-24%
Le deal à ne pas rater :
Nouveaux écouteurs sans-fil Huawei FreeBuds 3 (via ODR 30€)
94.99 € 124.99 €
Voir le deal

Partagez
Un entraînement rude
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Un entraînement rude Left_bar_bleue5/12Un entraînement rude Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Un entraînement rude   Un entraînement rude EmptyVen 09 Sep 2016, 17:37




feat....

Entrée

Les flocons de neige tombaient depuis le ciel, comme des plumes d’ailes du dragon céleste qu’était le dieu de notre royaume. Sa présence constante gelait tout depuis les confins du Nord jusqu’au centre à la lisière des territoires neutres. Sur tout cet étendu de territoire, j’avançai vers la capitale de Fuyu, Yuki, à la recherche de réponses  à mes questions reliées à ma force et à ma personne en elle-même. Pourquoi devrais-je me battre contre les autres camps ? Y’as t’il un moyen de recouvrer totalement ma force ? Pourquoi demeurer sous le joug de  cette marque qui me pousse à haïr sans réellement le vouloir les élus de camps ennemis en face de moi ? Toutes ces questions rodaient sans réponse dans mon esprit. Je me rappelais encore de l’élue qui venait de mon monde, la Namikaze.  C’était d’elle que m’était venue l’idée de rencontrer ce fameux roi, Sul Hei de son nom.

Dans ma marche longue et épuisante, j’ai aperçu un vieil homme transportant un très gros panier dans le dos. Ses vêtements étaient bien chauds, contrairement à moi qui n’avais que mon chakra pour réguler la température  au niveau de ma peau. On se traversa presque quand il se retourna vers moi me demandant si je voulais manger du pain. Affamé, je l’étais en effet. Entre ma  longue marche sans repos depuis les territoires neutres, et les confrontations routinières avec  les quelques petites bestioles qui réussissaient à se frayer un chemin dans la neige afin venir à moi, de la nourriture, peu importe la forme et la qualité était ce dont j’avais le plus besoin. J’acquiesçai précisant que je ne lui offrirai que quelques pièces d’argent. Le plus poliment du monde, il me donna un pain chaud, car oui les pains qu’il gardait étaient bien au chaud à l’aide d’un mécanisme archaïque complexe dont seuls les boulangers possédaient le secret. Lors de notre séparation, il sut que j’étais un élu et me conseilla d’aller plus au nord, à la rivière glacée afin de trouver quelque chose de très intéressant. Il me confia également que la grande partie des élus y vont et apprennent une technique ancestrale capable de devenir imbattable.

Je me doutais bien que le marchant exagérait avec ses propos. Absolument aucune technique sur terre et même par delà, ne pouvait rendre un homme, élu ou pas, imbattable. Néanmoins le fait qu’il y’ait une agglutination d’élus apprenant une certaine technique, piqua ma curiosité. Ne pas maîtriser cette fameuse  technique, voudrait dire être en retard sur au moins tous les élus de Fuyu. Cette simple pensée m’était grandement déplaisante. Nous nous séparâmes et conformément à ses  indications, je traversai la capitale Yuki, afin de me diriger plus au nord encore, aux alentours de la rivière glacée. Mon regard se baladait dans toute la zone, cherchant quelque chose qui ressortait du lot au premier coup d’œil.

Après quelques minutes passées à vagabonder dans la zone, sous le froid ardent et sous le vent glacial de l’environnement, j’aperçu une silhouette du bâtiment au loin, dans le fond de la tempête qui s’était levée.

-Ah… ça doit surement être là-bas

Je courus alors le plus rapidement possible, traversant la neige et voyant un peu mieux au fur et à mesure que je m’approchais. La porte était si vaste et si grande qu’on aurait pensé à un pénitencier au premier abord. Une fois arrivé surplace, j’ai été interpellé par des gardes me demandant la raison de ma venue dans les parages.  Le mot de passe habituel fut utilisé, celui  communément utilisé pour obtenir des grâces ou des faveurs ou même encore des réceptions au sein de son royaume. Un petit groupe de mots qui pouvaient avoir un très grand impact dans la vie de tout un chacun : « je suis un élu ». À priori, sachant cela, ils devraient me laisser passer bien gentiment.  Cependant à la place, ils me demandèrent ma marque, me fouillèrent aussi avant de me laisser passer. L’accès dans cet endroit était réellement compliqué, mais rien n’était  impossible pour un élu. Le fait même que je sois dans l’enceinte de cet espace, le prouvait encore plus.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Un entraînement rude Left_bar_bleue5/12Un entraînement rude Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Un entraînement rude   Un entraînement rude EmptyVen 09 Sep 2016, 17:56




feat....

Rali

J’étais enfin entré dans cet endroit, et un des gardes de la porte m’accompagna à l’intérieur, m’expliquant de quoi il s’agissait. Un lieu qui réunissait uniquement des combattants, forgeant à la fois leurs corps et leurs esprits. Tous ici étaient soumis à des épreuves aussi difficiles les unes que les autres. En gros, il s’agissait d’un camp d’entraînement, divisé en plusieurs sections différentes. En effet, ce que je voyais était en accord avec ce que le garde me disait. Des massues en bois, des  épées en bois, des flèches en bois. Il y’avait de tout là-bas. Entre les armes d’entraînements faîtes à base des bois les plus solides de la forêt de givre, et les guerriers brutes et robustes, fruits des terres glaciales du nord, du sang, des cachots et même des arènes étaient éparpillées un peu partout. Certains guerriers me regardaient avec dédain, d’autre avec admiration, certains même ne me regardaient pas du tout.  De toute évidence, j’étais la « particularité du camp » pour le moment. Tant que cela n’influençait pas mes résultats, ça ne posait aucun problème.

Le garde m’expliqua beaucoup de choses, autant utiles qu’inutiles. Un ensemble d’informations que je pourrais utiliser à bon escient au cas où les choses tourneraient mal. Dans ses explications, j’ai retiré certaines informations importantes qui seraient utiles dans l’immédiat de la situation: Il y’avait une hiérarchie dans ce camp d’entraînement, une sorte de pyramide avec un être qui dirigeait les opérations au sommet. Les guerriers et élus étaient au bas de la pyramide, ceux qui devaient se battre pour prouver leur valeur et être de soldats encore plus puissants au service de Sul Hei à la fin de leur formation. Par la suite, les guerriers eux étaient dirigés par des chefs d’entraînement, qui étaient des anciens soldats au service. Généralement à la venue d’un élu, on le confie à un chef d’entraînement, qui se charge personnellement de son entraînement. C’était ce qui allait m’arriver quelques minutes par la suite.

-Frappez plus fort !!! Vous n’espérez surement pas que ces planches vont se détruire toutes seules !!! Espèce de racailles de première, bons à rien et déchets de la société. Si vous n’arrivez pas à brisez ça, comment espérez-vous entrer au service du roi ?!! Si Seigneur Hei a eu la bonté de cœur de permettre aux enfoirés comme vous de faire quelque chose de leur misérable existence, ce n’est surement pas pour engager des êtres incapables de détruire une planche avec une épée de la même matière !!! Ehh !!! Toi !!! Je rêve où tu te prends une pause goûter sans goûter ?!! Tu voudrais aussi une pause pipi peut être ??!! Remue-toi le cul de là !! Ce n’est pas en criant à la fatigue que tu deviendras intéressant !!! Sois inépuisable !!! Qu’on me porte cette faignasse inutile et l’amène dans le trou !!! Tss… Vous n’êtes même pas bons à violer bande de misérables…

J’entendais une vois roque et imposante qui sortait des cris de rage et de douleurs qui régnant dans un secteur du camp où j’allais. C’était mon futur mentor : chef Rali était le nom qu’on lui donnait, ou encore Rali pour les intimes. Un homme d’environs un mètre quatre vingt, dans la quarantaine, bien plus jeune que les chefs d’entrainement communs du camp. Il devait même surement être le plus jeune, mais à sa voix il inspirait la crainte d’une personne de vingt ans de plus. Cela prouvait bel et bien qu’il était un homme apte à diriger. Le garde nous présenta l’un à l’autre, et s’en alla aussi rapidement qu’il était venu, comme fuyant un ouragan qui se préparait. Rali n’avait pas dit un seul mot pendant que le garde donnait la raison de ma venue ici et mon statut d’élu. Il se contenta juste de me regarder avec son air impassible avant de s’avancer à moi et de coller son front au mien, violemment comme pour me flanquer un coup de boule :

Un entraînement rude 298975bunshichitawara1001
-Ecoutes-moi bien petit cul de fillette dit-il en me regardant de haut en bas.  Elu ou pas, si tu es venu ici c’est que t’es pas capable de survivre là-bas dehors. Dit-il en pointant la direction de l’extérieur avec sa main droite. Ici, c’est moi ton seul dieu, ton seul maître, celui qui décide de si tu bouffes ou pas, si tu vies ou pas, et même si tu t’entraînes ou pas. En traversant cette marche là pour venir ici t’es devenu un déchet que je peux écraser à tout moment. Gardes ça bien dans ta petite caboche Cette fois-là, il tapa son index plusieurs fois sur mon front. J’espère que c’est bien clair pour toi….

Voilà bien une façon magistrale d’imposer sa domination. Tout laissait croire qu’il le faisait à chaque nouvelle recrue qui entrait sous son service. Seulement il était mal tombé. En me prenant de haut, il ne faisait que réveiller mon instinct de combat. Son coup de boule m’avait causé bien des dégâts mais rien de dangereux. Ce Rali était fort et je le savais à présent. Un sourire narquois se dessina au coin de mes lèvres

-Te sens-tu réellement obligés de faire ça ? La supériorité ne s’impose pas avec des mots, mais avec des faits… qu’as-tu à me montrer qui puisse me  donner ton respect ?!

-En voilà bien un très insolent. Je pense que cette fillette ne va pas mettre long feu avec nous

Rali parlait de moi avec un sourire au bout des lèvres également. L’entraîneur me prit par le cou, et me souleva au dessus du sol : Ce gars avait une force herculéenne. J’essayai de garder mon calme, pour ne pas gaspiller mon oxygène dans les gestes inutiles. Ma main empoigna le manche de mon katana avant de le dégainer puis l’attaquer d’un croquet de la main afin de le décapiter.  Malheureusement, mon offensive loupa. Il me lâcha, me laissant ainsi me retrouver sous l’effet de la gravité terrestre, avant de prendre mon épée pendant que j’ingurgitais une grande bouffée d’oxygène. Le temps que je me rende compte que mon épée n’était plus à moi, d’un coup de pieds, il me fit valser jusqu’à l’autre bout du campement, me faisant tomber dans une sorte de fosse semblable à une arène.

-Espèce de racailles sans cervelles, j’invite deux d’entre vous à entrer dans l’arène pour donner une bonne p’tite leçon au nouveau. Ceux qui arrivent à gagner auront un bon lit pour dormir ce soir. Sinon, vous dormirez hors des dortoirs habituels avec notre invité.

Ma situation était critique. Je subissais encore les effets de son attaque sur mon corps qui était tout engourdi. Me battre contre deux soldats auraient été un peu plus compliqué. L’atout majeur dont je disposais, le chakra, allait certainement me permettre de m’en sortir.

-Ah aussi petit cul !!! Tu ne dois pas utiliser tes pouvoirs durant tout l’entraînement. Et l’entraînement débute maintenant. Il se fera sous trois épreuves que tu devras accomplir sous certaines conditions. Les deux premières se feront sans armes ni chakra et la dernière avec les deux. Ce n’est que là que tu pourras obtenir ce que tu es venu chercher. Bienvenue… au camp d’entraînement gamin…

Ca s’annonçait vraiment mal. Maintenant je n’avais plus mon katana ni même mes jutsus. D’une vive agitation de la tête, je recouvrai totalement mes esprits et me plaçai en garde, tout en me mouvant prudemment en cercle avec mes deux adversaires. Désarmer un adversaire armé d’une arme blanche était l’une des techniques de base que mon Sensei m’avait apprise. Seulement, la deuxième personne gênait grandement dans mes projets. Si je chargeais sur une personne, la deuxième m’aurait m’attaquer. Donc, le meilleur moyen d’agir, aurait été le moment où plus personne ne couvrira les arrière de l’autre, c'est-à-dire quand ils attaqueront en même temps.

Première offensive de l’ennemi, un passe devant et l’autre reste en retrait. Celui qui est le plus proche de moi jouait donc le rôle de l’appât afin que l’autre me frappe quand je m’y attendrais le moins. De toute évidence, éviter la confrontation demeurait la meilleure solution. Je me déplaçai sur la droite, pour éviter l’offensive et comme je m’y attendais, le deuxième me suivit dans ma lancée avec son arme, afin de me frapper avec son épée sur ma tête, d’un mouvement vif et circulaire du bras gauche.

Je me baissai rapidement pour éviter le coup que j’ai vu  venir, et quand je me redressai pour frapper mon assaillant d’un uppercut dont il s’en rappellerait longtemps, j’aperçu la silhouette du deuxième aller sur ma gauche pour me frapper. Un bond rapide sur la droite au dernier moment, me sauva de son assaut. Seulement mon épaule heurta la paroi, m’indiquant que j’étais à la limite du stade. Le temps de me stabiliser, l’un deux était déjà au dessus de moi, prêt à me frapper de haut en bas avec son épée. Il était tellement sure de m’avoir bloqué, qu’il a sauté pour m’attaquer, comme s’il voulait m’assener le coup de grâce. Je revins soudainement sur mes pas d’un bond rapide, fauchant les jambes du malheureux pendant qu’il était encore en l’air. Je savais biensur que le deuxième allait m’attaquer par la suite, en réalité même, je l’attendais. Il me fila un coup de poing en plein ventre avant de serrer son épée qui était sur son bras droit, s’apprêtant à me frapper. Je me ressaisi au dernier moment, afin d’éviter le coup d’épée du malheureux. La même seconde, mon bras droit passa depuis le bas  du sien, jusqu’à s’enrouler pour tenir sa nuque. Mon autre main dont le dos était sur mon cou, juste au dessus de mon épaule droit, frappa violemment son bras, le poussant à son extrémité pour qu’il se brise.  

Une fois cela fait, il tomba sur le sol, tenant son bras qui était sérieusement mal en point. Profitant du fait qu’il ait lâché son épée, je la saisie, regardant comment le premier qui m’avait attaqué quand j’étais contre le mur, se relevait du sol. Observant son compagnon agoniser, il chargea sur moi afin de m’assener des dizaines coups d’épées. J’en esquivais certains et j’en parais d’autres, jusqu’au moment où il me frappa d’un coup de pieds dans la poitrine, qui me fit rouler sur moi-même jusqu’à me cogner contre un mur. Le temps pour moi de me ressaisir, il frappa violemment ma main, me faisant lâcher l’épée  que j’avais prise à son allié

-Cela ne t’appartient pas. Maintenant tu vas payer pour ce que tu as fais à mon frère…

- K..!!! Essaies donc pour voir

Il m’attaqua verticalement voulant me briser le crane seulement, je n’avais aucune intention de mourir ce jour-là. Je roulai sur la gauche évitant son attaque, avant de me projeter sur sa tête ou je lui flanquai un coup de genoux en pleine tronche. Le coup était si violent qu’il tomba net au sol. J’essuyai toutefois le peu de sang qui coulait de ma bouche. Et mon regard fier se posa sur mon entraîneur qui depuis les hauteurs avait vu tout le combat.

-Regardez-le avec son air tout fier parce qu’il a réussit à vaincre deux tapettes. Sortez-moi toute cette merde de là. La nuit tombe bientôt…


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Un entraînement rude Left_bar_bleue5/12Un entraînement rude Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Un entraînement rude   Un entraînement rude EmptyVen 09 Sep 2016, 18:03




feat....

Deuxième épreuve

Une victoire, j’avais passé la première épreuve sans trop de difficultés pour le moment. Le temps passa depuis ce matin là, jusqu’au soir. La soirée elle-même était rude il fallait l’avouer. Je suis allé moi-même chasser de quoi manger, chose qui n’était pas tellement difficile pour un habitué comme moi. Seulement, je devais dormir dans le froid de la nuit, dehors. Avec les deux personnes que j’avais battues. En passant, le service médical s’était occupé de leurs blessures ; un soin qui fut  riche en larmes et en émotions fortes : arrangement de l’épaule qui n’était pas sans cris, et aussi remise en place de l’os nasal qui était un peu… amoché s’il fallait le dire. Conclusion, c’était une soirée pleine de mauvais regards qui commença. Fort heureusement je ne m’en souciais pas le moins du monde. Ni de leurs regards ni de leurs grognements ni  même encore de leurs paroles déplacées. J’essayai de méditer calmement, pour diminuer le froid intense que je ressentais, ce qui ne marchait absolument pas.

La méditation ne marchant pas, je me suis tout simplement adossé contre un arbre en croisant les bras, espérant trouver du sommeil d’une façon assez paisible. Toutefois, le son d’une épée faite avec un alliage d’acier dont le son m’était familier retentit jusqu’à mes oreilles. Je me relevai cherchant d’où venait ce bruit, qui provenait en fait des deux hommes aux regards menaçant. D’une façon assez étrange, ils ont réussi à s’approprier Jiro(mon katana) qui devait normalement être en la possession de Rali. Leurs intentions étaient claires, ils voulaient me tuer, se venger de « l’humiliation » qu’ils ont subis. N’avaient-ils donc pas compris qu’ils ne pouvaient pas me vaincre à deux ? Peu importe j’allais leur faire comprendre la leçon une fois pour toute.

Ce fut celui qui possédait ses deux bras qui avait mon épée. L’autre n’avait qu’une épée en bois qui pouvait également me nuire.  Dans un cri alarmant, le « deux bras » se jeta sur moi en donnant une série de coups d’épée. À son premier coup, je lui fis la même prise qu’à l’autre, lui brisant de la  même façon son bras et récupérant mon katana à l’occasion. Celui qui disposait d’une épée en bois tremblait comme une feuille à présent devant moi.

-Pensais-tu sérieusement vaincre un élu ? Et encore pas n’importe lequel, moi ? Laisses-moi rire pitoyable insecte.

Un coup rapide de l’épée fut suffisant  pour lui trancher l’oreille droite. Du sang giclait sur le sol, malgré le fait qu’il posait ses bras pour contenir l’hémorragie. Je l’aurai bien aidé, mais j’avais une autre personne à sévir. Le deuxième voyant l’oreille de son ami tomber, cessa de crier pour son bras et se mit à reculer continuellement pendant que j’avançai vers lui pour lui infliger le même châtiment. Il ne cessait d’articuler des tonnes de raisons toutes aussi drôles les unes que les autres mais sans réellement donner une quelconque raison valable à ses actions. « Pitié » fut son dernier mot qui précéda mes paroles.

-Il fallait y penser plus tôt misérable….

Un coup d’épée et son oreille droite était également tombée. Leurs cris étaient si vifs que cela rassembla les autres membres de la section d’entraînement qui sortirent en courant afin de voir ce qu’il s’était passé. L’arrivée de Rali ne tarda pas non plus. Une fois surplace, il me demanda des explications à mes actions, ce que je lui présentai calmement. Fou de rage, il me jeta dans la fosse, envoyant cinq autres combattants. Il se faisait encore nuit, et je devais me battre quand même contre cinq d’entre eux. Ce n’était pas ma veine. Aucune arme en possession comme d’habitude, contrairement aux cinq autres qui étaient munis d’une épée de bois chacun.

-Deuxième épreuve, je pense que tu connais déjà les règles. Essaies de ne pas briser les membres de tous mes soldats cette fois-ci. Enfin, si tu survis.

-Tss… Qu’ils assument leur état. Pour ma part, je n’irai pas du dos de la main. Je ne caresse pas mes ennemis dis-je en affichant un sourire sadique qui  fit frémir certains d’entre eux.

J’étais en face de cinq adversaires. Rien à faire, c’était une mêlée. Dans ce genre de situation, la réflexion était totalement inutile, l’instinct était la chose la plus importante. Les chances d’encaisser les dégâts étaient largement au dessus de cent pourcent. Ce qu’il fallait faire, c’était éviter les dégâts critiques qui pourraient me mettre hors service du premier coup. En tout cas, je savais exactement quoi faire : Ne plus réfléchir.

-Combattez !!!

Une pression intense régnait dans l’arène, mon sang bouillonnait et le leur aussi. Un cri de rage de leurs part et ils attaquèrent tous en même temps, épées brandies vers le ciel. D’un bond vertigineux, je suis allé frapper à l’aide d’un coup de pieds sauté le combattant se situant à l’extrême droit. Le coup le fit rouler en arrière jusqu’au mur, pendant que d’un mouvement rapide des jambes, je fis basculer le combattant le plus proche vers l’avant, après quoi je lui  flanquai un coup de coude dans le cou, ce qui le mit hors combat sur le coup.

Le combattant encore qu’un coup d’épée violent alla dans ma côte. Le temps de me ressaisir, les deux autres se jetèrent sur moi comme des bêtes, sur la gauche et sur la droite. Je me munis de l’épée du guerrier vaincu afin de me protéger de l’attaque sur la droite tandis que ce fut mon avant-bras que j’utilisai pour me protéger de l’attaque gauche. Je fis subitement glisser mon épée pour frapper l’autre ennemi placé à ma gauche au niveau de la tempe. Le coup était si puissant, qu’il perdit directement connaissance me faisant un adversaire en moins. Je fis un bond arrière pour reprendre mon souffle et récupérer un peu des dégâts reçus. Seulement, une autre personne m’attendais derrière et avant même que je la remarque, me flanqua un coup d’épée à mon épaule gauche. Je basculai dans le sens de l’impact, avant de rouler sur moi-même et de me relever plus loin, main sur mon épaule qui me faisait un mal de chien. Les trois restants étaient séparés à présent. Il m’aurait été plus facile de les vaincre.

Je me jetai à nouveau sur celui du milieu, et voyant comment il comptait riposter, un lancé brute et vif d’une épée en bois vers sa gorge fut émis de  moi-même. Il la contra à temps mais ainsi n’a pas pu me voir arriver en dessous de lui. Un uppercut juste en dessous du menton suffit pour le rendre incapable de faire quoi que ce soit. Les deux autres s’approchaient continuellement vers moi dans les deux opposés, me laissant aucune échappatoire.

La bouche chargée de sang, je fis un grand saut pour atterrir sur les épaules de l’un d’entre eux, coinçant sa tête entre mes pieds puis tournant sur moi-même pour le faire tournoyer aussi. Après quatre tours sur nous-mêmes, je le lâchai afin qu’il aille cogner le deuxième et dernier combattant d’un coup de boule bien cadré. Les deux se choquèrent et s’effondrèrent au sol alors que moi, j’étais toujours debout même si j’étais salement amoché.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Un entraînement rude Left_bar_bleue5/12Un entraînement rude Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Un entraînement rude   Un entraînement rude EmptySam 10 Sep 2016, 00:24




feat....

Dernière épreuve

Rali était un peu perdu entre la fierté et la colère. Il était à la fois heureux de trouver une telle recrue dans son camp et était mécontent qu’il remette constamment son autorité en question. Devant cette perplexité, il décida d’accélérer les choses. Le costaud prit une fiole remplie d’un liquide bleu, après quoi il le jeta dans ma direction, disant que boire cela me guérirait de mes blessures et de tous mes malaises. Kosaten… magie, magie et encore  magie. Il y’en avait de partout et voilà je tenais une potion magique entre mes mains. Mon monde me manquait constamment à cause de ces changements auxquels je ne pensais jamais pouvoir m’y faire. Après m’être convaincu qu’il s’agissait d’un simple médicament à effets rapides, je vidai le contenu de la fiole, avant de la briser et la jeter plus loin.

Mes blessures se refermaient à vue d’œil,  et ma force revenait aussi continuellement. Ma forme se restaura  totalement et j’en étais satisfait. Ce n’était pas la quantité de force que j’avais dans mon monde, mais plutôt celle que j’avais avant de combattre les  deux premiers combattants. J’étais en pleine forme.

-Je dois avouer que je suis assez surpris du fait que tu aies réussis à passer les deux premières épreuves en si peu de temps. Même pour certains élus, ça demeure impossible de faire ce que tu as fait. Regarder ton acharnement dans ton combat que tu savais perdu d’avance, était époustouflant. Je te juge dont prêt à passer la troisième épreuve. Qu’on lui donne son épée !!!

Mon épée tomba net devant moi et je la ramassai avec fierté, me demandant quel genre de défi il allait bien pouvoir me demander de relever cette fois-ci. Surement vingt ou trente ennemis armés de vrais armes cette fois-ci. Même s’ils étaient une vingtaine, je les aurais décimés un à un, sans hésitation. Une fois Jiro en main, je devenais presque imbattable, et pas qu’au sens figuré.

- Amène-moi tes soldats, que je m’amuse d’avantage. Si c’est du spectacle que tu veux, je t’en donnerai tant que tu le voudras, si biensur j’obtiens le pouvoir que je suis venu chercher.

-Détrompe-toi gamin, la seule personne que tu affronteras lors de la troisième épreuve, c’est moi, Kensuke Jarali. Si tu me bats, tu auras la technique que tu es venu chercher.  Je t’en donne ma parole.

Il atterrît dans l’arène de combat avec son pied droit, causant de légères fissures sur la surface de l’arène. Après avoir demandé son arme, on lui livra son immense maillet robuste et très lourd à première vue. Mais connaissant sa grande force, il n’aurait surement aucun mal à effectuer des mouvements rapides avec ça. Le combat allait démarrer, opposant la force brute qu’était Rali, à moi-même qui étais la force fine. Le marteau contre le scalpel, pour une technique. Echouer, n’était pas une option envisageable.

Le combat débuta, et il se jeta dans ma direction, utilisant son pied droit comme appui. La force dans ses jambes lui conférait un déplacement rapide, que je n’avais pas vu venir. D’un balayage de la main, il lança son maillet sur mon flanc droit, que je parai avec mon katana imbibé d’assez de chakra lui permettant de résister au choc. Le coup était si puissant qu’il me projeta contre la paroi de l’arène très violemment.

-Tu ne pensais quand même pas que ça serait aussi facile que dans les autres combats j’espère. Dit-il d’un air sournois

Après m’être débloqué de l’endroit dans lequel il m’avait emboîté, je repris parole, afin de répondre à sa remarque énervante

-Disons que tu es bon. Mais tu ne me surprendras plus comme avant.

Mes Dojutsus étaient à présent activés, me permettant d’avoir une longueur d’avance sur ses mouvements qui étaient grandement prévisibles. Le vrai combat allait commencer maintenant. Aucune retenue, j’attaquais pour tuer, et lui aussi apparemment.
Des coups toujours aussi amples de Rali capable de perforer les murs les plus résistants, mes esquives risquées et hautement périlleuses que j’étais obligé d’effectuer pour ma propre survie, des contres loupés qui me jetèrent quelques fois hors de l’arène, Je ne m’étais pas encore pris un seul de ses coups de plein fouet, et lui non plus, n’avait pas pris un seul de mes coups durant les dernières trente minutes. Je n’avais même pas réussi à l’approcher à moins de cinq mètres de lui. Me battre comme ça m’aurait bien vite conduit à la défaite. Il me fallait innover, utiliser non seulement le Taijutsu(corps à corps), le Kenjutsu(art du combat à l’épée) et aussi le Ninjutsu(combat se basant sur la transformation du chakra). C’était en somme la seule chose à faire, et même la meilleure chose à faire.

Treizième offensive de ma part depuis le début du combat, Katana à la main gauche et chakra concentré dans la main droite. J’analysai chacun des mouvements des muscles de ses bras. Il prit appui sur son pied droit, et lança une balayette avec son maillet. Je sautai au dernier moment, tout en descendant vers lui avec ma main remplie de chakra. Une fois assez proche de lui, je lâchai une décharge électrique qui alla directement vers lui. Mais au même moment, il usa de ses mains pour rediriger le maillet vers moi qui m’expulsa de plus belle hors de l’arène. Je m’envolais dans le ciel, jusqu’à tomber violemment sur un toit du camp.

-Arg !!! J’y étais presque pourtant…

Toujours étalé sur le toit du dortoir des guerriers, j’observais les nuages réfléchissant à un moyen de le battre. Je ne pouvais pas arriver à plus de cinq mètres de lui, et je ne pouvais pas non plus parer ses attaques. J’étais désavantagé sur tous les points. Non, j’étais plus rapide que lui. Il ne bougeait presque pas durant tout le combat et les seules fois qu’il a eu à se mouvoir, c’était en prenant appui sur son pied droit. Mes yeux s’écarquillèrent alors, parce que j’avais trouvé un moyen de le battre. Les chances pour que cela réussisse étaient infimes mais si j’arrivais à lui faire perdre sa concentration pendant une seconde, je le vaincrai. Il fallait que ça marche

Je me relevai en sautant de toits en toits, pour retourner au combat qui tendait bientôt à sa fin. Je concentrai la plupart de mon chakra dans mes yeux et dans mes mains. J’allais maximiser mes chances de le vaincre, même si la méthode s’annonçait très épuisante. Je fléchis soudainement les jambes avant de me déplacer rapidement sur la gauche, afin de lui assener un coup d’épée. Il me vit à ce moment-là quand j’étais déjà sur sa droite. Nos regards se sont croisés, mais rien encore ne s’était produit. Surpris par ma vitesse, il fit un bond sur la droite afin prendre une bonne distance loin de moi. À tous les coups, il allait atterrir avec son pied droit, j’en profitai pour réaliser quelques mudras (positions de mains permettant de changer plus aisément la nature du chakra) puis je frappai le sol en dessous de moi. La terre se modifia très très légèrement, faisant ressortir une petite pierre dans la trajectoire du pied droit de Rali, l’interrompant ainsi brusquement dans sa trajectoire. Kensuke avait perdu l’équilibre, et s’apprêtait à tomber.

-Comment ?!!

Il tomba contre le sol glissant longtemps et quand il se ressaisit, voulant se lever pour reprendre le combat, mon épée était déjà dans le creux de son cou. Au moindre mouvement, il perdrait sa tête.

-Tu as su que j’avais des soucis avec mon pieds gauche… comment l’as-tu deviné ?

-Tout d’abord le garde qui m’a accompagné jusqu’à toi, il m’a raconté plein de trucs, parmi lesquels ton souci à la  jambe gauche. C’est à cause de ça que tu as quitté l’armée. Tu ne pouvais plus te battre avec un tel  handicap. Pour tout te dire, j’avais oublié ce détail. C’est quand j’ai vu un étrange nuage en forme de pieds dans le ciel que je m’en suis rappelé

-Un nuage ? Il fut surpris un moment avant  de se remettre à ricaner. Peu importe. Tu as gagné et par conséquent, je dois faire ce que je t’ai promis.

Je l’aidai à se relever après quoi je rangeai mon katana dans son fourreau. Dix minutes plus tard, il prit le temps de m’expliquer la technique et son fonctionnement. Comment elle marchait et qu’elles étaient les chances qu’elles fonctionnent.

Suite à cet échange, je retournai sur mes pas, quittant ce camp d’entraînement pour aller m’entretenir avec Sul Hei en personne.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Un entraînement rude   Un entraînement rude Empty

Revenir en haut Aller en bas
Un entraînement rude
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Un entraînement rude 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Rivière glacée-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.