était compliqué et probablement magique.

"Je ne vois pas comment pouvoir t'aider davantage. Je ne l'ai vu que quelques secondes, tout au plus, mais... J'imagine qu'étant surement encore plus troublée que moi, j'apprendrais la suite en temps voulu."

Je laissai échapper un bâillement. Assez fatigué par cet éreintant rêve et par le climat en général, je comptais bien terminer ma nuit.

"Tu auras tout le temps d'apprendre qui est cette femme. Pour le moment, il est temps de retourner dormir, le voyage ne fait que commencer et je préférerais avoir l'esprit éveillé et alerte pour voyager dans ce climat en terres dangereuses à bien des égards."

Je m'approchai d'une paroi non loin du foyer et m'y adossa tout en m'étirant pour me caler contre la roche.

"Tant que tu évites de nous faire vivre ce genre d'aventure pour ce soir, tout ira bien."

Je fermai mes yeux, vaincu par la fatigue et l'épuisement. Toutefois, quelques mots se prononcèrent avant que le sommeil ne m'emporte :

"Bonne nuit, Emily."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Songes bleus&voix grise   Songes bleus&voix grise Empty

Revenir en haut Aller en bas
Songes bleus&voix grise
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les Bleus de la Marine [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Songes bleus&voix grise 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Rivière glacée-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.