-17%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
305.99 € 369.99 €
Voir le deal

Partagez
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyDim 08 Mai 2016, 14:58

Il est des choses auxquelles on prétend qu’on « ne s’habituera jamais ». Surprenante, atypiques, trop originales pour être comprises de prime abord … Généralement, ce genre de phrase ne sort cependant que de la bouche d’êtres d’une durée de vie d’un siècle, un et demi à la limite. Passé le cap des 500 ans d’existence cependant, le « jamais » prend une nouvelle dimension : plutôt quelque chose comme « tôt ou tard ». Par exemple, Valentine mentirait si elle niait avoir jamais dit, peu après sa transformation, « je ne me ferais jamais au peu de sommeil dont j’ai besoin, désormais » … Elle n’avait que 200 ans à l’époque, cela dit. Pas loin de 560 ans plus tard, elle admettait assez volontiers que finalement, si, elle s’y était faite. Et non contente de s’habituer à ne dormir que très peu et très rarement, elle avait appris à rentabiliser cette capacité en ne passant pas simplement ses nuits à attendre que le jour pointe : écriture, lecture, ou voyage, toute activité capable d’occuper son temps trouvait grâce à ses yeux. Et parfois, simplement passer la nuit dans une taverne – ou du moins la première partie – pouvait lui suffire … comme maintenant.

La semi-vampire ne pouvait pas dire que les dernières semaines avaient étés de tout repos, même si elle en avait passé, elle comme pas mal de monde qu’elle connaissait en réalité, à se remettre de ses blessures. Tout s’était enchaîné si vite … Un ou deux jours après son arrivée, à peine, elle était engagée sur un navire pirate …Et quelques semaines plus tard, ce dernier explosait, laissant juste quelques survivants de l’équipage avec trois-fois rien pour tenter de faire un nouveau départ. Enfin, trois fois rien … Trois élues, ce n’était déjà pas si mal, après tout. Bien sûr, c’était trois élues « fraichement débarquées », soit bien plus faible qu’à peu près tous ceux qu’ils pourraient croiser sur le continent, mais après tout, s’il y a une chose qu’on ne pouvait reprocher au temps, c’est de cesser son avancée … en bref, elles ne tarderaient probablement pas à gagner, elles aussi, en puissance. Et pour ce qui était de leur projet commun… Il ne tarderait probablement pas à voir le jour sous une forme plus concrète et un peu plus précise, lui aussi. Mais pour l’instant, il fallait patienter un peu … Et accessoirement, l’elfe de brume avait besoin d’un peu d’air. Pas que ses compagnes de voyage soient particulièrement désagréable (elle-même était d’ailleurs un modèle d’antipathie sur une base quotidienne de toute façon), mais passer plusieurs semaines sur un navire n’était pas exactement la meilleur chose à faire pour apprécier la solitude, et sa convalescence n’avait pas été beaucoup plus productive en ce sens. Un beau matin vers environ 4 heures donc, elle avait écrit un mot disant qu’elle s’absentait pour une semaine peut-être deux, pris un sac, fourré ses quelques affaires dedans, et quitté le groupe sans réveiller personne en prévenant juste la personne qui jouait le rôle de veilleur.

Ses pas l’avaient amené, en un peu moins d’une journée de marche, à un endroit que les habitants locaux avaient identifiés comme les alentours du « temple de la terre » : un bâtiment qui se trouvait à peut-être une ou deux heures de marche de là, mais avait été détruit quelques mois plus tôt par l’interventions d’élus visiblement aussi puissants que dangereux … Lorsque la vieille femme à laquelle Valentine avait posé ses questions lui avait demandé le pourquoi d’une telle question, la demi-vampire avait haussé un sourcil … avant de prétendre qu’elle avait vécu dans un petit village reculé jusqu’à il y a peu, et n’était pas très au courant des évènements récents qui avaient secoué le continent. C’était aussi faux que peu crédible, mais la dame haussa simplement les épaules en la laissant repartir, ne se préoccupant visiblement que peu de savoir si un ou une élue de plus se baladait dans les environs … La blonde eut le sentiment relativement désagréable d’être « de trop » dans le coin. Et afin de le dissiper au plus vite, étant donné que la journée touchait à sa fin, elle raffermit sa prise sur son sac accroché à son épaule, et se dirigea vers un endroit où elle se sentirait à peu près dans son environnement naturel, à savoir la plus proche taverne. Car s’il était une chose qu’elle avait constaté avec un relatif plaisir depuis son arrivée, c’était que quel que soit le monde … Les tavernes y étaient à peu près toutes les mêmes, aux exceptions notables des têtes des tenanciers, des boissons proposées et du style d’ivrogne qui s’y rendait –encore que pour ce dernier point, la différence n’était pas si énorme en réalité.

Commandant une petite bouteille – et un verre pour la vider – de Sake et s’installant à une table relativement isolée, la chasseuse de monstres avait rempli son verre pour le simple plaisir de l’observer sans rien dire ni faire durant un certain temps. Perdue dans ses pensées, elle s’était remise à l’activité qu’elle avait déjà adopté pendant les quelques heures de marches qu’elle avait eu dans la journée : repasser dans sa tête les évènements récents, les analyser, tenter de décortiquer certains détails qui auraient pu paraître innocents, avant de finalement se forger une opinion sur le tout … Ce genre de mode de réflexion lui avait servi durant des années lors des différentes chasses de créatures qu’elle avait eu à mener à bien : elle ne l’avait jamais vraiment trahi, à part quand elle ne s’y était pas adonnée avec assez de zèle. Finissant, au bout d’un certain temps, par prendre son verre en main pour le porter à ses lèvres (qu’elle dénuda du masque qui les recouvrait) et boire d’une traite le liquide translucide, l’elfe de brume eut en reposant son verre la désagréable sensation que quelqu’un se tenait dans son dos à l’instant présent. Or, ce n’était pas forcément qu’on soit derrière elle qui la dérangeait, mais plutôt le fait qu’on soit fixe, dans son angle mort, et … Probablement à plusieurs, étant donné qu’elle entendait plusieurs bruits de respirations différents. En outre, les conversations semblaient subitement avoir été mises en sourdines : à part un ou deux soulards probablement trop ivres pour réaliser, peu de gens continuaient à parler … Remontant le bout de tissus qu’elle avait autour du cou pour masquer la partie inférieure de son visage, l’elfe pivota lentement sur sa chaise, posant un coude sur son dossier pour observer ceux qui étaient venu la trouver. Comme elle s’y était attendue, les trois individus avaient l’air d’être des habitués des lieux, au visage rougi par l’alcool, et aux constitutions physiques variables : ils n’étaient ni bien grands, ni bien larges, ni très finement dessinés : la bedaine du 3ème prêtait d’ailleurs à penser qu’il ne faisait, contrairement à ses deux amis, aucune activité physique particulière à part soulever des aliments ou des boissons pour les porter à sa bouche. Haussant légèrement un sourcil, elle attendit simplement que l’un des trois prenne la parole : ce fut celui qui était le plus proche qui le fit le premier, le ton aussi sec et cassant que possible. C’était sans effet particulier sur la traqueuse, mais elle prit tout de même soin de le noter.

T’es pas du coin toi, j’me trompe ?
Possible.
Et t’es une élue aussi, hein ?
« Est-ce que ça se repère de si loin que ça ? Enfin … On a pas tous le camouflage d’Akemi, sur ce monde … », pensa l’élue avant de répondre simplement Hum hun.
Et t’es une élue de quel pays, au juste ?
Misry Lurrak, ou « les terres brumeuses » dans la langue d’ici. Plus précisément, de Talassia, la capitale souterraine.

Etait-ce une bonne idée de « taquiner gentiment » quelqu’un de visiblement déjà ivre et probablement bien remonté sans raison explicite de la sorte ? L’elfe de brume savait pertinemment que non, mais la manière qu’il avait de lui cracher les mots finissait par servir à quelque chose : l’irriter, elle aussi. Reniflant, le client laissa juste entendre un « Lèves-toi. » accompagné d’un signe de la main, injonction à laquelle l’elfe soupira, plissa les yeux … puis, obéis avec une docilité relative. Certes, elle n’avait aucune envie de rester assise dans le cas où la discussion tournait – encore plus – au vinaigre, mais pour autant, elle ne cherchait pas à montrer qu’elle était aux bottes de ce types, au contraire même. Ecartant un peu sa chaise sur le côté pour regarder l’homme dans les yeux, elle eut le plaisir relative de constater que désormais, c’était elle qui le regardait de haut : pas de beaucoup, mais elle était plus grande que les trois hommes quand même.

Ecoutes, petite rigolote, t’es peut-être pas au courant, mais ya quelques moins de ça, ya un grand type, un élu, qui s’est ramené au temple de la terre, avec pour seul but de faire un carnage et de le raser.
J’étais au courant. Le rapport avec moi ?
Pour quelqu’un avec des oreilles aussi pointues et longues, t’as les oreilles un peu bouchées. Le type était un élu, j’ai dit.
J’avais entendu. Et donc ?
« Et donc » ? Et donc, t’es pas la bienvenue ici, et encore moins si t’es pas de la nation de Mishu.
Et si je le suis ?
Prouves-le.
L’elfe de brume lâcha un soupire encore plus audible que le précédent, levant légèrement les yeux pour fixer un point dans le vide situé quelque part au-dessus de la tête de ses interlocuteurs, avant de regarder celui à qui elle parlait principalement dans les yeux : Avec mon tatouage, je suppose ? Je ne peux pas.
Et pourquoi ça ?
Parce qu’il est en plein milieux de mon dos, et qu’il n’y a aucune chance que tu me voies retirer tout ce que je porte au-dessus du niveau de la ceinture dans une taverne où on a au moins 25 mâles pour … Une femme. Qui se trouve être moi.
Bah. T’en fais pas, avec ta couleur de cheveux, ton teint et vu les vêtements larges que tu portes pour te camoufler, tu dois pas être si belle de toute façon.

« Ne pas sortir les griffes pour l’égorger » fut la première pensée qui vint à l’esprit de la blonde, dont les muscles de la mâchoire se crispèrent de manière relativement désagréable. Ce type semblait presque aussi satisfait de sa pique que ses deux comparses à côté de lui, qui devaient avoir l’habitude de lui servir de faire-valoir. Elle savait parfaitement qu’elle n’avait plus ni la force, ni l’endurance, ni la vitalité surhumaine dont elle disposait quelques mois plus tôt … Et pourtant, elle ne voyait pas de difficulté particulière à éclater ces trois abrutis là où ils se tenaient. A moins que l’un d’entre eux ne sorte une lame … et encre. De toute manière, du grabuge en taverne allait forcément attirer la garde, d’une manière ou d’une autre … Mais à part la violence, elle ne voyait pas énormément de moyens de régler cette affaire rapidement. Son seul regret fut d’avoir payé d’avance sa bouteille, qu’elle ne boirait probablement jamais, à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyMer 11 Mai 2016, 17:00





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Natsu avançait au hasard. Pour ainsi dire, il errait. Faut dire que sa précédente rencontre avec monsieur Muscle lui avait fait perdre tous ses repères. Sans situation géographique précise, il était pour ainsi complètement déboussolé. L'endroit, qui plus est, était désert et, depuis qu'il avait quitté sa bienfaitrice, il n'y avait pas croisé âme qui vive. Il se rappelait chaque instant de sa précédente confrontation, chaque seconde de souffrance qui l'avait accompagné. C'était si frustrant de perdre un combat, ça l'était encore plus quand on ne pouvait absolument rien faire. Car c'était bien ça le problème, le chasseur de dragons n'avait rien pu faire. L'autre était trop puissant et trop rapide pour le nouvel élu qu'était Natsu. Si par malheur il recroisait la route du colosse... Rien que d'y penser, ses tripes, récemment sollicitées, se nouaient...

Non, je deviendrai plus fort pour pouvoir le battre quand je le reverrai !


Il se rendit compte que, plongé dans ses pensées morbides, il n'avait pu vu que ses pas le guidaient de manière autonome... Autrement dit, il se trouvait maintenant face à un temple en ruine, et ne savait toujours pas comment se nommait cet endroit... Il fit le tour de l'enceinte, mais toujours personne ! Le mage de feu ne pouvait pénétrer dans le lieu sacré à cause des nombreux débris amoncelés sur le sol ravagé. Il préféra donc continuer sa route, puisqu'il n'y avait pas grand chose à gagner à tourner en rond par ici. C'était certes très amusant pendant 10 min, mais cela devenait rapidement lassant, et demeurait sans intérêt quelconque.

Finalement, après quelques minutes de marche intensive, il arriva en vue d'un petit village. Un de ces trous paumés dont jamais personne ne se souvient du nom. La place était paisible et calme. Le contraste avec les villages animés de Seika était flagrant ! Ici, l'on vivait en harmonie avec la nature. Le pyromancien se demanda un instant si les habitants de ce modeste patelin était informé de la situation à Kosaten. Mais, quand il vit les regards étonnés que lui jetaient les gens à son passage, car son sceau du Phénix sur son bras gauche était visible de tous, l'ardent jeune homme comprit que ceci n'était qu'une apparence. Comme il n'y avait pas vraiment d'endroit où dormir l'espace d'une nuit, Natsu décida de chercher une taverne pour y finir sa journée tranquille pépère.


Mais y'a-t-il seulement une taverne dans ce village ???


En interrogeant des personnes qui ne le fuyaient pas à cause de sa marque, il apprit qu'il y en avait effectivement une, et une vieille dame très aimable lui indiqua sa localisation. Le mage la remercia chaleureusement. Puis il prit congé des personnes et se rendit sans plus attendre à l'important bâtiment. Il est vrai que contrairement à certaines maisons de l'endroit, la taverne resplendissait. ce lieu de débauche accueillait tout le monde, alors le pyromancien espéra ne pas faire trop de mauvaises rencontres, voire même pas du tout. Il poussa la porte. L'ambiance était comme la nuit du jour qu'était la quiétude du village, c'est-à-dire que c'était le bordel sans nom ! Mais cela plaisait au gamin de feu. Il s'installa à une table et, après avoir commandé une bière, il regarda autour de lui.

Comme lorsqu'il avait pénétré dans le village, quelques regards inquiets venaient se frotter à son sceau, mais la plupart des gens étant ivre, personne ne vînt l'embêter. Il y avait plein de monde. Des rires fusaient de toute part et seule la joie transparaissait. Il faisait bon vivre ici, malgré le manque de proximité avec la vraie ville. Natsu savoura sa boisson. C'était un plaisir qu'il ne s'était pas accordé depuis un moment déjà... Se laisser aller...

L'attention du mage fut soudainement captée par l'arrivée d'une personne dans le bâtiment. C'était une jeune femme, emmitouflée dans un blouson, dont le visage pâle était dissimulé par un voile. Manifestement, elle semblait cacher quelque chose. Elle alla s'installer à une table non loin de Natsu et commanda une bouteille d'un alcool que le chasseur de dragons ne connaissait pas. Probablement quelque boisson locale spécifique à Minshu. Trois hommes s'approchèrent de la femme. Ils voulaient savoir d'où elle venait. Ils la soupçonnaient d'être liée de près ou de loin avec la destruction du temple de la Terre, le lieu que Natsu s'était amusé à contourner un peu plus tôt. Lorsque la jeune fille répliqua, elle leur annonça qu'elle était Minshujin, mais les autres ne la croyaient pas. Et, lorsqu'elle leur déclara ne pas vouloir dévoiler par pudeur son sceau qui se trouvait dans son dos, les types se fichèrent d'elle. Et insistèrent. En fait, leur véritable objectif devait sans doute être de se payer du bon temps avec la seule fille présente dans la taverne. Même si la femme pouvait probablement se défendre, Natsu ne voulut pas la laisser seule face à ces mécréants. Son sens de l'honneur l'exhortaient à se battre, son organisme défaillant à fuir. Il n'était pas encore rétabli, il le savait, et par contre ne savait pas s'il serait suffisamment apte en cas de bagarre.


-"Hé les gens, vous vous trompez d'ennemi !!! Celui qui a détruit votre temple se nomme Zayro Jinn et il vient de Fuyu. Cette demoiselle vous a dit qu'elle venait de Minshu, moi je la crois. En plus, le sceau que les élus possèdent les empêche de mentir sur leur nation."


En réalité, Natsu ne savait pas si sa dernière affirmation était vraie, mais elle avait le mérite d'avoir poussé les trois gugusses à la réflexion.


-"De quoi tu mêles, toi ? Et d'abord, t'es qui ?"


-"Mon nom est Natsu Dragnir, et, comme vous pouvez le voir, je suis un élu de Seika, les alliés de Minshu ! Vous savez, si vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, c'est grâce à des gens comme la demoiselle ou moi ! Plutôt que de la critiquer, vous devriez être plus reconnaissants. Ou du moins, ne venez pas la provoquer. C'est une élue, vous l'avez dit vous-même ! Vous ne vous êtes jamais demandés pourquoi les dieux avaient choisi les élus ? C'est parce qu'ils savent se battre !!! Continuez de la harceler et je suis sûr qu'elle se défendra sans problème. En plus, si vous persistez, vous aurez également affaire à moi !!!"

A ces paroles, Natsu ajoute les actes. Il jette un regard ardent au chef du trio, celui qui lance des piques pourries qui ne valent même pas la peine d'être narrées, et il enflamme son poing. Puis, il vient se placer à la droite de la jeune fille dont il ignore tout.

-"Vous ne voudriez tout de même causer la guerre entre nos deux nations sur un simple malentendu, n'est-ce pas ?"



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyLun 16 Mai 2016, 02:53

Durant les nombreux siècles qu’elle avait passé sur son monde d’origine, la terre d’Era necrolia, Valentine avait assez aisément réalisé une chose. Il existait un type d’individus que pratiquement personne ne désirait voir dans l’immense majorité des territoires : les chasseurs de monstres. Les raisons à cela sont à vrai dire aussi simple que nombreuses : de manière générale, ce sont des individus à l’apparence louche et aux mœurs douteux, effectuant des travaux louches et parfois de manière douteuses, qui ne répondent pas à grand-chose de concret : les autorités ont en effet souvent l’ordre de fermer les yeux sur les « petits délits » qu’un chasseur pourrait commettre, étant donné que les différents représentants de sa profession sont l’un des remparts les plus efficaces qui existe entre la population lambda et les créatures qu’il s’efforcent d’exterminer. Toujours est-il, pour en revenir au point principal, qu’elle connaissait très bien le sentiment d’être brusquement la cible de l’inimitié générale d’un environnement restreint comme une … grande salle de taverne, pour donner un exemple qu’on pouvait facilement rapprocher à la situation présente. Et ici, si les trois alcooliques face à elle étaient probablement les manifestations les plus directes de cette haine – ici dirigée vers les élus cependant – elle n’avait pas vraiment l’impression que quiconque allait faire quoi que ce soit pour l’aider … Et ce genre de situation, elle en avait une certaine habitude. Le genre d’habitude qui fatigue d’avance et promet simplement une évolution pénible de la situation. Mais bon … elle n’avait toujours rien répondu à la provocation que lui avait balancé l’homme : à dire vrai, elle ne savait pas si elle devait viser le foie ou le nez en premier, et reportait une bonne partie de son attention sur la question. C’est probablement pour ça qu’un évènement parvint à la « surprendre », même si ladite surprise ne fut exprimée que par un haussement de sourcil : quelqu’un prit sa défense. Tiens. Ça c’était nouveau.

Elle n’avait aucune idée de qui était son bienfaiteur potentiel, et pourtant son cerveau se mettait déjà à l’analyser. Le premier mot qui sorti fut « impulsif » : c’est à peu près la seule explication pour justifier le comportement de quelqu’un qui se mêle de telle manière d’affaires qui ne le regardent pas vraiment. Pas forcément une mauvaise chose en soit, mais pas ce qu’aurait préféré la chasseuse. Le second élément, qui lui fut cette fois rapporté par ses yeux, fut son tatouage rouge sur l’épaule : il n’était pas du même pays qu’elle … Mais malgré un instant de doute, elle parvint rapidement à la conclusion qu’il était du même côté qu’elle, sans quoi il n’aurait probablement même pas osé se faire remarquer de la sorte, ou même afficher son tatouage comme cela. Et autre chose, qu’elle se blâma presque de ne pas avoir déduit en premier : c’était un élu, au même titre qu’elle. Cela explicité, la raison pour laquelle il la défendait était plus claire … à moins que ce ne soit par noblesse d’âme ? Elle n’en savait rien, mais dans tous les cas, cette intervention la poussa à réfléchir … était-ce vraiment la peine de déclencher une bagarre, au final ? à part se passer les nerfs, elle n’y voyait aucun intérêt particulier … D’ailleurs, son nouvel allié voulait visiblement, lui aussi, qu’ils fassent la paix. La méthode était peut-être un peu discutable, mais classique : démontrer aux trois crétins qu’ils ne s’en tireraient pas si facilement si le conflit venait réellement à éclater. La blonde plissa légèrement les yeux lorsqu’il se plaça à côté d’elle, observant le trio. En supériorité numérique, mais pas franchement emballés visiblement … Même si visiblement, l’un des trois individus ne pouvait pas se retenir de larguer une petite pique.

« Une guerre entre deux nations » ? Pour une rixe dans une taverne ? Dis-donc, j’espère que tu bosses directement pour l’empereur toi !

S’il n’avait pas fait la remarque lui-même, la semi-vampire l’aurait probablement glissée à son nouveau compagnon, à part, une fois les choses calmées … En employant probablement un ton bien moins ironique et désagréable, cependant. Subitement, la réaction à adopter sembla s’imposer à elle, et elle laissa échapper le soupire le plus audible possible en fermant les yeux et levant une main dont elle se mit à tenir le poignet. Le « Bon … » qui suivit finit de fixer l’attention des personnes présentes, avant que quelque chose ne craque. Le poing de l’elfe de brume. Ce dernier changea tout à coup de teinte, passant d’une couleur pâle, celle de sa peau, à un genre de gris métallique pour les doigts, et un rouge sombre évoquant la chaire pour le reste du poing … Dépliant ses phalanges, ces dernières s’affinèrent en s’allongeant, formant en quelques instants (et avec moult craquements évoquant ceux que produisaient les os) ses fidèles griffes. Si le poing enflammé de l’élu juste à côté d’elle était dissuasif dans le sens où il était clairement hostile et pouvait potentiellement faire mal … La nouvelle main de la chasseuse de monstre, et le regard qu’elle rajouta par-dessus juste après laissaient une toute autre impression : on se demandait plutôt sur lequel des trois elle allait se jeter pour le poignarder, à vrai dire. Et ici comme dans son monde d’origine, la chasseuse eut le plaisir de voir les trois individus achever de se dégonfler, et reculer doucement. Alors, certes, elle était probablement loin d’être totalement à l’origine de leur découragement … mais il était plaisant à observer.

Houla … Pas de blagues, vous deux, hein ? ‘Ttention …
« Attention » ? On dirait que vous êtes venus chercher la bagarre depuis tout à l’heure, si vous voulez vraiment vous farcir deux élus à ce point ayez au moins la politesse d’assumer.
Se battre ? Nous ? heu … non, on voulait … On voulait juste …
On aime juste pas trop avoir des élus dans le coin, avec les évènements récents …
Si ce n’est que ça, moi et … Natsu, c’est bien cela ? Elle s’était tournée vers le jeune homme, mais n’attendit à vrai dire aucune réponse, avant de reprendre quitterons simplement cet endroit demain, sans causer plus de soucis … Comme il l’a dit de toute manière, je ne peux pas prétendre être de cette nation alors que c’est faux, et je n’ai aucun intérêt à faire du mal gratuitement aux gens … Autant arrêter les frais ici, n’est-ce pas ?
Ou-ouais. On va faire comme ça … Vous rangez ces trucs et demain vous fichez le camp.
Le petit sourire de satisfaction de la vampire était probablement trahi même à travers son masque de toile, mais elle tenta un maximum de le dissimuler alors qu’elle transformait à nouveau sa main en répondant un simple Très bien, très bien … ce n’est pas comme si les gens du coin donnaient vraiment envie de rester, de toute manière.

S’en suivit un étrange moment de silence, relativement mal à l’aise, durant lequel personne ne savait réellement où se placer. Le barman était soulagé de ne pas avoir eu de conflit ouvert dans sa grande salle, les potentiels spectateurs de la bagarre n’avaient pas eu leur spectacle (que ça leur plaise ou non), les 3 crétins venaient assez lamentablement d’importuner des gens pour rentrer la queue entre les pattes, et Val’ était désormais à peu près aussi discrètement mêlée à la foule qu’une marguerite sur le sommet d’un tas de charbon. Ce fut finalement le gras du groupe qui n’avait pas parlé tout le long de l’échange, probablement fatigué d’être resté debout si longtemps, qui soupira, fit demi-tour et revint à sa chaise, posant devant lui sa choppe qu’il avait gardé en main depuis le début. Il fut rapidement suivi par ses deux compères, et la vampire imita leur comportement, saisissant le dossier de sa chaise pour la remettre à sa place et s’asseoir … avant de désigner celle à côté d’elle de l’autre main, une esquisse de sourire sur les lèvres.

Installez-vous … Ou dois-je dire installes-toi ? J’ai plus l’habitude du vouvoiement, mais j’ai un doute sur si c’est … Pertinent, ici.

L’inviter à sa table … bon. Elle ne pouvait pas prétendre être particulièrement talentueuse pour faire des demandes de ce genre, mais pour sa défense, elle n’en avait que très rarement eu l’occasion de se retrouver dans une situation similaire. Par ailleurs, elle ne savait même pas exactement quoi lui dire … Des remerciements ? Oui, certes, elle pouvait en offrir … même si ce n’était pas exactement son style, pas plus que celui de toute elfe de brume qui se respectait un tant soit peu. Encore que, comme elle en avait eu la preuve quelques semaines plus tôt : les règles d’Era Necrolia ne s’appliquaient pas toutes, ici, et il n’était peut-être pas nécessaire de faire preuve du même état d’esprit … Elle n’allait certes pas déballer au premier venu la malédiction dont elle était affligée, mais le faire ne signifiait plus une mort atroce potentiellement assurée. Enfin … dans tous les cas, et avant même qu’elle ait pu prendre la parole, elle nota du coin de l’œil quelque chose qui retint son attention : le tenancier de l’établissement venait d’ouvrir son comptoir pour en sortir, et se dirigeait vers eux. En quelques pas à peine, il fut à la table, sur laquelle il posa à plat ses deux larges mains : la vampire ne put s’empêcher d’y dénombrer un certain nombre de fines cicatrices, et se demanda s’il n’était pas quelques peu maladroit … avant de lever les yeux vers son visage. Ce dernier était un peu rond, flaqué d’une belle moustache, et semblait honnête : lorsqu’il prit la parole, sa voix grave n’avait rien d’intimidante, et aurait-il eu l’air moins mal à l’aise, elle aurait d’emblée sonné sympathique.

Heum … Je tenais à m’excuser, au nom de William, et les autres … Ils ne sont pas méchants, et pas particulièrement « anti-élus », malgré ce qu’on pourrait croire .. C’est juste que la gamine de Crayton a été prise dans les évènements du temple de la terre, et du coup …
Je comprends. En plus, c’est un petit patelin, les gens s’ennuient, ce genre de choses … ‘vous en faites pas, ya pas de mal.
Mhhh. Je veux bien vous louer une chambre, et de toute manière à cette heure vous avez moyennement le choix, mais si j’étais vous, je repartirais effectivement demain à la première heure.
Entendu … Pour ma part, ça ne dérange pas.
Très bien.
Oh, heum … Le barman, interpellé alors qu’il comptait retourner à sa place, fit volt-face en haussant un sourcil vers la chasseuse. J’ai déjà une bouteille et mon verre, donc … je n’ai pas grand-chose dont j’aurais besoin, mais … J’aimerais payer un verre de ce qu’il veut boire au jeune homme. S’il-vous-plaît.

L’homme, haussant les épaules avec un sourire affable, attendit donc la commande de Natsu sans rien ajouter, avant d’approuver et de simplement retourner chercher la boisson. L’elfe de brume profita de ce petit répit pour tapoter de ses ongles sur le bois de la table, fixant avec intensité de ses yeux jaunes un des nœuds du bois, probablement plongée dans ses réflexions. Lorsque la boisson commandée arriva sur la table, elle sortit quelques yens supplémentaires de la bourse à sa ceinture, les passant au commerçant qui encaissa et s’en retourna une nouvelle fois à sa place. Inspirant longuement en continuant de le regarder à dessein, l’elfe de brume laissa lui échapper un long soupire lorsqu’elle parvint au moment fatidique où elle devrait de nouveau être confronté au jeune homme à la chevelure rose à côté d’elle, mais finit par le faire sans se précipiter, posant ses deux mains sur la table devant elle. Et puisqu’elle l’avait invité … L’initiative de la discussion lui revenait probablement, ou quelque chose du genre.

Weathley. Je m’appelle Valentine Weathley … élue de Minshu, même si je gage que ce n’est pas nouveau, du coup. J’aurais probablement pu me débrouiller seule … Que s’était-elle dit quelques instants plus tôt ? Les mauvaises habitudes. … mais merci pour le coup de main, c’était apprécié. Je dois avouer … J’ai plutôt l’habitude de ce genre de situations, ou un type voir un groupe vient délibérément dans le but de provoquer une rixe … Mais rarement d’avoir de l’assistance comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyDim 22 Mai 2016, 11:30





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Il est des choses qui doivent être faites, d’autres qui doivent être évitées. Dans ce genre de situation, Natsu, bien qu’il se sente encore faible à cause de ses récentes mésaventures, ne savait pas très bien s’il fallait inciter les gens à se calmer, comme il avait essayé de la faire à l’instant, ou, au contraire, leur permettre de libérer leurs pulsions crétines et se dérouiller un peu en les maravant. Si les arguments qu’il venait d’énoncer eurent l’air d’avoir obtenu l’effet escompté, l’un des trois abrutis ne put s’empêcher de répliquer au chasseur de dragons sur le fait qu’une guerre entre nations ne pourrait pas être provoquée par une simple rixe dans un modeste patelin. Le type n’avait pas tort, et Natsu lui accorda pour unique réponse un regard, bouillonnant de sa colère, qui n’avait pas la flamme sympathique qui y dansait quelques instants plus tôt. De toute manière, l’interlocuteur n’avait fait que balancer au hasard une pique dans le simple but de bien se faire remarquer : tout à fait le genre de personnes que le pyromancien détestait.

Le mage pouvait néanmoins comprendre ce qui motivait ces gens. La notion d’élu leur paraissait sûrement une idée abstraite. En effet, dans leur monde paisible avaient débarqué des personnages tous plus hétéroclites les uns que les autres, et possédant des capacités hors du commun : magie, transformation, maîtrise des armes blanches… Chacun avait ses particularités. Pas facile pour les braves natifs de Kosaten d’admettre que ces nouveaux arrivants les surclassaient. De plus, avec eux, naissait un conflit directement provoqué par les dieux. D’où, une incompréhension totale et une appréhension des élus. Cependant, si Natsu devinait les intentions et les pensées des premiers pionniers de ce monde, il exécrait totalement ce genre d’attitude qui dénigre en tout et pour tout les droits de la personne humaine. Il n’était pas concevable de s’en prendre à une jeune femme, qu’elle fut une élue ou non. D’ailleurs, ce statue censé être légendaire ne semblait vouloir leur apportait que de la haine et de la méfiance.


A quoi pensaient les dieux quand ce système a été établi ?


A ce moment, un simple mot suffit à le ramener à la réalité : un « Bon », prononcé par celle que Natsu avait choisi d’aider. Cette dernière, sans doute lasse d’être ignorée par les guignols de service qui étaient venus la charrier, avaient présentement décidé de prouver à tous, le garçon à l’écharpe y compris, qu’elle savait se battre et n’avait pas besoin qu’on la défende. En un instant, les doigts de sa main s’allongèrent et prirent une teintes métalliques : ils venaient de se muer en griffes acérées, qui bientôt tailladeraient quiconque troublait la quiétude de la demoiselle. Cette démonstration de puissance suffit à faire disparaître la dernière once de courage qui restait chez les provocateurs. Ceux-ci commencèrent à essayer de calmer les choses à leur tour. Ce à quoi la Griffeuse leur rappela qui était venu déranger l’autre. Finalement, la discussion se conclue par l’indication de la fille que tous deux quitteraient la taverne aux premières heures le lendemain. Cela sembla suffire à calmer les crétins de service, et les pleutres repartirent vaquer à leur occupation première : la beuverie. Pendant ce temps-là, l’étrange demoiselle rétracta ses griffes, ou bien les retransforma en main, Natsu ne savait pas trop… Ce dernier dissipa la flamme de ses poings.

La Griffeuse proposa une chaise au mage, et s’assit à son tour. Elle hésitait sur le ton à employer.


-"Tu peux me vouvoyer ou me tutoyer, comme cela t’arrange !" indiqua Natsu, avec un grand sourire.

Les deux jeunes gens ne savaient pas comment aborder la conversation. Manifestement, ils étaient tous deux mal à l’aise, et ce genre de situation atypique ne faisait pas partie de leur quotidien. Ce fut le tavernier qui vint leur offrir l’introduction dont ils avaient besoin. C’était un brave homme, la cinquantaine, un peu mal à l’aise de se retrouver en présence d’élus, mais il avait bon fond. Sa moustache fine inspirait la confiance. Il leur conseilla de partir effectivement dès l’aurore le lendemain, pour ne pas avoir de soucis supplémentaires. De plus, il tenait à s’excuser au nom des abrutis d’il y a quelques instants à peine, en leur expliquant qu’une de leur fille avait été impliquée dans l’affaire du temple. Comme son acolyte, Natsu fit preuve de compréhension et d’empathie :


-"Ne t'en fais pas, c’est compréhensible ! En plus, ce ne sont pas les premiers qui viennent taquiner, ils sont mêmes super sympas en comparaison à ceux de Fuyu !!!"

Après cela, la Griffeuse tint à remercier l’ardent jeune homme en lui offrant un verre, que ce dernier accepta en la remerciant. Il n’avait pas fait cela pour la gloire, juste son sens de la justice qui l’avait poussé à intervenir. Une fois la bière servie, la courageuse mais étrange demoiselle se présenta. Elle se nommait Valentine Weathley, et affirmait une nouvelle fois son appartenance à Minshu. Elle remercia de nouveau Natsu, avant de lui témoigner de sa surprise quant à l’assistance qu’il lui avait apporté. Le jeune homme aux cheveux roses comprit alors qu’elle avait l’habitude de la solitude et que la compagnie la perturbait.


-"Bah, pas de soucis pour ça… Je voulais pas te surprendre, ni ne pensais que tu étais incapable de te défendre. C’est juste que je trouvais cela lâche de la part de ces types de s’en prendre à une jeune femme seule, qu’elle soit élue ou non. En tout cas, enchanté de te connaître, Weathley ! J’ai été impressionné par ta transformation de toute à l’heure !!! On peut dire que tu as du griffant, toi, ha ha ! "

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyMer 25 Mai 2016, 16:58

Elle avait le choix entre les deux options, visiblement … Et lui ne s’était pas vraiment gêné pour passer directement au tutoiement. Cela ne faisait que confirmer la toute première impression qu’avait eu la vampire lorsque ce jeune homme était venu l’aider : impulsif. Peut-être légèrement désinvolte également, mais ça ne semblait pas pour autant être à ce point un mal : il était probablement tout simplement habitué à discuter de telle manière avec tout le monde … Bah, elle pouvait bien survivre à une discussion avec lui malgré ce point. Du reste, son léger manque de manière n’était pas si désagréable en soit dans la mesure où il parlait quand même de manière chaleureuse, armée d’un grand sourire dont il devait avoir l’habitude … Quelqu’un de positif. Entre la froideur calculée de madame, et l’humour parfois plein de sous-entendus d’Akemi, c’était plutôt rafraîchissant de converser avec quelqu’un dans ce genre.

On va dire qu’on peut se tutoyer tous les deux, dans ce cas … C’est moins cordial. Enfin. Plus convivial, je devrais dire.

Au moins, elle ne pouvait pas se plaindre d’être dans un contexte bien plus détendu désormais … Et peut-être même un brin moins morose que lorsqu’elle était seule. Certes, elle n’appréciait pas toujours la compagnie, mais la solitude n’était pas non plus une partenaire de conversation particulièrement joviale. En revanche, elle ne put s’empêcher de rire, même doucement, lorsqu’il lui fit part de la raison qui avait poussé le jeune mage de feu à venir la soutenir, quitte à se battre au côté d’une parfaite inconnue. Non pas qu’elle voulait réellement se moquer de la grandeur d’âme de son interlocuteur, pas plus que de tourner en ridicule son action, mais pour autant, il y avait tout de même eut un point de sa phrase qui avait particulièrement amusé la vampire … Amusement qui sembla s’atténuer lorsqu’il termina sa phrase. Du … « griffant » ?

… Alors cet adjectif-là, je veux bien l’admettre, c’est bien la première fois que je l’entends. Enfin, je suppose que tu viens de l’inventer, mais … elle relâcha un peu d’air par le nez pour marquer son amusement, avant de secouer très légèrement la tête sur les côtés : J’ai du griffant, donc … Heureuse de l’apprendre. Oh, et … Pas que je … Trouve vraiment drôle que tu sois noble d’esprit, même si j’admets que c’est une qualité que j’ai rencontré rarement là d’où je viens : c’est juste … quand tu dis une  … « jeune » femme, tu me donnes quel âge environ ? Ne t’en fais pas … Là d’où je viens, les humains se laissent aussi aisément berner lorsqu’ils ne sont pas au courant.

Comme si elle voulait commenter sa phrase pour expliciter encore mieux le fait qu’elle-même n’était pas vraiment humaine, elle se contenta de faire remuer légèrement ses oreilles, dont la pointe fine ressortit quelques instants de ses cheveux, avant qu’elle ne secoue un peu la tête pour les remettre en place et camoufler de nouveau les deux pavillons auditifs. Levant doucement une main pour saisir son masque de tissus et le tirer vers le bas, elle se servit un nouveau verre de sake qu’elle but d’une traite, appréciant de plus en plus le goût de cet étrange alcool de riz qui lui était à peu près inconnu, et ferma les yeux un instant : le retour des vapeurs d’éthanol … elle devrait peut-être se montrer un brin plus prudente. Reposant le verre de terre cuite et se mettant doucement à le faire tourner sur lui-même entre ses doigts, la vampire plissa les yeux en les observant, avant de hausser les épaules.

Quant à mes griffes … Ce n’est pas « courant », mais tout le monde chez moi sait à cause, ou grâce à quoi je dispose de ce pouvoir particulier de transformation corporel. Pour faire simple … Chez moi, la notion d’âme est extrêmement importante : non seulement nous avons avéré son existence, contrairement à ici, mais nous savons également qu’elle peut être extraite, endommagée, influencée … altérée par différents procédés magiques, ou par certaines opérations plus ou moins naturelles. Dans mon cas, j’ai juste fait comme tous ceux qui ont exercé la même profession que moi : chasseuse de monstre. Et comme tous les chasseurs ou chasseuses … Petit à petit, ma simple âme d’elfe de brume a été corrompue par les proies que je traquais et que je tuais … Jusqu’à me donner la capacité d’imiter certains de leurs aspects. Mon premier amour avait vu absolument toutes ses dents devenir aussi pointues et tranchantes que celles des chats, par exemple …

Laissant un demi-sourire étirer un coin de ses lèvres partiellement dénudées, l’elfe de brume laissa une nouvelle fois ses yeux jaunes se perdre dans le vide après les avoir décollé du chasseur de dragons. Maintenant qu’elle y pensait … … quoique non. Sa coupe de cheveux n’était pas tout à fait similaire, et même si la couleur était originale, elle ne correspondait pas du tout non plus … Il ne ressemblait pas à Nathaniel. Pas vraiment. Encore que … Son ancien amour, lui aussi en son temps, était venu prendre la défense d’une jeune blonde qui ne parvenait pas à se défendre, dans une taverne … Bien que d’une manière à la fois beaucoup plus orthodoxe et amusante. Clignant finalement des yeux, la vampire se redressa, se laissant aller dans son siège sans perdre son petit sourire.

La pire altération de ce genre qui puisse arriver, c’est de perdre la tête et de se changer soi-même complètement en monstre, mais ça n’arrive pas très fréquemment d’une part, et de l’autre, il faut être vraiment imprudent pour laisser ce genre de choses arriver … Ce sont les risques du métier. Ou de d’attirer la poisse et les types voulant se battre aussi, mais ça je pense que c’est plus dû à des questions d’apparence, de tavernes et de poivrots que à ce à quoi ressemble notre âme. Je veux dire … Chez moi, je fais juste « légèrement originale » même si ce n’est rien que la population n’a jamais vu, mais ici, j’ai l’impression d’être une bête de foire quand je vois certains costumes ou les regards qu’on me jette. Ça doit être pour ça qu’on m’a prise pour une « méchante élue » … Pivotant doucement sur son siège et jetant un œil derrière elle, la semi vampire finit par revenir vers la table, et haussa les épaules une fois de plus. Enfin, je ferais avec … J’ai vu pire.

La main de l’hybride plongea doucement sous un pan de son manteau, cherchant visiblement quelque chose dans une des poches au-dessus de son cœur … mais elle s’arrêta en plein milieu de son geste, et finit par retirer sa main qui était aussi vide que quelques instants plus tôt. Elle n’avait toujours pas perdu l’habitude de, dès que la soif la titillait un peu, sortir sa gourde pour en boire une gorgée ou deux … Pas sa soif classique : la bouteille à moitié vide à côté d’elle et le petit verre étaient là pour ça. Elle pensait plutôt à la soif malsaine mais malheureusement immarcescible de sang qu’elle avait en temps normal … Avoir bu le sang d’Akemi lui avait permis, pendant un temps, de vivre presque parfaitement « normalement », mais aussi semi-divin qu’il puisse être, il n’avait en rien été un remède miracle à sa condition vampirique. Bientôt, elle recommencerait à avoir vraiment besoin de boire … enfin, elle avait probablement encore quelques jours de marge avant que cela ne devienne vraiment pénible : pour l’instant, c’était plus une croûte qu’il fallait se retenir de gratter qu’une véritable plaie. Inspirant doucement, elle finit par se concentrer sur le mage aux cheveux rose une fois de plus, et inclina légèrement la tête en remettant son masque de tissus en place devant ses lèvres.

Mais sinon, dis-moi … Ton poing de feu, tout à l’heure, il te venait d’où ? Je sais que Kosaten est un monde magique, nous en sommes la preuve, mais il paraît que ce n’est pas le cas de tous les mondes dont proviennent les élus … Tu serais capable de me dire d’où tu tiens cette capacité, toi ? Si ce n’est pas indiscret, bien entendu … Je suis juste … Curieuse de ce genre de choses, on va dire. Je me demande si ça marche de la même manière.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyLun 30 Mai 2016, 19:25





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Weathley accepta finalement le tutoiement réciproque. Elle ne devait manifestement pas être habituée à tant de familiarité avec les autres, surtout de la part d’un inconnu qu’elle venait de rencontrer et dont la seule information qu’elle connaissait sur lui était son nom. Pourtant, le caractère de Natsu l’amenait souvent à converser allègrement et chaleureusement avec son entourage sans prendre de gants. L’ambiance était dans ce cas plus conviviale, comme le disait son interlocutrice. En tout cas, le mage était heureux que la scène se soit finalement réglée sans trop de soucis, même s’il regrettait sans doute de ne pas avoir eu à se battre. En plus, il avait trouvé une personne avec qui discuter et qui égayerait sa soirée : la Salamandre avait horreur de la solitude !

Ses dernières remarques, et notamment le compliment qu’il avait assortit aux griffes de la jeune femme semblaient avoir beaucoup amusé cette dernière. Pourtant, il n’y avait pas matière à plaisanter de base, enfin c’était ce qui semblait à Natsu. Comme d’habitude, on le prenait pour un idiot ? Il aurait pourtant cru que, au vu de ses aptitudes… particulières, Weathley serait plus ouverte d’esprit que les gens normaux. A moins qu’elle n’ait tout simplement ri que par simple exultation de joie ? La suite le lui apprendrait de toute façon. Ce que la Minshujin demanda sidéra complètement le pyromancien. Elle lui demandait quel âge il lui donnait ?! En mentionnant le fait que les apparences sont parfois trompeuses.


Bon, je ne vais tout de même pas lui dire qu’elle paraît avoir 50 ans, et toutes ses dents ! En plus, ce n’est pas vrai… Elle en fait… quoi… 25 ? 30 ? Mais, pourquoi cette question soudaine ???

-"Quel âge je te donne, hein ? Ben, environ 20-25 ans. Pourquoi ?"

C’est vrai qu’une telle interrogation paraissait bizarre de la bouche d’une fille… Il comprendrait bien assez tôt l’explication à cela. Weathley lui indiqua ensuite l’origine de ces doigts aiguisés qu’elle avait sortis durant la brève dispute de tout à l’heure. En gros, pour simplifier, car son histoire était loin d’être évidente pour Natsu, elle exerçait depuis longtemps déjà la tâche ingrate de l’extermination des monstres. Un peu comme le chasseur avec les dragons… Et, à force de les traquer sans relâche, elle avait fini par acquérir certaines caractéristiques de ces proies, comme ces griffes acérées qu’elle utilisait pour défendre sa peau. Elle dévoila également une paire d’oreilles pointues, loin de ressembler à celles d’un humain.

Une chasseuse de monstres, hein... ?

La tueuse blonde termina sa narration en ajoutant que certains finissaient par perdre la tête. Un des risques du métier… C’est sans doute à cause de l’aura meurtrière qu’elle dégageait que les habitants l’avaient alpaguée… Rien de plus qu’un simple jugement sur l’apparence… L’habit ne fait pas le moine, hein ? Et pourtant, les simples d’esprits ne savaient se défaire de ce principe de présentation visuelle…

Weathley le questionna ensuite sur son propre pouvoir. Elle voulait savoir si son acquisition s’était faite sur le même principe ou non. Logique. Elle lui avait décrit ses pouvoirs, elle attendait en retour qu’il fasse de même.


-"Comme tu l’as vu tout à l’heure, je maîtrise la magie du feu. Tu es une chasseuse de monstres, je suis un chasseur de dragons. Cela veut dire que l’on m’a enseigné une magie capable de battre ces puissantes créatures ailées elles-mêmes. Contrairement à toi, c’est un mage plus puissant que moi qui m’a appris à reproduire les sorts qu’il faisait. Ça n’est pas dû aux bêtes que je chasse ! Mais, tout comme ta transformation, ma magie s’apparente aux pouvoirs de destruction que possèdent les dragons. Combattre le feu par le feu, là où toi tu terrasses les griffes par les griffes. En somme, bien que possédant une origine différente, nos aptitudes de combat sont assez similaires vis-à-vis de nos ennemis respectifs."

Inutile de lui parler d’Ignir… Elle n’aurait de toute façon sans doute pas compris pour quelles raisons un dragon aurait appris à un humain à tuer des représentants de son espèce. Et de toute manière, elle pouvait découvrir les mécaniques de sa magie rien qu’avec ce qu’il lui avait expliqué. Elle ne paraissait pas naÏve.

-"Dis-moi, Weathley, ton monde, ton vrai monde, à quoi ressemblait-il ? Tu m’as parlé de monstres que tu traquais. C’était donc l’unique but de ta vie là-bas, de détruire les fléaux ?"


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyMar 31 Mai 2016, 03:44

… Si je comprends bien, dans les deux cas, nous combattons le feu par le feu, mais toi, c’est un peu plus … Littéral.

Valentine faisait partie de ces relativement nombreuses personnes, au sein des elfes de brumes, qui n’avait pour ainsi dire qu’un humour … très limité. Bien que n’était pas totalement dénué de ce trait, elle faisait rarement des plaisanteries, et pour cause … Même elle ne les trouvait pas particulièrement amusantes. Enfin, il fallait espérer que son compagnon de table ne lui fasse pas de remarque sur le sujet … ça n’avait pas l’air d’être le genre, mais la traqueuse n’aurais pas été si surprise si son interlocuteur lui sortait brusquement une pique, même petite. La noblesse du pays des brumes considérait ce genre d’actes comme un sport divertissant qui permettait de rendre plus stimulant les échanges … Ou un bon moyen de tester qui avait les nerfs les plus résistants. Une coutume agaçante parmi tant d’autres. Enfin, encore une fois, ici, elle pouvait probablement tenter d’oublier ce genre de choses … Ce n’était pas très compliqué d’ailleurs : il suffisait de s’occuper l’esprit avec toutes les autres choses importantes qu’elle devait assimiler sur ce monde et ceux qui le peuplaient. Croisant les bras sur son torse alors qu’elle se mettait à se balancer en arrière sur sa chaise, l’elfe de brume leva doucement ses yeux dorés au plafond, observant une des poutres maîtresse du bâtiment.

Quant à mon âge, tu as … Boarf. Environ 735 ans de retard, au minimum. Je te l’ai dit, pas mal de gens se laissent piéger … Elle baissa un peu les yeux vers le chasseur de dragons : même si son sourire n’était pas visible, ses yeux seuls reflétaient de par son regard son amusement, de même que sa voix : Mais tu as le droit de continuer à m’appeler « jeune fille », c’est plutôt flatteur. Et c’est vrai que j’ai l’air relativement jeune, même sur mon monde, pour une demoiselle de mon âge … Toi, par contre, je suppute que tu fais à peu près l’âge que tu as réellement … Et je dirais quelque part dans les 20-25 ans aussi … peut-être … 23 ? Je dis le chiffre un peu au hasard, pour être honnête. Et sinon …

Lâchant un petit soupire, elle laissa ses yeux repartir quelque peu dans le vague, avant qu’ils ne remontent de nouveau vers le plafond. Est-ce qu’elle avait un but, dans la vie, à part tuer des monstres ? Il en posait, de bien drôles de questions … Non pas qu’elles étaient amusantes : presque au contraire, lorsqu’on connaissait l’élue de Minshu, et justement. En outre … Pour parler du « but » qu’elle avait dans la vie, but qu’elle poursuivait d’ailleurs toujours ici, sur cette nouvelle terre … Il aurait fallu en premier lieu qu’elle explique sa malédiction, les effets de cette dernière histoire de dissiper tout malentendu (le mot « vampire » semblait unanimement avoir une très mauvaise réputation), et dire qui elle cherchait sur cette terre, pour lui faire quoi … non, très clairement, ce n’était pas le genre d’histoire sur lequel elle avait envie de passer toute sa soirée. En prime, encore moins avec un presque inconnu certes fort sympathique, mais qu’elle ne connaissait que depuis 5 minutes montre en main. Cela dit, cela n’impliquait pas qu’elle devait l’envoyer bouler sans plus de cérémonie : peut-être se le serait-elle permis à une autre époque, si le contexte avait été autre … Mais elle n’était, encore une fois, plus chez elle. De plus, il venait de lui fournir un peu d’aide, et ils étaient partis pour passer une partie de la soirée à discuter tous les deux ensemble … Enfin, elle savait parfaitement qu’elle était plus faible que l’immense majorité des autres élus qu’elle pouvait croiser. Il valait peut-être donc mieux ne pas provoquer inutilement le premier venu, surtout s’il avait tendance à « s’échauffer » trop rapidement … hum. Le jeu de mot n’était pas bon, encore une fois … bah, celui-ci, elle le garderait pour elle-même.

Quant au but que j’avais … bah. Est-ce qu’une vie a vraiment un but ? Le mien n’était pas vraiment d’exterminer les monstres … Je veux dire, c’était le cas d’un certain nombre de collègues, à commencer par l’homme dont j’ai parlé plus tôt, mais … Moi, aucun scolopendre de la nécropole n’a écrasé ma maison et mes deux parents quand j’étais enfant, nulle manticore n’a dévoré un de mes petits frères ou une de mes petites sœurs, et le premier deuil que j’ai connu, je le dois à un piètre meurtrier, pas à une quelconque créature maléfique. Certains pourraient me dire … « Alors, pourquoi risquer votre vie pour affronter ces choses ? Pourquoi mettre son existence sur le fil, pourquoi affronter des dangers de ce genre ? Pourquoi risquer, un jour, de devenir un véritable monstre ? ». Et de ce que je sais … Dans la plupart des cas, j’ai tout simplement répondu « Parce que j’en avais tout simplement envie. » Je ne sais pas d’où m’est venue l’idée saugrenue de traquer des créatures dont la simple existence représente un danger majeur pour des individus isolés, voire parfois de petites agglomérations … Et ce n’est d’ailleurs peut-être pas la meilleur idée que j’ai jamais eu, mais pourtant, je sais que depuis ma tendre enfance, cette vie me faisait rêver. Parcourir les routes, être une paria là où je me rendais, recevoir des récompenses pour ce que je faisais alors que je ne voyais que de la crainte dans les yeux de ceux qui me payaient … Enfin. Peut-être qu’une bonne partie de ce que j’ai vécu déforme les rêves que j’avais à l’époque : comme je viens de le dire, on penserait le métier cauchemardesque. Or, il est rude, mais pas forcément bien désagréable non plus. Et accessoirement … Les êtres capables de voyager seuls sont … Disons, une minorité de la population. Savoir qu’à terme, ma seule puissance serait mon accès privilégié à une liberté totale et inconditionnelle m’a aussi attiré, peut-être. Il faut dire que sur Era Necrolia … la vie est tellement plus rude que ce que j’ai pu voir ici, pour l’instant. Et je ne dis pas que Kosaten est une terre sans danger ou que personne n’y craint quoi que ce soit. Juste que ma terre d’origine est plusieurs dizaines de fois pire.

Claquant un peu la langue contre son palais, la semi-vampire laissa les deux pieds avant de sa chaise toucher terre à nouveau, et tendit avec une certaine paresse le bras pour se saisir, une nouvelle fois, de sa bouteille. Elle n’aimait pas la sécheresse qu’elle sentait sur son palais et sa langue après avoir parlé de la sorte : pour autant, elle n’était pas dupe et se doutait bien que l’alcool aussi participait à ce genre de phénomènes : tant par expérience que par simple déduction logique, au final. Est-ce que boire un nouveau verre était donc une bonne idée ? L’hybride aurait pu affirmer sans hésitation que non, et tout de même maintenir sa décision première qui était de remplir le godet du liquide transparent et parfumé, avant de le porter à sa bouche qu’elle avait dénudé une fois de plus. Elle s’employa d’ailleurs à le faire envers et contre tout, se demandant si elle devait arrêter de boire cul-sec devant un partenaire de discussion … Il fallait juste espérer qu’il ne la prenne pas pour une alcoolique. Est-ce que ça lui importait vraiment ? Quelque part, non, mais étant donné qu’elle s’était enfilé plusieurs verres de suite sans rien avaler d’autre, elle n’était pas certaine de pouvoir se fier entièrement à son jugement de l’instant présent. Reposant son verre après ne l’avoir vidé qu’à moitié, elle lâcha un petit soupire dont les vapeurs d’alcool lui brûlèrent l’intérieur du nez, avant d’avoir un petit sourire en coin.

Avec tout ça, j’en oublie presque de répondre à ta question … Mon but dans la vie … bah. La vivre, je dirais … La vivre normalement. Pour ça, il y a quelqu’un qu’il faudrait que je retrouve, d’ailleurs … mais je ne suis pas pressée, je trouverais bien un moyen de lui mettre la main au col, un de ces jours. Et toi ? Ta magie de chasseur de dragon te permet de vaincre ce genre de créature … En les imitant, ou simplement parce que les dragons de ton monde sont vulnérable au feu ? Ce n’est pas forcément impossible : je sais que certaines races de drakes, là d’où je viens, étaient particulièrement sensibles à la foudre … J’ai participé aux dernières chasses pour les éradiquer, d’ailleurs. Pas vraiment un souvenir des plus joyeux, pour être honnête … Enfin. Oh, et … tu as tué beaucoup de dragons ? Je … question bête probablement, mais tu n’as pas vraiment l’air d’être … disons, le genre de personne qui prend un plaisir particulier ou quoi à tuer des animaux, en particulier des aussi grands et souvent intelligents … Bon, je sais que venant de quelqu’un avec ma dégaine, ça sonne étrangement, mais … La curiosité, encore une fois, je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptySam 04 Juin 2016, 14:40





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Et voila ! Mademoiselle la chasseuse de monstres se moquait de son humour... particulier, par contre elle n'avait aucune gêne à faire une blague nullissime sur les pouvoirs ardents de Natsu. Non mais ! Et les railleries ne se limitaient pas à cela !!! Weathley expliqua au mage de feu qu'elle avait plus de 750 ans, tout en montrant bien à ce dernier qu'il s'était totalement fourvoyé. Celle-là alors...

La vache, elle est bien conservée pour une mémé !

Elle indiqua également qu'elle aurait donné entre 20 et 25 ans au chasseur de dragons. Et là, il sut qu'il tenait sa revanche. Avec un grand sourire triomphateur, et plantant son regard de braise dans celui doré de son interlocutrice, il éclata de rire.


-"Ha ha, en fait, à 400 ans près, tu avais la bonne réponse ! J'ai subi, enfant, un long voyage dans le temps, qui me donne aujourd'hui près de 420 ans, alors que visuellement, je ne fais que la vingtaine. On peut dire qu'on s'est bien trouvés là-dessus, ha ha !"


L'instant hilare passé, la Salamandre s'accorda quelques gorgées de la boisson qu'il avait commandée. De la fraîcheur... Même pour un adepte des flammes brûlantes, cela faisait du bien de temps à autre. Il se laissa aller à l'apaisement qui montait peu à peu en lui. Heureusement que les gars de tout à l'heure avaient finalement décidé de se replier, en tant que chiffes molles qu'ils étaient. Sinon, le scénario aurait été tout autre. Bien sûr, les deux élus auraient probablement pu remporter l'affrontement sans trop de difficultés, tant les conditions étaient déséquilibrées... Mais, dès lors que tous deux auraient eu donné une leçon aux vauriens, ils auraient sans doute été obligé de quitter l'établissement, voire le village. Donc, pas de repos dans ce cas-là, or c'était tout ce dont Natsu rêvait le plus en ce moment.

Les paroles de la supercentenaire suffirent à le ramener à la réalité. Il ne s'était aventuré que peu profondément dans ses pensées, la mélancolie l'aurait eu frappé s'il avait osé explorer les recoins de sa mémoire. Rien que de parler de sa vie d'avant à Weathley suffisait à lui nouer le cœur. Elle lui servit une tirade dans laquelle elle avouait ne pas avoir vraiment de raisons à la traque des monstres. Juste, cela lui faisait envie. Une aventurière, quoi. La blonde buvait beaucoup d'alcool, mais cela ne semblait pas altérer la cohérence des propos. Mieux valait ne pas l'affronter dans un concours de shot, seule Kanna aurait pu rivaliser avec elle. Quoiqu'il en soit, la Minshujin souhaitait simplement vivre une vie tranquille, et l'exil imposé en Kosaten ne paraissait pas la choquer outre mesure. Elle devait être là depuis un petit moment alors. Et cela n'avait pas dû être simple tous les jours, surtout que Weathley semblait être une élue solitaire. Intriguée par ses pouvoirs, elle lui demanda alors s'il avait déjà tué beaucoup de dragons, en lui faisant part du fait qu'il avait l'air de ne s'en prendre qu'aux pires créatures.


Alors en fait, pour tout te dire, je mange dix dragons à chaque p'tit-déj, donc...

-"L'apparence n'est qu'une façade, parfois trompeuse... Mais celle que j'arbore semble corroborer parfaitement avec mon caractère, si j'en crois tes dires. Pour répondre à ta demande, il m'est en effet arrivé plusieurs fois de combattre des dragons. Je le faisais car ceux-ci menaçaient de mettre en péril l'humanité. De la légitime défense, en gros. Je ne suis jamais aller abattre un dragon pacifique ! Le feu que je peux générer n'est pas un feu ordinaire. Comme tu viens de le dire, les dragons sont souvent ignifugés de par leurs épaisses écailles. Mais ma flamme brûle telle un souffle ardent de dragon et parviens à traverser ces écailles. Autrement dit, je me bats comme un dragon contre les dragons ! Mais ces créatures se font rares et, la plupart du temps, mon pouvoir me sert plus à combattre contre des monstres normaux, toujours pour protéger les autres. Également, dans mon monde, d'autres que moi possède la magie de chasseur de dragon, sans utiliser l'élément du feu. Par exemple, une amie à moi se servait de l'air. Bien sûr, à chaque fois, cet élément est renforcé jusqu'à atteindre l'apogée de sa puissance pour réussir son objectif premier."


Son verre étant fini, Natsu interpella le tenancier. Il commanda une seconde bière, en précisant bien qu'elle serait à ses propres frais cette fois. Puis, ayant avalé un bon coup, il reporta son attention sur son interlocutrice qui, depuis tout à l'heure, se dandinait sur sa chaise. Mal à l'aise ?


-"Et donc, ça fait longtemps que Manshe t'a arraché à ton monde ? Tu m'as parlé d'une personne que tu cherchais, ça avance ? Bien sûr, je ne veux pas te déranger avec mes questions, hein ? Si c'est trop indiscret, tu me le dis, surtout !"


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyMar 14 Juin 2016, 23:29

… Elle avait bon « à 400 ans près » ? Ce n’était pas tant le fait qu’on reprenne sa tournure de phrase qui fit légèrement hausser un sourcil à la vampire : plutôt le fait que son interlocuteur lui donnait l’impression de se jouer d’elle … Bah, après tout, se dit-elle au terme d’une seconde de réflexion. Natsu avait l’air aussi méchant et perfide que le soleil semblait froid et proche, si ce n’était encore plus : il répondait probablement honnêtement. L’impression d’avoir été prise à son propre jeu saisit la blonde, qui laissa son sourcil se baisser lorsque le jeune homme lui expliqua l’origine de sa méprise … Et même si elle ne rit point de bon cœur avec lui, il lui tira un nouveau sourire, légèrement amusé. Cependant, elle ne l’était pas pour la même raison que lui …
Du reste, elle le laissa tout de même répondre sur sa question, et étayer un peu plus ses paroles en ce qui concernait sa magie : en clair, elle avait vu plus juste qu’elle ne l’avait pensé à la base, sur ce point. Le chasseur de dragon, lui aussi, se servait des attributs de ses proies pour les abattre … Même s’il semblait plus vouloir passer du temps avec ses amis que de traquer des bêtes sur plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres, durant des semaines, avant de les mettre à mort. Encore une fois, la différence entre leurs univers respectifs la frappa : le simple fait qu’un dragon puisse être « pacifique » défiait quelque peu la logique de l’elfe de brume, pour laquelle à peu près n’importe quel prédateur apex capable de faire des ravages dans les troupeaux et de dévorer des hommes (sans parler des dégâts que ces créatures pouvaient causer aux bâtiments) était une cible à abattre. Et le plus tôt était d’ailleurs le mieux : raison pour laquelle les drakes qu’elle avait évoqué plus tôt avaient étés exterminés aux termes de plusieurs mois de combats intensifs et pénibles dans de hautes montagnes. Regardant son demi-verre de ses yeux jaunes, la traqueuse se demanda si elle devait le finir pendant qu’il concluait … Mais finalement, elle résista à sa propre tentation, haussant mentalement ses épaules. Il ne s’envolerai pas si aisément, après tout. C’est cependant le regard toujours rivé sur le liquide translucide qu’elle reprit la parole, parlant d’un ton neutre.

Mea culpa en ce qui concernait ton âge, mon cher Dragnir … Mais admets tout de même qu’il subsiste une légère différence entre avoir vécu 20 ans malgré le fait qu’on soit né il y a 4 siècles … Et celui d’avoir vu défiler les quelques siècles en question. Finissant par retrouver un petit sourire en tournant les yeux vers lui, elle haussa les épaules. Enfin … Je suppose que nous sommes deux antiquités relativement bien conservées, en somme, n’est-ce pas ?

La question, parfaitement rhétorique, n’attendait pas de réponse : si l’elfe ne se permit pas de rire une nouvelle fois, son sourire indiquait cependant cette fois clairement qu’elle était sur le point de. Finissant par cesser, de ses doigts, de jouer avec ce verre qu’elle résistait pour terminer, l’elfe se passa la langue sur les lèvres pour les humidifier sans grand succès, et se redressa un peu sur sa chaise : peu à peu, elle avait fini par poser un coude sur le dossier et à se laisser aller dessus, position qui ne correspondait ni à son attitude, ni à son dialecte … Et en prime, elle commençait à avoir le bois qui lui rentrait dans la peau de l’aisselle, sensation fort désagréable. Se redressant donc et joignant ses mains devant elle - en lâchant son verre – elle se pencha légèrement vers l’avant, les yeux observant toujours un peu l’individu aux cheveux roses assit à côté d’elle.

Du reste, ne t’en fais pas en ce qui concerne la curiosité, j’ai peu à cacher … Encore plus ici, où mes secrets ne risquent pas réellement de tomber dans les oreilles que j’aimerais qu’ils évitent. Et de toute manière, lorsqu'on se montre un peu trop indiscret avec moi, je n’hésite pas à … … qu’est-ce que c’est que ce bruit ?

Les oreilles de l’elfe étaient sorties de sa chevelure avec une telle rapidité qu’on aurait presque crue qu’elles s’étaient contentées, à un moment très précis, d’être là sans autre forme d’introduction. Cependant, fronçant légèrement les sourcils et remettant son masque sur sa bouche, elle semblait concernée par quelque chose … Qui ne tarda pas à se rendre audible pour quelqu’un ayant une audition normale : les sons rauques émis par quelqu’un qui courrait à perdre haleine en tentant de parler ou crier en même temps. Enfin, rauque … La voix était à vrai dire plutôt jeune, et son propriétaire ne tarda pas à se montrer : un jeune homme, de peut-être 15 ans, qui poussa la porte de la taverne avec brutalité. Presque aussitôt, le barman se tourna vers lui, fronçant les sourcils alors que l’adolescent cherchait à reprendre son souffle en s’appuyant contre l’encadrement de bois.

… Mato ? Qu’est-ce qui t’arrive ?
C-C’est … C’est … Katsu, papa !
Qu’est-ce qu’à fait ton frère ?
On était … On était au lac … à fouiller le sable pour rapporter des coquillages … Des drequins nous ont attaqué, deux ou trois je crois …
Quoi ?
Il m’a dit de partir devant … Qu’il me couvrait … Je sais pas s’il est encore en vie, il faut aller le chercher p’pa !
Mais il est fou … Ces bestioles vont le tailler en pièce !
Vous me donnez combien pour les bestioles et aller chercher le gamin ?

Il y eu un silence relativement désagréable dont Valentine n’identifia pas vraiment l’origine, jusqu’à ce qu’elle réalise à l’aide de tous les regards tournés vers elle que la dernière phrase prononcée était bien sortie de sa gorge. Elle qui, plus tôt, s’était dit qu’elle devait perdre les mauvaises habitudes … Se frappant littéralement le front, avant de soupirer et de se relever, elle secoua légèrement la main de manière négative.

Je … Oubliez ça. Je … Vieux réflexe. Où est situé ce lac ?
Vous iriez le chercher ?
Et bien … Oui ?
Si vous pouvez ramener mon aîné vivant, je veux bien vous héberger aussi longtemps que désiré et garder vos consommations pour mon compte …
J’ai dis … … bon, marché conclu. Ces lacs ?
A gauche en sortant d’ici, prenez la sortie du village indiquant qu’elle va vers les territoires neutres et le bosquet sacré … Vous en avez pour plusieurs dizaines de minutes, à pied …
J’ai l’habitude de courir durant des heures de rang. Réalisant, la vampire pivota, se tournant vers la personne qui se trouvait encore à sa table. Natsu, tu … Veux venir ? Je t’avoue que je ne suis pas ici depuis bien longtemps … Et j’apprécierai un coup de main, si tu t’en sens capable.

Elle ne disait en rien cela pour être insultante, mais ses yeux avaient depuis quelques temps déjà remarqué que le chasseur de dragon portait plusieurs bandages … Elle ne connaissait pas l’étendue de ses blessures à vrai dire, mais si ces dernières étaient graves, il serait peut-être plus un poids qu’autre chose. Mais si elles ne l’étaient pas, il pourrait faire un allié précieux … Et de toute manière, dans l’état dans lequel elle se trouvait, la blonde aurait probablement même accepté l’aide de William ou de ses compagnons … bien qu’à la réflexion, elle n’allait en aucun cas leur demander. En attendant la réponse de son « collègue », elle récupéra son sac de voyage, dont elle passa la bandoulière par-dessus son épaule pour l’enfiler, se préparant à partir d’ici peu. Étrangement, la perspective d’une nouvelle chasse de ce genre, même si elle était peut-être encore plus modeste que les premières qu’avait vécu l’elfe de brume en son temps, l’excitait au plus haut point … Peut-être lui avaient-elles plus manqué qu’elle ne l’aurait cru, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyDim 26 Juin 2016, 10:36





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Weathley, lorsqu’elle comprit qu’elle s’était fait prendre à son propre jeu, par rapport à leurs âges respectifs, sourit. Au vu de ses réactions précédentes, cela devait sans doute signifier l’hilarité absolue chez elle, car la chasseuse de monstres ne paraissait guère encline à partager ses sentiments en public. Ce qui pouvait être hautement compréhensible quand elle narrait son passé, la traque répétée de fléaux pendant de longues semaines l’ayant sans doute amenée à ne penser que peu ou pas du tout, plutôt agir, et à se replier sur elle-même, pour mieux se protéger. Dès lors, la moindre de ses émotions manifestées en disait long sur sa puissance. Toutefois, la blonde avait le mérite de ne pas se renfermer lorsqu’elle discutait avec d’autres personnes, comme c’était ici le cas : en effet, à l’instar de Natsu, elle avait raconté à l’autre son passé. Également, même si le frère de feu du mage, Ieta, ainsi que sa récente sauveuse, Emily, étaient des élus ouverts, la plupart des Minshujins semblaient contenir une timidité accrue, ce qui, encore une fois, ne caractérisait point la Griffeuse. C’était tout à son honneur. Enfin, elle indiqua clairement la distinction entre les années qu’elle avait effectivement vu se dérouler, et le petit voyage temporel du chasseur de dragons.

C’est vrai… En 750 ans, elle a dû en voir des choses… Du bonheur comme du malheur, de l’euphorie comme de la souffrance…

Juste après, Weathley reprit son explication à propos du parcours personnel qui l’avait, à son bout, fait atterrir dans cette taverne. Elle précisa de surcroît que Natsu pouvait se montrer curieux, cela ne la perturbait guère. D’ailleurs, s’il se montrait trop encombrant dans ses demandes, elle lui ferait comprendre d’une manière peu conciliante. Elle n’avait pas fini sa phrase, mais n’en avait pas eu besoin non plus pour que le Seikajin comprenne le sens de cette menace qui n’en était sûrement pas une. Tout à coup, le femme aux yeux topaze sembla dresser l’oreille, comme si un bruit en avait retenu l’attention. Le garçon aux cheveux roses écouta attentivement, mais n’entendit rien qui soit digne d’intérêt. Une fois encore, il maudit ce Phénix rougeoyant qui avait remplacé son emblème de Fairy Tail, et imposait désormais une limite à ses facultés. Probablement que dans son monde, ce son lui serait parvenu plus aisément. Mais ici, c’était une toute autre histoire.

Qu’a-t-elle pu bien entendre ?

Alors qu’il s’apprêtait à le lui demander, un gamin fit irruption dans l’auberge. C’était un adolescent qui approchait de la quinzaine d’années, sauf si lui aussi s’était joué du temps comme les deux élus, et qui était d’une taille moyenne. Peu robuste pour son âge, il avait plus la tête d’un littéraire que d’un grand sportif. Ses cheveux bruns, coupés très courts, étaient impeccablement coiffés, et ses yeux étaient d’un bleu très clair. Le même bleu que celui des yeux du tenancier. D’ailleurs, le bambin se dirigea aussitôt, avant de s’écrouler haletant, vers le comptoir de celui-ci. Entre deux bouffées d’air, il put prévenir son père, car c’était bien lui, du drame qui se jouait en ce moment. L’intello et son frère était parti à la traque aux coquillages, près d’une rivière aux alentours, mais un trio de monstres avait attaqué le jeune duo. Une bande de drequins, ou quelque chose dans le genre… Un terme qui ne signifiait pour la Salamandre, sinon un banc de drôles de requins… Pour faire court, l’un des enfants était resté pour protéger son frère, qui avait accouru à l’auberge. Aussitôt, après un moment d’incompréhension avec le patron, Weathley se porta volontaire pour aller le chercher. Alors que le paternel se confondait en remerciements, cette dernière interrogea Natsu sur ses intentions.

-"Je te suis, Weathley ! Évidemment que je m’en sens capable !!! Ce soir, nous aurons un barbecue de… der… dré… drequins !"


Pas facile à dire, ce nom… Alors que, suivant les indications du gosse, les deux élus se précipitaient vers la zone des monstres, le fils de dragon était encore interloqué : sa partenaire temporaire avait, lorsqu’elle le questionnait sur ses capabilités, directement jetait un coup d’œil à ses récentes blessures, qu’il trouvait pourtant discrète. Elle n’avait pas menti, c’était une professionnelle habituée à l’expérience de la vie.



Finalement, ils arrivèrent à l’endroit indiqué. C’était une rivière d’apparence paisible, mais qui cachait bien sa réelle identité, si l’on en croyait les dires. Il y avait en effet, un enfant, la copie conforme de son père, avec 30 ans de moins, qui faisait face à 3 bêtes, qui n’avait en fait rien en commun avec un requin. Le brave garçon se défendait tant bien que mal avec un bâton de fortune qu’il avait ramassé au préalable, mais il faiblissait considérablement. A cette vue, le pyromancien redoubla d’efforts pour venir se placer entre prédateurs et proie. Aux côtés de Weathley, il se prépara à se battre, tout en jaugeant d’un rapide regard l’état du gamin. Il ne paraissait heureusement pas blessé.


-"Ne reste pas là, cours rejoindre ton père, si tu t’en sens capable !"


Le duel de chasseurs allait pouvoir commencer, et les poings de Natsu, pour changer, se mirent à rougeoyer et dégagèrent bientôt des flammes voraces.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptySam 09 Juil 2016, 20:15

Courir comme ils le faisaient à l’instant coûtait plus à la vampire qu’elle ne voulait réellement l’admettre … Ou plutôt, qu’elle ne l’aurait admis si on lui avait posé la question, mais heureusement, son partenaire restait parfaitement muet lui aussi, cherchant visiblement à économiser son souffle … Ou n’ayant pas grand-chose à lui dire : les deux options convenaient à la blonde. Sautant par-dessus une racine, elle regretta quelques peu les paroles qu’elle avait eu plus tôt à l’auberge, car elle déchantait quelque peu …Une fois n’était pas coutume, elle aurait apprécié avoir un cheval. Mais à la réflexion, même en en demandant un aux clients, elle n’aurait probablement rien eu : elle ne connaissait personne, personne ne la connaissait, et ce n’était pas juste parce qu’elle promettait pleine de bonne foi d’aller sauver le gosse qu’elle n’allait pas juste s’enfuir sur le canasson après l’avoir obtenu ... Ils devaient faire le trajet à pied. Bah, elle tenterai d’être la plus « fraîche » possible au moment du combat, voilà tout. Rapidement, elle entendit des grondements et des cris, et plissa les yeux : ils approchaient. En quelques enjambées supplémentaires, il se retrouvèrent au cœur de l’action : les animaux tout comme le garçon étaient là. Fronçant les sourcils, Valentine dû reconnaître qu’elle ne s’était pas attendue à des créatures de ce style lorsqu’elle avait entendu leur nom … à ses yeux, ils ressemblaient également à des insectes … Peut-être était-ce la corne qui les rapprochait des scarabées. En tout cas, leurs petits yeux vicieux et leurs bouches pleines de dents couvertes de bave ne les rendaient certainement pas sympathique … Pilant, de même que son compagnon, devant le garçon et devant ses adversaires, la vampire plissa les yeux. 3 contre 2 … Non, ça n’allait pas le faire. En plus, l’idée que le gamin s’en aille seul ne lui plaisait pas : et si une des bébêtes le traquait et lui bondissait sur le dos ? Elle n’aimait définitivement pas cette idée …

Petit, attends ! Natsu … Couvres-nous s’il-te-plaît. J’en ai pour une dizaine de secondes.

Lorsqu’elle prit l’impulsion pour se remettre à courir vers le gosse, les jambes de Valentine, et à peu près tout ce qui se trouvait en dessous de son large manteau commençait déjà à émettre, ou être recouvert ? D’une sorte de fumée blanche, légèrement lumineuse, et tout sauf naturelle. En une dizaine de pas, elle rattrapa le gamin, qui avait ralenti en tournant la tête, mais sans s’arrêter tout à fait de courir. Bien entendu, elle avait déjà changé ses mains en griffes avant même d’arriver sur le lieu du combat : l’une d’entres elles retrouva son aspect normal, alors qu’elle la plongeait dans le dos du gosse et sous un de ses bras, le soulevant un peu le gosse du sol. La semi-vampire tira une grimace : il était plus lourd qu’elle n’avait anticipé … Et elle, beaucoup plus faible. Un jeune homme de 17 ans, ça pèse presque déjà un poids d’adulte … Et celui-ci n’avait pas l’air d’être des plus maigrichons. Luttant tout de même, elle bifurqua avec le gosse vers un arbre.

Sautes.

L’ordre avait été donné sans laisser le moindre choix à celui à qui il avait été adressé : le pêcheur en herbe s’exécuta en même temps que la chasseuse, dont la main libre s’enfonça profondément dans l’écorce d’un arbre alors qu’elle le poussait pour qu’il continue à monter. Le tout fut laborieux, mais en quelques instants à peine, elle faisait appuie avec son bras à l’une de ses chaussures, et le poussait vers le haut pour qu’il puisse se caler dans les branches, ce qu’il parvint à faire sans soucis. La brume continuait de monter sur le corps de l’elfe, la recouvrant … Le processus était lent, comparé à d’habitude. Changeant les doigts de sa seconde main en griffes acérées avec un craquement horrible, elle la planta de même dans le bois, s’en servant pour escalader l’arbre et grimper à côté du gosse … Bien.

Attends-nous ici, tout simplement … Et si tu as le moindre problème, gueules le plus fort possible.
Compris …
Brave garcon.

Le commentaire n’était pas aussi condescendant qu’il en avait l’air, mais l’hybride se mordilla un peu la lèvre : elle n’avait pas le temps pour ce genre de choses. Sous son masque de toile, le petit anneau d’or qu’elle avait dans la lèvre inférieur rencontra ses dents, la faisant cesser son geste … Alors que le « pas de brume » qui faisait la fierté de son peuple finissait enfin d’agir, la brume la recouvrant … Avant de se dissiper, la chasseuse ayant disparu. En quelques bonds souples, elle parvint à se mouvoir à travers les branches, provoquant malheureusement plus de bruit qu’elle ne l’aurait désiré, mais relativement indétectable lorsqu’il s’agissait du visuel, de l’olfactif ou autres … Du moins, elle l’espérait : elle n’était pas certaine d’à quel point ses capacités avaient étés affectées par le voyage, une fois encore. Parvenant cependant sans encombre à se placer au-dessus du petit groupe qui se trouvait en combat, elle détecta là un début de stratégie : profitant de leur nombre, les trois bestioles s’étaient placées en triangle autour de leur adversaire, cherchant visiblement à profiter de son isolement pour l’attaquer dans un angle mort … Et le chasseur de dragon était probablement un talentueux mage de feu dans son monde, mais ça ne lui donnait pas des yeux derrière la tête. Voulant visiblement saisir sa chance, la créature qui se trouvait d’ailleurs dans son dos se ramassa sur elle-même, se préparant à bondir. Elle n’eut jamais le temps de porter la moindre attaque, cependant : tombant de la branche où ils étaient stationnés, 75 kilos d’elfe de brume et 5 griffes pointées vers le bas lui tombèrent sur la nuque, transperçant cette dernière de manière particulièrement brutale, l’elfe se ramassant sur le sol en plaçant et pliant ses jambes sur les flancs de la bestiole. Constatant que ce point faible était visiblement similaire à celui qu’elle trouvait avec récurrence sur les proies de son monde, l’elfe se releva, retirant son avant-bras désormais couvert de sang d’un geste brusque alors qu’elle se redressait en se reculant, laissant l’animal convulser encore quelques instants avant de rendre le dernier souffle. Se collant dos à dos avec le chasseur de dragon non loin d’elle, elle eut un petit sourire, soufflant par le nez.

Désolée, tu n’as pas pris de mauvais coup pendant que j’étais absente ? Et aussi … Tu veux que je prenne celui sur ta droite, ou ta gauche, maintenant qu’on peut de nouveau chacun faire un « duel » ?

Elle souffla doucement par le nez, et chassa une mèche de devant ses yeux … Dans une seconde, peut-être deux, elle allait faire un pas en avant, lever la jambe qui serait restée sur place, pivoter dans la direction voulue par le chasseur de dragons de feu, et bondir sur un quadrupède agressif pour un corps-à-corps dont elle n’était pas certaine de sortir indemne, si elle pouvait s’en sortir … Etrangement, la pensé de mourir là l’effleura. Encore une fois, des souvenirs si anciens que bon nombres de personnes auraient tout simplement effacé leur existence se présentèrent à l’esprit de l’elfe de brume. Ses premières chasses. Ses premières « proies », qui étaient plus grosses, plus fortes, et plus rapides qu’elle à l’époque. Des créatures qui pouvaient achever sa vie d’une simple morsure, d’un simple coup de pattes pour certaines. Les combattre, et les vaincre n’avait jamais été « gratifiant ». Dans ces duels où elle misait son existence là où son adversaire défendait la sienne, elle n’était jamais sortie victorieuse avec la satisfaction du travail bien fait …Ce genre de sentiment était venu des années plus tard, lorsqu’elle avait pu prétendre être une chasseuse « confirmée ». Non … La sensation qu’elle éprouvait à ses débuts était celle d’une joie. Une joie sauvage, farouche, et primaire. Celle d’être toujours en vie. Et même si elle n’avait abattu qu’une créature et n’en tuerai peut-être pas deux seules si le mage lui filait un coup de main … Elle en ressentait quand même un frisson. Et elle en voulait plus. Restait juste à savoir quelle était sa cible, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyMar 26 Juil 2016, 13:08





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Petite musique d'ambiance

Tout de suite après que Natsu eut crié au petit de s’enfuir, pour se mettre à couvert des horribles monstres qui leur faisaient face, Weathley enjoignit au gamin de l’attendre. En outre, elle demanda au mage de feu de leur accorder une dizaine de secondes de protection, ce qu’il confirma faire d’un regard et d’un sourire malicieux. Bien entendu qu’elle pouvait compter sur lui pour ça. Ce n’était pas parce qu’il était blessé et en sous-nombre qu’il se laisserait marcher sur les pieds. Au contraire, il était en rogne depuis sa défaite contre Zayro Jinn et cet affrontement était pour lui un moyen de retrouver sa confiance perdue en ses capacités. Toute cette tension ne faisait que l’échauffer, une atmosphère que le chasseur de dragons ne pouvait qu’apprécier.

Toutefois, si l’idée de se retrouver à un contre trois durant une poignée de temps ne l’effrayait, il était surpris par le geste de la super centenaire. En effet, sitôt après qu’elle avait eu l’accord de Natsu, elle s’était élancée vers le gamin en fuite, et avait accéléré un rythme impressionnant pour le rattraper. Le garçon aux cheveux roses aurait sûrement salué l’effort et félicité l’autre s’il n’avait été encerclé par un trio de monstres tous plus hideux l’un que les autres.


-"C’est la baston que vous voulez ? Eh bien amenez-vous, je vais vous faire goûter à ma spécialité, la châtaigne flambée !!!"


De fait, le garçon à l’écharpe se craquait les doigts et se préparait à recevoir comme il se devait les drequins. Ceux-ci s’en étaient pris à un duo de deux frères sans défense, ils n’allaient pas sans tirer comme ça ! Pour ne pas se faire devancer et submerger par le nombre, et surtout pour offrir à Weathley le temps qu’elle lui avait réclamé, la Salamandre embrasa ses deux bras et étendit les flammes des deux côtés afin de créer une petite barrière ardente entre les ennemis et la traqueuse de monstres. Puis il se rua vers le plus proche et lui envoya son coup brûlant en plein de ce qu’il supposait être la tête. Le monstre fut envoyé au tapis et Natsu reçut une gerbe de liquide verdâtre et gluant sur son bras.

Berk… C’est dégueulasse !

Malheureusement, sa magie ayant été fortement réduite à son arrivée à Kosaten, la barrière se dissipa rapidement et la créature à terre se releva rapidement sans paraître avoir souffert le moins du monde… Pendant ce temps, un coup de griffe par derrière vint déchirer l’habit déjà bien abîmé de Natsu et il ne put réprimer un petit cri de douleur. De fait, l’attaque éclair et par surprise qu’il venait d’encaisser était d’une violence incroyable et les plaies du pyromancien semblaient prendre un malin plaisir à se rouvrir afin d’accroître sa douleur déjà aigue.

Fort heureusement, ce fut à ce moment que Weathley choisit de « réapparaître » et put abattre un des monstres d’un coup de ses doigts griffus placé avec une précision chirurgicale. Alors que l’ardent jeune homme adressait un sourire de reconnaissance à la blonde, celle-ci s’excusa de son absence te lui proposa, maintenant que le problème du surnombre était résolu, d’affronter chacun un adversaire.


-"Merci Weathley ! Comme tu l’as dit, affrontons-les en face à face ! Je crève d’envie de cramer la tronche à celui de gauche ! Je peux te laisser l’autre ?"

Sans même attendre de réponse, il se rua rageusement vers son adversaire. Bien entendu, le Dragnir avait choisi d’exploser celui qui l’avait blessé, dans un pur esprit de vengeance. Mais cette fois-ci, la situation était tout autre et le Seikajin allait se faire plaisir à massacrer son ex-tortionnaire !


-"Tu vas comprendre ta douleur !"


En cet instant, Natsu préféra attendre l’assaut du drequin. Quand ce dernier chargea, le mage se prépara à encaisser au cas où, mais pu esquiver d’un bond rapide sur le côté. Aussitôt, son pied bouillonnant de sa magie obtenue d’Ignir fut envoyé dans l’une des pattes de la bête, la brisant instantanément, et causant la chute du monstre. Mais ce n’était pas terminé ! S’ensuivit une série de coups de nombreuses parties du corps aptes au pugilat et qui achevèrent tranquillement l’ennemi affaibli. Une fois que le corps inerte et sans vie gît à terre, le fils de dragon jeta un coup d’œil en direction de sa partenaire temporaire pour voir comment elle s’en sortait.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyJeu 04 Aoû 2016, 18:09

Heureusement, il ne semblait ni avoir reçu de blessure trop grave, ni perdu sa mauvaise humeur … Tant mieux : d’autres se seraient offusqués de manière parfois abusive d’un tel « abandon », mais ce n’était ni le lieu, ni le moment propice pour qu’une crise de ce genre ait lieux, s’il avait dû y en avoir une : on ne se dispute pas entre coéquipiers en plein milieu d’un combat à mort. Enfin, combat à mort … En était-ce réellement un ? N’oubliant pas de faire mentalement la translation afin de ne pas se jeter du mauvais côté le moment venu, la chasseuse de monstre se ramassa sur elle-même, prête à se détendre et partir. Une de ses jambes était légèrement plus fléchie que l’autre, et elle prit tout de même le temps de remettre une mèche un peu pénible au bon endroit de son champ de vision, à savoir en dehors, avant de s’élancer. Ne faisant qu’un pas vers l’avant, elle se servit du pied sur lequel elle s’appuyait pour pivoter à 160° degrés sur sa droite, avant de finalement se tourner vers la créature, et de se jeter dessus. Le « drequin », qui comprenait bien que visiblement, il ne serait la cible que d’une personne à la fois, recula avec agilité, et parvint sans problème à esquiver le coup de griffes que tenta de lui coller la chasseuse. Rien d’extrêmement étonnant à cela, au final : elle avait eu une trajectoire prévisible. Restant sur place, toujours basse sur ses appuis, elle voulut marquer une seconde pour souffler un peu … Mais dû à son tour rouler sur le côté à peine arrivée à la moitié de ce délai : à l’endroit où se tenait un instant plus tôt sa tête, des mâchoires claquèrent dans le vide avec un bruit sec.

Ne prêtant que peu d’attention à la terre ou aux feuilles qui se collaient à son vêtement par la faute de sa roulade, elle se redressa tout de suite en se laissant aller vers l’arrière, esquivant cette fois un coup de griffes qui rentra dans le sol. Que ces petites bêtes étaient rapides ! Ou alors, était-ce elle qui était trop lente ? Chutant à cause du peu d’équilibre que lui avait laissé son dernier mouvement, elle voulut mettre un pied derrière elle pour se stabiliser : un branchage ou une racine l’en empêcha, et elle s’étala sur le dos. Une flopée de jurons particulièrement imagés mais heureusement non traduits de l’elfique (« sang de fiel » n’aurait été qu’un exemple parmi d’autres, souvent bien plus vulgaires) surgirent dans l’esprit de l’ancienne traqueuse de monstres, et le choc de son dos percutant le sol et lui coupant légèrement le souffle ne fit rien pour arranger son état d’esprit, en plus de lui perturber cruellement la respiration pendant une ou deux précieuses secondes. Clairement, on était très loin de l’époque où elle bondissait partout et se rendait intouchable pour finalement parvenir à placer le coup fatal sur une manticore faisant plusieurs fois sa taille et son poids. Certes … Ce temps était révolu : elle le savait à peu près depuis son arrivée sur le continent, et par conséquent dans ce monde, que la presque toute-puissante Valentine d’Era Necrolia appartenait à un passé désormais « lointain ». Ca ne l’empêcha pas de planter ses griffes juste au-dessus de sa tête, dans le sol, et de tirer grâce à ses abdos pour replier et relever brusquement ses jambes : une nouvelle fois, cette manœuvre de repli lui évita de recevoir une nouvelle blessure. Mais ce n’était pas ce qui allait lui permettre de gagner …Elle avait perdu l’habitude des individus plus rapides qu’elle, à vrai dire. Surtout en ce qui concernait les monstres.

Se mettant cette fois à 4 pattes en passant sur le côté, elle observa l’animal qui tentait à peu près autant de la tuer que la réciproque, haletante. La créature aussi était pantelante, mais elle semblait toujours un peu plus en forme que son adversaire : ce n’était pas étonnant, elle n’avait pas couru sans relâche pour parvenir jusqu’ici, et ne passait pas son temps à avoir des mouvements vifs dont le but était d’esquiver des attaques souvent placées à moitié par surprise. L’espace d’un instant, les deux combattants restèrent à terre, l’un face à l’autre, s’étudiant mutuellement d’une manière étrangement similaire, lorsqu’on prenait en compte le fait qu’un des deux êtres vivants n’était qu’une bête sauvage. Il sembla à l’elfe que son compagnon avait terminé de son côté : elle n’entendait en tout cas plus aucun bruit de bataille provenant de son côté … mais elle n’allait certainement pas faire l’erreur de tourner la tête pour vérifier. Les petits yeux de la créature l’observaient avec une intensité croissante ... Elle cherchait probablement une faille. N’en trouvant probablement pas, elle fit ce que font tous les êtres qui n’y ont pas étés formés pour être patients : elle s’élança vers son adversaire, toutes dents sorties, cherchant la morsure directe. Mais plutôt que d’éviter, la semi vampire, prête cette fois-ci … Propulsa un bras vers l’avant. Une main dont les doigts formaient une sorte de « pointe » droite à l’extrême s’enfonça sans mal dans la gueule ouverte, qui se referma avec un étrange crissement sur l’avant-bras de la jeune femme. Le drequin, qui ne s’était certainement pas attendu à une telle réplique, s’empala presque sur le bras griffus, dont les doigts se déplièrent en lui et le déchiquetèrent … Il tenta bien de mordre, sectionner l’avant-bras de la blonde, mais le nombre de lésions qu’elle infligea à sa gorge et ses tripes à chaque instant était trop important, et c’est bientôt en vomissant des flots de sang sur ce qui l’empêchait de fermer la bouche que l’animal périt, cessant aussi bien de serrer les mâchoires que de remuer de manière générale.

Plus par précaution qu’en vertu de penchants sadiques quelconques, elle le fit pivoter de manière à exposer son ventre, et plongea sa seconde main dedans, avant de se redresser, et de se débarrasser de la dépouille, la repoussant sur le sol. Secouant les doigts, elle leur redonna un aspect bien moins agressif, leur rendant leur forme naturelle, avant de se mettre à se frotter le coude là où elle avait été mordue. Dans le liquide vert qui imbibait désormais sa manche, des tâches rouges étaient clairement visibles … mais pourtant, elle ne commenta même pas ce fait, gardant la mine sombre en regardant l’être mort, à ses pieds. Se tournant finalement vers Natsu, elle l’observa de ses yeux jaunes, et lâcha un soupire à travers son masque de tissus.

Gamin, j’espère que ton père a des chambres confortables dans son auberge … Parce que là, je vais vraiment avoir besoin d’une bonne nuit de sommeil.

Comprenant visiblement que le danger était passé, l’enfant descendit de sa branche, et se précipita vers ses deux nouveaux héros, les congratulant avec enthousiasme et commençant à leur raconter à quel point ils étaient incroyables. Avec plusieurs siècles de moins, l’elfe de brume aurait trouvé ça légèrement grandiloquent pour ce qu’elle venait de faire, mais aurait tout de même accepté avec plaisir … Désormais, ce genre de bavardage la fatiguait plus qu’autre chose, n’améliorant pas l’état dans lequel elle était déjà. Restant passablement silencieuse, elle finit par laisser son regard errer ailleurs alors qu’elle massait doucement son coude, laissant son bras pendre dans le vide sans rien en faire. Lorsqu’elle réalisa qu’un petit silence venait de tomber sur le trio, probablement parce qu’elle ne répondait pas à une parole qui lui était adressé et qui avait été prononcée quelques secondes plus tôt, elle observa les deux garçons à nouveau … et soupira. Elle tenta bien de sourire, mais heureusement que son masque masquait ses traits, car elle savait même sans le voir qu’il n’était pas très réussi.

Désolée … Je crois que j’aimerais juste bien rentrer, maintenant.

Se mettant à marcher d’un pas qui avait l’air – et était – relativement fatigué, la chasseuse de monstres ne cessa, sur toute la distance qui les séparait de l’auberge, de frotter sa plaie sans pour autant la dégager ou quoi que ce soit : lorsqu’on aborda le sujet, elle répondit de manière évasive qu’elle se ferait un bandage lorsqu’elle serait au calme, assise, et qu’elle aurait de quoi faire bouillir de l’eau à portée de la main. Elle avait en réalité de quoi en faire un plus que correcte maintenant, mais ne tenait pas à s’embêter avec ce genre de détails maintenant … et vu la mine qu’elle affichait, il était clair que ce n’était pas la peine de trop essayer. Le trajet, en tout, dura une quarantaine de minutes : c’était long, comparé à l’allée, mais il n’y avait rien de surprenant dans la mesure où ils n’étaient plus en train de courir le plus vite possible … C’est une elfe de brume à l’air légèrement abattue qui referma la porte de l’auberge, une fois que le trio y rentra. L’espace d’un instant, elle resta là, chaque bras pendant le long du corps, à observer l’assemblée … et à la laisser la regarder en retour.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptySam 20 Aoû 2016, 16:37





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.



Comme Natsu s’y attendait, Weathley était également venue à bout de son adversaire. Le drequin qu’elle avait affronté se trouvait de fait lui aussi à terre, pourfendu chirurgicalement à de multiples endroits. Cette différence de manière de combattre fit sourire intérieurement le mage de feu, alors qu’il contemplait le cadavre de son ancien ennemi, grièvement brûlé et roué de coups. La griffeuse implacable et le pyromancien bourrin : leur duo avait parfaitement fonctionné et, malgré leur sous-nombre évident, la victoire leur revenait, et ce, avec mérite. Le chasseur de dragons était heureux de constater que son rétablissement était sur la bonne voie, même si ce genre d’efforts n’était sûrement pas recommandé au vu de son état. Mais à quoi bon se priver de se battre lorsque l’on s’appelle Natsu Dragnir ?

« Bien joué, Weathley ! »

En attendant, le gamin était sain et sauf, et c’était tout de même le principal ! Celui-ci sauta d’un coup de sa branche, se stabilisa à terre quelques instants, puis accourut vers ceux qui resteraient à jamais dans sa mémoire. Impressionné par les capacités de chacun des élus, il les congratulait tour à tour, revenant sur chaque moment de ce combat dont il n’avait pas perdu une miette. Apparemment, voir ces bêtes trépasser ne semblait l’avoir dégoûté ou choqué. Bien au contraire, il était désormais déterminé à devenir plus fort ! Le Seikajin lui passa affectueusement la main dans les cheveux : cet enfant lui faisait tant penser à lui-même quelques années auparavant. Un rien l’étonnait, mais il se frottait à plus fort que lui, sans jamais reculer, pour protéger les siens.

« Et voilà, petit, tu peux retourner chez toi tranquille, ceux-ci ne sont pas près d’embêter quiconque désormais. »

« Merci m’sieur ! Merci à vous aussi m’dame ! Promis, je raconterai ce que vous avez fait à mon père ! Dites… »

« Oui ? »

« Est-ce qu’un jour je serai aussi fort que vous ? Est-ce que je pourrai exploser les drequins comme vous l’avez fait ? »


« Certainement, petit, avec de l’entraînement, je suis sûr que tu deviendras très fort ! Mais d’ici là, il va falloir travailler dur ! Tu vois cette jeune femme ? Elle s’est bien battue, n’est-ce pas ? Eh bah c’est le résultat d’un paquet d’années d’entraînements ! Pas vrai, Weathley ? »

Un paquet de siècles même…

Mais la blonde semblait ailleurs. Elle ne répondit pas à Natsu, et ce malgré le fait qu’il réitère sa question une seconde fois. A vrai dire, elle n’avait pas dit un mot depuis leur récent succès, et le garçon aux cheveux roses se demanda si elle allait bien. Finalement, comprenant qu’elle était devenue le centre d’attention, elle les rassura en indiquant juste qu’elle souhaitait rentrer au plus vite. Le fils de dragon en conclut donc qu’il ne s’agissait que d’un coup de fatigue. De même quand il la questionna sur une sorte de plaie qu’elle frottait sans cesse, elle assura que de simples bandages suffiraient. Le jeune homme préféra ne pas insister.

Enfin, après une longue marche, le trio fut de retour au village, puis à l’auberge, où le patron les accueillit à bras ouverts. Son fils se précipita dans ses bras et une étreinte longue débuta, pendant laquelle le bambin ne cessait de narrer les faits incroyables des élus. Le père, plus qu’heureux, attabla de force les sauveurs et leur amena un nouveau repas avec une bonne boisson bien fraîche, en leur assurant que s’ils manquaient de quelque chose, ils ne devaient surtout pas hésiter. Natsu but une bonne rasade et sourit à sa partenaire du jour :


« On peut dire qu’on les a massacrés ces monstres, ha ha ! Tu es sûre que ça va aller pour ton bras ? Et sinon, que comptes-tu faire maintenant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyDim 28 Aoû 2016, 23:55

Contrairement, et peut-être heureusement, à ce qu’elle avait anticipé en entrant dans l’auberge, la chasseuse ne fut pas le centre d’attention. Pas vraiment : les gens préférèrent se concentrer sur la scène plutôt touchante du jeune garçon qui retrouvait son père et se jetait dans ses bras pour lui enlacer le cou. Une étreinte chaleureuse et touchante entre deux êtres s’aimant profondément … Il avait fallu un sacré paquet de décennies à la demi elfe de brume pour comprendre que c’était un geste normal entre un père et son enfant. Probablement parce qu’elle n’avait absolument aucun souvenir d’une scène de ce genre entre elle et son propre paternel … Mais après tout, elle pouvait difficilement le blâmer pour cela. Il ne faisait que respecter les codes d’une société dans laquelle elle-même, durant des années, elle avait vécu et à laquelle elle s’était faite … Et au moins, ce dont elle ignorait l’existence n’avait pu lui manquer. Revenant un peu à la situation présente, elle jeta un œil ici et là … Les trois zigotos de plus tôt avaient coupé leur partie de cartes le temps d’entendre le récit. Leurs têtes avait un petit côté cocasse qui fit presque dévoiler ses crocs à la semi-vampire, sous son masque … Presque. Elle cachait son secret depuis bien trop de siècles et avait vu bien trop de choses bien plus hilarantes sans se compromettre pour se laisser si aisément avoir. Si le père laissait son aîné narrer ce qui venait de se passer avec juste un soupçon d’exagération et d’héroïsme inventé, cela ne l’empêcha pas, dès que le récit fut terminer, de claquer ses grandes mains et de prendre les deux élus par les épaules pour les reconduire à leur table, qu’il garnit en un rien de temps de bien plus que ce que la vampire avait pu espérer s’il avait été question de payer.

Non pas qu’elle n’avait absolument aucun sou, mais le peu dont elle disposait, elle ne comptait pas le dépenser en nourriture … Déjà qu’une chambre, pour un être parfaitement capable de se priver de sommeil, c’était un genre de luxe … Or, dans l’état actuel des choses, elle ne pouvait pas s’accorder trop de « luxe ». Du reste, la nourriture semblait bonne, Natsu avait déjà entamé sa bière … Elle pouvait bien se permettre un peu de se détendre, après tout. Cependant, fermant les yeux un instant, elle se massa le front, puis appela l’aubergiste en levant un bras : lorsque ce dernier se tourna vers elle, elle lui demanda de l’eau bouillante, une bouteille de l’alcool le plus puissant qu’il avait s’il n’y en avait pas de pur, et un linge propre, mais qui ne resservirait probablement pas. L’homme fronça un peu les sourcils, avant de les hausser en faisant un genre de « Aaaaaah » avec sa bouche lorsqu’il remarqua enfin les traces de croc sur le coude de la demoiselle d’Era Necrolia, qui hocha doucement de la tête. Aaaah oui, elle avait été mordue et ça faisait mal … Mais surtout, c’était tout, sauf une plaie propre. Bah, encore que … Regardant un instant le tissus de son manteau, elle soupira. Il avait encaissé le plus gros de l’attaque … Tout comme il avait encaissé bien pire, aussi, mais l’un dans l’autre, après une petite séance de couture il serait comme neuf. Enfin … Non. Il ferait vieux, et rapiécé. Comme il l’était déjà. L’habit de tous les jours vieux et rapiécé d’une demoiselle … qui venait parfois à se demander si elle n’était pas un peu dans le même cas …
Puis, son attention fut attirée par une intervention de Natsu, qui lui tira un petit sourire alors qu’elle se décidait finalement, et abaissait son masque en gardant les lèvres closes. A part pour parler, boire et manger, évidement … Mais de manière générale, elle avait pris l’habitude de faire en sorte que ses crocs ne soient pas visibles.

Ce que je compte faire ? Et bien … Un peu de couture, déjà … Sur moi, et sur ça, aussi … Désignant son coude de l’autre main, elle prit ensuite la chope de bière qu’on lui avait apporté, et en prit une gorgée avant de la reposer. … Meilleure que tout à l’heure. Et sinon … Manger … Monter dans ma chambre … Et m’écrouler sur mon lit, probablement.

Trempant un peu sa fourchette de bois dans le ragout qu’on lui avait servi pour en sortir un morceau de viande et l’étudier un instant, elle finit par le manger, se brûla très légèrement avec, dû former un petit « o » avec ses lèvres pour souffler l’air chaud et refroidir l’aliment, puis l’avala. Soupirant en se laissant aller en arrière sur sa chaise, elle se passa les doigts dans ses cheveux coiffés de manière plus qu’approximative, les brossant rapidement par ce biais pour au moins décoller un peu ceux que la sueur du combat avait plaqué entres eux – bien qu’elle ait séché depuis longtemps. Prenant une autre bouchée en faisant un peu plus attention, elle finit par reposer sa fourchette en voyant que le tavernier lui avait apporté ce qu’elle avait demandé et le posait à côté d’elle sur la table, et retira son manteau. Ce dernier, qu’elle posa en partie sur la table ronde, émit un petit bruit métallique lorsque les manches percutèrent le plateau de bois … Visiblement, sous le cuir ne se cachait pas que du rembourrage de coton, ou autres assimilés.
Sous la veste, la demi-elfe portait une chemise de tissus légèrement grossier, dont elle retroussa la manche avec un bref soupire en la voyant tâché aussi, jusqu’à dénuder la peau de son bras. Comme elle l’avait songé, la plaie ne semblait pas « sale » en elle-même, mais comme tous les animaux sauvages, les drequins ne prenaient probablement pas garde à retirer tous les morceaux de chair qui restaient coincés entre leurs dents... En clair, même si ça n’avait l’air de rien, il y avait toujours des chances que l’endroit s’infecte.
Renversant un peu du contenu de la bouteille sur son bras, elle ferma les yeux, passant visiblement tout, sauf un bon moment … Puis, regardant sa main « valide », elle changea les doigts de cette dernière en griffes, et se saisit du tissu. Le déchirant en deux moitiés inégales, elle en posa une à côté d’elle et se saisit de l’autre pour la tremper dans l’eau bouillante quelques instants, le soulever et l’égoutter légèrement, avant de le passer sur les plaies. Levant ses yeux jaunes sur le chasseur de dragons alors qu’elle faisait cela, elle se fendit d’un autre petit sourire en coin, fermant ses paupières sur ses yeux jaunes en soupirant.

Désolée de faire ça alors que tu as ton repas sous le nez, mais le plus tôt je m’y prends, le mieux ça vaudra … Rassures-toi, je ferais la partie « couture » seule dans ma chambre. Il y a un peu trop de bruit et de monde autour pour ça. Oh, et pour les griffes, c’est parce qu’elles ne sentent pas la chaleur, contrairement à ma peau ... Plus pratique pour passer le linge dans l’eau bouillante à chaque fois. Et sinon … je suppose que demain, après m’être un peu reposée, je quitterais la région pour rejoindre mes compagnes de voyage.

Passant, pour la énième fois, le linge de sa plaie à l’eau brûlante, elle l’y laissa se dégorger du sang qu’elle avait nettoyé avec … La plaie semblait à peu près « propre » dans tous les sens du terme, désormais. Regardant l’eau teintée de rouge sombre, elle oublia l’idée de tremper le 2nd morceau dedans, et soupira, peu enthousiaste … Avant de finalement coller le tissus au goulot de la bouteille, la retourner le temps de bien imbiber d’alcool fort le chiffon, qu’elle roula un peu en boule, puis posa sur sa plaie en appuyant. Tirant une nouvelle grimace pendant un instant, elle finit par se décrisper, et fit un petit sourire assez peu convainquant pour indiquer qu’elle allait bien. « Bien ».

Heum, par … Compagnes de voyages, j’entendais … enfin. Disons que quand je suis arrivé ici il y a peu, j’ai rencontré d’autres élues avec le contact est plutôt bien passé, et … Comme nous ne sommes pas très fortes, ni les unes, ni les autres, nous avons décidé de faire équipe … je ne sais pas si c’est supposé être définitif ou si l’avenir finira par séparer nos chemins, mais pour le moment … Haussant les épaules, elle reprit sa bière, en buvant une gorgée de plus, et soupira en la reposant. Je suppose que quitter le groupe quelques jours m’aura en tout cas permit de voir un peu du pays ... et faire des rencontres intéressantes. Elle ajouta un regard appuyé à cette phrase pour qu’il se sente visé. C’est drôle … Maintenant que j’y pense … je ne sais pas pourquoi, mais je suppose que tu es plutôt le genre de personne à bien se plaire dans un groupe … Mais … he. Tu n’apprécierais peut-être pas le mien, au final. On est plus souvent d’humeur blasée, à se lancer des piques et à faire des sarcasmes pour parler de désastres complet, qu’en train de rigoler de tous les côtés à se chamailler joyeusement comme de grands enfants. On finirait plus par ruiner ta bonne humeur que l’inverse, je pense … enfin, je dis ça un peu comme ça, après tout je n’en sais rien. Et toi … qu’est-ce que tu comptes faire, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyVen 07 Oct 2016, 20:32





C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
feat. Valentine W.


Natsu observait les gestes de la super centenaire avec un certain respect mêlé à une moquerie évidente. De fait, il était assez impressionné par le fait qu’elle puisse ainsi s’auto-gérer, réparer ses vêtements ou se soigner de manière complètement autonome. Mais en même, cela le faisait sourire d’être spectateur de ce genre d’actions : en fait, cela rappelait au mage les temps, qui lui semblaient à présent si lointains, où il était encore à la guilde de Fairy Tail, en compagnie de Lucy.

Weathley semblait très au point sur ce qu’elle souhaitait faire par la suite, alors que Natsu n’avait aucune idée de ses objectifs à l’avenir. Sa traversée de Kosaten touchait à sa fin, tout comme elle touchait aux frontières de Seika. Même s’il n’avait pas tout visité, s’il n’avait pas exploré toutes les possibilités d’échappatoire, le chasseur de dragons avait le sentiment d’avoir retiré quelque chose de nouveau de cette excursion. Bien qu’il ait failli trépasser face à Zayro Jinn, il se sentait désormais plus que près à affronter les forces que lui opposeraient ce continent.

Devant la simple interrogation posée par la blonde, Natsu devait bien admettre qu’il ne savait pas quoi répondre. La proposition de l’autre était alléchante, mais le garçon aux cheveux roses n’était pas sûr de vouloir rentrer dans un groupe à nouveau, son déchirement avec son précédent lui rongeant encore le cœur…


« Je te remercie pour ta proposition, et je suis sûr que ton groupe et toi seriez de super compagnons, et alliés, mais je ne m’en sens pas vraiment l’envie pour l’heure, mon attachement à mon ancienne guilde étant encore trop fort… Peut-être reconsidérais-je ton offre à l’avenir ? »

Natsu sourit poliment à la jeune femme en apparence… Il était fatigué par cette longue journée, et était déterminé à partir le plus tôt possible le lendemain… De plus, au fur et à mesure qu’il écoutait la Minshujin, il avait progressivement englouti son repas, et l’ambiance de cette taverne ne l’enchantait guère. En outre, ses blessures n’étaient pas cicatrisées et ses récents efforts n’avaient rien arrangé… Il se leva et s’inclina brièvement devant celle qui l’avait aidé à combattre :

« Sur ce, je pense que je vais prendre congé, je partirai tôt demain ! Bonne chance à toi Weathley ! »


Et une fois cette courte discussion close, il se retira dans la chambre offerte par l’hôtelier.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Left_bar_bleue1/6C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... EmptyDim 16 Oct 2016, 16:39

Alors qu’elle terminait de parler un peu de ses objectifs à venir, elle se rendit compte que le jeune homme qui l’accompagnait, en dépit du spectacle auquel il avait droit, avait tout de même manger l’entièreté de son repas …Bah. Il avait probablement, lui aussi, dû vivre un certain nombre de moments plus ou moins rudes … Ce genre de visions n’étaient probablement pas si terribles que cela, pour lui. Le voyant se relever et s’incliner devant elle, elle haussa un sourcil, légèrement surprise. Cela ne l’empêcha pas de pencher également la tête vers l’avant, lui rendant son salut de manière peut-être un peu moins protocolaire, avant de l’entendre dire qu’il prenait congé … Bah. Ce n’était pas surprenant, et de toute manière, elle ne s’en porterait pas forcément plus mal. Lui faisant un petit signe de sa main entièrement valide, elle la reposa sur la table, lui souriant à travers son masque de tissus.

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » … Je comprends. Reposes-toi bien en ce cas, et bon courage pour ton voyage …

Etait-il important de préciser que la destination importait probablement moins que le trajet en lui-même ? Elle hésita quelques instants à le dire, mais finit par se résigner : à force, il allait finir par la prendre pour une radoteuse, ou ce genre de choses … enfin. Quelqu’un qui balance des proverbes un peu tout fait pour ne rien dire, plutôt. Certains faisaient cela et parvenaient à se faire appeler « sages » … Mais la chasseuse de monstres en avait tout, sauf l’apparence. Et le caractère, quand elle y réfléchissait bien … elle préférait largement la traque, le plaisir du combat ou de la chasse, à celui de la réflexion et de la méditation … Ces dernières ne lui offrant, souvent, que mélancolie, nostalgie de jours moins sombres qu’elle avait vécu.

Restant encore quelques instants dans la pièce principale, la traqueuse ne put s’empêcher de sentir quelques regards peser sur elle … Si la plupart n’étaient pas forcément hostiles – plus maintenant en tout cas – elle ne pouvait s’empêcher de les trouver désagréable. Elle savait parfaitement qu’elle attirait, naturellement, la curiosité avec l’apparence qui était la sienne. Et elle n’aimait pas cela. Mangeant un peu de ce qu’on lui avait servi, elle finit par soupirer, et fit signe au tavernier qu’il pouvait malheureusement disposer de ses restes pour nourrir des chiens, ou quelque chose de ce genre … Il lui répliqua avec un large sourire quelque chose qu’elle n’écouta pas vraiment : se levant de sa place, elle rangea la chaise, et se dirigea elle aussi vers les chambres, claudiquant légèrement. Elle sentit en montant l’escalier qu’elle aurait des courbatures, dans les jours à venir, mais ce n’était rien d’étonnant. Elle venait, après tout, d’être transportée ici.. C’était un peu comme si elle avait forcé son organisme à une séance de sport intensif après une longue pause. Ca reviendrait bien assez vite, elle ne comptait pas passer son temps sur Kosaten à se reposer.

Profitant de la lumière d’une lampe à huile pour lentement poursuivre le travail chirurgical qu’elle avait effectué dans la grande salle, elle se servit d’une aiguille et d’un fil relativement fin pour refermer les blessures qu’avait causé sa morsure. Ce n’était rien de bien grave, et elle s’était déjà « réparée » pour bien pire, mais elle n’appréciait pas pour autant la sensation du morceau d’os sculpté qui pénétrait sa chaire, et ressortait de l’autre côté. Lorsqu’elle s’estima satisfaite, elle prit un peu du tissus qu’elle avait demandé plus tôt à l’aubergiste, et s’en fit un bandage relativement correct …Elle le changerait sous peu, avec du vrai matériel médical, mais celui-ci lui permettrait au moins de tenir quelques heures, voir jours sans trop souffrir. Elle entreprit ensuite, avec la même patience, de rendre de nouveau jointifs les morceaux de tissus qui constituaient la loque qu’elle appelait « manteau ». Travail plus complexe qu’il n’y paraissait en réalité : il fallait, de base, réussir à percer les couches de tissus et de cuir, mais également éviter de tenter de coudre là où les quelques tiges métalliques protectrices se trouvaient. De manière générale, les avant-bras de Valentine étaient renforcés de manière simple : sous les couches externes de tissus épais, une couche de cuir mal dégrossi, sous laquelle se trouvaient de longues « plaques » de métal fin. Une autre couche de cuir, un rembourrage léger en tissus pour le confort, et le tissu interne … pour des raisons évidentes, seuls ses bras bénéficiaient de telles protections. Le nombre de coups d’épée qu’elle avait dû dévier avec cette partie de son anatomie … En même temps, vu son style de combat, c’était parfaitement logique. Les yeux fatigués, elle finit par couper une dernière fois le fil, et observer son travail … bah. La réparation était loin d’être invisible …Comme nombre d’autres. Cela ne la dérangeait plus depuis bien longtemps. Agençant correctement le vêtement sur sa chaise, elle se releva, retirant sa chemise, puis défaisant le lacet de son pantalon pour qu’il ne glisse le long de ses hanches. Défaisant son masque de tissus, elle le laissa tomber sur sa table de nuit, et posa ses fesses sur le matelas, le testant un peu de ses mains ... Pas trop dur, mais sans plus.

C’était, bien entendu, à ce moment-là qu’on toqua à la porte de sa chambre. Laissant ses épaules s’affaisser un peu, elle laissa entendre sur un ton fatigué un « C’est pour quoi ? ». Une petite voix lui répondit, qu’elle reconnut immédiatement comme celle du cadet des deux fils de l’aubergiste. Mato, si ses souvenirs étaient corrects.
Je …heum … Tenais à vous remercier … Et à vous offrir un cadeau.
… Attends deux minutes, dans ce cas.

Soupirant, elle sortit des draps, et récupéra sa chemise, qu’elle renfila en un instant, restant jambes nues, juste en culotte sous la ceinture. S’approchant de la porte, et l’ouvrant une fois qu’elle eut remis en place les derniers boutons, elle se tint contre le battant, observant le jeune homme. Ce dernier regardait ailleurs : la vampire s’amusa de le voir regarder son visage, puis ses genoux, son bassin – qui était recouvert par sa chemise – et enfin, de nouveau son visage, s’attardant sur sa bouche … Le masque. Elle ne l’avait pas remis. Bah … quelle importance cela pouvait bien avoir, ici ? L’observant un instant, elle remarqua qu’il portait quelque chose, enveloppé dans du tissus.

… Oui ?
heu …Heum …Bonsoir … Je … En fait, si on s’est approchés autant de la rivière, c’est … Parce qu’on savait qu’il … Enfin, non, on savait qu’il y avait des drequins, de base, mais ce qui nous a vraiment fait nous rapprocher de la rivière, c’est qu’on a vu un genre de lumière vive …
Comme … Une lampe, ou un feu de camps ?
Non, plus vif, comme un éclair. On est allés voir … Et mon frère n’a rien trouvé, mais moi, j’ai mis la main sur ça … Et après qu’on en ait discuté tous les deux … On s’est dit que nous, ça nous servirait pas à grand-chose, mais vous …Peut-être ?

Alors qu’il disait ces mots, il lui tendit l’objet. C’était court – tout au plus une trentaine de centimètres – mais lourd, fin … Un bâton ? Déroulant le tissus avec curiosité, elle s’arrêta en regardant ce qu’elle avait dans les mains … et resta parfaitement muette. Il s’agissait d’un tanto, probablement relativement ancien vu l’usure, mais pourtant en bon état, conservé dans son fourreau. Ce dernier, noir d’ébène, ne jurait pas particulièrement avec le manche recouvert de tissus tressé. Seule la garde de l’arme, qui faisait la séparation, possédait une couleur différente …Rouge éclatant. Comme le cristal qui était enchassé là, tout simplement. Une gemme particulièrement bien polie, légèrement ovale. Restant figée quelques instants, elle finit par poser une main de chaque côté de l’opale maudite, et par tirer doucement sur le fourreau et le manche, dégainant la lame. L’acier teinté crissa de manière particulièrement satisfaisante à ses oreilles en se révélant doucement … Lorsqu’elle acheva de sortir la lame avec un petit « clac », elle eut l’absolue certitude de ce qu’elle savait déjà depuis quelques instants. Elle reconnaissait chacune des quelques rares rayures visibles … Et connaissait même leur origine. On lui avait raconté. L’ancien propriétaire de cette arme lui avait raconté … celui qu’elle avait un jour aimé.

Sanguine …
… Pardon ?
… C’est le nom de cette arme … où l’avez-vous trouvé, tu m’as dis ? Dans un …Flash de lumière ?
C’est ça … Je pensais la vendre, mon frère disait de la garder … Mais après que vous lui ayez sauvé la vie …
… Merci beaucoup. Tiens … Rentrant de nouveau dans sa chambre, et reprenant son sac, elle le fouilla quelques instants … Avant d’en tirer sa bourse. Sortant quelques pièces de son monde d’origine, elle revint vers l’adolescent, lui posant dans les mains. Il n’y avait probablement pas de quoi le rembourser intégralement … Mais le cours de l’or, ici, n’était pas le même que sur Era Necrolia. Et c’était le seul métal dont était constituée cette monnaie. Tu viens de m’offrir quelque chose de bien plus précieux que tu ne le penses … Gardes ça.

Le jeune homme regarda les pièces un instant avec de gros yeux, avant de la remercier chaleureusement. Elle lui fit un petit sourire, et referma doucement la porte lorsqu’il s’en alla, mordillant doucement le petit anneau qu’elle avait dans la lèvre inférieure. Observant la lame à la lumière de la lune, elle se laissa tomber dans le lit, gardant l’arme avec elle. Allongée sur le flanc, elle laissa son esprit errer … Et eut l’impression de sentir le lit s’affaisser, derrière elle. Se retournant, elle constata que cela n’avait été qu’une impression … qui lui tira un nouveau sourire ravi.

… Même depuis la cité noire …Et même alors que je suis dans un autre monde … Tu continues de veiller sur moi, chéri …

Glissant finalement ses jambes sous les draps, la semi-vampire laissa ses yeux jaunes errer dans le vague pendant de longues minutes … Jusqu’à ce que le sommeil ne vienne la prendre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...   C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: C'est l'histoire de deux chasseurs qui entrent dans une taverne, et là ... 190103103231202569 :: République de Minshu :: Temple de la terre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.