-25%
Le deal à ne pas rater :
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
135 € 179 €
Voir le deal

Partagez
Chair brisée parmi les spectres.
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 Left_bar_bleue5/12Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Chair brisée parmi les spectres.   Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 EmptyMar 27 Sep 2016, 02:43




feat.Zoro & Zayro

La volonté de survivre

N’avais-t-on jamais eu pareille défaite ? N’avait-on jamais eu pareille humiliation ? N’avait-on jamais eu pareil sacrilège ? N’avait-on jamais subit autant de déshonneur ? N’avait-ton jamais été proche de la mort ? N’avait-on jamais eu pareille souffrance ? N’avait-on jamais vu pareil horreur ? N’avais t’on jamais autant perdu espoir ? Mon bras n’était plus mien. Je pouvais encore percevoir le doigt de ce monstre qui se dirigeait vers moi. Je n’avais même pas pu voir ce qu’il s’était passé,  que mon bras fut détaché de mon corps, m’insufflant une douleur comme jamais auparavant je n’avais ressenti. Non pas seulement une douleur physique, mais aussi une douleur mentale. Tel un condamné devant la guillotine, je n’avais… plus aucun espoir. Trois coups rapides de genoux de la part du titan suivirent cet acte ignoble qui m’en laissait même sans voix. Il tenait véritablement à me rappeler ce qu’il en était, que je n’étais qu’un insecte à ses yeux.

Au sol, aucun son n’arrivait à sortir de ma gorge, même si tout mon être et tout mon âme criait au malheur et à la douleur. Le bouleversement était sans égal. Perdre tout en si peu de temps était devenu si facile… Mes dents se serraient alors que du sang chaud ruisselait de tout mon visage, jusqu’à s’étendre sur le sol. Mon visage se releva pour observer encore celui qui était responsable de ce malheur inavoué, qu’on ne peut pas décrire avec des mots. Sa carrure avançant vers l’extérieur, aurait été la dernière image que j’aurais eu en ce bas monde. Quel malheur… j’avais si mal… au point où même mes poumons me firent éjecter une marre de sang depuis ma bouche. Mes forces m’abandonnaient déjà… qu’elle vie pitoyable… le clan Uchiha entier, aurait eu honte d’avoir un tel représentant sur cette terre. La mort... était le châtiment qui m’attendait, que je méritais même pour une si grande faiblesse.

Mes yeux se refermèrent alors que je disais adieu à ce bas monde. Mais cela ne semblait pas suffire à ce monstre qui se tenait dehors, car il me prit par les cheveux, pour m’amener à l’extérieur. Que comptait-il encore faire de moi ? Saligaud… Je n’allais pas me laisser faire… De toutes mes forces je résistais à son action, pour me maintenir toujours surplace. Cela sembla bien inutile devant la force colossale de cet homme qui n’avait aucune gêne particulière à continuer son train. Il s’arrêta près d’un ravin, où il me balança. Lors de cette chute, mes pupilles vinrent encore ce monstre, ainsi que sa puissance titanesque… L’un des quatre plus puissants de Fuyu, l’homme qui m’a réduit à néant. Celui qui avait OSER écraser ma volonté. Maintenant tout était clair. Je n’avais jusque là pas eu d’objectif bien particulier. Le mien venait de m’être dessiné. J’étais prêt à tout. Et même si mon corps n’avait pas assez de force de me permettre de crier, de mon fond intérieur, j’exprimai toute ma rage. Elle était si forte, qu’on aurait pu la ressentir à des lieux de là.

«IL VA PAYER !!! IL VA ME LE PAYER !!! Je le jure… sur mon sang, sur mes yeux et sur tout ce que j’ai de plus précieux… cet homme, souffrira… ça sera long, très long, infiniment long, mais j’y arriverai. Je le tuerai, je lui trancherai le bras gauche pour lui rendre ce qu’il m’a fait, je lui trancherai une jambe pour lui laisser entrevoir ma réalité, lui arracherai chaque parcelle de son espoir et sa fierté et je le réduirai à NEANT !!! Si ce monde est une jungle, alors, j’en serai le lion !!! Je tuerai quiconque me sera inutile, je nourrirai ma rage, oui jusqu’à ce que mes yeux… puissent le voir non plus comme un être infiniment supérieur, mais plutôt un homme infiniment inférieur. »

-Zay…roo… !!!!

À ces légères paroles et ces cris intérieurs animés par la plus sombre de mes volontés, mon visage s’enfonça progressivement dans la boue, je jetai un dernier regard dans la direction de mon compagnon, Zoro, avant de laisser mon visage entrer totalement. Je n’avais pas le droit de mourir, pas maintenant qu’un nouveau dessein s’offrait à moi. Cependant j’y étais si proche et la mort ne faisait que me tendre ses doux bras me proposant un repos, une fin à mon agonie. Cependant, pour mon bras, pour mon honneur, pour mon sang, pour la définition même de la puissance, pour mon sharingan, pour ma rancœur, je devais vivre….

«LONG !!!! Toi qui m’as amené ici afin que je te serve !!! Je sais que tu es quelque part parce que c’est ta marque qui m’a jeté dans ces terres !!! Laisses moi vivre… et je te donnerai ce que tu veux. Tu veux gagner ??!!! Bien, tu auras ta victoire… Laisse-moi une chance de faire taire cet homme qui m’a réduit plus bas que terre. C’est tout ce que je te demande. Et alors, tu auras ce que tu veux… je t’en donne ma parole…»

D’un soudain, une aura bleu, comme celle dont m’avait parlé Rali, le dirigeant de mon entrainement au camp de Fuyu, apparut autour de moi, me ramenant une infime quantité d’énergie. C’était Long qui avait répondu à mon appel, du moins, c’était ce que ça laissait présager. De plus, étant affilié à l’élément terre, ma maîtrise élémentaire me ramenait un peu d’énergie à la fois musculaire et énergétique. Il ne m’en fallut pas plus pour comprendre que mon heure n’était pas encore arrivée. Mon dernier bras alla prendre Zoro dont la position en dessous du sol avait été déduite par moi-même à partir du moment où je l’ai aperçu entrer dans le sol.

Chakra sur l’intégralité  de mon corps, je jetai Zoro dehors, avant d’utiliser le reste d’énergie qu’il me restait pour m’éjecter de là avec une grande pression avant de m’effondrer à même le sol, avec toute ma rage qui se voyait sur mon visage. Mon bras droit se relevai avant de s’abattre sur le visage de Zoro, comme lui indiquant, qu’il prenne la suite à partir de là.

-Ne nous laisse pas crever ici crétin aux cheveux verts…

Suite à cela, mes yeux se refermèrent à présent. Et j'ignorais même si j'allais me réveiller un jour.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1697
Yens : 169
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 22
Localisation : Perdu quelque part

Progression
Niveau: 205
Nombre de topic terminé: 90
Exp:
Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 Left_bar_bleue3/18Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 Empty_bar_bleue  (3/18)
Roronoa Zoro
Roronoa Zoro ☠ Le pirate perdu ☠

-



MessageSujet: Re: Chair brisée parmi les spectres.   Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 EmptyMer 28 Sep 2016, 12:33





Who am I ?

Âge : 21
Ce à quoi je ressemble : A un cactus nonchalant
Où se trouve mon sceau : Côté droit du cou
Lien vers ma présentation : Oui
Ma chronologie : Non
Mes liens : Rémi sans famille
>Mes familiers : Akemi






VIllage fantôme
feat.Tarzan & l'autre

Des cris affreux se firent entendre à sa droite, et il put percevoir à travers ses vertiges très très vacillants, un bras arraché, ainsi que la tête de son camarade qui cognait contre le sol. Cette vue dégueulasse le fit s’arrêter, il voulait presque y aller mais à quoi bon ? Dans son état ? Alors, se forçant à effacer cela de sa tête, il reporta son attention sur son but premier : récupérer son katana.

Des pieds entravèrent son chemin, et le sépara de son sabre. Des grands pieds d’enfoiré qui méritaient de se faire trancher. Dans sa semi-conscience, Zoro perçut le gaillard s’abaisser pour rabaisser son arme. Rien que de la savoir entre les mains sales de ce monstre le répugnait. Mais étendu pareillement contre le sol, il ne pouvait rien y faire, quand bien même il essaierait de se lever, son corps ne lui obéirait plus.
En revanche, le coup de pied suffisamment puissant de Zayro afin de le retourner comme une crêpe le bougea plutôt brusquement. Par dépit, il fut basculé face au ciel brumeux, ses deux mains trouées se refermant violemment sur ses deux katanas. Il ne les lâcherait plus.

En position étoile de mer, Zoro perdait complètement toute notion de l’espace. Il ne savait déjà plus où il se trouvait et voyait ses forces s’évaporer comme de la fumée au-dessus de sa tête. Et comme s’il n’était déjà pas assez mal en point, c’te baltringue jugea bon d’écraser le cou du jeune homme, qui se tortilla légèrement sous cette emprise. Son corps se remuait instinctivement, maintenant que sa respiration se trouvait coupée, ou presque.
Mais ceci n’était qu’un amuse-gueule, et une manière de le tenir, puisque une opération chirurgicale s’apprêtait à avoir lieu. Son torse exposé devant le colosse, il n’était pas difficile de deviner la future action. Cela dit, le cheveux vert n’avait plus assez de conscience pour capter tout ce qu’il se passait autour de lui. De plus, quand il comptait prononcer quelques mots, aucun son ne sortait de ses cordes vocales aplaties.

Il ressentit juste une chose. Une sensation tranchante, une douleur inoubliable. C’était le toucher de sa propre lame, de son plus grand trésor, de son honneur. Il n’avait pas tranché qu’un simple torse, mais toute la fierté du jeune homme. Et cette béante coupure en diagonale s’ajusta à l’ancienne déjà crée par Mihawk, qu’il sentit également saigner de nouveau. Et en rouvrant cette plaie, il rouvrait aussi d’anciens souvenirs, dont cette périlleuse scène que la mémoire de Zoro ne put s’empêcher de remettre à jour. Cette pensée fut difficile, mais elle était le symbole de tout son glorieux parcours jusqu’à Kosaten.
Mais désormais, depuis son arrivée à Kosaten, c’était une terrible rechute. Une nouvelle fois, il était profondément marqué, marqué par le déshonneur, mais s’il s’en sortait, cette cicatrice ne serait pas le symbole d’un dépassement de soi, mais d’une honte incommensurable. Pourquoi ? Parce qu’elle fut faite par son katana. Il porterait cette humiliation jusqu’à sa mort, sur son corps. Même si ses forces lui revenaient, demeurerait ici, à lui rappeler sa faiblesse, et son incapacité à protéger ce qu’il y avait de plus précieux à ses yeux. Son rêve ambitieux s’éloignait par la même occasion : celui de devenir le meilleur épéiste du monde. Après, pouvait-il s’en vouloir tant que cela ? Ce n’était pas de sa faute si ses pouvoirs lui furent retirés. Le problème était que même avec sa puissance maximale, il n’aurait pas su éviter ce désastre, et se serait contenté de retarder sa sentence.

En volant cette lame, Zayro volait également le sourire de sa meilleure amie, et ruinait une chère promesse.  Cet homme odieux balafrait tous les espoirs, cruellement, sans une once de pitié. Présentement, il n’espérait que mourir, surtout quand Zayro annonça qu’il comptait embarquer son épée avec lui, comme un vulgaire trophée. Comment pouvait-il se permettre de réduire toute la valeur de cette lame à un putain de trophée parmi les autres ?!
Puis tandis qu’il avait l’impression que sa croix sur le torse retentissait et brillait comme une sirène signifiant «  Regardez comme je suis minable… », il se sentit soudainement traîner comme un moins que rien et jeté dans une substance boueuse.

Petit à petit, son corps s’enfonçait et il n’émit aucune résistance. Oui, tout ce qu’il voulait, c’était se cacher là-dessous, être englouti le plus loin possible pour plonger dans les abysses de l’oubli. Qu’on ne puisse jamais pu retrouver ce corps ignoble, et souillé jusqu’aux os. Même dans la boue, il ne lâcha pas ses deux épées, ses mains refermées dessus aussi durement que les mains d'un mort.
Puis, alors qu’il commençait à se noyer presque inconsciemment, on le tira fortement vers le ciel. Tiens, il pensait que la mort, c’était en bas que ça s’passait. Ejecté dehors, son corps palpa le sol maudit de cet endroit. Que refoutait-il ici ? Pourquoi ne pas le laisser s’apaiser dans son bain de boue ? En plus, on ne le ménagea pas puisqu’il se reçut une vieille baffe de la mort, suivit d’un ordre presque suppliant de Rin. Etait-ce lui qui l’avait sorti de là ? Il ouvrit à peine l’œil pour le regarder, puis le referma aussitôt avant de murmurer doucement :

- Laisse-moi mourir….



Wsh rp :
Revenir en haut Aller en bas
Chair brisée parmi les spectres.
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Chair brisée parmi les spectres. - Page 2 190103103231202569 :: Zones inexplorées :: Village fantôme-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.