-20%
Le deal à ne pas rater :
Multiprise Aukey PA-S14 avec protection parafoudre – Prise type F
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
Plaies du corps, maux d'esprits
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptySam 27 Aoû 2016, 15:02



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
S'occupe de Miho
et Hana

Isuzu Hana
Adossée contre un arbre

Akiyama Yukari
S'occupe du blindé

Reizei Mako
Endormie.



Lieu de repos

Le départ des grands canyons dans lesquels les 5 jeunes lycéennes étaient arrivées datait d'il y a maintenant deux journées. S'il avait été difficile et non sans peine de remettre en état de fonctionnement le blindé rendu paralysée par diverses pannes mécaniques, notamment au niveau des lourdes chenilles et du moteur qui avait très mal supportés les choc répétés de la chute initiale du haut de la falaise, le blindé était maintenant en état d'avancer à travers le sable, la poussière et la chaleur.

Le soleil s'était maintenant couché depuis une heure ou deux au maximum. La nuit avait envahie tout le désert que traversait le groupe, refroidissant considérablement les environs. L'intenable température qui faisait bouillir le métal en réussissant à déformer la carcasse d'acier qui s'ondulait à cause du soleil avait fait place à une fraicheur presque inquiétante, faisant presque trembler les adolescentes du fait qu'elles étaient loin de se douter des dangers qui étaient inhérent à la traversée d'une zone aussi inhospitalière.

Fort heureusement, elles avaient trouvés une sorte de sentier qui serpentait à travers le désert en passant pars de nombreux endroit plus vivable, plus tranquille. C'était à l'abri, dans un petit oasis avec une végétation abondante qu'elles s'étaient offert la liberté de prendre au moins une pause pour le repas. Après tout, pour ce qu'il s'agissait d'avancer, il ne suffisait que d'une seule personne pour conduire, même si les vrombissements du moteur faisaient trembler le blindé, rendant le confort déjà très sommaire inexistant.

Dès lors que Mako eu coupé le contact en se garant à proximité de la source d'eau naturelle, toute étaient sorti s'étirer et profiter d'un petit havre de paix qui a leurs yeux semblait tout avoir pour être un petit coin de paradis : De l'eau plutôt chaude, des arbres très beau et quelques fruits. Que demander de plus ? Une petite musique...

 Musique 

Yukari avait sorti de son sac un petit poste radio militaire. La petite machine était vieillotte, et crachai avec peine d’entraînantes notes de jazz comme avaient put l'écouter à de nombreuses reprises des soldats américains lors des guerres qui avaient frappés du sceau de l'histoire le monde. Si l'engin ne disposait en tout cas de plus aucune fonction pour assurer ses fonctions de communications ou de réception, le lecteur de bande magnétique fonctionnait encore, et permettait au petit groupe d'écouter les quelques pistes, avant de surement devoir rembobiner, et de les relancer à nouveau dans un cycle sans fin.

Même si cela pouvait sembler un peu gadget, Cela suffisait à mettre du cœur à l'ouvrage. En a peine quelques minutes et sous des directives assurées de Miho, suffisamment de branchages avait été rassemblé en un petit t'as, que les adolescentes enflammèrent rapidement à l'aide d'une allumette, autre objet qui était dans le tank. A vrai dire, il y avait dans le blindé tout le nécessaire pour survivre en territoire hostile, même si aucune n'avait put se douter de l'utilité jusqu'à maintenant...

Assemblant rapidement le nécessaire pour faire une petite cuisson au bain marie, Saori, était la véritable experte dans les tâches ménagères, et arrivait à rendre les rations du tank et de Yukari beaucoup plus facilement mangeable si elle avait le temps de les préparer un peu. De plus, la nature fournissait les baies et les quelques fruits nécessaire pour garnir les plats de nouvelles saveurs. En a peine quelques minutes, tout était en train de cuire en dégageant une savoureuse odeur... Mais quelque chose n'allait pas...

Certes, après une journée passée sous l'écrasante chaleur du désert, elles étaient toutes en proie à une ample fatigue qui les égaraient pendant parfois quelques dizaines de secondes, avant qu'elles ne reprennent leurs esprit dans ce qu'elles devaient faire, mais plusieurs d'entre elles semblaient vraiment subir le contrecoup d'une fatigue de plus violente.

Hana avait passé la quasi-totalité de la journée à somnoler, et elle se plaignait de vertiges qui semblaient la forcer à être inactive. Dès qu'elles étaient arrivées à l'oasis, la plus grande des cinq s'était assise contre un arbre, et manquait de s'endormir. Miho et Mako quant-à-elles, semblaient elles aussi être vraiment épuisées, et elles avaient un peu la tête qui tournait, même si pour la dernière la chose était plus habituelle à cause de son hypoglycémie, qui se réglerait par l'ingestion des fruits locaux. Seule Saori et Yukari se portait un peu près bien, certes fatiguées elles aussi, mais encore apte à s'occuper du nécessaire pour le repas.

Dès lors qu'il ne fallait plus que vérifier de temps à autre si l'eau ne bouillait pas, Saori s'occupa de prendre une serviette, qu'elle humidifia avec l'eau toute proche qu'offrait l'oasis, qui avait servi à remplir les gourdes et pour la cuisine, avant de refroidir un peu le front de l'Isuzu. Et c'est dans un murmure que la rousse annonçai le peu d'information qu'elle avait put récupérer sur l'état de son amie, comme pour la prévenir que quelque chose n'allait pas...

Tu es brûlante... Dès que l'on arrive dans un village, je t'emmènerai voir un médecin... Je doute qu'il ai des médicaments, mais ils doivent savoir comment s'occuper de ça.


Elle n'eu de réponse qu'un faible sourire en coin de son amie aux yeux bleus, qui était trop faible pour dire un mot, même un remerciement... A leurs tours, Miho elle aussi se laissa s'asseoir contre un arbre et éponger par celle qui endossa maintenant le rôle d'infirmière, alors qu'originellement elle se spécialisa dans les liaisons radios, rendue inutiles en ce monde. Mako s'était elle endormi à coté du foyer, mais elle ne semblait pas encore atteinte d'un trop grand mal... Yukari s'occupait quand à elle de vérifier et d'entretenir le panzer, qui lui aussi était tout de même fortement diminué... Sa force et sa vitesse avaient vu de meilleurs jours, et comme pour les humaines, il fallait s'en occuper avant qu'il ne subisse des dommages irrémédiables...

Mais comment s'occuper du blindé sans les pièces associées ? C'était une question pour laquelle elle n'avait pas de réponse... Hormis vérifier les pièces principales, resserrer les roues et colmater les fuites, la pauvre n'avait pas put faire grand chose pour le manque de puissance du moteur. Le panzer, devenu seul représentant de son espèce, était obligé de boiter... Et c'était quelque chose que la férue de guerre ne pouvait tolérer. Il fallait qu'il resplendisse, qu'il démontre toutes les choses géniales que pouvait offrir un tank. Bien évidement, elle s'inquiétait pour ses amies, mais... Que pouvait-elle faire de plus ? Saori était parfaitement consciente et capable de fournir assistance aux trois malades, et elle savait qu'elle ne fera probablement que gêner son aînée.

La seule question qui trépignait maintenant les esprits des êtres était comment allaient-elles pouvoir s'occuper de tous ces problèmes ? Nulle ne le savait...




Dernière édition par Anglerfish Team le Lun 03 Oct 2016, 13:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptySam 10 Sep 2016, 21:48



- Voyage -

Après mon action de samaritaine auprès d’un élu de Minshu, il était temps pour Kotaï et moi de reprendre la route pour Chikaï. Je savais qu’on ne l’atteindrait pas avant la nuit, et avait prévu pour l’occasion de quoi passer la nuit dans les meilleures conditions possibles. Des couvertures achetés dans le dernier village marchand traversé, des vivres et des vêtements chauds faisaient parties des choses que l’on portait au dos, courageusement, sous la chaleur étouffante du désert. J’avais également tout un stock de produits et matériels médicaux, évident pour l’experte que j’étais.

La journée fut rude, et les kilomètres nombreux. Le jeune homme qui m’accompagnait éprouva de grandes difficultés à suivre le rythme, car il n’avait jamais autant marché et n’étais pas formé pour ça. Prenant un peu sur moi, car j’étais impatiente de retrouver la capitale, je fis autant de pause qu’il demandait, me préoccupant de sa santé tout le long du trajet. Je veillai à ce qu’il s’hydrate régulièrement et qu’il ne se fatigue pas trop.

Quand le soleil se coucha, la température tomba drastiquement. C’était le lot d’un endroit aussi hostiles : des températures extrêmes non-stop. Nous enfilâmes bientôt des habilles par-dessus ceux habituels, et c’est quand je repérai un endroit plus vert, que je me décidai à dresser un camp. Il y avait non-loin de là une lueur bien étrange, et par-dessus-tout un grand objet que je n’avais jamais vu avant.

Qu’est-ce que c’est ?

Aucune idée, restons sur nos gardes et tenons-nous éloigné. On a échappé à un massacre, ne tentons pas à nouveau le diable.

Kotaï acquiesça. Nous cherchâmes ensemble de quoi faire un feu et l’allumâmes alors que le paysage tombait dans la nuit noir. Bientôt, seule ce que parvenait à atteindre les flammes était visible.

Ça va ? Tu penses pouvoir tenir le coup ? demandai-je gentiment, alors que nous étions assise chacun d’un côté du foyer.

Il hésita un instant, avant de me répondre d’une voix fatiguée.

Je n’ai pas le choix de toute façon...

Je fis une grimace de dépit avant de tenter de le rassurer.

Tu verras, désormais, tu n’as plus de soucis à te faire, je suis là. Ma faute d’il y a un an ne te…

Tu n’as fait aucune faute je t’ai dis, arrête avec ça ! C'est mon frère le connard... me coupa-t-il en haussant le ton, me faisant légèrement sursauter.

Un silence s’ensuivit avant qu’il ne rectifie avec un ton calme.

Nan excuse-moi je suis épuisé...

Ne t’excuse pas, je te comprends, on est les deux un peu à cran, c’est normal…

Il éternua soudainement avant de réajuster son pull.

Tu as froid ?

Un peu, mais ça va, je vais prendre une couverture…

C’est ce qu’il fit alors que je restai à regarder le feu, méditant sur toute cette histoire. Étais-je vraiment innocente ?


- Cette histoire nous hantait encore -




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyDim 11 Sep 2016, 13:54



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
S'occupe de Miho
et Hana

Isuzu Hana
Adossée contre un arbre

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Endormie.



Rencontre

Musique

La douce mélodie continuait de bercer les oreilles des lycéennes, qui se laissaient à cet instant de repos pour se préparer au repas. Même si la forme physique n'était pas vraiment au rendez-vous à cause de la maladie qui frappait fortement deux des amies et bientôt une troisième, le moral était au moins là, et aucune n'avait l'idée de sombrer au désespoir et à la panique. Elles trouveraient une ville, un endroit où il y aurait des médicaments ou des personnes capables de s'occuper de traiter ces maux.

Mais cela n'empêchai tout de même pas l'Akiyama de grincer des dents. Ses amies et le blindé étant dans un état plutôt patraque, il était clair qu'elles ne pouvaient pas donner le meilleur d'elles même... Foncer à vive allure au milieu des obus et des balles étaient certes dangereux, mais c'était quelque chose de particulièrement enivrant pour la jeune fille, qui par sa passion était fière d'être au milieu de ce qui s'approchai le mieux des reconstitutions historiques des combats qu'avait connus leur monde, mais qui semblait maintenant être en proie au passé et à leurs souvenirs... Il n'existait pas de concurrence, le blindé était maintenant le seul existant, et il allait falloir faire avec... Sauf si les natifs trouvaient dans la conduite du blindé un exemple et se décidaient à faire de même... Mais c'était fort peu probable.

Musique

C'est alors que la piste de la cassette changea, donnant une ambiance de jazz peut être encore plus sombre, tel que l'aurait vécu un inspecteur dans les années 50, dans un bureau éclairé à la seule lueur de la lune à travers des stores épais, tandis qu'une cigarette finissait de se consumer aux lèvres d'un homme à la fois sage et violent... Mais c'était pendant le petit temps qui séparait le changement de bande qu'un bruit humain arriva jusqu'aux oreilles de l'Akiyama, qui fronça les sourcils en regardant rapidement ses amies.

Non, ce n'était pas l'une d'entre elle... C'était un autre son, un éternuement... Quelqu'un à proximité, non loin, en était la cause. Regardant de l'autre coté du blindé, la jeune fille put voir la présence d'un autre feu à une cinquantaine de mètres, et de deux silhouettes dont elle n'arrivait pas à distinguer les traits. C'était curieux ! Ces personnes ne s'étaient pas approchées des lycéennes qui, pour tout dire, étaient loin d'être discrète avec la musique et le Panzer. C'est donc en prenant une petite lampe torche et en s'éloignant lentement, sans prendre la prudence d'avoir son arme que Yukari s'approcha, disant juste avant à Saori :

Il y a l'air d'avoir d'autres personnes, là-bas. Je vais voir s'ils ne veulent pas se joindre à nous. Peut-être savent-ils s'il y a un village non loin ?


Après tout, les jeunes filles ne se privaient pas dans leurs repas. Disposant des bienfaits de la nature dans un oasis riche en fruit et en baie, elles pouvaient se permettre d'accueillir d'autres personnes sans craindre de rester sur leurs faims après avoir fini leurs assiettes.

Ce fut donc à la lueur de cette lampe torche que la brune aux cheveux bouclées s'approchait de ce camp, pour dire d'une voix qu'elle voulait gentille à l'attention de ces deux personnes :

Bonsoir, puis-je vous proposer de vous joindre à nous ? Nous avons de quoi manger et... Je dois l'avouer, nous sommes un peu perdue...


Néanmoins, profitant de la proximité, elle commençait à observer les personnes qui avait fait ce campement de fortune. Il y avait donc une femme, un tout petit peu plus âgé qu'elle,  aux cheveux roses...  Étrangement, les seules personnes que les lycéennes avaient croisées depuis leurs arrivées dans ce monde avaient les cheveux de cette couleur...  Mais aucune théorie ne fut fomenter, puisqu'un garçon, enveloppé dans une couverture, était présent et ayant les racines d'une couleur différente.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMer 21 Sep 2016, 22:19



- Intrus  -

Kotaï revint avec une couverture et se rassit au bord du feu, passant le tissu autour de lui. Les prochaines secondes qui passèrent furent remplie de silence. Personne ne savait plus vraiment quoi dire, nous étions les deux fatigués et un peu énervés par l'événement des villages marchands. Une atmosphère plutôt désagréable se dégageait entre nous, mais personne n’en voulait à l’autre. Quand je vis que mon acolyte commençait à s'endormir et luttait tant bien que mal pour rester éveillé, je voulus lui conseiller de se coucher pendant que je veillais encore un peu, mais quelque chose attira mon œil. Quelque chose qui bougeait étrangement. Je tournai la tête pour mieux examiner ce qui venait en fronçant les sourcils.

Tu as vu quelque chose ?

Après quelques secondes à observer la chose qui se rapprochait, je fis part de mon observation, en la montrant du doigt.

Oui, regarde là-bas, il y a une lueur qui bouge étrangement, tout près du grand engin.

Il regarda dans la même direction que moi, et c’est à ce moment-là que l’on entendit une petite voix. Elle n’était pas agressive, plutôt douce, mais inconnue. Elle s’adressa poliment à nous, et je reconnu là un son féminin. C’était une femme qui s’approchait de nous. Kotaï réagit au quart de tour, ayant encore son frère à l’esprit et se leva d’un bond, manquant de trébucher à cause de la fatigue. Il sortit un couteau qu’il pointa vers l’inconnue et cria à l’intention de la nouvelle arrivante.

Pourquoi on te suivrait hein ? Qu’est-ce que tu nous veux ? Va-t’en !

Je me levai à mon tour et calmai d’une main sur l’épaule mon compagnon de voyage. Etant une combattante depuis bien avant Kosaten, j’avais appris à garder mon sang-froid. Je lui soufflai sur un ton rassurant.

Calme-toi Kotaï, laisse-moi faire.

Il resta un instant immobile, hésitant, avant de baisser son bras d'une façon frustrée, en gardant toutefois un regard mauvais pour la jeune fille. Je me plaçai entre lui et elle pour parer toutes éventuelles attaque de la nouvelle à l’encontre du civil. Etant sur mes gardes, je me préparais à devoir le défendre.

Je dois avouer que d’être invités par une parfaite inconnue a le don de rendre méfiant, surtout à Kosaten. Pourquoi aimerais-tu que nous joignions ton groupe ?

Était-elle de Fuyu ? Avec cette grosse machine qu’elle possédait peut-être, on pouvait le penser, et si c’était le cas, alors il y avait toutes les raisons de s’inquiéter.


- Tout portait à se méfier -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyVen 23 Sep 2016, 12:21



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
S'occupe de Miho
et Hana

Isuzu Hana
Adossée contre un arbre

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Endormie.



Explications

Alors que la jeune Akiyama avançait à la lueur d'une simple lampe torche et avait trouvé ces deux personnes qui avaient décidés de se mettre à l'écart des lycéennes et de leur campement provisoire, la réception de son invitation ne fut pas... Réellement celle à laquelle elle s'attendait. Haussant les sourcils en faisant un geste de recul de la tête à la vue du poignard qui était tendue dans sa direction avec la ferme intention de la blesser si elle s'approchait d'un pas.

Fort heureusement, la femme à ses cotés se montra plus... Calme, mais tout de même très prudente vis à vis de la lycéenne qui ne pensait pas réellement faire du mal en proposant ceci. Animée par la méfiance, la femme, à peine plus âgée que Yukari par ailleurs, était sur ses gardes. Il allait falloir qu'elle s'explique ou qu'elle tourne les talons, mais elle n'était pas du genre à abandonner ! Oh ça non ! Montrant tout de même clairement ses mains en évidence pour annoncer qu'elle n'était pas armée, la lycéenne osa avancer d'un pas, tout en disant :

Je... Je ne vous veux pas de mal ! Bien au contraire ! Mes amies et moi sommes arrivées il y a peu, a peine quelques jours dans ce monde ! J'ai un sceau si vous voulez le voir !


Passant la lueur de sa lampe torche au niveau du dos de sa main droite qu'elle exposait pleinement à la vue des deux personnes, la lycéenne espérait que le sceau du serpent montre quel soit une alliée, et non une personne hostile. Après tout, d'après ce qu'avait expliqué Natsu, Minshu était avec Seika. Il fallait juste que ces deux personnes appartiennent à l'une de ces deux nations, mais... Rien n'était moins sur.

Reprenant sans attendre ses explications, l'Akiyama n'était pas vraiment très à l'aise, mais elle le faisait, parce qu'après tout, elle... Ses amies avaient besoin d'aide.

Nous sommes un peu perdues à vrai dire, et... Nous avons besoin de trouver un village si possible rapidement car... Plusieurs de mes amies sont malades, et... Leur état est inquiétant... Elles sont fiévreuses et affaiblies.


Serrant un peu les dents à cause de son incompétence dans le domaine médical, Yukari savait qu'elle ne pouvait rien faire pour les aider. Restait à voir si la méfiante jeune femme en face d'elle allait baisser sa garde ou bien lui demander de partir directement et sans se retourner... Ou pire ! L'attaquer !

Elle espérait vraiment que ses mots aient put atteindre la jeune femme, qu'elle puisse réussir à la raisonner, qu'elle puisse... Être aidée par elle. C'était à vrai dire assez énervant que de devoir compter sur l'aide d'une inconnue en pleine nuit, mais elle n'avait à vrai dire pas d'autre choix. Elle était prête à supplier, se mettre à genoux pour se faire entendre.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyDim 02 Oct 2016, 20:02



- Etrange... -

La nouvelle arrivante commença par lever les bras en l'air, comme pour signifier qu'elle venait en paix, puis démarra sa justification. D'après ses dires, c'était une élue fraîchement débarquée à Kosaten. Ce qui me rendit perplexe, c'est qu'elle spécifiait être venue ici avec ses amies. Tous les élus que j'avais croisé avaient été attirés seuls. Pourquoi soudainement cette jeune fille devant moi faisait-elle exception ? Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne mentait pas sur son statu. La lumière de sa lampe dévoilait clairement le sceau du serpent, symbole incontesté de Minshu. Une bonne nouvelle au moins, elle ne venait pas de Fuyu.

Avec tes amis tu dis ? C'est étrange, d'habitude, les élus sont attirés seuls... Est-ce que tu parles d'amis originaires d'ici ou de personne ayant fait le voyage comme toi ?


Elle évoqua ensuite la véritable raison de sa venue. Elle cherchait des soins. Du moins, c'est ce qu'elle prétentait. En temps normal, il est clair que je n'aurais pas posé de question. Comme je l'avais fait pour l'épéiste des villages marchands, je n'aurais pas hésité à faire don de mes pouvoirs pour le bien des autres. Mais là, je ne savais pas trop pourquoi, l'énorme engin, le fait qu'elle ne soit pas venue seule, le fait que je ne sache pas l'origine de ses amis, faisait que j'avais quelques réticences. À Konoha, qu'importe l'individu, bon ou mauvais, j'aurais soigner, mais là ce n'était pas pareil.

Et si elles sont des élues, quelle est la couleur de leur sceau ? Ce n'est pas que je n'ai pas envie de t'aider, mais comprends-moi. Ici, il faut se méfier de tout.

Je sentis mon bras se faire attiré en arrière.

Viens Sakura, laissons-la se débrouiller, on y doit rien...

J'enlevai sa main de mon membre gentiment.

Attends Kotaï, si cette fille nous montre qu'elle n'a aucune mauvaise intention, alors je n'ai aucune raison de ne pas soigner ses amis.


- yolo les poissons rouges -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyLun 03 Oct 2016, 13:47



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
S'occupe de Miho
et Hana

Isuzu Hana
Adossée contre un arbre

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Endormie.



Élue de Manshe

Finalement, le sceau imposé venait d'être gradé d'au moins une utilité, à savoir se prouver comme appartenant à l'une ou l'autre des différentes factions qu'il y avait sur Kosaten. Cela restait tout de même un moyen décisif, et en se présentant ainsi face à quelqu'un venant d'un autre pays, il y avait toujours une possibilité qu'il rejette et ne considère la lycéenne comme une ennemie, mais elle n'avait pas encore le sentiment d'appartenir à ce groupe, à cette faction, à ce conflit qui déchirait Kosaten de part en part, la terre d'où elles n'étaient que les servantes, et non pas les habitantes.

L'Akiyama ne put s'empêcher de pousser un soupir de soulagement lorsque la femme vu le sceau, et qu'elle constata qu'elle ne faisait pas partie de la faction du dragon. Si elles avaient eu le choix, elles n'auraient jamais été ici, loin de tout et surtout de chez elles, mais cela n'était pas de leur ressort, et l'important était qu'elles restent unies, soudées et en bonne santé pour rentrer le plus rapidement possible, toutes ensemble. Et pour parvenir à ça, elles avaient besoin de son aide...

Mais avant tout, presque paranoïaque, la jeune femme demanda directement des renseignements sur ses amies, préférant se méfier de tout plutôt que de n'accorder une seule seconde le bénéfice du doute ou bien de s'occuper avant de la guerre des malades... La croix rouge n'existait pas en ces lieux, et malheureusement, ce n'était pas avec autant de méfiance qu'elle existerait un jour... Mais dans tout les cas, montrant toujours qu'elle ne voulait pas de mal, l'Akiyama répondit aux questions qui lui avaient été posées par la jeune femme :

Oui, elles... Elles ont fait le voyage avec moi ! Nous venons du même monde, de la même école ! Elles sont aussi des élues, de Manshe ! Mais avant tout, ce sont mes meilleures amies, et... Je ne veux pas qu'elles...


Serrant les dents et fermant les yeux pour éviter de montrer trop longtemps cette faiblesse qui la rongeait, à savoir de ne rien pouvoir faire pour aider ses amies, la brune aux cheveux boulés put entendre très clairement le garçon accompagnant cette jeune femme l'inciter à laisser les jeunes filles se débrouiller, seules... Mais même sceptique, celle aux cheveux roses ne comptait pas ne pas soigner des personnes isolées, surtout si elles appartenaient à ses alliés. La chose était complexe pour une débutante totale en affaire politique de ce monde... Continuant de serrer les dents, elle répondit une nouvelle fois à la jeune femme, essayant de la convaincre que... Cela n'avait pas d'importance !

Et puis, même si elles avaient un sceau différent du mien ! Ce sont mes amies et... Je ferrais tout pour elles ! Tout ce que je pourrais faire !


Après tout, la fidélité était l'un des traits les plus prédominants chez l'Akiyama, particulièrement envers ses amies. Même si elle n'avait aucune chance, elle irait se battre pour elles !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMar 04 Oct 2016, 20:48





- Début d'entente -

La jeune femme confirma être venue à plusieurs. C'était tout à fait intriguant et inédit. Si ce qu'elle disait était vraie, alors ça devait une des premières à avoir vécu ça. Il était intéressant d'en savoir plus. Devais-je profiter de l'occasion pour les interroger à ce sujet ? De plus, la jeune femme sembla montrer un réel intérêt pour ses amies. Des signes qui signifiaient probablement qu'elle ne mentait pas. Si elle mentait, elle n'aurait pas mis autant d'émotion dans sa voix, et n'aurait pas sortis une phrase telle que celle-ci sans qu'elle y soit explicitement invitée, ce qui n'était pas le cas ici. Soit elle état honnête, soit elle jouait la comédie à merveille.

Malgré tout, j'avais l'impression que ses intentions semblaient juste: elle cherchait de quoi sauver celles qui comptaient pour elle. Je l'observai quelques secondes, tentant de voir si mon jugement était bon. Et puis je me rappelai d'une chose. Si elle n'avait pas menti, leur sceau les bridait encore passablement, alors que le mien s'était déjà grandement affaibli. Si ça devait mal tourner, j'avais l'avantage de l'ancienneté ici-bas.

Entre sa détermination et ma position de force, je finis par trancher.

Très bien, j'accepte de t'aider, mais je te préviens, au moindre piège, je n'hésiterai pas.

Au moins, les choses étaient claires entre nous. Je sentis la frustration de Kotaï mais décidai de ne pas en rajouter. Celui-ci fit la moue, puis finit par rassembler les affaires. Je revins vers lui pour l'aider et une fois fin prêt je revins vers la nouvelle arrivante.

La médecine est mon rayon. Explique-moi en chemin l'état précis des malades, que je réfléchisse au meilleur moyen de les soigner.

Mon compagnon restait grandement méfiant. Même s'il avait un bond fond habituellement, les événements de ces derniers jours jouaient sur ses nerfs. Il était bien plus nerveux qu'à l'habitué. Je le connaissais peu, mais ma seule rencontre d'il y a un an m'avait déjà quelques peu renseigné sur son caractère, et il m'avait semblé y voir quelqu'un de plus retiré qu'aujourd'hui.

Un geste de travers et je me défends... lâcha-t-il sur un ton méprisant.


- Après tout j'étais médecin, je devais venir en aide. -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyJeu 06 Oct 2016, 15:16



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
S'occupe de Miho
et Hana

Isuzu Hana
Adossée contre un arbre

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Endormie.



Retour en groupe

L'Akiyama s'était un peu emportée dans ses derniers mots. Un peu trop d'émotion, de colère qu'elle avait en elle... L'idée que cette personne puisse refuser d'aider ses amies dans le besoin, pour une simple différence de sceau ! Il fallait dépasser cela, il fallait s'affranchir de ces règles, pour éviter de tomber dans... Ce qui ressemblait le plus à de la discrimination, voir même à du racisme ! Elles étaient des civiles, et non pas des militaires. Elles avaient des armes et un panzer, mais... Elles ne comptaient pas s'en servir pour faire du mal, au grand jamais pour blesser quelqu'un ! Même s'il appartenait à une autre faction ! Après tout, à une moindre échelle, elles avaient reçu le support d'autres écoles à un moment critique, alors que théoriquement, elles étaient concurrentes... Mais c'était une autre histoire, un temps malheureusement révolu pour les lycéennes.

Ce fut en tout cas avec un grand soulagement et un sourire qu'elle entendit la femme finalement se décider, acceptant de venir en aide aux jeunes filles. Enfin pouvait-elle se dire, elle n'avait fait preuve d'aucune méchanceté, de rien de pouvant indiquer qu'elle pouvait se décider à faire du mal à ces gens...

Merci... Merci beaucoup de m'accorder votre confiance ! Suivez-moi, c'est juste à coté !


Faisant un signe de tête, elle se retourna avant de commencer à avancer d'un pas rapide, considérant presque qu'elle avait perdue trop de temps malheureusement, et que l'état de ses amies risquait de s'empirer. Mais elle attendit après quelques foulées la femme aux cheveux roses, pour lui expliquer déjà ce que ses amies avaient... Mais elle entendit aussi le jeune homme lâcher d'une voix faible qu'il était prêt à se défendre au besoin... Malheureusement, ce n'était pas aussi simple de le convaincre... Car il était encore plus sur la défensive que pouvait déjà l'être la femme... Cela n'empêcha pas néanmoins la lycéenne d'expliquer ce qui arrivait à ses amies :

Cela fait seulement quelques jours que nous sommes arrivées, dans les canyons, et... Nous ne sommes pas habituées à un climat aussi dur... Mais elles sont affaiblis, extrêmement fatiguées, subissant des vertiges et... Elles ont de la fièvre, une forte fièvre depuis peu...


C'était tout ce qu'elle avait put identifier malheureusement, beaucoup plus à l'aise avec la mécanique d'un blindé que celle du corps humains... Et malheureusement, c'était ce qui blessait le plus actuellement. Le panzer serait toujours réparable, qu'importe les efforts, qu'importe les pièces qu'il faudrait mettre dedans, les humains était plus compliqué, et surtout plus fragile... Personne n'avait le blindage et la force d'un tank... Néanmoins, tandis que le petit groupe s'approchait, une nouvelle musique se faisait entendre de la part de la petite radio, contrainte à donner de douces mélodies dans un monde si lointain...

Musique

Directement, la jeune femme put apercevoir le blindé, immobile et toujours un peu salit par la poussière et la sable, éclairé uniquement par la lampe de l'Akiyama, mais aussi par les flammes du feu de camp que les jeunes filles avaient faites, alors que trois d'entre elles étaient endormies, épuisée et suant à grosses gouttes, avec une respiration un peu difficile et haletante, tandis que la seule éveillée à l'intérieur était la rousse, qui terminait non sans inquiétude son plat, avant de s'approcher du groupe et de se pencher en avant dès qu'elle fut à portée de voix, se présentant directement :

Bonsoir ! Je m'appelle Saori Takebe, enchantée de vous rencontrer !


Elle voulait poser plein d'autre questions à ces individus, mais elle se retint, préférant attendre que Yukari ne fasse la présentation de ces gens, chose qu'elle n'était pas en mesure de faire, ne connaissant même pas le nom de ces personnes. Ce fut avec grande hâte qu'elle se retourna à son tour, pour se pencher elle aussi en disant :

Désolée, j'aurai dût me présenter avant ! Mon nom est Yukari ! Yukari Akiyama ! Et... Pourrais-je savoir... Qui vous êtes ?


Surement l'une des questions principales. Peut être que si les présentations avaient été faites avant, il n'y aurait pas eu tout ce tintamarre, qui avait un peu perturbée l'Akiyama, déjà anxieuse par les menaces potentielles qui pouvaient arriver de ces gens... Mais bon, Saori n'avait rien de dangereuse ou d'intimidante, si ce n'était la taille tout de même fournie de sa poitrine, lui donnant un certain aspect maternel pour ses cadettes... Esprit qu'elle avait également !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyVen 07 Oct 2016, 17:34



- Rencontre -

J'écoutai d'une oreille attentive les indications de la jeune fille sur ces compagnons de voyage. En y réfléchissant, ce ne devait pas être quelque de très grave, juste un malaise dû à des températures plutôt rudes. Il fallait que même s'il n'avait rien à envier à Fuyu, le royaume de Seika n'avait pas forcément un climat agréable pour tout le monde. Ceux qui était habitués à un environnement plus proche de Minshu avaient dû s'adapter aux augmentations de températures qu'il y avait dans cet empire. De plus, le groupe se trouvait présentement dans l'endroit le plus hostile du pays. Un désert. L'endroit où les deux extrêmes de température se rencontraient, et où il était bon de ne pas s'attarder.

Je compris un peu plus l'état de ses amies, juste avant qu'on ne passe à côté de l'énorme engin que Kotaï et moi avions vu tout à l'heure. Je devais avouer que je n'étais pas rassurée devant une si grande construction, et une part de moi restait sur ses gardes. Il fallait dire que je n'avais jamais vu ce genre de chose et qu'il avait quelque chose de très imposant. Je le regardai d'un œil plutôt inquiet, avant de me faire accueillir par une autre fille, probablement amie avec celle qui était venue nous chercher. Elle se présenta devant moi, avant la deuxième ne le fasse aussi. J'émis un petit sourire et répondit à son geste en m'inclinant rapidement à mon tour.

Enchantée, moi c'est Sakura Haruno, et voici...   déclarai-je en finissant par lever la main en direction de Kotaï avec l'intention de le présenter, juste avant qu'il ne m'interrompe.

Sakura... non... s'il-te plaît

Je le fixai quelques secondes, avant de sourire et de conclure.

... et voici mon compagnon de voyage.

Je comprenais tout à fait mon ami. Je lui avais déjà imposé de suivre ces filles, alors j'acceptai sans peine de garder son nom caché. Je me tournai à nouveau vers les deux filles, et aperçut par dessus leurs épaules, trois filles couchées contre des arbres. Je ne distinguais par vraiment leur état ni leur physionomie, et me permit alors de dire, plus à l'intention de la fille aux cheveux oranges.

Votre amie m'a appelé pour soigner les malades que vous avez. Je suppose que c'est les trois filles derrière vous. Est-ce que vous voulez que je commence par l'une d'elle en particulier ?


- Elles ne semblaient pas cacher de piège...  -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptySam 08 Oct 2016, 13:12



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
A coté des flammes

Isuzu Hana
Allongée sur un drap

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Endormie.



Premiers soins

Musique

Passant à coté du blindé non sans quelques frayeurs irrationnelles vis à vis de la bête de fer, la femme aux cheveux roses répondit rapidement à la présentation que lui donnèrent les deux lycéennes vis à vis d'elles même. Ce n'était que leurs noms, mais c'était toujours mieux que d'être appelée "la rousse" ou "l'excitée".  Elle se présenta donc sous le nom de Sakura Haruno, tandis que son camarade de voyage, peut être encore plus méfiant qu'elle, ne souhaitait pas que son nom soit connu des jeunes filles... C'était à vrai dire à ne pas comprendre pourquoi : Qu'est-ce qu'elles pourraient faire de mal en connaissant comment il s'appelait ? Strictement rien, et cela ne permettrait pas de d'enlever les barrières qui s'étaient formées autour de ces gens un peu trop prudent.

Néanmoins, elle posa rapidement l'une des questions les plus importantes, à savoir laquelle des trois malades avait l'état le plus urgent. Déjà, la rousse afficha un grand sourire, rassurée, d'entendre que la femme allait pouvoir aider ses amies, affaiblies par les maladies de ce monde. Bien qu'elle ai réussi à les maintenir dans un état stable, elle n'avait pas du tout connaissance des maux de ce monde, et par conséquent la chose n'était pas possible sans informations... Ou sans traitement.

Tournant son regard, elle s'approcha de quelques pas vers Hana, tout en la désignant du bout de ses doigts, pour indiquer laquelle. Il était évident que de l'indiquer par son nom n'allait pas aider la jeune femme.

Elle. C'est elle qui... A contractée la maladie le plus tôt, et qui aujourd'hui en souffre le plus. J'ai essayé tout ce que je pouvais faire mais... Je ne... Peux pas... Je ne connais pas les maladies du désert, et encore moins celles de ce monde...


Laissant malheureusement un soupir se faire, elle se redressa, pour sortir un drap, qu'elle étala sur le sol, afin qu'elle puisse avoir sorte d'espace de travail, avant d'y allonger son amie, qui peinait à faire un pas. Elle était à la limite de l'inconscience, mais pourtant, son corps réagissait encore aux automatismes, tels que la marche.

Puis, elle la laissa faire avec ses compétences autrement plus évoluées que les siennes, retournant non sans inquiétude auprès du feu pour terminer la cuisson, avant de demander au garçon au prénom inconnu s'il souhaitait quelque chose :

Vous voulez manger un peu ? Il y a un peu de tout, des fruits, des baies et un peu de nourriture de chez nous. Ce n'est pas aussi bon que les grands restaurant, je m'en excuse, mais... Ça vous remplira l'estomac.


Pendant ce temps, l'Akiyama se tenait aux cotés de la femme en rose, pour l'aider au moindre besoin. Si elle avait besoin d'une seule petite chose, alors elle pourrait répondre présente ! Une serviette ? Elle en avait déjà une dans la main. De l'eau ? Posé contre sa jambe, alors qu'elle était accroupie.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyDim 09 Oct 2016, 21:45



- Commencement-

Je m'approchai donc des blessés. À première vue, elles semblaient encore consciente, bien que l'on les voit respirer bruyamment et suer à grosses gouttes. Saori s'occupa de poser la blessée désignée comme plus urgente sur un drap, ce qui effectivement, était plus pratique pour l'examen et les soins. Je la remerciai, et enleva mon sac de mon dos pour le poser à côté de moi. Puis je m'agenouillai, et commençai par vérifier les endroits habituels: le pouls, les battements et la respiration. Apparemment, jusque là, rien n'était anormal. Je posai ensuite gentiment ma main sur la tête et sentis une immense chaleur. Plus haute que la moyenne, ce qui me fit froncer les sourcils. Si elle atteignait de telles extrêmes, cela ne voulait dire qu'une chose: soit elle ne supportait vraiment pas le changement de température entre chez elle et Kosaten, soit son état était plus grave.

Je décidai alors de chercher la cause de cette grande fièvre, en posant mes mains sur sa poitrine. Fermant les yeux pour mieux me concentrer,je laissai aller un filet de mon chakra entre mes doigts. Je parcourai ainsi l'abdomen de la jeune fille, jusqu'à détecter une sorte de liquide qui était extérieur à l'anatomie habituelle d'un humain. De plus, cet élément étranger ne me semblait comme familier. Je l'avais probablement déjà vu, lors des visites de civils qui, connaissant mes capacités médicales, venaient me voir chez Yashima pour me demander mon aide.

Il y a quelque chose d'étrange à l'intérieur de votre amie, une substance qui n'y devrait pas.

Je redoublai de concentration pour être sûre qu'il s'agissait bien du liquide que j'avais en tête, puis quand j'en fus certaine, je cherchai la piqûres qui en avait été l'accès. En effet, cette substance venait d'un moustique plutôt dangereux mais pas mortel, qui vivait à Seika. Après avoir cherché sur les bras et le cou, je sentis l'arrière de la tête et descendit sur la nuque. Là, je trouvai une sorte de croûte. Délicatement, je soulevai la malade, pour mieux observer ce qu'elle avait derrière le cou. Aucun doute, il s'agissait bien là de ce que je recherchais. Maintenant assurée de la marche à suivre, je reposai gentiment la jeune fille sur le drap et me tournai vers Yukari.

Il s'agit d'un léger poison venant d'un insecte vivant dans les parages. Rien de très dangereux rassure-toi, mais si on ne l'enlève pas, ton amie risque de souffrir encore un moment. Mais pour cela, il me faudra ton aide et celle de Saori.


Je lui demandai ensuite, de me passer l'eau et la serviette et posai le récipient devant moi. Après que Yukari est appelée son amie et que les deux se trouvent vers moi, je leur expliquai la démarche.

L'opération est très douloureuse, je vais me servir de mon énergie pour former une boule d'eau et emprisonner le poison à l'intérieur. Il faut que la blessée ne bouge sous aucun prétexte. Je compte sur vous.

Les filles hochèrent la tête, et l'opération put commencer. Au moment où je fis pénétrer l'eau dans le corps de la jeune fille, celle-ci se mit à crier et à vouloir se débattre, tant la douleur était grande. Je m'attendais à cette réaction, ayant déjà usé quelques fois de ce stratagème, et je me permis donc de rappeler.

C'est maintenant qu'il faut bien la tenir !

Je m'appliquai à être la plus délicate possible, mais la blessé exprimait tout de même sa souffrance. Pendant de longues minutes, il fallut batailler, autant moi que le groupe de fille m'ayant appelé, pour qu'enfin la dernière goutte de liquide ne sorte. Une fois cela fait, je vidai le récipient rempli de la substance dans un bosquet un peu plus loin. Puis je revins et terminai mon travail en soulageant la fièvre avec une paume mystique. Fatiguée de l'opération qui était une des plus complexes de mon arsenal de compétence, je souris tout de même à Yukari et Saori.

Cette fois, il n'y a plus aucun souci à se faire à son sujet.

De son côté, Kotaï regarda la fille aux cheveux oranges, plutôt méfiants, avant de simplement déclaré qu'il n'avait pas faim. Il remercia tout de même la jeune fille. Puis, il s'installa un silence plutôt génant entre les deux, avant que Saori ne soit appelée. Les deux vont alors approcher de la zone de soin.


note au correcteur :
 

- Yolo les poissons rouges -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMer 12 Oct 2016, 19:35



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
Soutient Mako

Isuzu Hana
Inconsciente

Akiyama Yukari
Non loin de Sakura

Reizei Mako
Soutenue par Saori



Assurance médicale

Musique

La réaction de l'autoproclamée médecin ne se fit pas attendre. S'approchant de la malade qui avait été posée, elle commença sans plus attendre son analyse, qui après tout ne différait pas d'un monde à l'autre. Les gestes de premiers secours, la température corporelle et la respiration étaient des acquis qui ne différaient pas, et à en voir avec quelle assurance elle procédait, aucun doute ne subsistait quand à ses compétences. Mais ces symptômes pouvaient avoir milles causes différentes, que ce soit une insolation, une maladie, un effet secondaire du sceau qui ornait les corps des jeunes filles ou bien tout autre raison...

Et ce fut une encore moins évidente qui semblait atteindre la vérité. Une substance dans le corps de la jeune fille... Pourtant, elle avait mangée la même chose que les autres, aux mêmes moments ! Pourquoi donc l'Isuzu était-elle plus affectée ? Enfin, deux autres l'étaient aussi, mais Saori ou Yukari n'étaient pas particulièrement résistantes aux maladies, du moins pas plus que les autres...

Toutefois, après analyse plus détaillée, la femme révéla qu'il s'agissait d'un poison qui circulait dans son corps, transmis par l'intermédiaire d'un insecte qui avait put mordre ou piquer la lycéenne jusqu'au sang, lui injectant cette substance... Autrement dit, cet endroit avait le désavantage des vacances, sans même en avoir un seul avantage. Car pour rien du monde cette épopée ne pouvait se qualifier de "reposante"... Allant de mal en pire, les choses s'annonçaient presque comme un cauchemar, avec des hauts et des bas... Mais jusqu'où iraient-elles ? Jusqu'où devraient-elles aller pour retrouver leur monde, leur planète, leurs vies respectives ?

Pour ce qui s'apparentait au traitement de l'Isuzu, elle annonçait qu'elle avait un moyen de s'en occuper, et que même si l'état des malades était très préoccupant, leurs jours n'étaient pas en danger. Il allait surtout falloir s'occuper d'elles pour éviter qu'elles ne souffrent pas davantage...

Si les deux lycéennes s'étaient approchées avec la ferme intention d'aider la jeune femme, elles écarquillèrent les yeux en entendant les premiers mots... L'opération était... Très douloureuse ? Mais... Il n'y avait pas d'autres moyens ? Est-ce qu'autant de douleur d'un coup valaient ces désagréments ? Elles n'avaient pas d'autres choix à vrai dire... Elles avaient demandé l'aide de cette femme, ce n'était pas pour la refuser après. Ce fut avec un peu de retenue qu'elles hochèrent la tête, se positionnant de part et d'autre de la lycéenne aux cheveux sombres, avait de la maintenir au sol en prenant appui sur ses épaules et sur ses hanches, tandis que ses bras étaient maintenus par leurs genoux. Il allait juste falloir commencer l'opération...

Dès le moment où elle plongea une grande bulle, formée par... Magie, dans le corps d'Hana, cette dernière écarquilla d'un coup sec les yeux sous la douleur, avant que par reflexe et instinct elle ne crie, cherchant à se dégager de toute cette douleur, qui était sensé la soigner. Des minutes, des jours, des mois ou des années, peut être étais-ce le temps que les deux comparses avaient dût endurer les cris de couleur de l'Isuzu, sans pouvoir rien faire d'autre que confiance en les talents de la femme aux cheveux roses. Si en tout cas les deux amies n'étaient pas très fortes, l'entretien du blindé avait tout de même aidé à ce niveau là, mais c'était surtout l'état de fatigue très avancé de la tireuse du Panzer qui avait permis le fait qu'elle soit maintenu, moyennant tout de même des moments très éprouvants pour elles.

Mais c'était fini. En quelques minutes, elle s'était chargée d'enlever tout le poison du corps de la jeune fille, avant de guérir les derniers symptômes qui restaient, laissant tout de même la jeune fille dans l'inconscience. C'était le prix à payer pour pouvoir avancer... Pour pouvoir trouver la clé qui mènerait les jeunes filles en dehors de ce monde. Il allait falloir qu'elles soient toutes à leur maximum !

Toutefois, les nombreux cris de douleur de l'Isuzu n'avaient pas aidés les autres malades... Car si Miho s'était simplement recroquevillée sur elle même, consciente d'être la prochaine ou celle qui suivrait, Mako s'était réveillée et ne semblait mais pas du tout être en confiance pour cela, si bien que dans son esprit, la fuite semblait être une meilleure solution. Enfin, la fuite... Si elle avait été dans un meilleur état. Malade et venant de se réveiller, elle n'avait pas fait quelques pas qu'elle s'était écroulée sur le sol, exténuée, mais commençant à ramper pour fuir, avant d'être récupérée par la rousse, qui s'était empressée de la récupérer, alors que la Reizei se débattait ! Visiblement, les choses risquaient d'être plus difficiles... Et il allait falloir l'aide de la jeune femme pour réussir à l'examiner...

Mais était-elle vraiment malade ? Après tout, les symptômes que la jeune fille présentait n'étaient pas aussi graves que ceux dont souffrait la Nishizumi ou l'Isuzu. Et pire, ce qu'elle avait pouvait s'expliquer d'une tout autre manière, qui était malheureusement génétique pour elle : L'hypoglycémie. Souvent sujette à des gros coups de fatigues, la Reizei n'était en plus pas la personne montrant le plus facilement ses émotions, parlant d'un ton placide et peu enjoué.

Et il restait aussi la Nishizumi, qui toujours adossée à son arbre, se montrait discrète, pas forcément la plus enjouée de devoir souffrir pour vaincre la maladie, mais préférant aussi que ses amies soit soignées avant. Car même souffrante, elle se dévouait aux autres, ce qui était, après tout, l'une des meilleurs qualités qu'elle pouvait avoir en tant que lien qui unissait le groupe, sous le nom de "Chef de char".


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyJeu 13 Oct 2016, 13:30



- Echapée-

Mon intervention ne sembla pas réjouir une des autres malades appuyées contre un arbre. S'il l'une d'entre elle sembla se renfermer sur elle-même, par peur probablement de subir la même chose que son amie, une autre se leva à grande peine pour fuir de quelques pas la zone de soin. Malheureusement, il ne résidait en elle plus assez de force pour se maintenir debout bien longtemps. Je ne fus pas assez leste pour la rattraper avant sa chute, mais quand je vis le fait se produire, j'abandonnai tout tri de mes affaires pour accourir à son chevet et vérifier si elle n'avait pas aggraver son cas. Heureusement, la jeune fille aux cheveux oranges arriva la première et releva la fuyarde. Quelque part, je pouvais comprendre cette réaction. L'extraction du poison, que j'avais appris avec Tsunade sensei, était très douloureux à supporter, et cette jeune fille l'avait bien compris en voyant son amie criée. Dans mon monde, Kankuro n'avait pas été épargnés, et il avait été bien courageux pour supporter ce traitement. Quelque part, la jeune fille allongée en avait fait preuve également.

Je me postai devant la fuyarde pour lui couper toute tentative nouvelle de s'échapper et lui posai une main sur son épaule, pour essayer de la calmer. Le stress n'était jamais bon pour un malade.

Calme-toi, reprends-toi, ton avis va bien, respire lentement.

J'avais parlé d'une voix calme, ne faisant aucun geste brusque pour l'effrayer davantage.

Si tu veux guérir, il faut que tu arrêtes d'avoir peur, je ne suis pas là pour te faire du mal.

Pour lui prouver ma bonne fois, je lui posai délicatement ma main droite sur son front, que je sentis instantanément brûlant, et j'entrepris de faire baisser la température. Le soulagement qu'elle pouvait ressentir allait être temporaire, mais il allait suffire pour que j'aie le temps de trouver la véritable cause de son malaise et qu'elle m'accorde un brin sa confiance. Kotaï vint aider Saori à la maintenir. Je continuai à lui parler, ma main toujours sur son front, et la voix se faisant la plus bienveillante possible.

Respire une grand coup, tout doucement, fais-moi confiance, je vais te guérir, tu peux compter sur moi. Arrête de te débattre et je te rendrai la santé.


- Un inconnue devait forcément montrer sa bonne foi -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyLun 17 Oct 2016, 13:41



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Adossée contre un arbre

Takebe Saori
A coté de Mako

Isuzu Hana
Inconsciente

Akiyama Yukari
A coté de Mako

Reizei Mako
Au sol



Serment d'hypocrite

Affaiblie, attrapée, capturée... Aucun de ces états ne réusissait à calmer la Reizei pour le moment qui, comme possédée, essayait tant bien que mal de trouver un endroit plus sur... Un endroit où elle n'aurait pas à subir une si grande douleur pour guérir ! Et encore ! Elle n'avait pour le moment aucune preuve que cette technique ait véritablement fonctionnée ! La seule chose qu'elle savait, c'était que l'Isuzu avait subis une douleur immense, et qu'elle s'en retrouvait maintenant inconsciente... Fou étaient ceux qui acceptaient directement un tel traitement, en la voyant comme une fatalité... C'était en tout cas ce qu'elle pensait, avec en partie raison... Il y avait surement des manières moins douloureuses de résoudre ce problème... Mais... Elles n'étaient pas à disposition. Il fallait donc qu'elle y passe... Pour aller mieux.

Et quand bien même la femme aux cheveux roses se positionna devant elle pour essayer de la rassurer en donnant des conseils, c'était assez difficile pour la Reizei que d'accepter une telle fatalité, surtout de la part de quelqu'un qui disait tout de même pratiquer la médecine sans respecter à un seul instant le serment d'Hippocrate ...

Mais dès lors qu'elle appliqua sa main droite sur le front de la conductrice et soignant avec efficacité sa température trop haute, elle se calma un peu, voyant bien que les talents de la jeune femme étaient réels, et que donc, par conséquent, elle pourrait... Peut être... Lui accorder sa confiance... Et puis après tout, elle n'était pas réellement en l'état de résister, et la décision ne lui reviendrait pas... Elle appartenait à la rousse, qui étant très proche d'elle, savait ce qui était le mieux... Et malheureusement, la meilleure chose à faire était qu'elle accorde sa confiance... Même si c'était forcé et fait les pieds à reculons...

Allongée à la place d'Hana, que l'Akiyama avait écartée et allongée un peu à coté, la Reizei serait déjà les dents, avant même que l'opération ne débute... Mais pourtant, son mal était tout de même plus faible, moins grave que ce qu'avait subit l'Isuzu et la Nishizumi... C'était juste que sa constitution rendait chaque maladie plus inquiétante qu'elle ne devrait être... Ce qui était parfois bien problématique... Le poison, s'il y en avait, serait presque infime à enlever, et elle souffrirait moins que ce qu'avait subis l'Isuzu... Mais elle devait tout de même passer sur la table d'opération, avec tout ce que cela impliquait...

Mais ses deux amies conscientes étaient là, à ses cotés, pour la soutenir et faire en sorte qu'elle évite de bouger... Et qu'elle évite de s'enfuir... C'était une épreuve difficile pour Mako, que l'Isuzu avait acceptée de passer sans broncher... Et elle devait faire de même, malgré toute sa réticence... Et après elle... Viendrait le tour de la Nishizumi, et probablement une inspection de Yukari et de Saori, qui même si elles allaient bien, pouvaient avoir été contaminés. Quitte à soigner les jeunes filles, autant le faire bien.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMer 19 Oct 2016, 22:01



- Deuxième intervention -

Petit à petit, la malade sembla me faire confiance. Je ne la brusquai pas le moins du monde, afin de ne pas augmenter son stress. Je gardai ma technique de soin aussi longtemps qu'il le fallut. Puis enfin, Kotaï et Saori finirent par allongée la fuyarde à la place de celle que je venais de soigner. Revenant vers mes affaires, je m'agenouillai et appliquai le même diagnostic de départ. Sa respiration était évidemment plus rapide que son amie, mais cela s'expliquait sans peine par le coup de stress dont elle venait de faire preuve. Son pouls était aussi légèrement faible, mais pas de quoi s'inquiéter.

Posant délicatement mes mains sur son ventre, je sondai l'intérieur. Fermant les yeux pour mieux me concentrer, je pus constater qu'elle avait une constitution plus faible que la normal. Elle souffrait d'un manque de sucre, et par dessus, d'une alimentation insuffisante pour être en bonne santé. En bref, son état résultait d'une sous-alimentation, et heureusement pour nous deux, aucune trace du poison de son amie ne fut détectée. En effet, je n'aimais pas utiliser cette technique d'extraction de poison. Elle faisait beaucoup souffrir. Là, je n'avais pas à le faire, et ça me soulagea. Souriant, j'annonçai à la malade.

Dans ton cas, le traîtement sera beaucoup moins douloureux, tu as de la chance.

Je commençai par laisser sortir du mana vert autour de mes mains, et de le balader sur l'abdomen de la jeune fille. Le but était ici de lui redonner de l'énergie. ça n'allait certes pas être assez, mais j'avais mon idée pour poursuivre la guérison. Tout en manoeuvrant, je continuai.

En réalité, j'ai vu que tu manques d'énergie, et tu as une carence en sucre. Aucune substance toxique ne traîne en toi.

Je laissai la technique de soin se faire encore quelques minutes, histoire qu'elle fasse vraiment effet, puis je l'arrêtai et fouillai dans mon sac pour en sortir une petite bouteille. Elle contenait un liquide fortifiant, au goût sucré, ayant pour effet de redonner des forces. Je l'avais acheté dans une boutique à Chikaï. Je l'ouvris et lui donner.

Tient, bois seulement, ça va te remettre d'aplomb


- sakura a plus d'une fiole dans son sac -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyLun 24 Oct 2016, 17:57



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Au sol

Takebe Saori
A coté de Mako

Isuzu Hana
Inconsciente

Akiyama Yukari
A coté de Mako

Reizei Mako
Adossée contre un arbre



Fausse crainte

Allongée sur le dos au milieu de la scène, la Reizei était contrainte d'obéir pour aller mieux. La fatigue, la maladie et l'insistance de ses amies avait fini par vaincre toute volonté de s'opposer à celle qui voulait la soigner, même si la douleur allait être présente... C'était en tout cas ce qu'elle craignait avec ferveur, ne pouvant retirer de sa tête les cris de l'Isuzu, précédemment soignée, mais ce fut avec un grand soulagement qu'elle entendis après l'examen qu'avait fait la jeune femme sur elle en posant ses mains sur son corps qu'elle ne portait aucune trace de poison... Alors pourquoi présentait-elle les mêmes symptômes ? Visiblement, la réponse fut toute trouvée : L'hypoglycémie de la jeune fille. Son manque de sucre dans le sang qui la fatiguait à un point des plus critiques...

Mais pourquoi ? Saori savait tout de même comment doser l'alimentation de son amie d'enfance, et ce avec des fruits et diverses rations... Alors pourquoi... Elle était épuisée ? C'était si étrange que la rousse ne comprenait pas l'explication, essayant d'imaginer pourquoi une telle chose avait put se produire... S'était-elle montrée négligente ? Les fruits locaux étaient-ils moins sucrés ? C'était inconcevable, puisque le goût traduisait une forte teneur... Alors... Est-ce que c'était la faute du sceau ? Celui qui était posé sur chacun de leur corps... Avait-il aggravé l'hypoglycémie de la jeune fille ? C'était à craindre, et c'était en tout cas avec stupéfaction que la Takebe baissa le regard, se considérant comme coupable de l'état de son amie...

Mais bien vite, la situation fut arrangée. La jeune femme sortit de son sac une petite bouteille, qu'elle donna à la Reizei, qui mit quelques secondes à comprendre que c'était pour elle, et qu'il fallait qu'elle boive, s'attendant plutôt à subir des douleurs  cruelles plutôt que de simplement boire quelque chose... Mais bon, elle n'allait pas s'en plaindre, sauf si le goût était infect. Elle se permis donc d'en boire quelques gorgées, affichant tout de même un petit haut de coeur avec le goût très très sucré de la boisson, mais remercia ensuite d'un signe de tête la jeune femme, pendant que la rousse pris la parole pour expliquer ce qui avait put mettre dans une telle situation Mako, essayant de savoir si ce qu'elle avait supposé était vrai...

Ce... C'est de ma faute... Mako est hypoglycémique et... Je crois qu'avec son arrivée sur Kosaten, elle... Elle a besoin de plus qu'autrefois... Je... Je n'ai pas été assez vigilante...


Si Saori semblait s'en mordre les doigts, le fait que la Reizei pose sa main sur l'épaule de la rousse lui fit comprendre qu'elle ne pouvait pas savoir que c'était ça, puisque les autres avaient les mêmes symptômes... Et en parlant des autres, Miho, aidée de l'Akiyama, s'avança, et fut normalement la dernière à être soignée, même si cela risquait d'être malheureusement plus douloureux que pour celle qui venait de passer... Mais elle savait qu'elle pouvait faire confiance en la jeune femme et en ses amies pour l'épauler, même si elle... n'était pas forcément la plus rassurée quand à ce qui allait se passer. Mais qu'importe, elle l'accepterait, fermant ses yeux et détendant son corps pour que tout se passe bien... Du moins, c'était ce qu'elle espérait...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMar 01 Nov 2016, 10:25



- Inconnu-

Je repris la fiole une fois que la malade eut fini. Avec les vitamines et le sucre que celle-ci contenait, la jeune fille devait pouvoir sentir une amélioration dans les heures qui venaient. Je fus satisfaite que son traitement ait été moins douloureux que son amie. J'avais l'impression en utilisant la technique d'extraction du poison de passer pour une tortionnaire, un être qui profitait de ses capacités pour faire souffrir le monde, et c'était de loin la dernière chose que je voulais. Même si ça faisait au moins cinq ans que je connaissais cette technique, j'ai toujours eu du mal à m'y faire. Je reste concentrée et sûre de moi extérieurement, pour si possible montrer au blessés que je savais ce que je faisais, mais intérieurement, je pouvais comprendre sa douleur.

Alors que je rangeai ma mixture dans mon sac, j'entendis la dénommée Saori s'excuser. Apparemment, c'est elle qui s'occupait de sa partenaire hypoglycémique en temps normal, et d'après elle, elle avait manqué de vigiliance. Je réfléchis à sa remarque sérieusement pendant quelques secondes, et lorsque je fermai mon sac, je lui répondis d'un ton qui se voulait rassurant.

Tu n'as pas à t'en vouloir. Je ne sais pas de quoi est fait votre monde, mais peut-être que les aliments sont d'une autre composition, que tu ne soupçonnais peut-être pas, et qui a faussé tes calculs. De plus, le sceau bride pas mal d'énergie, elle en a moins que d'habitude pour lutter contre sa maladie, et ça tu n'y est pour rien.

Il y avait aussi le fait d'être dans un désert, et le stress d'un nouveau monde, autant de raison indépendantes de la volonté de la jeune rouquine qui pouvaient jouer en faveur d'un malaise de son amie. Je me levai pour lui mettre une main sur l'épaule, alors que la dernière malade arrivait. J'affichai un sourire encourageant.

Si ça peut te rassurer, je peux te donner le liquide que je viens d'y faire boire, comme ça, si une telle situation se reproduit en mon absence, tu auras de quoi la soigner, au moins un peu.

J'attendis sa réponse, puis enlevai ma main pour m'agenouiller devant la dernière patiente. À nouveau, j'appliquai le diagnostic habituel, mais alors que je vérifiai son pouls, j'entendis le bruit violent, comme une détonation. Un bruit que je n'avais jamais entendu auparavant, et qui me fit me lever d'un bond, immédiatement alerte. Kotaï eut le réflexe de s'approcher de moi, pour bénéficier de ma protection. Un nouveau coup retentit, mais étrangement, rien de vint nous attaquer. Qu'est-ce que ça signifiait ?

Je vérifiai les alentours.

Qu'est-ce que c'est...


- D'où venait ce bruit d'un nouveau genre ? -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyJeu 03 Nov 2016, 18:28



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
Au sol

Takebe Saori
A coté de Miho

Isuzu Hana
Inconsciente

Akiyama Yukari
A coté du blindé

Reizei Mako
Allongée à coté
du feu



Coupe sonore

C'était avec un peu de difficulté que la Nishizumi commençait à se mouvoir pour se diriger vers ce qui servait à la jeune femme aux cheveux rose de table d'opération bien sommaire. Déjà qu'au Japon, les visites médicales étaient assez délicates à gérer et à organiser dans un simple établissement (et encore, Oarai était une petite école en comparaison à Pravda ou Saunders), ce n'était pas forcément avec grand enthousiaste qu'elle s'avançait, aidée de l'Akiyama, qui avait vu d'un regard que la chef de char aurait grandement peiné à parcourir ces quelques mètres...

Mais avant ceci, la Takebe fut en quelque sorte réconfortée par la doctoresse. Selon elle, la jeune rousse n'avait pas à s'en vouloir... Car elle ne pouvait pas prévoir à l'avance que la teneur en sucre des aliments de ce monde... Et de plus, le sceau pouvait avoir limité grandement l'énergie dont la Reizei, qui s'était affalée à coté des flammes, non loin de l'ami de la jeune femme, disposait pour lutter contre le mal qui l'affectait depuis sa plus tendre enfance.

Mais alors qu'elle posait sa main sur l'épaule de la jeune fille, ce fut dans sa tête un peu la panique lorsqu'elle lui proposa de garder la fiole, afin que dans une situation similaire elle puisse s'occuper directement de son amie, plutôt que de la voir s'affaiblir de plus en plus et d'être obligé de demander assistance au milieu de nul part. D'ordinaire, la politesse obligeait, elle aurait refusé, secouant la tête, essayant au minimum de trouver quelque chose pour compenser ce don qui pouvait être, après tout, d'une valeur rare. Avait-elle une idée du coût de cette vasque ? Absolument aucune, mais actuellement elle accepta, affichant un léger sourire, signifiant le regret de devoir accepté un tel présent, mais aussi le fait d'être rassurée quand à cette possibilité de soigner Mako... Et la santé de ses amies était trop importante pour être négligée. Si elle devrait travailler des journées entières pour payer des soins, elle n'hésiterait pas un seul instant.

Merci beaucoup ! Je vais tout faire pour en faire le meilleur usage possible ! Je vous le promets !


S'il fallait qu'elle le signe de son sang, elle serait prête à le faire ! Bon, peut-être pas avec autant d'entrain, mais... Bon, la question ne se posait pas, et ce n'était pas le sujet ! Miho venait d'être allongée à ses cotés, et... Peut-être que sa soignante aurait besoin d'assistance ! Et... Si elle voulait apprendre quelques bases, il allait falloir qu'elle observe, même si cela risquait d'être en dehors de sa portée.

Toutefois, ce fut quelques bruits de tirs et d'explosions qui firent sourciller la jeune fille, qui se demandait pourquoi il y avait de tels bruits. Elle en savait très bien la provenance, car cela venait des enceintes que l'Akiyama avait allumées il y a bien des minutes de cela. Certes, elles s'étaient faites discrètes, mais certains bruits réussissaient encore à passer, notamment... Ces tirs. En tout cas, cela avait fait paniquer la jeune femme, qui cherchait un signe d'hostilité. Venant d'un autre monde, il paraissait normal qu'il allait falloir lui expliquer, alors que la nommée Yukari s'avançait et coupait la musique en appuyant sur l'un des boutons.

Désolé, j'avais gardé cette bande lorsque l'on ne pouvait pas s'entrainer. Désolé si ça vous a surpris ! Ce n'est rien de grave !


Elle ne perdit en tout cas pas de temps, et s'empressa de prendre la radio, pour l'amener dans un endroit plus adapté : L'intérieur du blindé.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMar 08 Nov 2016, 17:06



- Fin de la chaîne -

Je restai un instant immobile, regardant Yukari manœuvrer. Une question surgit dans mon esprit, et je pus voir que Kotaï était complètement perdu. Connaissait-il même le principe de la radio ? Je n'en étais pas sûr, mais moi, ce qui me taraudait, c'était le fait d'enregistrer ces étranges tirs. Le son n'était pas agréable, et ça faisait sursauter. Quel était l'intérêt ? Alors que ma tension retombait, je rangeai mon arme, et demandai.

Qu'est-ce que c'était comme bruit... on aurait dit une sorte de détonation... ça vous plait d'écouter ce genre de chose ?

Je rassurai Kotaï, en lui expliquant brièvement ce que c'était, lui posant une main sur l'épaule. Puis, une toux de la blessée allongée me fit reprendre le travail. Je m'agenouillai pour la énième fois et continuai mon diagnostic, que j'avais interrompu à cause de l'émetteur. Cette fois, mon analyse trouva à cette étape une petite anomalie. Alors que je lui demandai de respirer pour contrôler ses poumons, je constatai qu'il avait une difficulté à fonctionner normalement. Rien de très alarmant, mais c'était probablement la cause de son état.

Dans ton cas, mon intervention de tout à l'heure ne sera pas nécessaire non plus. Tu souffres d'une infection pulmonaire, probablement à cause des grands changements de température que subit le désert.  

Je farfouillai dans mon sac pour en sortir une seringue et un produit dans une bouteille. Je l'ouvris pour prélever du liquide dans le petit outil, tout en continuant de parler.

Je vais t'injecter une sorte de vaccin qui va aider tes anticorps à se battre contre le virus.

Je n'eus comme réponse qu'une nouvelle série de toux, mais quelques parts, je n'attendais aucune réponse. J'avais simplement pris l'habitude d'expliquer ma démarche pour que les patients ne panique pas en voyant l'aiguille. Je rebouchai la bouteille et pris le bras de la blessée.

Attention, tu es prête ? 1,2,3...

L'aiguille se planta dans le bras et le liquide s'infiltra dans les veines. Je fis le plus gentiment possible pour atténuer la douleur, mais la blessée pouvait tout de même sentir le liquide entrer. Une fois la piqûre finie, je me tournai vers Saori.

La bouteille que je t'ai donné peut servir aussi pour elle, mais à bien moins grande dose. Je te conseillerais de donner chaque jour un petit verre à ton amie hypoglycémique, et de réduire à une fois tous les 3 jours à celle-ci.

Je posai ensuite mes mains sur l'abdomen de ma patiente, et fis apparaître du chakra que je transférai dans son corps. Il allait servir d'énergie à la jeune fille, qui allait probablement en avoir besoin. Enfin, j'eus terminé et je me levai pour regarder les trois filles que j'avais soignées.

Comment vous vous sentez ?



- Yolo les poissons rouges  -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyJeu 10 Nov 2016, 19:24



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
A coté du feu

Takebe Saori
A coté du feu

Isuzu Hana
Inconsciente

Akiyama Yukari
A coté du feu

Reizei Mako
Assise à coté
du feu



A table

Il était plus que probable que le petit signe de tête, légèrement timide de l'Akiyama en réponse à la question un peu stupéfaite de la femme aux cheveux roses n'allait pas aider cette dernière à la prendre au sérieux... Mais pourtant, c'était ainsi qu'était Yukari. Passionnée depuis toujours, il lui arrivait de faire des choses parfois particulières, et enregistrer le tir du canon principal du panzer pouvait en faire partie... En soit, cela n'avait pas grandement étonné les camarades de celle aux cheveux bouclées, ayant l'habitude de trouver en sa compagnie des traits bien particuliers, qui avait le don de faire sourire... Enfin, même si aujourd'hui, cela avait faillit causer deux crises cardiaques chez les personnes non habituées...

Mais bon, coupée, la radio n'allait put faire de mal, contrairement à ce qu'allait risquer la Nishizumi, malade. De la douleur, de la fièvre... Mais aucunes traces d'un empoisonnement... Fort heureusement, il ne s'agissait "que" d'une infection pulmonaire dût aux changements de températures. C'était vrai, qu'après tout, la jeune fille avait beaucoup toussée, mais avec le sable et la poussière du désert, et sans compter la fumée du moteur, il y avait bien de quoi tousser sans forcément être malade... Mais bon, dans tout les cas, elle allait pouvoir être soignée... mais cela induisait une piqure...

Bon, elle n'en avait pas peur, et c'était un bien petit mal en comparaison de ce qu'elle risquait sans soin... Mais la sensation de se faire piquer, puis de se faire injecter dans le corps un vaccin n'avait rien d'agréable, bien au contraire, même si c'était sans douleur, et qu'elle devait se retenir de tousser ou de bouger pour ne pas avoir encore plus mal...

Mais finalement, c'était bon. La jeune fille était soignée, enfin elle le serait avec un peu de repos et une attention particulière de celle qui serait son infirmière : la rousse. Endossant d'office ce rôle qui lui convenait bien, la Takebe fit un signe de tête dès lors que les instructions avaient fini d'être énoncées. Cela paraissait donc clair : Une dose par jour pour Mako jusqu'à ce qu'elle trouve comment doser les fruits de Kosaten pour subvenir à l'alimentation de son amie, et une dose tous les trois jours pour la malade jusqu'à ce qu'elle aille mieux... C'était simple, elle allait retenir, et il était plus que probable qu'entre temps, elles puissent rallier Chikai.

En tout cas, la Nishizumi acquiesça, un peu faiblement, à la question de la doctoresse. La jeune fille s'en tirait bien après tout, un peu moins bien que la Reizei, qui au final n'avait pas contractée de maladie, mais beaucoup mieux que l'Isuzu, toujours dans les vapes, mais dans un état stable au moins. Les autres elles, étaient fatiguées, mais affichait un sourire rassurée, leurs amies étant hors d'état de danger. Si elle avait put, l'Akiyama aurait probablement fait un tir de joie avec le panzer, mais... Peut-être qu'une bonne conscience dans sa tête lui avait indiquée que ce n'était pas une bonne idée, et qu'il vaudrait mieux garder cette envie pour une autre occasion...

En tout cas, ce fut la Takebe qui, conduisant ses amies affaiblies au coin du feu et posant une couverture sur l'Isuzu, prit plusieurs bols et la parole en s'adressant aux deux invités :

Nous n'avons pas grand chose pour vous remercier de tout ce que vous avez faits pour nous mais... Si vous pouviez accepter de prendre le repas avec nous, cela me ferait plaisir, et puis... Il y en a surement trop pour nous. C'est bien peu, j'en conviens... Mais je vous prie d'accepter.


Commençant à servir plusieurs bols, en étant tout de même aidée par l'Akiyama qui veillait à ce que les malades prennent bien le temps de boire, cette dernière se tourna vers la dame aux cheveux roses, qui avait pris le soin de s'occuper de ses amies même si au début, les choses ne se passaient pas très bien... Mais maintenant, tout s'était arrangé, pour le meilleur.

Merci beaucoup en tout cas. Où avez-vous appris toute la médecine ? Et vous avez utilisée des pouvoirs non ? Pour apaiser la douleur et extraire le poison qui était dans Hana, non ?



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyMer 16 Nov 2016, 10:53



- Autour d'un feu -

Je fus contente d'observer que les malades étaient en voie de guérison, mais je m'inquiétais de voir la première que j'avais soignée encore inconsciente. Y étais-je aller trop fort ? Je pris tout de même le temps de m'approcher pour poser ma main sur son front. Il n'était pas chaud et je vis sa poitrine se soulever régulièrement, signe qu'elle respirait encore. J'en déduis donc qu'elle était "simplement" très affaiblie et que du coup, ce moment d'inconscience allait être passager. Soulagée de ce constat, je me relevai pour observer Kotaï, bien silencieux depuis le début de mes interventions. Je vis qu'il s'était détendu, qu'il avait peu à peu quitté cet état défensif qu'il avait revêtu lors de la rencontre de Yukari. Il resta néanmoins plutôt réservé.

ça va Kotaï ? demandai-je gentiment

Il afficha un léger sourire.

Oui ça va, bravo à toi !


Un sourire se dessina également sur mes lèvres.

Merci

Ce fut à cet instant que Saori nous proposa un repas. Il fallait dire que toutes ces interventions m'avaient donné un petit creux et je voulus accepter de suite. Je me ravisai tout de même pour demander d'un regard à Kotaï ce qu'il en pensait. Il comprit instantanément, et hocha la tête. Je revins alors sur la rousse en lui souriant.

Vous ne me devez rien. Soigner, c'est normal, je n'attends rien en retour. Mais j'accepte volontiers.

J'aidai alors à déplacer les malades qui restaient au besoin et m'assis au bord du feu. Quand un bol de nourriture me parvint, je sentis la fumée qui s'en échappait.

Mmhh ça sent bon en tout cas.

Je l'entamai une fois que nous étions tous assis, écoutant Yukari me poser des questions. Elle semblait visiblement très intéressée par mes capacités, et de mon côté, j'appris un troisième nom dans la bande qu'elles étaient : Hana. C'était joli. M'arrêtant de manger, je répondis bien volontiers.

En réalité, c'est dans mon village natal que j'ai tout appris. Je viens d'un monde de shinobis qui ont tous une spécialité. ça peut être le combat au corps à corps, le ninjutsu, les explosifs, élaborer des stratégies, être médecin et j'en passe. Comme tu l'as remarqué, moi j'étais ninja-médecin.

Je marquai une pause pour changer de question.

Quant à Hana, le principe que j'ai appliqué consister en une bulle d'eau que je forme grâce à mon énergie, et que j'insère dans le corps de la malade. Grâce à elle, je peux emprisonner le poison et le faire ressortir... le problème, c'est qu'il s'accroche souvent à la chair du malade, ce qui provoque ces violentes douleur que vous avez vu...

Je pris une bouchée dans mon bol, puis continuai.

Je n'aime pas trop utilisé cette technique habituellement, mais il arrive que j'aie pas le choix... Et vous ? Comment s'est passé le changement jusqu'à Kosaten ? Le choc n'a pas été trop grand ?


- L'atmosphère se détendait -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyVen 18 Nov 2016, 11:46



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
A coté du feu

Takebe Saori
A coté d'Hana

Isuzu Hana
Reprend conscience

Akiyama Yukari
A coté du feu

Reizei Mako
Assise à coté
du feu



Différences culturelles

Un repas... La plus simple et la plus facile des choses à partager. Chaud ou froid, dans un grand restaurant, dans un simple bar, dans une maisonnette ou, comme ici, de manière sauvage, c'était un moment convivial, entre amis ou avec la famille, qui se faisait généralement dans une bonne ambiance... Et aujourd'hui, même si la plupart d'entre elles avaient subis aujourd'hui de fortes hausses d'émotion, que ce soit les malades, les cris de douleur de l'Isuzu, la culpabilité de Saori et la rencontre assez difficile qu'avait dût arranger l'Akiyama avec cette doctoresse, on peut dire que ce bouillon local était amplement mérité, plus de milles fois...

Par ailleurs, cette femme n'avait pas chômé. Il suffisait de la voir pour confirmer que ces soins et ces diagnostics utilisant une magie particulière n'étaient pas de tout repos, bien au contraire... Cela semblait demander une concentration extrême, avec en plus des patients qui n'avaient pas vraiment toujours l'envie de souffrir pour aller mieux, et qui se débâtaient... Il suffisait de voir comment la Reizei avait tentée de s'enfuir précédemment pour s'en rendre compte... En tout cas, elle accepta volontiers, précisant dans la même phrase que les jeunes filles n'avaient aucune dette ni aucun devoir vis à vis d'elle. Elle allait se contenter du repas et de quelques remerciements !

Et par ce geste, en tant qu'aînée, elle donnait aux jeunes filles une image exemplaire. Faire ce qui était juste, sans rien attendre ni demander. Le faire parce que c'était nécessaire, parce que c'était un devoir... Le dévouement que l'on pouvait offrir aux autres, à des inconnus, alors que tout semblait pourtant indiquer un danger ou un risque (A cause de la présence du blindé)... Après tout, la femme aux cheveux roses avait totalement changée d'opinion et d'approche en apprenant que les amies de l'Akiyama étaient souffrantes...

En tout cas, la discussion repartait maintenant sur des sujets plus tranquilles, de manière plus sereine... La femme avait donc tout appris dans son... Monde, à son village natal, où elle avait suivit une formation de ninja-médecin... A vrai dire, les jeunes filles n'étaient pas encore très familières avec le concept de monde, là où elles avaient été téléportées. La pilule avait pourtant été donnée par Natsu Dragnir, le jeune manieur de flamme qu'elles avaient rencontrées quelques jours plus tôt, mais... Elle restait très dure à avaler... Et d'entendre à nouveau parler de cette histoire donnait un avis mitigé aux jeunes filles... Il fallait croire que c'était la norme, que c'était la réalité, et qu'elles allaient devoir s'y accommoder comme elles le pouvaient...

En revanche, ce qui sortait de la norme, c'était d'imaginer un monde remplit entièrement de ninja ! De ce qu'elles savaient, les ninjas étaient des êtres extrêmement furtifs, des assassins confirmés, qui avaient agis dans l'ombre du Japon féodal pour des causes très variées, mais généralement des querelles de territoires ou de clan... Alors imaginer un monde remplit uniquement de ce genre de personne était difficile, d'autant qu'il semblait que chacun d'entre eux était un combattant confirmé... Même si la furtivité était assez difficile pour un ninja maniant les explosifs... Mais comme dans une unité d'infanterie, il fallait des artificiers, que ce soit pour créer des passages, menacer les ennemis ou bien lutter contre des blindé (qui restaient, bien évidement, les titans de la guerre).

Puis, elle expliqua comment elle avait utilisée ses pouvoirs de ninjas pour permettre au poison contenu dans le corps de l'Isuzu d'être extrait... Une bulle d'eau, formée avec de l'énergie, qui captait ce mal... Mais avec des douleurs assez grandes, comme tout le monde ici pouvait en témoigner en entendant les cris de la pauvre jeune fille, qui par ailleurs commença lentement à émerger, ce qui fit que la rousse alla à ses cotés pour s'occuper d'elle, pendant que la doctoresse expliquait que ce n'était pas sa technique favorite, en posant des questions sur les jeunes filles...

Et bien... Si, à vrai dire, il l'a été... Et même maintenant, on ne peut pas dire que l'on le soit vraiment... Dans notre monde, tout est vraiment différent. Par exemple, il y a beaucoup de routes goudronnées, beaucoup de maison, d'immeubles... Beaucoup de choses que l'on ne retrouve pas ici !

Prenant plusieurs gorgées de bouillon, la jeune fille fut relayée par la Nishizumi, qui après avoir bu et toussé un peu, repris le dialogue d'une faible voix :

Il n'y a par exemple pas de pouvoir là d'où nous venons, tout comme il n'y a pas eu de ninja depuis des siècles... Tout est vraiment différent ici, comme si l'on était revenu des siècles en arrière en ayant voyagé dans le temps... Même si, à vrai dire, vous êtes à peine les deuxième et troisième personnes que nous rencontrons...

Toutefois la jeune fille s'arrêta là, prise d'une nouvelle petite quinte de toux, laissant l'Akiyama reprendre, optimiste :

Mais bon, on trouvera bien un moyen de rentrer chez nous ! Et puis, on a notre blindé pour nous protéger au besoin !




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3857
Yens : 11
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 25

Progression
Niveau: 154
Nombre de topic terminé: 69
Exp:
Plaies du corps, maux d'esprits Left_bar_bleue10/12Plaies du corps, maux d'esprits Empty_bar_bleue  (10/12)
Sakura Haruno
Sakura Haruno ♕ Héroïne de Seika ♕

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptySam 19 Nov 2016, 20:07



- Qu'Est-ce que c'est ? -

Quand je vis Saori se relever pour aller au chevet d'Hana, je la suivis des yeux tout en écoutant les deux autres jeune filles parler. Elle avait vraiment l'air d'être un appui considérable dans le quintette qu'elles formaient. J'appréciais son apparent dévouement pour ses amies et était aussi contente de voir que des élus d'autres nations l'étaient. Cela fait plaisir à voir. De plus, je vis la malade gentiment ouvrir les yeux, signe que son état s'améliorait. Tout allait donc pour le mieux, et j'étais heureuse de voir que ma technique n'avait pas empirer les choses.

Ce qui m'étonna par contre, c'était de savoir que ces personnes vivaient dans un monde sans pouvoir. À vrai dire, autant ici qu'à Konoha, j'avais l'habitude d'être entourée principalement de combattants aux pouvoir tous plus extraordinaires que les autres. Bien sûr, il y avait bien des civils, mais un peu monde peuplés entièrement de civils, c'était la première fois que je l'entendais. Je souriai à cette constatation.

C'est amusant, moi je n'ai jamais connu un monde totalement dépourvu de pouvoirs, ça doit être bien différent de ce que j'ai l'habitude de voir... remarquez, c'est ce qui vous a peut-être poussées à inventer ce... cette...

Je regardai l'immense machine immobile depuis notre rencontre, qui malgré tout me rendait un peu anxieuse. Je levai un sourcil, me demandant sérieusement ce que c'était et à quoi ça pouvait servir

... cette chose énorme que vous emmenez avec vous... d'ailleurs, comment ça s'appelle.... et... comment ça marche ?

J'avoue que je suis curieux aussi... j'en ai vu défilé des élus aux villages marchands... certains bien sympas, et d'autres plus désagréable, mais aucun d'eux ne transportait un engin aussi énorme... c'est pas encombrant comme machin ? ça sert à quoi ? ajouta Kotaï.



- c'est la première fois que je voyais un tank -


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits EmptyDim 20 Nov 2016, 11:51



Plaies du corps, maux d'esprits
feat. Sakura Haruno



Nishizumi Miho
A coté du feu

Takebe Saori
A coté d'Hana

Isuzu Hana
Reprend conscience

Akiyama Yukari
A coté du blindé

Reizei Mako
Assise à coté
du feu



Hail to the panzer

Ce qui, pour les jeunes filles, avait le potentiel d'être quelque chose de très triste ou de morne, apparaissait comme amusant pour cette femme aux cheveux roses. Elle n'avait jamais connu un monde où les hommes n'avaient pas de pouvoir, n'avaient pas de capacités étranges ou surnaturelles... A vrai dire, les jeunes filles avaient toutes rêvés, un jour, devant une émission ou un anime sur le sujet, d'en posséder... Maîtriser un élément, lire dans les pensées, la téléportation, la télékinésie, une force surhumaine, un charisme divin ou bien le vol... Tout aurait été permit, et les jeunes filles auraient vécu dans un monde très différent de celui qu'elles connaissaient...

Dans un monde où les blindés auraient été totalement inutiles...

Ça, les jeunes filles ne préféraient pas y penser... Toutes étaient énormément attachées au panzer, qui était avec elles depuis si longtemps... Et qui n'avait jamais de les avait jamais abandonné. Ensemble, les lycéennes et la machine avaient réussies des exploits des plus incroyables, des plus impressionnants... Mais elles n'étaient qu'une partie de l'équipe d'Oarai, et c'était unis que cette petite équipe avait battu les plus grands...

Mais en parlant du blindé, posant sans arrière pensées quelques questions dessus, cette femme venait de réveiller un véritable monstre... Une encyclopédie vivante et très mal coiffée... Prenant une grande gorgée de son bouillon en souriant, pendant que ses camarades tournaient lentement leur tête vers celle qui était totalement radieuse, l'Akiyama se redressa d'un bon, avant de faire quelques pas en direction du blindé, jusqu'à le toucher du bout des doigts, pour ensuite dire, avec le plus grand des sourires :

C'est la plus merveilleuse des machines ! C'est un tank, mais on peut aussi l'appeler par "blindé" ou "Char de combat" ! Initialement, le mot tank correspondait au nom du code secret pour le premier prototype inventé, lors de la première guerre mondiale ! Mais on l'utilise maintenant pour parler de n'importe quel blindé !


Elle ferma les yeux, comme une enfant qui réciterait sa leçon qu'il avait apprit avec la plus grande des fiertés, pour impressionner parent maitresse et camarade...

Un tank est véhicule militaire surprotégé, motorisé et armé ! Ce sont les trois principales caractéristiques qui permettent de les comparer entre eux : l'épaisseur du blindage, la puissance  du moteur et le calibre du canon principal ! Initialement inventés pour permettre aux soldats de percer les tranchés ennemies et de mettre peu à peu fin à la guerre qui ébranlait l'Europe !


Puis, se retournant un coup vers le blindé, pour s'imprégner une nouvelle fois des formes, tout en invitant les deux invités à s'approcher, pour l'observer de plus près, elle reprit :

Celui-ci est un Panzer IV allemand, datant d'un projet de 1935, les premiers sont sortis de l'usine au bout de deux années, mais c'est encore deux années plus tard, en 1939, que sortira des usines Krupp le modèle Ausf.D que nous avons actuellement ! Mais c'était il y a bien longtemps !


Toutefois, devant les airs très décontenancés de ses amies, qui lui soutenait par le regard que ce n'était surement pas un cours entier que leurs invités avait besoin, mais d'une simple explication, elle se mit à rougir, gênée, avant que ce soit la Nishizumi qui reprenne, lentement :

Il n'a rien a voir avec une utilisation militaire maintenant. Nous l'utilisons pour pratiquer un sport dans notre monde, le "panzerfahren". C'est, pour simplifier, un sport d'équipe où nous nous confrontons face à d'autres équipes, pour simuler des combats, sans blesser personne.


Puis, elle retoussa un peu, avant de prendre un peu de son bouillon, laissant la parole à qui voulait la prendre, et ce fut la Takebe qui parla, vérifiant en même temps qu'Hana se portait bien.

En tout cas, il a beau ne pas être le plus gros ni le plus impressionnant de ce qui existe dans notre monde, c'est le nôtre, celui que nous avons apprise à piloter ! Nous y sommes très attachées.


Toutefois, ce fut bel et bien l'Akiyama qui reprit, modérant toutefois les informations qu'elle allait dire, pour se contenter de quelques propositions :

Désolé, je m'emporte un peu trop lorsque j'en parle... Si vous voulez, on peut faire une démonstration ! Oh, et vous pourriez même le visiter !



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Plaies du corps, maux d'esprits   Plaies du corps, maux d'esprits Empty

Revenir en haut Aller en bas
Plaies du corps, maux d'esprits
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Plaies du corps, maux d'esprits 190103103231202569 :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.