-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Partagez
La peur de l'acier
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyJeu 25 Aoû 2016, 19:58



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Dans le panzer,
haut du corps sorti.

Takebe Saori
Dans le panzer

Isuzu Hana
Dans le panzer

Akiyama Yukari
Dans le panzer

Reizei Mako
Dans le panzer



A la lueur des phares


Cela faisait maintenant presque une journée entières que les 5 filles suivaient un sentier dans le maigre espoir de trouver au bout de la route une ville ou un village. Depuis la dernière pause qu'elles s'étaient accordées il y a deux heures à coté d'un oasis où elles s'étaient désaltérées et reposées un peu de l'étouffante chaleur qui enveloppait l'endroit. A vrai dire, l'intérieur de la carcasse de métal, ressemblait actuellement à une sorte d'autocuiseur, où les lycéennes étaient devenues les aliments... Un autocuiseur de plusieurs dizaines de tonnes avec un canon et un moteur, mais l'idée était là.

Ce fut au crépuscule que finalement, alors qu'elles commençaient à perdre espoir de trouver quelques habitations, c'était bien ce genre de bâtiment qui se dessinaient à l'horizon, par devant le soleil couchant. Et ce fut un cri unanime de joie, comme une petite victoire, qui motiva encore plus les 5 amies à aller de l'avant, en passant bien évidement la vitesse supérieure afin d'y être le plus rapidement possible, et pouvoir profiter d'un endroit plus confortable que le blindé pour passer la nuit, mais surtout d'un bon repas chaud. Les rations que Yukari gardait dans son sac arrivait bien à les contenter, mais... Disons que l'entrain de la jeune fille sur cette nourriture n'était pas forcément partagé, même loin de là, surtout les hauts de cœur les prenaient à manger cette nourriture parfois sans goûts dans le meilleur des cas...

En a peine plus d'une demi-heure, elles n'étaient plus qu'à quelques dizaines de mètres de ce qui était prévu comme étant le lieu de repos pour la nuit, en espérant bien entendu y trouver le gîte et le couvert. Toutefois, les quelques terres fertiles qui entouraient le hameau étaient totalement vide, comme si... Les gens étaient déjà tous rentrés chez eux. Pas même un tracteur, rien du tout. Pourtant, Miho avait certifié en avoir distingué tantôt, il n'y a pas dix minutes, mais ils avaient sans fini leurs journées et choisi de rentrer chez eux passer du temps avec leurs familles.

Avançant avec la plus grande prudence dans les rues maintenant faiblement éclairée à cause du début de la nuit, Mako avait allumé les phares du blindé afin d'avoir au moins le début d'une vision pour se diriger et éviter de percuter les quelques maisons qui formaient l'endroit. Les passages étaient certes étroits, mais suffisant en largeur pour le Panzer, qui roulait au pas, bien conscient qu'un animal ou qu'un enfant pourrait finir sous les chenilles à la moindre imprudence...

Miho avait sorti tout son buste de la tourelle afin d'observer ce qui se profilait dans les rues. Tout... Tout était si calme, si vide... C'en était presque inquiétant, comme si toute les personnes à l'intérieur avait mystérieusement disparues... Yukari et Saori, légèrement troublée par ce silence, avaient elles aussi osé sortir la moitié supérieur de leurs corps afin d'observer ce qu'il se passa... Mais toujours rien, pas même un sifflement ou une respiration...

Tu penses qu'on arrive au mauvais moment ? Ils sont peut être tous parti pour un rite local, comme... La visite d'un temple ou bien un festival...Hum, non en fait, c'est juste vraiment bizarre...


Saori savait très bien que son explication ne tenait pas la route... Tout un village, désert, juste à cause de ça ? Elles auraient surement vu quelques signes au loin qui aurait indiqué qu'une fête ou qu'un événement était en train de se dérouler... Et puis, il n'avait pas de traditionnel feu d'artifice !

Je... Je ne sais pas. Tout le village semble abandonné... Comme s'ils avaient tous fuit en nous voyant arriver... Est-ce nous qui effrayons tant les villageois ?


Pendant que la capitaine du blindé exprima son inquiétude, Mako continuai de faire circuler le véhicule à travers le sable et la poussière des rares pavés de la route, qui s'enfonçaient et craquaient sous les dizaines de tonne du panzer. Arrivant sur ce qui semblait être la place du village, comme en témoignait un puits en son centre et le grand espace vide aux alentours, Yukari prit à son tour la parole, en souriant.

C'est qu'ils ne doivent pas connaître le Panzer ! Après tout, c'est presque impardonnable de... 


La jeune lycéenne n'eu pas le temps de conclure sa phrase autrement que par un cri de couleur lorsqu'une flèche lui transperça d'un coup sec le biceps droit, maculant une partie du blindage et perles rouges pendant qu'elle serrait les dents en affichant très clairement sur son visage la douleur qui l'envahissait.

Yukari !


La tireuse du panzer s'était précipitée sur son amie. Après tout, elle était la plus proche d'elle, mais aussi qu'elle souhaitait protéger toutes ses amies. Directement, l'Isuzu ramena son amie à l'intérieur de la carcasse, qui était en proie à plusieurs tirs de projectiles pendant que plusieurs voix s'élevai maintenant des rues, des maisons et des toits :

Mort aux fuyujins ! Détruisez l'arme du Nord ! Crevez en enfer sales ordures !


Des flèches, des batons, des cailloux, jetés de toutes parts par la population enragée qui ne semblait vouloir qu'une seule chose : la destruction du tank et la mort de ses occupants. Si habituellement, la blindé se moquait des balles, chaque coup reçu faisait aujourd'hui trembler la carcasse de métal, qui semblait être privé de ses mouvements sous l'effet de la surprise.

Miho avait regardé d'abord eu son regard paralysée en direction de son amie au bras meurtrie, avant de rapidement secoué la tête, et de crier à Mako la plus simple des choses !

Mako, Sort nous d'ici au plus vite ! Saori, Hana, occupez vous de Yukari !


A peine avait-elle fini ses mots qu'une flèche lui érafla la gorge, emportant une partie de son col par la même occasion, laissant nu à qui pourrais voir dans l'obscurité le sceau du serpent qui ornait cette partie de son corps. Mais la foule était trop euphorique à l'idée de vaincre cette machine infernale, qui à cause de sa couleur bleutée avait été directement associée au pays de la neige et de la glace.

Je n'y vois rien, mais bien reçu !


Malgré les phares, la vision de la plus jeune des cinq était vraiment limitée, et devoir fuir dans ces conditions allait être très difficile, d'autant que les attaques provenant de toute part ne s'estompait pas. La seule solution se profilait : Miho allait devoir guider le blindé sous le tir ennemi... Elle avait été habituée à se mettre en danger défiant toujours les balles et les obus de ses adversaires, mais c'était probablement la première fois que le seul but derrière les attaques était réellement la mort des jeunes filles... La situation était donc tout autre.

Le blindé filait de son lourd poids à travers les rues de la ville, en espérant qu'une sortie ne se profile... Mais à chaque virage, à chaque ruelle, de nouveaux paysans sortaient de nulle part, attaquant toujours le panzer...

Qu'allait-il arriver aux jeunes filles ?



Dernière édition par Anglerfish Team le Sam 27 Aoû 2016, 09:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyJeu 25 Aoû 2016, 20:49




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Après l'aventure lourde en émotion vécue avec Ieta dans la forêt tropicale où elle avait tenté de sauver son ami d'un sceau défectueux, il fallait à présent qu'elle reprenne la direction de la capitale. Elle répugnait à rester trop longtemps éloignée d'Orina et du foyer qu'elle avait pus se constituer, elle voulait les rejoindre au plus tôt, même si cette pause en forêt lui avait fait le plus grand bien, elle qui n'était pas habituée à vivre en ville et enfermée dans une cave. Respirer l'air frais, vivre sous les arbres pendant une journée ou deux … il était clair qu'il allait falloir qu'elle le fasse plus souvent maintenant, si elle voulait garder une mentalité saine pour la Druidesse qu'elle était. Mais c'était un sacrifice normal, et largement avantageux comparé à ce qu'elle gagnait de l'autre côté. La joie d'avoir sa fille, de pouvoir veiller sur elle et de pouvoir l'aimer comme si elle était issue de son propre sang. Tout cela n'avait pas de prix. Quoi qu'il en soit, en traînant dans quelques divers villages, elle avait pus entendre parler d'une plante qu'elle ne connaissait pas, qui résistait à l'aridité et aurait des facultés extraordinaire, c'était pour cette raison qu'elle avait voulus faire un détour par le désert, qui n'était de toute façon pas très loin de la capitale mouvementée.

Elle avait, comme à son habitude, lorsqu'elle voulait aller vite, employé la méthode de ses ailes. Gardant un bandeau sur le niveau de la poitrine, elle avait ôté sa chemise et appliqué une semi transformation draconique qui avait fait pousser deux immenses élytre en cuir rouge et noir qui se déployaient, faisant quasiment deux fois sa taille chacune. En quelques secondes, elle s'était élevée dans les airs, et en battait à intervalle réguliers pour se maintenir en suspension, puis fondit en quelques secondes dans sa direction. Encore une fois elle ne mettrait qu'une journée pour une destination qui lui en aurait demandé 3 à pieds, et Mune et Mizu la rejoindrait tout aussi rapidement grâce à leur vigueur toute animale.

Arrivant à l'endroit du désert qu'on lui avait signalé, elle remarqua qu'un petit village se trouvait à portée, l'endroit idéal pour se reposer. Elle n'aurait qu'à y passer tranquillement la nuit, rechercher la plante le lendemain et au soir prochain, elle serait de nouveau dans cette petite boutique qu'elle commençait à aimer, malgré tout ce qu'elle pouvait avoir de glauque et de sinistre. Atterrissant doucement, elle se rendit très vite compte que quelque chose n'allait pas. Il y avait une machine énorme, au centre du village, d'où émanait 5 Fluides distincts, et tous les villageois s'acharnaient dessus. Du haut de l'engin étrange, émergeait une tête brune, de jeune fille, qui avait l'air complètement désemparée.

Les Fluides n'étant pas dangereux d'après ce qu'elle pouvait en savoir, la rouquine décida de se lancer à la protection de cette chose, au moins le temps de comprendre ce qu'il se passait. Elle atterrit avec un bruit mat sur ce qui semblait être le dessus de cet instrument bleuté et le jet de pierre s'arrêta aussitôt. Elle était loin d'être une superstar, mais sur son propre territoire, à une aussi grande proximité de la ville principale où elle avait passé de longues semaines, on la reconnaissait facilement. Certains furent décontenancés par les ailes qui flottaient paisiblement dans son dos mais la majorité repérèrent sa lourde tignasse rouge, synonyme d'une élue de Seika à présent.

Qu'est ce qui se passe ici ! Pourquoi vous acharnez vous sur cette … chose … quoi que cela puisse être ! C'est gros certes, mais je ne vois aucun dégâts dans le village ! Essayez au moins de réfréner votre peur quelque secondes et de comprendre !

Tu n'as pas peur toi, je te vois trembler ?!

La voix, désobligeante, avait surgis de la foule. Aki ne tremblait pas, mais elle ne pouvait pas mentir, elle était loin d'être rassurée. Cependant, être debout sur la machine sans que celle ci ne l'attaque, et le visage purement innocent de celle qui y séjournait suffisait à la rassurer assez pour répondre d'une voix ferme.

Je ne nie pas avoir peur, mais j'aurais au moins la présence d'esprit de demander à cette jeune femme ce qu'elle fait ici, et ce que c'est. En même temps, elle se retourna vers celle qui s'appelait Miho, même si elle ne le savait pas encore. Je te le demande donc, qui es tu, que fais tu ici, et qu'est ce que cette … bref, qu'est ce que c'est ?

Elle essaya de calmer la colère qu'elle avait pus démontrer aux villageois pour être plus calme et avenante envers cette jeune femme.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyVen 26 Aoû 2016, 21:50



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Sur le tank

Takebe Saori
Dans le panzer

Isuzu Hana
Dans le panzer

Akiyama Yukari
Dans le panzer

Reizei Mako
Dans le panzer



Face à face

Musique 

Plusieurs tonnes d'acier et de tôle étaient en train de rouler à vive allure dans les minces allées d'un village qui était encore, il y a quelques minutes, plongé dans un silence presque inquiétant. Seules et perdues face au soulèvement populaire qui n'arrêtaient pas à chaque intersection de les repousser, encore et encore en barrant les voies par tout ce qu'ils pouvaient trouver, que ce soit du mobilier ou bien eux mêmes !

Même si elles étaient en danger de mort, aucune d'entre elle n'était prête à courir le risque de faire passer quelqu'un sous l'engin de mort qu'elles étaient en train de conduire, et qui était maintenant pour elles la seule protection contre la colère des villageois. Il fallait fuir, et au plus vite avant que tout ne se termine encore plus mal que cela avait put commencer...

Malgré l'expertise de Mako en matière de pilotage, elle était totalement désemparée face aux dangers qui lui étaient opposés. Elle était à chaque fois obligée de reculée, de foncer dans des ruelles encore plus petite, pour encore et toujours revenir à la place où elles étaient assiégées... Un seul choix se prononçait donc... Il allait falloir qu'elles tentent de percer le blocus défensif qu'avaient mis en place les locaux contre elles... Mais c'était risqué pour ces gens à la colère inconsidérée ! Allaient-elles devoir percuter de plein fouet une barricade érigée à leur encontre ? Ou devaient-elles passer par une maison en tirant au cœur d'un habitat avec le canon principal du panzer ? Les deux étaient risqués à cause des gens qui tournaient tout autour du véhicule, en continuant à faire pleuvoir les projectiles sur la carcasse, qui tremblait à chaque coup... Les bosses et autres impacts pouvaient maintenant se voir depuis l'intérieur, et ce n'était qu'une question de temps avant qu'elles ne soient nue face aux villageois, et que pour survivre, elle ne doivent faire feu avec les armes qu'elles avaient reçues des mains de Katyusha... Mais en étaient-elles capables ? De tuer pour survivre ? Étais-ce possible que d'accepter de vivre au détriment de la vie d'autres gens ? Aucune d'entre elles n'avaient encore de réponse à cette question que personne n'aimerai avoir à se poser... Et il allait falloir dans tout les cas qu'elles trouvent rapidement une solution...

Mais ce fut dans un fracas qui fit vibrer tout l'intérieur du blindé qu'une lueur d'espoir arrivait sous les traits d'une jeune femme ailée aux cheveux de feu, qui dès lors qu'elle fut aperçue, stoppa immédiatement les assauts des paysans et autres villageois.

Miho était sous le choc de l'arrivée presque providentielle de cette dame qui avait le potentiel de les sauver de ce choix cornélien que la Nishizumi ne voulait pas avoir à faire, tant bien même la fatalité s'était approchée à grand pas. Mais encore fallait-il gagner le droit de pouvoir souffler un peu et s'occuper des blessures subies, puisque si cette femme avait eu la prestance de stopper les attaques... Ces dernières pouvaient à tout instant reprendre si elle laissait les villageois faire, d'autant qu'elle venait d'avouer elle même avoir peur de la machine dans laquelle se trouvait les cinq lycéennes.

Levant le regard pour croiser les yeux verts de la femme qui étaient venue des cieux, comme un ange aux ailes pourtant si sombre, la chef de char serra les dents à cause de la crainte que chacun de ces mots pouvait avoir une importance capitale dans la survie du groupe, mais aussi à cause de la prestance que dégageait cette femme... Elle un peu de mal à prendre la parole, mais après une légère secousse qu'elle s'infligea en secouant très légèrement la tête, elle se redressa, en tentant d'expliquer ce qui était au final un malentendu à l'issue déjà entaché de sang.

Mon nom est Miho Nishizumi, et... Mes amies et moi ne voulons de mal à personne ! Nous étions simplement venue ici à la recherche d'un endroit pour passer la nuit et pour manger, mais...


Elle secoua la tête, en passant la main sur la blessure qu'elle avait reçue au niveau du coup, la faisant grimacer pendant qu'elle maculait de sang le sceau du dieu serpent qui était à l'origine de tout. Néanmoins, malgré le fait qu'une situation plus favorable commençait à se profiler dans l'esprit de la jeune fille, elle savait néanmoins que la situation était urgente. Demandant d'un signe un instant à la femme qui trônait sur le blindé, elle s'y engouffra à travers la trappe dont elle observait tout le temps, afin de prendre des nouvelles de ses amies.

Et il fallait bien l'avouer, les nouvelles n'étaient pas forcément au mieux. Yukari semblait souffrir de cette flèche qui lui avait transpercé le bras droit, alors qu'elle se remettait déjà il y a eu d'une blessure à la main de ce même membre... Saori était à son chevet, veillant à ce qu'elle n'a besoin de rien, mais même si elle avait quelques notions en premier soin, notamment sur les bobos et quelques coupures, elle n'était pas du tout à même de s'occuper de ça, et cela la faisait presque paniquer.

Hana par contre, semblait extrêmement froide de premier abord, mais elle cachait en elle une tension énorme. Son doigt était sur la gâchette du canon principal, et elle était prête à faire feu si la situation devenait critique d'un coup. Même si l'intention de protéger ses camarades était louable... Miho ne pouvait admettre qu'une telle méthode soit le seul recours qu'elles aient... Même Mako, d'ordinaire si taciturne, était en proie à des doutes sur comment elle pourrait sortir ses amies d'une telle situation, d'autant qu'elle s'inquiétait grandement pour Yukari. Bien que les moments où seules eux deux étaient réunis se comptaient sur les doigts d'une main, elles s'appréciaient beaucoup, et une blessure infligée à quelqu'un du groupe était un coup immense au moral de l'équipage. S'occuper de cette blessure était la priorité absolue, mais avant cela, il allait falloir se mettre en lieu sûr ! D'une voix ferme, la Nishizumi donna avec le plus grand des calmes les ordres pour son équipage, afin de s'assurer de toute éventualité :

Mako, profite de l'absence de combat pour sortir du village, mais lentement, pour ne pas paraître davantage comme une menace. Arrête toi à une quarantaine de mètres des premières maisons, pour que nous puissions avoir le temps de nous mettre à l'abri si le besoin est.

Mako, à mon signal, profite de l'absence de combat pour sortir du village, mais lentement, pour ne pas paraître davantage comme une menace. Arrête toi à une quarantaine de mètres des premières maisons, pour que nous puissions avoir le temps de nous mettre à l'abri si le besoin se fait sentir.


Mako acquiesça d'un signe de tête, en commençant à observer le chemin le plus facile pour arriver jusqu'à la sortie du village. Elle attendait néanmoins le signal de Miho, qui se traduirait par un petit coup de pied dans le dos, comme elle l'avait toujours fait afin de faire fis du bruit ambiant qu'imposait le moteur du panzer.

Hana, enlève l'obus du canon, mais prépare toi si besoin à faire un tir à blanc S'ils sont effrayés par le tank, nous pourrons peut-être avoir un effet plus grand avec une détonation. Mais c'est notre dernier recours !


Hana fit un sourire très tendue, avant de s'exécuter. Elle était satisfaite de ne pas avoir à tirer avec une munition pareille dans des gens sous l'emprise de la colère, et faisait confiance à son amie, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être inquiète... Puis Saori pris directement la parole, sans attendre de consigne :

Je m'occupe de Yukari ! La radio ne fonctionnant pas, c'est la seule chose que je puisse faire. Je essayer de la soigner, mais...


Miho afficha à son tour un sourire mitigé, avant de dire, juste avant de remonter :

Je vais négocier avec eux. Je vais tout faire pour qu'elle puisse avoir un médecin ! Apaise ses blessures pour le moment. Ne t'inquiètes pas, on va s'en sortir !


Émergeant donc à nouveau de la trappe sur la tourelle, la Nishizumi, ne put s'empêcher d'être tout de même intimidée de nouveau par la foule qui dominait les environs... Mais c'est avec une apparence ferme, mais légèrement tremblotante qu'elle émergea du blindé pour être debout sur le panzer, s'offrant potentiellement comme une cible pour les villageois en colère, mais en montrant aussi la détresse dans laquelle les lycéennes se trouvaient.

U... Une de mes amies est blessée... P-Pourrait-elle avoir un médecin ? Je suis prête à tout pour qu'elle puisse avoir les soins qu'elle mérite... Je pourrais tout vous expliquer, mais je vous en prie... Aidez-là !


Elle avait accompagnée ses paroles en baissant la tête et en se mordant la lèvre inférieure de tension. C'était le va-tout de la Nishizumi. En se découvrant ainsi, elle prenait surement beaucoup trop de risque, mais c'était nécessaire pour son amie... Le destin de l'équipe "Lotte de mer" était donc entre les mains de la femme ailée, le choix d'aider ou non ces cinq jeunes filles dans cette machine infernale.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 27 Aoû 2016, 00:32




La peur de l'acier



feat.UN TANK



La jeune fille à laquelle Aki avait posé la question était visiblement complètement terrifiée, peut être même plus que ce qu'elle voulait bien le croire. Elle hésita quelques secondes avant de répondre d'une voix mal assurée. Elle s'appelait Miho Nishizumi, un nom qui ne semblait pas trancher avec les habituels patronymes de Kosaten. Il semblait qu'elle était sincère lorsqu'elle disait ne vouloir de mal à personne, et ceci couplé avec la sensation de son pouvoir faible suffit à convaincre la rouquine qui hocha brièvement la tête lorsque la lycéenne lui demanda d'attendre. Pendant ce temps, elle se risqua jusqu'à l'extrémité de l'étrange appareil pour s'approcher de la foule de villageois qui attendaient, le visage furibond, et se mit à parlementer avec eux. Le premier à prendre la parole fut un jeune homme d'une vingtaine d'année, plutôt bien bâti et que la rouquine connaissait pour avoir emmené sa sœur à l'hôpital de la ville dont elle s'était occupé pendant une semaine. Elle lui fit un sourire rassurant qui déchanta aussitôt qu'elle l'entendit parler.

Ce sont des Fuyujins ! Elles attaquent le village avec leur engin diabolique !

Poussant un long et profond soupir, l'archère passa sa main à l'arrière de son crâne, réfléchissant à la meilleure manière de les rassurer. Elle finit par s'accroupir sur le bord de la machine pour parler avec plus de facilité et s'adressa à eux dans une voix où la colère avait cédé la place à la compréhension.

Je comprends que, dans le climat actuel, vous ayez peur. Il est normal d'avoir peur. Mais cette jeune fille est tout à fait innocente, et elle et ses amies cherchaient juste un endroit où dormir.

Comment en être certains ?

Cette fois c'était une femme de trente ans, environ, aux longs cheveux bruns serrés en natte qui s'était exprimée, c'était la soeur du jeune homme, et elle avait visiblement un très bon souvenir de la guérisseuse. Elle souriait doucement, presque prête à accorder sa confiance si on lui en donnait une bonne raison.

Je me porte garante de tout ce qui se passera. J'aimerais que ce soit suffisant, mais si ça ne l'est pas, nous pouvons peut être leur demander de mettre leur … engin à l'extérieur du village ? Seriez vous plus rassurés de la sorte ?

Un murmure se propagea dans les rangs, les habitants réfléchissaient visiblement à sa proposition. La soigneuse allait en rajouter lorsqu'elle entendit la jeune fille parler derrière elle, expliquant que l'une de ses amis était blessée. Au ton paniqué de la jeune femme (Miho, donc?), la chasseuse comprit aussitôt la gravité de la situation. Elle rebroussa chemin pour se rapprocher de la brune et essaya de lui sourire d'un air rassurant. Derrière elle, ses deux grandes ailes se rétractaient peu à peu contre son corps, avant de venir se fondre dans son dos sans un bruit, la faisant juste esquisser une légère grimace quand elle finirent de disparaître.

Je peux peut être l'aider ! Elle est à l'intérieur ? Peux tu la sortir, ou dois je venir voir ?

Elle avait complètement oublié le problème des villageois, s'attachant la tignasse en une queue de cheval serrée à l'arrière de son crâne pour se concentrer. Son instinct de guérisseuse avait annihilé toute autre préoccupation. Lorsqu'elle devait soigner quelqu'un, plus rien d'autre n'importait sur le moment, ce qui pouvait parfois lui causer du tort, mais qu'elle avait finis par accepter.

Entre temps, Mune et Mizu étaient arrivés, galopant de leurs petits coussinets sur le sable du désert, récoltant quelques regards fascinés et s'arrêtant juste au côté du tank avec un regard interrogatif. Ils ne comprenaient pas trop ce qu'il se passait, mais voyant les natifs mécontents, se placèrent automatiquement en garde du corps.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 27 Aoû 2016, 11:05



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Au chevet

Takebe Saori
Au chevet

Isuzu Hana
Au chevet

Akiyama Yukari
Au centre de l'attention

Reizei Mako
A moitié dans le tank.



Soignez-là !


Une certaine peur faisait trembler la voix de la chef du char. Face à elle, une femme, disposant d'ailes qui trônaient dans son dos et surement de capacités encore plus incroyables que cela, avait le pouvoir de décider du destin de l'équipage entier, alors qu'elle même avait avouer quelques minutes auparavant être tout aussi effrayée par le blindé que les autres villageois, a la seule différence qu'elle avait laisser le bénéfice du doute aux occupants de la machine afin qu'ils puissent s'expliquer sur tous.

La main droite de Miho ne quittait pas le coté de sa hanche, ou se distinguait une forme bien particulière : Son Luger P08, le pistolet allemand qui était passé dans son esprit il y a peu de simple réplique à une arme capable de tuer. Si elle se révulserait sur elle même à la simple idée de tirer sur quelqu'un, l'utiliser comme signal ou comme effet de surprise contre cette foule en tirant en l'air pourrait aider à trouver une solution... Mais elle n'était pas la première, et c'était uniquement si les choses tournaient mal.

La jeune femme ailée (qui ne l'était bientôt plus) se rapprocha petit à petit de la Nishizumi, en se montrant au maximum possible rassurante. Avait-elle comprit que les lycéennes ne voulaient en aucun cas déclencher les hostilités ? Et que la seule chose qu'elles s'apprêtaient à faire était de fuir en limitant un maximum les blessés et les dégâts matériels ? C'était probable, et elle était prête à aider la blessée à l'intérieur du Panzer.

Le visage de Miho s'illumina un instant à l'entente de cette nouvelle, avant que les nombreux regards effrayés de la foules ne lui rappellent dans quelle situation elle se trouvait... La possibilité qu'un projectile ne parte vers elle ou pire, vers une de ses amies, était bien réelle. Si la femme avait réussie à calmer le jeu, les tensions étaient loin d'être totalement du passé, et opérer Yukari dans de telles conditions n'allait pas être un jeu d'enfant...

Merci beaucoup ! Nous allons sortir du village pour éviter les problèmes. Nous la sortirons là-bas !


Même si elle était toujours effrayée par la foule, elle ne cachait pas son entrain, et s'est d'un bon qu'elle ne remis à moitié dans le blindé pour donner le signal à Mako, qui fis avancer le monstre de plusieurs tonnes en direction de la sortie du village. Sans personne pour se jeter sous les roues, le travail de la conductrice fut diablement simplifié, si bien qu'en a peine deux minutes, elles étaient à une distance raisonnable de sécurité des premières maisons, où s'étaient rassemblés les villageois. Ces derniers avaient suivis de loin les chenilles du tank, et se préparaient tous à lancer une ultime charge si les lycéennes tentaient de s'enfuir en abusant de la gentillesse de celle qui avait pris la défense de la carcasse de métal.

Dès que Mako actionna le frein à main, Miho sauta du haut du blindé pour arriver sur le sol, pendant que Saori s'occupa d'ouvrir la trappe qui allait permettre l'évacuation de la jeune femme. Et quel triste spectacle elle offrait : Habituellement si joyeuse, si enthousiaste, elle était maintenant clouée dans le silence de quelques gémissements de douleur. Aucune d'entre elle n'avait connu de telle blessure, et la seule chose qu'elles pouvaient faire était d'éviter que son état ne s'aggrave.

A son tour, Hana sortie elle aussi du blindé pour déplacer son amie. La grande aux cheveux sombres était focalisée sur le transport de la blessée, mais ne pouvait s'empêcher de jeter des regards mauvais à la population qui était responsable de ceci. Miho reçu des mains de Saori quelques serviettes, afin de poser la blesser sur le sol, pendant que la rousse sortait elle aussi du blindé avec le kit de premier soin qu'elles avaient trouvés à l'intérieur du tank., tandis que Mako avait sorti sa tête, puis son corps afin de pouvoir être au chevet de sa camarade blessée.

Après que ce qui allait être le dispensaire de fortune pour leur amie, Hana retourna directement dans le blindé pour aller chercher son arme, qu'elle posa sur le coté du Panzer. Elle restait prudente, mais pour le moment, la priorité était de s'occuper de la blessée qui, malgré la douleur, essayait d'être la plus calme et la plus immobile possible, ce qui n'était pas évident à la vue des grimaces qu'elle laissait transparaitre sur son visage.

La flèche était entrée d'un coup vif, et n'avait en rien épargné la jeune lycéenne. La pointe en métal, surement du fer, aurait put se planter dans le torse de l'Akiyama, ce qui aurait été terriblement plus grave, et ses minutes auraient été comptées... Mais ce n'était pas le cas, et grâces aux quelques premiers soins apportées par Saori, son état était stable... En lui prenant la main, elle s'adressa à la femme dont elle ne savait rien, si ce n'était qu'elle allait peut être s'occuper de cette blessure.

Elle... Elle a reçue une flèche de le bras dès lors que les villageois nous ont attaqués... Aidez-là, je vous en prie !


Rongée par son impuissance, la rousse était obligé de n'être que spectatrice de ce qui allait être fait à son amie... Mais jamais elle ne lâchera la main de la chargeuse du blindé, jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 27 Aoû 2016, 17:11




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Visiblement ravie, la jeune lycéenne était rentrée à l'intérieur de son engin, et la rouquine en avait sauté à bas, ne désirant pas rester sur son sommet pendant que celui ci se déplaçait, ce qu'il ne tarda pas à faire avec lenteur, dans un bruit de ferraille totalement inhabituel aux oreilles de la Druidesse comme des habitants du hameau qui continuaient à jeter des coups d'oeils suspicieux aux nouvelles arrivantes, décidément obstiné à rester sur leur gardes jusqu'au bout. Tant qu'ils ne leur lançait plus des pierres, c'était déjà une progression. Marchant à côté de la machine diabolique pendant tout le déplacement, et en profitant pour en scruter les moindres détails, Aki se fit la réflexion qu'il s'agissait très probablement d'élues. Leur Fluide, faible mais présent, était assez caractéristique de ce qu'elle avait appris à reconnaître de ceux de nouveaux arrivants. Plus le temps passait, mieux elle parvenait à faire la différence entre un natif qui avait quelques pouvoirs et un étranger provenant d'un autre monde. On pouvait ajouter à cela cette chose étrange qui les accompagnait et semblait être fait d'acier, une étrange machine comme celles, de moindres tailles, d'autres élus qu'elle avait pus croiser.

Enfin à la sortie du village, ce qui était un tank, bien qu'elle ne soit pas au courant de cette appellation, s'arrêta, et cinq jeunes filles en sortirent. La première était Miho, que l'archère connaissait déjà, puis trois lycéennes s'occupant de la dernière. L'une était rousse, les deux autres brunes plus foncée que la première, mais ce n'était clairement pas elles qui intéressaient la guérisseuse. La dernière avait un visage légèrement plus candide que les quatre autres, et des cheveux châtains clairs coupés assez court. Elle semblait être en proie à une grande souffrance, et pour cause, une flèche était fichée dans son biceps droit.

Les sourcils froncés, la Druidesse constata l'étendue des dégâts, ne se souciant plus du tout des autres, entièrement préoccupée de la santé de la blessé. Elle remarqua que les jeunes femmes avaient sortis une trousse de soin, mais secoua la tête, ce ne serait pas nécessaire, mais si elles étaient bien des élues venant d'un monde technologique, il était logique qu'elles ne soient pas habituées aux pratiques magiques en toute sorte. La soigneuse soupira légèrement. Elle avait beau avoir des pouvoirs très pratique, ils n'étaient pas capable d'enlever une flèche, et elle devrait le faire à la main. Mais maintenant qu'elle avait appris à connaître un peu mieux la flore de Kosaten, elle pouvait au moins aider la pauvre fille à souffrir un peu moins pendant l'opération.

La chasseuse sortit de sa besace, qu'elle gardait toujours en bandoulière à son côté, un cataplasme aux clous de girofle qu'elle avait confectionné avant son départ. Ayant le laboratoire du vampire à sa disposition, elle n'avait pas hésité à renflouer son stock de diverses préparations qui pouvaient toujours être utile dans des moments comme celui ci. Et comme la traqueuse avait une certaine propension à tomber sur des malades ou des blessés, elle avait toujours avec elle le nécessaire qui pourrait lui permettre de pallier à tous les ennuis. Extirpant donc le cataplasme renfermé dans une petite peau étanche, elle en appliqua tout autour de la flèche et attendit quelques minutes, tout en parlant aux autres demoiselles.

Si vous pouvez faire quelque chose pour la calmer, n'hésitez surtout pas, elle risque d'avoir un peu mal. Et peut être lui mettre quelque chose dans la bouche si elle n'est pas habituée à la douleur, qu'elle ne se morde pas la langue.

Une fois que l'effet analgésique de son soin eut prit effet, elle plaqua l'épaule de la jeune fille au sol de sa main gauche et attrapa le bout de bois de la main droite, avant de souffler une seconde. D'un coup sec, elle arracha la cause de toute cette douleur fermement, laissant à peine le sang couler avant de s'en débarrasser et de plaquer sa paume sur la plaie, laissant le Fluide vert s'écouler avec douceur, désinfectant et réparant la peau, tout en propageant une douce chaleur calmante. Ce n'était rien de bien grave, par conséquent, l'énergie utilisée était minime. De même, la jeune fille n'avait perdus que très peu de sang, elle devrait donc s'en remettre facilement.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 27 Aoû 2016, 23:05



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Assise face à Aki.

Takebe Saori
A coté de Miho

Isuzu Hana
A coté du Panzer

Akiyama Yukari
Dans le panzer, dort

Reizei Mako
Face à Aki



Unies

Musique


La dame qui avait réussit à contenir l'agressivité de toute une foule était maintenant focalisée sur l'état de santé de la lycéenne blessée. Le projectile, fermement planté dans sa chair, était probablement l'épreuve la plus physiquement douloureuse qu'elle ait put vivre. Muscle sectionné, os abîmé, plusieurs veines et artères mineures avaient subis des dégâts pendant que son bras, immobilisé, lui envoyait sans cesse à travers ses nerfs cette fatalité comme quoi elle était blessée... Peut être l'inconscience aurait été une bénédiction ? En agissant comme une anesthésie générale, elle n'en aurait gardé qu'une cicatrice, tout au mieux une marque...

Mais ce n'était pas le cas, la jeune fille était bel et bien consciente, et toutes savaient ce qu'il allait s'ensuivre... Pour guérir cette blessure, il allait falloir enlever ce corps étranger d'elle, au pris de douleurs supplémentaires, qui étaient encore inconnue dans l'esprit des lycéennes qui n'avaient même pas encore atteint la majorité et qui étaient confronté à cette douleur... A cette peine... Et ce n'était pourtant qu'une blessure. Elles ignoraient encore totalement toute l'étendue de l'horreur que pouvait apporter le monde de Kosaten de par ses plus simples représentants. Si l'une d'entre elle était désarmée et isolée, un simple villageois avait le potentiel de devenir le pire des bourreaux...

En tout cas, la femme aux cheveux roux avait refusée les bandages et les outils qu'avait apportés l'équipage du tank pour épauler cette personne qui se dévouait maintenant pour elles, pour les sortir de ce mauvais pas où elles en étaient sorties blessées. Si elles furent surprises de cette réponse, en se demandant comment la jeune femme comptait faire, elles étaient obligée de se plier, et de voir comment elle comptait s'y prendre, tout en obéissant à ses directives. Même la capitaine du char était prête à tout faire pour que son amie puisse être sauvée !

Et les consignes étaient claires. Calmer Yukari un maximum, afin qu'elle n'évite de se débattre, au risque d'empirer sa blessure... La blessée le savait très bien, et elle faisait un maximum pour ne pas bouger, malgré ce tir qui lui avait percé le bras...  Ses doigts en tout cas ne quittaient pas la main de Saori, qui était ce contact physique qui la rattacha à ses amies, à ces camarades. Elle n'était pas seule face à ce qui l'attendait... Elles étaient là, comme elles l'avaient toujours été dans l'adversité, face à leurs adversaires à chaque fois plus forts et plus organisés. Mais c'était la première fois qu'une d'entre elle était sévèrement blessée...

Pourtant, les risques étaient grands. Bien souvent, les capitaines des différents tanks s'exposaient en sortant leurs bustes afin d'avoir une meilleure visibilité, et les accidents arrivaient, lançant toujours le même débat sur la dangerosité de ce sport. Il n'était pas rare que de vaines tentatives soient lancées pour l'interdire, et certains furent même capable de mettre en grande difficulté l'existence ce sport, mais qui avait sût subsister à travers les âges. Chaque balle tirée, chaque fois qu'une des chenilles foulait le sol, c'était les lignes de l'histoire de ce sport qui s'écrivaient.

Obéissant en tout cas à la dame plus expérimentée que les jeunes filles en matière de soins plus intensifs, Miho dû se résoudre prendre l'une des serviette, tâchée par endroit du sang qui s'écoulait du bras de son amie, avant de le nouer, de le glisser presque à contrecœur entre les lèvres de son amie, qui savait bien évidement que c'était pour son bien, avant de joindre ses mains à celles de Saori, geste qui fut suivi par Hana et Mako. Elles étaient toutes là, pour l'aider, la supporter du mieux qu'elles pouvaient, même si la suite n'allait pas être du meilleur attrait...

Dès lors qu'elle eu commencé à retiré le projectile d'un coup sec du bras de la jeune fille, cette dernière se pris presque de convulsion sous l'effet de la douleur, mordant le bâillon avec une force inouïe, si bien que le nœud pourrait se déchirer sous la force qu'elle dégageait, tandis que plusieurs larmes sortaient du bord de ses yeux, incapable de les retenir davantage, alors qu'elle avait fait preuve d'une solide abnégation jusqu'à maintenant. Mais elle tenait bon, et en grande partie grâce au soutien de ses amies qu'elle sentait sur sa main gauche.

Et pourtant, c'était la première fois que toutes étaient confrontées à une telle situation. Certaines ne pouvaient soutenir tant de douleur, et avaient détournée le regard ou fermer les yeux, mais elles ne lâchaient pas, faisant tout ce qu'elles pouvaient pour Yukari...



Musique

Et puis finalement, les mouvements erratiques de convulsion de la lycéenne laissèrent place à un calme beaucoup plus reposant, où la jeune fille reprenait petit à petit le contrôle de son corps, de sa respiration, pendant que la femme appliquait quelque chose dont les jeunes filles ne pouvaient imité, et pour cause, il s'agissait rien de moins que d'une forme de magie pure, qui rendait au bras meurtri toute sa force et sa vigueur qu'il avait put avoir, ne laissant qu'une cicatrice au milieu des dernières traces de sang qui était en quelque sorte la première blessure de guerre de l'Akiyama, qui serait presque capable de l'exhiber comme un trophée. C'était après tout ce que faisait certaines soldats, en comparant le nombre de blessures qu'ils avaient reçu tout en restant capable de marcher et de combattre.

Mais avec tout ça, la brune aux cheveux bouclées était épuisée, si bien que l'inconscience risquait très probablement de la gagner dans les quelques minutes qui suivaient. Un sommeil loin de toute tension, loin de tout, qui allait être réparateur. Mais avant cela, Saori ne put s'empêcher de prendre son amie dans ses bras, versant à son tour quelques larmes. Toutes avaient les yeux humides, et si elles n'étaient pas en compagnie d'une autre personne, il était probable qu'elles ne se seraient pas retenues d'imiter la rousse.

Néanmoins, Hana coupa court à cette scène en écartant avec délicatesse Saori, et en prenant dans ces bras son amie, et en l'amenant jusque dans le blindé, où elle serait probablement plus rassurée pour passer la nuit. Elle était parfois prête à quitter la chaleur et le confort d'un matelas pour être dans une intimité relative avec un des blindées qu'elle adulait. Mais pendant ce temps, Miho remerciait une nouvelle fois la jeune femme qui venait de faire éviter le pire par ses actions depuis son arrivée salvatrice.

Merci infiniment pour votre aide ! Sans vous, elle... Elle n'aurait surement pas eu autant de chance, et cela aurait put s'aggraver... Mais... Merci...


L'ancienne vice capitaine de l'équipe de la forêt noire se ridiculisait maintenant en remerciement, qu'elle avait déjà donné dès lors que la femme aux pouvoirs étranges avait acceptée de leurs venir en aide... Sans elle, les choses auraient été beaucoup plus dures, peut être même que tout aurait plus grave... Mais après tout, Miho l'avait surement oubliée, mais elle aussi avait été blessée, au niveau du cou. Un petit filet de sang entachait la zone où se trouvait son sceau. Par ailleurs, Saori arrivait à ses cotés, une énième serviette humide à la main, afin de nettoyer déjà cette blessures, avant de préparer peu après un bandage en forçant la stratège d'Oarai à s'asseoir par terre, sans même qu'elle n'ai eu le temps de finir ses remerciement envers la rousse. Et ce fut étrangement la moins bavarde et la plus petite des cinq qui s'avança vers la femme, pour lui dire d'une voix peut être un peu fatiguée :

Je vous remercie d'avoir soignée Yukari. Je m'appelle Mako Reizei. Savez-vous pourquoi les villageois se sont montrés si hostiles à notre égard ?


Comme à son habitude, Mako ne perdait pas vraiment de temps dans les formalités, ayant juste pris le temps de tout de même exprimer sa gratitude envers la dame, et de se présenter. Comprendre afin d'éviter de refaire la même erreur était l'une des règles de la jeune surdouée, qui pour éviter qu'elles ne soient blessées à nouveau, cherchait à obtenir rapidement des réponses.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyDim 28 Aoû 2016, 01:47




La peur de l'acier



feat.UN TANK



A l'issue de ce travail intense mais court, la Druidesse s'épongea le front du dos de la manche de sa chemise et but une gorgée à son outre avant d'en proposer aux alentours puis de la ranger dans sa besace. La jeune fille était fatiguée, et c'était bien normal, mais heureusement pour elle, elle serait vite reposée, n'ayant pas perdus beaucoup de sang lors de cette aventure. L'une des nombreuses brunes emmena son amie à l'écart pour qu'elle puisse dormir, ce qui était sans doute une très bonne idée, la meilleure à avoir, même si l'engin métallique, en plein désert, n'était pas l'endroit idéal. Mais la rouquine aurait tout le temps de leur en toucher deux mots un peu plus tard, pour l'instant elle voulait s'assurer que les villageois ne leur ferait pas plus de mal que ce qu'ils n'avaient déjà fait. Le visage distordus de douleur de la blessée lui avait clairement fait comprendre qu'elle n'était pas habituée à être touché par des flèches, et à voir les mines inquiètes des autres pour une blessure aussi bénigne, elles non plus. La cruelle réalité de Kosaten ne leur serait sans doute pas des plus agréables.

Celle qui lui avait parlé en premier revint encore la remercier, mettant presque la guérisseuse mal à l'aise. Celle ci défit ses cheveux et rangea le foulard dont elle s'était servis en souriant doucement. Si elle avait été remercié de la sorte à chaque fois qu'elle avait dû guérir ce genre de petit plaie, elle aurait facilement perdus des heures dans l'activité de détourner les compliments. Une autre lycéenne à laquelle la chasseuse n'avait pas encore trop prêté attention s'approchant, remerciant et posant une question dans la foulée. Celle ci semblait se nommer Mako Reizei et lui appris du même coup que celle qui s'était pris une flèche se nommait Yukari. A présent, Aki pouvait mettre un nom sur trois des cinq jeunes filles qui composaient leur petit groupe, il était plus que temps de révéler son identité également.

Ce n'était rien, pas bien compliqué à guérir. Enchanté de vous rencontrer en tout cas, je me nomme Aki Nishiie. Quant à ta question … les êtres humains ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, c'est bien naturel, un mécanisme de défense je dirait. Nous ne sommes pas dans un contexte idéal, qui plus est, je ne sais pas si vous êtes au courant, mais nous sommes en guerre contre Fuyu. D'ailleurs ! Cela me rappelle une question que j'aimerais vous poser. Si vous me permettez, j'aimerais vous inviter dans une auberge à proximité, et pour la nuit également, je nous négocierais une baisse de prix, il vous doivent bien ça. Et ne laissez pas cette … Yukari dans votre … engin, il doit faire beaucoup trop chaud à l'intérieur, on est en plein désert mine de rien !

Elle avait enchaîné un grand nombre de sujets différents à la suite, sans doute pressée de pouvoir discuter de manière plus tranquille, à l'ombre d'une taverne, avec une choppe d'eau en main. Tout en s'exprimant, elle avait également tâté sa poche, l'air pensif, comptant ses yens à travers le lin. On ne pouvait pas dire qu'elle était spécialement riche, mais son travail dans les maisons de soins lui avait donné assez pour se permettre cela. Certes, elle avait d'autres projet avec cet argent, mais le moment présent, et le bonheur des gens qui l'entouraient était beaucoup plus important que son ambition d'acheter une cabane dans la forêt tropicale, ce qui n'était pas très glorieux.

Fut un temps, avant la guerre, elle voulait acheter un terrain en territoire neutre, un endroit où tous les élus de toutes les nations confondus pourraient se retrouver et apprendre à survivre ensemble. Mais il y avait eu Zayro Jinn, puis le conflit qui avait explosé, et maintenant Orina et Tanith qu'elle ne voulait quitter pour rien au monde, ses beaux projets étaient toujours dans son esprit, enfermés dans un coin, attendant patiemment leur heure, le moment où tout serait de nouveau plus facile.

Comme elle l'avait fait remarquer un peu plus tôt aux jeunes filles, elles étaient en plein milieu du désert, et la chaleur cuisante commençait sérieusement à lui taper sur les épaules. Etant à l'écart du village, il n'y avait aucune habitations pour les abriter, ne serait ce qu'un peu, de l'astre solaire et vigoureux qui les accablait sans pitié. La traqueuse attendait donc avec une impatience grandissante leur réponse à sa proposition.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyLun 29 Aoû 2016, 07:03



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Face à Aki

Takebe Saori
A coté de Miho

Isuzu Hana
Face à Aki

Akiyama Yukari
Dans le panzer, dort

Reizei Mako
Face à Aki



Un refus


Directement, la femme aux cheveux orangés rassura l'équipage du Panzer vis à vis de la dette qu'elles pouvaient avoir envers elle. En procédant ainsi, elle avait ainsi diminué une partie de la tension qui pouvait se créer vis à vis de cette personne, mais cela montrait aussi à quel point les jeunes filles n'étaient pas habituées à voir le sang couler. Cette flèche plantée n'était peut être rien pour leur sauveuse, mais aucune d'entre elles n'auraient été capable de briser le bois plantée dans la chair de leur camarade, ni de lui retiré d'un coup sec alors que c'était la meilleure chose à faire afin de lui garantir le meilleur état de santé, même si cela pouvait aller à l'encontre du serment d'Hippocrate.

Et puis, elle se présentait. Ses lèvres avaient placées un nom sur cette personne si impressionnante, qui avait sût s'opposer à une foule alors qu'elle même était effrayée par l'assemblage de tôle et d'acier que formait le Panzer. Par ailleurs, elle avait avoué à plusieurs fois son ignorance sur le sujet. Si Yukari était présente, éveillée et en pleine possession de ses moyens, elle aurait fait surement l'un des plus longs discours de toute sa vie en sortant des images d'on ne sait où et en présentant la création, l'évolution et l'apogée de tout les blindés ayant existés jusqu'à la seconde guerre mondiale, en insistant bien évidement le Panzer IV que les 5 filles utilisaient avec merveille, mais aussi sur le 7TP Polonais à deux tourelles, qui est pour tout dire le blindé préféré de la lycéenne, bien qu'il soit au final assez peu connu.

Mais ce qui avait surpris le plus le groupe, ce n'était pas le manque de culture en matière de blindé, à vrai dire, elles commençaient à s'y accommoder malgré tout, mais c'était la proposition de la femme, leur proposant de venir passer la nuit dans l'auberge, et ce malgré les événements... Il n'en fallut pas plus pour que directement, un avis contraire s'installe, venant d'Hana, qui s'était rapprochée après avoir amené Yukari dans un endroit plus à même pour qu'elle puisse trouver le sommeil.

Ce n'est probablement pas une bonne idée... Les villageois risquent de garder une rancœur ou une méfiance envers nous malgré le fait que vous ayez réussi à les convaincre que nous ne comptions en aucun cas leur faire du mal...


Puis ce fut au tour de la Reizei des cinq de prendre la parole, pour exprimer à son tour son avis opposé à celui de la femme sur ce qu'elles allaient faire par la suite, en usant d'un point qui semblait maintenant évoqué tout à fait logique...

De plus, s'ils nous attaquent, à vue avec des flèches et des rochers, c'est qu'ils ne doivent pas être en mesure d'accepter la monnaie que nous avons. Depuis le début, venir dans cet endroit était pour nous un piège.


C'était dur à avouer, mais c'était la vérité... Yukari et Miho s'étaient toutes deux faits blessées pour au final la déception de ne même pas pouvoir prendre le moins cher des repas à l'intérieur d'une auberge de voyage. Encore une fois, elles allaient devoir compter sur les provisions qu'elles avaient afin de pouvoir manger, mais plus elles avançaient, plus le stock diminuait, pour devenir au final assez inquiétant...

Serrant les dents à cause de son mauvais jugement sur ce monde qu'elle ne connaissait pas, la chef de char se releva dès que son amie eu appliqué un pansement sur la plaie à peine nettoyée, avant d'avancer vers la femme d'un pas décidé, et de s'incliner poliment.

Merci de votre proposition, mais... Mais je dois la refuser... Nous n'avons pas les moyens au final de pouvoir nous loger dans cette auberge, et... Je ne peux accepter de compter sur vos frais... Vous en avez déjà fait trop pour nous...


Mais il était vrai sur point que la dame avait raison... Le char suintait de chaleur, et à cause de l'inertie thermique, il allait falloir encore un long moment avant que la carcasse ne devienne plus fraiche... Mais comment allaient-elles faire ? Un campement ici serait envisageable, mais elles pourraient se heurter à des villageois disposant d'un peu trop d'entrain et souhaitant mettre à mal ces jeunes filles qu'ils pensaient être des agents de Fuyu... C'était la dure réalité de la guerre après tout.

Directement après cela, la Nishizumi se tourna vers ses amies en commençant à donner des consignes : Puisqu'être à coté du village était d'un risque certains, il allait falloir conduire une partie de la nuit pour trouver un endroit calme et permettant de faire un campement jusqu'au lever du jour, mais dans le désert, cette chose n'allait pas être simple, et elles allaient surement devoir dormir une nuit ou deux dans le panzer, qui méritait en plus des réparations : Cabossé à cause des assauts subis, le blindé n'était plus vraiment la fière et impénétrable armure qu'il offrait avant, et la manière dont de simple flèche et graviers, qui auraient normalement dût ricocher sur le métal, avaient laissés leurs marques dessus... La situation était vraiment préoccupante, et le mieux que les lycéennes aurait put avoir aurait été de faire halte ici pour s'en occuper... Mais comme indiqué précédemment par les jeunes filles, ce n'était pas vraiment possible... Sauf si la femme leur réservait à nouveau une surprise des plus incroyables.






Dernière édition par Anglerfish Team le Mer 07 Sep 2016, 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyLun 29 Aoû 2016, 16:24




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Bien que presque totalement chuté, le soleil était ici plus fort que nul part ailleurs, car il n'y avait ni relief ni vent pour l'atténuer. Ainsi, lorsqu'une de celles qui n'avaient pour l'instant pas de nom refusa sa proposition, la rouquine ne put empêcher un léger soupir désappointé de franchir ses lèvres. Elle allait rétorquer qu'elle veillerait elle même à leur sécurité lorsque la dénommée Mako s'interposa à son tour, prétextant qu'elles n'avaient pas la monnaie adéquate. Encore une fois, la Druidesse allait se proposer de s'en occuper pour elles, mais ce fut cette fois Miho qui s'y opposa, à croire qu'elles étaient toutes d'accord pour ne pas vouloir dormir à l'intérieur. D'un certains côté c'était compréhensible, mais cela désolait tout de même l'archère qui n'avait pas vraiment envie de dormir à la belle étoile. Elle finit par hausser les épaules et par accepter leur décision, en revanche il était clair qu'en Kosaten il ne valait mieux pas dormir à découvert si l'on n'était pas capable de se défendre soi même, et à en juger par leur comportement, ce n'était pas dans leur habitude que de mener de telles expéditions.

Les sourcils froncés, elle regarda autour, essayant de sonder les reliefs environnant pour déterminer le meilleur endroit où établir un campement. Elle venait de leur venir en aide, les laisser tomber maintenant ne serait remplir sa tâche de guérisseuse qu'à moitié, et à ce compte là, elle pouvait tout aussi bien les laisser mourir seules dans le désert. L'essentiel quand on voulait aider les gens était de ne pas se contenter de faire sa petite ba du jour pour ensuite laisser ces mêmes personnes dans les ennuis. En tout cas, c'était ainsi qu'elle le voyait. Quant elle était au village de Rin, elle avait secourus les villageois de l'étrange maladie qui les avait affligé, mais elle avait non seulement détruit le pommier responsable et soigné les malades présents, mais aussi appris à l'infirmière présente à concocter le médicament adéquat et à faire quelques autres baumes utiles. Elle était adepte du proverbe ''Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour une journée, apprends lui à pêcher, tu le nourris pour toute sa vie'', qu'elle appliquait constamment.

Bon, monter un campement ici vous irait ? Ne vous préoccupez pas des villageois, il faudra juste organiser des tours de garde. Nous sommes beaucoup, en comptant mes deux amis, elle montra d'un geste la renarde et le louveteau qui écoutait la conversation, exaspéré de devoir encore fréquenter des êtres humains, ce peut être des tours d'1h, si vous vous en sentez capable, sinon, faites vos tours avec un groupe de deux et un de trois, ça nous fera 5 groupes de 2h environ pour une longue nuit. A vous de voir. Mais je ne vous laisserez pas dans le désert toutes seules, qui plus est, en cas de blessure vous avez l'air démunie, si je peux vous transmettre quelques trucs de guérisseuse, cela vous serez utile, non ?

Elle souriait tout en parlant, comme à son habitude, et fourrageait dans sa besace pour en sortir sa chemise en lin rapiécée qu'elle enfila, à présent qu'elle n'avait plus ses deux grandes ailes qui l'empêchaient de la mettre. Cela la protégeait de la chaleur environnante, mais aussi du sable qui râpait constamment sa peau. Elle était plutôt contente de passer cette nuit en compagnie de cinq jeunes filles aussi sympathiques. Toute Druidesse qu'elle était, la solitude était un bien tout relatif pour elle, et fréquenter des gens, tant qu'elle n'étaient pas trop longtemps dans l'agitation de la ville, ne lui posait aucun problème, au contraire. De plus, elle était intriguée par cette petite équipe et se demandait bien ce qui les réunissaient. Il était rare de voir un grand nombre d'élus voyager ensemble, et déjà peu commun d'en voir deux qui se connaissaient. L'archère jeta un coup d'oeil vers le village, ou quelques habitants les regardaient encore d'un air suspicieux. La Seikajin s'approcha assez pour qu'ils soient à portée de voix et leur parla de manière assez forte pour qu'ils la comprennent.

Nous ne dormirons pas dans le village, ne vous en faites pas, en revanche, si je vois un seul d'entre vous rôder dans les parages, il passera un sale quart d'heure, je vous préviens !

Elle rigolait légèrement, gardant son apparente bonhomme, mais elle était pourtant tout à fait sérieuse, et les quelques natifs qui la connaissaient le savait très bien ; lorsqu'elle avait décidé de protéger quelqu'un, elle ne lâchait pas l'affaire et pouvait se montrer très agressive envers ceux qui ne respectait pas cet état de fait.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyLun 29 Aoû 2016, 21:37



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Face à Aki

Takebe Saori
Face à Aki

Isuzu Hana
Face à Aki

Akiyama Yukari
Dans le panzer, dort

Reizei Mako
Face à Aki



Faut-il camper ?

Musique

Alors que les jeunes filles commençaient à se préparer pour plier bagage et trouver un endroit plus éloigné, plus tranquille pour passer la nuit, loin du village et de ce qui avait put se passer là-bas, la jeune femme leur proposai une alternative bien risquée de prime abord aux yeux des lycéennes, après qu'elle ai examiné les environs pour se rendre une nouvelle fois compte de la monotonie du royaume des sables, qui n'était troublé qu'en de rare endroits, comme ce village, qui profitait de la présence d'un oasis.

Mais après tout... Etait-ce une si mauvaise idée que d'accepter cette nouvelle proposition ? Elles n'étaient pas sûres de trouver un semblant d'endroit pour monter un campement digne de ce nom, et même si un peu éloigné, cet endroit profitait tout de même de la présence de l'oasis, et elles seraient sûre d'être protégée par la présence de cette femme tantôt ailée, qui les avaient aidé un nombre maintenant trop conséquent de fois... En acceptant, elles allaient l'obligée à rester ici, alors qu'elle pourrait trouver le confort d'un lit et de bons draps, ce qu'elle méritait beaucoup plus que les lycéennes, qui étaient  l'origine de tout le chaos qui s'était étendu sur les lieux.

Et c'était sur les épaules de la Nishizumi que reposait cette lourde décision. Toutes le savaient, et toutes se plieraient à la volonté de leur amie. Son jugement, son expérience mais surtout sa volonté de faire au mieux pour ses amies faisait d'elle la personne qui saurait tirer le mieux de ce choix, entre peser les risques présents et le fait d'être encore une fois redevable envers la rousse. Mettant la main à son menton en signe de réflexion, elle s'écarta de plusieurs pas, restant trop silencieuse.

Pendant ce temps, Mako s'était approché des animaux de la druidesse, et en s'agenouillant, elle observait avec attention les deux compagnons de la dame, sans perdre un seul instant. Saori elle aussi s'était penchée vers les deux boules de poils, tout en disant avec entrain et un sourire :

Ils sont beaux ! Je n'en ai jamais vu d'aussi prêt et des aussi beau ! Les zoos sont déjà très rare de là d'où nous venons, alors en voir des apprivoisés. Ils ont des noms ?


Saori souhaitait intérieurement l'espoir de pouvoir caresser du bout des doigts ces belles créatures qui semblaient suivre la druidesse comme s'ils étaient totalement domestiquées. Pourtant, ils avaient l'air d'être des animaux sauvages. A vrai dire, la rousse n'avait put voir ce genre de lien si fort que de rare fois sur Internet... Et en voir un parfait exemple juste devant elle faisait chaud au cœur de la jeune fille.

Mais ce fut Hana, plus pensive qui changea le ton de la conversation, en passant sur un point qui attisai sa curiosité, et pour cause, il s'agissait de ce que la femme avait utilisée pour guérir les blessures de Yukari...

J'apprécie en tout cas beaucoup votre volonté de ne pas nous laisser démunie en cette endroit, mais... Pourriez-vous me dire comment vous vous êtes occupée de notre amie ? La médecine n'est pas à un état si proche du miracle, même ici. Au fait, je ne me suis pas présentée. Mon nom est Hana Isuzu.


A cette question, Mako leva un sourcil, en tournant son regard vers cette femme si particulière, en souhaitant entendre la réponse pour la mémoriser, même s'il n'y avait qu'une seule explication possible : la magie. C'était toujours dur à assimiler, mais il y avait vraiment de la magie en ce monde si particulier.

En tout cas, avant de répondre, elle s'était tournée vers les villageois au loin, pour prévenir les curieux qu'ils fallaient mieux pour eux qu'ils ne s'approchent pas de ce campement de fortune, même si son existence était encore incertaine dût au fait qu'il était entre les mains de la Nishizumi, qui songeait pleinement à ça...

Mais il fallait prendre une décision. Même si Yukari semblait sortie d'affaire, elle n'était pas à l'abri d'une complication, donc avoir à proximité immédiate cette femme disposant de pouvoir bien particulier serait en mesure de s'occuper de cela... De plus, il se faisait déjà trop tard, et le tank avait besoin de réparations. Donc... Ce fut d'un sourire mitigé que la jeune fille se retourna vers l'adulte, avant de dire en s'inclinant :

Merci de votre précieuse aide. C'est avec plaisir que j'accepte, faisons de notre...


La chef du blindé n'eu pas le temps de finir sa phrase que la vue de deux natifs s'approchant la coupa dans son élan, la faisant pousser des regards inquiet envers toutes les personnes se trouvant ici... Qu'est-ce qu'ils souhaitaient ? Elle ne le savait pas encore, mais la présence de la druidesse devrait les dissuader de montrer de l'hostilité, surtout avec le discours un peu menaçant qu'elle avait donné précédemment...




Dernière édition par Anglerfish Team le Mer 07 Sep 2016, 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyMar 30 Aoû 2016, 00:16




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Lorsque les deux jeunes filles (dont l'une s'appelait Mako) s'était approchées des animaux, la rouquine avait retenus un mouvement pour les arrêter, elles semblaient assez malignes pour ne pas les approcher. Mizu avait beau être très tolérante envers Orina, elle n'était pas moins haineuse envers les humains, et ces jeunes filles n'avaient plus le pouvoir étrange que semblaient exercer les enfants sur la renarde. Mune en revanche, n'était pas réfractaire à la sociabilisation même si il était beaucoup plus méfiant qu'auparavant. Lorsque l'hautaine animale se détourna des gamines en leur montrant les dents, le louveteau resta immobile, les fixant, la tête légèrement penchée sur le côté. Il recula un peu lorsque la rousse parla, surprise de l'entendre parler d'apprivoisement, un concept qui ne lui était pas familier.

Le petit loup, c'est Mune, il est plus sympathique, mais attention à la renarde, Mizu, elle n'est pas très amicale. Et je vous déconseille de parler de nouveau d'animaux ''apprivoisés''. Ce sont mes amis et mes compagnons, non pas mes bêtes de compagnie. Par contre … qu'est ce que vous appelez un .. zoo ?

Une des deux filles dont Aki ne connaissait pas encore le nom s'exprima. Elle lui demandait quelle était les techniques que la guérisseuse avait pus utiliser pour venir en aide à leur amie, et se présentait comme s'appelant Hana. Il ne lui manquait maintenant plus que le nom de la rousse qui s'intéressait aux petites boules de poils blanches pour connaître l'équipe au complet, et tant qu'à faire, elle n'allait pas se priver de le lui demander, après avoir répondus aux questions de la lycéenne aux cheveux gris sombre.

C'est un pouvoir que je tiens de mon monde, je suis une Druidesse. La magie que je possède, le Fluide, me permet de maîtriser l'énergie des êtres vivants, pour reconstituer les chairs, chasser les maladies … je ne pourrais pas vous apprendre quelque chose comme ça, mais la formation que j'ai eu m'as aussi appris à fabriquer quelques médicaments sans magie, cela pourrait vous être utile ! Elle se tourna ensuite vers la dernière jeune fille sans nom. Et toi, comment t'appelles tu ? Je ne suis pas sûre de retenir vos prénoms à toutes mais je voudrais faire mon maximum.

Alors que enfin, tout le monde semblait d'accord pour une solution, celle d'établir un campement à l'extérieur et de se relayer pour des tours de garde, même si l'ordre précis n'avait pas encore été établis, quelque chose d'assez prévisible se produit. Deux jeunes femmes natives s'approchaient, à pas prudent, les mains tendues devant elles en signe de non agressivité, comme si elles s’apprêtaient à pénétrer sur un territoire ennemi. L'archère soupira et ne prit même pas la peine de sortir son arc pour aller à leur rencontre, leur causant quelques mouvements de frayeurs.

Un problème ?

Nous … voulions … en savoir plus sur ces étrangères et …

Soupirant de nouveau, la soigneuse se mordilla la lèvre en se retournant vers celle qui semblait diriger, la première à laquelle elle avait parlé et qui avait été coupée dans son élan par l'arrivée des deux femmes, la dénommée Miho. Elle ne dit rien, se contentant de désigner les deux natives en haussant les épaules et un sourcil interrogateur. Elles n'avaient pas l'air le moins du monde agressive, démontrant plutôt une certaine curiosité dénuée d'animosité. Maintenant, il restait à savoir si les 5 occupantes de l'étrange machine étaient d'accord pour recevoir de la visite ou non. A cet instant, la Seikajinn eut la désagréable impression d'être une garde du corps, sentiment qu'elle chassa aussitôt pour se recentrer sur ce qui était en train de se passer et sur ce qu'il allait se passer ensuite. Après tout, elle avait beau être celle qui avait interdit d'approcher, c'était aux lycéennes de choisir si elle voulait parler aux habitants ou non, et pas à elle.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyMer 07 Sep 2016, 15:01



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Face à Aki

Takebe Saori
A coté de Aki

Isuzu Hana
A coté de Aki

Akiyama Yukari
Dort dans le Panzer

Reizei Mako
A coté du Panzer



Délivrance

Malgré toute la bonne volonté que Saori laissait transparaître sur son visage, témoignant malgré les événements plutôt angoissants quand à l'état précédent de son amie d'une volonté de tourner la page pour aller vers un futur plus serein, plus tranquille, les deux animaux de la dame restèrent assez distants. Si la première créature, une sorte de petit renard, s'était montrée presque agressive, montrant très clairement son appartenance à la nature, comme un chat acculé dans un coin qui hérissait son pelage, prêt à attaquer. La chose n'en était pas encore là, mais cela fit bien comprendre à l'équipage du Panzer IV qu'il ne fallait pas tenter le diable.

Certes, le loup s'était montré peut être plus tolérant, plus curieux, mais il restait aussi sous la protection de la soigneuse, qui avait sans doute un lien très fort avec ces deux créatures, qu'elle s'empressa par ailleurs d'expliquer en corrigeant Saori. Même si elle ne comprenait pas vraiment comment lier une amitié avec un animal sauvage, la rousse acquiesça simplement, en se redressant, voyant bien que ses quelques tentatives pour monter sa tendresse envers les deux mignonnes créatures n'allaient pas être couronnées de succès. Mais il y avait un point qu'elle se devait maintenant d'expliquer, ayant attisé la curiosité de leur sauveuse :

Hum... Un zoo c'est... Une sorte de grand parc, où des animaux vivent. Certains n'ont plus d'autre habitats, tandis que d'autres ont toujours vécus ici. Ils sont en tout cas nourris et soignées par des gens qui s'en occupent toute la journée, et avec le plus grand soin. En contrepartie... Ils doivent faire avec la curiosité de milliers de personnes qui viennent voir ces animaux si rare et exotique.


La Takebe ne le savait peut être pas encore, mais elle avait peut être marcher sur un terrain extrêmement dangereux aux yeux de la personne qui venait de les sauver, mais c'était avec une certaine innocence que la rousse avait expliquée le concept d'enfermer des animaux pour en faire une exhibition constante afin d'en gagner des bénéfices, au détriment du bonheur et/ou de la santé des créatures, qui perdaient peu à peu tout leurs instincts...

Puis, la femme, maintenant nommable sous le terme de "Druidesse", expliqua ce qu'elle avait utilisé pour s'occuper de Yukari... Ainsi, c'était donc bel et bien de la magie, et qui malgré sa grande efficacité ne pouvait être apprise par les lycéennes, ce qui à vrai dire les déçus un petit peu, laissant Hana avec un sourire mitigé... Mais elle se proposait néanmoins de leur apprendre la conception de médicaments, et c'était une chose qui allait être surement très pratique pour le futur des jeunes filles.

Mais néanmoins, elle s'adressa à Saori, lui demandant donc son nom qu'elle n'avait pas eu. Il était vrai que la rousse ne s'était pas encore présentée à celle qui partageait cette couleur de cheveux. Ce fut donc avec un sourire qu'elle répondit, en penchant un peu la tête :

Excusez-moi, mon nom est Saori, Saori Takebe. Et je suis vraiment curieuse d'apprendre comment faire des médicaments ! C'est que... Depuis notre arrivée, nous avons entamée un peu trop rapidement notre trousse de premier soin...


Puis ce fut les deux natives qui avaient interrompu la stratège d'Oarai qui s'avancèrent. Bien qu'aucune des jeunes filles en présence n'étaient réellement rassurée, elles ne pouvaient pas se résoudre à refuser la diplomatie, surtout que les deux femmes montraient bien qu'elles venaient pour discuter et non pas raviver les blessures. Ce fut donc sans même mettre main à son arme que Miho s'avançai, de manière peut être trop imprudente. Mais que pouvait-elle perdre maintenant ? Il n'y avait pas grand chose à craindre, et c'est en gardant en tête ceci que la Nishizumi s'adressa poliment aux deux femmes.

Q... Qu'est-ce que vous souhaitez ?


Malgré la présence du blindé à proximité qui restait à leurs yeux une menace, les natives étaient tout de même moins tendues en s'adressant à la lycéenne qu'elles avaient put l'être en s'adressant à la druidesse, qui avait l'air d'être une très grande figure locale pour se faire respecter autant jusque dans un village au milieu du désert...

"Nous... Nous souhaitions vous présenter nos excuses de ce qu'il s'est passé tantôt, et..."



Néanmoins, la première native fut interrompue par sa camarade qui désigna immédiatement du doigt le cou de la chef de char, en levant ensuite les bras aux cieux, comme pris d'une libération innommable !

"La marque ! La marque ! Le vieux Serisawa avait raison ! Elle porte la marque ! Elles ne viennent pas du Nord ! Elle ne viennent pas des neiges !"


Dès lors, la femme, comme possédée, courut immédiatement vers le village en criant ce qui s'apparentait à la plus grande nouvelle qui a frappé le village pour tout ce mois. A vrai dire, les lycéennes ne comprenaient pas vraiment, jusqu'à ce Miho mette la main au niveau de son sceau, et que tout devienne plus clair... La première native, plus modéré, se pris d'un agréable sourire en apprenant la nouvelle, et dit d'une voix calme :


"Je suis soulagée...Le fait de savoir des Fuyujins à proximité du village aurait empêché tout le monde de dormir. Venez, je suis sûr que tous souhaitent vous présenter leurs excuses, et le repos que vous méritez !"


Accompagnant ses mots d'un signe de la main, la jeune femme commençait à prendre la même direction que sa camarade, pendant que les lycéennes se regardaient, perdues par la rapidité des événements. Mais... Même si c'était soudain, la solution à leurs problèmes s'annonçait, elles allaient pouvoir profiter d'un repas chaud et du confort d'un lit !  Rapidement, la Nishizumi se tourna vers ses amies, affichant clairement un grand sourire.

Nous allons pouvoir nous reposer à l'auberge ! C'est une merveilleuse nouvelle ! Allons-y sans tarder !


Mais, elle fut prise d'un doute lorsqu'elle s'avança d'un pas vers le blindé, se demandant si cela serait une bonne chose que de prendre leur véhicule. Certes, ce n'était pas nécessaire de le prendre, mais si au moins il pouvait être un peu protégé du sable... S'il y avait l'équivalent d'une écurie ou d'un hangar, cela serait parfait, mais c'était à vrai dire peu probable. Miho se tourna alors vers la druidesse, pour lui demander une nouvelle fois poliment conseil :

Est-ce que nous... Nous devrions prendre notre véhicule ? Pour le mettre à l'abri du sable. Même s'il est solide, il... Il faudrait le réparer des coups qu'il a subit, et éviter que le sable ne s'infiltre à l'intérieur.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyMer 07 Sep 2016, 16:10




La peur de l'acier



feat.UN TANK



La rouquine se renfrogna légèrement lorsque l'autre rousse lui expliqua le fonctionnement des zoos. Il s'agissait donc d'endroit où on enfermaient des quantités d'animaux pour les exposer … Soigner, manger, donner un habitat … c'était bien joli tout ça mais ils étaient capable de le faire tout seul à l'état sauvage, tant qu'on ne détruisait pas leurs nids, tant qu'on ne les chassait pas outre mesure, tant qu'on ne leur ôtait pas le pain de la bouche, les animaux pouvaient très bien se débrouiller comme des grands, bien mieux que si on interférait dans leur vie, en tout cas. C'était visiblement un échange inéquitable que proposaient là encore les humains, comme à leur habitude. Dans le monde d'où venait Aki, Gaea n'aurait pas supporté de voir ses enfants ainsi enfermés et aurait trouvé un moyen de les faire libérer, c'était certains. Mais dans le monde d'où ces jeunes filles provenaient, cela ne devait pas fonctionner de la même manière, et elle ne pouvait pas leur en vouloir à elles, c'est pourquoi elle s'abstint de toute remarque négative, gardant son visage légèrement plus fermé qu'à l'habitude comme seule réaction.

Son interlocutrice se présenta ensuite comme Saori Takebe, ce qui était le dernier chaînon manquant à cette longue liste qu'il allait falloir retenir et qui commençait déjà à s'embrouiller dans le cerveau de la Druidesse. Celle ci hocha la tête en remerciement et essaya de se repasser les cinq prénoms dans la tête en les regardant chacune tour à tour. Face à elle, la rousse qui aimait les animaux, Saori. La première qu'elle avait vus, avec l'étrange képi, Miho. Celle qui s'était intéressée aux techniques de soins avec les cheveux les plus sombres, Hana. La deuxième au cheveux foncés, très froide et pragmatique, Mako. Et la dernière qui avait été blessée à la tignasse courte, Yukari (un nom relativement long par rapport aux autres d'ailleurs). Pour l'instant sa mémoire ne lui jouait pas de tour, mais à voir si cela persistait sur la longueur.

Elle le répétait une dernière fois à mi voix lorsque les natives arrivèrent et ne tardèrent pas à dévoiler leurs intentions. Plus que de la simple curiosité à propos les étrangères, elle voulaient avant tout savoir si elles étaient de Fuyu. Avec un léger soupir entendus, l'archère regretta de ne pas avoir posé la question plus tôt. Elle avait oublié à quel point les originaires de Kosaten et quelques élus apportaient une grande importance à la nation de chacun. Après tout ils étaient en guerre, cela aurait dû lui venir tout de suite à l'esprit ! Mais elle n'avait pensé qu'à elle et avait trop crus en sa confiance infini envers la bonne foi des gens, heureusement que ces deux jeunes femmes étaient arrivées et avaient eu plus de présence d'esprit. Elle n'avait pas fait attention jusque là, mais effectivement, Miho portait une marque dans son cou de couleur verte, elle appartenait donc à Minshu. Mais cela ne confirmait pas pour les autres ! Les regardant tour à tour, elle put apercevoir quelques reflets verts et se rassurer sur ce point. C'étaient des élues du serpent, et le village les accueillerait donc.

Se frottant l'arrière de la tête, désolé de ne pas avoir pensé à ce détail plus tôt, la soigneuse réfléchit à la question de la jeune femme. Elles ne pouvaient décemment pas emmener leur moyen de transport à l'intérieur du village, même si les habitants étaient rassurés, elles n'étaient pas à proprement parler de Seika, mais plutôt des alliées, et les natifs risquaient d'être encore effrayés. Elle avait pensé à faire un bouclier, ce serait sans doute le plus facile. Elle hocha donc la tête avant de lui répondre.

Il vaut mieux ne pas le prendre avec vous, cette machine est trop impressionnante, j'en ai bien peur. Il n'y as aucun endroit assez grand je pense, mais je peux créer un bouclier autour qui le protégera du sable et de toute intrusion extérieure, ça ne me prendra que quelques minutes, partez devant, je vous rejoins.

Elle s'attela aussitôt à la tâche, répartissant son Fluide tout autour de l'engin avant de le faire grimper plus haut que son toit pour qu'il puisse se rejoindre au dessus, formant une coupole protectrice et efficace. Elle posa sa main contre, y ajoutant une petite pichenette pour en vérifier la solidité, mais le tout semblait un œuvre parfaite. Avec un sourire, elle rejoint le petit groupe qui s'était déjà un peu éloigné et resta à quelques distances, légèrement derrières elles, pour ne pas les déranger.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyJeu 08 Sep 2016, 16:18



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Assise à la table

Takebe Saori
Assise à la table

Isuzu Hana
Assise à la table

Akiyama Yukari
Dort sur la table

Reizei Mako
Assise à la table



Dans un coin de l'auberge

 Ainsi, selon la rousse aux deux compagnons de fourrure blanche, il fallait mieux éviter d'emmener le blindé au milieu du village. C'était logique après tout, même s'ils étaient prêt à ouvrir les portes de leurs auberges aux cinq jeunes filles, ils ne savaient pas du tout ce qu'était l'étrange chariot qui obéissait dans un vacarme des plus assourdissants à la volonté des jeunes filles. Et donner un cours aux villageois sur le principe et le fonctionnement d'un Panzer IV ainsi que son utilité au sein de la seconde guerre mondiale allait être très difficile... Après tout, cette guerre n'existait même pas en ce monde... Donc oui, il fallait mieux le laisser ici, d'autant plus que la sauveuse des cinq lycéennes se proposait elle-même d'utiliser de ses pouvoirs pour protéger le véhicule du sable et des intrus par le biais d'un bouclier dont elle était la seule à avoir le secret.

C'est en récupérant d'abord Yukari et quelques affaires que les lycéennes laissèrent Aki s'occuper d'assurer la sécurité du blindé. Certes, il n'allait pas pouvoir être volé, dût à sa masse extrêmement conséquente et que personne dans les environs hormis les cinq élues du serpent n'étaient en mesure de piloter le panzer. Aussi dût au fait qu'il terrifiait même les plus courageux villageois, mais c'était une autre histoire.

Parmi les affaires récupérées rapidement dans le tank, il n'y avait pas grand chose en réalité. Le sac de Yukari, inséparable de sa propriétaire, quelques petits objets, mais surtout le fusil de Hana, que la lycéenne préférait avoir sur elle. Après tout, même si les deux femmes s'étaient montrées pleines d'entrain à la vue du sceau de Miho, peut être que tous ne partageaient pas ce sentiment, et qu'ils étaient prêt à profiter la moindre occasion pour terminer ce qu'ils avaient commencés tantôt. Même si elle se refusait de l'utiliser, une situation critique où une vie serait en jeu pourrait lui faire presser la gâchette... Et de plus, elle n'était pas la seule : Miho était elle aussi prête à devoir faire ce choix sans bonne fin s'il arrivait, car par sécurité elle gardait toujours son arme à la ceinture... Même si comme toutes ses amies la moindre idée de blesser était inconcevable.

Ainsi, elles partirent en direction de l'auberge, Yukari étant portée sur le dos de Miho, sa capitaine et surement plus grande amie, à l'exception toutefois de Mako, qui s'était arrêtée à l'entrée du village pour vérifier ce que faisait la druidesse. Non pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, mais la taciturne étudiante se montrait un peu curieuse vis à vis des pouvoirs de la rousse, préférant toutefois observer de loin pour ne pas fausser l'expérience. Après tout, même si selon la rousse il était impossible que les lycéennes puisse acquérir le même pouvoir, ces dernières se disaient avant que la téléportation était impossible et qu'il n'existait pas d'autre monde ou de magie. Au cas où quelque chose de semblable arriverait, la plus jeune préférait être préparée... Elle posa toutefois juste une question à la druidesse lorsque cette dernière revint après avoir fini son bouclier pour le blindé :

Comment faudra-t-il faire pour enlever le bouclier ? Dans le cas où nous devrions partir en urgence, je préférerais le savoir, si cela ne vous gène pas.


Dans tout les cas, elle repartit en direction de l'auberge, pour rejoindre ses amies, qui était déjà toutes installées à une grande table, dans un coin de la salle. Yukari s'était réveillée quelques dizaines de secondes, pour s'installer tout au coin, avant de croiser ses bras sur la table, et de poser sa tête dessus et de directement s'endormir, sans un mot.

Il n'avait en tout cas pas fallut plus de temps pour qu'une bonne foule ne s'amasse aux alentours de l'auberge et sur les autres tables, jetant des regards inquisiteurs envers les lycéennes, qui pouvaient après tout ressentir un certains malaise... Si certains regards indiscrets étant uniquement attisés par la curiosité, d'autres possédaient en eux toujours une peur envers celles qui avaient traversées le village dans un tumulte absolu... Et certains avait des regards encore plus déroutant, après tout, cinq jeunes filles en âge d'être promises était déjà surprenant, car dans ce monde plus antique, se voir passer la bague au doigt était quelque chose se faisant beaucoup plus tôt, et pas forcément par amour... Mais cela n'empêchait pas les jeunes filles, particulièrement Saori, de penser qu'un jour le prince charmant viendrai... Même si c'était loin d'être la priorité.

Pour ce qu'il s'agissait de l'auberge, l'endroit était bien entretenu, dirigé par une femme d'âge mure, qui avait repris l'établissement avec ses deux enfants à la mort de son mari. L'endroit était devenu une affaire familiale après tout, puisque son fils assurait l'entretien des nombreuses planches de l'endroit, et la femme de ce dernier était au service. La fille de la patronne elle était en cuisine, ainsi que son époux. Tous travaillaient en tout cas d'arrache pied dans cette affaire familiale, qui en faisait un point de passage plutôt notable dans le désert, tout en resserrant les liens de ce groupe très soudé, puisque après tout, dans les prochaines semaines, la patronne allait devenir grand mère !

Pour l'occupation, il y avait rarement salle vide, bien au contraire, d'autant qu'aujourd'hui l'attraction du jour était les jeunes filles qui souhaitaient initialement juste avoir un repas et de quoi dormir... Et ça, c'était bon pour les affaires, si bien qu'offrir le repas et la nuit à cinq personnes et probablement à leur sauveuse en une seule soirée n'allait en rien faire chuter le chiffre d'affaire, car étant dans un endroit bien connu, de nombreux habitants du village risquaient de se laisser tenter par la boisson.

Ce fut par ailleurs un bon pichet de bière ainsi que quelques verres que la patronne amena sur la table des lycéennes, uniquement pour les faires patienter en attendant que la cuisine soit opérationnelle pour que les jeunes filles puissent faire leur choix... Mais à vrai dire, intimidées entre les regards des autres et la grande quantité d'alcool au milieu de la table qu'elles devaient au moins goûter par politesse ou refuser en invoquant une loi d'un autre monde, elles ne savaient pas du tout ce qu'elles allaient pouvoir faire.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyJeu 08 Sep 2016, 18:16




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Celle qui s'appelait … Mako, demanda comment ôter le bouclier. C'était une très bonne question. Aki ne l'avait utilisé jusque là que pendant des combats, et il avait toujours été détruit par les coups de son adversaire, que ce soit Zayro, des créatures, Kamatari ou même Lilith. Elle se demandait si elle pouvait elle même désolidariser son Fluide ou permettre à une des jeunes filles de le faire, mais cela ne lui semblait pas être possible. Elle allait donc devoir attaquer son propre bouclier, une méthode certes risible, mais qui aurait l'avantage de marcher sans trop de difficulté, en tout cas, elle l'espérait. Ses mots de contact devraient suffire.

Il faudra faire appel à moi, j'en ai bien peur. Je détruirais moi même le bouclier, je ne vois pas d'autre moyens.

Elles se dirigèrent ensuite, grand groupe composé de 5 jeunes filles, une Druidesse à peine plus âgée et deux animaux vers l'auberge du village qui n'était pas aussi accueillante que la rouquine l'avait espéré. Les regards n'étaient pas tous accueillants, et certains étaient pleins de désir envers les lycéennes, ce qui était proprement répugnant. Personne n'osait avoir le même genre d'oeillades vers l'archère, qui était trop connue en tant qu'élue, et dont certaines rumeurs parlaient comme d'une furie dès lors qu'elle s'énervait, mais ils n'hésitaient pas à faire des clins d'oeils aguicheurs aux nouvelles arrivantes. Rapidement, ils récoltèrent en retour des regards assassins de la part de la guérisseuse qui avait noté tous leur faciès dans le but d'être beaucoup plus méfiante avec eux qu'avec le reste des habitants.

Quelques bières furent disposées au milieu de la table mais la Nishiie refusa poliment la sienne, révélant la vérité, soit qu'elle était beaucoup trop sensible à l'alcool et que, depuis une mésaventure, elle avait refusé de n'en boire ne serait ce qu'une goutte. Les cinq conductrices avaient aussi l'air d'être interloquée par les énormes choppes qu'on leur avait confiée, mais n'osèrent pas avoir la franchise de l'archère qui leur adressa un petit sourire avant de commencer à parler. Après tout, elle était très curieuse de qui elles étaient, et de l'endroit d'où elles venaient, ce lieu chaud et bruyant était sans doute le meilleur pour en parler, tant qu'elle pouvait lancer des regards noirs à ceux qui tendaient un peu trop l'oreille.

Et alors, vous êtes ici depuis longtemps ? En Kosaten je veux dire. Et vous ne m'avez toujours pas expliqué ce qu'était cette étrange machine qui est restée dehors ! Je suis curieuse d'avoir vos explications, vous semblez beaucoup y tenir … Ah tiens et d'ailleurs, vous venez du même monde ? Vous avez l'air de bien vous connaître …

Elle remercia la tenancière qui lui avait apporté un verre d'eau et le but lentement en attendant la réponse du petit groupe. A ses côtés Mune et Mizu étaient toujours présents, attendant avec impatience d'être nourris eux aussi. Lorsqu'il fut le moment de décider quoi manger et que les cuisines se furent rouvertes, elles eurent même le luxe d'avoir une longue liste des différents plats possibles. Décidant qu'elle allait en profiter, la Seikajin proposa à ses cinq interlocutrices de prendre un repas complet, ce que elle n'hésiterait pas à faire. Elle demanda une talemousse (tartelette garnie de pâte à choux) et des pâtés de viande comme de champignons. Ce serait suffisant pour ce qu'elle considérait comme l'entrée. Cela faisait longtemps que la guérisseuse ne s'était pas délecté d'un repas copieux, et elle ne s'en priverait pas.

Entendant cette commande et celle des autres, la patronne hocha la tête et lança un regard suspicieux à l'élu du phénix, se demandant si celle ci allait les ruiner. Ce n'était clairement pas son intention, et elle avait déjà en tête de les payer, ou du moins une partie, en douce avant de repartir, mais elle ne pouvait pas blâmer la patronne de ne pas savoir cela, aussi lui répondit elle par un simple sourire rassurant.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyVen 09 Sep 2016, 09:39



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Assise à la table

Takebe Saori
Assise à la table

Isuzu Hana
Assise à la table

Akiyama Yukari
Dort sur la table

Reizei Mako
Assise à la table



La machine

A vrai dire, Mako ne fut pas déçue ou autre de la réponse de la druidesse, et ce malgré le fait d'apprendre que ce qui devait protéger le blindé du sable et des intrus coupait totalement toute les portes de sortie à l'équipage, qui ne pourrait se résoudre à abandonner dans la nature leur blindé, tant elles s'étaient attachées à chaque imperfection, à l'inconfort des sièges et au moteur parfois capricieux. Même si la bête n'était que de métal et de soudure, elle était membre à part du groupe que les jeunes filles formaient, ne faisant toutefois pas vraiment la discussion, mais étant plus sur les actes.

Néanmoins, ce ne fut pas avec le sourire non plus que la pilote pris cette nouvelle. Elle ne faisait qu'enregistrer l'information, dans le cas où elle et ses amies seraient amenées à prendre une décision critique. Plus que la puissance et le talent, la stratégie et le renseignement faisaient penchés la balance pour la victoire, et c'était ce qui avait été démontré lors de tout leur parcours bien que chaotique au sein du tournoi national, où elles étaient parvenues jusqu'au sommet pour sauver leur école.

Ce fut donc sans un mot, juste un simple signe de tête pour faire comprendre qu'elle avait saisis qu'elle, la rousse ses deux créatures rejoignirent le reste du groupe, formant surement la table la plus enviée de ce monde si particulier qu'était celui où elles venaient de poser les pieds.

Lorsque les premières boissons furent servies, toutes regardèrent la femme refuser poliment son alcool, avant de toute penser en même temps de suivre son exemple. Elles étaient mineures après tout, et ce n'était pas parce qu'elles n'étaient plus chez-elles qu'il fallait céder à la tentation et à la débauche ! Et de plus, aucune d'entre elle n'avait vraiment envie d'essayer actuellement, l'ambiance n'étant pas vraiment à la fête, mais plus à une certaine appréhension de ce que pouvait leur réserver l'avenir au sein de cet établissement. Ce fut en tout cas la plus âgée de 6 personnes assise à la table qui ouvrit la discussion sur un terrain plus tranquille et plus relaxant qu'avait put l'être les récents événements. Ce fut en tout cas la capitaine qui prit ses responsabilités pour expliquer, pendant que Mako affichait sur son visage une tête aussi épuisée qu'avait put montrer Yukari avant de dormir.

Et bien... Nous sommes arrivées il y a une semaine environ, dans ce qui s'apparente aux Grand Canyons. Nous avons eu en tout cas beaucoup de chance d'arriver toutes ensemble ici et hormis quelques petites blessures suites à une grande chute, en bonne santé...


Pour ce qui s'apparentait au blindé, c'était vrai que le groupe lui devait depuis longtemps des explications. Yukari la passionnée n'étant pas vraiment disponible pour parler, cette tâche allait devoir être effectuée par l'une des autres... Mais cela allait attendre encore un tout petit peu, puisque la tenancière revenait avec un verre d'eau pour la druidesse, et il fallait bien que les lycéennes puisse s'hydrater avec autre chose que... Cet alcool.

Hum, excusez-moi de vous demander cela, mais de là d'où nous venons nous ne pouvons pas boire d'alcool. Serait-il possible que nous puissions avoir de l'eau ? Oh, et un jus de fruit pour Mako, c'est important pour elle, sinon elle risque de se sentir mal !


La rousse était certes un peu exigeante, déjà qu'elle se faisait offrir son repas par cette femme, mais avait accompagnée sa demande de quelques politesse et d'un beau sourire, ce qui après un soupir de la femme fut accepté. Miho reprit donc son dialogue, parlant cette fois-ci donc du blindé :

Pour ce qui s'agit de notre machine... C'est un Panzer IV, modèle Ausf.D, utilisé par l'armée allemande au cours d'une des grandes guerres qui ont frappé notre monde il y a longtemps. Pour vous aider, ce type de véhicule, nommé tank ou blindé, sert à percer les lignes ennemis tout en permettant aux soldats à cotés d'avancer. Mais...


A vrai dire, Miho se perdait un peu dans ses explications, ne savant pas vraiment si la druidesse connaissait les bases des méthodes de guerres du 20ème siècle, comme le principe des tranchées, des couvertures et des fusils... Et devoir expliquer plusieurs siècles de technologie en un repas s'annonçait comme une tâche ardue... Mais néanmoins, Hana décida de prendre le relais, pendant que les verres d'eau et un verre à la couleur verte/Orangée arrivaient.

Ces véhicules ont totalement changé la manière de combattre, si bien que là d'où nous venons, il existe une discipline sportive qui oppose plusieurs blindés tel que le notre, nommée "Panzerfahren", qui permet à des jeunes filles telles que nous de pratiquer cet art dans un esprit sportif. Et bien évidement, sans toutes les peines qui vont avec la guerre...


La fin de cette tirade avait été dite de manière un peu triste par la tireuse du blindé, sentant bien qu'après tout dans les origines, les tanks étaient des armes faites pour tuer, pour gagner des guerres... Fort heureusement que ces machines étaient devenues fantastiques grâce à ce sport, qui aux yeux de n'importe quelle personne d'un autre univers paraîtrait des plus improbables... Posant sa main sur l'épaule de son amie, la Nishizumi remercia d'un signe de tête, avant de conclure sur qui elles étaient :

Et pour vous répondre, en effet nous venons toutes du même monde et de la même académie, Oarai. Et si à la différence de notre monde où c'était lors des rencontres sportives que nous utilisions notre blindé, ici il est surement notre moyen le plus sûre d'avancer... Et puis, nous y sommes toutes beaucoup attachées après tant de temps passés avec.


A ces mots, Saori ne put s'empêcher de rajouter son petit commentaire, en regardant rapidement les deux petites boules de poiles rangées à proximité de la druidesse :

Il est comme notre ami, même s'il ne mange pas la même chose qu'un animal et qu'il demande de l'entretien beaucoup plus... Manuel, mais c'est s'en occuper tout les jours, et c'est à mes yeux aussi important que de le conduire, même si c'est très salissant.


C'était avec un petit souvenir que la Takebe avait conclu, en repensant au début à son refus total de toucher la rouille ou le cambouis du Panzer, alors que maintenant ses mains en avait toujours une petite odeur, lui rappelant qu'elle était devenue plus forte et plus féminine avec cet art !

Pour ce qui s'apparentait à la nourriture, la belle-fille de la gérante arrivait, trahissant par ses rondeurs un état de grossesse avancé. Mais malgré cela, elle continuait d'épauler sa famille avec soin, ayant juste le droit de prendre plus de pause que nécessaire. Sa santé était tout de même primordiale. Après quelques dizaines de secondes à parcourir des yeux la liste des plats, les lycéennes se mirent d'accord sur des petits pains au blé, au millet et au soja. C'était assez classique dans l'esprit, mais elles ne préféraient pas se dépayser totalement. Elles avaient encore de longs moments devant elle pour goûter les spécialités locales.

Ce fut en tout cas pendant le temps d'attente et de préparations de la commande que Saori, après avoir forcée Mako à boire un peu de son jus de fruit pour la remettre un peu d'aplomb, avec un succès mitigé, tourna son regard vers l'autre rousse de la table pour lui demander avec une certaine curiosité :

Tout ces gens ont en tout cas l'air de beaucoup vous respecter. Est-ce que vous êtes une sorte de... Figure locale ? Ou bien même une star ?


A vrai dire, il était peu probable qu'une star puisse véritablement voir le jour dans Kosaten, tant les moyens de communication restaient archaïques... Mais il n'était pas faux que certains élus soient dotés d'une certaine réputation, mais à vrai dire, les lycéennes étaient encore trop inexpérimentées sur ce monde pour s'en rendre compte. Il serait très improbable que la druidesse ne révèle une identité d'idole du net, chantant et dansant sur scène... Très très improbable...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyVen 09 Sep 2016, 17:37




La peur de l'acier



feat.UN TANK



Ce fut la brune au képi qui commença à répondre aux questions de la rouquine en première. Celle ci lui expliqua que cela ne faisait pas longtemps qu'elles étaient arrivées, débarquant dans les grands canyons. De sa mémoire géographique assez pitoyable, la Druidesse se souvenait que ceux ci étaient dans l'empire de Seika, pourtant la majorité des élus tombaient dans les territoires neutres, ou dans leur propre nation ! C'était donc assez étonnant de voir cinq élues de Minshu arriver, certes, chez leur alliés, mais aussi loin de ce qui était désormais ''chez elles''. Une semaine était un temps bien court, et elle devait avoir encore beaucoup de choses à apprendre, mais au moins avaient elles l'air au courant des bases de la survie en Kosaten, même si celles ci devaient varier selon les individus et l'appréhension de chacun.

Si vous avez des questions à poser, je ne verrais aucun soucis à y répondre, c'est toujours un plaisir de venir en aide à des personnes sympathiques.

Elle sourit légèrement et approuva d'un hochement de tête le choix de Saori qui commandait de l'eau et un jus de fruit pour l'une de ses amies (étrange, pourquoi juste elle, d'ailleurs?). Il valait mieux en effet qu'elles prennent garde après toutes les émotions qu'elles avaient subis durant cette journée, rien de bon ne pouvait arriver d'un abus d'alcool quand on était déjà déstabilisé par un élément extérieur. Miho continua ensuite à répondre à la question de l'archère, cette fois ci, la discussion portant sur leur étrange machine. A cette occasion, elle proféra un nombre astronomique de mots que la Seikajin n'avait aucune chance de comprendre : Panzer, Ausf.D, tank, blindé … Mais elle comprit grossièrement de sa tirade qu'il s'agissait d'un véhicule de guerre dont la fonction principale était de faire des gros trous dans les lignes adverses, d'où sa taille et son apparence impressionnante ! Mais que faisait de si jolies jeunes filles avec des armes destructrices comme celle ci ? Cela ne semblait pas non plus correspondre à leur caractère ou à ce qu'elle avait pus voir de la pauvre Yukari qui n'avait visiblement pas l'habitude d'être blessée.

Heureusement, Hana répondit bien vite à toutes ces questions informulées lui expliquant que, là d'où elles venaient, ces véhicules avaient perdus leur vocation première pour servir d'engin de sport. L'idée paraissait assez risible à la guérisseuse, mais après tout, les humains avaient parfois d'étrange lubies, elle hocha donc la tête à l'explication de la brune ainsi qu'à celle de la fille aux cheveux courts et châtains lui racontant qu'elles venaient toute du même monde, ce qu'elle avait finis par déduire de ces explications. Saori, l'autre rousse, ajouta même sa propre explication, parlant de l'attachement qu'elle ressentait envers la machine. C'était un concept quasiment impossible pour la soigneuse, c'était un véhicule, et non pas un être vivant, mais elle avait arrêté d'essayer de comprendre certains élus, parmi eux il y avait des gens trop étranges. Un peu plus tard, après que la nourriture soit arrivée, la dernière à avoir parler repris, pour poser une question cette fois, qui tira un léger sourire à l'élue du phénix.

Une figure locale peut être … Disons que je suis arrivée depuis deux ans en Kosaten, et que je n'ai pas chômé depuis, alors certaines personnes de la région proche de Chikai commencent à me connaître un peu, mais je suis loin d'être une célébrité. Quant à ce mot .. star, c'est ça ? Je ne vois pas vraiment ce que cela peut être, c'est un type de personnalité dans votre monde ?

Le temps passant et les discussions allant bon train, la taverne se vidait peu à peu, ne laissant plus qu'elles attablées. Lorsque Mune bâilla largement, dévoilant ses petits crocs pointus, Aki sut qu'il était sans doute temps pour elle de se retirer pour profiter d'une nuit de sommeil bien mérité, ce qu'elle ne tarda pas à faire savoir à ses interlocutrices.

La journée à été riche en émotions, vous ne trouvez pas ! Je ne dirais pas non à un lit moelleux et au calme d'une chambre … Nous aurons tout le loisir de parler encore demain, si cela vous chante !

En disant cela, elle avait légèrement décaler sa chaise, se laissant l'espace pour sortir dès que les jeunes filles auraient approuvés sa décision.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 10 Sep 2016, 11:53



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Dans la chambre,
arme en main

Takebe Saori
Dans le couloir

Isuzu Hana
Contre un mur du couloir
arme en main.

Akiyama Yukari
Dans la chambre,
sous le choc

Reizei Mako
Dans le couloir



Cauchemar

Même si depuis le début de la rencontre entre les cinq lycéennes et la jeune femme la situation ne s'était pas vraiment relaxée, donnant l'impression en grande partie vraie à la Nishizumi qu'elle et ses amies étaient totalement dépendantes du soutien de celle qui se dévoilait comme une sorte de figure locale, la discussion accompagnée d'un repas partagée avait réussi a calmer les nerfs un peu à vifs des jeunes filles.

Chacune prenant de manière irrégulière plusieurs gorgées d'une eau saine et rafraîchissante à la fin d'une journée qui avait été placée sous la chaleur du désert et les tensions à l'entrée du village. Mais tout rentrait dans l'ordre, et même si trouver le sommeil en cet endroit n'allait pas être la chose la plus évidente, loin de là... Mais avant de chercher le réconfort d'une longue nuit de sommeil, il allait d'abord falloir se remplir l'estomac !

Ce fut pour ce motif que Yukari fut lentement extirpée de son sommeil, légèrement secouée par ses amies. Elle restait toutefois pleinement comateuse, amenant juste un petit pain à sa bouche pendant qu'elle se tenait la tête en se frottant les yeux, essayant de se situer à la fois dans le temps, dans l'espace et dans la conversation de ses quatre amies et de la femme qui l'avait soignée tantôt... Mais elle aurait surement le droit à son lot d'explication dans la soirée, de la bouche d'une de ses camarades.

Pour ce qu'il s'agissait de cette discussion par ailleurs, elle progressait à bon rythme. Comme indiquée précédemment, la druidesse s'était indiquée comme une personne plutôt populaire dans les environs, mais pas au même niveau qu'une véritable star. C'était compréhensible après tout, vu le manque de média. Mais pour être une personne de renommée, la druidesse ne devait pas l'avoir déméritée, loin de là... Même si elle ne comprenait pas réellement ce qu'était une star pour tout dire, chose que corrigea sans attendre Saori :


Une star c'est quelqu'un qui est très très très connue ! Que tout le monde sait qui est cette personne, et qui brille... Comme une étoile en fait. Généralement pour des chansons, des films, mais parfois pour des raisons en fait... Enfin, pour simplifier... C'est comme une célébrité en fait.


Si la rousse avait simplifier au final son explication, c'était que venant d'un monde différent où les tanks n'existaient pas, il était probable que les grandes productions de films et les plus grandes chansons qui avaient fait danser et vibrer les cœurs de nombreuses personnes sur cette terre. Il valait donc mieux tenter de ne pas complexifier les choses à vrai dire... Mais ce fut néanmoins la capitaine qui reprit, en profitant de la bontée de la druidesse pour lui demander quelques renseignements dont elle ne mettrait pas du tout en doute la certitude de ces informations.

Est... Est-ce que vous savez à combien de jour est encore Chikai ? Nous comptons nous y rendre pour découvrir pleinement ce nouveau monde et avoir de quoi assurer l'entretien de notre véhicule avant  de prendre la route vers Minshu. Je crains juste que nos réserves ne suffisent pas... Déjà, c'est un miracle que nous parvenions toujours à avancer...


Mais ces inquiétudes n'empêchèrent pas la soirée de continuer. Les jeunes filles terminant les petits pains avec appétits, elles continuèrent et conclurent leur repas par un bouillon de légume manquant certes d'épices, mais cuisiné avec attention par une personne semblait expérimentée. Ce n'était pas une première, et ce n'était pas la dernière pour la maîtresse de cuisine.

En tout cas, les curieux qui avaient envahis le bâtiment tantôt étaient tous partis, ayant bien vu que les jeunes filles n'étaient pas une menace pour le village. Il fallait dire que la présence de la rouquine aux deux animaux aidait grandement pour obtenir la confiance des villageois, étant donné qu'elle était... Une sorte de star. C'était en tout cas non sans quelques verres qu'ils avaient quitté le bâtiment, laissant tout de même une certaine odeur d'alcool imbibé le bois. Certains, un peu trop éméchés, avaient du être raccompagnés par leurs camarades, tandis que d'autres continuèrent leurs investigations au niveau du Panzer, mais ne purent véritablement l'étudier que par leurs yeux, grâce au bouclier que la druidesse avait mit.

Et... Comment est-ce que vous avez rencontrée ces deux mignons petits animaux ?


Décidément, Saori ne lâchait pas l'affaire, souhaitant tout savoir sur ce qui concernait ces petites boules de poils... Qui sait, peut être comptait elle apprendre de l'expérience de cette femme, qui avait sût tisser un lien très fort avec ces deux créatures... Peut être que les garçons agissaient de la même manière ? Rien n'était impossible après tout.

Mais néanmoins, lorsque la druidesse se retira pour aller dormir, les lycéennes n'avaient à vrai dire pas vraiment plus de raisons de rester éveiller. Toutes tombaient de fatigues, éreintées par cette journée difficile et par ce qui allait les attendre demain, à savoir l'entretien du blindé pour avancer jusqu'à Chikai, sauf si la capitale n'était plus très loin, ce qui reporterait d'une journée ou deux les réparations. C'est donc une fois leurs verres vides et leurs ventres pleins qu'elles partirent se coucher...

*****

Musique

Miho et Yukari avait été désignée d'office pour dormir dans la même chambre. Dans la volonté de ne pas trop abuser de l'hospitalité de la tenancière, qui avait déjà donné un repas complet aux jeunes filles, elles ne comptaient prendre que deux chambre. Comme les deux précédemment nommées avaient été un peu blessées au cours de la journée, il fut décidé que les deux n'auraient pas à subir la présence d'une autre de leur camarade. Ce fut donc dans la seconde chambre que Saori, Mako et Hana se partageaient les lits, mais cela ne posait pas réellement de problème... Après tout, vivre constamment dans le blindé avait renforcé encore plus les liens déjà très forts qui les unissaient.

Mais la nuit était trop belle pour continuer ainsi, et c'est par le son de quelques pas grinçant sur le plancher ainsi que par l'ouverture timide de leurs portes que la chef de char et sa chargeuse se réveillèrent lentement, essayant de comprendre ce qui était en train de se produire, mais trop tardivement...

En un instant, Miho fut plaquée au fond de son lit, une main collée contre sa bouche empêchant le moindre cri de sortir, tandis qu'une petite lame d'acier mal forgée était collée contre son cou, prête à lui trancher au moindre signe de résistance. Yukari n'eu elle même pas le temps de réagir, plaquée contre un mur, une main sur sa bouche pendant que quelqu'un était en train de la maîtriser par l'intermédiaire d'une clé de bras. Les deux étaient en train de se faire agresser, et c'est une voix masculine qui les angoissèrent encore plus dans cette pièce illuminée par une simple bougie, posée sur le sol :

J'espère que vous avez bien profitées ! J'espère que c'était agréable d'abuser de ce que nous avons offert, alors que vous ne venez que pour une chose, nous affaiblir ! C'est à cause des êtres comme vous que le monde se tord de douleur... Et ce sera bientôt votre cas !


Il ponctua sa phrase d'un rire trop sadique pour être tranquille, mais limiter pour ne pas réveiller les autres personnes de l'auberge... En particulier la druidesse qui avait pris sous sa protection les jeunes filles pour la journée... Mais ce fut une voix venant de derrière eux qui les fit tourner la tête :

Lâchez-les ! Tout de suite !


La forme si particulière de cette fille venant pourtant de bonne famille, postée dans l'encadrement de la porte avec son fusil en joue, pointant sans aucune retenue l'agresseur de Miho. Ses longs cheveux noirs, encore totalement désordonnées par son réveil brutal, était de paire avec la tenue très légère qu'elle portait actuellement, ayant juste pris son arme pour s'enquérir de la situation...

Je ne me répéterai pas, lâchez-les !


C'était d'une voix extrêmement déterminée que la tireuse du blindé arborait en cette soirée, parlant fort pour bien se faire comprendre, tandis que seul un des ses yeux était ouvert, aligné sur le viseur de l'arme en pointant non sans une certaine peur au ventre ces hommes qui étaient venu leurs causer du tort.

Pour qui te prends-tu, sale catin ?! Ton amie, je vais la dépecer devant tes...


Il ne fallut pas une seconde de plus pour que l'Isuzu appuie sur la gâchette, pour la première fois avec une telle arme, envoyant le projectile en direction de l'individu qu'elle avait machinalement visé avec la plus grande précision. Une personne immobile, à une distance si faible... Elle ne pouvait manquer son tir. Mais pourtant, elle qui avait tant appuyé sur la gâchette du canon principal du Panzer IV, elle qui avait détruit un nombre impressionnant de blindé par sa précision hors du commun, ayant portée le coup fatal au Tigre I de Maho Nishizumi, ayant détruit le Maus de Kuromorimine.... Malgré son calme apparent dans cette nouvelle situation de crise, elle avait des sueurs froides, qui coulaient le long de ses joues. Ce fut le meilleur choix... Ce fut le seul qu'elle était en mesure de prendre.

La balle de métal fonça dans une détonation qui dut réveiller en sursaut tout le village, et se logea directement dans la clavicule de l'individu, qui tomba au sol dans un horrible cri de douleur en se roulant au sol, blessé, mais pas mort, comme l'avait souhaité la grande aux cheveux sombres, qui actionna telle une machine le mécanisme à verrou du fusil.

Mais pendant qu'elle faisait cela, le second mécréant couru vers elle, balançant l'Akiyama pour tenter d'assassiner Hana, que réussit par miracle à faire reculer son attaquant d'un mouvement de crosse du fusil... Mais son adversaire était plus fort, plus rapide, plus expérimenté qu'elle, et il était fort probable que si la confrontation le pire puisse arriver... Donnant un coup de pied, l'homme envoya dans le couloir l'Isuzu, qui fut quelque peu sonnée par cette attaque, pendant que son agresseur s'approchait d'elle, lame en main...

Néanmoins... Trois détonations surprirent l'homme dans son dos. Si la première balle ne passa pas le cadre de la porte, en s'incrustant dans le bois, les deux autres l'atteignirent, le blessant à la hanche gauche et à l'épaule droite, le faisant lâcher sa lame pendant qu'il s'effondrait...

La Nishizumi, toute tremblante, en était responsable. Après tout, son arme fut posée sur la table de nuit, comme pour la rassurer en cas d'attaque... Mais si elle n'avait pas été suffisamment vigilante pour s'en saisir rapidement lorsque les hommes étaient rentrées dans la pièce, elle avait put protéger son amie...

Il ne fallut en tout cas pas plus de temps pour que Saori et Mako ne rejoignent le trio, constant avec horreur les deux blessées, mais surtout les regards terrifiés des trois, qui venaient de manquer de peu de mourir, et qui avait du tirer sur des gens... Des êtres humains, dont le visage avait été vu de nombreuses fois dans la journée...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 10 Sep 2016, 16:18




La peur de l'acier



feat.UN TANK



On lui expliqua le concept de ''star'' qui lui semblait particulièrement inutile et surfait, surtout en Kosaten. Être très très très connus, ici, c'était une mauvaise idée ! Zayro Jinn, par exemple, pouvait facilement être reconnus, quel que soit l'endroit où il allait, car on le connaissait trop, c'était un sacré désavantage si il voulait s'infiltrer quelque part, son visage était affiché sur des avis de recherche, son nom dans toutes les bouches, parfois même celles de mères quand leurs enfants ne voulaient pas aller dormir « vas te coucher ou j'enverrais Zayro Jinn t'y forcer », « finis ta soupe sinon c'est Zayro Jinn qui viendras te manger ». Aki avait une petite renommée , mais elle était loin d'être aussi connue que lui, et bien heureusement. Lorsqu'elle avait voyagé dans les territoires de Fuyu, personne ne l'avait reconnus ou n'avait compris lorsqu'elle avait dit son nom, tant qu'elle gardait son sceau correctement caché. Ici, on la connaissait surtout pour s'être occupé de malades dans quelques petits hôpitaux, et pour quelques coups de sang qu'elle avait pus avoir, rien d'extraordinaire.

Miho lui demanda à combien de jours de voyage se trouvait encore Chikai, la capitale ensoleillée. Pendant quelques secondes elle réfléchit posément. Avec ses ailes elle pourrait y retourner en une simple journée, mais que pouvait être la vitesse de déplacement de leur moyen de locomotion plus qu'étrange ? Elle l'avait vus naviguer dans le village à une vitesse plus que lente, mais elle ne pouvait dire si c'était là leur rapidité de déplacement habituelle. Elle choisit donc de leur donner les temps à pieds, qui étaient une référence que tout le monde pouvait comprendre.

Chikai est à environ 2 ou 3 jours à pieds. Vous n'y êtes encore jamais allé ?

Leur discussion se poursuivit sur le ton de la badinerie jusqu'à ce que que Saori, celle qui avait les cheveux roux et ne faisait que parler d'animaux, et plus précisément, des deux qui accompagnaient l'archère, revienne à la charge en demandant à Aki comment elle les avait rencontré. L'histoire était longue, la guérisseuse choisit donc d'en donner une version abrégée.

Mizu s'était enfuie de là où elle vivait avant, et quand je l'ai retrouvé, elle était au bord de la mort, je l'ai soignée et depuis nous sommes inséparables, c'était dans mon monde. Mune, en revanche, je l'ai trouvé ici. Nous étions à la forêt luxuriante, à Minshu, et je l'ai croisé. Il m'as tout de suite rappelé la renarde, et lui m'as parlé de sa race, du fait qu'il en était l'unique représentant qu'il connaissait, qu'il devait se lier avec quelqu'un pour survivre, et qu'en tant que Druidesse, j'étais la mieux placée pour cela. Nous avons donc conclus un pacte magique, et il voyage avec nous depuis ce jour.

Un peu plus tard, chacune se retira dans sa chambre pour aller dormir. La Seikajin avait voulus en avoir une pour elle seule, même si les autres en partageaient deux, après tout, cela avait été leur choix. Se posant avec un soupir de soulagement sur le lit au matelas maigre qu'on lui avait donné, elle ne tarda pas à s'endormir d'un sommeil profond dont les rêves n'ont qu'une moindre importance. Les deux animaux firent de même, contents de ne pas avoir à monter la garde, et profitant de la relative sécurité que proposait l'auberge. Au bout de quelques heures, la Nishiie se sentit à demi réveillée par quelque chose, ce n'était pas du bruit, pas encore, mais la sensation que le Fluide ne circulait plus normalement dans les pièces voisines. Des intrus !

Lorsqu'enfin cette information remonta jusqu'à son cerveau, elle bondit hors de son lit, enfilant sa chemise et son hakama en une seconde chrono et se précipita là où celle qui ressemblait à une chef et la blessée aurait dû dormir paisiblement. Entre temps, plusieurs coups sourds résonnèrent, mais elle ne pouvait mettre aucun nom sur l'origine de ces bruits qui lui étaient étrangers. Le spectacle qui l'attendait était surprenant. Deux hommes au sol, tous les deux blessés gravement mais se tortillant sous la douleur, Yukari et Miho visiblement choquées, et Hana, qui ne devait pas être là. Ouvrant des yeux ronds, l'archère resta immobile quelques secondes.

Que s'est il passé ici ?

Lança t-elle, la voix tremblante de colère alors qu'elle commençait à relier les morceaux du puzzle entre eux : deux hommes qui n'avaient pas arrêté de lancer des regards en coin toute la soirée, dans la chambre de deux filles … que ce soit par convoitise ou par haine, leur présence ici était toute calculée.



Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 10 Sep 2016, 19:49



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Dans la chambre

Takebe Saori
A coté d'Hana

Isuzu Hana
Contre un mur du couloir

Akiyama Yukari
Dans la chambre
soutient Miho

Reizei Mako
Face à Aki



La vue du sang

Est-ce que le pire était passé ? Est-ce que le pire était derrières les cinq jeunes filles qui avaient déjà rien qu'aujourd'hui froler la mort à deux reprises par leurs simples présences dans ce village qui ne semblait pas vouloir d'elles ? Leurs agresseurs aux sinistres desseins étaient au sol, blessés mais pas morts, tandis qu'aucune d'entre elle n'était blessée, tout du moins si l'on excluait une petite coupure dût à la pression de la lame d'acier sur le coup de Miho et quelques bosses pour Yukari... A vrai dire, aucune ne le savait, et aucune ne voulait imaginer que la situation ne puisse s'envenimer d'avantage...

Hana avait posé lentement posée le K98k à proximité d'elle, dans l'optique qu'elle ait encore à s'en servir si, dans un sursaut d'orgueil, les deux individus ne face l'erreur de vouloir encore faire du mal à l'une de ses amies... Si l'un d'eux osait, cette fois-ci elle ne viserait pas exprès l'épaule de ces hommes, mais bel et bien un endroit vital, dans le but de le neutraliser suffisamment longtemps... Et seul les dieux peuvent connaître la lassitude de l'éternité...

Mais dès que son arme fut a terre, son regard se perdit dans les gerbes de sang qui parsemaient à plusieurs endroits le corps de son agresseur, qui était juste devant elle, blessé et tentant vainement de serrer les dents pour ne pas paraître encore plus pitoyable qu'un chien agonisant, mais ses cris, bien qu'étouffés, laissaient présagés de toute la douleur que l'être subissait et ce à chaque mouvement, à chaque instant... Et même si cela avait probablement été la meilleure solution que l'Isuzu avait eu, elle était forcée de contempler pleinement toute la violence à laquelle la folie de l'espèce humaine n'avait de réponse que cette même violence...

Réprimant un haut de cœur, la tireuse ne put mettre que sa main droite devant sa bouche, pendant que dans sa tête chaque seconde se mélangeait, devenant une spirale infini où les mêmes scènes se répétaient sous le seul dogme du chaos. Son tir, accompagné des craquements brusques des os percés par le métal, laissant une trainée de sang sur le mur, et lorsque son agresseur s'effondrait devant elle, touché par deux balles qui n'étaient même pas sorties de son corps...

A moindre mesure, ce choc était partagé par ses camarades. Saori et Mako, dans un premier temps, étaient dans le couloir, sous le choc de ce sang, de ces blessures... La rousse avait les deux mains devant sa bouche, ne savant pas du tout comment réagir au fait que son amie venait d'ouvrir le feu sur une personne, et même Mako, qui montrait habituellement beaucoup moins ses émotions, avait entrouvert la bouche de surprise, tandis que ses yeux écarquillées ne pouvaient quitter la scène.

Dans la chambre, c'était la même horreur, Yukari ne savait pas du tout quoi faire, à la fois sous le choc d'avoir été menacé juste avant, mais tout autant paniquée d'avoir vu deux de ses meilleures amies tirées sur quelqu'un... Mais ce n'était rien quand à la Nishizumi, qui, tombant à terre sur ses deux genoux sans prendre le soin de poser lentement son arme a terre, semblait totalement pétrifiée, haletant sous l'adrénaline de son corps qui ne se dissipait pas. Elle avait tirée dans la panique, et c'était uniquement par chance que l'homme n'ait pas été mortellement touché par les balles de 9mm du Luger P08...

Mais l'arrivée abrupte de la druidesse, probablement réveillée par les détonations ou les cris, ne changeai rien au choc qui venait de se dérouler pour les jeunes filles. Hana et Miho étaient toutes deux totalement paralysée, et ce fut Saori qui la première se précipita vers la grande aux cheveux sombres, pour la prendre dans ses bras, l'empêchant involontairement d'avoir accès à son arme, mais la situation était sous contrôle... Pendant que, dans la chambre, Yukari s'était rapprochée de Miho, et l'aidait à se relever en la prenant sur son épaule... La première chose à faire était de quitter les lieux, de l'amener déjà dans l'autre chambre, avant de céder aux larmes... Mais malgré cette initiative, l'Akiyama peinait à avancer, comme si elle boitait, son corps trop marqué par le choc de ce drame traumatisant pour elle...

Mako quand à elle s'avançait, le regard perdu, pour finalement trouver le regard de la druidesse, l'air suppliante pendant plusieurs secondes, avant de tourner le regard vers la chambre et vers Hana... Avant de tourner la tête d'un coup sec vers l'entrée du couloir, où un grand nombre de pas se faisait entendre. Quel serait le meilleur choix ? Les jeunes filles risquaient d'être accusées de l'agression de ces deux locaux... Mais qu'importe la vérité, elles ne pourraient longtemps dans cet endroit. Le départ se ferait rapidement... Restait à savoir s'il devrait se faire en trombe ou non...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptySam 10 Sep 2016, 20:49




La peur de l'acier



feat.UN TANK



La tension dans l'air était palpable alors que les deux hommes souffraient le martyr, au sol. Personne ne daigna répondre à la question de la Druidesse qui avait fait ses propres déductions, et commençait déjà à calculer la marche à suivre pour ce qui allait arriver. Visiblement elle n'était pas la seule et les deux autres filles qui occupaient la chambre jouxtant celle où avait eu lieu le carnage commencèrent à prendre les choses en main. La rousse empêcha la brune de poursuivre son massacre, mais cela n'avait plus d'intérêt, l'arme était de toute façon déjà posée et il n'y avait plus personne qui méritait un tel traitement. Alors que le petit groupe commençait à se diriger vers l'autre chambre, des bruits de pas, grincements dans les escaliers en bois, leur signalèrent qu'elles n'étaient pas les seules à avoir entendus le bruit. Il allait falloir réagir vite si elles ne voulaient pas que les cinq jeunes filles soient expulsées de l'auberge et que leur réputation soient ternis à tout jamais. Après ça, elles pourraient facilement être considérées comme des personnes qui ne respectent aucun cadeau et agressent ceux qui veulent les aider.

D'un bond la rouquine s'approcha des deux hommes et utilisa son Fluide vert sur eux, extirpant les balles et soignant leur plaie, de l'autre main, elle faisait signe aux jeunes filles de poursuivre leur escapade vers l'autre chambre. Dès qu'il se sentit soigné, le premier agresseur tenta de s'enfuir mais une dague plaquée sous sa gorge l'en empêcha. Aki n'était plus vraiment contente de devoir utiliser la manière forte, et mentir au villageois, mais c'était la méthode la plus appropriée pour sortir les Minshujins de ce mauvais pas. Tenant sa dague contre la jugulaire du premier et une flèche extirpée à la va vite de son carquois sous la mâchoire du deuxième, elle leur parla à mi voix alors qu'elle entendait les bruits de pas se rapprocher.

Vous n'avez pas intérêt à me contredire une seule fois, quoi que je puisse dire, ni maintenant, ni durant toute votre vie. Si j'apprends que vous avez démentis mes propos, je ferais en sorte que vous ne puissiez plus jamais lancer des pierres sur les inconnus, vous m'avez compris ?

Les deux hochèrent la tête en déglutissant particulièrement fort, ce à quoi elle leur répondit avec un grand sourire narquois. Elle rangea ses armes et les attrapa par le col pour les sortir dans le couloir ou la patronne la regardait d'un air effrayé et s'apprêtait sans doute à lui demander ce qu'il s'était passé.

Ces deux hommes ont tenté d'agresser nos jeunes amies, et je les ai repéré à temps, bien heureusement pour nous tous ici.

Vous … êtes sûre de ce que vous avancez ?

Evidemment que j'en suis certaine, et puis, il serait dommage que votre établissement devienne réputé pour les alcoolos qui agressent ses clients en pleine nuit, n'est ce pas ?

Elle souriait doucement mais la menace sous jacente était évidente. La Nishiie ne leur avait toujours pas pardonné l'accueil qu'ils avaient réservés aux nouvelles arrivantes sans personne pour s'interposer face à cette lapidation publique, et tant pis si cela ternissait un peu sa réputation dans ce petit village et aux alentours. Elle projeta les deux malfrats dans la chambre puis ferma celle ci à clé, tout en ayant vérifié que la fenêtre était également solidement fermée et que l'arme avait été emportée par les lycéennes.

Je les amènerais aux autorités demain, en attendant, vous pouvez retourner vous coucher, je m'occupe du reste.

Puis la Seikajin retourna dans la chambre qui était désormais celle des cinq filles pour leur parler doucement, une fois que la tenancière s'en fut allée.

Je me suis occupé de porter le chapeau pour vous et j'ai enlevé les balles pour qu'on ne puisse pas remettre en question ma responsabilité dans cette affaire. Personne n'osera me reprocher d'avoir fait ça, alors que si cela avait été vous, je doute que l'on vous aurait réservé un bon accueil ici à l'avenir. Ces deux là iront s'expliquer avec les gardes dès demain, d'ici là, je peux partager ma chambre avec deux d'entre vous, qu'en dites vous ?



[/quote]v>
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyDim 11 Sep 2016, 11:44



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Sur le lit

Takebe Saori
Assise à coté
du lit

Isuzu Hana
Face à Aki

Akiyama Yukari
Sur le lit

Reizei Mako
Face à Aki



Trois douilles et les mains en sang

Encore une fois, un nouveau rebondissement arrivait, sous les traits et les pas des habitants de ce village, qui eux venaient, attirés par les trois déflagrations qui avaient secouées la bâtisse, se demandant qu'est-ce qui était en train de se passer, et surtout si les jeunes filles dont ils avaient osés accorder leur pardon en étaient responsables... Si c'était le cas, les choses iraient probablement mal pour elles, allant de sévères remontrances à la volonté de terminer ce qui avait été fait tantôt, mais interrompu par l'élue du phénix, ayant décidée de son plein gré de défendre ces jeunes filles dont l'appartenance se révélai être celle de serpent... Tout du moins, c'était ce que les apparences étaient, mais il ne fallait qu'un seul doute pour qu'une foule ne se prête à croire qu'elles étaient des fuyujins déguisées qui infiltraient l'endroit pour le détruire...

Dès lors qu'elle vit le signe de la druidesse, fait légèrement dans la précipitation, Mako sût qu'il fallait se presser, et ce malgré le choc et le réveil difficile qu'elle avait eu... Bon dieu qu'elle détestait le matin et le réveil, mais elle aurait tout le temps de s'en plaindre lorsque leurs vies ne seraient plus en jeu. Se ruant vers Hana, la Reizei tira sur les habits de la grande aux yeux bleu, pour indiquer qu'il fallait bouger. Imitée par Saori, l'Isuzu se releva, sans un mot, et se faufila dans la chambre pour s'y cacher, avant de retomber à nouveau contre un mur, les yeux mi-clos et vides. Elle répéta l'opération avec Miho, indiquant à Yukari que le pas était urgent, avant qu'elle ne ramasse en vitesse les deux armes au sol, mais surtout les douilles qu'elle avait repérée très rapidement grâce à sa bonne vision. Il y eu moins d'une seconde d'écart entre le moment où la porte de leur chambre se ferma et que la patronne de l'auberge n'entre dans le couloir, affolée par les tirs.

S'ensuivit ensuite la discussion entre la druidesse et la tenancière, que la conductrice du Panzer écouté, l'oreille au niveau de l'interstice de la porte, pour savoir quel était le plan de la druidesse dans le cas où la femme ne se déciderai à interroger les jeunes filles sur ce qu'elles avaient faits. Mais elle n'en fit rien, puisque la future grand mère repartie sans un mot, tout de même sous le choc d'une telle histoire dans son établissement.

Mais lorsque la druidesse rentra dans la pièce, qu'est-ce qu'elle pouvait voir ? Hana était toujours contre le mur, juste à coté du lit, bloquée dans un inquiétant mutisme, tandis que Saori assise par terre juste à cotée d'elle, lui tenait la main en portant le regard vers l'autre rousse, qui rentrait dans la pièce.

Sur le lit juste à coté était assise Miho, qui ne pouvait plus retenir des larmes de couler, mais n'ayant pas la force de les retenir, plus maintenant, tandis qu'à ses cotés se tenait l'Akiyama, qui avait amené sa main au niveau de l'épaule de son amie, alors que de l'autre elle amenait un peu de tissu pour essuyer le sang qui coulait légèrement de cette coupure qu'elle avait subit tantôt.

Elles n'avaient pas de réponses à fournir, elles n'en avaient aucune... Tout s'était une nouvelle fois passé si vite... Une nouvelle fois, leur vie avait été mise en jeu, et sans ces tirs, ces soudaines prises de conscience sur les innombrables dangers de ce monde et de leurs congénères. Peut être auraient-elles été blessées, peut être tuée... Ou pire ! Des hommes, enivrés d'alcool, agressant des jeunes filles... Il n'y avait qu'à la télévision qu'elles avaient put voir cela, et c'était très rare de là d'où elles venaient... Et là, elles manquaient d'en être les victimes...

Ce fut après un long silence sur la proposition de la druidesse que Miho, tremblant et pleurant toujours, prit la parole :

P... Pourquoi ? Pourquoi voulaient-ils... Nous faire du mal ? Pourquoi ? Qu'avons nous faits ?!


Dans tout les cas, elle se renfrogna un peu plus sur elle même, surement marquée à jamais de ces événements, avant que Yukari ne la prenne dans ses bras, tentant d'apaiser un peu la peine qui marquait son amie... Mais sans véritable succès... Ce fut néanmoins le fait qu'Hana se relève, ayant dépassée sa paralysie, pour avancer d'un pas vers cette femme qui venait une nouvelle fois de les protéger, avant de se pencher grandement en avant :

Je... Je vous remercie d'être une nouvelle fois intervenue pour nous aider, et... je vous remercie de votre proposition, mais je doute que nous puissions trouver le sommeil maintenant... Les jours de ces... De ces... Enfin, ne sont-ils plus en danger ?


L'Isuzu avait cette faculté de prendre les choses sur elle, en tournant cette page. Certes, elle était l'une des plus touchées, mais il fallait que ses amies puissent avoir quelqu'un pour aider... Et si Mako avait temporairement pris ce rôle, elle n'en restait pas moins choquée, étant de plus la moins âgée des cinq. Elle regarda ensuite quelques instant le fusil dont elle s'était servi tantôt, posé contre un meuble, ainsi que les quelques douilles au sol, avant de reprendre, chuchotant presque à l'oreille de l'amie des bêtes :

Je ne sais pas si je peux vous demander cela mais... Est-ce que vous pouvez rester ici quelques temps ? Votre présence est... Rassurante.


Même si c'était dit à voix basse, Mako put entendre ces mots, à cause de sa proximité immédiate avant les interlocutrices, et acquiesça d'un signe de tête, avant de baisser les yeux vers le plancher, ressentant le contrecoup de ce qu'il venait de se produire.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2330
Yens : 1258
Date d'inscription : 07/08/2015

Progression
Niveau: 213
Nombre de topic terminé: 102
Exp:
La peur de l'acier Left_bar_bleue15/24La peur de l'acier Empty_bar_bleue  (15/24)
Aki Nishiie
Aki Nishiie ¦ Justicière ¦

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyDim 11 Sep 2016, 16:29




La peur de l'acier



feat.UN TANK



L'état des cinq jeunes filles n'était pas resplendissant et c'était plutôt compréhensible. Qui pouvait leur en vouloir d'être choquées d'avoir été agressées de la sorte par des gens qu'elle connaissaient à peine ? Hana, celle qui visiblement avait tiré et c'était débarrassée des deux malfaiteurs était assise contre un mur, les yeux grand ouverts et cloîtrée dans un mutisme dont même son amie Saori n'arrivait pas à la sortir. Les deux victimes étaient adossées contre le lit, l'une tentant de rassurer l'autre, alors que l'atmosphère était au désespoir. Dans ce climat terrible, Aki sentit ses yeux la picoter vivement ; elle avait toujours eu de la peine à supporter la douleur des autres et celle ci se répercutait incessamment sur son propre moral. Elle se sentit coupable d'arriver et de leur poser une question aussi abruptement sans s'inquiéter d'abord de l'état des lycéennes qui, psychologiquement, devaient être sérieusement atteinte par ce qu'il s'était passé. Les secondes s’égrainèrent dans un silence quasi religieux, alors que la Druidesse se demandait de plus en plus si elle ne devait pas faire quelque chose, quand enfin Miho prit la parole, exprimant à haute voix son désarroi et son expression.

Devant cette question qui se répercutait, muette, dans les yeux de toute les autres filles, l'archère ne savait trop que répondre. Il y avait tellement de raisons qui pouvaient pousser deux hommes à agresser cinq femmes, mais le leur dire n'aiderait sans doute pas. Ce qu'il fallait qu'elle trouve, c'était des paroles capable de les rassurer et de les calmer. Avec Orina cela avait toujours été plus ou moins facile, mais, à présent, elle n'avait pas réellement de mots miracles pour régler ce problème.

Je ne sais pas quoi vous dire. Ce qu'il vous est arrivé est horrible. Certaines personnes ont de sombres raisons d'agir de sombres façon, et ils trouvent toujours un prétexte pour le faire. Mais il ne faut pas vous laisser déstabiliser, d'autres personnes existent, plus nombreuses, qui luttent contre ces gens. Et vous avez bien fait de réagir comme vous l'avez fait, ne t'en veux pas Hana, tu ne les as pas tués et c'est l'essentiel, tu as défendus tes amies et personne n'as le droit de t'en blâmer.

Ce fut la brune à laquelle elle venait de s'adresser qui parla ensuite, la remerciant et déclinant sa proposition avec un argument fort judicieux. Elle demanda ensuite si les deux hommes étaient toujours en vie, prouvant ainsi qu'elle n'avait de cesse de s'inquiéter pour eux, même si ils s'en étaient pris à elles. C'était un cœur d'or qui palpitait dans la poitrine de chacune d'entre elles et elles ne méritaient pas un tel traitement. Malheureusement Kosaten n'était que très rarement juste. Pour peu qu'ils soient puissants, les plus mauvais l'emportaient toujours tandis que les bons, souvent trop naïfs comme l'était elle même la Seikajin, perdaient trop vite.

Ils sont en vie, je les ai soigné rapidement, ils garderont une douleur pendant quelques jours et sans doute la cicatrice toute leur vie, mais ils sont tous les deux hors de danger … Pour ce qui est de leur intégrité physique en tout cas, je ne réponds de rien pour ce qui est de leur liberté, j'appuierais vivement pour qu'ils se retrouvent derrière les barreaux assez longtemps pour retenir la leçon.

La demande que la jeune Isuzu posa ensuite était censée. Après ce qu'il venait de se passer, les laisser seules aurait été irresponsable de la part de la soigneuse. Elle hocha donc la tête avec un sourire compatissant et s'assit également sur le sol. Heureusement pour elle, le sommeil n'était pas quelque chose dont elle avait besoin en excès, contrairement à la nourriture dont elle avait tendance à abuser, excès de lipide qu'elle compensait avec un entraînement sans pitié.

Cela me va, je doute de retrouver le sommeil de toute façon. Et pour passer le temps, que diriez vous de me raconter un peu ce qu'il s'est passé avant que l'on se rencontre ? Les gens que vous avez pus croiser, les belles expériences que vous avez vécus …

Elle avait posé sa tête contre le mur derrière elle, curieuse de savoir qui allait répondre. C'était non seulement par réel intérêt pour leur histoire, mais aussi pour les ramener à d'autres souvenirs plus joyeux et moins sombre, et leur faire oublier, ne serait ce que quelques instants, le drame qu'elles venaient de vivre.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier EmptyDim 11 Sep 2016, 19:00



La peur de l'acier
feat. Aki Nishiie



Nishizumi Miho
Sur le lit

Takebe Saori
Assise à coté
du lit

Isuzu Hana
Assise contre le lit

Akiyama Yukari
Sur le lit

Reizei Mako
Assise face à Aki



Ces souvenirs dans notre coeur

Musique

Une certaine tristesse avait envahie la pièce. Cela faisait maintenant longtemps que les 5 amies n'avaient pas été confrontées à la réalité souvent très dure du monde dans lequels elles évoluaient. Si autrefois, cette tristesse avait été amenée par la fermeture de leur école suite à des magouilles du ministère, dépassant totalement le strict cadre des étudiantes qui avaient réalisées l'impossible pour finalement être les mains vides, aujourd'hui... C'était bel et bien elles qui avait appuyées sur la détente, tout comme c'étaient elles qui avaient enlevées le mode de sécurité de leurs armes, pour ne pas tenter d'intimider, mais bel et bien de neutraliser ces hommes, qui après tout, étaient à leurs yeux les agresseurs mais aussi les victimes de cet incident.

Mais malgré le fait qu'elles aient ouvert le feu, qu'elles aient manquées de tuer ces hommes ayant une place et un travail au sein de ce village, la druidesse avait décidée d'une nouvelle fois les aider, décidant ainsi de qui étaient véritablement les coupables et les victimes aux yeux de la justice, mais... Réussirait-elle à faire comprendre aux lycéennes où ces dernières devaient se situer dans cette sombre affaire ?

En tout cas, la Nishiie expliqua tant bien que mal que, malheureusement, ce genre de personnes existaient en ce monde, qui agissaient avec les plus sombres raisons, et n'auraient aucun remord à commettre les pires actes, même sur des jeunes filles qui n'avaient même pas encore atteint l'âge de la majorité... Une raison de plus de regretter leur ancien monde, et de commencer à haïr cet endroit dangereux où elles avaient été amenées... Si initialement ce que les jeunes filles pensaient être l'affaire de quelques semaines se rallongeait rapidement, devenant une véritable éternité... Des années, surement plus, passées dans cet endroit, dans cet enfer, à subir les attaques de personnes mal intentionnées, à être sous la pression constante des dangers de cet endroit...

Mais comme elle le disait, tous n'étaient pas armés de si néfastes intentions, bien au contraire... La majorité des gens combattaient cette minorité belliqueuse qui montrait les crocs. Mais il suffisait malheureusement d'un cas pour que les jeunes filles perdent l'espoir qu'elles avaient, que leur opinion des autres ne s'en voient grandement diminuée, et qu'elles n'en sortes que plus diminuées, ne souhaitant plus s'ouvrir aux autres comme le faisaient pourtant, prêtes habituellement à tendre leurs mains vers ceux qui étaient dans le besoin, vers ceux qui souffraient... Et il n'était pas imaginable qu'un jour les lycéennes puisse perdre cette qualité, cette bonté qui les caractérisait...

Néanmoins, l'Isuzu poussa un soupir de soulagement en entendant le fait que les deux hommes étaient vivants. Blessés, gardant des cicatrices et des marques pour le reste de leurs jours, mais ils étaient en vie, et c'était le principal. Déjà que blesser d'autres êtres humains... Avec la volonté de le faire, avec une arme... C'était déjà de trop. Elle fut en tout cas soulagée de savoir qu'ils allaient avoir des comptes à rendre devant la justice, et que ce serait elle qui prendra les décisions, même si pour tout dire les lycéennes n'étaient pas encore tout à fait au point avec la justice d'un monde plus moyenâgeux. A vrai dire, elles ignoraient complètement comment cette dernière pouvait être faite, mais surtout quels châtiments pourraient être donnés... Et il valait surement mieux qu'elles restent dans l'ignorance.

Mais ce fut lorsque la jeune femme accepta de rester ici que l'Isuzu fut le plus soulagée, et qu'elle s'assit de nouveau, comme si la vaillance dont elle avait fait preuve pour se relever et communiquer venait de s'estomper brusquement, abandonnant presque sa force apparente pour avoir le droit de, elle aussi, être faible... Mais, comme indiquer, il fallait tout de même qu'une discussion s'installe, que quelqu'un réponde, et ce fut Mako qui se dévoua, levant son regard de peu tandis qu'elle s'asseyait au milieu de la pièce.

Comme nous l'avions dit avant, nous sommes arrivées il y a une semaine dans les terres de Kosaten, dans les canyons. Nous n'avons pas croisée grand monde à vrai dire, et c'est le premier village que nous rencontrons. Mais... Nous avons fait la rencontre de quelques élus, hormis vous.


Elle détourna ensuite son regard, laissant le soin à quelqu'un d'autre de continuer... Et ce fut Saori qui, difficilement, reprit la parole.

Aux... Aux canyons, nous avons fait la rencontre de... De Natsu Dragnir, un garçon un peu plus vieux que nous qui nous a expliqué les bases de Kosaten. Il était très sympathique, même si le fait d'apprendre que... Que cet endroit est un autre monde... Fut difficile à admettre. De là d'où nous venons, il n'y a pas de magie... Notre tank est surement la seule protection que... Que nous avons...


Même si le début rappelait quelques bon souvenirs de la compagnie amicale de l'élu de Seika, la rencontre n'avait pas eu que de bonne chose, surtout d'apprendre que les lycéennes étaient arrivées dans un autre monde, et qu'aucune porte de sortie n'était connue... Mais continuant, Yukari pris la parole, espérant donner une meilleure impression :

Il y a quelques jours, nous avons fait la rencontre au milieu d'une oasis à la nuit tombée d'une jeune femme, nommée Sakura, et d'un de ses amis. Elle nous a aidées en s'occupant d'une maladie que nous avions contractée en arrivant ici. Pour ce qu'il s'agit du reste... Et bien nous roulions simplement, sans croiser personne d'autre au milieu de ce désert, sous cette chaleur qui... Nous causait bien du mal.


L'Akiyama pris une grande inspiration, vérifiant l'état de ses camarades afin de savoir si cela aidait... Miho avait séchée ses larmes, mais gardait tout de même un visage renfermée, tandis que Hana préférait pour le moment restée silencieuse, mais moins statique qu'elle avait été tantôt. Les choses semblaient peu à peu s'améliorer, mais ce n'était pas encore suffisant... Néanmoins, Saori eu le courage de poursuivre, rebondissant sur le dernier point évoqué par son amie.

Avant d'être amenées ici, nous étions au beau milieu d'une tempête de neige, avec toutes nos camarades de classes et une académie voisine avec qui nous nous entendions bien, pour un match. Mais...  Malheureusement... Nous n'avons pas put. Nos amies doivent toutes s'inquiétées terriblement.


Autant dire, ce n'était pas encore la grande joie dans l'esprit de la Takebe, qui broyait du noir... Mais ce fut Mako qui, timidement, relança la discussion par une question :

Et vous ? Cela fait deux ans que vous êtes en ces terres... Vous avez dû connaître votre lot d'aventures et de rencontre ?



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: La peur de l'acier   La peur de l'acier Empty

Revenir en haut Aller en bas
La peur de l'acier
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] La Gloire et la peur [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: La peur de l'acier 190103103231202569 :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.